Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteCacheras-tu un assassin ? [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eileen Nil'Lewan

Assistante du Maître d'armes
Messages : 45
Inscription le : 11/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeLun 18 Juin 2012 - 15:37

Elle courait.
Courrait si vite que ses pieds effleuraient à peine le sol, sans le toucher.
D'un autre côté, si ses poursuivants la rattrapaient elle était morte.
Cela avait commencé bêtement. Un soldat égorgé dans une ruelle. Elle savait qu'elle n'aurait pas dû. Mais l'empêcher de tuer, c'était comme demander à un dessinateur de fuir les spires : impossible. Pas pour le goût du sang. Pour la puissance. Eileen avait presque honte de l'avouer, mais elle avait soif de puissance. Et de reconnaissance. Se sentir plus forte, respectée. Lire la peur dans le regard de ses victimes. Pourquoi ? Elle-même n'en savait rien. Elle le ressentait comme un manque. Un vide dans son cœur. Parce qu'ayant grandi parmi des mercenaires, elle n'avait jamais été aimée, et personne ne lui avait prêté d'attention particulière. Elle voulait qu'on la remarque. Et qu'on l'aime. Égorger des gens ne remplissait pas la deuxième clause. Il était très rare que des gens apprécient son geste. En revanche, cela marchait très bien pour le fait qu'on la repérait. Alors elle s'en contentait, pour le moment.
Cette nuit-là, elle s'était rendu à Al-Poll à pied (elle n'avait pas voulu dérober un cheval alors qu'elle ne savait même pas monter), et s'était placée à la sortie d'une taverne. Elle n'avait pas eu à attendre longtemps qu'un soldat complètement saoul n'en sorte. Elle s'était avancée vers lui et l'avait égorgée, le laissant agonisant sur le sol. Elle savait que l'histoire allait faire le tour de la ville, c'était ce qu'elle cherchait. Après tout, elle avait déjà été arrêtée pour meurtre, et elle était toujours vivante... Elle aimait cela. Provoquer la mort. Voire jusqu'où cela pouvait aller... Alors qu'elle s'apprêtait à rentrer, un deuxième soldat, qui sortait de la même échoppe, l'avait surprise. Eileen avait envoyé un premier poignard, que le premier soldat, apparemment moins bourré que le premier, avait réussi à éviter, puis un deuxième, qui celui-ci s'était enfoncé dans sa gorge. Mais pas assez vite. Il avait eu le temps de crier.
D'un seul coup, cela avait été comme si toute la ville était à ses trousses. Elle s'était mise à courir en direction de l'Académie, priant pour qu'on ne retrouve pas sa trace tout de suite. Elle aimait frôler la mort, mais se faire reprendre lors de sa première nuit de liberté, c'était tout de même un peu stupide.
Un bruit derrière elle l'avertit qu'elle était poursuivie. Et que lesdits poursuivants étaient à cheval. Eileen jaugea la distance qui la séparait de l'Académie. Cent mètre, deux cents mètres tout au plus. Et elle avait suffisamment d'avance pour se mettre en sécurité avant qu'on ne la rattrape.
Le jeune femme atteignis bientôt le grand portail. Elle n'avait pas le temps de sonner et d'attendre patiemment qu'on vienne lui ouvrir. Agilement, elle escalada le portail et retomba souplement de l'autre côté. Un sourire éclaira son visage fin. Elle avait suffisamment d'avance pour avoir le temps de monter jusque dans sa chambre, se débarrasser de ses vêtements, s'allonger sous sa couverture faire semblant de dormir. La jeune femme pénétra sans hésiter dans un bâtiment et gravit les escaliers.
Au dehors elle entendait les voix de la garnison qui étaient parvenues au portail et y tambourinaient de toutes leur force. En jetant un coup d'œil par la fenêtre, elle aperçut Jehan en pyjamas qui venait leur ouvrir.
Elle n'avait plus qu'à pénétrer dans sa cha...
Minute. Elle ne reconnaissait pas cet endroit de l'Académie. Elle était pourtant certaine d'être au bon étage -elle avait compté-. À tâtons dans le noir, Eileen réalisa avec horreur qu'elle s'était trompé d'aile.
En bas, les cavaliers avaient pénétré dans la cour de la fontaine, et celui qui semblait être leur chef leur fit signe de se répartir pour fouiller les bâtiments.
Elle était coincée. Ne pouvait plus redescendre pour changer d'aile, ne pouvait pas se cacher dans un endroit aussi petit. Et elle avait beau savoir se battre, tuer quinze soldats de la garde impériale en pleine nuit dans un couloir de la prestigieuse Académie de Merwyn n'était sans doute pas le meilleur moyen de passer incognito.
En désespoir de cause, elle frappa à l'une des portes.
Celle-ci s'ouvrit sur un homme solidement battit, qui ne dormais sûrement pas, puisqu'il était habillé. Eileen décida de ne pas mentir.

- Je vais être honnête, monsieur. Je viens de tuer un ho... bon d'accord, deux ou trois hommes à Al-Poll. Ce n'était pas un accident. Et il se trouve que si vous ne me cachez pas, et que les soldats que vous entendez dans les escaliers me trouvent, je suis morte.

(Si cela te va I love you édition à volonté Smile Vars' peut ouvrir en pyjama si tu préfère ^^)

Varsgorn Ril'Enflazio

Trésorier de l'Académie
Messages : 301
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeLun 18 Juin 2012 - 17:38

Voilà plusieurs heures que Varsgorn avait dû allumer une bougie pour s'éclairer. Il était plongé dans ses comptes. Les siens, pas ceux de l'académie. La construction du Labyrinthe avait absorbée une bonne partie de ses finances. Heureusement, la collection de vêtements attirait les nobles et par la même occasion de l'argent. Certains auraient dit, et n'ont surement pas hésité à se le dire derrière son dos, que l'investissement du Labyrinthe était une bêtise. Le trésorier le voyait, lui, sous un autre angle. La structure était populaire parmi les élèves et bon nombre appréciait le geste de Varsgorn. Cet investissement avait eu tendance à lui faire marquer des points à l'académie. Ceux qui, connaissant son passé, se méfiaient de lui avaient eu la preuve que désormais il se souciait du bien de l'académie. Ceux qui n'avaient pas eu vent de son passé se disaient simplement que le trésorier était trop sympa d'avoir dépenser autant pour construire le Labyrinthe.

S'occuper de ses comptes n'était pas la chose la plus intéressante à faire à la nuit tombée. Et il fallait dire qu'avec la fatigue, Varsgorn avait du mal à se concentrer sur sa tâche. Il envisageait même sérieusement de remettre l'ensemble au lendemain. Il posa sa plume, se frotta les yeux et s'étira. Oui, décidément, c'était la meilleure chose à faire. Direction le lit et on verra tout ça demain à tête reposée. Il reboucha son encrier et entreprit de ranger les imposants livres de compte dans un solide coffre fort. Il venait tout juste d'en fermer la porte quand on frappa à sa porte. Des coups rapides. Le genre de ceux qu'on fait lorsqu'on est pressé de voir la porte s'ouvrir et d'entrer dans la pièce. Par réflexe, Varsgorn fit jouer ses lames dans ses poignets pour s'assurer qu'elles répondaient bien à son appel. Même si des coups frappés à la porte indiquaient que la personne ne souhaitait pas être discrète, on était jamais trop prudent.

Le trésorier se leva et il ouvrit la porte. Une jeune femme se tenait devant lui. Pas bien grande. Pas bien grosse. Malgré la pénombre, le trésorier lut la peur dans ses yeux et il distingua une fine cicatrice qui lui barrait le visage.

- Je vais être honnête, monsieur. Je viens de tuer un ho... bon d'accord, deux ou trois hommes à Al-Poll. Ce n'était pas un accident. Et il se trouve que si vous ne me cachez pas, et que les soldats que vous entendez dans les escaliers me trouvent, je suis morte.

Et bien, voilà qui n'était pas banal. Un aveu de meurtre sur le pas de sa porte, d'une fille dont il ne connaissait même pas le nom. Varsgorn la fit tout de même entrer. Il ne la craignait pas. Un seul adversaire. L'ancien mercenaire serait capable de s'en défaire si elle le menaçait. Il ferma sa porte à clé et il invita la jeune fille à s'asseoir.

- Il est rare d'entendre un tel aveu. Habituellement, on aurait plutôt tendance à mentir. Prétendre qu'on est poursuivit par des hommes d'un mari jaloux ou des hommes qui vous cherchent des noises simplement à cause du fait que vous êtes une femme.

Il s'installa à la chaise qu'il venait de quitter.

- Aveu risqué en plus. Qui vous a dit que je serais à même de vous dissimuler des gardes? Qui vous a dit que je ne serais pas de ceux qui préviendrait justement les hommes qui vous poursuivent que vous êtes dans mes appartements?

Savait-elle qu'il était un ancien mercenaire? Il devait savoir.



_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Varmyr10
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Signa_10
Eileen Nil'Lewan

Assistante du Maître d'armes
Messages : 45
Inscription le : 11/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeLun 18 Juin 2012 - 18:44

Eileen ne se sentit réellement rassurée que lorsque la porte se referma. Elle avait gagné au moins quelques dizaines de minutes de répit. Les soldats risquaient d'y réfléchir à deux fois avant de déranger tous les occupants de l'Académie, et si tel était le cas, les appartement dans lesquels elle se trouvait semblaient si grands qu'elle n'aurait aucun mal à y trouver une cachette.
La jeune meurtrière se laissa gracieusement tomber sur la chaise qu'on lui proposait, et sortit de sa poche un petit mouchoir blanc, dont elle se servit pour nettoyer ses mains et ses lames. Si on venait à lui demander ce qu'elle fichait ici en plein milieu de la nuit, ce serait déjà cela en moins à expliquer.

- Monsieur, commença-t-elle. Si je vous avais dit que j'étais poursuivie par des hommes jaloux, et que vous m'aviez cachée. Comment auriez-vous réagi en apprenant la vérité ? Vous m'auriez livrée. Ou en tous cas, c'est ce qu'auraient fait la plupart des gens. En vous donnant la vérité, et au vu de votre réaction, je suis presque certains que vous ne me trahirez pas.

La jeune femme marqua une pause. Ce qu'elle venait de dire n'était pas entièrement vrai. Elle avait aperçu, quand l'homme lui avait ouvert, un poignard qui dépassait de sa veste, et à la manière dont il le tenait, elle avait tout de suite su qu'il était des siens. Elle n'avait donc eu aucune scrupule à lui dire la vérité.
Son regard balaya la pièce, s'arrêtant sur chaque détail qui pouvait lui sembler important : les couteaux accrochés au mur, les bougies, les meubles. Tout ce qui entre ses mains pouvait devenir une arme...

- Deuxièmement, si vous me trahissiez, et par exemple ouvriez la porte pour criez au gardes que je me trouvais ici, il me resterait plusieurs alternatives... La première serait de vous tuer.

Elle leva la main pour empêcher l'homme de l'interrompre.

- Non, je ne suis pas stupide. Je sais que vous cachez je ne sais pas combien d'arme sur vous, et que vous savez vous en servir. En revanche, vous avez eu l'intelligence -ou la stupidité- de fermer la porte à clé. Cela signifie que vous ne pouvez plus sortir sans perdre un temps précieux. Temps qui pourrait me permettre de planter un couteau entre vos omoplates, ou de quitter la pièce par une autre issue

Eileen prit quelques secondes pour remettre sa coiffure en place, puis elle s'adossa dans son siège et croisa les jambes. La soirée commençait bien.

- Je ne suis pas aveugle non plus. Sur votre porte, il y avait marqué « trésorier ». Or vous n'êtes pas un trésorier. Ou en tout cas, vous pratiquez d'autres activités moins avouables. Cela se voit à votre façon de bouger. Vous ne m'avez pas tourné le dos une seule fois -ce qui est un bon réflexe, je ne peux que l'admettre-. Monsieur, j'ai été honnête avec vous, soyez-le en retour. Qui êtes-vous ?

Varsgorn Ril'Enflazio

Trésorier de l'Académie
Messages : 301
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeLun 18 Juin 2012 - 22:00

Cette jeune femme avait un aplomb incroyable. Depuis qu'elle était entrée dans le bureau et que la porte était fermée, la peur s'était effacée de son visage et elle avait gagnée en assurance. En plus de ça, elle osait le menacer. Ainsi donc, elle prétendait pouvoir le tuer. Il voulut lui répondre mais elle l'interrompit d'un geste de la main, poursuivant son discours. Varsgorn l'écouta tout en l'étudiant du regard. Le trésorier n'était pas dupe. En la regardant, il ne pouvait être surpris de ce qu'elle avait fait. Tout dans son allure évoquait une meurtrière, jusqu'au poignard coincé dans ses cheveux.

- Si vous avez lu, la plaque sur ma porte, vous devez connaître mon nom, je n'ai pas à vous en dire plus.

Du moins, pas tant que tu ne m'en aurais pas dit plus sur toi. Mais pouvait-il se cacher? Après tout, il suffisait de se renseigner à l'académie pour que son passé de mercenaire soit dévoilé.

- Mes secrets n'appartiennent qu'à moi mais il y a une chose que même les professeurs de cette académie savent, c'est que j'ai été un mercenaire il y a peu de temps de cela encore.

Il n'avait pas précisé "du Chaos". Pas besoin. Elle penserait ce qu'elle voudrait.

- Vous vous doutez donc que si vous tentez de m'assassiner, je ne perdrais pas du temps à m'enfuir. Je vous affronterais l'arme au poing. Et j'ose espérer que je triompherais de ce combat.

Il ne souhaitait pas un combat dans ses propres appartements, ce n'était pas bon pour la réputation qu'il essayait d'effacer. Mais la présence des gardes l'aiderait à prétendre qu'il n'a fait que de se défendre.

- Puis-je connaître votre prénom, puisque vous avez lu le mien?

Quoiqu'elle dise, il irait fouiller les livres d'admission pour connaître le nom des nouvelles têtes de l'académie. Il n'était pas dupe. Une criminelle d'Al-Poll n'aurait pas opté pour l'académie comme premier refuge, sachant que l'édifice possédait ses propres gardes. Non, une telle personne aurait foncée dans des passages secrets pour rejoindre l'une des nombreuses planques qui garnissaient la ville. Si elle était venue à l'académie, c'est qu'elle savait qu'elle avait une chance de s'en sortir et donc qu'elle logeait ici. Si Jehan avait connaissance des tendances criminelle de la demoiselle, il y aurait une note dans son dossier, permettant l'identification facilement.

Bien évidemment, Varsgorn espérait que la jeune intrus ne mentirait pas sur son patronyme.


[Je peux éditer si un truc te gêne
Wink]


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Varmyr10
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Signa_10
Eileen Nil'Lewan

Assistante du Maître d'armes
Messages : 45
Inscription le : 11/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeMer 20 Juin 2012 - 17:51

Eileen sourit et croisa les jambes. Cette conversation l'amusait de plus en plus. Elle qui, en frappant ici, avait cru un instant qu'elle réveillerait un septuagénaire, qu'elle n'aurait qu'à assommer pour se faufiler dans sa suite et s'enfuir, se retrouvait en pleine conversation avec un mercenaire. Elle ne pouvait pas rêver mieux.

- Voyez-vous, sire Ril'Enflazio, commença-t-elle, indiquant ainsi qu'elle avait bien lu son nom sur la plaque à l'entrée, les noms de nos jours ne sont plus ce qu'ils étaient... On peut être une personne le jour, et une autre la nuit...

La jeune femme termina de nettoyer ses lames, et rangea chacune à sa place. Sa ceinture était complète - mis à part les deux couteaux lancés sur le soldat à la sortie de la taverne et qu'elle n'avait pas eu le temps de récupérer. Mais bon, elle devait bien avoir une cinquantaine d'autres lames dans ses bagages, alors cette perte n'en était pas réellement une...

- Le jour, poursuivit-elle, je suis Eileen Nil'Lewan. On peine à le croire, mais je suis noble. Ou en tout cas, d'origine noble. Cela va bientôt faire vingt-cinq ans que je n'ai pas vu ma famille, et je n'en garde plus que le nom...

Elle remit derrière son oreille une mèche qui tombait devant ses yeux, et poursuivit :

- La nuit, on m'appelle Ombre. Parce que je ne cache jamais mon visage, mais qu'une fois qu'on l'a aperçu, c'est trop tard. À Al-Vor, on m'a rebaptisé le Corbeau. Parce qu'il paraît que je suis porteuse de mauvaise augure...


La jeune femme ne fut pas étonnée d'apprendre que celui qui lui faisait face était un mercenaire. Elle l'avait su -elle l'avait vu- au premier coup d'œil. Mais contrairement à elle, il semblait plus soucieux de le dissimuler.

- Comment un mercenaire comme vous a-t-il pu se retrouver trésorier d'une académie aussi prestigieuse ? Vos collègues savent-ils qui vous êtes ?


Elle rit brièvement :

- Je crois que ma réputation à moi n'est plus à faire... je suis arrivée ici il y a peu, pour servir d'assistante à votre maitre d'arme -un certain Locktar Hil'Guidjek-. Il se trouve que j'ai eu beaucoup de chance... je n'ai été capturée que deux fois de toute ma carrière. La première, on m'a laissé filer. La deuxième, j'ai été arrêtée par un ancien collègue. Il a eu pitié de moi et m'a envoyé ici. C'est stupide de sa part, je le sais, mais je ne vais pas m'en plaindre...

Eileen se leva et marcha jusqu' à la fenêtre. Elle aperçut dans la cour deux soldats, tenant chacun une torche. On entendait toujours du bruit dans les escaliers. La jeune femme se rassit tranquillement.
Se raidit.
On venait de frapper à la porte.


_______________
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Citation-tobie-fil

Lyu Wenynn / Eileen Nil'Lewan
Varsgorn Ril'Enflazio

Trésorier de l'Académie
Messages : 301
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeDim 24 Juin 2012 - 18:35

Nil'Lewan? Une famille inconnue pour Varsgorn. Petite noblesse à n'en pas douter ou alors une noblesse éloignée de la zone de vie de Varsgorn. Il ne connaissait pas plus d'Ombre. Il faut dire que Varsgorn, à l'époque où il était mercenaire, n'avait que très rarement besoin d'acolytes et quand c'était le cas, c'était le Chaos qui lui fournissait. Et la dénommée Eileen ne semblait pas appartenir au Chaos. Du moins, si c'était le cas, elle ne le précisait pas.

Varsgorn l'écouta jusqu'au bout, sans même l'interrompre quand elle lui posa une question. D'ailleurs, elle ne s'était sûrement pas attendue à une réponse immédiate car elle avait enchainée immédiatement.

Soudain, on frappa à la porte et la visiteuse du soir se raidit. Varsgorn retint à peine un léger rire.

- Ah, on a beau avoir la réplique facile, la peur est toujours là, hein?

A son tour, il n'attendit pas de réponses et il se leva à nouveau pour aller ouvrir la porte. Entrebâiller serait plus juste d'ailleurs car il ne voulait pas laisser voir à ses visiteurs la tête de la personne qui se trouvait assise à son bureau. C'était un soldat qui venait de frapper. Derrière lui, il y en avait un autre, en retrait. Un subalterne.

- Vous avez vu l'heure? Est-ce un temps pour déranger les honnêtes gens?

Etrange de parler d'honnêteté alors qu'il venait d'avouer qu'il était un mercenaire quelques instants plus tôt.

- Je suis désolé, messire. On recherche une criminelle qui a assassiné des personnes à Al-Poll. On l'a vu entrer dans l'académie et vu qu'on a vu la lumière, on s'est dit qu'elle était peut-être là.

- Une bien mauvaise criminelle si elle se permet d'allumer la lumière à l'endroit où elle se trouve non?

Le soldat ne répondit pas à sa question mais il en posa une autre.

- On peut fouiller votre appartement? Pour s'assurer qu'elle est pas là?

- Si vous faites un peu de plus dans mes appartements, je ferais en sorte que votre carrière s'arrête ce soir. Si elle était dans mes appartements, j'aurais pas été en mesure de vous ouvrir.

- Si vous avez rien à cacher, je vois pas pourquoi on peut pas rentrer.

- J'ai de nombreuses choses qui ne concernent pas un simple garde dans ce bureau. Désormais, allez chercher votre fuyarde ailleurs, j'ai du travail.

Il claqua la porte et la ferma de nouveau à clé. Il retourna derrière son bureau.

- Voilà qui est réglé. Pour te répondre, mes collègues savent qui je suis pour la plupart, vu qu'avant, j'étais parmi ceux qui étaient maîtres de cette académie.

Des pas se firent entendre derrière la porte, s'éloignant du bureau.

-
Tu ne dois pas être bien douée pour avoir été capturée deux fois. Je suis plus agé que toi et je n'ai jamais été capturé quand je ne le souhaitais pas. Si je suis dans l'académie, c'est que je le souhaite. Si demain, je veux disparaître, l'académie sera incapable de me retrouver. Mais il faut avouer que cette position de trésorier est plaisante.

Malgré le silence qui avait regagné l'extérieur du bureau, Eileen restait tendue, l'oreille sûrement plus tournée vers ce qui se passait derrière la porte.

- Il va falloir oublier les meurtres si tu veux rester tranquille à l'académie. L'intendant n'est pas un idiot. Si les gardes lui annoncent les meurtres, la présence d'une jeune fille et sa fuite à l'académie, il fera vite le rapprochement avec toi. On a pas des milliers de criminelles dans ces murs.


[Edition à volonté]




_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Varmyr10
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Signa_10
Eileen Nil'Lewan

Assistante du Maître d'armes
Messages : 45
Inscription le : 11/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeMer 27 Juin 2012 - 11:16

Eileen se maudit en entendant son hôte plaisanter sur la peur qui l'avait envahie. Une criminelle n'est pas censée avoir peur. Ou en tout cas, ne devait surtout pas le montrer. Mais Eileen était fatiguée. Fatiguée d'avoir couru une bonne partie de la nuit, certes. Mais surtout fatiguée d'avoir couru une bonne partie de sa vie. Pour elle, cela avait été comme un jeu. Apparaître là ou on ne la cherchait pas, tuer, repartir avant qu'on ne la trouve. Mais chaque jour était un peu plus dangereux. Elle dormait de moins en moins, et ses rêves se faisaient de plus en plus agités. Seule, dans son cœur, la flamme de la haine lui permettait de continuer. Ce feu, né en elle à la mort de sa sœur, et qui ne s'était jamais éteint, bien au contraire. La vie était injuste. Shanag n'avait rien fait pour mourir. Et Eileen était secrètement jalouse de toutes ces familles bienheureuses, au chaud dans leur foyer.
Eileen suivit du regard le solide mercenaire se diriger vers la porte. Elle ferma les yeux, et, l'espace d'un instant, toute la détresse du monde passa sur ses paupières. La seconde d'après, elle les rouvrit, et son visage arborait à nouveau une expression froide comme la glace.
Jamais elle n'aurait avoué sa faiblesse.
Discrètement, elle se leva, de manière à ce qu'on ne puisse pas l'apercevoir en entrebâillant la porte, et saisit dans ses deux mains deux longues dagues. Si vraiment les soldats entraient, elle les tuerait, En espérant que son hôte ne l'en empêche pas, puis elle passerait par la fenêtre. Il lui faudrait alors reprendre sa longue fuite, et la jeune femme frémit à cette pensée. Elle n'était à l'Académie que depuis quelques jours, et elle pensait déjà à repartir. Elle n'était pas faite pour vivre enfermée.
Heureusement pour elle, Varsgorn finit par mettre les soldat à la porte. Il revint vers elle, ignorant ses deux dagues, qu'Eileen replaça dans leurs fourreaux. Puis elle se rassit prudemment, ne cessant de jeter par la porte de petits coups d'œil inquiet.

- Les deux fois où j'ai été prise, messire, j'ai été trahie. La première fois, je n'ai jamais su par qui. J'appartenais alors à une petite guilde de malfaiteurs d'Al-Chen. Les soldats sont arrivés pendant notre sommeil, et nous ont surpris. J'ai été épargnée à cause de mon jeune âge.

Elle sourit à l'évocation de ce souvenir.

- Ceux qui m'ont épargnée l'ont d'ailleurs regretté, puisque je les ai tué avant de m'enfuir. La deuxième fois, neuf ans plus tard, c'est un ami, qui avait changé de camp, qui m'a livré. Lui-même, qui m'a ensuite envoyé ici.

Elle ne précisa pas que si jamais elle recroisait ledit ancien ami, il allait passer un très mauvais quart d'heure. Eileen n'avait pas beaucoup d'amis, mais elle attendait d'eux une loyauté sans failles. Elle-même aurait préféré mourir que de donner le nom de ses complices.
Elle tendit l'oreille, attentive au moindre bruit. Tout était redevenu silencieux, mais elle n'était pas rassurée. Elle était plutôt bien placée pour savoir que le silence était rarement vide...

- Seigneur Ril'Enflazio, poursuivit-elle. Je suis une tueuse. Vous ne pouvez pas me demander de renoncer à cela. Tout comme vous ne demanderiez pas à un dessinateur de fuir les spires, ou a un trésorier de ne plus jamais compter... Ma vie est ainsi, et c'est un choix que j'ai fait.

Oui, c'était un choix. À l'instant, ou dans cet entrepôt, elle avait égorgé le chef de la garde d'Al-Chen, son destin avait été scellé.

- Cette Académie n'est qu'une étape. Je ne compte pas m'y installer définitivement. Ma vie est celle d'une fuyarde. Et d'une meurtrière. Ma voie n'est en rien un secret. Quand il le faudra, je disparaitrais.


Elle se rejeta en arrière dans son fauteuil et soupira.

- Toutefois, sire, je vous dois la vie. C'est quelque chose que je n'oublierais jamais, et même si je hais l'avouer, j'ai une dette envers vous, et pas des moindres. Vous pouvez me demander ce que vous voulez. Ce que vous voulez, sauf d'abandonner ma Voie. Tout simplement parce que je ne pourrais jamais honorer cette promesse, et que je n'aime pas mentir.

Un sourire apparut sur ses lèvres.

[Non, c'est parfait Smile Si mon post te va...]


_______________
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Citation-tobie-fil

Lyu Wenynn / Eileen Nil'Lewan
Varsgorn Ril'Enflazio

Trésorier de l'Académie
Messages : 301
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeMer 27 Juin 2012 - 18:42

Trahie. Elle avait donc accordé sa confiance aux autres. "Souviens toi qu'il n'y a qu'une personne en qui tu peux avoir confiance, c'est toi-même". Un précepte que Varsgorn se faisait un plaisir de suivre au jour le jour. Ses secrets, il ne les partageait qu'à une petite partie de personnes et il en gardait suffisamment pour avoir des portes de sorties en cas de trahison. La principale porte étant sa véritable identité. Qui irait soupçonné le sire Ril'Enflazio dont le nom apparaissait sur la devanture de plusieurs magasins dans l'empire? En vérité, s'il participait à la plupart des dîners mondains, c'était en majeure partie pour se faire bien voir des puissants de ce monde. Il avait déjà rencontré l'ensemble des seigneurs de l'empire. Il avait trinqué avec l'empereur lors d'un mariage. "Deviens l'ami de tes ennemis et ils ne chercheront pas à te faire de mal". Il était certes connu de ses collègues de l'académie désormais mais il travaillait à faire en sorte que son passé soit occulté. "Une lame n'est pas la seule chose qui peut te permettre de te défendre. L'or en est une autre". Sa fortune lui permettait de nombreuses libertés. Il n'avait plus besoin de se salir les mains en tuant ses ennemis. Il suffisait de faire tinter sa bourse et des mercenaires accouraient pour se charger du boulot.

Quelle étrange façon de comparer le fait de tuer aux spires des dessinateurs. Tout comme il était étrange de la voir parler des comptes d'un trésorier.

- Tu compares deux choses qui ne sont pas comparable. Les spires des dessinateurs sont ce qui fait leur vie, leur pouvoir. Alors que les comptes d'un trésorier sont son métier. Une personne peut se passer de son métier.

Les assassinats avaient toujours été le métier de Varsgorn. Tuer lui faisait plaisir mais il ne tuait pas simplement pour se plaisir. Chacune de ses victimes menaçaient sa vie ou celle de celui qui avait payé l'ancien mercenaire. Il n'avait pas tuer un garde simplement parce qu'il se trouvait dans la même ville que lui. Il n'avait pas choisit une cible simplement parce qu'on l'avait bousculé.

Pour Eileen, ça semblait différent. Et c'était dangereusement inquiétant.


Si elle tuait pour se faire plaisir, elle devenait un danger pour lui. Pour Enelyë. Si la menace était avérée, il y mettrait fin rapidement. Il avait quitté les rangs du Chaos pour protéger sa fille adoptive, qui ne l'était pas encore à l'époque. Si une meurtrière cherchait des proies dans les personnes qu'elle côtoyait, elle devenait un risque et Varsgorn se chargerait d'elle.

- Si un "ami" arrive à te retrouver, ça m'étonnerais beaucoup que tu arrives à disparaître, comme tu le dis. Tu as beaucoup de choses à apprendre Eileen. Ne te crois pas plus forte que tu ne l'es.

Une dette? Intéressant. Il était toujours agréable d'entendre ce genre de choses. Pour le moment, Varsgorn n'avait pas besoin d'elle mais elle avait certains talents que le trésorier serait ravi d'exploiter en cas de problèmes.

- Je te demanderais pas de quitter ta.... "Voie". Mais prends garde à toi. Egorger la ville entière n'est pas une bonne idée.

Surtout que dans ce cas-là, Jehan ferait peut-être appel aux anciens talents de Varsgorn pour se charger de la menace qui pèserait sur ses pauvres petits élèves.

- Je ne pense pas qu'on t'avait payé pour tuer les gardes d'Al-Poll, non?



_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Varmyr10
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Signa_10
Eileen Nil'Lewan

Assistante du Maître d'armes
Messages : 45
Inscription le : 11/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeJeu 28 Juin 2012 - 10:35

Eileen se leva, posant ses mains sur le bureau. Elle n'aimait pas rester assise trop longtemps. Elle n'était pas faite pour cela. S'il n'en avait tenu qu'à elle, à cet instant, elle aurait déjà ouvert le fenêtre, aurait escaladé les murs en pierre et aurait terminé sa nuit en contemplant les étoiles sur le toit. Mais cette conversation l'amusait. La fascinait presque. On ne juge pas un adversaire qu'à son talent dans les armes. Les mots peuvent parfois être plus affutés que les plus tranchants des poignards. Et cela faisait bien longtemps qu'Eileen n'avait pas eu un adversaire à cette hauteur.

- Je compare deux choses parfaitement comparables, sire. Certaine personnes font de leur vie un métier. C'est le cas des analystes. D'autres font de leur métier une vie. C'est le cas des fauconniers.

Eileen sourit. La jeune apprentie, arrivée recemment, lui rappelait sa sœur perdue. Comment s'appelait-elle, déjà ? Ly... Lya ? Lyu ? Oui, c'était cela. Lyu.

- Et si des « amis » peuvent me retrouver, c'est peut-être parce que contrairement à vous, j'ai une confiance aveugle en mes amis...

Elle leva les yeux vers le plafond, son regard fixant un point dans le lointain.

- C'est ma faiblesse. Et je sais que c'est ça qui me perdra... Je n'ai jamais eu de famille. Où en tout cas, pas assez longtemps pour que je m'en souvienne. Personne ne m'a jamais aimé. Il n'y a jamais eu personne pour s'extasier quand j'ai perdu ma première dent, personne pour me féliciter quand je réussissais quelque chose. Ceux avec qui j'ai grandi se contentaient de me punir quand j'échouai et de me payer quand ma mission était un succès.

Eileen redirigea son regard vers le mercenaire. Son visage avait retrouvé une expression neutre et elle se rassit.

- Cela ne fait pas de moi une bête sanguinaire assoiffée de sang. Personne ne m'avait payé pour tuer les gardes d'Al-Poll -et je ne suis pas encore assez folle pour me payer moi-même-. C'était une... vengeance personnelle. Je voue une haine toute particulière aux soldats, il serait trop long d'expliquer pourquoi. Je n'ai pas l'intention de massacrer toute trace de vie dans cette Académie... Enfin, pas sans raison valable. Je ne suis pas non plus qu'une marionnette, et comme la majorité des gens de ce monde, je suis pourvue d'un cerveau. Contrairement à ce que la plupart de ceux qui se sont penché sur mon cas, je ne tue pas au hasard...

Elle s'apprêtait à poursuivre, mais préféra finalement se taire. Le mercenaire n'avait pas besoin de connaître chaque détail de sa vie. Elle en avait déjà dit beaucoup trop. Sortant de sa ceinture un minuscule couteau, elle commença à jouer avec.

- J'aurais déjà pu essayer de vous tuer. Même si je sais que j'ai de bonne chance de perdre un tel combat, rien ne m'aurait empêché d'essayé. Je pense que vous ne m'auriez même pas tuée. Vous vous seriez contenté de m'immobiliser puis de me livrer à la justice. Je me trompe ?

Elle déposa son couteau sur la table.

- En fait, si j'avais voulu vous tuer, Seigneur Ril'Enflazio, vous seriez mort. Quand on a frappé à la porte, vous vous êtes levé et vous m'avez tourné le dos. Il m'aurait suffit de lancer un couteau pendant que vous étiez occupé à déverrouiller la porte... Les soldats auraient sans doute ensuite cherché à ouvrir cette porte, mais le temps qu'ils y parviennent, je serais loin.

Elle rit brièvement. En réalité, c'était un demi-mensonge. Elle aurait effectivement pu le tuer à cet instant, mais elle aurait eu beaucoup plus de mal à y parvenir. D'abord parce que le trésorier se tenait légèrement de biais, ensuite, parce-qu'elle était assise, elle aussi de profil, et qu'elle ne s'était levée qu'une fois la porte déverrouillée.

- Toutefois, je suppose que si vous aviez voulu me tuer, je serais morte également, non ?


_______________
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Citation-tobie-fil

Lyu Wenynn / Eileen Nil'Lewan
Varsgorn Ril'Enflazio

Trésorier de l'Académie
Messages : 301
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeMer 4 Juil 2012 - 14:35

- Une confiance aveugle? Regarde où elle t'a menée, cette confiance. Trahie deux fois. Une personne dans ton genre, et dans le mien, ne peut se permettre d'avoir des amis. C'est trop dangereux. La trahison est si vite arrivée. Et même sans trahir, il suffit d'un mot mal placé pour tout compromettre.

Varsgorn n'avait pas d'amis. Uniquement des affinités avec certaines personnes. Il savait qu'il était un traître, un tourne-casaque, un opportuniste. Il avait rejoint le Chaos car les mercenaires l'avaient sauvé. Sa vie n'étant pas en danger et y trouvant son compte, il était resté avec eux pendant plusieurs années. Plus d'une dizaine. Il avait progressé. Son apprentissage marchombre s'était mêlé aux capacités de mercenaires. Il était devenu un assassin de talent. Il suivait les mercenaires, du moment qu'il y trouvait son compte et que sa vie n'était pas en danger. Puis il avait rejoint l'académie.... et tout avait changé. Il était arrivé pour se venger. Il voulait en finir avec son ancienne vie. Tuer toutes les personnes qui avaient connu le gentil marchombre Varsgorn. Notamment celle qui l'avait conduit sur la Voie de l'Harmonie. Mais quand il était arrivé, sa vengeance n'avait pu avoir lieu. Elle était déjà morte depuis des années. Il aurait pu partir de l'académie en sachant cela. Il aurait dû même. Mais le Chaos avait besoin de lui sur place. Donc il était resté. Et il avait rencontré Enelyë. Et elle était devenue sa faiblesse. Sa seule faiblesse, espérait-il. Il avait quitté le Chaos pour elle. S'il avait fuit avec les autres, il ne l'aurait plus vu.

Depuis, elle était devenue sa fille adoptive et il fera tout pour qu'elle ne soit jamais en danger.

- Je t'ai tourné le dos, c'est vrai mais je n'étais pas en danger. A aucun instant. Tu regardais en direction du bureau et non de la porte. Pour me tuer, il aurait fallu que tu te tournes. Deux solutions. La silencieuse qui prends du temps et j'aurais donc ouvert la porte avant que tu me fiches ton poignard dans le dos. La rapide qui est bruyante et j'aurais donc eu le temps d'éviter ton lancer.

Pour répondre à sa question, Varsgorn s'empara du couteau de la visiteuse et il le planta dans la table à un souffle du poignet de la jeune femme. Eileen baissa les yeux au moment où le trésorier s'emparait de l'un de ses poignards pour le placer sous la gorge de la meurtrière.

- En effet, tu serais déjà morte si j'avais eu l'envie de te tuer, dit-il avec un sourire.

Il rengaina son poignard.

- Les gardes sont sûrement partit désormais, tu vas pouvoir regagner ton dortoir, je pense.

La fatigue commençait à l'envahir. Il ne souhaitait qu'une chose: dormir.


[Edition possible. Si tu trouves que Varsgorn arrive trop facilement à mettre Eileen en danger ou si tu souhaites que le rp continue, préviens moi ^^]



_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Varmyr10
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Signa_10
Eileen Nil'Lewan

Assistante du Maître d'armes
Messages : 45
Inscription le : 11/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitimeMer 4 Juil 2012 - 19:16

Eileen ne pouvait qu'admirer le mercenaire pour sa perspicacité.

- Très juste, admit-elle. Mais vous avez oublié la troisième possibilité... Celle du hasard. J'aurais pu lancer complètement à l'aveuglette en priant pour vous blesser suffisamment pour que vous ne soyiez plus en état de combattre, puis vous achever...

Elle secoua la tête. La fatigue commençait à la gagner elle aussi. Elle bailla largement, et sursauta brusquement quand son propre poignard s'enfonça à un ou deux centimètres de son poignet. Instinctivement, elle porta la main à son fourreau, mais n'eut pas le temps de dégainer. Une lame se trouvait déjà sous sa gorge. La jeune femme observa le mercenaire rengainer son arme avec amertume. Elle aurait dû avoir eu le temps de réagir. La fatigue était sans doute à prendre en compte, mais il y avait autre chose, quelque chose qu'Eileen n'admettrait pas même sous la pire des tortures.
Dans un combat entre elle et lui, elle n'était absolument pas sûre de gagner.
Il existait donc encore des personnes capables de la battre. Et de l'abattre.
Eileen frissonna discrètement. Elle n'aimait pas cette pensée, et s'empressa de la chasser de son esprit. Pour dissimuler son inquiétude, elle s'étira avec la grâce féline qui empreignait chacun de ses mouvement et bailla de nouveau.

- Oui, je pense aussi qu'il est temps que je rentre.


Elle s'approcha de la porte, puis changea d'avis. Elle préférait ne prendre aucun risque. Se dirigeant vers la fenêtre, elle posa la main sur la poignée, puis se figea. Un détail. Un détail dans la conversation qu'elle avait laissé échapper alors qu'elle n'aurait pas dû. Mail lequel... Elle tenta de se remémorer toutes les parties de la conversation, cherchant ce qui la troublait.

- Seigneur Ril'Enflazio, je vous ai donné mon nom, tout à l'heure...

- Eileen Nil'Lewan, oui.


- C'était... c'était une erreur de ma part... je m'appelle simplement Eileen Lewan... Aucune noblesse dans mon sang...

Son cœur se mit à battre un peu plus vite.

- Je ne suis pas crédible une seconde, pas vrai ? soupira-t-elle.

Sa main se crispa sur la poignée.

- Non, décidément, je n'aime pas mentir. Oubliez simplement que je suis une noble, d'accord ? Si on vous demande, répondez que je m'appelle Eileen Lewan. Personne ne doit savoir.

Comment avait-elle pu se trahir aussi stupidement ? Comment avait-elle pu mettre son plus grand secret entre les mains d'un homme qu'elle connaissait à peine ? C'était une erreur qui pouvait lui coûter cher. Très cher...

- Oubliez même que vous m'avez vue. Je n'existe pas. Je n'existe plus.

Une seule personne, une seule, savait. Une seule à part lui, bien entendu. Si son secret était révélé, elle saurait immédiatement que c'était lui qui l'avait livrée. Et dans ce cas, elle y mettrait le temps qu'il lui faudrait, mais elle le tuerait. Eileen haïssait traître, plus encore que les soldats.

Et avant qu'il ne puisse poser de question, elle ouvrit la fenêtre, se glissa à l'extérieur, et s'évanouit dans la nuit.

[nous en resteront donc là Wink sauf bien sûr si tu veux encore poursuivre, dans ce cas, dis-le moi et j'éditerais Smile]


_______________
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Citation-tobie-fil

Lyu Wenynn / Eileen Nil'Lewan
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]   Cacheras-tu un assassin ? [Terminé] Icon_minitime



 
Cacheras-tu un assassin ? [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Azäziel [Assassin]
» Mia Mort [Assassin]
» Nydith Faraeria [Assassin]
» Zarra (Drow) - [Espionne & Assassin d'Aetherya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'aile principale de l'Académie :: Le troisième étage :: Les appartements du Trésorier Varsgorn Ril' Enflazio-