Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteEblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]   Mer 23 Jan 2013 - 17:41

Un ravin s'ouvrait dans les montagnes. Enorme. Entouré d'arbres fins éclairés par les premiers rayons du jour, une petite clairière s'ouvrait aux bords de la crevasse. Myra apparut aux côtés d'Owenn Sil'Hilden, à quelques pas du gouffre.
Vide sidéral s'offrant aux âmes perdues. Elle pouvait sauter, là, maintenant. Faire le premier pas vers ce trou sans fond. Se laisser happer par la gravité, par ses bras effrayants. Ou réconfortants. Elle pouvait le faire. Maintenant. Laisser ses problèmes derrière elle, les faire disparaître d'un seul et unique pas.
La détresse de la dessinatrice était telle qu'elle n'aurait pas hésité une seconde. Qu'elle n'hésitait pas une seule seconde. Owenn lisait les notes qu'elle lui avait préparé pour le cours un peu plus loin, en attente de la première élève.
La primat avança imperceptiblement. Un mètre la séparait du bord. Un seul mètre. Entre elle et le salut de son esprit affolé. Folle. Elle l'était depuis plusieurs mois. Elle se rapprocha encore. Peu à peu, bien plus proche à mesure que les secondes s'écoulaient. Un pas. Un seul et son esprit serait libéré. A jamais. Un seul pas et elle serait en paix.
Non...
Elle avait ses élèves, ses responsabilités, elle ne pouvait pas faire cela. Elle ne pouvait pas sauter. Disparaître. Sa vie avait beau lui paraître inutile à présent, vide, impraticable, quelque chose la retenait. Quelque chose qu'elle ne saurait avouer, ne la connaissant pas elle-même. Elle ignorait tout de sa vie future. Elle ne la voyait pas.
Si...
Elle n'avait plus rien à perdre, elle n'avait plus rien à faire ici. Rien ne la retenait. Les élèves pouvaient se débrouiller sans elle, elle n'était pas irremplaçable. De loin. Ciléa prendrait sa succession. Bonne dessinatrice. Avec un Don, elle, au moins. Rien à perdre. Ses parents étaient décédés, elle n'avait pas d'amant. Rien. A part Lueur, sa souris. Elle n'avait personne.
Non...
Duncan. Il était là, à ses côtés. Il espérait tant qu'elle se relève, qu'elle recommence à marcher la tête haute. Il espérait, mais elle s'enfonçait de plus en plus dans les abysses de la détresse qu'elle cultivait jour et nuit. Mais il était là. Son ami. Il comptait tant pour elle et il était sans doute la seule raison qui l'empêchait encore de franchir ce dernier pas.
Si...
Elle pouvait le faire, il s'en remettrait. La dessinatrice n'était pas si importante que cela. Elle s'effacerait bien vite de sa mémoire, il se passerait d'elle bien plus rapidement que ce qu'il croirait. Pas importante. Inutile. Un fardeau pour la plupart. Plus rien.
L'articulation de son genou s'enclencha, sa jambe se releva alors, son pied. Elle allait le faire. Passer d'un côté à un autre. Rejoindre le vide abyssale. Oublier. A jamais.

Myra n'eut pas le temps de terminer son geste qu'une forme trouble apparue dans son champs de vision. A quelques mètres d'elle. Sa jambe se reposa sur le sol, son corps pivota rapidement en direction de la silhouette.
Enelyë était arrivée. Juste à temps. Le regard de Myra se posa une dernière fois dans le gouffre.
Non. Elle n'avait pas le droit de faire cet unique pas. Elle avait encore tant de choses à faire. Pour eux.

La dessinatrice s'approcha donc de son élève, notant qu'Owenn restait en arrière. L'alcool qui habitait jadis ses veines s'évaporait peu à peu, elle serait donc bien plus concentrée sur sa tache. Le passage. Enfin. Elle aborda la kaelem, un léger sourire aux lèvres.


- Bienvenue Enelyë. Te voici à ton passage de Flamme. Bientôt, tu deviendras Brasier.

Owenn vint aux côtés de Myra et lui tendit un verre plein. Pas d'alcool dans celui-ci. Elle le prit et le tendit à la jeune dessinatrice.

- Tiens, c'est du Kla. Fais attention, c'est très chaud, mais il faut le boire ainsi. Tu verras, tu te sentiras moins fatiguée.

L'élève but et rendit le verre à son professeur qui le donna à son tour à son collègue. La primat planta son regard flamme dans celui de son élève prometteuse.

- Je suis fière de toi, Enelyë. Je t'ai vue progresser durant ces deux dernières années, je sais ce que tu vaux. Et tu as énormément appris. A présent, tu vas passer trois épreuves qui te conduiront à ta dernière étape. Brasier. Trois épreuves aussi difficiles qu'à ta portée. Owenn Sil'Hilden ici présent va te les faire passer. Aujourd'hui je ne ferai qu'observer. Je ne ferai que te tester et te donner les consignes. Simple juge.

Aucune question. Aucune remarque. Il était temps. Enfin. La maître dessinatrice demanda à son élève de se placer au centre de la petite clairière, face à Owenn. Quand à Myra, elle se plaça entre les deux, face à la kaelem. Première épreuve.
Créativité.


- Notre corps est avant tout le récipient dans lequel nous puisons nos ressources pour dessiner. Il nous est indispensable. Tout comme nos sens. Première épreuve. Dessine-moi les cinq sens. Ta créativité est ta palette. Utilise-la.

A toi de jouer, jeune dessinatrice. Montres-moi ce dont tu es capable.


_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


avatar

Dessinatrice
Messages : 602
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]   Sam 30 Mar 2013 - 20:21

Un pas sur le côté, pour la retrouver. Elle se rappelait très bien la première fois où elle avait expérimenté le pas sur le côté. Elle avait eu un peu peur sur le coup, de ne pas se retrouver au bon endroit, ou que rien ne se passe. Elle devait juste se retrouver à quelques mètres de distance, et Myra avait attendu patiemment qu’elle soit prête, en lui donnant des conseils, en la rassurant un peu. Enelyë avait finalement essayé, et avait réussi. Il n’y avait pas grand-chose qu’elle avait réussi du premier coup ; elle n’avait pas réussi à se tenir comme il le fallait dès les premiers cours qu’on lui avait donnés, elle n’avait pas forcément réussi les exercices de dessin du premier coup … Mais ces expériences ne l’avaient jamais découragé, même si réussir du premier coup la rendait davantage prête à continuer.

Myra s’approcha d’elle. Elle n’arborait pas le magnifique sourire qui la caractérisait, bien que celui qu’elle affichait cette fois semble plus sincère que ceux des cours avec les autres. Lorsqu’elle déclara qu’il s’agissait de son passage, elle ne put s’empêcher de déglutir, malgré le fait qu’elle le sache déjà. Se retrouver face à l’épreuve, prendre conscience que cette fois-ci, elle la passait vraiment, venait de faire naître une angoisse sourde en elle. Et si elle échouait ? Qu’est-ce qui se passerait ? Devrait-elle recommencer tous les exercices de sa deuxième année, parce que cela voudrait dire qu’elle n’était pas prête ? Serait-elle purement et simplement renvoyée parce qu’elle n’aurait pas été à la hauteur ? Ses suppositions ne purent pas aller plus loin car un homme donna un verre à Myra, qu’elle tendit ensuite à Enelyë.

Elle jeta un regard à l’homme, puis cessa de réfléchir et but d’un trait. La boisson s’infiltra doucement, diffusant un peu de chaleur dans son corps à la limite de l’hypothermie. Mais à vrai dire, elle n’avait même plus conscience de la température. Elle mordilla sa lèvre inférieure pour s’empêcher de demander si maintenant, elle pouvait dessiner un châle ou une cape, se disant que ce n’était certainement pas le moment et que déjà diminuée comme elle l’était, elle risquait de ne pas gérer deux dessins à la fois. Mais le Kla la réveillait un peu. Elle ferma les yeux un instant, et posa sur Myra un regard déterminé. Ce devait être le signal qu’elle attendait, puisqu’elle se mit à expliquer ce qui l’attendait. Enelyë prit une grande inspiration et suivit les indications de Myra, qui lui demandait de se placer au milieu de la clairière. Elle-même se plaça face à elle. Premier exercice, première barre à franchir.

Dessiner les cinq sens.

Tout d’abord, rien ne vint. Dans son esprit, un gros brouillard s’était installé, lui voilant toute idée. Déjà, classer les sens serait une bonne chose. La vue. L’ouïe. L’odorat. Le goût. Et le dernier, quel était le dernier, déjà ? Ah, le toucher. Mais comment faire pour dessiner des sensations ? Comment dessiner des perceptions ? Ou alors, fallait-il précisément faire percevoir. Mais, le goût ? Elle avait toujours entendu que les dessins représentant de la nourriture ne nourrissait pas vraiment, puisqu’ils disparaissaient, mais avaient-ils du goût ? Peut-être qu’en l’imaginant … Quoi qu’il en soit, elle devait se décider, et elle n’avait pas d’autres idées que de créer des sons, des odeurs et d’autres noms pour d’autres sens. Elle se plongea tout en douceur dans les Spires. Dans son monde de fils entrelacés pour qu’elle marche sans crainte, mais sans oublier d’être prudente.

Les couleurs la guidèrent vers un premier lieu. L’ouïe. Il fallait quelque chose qui résonne en Myra. Quelque chose qu’elle connaissait et que son élève partageait avec elle. Elle se rappelait d’un cours, au début du printemps, où elles avaient écouté quelques instants les chants des oiseaux qui s’éveillaient. Pouvait-elle recréer cela, donner assez de puissance à ces pépiements, les faire renaître, tout en effaçant les bruits alentours et en brouillant les autres perceptions, pour le moment ? Parce que c’était ça, qu’elle avait décidé. De les couper du monde, un instant, pour faire récupérer les sens comme elle le déciderait. Elle s’en sentait capable. Elle saurait le faire. Elle ferma les yeux, se laissa guider par la chanson des petits animaux volants. Enelyë se rappela de la rivière en arrière-plan. Elle ne bascula pas tout de suite, allant déjà chercher la suite.

La vue était un terrain gigantesque, plein de choses à découvrir. Choisir, voilà ce qui serait difficile. Que pourrait-elle dessiner qui attire la vue, qu’est-ce qui demeurait invisible et qu’elle pouvait faire apparaître comme par magie ? Elle demeura un instant perdue. Elle vacilla et se reprit. Ne pas se laisser distraire. Ce qu’il fallait montrer, c’était le feu. Comme un rappel aux premiers humains. La première chose qu’ils avaient vue devait être le soleil ou les étoiles. Ce qui fallait pour stimuler la vue, c’était de la lumière. Mais la lumière seule serait bien trop facile. D’un autre côté, si elle faisait tout basculer en un moment donné, une chose après l’autre, elle ne devait pas trop forcer. D’autant que deux autres épreuves attendaient encore après. Elle avait l’ouïe et la vue. Elle avait l’eau et le feu. Restait l’odorat, le toucher, le goût. Restait la terre et l’air, et un cinquième élément qu’elle devrait inventer, en rapport avec le goût.

Lier l’odorat à la terre était simple. La plupart des choses qui sortaient de la terre avaient des parfums bien particuliers et reconnaissables. Elle avait souvent aperçue Myra dans le parc, au cours de ses deux années, et elle savait par conséquent qu’elle aimait les fleurs. Savoir lesquelles, voilà une chose qu’il fallait élucider. Mais elle-même ne faisait attention aux fleurs que lorsqu’on lui offrait. Alors elle décida d’allier l’odorat au goût. Car sans odorat le goût est toujours fortement atténué. Cela se ressent bien lorsqu’on mange en étant enrhumé ; les saveurs sont nettement affaiblies. Elle réfléchit. Réfléchit à quelque chose dont elle se souvenait dans l’immédiat. Le Kla. C’était la seule chose qui lui venait à l’esprit. Enelyë grimaça intérieurement. Puisqu’il le fallait.

Doucement, doucement, elle fit basculer tout ça dans la réalité. D’abord, elle ferma l’espace autour de Myra, pour que l’extérieur ne fasse pas interruption à ses dessins. Elle la laissa récupérer l’ouïe, dans un premier temps, en dessinant le son des oiseaux et de la rivière en fond. Puis la lumière infiltra la réalité, pas trop forte pour ne pas agresser les yeux de la Professeur, mais un peu plus vive avec le temps passant. Puis le Kla. Elle ne savait pas trop la façon dont Myra recevrait le dessin mais elle ne s’intéressa pas à ça sur l’instant, se rendant compte qu’elle avait oublié le toucher.

Elle replongea dans l’Imagination, encore imprégnée de sa présence. Elle avait toujours aimé jouer avec les sensations du toucher. Ce fut une simple balle qui tomba dans les mains de Myra. Visiblement étonné par ce dessin si facile, elle la fit rouler entre ses mains. Et ce fut là que le dessin d’Enelyë se révéla. La balle n’avait rien de simple. Et elle avait même un peu de mal à la faire passer par les différents états. Rugueuse sur un roulement, douce sur un autre. Lourde sur un instant, aérienne sur un autre. Elle passa successivement par plusieurs états. Et pendant ce temps-là, elle avait libéré Myra de chacun de ses dessins, successivement, pour ne pas se fatiguer trop vite. Il fallait qu’elle garde de l’énergie. Elle lui laissa le soin d’effacer la balle, si elle le désirait, en attendant la suite.



_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]   Mar 2 Avr 2013 - 20:20

Le vent sifflait à côté de ce gouffre, le soleil commençait à briller haut dans le ciel. Enelyë réfléchissait, puis plongea tête la première dans les Spires. Owenn la suivit et Myra resta dans la réalité. Désespérée. Seule avec sa détresse grandissante. Pourquoi devait-elle subir cela encore et encore ? Pourquoi devait-elle assister à tout ceci ? Elle pouvait partir, suivre ce chemin là-bas et s'en aller pour ne plus assister à ce spectacle qui la faisait tant souffrir. Voir la jeune fille plongée dans les Spires auxquelles elle n'avait plus droit.
Non, stop. La dessinatrice fit obstacle à ces pensées. Elle n'avait pas le droit de faire cela à son élève, cette dernière avait sans doute attendu ce moment avec impatience. Elle ne pouvait pas la lâcher ainsi. Elle n'en avait le droit.
Elle fronça les sourcils et attendit. Sentant les trois souffles, comptant presque les secondes. Puis, la kaelem passa à l'action. Elle dessina.

Myra sentit toutes sensations disparaître, elle ne ressentait plus rien hormis un vide complet. C'était elle. Bon choix. Couper son professeur du reste du monde pour qu'elle apprécie mieux les dessins. Très bonne initiative. Mais rien ne se passait. Ce noir total dans lequel elle était plongée restait sombre et vide.
Soudain, un son. Infime. Augmentant au fur et à mesure. Le chant d'oiseaux, ceux qu'elles avaient perçu dans le parc à un cours dernier. Le fait que la jeune fille s'en souvienne fit sourire la primat. Vint s'ajouter aux piaillements des oiseaux, le doux roulis d'une rivière.
Elle venait de récupérer l'ouïe.
Un rai de lumière s'infiltra doucement dans ce monde de noirceur qu'elle avait créé. D'un point, elle s'accentuait de plus en plus, devenant à mesure du temps vive et intense.
Elle venait de récupérer la vue.
Une odeur s'insinua soudain dans ses narines, montant en volutes de fumées depuis le sol. Des senteurs de plantes âpres mélangées à une décoction sucrée. La femme se pencha en douceur et ses mains entrèrent en contact avec un verre en métal froid. Une boisson. Elle reconnut immédiatement l'odeur du Kla. Maligne, elle avait associé deux sens qui allaient souvent de paire. Elle reposa le verre à terre.
Elle venait de récupérer l'odorat associé au goût.
Il en manquait un. Le toucher. Comment allait-elle le lui faire ressentir ? La curiosité l'avait emporté sur son désir de fuite. Sur sa détresse dévorante. La dessinatrice avait oublié son malheur pour quelques instants.
Une balle tomba soudain entre ses mains. Une simple balle ? L'étonnement de Myra ne fut pas long à dissiper. Ses doigts commencèrent à la faire rouler d'une main à l'autre et elle ne fut pas déçue. La balle était ronde, simple. Seulement en surface. La vue pouvait tromper, Enelyë venait de le rappeler à son professeur. Chaque roulement était différent, aucun ne se trouvait en un seul petit point identique. Sur le premier, rugueux, le suivant, doux, puis lourd, aérien, poilu, lisse, chaud, froid et encore bien d'autres états. Le bouquet final de son épreuve.
Elle venait de récupérer le toucher.
Myra voyait petit à petit les autres dessins disparaître alors qu'elle faisait rouler la balle entre ses mains. La femme releva le regard en gardant le dessin en sa possession. Un sourire s'étirait sur son visage. Elle avait oublié comme cela procurait une joie intense lorsqu'un élève prouvait qu'il avait appris aux côtés de son professeur.


- Bien. Les forces sont précieuses et il faut se méfier de ne pas les brûler inutilement. Je vois avec plaisir que tu le sais fort bien.

Première épreuve réussit avec succès. La seconde se révélerait un peu plus complexe, mais elle en savait la kaelem capable bien qu'elle haïssait son Don. Ce Don qu'elle ne possédait plus. Privée de la moitié de son être.
Résister. Ne pas succomber à l'appel du vide, de la détresse. Résister et ne pas tomber dans ses bras. Ne pas regarder ce gouffre qui s'étendait sous ses pieds, ce gouffre identique à celui qui s'étirait dans son dos.
Se concentrer sur le moment présent, sur son élève. Ne pas relâcher son attention, ne pas penser à tout cela. Penser à elle, à Enelyë et à son passage. Rien qu'à la jeune fille.


- Deuxième épreuve. La créativité est un aspect apprécié de tous lorsqu'il s'agit du Don, mais elle n'est pas seule. Sans ses deux autres facettes, elle n'est rien. Ses deux facettes, volonté et pouvoir. La volonté te mènera loin, le pouvoir te donnera la force d'aller où tu le désire. Et ces deux pouvoirs combinés t'ouvrent la voie à de nombreux possibles. Le dessin à la chaîne demande l'application de ces deux facettes du Don.

La dessinatrice fit un signe de tête à Owenn qui s'engouffra dans l'Imagination. A peine était-il entré qu'une améthyste de la taille d'un poing apparu aux pieds de la kaelem.

- Tu as cinq minutes à partir de maintenant pour créer une carrière entière d’améthystes. N'oublies pas, pouvoir et volonté.






_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


avatar

Dessinatrice
Messages : 602
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]   Dim 14 Avr 2013 - 19:44

Myra la félicita pour cette première épreuve, semblait-il réussie. Un sourire au visage. Enelyë était contente de la voir ainsi. Une professeur abattue n’était pas ce qu’il y avait de plus motivant, même pour les élèves les plus optimistes. Elle regarda son interlocutrice, l’air grave et concentrée, attendant calmement la deuxième épreuve. Elle ne devait pas se relâcher sur cette étape franchie alors que deux autres l’attendaient encore. Et si elle échouait ? Que se passerait-il ? Ne pas passer à l’après, se concentrer sur le présent et à son épreuve. Mais surtout, ne pas oublier l’après. Parce qu’elle courait un marathon Imaginaire. Si elle s’épuisait dès le départ, elle ne verrait pas la fin. Enfin, la voix de Myra retentit pour lui expliquer sa deuxième épreuve. Une améthyste tomba sur le sol, juste devant ses pieds. Cinq minutes pour créer une carrière entière d’améthyste.

Elle pâlit, un instant, terrifiée par l’énergie énorme qu’elle était sûre de devoir dépenser pour ça. Néanmoins, elle ne pouvait pas abandonner. Elle ne voulait pas abandonner. Volonté et Pouvoir. Elle pouvait le faire. Elle voulait le faire.

5 minutes. Enelyë se baissa pour attraper la pierre précieuse. Pour recréer, il fallait observer. Elle regarda attentivement les faces de la gemme violette, son éclat, tout ce qui la rendait reconnaissable. Entre mille, elle ne devrait plus l’être. Il serait difficile de la reproduire à l’identique, notamment en aussi peu de temps, notamment si il elle devait en faire beaucoup. Son dessin perdrait forcément de sa netteté. Mais il fallait essayer, car qui ne tente rien n’a rien. Elle caressa les arêtes – se coupa légèrement – observa à nouveau les différentes faces. Il fallait faire vite, pour mémoriser tout cela. C’était difficile. Continuer. Elle grava les détails dans son esprit.

4 minutes. Elle se coula dans les Spires, doucement, l’image encore en tête. Pouvoir et Volonté. Elle commença par façonner l’améthyste telle qu’elle était dans ses souvenirs. Elle se souvenait d’un cours où Myra leur avait fait passer des bibelots à la fin. Il devait le mémoriser et le refaire au cours suivant. Dans un sens, l’épreuve était plus facile, puisqu’elle suggérait le souvenir d’un objet vu à peine quelques secondes plus tôt. Dans un autre sens, plus difficile, puisqu’elle exigeait la création en chaîne et qu’elle devait donc être plus ressemblante que leurs tremblants essais de cours. Continuer. Elle fit basculer la première pierre dans la réalité.

3 minutes. La Dessinatrice compara très vite les deux améthystes. Remarqua un éclat légèrement plus terne sur l’une des deux, mais ne se rappelait déjà pas de laquelle était la sienne. Tant pis. Cet éclat terne ne pouvait être que son Dessin. Augmenter la luminosité, et surtout, ne plus revenir dans la réalité. Dessiner encore et encore, jusqu’à ce que le temps soit totalement écoulé. 2 minutes. 1 minute. Dessiner jusqu’à la dernière seconde. Encore 30, seulement la moitié de la carrière. Accélérer le mouvement, quitte à perdre en qualité. 5 secondes. Presque terminé. Fin. Fin du temps réglementaire. Fin de sa capacité à dessiner. Et sa tête qui tournait, déjà. Le marathon allait être difficile à terminer. Mais il fallait qu’elle s’accroche, aussi fort qu’elle le pouvait.

Enelyë ouvrit les yeux, et fut éblouie par les lumières du soleil réfléchies par les pierres. Lorsqu’elle s’habitua à la luminosité, elle se dit qu’elle n’aurait peut-être pas trop dû forcer sur cet aspect. Encore qu’en réalité, elles n’étaient pas trop brillantes. Elles étaient justes comme elles devaient l’être. Elle cligna des yeux, cherchant du regard les améthystes faites plus rapidement que les autres. Cependant, elle avait un peu peur de marcher. Elle avait ses chaussures, mais la pierre qui avait blessé sa main pouvait certainement couper le cuir. Cependant, avec précaution, elle s’avança du côté de Myra. Évidemment, les pierres les plus mal réussies, si tant est qu’elles soient apparues, seraient du côté opposé à la professeur. Mais sans doute rien ne lui échappait.

La dessinatrice s’étira. Elle avait un peu forcé la dose. Alors elle espérait que la dernière épreuve serait moins difficile. Ce qui était peut-être un peu illogique, mais elle n’avait jamais été très logique, alors ça n’allait sans doute pas commencer maintenant. Elle guetta la réaction de Myra, un peu inquiète. Avait-elle réussi cette deuxième épreuve ? Totalement, partiellement ? Allait-elle avoir droit à de nouveaux conseils ? Elle voulait les réponses à sa question le plus vite possible. Au fur et à mesure de l’observation des pierres, elle effaçait ses dessins pour conserver ses forces. L’améthyste originelle avait disparue.



_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]   Ven 3 Mai 2013 - 21:03

Cinq minutes, ce n'était pas beaucoup. Myra était confiante, mais la kaelem l'était-elle ? Là était la question. Le maître ne pouvait qu'être persuadé de la volonté et des capacités de son élève, mais c'était à cette dernière qu'il incombait de réussir. Sa volonté était sienne, c'était son boulot que de l'apprivoiser. Enelyë pouvait le faire. Il fallait simplement qu'elle en prenne conscience.
La jeune dessinatrice se baissa alors pour prendre l'améthyste entre ses mains et l'observer avec attention. Graver chaque détail, chaque éclat, chaque tournure de la pierre. Tout. Comme lors de leurs exercices en classe. Myra savait que ceux-ci serviraient à ses élèves tôt ou tard. Enelyë était bonne dessinatrice, les exercices, elle les réussissait toujours. Allait-elle pour autant réussir cette épreuve ? Concentration, se souvenir de ses connaissances. Pouvoir, réussir à le contenir. A le préserver. L'énergie aussi.
L'art des Spires était bien difficile. Fait de contradictions, l'arpenteur de l'Imagination devait sans cesse faire preuve de ruse. Les Spires pouvaient parfois se montrer fourbes.

La jeune fille fondit enfin dans l'Imagination, en douceur. Bonne initiative. La précipitation n'était jamais la meilleure méthode. Myra restait encore sur la touche. Seule devant la crevasse, elle attendait. Ses yeux se perdirent sur Owenn qui suivait son élève. Il la remplaçait. Ses Spires... Il pouvait encore en jouir, lui. Elle restait en retrait, observant les vents et les herbes. Rien de plus. Elle ne pouvait qu'attendre.
Frustration.
Ses mains tremblaient, son coeur s'emballait. Son corps entier hurlait aux Spires. Elle en avait besoin. Elle ne pouvait vivre sans elles. Comme une drogue. Une larme perla au coin de son oeil de feu, elle l'essuya discrètement d'un revers de manche. Ils ne devaient pas la voir ainsi. Elle ne le voulait pas. Elle n'était pas dupe, elle savait cependant que certains se posaient des questions à son sujet. Elle n'en avait que faire. Tant qu'ils ne lui posaient aucune question à elle.
La journée n'était pas terminée qu'elle voulait déjà s'enfuir pour se barricader dans ses appartements. Laisser la journée à son assistante, elle était largement capable de gérer les élèves.
Pourquoi ne pas lui laisser son post, après tout...
Dans son état, elle ne servait plus à rien. Seul son nom montrait encore qui elle était. Ril'Otrin. Seules ces lettres montraient au monde qui elle avait été. Ici, elle ne servait plus à rien. Un fardeau pour cette Académie. Incapable d'enseigner correctement. Les élèves n'apprendraient plus rien sous son aile...
Non.
Elle avait bien trop d'amour propre pour déclarer forfait aussi facilement. Son coeur était empli de haine envers la Dame et le Dragon, envers tous ceux qui possédaient encore un don, mais elle ne pouvait abandonner. Ce n'était pas son genre. Elle n'abandonnerait pas. Elle n'était pas comme cela.
Relevant la tête, son regard flamme sûr de lui, elle attendait encore.

Une première pierre avait déjà basculé dans la réalité. D'autres suivirent bien assez vite. On aurait dit qu'une pluie d'améthystes s'abattait sur les herbes. Le soleil créait un éclat surprenant de ses rayons sur les faces violacées des pierres et le vent créait de belles harmonies. Les pierres se succédaient les unes les autres, sans fin.
Les tailles différaient, les éclats aussi. Myra avait demandé une carrière d'améthystes, non de copies conformes. La jeune dessinatrice n'avait peut-être pas fait la différence, mais pensait-elle sans doute que les éclats qui différaient pouvaient lui couter son passage. Pas le moins du monde.
La lumière se faisait plus intense à mesure que les pierres précieuses basculaient dans la réalité, plus que quelques secondes. La fin de la seconde épreuve approchait. La primat pouvait sentir le stress de son élève, elle pouvait sentir les secondes résonner dans son esprit. Fin.

Enelyë s'approcha de son professeur, attendant sans doute la suite des instructions. Ou quelques remarques. Rien ne vint. Myra fit le tour de la carrière, oui, la kaelem avait offert à son professeur une véritable carrière d'améthystes.


- Quelques éclats ternes... Quelques imperfections...

La primat faisait ses quelques commentaires à voix haute. Enelyë était tendue. La peur d'une défaite pour le second exercice la gagnait sans doute. Le professeur de dessin enchaîna sans attendre plus longtemps. La rassurer.

- La beauté n'est pas dans la perfection.

La deuxième épreuve était réussie. Les améthystes n'étaient pas toutes aussi éclatantes de beauté et de perfection, mais la consigne avait été respectée.
La perfection n'est pas la réussite. Elle n'est pas la beauté.


- Troisième épreuve. Duel. Owenn Sil'Hilden sera ton adversaire. Volonté, créativité et pouvoir seront tes armes. Utilises-les, mais ne te surmène pas. Gagne.

Se retirant, elle laissa le champ libre à Enelyë. Le dessinateur se plaça devant elle, prêt.





_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


avatar

Dessinatrice
Messages : 602
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]   Dim 5 Mai 2013 - 15:15

Gagne.

Et ce simple mot de pulser dans sa tête, dans son cœur et dans son être. Gagne. C’était à la fois simple à comprendre et difficile à assimiler. Il lui fallait gagner, d’accord. Et si elle perdait ?

Le temps de ces pensées, il était déjà entré dans les Spires, sans qu’elle ne s’en rende compte. Ce n’était pas grand-chose, juste un vent suffisamment fort pour qu’elle ne puisse pas rester debout, qu’elle ne puisse pas se relever. Si elle avait été marchombre, elle aurait sans doute su se relever contre ce puissant souffle, mais elle était dessinatrice, et la solution était ailleurs. La solution était dans sa tête, sur les chemins entortillés des spirales que les dessinateurs voyaient, choisissaient et traversaient en douceur. Trouver sa trace, retourner son dessin … Cela lui semblait terriblement compliqué dans sa situation. Elle était à terre, et devait suffisamment se concentrer pour à la fois ne pas tomber complétement dans les Spires pour ne pas perdre le contrôle de son corps face au vent, et pouvoir retourner ce vent contre celui qui l’imaginait. Elle accrocha la terre, pour se tenir, et se lança dans les Spires. Presque à corps perdu. Fait exprès ou non, la trace du Dessinateur, de « l’ennemi », était facilement reconnaissable, et elle la trouva rapidement. La source du Dessin était toute proche.

Elle se releva alors, le vent se retournant contre celui qui l’avait dessiné. Défense. Gagne. La meilleure des défenses est l’attaque, dit-on. Alors elle effaça le Dessin, pour se rejeter dans l’Imagination aussitôt. Elle ne mit pas longtemps à réfléchir : elle devait gagner, mais pas tuer son adversaire. Et elle imaginait qu’elle ne pouvait pas non plus le blesser. C’était une épreuve, non un combat. Elle tenta de se souvenir de son duel contre Loeva. Cela lui semblait remonter à tellement de temps … Et pourtant, elle en gardait le souvenir, vif, dans sa tête.

*

Et il lui renvoyait ses Dessins, inlassablement. Elle commençait à avoir des bleus sur les bras – à cause de toutes ces balles qu’elle avait dessinées. Elle avait les cheveux mouillés, à cause de ses torrents d’eau, elle avait mal aux yeux, à cause des lumières et surtout, surtout, elle avait vraiment faim. Elle tenait à peine debout, encore, mais elle devait gagner. A chaque fois qu’elle se sentait tomber, ou trembler, elle pensait « Gagne » et cela lui donnait l’énergie nécessaire pour continuer. Et elle continuait à subir ses propres idées, renvoyées contre elle, en réfléchissant toutefois à une solution. Comment faire, pour que ses pas ne soient pas détectés dans l’Imagination ? … ses pas ? Et si elle faisait un Pas sur le Côté ? En situation réelle, en situation de combat réel, elle aurait sans doute eu un poignard avec elle. Mais le but ici n’était pas de blesser, et les bleus étaient sans doute la seule chose qu’elle admettrait de recevoir. Pouvait-elle dessiner tout en faisant un Pas ? Elle n’en était pas certaine, mais au moins cela aurait-il la possibilité de déstabiliser son adversaire.

Alors elle se lança, fit un Pas. Elle le sentit se tourner vers elle mais c’était trop tard – la balle avait déjà heurté la tête de l’homme. Elle n’avait pas vraiment fait exprès, n’avait pas visé spécifiquement son visage. Pas de dessin simultané, seulement deux dessins très rapprochés dans le temps. Et c’était épuisant, elle ne pourrait sans doute pas le refaire. De toute façon, l’effet de surprise aurait cette fois été éventé. Elle s’arrêta, cilla, et cessa le combat. Finalement, l’attaque n’était pas la meilleure des défenses. Peut-être que la meilleure des défenses, et bien, c’était tout bonnement la défense. Alors elle attendit, prête à annihiler les dessins de l’autre dès leur naissance. Il est plus facile de détruire que de construire, après tout.

*

Elle tomba, à bout de force. Elle avait cependant joué la carte de l’endurance, mais la fatigue sous-jacente de la nuit précédente, et celle engendrée par les deux autres épreuves, avaient eu raison d’elle. Si l’autre n’était pas non plus en pleine forme, il n’en restait pas moins que lui était debout. Elle roula sur le dos, son regard fixé sur le ciel, reprenant doucement sa respiration. Elle n’avait peut-être pas gagné le combat, mais elle s’était fièrement battue. Elle ferma les yeux et réalisa ce qu’elle avait tout de même gagné durant ces deux derniers jours : savoir comment fuir les loups ; savoir que les Marcheurs craignaient plus ou moins le feu ; savoir qu’il fallait mieux ne pas dormir dans la montagne ; savoir que le Kla réveillait bien ; savoir. Et savoir continuer à apprendre même aux épreuves. Ce qu’elle avait gagné, c’était une certaine maturité, au final. Et si elle n’avait pas gagné le combat, elle était certaine d’avoir réussi son Passage.

Enelyë se releva, se tint droite et, malgré quelques pas hésitants et tremblants, parvint jusqu’à Myra Ril’Otrin. Et elle attendit, en silence, son jugement.



_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]   Dim 5 Mai 2013 - 21:51

L'atmosphère se chargea en électricité, la dernière épreuve était enfin là. Plus que quelques minutes et le passage de la jeune fille serait terminé. Enfin.
Le duel fut entamé par Owenn qui se jeta souplement dans les Spires. Un vent souffla alors sur les herbes. Anormal, un dessin. La professeur avait fait un topo à son ami avant les passages. Les trois apprentis qui effectuaient leur passage n'étaient qu'apprentis encore. Ils étaient donc en somme bien moins expérimentés que Owenn. Le conseillant sur le niveau à prendre, lui apprenant leurs capacités, elle avait tout fait pour que le duel soit équitable. A présent, il ne restait plus qu'à prier la Dame pour que tout se passe comme prévu.
Sauf que Myra avait tendance à ne plus prêter attention à la Dame et à son Dragon. Ils lui avaient ôté tout ce qui était cher à son coeur... La moitié d'elle-même. Pourquoi vénérer des divinités alors que celles-ci n'avaient pas su la protéger ? Non, elle ne croyait plus en elles. Jamais. Tant qu'elles ne lui auraient pas prouver qu'une justice régnait en ce monde.
Son don...
Le récupérer, voilà tout ce qu'elle demandait. Récupérer ce qui lui appartenait, ce qui lui revenait de droit.

La troisième et dernière épreuve battait son plein, sans elle une fois encore. Et dire qu'elle devrait supporter ceci une seconde fois. Elle bénissait presque Mil'Sha d'être parti avant le début des passages, déclarant ainsi forfait. En quelque sorte. Elle aurait pu le rattraper, lui dire quelque chose, le raisonner, lui tirer les oreilles. Elle n'en avait rien fait. Son égo peut-être. Sans doute. Lui et son don, elle et sa souffrance. A ce moment-là, lorsqu'il leur avait tourné le dos pour rejoindre l'Académie, son esprit s'était réjoui de voir le passage refusé à l'élève. Une défaite pour un autre.
Une joie cependant bien vite oubliée. Il avait encore les Spires même s'il n'était pas brasier. Les Spires. Ces routes qui lui étaient à présent interdites. A jamais.

Une bourrasque remua sa longue chevelure blonde mal entretenue, coupant quelques instants son souffle déjà haletant. Enelyë était éreintée, mais elle continuait ses réflexions. Elle réfléchissait toujours, maligne, elle trouvait à chaque attaque une parade. Les dessins se succédaient, les volontés se confrontaient. On pouvait voir les deux esprits se poursuivre dans l'Imagination dans l'espoir de deviner l'attaque suivante. L'un voulait tester, l'autre voulait gagner. Peut-être que le premier le désirait également, à un moindre degré.
Enelyë disparut soudain, comme happée par le néant. Un Pas sur le côté. Une balle apparut presque en simultané. Non. A quelques secondes d’intervalle. Deux dessins effectués dans un temps rapproché, presque à la seconde près. La jeune fille était réapparue aux côtés de l'homme. Surpris par l'attaque, il n'avait vu la balle. La prenant de plein fouet en plein visage, la douleur fut sans aucun doute intense. Déboussolé, il prit quelques secondes pour se reprendre.
Le duel reprit, plus lent. Puis se stoppa. Net.
La kaelem tomba à terre, épuisée. Elle avait tout donné. Jusqu'à la fin. Se relevant avec difficulté, elle se tenait droite. Fière. Marcha jusqu'à Myra et attendit le jugement. Owenn en retrait, il ne parut exister plus que les deux dessinatrice devant ce gouffre.
Myra planta son regard flamme dans celui de son élève, implacable. Aucune faille, aucune émotion. Ce n'était pas dans ses habitudes. La Myra qu'ils connaissaient tous pétillait, son regard n'était que brasier étincelant. Là, rien. Aucune flamme, pas même une étincelle. Les secondes s'écoulaient, devenant presque des minutes. Soudain, un sourire.


- Toutes mes félicitations, te voilà promue au rang de Brasier.

Aucun commentaire en plus. Rien qu'un sourire, une légère étincelle naissante dans son regard. Elle avait beau haïr son don, elle était fière de son élève. Elle ne pouvait le nier.

- Rentre à présent, tu as grand besoin de repos. Owenn va te raccompagner à l'aide d'un Pas sur le côté.

Tu le sais, tu as perdu ce duel. Tu as gagné en revanche bien plus durant ces deux jours intenses que durant une année entière de leçons.
Profite de ce repos, tu l'as amplement mérité.







[ PASSAGE TERMINE ET REUSSI ]


_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]   



 
Eblouie par le dieu soleil | Passage Brasier Enelyë [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Le Dieu-Soleil d'Égypte
» RAHAN
» ¤ " Au matin de ta vie, sur la planète, éblouit par le dieu soleil ... " ¤ Présentation de Loukas ¤
» Lena K. Sunamoon ~ Fée de la lune et du soleil à votre service ! {terminé}
» Asclépios, Dieu de la Médecine [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La cité d'Al-Poll et ses environs :: Au pied des montagnes-