Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinette[Cours de légendes] Tradition, Honneur, Discipline, Excellence [Terminé] - Page 2
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 [Cours de légendes] Tradition, Honneur, Discipline, Excellence [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Marchombre
Messages : 426
Inscription le : 20/11/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de légendes] Tradition, Honneur, Discipline, Excellence [Terminé]   Sam 10 Nov 2012 - 16:49

Les yeux rivés sur le plancher, Lya fulminait intérieurement contre le nouvel intendant, Aziel Ryl’Krisant. Elle criait dans son esprit, sa rage contre cette homme qui la contraignait à quitter ainsi un cours, blessant un professeur qu’elle respectait habituellement, mais qui se soumettait lui aussi aux nouvelles lois. Non mais quelle bande de…

BAM… Et que je te percute, et que tes mains agrippent mes épaules pour ne plus les lâcher, comme les serres d’un oiseau sur sa proie. Et avant même que l’homme qui dans les doigts tranchaient ses épaules n’ai dit un mot, avant même que Lya n’ai levé les yeux sur lui, elle sut qui c’était et pesta intérieurement sur la malchance qui la poursuivait. Non mais franchement, combien de pourcentage de chance y avait-il pour que le jour où elle quitte un cours, ce soit à l’instant précis où le nouvel intendant passe dans le couloir et l’attrape au passage. En plus, elle venait de remettre son bandeau.
Elle leva les yeux, une lueur de fureur dans le regard. L’intendant la reconnu aussi bien qu’elle le reconnut. Et la jeune femme fut contrainte d’ôter une nouvelle fois son bandeau, soufflant sur ses cheveux qui retombaient devant ses yeux, dans un geste de désappointement total. Il pouvait lui poser toutes les questions qu’il voulait, elle ne lui répondrait que sous la torture. Allez, use de ta salive autant que tu le veux. Je te laisse démêler le fil de l’histoire comme un grand garçon.

Ils retournèrent dans la salle de cours, Lya poussée par la main de l’Intendant. Elle aurait pu se dégager d’un simple coup d’épaule et disparaître en quelques pas au bout du couloir. Aziel aurait été incapable de la rattraper, et le gros plein de muscle au-dehors encore moins. Mais elle ne le fit pas, réfléchissant au moyen de s’en sortir une bonne fois pour toute, de ne plus revenir. Et petit à petit, une idée prenait forme dans son esprit.
Dans la salle, l’agitation était à son comble. Au départ, perdue dans ses pensées, la jeune femme n’y fit pas spécialement attention. Elle obéi même à l’ordre de l’intendant, restant à l’écart, se faisant oublier pour rassembler les maigres chances en sa faveur de s’en sortir plus tard. Mais l’agitation la tira bientôt de ses pensées. Son regard vide se ressaisit et lu les visages de chacun. Aziel, qui attendait son heure, le Rêveur qui prenait son rôle à cœur, les élèves qui murmuraient entre eux à voix basse, la plupart l’ayant solidairement rejoint dans son fond de salle, et le professeur, surtout. Le professeur, plus pale que pale, qui les regardait sans les voir, comme à travers un voile. Lorsqu’il bafouilla puis se leva, Lya sentit son cœur se serrer en constatant à quel point il était mal. Elle le regarda tomber dans un bruit sourd et un râle rauque, sans faire le moindre geste. Elle était inutile, ne pouvait rien faire pour l’aider, et se contentait d’essayer de discerner par-dessus les têtes ce qui se passait, sans rien voir vraiment.
Elle s’autorisa enfin à respirer lorsque la Rêveuse, qu’elle avait déjà croisé à Eoliane, annonça qu’il était sauvé.

Avant que le brancard n’arrive, Lya se glissa parmi les élèves qui entouraient le professeur et les deux Rêveurs. Il fallait qu’elle le voit respirer de ses propres yeux. Rassurée, Lya glissa sa main dans sa poche où gisait son bandeau, et discrètement, sans que personne ne s’aperçoive de son geste, elle le glissa dans celle du professeur.
A la fois excuse, remerciement, encouragement et au revoir, il le trouverait plus tard. Dire qu’elle l’avait un jour pris pour un mercenaire.
Puis elle reprit sa place au fond de la salle, suivant le brancard des yeux lorsqu’il passa devant elle accompagné de son escorte. La Kaelem attendit la suite des évènements, qui ne tarda pas. Aziel le fiel lança à la ronde un petit discours qu’il devait considérer comme rassurant mais qui ne l’était pas le moins du monde. Et puis un nouvel ordre, à son intention, masqué sous une fausse politesse détestable. Elle le suivit, obéissante mais silencieuse. Reconnus les deux Teylus avec lesquels elle avait passé les deux dernières mâtinés et se douta qu’ils allaient chercher les quatre derniers courageux qui fuguaient l’appel avec eux. Lya avait raison, et ils terminèrent tous les sept dans le bureau de l’intendant.

Silencieux.
Surtout, rester silencieux. Ne rien dire, ne pas parler. Il n’attend que ça pour mieux nous enfoncer, nous punir, nous détruire. Vous le savez aussi bien que moi, alors taisez-vous.

Les prières de Lya n’atteignirent pas toutes les oreilles. Sarielle, la main dans celle d’Armel, sanglotait doucement, et son murmure, bien qu’entrecoupé de pleurs, parvint aux oreilles de tous :


-On n’est… On n’est jamais venu à… l’appel.
-Mais tais-toi, idiote. Tu crois qu’il le sait pas ?
-Il a raison, t’était obligé d’ouvrir la bouche ? Et arrête de pleurer comme ça où il va t’arracher les yeux !
-Ouai, j’suis sûre qu’il en est capable en plus.
- Vous pouvez pas vous en prendre à vous-même plutôt qu’à elle ? Si vous vouliez pas être là, fallait y aller, à votre appel à la noix.
-Allez, continue, fais celui qui assume et qui protège sa copine ! Et la solidarité là-dedans ? On n’avait pas dit que…
-SILENCE !

La cacophonie de cris et de pleurs détruisaient les oreilles de Lya, toujours silencieuse, tout en faisant naître un fin sourire sur les lèvres d’Aziel. Elle n’en pouvait plus, elle avait crié, ils s’étaient tut. A son tour de jouer. Elle s’adressa à l’intendant :

-Vous savez parfaitement pourquoi on est ici, sinon vous ne nous y aurais jamais amené. Menacez-nous, puis punissez nous dans un élan de faux pardon, puisque c’est ainsi que vous aviez prévu que les choses se passent. Ou pour être plus rapide, punissez-nous immédiatement, car j’imagine que vous avez déjà prévu le sort que vous nous réservez depuis bien longtemps déjà.

La marchombre ne se trompait pas, au vu du regard qu’il lui lança. Elle continua:

-Ensuite, vous me laisseraez signer les papiers pour que je puisse quitter cette école. J’ai terminé ma formation, je n’ai plus rien à faire ici.

Sa décision était prise.
Elle ne porterait pas l’uniforme du petit soldat plus longtemps.





_______________
 
 
[Cours de légendes] Tradition, Honneur, Discipline, Excellence [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires
-
» Cours 1 : Années 5 à 7 [Terminé]
» Cours n°1. Années 1à 3. [Terminé]
» Cours de base - Ninjutsu [Entraînement, solo, terminé]
» je promets que je serai plus sévère (cours 1 - terminé )
» La tradition perdure : Chapitre 1 [fin 1623, Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Aile est de l'Académie :: Le premier étage :: La salle des légendes-