Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteLame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Mar 14 Déc 2010 - 18:48

Bon, ben c’était mal parti. Très mal parti, même.

L’Académie était dans un état lamentable. Non seulement elle n’avait plus de hall et l’un des dortoirs avait pris feu, obligeant les apprentis survivants à se tasser dans trois dortoirs – quoique vu le nombre de morts, avoir un dortoir en moins leurs éviterait sûrement l’impression de vide « tiens, Machin n’est plus là, et Truc non plus… » vu qu’il y aurait quand même quelqu’un dans leur lit – mais en plus, tout l’activité était temporairement suspendue. Pas de cours pour les élèves ; à la place, ils apprenaient à poser dalles et planchers et à faire des bûchers funéraires. Si elle avait voulu être guérisseuse, elle serait allée à Eoliane ; mais il y avait plus de pacifistes ici qu’elle n’en avait jamais vu. Comment se faisait-il qu’ils soignaient tout le monde pour rien, d’ailleurs ? A Al Jeit, les Rêveurs étaient hors de prix. Tout le monde était donc occupé à guérir et reconstruire ; apparemment, il n’y avait plus ni Maître d’Armes ni Maitre Dessinateur, ce qui ne l’arrangeait absolument pas vu que lesdits absents étaient sa seule raison d’avoir traversé tout Gwendalavir. La prochaine fois, elle resterait chez elle, ça vaudrait mieux. Enfin, l’absence de maîtres n’était que secondaire – avant de pouvoir se plaindre du manque d’enseignement, il faudrait peut-être qu’elle intègre l’Académie, d’abord.

Et pour ça, il aurait fallu avoir le célèbre Intendant sous la main. Intendant qu'elle n'avait toujours pas vu, et qu'elle imaginait toujours aussi lâche et obèse, mais puisqu'il s'occupait de la crise actuelle, il ne devait pas être aussi fainéant qu'elle l'avait imaginé. L'Intendant était devenu introuvable pour toute personne le cherchant, trop occupé à remettre de l’ordre, à ordonner les réparations, à coordonner les équipes, à supplier les parents de ne pas reprendre leurs enfants – parce que oui, elle avait vu pas mal de familles outrées partir avec leurs enfants, nobles pour la plupart, ça allait encore être un coup porté à la réputation de Merwyn – et à se démêler avec les curieux qui posaient des questions. Résultat, il ne passait même plus par son bureau, et ne s’occupait absolument pas des pauvres petits nouveaux perdus et effrayés qui voudraient intégrer le prestigieux – ou pas – établissement. Vu les rumeurs qui circulaient, elle doutait que beaucoup de monde frappe aux portes de l’Académie avant longtemps. A moins que la réputation excellente des professeurs, la qualité de l’enseignement, les apprentis qui ressortaient puissants maîtres et le courage des résistants – elle n’avait pas encore trop compris qui ils étaient, eux, mais on les acclamait dans tous les couloirs – ne balancent l’outrage du contrôle du Chaos ?

Ca faisait deux fois qu’elle entendait parler de la Guilde, d’ailleurs, et les deux fois, Edel était dans le coin. Louche, tout ça, très louche. Mais les ennemis – ou pas – de la Première Gardienne étaient le cadet de ses soucis la concernant ; l’important, pour le moment, était de ne surtout pas tomber sur elle. Celle-ci l’avait bannie en beauté de l’Académie lors de son dernier départ la saison précédente, et si Shawna ne l’avait pas du tout prise au sérieux et ne comptait pas la laisser lui interdire quoique ce soit, elle préférait éviter de tomber sur elle. Surtout que la jeune femme étant censée protéger l’Académie ; après le massacre qu’on avait fait entre ses murs, elle devait avoir des problèmes par-dessus la tête, autant ne pas y ajouter une jeune fille insoumise. C’était donc autant pour elle que pour la santé mentale de la combattante que Shawna se décida à se faire discrète, autant qu’il lui était possible – c'est-à-dire très peu, vu les bracelets qui tintaient à ses poignets dès qu’elle bougeait, sa peau noire et son bandeau rouge vif -, principalement en évitant les endroits où elle pourrait la croiser. Genre, le hall – non non, ce n’était pas pour éviter d’aider qu’elle n’y allait pas, dutout, après tout elle avait déjà donné un coup de main la veille.

Le problème, c’était que l’Intendant avait toutes les chances d’être dans les mêmes coins que la Première Gardienne. Mais bon, même si elle le trouvait, il ne saurait pas quoi faire d’elle à part lui dire de revenir plus tard, sauf si elle voulait éponger le front des malades, et non merci. Alors elle reviendrait plus tard, quand le calme serait un peu revenu, en espérant que son père ne reçoive pas de trop mauvais échos de ce qu’il se passait ici – c’était loin Al Jeit, nan ? Ca prendrait un moment avant qu’il n’apprenne tout ça ? Parce qu’il allait sûrement retirer ce qu’il avait dit et lui demander de revenir, s’il y avait autant de danger à Al Poll. Et elle n’avait aucune envie de partir ; c’est vrai, elle avait détesté l’Académie dès qu’elle l’avait vue, mais il n’y avait pas un seul autre endroit où elle pourrait apprendre le Dessin et le Combat simultanément. Ni une autre académie qui ne serait pas remplie entièrement de nobles hautains qui passeraient leur temps à la descendre dans les règles. Ni une autre académie où elle avait une chance de pouvoir faire face à de véritables combats et de véritables dangers. Ni une autre académie où les élèves étaient assez soudés pour pouvoir reconstruire aussi vite, elle était époustouflée par leur coopération… Pour une fois qu’elle n’était pas dans une académie de glandeurs qui avaient peur de se salir.

Alors elle resterait. Même si son père rentrait à nouveau en conflit avec ses choix. Ce n’était pas comme s’il pouvait la faire partir de toute façon. Par contre, s’il n’y avait plus de maître… Mph. En attendant, elle pouvait toujours se balader. Elle avait bien commencé à prendre possession des lieux lors de sa dernière visite, mais il y avait un endroit important qu’elle n’avait pas pu voir.

La salle d’armes.

Là où s’entraînaient les combattants de toute sorte, ceux qui se dévouaient à la cause des chevaliers, les guerriers, les Thüls, les soldats, et puis, plus que tout, les Frontaliers.

Restait seulement à espérer que la salle en question n’avait pas été détruite avec autant d’ardeur que le hall d’entrée, parce que sinon, elle refaisait ses bagages immédiatement et tentait sa chance ailleurs. Les frontaliers avaient-ils jamais acceptés d’enseigner à des étrangers, alors qu’ils avaient de loin passé l’âge des premiers entraînements ?

Shawna poussa la porte, et fit ses premiers pas dans la salle. Immense. Et sans aucun dégât ; apparemment, les combats s’étaient concentrés dans l’aile principale et l’aile est de l’Académie, le côté réservé aux combattants était intact. Si elle avait été superstitieuse, elle aurait dit que c’était un bon signe, envoyé par le Dragon pour lui montrer que rester était le bon choix, mais elle ne croyait pas en ce genre de sornettes, et se contenta de sourire de sa chance avant de courir au milieu de la salle et de tourner une fois sur elle-même, toupie de joie. C'était ici qu'elle allait accomplir son rêve; ici, qu'elle allait apprendre la danse des combattants. Mais puisqu'elle ne la connaissait pas encore, c'était un autre rythme que tambourinaient ses pieds ; et elle se mit à danser, seule, au gré du bruit de tambours imaginaires.



_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Mar 14 Déc 2010 - 23:42

L'académie était meurtrie, affaiblie, détruite même. Locktar était découragé. Certes, ils avaient triomphé mais la bataille avait été sanglante, meurtrière. On ne pouvait se réjouir d'une telle victoire. C'était pareil dans les guerres qu'il avait connu en tant que soldat. Les victoires étaient toujours entachées par la mort de plusieurs dizaines de soldats et amis. On ne pouvait se réjouir d'une telle chose. Après une victoire, les soldats victorieux fêtaient toujours le triomphe par une nuit de beuverie. Locktar, lui, en était incapable. Il repensait toujours à ce qui s'était passé. Il n'avait pas le coeur à rire ni à boire. A l'académie, c'était différent. Personne ne s'était réjouit de la victoire. On n'avait pas hurlé de joie. On était content, et c'est tout. Il avait fallu reconstruire l'académie détruite par les combats. Locktar y passait très peu de temps. Non parce qu'il ne le voulait pas mais il avait autre chose en tête. Edel était resté évanoui pendant un jour. Le guerrier l'avait veillé longtemps. On lui avait apprit ce qui s'était passé. La première gardienne avait utilisé le pouvoir de sa main gantée. Sa main Morte. C'était elle qui avait saccagé le hall. Son pouvoir l'avait terrassé et elle s'était évanouit. Locktar avait été très inquiet, ne connaissant pas les effets que la main Morte pouvait avoir. Il avait finalement été soulagé de voir Edel se réveiller. Depuis, le guerrier ne l'avait pas vu souvent. Elle était très occupé, passant plus de temps avec l'intendant qu'avec n'importe qui d'autres. Remettre l'académie en état passait évidemment par là. La seconde raison qui empêchait Locktar d'aider autant qu'il le voulait, c'était ses blessures. Il avait été sévèrement touché lors de la bataille. Ses blessures saignantes avaient été refermés par le Don des rêveurs, mais Locktar les avait arrêter avant qu'ils n'aillent plus loin. Les rêveurs étaient éreintés par la nuit qu'ils avaient passés. Le guerrier n'était plus en danger de mort, il laisserait son corps se soigner seul.

Ce jour-là, il avait décidé de faire une nouvelle pause. Son corps le faisait souffrir. Il se décida à aller dans un endroit qu'il aimait particulièrement dans l'académie: la salle d'armes. Non, il ne voulait pas s'entrainer, il en était bien incapable. Il voulait simplement se reposer au milieu des armes. Son univers. Sa vie. Sa famille était totalement consacré aux armes. De nombreux de ses ancêtres avaient été soldats, tout comme son père. Son frère, lui, n'avait pas choisit de se battre mais il construisait les armes pour que d'autres le fassent. Il avait été un des meilleurs forgerons que Locktar avait croisé. La lame que son frère avait forgé pour lui était le présent le plus précieux que le guerrier avait. Il la gardait en tout temps. Jamais elle ne le quittait. C'était ainsi et pas autrement. Si on était pas d'accord que Locktar garde sa lame, tant pis. Il n'était pas serein quand il n'avait pas la lame forgée par son frère avec lui. C'était comme si Roltorian était attaché à cette arme et qu'il protégeait Locktar quand ce dernier la portait.

Locktar approchait de la salle d'armes. Il entendait des bruits de pas. Ainsi donc tout le monde n'était pas à réparer l'académie? A moins que la salle d'armes avait elle aussi été touché? Le guerrier poussa la porte silencieusement. Non, la salle d'armes était intacte. Les lames étaient dans leur ratelier. Tout était véritablement à sa place. Il y avait quelqu'un au milieu de la pièce. Un personne qu'il connaissait. Une peau noire. Un visage espiègle. Shawna. Que faisait-elle ici? Edel l'avait chassé de l'académie. Elle n'avait pas sa place ici. Elle avait donc profité du chaos apporté avec la bataille pour revenir dans l'académie. Locktar allait lui rappeler ce que la première gardienne avait dit. Mais il allait devoir le faire en douceur. Il n'était pas en mesure de se retrouver dans la même situation que lors de leur dernière rencontre. Un autre combat n'était pas possible entre eux deux.

Shawna était en train de danser au centre la pièce. Elle était agile et Locktar savait d'expérience qu'elle était courageuse. Un vraie tempérament de battante cette petite. Si elle avait un autre tempérarement, elle aurait pu faire une brave petite soldat. Mais bon, toute façon, elle n'avait certainement pas envie de se battre avec autre chose que ses poings. Elle avait trop besoin de liberté pour ça. Elle aurait pu être marchombre, si elle avait trouvé un maître avec la patience nécessaire pour la contrôler.

Locktar décida alors d'interrompre la danse de l'itinérante.

- Je croyais qu'on t'avait interdit de remettre les pieds dans cette académie.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Mer 15 Déc 2010 - 11:53

Le bruit de la porte qui s’ouvre vint se marier aux battements des tambours, mais Shawna ne s’arrêta pas de danser ; elle tourbillonnait pour elle-même, mais n’avait pas honte de le montrer aux autres. Elle ne se retourna pas immédiatement, ne s’éloigna pas des pas que lui avaient appris sa mère, ne voulut pas briser la danse pour un importun ; et c’est seulement lorsque la chorégraphie lui permit de pivoter qu’elle posa les yeux sur son spectateur.

Mph.

Pas pour longtemps. S’il y avait une personne sur laquelle elle n’avait pas voulu tomber, à part Edel, c’était bien le barbu – enfin, plus maintenant, d’ailleurs, mais l’ancien barbu. Il allait falloir qu’elle lui trouve un autre surnom, maintenant, il tenait vraiment à lui rendre la vie compliquée. Ce n’était pas qu’elle n’apprécie pas Locktar, en tout cas pas moins que les autres, mais lorsqu’il était là, la première gardienne n’était jamais loin derrière, et ça, c’était mauvais signe. Et puis, leurs échanges avaient tendance à mal se terminer ; il y en avait toujours un pour taper sur l’autre, et ils avaient du mal à se supporter. Elle était trop insolente, lui trop condescendant. Et visiblement, aujourd’hui ne serait pas différent. Il lui cherchait déjà querelle, avant même de faire connaître sa présence. Vexée, Shawna monta mentalement le son et l’ignora complètement, continuant à danser comme s’il n’était jamais rentré, et sur la musique de son esprit se peignirent les premières paroles : lalala, je n’t’entends pas… :lala:

Malheureusement, chaque mélodie a une chute, chaque danse des derniers pas, et il lui fallut bien mettre fin à ses mouvements. Cela faisait déjà un moment qu’elle dessinait de ses pieds sur le sol, et Locktar n’eut pas à attendre longtemps. Heureusement, d’ailleurs, parce qu’elle doutait fortement qu’il soit beaucoup plus patient qu’elle. Elle leva les yeux sur lui, s’essuya rapidement le front du dos de sa main et retira son bandeau qui lui tenait chaud pour le fourrer dans sa poche, laissant du même coup ses cheveux emmêlés retomber autour de son visage et lui coller aux tempes ; il était rare de contempler ses mèches désordonnés sans qu’il n’y soit mêlé le moindre tissu, bandeau, foulard ou élastique… Enfin posée, elle s’approcha de Locktar, un sourire narquois sur les lèvres, avant de s’adresser à lui :


- Bonjour à toi aussi, Locktar, comment vas-tu ? Cela fait tellement longtemps que je ne t’ai pas vu, tu m’as teeellement manqué ! Il faut absolument que nous rattrapions le temps perdu autour d’une bonne tasse de thé, comme de bons vieux amis. Je veux tout savoir, mais alors touuut ce qui s’est passé dans ta vie palpitante depuis mon absence.

Elle se moquait de lui, ouvertement, et il faudrait vraiment avoir la cervelle d’un raï pour ne pas le remarquer. Tant pis pour lui, il n’avait qu’à être un peu plus cordial. « Fous l’camp » n’était pas exactement un accueil très chaleureux. Bon, elle voulait bien qu’il était garde et devait faire ce qu’avait prévu Edel, qu’elle n’avait rien à faire ici à ses yeux et qu’il ne l’appréciait pas particulièrement, mais il pourrait lui demander ce qu’elle faisait ici, quand même, avant de l’envoyer balader. Et puis pourquoi devait-il être aussi à cheval sur les règles et les interdictions ? Qu’est-ce que ça pouvait faire, qu’elle soit là ? Elle n’embêtait personne. Si elle commençait à faire le bazar, elle pouvait comprendre, mais qu’avait-elle fait, cette fois-ci ?

- Et moi je croyais que les siffleurs avaient des dents, mais apparemment ça ne mord pas, ces bêtes là. Ecoute, tu veux pas être sympa, pour une fois ? T’évites d’appeler ta copine avant que l’Intendant annule officiellement son interdiction ? J’ai peut-être pas le droit d’être ici en tant qu’invitée, mais il me semble que l’Intendant est le seul à pouvoir refuser un élève. Mais il est un peu occupé, pour le moment, et j’aimerais bien pouvoir me balader ici en attendant. J’fais rien de mal, j’ai même aidé dans votre grand projet de rénovation, hier. Je verrai bien une magnifique mosaïque à la place de l’ancien carrelage du hall d’entrée ; en tout cas vous avez eu raison de tout casser, je n’aimais pas la couleur de l’ancien.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Mer 15 Déc 2010 - 19:39

Elle ne lui répondit pas, faisant semblant de ne pas avoir remarquer sa présence. Oui, elle faisait seulement semblant car Locktar était certain que la danseuse l'avait vu et entendu. Une grande insolence émanait de cette petite idiote. Elle avait du avoir de nombreux problèmes dans sa vie. Des personnes qui n'aimaient pas se faire insulter et dédaigner. Locktar attendit. Il était bien obligé.... Bon heureusement que ce ne fut pas long. Mais cette effronté ne lui parla que pour une chose: se moquer de lui. Elle avait une insolence à toutes épreuves celle-là. Locktar s'était promis de ne pas chercher l'affrontement avec elle, mais si elle continuait à grimper sur la pente de l'insolence, il allait vite fait revenir sur ses paroles. Même si ses muscles n'étaient pas d'accord.

Mais finalement Shawna changea de ton. Elle réclamait la clémence du guerrier. Bon, en même temps, Locktar aurait pas appelé Edel. La première gardienne était trop occupée pour être dérangé pour une broutille pareille. La suite de ce que Shawna expliqua surpris assez l'ancien Corbac. Elle souhaitait donc être élève? De quel enseignement? Quel est le pauvre maître qui allait se coltiner cette furie? Le malheureux ne savait pas encore ce qui l'attendait. Il allait souffrir dans les prochains mois avec Shawna comme élève. Mais lui, simple garde de l'académie, il s'en moquait bien. La suite l'intéressait plus, l'énervait plus même.

- Bien fait? Bien fait d'avoir tout casser? Comment oses-tu dire cela? Comment te permets-tu une telle chose? Des dizaines de personnes ont été tués, plus encore ont été blessés. D'autres ont été traumatisé par ce qu'ils ont vu, certains ne s'en remettront jamais et toi, tu oses dire que c'est une bonne chose? Toi qui n'a rien fait du tout? Toi qui n'as pas versé la moindre goutte de sang pour cette académie?

La colère le faisait hurler. Il s'était approché de la danseuse. Il était furieux de son tempérament. Comment pouvait-elle réagir ainsi? Lui, il se morfondait, se remémorant ceux qui étaient tombés. Elle, elle dansait et disait que c'était une bonne chose. Il avait envie de la frapper, mais il se retenait, sinon, il risquait de la tuer.

- Tu veux être dans cette académie? Je ne sais pas qui serait ton maître et je m'en moque. Je sais juste que cette personne va souffrir pendant les années où tu seras son élève. Je ne suis qu'un garde mais je vais te donner ta première leçon. Change de comportement. Apprends à respecter les autres. Sinon tu auras des problèmes un jour. Ton insolence te poussera vers une seule porte celle de la mort. Si tu es encore en vie à l'heure actuelle, c'est seulement grâce à la chance. Sans aide, tu serais morte la première fois que je t'ai vu.

Il marqua une pause, pour se calmer un peu.

- Si tu changes pas de comportement, quel dommage pour Al-Poll qui perdrait une danseuse!

Il lui avait clairement fait comprendre avec son ton qu'il était sarcastique. Sa mort ne gênerait certainement pas grand monde. Elle avait surement accumulé les ennemis depuis sa naissance.

[Edition à volonté]


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Jeu 16 Déc 2010 - 11:21

- Roo, ça va, ne t’énerve pas, j’essayais juste de détendre l’atmosphère. Ca sert à quoi, de se morfondre sur ce qu’il s’est passé ? Ca ne ramènera pas les morts, alors bon, autant ne pas en faire un sujet tabou.

On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui – et visiblement, elle n’aurait pas dû choisir Locktar pour rigoler de ce qu’il s’était passé ici. Et pourtant, elle n’arrivait pas à s’arrêter…

- T’as raison, j’étais pas là, j’peux pas savoir ce qui t’es arrivé, mais c’est peut-être justement pour ça que j’arrive à prendre de la distance. Tu vas faire quoi, pleurer la destruction du carrelage pendant des années ? Regarde un peu le bon côté des choses, c’est vrai que c’est peut-être pas une mauvaise chose de devoir rénover un peu. Et ouais, y a eu des morts. Mais ils savaient tous ce qu’ils risquaient en entrant dans une académie construite sur la frontière Raï. Toi, tu sais que tu risques la mort en étant garde, dans chaque bataille. C’est pas pour ça que tu ne te bats pas. Respecte-les un peu, les morts, donne leurs au moins le crédit de penser qu’ils pouvaient faire le même choix que toi. Ils auraient fui, sinon, ou se seraient cachés. Y a pas de bataille sans morts, et t’auras beau te lamenter ça n’y changera rien. Alors remercie-les, plutôt, grâce à eux l’Académie est libre. Quoique remercier les morts est un peu bizarre, aussi, j’suis pas sûre qu’ils t’entendent. J’préfère danser, et rire, et tu devrais faire pareil, c’est le meilleur cadeau qu’ils t’ont fait en mourant. La possibilité de vivre, à leur place. Tu sais danser, d’ailleurs ?

Elle doutait fortement qu’il apprécie sa vision des choses, mais cela n’y changerait rien – il devrait faire avec, bon gré mal gré, et s’il voulait continuer à lui crier dessus, qu’il se défoule, elle était toute ouïe. D’ailleurs, il ne se retenait pas – et Shawna leva les yeux au ciel.

- Dis, tu m’aurais pas déjà donné cette même première leçon, y a pas trop longtemps ? J’ai une étrange impression de déjà vu.

C’était fortement possible, d’ailleurs, mais elle ne pourrait plus dire quand et où il lui avait déjà donné ce conseil. Peut-être même n’était-ce pas lui ; ils étaient nombreux à vouloir apprivoiser son insolence, et c’était loin d’être la première fois qu’elle entendait ce discours. Elle n’y avait jamais réagi différemment qu’aujourd’hui…

- Perds pas ton temps avec moi, Locktar, t’auras beau me dire que mon insolence me tuera, ça ne me fait pas peur. Les problèmes, j’sais y faire face, et j’me suis pas mal débrouillée jusqu’ici, j’vois pas pourquoi ça changerait. Et t’inquiète pas pour mon futur professeur, ajouta-t-elle en appuyant bien sur le fait qu’elle n’aurait pas un maître, mais un enseignant, y a pas tout le monde qui me trouve insupportable, tu sais, même si t’as pas l’air de l’envisager. Et même s’il me déteste, qu’est-ce que ça peut faire ? J’serais quand même son élève, alors il m’apprendra ce qu’il devra m’apprendre et puis on s’tapera pas la discut’ après les cours, c’est tout.

Après tout, elle n’était pas venue à l’Académie pour les beaux yeux du professeur, ce n’était que son enseignement qui l’intéressait, et il devrait la traiter comme il traiterait les autres élèves. Et puis, ils auraient au moins le combat en commun ; elle était déterminée, persévérante, et ne rechignait pas à la tâche. Qu’est-ce qu’il pourrait bien vouloir de plus ? Elle apprendrait. Ici, dans cette salle, qu’elle venait seulement d’adopter. Elle allait y passer la plus grande part de son temps, maintenant, avec ses camarades… Elle avait hâte de voir la tête des autres apprentis combattants, d’ailleurs, voir qui avait les mêmes passions qu’elle. Elle avait toujours été dans des classes de Dessinateurs, et avait toujours eu du mal à trouver la moindre personne intéressante parmi eux, mais les combattants n’étaient sûrement pas les mêmes. Quoiqu’il y aurait forcément des Locktar parmi eux, elle ne risquait pas de se faire que des amis…

- Tiens, en fait, qu’est-ce que tu fais là, au lieu d’aider à nettoyer les débris ? Y a rien à faire ici, me semble.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Ven 17 Déc 2010 - 7:28

Locktar avait envie de frapper la danseuse. Lui faire comprendre ce que c'était le respect. Elle avait certes raison sur le fait qu'il ne fallait pas se morfondre toute sa vie pour ce qui s'était passé mais elle n'était pas obligé de danser et de se réjouir de la destruction occasionnée par la bataille. Quelques jours de deuil étaient une chose logique. Les réjouissances seraient pour plus tard. Oui, la plupart des morts savaient ce qu'ils avaient risqués en se battant. Oui, leur sacrifice n'avait pas été vain. Mais ils méritaient tous le respect. Respecter leur mémoire en pensant à eux et en leur rendant hommage. Ce n'est pas en dansant qu'on leur rendant hommage, ça non. Oh oui, le guerrier avait envie de la frapper mais il se retenait pour plusieurs raisons. Tout ça ne servirait à rien. Même si elle se sortait amoché du combat, elle resterait la même. Toujours aussi insolente. Toujours aussi irrespectueuse. C'est sûr qu'habituellement, l'ancien Corbac n'aurait pas été contre de la frapper, même si ça ne servait à rien mais là, il n'en était pas capable. Enfin si, il était capable de bien l'amocher et de la faire souffrir mais Locktar en récolterait de nouvelles douleurs. Donc, ce n'était pas la peine de souffrir pour en rester au même point. La dernière raison concernait les morts qui avaient offert leur vie pour l'académie. Ils s'étaient sacrifiés pour mettre fin à la violence du Chaos. Se battre contre une gamine était donc manquer de respect à leur sacrifice.

Locktar faisait donc un immense effort pour se calmer. Il serrait les poings, comme à son habitude dans cette situation. Ce fut un peu long mais il y parvint. Il n'avait pas vraiment écouté Shawna pendant ce laps de temps. Il entendit seulement la dernière question.

- Contrairement à toi, j'ai protégé cette académie pendant qu'elle était attaquée. On ne peut ressortir indemne d'une telle bataille et mes muscles s'en souviennent encore. Voilà pourquoi je ne suis pas à aider. Etant donné que tu n'es pas là-bas toi non plus, tu es très mal placé pour me faire la leçon.

Il marqua un nouveau temps d'arrêt.

- Finalement, tu sais, ce n'est pas ton futur maître que je plains, c'est ton futur primat. Le pauvre va passer de nombreuses nuits blanches. Les gardes le réveilleront à tout bout de champ pour des infractions aux réglèments. Je serais d'ailleurs ravi de t'y conduire moi même quand je te surprendrais la nuit. Mais dit moi, sur quel enseignement a tu jeté ton dévolu?

A sa grande surprise, il avait prit un ton de conversation plutôt neutre. Lui qui pensait que, face à Shawna, il ne pouvait se montrer qu'à agressif.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Ven 17 Déc 2010 - 10:49

Shawna ne put s’empêcher de sourire en apprenant que Locktar était blessé. Oh, elle avait bien conscience que ce n’était pas exactement gentil, qu’elle n’avait aucune raison véritable de se réjouir, qu’il s’était battu pour l’académie et qu’il interpréterait sûrement son demi-sourire comme une moquerie ; il penserait qu’elle se réjouissait de sa douleur, tout simplement parce qu’elle ne l’appréciait pas, et que le voir souffrir lui faisait plaisir. Ce qui n’était absolument pas le cas – ou, si ça l’était, ce n’était que la raison secondaire de son sourire. Non, c’était plutôt par respect qu’elle étirait les lèvres. Locktar avait beau être enfermé dans ses idéaux de chevalerie, de respect et de vertu, il était prêt à mettre sa vie en danger pour protéger ce en quoi il tenait. Ou ceux en qui, ce qui revenait au même. Il n’avait pas peur de quelques bleus, de quelques bosses, et même des lames acérées mordants sa chair. Il se battait pour ce en quoi il tenait, ne fuyait pas devant le danger, ne se cachait pas au moindre problème, et ça, elle le respectait. Le fait qu’il soit courageux dans les pires moments. Oh, c’était peut-être la seule chose qu’elle ne méprisait pas chez lui, et même, ce courage avait tendance à se transformer facilement en stupidité, lorsqu’il fonçait tête baissée alors qu’il savait que cela ne servirait à rien, conduit par ses idéaux de mort héroïque, comme il l’avait fait lorsqu’ils s’étaient battus contre Meryndre, avec Edel, dans les rues d’Al Poll. Il ne savait pas reculer lorsqu’il le fallait, ne savait pas contrôler ses émotions – même contre elle, il avait du mal à se calmer, alors qu’elle n’était pas exactement dangereuse.

Elle fut donc assez étonnée qu’il réussisse à maîtriser sa colère, même si ces mots n’étaient pas exactement un modèle de gentillesse – elle pouvait faire avec, elle-même étant incapable de tenir une conversation amicale sans y joindre l’hypocrisie apparente, l’ironie ou le sarcasme. Mais autant arrêter d’embêter trop Locktar ; elle tenterait de connaître les limites de sa patience une autre fois, pour le moment, elle ne voyait pas l’intérêt de chercher querelle. Surtout qu’il pouvait toujours appeler Edel si l’envie lui en prenait. Elle leva une main devant elle, tendant son index devant elle, avant de commencer :

- Premièrement, je n’suis pas encore membre de cette académie, alors je n’ai aucune obligation d’aider, je suis juste de passage.

Elle ajouta son majeure, tendant maintenant deux doigts devant Locktar.

- Deuxièmement, il se trouve que je ne suis pas assez cruelle ou fainéante pour vous regarder reconstruire et soigner les bras croisés, et que j’ai quand même proposé mon aide. Bon, j’avoue que passer des linges mouillés sur les fronts des blessés et regarder les rêveurs refermer les blessures est assez dégoutant, mais j’ai pas peur de me salir les mains en portant des dalles ou des pierres ou d’aller couper et ramasser du bois pour les bûchers. T’as vu, j’ai les mains sales. Mais j’ai le droit à une pause, quand même. Et puis j’avais envie de voir cette salle. D’ailleurs t’es un peu stupide de me poser la question, j’vois pas ce qu’une rêveuse ferait dans la salle d’armes.

Elle n’avait pas pu s’empêcher de finir de manière moqueuse, mais se rattrapa bien vite.

- En fait, c’est quoi un Primat ? Et t’inquiète pas pour eux et perds pas ton temps à me chercher, moi, la nuit, je dors.

Elle rit, de son rire terreux, amusée de tous les préjugés que Locktar avait sur elle. Si certains s’amusaient à jouer aux somnambules toutes les nuits, elle, elle préférait de loin rester sous la couette. Elle bougeait déjà assez dans la journée pour en plus se promener la nuit, en plus on voyait rien, quel était l’intérêt ? Bon, elle espérait quand même que le couvre-feu n’était pas trop tôt, et qu’ils avaient le droit de faire la fête tard de temps en temps, parce que si elle n’avait pas le droit de jouer de la musique au coin du feu le soir, ça allait énormément lui manquer. Au pire, elle irait à Al Poll ; elle allait demander à être compagnonne, ça lui permettrait d’être un peu plus libre, même si elle venait de dire le contraire à Locktar. Elle n’avait pas exactement menti – elle allait beau demander compagnonne, et suivre les cours de Dessin, c’était pour le combat qu’elle était venue ici…


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Ven 17 Déc 2010 - 15:45

Juste de passage, oui, ça serait bien qu'elle ne soit que de passage ici mais malheureusement, Locktar savait que l'intendant ne refuserait pas la danseuse. C'était ainsi, chaque jeune se présentant aux portes de l'académie était accepté dans l'édifice. Shawna deviendrait donc élève, c'était malheureusement le problème. Le guerrier allait devoir vivre avec la danseuse dans l'académie. Il allait devoir la protéger, comme tous les autres élèves. C'était le problème du poste de garde. Protéger les élèves même ceux qui en avaient pas envie. Même ceux qu'il détestait. La plupart des combattants était ainsi d'ailleurs. Les soldats de l'empire protégeaient l'ensemble de la population sans même les connaître. Les gardes étaient prêt à donner leur vie pour ceux qui les payaient. Chaque combattant suivait ce credo. Se sacrifier pour les autres. Mourir le premier plutôt que de voir mourir ses amis. Locktar n'avait pas peur de la mort mais la mort ne voulait apparemment pas de lui. Plusieurs fois, il aurait souhaité mourir. Mourir à la place de son frère. Mourir à la place d'Esméoria. Mourir à la place des élèves tombés sous les coups des mercenaires. On portait à la gloire ceux qui mourraient en se sacrifiant. Des hommes courageux, comme on dit. Mais finalement, les courageux, c'était la famille de ceux qui étaient tombés. Il était plus facile de partir que de rester. Vivre avec la peine dans l'âme. Supporter l'absence d'un être aimé en sachant qu'il ne reviendrait jamais. Ca c'était du vrai courage.

- Pour ta gouverne, ton primat, ça sera encore plus important que le maître qui enseignera son art. Il s'occupe de toi et de la maison dans laquelle tu vivras. Si tu contournes les règles, c'est comme si tu insultais ton primat. Mais après tout, si, comme tu le dis si bien, toi, la nuit, tu dors, tu devrais bien t'entendre avec ton primat. Même si le couvre-feu n'est pas la seule régle dans cette académie.

Locktar repensa aux paroles de Shawna. La salle d'armes. Elle était venue pour voir l'endroit où elle passerait le plus clair de son temps. Elle avait donc choisit la voie des armes. Le chemin des combattants. Pas celle des soldats en tout cas. Un soldat vivait pour l'honneur, avec respect et ordre. Shawna, c'était tout le contraire. Jamais elle ne pourrait suivre les ordres d'un chef de bataillon. Elle l'insulterait dès le premier jour et elle serait reformée. Elle pouvait devenir combattante, c'est certain mais Locktar ne l'aurait jamais imaginé avec une épée à la main. D'ailleurs, il avait bien du mal à l'imaginer ailleurs que sur une piste de danse. Elle aurait pu être marchombre aussi. Son besoin de liberté. Son absence totale de considération pour l'autorité. Son agilité. Tout ça lui aurait servit pour suivre la voie de l'Harmonie. Mais elle voulait devenir combattante. Après tout, elle faisait ce qu'elle voulait.

- Ainsi, tu veux devenir combattante? Je ne t'aurais jamais imaginé dans un tel rôle. Une arme à la main pour une gamine comme toi. C'est assez ridicule. Ce n'est pas avec des mots qu'on tue les gens. Sais-tu au moins te servir d'une lame? Ou d'un bâton à la rigueur? Ou alors, entre-tu dans cette académie sans rien connaître sur les combattants?

C'est vrai que la jeune fille savait se battre avec ses poings. Locktar en avait eu l'expérience mais le combat dans les escaliers avait été brouillon et totalement désorganisé. Elle aurait beaucoup à apprendre la danseuse, c'était évident.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Ven 17 Déc 2010 - 21:10

..S’occuper d’elle et de la maison où elle vivrait ? Êrk. Les primats étaient donc des nounous, quoi. Elle n’avait plus cinq ans, elle n’avait plus besoin de quelqu’un pour vérifier derrière son épaule si elle ne faisait pas de bêtises. Et les maisons, ce devait être les dortoirs, non ? Ils pouvaient pas appeler les choses par ce qu’elles étaient ? En tout cas, elle ne comptait pas rencontrer ce Primat, ni avoir à faire à lui à un seul moment ; quitte à briser les règles, autant le faire sans se faire prendre. De toute façon, elle ne brisait que les règles stupides. Elle avait certes tendance à penser que toutes les règles étaient stupides, mais au moins avait-elle toujours une argumentation pour justifier ses actions. En tout cas, son primat ne risquait pas d’être aussi important que son enseignant – pourquoi Locktar s’entêtait-il à parler de maître ? – car elle n’était pas venue pour autre chose. Apprendre. Puis partir dès qu’elle saurait ce qu’elle était venue apprendre, sans regarder en arrière. Apprendre le plus vite possible, aussi ; elle n’était pas sûre de survivre à plusieurs hivers à Al Poll, et doutait pouvoir s’entraîner seulement en été. En fait, si l’Académie avait autant de règles que le lui faisait croire Locktar, elle allait avoir du mal à toutes les retenir.

- Tu donnes beaucoup de leçons de conduite, dis donc. T’étais un élève modèle, c’est ça, et t’es frustré d’avoir vu tes camarades s’amuser pendant que tu attendais tranquillement les félicitations de tes professeurs ? Ca m’étonne pas que tu sois aussi ennuyant, à toujours parler des règles et des couvre-feu et bla et bla et bla. Ca t’arrive de t’amuser ? Tu m’as pas répondu d’ailleurs, tu sais danser ? J’suis sûre que ça te ferait du bien. Apprendre à te défouler, un peu, à te détendre un instant. Et puis, tout combattant digne de ce nom devrait savoir danser.

Mais il ne l’imaginait pas combattante, et le monde de la danse était un monde entièrement distinct du monde du guerrier à ses yeux. Elle serait toujours la gamine danseuse, pour lui, et il n’imaginait pas d’autres types de combattant que le soldat et son épée qu’il était. C’était une vision tellement étroite de leur monde… Une vision dans lequel les jeunes femmes n’ayant pas les mêmes valeurs que lui et ne répondant pas immédiatement aux ordres n’avaient pas leur place. Et bien, elle lui prouverait le contraire. Et puis qui avait dit qu’elle avait besoin d’une arme pour se battre ?

- Tous les guerriers ne se battent pas avec une épée ou un bâton, tu sais. Et puis quoi, on est censé être surdoués et déjà tout savoir avant d’arriver ici ? J’suis là pour apprendre, et j’peux te dire que mes poings sont beaucoup plus dangereux que mes mots. Tu l’as pas senti, la dernière fois ? T’en as reçu plus d’un, pourtant. Y a pas besoin de savoir manier l’épée pour savoir quelque chose des combattants. J’ai appris des positions, j’ai appris à chuter, j’ai appris à frapper sans me faire mal, j’ai appris à encaisser, j’ai appris pas mal de choses, déjà, mais c’est pas assez. Et puis j’ai regardé, aussi.

Le souvenir du frontalier lui revint à l’esprit, le ballet de sa lame, le roulement de ses pieds et l’accompagnement de son corps. C’est lui, qui lui avait fait apprécier ce qu’était quelqu’un qui savait véritablement se battre. Voir le combat comme autre chose qu’un simple moyen de se défendre, ou d’attaquer, mais comme un art, aussi. Un art mortel, mais un art. C’était une histoire d’espace, d’espace à s’approprier, de corps et de vide, comme la danse, et c’était quelque chose qu’elle pouvait comprendre.

- Pourquoi t’as décidé de te battre, toi ?

Quoique non, elle n’aurait pas dû poser cette question. Pour lui, le combat était une nécessité, il se battait pour protéger ceux qu’il aimait, il se battait parce que c’était la guerre et qu’il n’avait guère le choix. Comme s’il luttait sans aimer lutter. Par devoir, par obligation, pour la force aussi. Son choix était sûrement à l’origine une envie folle de suivre le chemin de l’honneur ; peut-être avait-il un père qui serait fier de voir son cadet dans l’armée impériale, et il avait suivi l’avis paternel comme le bon petit fils qu’il était, s’appropriant ses choix, incapable de s’imaginer une autre vie. Il n’avait jamais dû avoir de Moment, ces moments de d’étonnement et d’émerveillement auxquels on s’accroche pour ne plus les laisser s’envoler, ces moments qui nous disent où aller, pavés de certitudes inébranlables, dont le souvenir restait imprimer à jamais sur la rétine. Et s’il n’avait rien à raconter, elle ne voulait pas lui donner l’opportunité d’étaler sa vie malheureuse devant elle.

- En fait non, réponds pas, j’m’en fous en fait.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Ven 17 Déc 2010 - 23:20

Eleve modèle? lui? Lui qui avait fait perdre des dizaines et des dizaines de points à son ancienne maison? Il avait la réputation de bruleur des Corbacs. Les couvre-feu, il les avait contourné. Les insultes, il les avait envoyé sans se soucier de ce qui viendrait en retour. Les duels, il en avait fait de nombreux avec la plupart des professeurs. Ce n'était pas l'élève modèle. Au contraire, il était plutôt l'exemple de l'élève rebelle. C'était un comble tout même. Avec son parcours scolaire, il était devenu garde. Faire respecter les règles alors que lui-même ne les avait pas respecté. Si Shawna le prenait pour un élève modèle, c'était qu'il avait vraiment changé. Etait-ce son voyage à Al-Jeit ou Edel? Sûrement les deux. Mais son amour pour Edel l'avait transformé plus que tout, c'était évident. Il n'était plus le même, il avait murit. Avec ses autres compagnes, Locktar n'avait pas ressentit ça. Il avait vécu de belles années en compagnie d'Esméoria mais le guerrier n'avait pas changé. Il était resté le même. Avec Edel, il avait vraiment été transformé. La marque du grand amour qui les unissait.

- Oui, je sais danser. Il est toujours bon de savoir danser pour participer aux réceptions mondaines. En tant que garde du corps, j'ai été obligé de me fondre dans le public de ce genre de réception alors oui, je sais danser. Mais, mes pas de danse se limitent à ceux qui se pratiquent en couple. Je ne vois pas l'utilité de danser seul.

C'était Esméoria qui lui avait apprit à danser. Le jour même de leur rencontre. Le père de la jeune femme avait engagé Locktar pour protéger et surtout surveiller sa fille pendant une soirée mondaine. Au départ, le guerrier s'était tenu à l'écart, mais Esméoria l'avait invité à danser. Elle lui avait appris à danser. L'amour entre eux était né lors de cette soirée. Il avait mentit à Shawna, enfin pas totalement. Il avait appris à danser lors d'une soirée mondaine mais il n'avait jamais participer à ce genre de réception depuis le jour de la rencontre avec Esméoria. Ce n'était pas trop son style. Trop d'éxubérance. Trop de monde. Trop de cirage de bottes. Non, vraiment, Locktar aimait pas trop les réceptions que les nobles organisaient souvent. En fait, le mot "danser" était trop fort pour qualifier ce que Locktar faisait sur une piste de danse. Ne pas monter sur les pieds de sa partenaire pendant une danse était un exploit pour lui. Mais bon, il se débrouillait. Ce n'était pas du grand art mais ça restait un simili de danse.

- Oui, c'est vrai, les guerriers ne se battent pas qu'avec des bâtons ou des épées. Mais crois-moi, restes à l'utilisation de tes poings et tu ne feras pas long feu dans les affrontements. Car, j'imagine que si tu veux être combattante, c'est pas uniquement pour te vanter de savoir te battre? Quoique, avec ton caractère, ça ne m'étonnerais pas. Puisque tu ne souhaites pas que je t'explique ma raison de me battre, je ne te dirais rien. Par contre, j'aimerais savoir pourquoi tu veux prendre la voie des armes?

Locktar ne savait pas quoi penser de la danseuse. Elle n'était pas du genre à se battre pour défendre les siens. Elle était indépendante et sûre d'elle. Se protéger elle? Elle venait de dire qu'elle était capable de se défendre sans ça. Alors pourquoi choisir cette voie-là?


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Sam 18 Déc 2010 - 13:55

- Réceptions mondaines, êrk. Ma sœur adore les danses en couple de ce genre d’endroits, mais c’est beaucoup trop réglé à mon goût. La danse, c’est censé être un moyen de s’exprimer, de se lâcher, de partager, j’en ai rien à faire des filles qui savent faire tourner leurs jolies robes. Mais je préfère les danses à plusieurs aussi. Pas forcément en couple, mais en groupe. Les rondes, tout ça. C’est beaucoup plus joyeux. Ce qui ne m’empêche pas de danser pour moi. Ca fait du bien. Les mouvements, avoir conscience de ses mouvements. L’adrénaline.

Et c’est tout ce qu’elle dirait sur la danse ; Locktar n’avait pas la même vision qu’elle du combat, et c’était apparemment la même chose pour sa passion. Elle ne l’aurait pas du tout imaginé dans une soirée mondaine avec violons et couples n’osant pas faire autre chose que des petits pas et tourner sur place, mais les gens étaient surprenants, parfois. Il dansait par obligation, pour se « fondre dans le décor », comme il se battait par obligation, et Shawna ne pourrait jamais totalement le comprendre. Elle ne put s’empêcher de rire lorsqu’il s’imagina les raisons pour lesquelles elle voudrait se battre, par contre, tout simplement parce qu’il avait beaucoup plus raison qu’il ne le pensait.

- Quoi, pouvoir se vanter de savoir se battre n’est pas une raison suffisante ?

Shawna découvrit à nouveau ses dents blanches, avant de s’éloigner de Locktar, fatiguée de rester debout sans rien faire au milieu de la pièce. A la place, elle s’approcha des mannequins, donna un léger coup de poing sur l’un d’eux pour en tester la résistance, puis continua.

- C’est pas la voie des armes qui m’intéresse, c’est la voie du combat. Même si savoir manier une arme est l’un de ses éléments. J’veux être forte. Pouvoir me défendre si nécessaire, moi et les miens, et ceux qui en ont besoin- tant qu’ils me paient. Avec ou sans armes. Et je veux pouvoir le faire de manière loyale, même si les coups bas sont parfois très utiles pour se sortir d’un mauvais pas.

L’image des ivrognes qu’elle avait croisé dans la ruelle, la nuit où elle avait découvert son Don, flasha dans son esprit. Elle avait été incapable de se défendre, ce jour là. Incapable, même, de briser l’emprise des mains autour de ses poignets. Si ça n’avait pas été pour le feu, déclenché par la musique, elle aurait eu de sérieux problèmes. Elle voulait pouvoir être forte, pouvoir se défendre dans ce monde où les faibles ne survivent pas longtemps, et pouvoir mettre son apprentissage au service des autres, aux convois des Itinérants qui avaient toujours besoin de quelqu’un pour les protéger, ou à des aventuriers. Mercenaire, elle serait. Vivant du combat. Et puis, peut-être, se rapprocher de cet idéal, de ce Frontalier qui comprenait si bien son monde et avait si conscience de lui-même. Mais ça, elle n’était pas prête à le partager avec Locktar. De toute façon, il ne comprendrait pas.

- J’ai une question, d’ailleurs. Toi qui a fini ton apprentissage, qui t’es battu aux côtés de plein de personnes différentes, t’as jamais rencontré un guerrier qui se battait uniquement à mains nues ? Qui pouvait tuer sans armes ? A t’entendre, on dirait que c’est impossible. Ca donne peut-être un désavantage face à quelqu’un d’armé, mais c’est une méthode comme une autre, non ? ‘Fin j’sais pas, toi, si on te désarme, tu fais quoi, tu t’enfuis, t’es plus capable de continuer l’affrontement ? J’veux pas être forte juste quand j’ai un bout de métal à la main, ça sert à rien s’il suffit de me le piquer pour que je sois soudain un fardeau à protéger.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Sam 18 Déc 2010 - 19:14

Finalement, la petite danseuse avait une bonne philosophie de l'art du combat. Bon, sauf si elle ne plaisantait pas quand elle parlait de se vanter sur le fait qu'elle savait se battre, mais Locktar se doutait que Shawna n'avait pas était sérieuse quand elle avait parlé. L'itinérante avait les mêmes envies que le guerrier. Lui aussi, il avait choisit cette voie pour pouvoir défendre les siens. Il avait lui aussi voulu devenir fort. Il avait d'ailleurs entreprit son voyage à travers l'empire pour devenir le plus fort. La différence, c'est que chez les Guidjek, l'art du combat était presque une tradition familiale. On ne l'avait pas forcé à devenir soldat. Ses parents l'avaient laissé libre de ses choix. Vu que la plupart de ses ancetres avait suivit la voie des combattants, il devait y avoir un gêne dans leur ADN qui les poussait vers l'utilisation des armes. L'ancien Corbac n'avait pas vu son avenir autrement qu'avec une épée à la main.

Locktar éclata de rire en entendant les dernières questions de Shawna. Elle osait lui demander s'il savait se battre sans lame? Elle qui avait subit ses coups de poings dans leur bataille de l'escalier? Ses bleus l'avaient pas assez marqué pour qu'elle s'en souvienne? Il était prêt à lui rappeler ce qu'il était capable de faire. Sauf qu'il voulait bien le faire mais un autre jour. Là, il n'était pas apte à se battre.

- J'ai déjà rencontré des combattants qui ne se battaient qu'à mains nues. Je peux te dire qu'ils faisaient pas long feu face aux combattants avec des bouts de métal comme tu dis. Je n'ai pas dit que c'était impossible de se battre à mains nues. Je sais me battre sans armes, je te l'ai prouvé il y a quelques jours. C'est ainsi que je me bats si je me fais désarmer. Mais, le tout, c'est de savoir se battre sans risquer de se faire désarmer. Tu l'apprendras bien avec l'expérience, j'en suis certain.

Locktar se souvint de plusieurs personnes qu'il a vu tomber à cause de la perte de leur arme. Shawna avait raison, les soldats ne savaient pas se battre sans armes. Il fallait remédier à ça. Il fallait vraiment espérer que le nouveau maître d'armes de l'académie en soit capable.

- Mais tu as raison, il faut aussi savoir se battre sans armes, sinon on est perdu. Il faut savoir mixer les deux pour être fort. Alors, j'espère que tu ne négligeras pas l'utilisation des armes. C'est ce qui te sauvera la vie plus tard.

Il dégaina sa lame.

- Sans elle, il y a bien longtemps que je serais mort.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   Dim 19 Déc 2010 - 13:32

Locktar rigolait. O.O

Shawna leva haut ses sourcils et ouvrit ses yeux comme des soucoupes en le regardant. Bon, elle ne pensait pas avoir dit quelque chose de particulièrement drôle – il semblait donc qu’il était en train de se moquer de ses questions, comme si elles étaient si stupides que ça. Mais elle ne s’en offusqua pas. Parce que c’était bien la première fois qu’elle l’entendait rigoler. Sourire, oui – à moitié, des sourires tristes, ou des sourires amoureux lorsqu’il s’adressait à Edel, quoique ceux-ci s’étaient évaporés dès que Shawna était arrivée, la dernière fois. Et là, il riait, à gorge déployée. Shawna n’avait pas imaginé que cela puisse être possible.

- Tu rigoles.

Non, ce n’était pas une manière de se moquer de la réponse qu’il lui donnait, mais une simple affirmation, avec un temps de décalage certes, mais une affirmation.

- Je ne savais pas que tu en étais capable.

Puis elle fixa la lame qu’il venait de sortir de son fourreau. Mince, elle avait dû briser son moment héroïque mélodramatique en sortant une phrase pareille au moment où il lui disait combien il tenait en son arme. Elle, en tout cas, ne risquait pas d’idéaliser un bout de métal comme il le faisait. Certes, elle apprendrait à s’en servir parce que ça pouvait être utile, mais non, elle ne comptait absolument pas faire en sorte que sa vie dépende d’une épée quelconque. Elle voulait se battre sans, être forte elle, pas elle et son arme. Et puis elle n’était pas d’accord avec ce que lui disait Locktar, quoiqu’elle se garda bien de le lui dire et de l’offusquer à nouveau. Le tout n’était pas de savoir se battre sans se faire désarmer. Le tout, c’était de savoir se battre. Si certains se battaient à mains nues, connaissait les points faibles du corps, elle apprendrait aussi. Et plus que tout, elle apprendrait à désarmer les autres, puisque c’était dans leur lame qu’ils puisaient leur force. En leur volant leur force, et les obligeant à se battre sur son terrain, elle en ferait sa propre force.

Quoiqu’elle risquait de ne pas faire le poids contre des armoires à glace comme Locktar. Quoique. Elle était plus agile, et Kylian, Elio et elle avaient bien prouvé que c’était possible. Avec des camarades. De l’entrainement. Enormément de chance. …Bon, peut-être qu’elle apprendrait à se servir d’une lame, aussi. Mais juste en complément. Au cas où.

- Bon, ben je vais te laisser te remettre de tes blessures en compagnie de ta superbe épée, maintenant que j’ai vu cette salle, j’ai plus rien à faire ici. J’suppose que je pourrais pas voir l’Intendant avant un moment, alors j’vais rester à Al Poll en attendant.

A traîner avec Lael, à taquiner Merustis, et à chercher les groupes de saltimbanques du moment, voir si elle pourrait à nouveau jouer en groupe comme au printemps dernier. Elle faillit ajouter merci, pour les conseils du guerrier expérimenté, avant de décider autrement. Fallait pas qu’il commence à penser qu’elle l’appréciait juste pour une petite conversation sans les poings, non plus.

- J’repasserai p’t’être donner un coup de main à l’occasion, vous en avez besoin. A la revoyure, Lolo.

Et sur cette dernière taquinerie, Shawna rouvrit la porte pour quitter les lieux.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]   



 
Lame acrobate, sur un fil de l’âme, danse. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Eske zafè Lame kapout, gade komandan Mario Andresol
» Lame d'epee
» Kurai Hoshi, La lame divine / Kurama, le roi rouge
» Retou lame dayiti boumboum ou byen se yon pwovokasyon
» lame D'épée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Aile ouest de l'Académie :: Le rez-de-chaussée :: La salle d'armes-