Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteSentinellisation
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Sentinellisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Sentinelle
Messages : 422
Inscription le : 09/05/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Sentinellisation    Dim 7 Juin 2015 - 14:02

[Si les événements palpitants  de la préparation de la reception ne vous intéressent que moyennement  la cérémonie en elle-même commence à la moitié Wink ]


Elle avait à peine frapper, fébrile avant d'entrer dans la pièce ou son oncle travaillait. Il jeta un  regard sévère mais intrigué au dessus de son bureau.


«Eh bien,  qu'y a t-il Ciléa ? »


Son œil fut attirée par le parchemin dans sa main :Il avait comprit avant même qu'on ne lui réponde.


« La réponse du palais  mon oncle, elle est arrivée ». Elle montra le cachet royal... « Tout s'est déroulé comme nous le souhaitions » .Elle  s'inclina respectueusement devant le Grand Trésorier et  grimaça lorsque sa jambe la lança « c'est à vous que je dois tout »

Il y eut peut être un semblant de sourire sur le facies  martial de  Gannajian Ril'Morienval.


« Les Ril'Morienval  n' ont pas perdu de leur influence dans le Jeit. Félicitation ma nièce. »

Il signa un dernier parchemin puis  lui ordonne de se relever et lui donna l' étreinte rituel, signe suprême d'affection venant du patriarche.  Elle le savait, sans lui, sans les relations qu'il avait mis en jeu et ses entretiens avec l'Intendant du Palais ,elle, la trop jeune femme  à peine sortie de sa maladie n'aurait pu être assurée d'être la favorite.  


« Notre lignée est depuis longtemps associée aux douze. J'ai fait mon devoir  et vous le méritiez. »

« D'autres n'en auraient pas fait autant .. »

«  Ne dites pas de sottise… »
Il s'adoucit. « Vous lui ressemblez tellement.. », « vous êtes comme ma fille  désormais .

Elle frémit et se raidit.Les souvenirs qu'elle tentait de réprimer  lui broyèrent l'estomac .Son regard glissa sur le portait au dessus de la cheminée  de son oncle .   Elle en  aurait pleurer de se voir si contradictoire...Et Varsgorn Til'Enflazio qui allait se délecter  du spectacle ..Et Ewall surtout..  ô Dame, faites  qu'Ewall ne soit pas là pour la voir prendre la place de sa cousine meurtière. Elle eut un moment envie de hurler la vérité que son oncle refusait de voir. Hurler qu'elle n'avait rien en commun avec Iléa.

«  Quelque chose ne va pas ? »

Elle se ravisa. Les  cris étaient pour les petites filles qui avaient l'excuse de l’inconscience .Quel ami plus  fidèle que cet homme qu'elle comprenait mieux  que n'importe quel autre, tant il étaient fait de la même étoffe, tissés des mêmes valeurs. Une poigne de fer, un regard froid,  de prédateur, doublé d'un  sentiment de droiture . Elle lui sourit et s'inclina légèrement

« Je ne vous décevrez pas..père. »


Renier encore. Enterrer le passé sous un nouveau jour.  Il resterait dans l'ombre, avec les morts sous le chapiteau d'Ewall, dans le coeur de Varsgorn.  Aujourd'hui  il fallait  composer avec les quelques proches qui lui restait .

---

Sa tante avait à  coeur  de compléter et d'ajouter des noms sur cette liste sans fin qui devenait  un véritable casse-tête. La  noblesse du Poll avait été invitée, les seigneur des villes majeurs  enverraient  sûrement des ambassadeurs. Il y aurait aussi  les Ril'Morienval d'Al-Chen, les allierd et vsssaux de la famille comme  les Xil'Bomon et  bien sûr,  la noblesse du Jeit, les doyens des Académies …  Par la Dame, que seraient ces formalités s'il avait s'agit de son mariage ! Elles les remplissaient pourtant consciencieusement. Pas question de faire une erreur, pas question de commencer cette carrière florissante par un oubli  malencontreux.
Tout devait être parfait, orchestré et éclatant.
A l'image des Ril'Morienval.

Elle laisse échapper une parole doucereuse  alors que sa tante inscrit un chiffre en bas de la  liste

« Tant de noms et aucun d'eux ne m'est cher ... »

La sollitude  de sa chambre de malade lui paraissait tellement lointaine aujourd'hui, comme une dissonance qu'elle n'aurait jamais du connaître.

« La noblesse n'a pas d'ami tranche Silène, elle n'a que des alliés.  »

---
« Enfin, Suzanne, cet ourlet  est bâcle, même un Raï pourrait l'affirmer ! »
Ciléa rendit sèchement la robe à sa femme des chambre
« Je fais de mon mieux ma Dame » répondit elle, une pointe d'insolence dans la voix"

« Et bien faite mieux. Reprenez-le ! »

La femme de chambre s’exécuta et entrepris de défaire l'ourlet de la robe que Ciléa allait porter pour  la cérémonie.

Son col lui remonterait sur le cou malgré la  saison douce .  Il faudrait cacher  ses marques de peaux immondes et rougeâtres.   La robe était simple malgré la qualité du tissu :  pas d'étalage de richesses comme elle pouvait le faire dans les bals, une couleur bleu- gris, une allure quasi-martiale . Elle n'allait pas devenir couturière royale ni épouse mais sentinelle,  il était exclu qu'on s'appuie sur  des coquetteries pour voir en elle une fragile et corruptible jeune fille . Sa peau ne lui permettait de toute façon ni décolletés ni  manches ouvertes. Elle porterait un unique bijoux, le pendentif  aux armoirie de la famille que lui avait offert sa tante, copie conforme de celui d'Ewall, avait-elle songé.


« Invitons nous Enelye Ril'Enflazio Ma dame ?" Interrogea   l'intendant de la famille , appliqué depuis plus d'une heure à finir la liste des invités.

« Évidement,
répondit-elle avec une pointe d'aigreur dans la voix   ce serait un grave manquement, Que Varsgorn le désire encore ou non Enelye est l'héritière des Ril'Enflazio ...et elle a été ma compagne de cours à l'académie ."

La perruque qu'elle devrait porter le jour de la cérémonie l'inquiétait. Imitation parfaite de ses cheveux d'antat – elle en avait été si fière, de ses mèches ondulés - , le perruque devrait cacher sa misérable calvitie mais elle avait la hantise de la voir bouger ou se détacher.


« Tant de gens du nord, damoiselle , fit Suzanne timidement  Comptez vous  invitez toute l'académie de Merwyn ?  »

Ciléa  s'assombrit  et gratifia la femme de chambre d'un regard glacial

«Concentrez vous sur votre ouvrage au lieu de proférer des inépties »

 L'Intendant étouffa un rire ,

« Imaginez des acrobates déambulant dans les suites de l'impératrice ce serait du meilleur effet ! ».


Ciléa  se radoucit

«  Je ne peux pas ignorer pour autant l'Intendant, le Trésorier et  les élèves dessinateurs,  la plupart sont de nobles famille du Poll .  La première  gardienne Edel Hil'Meredrine  et les primats... oui même Guidjeck fit-elle en soupirant. N'oubliez pas qu'il s'agit du Sieur Hil'Guidjeck à présent, je ne vais pas commencer à me faire des ennemis »

« Duncan Cil' Eternit ?  »
interrogea l'intendant  laissant en suspens  sa plume au dessus du parchemin

Elle hésita un instant, serait-ce une bonne chose d'inviter le professeur avec Jehan Jil'Jidwin alors que la rumeur du baiser avait scandalisé le Jeit, dernièrement ( en langage roturier on aurait commenté :  «  c'est la confrérie qui se fout de la charité » ).


« Oui, ajoutez le. Après le scandale, il ne viendra pas de toute façon.   Si j'invite les primats, il serait malséant de l'oublier…et  si la plupart ne relèveraent pas, je ne peux  me permettre un manquement aux conventions  pour rester en bon termes avec Duncan Cil'Eternit »


Elle jeta un œil sur le travail de Suzanne qui réparait consciencieusement sa robe. On entendez plus que la plume qui griffait le parchemin.


« Ajoutez aussi   Sareyn Til'Lisan »
fit elle soudain
Suzanne se piqua le doigt  et poussa un petit cri

L'intendant  grogna : « Et bien, c'est malin, allez vous lavez les mains avant de mettre du sang sur la robe de la demoiselle... »
Puis il se tourna vers Ciléa  en sembla chercher dans ses souvenirs

« Damoiselle, permettez moi de vous conseiller. si ma mémoire est bonne cette jeune gourgandine délurée a un  patrimoine modeste et des mœurs, ma foi.. dissolus. Quel intérêt avez vous de l'inviter à cette cérémonie ? »

«Ajoutez la. Oh et n'oubliez pas son amie, Alienor  Cil' Dockart... l'Académie du Jeit doit être représenté après tout...Elle sera sans doute ravie de célébrer ma nouvelle...nomination .

--

Vertige du monde, de ces visages et ces  présences  qui accouraient auprès d'elles, domestiques ou proches et qui lui portaient une attention accrue. Sensation irréelle de  vitalité alors que dans la chambre il n'y avait eu que sa tante, les reveurs – mais qui vous regardez comme un corps- et Suzanne, la seule domestique qui avait accepter d'approcher la malade. Les quelques jours qui précédèrent la cérémonie, Ciléa se sentit  d'une légèreté   extatique  alors que son corps lui rappelait sans cesse qu'il était un fardeau. Elle répondait, organisait, souriait, plaisantait, jouait aux grand jeu de la mascarade courtisane comme elle ne l'avait jamais fait auparavant et y prenait un plaisir intense.

La salle  du palais impérial, répondait au faste qu'on attendait d'elle. Ciléa la connaissait. Enfant, elle faisait passer les longues heures des cérémonies officielles  en détaillant  les figures  du plafond peints . Autour des armoiries du palais impérial,   se  débattait un immense bestiaire mythique : Il y avait un paon, un dragon, un aigle..Son préféré était le lion rouge  qui s'élançait, la gueule ouverte, les muscles tendus. On pouvait observer les moindres tensions de ses pates musclés. Des rumeurs racontaient que  certains nobles avaient payé le peintre pour voir figurer leurs emblèmes sur le plafond impérial.

 Les immense baies vitrées illuminaient la salle et de minuscule vitraux ornaient le haut de fenêtre, rependant dans la pièces, un éclairage coloré . Une estrade  en amarante  surélevait les Sentinelles par rapport à l'assemble et douze  sièges étaient disposés en demi cercle  autour d'une assis en marbre.  Sentiment de prendre sa place lorsqu'elle s'assit sur la chaise sculptés aux milieu des douze . Froller, toucher enfin .  La place qui lui était due.

Elle avait prit place auprès des douze  et peu à peu la salle s'était remplie. L'assemblée hétéroclite malgré son homogénéité de rang  mêlait des visages   bruns ou fardés du Jeit et des peaux plus blanches et  marquées du nord, les modes du Chen, le raffinement des parures de la capitale et la simplicité -certains disaient rusticités – des vêtements des Pol-liens. La moitié des visages lui était connu, certains vaguement, comme un parfum de jeunesse.  Une sorte de flot face à elle, et elle souriait quelque fois, quand l'un ou l'autre la remarquait avec  trop d'insistance. Un sourire poli.

« Et bien, la moitié de l'empire s'est déplacé pour vous... pas trop impressionnée ?»
lui souffla son voisin. Dernier des Sentinelle à un être nommé, il gardait de sa cérémonie un souvenir de torture intense.

« Je me suis rarement sentie aussi bien " lui répondit  Ciléa en lui décrochant un grand sourire


Quand le doyen se leva, la salle se tut. Il commença par faire une longue liste des noms et des titres des personnes qui serait témoin de son engagement de Sentinelle , c'est à dire des  onze autres et de la main de l'empereur. L’intérêt  commença à décroître au 5eme nom e et on entendit  des chuchotements, venant des derniers rangs.
Puis  la Main du roi pris la suite, il avait une diction claire et énuméra lentement les devoirs et  les droits des Sentinelles envers l'empire. Le ton de sa voix sembla calmer l'assemblée.
Son voisin de droite, évoqua ensuite longuement tousles arguments qui poussaient à choisir Ciléa Ril'Morienval comme prochaine sentinelle, insistant sur  son origine familiale, la puissance de son don et sa dévotion à l'empire.

Enfin se fut à elle de s'exprimer. Elle se leva doucement pour ne pas trébucher et tomber sur sa jambe endommagée, elle avait tenu à ne pas avoir d'appuis pour cette Cérémonie . La douleur, lui fit l'effet de l'adrénaline.  Elle devait maintenant honorer la sentinelle  précédente et prononcer ses voeux.
Elle créa une brise légère, accompagnée d'un geste du poignet lent et classieux gracieux  pour emporter sa voix jusqu'au fond de la salle


« Je commencerais par rendre hommage à la Dame  Maena Zil'Aufone , la dessinatrice du Poll  qui a servi  l'empire jusqu'à sa fin.   Peu remarquée en tant que combattante, elle a pourtant secondé l'armée impériale  lors de la dernière attaque des Rais , défendant courageusement  la région des glaces. Les services qu'elle a rendu  à l'empire, dans l'ombre de ses recherches, sont innombrables. Elle a étudié longtemps les créatures maléfiques et leurs relations au dessin, ses recherches sur  les goules ont sauvé la vie à nombre de combattants dessinateurs sur les plateaux d'Astariul.  Elle était aussi femme du Seigneur du Poll, admiré, aimée de ses sujets.  L'année dernière, le Poll et la famille  Zil' Aufone ont pleuré sa perte Aujourd'hui, je prend sa suite.  Puisse Gwendalavir longtemps se souvenir de son nom .


Un murmure passa dans la salle et sur les lèvres des onze




«  Comme vous le savez, je suis née ici dans le Jeit et toujours mon coeur reste fidèle à  L'Arche. Ma famille se trouve ici depuis des générations. Mon oncle Sieur Gannajian Ril'Morienval, Trésorier de l'Impératrice m'accueille aujourd'hui dans sa demeure. Comme la plupart des jeunes femmes du Jeit, je me suis promenée à cheval dans les jardins du Pillion, j'ai pris des cours de danse avec  Sire Jelvan Dil'Vals   j'ai célébré avec vous dans cette même salle, l'arrivée de nouvelles Sentinelles.  J'ai eu une enfance florissante à Al-Jeit et la capitale, jusqu'à mes 15 ans , m'a pourvu de ses richesses

Je suis une enfant du Sud mais je suis une dessinatrice du  Nord.

J'ai vu émergé mon don  près de la chaîne du Pollimage ,dans la prestigieuse académie que Merwyn créa .   Le nord m'a accueilli et j'ai connu mes premières flammes avec mes premières neiges. Je remercie aujourd'hui tous les professeurs,  qui ont su me guider,  les Dame Vyvian Ril' Lake, Myra Ril'Otrin, particulièrement mais  aussi l' intendant, Sieur Jehan Jil' Jildwin et les primats qui se sont succédés pour garder cette école debout malgré les  catastrophes  . Tous ne sont pas là aujourd'hui pour  que je leur témoigne ma reconnaissance;  les hivers sont rudes et le nord est pris régulièrement en étau par des créatures de l'ombre ou...par des organisations avides de pouvoir. Une raison de plus pour moi pour payer la dette que je dois à Al-Poll.

Al-Poll m'a vu devenir celle que je suis aujourd'hui même si mon allégeance, toujours me conduira au Jeit,  Je suis revenue, vidi vici j'ai suivi l'enseignement du Jeit sous la tutelle de la dame Jocasta Dil’ Glass    et j'ai porté le deuil au moment de la tragédie qui nous a tous affligé.  Aujourd'hui je deviens Sentinelle pour servir  l'Impératrice régente et l'empire à  Al-Poll et à l'Académie de Merwyn tout particulièrement. »


Les applaudissements  grondèrent.  Sa tête lui tournait un peu mais l'euphorie fendit son visage d'un sourire sincère. La main du roi se leva à son tour et se tint auprès d'elle

«Damoiselle Ciléa Ril'Morienval , nous vous accueillons dans  les rangs des sentinelles »



Elle retira lentement sa manche pour dégager juste assez de peau
Le bracelet en bronze claqua  sur son poignet droit,  elle faillit grimacer sous la douleur .


« Vous êtes maintenant au service de l'empire,à jamais. Puisse Gwendalavir se souvenir longtemps de votre nom »

Le murmure se répercuta dans toutes la salle   puis les applaudissements reprirent . Le Visage de Maya Nil' Shaya,  était présent. Elle aurait cru voir, au deuxième rang, une femme à la même chevelure de Lune. Bien qu'elle n'ai pu la nommer, elle lui dédiait, à elle plus qu'aux autres, sa victoire. Sa jambe se rappela à elle soudain, violemment Elle failli grimacer et alla se rasseoir à sa place. Voilà, c'était fini, la cérémonie prenait fin, restait le buffet  de l'après-midi. Le bracelet brillait  à son bras.

Déjà la foule sortait de la grande salle pour se diriger vers les jardins où un somptueux goûter impérial  attendait. Un kiosque de grande taille qui accueillait déjà des musiciens servirait de piste de danse.  Des petites tables rondes, où quelques éventails était disposés attendaient les invités. On avait renonceé à la placer de par leur nombre. On ne savait pas non plus qui resterait.

Les fontaines et l'ombre des grands Aulnes des jardins rafraîchissaient un peu l'atmosphère étouffante de ce début d'après midi. Des  musiciens joueraient et des dessinateurs présenteraient sans doute les objets  nouveaux et farfelus qui enchanteraient la cour.


« Félicitations» « Je vous souhaite de devenir la nouvelle étoile du Jeit..Et du Poll« Et bien félicitations Damoiselle Ril'Morienval «  « Je vous remercie pour Maena, vous avez rendu un bel hommage à ma cousine» «  Au nom de la famille Xil'Bomon, félicitations ».

Elle remerciait, souriait, répondait simplement . Son oncle, à coté d'elle saluait  également les invités , semblant les connaître tous. Il avec un bon mot pour chacun d'entre eux  et  lui soufflait quelquefois  les noms  qu'elle ne devrait pas oublier.

Son grand-père  se tenait auprès d'eux dans son siège en ébène et ivoire. Paralytique,il remerciait d'un clignement des yeux ou d'une phrase dans les spires, quand il le pouvait les "jeunes gens" qui venaient le saluer  



[Voilàààà. Bon s'il y a un problème, Mp ou discussions. Je vous donne une petite description des Pnjs Ril'Morienvaux ici si vous voulez interagir avec eux ou en parler


Arievo Ril'Morienval est le grand père de Ciléa, paralytique. Il est toujours sur sa chaise, avec un domestique qui subvient à ses besoin. Il peut s'il le veut communiquer avec les Spires, mais ca le fatigue beaucoup. Il a un mono sourcil et une tête de Tywin courroucé
Gannajian Ril'Morienval est l'oncle de Ciléa et le Grand Trésorier de l'empereur ( si la place n'est pas prise), ancien Général, il a des trais durs, une carrure et des manières en conséquence.
Silène Ril'Morienval est la tante de Ciléa, Quelqu'un de calculateur, plutot mauvaise langue, très portée sur les conventions. (Ciléa la harpie en plus vieille, quoi).

Les deux derniers ont perdu leur fille unique Iléa, empoisonnée alors qu'elle était sentinelle quelques années auparavant

J'ai cité aussi l'intendant de la famille, la Main de l'impératrice...Qui sont pour l'instant sans noms mais utilisables et développables à souhait. Amusez vous !]


_______________
Spoiler:
 



{-Ciléa Ril'Morienval-} {-Lohan Gayana-} {-Ganabiön d'Illuminée-}
avatar

La Borgne
Messages : 2181
Inscription le : 30/05/2007
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sentinellisation    Ven 10 Juil 2015 - 22:25

A l’arrivée du faire-part de la famille Ril’ Morienval pour Sareyn Til’ Lisan, les doigts de Marlyn passèrent pensivement sur le cachet, redoutant de l’ouvrir.
Elle avait d’abord cru à l’annonce d’un enterrement, qui scellerait pour toujours la disparition de l’Autre déjà délitée par bouts de rumeur sur sa maladie, ses chances de survie, et les prières adressées  à la Dame d’un bout à l’autre d’Al-Jeit.

L’idée lui avait tournoyé dans l’esprit, un temps, d’obtenir l’adresse de résidence de Ciléa Ril’ Morienval et de s’y introduire pendant la nuit, quand plus personne ne couverait la malade. Pouvoir se tenir –debout, toujours- devant elle, devant cette ennemie qu’elle imaginait poussiéreuse et les poumons rauques. Elles se seraient observées, de squelette à squelette, sans aucun masque et le regard mutuellement cave. Marlyn aurait souri triomphalement devant ce nouveau cadavre à ces pieds. Aurait peut-être ri, d’être –debout, toujours ! Celle qui, encore, survit !
La borgne lui aurait peut-être tranché la gorge par pitié, pour atténuer ses souffrances, et lui accorder un repos qu’elle ne lui aurait jamais laissé de son vivant.

Seulement la vie l’avait rattrapée entre temps, et Dolohov était revenu. Le réseau était en cours de nettoyage, de redémarrage, et la Borgne avait eu ses propres démons à combattre, ses propres maladies à arracher des veines. Si l’Autre lui avait fait le coup de pute de mourir sans elle…
Le sceau s’émietta en confettis coagulés.


*

- C’est celle-là, venez Sareyn ! Pyotr m’a parlé de cette statue, la tradition veut que quiconque entre pour la première fois dans le Palais de l’Empereur doit venir caresser l’orteil de Merwyn, sinon c’est le malheur assuré pour trois générations !

Entrainée par le bras comme une poupée, Sareyn suivit Aliénor devant la statue imposante dans le hall qui semblait à la fois accueillir Gwendalavir dans le foyer de l’Empereur et monter la garde contre les dangers qui le menaçaient. Merwyn Ril’ Avalon… Marlyn posa la main sur l’orteil patiné par l’usage, plus lisse que le reste de la statue, en essayant de se remémorer les traits de l’homme lui-même. Il n’avait certainement jamais arboré cette longue barbe d’énergumène, ni ces robes très à la mode pour les vieux pontes du Jeit.

Il avait été le premier à la comprendre vraiment, songea-t-elle avec peut-être une pointe de nostalgie. Le seul à empatir avec le Dessin qui lui martelait la tête,  à visualiser le potentiel qu’il représentait. Dans d’autres circonstances… mais il avait été aveuglé par les brutes Chantelames, distrait par le sort de Vivyan Ril’ Lake et maintenant le monstre qu’il avait contribué à créer était libre d’entrer dans le Palais d’Al-Jeit sans personne pour l’arrêter.

- Regarde où nous en sommes, vieux fou,
murmura-t-elle d’un ton de prière. Même toi, tu es mort.

- Vous avez dit quelque chose, Sareyn ?

- … Rien. Venez, mon amie, nous ne voudrions pas rater l’intronisation de cette chère Ciléa.

Le nez d’Aliénor se fronça, comme toujours lorsque le monde ne répondait pas parfaitement à ses attentes capricieuses. Ça lui avait un peu manqué aussi, ces interactions superficielles, ces émotions si faciles à tirer des visages lisses des jeunes filles nobles.

Par le Dragon Marlyn, ressaisis-toi un peu et arrête de soupirer sur les moindres putains de poussières passées. Tu as la survie et la réussite d’une rivale à aller célébrer, et un palais à voir. L’univers est mort autour de toi pour que tu puisses poser tes sandales sur les géraniums de l’Empereur aujourd’hui.


*

Presque dernières à entrer dans la salle où se tenait la cérémonie, Aliénor et Sareyn n’eurent d’autre choix que de rester dans les derniers rangs. Ce qui convenait à Aliénor car elle était hors de portée d’oreille de Ciléa et pouvait décrire en trois parties trois sous parties à quel point sa robe était tellement été dernier dans le creux de l’oreille de Sareyn, sans que personne ne les entende. Sareyn, de son côté, pouvait observer les dos, reconnaître dans l’audience qui venait de l’Académie de Merwyn –ils s’étaient déplacés en meute et se tenaient sur des sièges proches.
La borgne n’y reconnut aucun des dos connus, ni celui d’Arro Skil’ Liches, ni celui de Duncan Cil’ Eternit, ni des professeurs qu’elle avait connus  même brièvement lors de l’occupation de l’Académie.

Ciléa Ril’ Morienval se leva, après de nombreux discours que Marlyn n’avait écouté que d’une oreille – son maître l’avait briefée sur la situation des Sentinelles, ceux à observer plus particulièrement, ceux qui se raccrochaient à l’influence qu’ils n’avaient pas, les dangereux, ceux qui pouvaient poser un danger au réseau de Sa Majesté.
Quelque chose, dans le dos encore plus raide, le cou parfaitement arqué, l’œil qui mettait au défi l’audience de juger quoi que ce soit, parla à Marlyn à un niveau vertébral. Malgré le tissu qui lui couvrait pudiquement tout le corps, et le menton Ril’ Morienval qui se dressait fièrement en recevant les honneurs, la Borgne reconnaissait dans les jambes, les coudes un peu rentrés, et les machoires aussi dures que du ver la silhouette de la bête blessée. Alors Ciléa Ril’ Morienval avait vraiment été malade, et était revenue d’entre les morts.

Pourquoi, pourquoi son orgueil en fut-il fou de joie ? Pourquoi cela suffit-il à tisser un lien indéfectible entre elle, alors même que Ciléa se laissait enchainer à son devoir sans jeter une seule fois le regard de son côté ? Pourquoi cette fierté ?

Peut-être qu’elle voyait dans ces mains maigres, et qui avaient été délicates, les serres qui labouraient l’univers à la recherche de la moindre aspérité ? Peut-être que comme elle, Ciléa ne tenait plus que par la rage, et qu’elle s’était hissée sur ce podium en crachant à la gueule des Dieux qui voulaient l’emmener dans les champs d’étoiles ?
L’Autre ne lui avait jamais autant ressemblé qu’aujourd’hui.

Jusqu’à ce que l’anneau de cuivre se referme sur son poignet comme une menotte, et que Marlyn se rende compte, enfin, qu’elle n’aurait jamais pu être Sentinelle.


*

La jeune femme se félicita d’avoir laissé Aliénor choisir sa garde-robe, elle qui suivait la mode avec une telle attention. Leurs tenues étaient parfaitement coupées sans être ostentatoires, et Sareyn avait réussi à convaincre Aliénor de lui choisir une tenue qui lui couvrait les bras sans pour autant paraitre faussement pudique. Elles déambulèrent à la suite de l’assemblée dans les jardins du palais impérial, et Marlyn, d’une humeur bravache, refusa l’éventail qu’on lui tendit.
Qu’Al-Jeit, et que le palais de l’Empereur, voit son visage comme il était ! Rien ne pouvait assombrir cette journée.

Pas même Enelyë Ril’ Enflazio, dans ses tons rouges, dont le visage lui rappelait toujours le nom d’Elio, et tout ce qui avait du être fait. Pas même l’absence de Dolohov Zil’ Urain à cette assemblée, ni les constants commérages d’Aliénor sur la forme des sourcils des gens et les dentelles trop osées de l’une ou l’autre. Elles naviguèrent ensemble, fières représentantes de l’Académie d’Al-Jeit, et nombreux furent ceux qui n’offrirent leur sympathie qu’à Aliénor, en ne saluant Sareyn que du strict nécessaire. Elle ne s’en formalisa pas. La crème de la crème était invitée à cette cérémonie, et Sareyn Til’ Lisan devait jouer l’humilité et la gratitude pour pallier à toutes les rumeurs et la pauvreté qui enlaidissaient son nom. Aliénor souriait pour deux, l’introduisait aux moins réactionnaires des vieux nobles, elle-même fébrile et impressionnée dans cette haute cour sans sa dame Mère ni ses chaperons.

- Sareyn, nous devons présenter nos hommages à Ciléa ! Je préfère être damnée pour l’éternité plutôt que de laisser tout Al-Jeit croire que je jalouse une Ril’ Morienval ! Surtout maintenant que mes cheveux sont bien plus éclatants que les siens!

Elles s’approchèrent alors, du coin des jardins où s’était installé le Clan Ril’ Morienval, bien plus tôt que Marlyn avait prévu de recroiser l’Autre. Par réflexe, elle porta la main à sa chevelure et fut rassurée d’y trouver l’épingle qui maintenait le chignon en place. L’arme préférée de Sareyn, même si elle aimait aussi sentir le cuir contre sa cuisse qui maintenait une autre lame.
Inspiration, expiration, doigts qui passèrent sur le gant, ce gant qui dissimulait tout autant les démangeaisons qu’il masquait aux yeux de l’univers l’alliance en tatouage. L’encre pulsait doucement au rythme de ses Spires, et la borgne essaya d’en tasser le rythme, de ramener ses Chemins en brins et de les nouer à travers l’encre, de les visualiser mentalement contenus dans ce petit tatouage.
Son contrôle s’était exponentiellement amélioré ces derniers temps, mais…

Elle n’était jamais à l’abri d’une autre catastrophe comme celle de Vor.

- Demoiselle Ril’ Morienval, vous avez les plus sincères félicitations de Dame Lilliane et Messire Gondriore Cil’Dockhart. Mes parents connaissaient feu notre estimée Dame Xil’ Aufone et estiment que l’Empire n’a jamais été aussi sauf que depuis que vous avez pris sa suite. Mon père d'ailleurs...


Les félicitations d’Aliénor durèrent, durèrent, durèrent, tant elle avait de félicitations à transmettre de la part de toute l’Académie d’Al-Jeit et de ses relations familiales. Cela donna un alibi à Marlyn pour ne pas encore se tourner vers Ciléa Ril’ Morienval, mais plutôt de poser le regard sur cet homme qui se tenait assis sur une chaise, un valet au coté, et qui la transperçait du regard.

- Messire Ril’ Morienval, c’est un honneur de me trouver au palais de l’Empereur en votre présence aujourd’hui
, s’introduisit-elle en complétant de la plus gracieuse révérence dont elle était capable.

Elle continua à voix basse, en fixant droit dans les yeux cet homme que la Dame n’avait pas eu la grâce d’achever avant la déchéance :

- Vous pouvez être fier, Messire. Je suis sûre que personne n’osera attenter à nouveau à la couronne maintenant que Ciléa est là pour nous protéger tous du mal. Il est regrettable que personne n’ait su voir son potentiel plus tôt, qui sait si cette tragédie aurait pu être épargnée ?


Le sourire qui se dessina sur ses lèvres fut à l’écho du froncement de monosourcil du vieillard, dont les mains se crispèrent sur les bras du fauteuil. La tentation de le chercher dans les Spires… Mais il ne fallait pas céder à l’hubris. Aujourd’hui était une belle journée, où elle pouvait se tenir à l’épicentre de l’Empire sans que personne ne sache qui elle était vraiment, et il serait dommage de la gâcher par vantardise.
Lorsqu’elle se retourna, Silène Ril’ Morienval se tenait juste en face d’elle, à la toiser de haut, le sourcil légèrement crispé. Cette femme n’avait donc qu’une seule expression ? Marlyn se fit la promesse de demander l’avis d’Aliénor sur ces sourcils-là.

Aussitôt, Marlyn se fendit de l’étiquette de circonstance, buste courbé et geste de main gracieux, tandis que l’acariâtre tante la déshabillait du regard et la jugeait. Les deux femmes se tinrent en chien de faïence quelques secondes.
Décidèrent à la même seconde qu’elles se détestaient mutuellement. Quoi qu’elle ait vu en elle, Marlyn sut qu’elle n’était pas sous-estimée, et que Silène avait percé au-delà des manières de Sareyn, du « mécenat » de Makel Vil’Ryval d’une manière ou d’une autre.

- Alors c’est vous, Sareyn Til’ Lisan ? Les rumeurs ont été exagérées, je ne vois vraiment pas là-dedans ce qui vaut d’être sur toutes les lèvres…
 La petite assemblée autour d’elle pouffa, et Sareyn prit la pique avec la meilleure indifférence polie dont elle était capable.

Silène se pencha vers elle, sous prétexte de lui souhaiter la bonne journée, et le murmure qui fila au coin de son oreille tira un sourire involontairement prédateur à la borgne.

- Ne vous approchez pas de ma nièce, ni de ma famille ou les Dieux m’en sont témoins, je serai votre ruine.

Ahh, quelle réception osait s’appeler ainsi sans menace de mort ni menace de damnation éternelle ? Si la dame cherchait à gagner le respect de la Mentaï, elle n’aurait pu faire mieux. Ni mieux attiser sa volonté de défi.

- Vos désirs sont mon plaisir
, murmura-t-elle en retour, tout en fixant Ciléa par-dessus l’épaule de sa tante. Si elle n’avait été borgne, Marlyn se serait fendu d’un clin d’œil.

Mais déjà, il fallait s’écarter, prendre congé et laisser la place à tous ceux qui voulaient aussi féliciter Ciléa pour sa nomination Sentinelle. Sa famille se tenait autour d’elle, réalisa-t-elle, tout autant en soutien qu’en carcan.

- Venez, ‘Reyn, il me tarde d’aller parler à tous ces provinciaux de l’Académie de Merwyn ! Ils doivent être si follement sauvages !


Quelle belle journée, quelle merveilleuse journée.


( J’espère que l’utilisation de tes PNJ n’est pas trop OOC, Ciléa ! Pour Silène je ne savais pas trop quelle couleur mettre vu que c'est du noir comme Marlyn dans ton post, j'ai préféré distinguer et ne mettre que du gras du coup.

La fin de mon post est relativement ouverte à qui veut parler à ma paire de Blonde et Brune o/

De mon côté, en PNJ utilisables, il y a du coup Aliénor Cil’Dockhart : fille de nobles d’Al-Chen, relativement influente et complètement pourrie-gâtée, dessinatrice talentueuse malgré tout, curieuse comme un chat et complètement pot-de-colle avec Sareyn Very Happy Néanmoins, je considère que c'est quelqu'un d'intelligent et qui joue juste le jeu de la gourgandine pour obtenir ce qu'elle veut et laisser tout le monde la sous-estimer.)[/i][/i]


_______________



Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Sentinelle
Messages : 1199
Inscription le : 08/05/2007
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sentinellisation    Lun 21 Déc 2015 - 21:45

Ce fut à son retour d'une expédition le long de la chaîne du Poll avec une vingtaine de Frontaliers que Gelmir lui avait annoncé la nouvelle.
Une nouvelle Sentinelle était née ! Les douze étaient désormais de nouveau au complet et ce n'était autre que Ciléa Ril'Morienval. Cette lignée était riche de Dessinateurs d'exception.
Malgès son habitude d'éviter les évènements mondains, Alatariel ne pouvait se permettre d'être absente de celui-ci. Elle grimaça d'avance à l'idée de devoir faire le pot de fleur tout en laissant la Citadelle sans Sentinelle pour la défendre. Gelmir ne pouvait pas esquiver non plus l'évènement et était d'un tempérament beaucoup plus sociable qu'elle ne l'a toujours été. Il allait falloir laisser ses deux enfants aux bons soins de leur nourrice frontalière et bien qu'elle eut une confiance aveugle en cette dernière, cela ne l'enchantait pas non plus. Il était hors de question que d'autres que Gelmir et elle-même s'occupe de leur éducation. Le trajet ne sera pas un souci, car ils allaient effectuer un pas sur le côté. C'était encore la solution la plus rapide et qui leur permettrait de s'en aller une fois les festivités finies.


Il avait fallu venir un jour à l'avance pour faire les répétitions dues à une cérémonie de ce faste. Alatariel se prêta au jeu de mauvaise grâce et en avait plus qu'assez que l'on viennent lui déblatérer des politesses vides de sens. C'était exactement pour ça qu'elle appréciait la simplicité de la Citadelle. Heureusement elle n'avait aucun discours à prononcer devant les invités. Cela attirerait moins l'attention sur sa présence ... Bien que celui qui organisait tout cela avait décidé de l'asseoir à la gauche de Ciléa en arguant qu'il fallait, qu'en tant que sortante de la même Académie, il lui fallait prendre un rôle d'ainée. Cette situation ne lui plaisait pas.
Ciléa était choisie pour être Sentinelle et cela voulait aussi dire qu'elle avait la force nécessaire. Elle n'avait pas besoin de "pilier".
Elle avait revêtu pour l'occasion une robe d'apparat d'un rouge sombre, presque noire. Le tissu de sa robe était d'une grande qualité et les motifs moirés ressortaient en mettant en valeur sa coupe élégante mais fonctionnelle. Gelmir était vêtu d'une tenue un peu moins sobre et fonctionnelle qui ne lui laissait rien à envier aux autres représentants de la gente masculine présent. La couturière qui s'était occupé de leurs tenues ne s'était pas moquée d'eux. Ils étaient entré parmi les premiers dans l'immense salle de réception du palais impérial et allèrent s'asseoir à leurs places. C'est-à-dire sur l'estrade, face à l'assemblée. Elle eut donc tout le loisir d'observer chacun des nouveaux arrivant. Elle aperçut certains nouveaux professeurs de l'Académie et quelques anciens élèves. Kusanagi faisait partie du lot mais s'était rapidement fondue dans la masse, tirant un sourire à sa mère. Peu à peu la salle s'était remplie et il ne restait de place pour aucune âme supplémentaire.


La cérémonie débuta et Alatariel put constater que sa nouvelle homologue ne manquait pas de verbe en notant dans sa posture que son corps avait subit de lourds dommages. Qu'était-il arrivé à cette jeune demoiselle pour que son corps en souffre autant ?
Il ne lui fut pas demandé de sortir de son statut de pot de fleur et la Sentinelle ne fit rien pour davantage prendre la parole. Quelques murmures s'étaient élevés à l'annonce de son nom tant elle était connue pour être avare en présence officielle. Elle était respectée, car on la savait efficace et droite. Certains même la craignaient, car bien que ses origines familiales soient tenues secrètes pour une grande partie, elle avait d'elle-même acquis au fil du temps une influence importante même pour une Sentinelle. Certaines rumeurs disaient même qu'elle était l'oreille de l'Impératrice. Ce qui était très loin de la réalité. À vrais dire les deux femmes ne se voyaient que très peu et uniquement pour des réunions traitant de la sécurité de l'Empire.
Les festivités étaient maintenant passées dans le jardin mais certaines personnes s'étaient déjà éclipsées en douce profitant du mouvement de foule pour disparaitre sans faire d'incident diplomatique. Elle alla saluer ses collègues Sentinelles et quelques connaissances puis se dirigea vers Ciléa pour lui adresser ses félicitations.
C'est alors qu'elle se raidit en apercevant devant elle une certaine Sareyn Til' Lisan qui lui était plus familière sous son vrais nom "Marlyn Til' Asnil". Que faisait-elle là ? Quelle mascarade était-elle en train de jouer ? Dans tous les cas la tante de la nouvelle Sentinelle semblait lui vouer une haine profonde alors qu'elles venaient vraisemblablement seulement de se rencontrer ...
C'est sur ces pensées qu'Alatariel se retrouva devant Ciléa toute entourée de sa famille. Les Ril' Morienval ...


- Bonjour demoiselle Ril' Morienval. Je suis heureuse de pouvoir vous compter dans nos rangs votre famille est réputée pour porter en son sein de nombreux Dessinateurs talentueux, mais tous n'ont pas eu l'art des mots que vous avez. Désormais vous défendez l'Empire, mais vous le représenterez aussi et cela vous sera utile. D'autre part sachez qu'en tant que Sentinelle, mais aussi en tant qu'ancienne élève de l'Académie de Merwyn vous pourrez compter sur mon soutien.

Alatariel pris congés de la nouvelle Sentinelle, elle avait d'autres devoirs qui l'attendait mais avait fait savoir sa disponibilité. Kusanagi lui avait transmit qu'elle souhaitait lui parler d'une chose importante après les festivités. Le ton qu'avait employé sa fille n'avait pas rassuré Alatariel et n'était pas pressée d'avoir cette conversation.
En attendant il allait falloir s'occuper durant la réception et Gelmir était déjà bien occupé avec les mondanités dont ils avaient tacitement décidé qu'il s'occuperait. Le cas de Marlyn la perturbait ... Son engagement auprès du Chaos ne faisait aucun doute et le fait qu'elle soit là, signifiait aussi qu'il n'était pas totalement éteint. La Sentinelle la chercha du regard, mais ne la trouva pas.


_______________
rêve de nuit          
étoile précieuse
liberté rétrouvé ...

La lumière obscure du Soleil, laisse deviner un avenir funeste à ceux qui ne savent pas ...
avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 237
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sentinellisation    Mar 26 Jan 2016 - 19:26

Rien ne lui allait. Rien. Elle ne rentrait dans aucune de ses robes de bal. Aucune. Et elle ne mettrait pas celles qui jonchaient son lit, elle ne mettrait pas celles qu'elle voyait chaque jour sous ses yeux. Elle ne les supportait plus. La femme aurait voulu pouvoir porter ces merveilles qu'elle avait accumulé au fil des années, ces vêtements qu'elle avait hérité de sa mère.
Pourquoi ne sortaient-ils pas ? Pourquoi tardait-il tant à arriver, ce terme ? Huitième mois. Assise sur son lit, elle soupirait. Ce soir avait lieu la Sentinellisation. Elle ne pouvait pas se présenter ainsi, elle ne pouvait pas se permettre d'ignorer cet événement. Les hautes sphères du monde du Dessin seront présentes, elle se devait d'y aller. D'autant plus que Ciléa Ril'Morienval, une ancienne élève de l'Académie, deviendrait Sentinelle ce soir.

Sentinelle.
Douze hommes et femmes parmi les perles des Spires. Des personnes capables de tours inimaginables. Sensées protéger Gwendalavir de toute menace. Sentinelle...
Y avait-elle déjà pensé ? Oh, des millions de fois. Lorsqu'elle était plus jeune, elle aurait tout donné pour devenir l'une d'entre elles. Tant d'études, tant de lectures, de nuits blanches. L'aurait-elle fait pour la gloire ? Non. Ou peut-être un peu. Une Sentinelle avait tout. Et la jeune Myra désirait tout. En réalité, personne ne pouvait se vanter de réellement connaître la dessinatrice... Certains côtés... Restaient secrets malgré tout. Elle gardait des choses en elle, elle les refoulait. Comme cette soif de pouvoir qu'elle avait accumulé. Soif des Spires. Soif d'une Imagination qui lui ouvrirait toutes les portes. Soif de ce pouvoir qu'elle possédait, mais qu'elle n'exprimait jamais en présence des autres. Elle les laissait dans l'ignorance de ce qu'elle était réellement. De qui elle était. Elle semblait être quelqu'un, mais la jeune femme qu'elle avait été restait toujours quelques mètres derrière elle.
Cette jeune femme avide de Spires. Des hautes Spires. Cette jeune femme qui aurait voulu être Sentinelle.
Pourquoi ne pas l'avoir fait ? Pourquoi ne pas être devenue Sentinelle ?
Les circonstances. Sa mère. Une révélation. Elle avait compris. Et était devenue professeur de Dessin. Pourquoi pas à Al-Jeit, grande Académie de dessinateurs ? Parce que Merwyn.
Un livre. Un nom. Une histoire. Et la voie dont Myra rêvait s'était évaporée pour laisser place à une autre. Plus grande. Elle n'était pas devenue Sentinelle, elle voulait les former.

Ril'Otrin avait voulu devenir Sentinelle. Myra était professeur. Elle ne regrettait rien.

Elle irait donc à la cérémonie. Coûte que coûte. Plusieurs de ses amis y seront, elle ne pouvait manquer l'événement. Myra riait d'avance en imaginant la réaction de certains devant cet énorme ventre qu'ils découvriront. Elle n'avait pas annoncé la nouvelle à tous ses anciens amis de l'Académie d'Al-Jeit.
Il lui fallait seulement se trouver une robe. Rapidement. La cérémonie était ce soir, elle devait trouver quelque chose.

Et soudain, une idée. Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ? Parfois, elle maudissait sa mémoire pourtant si grande. Elle oubliait toujours ce léger détail. Son amant possédait des boutiques de vêtements ! Pourquoi n'avait-elle pas pensé à cette solution plus tôt ? Il devait bien cacher quelques robes qu'elle pourrait porter, réajuster si nécessaire.
Sur cette idée, elle ne tarda pas à contacter l'homme par les Spires. Elle était incapable de se faire un marathon pour le retrouver dans toute l'Académie. Et il n'aimerait pas qu'elle le fasse, de toute façon. Une dispute aujourd'hui, très peu pour elle. D'ailleurs, le trésorier ne viendrait pas ce soir, il avait un empêchement. Elle s'était donc mise à la recherche d'une escorte pour la soirée et elle ne tarda pas à vouloir s'y rendre avec son plus vieil ami. Owenn. Dessinateur lui aussi, Sentinelle même, ils avaient fait leurs longues études ensemble. Il viendrait de toute manière alors autant s'y rendre ensemble, n'est-ce pas ?

La dessinatrice avait hâte. Pouvoir revoir ses anciens amis, découvrir les nouvelles Sentinelles, voir une élève de l'Académie s'élever à ce rang si prestigieux. Son élève.


- * - * - * -

Et elle vit Ciléa, là, sur l'estrade. Son coeur se serra, un sourire naquit sur ses lèvres. Quelle fierté... Voir une ancienne élève, assise là, sur l'un des douze sièges. Myra était fière. Peut-être cette jeune femme n'avait été son élève durant une année seulement avant de devenir son assistante, mais elle se sentait si fière. Une élève de l'Académie de Merwyn, une de ses élèves, s'élevait à présent au rang de Sentinelle.
Et Ciléa commença à parler. Long monologue destiné à rendre hommage à son prédécesseur, long monologue afin de prouver à tous qu'elle était digne de la confiance qu'ils lui faisaient. Et elle sourit lorsqu'elle commença à parler de l'Académie. Cette école qui, étrangement, donnait un sens de la loyauté particulier à chacun de ses membres.

Et tout fut terminé. Ciléa Ril'Morienval était devenue Sentinelle, elle devenait l'une des Douze.

Tout se mit en mouvement, les nobles accumulés dans la salle se dirigèrent vers les jardins, les serviteurs se dépêchaient de les suivre. Myra resta là, à observer la jeune femme entourée de milles têtes. Elle semblait heureuse. Peut-être un peu perdue, déstabilisée. C'était un grand changement, un pas énorme pour une jeune dessinatrice.
Myra sursauta lorsqu'elle sentit une main se poser sur son épaule. Elle tourna la tête, rencontra le visage impassible d'Owenn. Et elle sentit le coin de ses lèvres remonter vers ses oreilles.


- Nous y allons ? Tous les invités filent dans les jardins.

- Je te sens bien pressé. Y aurait-il Dame Nil'Regan, ce soir ?

L'homme rougit, tourna la tête de quelques centimètres.

- Ne t'inquiètes pas, je le sais depuis longtemps et ne l'ai dit à personne. Tu es comme un livre ouvert, pour moi.

Son rire dura quelques secondes alors qu'elle vit son ancienne élève quitter la salle pour se rendre aux jardins. Elle prit instantanément son ami par le bras, sa seconde main allant se placer d'instinct sous son précieux ventre. Elle avait finalement trouvé une robe pour mettre ses anges en valeur.
Les deux amis se dirigèrent vers les jardins, comme chacun des invités. Là, une foule monstre se pavanait, riait, jouait à ces jeux de la cour auxquels Myra n'avait plus pris part depuis des années déjà. Ces faux sourires, faux semblants. Son ami et elle-même les avaient en horreur. Mais ce soir, elle y jouerait peut-être.

Leurs regards se croisèrent lorsqu'ils virent la jeune Sentinelle si occupée, entourée de tant de personnalités venues la féliciter. La Primat passa sa main sur son ventre par réflexe.


- J'imagine que nous allons devoir attendre notre tour, mais ne polluons pas son air. Attendons quelques temps et nous reviendrons, n'est-ce pas ?

Elle surprit le regard de son ami plutôt vague, presque à l'affut d'une silhouette. Elle sourit davantage avant de le bousculer légèrement du coude.

- Une merveilleuse idée. Elle doit être bien assez stressée pour l'instant, revenons plus tard. Veux-tu grignoter quelque chose ?

A vrai dire, Myra mourrait de faim. Trois estomac à contenter. Ils se dirigèrent alors vers une table recouverte de plateaux tous aussi beaux les uns que les autres, déversant des amuses-bouches de toutes parts. Owenn sourit à son amie en lui proposant de rester en retrait alors qu'il irait chercher quelques bouchées pour eux deux.
La dessinatrice se tourna alors pour observer ce monde qui évoluait autour d'elle, palpitant et virevoltant. Vibrant d'une soirée qui commençait à peine, peut-être arrosée. Myra tremblait à l'idée d'approcher la moindre goutte d'alcool... Elle qui s'était... contrôlée.

Une main se posa sur son épaule, une voix résonna dans son dos. Lorsqu'elle se retourna, elle se retrouva nez à nez avec Owenn et une inconnue.


- Myra, je te présente Alatariel Elanessë, une collègue, Sentinelle elle aussi. Alatariel, voici Myra Ril'Otrin, professeur à l'Académie de Merwyn. Je viens de la croiser devant le buffet, seule. Je pensais qu'elle pourrait se joindre à nous, si cela ne te dérange pas.

La blonde offrit un grand sourire à la femme.

- Bien sûr que non ! Je suis enchantée et serais ravie de papoter avec une amie à toi ! Il ne m'en présente si rarement que je doute parfois qu'il en possède d'autres que moi.






[ Si tu avais prévu autre chose pour Ala, dis-moi. Et pour Owenn, vu qu'il est Sentinelle lui aussi, je pars du principe que les douze sont sensées se connaître quand même, donc je me suis permise de créer ce petit lien entre Owenn et Alatariel pour faciliter la rencontre Ala-Myra Naif Si tu veux utiliser Owenn, ne te gène surtout pas, il est simplement pas très communicatif, il sourit rarement mais son sourire est genre trop sexy et est très carré dans tout ce qu'il fait, méthodique. Fort sympathique certes, mais pas réellement sociable. Faut juste le connaître et qu'il connaisse le gens Razz Donc voilà, j'ai ENFIN posté O.O]

[ Suite de la rencontre Ala-Myra par ici pour pas prendre tout le rp pour nous deux /PAN ]


_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sentinellisation    



 
Sentinellisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La capitale Al-Jeit et ses environs :: Le Palais Impérial-