Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteRuby Sky
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Ruby Sky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprentie fauconnier
Messages : 9
Inscription le : 30/04/2017
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ruby Sky   Dim 30 Avr 2017 - 22:49


   
Sky, Ruby


   Alavirienne - Apprentie fauconnière

   Nom - Sky

   Prénom - Ruby

   Race - Humaine

   Age - 17 ans

   Classe - Apprentie fauconnière (mais suivra également certains cours de l'enseignement combattant)


   Description Physique et Mentale

   
- Description physique -

   Cher Erian,

Tout d'abord, je te remercie encore une fois d'avoir accepté de loger ma cousine pour la nuit, ça m'aurait franchement embêté qu'elle doive se débrouiller toute seule pour trouver un hébergement. Et puis, déjà que ses parents sont un peu inquiets à l'idée qu'elle aille passer une semaine en pays faël avec une simple amie... Reyna (l'amie en question) avait bien proposé de partir à sa rencontre, mais elle habite près de la forêt de Baraïl, ce qui, tu l'accorderas, est tout de même à une certaine distance du Pollimage ; d'ailleurs, le problème de l'endroit où passer la nuit serait resté le même, puisque joindre à pied le fleuve et la forêt en une seule journée me paraît bien ambitieux. Or, étant donné que tu vis justement à égale distance entre les deux, je me suis dit que c'était la solution la plus pratique pour tout le monde. J'ai passé à peu près les deux ou trois dernières heures à rassurer mon oncle et ma tante à ton sujet : je leur ai répété tout le bien que je pensais de toi (bon, en passant bien sûr certains épisodes sous silence, mais après tout personne n'est parfait), à quel point tu étais digne de confiance... Enfin, tu vois le genre. Je crois que c'est surtout le fait que tu vives seul qui les préoccupe, mais ils ont fini par comprendre que tu ne pouvais pas habiter éternellement avec un père montreur d'ours qui passe son temps à se déplacer de ville en ville et que tu avais trouvé une place tout à fait avantageuse comme palefrenier et garçon de ferme chez une très honnête famille de la région. Évidemment, je n'ignore pas que tu aimes les filles, en particulier les jolies (ce qui, en toute objectivité, est le cas de Ruby), mais je sais que je peux compter sur toi à ce propos, et ce pour plusieurs raisons : d'abord, elle est trop jeune pour toi ; ensuite, tu es l'un de mes meilleurs amis ; et enfin, c'est ma cousine. Je préfère te le préciser quand même, au cas où tu viendrais à oublier l'un de ces trois éléments.
En ce qui concerne Ruby elle-même... Déjà, laisse-moi te dire que tu la reconnaîtras aussitôt. C'est une certitude. Après tout, tu me connais bien, et je suis sûr que tu retrouveras chez elle certaines ressemblances avec les autres membres de la famille Sky. Comme tu t'en doutes, elle est aussi métisse, même si sa peau est un peu plus claire que la mienne : disons plus café au lait que chocolat. Elle a des yeux sombres, assez grands, des cheveux noirs longs et souples, plutôt épais. Il est probable qu'elle les porte attachés à son arrivée, elle aime bien les tresser, les nouer en simple queue de cheval ou inventer des coiffures à la fois bizarres et rigolotes, mais en temps normal ils lui arrivent au bas du dos, pratiquement jusqu'aux reins. Elle a un visage ouvert, sympathique, sans doute parce qu'elle rit beaucoup : de ce point de vue-là, ses traits sont plus proches de ceux de sa mère, avec des joues pleines mais des pommettes néanmoins bien dessinées, un nez droit qui remonte légèrement quand elle sourit, des lèvres... Enfin je te l'ai dit, une jolie fille quoi.
De taille moyenne, elle est tout de même élancée, mince aussi, mais sans être maigre, avec une silhouette agréable à regarder. Bref, dans la norme. Je suppose que, lorsque tu la verras, elle sera en vêtements de voyage, mais en règle générale elle porte surtout des habits légers et colorés, confortables, qui ne la gênent pas dans ses mouvements. En fait, ils peuvent être assez divers, puisqu'elle met aussi bien des robes que des pantalons quand son activité le lui demande. On ne peut pas vraiment dire qu'elle soit coquette, mais elle porte souvent tout un tas de bijoux en cuir ou en tissu, des colliers mais surtout des bracelets (il me semble même qu'elle en a autour de la cheville, tu pourras peut-être le vérifier vu qu'elle marche souvent pieds nus).
Et puis toujours pleine de vie, en train de bouger, de rire, de chanter, de danser. Je t'assure, de quoi donner le tournis si dans la famille on n'était pas tous pareils. Elle s'amuse, elle plaisante avec toi, et puis l'instant d'après elle s'éloigne d'un pas chassé ou d'une acrobatie dont elle a le secret. J'exagère à peine. Je crois t'avoir déjà raconté la manière dont on jouait les équilibristes, tous les deux, dans les cordages, quand on était gamins. Eh bien, c'est la même chose au sol. Même quand elle marche, on dirait qu'elle danse, ou qu'elle se balance en haut d'un fil. C'est assez étrange à voir, quand on n'a pas l'habitude. Et ce sourire qu'elle a, qui pourrait réchauffer une calotte glaciaire, même quand elle se moque de toi... Une super belle voix, en plus, avec tout ça. Franchement, plus j'y pense, plus je suis certain que vous allez bien vous entendre. Mais pas trop non plus, hein ? Je te fais confiance.

À très vite et encore merci,
Minho

   
- Description du caractère -

   « Ruby ? Franchement, c'est un peu difficile à comprendre quand on ne la connaît pas... Je crois que la toute première chose qui m'a attirée, chez elle, je veux dire ce qui m'a tout de suite sauté aux yeux quand je l'ai vue pour la première fois – on avait quoi, dix ans ? – c'est l'énergie qu'elle dégageait. Elle n'était encore jamais venue chez nous, elle ne connaissait ni mon père ni ma mère, et pourtant elle n'a pas paru une seule seconde intimidée. Je me souviens encore de son visage au moment où on leur a ouvert la porte, à sa mère et elle, de son expression à la fois curieuse et intriguée, et puis de cet immense sourire qui était apparu sur ses lèvres au moment où elle avait croisé mon regard. L'instant d'après, elle était dans la maison, aussi à l'aise que si elle y avait toujours vécu. Elle ne disait pas grand-chose, elle ne bougeait pas beaucoup, mais la manière dont elle se tenait, se déplaçait... Comme si, tout à coup, elle avait investi non seulement le couloir mais toutes les autres pièces, rien qu'en passant la porte, par sa seule présence. Elle irradiait quelque chose, une sorte de lumière, de dynamisme, vraiment, un petit soleil à elle toute seule. Par la suite, je me suis rendue compte qu'elle était toujours comme ça, bouillonnante de joie de vivre, de bonne humeur... C'est quelque chose que j'apprécie beaucoup chez elle, son optimisme quasi permanent, sa faculté de rire de tout, le fait qu'avec elle, c'est pratiquement impossible de se sentir triste ou malheureux.
En fait, je pourrais presque faire une liste. Généreuse et affectueuse avec ceux auxquels elle tient – sa famille, ses amis – ce qui ne l'empêche pas d'aimer se moquer d'eux, même si ce n'est jamais méchamment. Combien de fois j'ai pu essuyer des plaisanteries à propos de mon léger accent ou de mes yeux un peu bridés ! C'est sûr qu'avec elle il vaut mieux avoir le sens de la répartie, ou mettre sa susceptibilité de côté. Il faut dire qu'elle est très spontanée, et sa franchise est justement l'un des traits de son caractère qui me plaît le plus. On peut avoir confiance en elle, cela, c'est certain. Elle est loyale et honnête, en amitié comme ailleurs, et jamais elle n'a trahi le moindre de mes secrets. Et puis sinon, eh bien... C'est une fille de son âge, quoi ! Elle adore s'amuser, faire la fête... Impossible de s'ennuyer quand on est en sa compagnie, surtout qu'elle ne manque pas d'imagination dans ce domaine !
Enfin, ça, ça reste la face émergée de de l'iceberg, ce que n'importe quel observateur un peu fin pourrait facilement découvrir au bout de quelques jours à ses côtés. Une fille amusante et rieuse, assez imprévisible, aussi. Je me rappellerai toute ma vie la fois où on jouait toutes les deux – je ne sais plus exactement à quoi, toujours est-il qu'on courait, je crois qu'elle devait m'attraper... Et puis, tout à coup, elle trébuche sur une pierre ou une racine et elle tombe, ou plutôt elle s'écrase face contre terre. Je t'assure, c'était violent. J'ai eu peur, évidemment, je l'ai rejointe aussi vite que j'ai pu, et elle de son côté ne bougeait toujours pas... Je ne savais pas quoi faire, j'étais complètement affolée, je me demandais si elle s'était évanouie ou quelque chose dans le genre, et soudain elle s'est relevée d'un bond, les mains et les genoux en sang mais tout sourire, pour me toucher l'épaule avant de s'éloigner en criant 'Maintenant c'est toi le chat, Reyna !'. Pour moi, cette anecdote restera toujours une de celles des plus emblématiques de Ruby.
Mais, comme je l'ai dit, il ne faut pas s'arrêter à cette première image, celle de la petite fille toujours à la recherche de nouveaux jeux ou de nouvelles bêtises puis de la jeune femme capable d'enflammer la piste de danse jusque tard dans la nuit lors des fêtes de village. Parce que Ruby n'est pas toujours facile à vivre, loin de là. Elle est même sacrément têtue, quand elle s'y met. Lorsqu'elle a une idée dans la tête, c'est vraiment difficile de lui en faire démordre... Si elle veut absolument quelque chose, elle l'aura, vous pouvez en être certains. Et puis, elle tient à son indépendance. Je pense qu'il s'agit d'un trait de caractère capital si on veut la comprendre. Je ne sais pas si, inconsciemment, elle craint quelque chose, mais elle déteste se sentir enfermée, attachée. Il faut toujours qu'elle bouge, qu'elle change, qu'elle découvre, qu'elle expérimente. C'est sans doute pour ça qu'elle aime autant voyager. Elle ne redoute pas l'inconnu ou la nouveauté, bien au contraire ! Sans compter qu'elle ne manque pas de courage, Ruby, c'est une battante. Au fond, l'image qui pour moi lui correspond le mieux, c'est un oiseau : un oiseau qui plane, qui chante, qui s'amuse, qui fait des pirouettes, qui joue à cache-cache avec le vent, qui aime l'ivresse et la griserie des sensations fortes ; mais un oiseau qui, par-dessus tout, veut profiter pleinement de sa liberté. Et qui la défend. Farouchement. »

   
- Principale(s) qualité(s) -

   Sociable, enthousiaste, pleine d'énergie et de joie de vivre, rarement de mauvaise humeur, et de toute manière cela ne dure pas. Très attachée à ceux qu'elle aime mais malgré tout extrêmement indépendante, toujours avide de découvertes et de nouvelles expériences.

   
- Principal(s) défaut(s) -

   Têtue, surtout, et d'un franc-parler qui ne plaît pas toujours pouvant aller parfois jusqu'à l'insolence ou la provocation. Et puis, si elle est très fidèle avec les gens, elle a toutefois du mal à se fixer à long terme sur un lieu ou une activité – elle a trop besoin d'air et d'espace pour cela.

   
- Particularité(s) -

   Ruby possède un tatouage représentant un oiseau prenant son envol sur son omoplate, dessiné par sa cousine Gaïa.

   
- Capacité(s) -

   Intellectuellement parlant, la jeune fille a reçu une éducation de base : elle sait lire, écrire, compter. Sa mère lui a également appris la musique et, si elle joue de plusieurs instruments comme la viole, la flûte ou la mandoline, elle aime avant tout chanter et danser.
D'un point de vue physique, sa vie près du Pollimage fait qu'elle sait particulièrement bien nager et adore ça. À force d'accompagner son père navigateur pendant ses trajets et de s'amuser dans les voiles et les cordages des bateaux, elle a développé sa souplesse, son agilité, un bon sens de l'équilibre et un goût certain pour toutes sortes d'acrobaties.
Sinon, elle possède un don du Dessin, mais pas assez puissant pour lui permettre de suivre des cours à l'Académie.


   Vécu et Situation Sociale

   
- Situation familiale -

   Version courte :

Son père, Browen Sky, est un homme grand et costaud à la peau sombre et au visage jovial. Issu d'une longue lignée de navigateurs, il n'échappe pas à la tradition familiale et, ayant lui aussi hérité du don, conduit des bateaux sur le Pollimage.
Sa mère, Sheïla Sky, née Wald, est d'un naturel beaucoup plus calme et doux que son mari. Passionnée de chant et de musique, son talent aurait pu lui permettre d'en faire son métier si elle ne s'était pas cassé le poignet lors d'une mauvaise chute, l'empêchant de continuer à jouer comme elle en avait l'habitude. À la place, elle a donc développé son don de sculptrice de branches et a fini par ouvrir un atelier dans le village de pêcheurs où elle vit avec Browen, fabricant aussi par la même occasion des instruments de musique.
Son petit frère, Jad, a 11 ans. Malgré leurs six ans d'écart et leurs différences de caractère, le garçon étant beaucoup plus réservé que sa sœur, ils sont extrêmement proches.
Et enfin Gaïa Ponderosa, qui est la fille de la sœur jumelle de sa mère, Laina Ponderosa, est sa cousine et sa meilleure amie.

    Version longue : Famille Wald

   
- Situation sociale -

   Ruby est donc issue d'une couche populaire assez disparate, un milieu moyen où se côtoient artisans, commerçants, fermiers, aubergistes, marins... Les Sky sont une famille de navigateurs connus et respectés dans leur domaine, Sheïla a eu le temps de connaître quelques beaux succès artistiques avant que sa blessure ne lui ferme les portes de la musique ; elle a aujourd'hui une bonne réputation de sculptrice de branches grâce à ses activités de luthière et de factrice d'instruments. Ils vivent modestement dans un petit village de pêcheurs au bord du Pollimage.

   
- Histoire -

   Aux origines

- Elyse !
- Sheïla !

Un même cri, un même sourire, et deux corps qui se confondent.

- Je suis si heureuse que tu aies pu venir nous rendre visite...

La première femme, la plus jeune, se dégage doucement de l'étreinte de sa sœur aînée. Ses yeux brillent.

- Ça va bientôt faire quatre mois que je ne t'ai pas vue, Lyse. Je n'aurais manqué ton invitation pour rien au monde. D'ailleurs, comment vont les petits ? Tu me disais dans ta dernière lettre que Tybolt était un peu enrhumé ?
- Rien de bien méchant, la rassure la seconde d'une voix douce. Puis, sur un ton soudain chargé de malice : En tout cas, ils sautent de joie à l'idée de voir leur tante ! Je me demande quels mauvais tours ils peuvent bien te préparer...

Le rire de Sheïla fuse, avant d'être interrompu par l'arrivée de deux hommes dans la petite cour en terre battue qui borde la maison. La jeune femme reconnaît aussitôt le premier qui, à sa vue, s'approche en arborant un large sourire.

- Content de revoir notre musicienne préférée ! Alors, il paraît que tu as encore fait un tabac, à Al-Chen ?
- Il ne faut rien exagérer, Bald, se contente de rétorquer la jeune femme, sans réussir toutefois à masquer son sourire.

L'autre visiteur se tient légèrement en retrait, dans l'ombre du portail et, de là où elle se trouve, Sheïla parvient à peine à distinguer sa peau mate. Elyse surprend sans doute les coups d'œil intrigués de sa sœur car, lorsqu'elle reprend la parole, elle fait signe à l'homme de s'avancer. Grand, large d'épaules. C'est la première chose que la jeune femme remarque.

- Au fait, voici Browen. C'est un ami de Bald, il est navigateur lui aussi.

Elle croise son regard, et il lui sourit.

*

Il fait chaud lorsque le premier cri retentit et, même à travers les rideaux tirés, quelques rayons de soleil parviennent à se faufiler à l'intérieur de la chambre. Pourtant, malgré la sueur qui lui brouille la vue et lui colle les cheveux sur la nuque, Sheïla est radieuse. Jamais elle n'a ressenti ce qu'elle éprouve à cet instant, alors qu'elle observe ce petit être qui hurle et s'agite sur sa poitrine, cette délicate tête brune qui lui fait tant penser à Browen.
Elle ne sait pas encore que, au même moment, à seulement quelques rues, quelques maisons de là, c'est une minuscule tête blonde que tient serrée contre elle une jeune femme en tout point semblable à elle.

4 ans

- Ruby ! Gaïa ! À taaaaaable !

Seul le silence répond à Sheïla tandis qu'elle referme la porte derrière elle, s'avance dans la rue. Poings sur les hanches, elle fait encore quelques pas tout en balayant les lieux du regard. Une ombre qui file, sur la droite, dans son champ de vision. Dotée d'une cascade de boucles brunes.

- Je t'ai vue, Ruby !

Les boucles sombres tressautent encore quelques secondes avant de s'arrêter.

- Où est Gaïa ?

Parce que, c'est bien connu, là où se trouve Ruby il y a aussi Gaïa, et inversement. Les deux petites ont appris à parler, à marcher, à courir, à sauter ensemble, et elles sont à présent aussi inséparables que les doigts d'une main.

- Je sais pas.

La jeune femme, qui vient de rejoindre la fillette, fronce les sourcils.

- Comment ça, tu ne sais pas ?

Deux grands yeux noirs et pétillants se tournent vers elle tandis qu'un léger sourire se dessine sur les lèvres de Ruby. Effronté, le sourire.

- On joue à cache-cache, c'est à moi de chercher mais je l'ai pas encore trouvée. Donc je sais pas où elle est.

Sheïla sait qu'elle ment, et elle sait que sa fille sait qu'elle le sait. Mais celle-ci a toujours couvert sa cousine. Elle s'apprête à l'interroger de nouveau lorsqu'une grosse voix roule sur les pavés comme un coup de tonnerre.

- Eh bien, quand est-ce qu'on passe à table ? Parce que j'ai une faim de loup, moi ! Une faim à manger tout cru les petites filles désobéissantes...

Aussitôt, un cri jaillit de derrière un mur, suivi d'une toute petite silhouette, gracile et fluette. Et, sous les menaces d'un Browen momentanément transformé en loup du nord, deux feux follets s'enfuient en riant.

6 ans

-  Mais il est tout petit, et il arrête pas de pleurer...
- C'est normal, Ruby. Ça s'appelle un bébé. Tu ne te souviens pas de Kamil, l'an dernier ? Elle était exactement pareil.

Pour toute réponse, la petite fille se met sur la pointe des pieds pour jeter un coup d'œil à l'intérieur du berceau. Emmailloté dans des langes blancs qui opèrent un curieux contraste sur sa peau foncée, il dort, recroquevillé sur le côté, le pouce dans la bouche.

- D'ailleurs, tu voudrais bien veiller sur ton frère pendant quelques minutes ? Je reviens bientôt,  je n'en ai pas pour longtemps.

Sheïla quitte trop rapidement la pièce pour voir Ruby soupirer. C'est tellement ennuyeux, un bébé ! La fillette commence par s'asseoir sur le lit de ses parents, se relève, fait le tour de la chambre en essayant de ne pas se laisser tenter par la fenêtre grande ouverte qui donne sur un ciel bleu, ensoleillé et sans nuage, revient finalement à côté du berceau. Se remet sur la pointe des pieds. Le petit garçon dort toujours. Elle s'apprête à se détourner quand, tout à coup, il ouvre les yeux. Son visage se chiffonne et elle pense qu'il va de nouveau se mettre à pleurer mais, à la place, ses lèvres s'étirent en un demi-sourire. Alors, elle sourit à son tour.

- Coucou, Jad. C'est moi, Ruby, ta grande sœur.

C'est la première fois qu'elle prononce ces mots à haute voix, et c'est comme un tintement de grelot qui résonne dans son cœur.

7 ans

- Maman, s'te-plaît ! Je te dis que j'ai pas enviiiiie !

Pourtant, malgré les supplications de la petite, Sheïla reste imperturbable.

- Je sais qu'il fait beau et que tu aimerais rejoindre tes amis qui sont en train de jouer dehors. Mais, moi, ce qui me ferait plaisir, c'est que tu acceptes de rester tranquille au moins dix petites minutes. Je ne te demande pas de te forcer à apprécier, tu sais. Juste de m'écouter. Tu n'aimes pas quand je joue de la musique, parfois, le soir, pour bercer ton petit frère ?

La fillette ne peut s'empêcher de se laisser apaiser par la voix douce de sa mère. Bien sûr qu'elle aime l'entendre chanter tout en faisant voler ses doigts de fée sur les cordes du luth ou de la harpe. Mais, elle, étudier la musique ?

- Le violon est le premier instrument dont j'ai appris à jouer, continue patiemment la jeune femme. J'aimerais que tu essayes à ton tour. Mais bien évidemment, si ça ne te plaît pas, nous n'irons pas plus loin. Il est hors de question que je t'oblige à quoi que ce soit.

Après une brève hésitation, Ruby se décide enfin à tendre la main pour se saisir de l'archet.

8 ans

- Tu seras bien sage, hein ? Tu écouteras bien ce que te diront tonton et papa, tu leur obéiras... Tu me promets de ne pas faire trop de bêtises ?

Ruby décoche à sa mère le plus angélique des sourires et ouvre la bouche pour lui répondre, mais Aslan la prend de court.

- Ne t'en fais pas, Sheïla, Bro' et moi on veillera bien sur la petite. Sans compter qu'elle ne sera pas seule – il y aura aussi Minho, et je te garantis que Mara ne me pardonnerait jamais si par malheur je lui ramenais notre fils un peu amoché. Rassure-toi, la famille Sky n'a encore jamais noyé personne, foi de navigateurs !

Là-dessus, sa main se referme sur les doigts de la fillette qui, malgré l'inquiétude mal dissimulée de Sheïla, peine à contenir son impatience. Partir pour son premier trajet sur le Pollimage, aller naviguer avec son père, son oncle et son cousin... Enfin.

*

- Je vais t'attraper !
- Même pas en rêve !

La petite fille accélère encore avant de lancer un coup d'œil par-dessus son épaule. C'est vrai que Minho est presque sur elle, maintenant. En remarquant qu'elle le fixe, il lui adresse un sourire confiant, déjà triomphant. Plus qu'un mètre et...
À l'instant où il tend le bras, pourtant, Ruby s'envole. Elle vient de sauter au-dessus d'un casier renversé et, emportée par son élan, s'est emparée de l'échelle de corde qui tombe du mât du bateau. C'est à son tour de pouffer tandis que son cousin, impuissant, l'observe continuer son ascension en direction des grandes voiles blanches qui claquent dans le vent.

- C'est de la triche, on avait dit qu'on restait au sol !
- Vraiment ?

Sans cesser de grimper, elle tourne la tête pour lui adresser un large sourire.

- Dans ce cas, ça peut s'arranger...
- Quoi ?

Le garçon met une demi-seconde à comprendre où elle veut en venir – mais c'est déjà trop tard. À présent pratiquement arrivée tout en haut du navire, la fillette a quitté l'échelle pour se saisir du hauban, au bout duquel elle se balance dangereusement.

- Non, Ruby, ce n'est pas une bonne...

Minho se jette sur le côté au moment où elle lâche tout, mais ne parvient pas à l'éviter pour autant. La petite fille tombe sur lui, et tous deux roulent jusqu'aux cordages qui amortissent plus ou moins leur chute. La première à se redresser est Ruby, sourire aux lèvres – un sourire qui ne tarde toutefois pas à s'effacer lorsqu'elle croise le regard de son cousin.

- Allez, Nono, c'était plutôt rigolo non ? Enfin... je t'ai pas fait mal au moins ?
- Arrête avec ton surnom stupide, se contente de lui rétorquer le garçon. Et tu m'as pas fait mal, non, mais tu imagines si tu avais pris encore plus d'élan, si tu étais tombée encore plus fort, d'encore plus haut, si moi et le tas de cordes on n'avait pas été là pour amortir ta chute ? Tu aurais pu...

Comme il s'interrompt, à court d'idées, la fillette complète malicieusement :

- … faire un trou dans le bateau ?

Les deux enfants échangent un regard avant d'éclater de rire.

9 ans

- Je lui ai dit que c'était dangereux, que le courant était trop fort et pouvait l'emporter mais, comme de bien entendu, elle n'en a fait qu'à sa tête. J'ai dû finir par la menacer d'aller chercher Ibram pour la faire sortir, sinon je suis sûre qu'elle y serait encore !
- Et il n'y a pas eu de problème ? Je veux dire, elle n'a pas bu la tasse ou...

Lahira hausse les épaules.

- Penses-tu ! Ta fille est un vrai poisson ! Elle se débrouillait à merveille, seulement je ne pouvais pas rester tout l'après-midi sur le bord du fleuve à m'assurer que tout se passait bien, j'ai d'autres petits-enfants à surveiller moi, sans compter les enfants des voisins qui ont tendance à s'inviter – surtout que la plupart sont aussi de vrais petits diables ! Franchement, je me demande parfois comment vous les élevez... Votre père et moi avons dû rater quelque chose dans votre éducation, je ne vois pas d'autres solutions.

Une porte claque, des cris et des rires retentissent dans le couloir, et Browen ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire amusé devant l'expression faussement catastrophée de la vieille femme.

- En tout cas, merci de t'être chargée de Ruby pour la journée, maman. Où as-tu dit qu'elle se trouve, déjà ?
- Dans la chambre, à l'étage. Je lui ai demandé de rester là en attendant ton arrivée, histoire que tu n'aies pas à lui courir après pendant des heures.

Les marches craquent tandis que le navigateur emprunte le vieil escalier de bois brun. La porte de la chambre est sur sa gauche et, tout en la poussant, il tente d'imaginer la joie ou la déception de Ruby. Va-t-elle lui sauter dans les bras ou, au contraire, le supplier de rester encore un peu chez ses grand-parents ? Cependant, contre toute attente, lorsqu'il pénètre dans la pièce, c'est le silence qui l'accueille. Un profond, parfait silence. Et pour cause. La chambre est  vide.

- Ruby ?

Browen s'avance, fouillant la pièce du regard, s'attendant presque à voir tout à coup une boule d'énergie jaillir de sous le lit ou de derrière un meuble. Mais rien.
Ce n'est qu'alors qu'il remarque la fenêtre, dont les rideaux ondulent doucement, poussés par le vent. Grande ouverte.
Malgré lui, un sourire se dessine lentement sur ses lèvres.

10 ans

- Tu t'appelles Reyna, c'est ça ?

Les adultes sont restés à l'intérieur, pour « parler affaires » comme a dit le père de la fillette – Derek, si elle se souvient bien. D'après ce qu'elle a compris, il est bûcheron et c'est lui qui fournit sa mère en bois de rougeoyeur. C'est d'ailleurs pour ça que Sheïla et elle ont fait tout ce trajet jusqu'à l'orée de la forêt de Baraïl. Pour « parler affaires ».

- Oui, c'est ça. Et toi, c'est bien Ruby ?

Elle a un accent un peu étrange, comme si elle n'accentuait pas les syllabes des mots au bon endroit. C'est surprenant. C'est mélodieux. Et ça plaît aussitôt à Ruby.

-  Oui. Tu as vu, nos deux prénoms commencent par un r ! C'est marrant, tu ne trouves pas ?

Puis, sans laisser à sa nouvelle amie le temps de répondre :

- En tout cas, tu as vraiment de la chance d'habiter juste à côté d'une si grande forêt. Il doit y avoir de supers arbres dans lesquels grimper, non ?

C'est au tour de Reyna d'esquisser un sourire espiègle, qui plisse encore davantage ses yeux en amande.

- Tu veux que je te montre ?

*

- Reynaaaaaaaa !

Le cri de joie de Ruby aurait sans doute été encore plus sonore si sa course folle depuis le haut de la colline, depuis laquelle elle a aperçu son amie, ne l'avait déjà largement essoufflée.

- Je suis trop trop contente que tes parents t'aient laissé venir ! Tu vas voir, on va bien s'amuser, je t'ai préparé un lit dans ma chambre, et puis je pourrai même t'apprendre à nager si tu veux...

À cet instant, elle distingue une troisième silhouette se diriger vers elles en trottinant et s'interrompt net. Puis un sourire apparaît sur ses lèvres – un sourire qui ne cesse de s'agrandir au fur et à mesure que la silhouette se discerne de plus en plus nettement.

- Mais d'abord...

Elle n'est plus qu'à quelques pas maintenant – avec ses pieds nus, ses épais cheveux blonds où se devinent encore les petites tresses qu'elle s'est fait la veille et ses immenses yeux bruns et curieux.

- D'abord, je dois te présenter Gaïa.

La fillette lui prend la main pour l'inviter à se rapprocher.

- C'est ma cousine.

Et ce simple mot veut tout dire.
Cependant, tout à son enthousiasme de voir enfin se rencontrer ses deux meilleures amies, Ruby ne remarque pas que quelque chose, au fond du regard de Gaïa, ne fait pas écho à son sourire.

11 ans

- Je parie que t'en es pas capable.
- Ah ouais ? Et pourquoi ça ?
- Tout simplement parce que les filles, ça saute pas des rochers, surtout quand ils sont aussi hauts que ceux-là. Tout le monde sait ça.

Ruby et Morgan s'affrontent un instant du regard. Autour d'eux, un petit groupe a commencé à se former. Le garçon en profite pour se retourner, prenant à témoin les autres enfants du village.

- Qu'est-ce que vous en pensez, vous ?

Un chœur d'approbations timides monte progressivement. Ici, ce que tout le monde sait, c'est que personne ne s'oppose à Morgan.
Et puis, tout à coup, une voix se fait entendre – une voix assez claire et assurée pour couvrir les autres.

- Moi je dis qu'elle peut le faire.

Ruby relève la tête et, au moment où ses yeux rencontrent ceux de Gaïa, elle sent un sourire étirer ses lèvres. Bien sûr qu'elle peut le faire.

- Très bien. Je relève le défi.

Morgan n'a pas le temps de répliquer que, déjà, elle est en haut des rochers. Elle doit bien se trouver à cinq ou six mètres du sol maintenant – et le niveau du fleuve est encore un peu inférieur à celui du rivage. Mais, étrangement, elle ne ressent aucune peur tandis qu'elle commence à courir – seulement de l'excitation.
À l'instant où ses pieds tapent la pierre pour la dernière fois, elle se projette en avant, reste une fraction de seconde en suspension dans les airs avant de s'enrouler sur elle-même pour finalement se détendre vivement, rattrapée par la gravité. C'est parfaitement droite qu'elle pénètre dans l'eau – d'abord les bras, puis la tête, le buste, et enfin tout le reste de son corps, qui disparaît comme happé par le fleuve.
Sur la rive, le silence est complet. Chacun retient son souffle en attendant de voir la petite fille refaire surface. Le temps passe, et toujours aucun remous, aucun mouvement. Rien. L'atmosphère commence à se charger d'une certaine tension quand, enfin, l'eau se fend, laissant apparaître un visage ruisselant et radieux. Un tonnerre d'applaudissements retentit alors – et, parmi les acclamations, Gaïa n'est pas celle qui crie le moins fort.

12 ans

- C'était toi qui jouais de la flûte ?

Ruby sursaute, se retourne – elle n'a pas entendu la porte s'ouvrir. Sur le seuil se tient un homme entre deux âges, pas très grand, doté d'une petite moustache grisonnante. Cependant, à son accent, à son maintien et au tissu de ses vêtements, la fillette devine aussitôt qu'elle a affaire à quelqu'un d'important – ou, du moins, à quelqu'un conscient de son importance.

- Je suis désolé, je ne voulais pas te surprendre. Je sais que je ne devrais pas être ici mais j'ai entendu de la musique alors...

L'espace d'un instant, le regard de l'homme quitte son visage pour effleurer l'instrument qu'elle tient toujours dans sa main gauche. Puis il plante de nouveau ses yeux dans les siens et un sourire apparaît sur ses lèvres.

- Mais, si tu veux bien, je vais commencer par me présenter. Je suis Yann Fil'Ahren, musicien à la Cour impériale et professeur de musique à Al-Jeit. J'étais justement à l'atelier de ta mère pour faire réviser mes instruments quand je t'ai entendu et... je dois dire que tu ne te débrouilles pas mal du tout à la flûte. Ça te plairait d'étudier à la capitale ?

Pour la première fois de sa vie, Ruby ne trouve rien à répondre.

*

- Écoute, c'est vraiment formidable que cet homme t'ait repérée mais, personnellement, je pense que tu es encore un peu jeune pour partir toute seule à Al-Jeit. Qu'est-ce que tu en dis, toi, Sheïla ?

La jeune femme prend le temps de peser ses mots avant de donner son avis à son tour.

- Je suis d'accord avec ton père, Ruby. C'est une merveilleuse opportunité qui s'offre là, mais rien ne t'empêche de retarder ce projet. Si, dans quelques années, tu désires toujours faire de la musique à la capitale, tu pourras parfaitement partir à ce moment-là, et j'en serai d'ailleurs la première ravie. Tu comprends, ma chérie ?

Ruby se contente de hocher la tête. La proposition de Fil'Ahren l'a prise de court mais, avec le recul, elle n'est de toute manière pas sûre d'avoir envie de consacrer sa vie à la musique. Malgré tout, lorsqu'elle y repense, elle se sent envahie par une étrange émotion – une émotion au parfum de voyage, d'inconnu, de découverte et de nouveauté. De liberté.

13 ans

- … et là, au moment où la vague allait s'abattre sur le pont du navire, Neo a réussi à décoincer le gouvernail et la coque est passée au ras de l'écueil. Je vous assure que cette fois on a vraiment eu chaud, on a passé la nuit à écoper en remerciant la Dame, le Dragon et toutes les divinités de ce monde et des autres ! Et puis, le lendemain...

Fascinée, Ruby se laisse emporter par les mots de sa tante. Depuis toute petite, elle a toujours été subjuguée par Jaïlys et les histoires qu'elle raconte quand elle vient leur rendre visite, des récits peuplés d'écume, de tempêtes, de mystères et d'épreuves toutes plus fabuleuses les unes que les autres.
Et un jour, elle aussi vivra des aventures semblables à celles-ci. Elle se l'est promis.

*

- Tu es sûre que tu ne voudrais pas attendre un peu, pour que ton père ou moi puissions t'accompagner ? Je peux comprendre que tu aies envie de voir de la famille mais...
- Maman, ce que je veux avant tout, ce n'est pas voir de la famille, c'est aller les voir seule. J'aimerais pouvoir un peu bouger, ne pas toujours rester coincée au village, tu comprends ?
- Mais tu accompagnes déjà Aslan et Browen pendant leurs trajets. Je pensais que la navigation te plaisait...
- Ce n'est pas la question, évidemment que ça me plaît. J'aurais juste envie de faire... autre chose, voir du pays, ce genre de trucs. Pas pour très longtemps bien sûr, seulement une semaine de temps en temps, histoire de...
- Eh bien, ça discute fort à ce je vois !

Les lattes du plancher craquent légèrement tandis que Browen pénètre dans la petite cuisine à présent presque complètement plongée dans la pénombre. Ses yeux vont de l'expression préoccupée de sa femme à la moue butée de sa fille.

- Qu'est-ce qui se passe, ici ?
Ruby prend une profonde inspiration.

- Je disais simplement à maman que j'aimerais bien aller toute seule chez des gens de la famille, par exemple à l'auberge de papy et mamie. Comme ça je pourrais aussi voir Gwendal et Nilam, Wilfried et Klara, tous leurs enfants... Et peut-être même que je pourrais passer quelques jours chez Ewann et Daria, après tout leur ferme n'est pas très loin !

Après un instant de réflexion, Browen acquiesce d'un mouvement de tête avant de se tourner vers Sheïla.

- Tu sais, c'est normal que Ruby commence à vouloir essayer de voler de ses propres ailes, elle ne restera pas éternellement à la maison – sans compter que ça reste des membres de la famille, je suis certain qu'elle sera accueillie à bras ouverts. Et puis, le lac Chen n'est pas si loin d'ici... ce n'est pas comme si elle demandait à aller rendre visite à Hector à Al-Vor, par exemple !

À ces mots, Ruby esquisse un sourire innocent.

- D'ailleurs, à ce sujet...

14 ans

- Et tu peux me dire en quoi ça te concerne ?
- Écoute, Ruby... Je sais bien que tu vas me dire que ça ne me regarde pas, et tu n'as pas tort bien sûr. Seulement, ce type, là, Viktor... Il ne me revient vraiment pas. Tu étais au courant qu'il avait participé à la mauvaise blague jouée au père Mathias il y a deux ou trois mois, celle qui avait tourné au vandalisme ?

La jeune fille pousse un soupir avant de croiser les bras.

- Minho. Je ne sais pas comment tu as su que je le voyais, ni comment tu as eu toutes ces informations. Mais mettons que je ne te pose aucune question. Je crois que je suis assez grande pour gérer mes relations toute seule et...
- Je ne te dis pas le contraire, je pense simplement qu'il faudrait que tu te montres un peu plus prudente vis-à-vis de ce Viktor, c'est tout. Tu as l'air de bien lui plaire alors...
- Mais arrête, enfin !

Elle n'a pas pu s'empêcher d'élever la voix. Pourtant, devant l'expression blessée de son cousin, Ruby s'efforce de reprendre calmement la parole.

- Ce n'est pas parce que tu as deux ans de plus que moi que tu dois te sentir obligé de me protéger, tu sais. Tu n'es pas mon grand frère.
- C'est tout comme.

Une étincelle de défi s'allume alors au fond du regard de la jeune fille.

- Dans ce cas, très cher grand frère, laisse-moi te dire une bonne fois pour toutes que j'ai parfaitement le droit de voir qui je veux quand je veux et où je veux. Et pour faire ce que je veux.

15 ans

- Quoi ? Mais vous m'aviez dit que...
- Je sais, Ruby, je sais bien. Mais Lilyane m'a prévenu hier qu'elle pourrait finalement reprendre le travail plus tôt que prévu et je n'ai pas besoin de cinq serveuses, tu comprends, ma taverne n'est pas si grande... Crois-moi, j'en suis le premier désolé.

La jeune fille reste un instant silencieuse. Elle se mordille légèrement la lèvre, de toute évidence indécise, avant de planter ses yeux dans ceux de son interlocuteur.

- Écoutez, j'ai vraiment besoin de cet argent. Si je ne peux pas servir dans votre taverne, peut-être que je pourrais être utile à autre chose ? Je ne sais pas, moi, faire la vaisselle par exemple ?
- Eh bien...

C'est au tour de l'homme d'hésiter.

- Je dois dire que parfois, le soir, Le Martin-Pêcheur manque un peu d'animation. Sans compter qu'attirer de nouveaux clients est toujours bienvenu... Il paraît que tu sais chanter ?

*

- En pays faël ?

Sheïla et Browen échangent un regard, atterrés.

- Mais enfin, Ruby...

La jeune fille ne leur laisse pas le temps de continuer leur phrase.

- Je sais que ça doit vous sembler loin, inattendu, peut-être dangereux. Mais je vous assure que je ne courrai absolument aucun risque. D'abord, j'ai de l'argent...

Cela fait quelques jours que Ruby cherche à saisir le bon moment pour parler de ce projet avec ses parents. Sauf qu'elle était loin de prévoir que le moment en question aurait lieu en plein repas de famille et qu'elle serait obligée de s'expliquer devant des dizaines de paires d'yeux braquées sur elle – du regard grave de Gemma au sourire encourageant de Maelys en passant par Renn qui, un instant plus tôt, lui a fait une grimace si réussie qu'elle s'est étranglée en terminant son verre. Mais, maintenant qu'elle a commencé à en parler, elle ne peut plus reculer.

- … et je ne serai pas seule. Reyna viendra avec moi – elle a des origines faëlles, d'ailleurs, et possède quelques rudiments de leur langue. Vous savez combien j'ai toujours désiré visiter cet endroit...

Des dizaines de paires d'yeux braquées sur elle, oui. Parmi lesquelles une, en particulier, qu'elle ne parvient pas à soutenir – deux immenses yeux bruns stupéfaits et accusateurs. Ruby tourne la tête pour ne pas avoir à fixer l'expression trahie et peinée de Gaïa.

16 ans

- C'est bon, j'ai fini !

Malgré la douleur, Ruby ne peut retenir une exclamation admirative lorsque sa cousine lui présente un miroir. Sur son omoplate, l'oiseau d'encre noir semble battre des ailes.

- C'est magnifique !

Et, dans le plus sincère des sourires :

- Tu es la meilleure.

*

- Tu vas me manquer.
- Eh, petit pain d'épice...

En dépit de sa gorge nouée, Jad ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire en entendant le surnom affectueux que sa sœur lui donnait quand il était petit.

- À moi aussi tu vas me manquer, bien sûr. Mais dis-toi que ce ne sera pas si long, d'accord ? On sera de retour dans trois ou quatre mois, au maximum. Et après, j'aurai plein d'histoires à te raconter.

Le garçon se contente de hausser les épaules.

- Les histoires, tu en connais déjà plein.
- Mais celles-là auront le mérite d'êtres vraies – et, surtout, de m'avoir comme protagoniste principale !

Elle lui fait un clin d'œil.

- Pouvoir suivre le clan Ponderosa pendant leur voyage avec les Itinérants est vraiment une chance, tu sais. Gaïa et moi, on va découvrir plein de nouveaux lieux, de gens différents... Mais je ne t'oublierai pas pour autant. À chaque fois que je te manquerai un peu trop, tu n'auras qu'à regarder le ciel, ou le fleuve, ou bien juste le chemin qui sort du village, et à essayer d'imaginer où je peux être, ce que je peux faire à cet instant précis. Et tu pourras être sûr que, moi aussi, je serai en train de penser à toi.

Sans un mot, Jad se blottit entre ses bras.

*

- L'Académie de Merwyn ? Qu'est-ce que c'est ?
- Vous voulez dire que nous n'en avez jamais entendu parler ?

L'homme au visage ridé et buriné par le soleil croque à pleines dents dans sa tranche de pain avant de leur répondre.

- C'est un établissement qui se situe près d'Al-Poll, là d'où je viens – on raconte qu'il a été fondé par Merwyn en personne –, et qui accueille aussi bien des guerriers que des dessinateurs... et même des marchombres, à ce qu'il paraît. L'Académie a acquis une certaine renommée depuis que plusieurs de ses élèves ont réussi à déjouer un complot autour du pouvoir impérial – c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je pensais que vous la connaîtriez, au moins de nom.

Cela fait à présent quelques jours que Kyon Absaël a rejoint leur convoi. Après avoir fait route en direction du sud en longeant les Dentelles Vives, la caravane a fait demi-tour à hauteur des Grandes Plaines pour remonter vers le nord, par les Montagnes de l'Est. Et c'est à mi-chemin entre les Frontières de Glace et Al-Poll que ce commerçant s'est joint à eux, afin de traverser les plateaux d'Astariul et d'atteindre Tintiane en toute sécurité.

- Mais alors...

Un appel de Zane interrompt Ruby.

- Eh, les filles ! Si mes souvenirs sont bons, vous n'êtes pas venus avec nous uniquement pour vous tourner les pouces et admirer le paysage... On aurait besoin de votre aide, ici !

Si les deux cousines se lèvent en protestant un peu pour la forme, elles savent pertinemment que ce n'est que partie remise. D'ici Tintiane, elles ont largement le temps d'interroger Kyon sur cette mystérieuse Académie.

*

- Si tu y vas, je viens avec toi.
- Et pour faire quoi ?

Là est la question. Ruby sait depuis longtemps que Gaïa caresse le rêve de devenir une guerrière, comme son père. Mais elle ? Kyon leur a affirmé que l'Académie offrait une multiplicité de choix... L'un d'entre eux pourrait-il lui convenir ?

- Je ne sais pas encore.

Une bourrasque lui ébouriffe les cheveux. La jeune fille lève la tête – juste le temps de voir un point noir disparaître à l'horizon, emporté par le vent. Lentement, une idée commence à se former dans son esprit.

*

- Encooor' !
- À vos ordres, mademoiselle !

Shaë éclate de rire tandis qu'une nouvelle vague trouble la surface paisible du Pollimage, comme surgie de nulle part, pour venir lui lécher les pieds.

- Eh bien, si on m'avait dit que le don du dessin te servirait à jouer les baby-sitters !

Ruby ne se retourne même pas.

- Tout le monde n'a pas, comme le grand Minho Sky, la chance d'hériter d'un don de navigateur.
- C'est pas faux.

Sa moue narquoise n'échappe pas à la jeune fille alors qu'il s'assied sur la berge, à ses côtés. Son cousin n'a pas changé tandis qu'elle explorait les territoires de Gwendalavir au fil des caravanes. Le jeune homme à l'humour tour à tour mordant et affectueux est resté fidèle à lui-même, avec ses sourires en coin qui laissent entrevoir ses dents – si blanches sur sa peau sombre – et plissent ses yeux d'une manière qui lui rappelle un peu Reyna. Simplement grandi et étoffé, peut-être.
Pourtant, depuis qu'elle est revenue, quelque chose s'est modifié entre eux. Quand il la regarde, quand il lui parle, elle sent une différence – imperceptible, mais une différence tout de même. Comme une interrogation restée sans réponse. Et elle sait que ce n'est pas dû uniquement à l'apparition aussi brutale qu'inopinée de son don, il y a à présent quelques jours, à peine une semaine avant son dix-septième anniversaire. Se pourrait-il qu'il ait deviné quelque chose, alors même que Gaïa et elle n'en ont encore parlé à personne ?
La jeune fille secoue la tête avant de se tourner vers lui, taquine. Pas question de laisser des hésitations stupides gâcher l'une des rares occasions qu'ils aient de passer un peu de temps ensemble depuis que Minho a commencé à se former à la Navigation.

- Ceci dit, ça me permet aussi de faire des choses assez amusantes...

Surtout que, si son don est encore totalement aléatoire et imprévisible, avec des jours sans et des jours avec, elle n'a pas tardé à découvrir qu'il semble avoir des facilités particulières avec l'eau. Et en plus, aujourd'hui, c'est un jour avec.

- Vraiment ?

L'ironie, dans le ton de Minho, est palpable. Du moins jusqu'au moment où une énorme vague, bien loin des vaguelettes précédentes, s'écrase devant le jeune homme pour l'arroser de la tête aux pieds. Cette fois-ci, toute tension oubliée, le rire de Ruby se joint à celui de la petite Shaë.

*

- Tu es certaine de ton choix ?

Ruby se mord la lèvre. Demain, j'aurai dix-sept ans. Je ne vais pas rester éternellement ici, au village, à chanter des berceuses aux petits, jouer avec Jad, discuter avec Reyna de son apprentissage d'herboriste ou du jeune chevalier de passage qui lui fait les yeux doux et attendre que Minho rentre de ses voyages. Mais, lorsqu'elle ouvre la bouche, les mots se bloquent au fond de sa gorge.

- Je...
- Je veux dire, l'interrompt Sheïla, Laina m'a dit que Gaïa lui a aussi parlé de cette Académie, et je me doutais bien que tu ne laisserais pas partir ta cousine toute seule. Mais... apprentie fauconnière ? Tu ne connais absolument rien aux rapaces...

La jeune fille hésite, ne sachant comment s'expliquer – à sa grande surprise, elle n'en a pas besoin.

- Et je suppose que c'est justement ce qui l'attire, je me trompe ?

Son père sourit en croisant son regard.

- Personnellement, ce qui me préoccupe plutôt, c'est que tu risques d'avoir froid, là haut, toi qui aimes tant le soleil... Enfin, je suppose qu'on finit par s'habituer à tout.

Ruby fixe ses parents, un à un – et un bref instant, tout lui revient en vrac, le rire de Browen, la chaleur de sa peau, la manière dont sa mère la regarde, parfois, son parfum si nettement identifiable quand elle entre dans une pièce. Les pensées cognent dans sa tête. Feu follet, fée des bois, petit lutin, fille de l'eau. Et maintenant oiseau ?

- Ça... ça veut dire que vous acceptez ?

Leurs yeux brillent – les siens aussi, sans doute.

- Tant que tu seras heureuse, nous le serons aussi.

17 ans

Les branches de l'arbre remuent à peine alors qu'elle termine son ascension et se glisse à l'intérieur de la pièce dans un froissement de feuilles. Une chance que Gaïa ait toujours dormi la fenêtre ouverte lorsqu'il fait chaud. La jeune fille reste un instant immobile, laissant ses yeux s'habituer à l'obscurité – le lit, dans un coin, est surmonté d'une forme sombre.

- C'est toi, Ruby ?

La forme se redresse avant de se pencher en direction d'un tiroir, comme si elle était à la recherche d'une allumette, mais Ruby est plus rapide. Une faible lueur apparaît entre ses mains vides, éclairant son sourire rayonnant.

- Surpriiiiise !

Sur le visage de sa cousine, la stupeur cède vite la place à la perplexité, puis à la joie. Elle saute du lit, une fossette au coin des lèvres.

- Une surprise ? En pleine nuit ?

Durant une fraction de seconde, Ruby se revoit, petite, grimper à l'arbre pour passer par la fenêtre et entrer dans la chambre de Gaïa. Des images traversent son esprit – toutes les deux, blotties l'une contre l'autre dans le noir, à se confier leurs rêves et leurs secrets ou à regarder le ciel dans l'espoir d'apercevoir une étoile filante. Elles n'ont pas tellement changé que ça, en fin de compte.

- Valdo m'a appris qu'il y a une fête au village d'à côté. Et je me suis dit que... enfin, aujourd'hui, c'était notre dernier anniversaire ici.

Les deux jeunes filles échangent un regard complice – Gaïa sait ce qui va suivre, et Ruby n'a aucun doute à propos de la réponse de sa cousine.

- On pourrait aller fêter ça, non ?

Parce que là, maintenant, tout de suite, elle a juste envie d'aller chanter et danser. Et de rire. Surtout, de rire.


   Partie RPG

   Les sabots des chevaux qui claquent sur les pavés. Les bruissements de l'herbe qu'on écrase. Le rire de Gaïa, qui explose dans le soleil.

À son tour, Ruby mit pied à terre, le visage fendu d'un large sourire. L'Académie, enfin. Après un voyage ponctué de cris, de feux d'artifice dans les yeux et de rencontres, elles y étaient. La jeune femme se saisit de la bride de Djali, sa petite jument palomino au regard malicieux, et fit un clin d'œil à sa cousine, qui venait de se relever – elle avait chuté du haut de son percheron une poignée de secondes plus tôt, emportée par son enthousiasme – et dont le pantalon était à présent maculé de terre.

- Tu ferais rire une Goule souffrant d'une rage de dent, Gaïa. Évidemment que Fergus trouve ça drôle !

Passer le portail, entrer dans l'enceinte. Ralentir un peu, parce que tout est tellement gigantesque, tellement magnifique. Suivre les indications d'un homme pour se rendre aux écuries, y laisser les chevaux, faire demi-tour jusqu'au bâtiment principal. Ignorer les battements d'un cœur qui commence à s'agiter de plus en plus vite, de plus en plus fort. Presque autant que Gaïa qui court dans tous les sens, ou plutôt qui marche en donnant l'impression de courir tant elle se presse, avec ses pieds qui tapent les marches d'escalier et sa petite main qui palpite au creux de la sienne, comme un oiseau en cage.

- Attention, Gaïa !

Ruby tira sa cousine sur le côté juste au moment où une porte s'ouvrait à la volée, mais la jeune fille blonde sembla à peine le remarquer. Son regard, fiévreux, parcourait les murs et les croisées de couloirs, veillant à suivre soigneusement le chemin qu'on leur avait indiqué.

Et puis, enfin. La Porte. Exactement là où on le leur a spécifié. Gaïa qui s'y précipite, des éclats de rire plein la voix, frappant trois coups secs contre le linteau de bois. Une fraction de seconde qui s'écoule, puis une réponse qui se fait entendre à travers le battant. La poignée qui s'abaisse, les deux cousines qui pénètrent vivement dans la pièce. Et Ruby se sentait légère, si légère, malgré le poids de sa flûte et de sa viole, dans son dos.

Le bureau était vaste, c'était incontestable, mais à ce point débordant de documents et d'affaires en tout genre qu'il en devenait presque minuscule. L'homme qui se tenait face à eux leur lança un regard à la fois bienveillant et interrogateur et ce fut elle qui prit la parole, car elle sentait que Gaïa était bien trop excitée pour pouvoir expliquer avec clarté et précision les raisons de leur visite.

- Bonjour, vous êtes bien l'Intendant de cette Académie ?

Il acquiesça et la métisse sourit, de son sourire enjoué et lumineux.

- Je m'appelle Ruby Sky et voici Gaïa Ponderosa, ma cousine. Nous aimerions étudier dans votre établissement, elle en tant qu'apprentie combattante et moi comme apprentie fauconnière. Est-ce que ce serait possible ?

La main dans la sienne qui serre ses doigts, fort. Le sourire qui s'épanouit sur le visage de Ruby.


   Autre ?

   - Comment avez-vous connu le forum ?  Il y a looongtemps.
   - Un petit commentaire sur le forum ?  Il est parfait  I love you
   - Autre chose à nous dire ?  Je vous aime  hug
   - Code de validation :


avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ruby Sky   Lun 1 Mai 2017 - 10:05

AAAH RE-RE-BIENVENUE MON ANGE I love you Que je suis tellement heureuse de voir ta Ruby, ma belle apprentie fauconnière d'amour et cousine bien aimée Please

Ton avatar est à baver partout ainsi que ton image de début de fiche Please J'ai hâte de pouvoir rp avec toiiiii !!! Mais d'abord !... Correction de la fichette au passage, le code est le bon

Donc.

Descriptions physique et mentale, rien à redire, tout est parfait, j'avais oublié à quel point Ruby et Gaïa se ressemblaient, par la barbe de Merwyn, elles vont épuiser tout le monde à l'Académie tellement elles ont de l'énergie à revendre toutes les deux, elles vont tuer tout le monde ou alors ce sont les autres qui vont les attacher pour qu'elles ferment leurs grandes bouches

Ensuite, situation familiale, je tenais juste à dire que c'est une famille extraordinaire que voilà C'est tout pour moi...

Kofkof donc. Suite.

.... as-tu conscience que j'ai poussé de petits soupirs d'amour galactique en relisant ton histoire ?... Tout est parfait, j'adore tellement cette petite, tu le sais de toute façon, elle est toute mignonne, j'aime beaucoup comment tu as fait arriver cette petite envie de voyage et de plus grand que leur petit village, j'aime tout, j'ai rien à redire, tout me semble parfait I love you

Je vois avec Lisha si elle a quelque chose à souligner, et je te reviens avec Jehan pour la fin de ta validation hug


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ruby Sky   Lun 1 Mai 2017 - 10:31

Trop belle cette fiche *w* j'ai juste pas encore eu le courage de tout lire mais j'ai hâte de pouvoir I love you
On t'aime aussi hug


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Apprentie fauconnier
Messages : 9
Inscription le : 30/04/2017
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ruby Sky   Lun 1 Mai 2017 - 12:31

Oooooh, merci pour vos adorables commentaires

Et puis évidemment que le code est le bon ! J'ai quand même passé des heures et des heures à m'user les yeux sur le forum pour le chercher, tu es pourtant bien placée pour le savoir Ichel :na:

avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 552
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 77


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ruby Sky   Jeu 4 Mai 2017 - 16:20

Finalement, je change d'avis, je vais te valider maintenant, parce que je sais que tu attend avec impatience de pouvoir rper moi aussi cela dit

Et bien évidemment que je sais que tu as cherché très longtemps ce vicieux code Naif


____________________________



Pourquoi se retrouve-t-il constamment dans son bureau lorsqu'il crève d'envie de changer encore tant de choses dans l'Académie ? Elle a encore besoin de rafraîchissements. Pourtant, l'Intendant sait que le trésorier ne risque pas d'apprécier ses nouvelles idées... Déjà que les anciennes ont été abandonnées, pour son plus grand malheur. Mais soit, peu importe. Le grand Jehan a toujours une carte de rechange. Il l'obtiendra, sa statue, de grès ou de force ! Même si de grès serait davantage plaisant, pour tout le monde.
Cela dit, ce n'est pas plus la statue ou les nouvelles roseraies qu'il souhaite obtenir, simplement s'occuper l'esprit et la main. Il s'ennuie un peu, l'Académie est très calme ces derniers temps, les élèves semblent épuisés de leur fin d'année. Et les plus grands escrocs parmi ses élèves sont enfin diplômés. Quel déchirement à chaque départ...
M'enfin, il en arrive tous les jours, des élèves, et dans ces jours, plus d'un ! C'est tellement merveilleux. D'ailleurs...

L'on frappe à la porte, vivement, Jehan sursaute sur son siège, en laisse tomber quelques papiers sur le sol. Son rire part, il se penche et ramasse les quelques feuilles. Des feuilles d'admission.
Qui peut donc bien frapper si fort contre le battant de sa porte ?
Il se rassied correctement sur son siège, le dos bien droit, main de métal cachée sous le bureau, déposée sur ses genoux.


- Entrez !

La porte s'ouvre alors à la volée, sans hésitation aucune. La surprise ne fut qu'intérieure lorsque ses yeux tombèrent sur les deux jeunes filles qui pénétrèrent dans son bureau. L'une si frêle, l'autre plus assurée. Et il leur sourit, bienveillant.
C'est la plus grande qui prend la parole, l'autre semblant bien trop ailleurs pour réussir à aligner un seul mot.
Il n'a que le temps d'acquiescer qu'elle enchaine, expliquant la raison de leur venue. Il leur offre alors un large sourire tout de dents aussi blanches les unes que les autres.


- Puisque mon nom est inscrit sur la porte à côté du terme "Intendant", il me semble bien.

Légère pause, il reprend bien vite.

- Dans ce cas-là, bienvenue à l'Académie de Merwyn, Miss Sky et Miss Ponderosa ! Tous ceux qui ont le désir d'apprendre sont les bienvenus, il nous faudra seulement remplir quelques formulaires tous les trois, ça ne prendra que quelques minutes. Enfin, peut-être plus, tout de même. Asseyez-vous seulement !

Et il leur désigne les deux chaises face à lui.


_______________
Jehan Hil' Jildwin, Intendant de l'Académie de Merwyn, personnalité multiple et indivisible.
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ruby Sky   



 
Ruby Sky
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Ruby Caldwell - Be yourself and smile
» [Entrainement with Tyzy Ghost & Louise Ruby Lapin] Enterrement et Entraînement
» Ruby Caldwell - Oh God, this uniform is too short!
» Message de Ruby Caldwell
» ECSTATIC RUBY ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Arrivée à l'Académie :: Présentations - Répartitions :: Présentations terminées-