Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteEt c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Lun 17 Oct 2016 - 22:33

Le maître d'armes avait réunit ses deux assistantes ce matin-là. C'était la première fois qu'elles se trouvaient officiellement réunies. Bien sûr, Locktar ignorait si elles avaient pris le soin de se rencontrer avant d'être convoquées par le nouveau "patron". Initiative qui aurait pu venir de Cymoril étant donné qu'Eriana avait du ignorer qu'elle aurait une partenaire assistante.



D'ailleurs, le maître d'armes avait été faire un tour dans le bureau de l'intendant pour lui demander de mettre fin désormais au recrutement de nouvelles assistantes. Deux, c'était largement suffisant pour l'avenir des cours de combat. Surtout que Locktar se connaissait et il serait incapable de renoncer complètement à faire des cours. Il était donc inutile de faire en sorte de le remplacer pour de bon pendant que ses enfants grandissaient. Il suffisait de lui retirer une bonne charge de cours.



Ce matin-là marquait donc la veille de leur premier cours. Elles étaient assises devant le bureau du maître d'armes.



- Bien, les choses sérieuses commencent demain pour vous. Vous participerez à votre premier cours. Evidemment, pour les premiers, vous suivrez mes consignes, inutile de prendre des initiatives tant que je ne me serais pas fait une idée sur vos méthodes d'enseignements.

Il était étrange pour Locktar de s'entendre donner des consignes sur les méthodes d'enseignements alors que lui-même ressemblait beaucoup aux deux assistantes quand il était arrivé à l'Académie. Mais après tout, lui, il n'était pas venu pour être professeur, il avait simplement voulu suivre les cours proposés en son sein. Le travail de maître n'était venu que bien plus tard.



- Il y a de nombreux élèves à l'académie, vous passerez ainsi dans les rangs et vous serez mes yeux et mes oreilles dans les groupes que je ne surveillerais pas sur l'instant. Les cours de combat sont toujours un lieu de grand capharnaum et je ne peux pas avoir des yeux partout.

La Dame et le Dragon savaient à quel point les cours de combat étaient l'endroit rêvé pour les fauteurs de troubles de donner toute la mesure de leur talent sans se faire repérer comme épicentre par le professeur. Avec deux assistantes, le maître d'armes pourrait enfin savoir ceux qui étaient les pires. Après tout, le concours des Trois Maisons avait repris depuis que Jehan était revenu à l'académie.



- Je ne vous en dit pas plus de ce qui va se passer demain pour le cours. Je vous demande simplement d'aller à la salle d'armes et de la préparer pour l'arrivée des élèves. Vous sortirez les râteliers d'épées émoussées et les boucliers. Vous pouvez désormais disposer.


***********************


Etait-ce son nouveau statut de père ou les deux assistantes lui inspiraient-elles vraiment confiance? En tout cas, il n'alla pas vérifier que la salle d'armes avait été bien préparée. Il la découvrirait un peu avant les élèves.


A son réveil, il fut bien content d'avoir programmé un cours dans la salle d'armes. En effet, il n'avait pas encore ouvert les rideaux de sa chambre qu'il entendait le ciel se déchainer à l'extérieur. Au moins, lui, il n'aurait pas à se mouiller, la salle d'armes était dans la même aile qui lui et n'avait donc qu'à descendre à l'étage inférieur.


C'est ce qu'il fit après avoir embrasser sa femme et ses enfants.


Il avait eu raison de faire confiance à ses assistantes. Les rateliers étaient à la bonne place. Par acquis de conscience, Locktar vérifia le tranchant des lames afin de s'assurer que c'était bien les épées émoussées qui avaient été sorties et non des armes qui pouvaient tuer les élèves.


Il avait déjà connu la mort d'une élève pendant un de ses cours, inutile de devoir subir une nouvelle fois cette terrible perte.


Maintenant, il n'avait plus qu'à attendre l'arrivée de ses assistantes et des élèves.



_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
avatar

Bois
Messages : 12
Inscription le : 08/10/2016
Age IRL : 15


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Ven 21 Oct 2016 - 21:01

La neige, partout. De lourd flocon d'un blanc presque irréel tombe du ciel tandis qu'un vent glacial me gifle le visage. Je suis gelée, mais je me force à continuer. Soudain, elle apparaît. Elle, la neige sous la forme d'une splendide jeune femme aux traits fins et aux cheveux d'un blanc parfait. Elle porte un long manteau de fourrure blanche et tient quelque chose entre ses bras. Oubliant le froid, je me mets à courir vers la mystérieuse dame. Je tombe dans la poudreuse, me relève, attrape un pan de son manteau. Celle-ci se retourne en fronçant les sourcils, son visage est d'une beauté à coupé le souffle, mais toute mon attention et concentrée sur la chose qu'elle tient dans ses bras. La chose ? Le bébé… Pas n'importe lequel. Je hurle, un cri un nom. Les larmes remplissent mes yeux et coulent brûlante sur mes joues. Mon bébé, ma fille. La dame prend la parole.

-Elle m’appartient maintenant… Vas t'en tu n'as rien à faire ici !!


-°-°-


Je me sens basculer dans le noir, le noir toujours. Et je me réveille en hurlant, en essayant de hurler. Depuis quelque temps, mes rêves ne sont que cauchemars, les nuits… Une torture. Mais j'ai vite appris, appris à me réveiller bouche ouverte pour un cri sans qu'aucun son ne sorte de ma bouche. Ne jamais montrer ce que je ressens, jamais. Je n'ai toujours pas réussi à tartir le flot de larmes chaudes qui roulent sur mes joues. Qu'importe, les rideaux de mon lit à baldaquin me protègent des regards curieux et personne ne sera au courant.

Je me lève parfaitement réveillée et après un rapide débarbouillage dans la salle d'eau, revêt mon uniforme rouge et porte la main à mon… Je crispe les points. On m'a pris mes armes… Toutes. Je me sens vide, menacée, en danger. Je n'aspire qu'a une chose, retrouver la poignée d'un bon sabre !!

Je descends vers la grande salle, dehors la pluie faite rage et je croise les doigts pour que mon cours de combat se passe à l'intérieur. Je n'ai rien contre la pluie, mais quand je peux éviter d'être trempée.

J'arrive très tôt dans la salle, celle-ci est presque vide et cela me fait le plus grand bien. Moins de gens, moins de bavardage… Je ne me sens pas à l'aise ici et le manque d'avoir une bonne lame à porter de main se fait cuisant. Néanmoins, je serre les dents et attends, je touche à peine à mon déjeuner, je n'ai pas faim. Le bruit des conversations tourne autour de moi, me plongeant dans une spirale de mot incompréhensible. La salle est comble et on commence à faire l'appel. Dès que celui-ci est terminé, je m'en vais le plus vite possible, mal à l'aise.

J'ai toujours considéré mon sabre comme une extension de mon bras, sans lui, je me sens seule et faible, dans quel état seriez-vous avec une main en moins ?


-°-°-


Je pousse la porte de la salle d'armes, notre maître est pour l’instant seul. Je m'incline brièvement devant lui. Puis je les vois, des lames, des épées. D'accord, ce ne sont pas des sabres, mais leur simple vue contribuent à me rendre le cœur léger. J'avance vers elles pour les observer de plus près. J'ai l’œil aiguisé, celui des combattants qui on vu bien des épées dans leur vie de combat. Mon sabre, aussi tranchant que la lame d'un rasoir m'avait fait oublier qu'il pouvait exister pareille horreurs en ce monde… Des épées, à la lame tout émoussée.

Je voulus pousser un grognement de rage, lancer mon pied et faucher ces râteliers, pleurer de désespoir. Il n'en fut rien, mon visage totalement neutre et froid ne sembla pas éprouver la moindre émotion. Je reculais et m'assis dans un coin de la pièce, le regard un peu plus noir qu'avant.


avatar

Acier
Messages : 166
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Sam 5 Nov 2016 - 21:30

L'Académie semblait bien vide à Kloa, ces temps-ci. Et tout particulièrement la salle commune et les dortoirs de Teylus. Entre Halina qui avait réussi son Passage et achevé sa formation à l'Académie et Einar qui, pour elle ne savait trop quelle obscure raison, disparaissait de plus en plus fréquemment, sa Maison lui paraissait bien terne. Leurs entraînements matinaux, leurs disputes auxquelles elle ne participait pourtant que du bout des lèvres – elle n'avait jamais été une experte des réparties cinglantes ou des piques pleines d'humour – les défis qu'ils se lançaient parfois sans autre raison que le plaisir de la compétition – ou de surprendre sur le visage des autres étudiants un fugitif éclat d'affolement – tout lui manquait. Pour un peu, elle aurait presque regretté les crises déclenchées par Cérys ou la période à laquelle elle jouait au chat et à la souris avec Astragal. La jeune fille ne s'était pas rendue compte à quel point elle s'était attachée à ses camarades, du moins jusqu'au moment où ils avaient tous déserté l'Académie un à un, la laissant à présent étrangement seule et démunie. Alors qu'elle avait toujours eu du mal à supporter les bavardages incessants, les soirées lui semblaient trop mornes à présent qu'elles n'étaient plus ponctuées par les cris d'Einar qui entrait dans la salle commune en vociférant parce que Tedh lui avait encore volé ses pantoufles ou son pantalon de pyjama, et les éclats de rire mal dissimulés de Halina devant la fureur de leur ami. Ce n'était plus pareil, sans eux. Ça ne le serait sans doute jamais plus.

Voilà pourquoi la jeune femme accueillit avec soulagement l'annonce du nouveau cours de combat. Certes, l'idée qu'elle ne s'y rendrait pas accompagnée de sa bande habituelle de Teylus lui faisait ressentir encore plus douloureusement leur absence mais, au moins, cela aurait le mérite de la détourner de ces réflexions peu joyeuses en occupant pleinement ses actes et son esprit. Il était hors de question qu'elle passe ses journées à se morfondre alors qu'elle venait d'acquérir le rang d'Acier – ce serait d'ailleurs le premier cours auquel elle assisterait à présent qu'elle avait réussi son Passage. À cette seule pensée, elle se sentit déjà un peu plus enthousiaste.

Ce matin-là, Kloa se dirigea donc d'un pas déterminé vers la salle d'armes où Locktar leur avait donné rendez-vous. Elle était partie un peu avant les autres Teylus et, lorsqu'elle pénétra dans la pièce, elle eut la surprise de constater que leur professeur était encore seul pour le moment. Les autres élèves n'allaient sans doute pas tarder. Elle le salua et, comme elle jetait un regard en direction des râteliers d'épées disposés dans un coin, elle remarqua soudain une troisième présence. Elle n'était donc pas la première, finalement.

Une fille était assise contre le mur, les yeux fixes, immobile. Blonde, joli visage malgré son expression fermée, un corps qu'elle devinait mince mais musclé. La combattante ne l'avait jamais vue, elle en aurait mis sa main à couper. Une nouvelle élève, donc, vêtue d'un uniforme rouge. Les autres Kaelems ne lui avaient apparemment pas encore appris que celui-ci, du moins depuis le retour de Jehan, était largement facultatif – de toute manière, elle s'en rendrait compte toute seule : peu d'élèves le portaient, en particulier lors des cours, Kloa elle-même ne le revêtant qu'en de rares occasions.


- Salut.

Après un instant d'hésitation, elle s'était décidée à s'approcher – puisqu'elles n'étaient que deux, autant engager la conversation. Même si la jeune femme, vu le regard qu'elle lui lança, n'avait pas l'air du genre bavarde. La Teylus esquissa un sourire.

- T'es nouvelle, apparemment ? Bienvenue, en tout cas.


Puis, comme l'autre se contentait de la dévisager froidement, elle reprit, essayant de combler le silence gênant qui commençait à s'installer :


- Et, sinon... Tu t'y connais déjà un peu ? J'veux dire, en combat, tout ça ?

Ce ne fut qu'à cet instant qu'elle réalisa qu'elle ne s'était pas encore présentée.


- J'm'appelle Kloa, au fait. De la maison Teylus.

Et toujours cette froideur, au fond de son regard...


_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Bois
Messages : 12
Inscription le : 08/10/2016
Age IRL : 15


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Ven 11 Nov 2016 - 18:13

Impassible. J'observe, je réfléchi, je calcule. Tout ce que je vois, ce que je sens, ce que je fais. J'ai besoin d'être constamment en mouvement. Occupée. Il me faut un objectif, quelque chose à faire. Cette salle d'arme plongée dans l'attente me paraît insupportable.  Alors à défaut de pouvoir bouger, je fait fonctionner mes méninges. Je me casse la tête à réfléchir alors que je pourrais laisser mes pensées vagabondé. Seulement, je  n'y arrive pas. Dés que mon imagination prend le dessus sur la partie de mon cerveaux que je considère comme rationnelle, mes réflexions s'envole vers une dimension que je ne contrôle pas. Elle me remontre toutes les horreurs de mon passé que j'essaye en vain d'oublier. Alors je les combat, chaque minute, chaque seconde où mon esprit n'est pas occupé, je lutte contre mes souvenirs.

Le silence de cette pièce me fait du bien. Je n'aime pas le bruit et l'agitation et considère l'absence de bruit comme une quasi bénédiction. Aux fils des secondes, un sentiment de bien être s'infiltre doucement en moi. Mes nuits on la malédiction d'être tout sauf reposante et c'est dans les moment comme celui ci que je puise mon énergie et reprend des forces. La sérénité de cet instant me rempli d'allégresse et mes yeux se ferment un instant. Plénitude.

- Salut.

J'ouvre les yeux, devant moi se tiens une fille qui dois être elle aussi une élève. Un peu plus jeune que moi, les cheveux coupé court et le visage éclairé de deux grand yeux violet. Elle est jolie et se tiend droite et fière avec l'attitude d'une guerrière. La jeune femme esquisse un sourire. Elle ne sera pas une adversaire à sous estimé même si elle ne semble pas le moins du monde antipathique.

- T'es nouvelle, apparemment ? Bienvenue, en tout cas.

Je ne répondis pas. Je n'aime vraiment pas que l'on m'interroge ou qu'on essaye d'engager la conversation avec moi. Je ne suis pas douée avec les mots et mes phrase ne représente jamais ce que je penses vraiment. Je serais née muette que cela n'aurait pas changé grand-chose mais je n'ai malheureusement pas cette excuse et je dois quotidiennement me confronter à l'épreuve de la communication verbale.

- Et, sinon... Tu t'y connais déjà un peu ? J'veux dire, en combat, tout ça ?

Je n'ai même pas eu le temps de répondre qu'elle a déjà entamé un nouveaux sujet de conversation. Décidément elle ne me plaît vraiment pas même si malgré mes efforts je ne parviens pas à la trouver réellement méchante. Bien sure, il faut avouer que le problème vient de moi. Je suis quelqu'un que l'on pourrait qualifier d’asocial bien que je ne soit pas tout à fait d'accord. Il est vrai que je ne suis pas douée pour les relations mais cela ne signifie pas que je n'aime pas la présence des autres. J'aime la solitude, il est vrai, mais c'est juste que pour communiquer avec moi et tisser des liens, il ne suffit pas de conversations. Je ne crée pas de relation par la parole mais par nombre de gestes et fait bien plus subtil et marquant. C'est en cela que l'on me trouve froide et distante.

- J'm'appelle Kloa, au fait. De la maison Teylus.

Je me désole pour cette guerrière, si elle espère une conversation elle est bien mal tombée avec moi. Mais je ne peux pas me permettre de la laisser parler et me poser ses questions seule. Alors je prends mon courage à deux mains, cet étrange mais, il m'en faut bien plus pour dialoguer que pour me battre. Je rassemble mes mots et tente de lui répondre.

-Enchantée… Kloa. Je me nomme Elÿa T'il Allanon et je viens de la Citadelle. Ici je suis chez les Kaelem. Tu dois t'en douter vu la couleur de mon uniforme. N'est il d’ailleurs pas obligatoire ?

Je me suis levée durant ma tirade et tend une main amicale à Kloa que je dépasse de quelques bon centimètre. Mon discours ma fait tourné la tête et je dois me retenir de ne pas chanceler. Je ne suis pas habituée à parler autant et cela tient de la véritable épreuve pour moi. Je crois que je ne suis vraiment pas faite pour manier les mots. Je dois être la seule personne au monde à ne pas savoir prononcer une longue phrase sans vaciller. L'effort que je fournit pour parler m'est vraiment douloureux mais aussi nécessaire si je ne veux pas me faire détester dès le premier cour. J'envie les gens qui n'ont aucun mal à s'exprimer et laisse les parole sortir librement et sans contrainte de leurs bouches et de leurs esprits.

La moindre phrase me fait mal mais j'ai appris depuis longtemps à m'exprimer par le regard. Méthode que la plus part des frontaliers avaient comprise et réussit à apprivoiser pour partager avec moi leurs pensées et leurs sentiments. Mes sœurs me comprenaient d'un simple regard mais la tache doit tout de même être moins facile à présent que j'ai vidé toute expression de mes yeux. Depuis que mon cœur et mon âmes on étés déchirées en deux par cette neige que je considérais comme une amie.D'un coup, la blessure se rouvre en moi en déversant toutes sa douleur dans ma poitrine. Je veux hurler, crier. Je ne dis rien, trop tard j'ai laisser mes pensées trouver ma déchirure qu'elles tentent de raviver à coup d'ongle en plongeant dans la frêle cicatrice qui ne cesse de se rouvrir en moi. Je me mort la lèvre. Souffrance.


avatar

Acier
Messages : 166
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Jeu 2 Fév 2017 - 19:38

Citadelle. Aussitôt, l'attention de Kloa s'accrut. Une Frontalière, donc. Une adversaire à prendre au sérieux. En dépit de son rang de Bois, elle n'avait rien d'une débutante. Tout en notant ces informations dans un coin de son cerveau, la jeune femme répondit à la poignée de main de la Kaelem. Ferme, assurée. Et, pourtant, quelque chose – dans son expression, dans la crispation de son visage, dans la tension de sa voix – l'interpella. De toute évidence, Elÿa, puisque tel était son nom, avait un problème. Avait-elle mal quelque part ? Était-elle fatiguée, souffrante ?
La Teylus ne put s'empêcher de froncer les sourcils.


- Tu... ça n'va pas ? Si tu préfères on peut s'asseoir, tu sais.

Et, joignant le geste à la parole, la guerrière s'adossa à son tour contre le mur avant de se laisser glisser au sol. Elle ignorait si c'était le fait de s'être trop brusquement levée qui avait gêné sa camarade mais, si celle-ci devait faire un malaise ou quelque chose dans le genre, autant qu'elle tombe de moins haut.

- Et, pour répondre à ta question, les uniformes sont censés – elle accentua le terme – être obligatoires, oui. Sauf que, depuis que Jehan est revenu, c'est beaucoup moins strict. Enfin, j'veux dire... En fait, pendant un certain temps, on a eu un autre Intendant, qui était bien plus à cheval sur les principes. Elle ne put retenir une grimace à l'évocation d'Aziel. Mais maintenant qu'il a été viré, y'a vraiment peu d'élèves qui portent l'uniforme. C'est plus voyant et encombrant qu'autre chose, si tu vois c'que j'veux dire.

Les règles, de manière générale, étaient plus embarrassantes qu'autre chose.

Les élèves commençaient à arriver, peu à peu, par petits groupes. De son côté, Elÿa n'avait pas repris la parole et Kloa, essentiellement pour combler le silence, finit par rouvrir la bouche.

- T'as déjà commencé à rencontrer des gens, un peu ? Dans ta maison ou ailleurs ? T'as arrivée y'a quoi, quelques jours ?

Parler pour oublier le temps qui passe, les choses qui changent, les gens qui partent.

[Post fast pour faire avancer un peu ^^]


_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Bois
Messages : 12
Inscription le : 08/10/2016
Age IRL : 15


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Mer 26 Avr 2017 - 6:42

[Nooon maman Léa je n'ai pas disparue ]

Je ne sais pas vraiment de quoi je dois avoir l'air, peut-être que je m'en fiche un peu. Quelques soient les opinions que pourraient avoir les autres sur moi, je ne pense personne capable de découvrir la vérité, me cachant sans cesse derrière un masque froid et dénué d'émotions bien que je suis incapable de réellement cacher cette tristesse, cette part de moi déchirée au fond de mon regard. J'ai peur des liens, de m'attacher, je sais à quel point toute relation peut-être fausse et éphémère et je crains par dessus tout d'être à nouveau abandonnée. Pourtant je sais que ce poison qui me ronge finira par causer ma perte si je n'y prend pas garde et qu'il vaut mieux pour moi que je dirige mes pensées vers autres choses. Peut-être que si je retrouve ici un objectif, un véritable but je pourrais sortir de ce cercle de souffrance qui me détruit peu à peu.

La jeune femme m'interpelle me demandant si je vais bien, mes lèvre prononce un simple ça va alors que mon cerveau me crie que c'est un mensonge. Bien entendu que je fais mal, je ne suis pas douée, pas assez forte pour ce genre de chose mais le faire remarquer serait avouer au monde cette faiblesse et je me suis jurée de ne jamais donner aux autres des clefs qui permettrais de me détruire. J'accepte néanmoins sa proposition de rejoindre le sol encore un peu, après tout même si les vertiges ont cessés ce serrait vraiment idiot de tomber maintenant, pourvu que le cours commence vite afin que je puisse retrouver mon élément et oublier le reste.

Elle répond ensuite à mon interrogation sur l'uniforme en quelques phrases et je fixe le mur d'en face en écoutant le timbre de sa voix résonner doucement à mes oreilles. Ses mots se mélangent comme une chanson pleine de sens avant de prendre la désagréable sonorité de l'interrogation tendis que les élèves entrent peu à peu dans la salle. Malgré le fait que je me sente bien mieux lorsque je peux être seule, je reste impassible devant oppression des élèves qui arrivent regardant et analysant chaque nouveau visage pour me familiariser avec ce nouvel endroit où j'espère à défaut d'y trouver ma place, au moi rencontrer un peu de sérénité et de volonté.

Je redirige mon regard vers Kloa. Elle ne semble pas aimer le silence et je m'en voudrais de ne pas lui répondre pourtant ne devrait-elle pas ressentir de même ? Comprendre que pour moi c'est la communication qui est difficile ? Je finis par me résigner, après tout mieux vaut faire bonne figure pour le moment et ne pas paraître antipathique, je sais d'expérience que l'on ne me voit pas d'un bon œil dans ce genre de situation.

À vrai dire non, je n'ai encore rencontré personne, seulement croisé des gens… Je suis arrivée hier dans la matinée…


Respiration, 1,2,3…
je peux le faire,
je dois le faire…


avatar

Acier
Messages : 166
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Ven 28 Avr 2017 - 17:56

La moindre prise de parole, le simple fait d'ouvrir la bouche, semblaient coûter un effort suprême à la jeune femme. Les quelques mots qu'elle offrit à la Teylus en guise de réponse en témoignèrent une nouvelle fois.

- En effet, oui, ton arrivée est vraiment récente ! Mais tu verras, les gens sont sympas, ici, tu t'intègreras vite.

Kloa s'en voulut presque de dire quelque chose d'aussi plat, insignifiant – d'une banalité absolument affligeante, elle en avait conscience – mais les réactions de la Frontalière la mettaient mal à l'aise. La guerrière n'avait jamais été douée pour entretenir une conversation – d'ordinaire, c'étaient ses amis qui lançaient les discussions, et elle ressentit une brève bouffée de nostalgie à cette pensée qui tenait à présent plutôt du souvenir – et n'appréciait guère parler pour parler. Surtout lorsque son interlocuteur y mettait de la mauvaise volonté. Ce qui était de toute évidence le cas d'Elÿa.

Cette dernière, en effet, n'ajouta rien de plus, et l'apprentie combattante finit abandonner. Si l'autre ne voulait pas discuter, elle n'allait pas l'y forcer, et il était hors de question qu'elle-même continue à parler dans le vide dans l'espoir de démarrer une véritable conversation qui, de toute évidence, n'aurait jamais lieu.

La jeune fille garda donc le silence, se contentant de dévisager les élèves qui pénétraient les uns après les autres dans la salle d'armes. À ceux qui lui renvoyaient son regard, elle adressait parfois un petit signe de tête ou de la main. Jusqu'aux moment où deux yeux bruns se fichèrent dans les siens – et elle sentit ses lèvres s'étirer en un large sourire.


- Salut, Kloa, j'me d'mandais justement où t'étais passée ! Évidemment, j'devais bien m'douter que t'étais d'jà sur place !

Stepan, un Teylus qui appartenait au même niveau qu'elle, s'était rapproché du pan de mur où se tenaient les deux jeunes femmes. Depuis le départ d'Einar, de Halina et de tous les autres, la guerrière s'était rapprochée de lui, appréciant pouvoir s'entraîner en sa compagnie et échanger avec lui conseils et défis.

- Toujours ponctuelle, bien sûr ! On n'en dira pas autant de certains...

Référence à peine voilée au dernier cours de combat, où le jeune homme était arrivé avec près d'une demi-heure de retard parce qu'il ne s'était pas réveillé – ou, plutôt, parce qu'il avait ouvert les yeux avant de se rendormir comme une masse, et que ses camarades de dortoir avaient jugé très drôle de le laisser sommeiller. Jamais Kloa n'avait vu les garçons aussi silencieux dans leur salle commune.


- Je ne vois absolument pas de quoi tu parles, rétorqua son ami, avec un froncement de sourcils qui suggérait le contraire.

Elle s'était levée, à la fois moqueuse et réjouie. Enfin un peu de chaleur, d'échanges, de dialogue. À ce propos... Elle se tourna vers Elÿa qui, pour changer, les observait sans desserrer les lèvres.


- C'est Stepan, un ami de Teylus.

Puis, en direction de l'apprenti combattant :

- Voici Elÿa. Elle est arrivée hier.


_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Mer 24 Mai 2017 - 15:25

[j'avais toujours l'espoir de voir débarquer des gens, mais là, je crois que c'est foutu.... tant pis, on va jouer avec les PNJs ^^]

Les élèves arrivaient les uns après les autres. Chacun avait sa petite routine en entrant. Certains saluaient le maître d'armes d'une manière forte, d'autre tellement discrètement que Locktar les entendait à peine. Et la dernière catégorie comportait ceux qui ne s'occupaient pas du tout de leur professeur. Ils arrivaient en petits groupes, discutant entre eux, ne jetant même pas un regard en direction de Locktar.



Le maître d'armes remarqua des nouveaux visages dans l'assistance. Ses assistantes l'avaient prévenu et il avait vu passer les dossiers mais c'était la première fois qu'il les rencontrait. Il attendit encore quelques instants pour que les retardataires ne manquent pas les premiers instants du cours.



- Bonjour à tous, je vois de nouvelles têtes dans ce cours donc je vais me présenter. Je suis Locktar Hil'Guidjek, le maître d'armes de cette académie. J'assurerais la plupart de mes cours mais il se peut que parfois, ce seront mes assistantes qui s'occuperont de vous. Je vous demande bien évidemment de leur accorder autant de respect que si c'était moi. Il serait d'ailleurs bon que les plus anciens de mes élèves se souviennent de ce que le mot respect.

Il jeta un regard noir aux plus redoutables fauteurs de troubles de ces cours. En retour, il reçut des sourires narquois de défi. Décidément, certains ne seraient jamais fait pour l'armée avec toutes ses règles. Des mercenaires en puissance...


- Aujourd'hui, nous allons revenir aux bases du combat.

Il leva immédiatement les mains pour stopper les protestations qui commençaient à naître au sein des plus anciens élèves



- Oui, je sais, vous savez déjà tout ça mais il ne faut pas oublier les bases. Il est toujours bon de s'en rappeler et nous avons de nombreux nouveaux alors aujourd'hui, ce sera les bases. Pour ceux qui ne sont pas content, vous pouvez quitter le cours...

Avant même qu'il ne termine sa phrase, il y eu un mouvement parmi les élèves.


- ... mais votre maison en subira les conséquences.

Le mouvement se stoppa immédiatement.


- Bien, mettez-vous deux par deux. Vous prenez un bouclier et une des épées émoussées chacun. Vous vous affronterez. Je passerais dans les rangs pour voir vos techniques. Pour les anciens, vu que vous ne vouliez pas suivre ce cours, j'espère que je ne verrais pas autre chose que ce que je vous ai appris. Pour les nouveaux, montrez moi ce que vous savez faire, je pourrais ainsi juger de votre niveau.

Il marqua une pause.


- Et attention, ce sont certes des lames émoussées mais ça reste mortel. Je ne veux pas un nouveau mort dans mon cours.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
avatar

Acier
Messages : 166
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Mer 31 Mai 2017 - 17:53

La voix forte de Locktar résonna dans la salle d'armes, et les conversations qui s'étaient élevées parmi les élèves s'interrompirent. Leur professeur commença par se présenter brièvement pour les nouveaux apprentis combattants, puis il leur apprit le programme de leur cours et... Kloa grimaça.
Revenir aux bases du combat. Sérieusement ?
Elle échangea un regard éloquent avec Stepan, dont le sourire avait disparu, et elle lut au fond de ses yeux une frustration semblable à celle qu'elle ressentait en cet instant précis. Tous ces cours, tous ces entraînements, tous ces efforts, toutes ces années... pour se battre vaguement avec des épées émoussées ?
Sous le coup de la déception, elle en aurait presque quitté le cours, elle aussi – sauf que les paroles du maître d'armes rappelèrent à l'ordre les apprentis guerriers qui avaient fait mine de tourner les talons, et elle se félicita d'être restée tranquillement à sa place. Si en plus ils rendaient Grand Siffleur grognon, ils auraient vraiment tout gagné...

La jeune femme écouta donc silencieusement les dernières consignes de leur Primat. Autour d'elle, les visages affichaient peu d'enthousiasme – à l'exception de ceux des fameux nouveaux, repérables à leurs expressions déconcertées et parfois un peu affolées. Des nouveaux, quoi. Cependant, elle devait reconnaître que Locktar ne faisait rien pour les rassurer et, lorsqu'il ponctua son discours par une référence à peine voilée à la mort d'Hestia, elle entendit quelques hoquets à sa gauche tandis que, devant elle, une toute jeune fille se penchait vers son voisin, les yeux largement écarquillés, pour murmurer :


- C'est une blague ?

Il n'y avait pas à dire, le maître d'armes savait comment mettre en confiance ses élèves. À ce rythme-là, la moitié des nouveaux apprentis aurait déserté l'Académie à la fin de la journée.

Et puis, les groupes commencèrent à se former, et Stepan se tourna vers Kloa en esquissant un sourire :


- On s'met tous les deux ?

La Teylus allait accepter quand, tout à coup, elle se souvint de la présence d'Elÿa. Elÿa, cette fille qui semblait avoir tant de peine à prononcer quelques simples mots. Elÿa, qui n'avait parlé qu'à elle depuis le début de ce cours. Kloa jeta un coup d'œil dans sa direction et constata que celle-ci se contentait d'observer les autres élèves de ce même air glacial et impassible qui semblait ne jamais la quitter. Réussir à se trouver un partenaire avec cette attitude ne serait pas gagné... La jeune femme réprima un soupir avant d'adresser une moue d'excuse à son ami :

- Désolée, mais je crois que je vais plutôt aller avec Elÿa...

Stepan rejoignit donc le reste des Teylus, qui se tenaient un peu plus loin, apparemment engagés dans une grande discussion pour déterminer qui irait avec qui, et l'apprentie guerrière tourna la tête vers la Kaelem jusqu'à réussir à croiser son regard.

- On se met ensemble ?


Et puis, elle était Frontalière, après tout, pas une vulgaire novice en la matière. Leur combat risquait d'être intéressant.


_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Flamme
Messages : 90
Inscription le : 17/03/2013
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Ven 2 Juin 2017 - 15:37

[HRP : Coucou, j'ai vu ce nouveau cours de combat, je me suis dit que potentiellement je pouvais venir, un peu en retard, mais dans le doute... Si c'est pas possible, j'effacerais mon post promis]

C'était un matin comme tous les matins chez les Kaelems, du bruit, des cris, bref de la turbulence comme on savait si bien faire dans cette maison. Et il y eut l'habituelle tornade du côté de Lyuuna. Beaucoup de personnes se demandaient où elle trouvait cette énergie de si bon matin, mais que voulez-vous, c'est ainsi que les choses sont faites, certaines personnes arrivent à se réveiller facilement avec une pêche démente et y'a les autres. Enfin, dans notre cas, il y a surtout Lyuuna et les autres.
Beaucoup disait qu'il valait toujours mieux faire attention dans les couloirs si la Dessinatrice passait en courant. C'était un véritable courant d'air teinté de rouge. Elle filait en cours, souhaitant être à l'heure, voire parfois en avance pour demander des conseils aux professeurs et aux étudiants studieux.

En ce jour précis, elle avait cours de combat. Alors, après avoir enfilée sa tenue pratique de combat, composée d'une paire de botte en cuir simple, un pantalon en lin blanc cassé, la tunique rouge des Kaelems, le surcot assorti et sa ceinture portant en boucle le blason de l'Académie. On pouvait certes porter l'uniforme réglementaire, mais il manqua franchement de goûts, donc elle avait fait les arrangements nécessaires. Fini le complet en rouge pétant, bonjour un rouge un peu plus foncés et les teintes de couleurs un peu plus neutres. Même si Aziel lui avait permis d'intégrer l'Académie, on peut dire que l'école se portait largement mieux avec Jehan à sa tête.
Maintenant, direction la salle d'arme et au pas de course ! Aussi vite qu'il lui était permis, elle disparut dans les couloirs et escaliers de l'Académie. Et mine de rien, traverser les diverses ailes en courant, ça devenait un véritable entrainement pour les muscles et les réflexes de Lyuuna. Au début, elle percutait un sacré paquet d'étudiants, de professeurs et de serviteurs. Maintenant, ce nombre s'était drastiquement réduit. Cependant, il est vrai qu'il y a dans quelques parties un peu restreintes des risques de collision… Mais, c'était les risques du métier… Non ?
Toujours est-il qu'elle arriva en avance devant la salle d'arme, essoufflé, certes, mais en avance ! Elle salua poliment les rares personnes présentes qu'elle connaissait, Halina, Kloa, Liho et bien d'autre. Après tout, Lyuuna s'attachait facilement aux gens et… Il faut dire qu'on s'attache facilement à Lyuuna... Enfin, quand elle ne parle pas trop, n'est pas trop maladroite et un peu moins dans les nuages.

Elle commença à s'échauffer, doucement, tranquillement, à son rythme. Ce n'était pas une guerrière de la carrure d'Halina ou Kloa, mais elle commençait à se débrouiller avec une épée, ce n'était pas comme si elle avait passé un peu plus d'un an à s'entrainer ! Elle n'était pas une championne, loin de là, mais elle avait progressé c'était certain.
Puis arriva enfin M. Hil'Guidjek. Un grand homme… Un géant même ! Un colosse ! Bref, la Dessinatrice était toujours autant impressionnée par la stature du maître d'arme. C'était à se demander comment il faisait pour passer les portes. Enfin, s'il était là, c'est que le cours allait commencer, la Kaelem rangea l'épée d'entrainement et attendit les instructions.

Les bases. C'était bien, les bases. Lyuuna était forte avec les bases, vu que c'est un peu le gros truc qu'elle avait essayé de maitriser en premier. Donc cela lui plaisait. Bon, elle déchanta un peu quand on lui demanda de prendre un bouclier… Parce que ce n'était pas trop son truc le bouclier lourd qui gênait. Elle préférait utiliser sa petite taille et sa finesse pour esquiver les coups. Mais bon, le maitre à parler… Alors, elle fit en sorte de prendre le bouclier le plus petit et léger, histoire de pouvoir quand même être à l'aise.
La Kaelem se mit assez vite avec quelqu'un qu'elle estimait de son niveau, pour quand même ne pas être dépassé par les brutes qui géraient vachement mieux qu'elle le combat à l'épée et bouclier. Le duo se mit en branle, se faisant des passes. Une, deux. Attaque, parade. Trois, quatre. Contre-attaque, esquive. Lyuuna profitait de son agilité et de sa vitesse pour esquiver, parer et surtout harceler son adversaire. Par-ci, un petit coup au mollet, par là un coup au bras d'arme, trop avancé. Mais on lui rendait bien. De temps en temps, elle réagissait trop lentement, par moment son partenaire avait prévu son esquive. Bref, c'était un bel échange de coup.

Malgré la douleur et l'effort physique dont elle n'était pas friande, elle appréciait l'entrainement. Ainsi elle pouvait voir qu'elle s'était effectivement améliorée. À son entrée dans l'Académie, elle savait vaguement comment tenir une épée. Maintenant, elle tenait son manche fermement et savait comment et où frapper. Le bouclier était vraiment utile, une zone de protection permettait d'offrir moins de zone à toucher. Cela pouvait compenser son poids. Cependant, c'était tout un art de réussir à placer son écu au moment propice. Comme la targe n'était pas aussi grande que la Kaelem, elle devait parfois se baisser ou lever un peu plus haut son bras. Ce qui la fatiguait et avantageait son adversaire.
L'exercice continuait son traintrain, tranquillement. Revoir les bases, c'était plutôt sympa, le problème, c'est quand tu as une bougeotte digne de Lyuuna. Le fait de plus souvent esquiver le coup que le parer fit qu'elle n'arrêtait pas d'aller et venir dans tous les sens. Parfois à l'encontre d'autre groupe. Bien sûr, il fallait que cela arrive, alors qu'elle esquivait le coup de son adversaire, elle se retrouva à prendre un assaut qui ne lui était pas destiné. Comme toutes personnes sensées dans ces cas-là, elle réagit d'instinct pour se protéger. Le problème c'est que l'instinct d'une Dessinatrice se tourne plus souvent dans son Don. Il fusa, rapide et efficace, créant un simple mur d'acier entre l'arme et son visage. Un grand clong retentit, suivit d'une tripoté d'injures de « Est-ce que tout va bien ? » « Qu'est ce qui s'est passé ? » « Qu'est-ce que tu faisais là ? » et compagnie.



-Pardon, pardon, pardon, pardon, pardon. C'est ma faute, je n'ai pas fait attention. Je suis désolée, désolée, désolée. Je ne voulais pas vous interrompre. Je… Je… Je… Je crois que mon partenaire d'entrainement m'attend… Ne vous dérangez pas pour moi, hein, continuez à vous taper dessus, y'a pas de problème… Juste un petit contre-temps… Rien de bien grave hein, pas de blessé, pas de problème non ?

Calme, respire. Cela va bien se passer, va pas y avoir de problème... N'est-ce pas ?



_______________
Arro Skil'Liches / Silind Frandrich / XDieu / Tarus Tal'Oursian / Lyuuna Sil'Celim
avatar

Bois
Messages : 12
Inscription le : 30/04/2017
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Ven 30 Juin 2017 - 1:23

Les couloirs se ressemblent tous, les escaliers c'est encore pire, pourquoi ne donnent-ils pas des cartes de l'Académie ? Pourtant, Gaïa a beau tourner et tourner dans tous les couloirs sans trouver la salle qu'elle recherche, son sourire est toujours affiché sur ses petites lèvres. A côté d'elle, une petite boule de poils court en aboyant aussi fort qu'elle le peut.
L'aequor ne s'est pas réveillée à temps ce matin, comme à son habitude. Une loutre qu'elle est, cette petite blonde. Et ce n'est pas Zoey qui la réveillerait, le petit chiot ronfle comme un raï gras qui aurait des rhumatismes. Du coup, elle est passée en deux minutes par la case douche, s'est jetée dans ses vêtements, à présent humides à cause de sa chevelure trempée. Et maintenant, elle court, à la recherche de la salle d'armes pour son premier cours de combat.

Comment expliquer à quel point Gaïa est excitée à l'idée de voir son nouveau professeur ? A l'idée de rencontrer pleins de combattants trop forts avec qui elle pourra discuter longtemps ? Et peut-être s'en faire des amis pour la vie ?
La thüle ne peut s'empêcher d'en sourire, presque d'en rire. Qu'elle a hâte ! Il serait seulement bien qu'elle trouve la salle... Le temps s'écoule et elle arrivera sûrement en retard à ce rythme.

Soudain, alors qu'elle tourne l'angle d'un couloir, elle manque de rentrer dans quelqu'un. De loin, elle s'excuse alors que ses jambes ne peuvent s'arrêter de courir dans tous les sens. Et là, elle passe devant une immense salle aux portes grandes ouvertes. L'aequor aperçoit des armes sur des trucs en bois, Jared, un de ses grands frères, lui a dit que ça s'appelait des râteliers.
La jeune fille essaye alors de s'arrêter de courir, malheureusement, maladroite comme elle est, ses deux pieds gauches glissent sur le sol, la faisant se retrouver sur le ventre. Pas aussi douloureux qu'elle ne l'aurait cru.
Zoey se jette sur elle alors qu'elle tente de se relever, lui lacère le visage de sa langue rugueuse et pleine de bave.


- Zoey, stoppe ! On va être encore plus en retard si je me relève pas !

La petite thüle se relève, sur les genoux, de ses deux mains prend le petit chiot et le soulève haut dans les airs.

- Bon, c'est l'heure. On va tout péter !

Elle se relève, garde son ami dans ses bras, file droit dans la salle. Et elle s'arrête, droite comme un i. Ses grands yeux tombent sur tous les élèves. Ils semblent tous savoir ce qu'ils font, ils semblent tous prêts à se battre pour apprendre. Et Gaïa ? Son sourire s'est étiré bien plus encore sur son visage.
Et là, devant tous ces visages attentifs, le professeur. La nouvelle aequor trépigne d'impatience de pouvoir lui poser toutes les questions qui se bousculent dans sa tête. Pourtant, à cet instant, elle se fraye simplement un passage parmi les élèves et écoute les consignes du maître d'armes.

Les bases du combat, chouette. Au moins, Gaïa ne se retrouvera pas les quatre fers en l'air toutes les deux secondes. Quoique... Elle entend à peine la suite du discours, bien trop pressée de commencer. Et ses yeux rivés sur les armes installées sûrement à leurs intentions.
Une épée et un bouclier, d'accord. La petite blonde s'apprête à se relever du fond de la salle alors que le maître prononce une phrase qui détruit son célèbre sourire l'espace de quelques secondes.
Un nouveau mort dans son cours ?... Une blague, non ? Ce n'est qu'une façon de parler pour effrayer les nouveaux élèves, n'est-ce pas ? Gaïa prend le parti de cette dernière option.

Un mouvement se met en marche parmi les élèves, ils se mettent en duos, Gaïa s'affole soudain, regardant tous les visages, cherchant quelqu'un avec qui se mettre. Aucun visage qu'elle a rencontré hier. Mais alors qu'elle tourne pour trouver quelqu'un, Zoey s'échappe de ses mains et file, plus rapide que le plus rapide des éclairs. Dans la seconde, sa maitresse se jette à sa suite.


- Zoey, reviens !

Elle le suit quelques secondes et manque de renverser une jeune fille, plutôt grande, de beaux cheveux bruns. Le petit chien s'est arrêté aux pieds de la jeune fille. La petite blonde ramasse son compagnon et se retrouve nez à nez avec la fille. Derrière elle, il y en a une autre. Blonde, elle aussi. Quoiqu'un peu plus foncé qu'elle.
Elle montre alors toutes ses dents dans un large sourire à la combattante face à elle.


- Salut ! Pardon, Zoey s'est échappé de mes mains, il aime bien me faire des farces comme ça, pourtant je lui ai dit d'arrêter parce qu'il court plus vite que moi et que s'il se fait écraser par un cheval, moi je serais très triste. Non, parce qu'une fois, Fergus, mon cheval, il a failli lui marcher dess....

Gaïa se rend compte qu'elle s'emporte. Et s'empourpre instantanément.

- Pardon, je m'emporte... Moi c'est Gaïa ! J'suis nouvelle !


_______________
I know a place that will take you away, your troubles no longer remain from the day, I found a love there it's hard to escape, it cures me at night, but it hurts when I wake ▵ ©endlesslove.
▵ sing it all away ▵
avatar

Acier
Messages : 166
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Mar 4 Juil 2017 - 11:57

Comme elle s'y attendait, Elÿa se débrouillait bien – même si elle aussi semblait peu enthousiaste à l'idée de se battre avec des épées émoussées. Ses coups étaient vifs, rapides, précis, et les « bases du combat » recommandées par Locktar se muèrent bientôt en des attaques de plus en plus élaborées. Les lames résonnaient avec de plus en plus de force sur les boucliers, les respirations se faisaient haletantes, quelques exclamations commençaient à fuser...

Et puis, d'un coup, tout dégénéra. Concentrée sur son adversaire, Kloa para une attaque, riposta à son tour, Elÿa esquiva l'assaut... Une jeune fille blonde surgit alors dans le champ de vision de la Teylus qui, emportée par son élan, ne se déporta pas à temps pour l'éviter, et là...
Un mur. D'acier. Juste devant son nez. Apparu soudainement. Si soudainement que la combattante rentra en plein dedans et, sans comprendre le pourquoi du comment, se retrouva sur les fesses, son épée tombée à ses côtés, tandis qu'un petit attroupement stupéfait se formait autour d'elle. Quelques injures lui échappèrent alors qu'elle se remettait sur ses pieds en se frottant le nez, à la fois perplexe et énervée. Comment un mur avait-il pu jaillir de nulle part, et face à elle en plus ? Par quelle magie...
Ses sourcils se froncèrent. Pas de la magie. Un Dessin. Quelqu'un avait dessiné pour parer son attaque. Mais qui...

Une voix gênée se fit soudain entendre et, tournant la tête, elle reconnut alors la fille blonde, dont le nom lui échappait. Son premier réflexe fut de lui crier dessus, mais celle-ci avait déjà l'air si embarrassée qu'elle se contenta de la fusiller du regard.


- La prochaine fois, essaie plutôt de parer avec ton bouclier. Tu vois, ce gros truc lourd, en bois, que tu tiens à la main ? C'est à ça que ça sert, normalement.

Ce fut donc d'assez mauvaise humeur que Kloa se remit en position pour reprendre son combat contre Elÿa, qui était restée à l'écart pendant l'incident. Sauf que, à l'instant où elle allait donner le premier assaut, une petite boule de poils beiges fusa pour s'arrêter à ses pieds, langue pendante et queue frétillante – et elle sentit ses yeux s'arrondirent. Un chien ? Dans la salle d'armes ? Une fraction de secondes plus tard, une nouvelle élève arrivait à son tour. Encore une blonde. Et visiblement la propriétaire du chien.
Sérieusement, quel genre d'apprenti combattant apportait son animal de compagnie en cours de combat ? Cette séance commençait à virer vraiment au grand n'importe quoi...

Kloa sentait sa patience s'user dangereusement et s'apprêtait à demander à l'élève de s'écarter gentiment pour pouvoir les laisser reprendre leur entraînement si elle ne voulait pas recevoir un coup d'épée perdu lorsque la jeune fille, qui s'était baissée pour prendre le chiot dans ses bras, se redressa et lui fit face avec un grand sourire avant de commencer à parler d'une petite voix flûtée. Une voix qu'elle reconnut aussitôt – presque aussi rapidement que le visage qui se présentait maintenant à elle.
Les immense yeux noisette, le tout petit nez surmonté d'un anneau argenté, la silhouette menue, la peau pâle, l'épaisse chevelure blonde...

Le nom qu'elle leur lança – Gaïa – éclata dans sa mémoire avec la puissance d'une détonation. Dans son sillage, une nuée d'images. Le convoi de la caravane s'ébranlant au fil des chemins poussiéreux, les rires et les plaisanteries des Thüls lors des haltes ou au coin du feu, le soir, les cliquetis des armes, les pas lourds des bœufs et des chevaux...

Elle avait connu le clan Ponderosa durant la dernière année qu'elle avait passée sur les routes, avec son frère et ses parents. Des Thüls avec lesquels sa famille s'était liée d'amitié et qui avaient fini par les accompagner pendant la plupart de leurs déplacements. À l'époque, elle s'était surtout attachée aux frères de la petite Gaïa – Conall, d'abord, qui avait le même âge qu'elle, avec lequel elle se rappelait avoir partagé de mémorables courses à cheval et explorations nocturnes, et les non moins mémorables remontrances qui allaient avec lorsqu'ils se faisaient prendre. Et puis les triplés, Zane, Jared et Leon, qui, avec leur quatre ans supplémentaires et leurs qualités de guerriers qu'elle admirait tant, l'avaient initiée au combat et au maniement des armes...
De Gaïa, elle avait gardé le souvenir d'une petite fille pétillante, bavarde et maladroite, débordant d'une énergie qu'elle n'utilisait pas toujours à bon escient – adorant crier, courir et sauter partout, y compris sur les pieds des gens ou trop près de la marmite de soupe. Une gamine parfois un peu agaçante, mais somme toute assez attachante.


- Gaïa ? Gaïa Ponderosa ?

Ce n'était pas une question. Pas vraiment.
La jeune fille plissa les yeux, étonnée, et Kloa reprit la parole, se décidant à se présenter à son tour. Après tout, deux ans étaient passés, et c'était long, deux ans...


- Tu ne me reconnais pas ? Je suis Kloa, Kloa Rwanda ! Tu sais, la fille des Itinérants...


_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Bois
Messages : 12
Inscription le : 30/04/2017
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Mar 4 Juil 2017 - 13:20

Comment la jolie guerrière connait son nom ? D'instinct, la petite thüle plisse les yeux, cherchant à reconnaître ce visage... Et soudain, des flashs. Beaucoup de flashs. Alors elle lui offre son nom, mais ce n'est plus la peine, elle a trouvé.
Kloa...
Les plaines s'étendent devant ses yeux, les grands chevaux au-dessus de sa tête, la grande caravane d'itinérants, le Clan thül de part et d'autre du convoi... Et les cris de son frère aux côtés de la grande brune, puis, ses triplés à elle, apprenant à une fille comment se battre, alors qu'elle-même, ne pouvait que regarder. Parfois, elle s'invitait pendant leurs entrainements, s'amusant à imiter ses grands frères. Elle revoit les soirées au coin du feu, les chansons thüles qu'elle apprenait à la fille, les danses qu'elle faisait bien trop proche du feu, une main la rattrapant avant de tomber dedans. Elle se souvient de tout, dans les moindres détails. Gaïa se souvient toujours de tout.

Pourquoi ne pas l'avoir reconnue dans la seconde ? Distraite. La thüle possède une mémoire du tonnerre, mais une attention de deux secondes et demi. Un petit défaut contre lequel elle essaye de se battre... En vain.

Sans même un cri de sommation, la petite blonde saute au cou de son amie, laissant son petit chien glisser sur le sol, sourire déformant son visage. Yeux plissés et rire aux lèvres, elle crie sans s'en rendre compte.


- KLOA ! KLOA C'EST TOI ! OH COMME JE SUIS HEUREUSE DE TE VOIR !

L'étreinte dure plusieurs minutes. Deux ans qu'elles ne se sont revues. Deux ans. C'est tellement long ! Gaïa veut profiter de l'avoir dans ses bras un moment, elle se souvient que ce n'est pas trop son truc, les câlins, à Kloa. Et alors que la petite thüle retire ses bras de son amie retrouvée, elle reste plantée face à elle, reprenant Zoey dans ses bras, calme pour une fois, sa petite queue s'agitant dans tous les sens et sa petite tête passant de l'une à l'autre.
Immense sourire dévoilant ses petites dents de lapin, Gaïa ne peut s'empêcher de bouillir de bonheur.


- Bien sûr que je te reconnais ! Tu crois quoi ? Je pourrais jamais t'oublier ! Attend que je dise ça à Zane, Jared et Leon, et surtout à Conall ! Ils vont pas en revenir qu'on se retrouve ici toutes les deux ! Ah par la Dame, je suis.... TELLEMENT CONTENTE !

La petite thüle sautille presque sur place de son petit mètre cinquante, hystérique. Si quelque chose compte plus que n'importe quoi dans l'univers de Gaïa, c'est bien l'amitié et ceux qu'elle aime. Alors imaginez, retrouver, par hasard, une amie qu'elle n'a pas revu depuis deux ans ! Par ha-sard ! Elle ne compte pas la quitter de sitôt. Et son sourire ne désemplira pas.

- Mais mais, qu'est-ce que tu fais ici ? T'es élève ? Ou prof ? Depuis combien de temps tu es là ? C'est tellement bien de se retrouver toutes les deux ici ! On a tellement de choses à se raconter ! Il faut que tu me racontes tout, tu m'as tellement manqué ! On a tellement pensé à toi avec Conall, on voulait venir te voir, mais on savait pas où t'étais. Aaaaah je suis tellement heureuse de te voir !!

Excitée comme une puce... Et là, une seconde à peine plus tard, elle se rappelle sa promesse. Laisse parler les autres. Alors, elle se tait, son regard noisette planté dans celui de Kloa, pétillant de joie, d'excitation. Prête à écouter toute l'histoire de son amie, à s'extasier sur chacune de ses aventures. Le sourire à s'en décrocher la mâchoire.


_______________
I know a place that will take you away, your troubles no longer remain from the day, I found a love there it's hard to escape, it cures me at night, but it hurts when I wake ▵ ©endlesslove.
▵ sing it all away ▵
avatar

Acier
Messages : 166
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Sam 15 Juil 2017 - 12:31

Une tornade qui fuse pour la serrer dans ses bras et des cris qui résonnent soudain dans la salle d'armes. À en décrocher les tympans.

Kloa se souvenait de l'enthousiasme et du dynamisme de la petite blonde, bien sûr. Mais de là à prévoir ça – ce déferlement de joie et d'énergie...
Trop surprise pour réagir, elle ne répondit pas immédiatement à l'étreinte de Gaïa lorsque les bras de la jeune fille se refermèrent sur elle, demeurant raide et immobile. Puis, comme l'embrassement se prolongeait, elle finit par serrer à son tour l'apprentie combattante contre elle dans une accolade gênée et un peu maladroite. Au bout de plusieurs minutes, Gaïa se détacha d'elle et recula de quelques pas, un large sourire barrant son visage. Son regard s'était littéralement illuminé.

Et elle reprit la parole.
Exclamations incrédules, interrogations en cascade... Si elle ne criait plus, sa petite voix aiguë et perçante ne retentissait pas moins puissamment dans la salle d'armes, et la plupart des élèves avaient interrompu leurs exercices pour observer la scène avec des yeux ronds. Du coin de l'œil, Kloa aperçut Locktar froncer les sourcils et amorcer un mouvement dans leur direction, et elle se hâta de lever la main pour interrompre la jeune fille. Par chance, cette dernière avait fini par se taire de son propre chef, se contentant à présent de la dévisager. Les lèvres toujours étirées de son inexpugnable sourire.


- Attends, attends, calme-toi... Je...

Elle se souvint soudain de la présence d'Elÿa. La jeune femme n'avait pas bougé, son épée et son bouclier à la main, et Kloa hésita une fraction de seconde. En toute logique, elle aurait dû reprendre l'entraînement, recommencer leur combat là où il s'était arrêté... Sauf qu'elle connaissait assez Gaïa pour savoir que, tant qu'elle n'obtiendrait pas les réponses à ses questions, elle ne tiendrait pas en place. Et puis, elle aussi était heureuse de la revoir, et avoir des nouvelles de sa famille – de ses frères, surtout – lui ferait indéniablement plaisir...
Elle finit donc par se tourner vers la Kaelem :


- Est-ce que ça te dérangerait de changer de coéquipier, d'intégrer une autre équipe ? Demande à Stepan, par exemple, ça ne devrait pas lui poser de problème si son duo se transforme en trio. Nous on va un peu discuter, et pendant ce temps tu risques de t'ennuyer...

Tandis qu'Elÿa s'exécutait, la Teylus reporta son attention sur la nouvelle guerrière qui, trépignante d'impatience, sautillait sur place. Un sourire se dessina sur son visage.


- Alors, par où commencer... Ça fait deux ans que je suis arrivée à l'Académie, j'suis loin d'être prof mais j'en suis à ma dernière année d'apprentissage, c'est-à-dire que j'appartiens au rang Acier. Toi par exemple,
expliqua-t-elle devant la mine interrogatrice de Gaïa, puisque tu es débutante, tu es une Bois. Il y a ensuite le niveau Fer, intermédiaire, puis enfin Acier.

À cet instant, elle constata que le regard orageux du maître d'armes était posé sur elles – un regard qu'elle connaissait trop bien. Si elles ne se dépêchaient pas d'accomplir l'exercice demandé, il y allait avoir des ennuis en perspective... La jeune femme s'interrompit donc avant de reprendre sur un ton volontairement cassant :


- Mais c'est pas tout, ça, on est en cours ici, pas dans un salon de bavardage. Si t'es d'accord, on peut s'mettre en duo ? T'as bien compris les consignes ? Et comme la petite blonde, armée de sa grande épée et de son gros bouclier, lui sembla soudain un peu perdue, elle proposa en se radoucissant : Tu sais comment on fait pour se mettre en garde ? Attends, si tu veux, je te montre...

Elle se rapprocha afin de lui expliquer la manière dont il fallait se positionner et tenir ses armes. Puis, comme elle se rendait compte que les autres élèves avaient fini par se désintéresser d'elles, que le fracas des coups résonnait de nouveau dans la salle et que Locktar avait cessé de les fixer d'un air sévère pour réprimander vertement un jeune garçon qui avait failli laisser tomber son épée sur ses pieds, elle reprit en baissant la voix :


- Sinon, j'appartiens à la maison Teylus. Et toi, tu es dans quelle maison ? T'es arrivée quand ? Et comment ça s'fait que tu sois venue ici, à l'Académie ?


_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Bois
Messages : 12
Inscription le : 30/04/2017
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   Lun 2 Oct 2017 - 0:29

Les yeux pétillant des retrouvailles, la thüle s'immobilise lorsque Kloa lui demande de se calmer. Pourtant, elle trépigne d'entendre les aventures de son amie, de pouvoir en vivre pleins avec elle, d'apprendre tant de choses avec elle, parce qu'elle en est certaine, Kloa est une grande guerrière. C'est sûr. Elle en a l'allure, elle en a tout. Jusqu'au bout des ongles. Gaïa le sait, elle le sent. C'est comme ça. Comme un instinct. Appelons-le l'instinct de Gaïa. Comme une oreille qui frétille ou un coude qui gratte pour prévenir de quelque chose. Un instinct. Son instinct à elle. Et il lui dit que Kloa est l'une des meilleures, c'est sûr.

La petite blondinette n'a d'yeux que pour son amie retrouvée. Elle reste plantée là, devant elle, attendant d'obtenir ses réponses, restant dans ce simple plaisir de la revoir enfin, après tant d'années.
Seulement, la combattante finit par se tourner vers l'autre blonde dont Gaïa avait totalement oublié l'existence. La teylus demande alors à l'autre fille si ça la dérangerait de changer de coéquipier. La fille ne semble pas vexée ou quoique ce soit d'autre, la petite thüle ne le remarque même pas. Obnubilée par son amie, les yeux explosifs d'une joie sans nom. C'est à peine si elle remarque l'autre blonde s'éloigner d'elles, rejoindre un autre groupe. Laissant les deux amies seules.

Et Gaïa ne peut s'empêcher de sautiller presque sur place, passant d'une jambe à l'autre si vite, équilibriste née. Enfin, presque. En temps normal, rester plus de quelques minutes sur la même jambe lui est impossible. La maladroite se retrouve instantanément sur les fesses. C'est pour cette raison évidente qu'elle sautille sur ses deux jambes. Impatiente de reprendre leur conversation trépidante.
Et lorsque Kloa se retourne vers elle, reposant son attention sur son amie, cette dernière ne peut s'empêcher de sourire de ses deux petites dents de lapin. Surtout lorsqu'un sourire se dessine sur le visage de son amie. C'est l'apothéose.
Et elle commence par lui raconter. Suspendue à ses lèvres, la thüle ne voit qu'elle.
Deux ans qu'elle est là. Elle est en dernière année, elle n'est pas professeur. Rang acier. Qu'est-ce que c'est ? Le rang bois... fer... Des termes qui font naître une incompréhension sur le visage de Gaïa, incompréhension bien vite captée par la teylus qui lui explique de quoi il s'agit. Tout ce qu'elle retient est que ces rangs ont des noms rigolos. Et que Kloa est toujours si sérieuse. Et toujours si jolie. Et toujours si chouette.

Et elle ne remarque pas les gros yeux du maître d'armes, fixés sur elles. Et lorsque Kloa change soudainement d'attitude, elle ne comprend pas. Son ton devient cassant, presque méchant. Le petit coeur de Gaïa tressaute et son sourire s'efface instantanément. Pourquoi est-elle méchante ? Qu'a-t-elle donc fait pour que sa Kloa lui en veuille ? Et en tournant la tête, elle croise le regard du vieux type qui semble être le maître d'armes. Parce qu'il est le plus âgé, donc c'est logique. Non ?

Alors, elle secoue de la tête pour Kloa.


- Euh, oui, j'crois qu'j'ai compris les consignes.

Parce qu'elle n'est pas douée d'une écoute attentive. Alors elle croit seulement avoir compris les consignes. Au pire, on la reprendra et elle comprendra. Pour l'instant, elle ne veut que rester avec son amie, et apprendre à devenir une véritable guerrière thüle pour suivre les convois et protéger les autres avec une hache. Ou une épée si jamais c'est trop lourd. Parce qu'elle le sait, elle n'a pas beaucoup de force. Voir pas du tout.
Donc, elle ne comprend pas trop. Perdue derrière son gros bouclier et sa grande épée. On peut pas en faire à sa taille ? Il y en a sûrement, mais la thüle n'a pas regardé. Et elle en oublie d'aller vérifier. Faut dire qu'elle s'y connait davantage en aiguilles qu'en épées.
Le visage de son amie se radoucit soudainement, provoquant le retour du sourire habituel de Gaïa.


- Non, je sais pas ! Enfin, Conall m'a montré, mais j'suis pas très bonne élève avec lui... Enfin, tu le sais.

Elle lui sourit, prête à écouter, pour une fois. La teylus se rapproche de Gaïa, lui explique gentiment comment se positionner, comment tenir son bouclier, comment orienter son épée. La thüle est sur un nuage. Elle en oublie les questions avec lesquelles elle a bien failli assommer Kloa quelques minutes plus tôt, s'émerveille devant ces nouvelles choses. Et pour une fois, elle écoute attentivement, tirant sa langue de concentration. Passionnée. Le fracas des exercices résonnent à nouveau dans la salle d'armes, l'aequor ne s'en rend pas compte. Elle est sur un nuage.
Et elle perçoit, discrète, cette voix recommencer à parler. Celle de Kloa. Elle relève son attention alors posée sur cette nouvelle position qu'elle essaye difficilement de mémoriser, pour la fixer sur le visage de son amie. Elle lui sourit.


- Trop chouette, moi j'suis chez les aequors ! Elle doit être trop bien la maison teylus si tu y es ! Et les autres, les kaelems, c'est ça ? J'ai envie de les rencontrer, ils doivent être trop sympa, non ?

L'enthousiasme de Gaïa perdure, inlassable. Et concentrée sur sa position, elle continue de répondre aux questions de son amie.

- On est arrivées ici y a deux jours... C'est comme ça ? Je le fais bien ?...

La thüle se concentre pour ne pas tomber sous le poids des armes. Reprend le cours de ses pensées.

- Ah oui, parce que j'suis pas venue toute seule, j'suis venue avec ma cousine, tu sais, Ruby, j't'en ai parlé, elle est trop cool, c'est ma meilleure amie, elle veut devenir fauconnière, j'suis sûre qu'elle sera la meilleure !

L'aequor essaye de faire un pas en avant, comme elle avait tant de fois vu ses frères le faire.

- Bah c'est un gars, dans une caravane, enfaite, avec Ruby, on a fait un gros voyage avec mon papa et mes frères, en escortant une caravane, et là, un type nous a parlé de l'Académie, et du coup, on y a beauuuucoup réfléchi, et là, on s'est dit qu'on voulait partir et tenter notre chance. J'ai un peu poussé Ruby, parce qu'elle hésitait. Mais j'savais qu'elle devait le faire, c'était plus important pour elle. Du coup, nous voilà ! Et puis j'ai aussi vouLU... Aïe...

BOUM. La thüle se retrouve sur ses fesses, équilibre perdu. Qu'est-ce que j'vous disais ? Et la petite rit doucement, les yeux à demi plissés, son petit nez surmonté d'un anneau se tortillant dans tous les sens.

- J'crois qu'il faut que j'm'entraine un peu pour tenir debout ou que j'change de trucs, sont lourds ceux-là !

Elle laisse le bouclier au sol, essaye de se relever, finit par y laisser l'épée à son tour. Et tout en se massant les fesses – le sol est étonnement dur – elle sourit à son amie.

- J'crois qu'il va me falloir des cours personnalisés, en commençant par un petit cours d'anti-maladresse.

Elle rit, heureuse de sa petite boutade. Après tout, elle est réputée pour ça. Sa maladresse.

- Tu fais comment déjà ? Tu crois que tu pourrais m'aider à trouver des armes qui sont moins lourdes pour moi ?... S'il te plait ?


_______________
I know a place that will take you away, your troubles no longer remain from the day, I found a love there it's hard to escape, it cures me at night, but it hurts when I wake ▵ ©endlesslove.
▵ sing it all away ▵
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]   



 
Et c'est reparti pour se taper dessus joyeusement en tout légalité [cours de combat]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» SOS POUR UN BOXER DE 6 ANS TOUT SEUL DANS UN PAVILLON DANS L
» sarattie;; ? et c'est reparti pour l'échange de salive ?
» Proposition pour aller taper un roux
» Et c'est reparti pour un tour ! | Apprenti => Crèp
» PISTON BLOQUE SUR F2M315

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Aile ouest de l'Académie :: Le rez-de-chaussée :: La salle d'armes-