Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteThe last one
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 The last one

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 29


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: The last one   Mar 5 Mai 2015 - 19:38

Larmes torrentielles orageuses,
Responsabilités écartées,
Culpabilité.

Oui, Kirfdéin se sentait coupable. Plus ils approchaient de la capitale et plus sa culpabilité augmentait. Ils étaient pourtant encore loin d'Al-Jeit mais le marchombre ne pouvait s'empêcher à ce qu'il avait décidé de faire. Abandonner Dylan. Il n'y avait pas d'autres mots.


*********

Les deux marchombres avaient empruntés des montures dans les écuries de l'académie et ils avaient entamés leur progression vers Al-Jeit. Lentement mais sûrement. Ils n'avaient que deux chevaux, qui n'étaient pas de toute jeunesse. Kirfdéin ne voulait pas qu'ils les lâchent avant d'avoir terminé leur long voyage. Le maître marchombre avait opté pour le voyage par la terre même si un bateau aurait été plus rapide. A cheval, au moins, ils étaient maîtres de leur progression et surtout ils étaient libre de leurs mouvements. Et par cela, Kirfdéin entendait bien sûr, libre de faire des cours.

Et c'était ce qu'ils faisaient. Chaque soir. Même si la plupart du temps, le cours en question se limitait à faire ensemble la gestuelle marchombre.

Le voyage avait également un pouvoir sur Kirfdéin. Il avait l'impression d'être revenu dans un passé pas si lointain que ça. Quand il était lui-même un apprenti partant vers son Ahn-Ju. Ils avaient pris le même chemin à l'époque. La seule différence, c'était qu'ils étaient trois. Clarysse, Lya et lui. A l'époque, Elera l'avait déjà abandonné. Dylan aurait-elle été dans le même état que lui à l'époque s'il l'avait prévenu de ses projets avant de quitter l'académie?

Ce soir-là, il s'arrêtèrent en lisière de la forêt de Barail. Encore une source de souvenirs pour Kirfdéin. Toute son enfance s'était passée dans cette forêt. Il avait vécu tellement de choses depuis qu'il était partit. S'il avait le pouvoir de modifier le passé, il ne savait même pas s'il changera tout ça. Son père était mort, certes, il aimerait tellement changer cela mais tout ce qui avait découlé de cela n'était pas forcément mauvais. Il avait rencontré tant de mondes. Des personnes qui comptaient beaucoup pour lui à présent. Des amis. Dylan, Halina. Surtout Halina... Comment pourrait-il modifier le passé en sachant qu'une action pouvait ne pas faire croiser leur chemin?

Pour une fois, ils restèrent silencieux. Seul le feu crépitait alors que la nuit descendait.

Soudain, Kirfdéin entendit un léger bruit, à peine perceptible. Le maître tourna le regard vers Dylan qui ne semblait pas avoir réagit. L'élève avait-elle entendu? L'avait-elle simplement associé à un bruit normal de la forêt? Non, ce n'était pas le cas. Kirfdéin connaissait cette forêt et les bruits qui lui étaient associées. Il n'était pas revenu depuis longtemps mais la nature ne changeait jamais vraiment. Non, ce bruit n'était pas normal.

- Dylan, je crois avoir entendu quelque chose. Je pars devant. Je laisserais quelque trace. Ton cours de ce soir sera de les trouver et de me rejoindre.

Ce n'était pas vraiment un cours mais il voulait vraiment savoir d'où venait ce bruit. De la forêt sans aucun doute mais Barail était grande. Il partit devant.

c'est une honte de t'offrir un tel post mais je ne peux pas mieux faire.... je suis franchement désolé... Rassure toi, tu n'auras bientôt plus à me supporter


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 111
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 20


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The last one   Ven 26 Juin 2015 - 10:25

Le feu crépitait doucement, comme en écho aux pensées songeuses de Dylan. Tout autour d'eux, la nuit descendait insensiblement, prenant leurs couleurs aux choses et aux êtres. Seules les flammes du foyer continuaient à projeter un éclat diffus sur leur modeste campement tandis que le ciel, pas encore tout à fait noir, se piquetait peu à peu d'étoiles. À quelques pas de là, elle entendit Flocon de Soie s'ébrouer et ne put s'empêcher d'esquisser un sourire.

Ils étaient partis quelques jours plus tôt et, depuis leur départ, la jeune fille se sentait revivre. L'atmosphère de l'Académie l'oppressait, à présent, et elle avait accueilli ce voyage avec un mélange de gratitude et d'enthousiasme – enthousiasme qui avait parfaitement reflété l'excitation de sa monture, qui piaffait de joie à l'idée de quitter enfin les écuries. Certes, le cheval qu'avait emprunté Kirfdéin, qui n'était plus de la première jeunesse, ralentissait leur route et les empêchait d'aller aussi vite qu'ils l'auraient souhaité. Mais, plus que la rapidité, c'était le changement  qui enivrait l'apprentie marchombre. Elle qui avait toujours été cantonnée dans le nord de l'Empire, et dont le voyage le plus au sud avait consisté en une brève excursion sur la source du Gour, dans les Montagnes de l'Est, avec son père, découvrait avec plaisir les nouveaux lieux et paysages qui s'offraient à elle. Après avoir chevauché parallèlement au Pollimage sur la Plaine de Shaal et les Plateaux d'Astariul, ils avaient ensuite bifurqué afin de traverser l'Ombre un peu avant Tintiane et Al-Far. Cela leur faisait faire un léger détour, mais son maître tenait visiblement à la mener à l'entrée du pays Faël. Et c'était à présent ici qu'ils se trouvaient, à la lisière de la forêt de Baraïl, où ils passeraient la nuit avant de reprendre leur chemin jusqu'à Al-Jeit.

Al-Jeit. À cette pensée, Dylan ressentit cette brève bouffée d'angoisse et d'incertitude, à présent familière, qui l'étreignait chaque fois qu'elle songeait à ce qui l'attendait là-bas. Sur le chemin, elle avait bien entendu interrogé Kirfdéin, lui posant des questions sur son déroulement – la nature exacte de cet événement et les conséquences qui en résulteraient. Cependant, il s'était montré assez vague, et elle ne pouvait empêcher son estomac de se contracter à cette idée, comme si une boule de nœuds avait soudain pris possession de ses intestins. Ce n'étaient pas tant les épreuves qu'elle devrait affronter qui la troublaient, mais la manière dont tout cela s'était enchaîné. Son maître la disait prête, mais comment avait-il pu véritablement en juger le jour-même de son retour ? Elle avait peut-être progressé seule, mais son apprentissage ne consistait-il justement pas en un échange entre guide et élève ? Elle avait beau y réfléchir, le soir, avant de s'endormir, ou bien le matin en préparant Flocon de Soie, le problème lui paraissait insoluble. Elle avait bien entendu une confiance presque aveugle envers Kirfdéin – mais, dans ce cas, pourquoi ce désagréable picotement au creux de sa gorge, pourquoi ce frisson d'inquiétude qui remontait le long de sa colonne vertébrale lorsqu'elle y songeait ?

Plongée dans ses pensées, Dylan sursauta presque quand la voix de son maître vint interrompre la torpeur qui, peu à peu, s'emparait d'elle. Entendu quelque chose ? Elle devait décidément renforcer sa vigilance. Acquiesçant aux dernières paroles du jeune homme, la Kaelem le suivit d'un regard songeur tandis qu'il se levait pour s'enfoncer silencieusement entre les arbres. Il était vraiment dommage que, pour ce cours qui sortait de l'ordinaire, elle se sente si fatiguée – une fois n'est pas coutume, elle se serait largement contentée de la gestuelle marchombre. La jeune femme acheva son repas puis elle se redressa à son tour en réprimant un bâillement. Flocon de Soie, percevant ses mouvements, renâcla, et elle se dirigea vers les deux chevaux afin de s'assurer qu'ils ne manquaient de rien. Elle rangea ensuite les restes de leur dîner, dissimulant leurs affaires tant bien que mal au cas, bien qu'improbable, où un intrus serait arrivé sur les lieux de leur campement, mais décida de ne pas éteindre le feu – si elle se perdait, cela lui ferait toujours un point de repère. Enfin, elle choisit deux poignards parmi les armes apportées par Kirfdéin, se séparant à regret de son sabre qui serait moins utile que gênant au milieu des arbres, et attacha rapidement ses cheveux. Elle était prête.

Les premières traces furent plutôt aisées à trouver. Au fur et à mesure que sa vision s'adaptait à la pénombre, Dylan remarqua une trace sur une écorce, une branche cassée, un caillou négligemment jeté en travers d'un sentier à peine tracé qu'elle perdit bientôt, un peu de mousse arrachée, une emprunte de pas dans la boue. Puis les indices se firent plus rares, plus discrets aussi, et elle dut rebrousser chemin à plusieurs reprises après avoir par exemple constaté que cette feuille en forme de flèche n'avait visiblement pas été posée là par son maître, ou que ce buisson écrasé devait plutôt l'avoir été par un animal sauvage. Cependant, plus le temps passait et plus elle s'interrogeait. Jusqu'où avait été Kirfdéin ? N'était-elle pas en train de s'éloigner de lui en croyant le rejoindre ? Aurait-elle été capable de retrouver la route du campement ? Les bruits de la nuit se mêlaient à ceux de la forêt et, plus d'une fois, elle se figea en entendant les feuillages remuer au-dessus de sa tête, redoutant la présence d'un ours élastique là où ne se trouvait vraisemblablement que quelque rapace nocturne. Malgré tout, elle se familiarisait progressivement avec les sons qui l'environnaient, se servant à présent plus de son ouïe que de sa vue pour avancer.

Et comprit alors comment, un peu plus tôt dans la soirée, son maître avait réussi à percevoir un bruit étrange là où elle-même n'entendait que les bruissements de la forêt.

La jeune marchombre venait de traverser une minuscule rigole lorsque le son lui parvint. Infime. Inattendu. Différent de tout ce qui était parvenu à ses oreilles jusque là. Dylan s'immobilisa, sur le qui-vive. Encore plus attentive qu'elle ne l'avait été jusqu'alors. Silence. Et puis... de nouveau. Le doute n'était plus permis.

Elle se remit en marche, tous ses sens en éveil. Le bruit ne se manifesta pas une troisième fois, mais elle était pratiquement certaine de la direction dont il était venu. Se glissant souplement sous une branche basse, elle allait poser le pied sur un tapis d'humus lorsqu'une sorte de sixième sens la fit se plaquer derrière un arbre, le cœur battant. L'apprentie s'efforça de calmer sa respiration avant de se résoudre à lancer un coup d'œil au-delà du tronc. Et sa main, presque inconsciemment, se crispa sur la manche de l'un des poignards.

Devant elle – toute proche. Une silhouette. Obscure. Mais qu'elle aurait été incapable de rattacher à Kirfdéin avec certitude.


[J'édite bien sûr au moindre souci ! ]


_______________
La terre est aujourd'hui comme un radeau qui sombre...
 
The last one
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Autres contrées de l'Autre Monde :: Le Pays Faël :: La Forêt de Baraïl-