Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteRetour sur événement [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Retour sur événement [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 568
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Retour sur événement [Terminé]   Lun 20 Avr 2015 - 15:00

Halina se préparait à ce nouveau round. Elle réfléchissait à ce qu’elle allait faire. Non non, elle ne se préparait pas pour un combat mais bien pour revoir Dylan. La jeune marchombre élève de Kirfdéin. Une Kaelem qui avait l’air sympa si on ne lui avait pas fait une crise de jalousie en l’accusant d’être la maitresse du maître marchombre. Bon, Halina lui avait quand même sauvé la vie après cette crise en plongeant pour la récupérer dans la rivière. Mais depuis ce jour-là, elles se regardaient avec un air noir et maussade et n’avaient pas réussi à mettre leur situation au clair. Elles ne se parlaient uniquement lorsque c’était nécessaire en cours par exemple. Pas plus et pas moins. Oh, il n’y avait pas vraiment de mauvaise volonté entre elles mais aucune des deux ne voulait faire le premier pas vers l’autre. La guerrière ne savait vraiment pas comment la rencontre allait se passer. Mais elle avait besoin de lui parler seule à seule. Elle n’en pouvait plus de cette tension qui l’environnait.
 

Elle lui devait bien des excuses pour la scène qu’elle lui avait faite quelques semaines plus tôt. Sa réaction avait été complètement disproportionnée avec le recul. Mais bon, sur le coup elle ne pouvait pas réagir autrement puisqu’elle ne savait rien sur la relation entre un élève et un maître marchombre. Elle ne connaissait pas cette habitude étrange qu’ils avaient de se baigner dans des rivières, à moitié nus. Mais Ichel l’avait rassurée à ce sujet en lui disant qu’elle le faisait aussi avec son maître sans qu’il ne se passe rien de tendancieux entre eux. C’était quand même bien d’avoir une marchombre comme meilleure amie pour comprendre ce genre de situation, parce que sinon, elle aurait passé des semaines à ruminer dans son coin et à en vouloir au monde entier d’avoir un aimé qui la trompait.  Bon, là elle ruminait quand même mais elle comprenait mieux ce que Kirfdéin avait tenté de lui expliquer lors de sa crise.
 

Du coup, elle lui avait donné rendez-vous sur le lieu de la crise afin qu’elles puissent s’expliquer, de jour et surtout, habillées. Elles devaient mettre cette situation au clair afin d’éviter que cette froideur continue de régner entre elles. Et surtout Halina devait se faire pardonner d’avoir sur-réagi quelques semaines plus tôt. La guerrière avait attendue d’être de retour de son voyage où elle avait pu réfléchir à sa situation et à comment la changer. Le moment était bien choisi pour parler avec la Kaelem puisque la vie à l’Académie avait repris son cours normal. Il n’y avait rien d’autre pour lequel s’inquiéter. Du coup Halina avait beaucoup penser à cette situation ces derniers jours. Elle voulait régler ça au plus tôt.
 

La guerrière parvint enfin sur le lieu du rendez-vous, un peu en avance. Elle s’assit sur un rocher à côté de la rivière, tenta de se détendre tout en réfléchissant à ce qu’elle voulait dire. Même si elle savait très bien qu’une fois dans la discussion, elle oublierait tout et devrait improviser comme d’habitude. Mais bon, ça la calmait d’y penser. Elle soupira en époussetant une miette sur son pantalon de toile. Impatiente, elle finit par se lever et par faire les cents pas devant son rocher. Soudain, elle entendit un toussotement derrière elle, Dylan était arrivée très silencieusement et se tenait là. Halina esquissa un court sourire en la saluant :
 

-Salut…

 
La marchombre n’avait pas l’air d’être contente d’être là. Bon, elle aurait pu refuser la proposition d’Halina et ne pas venir au rendez-vous donc c’était bien qu’elle avait aussi envie que les choses changent. Enfin, la Teylus se rassurait comme ça. En vérité, elle ne savait pas du tout dans quel état d’esprit était son interlocutrice. Peut-être était-elle en colère contre elle, vraiment en colère et qu’elle allait lui sauter dessus pour la frapper… Non, pas possible, de toute façon, tout le monde savait que la jeune femme était Acier et qu’il ne fallait pas trop s’y frotter puisqu’elle était maintenant en dernière année. Dans le doute, Halina se mit à parler en première. Elle avait peur de perdre son courage si l’autre se mettait à l’engueuler :
 

-Avant que tu dises quoi que ce soit, je suis vraiment désolée pour toutes les choses méchantes que je t’ai dites la dernier fois qu’on s’est vu ici, je n’aurai pas du…


Elle se crispa un peu. Elle avait peur de connaître la réponse de la jeune femme en face d’elle. Bon, elle ne pensait pas être pardonnée juste en s’excusant mais bon, elle était celle qui faisait le premier pas en plus proposant un rendez-vous et en exprimant ses regrets. Elle attendit donc le verdict de Dylan. 


[Enfiiin la confrontation ! J'espère que ça te va !  ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   Jeu 25 Juin 2015 - 17:55

Le poignard tournoya, fendant l'air dans un chuintement feutré. Le sifflement s'intensifia, la lame prit de la vitesse... pour venir se ficher dans le sol. À quelques centimètres de l'arbre qu'elle avait pris pour cible.

Raté. Ou, plutôt, encore raté.

La jeune fille souffla de rage avant de sauter de la pierre plate sur laquelle elle s'était installée. Elle était arrivée une petite vingtaine de minutes plus tôt, résolue à s'entraîner au lancer de poignard de la main gauche, elle qui avait toujours été une fervente droitière, que ce fût pour manger, pour combattre ou pour écrire. Mais il lui fallait se rendre à l'évidence : elle ne parviendrait à rien aujourd'hui. Inutile de s'entêter, elle était bien trop tendue pour réussir à se concentrer.

Tout en prenant le chemin de l'Académie, elle se demanda pour la millionième fois pourquoi elle avait accepté ce rendez-vous. Certes, elle avait envie que les choses changent. Bien sûr, elle tenait à ce que leurs relations s'améliorent. Mais n'était-ce pas perdu d'avance ? Oh, elle ne doutait pas des intentions de Halina. Après tout, c'était elle qui avait proposé la discussion et elle paraissait vraiment regretter son comportement ou, du moins, désirer clarifier la situation. Et puis, c'était une amie d'Ichel, ce qui ne lui permettait pas de suspecter sa sincérité. En fait, le problème venait plutôt d'elle-même. Comment venir à bout de sa rancune, de sa colère, de son amertume ?

Après avoir déposé les deux poignards qu'elle avait empruntés dans la salle d'armes, Dylan fit demi-tour. Elle était en retard mais, contrairement à ce qu'elle aurait fait en temps normal, dédaigna les écuries pour se hâter à pied en direction du portail qui marquait l'entrée de l'enceinte de l'Académie. Marcher lui avait toujours permis de se clarifier les idées et, depuis le retour de Jehan, elle profitait plus que jamais de ces nouvelles libertés. Comme le fait de ne plus être obligée de porter l'uniforme, par exemple. La Kaelem n'avait jamais été aussi heureuse de s'habiller depuis qu'elle était arrivée à l'Académie.

Ce fut avec un mélange de nostalgie et d'appréhension qu'elle revit les lieux qu'elle s'était efforcée d'éviter depuis des semaines. Pourtant, elle constata avec étonnement que le souvenir de cet ultime cours était demeuré étrangement vivace dans son esprit. Comme si ses essais pour occulter cet épisode de sa vie n'avaient abouti qu'à l'effet inverse. Elle se remémora la nuit vibrante de promesses et la chaleur de Flocon de Soie qu'elle avait installé dans cette cabane de bûcherons que l'on pouvait deviner, là-bas, à l'orée de la forêt, entre ces bouleaux blancs. Le sentier qu'elle emprunta lui sembla plus court que dans ses souvenirs et, lorsque ses yeux se posèrent sur le gros rocher rond où elle avait attendu Kirfdéin, elle se rappela le vent qui chantait, l'oiseau qui dansait. Puis elle se retourna. La montagne lui faisait face, et ce fut sans marquer la moindre hésitation qu'elle attrapa une prise du bout des doigts. Son pied se hissa à sa suite, sans aucune difficulté, comme si son corps avait lui aussi gardé la mémoire de cette ascension. Pourtant, elle savait que c'était complètement absurde – comment un corps aurait-il été capable d'enregistrer les détails d'une escalade qu'elle n'avait accomplie qu'une fois ?

Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua qu'elle se trouvait au sommet que grâce à une bourrasque particulièrement violente qui l'arracha à ses souvenirs. Sans accorder la moindre attention au panorama qui l'avait tant bouleversée, la fois précédente, la jeune femme se redressa lentement, cherchant presque inconsciemment une silhouette du regard – et, d'ailleurs, qui attendait-elle réellement, Halina ou le spectre de Kirfdéin ? Elle fit quelques pas mal assurés, indécise pour la première fois depuis qu'elle était arrivée ici. Elle avait peur, soudain, peur de ce qui allait se dire – et de ce qui allait se taire.

Ce fut le vacarme du torrent qui la guida. L'atmosphère se rafraîchit et quand, de loin, elle aperçut Halina en train de faire les cent pas, elle ne put empêcher son visage de s'assombrir insensiblement. Ralentissant le pas, Dylan s'immobilisa à quelques mètres de la Teylus avant de signaler sa présence d'un petit toussotement. De toute évidence, celle-ci ne l'avait pas entendue arriver, mais un sourire timide remplaça bientôt l'expression surprise qui s'était peinte sur ses traits. Après lui avoir adressé un salut hésitant – salut auquel la marchombre ne répondit pas – elle se hâta de prendre la parole, comme si elle craignait d'être interrompue ou prise de court par son interlocutrice – ce qui était bien mal la connaître. Jamais cette dernière n'aurait entamé une conversation de son plein gré avec une personne dont elle ignorait à peu près tout et qu'elle n'appréciait pas vraiment  – et en particulier une conversation à laquelle elle participait à contre-cœur et qui risquait à tout moment de dégénérer en affrontement... verbal, au moins. Sans compter qu'elle aurait été bien en peine de savoir comment engager la discussion.

Par chance, la guerrière paraissait y avoir réfléchi. Et, du même coup, dispensa la Kaelem de songer à une réponse à peu près correcte et constructive. Car sa réaction fut pratiquement immédiate, même si elle ne se révéla sans doute pas être celle que Halina attendait.

Toute cette attente, cette mise en scène, toutes ces questions... pour s'entendre dire qu'elle regrettait de s'être comportée comme une hystérique ? Qu'elle avait peut-être un peu exagéré en les agressant de la sorte, son maître et elle ? Qu'elle avait eu des paroles injustes et... comment les appelait-elle, déjà... méchantes ? Qu'elle était...


- Désolée ? Incrédule, elle secoua la tête. Alors comme ça, tu m'as fait faire tout ce trajet, tu m'as fait gravir toute cette montagne, tu m'as fait revivre tout ça – elle cracha presque le mot – pour m'annoncer que tu es désolée ?

De sombre, sa voix devint glacée – comme en contraste avec la chaleur, non, la brûlure qu'elle ressentait soudain. Désolée. Comme si cela pouvait améliorer quoique ce soit.


- Et tu peux me dire ce que ça va changer, que tu sois désolée ? Tu crois qu'un simple mot va nous faire revenir en arrière ou vas effacer tout ce que tu – elle insista sur ce terme – as fait ? Tu penses que c'est ça qui va faire revenir Kirfdéin ? Que maintenant que tu t'es confessée, tout va redevenir comme avant, et qu'on va pouvoir se fréquenter comme si rien ne s'était jamais passé ?

Sa voix se brisa et elle dut s'interrompre – curieux mélange de rage et de tristesse, de ressentiment et de lassitude. Comme un crescendo s'achevant sur une cadence mineure. Un instant, elle détourna le regard, laissant ses yeux se fondre parmi aux remous de la cataracte – elle se revoyait, debout, attachée à son maître, luttant contre le courant et contre elle-même – et fut tentée de tourner les talons. Tout laisser tomber. Définitivement. Mais le bruit de la cascade envahit alors son esprit, ravivant sa fureur.


- Tu ne comprends vraiment rien. À quoi t'attendais-tu, exactement ? À ce que j'éclate en sanglots ? Te tombe dans les bras ? Ou applaudisse à cette belle démonstration d'humilité ? Tu ne vois pas que je n'en ai rien à faire, que tu sois désolée ou non ? Que tu ne peux pas t'en tirer avec de simples excuses, ou bien un geste héroïque, comme la dernière fois ? Que rien de tout ça n'est suffisant ?

Elle le savait, qu'elle n'aurait pas dû venir. Cela ne servait à rien, de toute façon, puisque le mal était fait.

- C'est trop tard, maintenant, tu comprends ? Trop tard ! Parce qu'on ne peut pas tout racheter. Et qu'il y a certaines choses qui n'ont pas de prix et qui, quand elles s'en vont, ne peuvent pas être rattrapées.

Même si les deux apprenties parvenaient à mettre leurs différends de côté, même si Kirfdéin reprenait ses cours. Rien ne serait plus jamais pareil. Elle ne serait plus jamais pareil.

- Mais ça, tu es trop bornée pour le réaliser, n'est-ce pas ? Tu as pu crier à ta guise l'autre fois, m'insulter et insulter mon maître
– la gradation était perceptible – nous traiter comme les derniers des Raïs et, maintenant, tu souhaiterais que je t'écoute sans sourciller, sans même élever la voix, trop heureuse que tu daignes faire la paix avec moi ?

Et, pour la première fois peut-être, elle prenait conscience à quel point les accusations de la jeune femme l'avait blessée dans son honneur et son amour-propre – à quel point son sang de Frontalière bouillonnait encore sous ses manières impassibles et ses vêtements de cuir.

- Alors, oui, tu t'es conduite comme la pire des harpies, vis-à-vis de moi mais surtout vis-à-vis de lui, et ça je ne pourrai jamais l'oublier. Comme je ne parviendrai sans doute jamais à remplacer cette première image que j'ai eu de toi et...


Pourquoi ne ressentait-elle aucun soulagement alors qu'elle avait enfin l'occasion de vider son cœur, de cracher sa hargne au visage de la combattante ? Le souffle court, elle s'interrompit, prenant peu à peu conscience des phrases qu'elle venait de prononcer. Et ne réalisant qu'elle avait crispé les poings qu'au moment où elle les desserra, l'un après l'autre. Tout à coup, elle avait froid.

- Pardon.


Même si elle avait pensé chacune des paroles qu'elle lui avait jetées, elle comprenait à présent qu'elle n'aurait peut-être pas dû aller aussi loin. Mais la rancœur avait brisé la glace, libérant le flot de mots et de sentiments qu'elle avait pris soin d'y cantonner.

- Je voulais simplement dire...

La jeune fille respira profondément, s'efforçant de juguler le tourbillon d'émotions qui s'agitaient encore en elle.

- Je ne veux pas de tes excuses. Elles ne m'intéressent pas.

Relevant la tête, elle planta ses yeux dans ceux de son interlocutrice, dans lesquels se lisait une sorte de... perplexité ?

- En fait, si je suis venue, c'est avant tout pour des explications. De ta part, de la mienne. Sur... tout ça.

Ponctuant sa phrase d'un large mouvement du bras, elle conclut, avec une faille imperceptible au fond du regard :

- Et toi aussi, c'est ce que tu cherches, non ? Sinon, tu ne m'aurais pas donné rendez-vous... ici.

On ne refait pas le passé. Mais, si on s'y prend bien, il est peut-être possible de façonner le futur ?


[J'espère vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment que ça t'ira... Pour me faire pardonner de mon retard I love you ]


_______________
La terre est aujourd'hui comme un radeau qui sombre...
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 568
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   Mar 14 Juil 2015 - 22:12

Halina accusa le coup. Ou plutôt les coups. Chaque phrase était une lame qui s’enfonçait en elle. Chaque insulte la heurtait de plein fouet. Chaque reproche était une flèche qui touchait sa cible. Elle prit l’ensemble en pleine face. Elle reçut tellement de coups qu’elle cessa de les compter. Elle eut l’impression d’avoir mal jusqu’au plus profond de son âme. La douleur lui vrillait les entrailles. Si elle n’avait pas été aussi fière et crispée, elle se serait pliée en deux. De douleur, de peine, de regrets mais aussi de colère. La guerrière de dernière année qui souhaitait entrer dans la Légion Noir se prenait une raclée par une jeune fille. Et elle laissait son adversaire la démonter sans réagir. Elle se contentait d’encaisser le choc comme elle le pouvait. Sans parvenir à réagir. C’était comme un mauvais rêve où l’on subissait les événements sans pouvoir réagir. Elle était trop sonnée après l’impact de la première accusation pour pouvoir réfléchir clairement. Elle serrait les lèvres et les poings. C’était humiliant. C’était douloureux. C’était mérité.
 

Oui, les excuses adressées par la jeune femme ne suffisaient pas à revenir en arrière et à effacer ce qui c’était passé ce jour-là. Oui, sa crise de colère avait certainement eu des répercussions sur la relation entre Dylan et Kirfdéin. Oui, elle pensait bien faire en demandant pardon. Oui, elle s’imaginait une autre réaction de la part de la marchombre. Oui, elle aurait bien aimé que ce geste efface l’ardoise de froide indifférence qui régnait entre les deux filles. Oui, elle pensait que ça suffirait. Oui, elle pensait que l’autre comprendrait et accepterait ses excuses. Oui, elle avait crié et les avait insulté sans vraiment de justification. Et oui, elle n’avait pas montré une très bonne image d’elle-même. Elle méritait la colère de la femme en face d'elle. 


Et puis non, la gamine n’avait pas à lui parler comme ça. Elle n’avait pas à endurer ça sans sourciller. Halina ne pouvait pas laisser cette fille piétiner sa fierté sans rien faire… Puis elle comprit que l’autre avait besoin de relâcher tout le ressentiment qu’elle avait gardé en elle depuis l’évènement. Elle avait ce besoin de crier sur la cause de ses maux. La guerrière avait eu le même besoin lorsqu’elle les avait surpris ensemble. Elle n’avait pas pu réfléchir. Elle avait juste voulu montrer qu’elle n’était pas d’accord, sans pour autant s’interroger sur la réalité de ce qu’elle avait vu. Elle avait juste crié et insulté l’univers entier un bon coup avant de se poser et d’y repenser. Alors, elle comprenait la réaction de Dylan et elle encaissa. Plus ou moins bien. Elle restait furieuse au sujet de certaines accusations de la jeune Kaelem mais préféra ne pas trop les relever. Elle demanda donc, crispée :
 

-C’est bon t'as fini ? T'as vidé tout ton sac ? Tu crois que ta réaction est pas aussi disproportionnée que la mienne c'jour-là ? J'pense qu’on a toutes les deux besoin de prendre un peu de recul sur le sujet…
 

Elle tenta de se reprendre une contenance et de se calmer. Il ne fallait pas qu’elle s’énerve en parlant, ça ne les avancerait pas du tout. Elle respira un bon coup et se détendit très légèrement avant de répondre :
 

-Je comprends que tu sois en colère mais comprends que je l’étais aussi…

 
Sentant que sa voix était encore très froide et distance, la jeune Teylus sourit un peu afin d’amener de la chaleur à la discussion :

 
-Je m’explique puis, j'te laisserai me donner ton point de vue... A l’Académie, j’ai plusieurs amis marchombres et mon petit ami en est un, je sais donc que c’est une voie très fermée et je n’ai jamais insisté pour en connaître les secrets. Je n'sais donc rien de la relation qui lie un maître et son élève marchombre.
 

Il fallait bien qu’elle explique le contexte à la jeune femme. Si pour Dylan la situation à la cascade était parfaitement normale, elle était complètement inhabituelle pour Halina. Et elle voulait que la marchombre s’en rende compte. Elle voulait lui faire comprendre sa réaction.
 

-Ma seule référence c’est la relation que j’ai avec mon Maître d’Armes qui me tape dessus ou laisse les autres me taper dessus et me dit si c’est bien ou nul et ce que je dois modifier pour être meilleure. Ou un prof qui va m’apprendre telles ou telles choses : stratégie, légendes, alchimie… Le contexte du cours est bien défini et se trouve en majorité dans une salle précise. Mon expérience ce limite donc là à ce sujet.

 
Ainsi, elle ne comprenait pas du tout la relation qui liait Kirfdéin et Dylan, ni Arro et Ichel, ni Lya et Elera à l’époque, ni aucun des autres marchombres qu’elle connaissait. Comment pouvait-elle la comprendre puisque cette relation était un secret marchombre ? Comment pouvait-elle appréhender cette relation sans jamais avoir vu un maître et un élève ensemble ? Comment pouvait-elle-même envisager cette relation puisque l’enseignement guerrier ne l’avait jamais habituée à ce genre de contact entre le prof et l’élève ? Un peu dépassée, elle aborda l’autre facette du problème, sa relation avec Kirfdéin :
 

-Ensuite, je ne vais pas détailler parce que notre vie privée ne te regarde pas et parce que ça’s’trouve tu le sais déjà mais Kirf et moi on s’est rencontré dans des circonstances… disons… particulières. Alors, on est très attachés l’un à l’autre. Il est mon roc…
 

Elle resta pensive un moment, ne sachant pas trop quoi lui dire et à quel point détailler. Une grande partie de l’Académie connaissait l’histoire de leur rencontre et les traumatismes en lien avec celle-ci. Mais elle ne pouvait pas être sûre que Dylan était au courant. Mais elle ne voulait pas non plus étaler sa vie privée et ses failles à une fille qui semblait la prendre de haut et la juger à chaque instant. Alors, elle en resta là à ce sujet et conclue :


-Tout ça pour te dire que voir Kirf à moitié nu dans une cascade connue pour être le lieux d’ébats amoureux en compagnie d’une autre fille, à moitié nue elle aussi, ça fait un choc…
 

Elle se passa une main sur le visage et se rassit sur sa pierre. Tant qu’à faire de se faire jauger par quelqu’un, autant lui donner une véritable raison de baisser les yeux vers elle.


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   Mer 28 Oct 2015 - 7:40

La colère était montée, montée, un peu à la manière d'une vague qui enfle loin au large avant de s'abattre sur la plage. Cela avait fait beaucoup de bruit, d'écume et d'éclaboussures et, pendant un instant, les baigneurs avaient craint de perdre pied. Et puis, l'eau s'était retirée, dans un feulement sourd, ne laissant pour uniques témoins de sa puissance que quelques algues poisseuses et des coquillages déjà à demi enfoncés dans le sable.

C'était ainsi que se sentait Dylan, à présent. Vidée.

L'image de l'avalanche aurait certainement été plus parlante à son esprit, le ressac de l'océan lui étant beaucoup moins familier que les tempêtes de neige. Seulement, l'avalanche, elle, emporte tout sur son passage. Certes, elle passe, mais le reste passe avec elle – arbres, roches, habitations, rien ne résiste à la fureur de la neige. Elle pouvait presque imaginer son grondement, ébranlant la terre et résonnant jusqu'au ciel, sa force et sa violence inflexibles – toutes ces choses dont elle s'était soudain sentie emplie, l'entraînant dans un roulé-boulé qui ne devait s'achever qu'au bas de la piste.

Cependant, une fois qu'elle s'était relevée et regardait derrière elle, que découvrait-elle ? Rien. Ni roches brisées, ni arbres déracinés. Même la neige avait disparu, comme fondue au soleil. Tout cela n'avait donc servi à rien ? Et, plus elle y pensait, plus elle comprenait à quel point sa rancœur avait été ridicule et inutile. Surtout inutile.

Tout ça avait été tellement vain.

Tellement.

La jeune fille écoutait Halina qui s'énervait à son tour, même si toutes ces phrases, tous ces mots, toutes ces voix mêlées – celle de la guerrière, et celle de la cascade, et celle de sa tête – la dégoûtaient un peu à présent. Un peu comme si elles venaient enfin briser la chape de silence dans laquelle elle s'était tenue enfermée jusque là, à la manière dont un malade fuit la lumière du jour. Mais peut-être était-ce nécessaire, après tout. Elle ne pouvait tout de même pas rester en convalescence jusqu'à la fin de sa vie, à ressasser éternellement les injustices, la malchance et les cruautés dont elle se croyait victime.

En fait, son interlocutrice n'avait pas tout à fait tort. Elle était – elle se sentait, non, elle se
savait – tellement déplorable. La marchombre lui avait reproché sa démarche, qu'elle avait jugée stérile et douloureuse. Elle lui avait jeté au visage qu'elle ne faisait que remuer le couteau dans la plaie et que de simples excuses n'avaient pas le pouvoir de changer les choses. Mais se lamenter sur son sort ne servait à rien non plus, si ce n'est à s'enfoncer encore un peu plus dans l'abattement, la rancune et la lassitude.

Elle n'avait fait preuve que de stupidité et de présomption. Mais, surtout, le courroux qui l'avait envahie ne dissimulait-il pas avant tout sa propre impuissance ?

Halina s'était assise et, en la voyant lever les yeux vers elle, Dylan réalisa tout à coup qu'elle attendait sans doute qu'elle prenne la parole. Sauf qu'elle ne savait pas quoi dire. Qu'était-elle censée lui répondre ? Elle ne pouvait pas lui pardonner. Pas encore. Elle n'était pas prête. Mais alors, quoi ? Comment réussir, malgré tout, à faire avancer la situation ?


- Je...

Dans une imitation inconsciente de la jeune femme, elle se passa la main sur le visage, comme si elle venait de se réveiller, au sortir d'un mauvais rêve, et qu'elle avait encore du mal à distinguer ses songes de la réalité.

- Je ne savais pas tout ça.

Sur le coup, elle n'avait rien trouvé d'autre à dire mais, alors que cette phrase franchissait ses lèvres, elle se rendit compte à quel point cela était vrai.

Jusqu'au jour de la cascade, elle ignorait que Kirfdéin avait une copine.
Mais, même après l'événement, elle n'avait jamais cherché à en savoir plus sur eux, l'état de leur couple, les circonstances de leur rencontre, afin de comprendre éventuellement les raisons de la fureur d'Halina.
Tout comme elle ne s'était pas renseignée sur la Teylus, alors qu'elle aurait pu vérifier en interrogeant discrètement les autres élèves s'il était naturel, chez elle, de piquer de grosses colères, ou si sa réaction avait été exceptionnelle.
Et, même si elle était bien placée pour savoir que les cours de combat étaient loin de se dérouler comme ceux des marchombres, elle n'avait jamais songé à faire de la stupeur de la guerrière un étonnement somme toute assez légitime – étonnement qu'elle aurait elle-même ressenti si, lorsqu'elle était encore à la Citadelle, elle avait surpris un jour Shannah se baignant dans un torrent glacé avec un jeune garçon inconnu.
À la place, il avait été tellement plus facile de rejeter toute la faute sur la jeune femme – tellement plus simple de s'enfermer dans la juste indignation de la victime offensée.

Certes, elle avait des excuses. Elle refusait de s'immiscer dans la vie privée de son maître, elle n'avait aucune raison de connaître Halina puisqu'elles ne suivaient pas le même enseignement et, qui plus est, ne se trouvaient pas dans la même maison, et puis ensuite elle avait vraiment beaucoup souffert, et Kirfdéin était parti – l'avait abandonnée – et cela l'avait rendu trop malheureuse, beaucoup trop malheureuse en tout cas pour s'intéresser à autre chose qu'elle-même dans son rôle tragique d'apprentie marchombre éplorée et persécutée par tous, y compris les étudiants anonymes qui ricanaient en la croisant dans les couloirs, se figurant certainement que la main qui leur couvrait la bouche dissimulait assez bien les plaisanteries qui en suintaient.

Elle avait toujours trouvé des excuses.


- Bon, puisque tu viens de me donner ta version des faits, je suppose que c'est à moi de m'expliquer maintenant...


Toujours cette étrange distance, vis-à-vis d'elle-même et de la réalité. Pour un peu, elle en aurait presque ri. Tout cela était absurde. Et elle-même se sentait tellement... grotesque.

- Je ne savais pas du tout à quoi je devais m'attendre en arrivant à l'Académie et en demandant à devenir apprentie marchombre.

À vrai dire, la Kaelem ne savait pas très bien pourquoi elle lui racontait cela. Peut-être pour commencer par le début, tout simplement ?

- Disons que... Enfin, je ne vais pas entrer dans les détails, mais tout m'a semblé vraiment très curieux. À commencer, justement, par cette fameuse relation maître-élève.


Jusqu'alors, Shannah avait été l'unique modèle qu'elle avait eu de ce groupe si secret. Elle ne pouvait nier que Kirfdéin avait été un choc, dans le sens où elle avait soudain compris qu'elle allait passer trois ans de sa vie avec un maître qui était auparavant un parfait inconnu et auquel elle devrait obéir en tout point, elle qui avait toujours été d'une nature distante et solitaire. Elle avait entendu dire que, ailleurs dans Gwendalavir, c'étaient les maîtres marchombres qui choisissaient leur apprenti. Peut-être cela leur laissait-il le temps d'apprendre à se connaître mutuellement, de tisser des liens. Mais, ici, elle lui avait été imposée, et la confiance réciproque avait été longue à s'installer. Elle avait, très rapidement, éprouvé une grande admiration envers le jeune homme et apprécié le mélange d'exigence et de compréhension dont il faisait preuve lors de ses cours. Cependant, elle avait toujours refusé de trop se rapprocher de lui, maintenant entre eux la barrière du vouvoiement, et bien souvent elle s'était demandée comment réagir à son encontre. Peut-être avait-elle eu tort, finalement ? Peut-être aurait-elle dû s'intéresser davantage à lui, à la vie qu'il menait en dehors des heures d'entraînement qu'ils passaient ensemble ? Mais elle s'était concentrée sur son apprentissage, rejetant hors de son esprit et de son existence tout ce qui ne le concernait pas directement – tout ce qui ne la concernait pas directement. Durant tout ce temps, elle n'avait pensé qu'à elle. Strictement, exclusivement à elle.

Égoïste, égoïste, égoïste. Ce mot martelait ses tempes, et se rappeler lui faisait mal.

Même après la cascade, ça avait continué. Elle avait détesté Halina car, à travers l'injure qu'elle faisait à son maître, c'était l'ensemble de son apprentissage qu'elle salissait et insultait. L'absence de Kirfdéin l'avaient blessée, mais pas parce qu'ils témoignaient de ses doutes et de son malaise – simplement parce que, ainsi qu'une petite fille capricieuse, elle s'était crue abandonnée et, ainsi qu'une petite fille capricieuse, avait réagi en déversant sa colère sur tous ceux qui l'entouraient. Einar. Halina. Pas une fois elle n'avait agi en jeune femme mûre et responsable. Convaincue de son propre malheur, elle ne s'était jamais remise en question. Jamais. Jusqu'à ce jour.


- Je sais que tu es l'amie d'Ichel, alors peut-être qu'elle a eu l'occasion de t'en parler, mais il faut que tu saches que... enfin... Un maître et son apprenti sont très liés, même si ce n'est pas du tout dans le sens où tu l'entendais – je ne me suis d'ailleurs jamais mêlée de la vie privée de Kirfdéin, raison pour laquelle j'ignorais qu'il était en couple, par exemple. Elle n'avait pu s'empêcher cette petite pique, histoire de bien lui faire comprendre à quel point ses soupçons et ses accusations injustes l'avaient blessée, et continuaient à la hanter. Ils sont censés passer trois ans de leur vie ensemble, donc je suppose que ça finit par rapprocher.

Du moins, c'était ainsi qu'elle expliquait la complicité d'Ichel et de Arro. Car, en ce qui concernait Kirfdéin et elle, ils étaient encore loin du compte. C'est long, trois ans.

- Ensuite... Elle hésita, cherchant ses mots. Je me suis beaucoup investie dans mon apprentissage, tu vois. Peut-être trop, je n'en sais rien.

En fait, si. De cela, elle en était sûre à présent. C'était ce dont elle s'était rendue compte, au départ de son maître, alors que toute la vie qu'elle s'était bâtie petit à petit depuis son arrivée à l'Académie s'écroulait d'un coup, comme un château de cartes. Elle n'avait fait aucun effort pour s'intégrer à sa maison, pour sympathiser avec d'autres élèves – comme si son existence entière ne devait plus se résumer que par un seul mot : marchombre. Persuadée que cela suffisait, que cela
devait suffire. Et quand, tout à coup, ce dernier avait volé en miettes, elle s'était retrouvée seule. Seule et nue – aussi nue qu'aux moments où son sabre n'était pas accroché dans son dos.

- Du coup, quand il y a eu tous ces troubles... J'ai d'abord eu l'impression que ça réduisait à néant tous les efforts que je faisais depuis le début. Je sais que c'était absurde. Mais je... j'ai eu peur, en voyant Kirfdéin s'éloigner, d'avoir tout à recommencer. Que tout ça n'ait servi à rien. C'était un peu comme si tout mon apprentissage venait de s'anéantir, là, sous mes yeux.


Or, elle en avait tellement rêvé, de devenir marchombre. Elle l'avait tellement espéré. Elle y avait placé tout son avenir, toutes ses attentes. Jusqu'à oublier – ou mépriser – tout le reste.

- Et puis...

Le visage de Halina lui paraissait trop bas, et elle se laissa tomber sur une pierre, à quelques mètres d'elle. Jamais elle n'aurait pensé pouvoir un jour se confier avec une telle facilité, une telle sincérité à quelqu'un qu'elle connaissait à peine et que, l'instant d'auparavant, elle haïssait encore. Peut-être que ça la soulageait, un peu. Ou peut-être qu'elle en avait assez de vivre constamment renfermée, repliée sur elle-même. Peut-être tout simplement n'en était-elle plus capable.

- Là non plus, je ne vais pas détailler, mais je me suis rendue compte que, en dehors de ça, je n'avais pas grand-chose à l'Académie. Et ça aussi, ça m'a fait mal.

Par certains côtés, la situation n'avait pas eu que des inconvénients. Elle avait au moins eu le mérite de lui faire prendre conscience de cela. Sans elle, aurait-elle fait la connaissance d'Einar, d'Ichel ? Elle connaissait trop bien la réponse.

- Enfin, voilà. C'était ce que je voulais te dire.

Le regard baissé, elle ne put s'empêcher de laisser échapper un soupir. Rejet, incompréhension et méconnaissance réciproques. Voilà où tout cela les avait menées.

Et, à cet instant, elle ne sentait plus ni étudiante, ni apprentie, ni apeurée, ni révoltée, ni ancienne Frontalière, ni même marchombre. Juste une fille de dix-sept ans perdue dans un monde trop complexe pour elle.



[Ne jamais désespérer Pelle  J'espère que ça te va Naif ]


_______________
La terre est aujourd'hui comme un radeau qui sombre...
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 568
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   Lun 7 Déc 2015 - 15:58

Halina comprit au regard un peu désemparé de la jeune marchombre que celle-ci ne savait pas quoi répondre. Elles s’étaient tellement enfermées dans leur colère qu’aucune des deux n’avaient pu imaginer la souffrance de l’autre. Elles n’avaient pas essayé d’en savoir plus l’une sur l’autre, se contentant de se haïr mutuellement et de lancer des regards noirs à ceux qui osaient mentionner le nom de l’autre dans la même pièce. Ichel et Einar semblaient lui en vouloir un peu pour ça. Halina se dit qu’il faudrait qu’elle s’excuse, elle avait été un peu invivable après cette soirée. Leur différent et leur sentiment d’être dans leur bon droit avaient gelé tout état d’âme et toutes les possibilités de trêve. Personne n’aurait pu les convaincre de changer d’avis. Mais ni l’une ni l’autre n’avait réussi à envisager qu’elles puissent avoir leurs raisons ou qu’il existait des causes à cette injustice. Les deux femmes s’étaient senties persécutées et trahies mais aucune n’avait cherché de solution. C’était un peu déplorable et pathétique comme situation, après réflexion…
 

Dylan finit par enfin reprendre la parole et par expliquer qu’elle aussi avait été surprise par cette étrange relation maître-élève qui la liait à Kirfdéin. Elle tenta ainsi de la développer pour qu’Halina en comprenne la complexité. Mais pour la Teylus ce concept restait encore très flou. Elle vit cependant bien que Dylan avait surtout eu l’impression que la guerrière détruisait la relation qu’elle avait eu tant de mal à construire avec le jeune homme. C’était cette sensation que tous ses efforts avaient été vains qui l’avait fait sortir de ses gongs. Et Halina pouvait totalement comprendre. Elle savait ce que ça faisait de voir son monde être réduit en cendre, elle avait fait mille fois ce cauchemar depuis qu’elle l’avait vécu dans les bas-fonds de l’Académie. Haïr était bien plus simple que se reconstruire. Pouvait-elle arriver à oublier sa colère contre la Borgne ? Contre elle-même ? Contre ce sentiment d’impuissance qui la poursuivait ? Pas pour le moment mais elle apprenait à se construire avec. Toute cette histoire lui paraissait tellement vaine à côté des épreuves traversées…
 

-Comme quoi on avait toutes les deux nos raisons d’être en colère…

 
C’était vraiment commun comme remarque mais alors qu’elles étaient toutes les deux si près du sol et retranchées dans leurs pensées, c’était la seule chose qui lui était passé dans la tête. Et elle avait eu le besoin de dire quelque chose pour combler ce silence. C’était le silence qui leur avait fait le plus de mal à elles deux, il fallait maintenant rebondir. Mais comment faire ?
 

-Je pense qu’on est vraiment parties sur des mauvaises bases toutes les deux…

 
En effet, les deux jeunes femmes n’avaient pas du tout pris le meilleur départ possible et il était temps qu’elles rectifient le tir. Bon, elles ne seraient jamais meilleures amies du monde et elles continueraient de s’en vouloir mutuellement mais peut-être qu’elles pourraient au moins s’entendre et ne plus se détester. Il était plus que temps de changer les choses. Mais Halina savait très bien qu’il leur faudrait faire des efforts pour évoluer et donc rebondir. Mais cette tranquillité apparente semblait si fragile...
 

-En fait, je me rends compte que je ne sais rien de toi et que tu ne dois rien savoir de moi…

 
La jeune guerrière n’avait rien cherché à savoir sur la marchombre, elle s’était contentée de la détester et de lui en vouloir de loin. Elle n’avait aucune idée d’où venait cette fille avant d’arriver à l’Académie. Si elle avait des amis ici. Si elle préférait se promener dans le parc ou dans les jardins. Si elle était déjà tombée sur le charme de Kylian comme la majorité des filles de l’école. Si elle avait un petit-copain. Ce qu’elle pensait de la conjoncture actuelle du commerce de Gwendalavir avec l’archipel Alines. Si elle aimait le chocolat. Si elle trouvait que Kirfdéin était un bon prof. En plus, elle n’avait pas vraiment réalisé que la marchombre pouvait être amie avec les mêmes personnes qu’elle.
 

-Quand je pense que j’en voulais à Ichel parce qu’elle te parlait… Elle a pas fini de me faire payer ma jalousie en se foutant de ma gueule !...
 

Cette pensée la fit rire et ça eut au moins l’avantage de détendre un peu l’atmosphère. Halina devait avouer qu’elle ne savait plus trop quoi dire après le déballage qu’elles avaient fait toutes les deux. 


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   Ven 5 Fév 2016 - 17:19

Le silence. À nouveau. Encore et toujours, le silence.

Silence malgré les mots de Halina, silence malgré les grondements de la cascade, silence malgré les criaillements moqueurs des oiseaux qui passaient parfois au-dessus de leur tête. Silence malgré ses propres battements de cœur, et les pensées désordonnées qui s'entrechoquaient et se mélangeaient tout autour.

Silence.

Même les cris s'étaient tus à l'intérieur de Dylan. Cris de souvenir, cris de rancœur, cris de regrets. Elle était tout à fait seule, à présent. Seule avec son silence. Non. Seule
dans son silence.

Halina parlait. Un peu. Comme si sa langue était toute poisseuse d'hésitations et de non-dits, elle aussi. Assises, côte à côte – et pourtant séparées par un mur si grand, un mur si lourd, si épais que même les phrases n'arrivaient plus à le transpercer. Enfermées chacune de leur côté – de l'autre côté –, les yeux baissés, tournés vers l'intérieur –
leur intérieur, qui grossissait jusqu'à prendre toute la place et étouffer le ciel et le soleil du dehors –, avec le poids du silence qui emplissait leur bouche et bourdonnait à leurs oreilles.

La jeune fille avait aimé le silence – la jeune fille
aimait le silence. C'était celui de la première neige de la saison, du chuintement du sabre sortant de son fourreau, de la nuit où s'allument l'étoile du Nord et la constellation du Dragon. Le silence était vie – le silence était voie, sa Voie.

Du moins l'avait-elle cru, jusqu'à aujourd'hui. Maintenant, elle n'était plus sûre de rien.

Et puis, un mot ressortit des paroles de Halina, forçant le coton, la cire, la glace. Un nom. Ichel. Et, soudain, tout explosa dans l'esprit de Dylan. Elle revit la jeune femme – démarche dansante et fluide – l'étincelle de son regard, l'insolence de son sourire. Mais, surtout, elle l'entendit. Le roulement de son rire résonna parmi les échos du torrent – et tout le reste suivit. Elle se souvint de l'éclat de sa voix, tandis qu'elle l'interrogeait, assise sur les toits, et qu'elle-même répondait à ses propres questions. Elle se rappela qu'elles avaient parlé d'Arro – et, aussitôt, l'image d'une silhouette sautillant au son d'une musique endiablée bondit devant ses yeux.

Ichel et son rire. Arro et sa musique.

Deux êtres de bruit, de parole et de chahut.

Deux êtres, pleinement, entièrement, totalement marchombres.

Évidence.

Halina s'était tue et, visiblement, se retrouvait aussi désemparée qu'elle-même. Une petite voix souffla dans la tête de la Kaelem que leur rencontre aurait tout aussi bien pu s'arrêter là – que chacune pouvait à présent repartir de son côté, reprendre sa petite vie comme si rien ne s'était passé, en se contentant peut-être de se saluer parfois quand elles se croisaient dans les couloirs. Dylan n'avait pas envie de parler – et c'est précisément pour cela qu'elle ouvrit la bouche.


- Je viens de la Citadelle.

Elle devina plus qu'elle ne perçut la surprise de la Teylus. Sans doute ne s'attendait-elle pas à ce qu'elle commence à lui raconter sa vie. Mais ne venait-elle pas de dire, à l'instant même, qu'elles ne connaissaient rien l'une de l'autre ?

- Toute ma famille vit là-bas, j'ai été élevée comme une Frontalière. Moi aussi, à la base, je suis une guerrière.


Il était étrange de constater les points communs qui apparaissaient peu à peu, les différents liens qui se tissaient insensiblement entre elles deux. Dans un autre monde, dans une autre vie, elles auraient peut-être pu devenir amies.

- Mais... Enfin, je ne vais pas m'étendre là-dessus, mais disons que j'ai fini par me rendre compte que cette vie ne me convenait pas complètement. J'ai rencontré une marchombre, un jour... C'est elle qui m'a donnée envie de me rendre à l'Académie.

Et, au fil de ses paroles, au fur et à mesure que ses mots s'enchaînaient et s'entraînaient l'un l'autre, des images se formaient devant ses yeux. La grande cour carrée de la Citadelle, où elle avait l'habitude de manier le sabre avec son père – haute stature, cheveux de jais, regard plus inébranlable que le roc dont il avait la couleur – dont la silhouette se détachait sur le ciel pâle. Elle aimait tellement regarder le ciel – mais savait-elle vraiment regarder ? Un jour, sa petite sœur Saya lui avait demandé dans quel sens allaient les nuages. Elle n'avait pas su lui répondre.

- Je... je n'y suis pas retournée, depuis que je suis arrivée ici. Ça doit faire presque un an, maintenant.

Un an qu'elle n'avait pas vu la Citadelle. Un an qu'elle n'avait pas revu sa famille. Le matin de ses quinze ans, Nour l'avait réveillée en la barbouillant de miel et de confiture à la myrtille. Elle s'était redressée en hurlant puis avait poursuivi en pyjama la fillette dans les couloirs, qui s'était enfuie de sa chambre en s'étranglant de rire. Ç'avait été la plus belle journée d'anniversaire de sa vie.

À côté d'elle, il lui semblait à présent que la cascade pétillait du même bleu que le regard de sa mère. Ils lui manquaient tant. Pourquoi était-ce la première fois qu'elle en prenait conscience – qu'elle en prenait conscience à ce point ?


- Sinon, j'aime me promener à cheval, aussi. Je t'ai déjà vue pendant que je montais, quelquefois, assez tôt le matin. En train de courir.

Pour la première fois, elle tourna la tête et ses yeux rencontrèrent ceux de Halina. Le matin, j'aime bien boire du lait, mais je ne supporte pas la tisane. Je reste rarement dans les dortoirs ou dans la salle commune pendant la journée, je préfère me trouver à l'extérieur. Je détestais porter l'uniforme, au moins les vôtres étaient noirs – de ce point de vue là comme de beaucoup d'autres, le départ d'Aziel est vraiment une bonne chose. D'ailleurs, c'est vrai que tu as participé au sauvetage de Jehan ?

Les questions, entre elles, tournoyaient – ainsi que des oiseaux ne sachant où se poser.



_______________
La terre est aujourd'hui comme un radeau qui sombre...
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 568
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   Mar 19 Avr 2016 - 23:32

Halina avait bien envie de continuer cette conversation mais elle ne savait pas trop où aller, la remarque sur Ichel n’avait malheureusement pas fait rire Dylan donc le rire de la guerrière s’éteignit assez vite. Puis le silence revint. Il semblait les environner et les envelopper comme un drap. Quelqu’un de plus morbide qu’Halina aurait dit un linceul au vu du glacial de leur conversation actuelle. Mais la jeune femme s’en fichait un peu, même si elle était mal à l’aise, elle préférait le froid et laisser un peu de temps à la marchombre pour rebondir. Elle n’allait tout de même pas la forcer à parler. Tout le monde n’était pas aussi bavard ou prompt à la conversation qu’elle. La Teylus avait toujours su s’exprimer avec les autres et pouvait parler pendant des heures. Elle aimait connaître les histoires des autres, ces petits détails qui construisent une personne. Elle pouvait parler coiffure avec Loeva, bijoux avec Astragal, légendes avec Einar, musique avec Ichel ou ragots avec les filles de l’académie. Elle ne savait pas grand-chose de chaque sujet mais s’intéressait vraiment aux gens.
 

Il y eu comme un déclic dans la tête de Dylan puisqu’elle finit par ouvrir la bouche pour parler. Et pas pour ne rien dire, mais bien pour lui raconter une partie de sa vie. Halina ne put masquer sa surprise. Elle ne s’attendait pas à ce que la jeune femme lui fasse confiance au point de lui en apprendre plus sur elle. Mais cela la rendait heureuse. Elle se mit donc à sourire discrètement. Ainsi donc elle était Frontalière et combattante. Ça leur faisait au moins un point commun. Bon, sa voie avait changée depuis. Les phrases de Dylan ne s’enchaînaient pas vite et étaient entrecoupées de silence. Elle semblait perdue dans ses souvenirs. La guerrière ne la brusqua pas et laissa le flot se tarir. Son regard croisa celui de la marchombre et elle y rencontra des questions et des remords, elle lui sourit calmement, toute sa colère avait fui.


-Je suis née à Al-Vor où mon père était ébéniste. On était heureux. Ma mère est morte, mon grand frère a rejoins l’armée et on a continué à vivre.
 

Elle passa sous silence les mois de silence auprès de son père  fou de chagrin puis sa remonté et son amour débordant, la fierté mêlée à la peur de voir son frère les laisser tous les deux. Elle passa sous silence la mort de son père. Elle passa sous silence la disparition de son frère et l’absence de réponse à ses lettres. Elle passa sous silence la peur qui lui étreignait parfois les entrailles à l’idée qu’il soit mort. Elle ne dit pas non plus qu’elle envisageait que son frère ait déserté pour ne pas penser au fait qu’elle n’avait peut-être plus de famille. 
 

-Un jour, j’ai commencé à voyager et je n’ai plus voulu arrêté. J’ai suivi plusieurs caravanes, observé des gardes, des Thüls et de Frontaliers avant de réaliser que je voulais être comme eux et protéger ceux que j’aime.
 

Elle tut le bonheur du vent dans ses cheveux. Elle tut la joie immense d’être utile et de faire partie d’un groupe d’Itinérants. Elle tut sa rencontre avec Lian qui était en fait Kylian. Elle tut aussi les blessures et la peur le soir de se retrouver seule sur les routes.
 

-L’Académie m’a offert une nouvelle vie et une seconde famille.
 

Elle n’avait pas besoin de dire la joie d’appartenir à une école, le bonheur de se retrouver autour d’un verre avec des amis, le respect et la reconnaissance qui l’envahissaient lorsqu’elle suivait un cours. Et cette sensation lorsqu’elle se couchait la nuit après une journée éreintante.
 

-J’ai une peur phobique des chevaux depuis que je suis petite, alors la course est un moyen à la fois de me déplacer mais aussi de me vider la tête quand je n’arrive pas à dormir... J'ai la tête ailleurs quand je cours, et j'avoue ne t'avoir jamais remarqué, c'est dommage...
 

Elle n’était pas sûre de vouloir en dire plus. Toute l’Académie avait eu vent de son histoire. Avec plus ou moins de détails et de manière plus ou moins enjolivée. En tous cas, ses troubles de sommeil n’étaient un mystère pour personne. Mais elle ne voulait pas toujours tout ramener à cette histoire.
 

-Tu connais le ragoût de siffleur du Dragon Vert ? Je crois que c’est le plat que je préfère dans tout l’Empire ! Si en plus il y a du vin blanc de l’Est  et des copains pour discuter, je suis heureuse ! Et toi, c’est quoi ton repas idéal ?
 

Bon, elle avait pleins d’autres questions à lui poser mais c’était la première à lui être venue en tête. Le repas préféré c’était quand même une question de la plus haute importance lors d’une rencontre. Halina ne pouvait pas résister, si elle ne pouvait plus détester la marchombre, il fallait bien qu’elle lui offre sa sympathie et, qui sait, son amitié…


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   Lun 13 Juin 2016 - 17:17

Dylan n'était pas certaine d'avoir envie de continuer cette conversation.
Bien sûr, elle savait que, si Halina et elle voulaient voir leur relation évoluer –
vraiment évoluer – elles devaient en passer par là.
Elle savait aussi que c'était elle qui en avait pris l'initiative et que, de ce fait, couper court à la discussion aurait été considéré par sa camarade comme une marque de grossièreté.

Mais tout de même.
Malgré toute la bonne volonté dont elle était capable, elle ne se sentait pas le courage de parler avec Halina uniformes et petits pois le reste de la journée. Pas ici, pas comme ça.

Et, d'une certaine manière, elle devinait que les propos de la jeune femme trahissaient une sorte de réticence, eux aussi. Certes, comme en gage du pacte muet qu'elles venaient de conclure, elle s'était à son tour confiée sur son enfance, son passé, la naissance de sa vocation, mais Dylan sentait bien que ces informations demeuraient purement factuelles, qu'elle taisait le plus important – ce qui faisait l'essence même d'une personne, d'une vie. Cependant, comment aurait-elle pu lui en vouloir ? Elle-même était restée si vague, si allusive.

Tout d'un coup, elle ne savait plus ce qu'elle souhaitait.

La Teylus ne reparla pas de la relation qu'elle partageait avec Kirfdéin et l'apprentie marchombre n'osa pas lui demander ce qu'elle avait voulu dire un peu plus tôt, lorsqu'elle avait évoqué des « circonstances particulières ». Elle avait évidemment entendu des rumeurs, comme tout le monde à l'Académie. Parfois, quand Halina passait dans un couloir, les autres élèves l'observaient du coin de l'œil avant de chuchoter, une fois qu'elle avait disparu, qu'elle avait l'air fatiguée et qu'elle avait sans doute encore mal dormi. On racontait que, il y avait à présent plusieurs années de cela, l'Académie de Merwyn avait vécu une période difficile, que certains étudiants avaient été plus affectés que d'autres et que la jeune fille en faisait partie. Cependant, Dylan ne prêtait pas une grande attention à ce type de murmures, et aurait donc été bien incapable de dire exactement ce qu'elle avait dû traverser et affronter.

Peut-être poserait-elle la question à Ichel, à l'occasion.


- … J'ai la tête ailleurs quand je cours et j'avoue ne t'avoir jamais remarquée, c'est dommage...

La Kaelem redressa la tête.
Dommage. Ce mot résonna étrangement dans son esprit, et il lui fallut réfléchir un peu avant de comprendre pourquoi. Dans la bouche de Halina, prononcé avec ce qui paraissait être une absolue sincérité, il semblait presque que tout cela – leur rencontre, cette histoire, ce malentendu, tout – aurait pu être totalement différent. Comme si les deux jeunes femmes auraient pu faire connaissance plus tôt, un matin, à l'heure où le ciel est encore gris et les formes indistinctes. Elles se seraient sans doute saluées, de loin, avant de reprendre leur chemin chacune de leur côté. Les jours suivants, elle se seraient peut-être revues, auraient échangé quelques mots – et cela aurait pu continuer, jusqu'à les mener vers l'amitié. Était-il vraiment possible que, selon les circonstances d'une rencontre entre deux personnes, les relations qu'elles entretenaient puissent être à ce point différentes ? « Des circonstances particulières », avait dit l'apprentie combattante. Dylan en arriva à la conclusion que la réponse était oui.

Halina acheva ses paroles par une question, et la jeune fille en fut un instant déstabilisée. Elle lui était certes reconnaissante de chercher à nouer le dialogue mais se voyait assez mal l'interroger à son tour, toujours assise sur ce rocher, avant de lui répondre à nouveau. Ce n'était pas qu'elle n'avait rien à lui demander, bien au contraire, mais ce décor lui paraissait peu propice à une conversation de ce genre. Elle avait beau faire des efforts, la vue de la cascade continuait à la mettre mal à l'aise.


- Eh bien, je ne sais pas trop. Question desserts, je t'avouerais que j'ai un faible pour les tartes et les clafoutis... Mais je n'en ai pas vraiment, je suis plutôt ouverte à tout, j'aime bien découvrir de nouvelles saveurs.

Ce fut à ce moment-là que l'idée lui traversa l'esprit – et, tout à coup, elle fut heureuse d'avoir laissé Flocon de Soie à l'écurie, car d'après ce que lui avait confié la jeune femme il leur aurait été difficile de faire le trajet à cheval. Elle était déjà allée une fois au Dragon Vert, peu après son arrivée à l'Académie, et se rappelait encore la rencontre qu'elle y avait faite. Si elle n'avait jamais revu Lehya depuis, elle en gardait un bon souvenir, et la taverne était désormais associée dans sa mémoire à la découverte et la nouveauté.

Une bonne manière pour repartir de zéro.


- D'ailleurs, pourquoi est-ce qu'on ne continuerait pas cette conversation autour d'un verre, au Dragon Vert justement ? Elle leva la tête et la position du soleil dans le ciel la rassura sur le temps dont elles disposaient. On serait mieux installées, et le cadre serait, comment dire... plus... naturel pour discuter.

Lorsqu'elle croisa le regard de Halina, elle vit que celle-ci avait compris ce qu'elle entendait par là. En outre, l'atmosphère chaleureuse et le brouhaha ambiant contribueraient à la fois à les mettre plus à l'aise et à les faire sortir de leur réserve.

Si le sourire qui naquit sur ses lèvres fut tout d'abord hésitant, il ne tarda pas à s'épanouir devant les étincelles qui s'étaient allumées dans les yeux de sa camarade.

Après tout, tout le monde avait le droit à une seconde chance.



[Libre à toi de conclure le RP ici par un dernier post ou d'en ouvrir un autre au Dragon Vert, c'est comme tu préfères ! Sache que je ne le prendrai absolument pas mal si tu fais le premier choix, après tout ça dure depuis pas mal de temps, la confrontation a eu lieu et on a encore de quoi poster ensemble comme une certaine mission ahem... juste préviens-moi par MP :3 En tout cas c'était un beau RP I love you ]


_______________
La terre est aujourd'hui comme un radeau qui sombre...
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 568
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   Mar 5 Juil 2016 - 22:18

[Je vais clôturer ce rp là ! Et si a envie on a recommencera un autre plus tard entre nos deux personnages mais là, j’ai l’impression d’avoir tout dit ! J’ai adoré ce rp ma belle on refait ça quand tu veux ! hug Oui je sais, il faut qu’on s’attaque à la mission Arrow ]



La réponse de Dylan ne se fit pas attendre trop longtemps contrairement aux autres fois, et la jeune guerrière lui parla de son dessert préféré. Halina ne pouvait qu’approuver ce choix, elle-même était assez friande des desserts à base de fruits. Elle aimait même les fruits tout court, ceux qu’elle cueillait dans le verger de l’Académie ou qu'elle achetait au marché d'Al-Poll. Elle adorait manger une pomme ou une pèche après sa course du matin lorsque c’était la saison. Cependant, elle avait toujours un faible pour le chocolat et ses dérivés. C’était un luxe qu’elle avait découvert ici à l’Académie et dont elle ne se lassait pas. Elle devait pas mal de ses bons souvenirs à cette saveur. Elle se souvenait notamment d’une après-midi géniale avec un vol de chocolat en compagnie d’Enelyë et d’Elera. Halina sourit avec nostalgie à ce souvenir heureux.


-Je suis comme ça aussi, j’aime bien découvrir de nouvelles choses !


Dylan, qui semblait toujours mal à l’aise dans cette conversation, lui proposa d’aller boire un verre au Dragon Vert. Une discussion dans ce genre de lieu serait certainement moins gênante pour toutes les deux. Cette rivière et la cascade leur rappelaient beaucoup trop le mauvais souvenir de leur rencontre, ou plutôt de leur confrontation. Ainsi, la guerrière était plutôt d’accord pour aller se poser ailleurs. Et puis, elles seraient forcément plus à l’aise après un petit verre d’alcool, tout le monde savait que ça désinhibait les individus. Les deux jeunes femmes avaient donc besoin de souffler un peu, loin de cette ambiance devenue pesante. Halina aurait bien du mal à revenir plus tard sur ces lieux sans  y ressentir une certaine colère et des regrets.


-C’est une super idée Dylan ! Allons-y !


La jeune femme se releva de la pierre où elle était assise, épousseta ses vêtements et s’étira rapidement. Elle était contente de bouger, elle avait été tellement crispée par ce rendez-vous et par ce qui avait était dit, que tous ses muscles le lui faisaient remarquer dès qu’elle bougeait. Elle allait enfin pouvoir se détendre et évacuer toute la tension qui l’avait envahie. Ou, peut-être pas toute la tension, mais au moins une grande partie. En tous cas, elle allait essayer. La brunette ne voulait pas garder une relation aussi frigide avec la jeune Kaelem. Elle préfèrait ne pas la voir du tout que de ne pas savoir quoi lui dire ou être trop embarrassée quand elle la verrait. Il fallait donc qu’elle répare le problème et elle n’était pas sûre d’avoir un jour une meilleure occasion.


-Comme ça on pourra en plus se faire essayer mutuellement nos boissons préférées à la taverne !


Les deux jeunes femmes, qui finalement se ressemblaient bien plus qu’elles ne l’avaient pensé au début, s’engouffrèrent ensemble dans le chemin qui descendait de la cascade. Elles marchèrent à côté en direction de la ville en tentant de discuter de tout et de rien. L’atmosphère entre elle semblait encore très tendue et maladroite mais au moins, chacune avait fait un pas vers l’autre.

Et quel pas ! …



[RP terminé I love you ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Retour sur événement [Terminé]   



 
Retour sur événement [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» [Juin 550] Retour aux sources (Entraînement Hakon)
» Un retour à la maison... chaotique (terminé)
» Evénement de la saison des feuilles vertes : le retour des guérisseurs.
» Un retour brusque à la réalité (suite à D'ombre et de lueur) [PV Daaf et Archie] [Terminé]
» Enfin tu es de retour ... [ Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La cité d'Al-Poll et ses environs :: Au pied des montagnes-