Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteLe coeur a ses raisons que nos ennemis ignorent
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Le coeur a ses raisons que nos ennemis ignorent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Dessinatrice
Messages : 602
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Le coeur a ses raisons que nos ennemis ignorent   Mer 8 Oct 2014 - 1:09


- Bonjour Silind, tu vas bien ? Ah au fait je voulais te dire que je vais me marier.

Elle enfonça sa tête dans son oreiller, un peu désespérée. Enelyë avait décidé qu'elle devait aller voir Silind pour lui parler, tout lui expliquer. Elle se doutait bien qu'il en avait entendu parler ; les élèves chuchotaient tout le temps sur son passage et la plupart allaient souvent voir le forgeron. Le problème était que les élèves parlaient souvent avec le forgeron. Et elle savait qu'il ne pouvait pas comprendre, et qu'elle devait tout lui expliquer, mais elle ne parvenait pas à savoir comment lui dire. Elle ne savait pas comment lui expliquer. Elle ne pouvait rien dire.

Les élèves revenaient dans le dortoir, signe que l'Appel était terminé et que les cours allaient bientôt commencer. Elle allait bientôt finir presque seule dans la salle commune. Elle irait prendre son bain ensuite, pour être tranquille.

*

L'eau chaude l'apaisait. Elle ne voulait pas sortir de là. Elle se préparait psychologiquement à aller voir Silind, et son cœur se serrait. Il n'accepterait pas. Du moins, si elle était dans sa situation à lui, elle n'accepterait pas. C'était tout à fait normal. En général, quand on apprend que la personne que l'on aime se marie avec une autre personne, on est pas super content. Quand en plus on l'apprend parce que des gens colportent les ragots ... D'autant plus qu'elle n'avait pas été le voir avant de partir. Mais Elio ne lui avait pas laissé le temps ! Il avait voulu qu'ils partent aussitôt ... Elle sentit les larmes monter à ses yeux et plongea tout son corps sous l'eau.

*

Cheveux courts, mais retour de ses robes. Comme elle n'allait pas en cours, de toute façon, cela ne dérangerait personne. Les gardes s'étaient déjà habitués et elle ne tomberait sans doute pas sur Aziel. Et quand bien même ? Il la renverrait ? Elle prendrait cette nouvelle sans aucun problème. De toute façon, elle ne restait que jusqu'au mariage. Elle partirait ensuite. Elle avait de toute façon presque terminé ses trois années.

Elle sortit de l'Académie. Il ne faisait pas particulièrement froid, il faisait même chaud à vrai dire. Mais Enelyë avait les mains gelées et des frissons. Tant qu'elle n'était pas arrivée chez lui, elle pouvait toujours faire demi-tour. Ses pas se firent de plus en plus lents, de plus en plus petits. Elle aurait voulu pouvoir ralentir le temps. Le figer.
La Dessinatrice soupira. Il fallait qu'elle aille voir Silind. Il fallait qu'elle prenne son courage à deux mains. Ce ne serait jamais qu'un mauvais moment à passer. Peut-être qu'en fait, il serait compréhensif ? Peut-être ... elle ne savait pas, et ne pourrait pas savoir tant qu'elle ne l'aurait pas vu. Elle respira un grand coup, et, déterminée, avança d'un pas plus rapide vers la maison du forgeron.

Elle resta plantée devant la porte un long moment, ayant perdu toute trace d'une quelconque détermination et d'un quelconque courage. Lorsqu'enfin sa main se leva, la porte s'ouvrit et la silhouette de Silind se dessina devant elle. Elle ouvrit la bouche, s'apprêta à parler et ...

Il lui claqua la porte au nez.

Comme ça, sans aucune raison, sans aucune explication. Il lui avait claqué la porte au nez. Elle fronça les sourcils. Ce n'était pas parce qu'il était malheureux qu'il avait le droit de faire ça ! Elle frappa à la porte, tellement fort que les jointures de ses doigts s'égratignèrent. Ça ne pouvait pas se passer comme ça. Il n'avait pas le droit de juste claquer la porte comme ça, sans lui parler. Qu'il la laisse au moins s'expliquer !

Elle envisagea sérieusement d'entrer sans attendre qu'il ne lui ouvre la porte. Elle frappa une dernière fois contre la porte, de colère.

- Laisse-moi au moins t'expliquer !



_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Maître forgeron
Messages : 255
Inscription le : 14/07/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que nos ennemis ignorent   Ven 19 Déc 2014 - 5:30

Au début, Silind ne voulait pas y croire. Il avait entendu un groupe de gens en parler en chuchotant.

-T'es au courant pour Ene ? Parait qu'elle va se marier !

Mais pour lui ce n'était rien d'autre que des rumeurs. Qui n'avait jamais colporté sur quelqu'un d'autre une fois dans sa vie ? Alors, le forgeron n'avait pas pris cela au sérieux. Ce fut lorsqu'il n'arrêta pas de capter des brides de conversation, de voir que les gens se taisaient à son passage qui commença à le faire douter. Et le doute est une plante qui a les racines tenaces. Une fois dans votre esprit, il ne vous quitte plus.
Alors, le forgeron s'était mis en quête de réponse. Plus ou moins discrètement, il commença à poser des questions aux élèves qui venaient le voir, ceux qu'il croisait dans les couloirs et qui discutaient encore avec lui. Et la vérité lui fut projetée au visage. Boom, la personne avec qui tu sors et avec qui tu t'entendais si bien, va se marier avec un autre.

Depuis, il s'était enfermé chez lui. Il avait cette désagréable impression que tout recommençait, en différent, mais avec les mêmes sensations dans la poitrine. Alors, il se replia sur la seule chose qui ne l'avait jamais quitté, jamais déçu. Sa forge. Il n'avait pas cessé de frapper, encore et encore sur du métal en fusion. Dès qu'il s'arrêtait, il se mettait à penser et ce qui lui traversait l'esprit lui faisait mal. Alors, il se concentrait et créait. Le colosse termina les commandes en avance, il n'avait pas dormi, il ne pouvait pas, n'y arriverait pas. Alors, il se contentait de forger.

Puis lorsqu'il n'eut plus rien à faire pour ses clients, il se posa sur une chaise avant de rapidement se lever pour attraper du papier et faire des plans frénétiquement. Mais, il savait qu'il ne pourrait pas fuir longtemps, que toute cette énergie, cette inspiration allait lui faire défaut. Sauf qu'il ne pouvait pas s'en empêcher, il avait besoin de partir, de décompresser. Et les flammes et étincelles lui permettaient de voyager.

Plus Silind conceptualisait ses idées, ses projets, plus il se sentait bien. Et petit à petit, la tension retomba, il se sentit de plus en plus las, la fulgurante envie de création lui était passée. Il tomba dans son fauteuil, regarda par la fenêtre et quelques minutes suffirent à ce qu'il sombre dans les bras de Morphée. Ce fut un sommeil sans rêve, lorsqu'il fut réveillé par la lumière du jour, il sentit qu'il ne s'était pas vraiment reposé. Ses muscles lui faisait mal et son cou était noueux. Il soupira en se levant.

Après être monté se laver et se passer des vêtements propres, il décida de sortir un peu. L'air frais lui ferais sûrement du bien, non ? Le forgeron se dirigea mollement vers l'entrée de sa forge et ouvrit la porte nonchalamment. Il se figea dès qu'il posa les yeux dehors. Elle était là, devant lui. Que faisait-elle ici ? S'il y avait bien une personne sur Gwendalavir que le colosse ne voulait pas voir c'était elle. Sans réfléchir et avant qu'elle ne put ouvrir sa bouche, il ferma la porte d'un mouvement sec. Même s'il en retira une petite satisfaction, une partie de Silind regretta son geste. Une voix, presque semblable à celle de sa mère, le houspillait mentalement. Ce n'est pas des manières à avoir face à une demoiselle ! Le forgeron grogna, ce qui était fait, était fait ! C'était trop tard. Jusqu'à ce que deux coups résonnent, suivis d'une phrase.

Alors, il rouvrit la porte, sans regarder Enelyë dans les yeux. Il désigna du doigt l'escalier qui montait à ses appartements et ferma. Il avança dans sa forge et suivit la Kaelem qui disparaissait à l'étage. Sans un mot, la tête toujours baisser, le colosse s'installa à sa table. Un silence gênant et oppressant s'installa. Silind regardait ses mains qui tremblotaient. Que devait-il faire ? Attendre qu'elle parle ? Lui poser des questions ?

Tripotant ses doigts, il se lança, désireux d'en finir au plus vite. Il ouvrit la bouche et commença sa question. Enelyë devait avoir eu les mêmes hésitations, car sa voix retentit en même temps que celle du colosse. Ils s'arrêtèrent tous les deux et s'excusèrent chacun. Le silence revint. Finalement, après s'être racler la gorge, le forgeron dit :


-Donc... Tu es venue me voir pour... ?

[HRP : Si y'a le moindre détail gênant, tu n'as qu'a demander et j'éditerais o/]



_______________


Arro Skil'Liches / Silind Frandrich / XDieu / Tarus Tal'Oursian / Lyuuna Sil'Celim
avatar

Dessinatrice
Messages : 602
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que nos ennemis ignorent   Sam 20 Déc 2014 - 23:58

Ses doigts s'étaient égratignés et elle en était là, à regarder sa main, hésitante. Silind l'avait invité à monter chez lui, et elle avait obtempéré, sans un mot. La tête baissée, elle n'avait pu se résoudre à parler durant le court trajet, de la forge au salon. Il n'avait pas encore parlé lui non plus et elle se tordait les doigts. Que s'était-il passé dans sa vie pour qu'elle en arrive là ? Oh, elle n'allait pas recommencer à essayer de se souvenir de tout ça.
Elle voulut parler, soudainement, briser le silence, se décharger de tout, mais il avait parlé en même temps, la coupant dans son élan. Ils s'étaient excusés l'un à l'autre, et le silence était revenu planer sur eux. Le genre de silence pesant, qui alourdit l'atmosphère. Enelyë n'avait pas su se résoudre à parler à nouveau, ayant décidé de se taire sur toute l'affaire, et ce fut Silind qui rompit finalement le silence. Pourquoi était-elle là ? Comment ça, pourquoi était-elle venue ? Elle n'osa pas relever le regard.

- Écoute, je ...

Elle s'interrompit, tandis qu'elle tapotait la table de ses doigts à la mesure de ses battements de coeur. Un geste qu'elle faisait machinalement, à la fois stressée, énervée et triste à cause de sa réaction, et angoissée par ce qui allait suivre. Il était difficile d'espérer une fin heureuse à cette échange : elle allait se marier, dans tout les cas ...

- Je n'ai pas voulu de ce mariage. C'est ... plus compliqué qu'il n'y paraît.

Elle n'était décidément pas à l'aise. Elle voulait tout lui dire, et elle tentait de faire disparaître la boule de larmes qui était déjà dans sa gorge. Décidément, elle passait son temps à pleurer. Elle inspira profondément, pour se calmer. Elle voulait tout lui dire, qu'elle serait traquée si tout ne se passait pas comme ça, la raison pour laquelle elle devait se marier, lui parler d'Elio, lui dire ce qu'elle ressentait. Elle voulait revenir en arrière ; ne pas connaître Elio, ne pas faire souffrir Silind. Elle mordit dans sa lèvre inférieure. Un coup impulsif. Il n'avait pas été suffisant pour qu'elle se coupe.

- C'était pas ... je ne pensais pas que ça s'ébruiterait, à vrai dire.

Ça ce n'était peut-être pas la bonne phrase à dire, en fait. Elle s'en rendit compte aussitôt après l'avoir prononcée. Elle releva le visage, précipitamment, comme paniquée.

- Enfin je ne veux pas dire que c'était un secret en fait c'est même pas ça mais je ne l'aime pas et c'était pas prévu et je suis même pas d'accord ... Elle prit une grande respiration, à nouveau, pour se calmer. Mais je n'ai pas le choix.

Elle voulut regarder Silind dans les yeux mais il avait détourné le regard, et elle s'était sentie ... déboussolée. Elle pinça ses lèvres entre elles, regardant à nouveau ses mains abîmées. Alors il refusait même de croiser son regard. Ils en étaient là.

- Je voulais juste ... ce n'est pas juste.

Sa voix s'était brisé et elle s'était fait violence pour ne pas craquer. Ce n'était pas juste, non, ni pour elle, ni pour lui. Elle voulait se mettre à sa place, savoir ce qu'il avait pu ressentir, mais n'y arrivait pas. Elle pensait simplement qu'il avait pu se sentir trahi, qu'il devait souffrir. Et à cet instant, elle voulait savoir ce qu'il pensait, en l'écoutant dire tout ça. Elle passa une main dans ses boucles. Se demanda ce qu'il aurait dit à propos de sa coiffure, dans d'autres circonstances.

- Je devrais partir.

Elle s'était levée soudainement, gardant la tête baissée. Elle voulait partir, s'enfuir. Ne pas avoir à subir ce silence. Ne pas savoir ce qu'il pourrait dire. Ses mains se crispèrent sur la table et elle cacha son visage, quelques larmes ayant réussi à couler malgré son envie de les retenir.



_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Maître forgeron
Messages : 255
Inscription le : 14/07/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que nos ennemis ignorent   Ven 1 Mai 2015 - 17:53


-C'est ça, fuis encore.

Le ton de Silind était neutre, sans haine, sans joie, rien, aucun sentiment. Il n'avait fait qu'écouter, écouter les raisons de cette situation, les causes qui font qu'aujourd'hui, ils ont cette discussion. Mais cela ne suffisait pas. Habituellement, Silind n'était pas quelqu'un qui parlait beaucoup, il agissait, écoutait, mais discuter... C'était toujours plus compliqué. Surtout quand il s'agissait de parler de sentiment. Demandez lui n'importe quoi sur sa forge, les armes, la ferronnerie, les plans, les inventions... Aucun problème. Mais quand il faut parler de ce qu'il ressent, là c'est tout un autre monde. Aujourd'hui, c'était une des rares fois où il allait prendre la parole pour soutenir son opinion.

-Fuis, comme tu l'as déjà fait.

Il soupira, comme s'il était un peu déçu.

-Je pensais qu'on était là pour discuter, pour que tu m'expliques. Là, tout ce que j'ai, ce sont des justifications vagues. Mais, si tu crois avoir dit tout ce que tu avais à dire, va t'en.

Le colosse tapota sa table de ses doigts, pris une respiration et continua.

-Mais... Si tu restes... Tu pourrais peut-être me dire plus en détail les raisons de ce mariage que tu ne souhaites pas. Pourquoi n'as-tu pas le choix ? Pourquoi... Pourquoi tout.

Il la regardait, toujours debout, comme bloquée entre l'envie de partir et celle de rester. Il attendit un geste de sa part, mais comme rien ne venait, il continua.

-Tu sais, au final, ce qui m'a fait le plus mal, c'est que tu ne sois pas venue m'en parler en personne. C'est vrai qu'apprendre que tu te mariais, ça m'a fait un choc... Mais j'aurais vraiment préféré que ce soit toi qui me le dise pour la première fois. Et toute cette discussion, nous l'aurions déjà eu et ça se serait certainement mieux passé.

Le colosse serra ses mains, les posant sur la table, il les frotta un instant.

-Pourtant, tu sais que je suis quelqu'un de confiance. Je... n'ai pas compris pourquoi tu n'es pas venue avant. Tu avais peur ? Peur de quoi ? De ruiner notre relation ? Que je devienne violent ? Notre histoire était déjà compromise quand tu as « accepter » le mariage. Et tout le monde sait que j'ai beau être gigantesque et effrayant, jamais je ne ferais de mal à quiconque de l'Académie... Et surtout pas à toi.

Il se tut, laissant le silence s'abattre de nouveau dans la pièce. Une ombre planait autour d'eux, oppressante, presque étouffante. Silind finit son discours simplement :

-Maintenant tu as le choix. Soit tu pars, restant sur ces mots, finissant de balayer ce qu'il pouvait rester de notre histoire, on continue à s'éviter, à ne plus se voir et voilà. Soit tu restes, on parle, on essaye de comprendre et, au pire, on restera ami.

*Au mieux, on pourra peut-être recommencer*

Oui, le forgeron était un coeur tendre, au fond de lui, il espérait vraiment qu'ils allaient arranger ça, qu'ils repartiraient sur une base plus saine... Mais c'était juste un sentiment enfouis... Une partie de lui essayant de lui rendre espoir, même si tout le reste semblait lui dire le contraire.



_______________


Arro Skil'Liches / Silind Frandrich / XDieu / Tarus Tal'Oursian / Lyuuna Sil'Celim
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que nos ennemis ignorent   



 
Le coeur a ses raisons que nos ennemis ignorent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» MAËLLE ? car le coeur a ses raisons, que la raison ignore
» Archives partie 86 Express : Le coeur a ses raisons
» Léna - Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» Jules || Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» "Le cœur a ses raisons que la raison même ignore" - Avec Aaron S. Hill et Oka Rules [Event Eclipse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: L'enceinte de l'Académie :: La forge-