Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinette[Elle] n'est pas comme nous
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 [Elle] n'est pas comme nous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Dessinatrice
Messages : 603
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Elle] n'est pas comme nous   Lun 29 Sep 2014 - 0:18


Enelyë étouffa un juron en se piquant avec une épingle. Elle essayait d'arranger sa coiffure comme elle le pouvait. Elle se demanda, encore une fois, pourquoi elle avait coupé ses cheveux. Ses boucles avaient beau repousser assez vite, elle ne pouvait toujours pas en faire ce qu'elle avait l'habitude d'en faire ; tresses, chignons, tout passait à la trappe. Mais elle n'oserait jamais se présenter où que ce soit avec les cheveux laissés lâches. Surtout pas à une réception à Al-Jeit où elle était invitée en tant que Ril'Enflazio. Cela dit, elle n'y serait clairement pas allée si deux paramètres relativement importants n'étaient entrés en compte. Le premier, le plus important, était que Varsgorn lui avait demandé de le représenter, parce qu'il ne pourrait pas être présent. Le second, qui l'avait un peu plus motivée, était le fait que Shana l'avait tout bonnement suppliée de l'accompagner. Et pour qu'elle supplie, c'est qu'elle le voulait vraiment.

Elle avait donc finalement acceptée, et était dans la salle des eaux depuis une bonne heure. Shana était déjà prête, alors qu'Enelyë n'arrivait pas à se décider sur la tenue qu'elle devait adopter. Que choisir entre le bleu, le beige, et toutes les autres couleurs ? Finalement, elle revint vers ses anciens amours en revêtant une robe rouge sombre, tout comme les papillons qu'elle avait accroché dans ses cheveux pour avoir un semblant de coiffure. Son amie la regarda d'un air admiratif, puis elles partirent d'un Pas sur le côté.

*

Demoiselle Fil'Seiap conduisait donc Demoiselle Ril'Enflazio à travers Al-Jeit. Parties en avance, elles avaient pris un peu de temps pour se promener dans la ville. Elles avaient visité, elles avaient ri, elles avaient beaucoup discuté, mais il était à présent l'heure de se présenter à la réception, bien qu'Enelyë tentait de raisonner son amie. Mais rien n'y fit, et elle fut traînée, presque de force, jusque chez Sieur Cil'Cizruo. Shana dut remarquer l'air consterné de la Dessinatrice car elle lui fit une remarque.

- Ne t'inquiète pas, Ene, je resterai avec toi.

La Dessinatrice se contenta de marmonner, ce qui fit rire Shana, qui lui dit qu'elle ne devrait pas faire ça une fois entrée dans la gigantesque demeure devant elle. Les bonnes manières devaient reprendre le pas sitôt la porte franchie.

*

Shana s'était en réalité vite éclipsée pour dire bonjour à de nombreuses personnes qu'elle connaissait, laissant Enelyë se présenter seule au maître de maison, un peu bafouillante et très peu sûre d'elle. Il semblait plutôt gentil, et avait simplement ri en demandant pourquoi Varsgorn n'avait pas présenté plus tôt une aussi jolie jeune fille, ce à quoi elle avait rougi avant de remercier son hôte. Puis elle s’était éloignée et avait tenté de retrouver Shana, un peu inquiète, en voyant un noble se pencher à l'oreille de Sieur Cil'Cizruo, dont le regard s’était légèrement assombri.

Elle se heurta plusieurs fois à des princesses en robe à froufrous, à des hommes majestueux aux costumes seyants, à des femmes gracieuses et à des garçons adorables. Enelyë ne trouvait pas sa place dans ce somptueux salon et elle ne savait pas comment agir. Devait-elle se mêler aux autres nobles, d'elle-même, faisant montre d'une hardiesse de façade, ou bien devait-elle attendre que l'on daigne s'intéresser à elle ? Le second choix s'imposa à elle bien vite, car avant qu'elle ne décide, on était venu lui parler. Elle se contentait de répondre aux questions qu'on lui posait, sans oser trop questionner elle-même. Cela ennuyait vraisemblablement les autres puisqu'ils se désintéressaient vite d'elle pour discuter entre eux.

Enelyë se dirigeait vers les escaliers, cherchant une échappatoire de fortune, tout en admirant la richesse de la décoration. Elle finit par bousculer quelqu'un, qui se révéla être Shana qui venait à sa rencontre.

- Tu m'as lâché en situation critique ! lui reprocha Enelyë à voix basse.
- Non, je t’ai lâchée pour que tu essayes de t’intégrer par toi-même. Ce monde est cruel Ene, et tu ferais bien d’apprendre à te débrouiller par tes propres moyens !

La remarque fit mouche, et devant le regard noir que lui décernait Enelyë, Shana sut qu’il fallait qu’elle s’éloigne. Si la conversation n’avait jamais été le fort de la Dessinatrice, les représailles en revanche ne tardaient jamais. Se promettant de se venger en rentrant à l’Académie, elle se détourna de Shana. Bien sûr qu’elle savait qu’elle disait ça pour l’aider, et puis, peut-être aussi parce que c’était un peu vrai, mais elle était certaine que rester avec Shana l’aurait aidé. Pour commencer, son amie aurait pu lui présenter les gens qu’elle côtoyait, et puis sans doute le reste serait-il allé tout seul. Elle épousseta machinalement la jupe de sa robe en soupirant, essuyant au passage la moiteur qui commençait à prendre ses mains.

A vrai dire, elle étouffait dans cette atmosphère. Elle n’était pas de ce monde.



_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Personnage Non-Joueur
Messages : 169
Inscription le : 05/02/2008
Age IRL : 52


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Elle] n'est pas comme nous   Mar 30 Sep 2014 - 18:40


- Sire, cette jeune demoiselle est venue seule, pour représenter le nom de son.. père.

Cette rapide remarque de Sire Gondriore Cil’ Dockhart, un de ses proches amis,eut tôt fait d’assombrir le visage de Cil’ Cizruo. Il l’avait laissée se présenter poliment en s’attendant à voir Varsgorn quelque part dans le hall, l’observant comme on présenterait une jeune fille nubile à un bal pour lui obtenir un époux.
Elle en portait bien la couleur. Ce rouge si profond, si tape à l’œil, dans une réception de ce genre. Et seule !
Une insulte.
C’était la manière qu’avait Varsgorn Ril’ Enflazio de lui cracher à la figure pour avoir refusé leurs derniers accords. Lui envoyer cette… au lieu de venir lui-même, comme on enverrait une servante au palais de l’Empereur. Sa fille, comme il aimait la présenter, mais ils le savaient tous, au fond d’eux-même, ce n’était rien de plus qu’un un jouet,  une poupée tirée de la boue, maquillée et habillée et coiffée pour faire façade, mais rien de plus qu’un jouet.
Et les Dieux savaient pourquoi il avait jeté son dévolu sur cette petite roturière. « Un jouet la nuit autant que le jour », aimait à répéter Gondriore, ce que lui-même condamnait. Si ça s’avérait vrai…
Il regarda la jeune fille errer dans la grande salle, le rouge de sa robe attirant tous les regards sur elle, mais jamais l’attention profonde, ou encore moins le respect. Ca lui rappelait cette autre jeune femme présentée seule et de rouge vêtue lors d’une autre réception. A la différence que cette jeune déshéritée venue de Vor avait attiré toutes les attentions, et il se rappelait avec amusement les grâces dont avaient redoublé leshommes pour s’attirer ses faveurs. Vil’ Ryval en était sorti vainqueur et s’en était aussitôt fait le protecteur.
Alors que cette fois, le sieur pourtant si pénible et si vorace dès qu’il voyait de la nouvelle chair et qu’il avait du inviter par politesse plus que par plaisir, n’avait jeté qu’un regard vague en direction d’Enelyë, avant d’enlacer la taille d’une quelconque autre jeune beauté.


*

- Cela fait une semaine, et elle n’est pas là ce soir non plus alors que Mère l’avait formellement invitée.

- Tu ne devrais pas t’en faire ainsi, Aliénor, elle a peut-être du retourner en urgence auprès de son père, tu sais qu’il est très malade.

- Elle nous l’aurait dit, non ? Je sais qu’elle me l’aurait dit. Je n’arrive pas à la joindre dans les Spires, comme si elle était… Dame, je préfère ne pas penser qu’il ait pu lui arriver malheur.

- Tu t’en fais trop pour elle alors qu’elle n’en fait qu’à sa tête. A-t-elle jamais fait quelque chose pour toi ? Alors que nous, tes vraies amies depuis que nous sommes petites, nous sommes là pour te soutenir dans tes inquiétudes.

La jeune femme blonde pinça les lèvres pour se retenir de répondre, consciente du manque cruel de tact dont elle avait fait preuve, mais incapable de refouler l’inquiétude qui la gagnait de jour en jour.
Jusqu’à ce que, sans prévenir, elle fila à travers la salle sans prévenir, laissant Néphélye, Victoria et Piotr sur place.
Cette robe rouge, ces cheveux noirs…

- Sareyn !


Elle ne se rendit compte de son erreur que lorsque la jeune femme se retourna, l’air un peu perdu. Et ce n’était définitivement pas Sareyn. A vrai dire même de loin elle ne lui ressemblait pas. Elle était beaucoup plus petite, ses cheveux étaient arrangés bien autrement, sa peau était pâle et sans la moindre marque. Et elle avait deux yeux, qui paraissaient si ternes par rapport à l’océan de l’œil unique.
Aliénor eut beaucoup de mal à cacher sa déception et le pincement qu’elle sentait dans son cœur, mais prit sur elle de reprendre ses bonnes manières juste au moment où ses trois amis arrivaient. La manière dont elle s’était précipitée et prononcé un nom qui ne faisait pas forcément l’unanimité parmi la noblesse avait attiré les regards sur eux tous, et particulièrement celui de son père.
Sire Cil’ Dockhart, qui voyait déjà d’un très mauvais œil qu’elle parle à moins noble qu’elle, et qui venait de la voir adresser la parole à la fille adoptive Ril’ Enflazio. Une roturière !

- Veuillez me pardonner, mademoiselle, je vous ai prise pour quelqu’un d’autre pendant un instant.

Elle s’éclaircit la gorge, se guinda comme une jeune fille doit toujours le faire et prit un port plus gracieux, seyant à ce que sa mère attendait d’elle à chaque nouvelle rencontre.

- Nous n’avons pas encore eu l’honneur de vous croiser, ai-je raison de croire que vous êtes Demoiselle Enelyë Ril’ Enflazio, fille de Sire Ril’ Enflazio ?  Je m’appelle Aliénor, et voici mes amis Victoria, Piotr et Néphélye. Etes-vous ici pour intégrer l’Académie d’Al-Jeit ? Elle vous serait sûrement plus propice que l’Académie du Nord, celle de Merwyn, et vous y seriez en bien meilleure compagnie.

Quelque chose dans la manière dont Enelyë les regardait lui rappelait Sareyn les premiers jours, et son envie irrépressible de l’aider et de la protéger. En moins fort, car la jeune fille était plus réservée. Quelque chose qui attirait automatiquement sa sympathie, Aliénor raffolait de ce sentiment d’altruisme lorsqu’elle aidait quelqu’un qui était moins bien loti qu’elle.

- Encore à faire la charité, Aliénor ?
fit une voix glaciale, juste au moment où Sire Cil’ Dockhart posa une main sur l’épaule de sa fille. Si cela vous amuse tant de collectionner les chats de gouttière, pourquoi ne demandez-vous pas à votre mère de vous acheter un animal ? Vous savez ce que je pense de vos… occupations, termina-t-il en regardant Enelyë droit dans les yeux.

Les dents serrées, Aliénor s’apprêtait à plier sous le joug de son père. C’était sans compter sur le soutien des jeunes académiciens de Jeit, en particulier Victoria qui prit une inspiration comme pour parler.



_______________
Personne, l'Homme aux milles visages
avatar

Personnage Non-Joueur
Messages : 169
Inscription le : 05/02/2008
Age IRL : 52


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Elle] n'est pas comme nous   Ven 19 Déc 2014 - 6:20


*Oui, Mère, je ferais attention... Comme à chaque fois.*

Victoria soupira. Elle venait de sortir d'une longue conversation dans les Spires avec Freccia Skil'Liches. Elles discutaient au moins une fois par semaine, si ce n'est plus. Depuis que la dernière du clan Skil'Liches était rentrée dans le secret de la famille, cela n'arrêtait pas. Pour faire des rapports, discuter des différentes personnes que Victoria espionnait. Oui, car c'était cela le secret des Skil'Liches. Depuis des siècles et des siècles, ils faisaient partie des familles qui fouinaient, fouillaient dans le passé des autres. Tout ça dans la plus grande discrétion.

Sa mère lui avait expliqué tout. Que son père et son frère n'étaient pas au courant, Que c'était Grand-Père Vukodlak qui avait tout enseigné à Freccia et que maintenant c'était son tour. Elle lui avait laissé quelques années à l'Académie d'Al-Jeit, pour que son pouvoir croît. C'était il y a deux ans que sa formation avait commencé. Elle soupira de nouveau. Elle n'avait pas imaginé que ce serait aussi compliqué. Adieu les soirées simples, adieu les discussions simples, remplacé par traîtrise, pouvoir, alcool, sexe et bien d'autres choses du même acabit.

Cela voulait dire aussi que ce soir serait comme toutes les autres fêtes. Elle devrait faire attention à ce qu'elle dit, à ce qu'il se dit et surtout surveiller tout le monde. C'était fatiguant et parfois Victoria avait juste envie de s'amuser comme avant. S'arrêtant dans sa réflexion, elle prit une de ses nombreuses robes. Celle-là était verte sombre. Elle la revêtit devant son miroir, une de ses favorites. Victoria aimait croire que le vert était la couleur familiale. Elle savait que son père et sa mère portait toujours des habits de cette teinte durant les soirées mondaines. Et elle était persuadée que c'était aussi le cas de son crétin de frère.

Elle se mit à penser à Arro, pendant qu'elle se coiffait. Cela faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu. Ils s'envoyaient des lettres, de temps en temps, mais le fait de l'avoir en face d'elle, de rire et être dépité par ses blagues débiles, lui manquait. Les souvenirs qu'elle avait de lui la firent sourire. Victoria se mit une touche de maquillage et ajouta sa broche tête de loup en chêne, avant de partir.


*


Elle se présenta devant la porte de Cil'Cizruo, quel drôle de nom quand même... Enfin, on ne peut pas vraiment choisir son patronyme... Mais bon, voilà que la jeune Skil'Liches toqua à la porte. Un majordome vint lui ouvrir. Il lui rappela un peu Alfred, par sa tenue tirée à quatre épingles et son attitude guindé... Enfin, c'était sûrement parce que tous les majordomes se ressemblent... Naaaan, Alfred avait un petit truc en plus, cet air bienveillant dans ses yeux, qui montrait qu'il ferait bien plus que ses devoirs de majordome pour la famille Skil'Liches.

Remerciant le vieil homme qui tenait toujours la porte, elle s'enfuit dans le salon retrouver la fête. Elle repéra d'un coup d'oeil Aliénor et Piotre, Néphélye n'était pas encore là. Elle profita donc de l'absence de la dernière membre pour aller faire un tour et discuter poliment avec les invités. La jeune dessinatrice papota avec quelques amis d'Al-Jeit et d'Al-Chen, mais s'arrêta plus particulièrement pour parler avec Makel Vil'Ryval. Sa mère lui avait dit de se rapprocher de cet homme, qu'il était suspecté de tremper dans plusieurs affaires louches. Du coup, Victoria se força pour paraître la plus courtoise et amicale possible, même si bien des fois elle dut montrer de la volonté pour ne juste pas lui lâcher une magnifique baffe. Quand elle eut enfin fini son devoir, la dessinatrice retourna auprès de son petit groupe, salua Néphélye qui venait d'arriver et discuta avec un certain plaisir avec ses amis. Cela tourna un peu autour des divers invités, de l'Académie d'Al-Jeit et Sareyn.

Sareyn, cette demoiselle attirait vraiment l'attention. C'était étrange comme Aliénor ne pouvait s'empêcher de graviter autour d'elle... A moins que ça ne soit le contraire ? Victoria ne prit pas le temps d'y réfléchir, déjà son amie blonde partait vers une inconnue en hurlant un nom. Alors qu'elle entamait la discussion avec la demoiselle, le petit groupe s'était approché. C'était donc Enëlye Ril'Enflazio, la célèbre -mais pas pour les bonnes raisons- fille de Varsgorn Ril'Enflazio. Il avait un sacré culot... Et, bien que ne le connaissant pas, Victoria eut un brin de respect pour lui, car dans la famille Skil'Liches, l'effronterie était plutôt bien vue. Mais elle plaint la pauvre petite, elle ne devait pas avoir l'habitude d'être aux milieux de tout ces faux-semblants. Heureusement qu'Aliénor était là pour lui proposer son aide... Enfin, jusqu'à ce que son père y mette son grain de sel. Dame, qu'elle n'aimait pas Sire Cil'Dockhart, toujours aussi pompeux et prétentieux. Son frère et son père dirait qu'il pète plus haut que son postérieur. Et elle n'en pensait pas plus. Alors, elle ne se retint pas quand elle vit qu'Enelyë et Aliénor étaient en mauvaise posture.


-J'informerais donc ma mère qu'elle est un chat de gouttière... Je suis sûr que ça lui fera grandement plaisir... En même temps, elle n'en attendrait pas moins de vous... Et certainement pas plus, Sire Cil'Dockhart.

Elle jubilait en voyant la tête de l'homme. Abasourdie, cherchant ses mots sans les trouver. C'était jouissif !

-Mais, bon, je dois avouer que pour oser insulter la fille de Varsgorn Ril'Enflazio, il faut avoir du courage... Ou peut être de la stupidité. Vous nous excuserez ?

Victoria Skil'Liches attrapa Enelyë et Aliénor et s'en alla dans un autre coin de la pièce, laissant le père de son ami sur place.

-Bien, il ne devrait plus t'embêter maintenant.

Toujours un sourire sur les lèvres, elle regarda son amie blonde

-Ton père est de plus en plus facile à moucher... Mais c'est toujours un plaisir de le faire.

Elle rigola un peu avant de retourner vers la jeune dessinatrice d'Al-Poll.

-Donc, tu viens de l'Académie de Merwyn... Il parait qu'elle est en train d'être reprise en main par notre ancien intendant, Aziel Ril'Kryzant. Enfin, j'en ai entendu parler par mon frère qui y travaille, tu le connais peut-être, son nom c'est Arro... En tout cas, vous n'avez pas vraiment de chance, Aziel n'est pas un tendre. Mais bon, j'admets que ses méthodes demeurent efficaces.


_______________
Personne, l'Homme aux milles visages
avatar

Dessinatrice
Messages : 603
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Elle] n'est pas comme nous   Lun 12 Jan 2015 - 17:48

Respire, ne cherche pas à croiser leurs regards. Tu es une Princesse, Enelyë, même si tu ne l'es que pour une personne.

Elle se sentait étudiée attentivement, se sentait déshabillée devant cette foule d'inconnus qui la jugeait. Elle parvenait à peine à garder sa neutralité sous les regards, tantôt rapides, tantôt appuyés, tandis qu'elle se dirigeait vers un coin de la salle où les personnes étaient nombreuses, espérant ainsi se cacher, se dissimuler parmi les autres. Elle gardait la tête haute, relevait sans cesse le menton. Elle ne devait pas baisser la tête face à eux. C'était peut-être comme une marque d'irrespect qu'ils le prendraient. C'était pour elle une marque d'amour-propre. Et son amour-propre passait avant le respect qu'elle devait aux autres.


Chaque fois que ses yeux noisettes s'ancraient dans des regards étrangers, elle ne cessait de tourner la tête, pourtant. Mais elle savait qu'elle ne pouvait pas les ignorer indéfiniment. Pourquoi était-elle là, déjà ? Censée représenter Varsgorn, hein ... Autrement dit ; reste à faire la potiche chez les gens chez lesquels je n'ai pas envie d'aller. Elle ne savait pas trop quels étaient les enjeux de sa présence. Elle s'en était d'abord moquée, mais réalisa qu'elle aurait peut-être dû s'y intéresser un peu plus. Un regard de trop sur elle la fit tiquer. Qu'avaient-ils tous à la fixer ainsi ?

- Sareyn !

Enelyë sursauta, surprise. Était-ce à elle que l'on s'adressait ? Une méprise, évidemment, mais la voix semblait portée vers elle ... Elle se tourna lentement vers la jeune femme qui l'avait interpellée, sa jupe tournoyant dans son sillage. La demoiselle semblait déçue et la brunette dut faire un gros effort pour résister à l'envie de disparaître aussitôt. Mais maintenant que tout le monde l'avait scrutée, sans doute son absence ne passerait-elle pas inaperçue. Quoi que, ils semblaient tous être passés à autre chose. Elle se mordit la lèvre, releva la tête, tandis que la jeune femme s'avançait vers elle, suivie de trois autres jeunes gens. Elle commença par s'excuser, tandis qu'Enelyë se contentait de la regarder, gardant son masque de neutralité, ne tentant pas même d'esquisser un sourire.

L'inconnue se redressa, prenant une posture plus ... « noble », avant de se présenter et présenter ses amis. Aliénor, Victoria, Piotr, et Néphélye. Enelyë tenta de graver ces noms dans sa tête, avant de se décider à offrir finalement un sourire, un peu timide, tandis qu'un flot de paroles sortait toujours des lèvres de la jeune femme. Et alors qu'elle s'apprêtait à répondre, à prononcer sans doute les premières paroles qui ne lui vaudraient rien d'autre qu'une attention qui avait l'air sincère mais dénuée de jugement, elle fut interrompue par une voix qui, sans qu'elle ne puisse dire pourquoi, la glaça sur place. Elle leva la tête, regardant fièrement l'homme qui l'insultait. Elle fronça les sourcils, sans oser dire un mot dans un premier temps. Enelyë voyait dans le regard de l'homme tout ce qu'il pouvait bien penser d'elle, et de sa présence. Elle jeta rapidement un coup d'oeil à Aliénor qui semblait se sentir mal à l'aise, et alors qu'elle s'apprêtait à nouveau à parler, on l'interrompit à nouveau.

Victoria, l’une des amies d’Aliénor, venait de le moucher. Il semblait stupéfait, et il ne répondit même pas. Il ne tenta pas même de faire un geste lorsque la jeune femme entraîna Aliénor et Enelyë un peu plus loin. La jeune Kaelem se ressaisit vite, enlevant son bras de la main de Victoria. Elle lui était certes reconnaissante, mais elle pouvait encore marcher seule. Enfin, lorsqu'elle lui déclara que cet homme ne l'embêterait plus, elle laissa passer un sourire sous son masque neutre.

- Merci beaucoup, Victoria.

Les deux jeunes filles blondes rirent un instant entre elles, puis Victoria se tourna à nouveau vers elle. Enelyë remarqua à ce moment seulement que Piotr et Néphélye étaient là eux aussi, semblant intéressés par la réponse qu'elle allait donner à la jeune femme habillée de vert. Aziel ... Elle se garda bien de dire que les élèves de l'Académie avaient déjà fait leur enquête, et que tout ce qui devait s'ensuivre ne tarderait pas à arriver.

- Et bien ... un peu d'ordre n'a jamais fait de mal à personne. Même si les élèves avaient l'habitude d'avoir plus de libertés, je suppose qu'il faut de toute façon s'habituer à vivre selon les règles.

Elle ponctua sa phrase d'un sourire. Elle disait cela, mais elle aussi était habituée à plus de libertés qu'Aziel ne leur en avait laissé avec le Code. Elle ne suivait pas grand-chose de ce règlement ; elle portait son uniforme, assistait aux cours, mais ça s'arrêtait là. L'Appel qu'il avait instauré lui avait semblé optionnel, tout comme le couvre-feu. Elle n'avait d'ailleurs pris la peine de relire le Code que pour l'enseigner à Shana.

Shana qui par ailleurs, approchait d'elle, tout sourire.

- Je vois que tu as fait connaissance avec Aliénor et Victoria ! Bonjour mesdemoiselles, comment allez-vous ?

Enelyë était loin de se douter que Shana se comportait d'une manière plus gaie lorsqu'elle n'était plus entre les murs de l'Académie. Elle avait salué les deux jeunes femmes en souriant, et en exécutant une sorte de révérence amusée. A l'école, elle était toujours plus discrète, plus rêveuse. Il fallait dire aussi qu'à chaque fois qu'elle essayait d'en placer une, d'autres élèves - Ichel en particulier - l'en empêchait ou la ridiculisait juste après. Cependant, elle avait déjà eu l'occasion de voir cette Shana-là, lorsqu'elles se promenaient toutes les deux à Al-Poll ou bien le soir au dortoir ; une Shana splendide et amusante, drôle. C'était, après tout, la raison pour laquelle elles étaient devenues amies. Elle avait laissé ses pensées vagabonder quelques secondes, mais la voix de son amie la rattrapa.

- Oh, je trouve Al-Jeit tellement surfait ! A Al-Poll l'atmosphère est plus conviviale, et se confronter aux roturiers est ... enrichissant. N'est-ce pas, Enelyë, que nous sommes bien à l'Académie de Merwyn ?
- En effet. Les professeurs sont pédagogues et les élèves s'entendent tous plus ou moins bien. Néanmoins ... elle s'arrêta pour lancer un regard à Shana, j'aimerais effectivement, dans un avenir proche, venir étudier à Al-Jeit.

Elle ne dénigrait pas la qualité de l'enseignement des professeurs de l'Académie, mais elle voulait pousser plus loin encore son Don, explorer encore plus de chemins ; elle connaissait plutôt bien la théorie, mais était certaine de pouvoir encore mieux l'exploiter si on lui expliquait attentivement. Elle était une Dessinatrice théorique, à vrai dire. S'appuyer plus sur les connaissances que sur la pratique avait toujours été sa façon de faire, même si le Dessin était un réel plaisir à expérimenter. Elle ne s'en privait pas, par ailleurs.

- Comment sont les professeurs à Al-Jeit ? Comment est l'Académie en elle-même ?

Elle imaginait le soleil qui rayonnait toute l'année, loin du froid d'Al-Poll. Mais le soleil ne suffirait pas à rendre l'atmosphère chaleureuse comme elle pouvait l'être à l‘Académie de Merwyn, et elle ne voulait pas se sentir mal dans une école. De toute façon, si elle ne se sentait pas à sa place, elle savait déjà qu'elle ne le supporterait pas longtemps. Quitte à retourner à Al-Poll, et s'entraîner davantage ... peut-être en assistant Myra, pourquoi pas ?

En se mettant à discuter avec ces autres jeunes personnes, elle en oubliait presque où elle était. Et elle commençait déjà à voir en eux de potentielles connaissances à placer sur la liste des gens qu’elle ne détestait pas. Cependant, elle sentait encore parfois des regards glaçants se porter sur elle. Elle tentait de ne pas y faire attention.



_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Personnage Non-Joueur
Messages : 169
Inscription le : 05/02/2008
Age IRL : 52


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Elle] n'est pas comme nous   Jeu 30 Avr 2015 - 4:14


[Note mentale et à la cantonnade : Aliénor = lightblue / Pyotr = lightgrey/ Néphélye = orange ]
[Derp. @@]

Son père regarda Victoria d’un ton interdit, et Aliénor sut à ce moment là que Père lui ferait une diatribe des plus barbantes le soir, lorsqu’ils rentreraient au manoir. Père n’aimait aucune de ses amies, et il était si strict. Comme si elle avait encore dix ans… Elle en avait dix-neuf maintenant, elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait et parler à qui elle voulait, par la Dame ! Surtout qu’Enelyë était la fille adoptive Ril’ Enflazio et que ça ferait sans doute du bien à Père de s’en rapprocher un peu plus, de lui.
Il avait l’air de gâter sa fille même si elle n’était pas de lui, vu la robe qu’Enelyë portait, alors qu’Aliénor devait se contenter de la même étole qu’au bal dernier même si elle avait de nouveaux escarpins à la nouvelle mode. Un scandale. Un vrai scandale. Une honte parmi tous ces amis. Si seulement Sareyn était là, elle pourrait lui offrir l’étole, c’était souvent comme ça qu’elle se débarrassait de ses vieilles affaires sans que ses parents le sachentet avait l’impression de faire la charité en même temps.
Sareyn était si peu au courant des dernières modes, il fallait bien que quelqu’un l’aide à survivre en société.

* Pas super polie la miss Ril’ Enflazio, tu trouves pas Lièn ?*

* Laisse-lui du temps, elle a pas l’air d’être habituée à ce genre de Bals. On a tous été comme ça à nos premiers bals.*


*Mais on avait treize ans… *

*Ceci étant, elle a remercié Vicky pour son sauvetage du Pater Alienores. Brillant d’ailleurs Vicky ! *
finit de commenter Pyotr dans les Spires.

Le groupe avait établi son petit réseau de Spires depuis qu’ils devaient apprendre à dessiner ensemble pour les cours, et y’avait pas à dire, c’était idéal pour les potins sans être entendus par les concernés. Bon, c’était pas encore totalement au point et c’était pas dur de deviner qui était dans les Spires à leurs yeux dans le vague… mais c’était délicieux.

Shana arriva sur ces entrefaites, et Néphélye l’accueillit à grand renforts de gloussements. Elles avaient été bonnes amies d’enfance, même si la distance les avait un peu perdues de vues. Quelle drôle de décision de la part des parents de Shana, de l’envoyer à l’Académie du Nord…
Et le pire, c’est qu’elle avait l’air de s’y plaire. Le nez de Pyotr se fronça, lui qui était si frileux et si peu habitué à la vie en dehors de Jeit. Pas que Aliénor y soit plus habituée, mais chaque fois qu’elle croisait Sareyn, elle se prenait à imaginer la vie d’aventures que devait représenter la vie à la campagne, et les dangers que ça impliquait… sinon, comment aurait-elle eu tous ces tatouages et cette horrible cicatrice sur le visage ? Elle serait si –jolie- si elle avait ses deux yeux…

A croire qu’on ne pouvait pas avoir ce petit côté rebelle que Sareyn cultivait consciemment et la beauté parfaite qu’Aliénor essayait d’afficher en permanence.

*Al-Jeit, surfait ? Pft, le Nord a du lui griller les neurones. Nous sommes le joyau de l’Empire oui.*

* Mets-la en veilleuse Pyotr, il faut être compatissant avec elle, elle doit déjà tant souffrir parmi tous ces roturiers..*

*Vous croyez que quand elle les "confronte" et que c’est "enrichissant", ça veut dire qu’elle a roucoulé dans la paille avec un garçon d'écurie?*

* Oh, vous imaginez ? Ou un de ces sauvages Thüls !*

*Si scandaleux !*

*Tu boudes, Vicky ? On plaisante juste, tu nous connais.*

- Oh si vous saviez,
s’exclama Aliénor en parlant de l’Académie de Jeit. Les batiments sont si beaux ! Construits par les premiers Dessinateurs eux-mêmes après la chute des Ts’liches. Nous n’y dormons pas en tas comme au Nord, au contraire, nous sommes raccompagnés dans des calèches spéciales de l’Académie jusqu’à nos demeures respectives le soir.  Et on n’y enseigne pas ces horribles choses comme le combat, c’est à l’école de la Légion Noire de faire ça. Nous formons les futurs Sentinelles de l’Empire, les joyaux sur la couronne de notre Empereur.

*Hé, c’est ma ligne ça ! *

- Et nous sommes ouverts à tous, croyez vous bien ! Vous pouvez témoigner Victoria, vous venez d’Al-Chen, nous avons des élèves qui viennent d’Al-Vor, nous acceptons même certains roturiers s’ils sont particulièrement doués, même si la plupart du temps l’école leur trouve des mécènes qui les adoptent et les anoblissent. Le mécénat permet à tous de vivre au train d’Al-Jeit sans se sentir dernière saison ! Sareyn est même sous l’aile de l’ignoble Messire Vil’ Ryval il parait, la pauvre, mais il fallait bien que quelqu’un lui permette de s’intégrer…

Quand Aliénor était partie, difficile de la stopper. Pyotr lui coupa la parole un peu grossièrement, mais en s’excusant  à travers les Spires.

- Ce qu’Aliénor veut dire, c’est que nous avons les meilleurs enseignants de tout l’Empire. Les sentinelles eux-mêmes, dans les années plus avancées, et tous les spécialistes du dessin. Messire Ril’ Krysant était un modèle de gestion et de religion et nous enseignait quelques cours de théologie dans son temps libre. Nous avons tous les érudits les plus instruits en politique, en droit, avec des cours transversaux d’art militaire pour les dessinateurs qui voudraient rejoindre les opérations spéciales de la Légion Noire. C’est une nouvelle division, très à la mode. J’envisage de la rejoindre dès que Père obtiendra une dérogation.

Néphélye l’interrompit avant qu’il ne leur parle ENCORE de ses projets d’allier le dessin à l’art martial, qu’il passait son temps à raconter aux jolies filles naïves aux grands yeux brillants.

- Ce que Pyotr veut dire, c'est que ce sera avec un grand plaisir que nous vous accueillerons, à l’évidence. Vous rejoindrez-vous également, Shana ? J’imagine qu’il ne vous serait pas difficile de transférer d’école, même si vous trouvez Jeit un peu surfait… Victoria, vous faites partie des élèves qui préparent les épreuves et les formations pour devenir Sentinelle, n’est-ce pas? C’est tellement excitant. Mais vous en parlerez sans doute mieux que nous, n’est-ce pas ?

* Toujours plus intéressant que tes schémas de bataille, le Pytre.*

* Néphélye mon amie, vous me brisez le cœur.*



_______________
Personne, l'Homme aux milles visages
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Elle] n'est pas comme nous   



 
[Elle] n'est pas comme nous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Un cheval, ce n'est pas une girafe. (Pauline Hemson) || Terminé
» ? Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi !
» Elle était belle, comme une perle [PV Petite Perle]
» elle était sage, comme un carnage. ? suki
» Chaque pas qui est fait sur elle devrait être comme une prière [Ikirion] TERMINÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La capitale Al-Jeit et ses environs :: Quartiers résidentiels-