Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteI'll be back [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 I'll be back [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: I'll be back [Terminé]   Mar 15 Avr 2014 - 17:04

Il avait fuit.... comme un lâche.


Suite à la lourde discussion prêt du torrent dans la montagne, quand Halina les avait supris, Kirfdéin avait poursuivit ses cours avec Dylan... différemment. Il n'osait plus l'approcher, n'osait plus aller plus loin que la relation maître/élève basique dans les autres enseignements, allant presque jusqu'à la vouvoyer. Sauf que cette relation n'était pas basique chez les marchombres. Un maître marchombre était plus qu'un simple professeur mais Kirfdéin avait été incapable de recommencer autrement. 

C'était comme si Halina allait surgir à tout moment, comme si elle était tapie dans l'ombre à les observer continuellement. Non, pas "comme si". Elle était là. Dans la tête de Kirfdéin, elle était là. Parfois, il avait l'impression que son fantôme se mettait entre Dylan et lui, pour éviter un trop grand rapprochement. 

C'était trop pour Kirfdéin. Il ne pouvait supporter cette relation. Et même si Dylan ne disait rien, il voyait bien qu'elle en souffrait. Ce n'était pas ça l'Harmonie. Ce n'était qu'un résidu de ce qu'elle était vraiment. Une parodie du... Chaos.

Alors le marchombre avait fuit.


Loin. De l'académie. De cette ambiance qui le faisait souffrir. Sans réfléchir, il avait pris la direction du lac de Chen, mais sans aller à Al-Chen. Il avait choisit la rive opposé. Même face à sa mère, il n'osait se montrer. Il avait besoin de réfléchir. Seul.


Il était resté une semaine entière devant le lac, sans même s'occuper de la beauté du paysage devant lui. Son esprit était trop occupé par ses réflexions. S'il voulait garder Halina, il devait stopper l'entraînement de Dylan. Mais il n'était pas prêt. Pas prêt à rompre avec sa vie de marchombre. Comment Halina ne pouvait-elle pas comprendre que la relation avec Dylan était différente de celle qu'il avait avec la Teylus? Elle n'avait pas s'inquiéter, jamais il ne tomberait amoureux de Dylan. C'était sa protégée, son élève. La relation n'irait pas plus loin.

Il finit par se décider. Il ne pouvait mettre un terme à son passé, certes court mais existant quand même, de marchombre. Il allait rentrer à l'académie et reprendre les cours avec Dylan. Comme avant. Comme un vrai marchombre. Si Halina n'était pas d'accord, ils... se sépareraient.


Il avait fuit. Comme Elera. Il comprenait son désir de départ désormais. Parfois, les marchombres n'étaient pas prêt à gérer ce que Maître Marchombre signifiait vraiment. Mais lui, il était revenu. Contrairement à Elera. Et là, il ne comprendrait jamais cet abandon. L'engagement sur trois ans ne devait pas se faire uniquement dans le sens élève vers maître. Le contraire était également de mise.


Ce fut de nuit qu'il entra à l'académie. Malgré les gardes de l'intendant qui patrouillait dans l'établissement, il ne fut pas repéré. Quel piètre marchombre il aurait fait si ça avait été le cas. Ombre parmi les ombres. Aussi invisible que s'il n'était pas là. Il fila vers le dortoir des Kaelems et se rendit compte que Dylan n'était pas dans son lit. Il sortit sans se faire remarquer, comme s'il n'était pas venu. 

Installé sur le rebord d'une fenêtre comme un oiseau de proie guettant, il se mit à penser aux différents endroits où son élève pourrait être. La tour marchombre. La chaîne de montagne. Les toits. Ailleurs. Il irait dans l'ordre. Il choisit bien évidemment le plus prêt. Les toits. La Kaelem était là. Assise le dos contre une cheminée. Il s'approcha d'elle en silence.


- Ton maître s'accorde un congé et tu n'en profite pas pour dormir? Je n'ai pas dû être assez sévère avec toi pour que tu sois autant en forme.


Elle sursauta, se tournant vers lu, sur ses gardes. De bons réflexes de marchombre. Elle n'avait donc jamais cessé de travailler. Kirdéin lui offrit un sourire.


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'll be back [Terminé]   Mer 30 Avr 2014 - 11:34

Il était parti.

Certes, Dylan s'y était attendue. Préparée. Confrontée. Mais la réalité, où que l'on soit, quoi que l'on fasse, nous rattrape toujours.

Les premiers temps, ils avaient continué à travailler ensemble. Quoique, ensemble... cela était un bien grand mot. Leurs entrevues ressemblaient désormais plus à de vulgaires cours de combat qu'à de véritables enseignements marchombres, et leur relation s'en ressentait. Kirfdéin semblait de plus en plus distant au fur et à mesure que les jours s'écoulaient et elle-même, qui avait toujours refusé d'appeler son maître par son prénom et de lui offrir le tutoiement qu'il lui proposait, avait à présent du mal à le fixer dans les yeux – dans le cas hautement improbable où ce dernier acceptât de soutenir son regard plus d'une fraction de seconde. La gêne, entre eux, était allée en grandissant, et la Kaelem n'envisageait plus ses confrontations avec le jeune homme qu'avec un mélange de crainte, d'anxiété, de honte et d'espoir. Il n'est guère besoin de préciser que, au fil du temps, l'espoir s'était nettement amenuisé.

Et puis, un beau jour, Kirfdéin n'était plus là.

Ils n'avaient pas pris rendez-vous, la veille, mais, d'ordinaire Dylan le trouvait à chaque fois – excepté lorsque c'était son maître lui-même qui venait à elle. Pas celle-là. Elle l'avait pourtant cherché partout, fouillant l'Académie, arpentant le parc, visitant tour à tour le lac, la cascade, les écuries, le clos d'exercices et les jardins. Quand, pour finir, elle s'était glissée à l'intérieur de la Tour marchombre, en gravissant les innombrables marches jusqu'à atteindre la salle de méditation, les souvenirs l'avaient assaillie. C'était ici qu'elle avait rencontré Kirfdéin pour la première fois. C'était ici que tout avait commencé. C'était ici que serait son maître, elle le sentait – si toutefois il était toujours là. Arrivée au sommet de l'escalier, la jeune fille avait hésité, la paume de sa main posée sur la poignée de la porte. Ses certitudes cognaient à l'intérieur de son cœur mais son esprit, lui, était envahi par le doute. Un instant, elle avait même eu envie de faire demi-tour, laissant derrière elle cette pièce pleine de lumière, d'harmonie et de poésie. Mais elle devait savoir.

Tout était exactement tel que dans sa mémoire. Les murs couverts de graffitis et baignés de soleil, les nuages qui couraient derrière les larges vitres de verre, les couleurs à la fois tendres et éblouissantes, le silence. Surtout le silence. L'apprentie s'était avancée, presque timidement, parmi les rayons. Vide. La salle était vide. Un oiseau avait traversé le ciel, évitant l'une des nombreuses fenêtres de justesse, mais elle l'avait ignoré. Vide. Vide. Ce mot résonnait dans sa tête. Alors, alors seulement, elle avait compris.

Il était parti.

Il était parti, comme elle l'avait redouté – comme elle l'avait cauchemardé. Il était parti et l'avait laissée derrière lui. Seule. Si seule. Un frisson l'avait secouée, et elle n'aurait su dire s'il s'agissait d'un frémissement d'inquiétude, de rage ou de tristesse. Sans un mot, elle s'était rapprochée de la baie vitrée, laissant son regard courir sur le paysage qu'elle surplombait. Les arbres, les pierres, les herbes, les cours d'eau, les montagnes. Elle se rappelait l'indescriptible émotion qui l'avait étreinte, la première fois qu'elle avait pénétré dans cette pièce, de même que le formidable sentiment de bonheur qui avait éclaté au creux de sa poitrine comme autant de bulles de savon. Bien maigre écho d'une sensation de bien-être et de liberté à jamais envolée. Un sourire amer s'était dessiné sur ses lèvres tandis que ses yeux effleuraient les dizaines de poèmes qui l'entouraient – sans les lire. « Un jour, il y aura l'un de tes messages sur ces murs, j'en suis sûr. » C'était ce que lui avait dit Kirfdéin – il y avait si longtemps de cela. Un jour. Pas celui-là.

Lorsque jeune femme s'était enfin détournée, son regard brillait mais ses yeux demeuraient secs. Elle avait quitté la salle de méditation sans se retourner. Le voie de la plénitude s'était définitivement dérobée sous ses pas.



*

Une semaine. Cela faisait à présent une semaine que son maître s'était absenté. Dylan préférait utiliser ce terme, car elle ne pouvait se résoudre à considérer son départ comme un abandon ou une désertion. Pas encore. Une semaine, c'était à la fois beaucoup et très peu. Elle était prête à l'attendre encore de longs mois, s'il le fallait. Après tout, ne lui avait-elle pas donné trois années de sa vie ?

Elle ignorait où il s'était rendu. Certes, elle aurait pu questionner certains professeurs qu'elle avait remarqués plutôt proches de Kirfdéin, quémander des renseignements auprès d'Arro, voire même interroger Halina. Par un mélange de méfiance, de déni et de fierté, elle ne l'avait pas fait. De toute manière, elle était certaine qu'ils ne savaient pas plus qu'elle où celui-ci se trouvait en ce moment.

Toutefois, elle n'était pas demeurée inactive. Loin de là. Après une longue journée durant laquelle elle avait hésité entre frustration et abattement, la présence réconfortante de Flocon de Soie l'avait finalement aidée à se ressaisir. Puisqu'elle était à présent livrée à elle-même, Dylan avait la ferme intention d'arranger son emploi du temps comme elle l'entendait. Pour commencer, elle avait décidé de se lever tous les jours à cinq heures et demi du matin, soit une demi-heure avant l'appel obligatoire, pour se rendre sur les toits et pratiquer la gestuelle marchombre. Elle déjeunait ensuite en compagnie des autres élèves et du corps enseignant et allait courir dans le parc pendant une ou deux heures – d'ordinaire, elle s'arrêtait lorsque le soleil était déjà haut dans le ciel. Après cela, elle retournait dans les bâtiments afin de faire un rapide passage à la salle des eaux et de s'emparer de son sabre. Selon l'affluence, elle rejoignait alors la salle d'armes ou le clos d'exercices où elle s'entraînait, non seulement avec son propre sabre, mais également avec d'autres armes plus ou moins lourdes et subtiles. Ainsi, la jeune fille estimait s'être assez bien améliorée en tir à l'arc, et était aussi plutôt satisfaite de ses progrès en lancers de poignards. À midi, elle rejoignait la Grande Salle où elle mangeait avec les étudiants de sa Maison. Il lui arrivait parfois de s'attarder après le repas pour passer un peu de temps avec certains d'entre eux tels qu'Ichel, par exemple, qu'elle avait l'impression d'apprécier un peu plus chaque jour qui passait. L'après-midi, ses activités variaient selon la météo et son humeur. La Kaelem aimait commencer par se promener à cheval aux alentours de l'Académie, puis il pouvait  aussi bien lui arriver de nager dans le lac ou dans la cascade pour se rafraîchir – elle ne sortait de l'eau que lorsque ses lèvres étaient bleuies de froid ou que ses muscles demandaient grâce – que de passer des heures à se déplacer d'arbre en arbre dans la forêt. Ou sur la terre ferme, d'ailleurs, les bois étant l'endroit tout indiqué pour s'exercer au silence et à la furtivité tout en en profitant pour aiguiser ses réflexes. L'apprentie marchombre consacrait généralement sa fin d'après-midi à s'occuper de son corps, enchaînant les exercices d'assouplissement, les séries de gainage, les sauts de toutes sortes et les mouvements d'arts martiaux. Une fois, Dylan avait également résolu de s'entraîner à l'escalade et s'était rendue au pied des montagnes. La façade rocheuse qu'elle avait choisie de gravir n'était pas la plus simple, mais ne présentait pas d'insurmontables difficultés non plus. Extrêmement concentrée, le pied de la jeune femme avait ripé au dernier moment et cette dernière s'était rattrapée de justesse du bout des doigts à une arrête saillante. Elle s'en était donc finalement sortie sans dommage mais avec une grosse frayeur et n'avait plus réitéré l'expérience, préférant confiner ses séances de travail à l'intérieur de l'enceinte de l'Académie. Néanmoins, malgré ses nombreuses découvertes et explorations, elle n'était jamais retournée au torrent où elle avait eu la chance merveilleuse de faire la connaissance de la non moins incroyable Halina.

Et elle s'y tenait. Heure après heure, jour après jour, elle respectait cet emploi du temps qu'elle s'était fixée, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige – même si ce dernier cas de figure n'avait pas encore eu l'occasion de se présenter. Elle n'avait pas le choix. Enchaîner ces activités sans prendre le temps de souffler lui permettait, au moins tant qu'elle était occupée, d'éviter de réfléchir. Tant que la Kaelem devait se concentrer sur sa respiration, ses gestes, sa technique, sa cadence ou sa démarche, elle ne pensait pas à Kirfdéin.

Mais il restait la nuit.

Il était rare qu'elle s'endorme aussitôt que sa tête avait touché son oreiller, au contraire de nombreux élèves de sa Maison. Malgré sa fatigue, malgré sa lassitude, elle ne pouvait empêcher son esprit de vagabonder, quittant les limites de l'Académie pour flotter au-dessus de Gwendalavir. Ses paupières se fermaient mais les battements de son cœur résonnaient encore entre ses tympans, trop vite, trop fort pour qu'elle puisse seulement songer à s'assoupir. S'abandonner, elle n'avait que cela à faire, elle le savait. S'abandonner au sommeil, s'abandonner au noir, s'abandonner à la nuit, s'abandonner au néant. S'abandonner, oui – mais elle n'y parvenait pas. Parfois, le sang qui martelait ses tempes finissait par ralentir de lui-même, les images qui dansaient sous ses yeux clos et hantaient son cerveau s'estompaient comme autant de spectres volages, et elle se laissait glisser dans les bras puissants et réconfortants de l'inconscience.

Pas tout le temps.

D'autres fois, elle ne parvenait pas à s'endormir de la nuit ou s'assoupissait et se réveillait par saccades, tirée de son sommeil haletant par une horde de cauchemars grimaçants. Dans ces cas-là, elle préférait encore fixer son regard sur le plafond, tentant de faire le vide dans son esprit. Et puis, lorsque les pensées se bousculaient trop, l'empêchant même de réfléchir ou de respirer, elle se levait et, sans un bruit, revêtait sa vieille tenue de cuir noir avant de se glisser par la fenêtre entrebâillée. Ce n'était qu'alors, en équilibre sur une arrête du toit, côtoyant le ciel et baignant dans la pâle clarté lunaire, qu'elle sentait enfin un semblant de paix l'envahir.  En ces moments-là, Dylan aurait aimé pouvoir se transformer en grand rapace nocturne et s'envoler souplement dans le silence de la voûte étoilée.

Ce fut le cas de cette nuit-là.

Comme à son habitude, l'apprentie marchombre avait quitté le dortoir en silence, convaincue que le sommeil l'avait définitivement fuie. Et pour cause. Cela faisait tout juste une semaine qu'il était parti. Une semaine qu'elle s'entraînait, seule, pour échapper aux souvenirs. Une semaine qu'elle était sans nouvelle de lui.

Lorsqu'elle atteignit les toits, une brise fraîche ébouriffa ses cheveux et elle remarqua qu'elle avait oublié de les attacher. Tant pis. Au-dessus d'elle – si proche mais en même temps tellement lointaine – la pleine lune semblait sourire, mais la jeune fille savait que ce n'était pas à elle qu'était adressé ce rictus affectueux. Elle hésita une poignée de secondes, accroupie sur les tuiles glissantes, avant de se  décider à rejoindre une cheminée qui paraissait l'attendre. Elle s'y adossa lentement pour s'asseoir avec précaution, veillant à ne pas attirer l'attention des gardes qui patrouillaient en contrebas. La nuit l'entourait, froide, sombre et sereine. Autour d'elle, le paysage lui-même avait l'air endormi. Dylan laissa échapper un bref soupir puis inclina la tête, tournant son visage vers le ciel. Pliant les jambes, elle ramena ses genoux dans sa direction pour les entourer de ses bras. Ici, peut-être...

À cet instant, une voix résonna derrière elle. La jeune femme sursauta tandis que son corps entier se crispait et elle se retourna avec vivacité, instinctivement sur ses gardes. Devant elle, une ombre. Ses muscles se tendirent. Et puis, la voix reprit – la phrase continua. Alors seulement, elle le reconnut.

Kirfdéin.

Il lui sembla qu'un trou sans fond venait de se former sous ses pieds tandis que, dans le même temps, elle se sentait soulevée par une gigantesque vague. Les pensées s'agitaient dans son esprit, les sentiments s'entrechoquaient dans son cœur. Réflexion. Émotion. Elle ne savait plus, tout à coup, comment elle était censée réagir, ce qu'elle devait dire, s'il lui fallait se montrer heureuse ou stupéfaite, rancunière ou reconnaissante. Une unique certitude l'habitait, désormais.

Kirfdéin. Il était revenu.

Elle ne fit rien, tout d'abord. Ne dit rien non plus, se contentant de fouiller des yeux le visage du marchombre qu'elle avait craint de ne plus jamais revoir. Le regard de ce dernier n'exprimait rien ou, en tout cas, rien qu'elle fût capable de déchiffrer. Le silence pesait sur ses épaules – sur leurs épaules.


- Maître.

Un mot. Un seul. Mais qui signifiait tellement. À la fois excuse et pardon, questionnement et  réhabilitation. Elle était à nouveau son élève. Il était de nouveau son guide. À partir de ce jour, elle le savait, plus jamais elle ne serait obligée de s'entraîner seule. Tous deux s'affrontèrent encore un instant du regard avant que Dylan ne se décidât à détourner les yeux. Elle tourna la tête, rompant leur face-à-face, et offrit ses interrogations au ciel nocturne.

- Je n'avais encore jamais remarqué que les étoiles ne sont jamais à la même place d'une nuit à l'autre. Vous ne trouvez pas cela étrange ?

Elle n'obtint aucune réponse. Elle n'en attendait pas.

- Et vous, votre congé était-il... reposant ? Dans le cas contraire, je suppose que vous n'auriez pas résolu de vous promener sur les toits de l'Académie en plein milieu de la nuit, n'est-ce pas ?

Amertume. Gratitude. Deux extrémités qui se disputaient en elle. Halina. Einar. Ichel. Ces noms tournaient dans son esprit. L'apprentie repensa à l'abandon qu'elle avait ressenti quand elle avait compris, en haut de la Tour marchombre, que son maître avait quitté les lieux de son enseignement sans daigner lui en apporter la moindre explication. Ses doutes, son angoisse, sa peine, sa colère. Solitude. Ce mot martelait son crâne. Solitude. Se pouvait-il que tout cela fût bel et bien terminé, désormais ? Alors, elle sentit la carapace qu'elle s'était efforcée de consolider tout au long de ces interminables journées se craqueler doucement, délicatement – difficilement. Elle ne souriait toujours pas mais, à présent, son regard clair brillait plus que de coutume. Enfin, elle vrilla ses yeux dans ceux de Kirfdéin, essayant de retenir le plus longtemps possible les larmes qui menaçaient de déborder.

- Vous ne repartirez plus, maintenant ?

Souffle. Une unique larme roula sur sa joue.


_______________
La terre est aujourd'hui comme un radeau qui sombre...
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'll be back [Terminé]   Mar 17 Juin 2014 - 17:01

- Tu ne restes pas tous les jours à la même place, pourquoi donc les étoiles devraient-elle faire le contraire? Tu vis. Elles vivent. Un jour peut-être un marchombre parviendra à les toucher. Certains chevauchent la brume, je suis sûr qu'un jour, un arpenteur d'Harmonie ira toucher les étoiles.

Serait-ce lui? Lui qui aimait tant la nuit? Lui qui aimait tant grimper? Il avait toujours vu la lune et les étoiles comme des amies. Des compagnons de fuguent. Des confidentes pour ses soucis. Parfois, il rêvait qu'il grimpait les retrouver. Oui, un jour, il ferait de ce rêve une réalité.

Reposant, son "congé"? Non, on ne pouvait pas dire cela. Il avait peu dormit, son esprit torturé par des questions auxquelles il ne pouvait apporter de réponses.

- Ainsi, venir sur les toits la nuit signifie que nous sommes reposé?

Il ne lui laissa pas le temps de répondre.

- Observer la lune et le paysage nocturne a toujours apaiser mon esprit. Et quel meilleur point d'observation que cet endroit?

Les montagnes offraient un point d'observation plus large sur l'académie et les alentours mais depuis l'académie, on voyait la lune jouer avec le relief des montagnes, leur offrant une beauté sans pareil. Dame Nature avait fait de magnifiques offrandes au nord de l'empire. Il aimait cet endroit.

Il s'installa aux côtés de son élève et sécha la larme qui avait coulé sur sa joue.

- Je partirais, un jour. Mais seulement quand tu auras fini ton apprentissage. Seulement quand il sera temps pour toi de prendre ton envol en solitaire, tandis que moi, je continuerais mon chemin sur la Voie.

Ils seraient amenés à se retrouver après le passage de Dylan du statut d'apprentie à celui de marchombre à part entière mais il n'y aurait plus de maître et d'élève, simplement deux personnes égales, l'une étant simplement plus avancé sur le chemin de l'Harmonie que l'autre.

- Si je dois de nouveau m'éloigner de l'académie, tu viendras avec moi.

Sèche tes larmes, petite. J'avais simplement besoin de m'éloigner pour me retrouver, me conforter dans mes engagements. Maintenant, je reste là, personne ne pourra m'éloigner du chemin de l'Harmonie. Je te conduirais jusqu'au bout des trois ans, et plus encore si tu as besoin. Je ne fuirais pas. Je ne fuirais plus.

Un jour d'ailleurs, ils iraient ensemble à Al-Jeit. Le jour où il la présenterait à la Guilde. Le jour où elle passerait son Ahn-Ju. Un des jours les plus importants dans la vie d'un marchombre. Dylan n'était pas encore très avancée dans la Voie mais Kirfdéin n'avait aucun doute sur le fait qu'elle réussirait sans problèmes. Elle était plus douée qu'il ne l'était à l'époque et il avait lui-même réussit cette épreuve.

- Dis moi, tu as travaillé pendant mon absence, j'espère? La gestuelle marchombre tous les jours?

[Désolé pour l'immense retard...]


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'll be back [Terminé]   Mar 1 Juil 2014 - 14:26

Partir. Longtemps, ce mot avait été, dans l'esprit de la jeune marchombre, synonyme de découvertes, de liberté, de voyage, de rencontres et d'espoir. Lorsqu'elle entendait cet unique verbe, des images d'étendues vertes infinies, d'horizon empourpré, d'immensité azurée et de sommets enneigés dansaient aussitôt devant les yeux fermés de la Frontalière.

Partir.

La première fois qu'elle avait pleinement pris conscience de sa portée et de son ampleur, c'était au moment où elle avait décidé de quitter la Citadelle pour se rendre à l'Académie à la poursuite de son rêve. Elle avait laissé derrière elle sa famille, ses amis, ses repères. Et, pourtant, la jeune fille avait eu l'impression que sa vie venait juste de commencer.

Et puis, ces deux simples syllabes s'étaient teintées de l'ombre de l'abandon, de la poussière de l'amertume, des cendres de la trahison. Ce mot ami, ce mot complice, était soudain devenu obscur, effrayant, redoutable. Il avait happé son maître et le destin de la Kaelem s'était, une nouvelle fois, trouvé bouleversé. Pas dans le bon sens du terme, cependant. Dylan avait alors dû s'ancrer dans son présent encore plus solidement que de coutume, serrer les dents, crisper les poings, ravaler les larmes, les phrases, les cris et les silences. Pour continuer à avancer, malgré tout.

Partir s'était transformé en un mot étranger. Inconnu. Pire, même. Menaçant. Alors, la jeune femme avait tâché de l'enfoncer dans l'oubli et la solitude. Partir n'existait plus. Partir n'avait jamais existé.

Et voilà que Kirfdéin lui donnait à présent un nouveau sens, une nouvelle résonance. Le regard de l'apprentie se perdit au loin, accrochant le ciel brumeux piqueté d'étoiles. Un départ pouvait-il être un envol ? Ni renoncement ni renaissance, simplement...  une suite ? Un prolongement ? La lune ne lui répondit pas, aussi reporta-t-elle son attention sur son maître. Le savoir de retour était étrange ; toutefois, elle se rendit compte qu'elle ne ressentait pas les picotements familiers au creux de ses membres qui suivaient d'ordinaire une joie ou une surprise intenses. À vrai dire, d'ailleurs, elle ne se sentait à présent ni véritablement heureuse ni réellement étonnée. Alors elle comprit que, au plus profond d'elle-même, elle n'avait jamais vraiment douté que Kirfdéin reviendrait. Seule l'attente – l'effroyable, l'interminable attente – avait été difficile à supporter. Voilà pourquoi elle s'était réfugiée dans une routine quotidienne et rassurante, s'efforçant de repousser à la fois le passé et l'avenir – qui apportaient avec eux leur lot habituel de regrets, de remords et d'incertitude. Cependant, elle n'avait jamais douté de son maître – pas une seule fois. Même pendant son silence, même pendant son absence. Jamais. Durant tout ce temps, c'était elle-même qu'elle avait fui, elle-même qu'elle avait combattu, elle-même qu'elle avait ignoré – elle-même qu'elle avait haï. Parce que c'était d'elle qu'elle avait peur. Peur de ses actes, peur de ses paroles, peur de ses réactions. Peur de blesser les personnes auxquelles elle tenait sans le vouloir – et peur de
désirer faire du mal aux autres.

Depuis toujours.

Et, cela, elle ne le réalisait qu'à cet instant.

Aussi, lorsque Kirfdéin reprit la parole, parvint-elle à esquisser un minuscule, un imperceptible sourire. La Voie qu'elle avait choisie lui permettrait-elle de se débarrasser de ses craintes ? Reprendrait-elle un jour pleinement confiance en elle ? Elle l'espérait. Elle l'espérait tellement.


- Tous les jours.

Dylant s'interrompit afin de se racler la gorge et ajouta, une fois sa voix raffermie :

- J'ai aussi couru, nagé, sauté, escaladé, marché, grimpé et monté à cheval. Je me suis également entraînée au combat armé et à mains nues. Je crois que j'ai progressé en tir à l'arc et en lancers de poignards, mais j'ai toujours un peu de mal avec le boomerang. Un euphémisme. Elle avait failli se faire décapiter au bas mot une bonne douzaine de fois durant ces séances d'exercices. Et j'ai fait les séries d'assouplissement que vous m'aviez montrées, conclut-elle de la même voix égale.

Son ton, exempt de la moindre trace de fierté ou d'hésitation, était demeuré neutre tout au long de son exposé. Elle n'avait pas tourné la tête une seule fois en direction de son interlocuteur, se contentant de fixer du regard l'horizon qui commençait à s'éclaircir. Cependant, quand elle se tut enfin, la jeune fille ne put s'empêcher de lancer un bref coup d'œil à son maître avant de s'asseoir brusquement. Kirfdéin l'imita une fraction de seconde plus tard et, pendant quelques minutes, tous deux gardèrent le silence tandis que leurs jambes se balançaient doucement dans le vide. Puis Dylan se décida à rouvrir la bouche – la lente oscillation de ses pieds s'immobilisa.


- Et vous, qu'avez-vous fait pour...

Elle se retint de justesse, se mordant brutalement les lèvres avant que le nom fatal – Halina – ne les franchisse. Mal à l'aise, elle réfléchit avant de continuer prudemment :

- … pour vous occuper. Pendant votre « congé ». Elle appuya inconsciemment sur le mot. Si ce n'est pas indiscret, où êtes-vous allé ?

Et une réelle curiosité perçait derrière sa phrase. Après avoir décliné son programme de la semaine à son maître, n'était-il pas légitime que ce dernier fasse de même ?


[Pas de problème, j'espère que ça te convient !]


_______________
La terre est aujourd'hui comme un radeau qui sombre...
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'll be back [Terminé]   Mar 22 Juil 2014 - 23:43

Tout cela? Elle avait autant travaillé que s'il avait été encore là. Comme si elle n'avait pas presque plus besoin de lui.


"Elle serait presque prête à un voyage à Al-Jeit, pour passer devant le reste de la Guilde."

Lui, il avait vécu le départ d'Elera avant son Ahn-Ju et il n'avait pas agit ainsi. C'était son esprit qui avait agit, pas son corps. Il avait cherché à comprendre le départ de son maître, savoir s'il avait fait une faute. Les seules actions qu'ils avaient fait, c'était la recherche d'Elera. Dylan avait été plus marchombre que lui. Bien plus. Oui, elle était prête, c'était évident. Désormais, la seule chose qui séparait Dylan de son Ahn-Ju, c'était la décision de Kirfdéin. Et pour le moment, le maître marchombre ne souhaitait pas l'emmener là-bas. Encore un peu. Le temps de redevenir pleinement son maître et pas seulement un homme qui la guidait et qui fuyait tout le temps.


- J'étais dans un endroit magnifique. Al-Chen et son lac. Tu connais? Je t'y emmènerais si ce n'est pas le cas.

C'était vraiment, à ces yeux, le plus bel endroit de cette terre. Parfois, il se disait qu'il serait bien à vivre avec sa mère et ses grands-parents mais ces instants ne duraient pas bien longtemps. Il redevenait rapidement marchombre. Aimant sa liberté. Car il était libre. Si demain, il décidait d'aller vivre ailleurs qu'à l'académie, il pouvait le faire. En prévenant Dylan, cette fois-ci, pour lui laisser le choix de le suivre ou non.


- Seul l'endroit était magnifique. Mes pensées étaient aussi noires que la nuit. Je n'ai pas fait grand chose, hormis le voyage vers Al-Chen. J'ai réfléchis, énormément.

Il marqua un temps d'arrêt.


- Je suis vraiment désolé. J'avais besoin d'être seul... Pour réfléchir à mon avenir et au sens que je devais accorder à l'Harmonie.

Il se leva.


- Une partie d'escalade, ça te dit? Retrouve moi au pied des montagnes si c'est le cas. J'ai une petite surprise à aller emprunter avant de te rejoindre.

Quoi de mieux qu'un exercice pour renouer les liens entre un élève et son maître?


[J'espère que je n'ai pas déjà fait le cours dont j'ai l'idée avec toi ^^]


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'll be back [Terminé]   Jeu 31 Juil 2014 - 17:33

Al-Chen. Le regard de Dylan accrocha un nuage, dont elle suivit le cheminement lent et apaisé tout en laissant les paroles de son maître se déverser dans son esprit. Lac. Magnifique. Les mots flottaient, légers, aussi calmes et volatiles que le nuage. Presque sereins. La phrase, à son tour, se coula doucement en elle, à la fois liquide et aérienne. Même la question – infime, ténue – semblait dépourvue d'interrogation. La jeune fille y répondit toutefois par un bref signe de dénégation. Si elle connaissait la géographie alavirienne, elle ne s'était néanmoins pas beaucoup déplacée du temps où elle vivait encore à la Citadelle en compagnie de sa famille. La ville d'Al-Poll constituait alors sa destination la plus exotique. Que dire, dans ce cas, de la cité lacustre ? Le « je » et le « t' » résonnèrent dans le silence qui s'était installé mais ce dernier, cette fois-ci, ne s'éternisa pas.

Kirfdéin avait... réfléchi. La jeune femme ne put empêcher un froncement de sourcils d'assombrir son visage. Chacun avait ses techniques pour faire face aux obstacles. Certains, comme elle, préféraient se réfugier dans l'action afin d'éviter de trop penser et de se laisser envahir par la peine, niant le chagrin pour mieux l'affronter. D'autres, à l'opposé, privilégiaient la réflexion, s'efforçant de comprendre plutôt que de combattre, d'assimiler plutôt que de rejeter. De toute évidence, il s'agissait du cas de son maître. Quelle attitude était la plus marchombre ? Sa propre conduite ne l'avait-elle pas encore davantage éloigné de la Voie, en persistant à tourner le dos à la réalité sans jamais véritablement se remettre en question, alors qu'elle croyait au contraire s'en rapprocher ? À moins... Elle se mordilla la lèvre. À moins qu'il n'existe plusieurs réponses possibles, plusieurs réactions permises, plusieurs manières et moyens envisageables. Après tout, la vérité n'est jamais unique.

Kirfdéin n'apprit pas à son apprentie la conclusion à laquelle sa semaine de méditation l'avait amené, mais elle la devina aisément puisqu'il était revenu. À elle.
Pour elle. Et, cela, c'était sans doute le plus beau des cadeaux qu'un maître pouvait faire à son élève. Un inestimable présent qui, à lui seul, tenait à lui prouver qu'elle était digne de parcourir la voie de l'Harmonie – celle qu'elle s'était choisie. Le départ et l'absence de Kirfdéin se révéleraient peut-être apporter plus qu'ils n'avaient enlevé, finalement. À condition qu'elle sache en tirer profit. Et, si ce n'était pas déjà le cas, elle se promit de l'apprendre.

Puis son maître se leva et elle l'imita, intriguée et interrogative. Ignorant encore pour le moment quelle allait être sa décision pour sceller définitivement leurs retrouvailles. Son sourire, aussi léger qu'une plume, la mit sur la piste. Une partie d'escalade. Celle qui avait précédé leur dernier cours à la cascade lui revint en mémoire et elle tressaillit, mais le jeune homme ne parut pas prendre conscience de son trouble. À moins que celui-ci n'ait décidé de l'omettre volontairement. Quoiqu'il en fût, il lui donna rendez-vous au pied des montagnes, expliquant qu'il devait auparavant aller chercher une « petite surprise ». Dylan esquissa un sourire avant de hocher la tête.


- Très bien. Je vous retrouve là-bas.

Kirfdéin l'enveloppa d'un dernier regard avant de disparaître dans l'aube naissante, son ombre se mêlant aux couleurs de l'aurore. La jeune marchombre le perdit rapidement de vue mais demeura immobile encore de longues minutes, les yeux perdus dans l'immensité du ciel étoilé hésitant entre nuit et jour, lune et soleil. Enfin, elle s'évanouit à son tour dans l'obscurité devenue lumière.


[Moi aussi (x On peut ouvrir un autre RP au pied des montagnes, non ? Tu veux que je m'en charge ?][/i]


_______________
La terre est aujourd'hui comme un radeau qui sombre...
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'll be back [Terminé]   



 
I'll be back [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» ELIA ¥ YOU'RE A BASTARD BUT I WANT U BACK (terminé)
» Gaby c'est fini :) (I'm back !!!) [Terminé]
» Kazu is back [terminé]
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: L'enceinte de l'Académie :: Les toits-