Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteChaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Sam 15 Fév 2014 - 19:51

La grande porte des appartements claqua sous le violent accès d'humeur de l'habitante de ces lieux. Myra n'en revenait pas. Que croyaient-ils ces élèves ? Qu'elle serait toujours là pour les sortir de leurs bêtises ? Lorsqu'elle donnait des règles, on se devait de les respecter, car ce n'était pas pour rien. Elles servaient de garde-fou pour des enfants encore bien trop bruyants dans ce monde qu'elle essayait de leur ouvrir. La cherchaient-ils en défiant ainsi ses règles ? Ils avaient fini par l'énerver. Vraiment. Elle, habituellement calme et patiente, démocrate, n'avait qu'une envie. Dégommer quelques élèves pour son bon plaisir. Leur montrer qu'il ne fallait pas la pousser dans ses retranchements, qu'elle aussi avait ses limites.

Ses bottes claquaient sur le sol à chacun de ses pas, c'est à peine si les murs de l'Académie tremblaient sous le bouillonnement de son esprit. Elle s'arrêta quelques minutes devant la baie vitrée, observant les élèves qui marchaient dans les jardins et les cours. Se couler dans l'Imagination la démangeait. Après tout, ils ne pourraient savoir d'où cela viendrait... Ils n'étaient pas encore assez expérimentés pour débusquer la trace de la dessinatrice dans les spires. Peut-être même qu'ils n'en seraient jamais capables, vu à l'intensité à laquelle ils suivaient ses conseils...

Chassant bien vite cette idée de son esprit, elle se détourna de la vitre et se dirigea vers sa grande commode. Elle avait besoin d'un remontant pour ne pas faire trembler toutes les entrailles du bâtiment.
Elle était en colère comme elle ne l'avait jamais été. Cette fois-ci ils étaient allés trop loin. Destruction de matériel – et pas qu'un peu, il n'en restait pas une cendre – et mise en danger de la vie d'autrui. Myra avait encore la gorge en feu après les hurlements qu'elle avait poussé contre ces imbéciles qui se disaient “élèves“. Pas des élèves, non, des monstres ! Sans pitié !
Heureusement pour eux, leur professeur était vive. Tout en stoppant l'énorme parpaing de vargelite qu'ils avaient fait apparaître, elle avait réussi à faire un pas sur le côté pour aller chercher la petite Elya qui s'était retrouvée coincée sur les toits à cause de deux élèves. Ils voulaient lui faire une blague, mais cela n'avait pas été au goût de celle-ci. Et encore moins à celui de leur professeur. Inutile de préciser que la jeune file s'était effondrée en larmes dans les bras de sa primat. Elle l'avait consolée dans un silence de plomb jusqu'au moment fatidique où sa colère avait éclatée. Forte. Elle avait senti la crainte et la surprise dans les gestes de ses élèves. Ils n'avaient pas l'habitude qu'elle réagisse ainsi. Peut-être en avaient-ils tiré une leçon.

Myra ouvrit un placard secret sur le côté de la commode et en sortit une bouteille d'un rouge flamboyant. Le liquide coula le long du goulot pour finir par faire des ronds dans un verre. Les rayons du soleil se reflétaient dans le bordeaux de l'eau de vie, étincelante. Portant le verre à ses lèvres, elle eut soudain une nausée irrépressible. Impossible d'avaler une seule goutte avant d'avoir évacué ce qui venait. La dessinatrice posa son verre dans la hâte, mit sa main devant la bouche tout en galopant vers la salle d'eau. Ce fut immédiat. La tête au-dessus des toilettes, rien ne resta à l'intérieur.
Plusieurs minutes s'écoulèrent et lorsqu'elle revint enfin dans le salon de ses appartements, les spirales dans son verre avaient cessé de tourner. Le liquide état aussi plat que le sol sur lequel la femme marchait.


- Par la Dame... Les dessins que j'ai fait aujourd'hui m'auraient-ils donc à ce point affaiblie ? Ce serait bien étonnant.

Quoi qu'il en était, son estomac dansait la java. Inutile donc de dire qu'elle préféra laisser son verre où il était. Elle se sentait déjà bien assez barbouillée avec sa petite aventure aux toilettes, elle ne voulait pas bousculer son ventre plus qu'il ne l'était.
Avec tout ça, elle en avait oublié de se changer ; elle devait par ailleurs bientôt partir. Varsgorn rentrait cet après-midi-ci d'un voyage d'affaires et elle avait envie de lui faire une surprise en venant l'accueillir devant les portes de l'Académie. Il lui fallait donc se dépêcher, elle ne voulait pas le rater.
Cinq minutes lui suffirent. Une douche froide en trois – bien sûr elle se rinça plusieurs fois la bouche – et une préparation rapide en deux. Vêtue d'une robe de soie simple, elle noua sa longue chevelure de blé en une tresse parfaite. Elle était prête.
Myra hésita sur le moyen de transport qu'elle allait emprunter. Les escaliers ou un pas sur le côté ? Elle opta bien vite pour la première option, elle n'avait pas envie de refaire un tour au-dessus des toilettes, si toutefois son malaise soudain venait du dessin. Un seul tour était suffisant. Elle emprunta donc les escaliers avec empressement, mais elle possédait cette capacité du paraître. Paraître calme et sereine, montrer une Dame Ril'Otrin fraiche, souriante, sûre d'elle, pimpante. La dessinatrice croisa du monde, mais ses pensées ne se trouvaient qu'à un unique endroit. Au creux des bras de son amant. Elle se contentait donc de sourire aux salutations qu'on lui faisait. Une dizaine de minutes passèrent avant qu'elle n'atteigne enfin le hall d'entrée.


- Eh Liho, tu savais que les cours d'alchimie allaient se faire dans les jardins les deux prochains cours ?

- Sérieux ? C'est bien ça... On pourra s'éclipser pour...

Myra, yeux grands ouverts, se tenait face aux deux élèves, kaelems qui plus est. Peut-être était-elle dans ses pensées, mais elle n'était pas aveugle ni sourde.

- Oui Liho ? S'éclipser pour ?

Elle le connaissait bien, elle savait que Liho était un bout en train qui n'en faisait qu'à sa tête. Il avait par ailleurs toujours la bouche ouverte avec les autres, mais il avait la présence d'esprit de ne pas faire son malin lorsqu'il était en présence de sa primat.

- C'est pas c'que vous croyez m'dame !

- Et tu vas m'expliquer ce qu'il en est, n'est-ce pas ?

Les deux kaelems se regardèrent comme pour trouver une réponse plausible pour leur professeur. En vain. Liho tenta tout de même un semblant d'explication, dans l'espoir qu'il suffise à Dame Ril'Otrin.

- Enfaite c'est pour le cours de M'sieur Cil'Eternit, il veut qu'on trouve des trucs spéciaux pour la semaine prochaine, et vu qu'au cours d'alchimie on sera déjà dehors, on voulait juste faire d'une pierre deux coups et trouver c'que M'sieur Cil'Eternit veut.

Myra se retint de rire à gorge déployée. Comment avait-il pu trouver une telle explication ? Ne savait-il pas que les professeurs parlaient entre eux ? Et Duncan était un ami proche de la femme, il était donc évident qu'ils parlaient énormément ensemble. Les cours et les élèves n'échappaient donc pas à leurs longues discussions. La dessinatrice s'apprêtait à répliquer, à leur faire la morale, lorsqu'un bruit provenant de l'extérieur attira son attention. Toutes ses pensées s'évaporèrent sauf ce galop.

- Ca ira pour cette fois. Gare à vous si cependant j'entend un bruit de couloir.

Sur ces paroles et sans attendre de réponse, Myra leur tourna le dos dans un bruissement de robe et trotta vers la grande porte. Des éclats résonnaient dans la cour. Lorsqu'enfin la dessinatrice se retrouva dehors, un sourire naquit sur son visage. Il était là. Elle ne put se retenir.

- Varsgorn !!

Il se retourna, laissant sa discussion sur pause. Ce sourire... Lumineux lorsqu'il la voyait, aimant, aimé. Il lui avait tant manqué durant cette semaine, cette longue semaine. Trop longue. Elle ne tenait plus. S'élançant alors dans sa direction, elle combla les mètres qui les séparaient en quelques secondes. Sauf qu'elle ne vit pas le sac qui trainait sur sa route et se prit les pieds dedans. Malheureusement. Trop d'élan, trop de vitesse, son corps débuta une course vers le sol, attiré par la gravité...


_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 300
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Mar 4 Mar 2014 - 16:17

- Je me moque de vos excuses, Vil'Adrinym.


- Des excuses? Mais je vous assure, messire Ril'Enflazio, que nos chiffres sont bons.


- Vraiment bons? Vos ventes ont baissées, Vil'Adrinym.

- Bien sûr mais elles restent tout de même bonnes et...

- Taisez-vous, Vil'Adrinym. Je me moque si vos ventes sont bonnes ou non. Regardez les chiffres d'Al-Vor, ils sont supérieurs aux votres.

- Mais... Al-Vor est la première boutique...

- Ce n'est pas une raison, l'année dernière, vous aviez des chiffres sensiblement identiques. Vous avez intérêt à rattraper cela et...

Varsgorn fut interrompu par un coup frappé à la porte.

-
Entrez, hurla-t-il

Un jeune vendeur fit son entrée. Il tremblait légèrement, sûrement causé au ton rude de Varsgorn.

-
Il y a une dame qui souhaite voir Messire Ril'Enflazio... Je peux lui dire que vous êtes occupé.

- Non, inutile, assura Varsgorn en se levant. Vil'Adrinym, vous avez intérêt à remonter les recettes de ce magasin, sinon je vous assure que vous irez voir ailleurs.

Le responsable du magasin d'Al-Jeit baissa la tête. Varsgorn suivit le jeune vendeur.

- Varsgorn Ril'Enflazio, quel plaisir de vous voir à Al-Jeit! C'est si rare depuis que vous vivez dans le Nord. Vous nous manquez.

- Allons, Dame Mil'Pias, l'empire peut tourner sans moi. Que désiriez vous?

- Vous invitez à dîner. Il faut savoir profiter de votre présence.

- Je m'excuse, mais je vais devoir refuser. Je suis attendu ailleurs.


- Vous pouvez bien reporter tout cela à demain, non?

- Malheureusement non, les affaires n'attendent pas comme on dit. Je vais d'ailleurs devoir vous laisser. Messire Vil'Adrinym, vous vous occupez personnellement de Dame Mil'Pias.


Varsgorn salua sa cliente et il sortit rejoindre Pirseth, un dessinateur qui le suivait désormais dans tous déplacements. C'était une réduction énorme de temps de trajet. Il pouvait ainsi vivre sans problème à Al-Poll et revenir à Al-Jeit pour ses affaires.

-
Nous avons passé suffisamment de temps ici, Pirseth. Il est temps de retourner à Al-Poll.

Ils arrivèrent non loin de l'académie. Ils marchèrent ensemble vers l'académie.

-
Dans trois jours, je dois aller à Al-Far pour un rendez-vous avec ceux que tu sais. On aura simplement pour la journée. Jusque là, tu as quartier libre.

Pirseth était l'une des rares personnes à connaître l'identité secrète de Varsgorn. Un des seuls hommes de confiance que l'ancien mercenaire avait. Le trésorier de l'académie avait compté le père de Pirseth dans ses rares amis... avant qu'il ne décède.

- Varsgorn !!

Varsgorn se retourna pour voir arriver Myra. Débouler aurait été le mot juste. La dessinatrice se prit les pieds dans un sac et elle manqua de tomber. Heureusement, Varsgorn la rattrapa. Intérieurement, le trésorier de l'académie remercia ses réflexes de mercenaire d'être toujours là. Il se pencha pour l'embrasser.

- Et bien, quel accueil! Heureusement que je suis pas partit un mois, tu aurais sauter du toit. Tu vas bien?


[C'est pathétique, c'est pourrit, c'est nul... dsl]


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Jeu 13 Mar 2014 - 15:08

Il la rattrapa. La dessinatrice put sentir ses bras forts la soutenir, un sourire barrait le visage de la femme. Cela faisait depuis seulement une semaine qu'elle ne s'était pas blottie dans ses bras, mais cette sensation lui avait manqué plus que n'importe quelle autre. Et ses lèvres... Il l'embrassa. Lui non plus ne supportait apparemment plus la distance qui les avait séparé. Un baiser langoureux, long, agréable. Son coeur battait la chamade, elle aurait voulu faire un pas sur le côté pour qu'ils soient tranquilles, seuls, tous les deux loin de Pirseth. Toujours dans leurs pattes celui-là d'ailleurs. Myra aurait voulu lui intimer de se retirer, ce qu'il fit étonnement de lui-même bien assez vite, laissant les deux amants dans la cour.
Varsgorn était à elle, rien qu'à elle. Personne n'allait oser venir les déranger pendant un bon moment. A cet instant précis, il lui appartenait. A elle seule.
Il lui posa une question et elle ne trouva qu'une seule chose à faire. L'embrasser encore. Et encore. Elle riait dans sa barbe tant elle ressemblait à ces jeunes adolescentes qui découvraient l'amour pour la première fois. Pourquoi se comportait-elle ainsi ? Elle n'en avait strictement aucune idée. Peut-être son mal de ventre qui la faisait délirer... Mais peu importait ! Il était là, dans ses bras, et il n'avait rien d'autre à faire que de l'embrasser autant qu'elle le désirait.
Myra stoppa sa frénésie avant qu'elle n'aille plus loin – ils étaient tout de même au milieu du passage d'élèves, de professeurs et de toute âme qui vive.

Modère tes ardeurs ma chère, modère-les.

Elle releva sa tête vers son amant et lui sourit. Un sourire radieux, lumineux. Elle l'aimait tant ! Le revoir provoquait en elle comme un cataclysme, une bombe, comme une étrange sensation de bonheur absolu. On pouvait le nommer ainsi. Bonheur absolu.
Elle l'entraina alors soudain avec elle en direction des jardins, laissant un palefrenier s'occuper de la monture et des affaires de Varsgorn. La machine Ril'Otrin se mit en marche. Enfin, sa langue pour être plus exact.


- Je vais très bien maintenant que je peux te serrer dans mes bras ! Avant, c'était une toute autre paire de manches. Mes élèves sont particulièrement distraits ces temps-ci, ils font n'importe quoi. C'est insensé, je n'y comprend rien, je n'ai pourtant rien changé à mes méthodes ! Je crois bien que c'est la première fois que je me suis autant emportée.

Elle fronça les sourcils comme si elle cherchait dans sa mémoire sa première gueulée contre une de ses classes. Non, décidément, cela remontait bien trop. Elle n'avait aucun souvenir d'un tel emportement. Il fallait dire qu'ils n'y étaient pas allé de main morte cette fois-ci...
La dessinatrice balaya ses soucis d'un revers de main.


- Sinon Lueur a disparue, j'ai peur qu'elle se soit faite dévorée par un de ces satanés chats de l'Académie. Elle est si petite, elle pourrait même se faire écraser par un cheval, ou pire ! Chassée par Gertrude, la cuisinière ! Je jure que si elle le fait, je le lui ferait a-mè-re-ment regretter. Pauvre petite Lueur, elle doit être si terrifiée avec tous ces bruits, tous ces pieds qui courent dans tous les sens ! Il faut que je la retrouve... J'espère qu'elle est rentrée.

Myra parlait, parlait et parlait sans même se rendre compte du sourire moqueur qui venait d'éclairer le visage du trésorier. Elle tourna sa tête, car elle attendait toujours une réponse. Elle remarqua alors son sourire. Elle fronça les sourcils avant de lui donner un coup sur l'épaule.

- Te moques pas ! Je m'inquiète, c'est tout ! Tu t'inquièterais pas si c'était moi qui m'étais perdue... ?

La primat se rendit compte du ridicule de sa phrase lorsque les mots s'échappèrent d'entre ses lèvres. Elle rougit immédiatement avant de tourner la tête, honteuse.

- Désolée... Je sais pas ce qui me prend aujourd'hui.


_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 300
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Mer 26 Mar 2014 - 1:08

Il y avait toujours une chose qui surprenait Varsgorn quand il était en présence de la dessinatrice. C'était sa capacité à parler à grande vitesse. Un vrai flot de paroles. Un raz de marée qui ne laissait pas de places au trésorier de dire ce qu'il pensait. Dans les premiers temps, il avait bien essayé quelquefois de donner son avis mais désormais, il laissait faire. Il attendait que Myra stoppe d'elle-même. Ce qui, cette fois-ci arriva rapidement.


- Non, je ne m'inquiéterais pas trop. J'aurais juste besoin de tendre l'oreille pour suivre tes paroles.

Il la prit dans ses bras.


- Je plaisante, bien sûr. Je trouve étrange que tu te compares à une petite boule de poil. Sache que si tu disparaissais, je m'inquiéterais, c'est évident. Je retournerais l'empire en entier pour te retrouver. Mais je dois t'avouer qu'autant d'inquiétude pour un simple animal me fait sourire. Si je perdais mon cheval, après tout comparons ce qui est comparable, je m'en moquerais éperdument. Au mieux, je demanderais à un de mes employés de s'occuper de sa recherche. Au pire, et si c'est un vulgaire canasson de seconde zone, j'en trouverais un autre qui saura être présent quand j'aurais besoin de lui.

L'ancien mercenaire s'installa sur un banc des jardins. Il avait remarqué que Myra semblait à cran ce jour-là. Cela l'inquiétait dans un sens même s'il pensait connaître la raison de cet énervement. Il n'était pas dupe et avait bien remarqué que malgré ce qu'elle disait, la jeune femme n'avait pas totalement guérit son penchant pour la boisson. Varsgorn préférait ne rien dire et la laisser se soigner de cette maladie. Car oui, c'était une maladie. Le trésorier savait une chose sur l'alcoolisme, et sur toutes sortes d'addictions, c'était que lorsqu'on arrêtait subitement, on avait tendance à s'emporter rapidement. Myra avait-elle décider d'un coup de tête de ne plus toucher à sa bouteille? Sa réserve s'était-elle retrouvée vide sans qu'elle ne s'en rende compte? La seconde option semblait peu probable. Même si sa réserve personnelle pouvait se retrouver vide, celle de l'académie était bien remplie, elle. Myra aurait parfaitement pu subtiliser une ou deux bouteilles le temps de refaire le plein. Celui qui s'occupait des stocks n'y aurait vu que du feu... à moins de tenir un compte précis, ce que Varsgorn doutait fort.


- Aujourd'hui seulement? C'est donc mon retour qui te mets dans de tels états? Je peux retourner à Al-Jeit si tu veux, dit-il avec un grand sourire.


Il n'était pas vraiment pour le faire. Il appréciait de moins en moins la vie de la capitale, il se faisait certainement trop vieux pour toute cette vie de folie, mais si Myra le désirait, il serait repartit immédiatement pour le Sud. A la rigueur, il aurait trouvé refuge dans son manoir d'Al-Vor, ou celui d'Al-Far s'il désirait rompre pour de bon avec la dessinatrice étant donné que personne ne savait qu'il le possédait.


- A part ton énervement, tu te sens bien? Tu es peut-être malade après tout. On peut aller voir les rêveurs d'un claquement de doigts, si tu le désires. Ca serait quand même dommage de souffrir bêtement.

Varsgorn disait ça sans trop savoir ce qu'il racontait. Il ne connaissait rien au rêve, ni même au don du Dessin d'ailleurs. La seule chose qu'il savait c'était que les rêveurs étaient particulièrement pour tout ce qui était fractures et blessures du même genre. Le mercenaire qu'il était allait souvent les voir. Pour ce qui était maladie, Varsgorn avait son guérisseur personnel. Les rêveurs devaient forcément s'y connaître dans cet art également. Sinon, ils pourraient toujours aller rendre visite au guérisseur de Varsgorn. Pirseth avait déjà visité sa maison. L'assistant du trésorier pourrait aisément les y conduire avec un pas sur le côté.


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Mar 1 Avr 2014 - 22:41

Le regard noir que lui lança alors Myra fut presque glacial. Autant d'inquiétude pour un animal le faisait sourire ? Il était vrai qu'ils n'avaient pas la même manière de fonctionner, la même manière de penser. Il était rationnel et avait les pieds très bien ancrés sur terre, il était parfois trop raide et sérieux. C'était peut-être le seul point qu'elle lui reprochait. Elle en revanche aimait sourire, avait souvent la tête dans les nuages et même si son esprit rationnel était présent, elle était tout de même dessinatrice. L'Imagination ne pouvait que l'emmener loin de la simple pensée du “c'est oui ou non“. Elle entrevoyait des réponses multiples et infinies. Aussi nombreuses que les Spires.
Mais s'il y avait un point sur lequel ils ne seraient jamais d'accord, ce serait bien celui-ci. La place que prenait Lueur dans la vie de la femme. Cette petite souris blanche au museau d'un rose crème minuscule...


***

- Tu seras une grande Dame, ma chérie, une grande dessinatrice, j'en suis certaine.

La jeune fille pleurait dans les bras de sa mère, recroquevillée. Sa tête plongée dans ses mains, elle n'arrivait plus à former de phrases compréhensibles d'oreilles humaines. Elle avait passé la pire journée de toute sa vie, sa première journée à l'Académie d'Al-Jeit fut un désastre. Tout avait si bien commencé pourtant. Elle était entrée dans cette salle, elle s'était mise à parler avec ses nouveaux camarades, elle commençait à se faire des amis. Le professeur est arrivé, celui qu'ils allaient avoir durant toute cette année, et se mit face à eux. Il se présenta, mais les yeux de Myra ne purent s'empêcher de parcourir toute la salle. En commençant par l'inspection du-dit professeur. Grand, fin et élancé, il paraissait connaître toutes sortes d'histoires alaviriennes. D'une cinquantaines d'années, ses cheveux grisonnant s'accordaient parfaitement à sa longue robe grise de professeur. La salle, grande et haute, semblait être l'endroit idéal pour enseigner l'art si complexe du Dessin, mais surtout, l'apprendre. Et les couleurs... Que dire ! Elles étaient somptueuses. Tout ici respirait la beauté, le calme et la sérénité.
Tout était parfait. Sa journée avait si bien commencé...

Les exercices débutèrent, les élèves s'étaient tous mis dos au mur, face à leur professeur. Premier exercice, simple. A la portée du premier débutant, à la portée d'un enfant. Créer une simple flamme entre ses propres mains. Cela faisait depuis plus de deux ans que la jeune Myra savait faire ce dessin enfantin. Elle observa chaque élève créer sa petite flamme, parfois dans la seconde, parfois un peu plus lentement, mais elle faisait toujours son apparition. Lorsque ce fut enfin son tour, la grande blonde abordait un demi-sourire, presque certaine de faire mieux que les autres. Elle glissa dans les Spires, sereine. Pour en ressortir aussitôt. Surprise, elle se jeta à nouveau dans les bras de l'Imagination pour retenter le coup, priant pour que le professeur n'ait rien vu. Une fois dans les Spires, elle souffla. Elle dessina sa flamme, subtile, agréable. Mais lorsqu'elle voulu la faire basculer...
Rien.


- N... nooon, j'suis tr... trop nuuulle ! J'vais jamais y arriver !!

Deux mains vinrent se poser sur ses épaules, la releva. Le regard orangé de sa mère se posa dans le sien, identique. Dur, mais maternel. Réconfortant.

- Tu y arriveras.

Une phrase, simplement. Ses yeux en disaient bien plus que n'importe quel grand discours. Sa fille était tout pour elle, la femme aurait été capable de tout pour cette petite blonde assise sur ses genoux.
Elle fit soudain descendre sa fille de ses genoux, se leva pour aller chercher quelque chose dans la pièce d'à côté. Elle en revint quelques minutes plus tard, les mains jointes comme si elles formaient une boite. Elle s'accroupit devant sa fille et planta à nouveau son regard dans le sien.


- Il existe toujours une lueur d'espoir même lorsque tu penses que tout es perdu. Tu n'as pas réussi à créer cette petite flamme aujourd'hui. Et alors ? Tes défaites t'apprennent beaucoup plus que tes victoires, elles t'apprennent à avancer malgré les obstacles qui se mettent sur ta route.

Elle baissa la tête, ouvrit ses mains. Un museau en sortit, puis un petit corps rose. Un bébé souris émergea de la boite que formaient les doigts de sa mère. La jeune fille renifla avant de sécher ses larmes d'un revers de manche.

- Opal ne pouvait pas avoir de bébés, tu te souviens ? J'ai trouvé ce petit dans sa cage hier matin. L'espoir est là uniquement lorsque tu y crois.

Prenant la main de sa fille, elle déposa la petite bête délicatement entre celles-ci.

- Elle est à toi.

Le regard de la jeune fille s'illumina, brillant encore de larmes éclatantes.

- Lueur...

***

Myra tourna la tête alors qu'ils s'asseyaient sur un banc.

- C'est un cadeau de ma mère.

Il connaissait le lien fort qui unissait la primat à sa mère, il savait qu'elle était morte quelques mois de cela. Il ne savait juste pas que Lueur était un lien unique entre elles. Une larme perla au coin de l'oeil de la dessinatrice.
Le silence s'installa entre eux, lourd. Varsgorn le brisa net pour changer de sujet. Etonnement, cela fonctionna plutôt bien, elle fit l'effort d'oublier le souvenir qui venait de remonter.


- T'es bête !

Elle s'agrippa soudain à lui.

- J'te lâche plus maintenant que j't'ai !

Elle ne savait pas ce qu'elle avait, mais ses hormones semblaient complètement retournés. Sûrement l'effet “Varsgorn“ sur son petit coeur chancelant à chaque fois qu'elle le croisait.
Elle blottit sa tête au creux de l'épaule du trésorier, heureuse de le retrouver enfin.


- Oh non, je ne suis pas énervée. Inquiète peut-être, stressée aussi. Mais surtout heureuse de te savoir à nouveau rien qu'à moi. Mais tu as raison, je me sens un peu barbouillée, j'ai dû trop utiliser mon don aujourd'hui. Je pense que tout ira mieux demain, après une bonne nuit à tes côtés.

Son ventre recommença à danser la salsa.

Par la Dame, faites que ça ne recommence pas...

Trop tard. Le sol fut maculé d'un liquide brunâtre.



_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 300
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Sam 19 Avr 2014 - 17:11

Même si Varsgorn avait bien remarqué qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas, il ne s'attendait surtout pas à ce que Myra soit malade. Il la pensait simplement énervée, rien de plus. Sauf qu'on ne vomissait pas à cause de l'énervement, ou alors, il fallait incroyablement en colère.


Le trésorier héla une élève portant l'uniforme Kaelem.

- Eh, toi, tu t'appelles comment?



- Setina, m'sieur.

- Tu vas chercher des domestiques pour nettoyer. Si c'est pas fait rapidement, je te jure que t'auras à faire avec l'intendant.

L'élève fila comme si un Raïs la poursuivait. Une esquisse de sourire se dessina sur les lèvres de Varsgorn. Aziel avait le chic pour faire trembler les élèves. Le trésorier se pencha ensuite vers Myra.



- Et nous, on va à l'infirmerie.

La dessinatrice sembla vouloir refuser.

- Inutile de protester, je t'emmène.

Ils traversèrent rapidement les quelques couloirs qui les séparaient de l'infirmerie. Varsgorn confia Myra aux bons soins des rêveurs et il attendit.


Au départ, il était calme. Une simple maladie. Les rêveurs en avaient vu d'autres. Tout allait être réglé en quelques minutes. Puis, l'attente se prolongeant, l'ancien mercenaire se fit anxieux. Et si son état d'énervement et ses vomissements étaient liés? Varsgorn tenta de se souvenir d'une maladie qui liait les deux mais ce n'était pas vraiment son domaine de prédilection.


Enfin, le rêveur qui s'était chargé de Myra revint. Seul. Varsgorn se releva de sa chaise d'un bond.


- Quand même! C'est plus grave que ce que j'imaginais c'est ça? Ce n'est pas une simple maladie?

- Non en effet, ce n'est pas une simple maladie.

Varsgorn dû certainement pâlir car le rêveur se rattrapa rapidement.

- Pas d'inquiétude, c'est la plus belle des maladies. Félicitations, vous allez être papa.


- Mer...

Le remerciement réflexe face aux félicitations se bloqua dans sa gorge.


- Pardon?!

- Je vous disais que vous allez être papa. Dame Ril'Otrin est enceinte.

- Pa..pa?

Heureusement que la chaise sur laquelle il avait patienté se trouvait encore derrière lui. Ses jambes perdirent toute force et le trésorier tomba sur sa chaise.


- Papa?

C'est comme si son cerveau avait oublié tous les autres mots qui existaient. Seul le mot papa envahissait son esprit.


- Papa!

Ce n'était pas qu'il était malheureux d'apprendre cette nouvelle. Au contraire même, il avait désiré cela pendant des années. Mais la joie était masquée par une intense surprise. Il avait renoncé au bonheur d'être père depuis quelques temps maintenant. C'était une des raisons pour laquelle il avait adopté Enelyë. Dans son esprit, même la relation avec Myra  ne pouvait lui apporter une famille. Et pourtant, c'était le cas.

- Vous allez bien? Vous êtes pâle. Vous voulez un verre d'eau?

Le rêveur lui tendit un verre. Varsgorn s'en empara, mais au lieu de le boire, il se l'envoya dans la figure. Le contact du liquide sur sa peau le reconnecta avec la réalité. Il regarda le rêveur qui le regarda avec de grands yeux ronds.


- Comment vas Myra? Elle est au courant?

- Pas encore, j'allais lui annoncer ensuite.

- Inutile, je m'en occupe.

Il se leva de sa chaise et rejoignit Myra. La dessinatrice était allongée.

- Tu vas bien?

 Varsgorn se pencha et l'embrassa sur le front. Machinalement, il ne pu s'empêcher de regarder le ventre de Myra un instant. Papa! Il allait être papa!



- Le rêveur m'a annoncé une grande nouvelle, ma chérie.

C'était la première fois qu'il l'appelait ainsi mais c'était un grand jour. Leur relation avait passé un nouveau pallier.

Une nouvelle fois, il l'embrassa sur le front.


- On va être parents. Tu es enceinte.


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Dim 27 Avr 2014 - 18:43

Elle venait de vomir sur les chaussures de Varsgorn... Elle venait de vomir sur ses chaussures ! Pourquoi elle avait vomis ? Pourquoi ? Seule la Dame savait ce qui lui prenait et l'explication de la fatigue due à sa haute utilisation des Spires devenait de plus en plus ridicule. Elle devait être malade, oui, c'était sûrement cela. Elle travaillait trop.
Alors qu'elle était occupée à s'essuyer la bouche avec un mouchoir, elle entendit Varsgorn héler un élève qu'elle reconnut comme étant Setina, une élève de sa maison, pour lui demander – un peu doux comme mot, c'était plutôt ordonner sous menace – d'aller chercher des domestiques afin qu'ils nettoient le foutoir que la dessinatrice venait de mettre.
Myra s'était à demi-redressée, mais était toujours penchée au-dessus du sol lorsqu'elle vit la silhouette du trésorier se pencher à ses côtés. Il voulait l'emmener à l'infirmerie. Elle tenta de protester, pensant à un petit coup de froid un peu plus violent que d'habitude, mais il ne lui laissa pas le choix. Il fallait dire qu'il était convainquant.

L'infirmerie fut vite devant eux et la dessinatrice passa des mains aimantes de Varsgorn à celles des infirmières. Elles l'emmenèrent dans un salle adjacente et lui demandèrent de s'assoir sur un lit recouvert d'un drap blanc. Un des infirmiers vint s'assoir sur un tabouret devant elle et commença à l’ausculter.


- Ca ne doit être qu'une mauvaise grippe, rien de plus. Je vais...

- Ce n'est pas une mauvaise grippe. Maintenant plus un mot, j'aimerais finir de vous ausculter.

Myra haussa un sourcil. Comment osait-il s'adresser à elle ainsi ? Savait-il seulement à qui il parlait ? Ces infirmiers, ils se croyaient tout permis. Enfin, rêveur pour sa part. C'était le chef infirmier, Bily quelque chose. Il venait de Fériane. Son grade dans les cercles était certes élevé, mais ce n'était pas la peine de se montrer hautain et autoritaire à ce point. Un simple s'il vous plait aurait suffit. Heureusement pour lui, Myra n'était pas de ceux qui se formalisaient sur ces petites choses, même si elle avait trouvé cela inconvenant.
Le rêveur fit soudain se coucher la femme sur le lit de tout son long et commença à dérouler un rêve sur son ventre. Peut-être cherchait-il la source de son mal. Dans tous les cas, cela dura plus longtemps que ce qu'elle aurait imaginé. Elle l'observait faire, elle observait les courbes de son visage changer en fonction de son rêve. Quelque chose se passait. Lorsqu'il revint enfin à lui, lorsque son rêve avait disparu, il plongea son regard dans celui de la dessinatrice. Il lui offrit un large sourire. Peut-être n'était-il pas aussi désagréable que cela cet homme ? Il avait un sourire ravissant. Sauf que son sourire et lui disparurent soudain derrière le rideau pour laisser Myra seule, couchée sur le lit.
Quoi ? Elle se serait bien levée pour aller lui demander quelques explications, sauf qu'elle n'y arrivait pas. Elle était fatiguée. Il fallait dire qu'elle se surmenait ces temps-ci, elle en faisait trop. Toujours occupée avec ses recherches, ses livres, ses élèves, ses cours. Elle était toujours occupée.

La dessinatrice n'eut pas beaucoup à attendre, Varsgorn apparut soudain devant elle, sortant de derrière le rideau. Elle rougit devant lui, qu'il la voit allongée ainsi. Il s'approcha et l'embrassa sur le front, elle eut le réflexe soudain de se relever et s'assit sur le bord du lit. Elle s'apprêtait à lui répondre lorsqu'il enchaîna immédiatement.

Le sang de Myra ne fit qu'un tour. Varsgorn s'était assis à ses côtés sur le lit, elle ne tourna même pas la tête, le regard perdu dans le vague. Ses pensées avaient cessé de tourner, seule la phrase de son amant tournait en boucle dans son esprit. Encore et encore.
Tu es enceinte...
Plusieurs minutes s'égrenèrent sans qu'un mot ne s'échappe de ses lèvres, sans qu'elle ne fasse un seul mouvement. Elle ne savait plus où elle se trouvait, tout autour d'elle venait de disparaître. Même le trésorier. Elle se trouvait seule, sur ce lit blanc. Le silence pour seul compagnon. Ses mains remontèrent vers son ventre, son corps semblait se remettre à fonctionner normalement. Ses yeux quittèrent leur état de léthargie pour se fixer sur l'étincelle qui brillait en elle.
Elle était... enceinte.
Une lumière s'alluma dans son regard, ses membres recommencèrent à bouger, à vivre. Elle se tourna vers Varsgorn, les mains toujours sur son ventre. Un sourire élargit son visage, un rire cristallin en sortit. Elle ne pouvait s'empêcher de rire, elle ne pouvait s'empêcher de sentir un bonheur incroyable l'envahir.


- Je... On... C'est...

La dessinatrice n'arrivait même pas à trouver ses mots, elle ne savait que dire. C'était un rêve qui devenait réalité. Avec l'homme qu'elle aimait, celui avec qui elle désirait passer sa vie. Construire une famille. Elle avait toujours eu cela en elle, cet instinct maternel. C'était pour cela qu'elle consacrait sa vie à de jeunes gens qui entraient dans la vie, c'était pour cela qu'elle désirait enseigner. Elle aimait les enfants. Et son rêve, celui d'en avoir à elle, était sur le point de se réaliser. Non. Il se réalisait.
Myra se jeta au cou du trésorier.


- Je suis enceinte !! On va être parents !!! Tu te rends compte, on va... on va avoir un enfant !

Varsgorn semblait tout aussi heureux qu'elle et c'était un soulagement pour elle. La primat avait parfois de la peine à lire en lui, elle ne savait parfois pas ce qu'il pensait. Il le cachait trop bien et elle le lui reprochait parfois. Mais là, il irradiait de bonheur. Elle aimait le voir ainsi.
Myra se retira soudain, prit les mains de Varsgorn et les déposa sur son ventre.


- Ton enfant. Le nôtre.

Soudain, une quantité monstre de choses submergea l'esprit de la dessinatrice.

- On va devoir acheter pleins de choses pour lui, un lit, des vêtements, des jouets, et il faut que tu rencontre mon père, et il lui faut une chambre, avec des murs d'une couleur neutre comme du jaune, que ce soit une fille ou un garçon, mais il lui faut surtout...

Elle venait de croiser le regard de Varsgorn qui la fit rougir instantanément. Elle parlait trop, et souvent bien trop fort.

- Excuse-moi...

Elle lui sourit, l'embrassa.

- On va avoir un enfant.


_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 300
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Mer 30 Avr 2014 - 0:49

La réaction de Myra fut sensiblement la même que Varsgorn. La disparition totale du cerveau. Seulement quelques mots qui sortaient sans former de phrase. Le trésorier ne pu s'empêcher de penser au rêveur qui était dans la même situation que lui quelques instants auparavant. Face à une personne au souffle coupé qui avait vraiment une tête bizarre avec la bouche ouverte comme pour gober des mouches.


Mais Myra se reprit bien plus vite que lui. A croire qu'elle avait toujours été prête à cette situation. Qu'elle était certaine que ça arriverait. Finalement, sa seule surprise était que ça arrive maintenant. Pour Varsgorn, c'était différent, il avait presque renoncé à avoir des enfants du même sang que lui. La dessinatrice attrapa la main de l'ancien mercenaire et elle la posa sur son ventre. Même si l'être qui grandissait à l'intérieur était trop petit pour bouger, Varsgorn manqua de laisser ses émotions le submerger complètement. La larme n'avait jamais été aussi prêt de sortir qu'à cet instant. En quelques secondes à peine, son passé chez les Fils du Chaos lui revint en mémoire et il se mit à bénir le jour où il avait décidé de les trahir. Ce bonheur, il ne l'aurait jamais connu en restant un mercenaire. Intérieurement, il fit une promesse à ce petit être.


"Je serais toujours là pour toi. Je te protégerais quoiqu'il arrive, même s'il faut tuer l'Impératrice pour cela"

Myra le tira de ses pensées. Et une nouvelle fois, la femme qu'il aimait surpris Varsgorn par sa capacité à réfléchir à une vitesse ahurissante. Lui, il n'avait tout juste commencé à se demander si l'enfant serait un garçon ou une fille et qu'il faudrait commencer à réfléchir à une liste de nom pour les deux sexes. Myra, elle, avait déjà fait des plans sur la comète. Le trésorier s'était presque attendu à ce qu'elle termine son discours par "et il faut que je parle à l'intendant pour l'inscrire à l'académie".


Le sourire hilare qu'il lui offrit avait du trahir ses pensées car elle cessa sa liste de chose à faire et elle l'embrassa.

Oui, on va avoir un enfant et je te jure qu'il sera le plus heureux des enfants. Il aura tout ce que tu as dit. Je lui ferais construire une maison dans l'académie s'il le faut.

Il repensa au point "père de Myra". C'est vrai qu'il ne l'avait rencontré. Il faut dire qu'il n'y avait jamais pensé. Il était lui-même orphelin désormais. Il avait l'impression d'être dans la peau d'un adolescent qui allait rencontrer sa belle-famille. Il allait être surpris le papa. "Bonjour papa, je suis amoureuse d'un homme... et tu vas être grand-père". Il avait intérêt à avoir un coeur solide le papi.

La pensée du statut de grand-parents lui rappela ses propres parents. Ils auraient été tellement fiers d'avoir un petit-fils ou une petite-fille. Surtout son père. Tel qu'il se le rappelait, Varsgorn était sûr qu'il aurait fait édifié une maison secondaire pour être toujours au plus proche de l'enfant. Il aurait même inventé une gamme de vêtement pour enfant portant le nom du bébé.... Tiens, c'était une idée à travailler ça. Il faudrait qu'il en parle à ses stylistes.


- Mais avant de penser à sa chambre, tu ne pense pas qu'on devrait se décider à lui donner un nom à ce petit bout? Vu que tu as déjà la couleur des murs de la chambre, tu dois bien avoir des idées non?


Soudain, le tintement d'un verre d'eau apporté par un rêveur lui fit un flash dans l'esprit.


- Et désormais, je t'interdis de toucher au moindre verre d'alcool.

Il mettrait les caves sous clé s'il le fallait.


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Primat de Kaelem et Maître dessinateur
Messages : 238
Inscription le : 17/07/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Jeu 12 Juin 2014 - 0:03

La menace – s'en était pas forcément une, mais Myra le ressentit comme cela – que prononça Varsgorn fit dresser les cheveux de la dessinatrice. Elle réagit au quart de tour, plantant son regard orangé sur lui. Elle n'aimait pas ce ton de reproches qu'elle pensait sentir.

- Crois-tu réellement que mon vice est plus fort que moi ? Plus fort que cette étincelle qui brille en moi ?

Elle, elle le croyait. Non, elle le savait. Son vice était plus fort qu'elle. En revanche, il ne l'était pas davantage que son désir d'avoir un enfant. Jamais elle ne le mettrait en danger. Pour rien au monde. Elle était prête à souffrir de manque plutôt que de risquer la vie de son enfant. Et le fait que son amant, le père de son enfant, le deuxième homme qui la connaissait le mieux – le premier étant son propre père – ne sache pas cela, lui faisait du mal.

- J'pensais que tu me connaissais mieux...

Pourquoi commençait-elle à se comporter ainsi ? Elle ne s'emportait pas, elle se contrôlait toujours. Sa mère le lui avait appris. La primat n'avait jamais de colères hormis lorsqu'on la poussait à bout. Mais le trésorier ne l'avait pas vraiment fait... Malgré le fait qu'elle n'ait pas apprécié sa remarque, il ne l'avait pas agressée. Sauf que Myra n'appréciait guère qu'on lui rappelle sa faiblesse, son vice. Cette chose qui abrutissait jusqu'au plus sage des hommes. La boisson...
Oui, c'était son vice. Oui, elle tremblotait parfois lorsqu'elle n'avait pas son petit verre. Oui, elle en avait honte. Horriblement honte. Et le fait de le savoir était encore pire. Le fait de savoir qu'elle devait arrêter, qu'elle voulait arrêter, qu'elle ne supportait plus les regards des autres. Elle voulait stopper ses mains lorsque son corps réclamait sa dose d'alcool, cela lui était impossible. Son corps ne lui répondait plus. Tout ce qu'il voulait était de calmer ses pulsions, d'assouvir son envie irrépressible. Et elle était incapable de l'en empêcher.

Je le ferais pour lui, je le ferais pour cet enfant. Pour mon enfant.
J'y arriverai.


- J'veux même pas en parler. Non, c'est pas la peine, arrêtes !

Elle sentait son coeur accélérer de colère, ses mains devenant moites. Elle ne voulait pas en parler. Pourquoi, d'ailleurs ? Pourquoi faire remonter ceci sur la table ? Elle pensait que c'était évident pourtant qu'elle ne toucherait plus à une seule goutte d'alcool. Tout du moins pendant la grossesse... Ce qui se passerait après, elle n'en savait strictement rien. Mais il était certain qu'elle ne boirait pas une seule goutte durant ces neuf mois à venir. Plutôt se faire enfermer dans les sous-sols de l'Académie ou se faire dévorer par des ts'liches. Elle ne toucherait pas à un seul verre. Que de l'eau. Et du thé, parce qu'elle ne pourrait aller à ses après-midis chez Duncan sans boire du thé. Impossible.

Myra approcha son visage de celui de Varsgorn. Elle caressa sa joue, passa son doigt sur son bandeau. Jamais elle ne lui avait parlé ainsi, mais il y avait un début à tout. Il devait comprendre que la confiance était quelque chose d'important pour elle. Il devait comprendre qu'il n'aurait même pas eu à poser cette question.
Myra était redevenue calme.


- J'pensais que c'était pourtant évident que jamais, pas même une seconde, je ne mettrais la vie de notre enfant en danger.

Notre enfant... Jamais elle aurait cru pouvoir dire ce mot un jour, et pourtant, qu'est-ce qu'elle en avait rêvé de ce moment. Être mère...
Elle embrassa Varsgorn et changea immédiatement de sujet. Complètement ? Bien sûr que non, attendez ! Elle venait d'apprendre qu'elle était enceinte, et elle passerait en quelques secondes à autre chose comme le beau temps ou la vie économique d'Al-Poll ? Bien sûr que non !
Elle répondit simplement à la question que le trésorier lui avait posé avant qu'elle n'éclate face à... Bref, vous savez.


- Tu me connais mieux que personne !

Et elle éclata de rire.

- J'ai déjà pleins de noms en tête.

A vrai dire, elle les avait en tête depuis qu'elle avait dix ans... Mais ça, il n'était pas censé le savoir. Myra fronça les sourcils pour réfléchir quelques secondes aux plus beaux qu'elle avait en stock.

- Pour un garçon, j'ai Moran, Gahl, Darell. Pour une fille, j'en ai un peu plus, comme Elina, Naïs, Kaïlee ou Mae.

Elle fronça plus encore ses sourcils blé, mais ne trouva d'autres prénoms. C'étaient sa sélection restreinte, que l'on soient tous au clair.
La dessinatrice planta alors son regard claire et heureux dans l'oeil de Varsgorn.


- L'un d'entre eux te plait ? Ou peut-être en as-tu un autre à proposer ? Moi ils me plaisent tous. Mais après, on sait pas si c'est une fille ou un garçon, donc c'est peut-être un peu prématuré de décider de cela dès maintenant. Et il peut toujours survenir un incident avant la période des trois mois...


_______________
Ne fuyez pas la MAGIE...


avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 300
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   Mar 22 Juil 2014 - 21:42

Oui, il lui faisait confiance. Bien sûr qu'il savait que Myra ferait tout pour protéger l'enfant à naître. Qu'elle ferait tout pour qu'il soit en bonne santé. Mais qu'en était-il de l'ancienne alcoolique? Celle qui passait ses nuits au Dragon Vert? Varsgorn, même s'il savait qu'elle avait réduit, n'était pas dupe. Cette personne avait laissé des traces en Myra. Arriverait-elle à se battre contre la dépendance qui réclamerait à corps et à cri sa dose d'alcool? L'ancien mercenaire n'était que trop familier de la dépendance. Beaucoup de fils du Chaos étaient dépendants de la drogue. Certains en arrêtaient la prise pendant les missions... ce qui n'était pas forcément l'une de leur meilleure idée. Ils devenaient irascibles, avec des sautes d'humeurs et parfois étaient tremblants. Et ils revenaient bien vite faire leur drogue. Myra serait-elle plus forte qu'eux? Varsgorn l'espérait de tout son coeur, même s'il avait quelques doutes. 

Myra enchaînait déjà sur sa deuxième question. Celle délicate des noms. Enfin, délicate uniquement pour Varsgorn visiblement. Myra en avait déjà plusieurs en tête. Intérieurement, le trésorier se dit que si la dessinatrice avait eu la possibilité de choisir le sexe, le physique et l'intelligence, elle aurait déjà tout de prêt sur un parchemin soigneusement gardé. Pour Varsgorn, c'était tout le contraire. Il n'avait rien de prêt. Même pas un nom. Il faut dire qu'il avait presque renoncé à avoir des enfants de son sang. C'était donc presque logique qu'il n'ait pas réfléchit à des noms potentiels. Le seul qu'il avait en idée, c'était le nom de son propre père: Belabert. Un hommage pour quelqu'un qui avait tellement compté à ses yeux. Et sa mère? C'était différent. Elle avait compté tout autant dans sa vie, bien entendu mais il n'avait pas forcément l'idée que, s'il avait une fille, elle puisse s'appeler Hesionne, comme sa mère.




- Tous les noms que tu as choisis me plaisent. Je dois t'avouer que je n'ai jamais vraiment réfléchi à des noms. Le seul que je pourrais te proposer, c'est celui de mon père, Belabert. Mais en y réfléchissant, je ne suis pas sûr qu'il aurait aimé que son petit fils porte le même nom que lui.

Et malheureusement, il n'était plus là pour donner son avis.


- Je te laisse donc le choix du prénom. Prends garde, si l'enfant n'aime pas son prénom, tout sera de ta faute.

Il sourit et lui offrit un nouveau baiser. Ce jour, il s'en souviendrait pour sa vie comme l'un des plus heureux de sa vie.


[C'est très court... mais je crois qu'on approche de la fin du rp, non? A moins que mon maigre post t'ai donné matière à répondre ^^]


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]   



 
Chaque sourire est un coup de jeune. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Derrière chaque sourire se cache une personne d'exception. ? Rose.
» Recherche Codeur et Graphiste pour un coup de jeune
» Un coup de main ? [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» [Terminé] Coup foireux [Brooke]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'aile principale de l'Académie :: Le rez-de-chaussée :: Le hall d'entrée-