Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinette"La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 "La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kleyran Kil'Eliam

Bois
Messages : 12
Inscription le : 18/05/2013
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: "La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé]   "La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé] Icon_minitimeVen 12 Juil 2013 - 17:50

Nager. Ce mot sonnait comme une délivrance aux oreilles de Kleyran. Comme l'annonce du plus somptueux des mets à la table d'un roi. Il adorait la sensation de l'eau glissant contre sa peau. Il aimait jouer avec elle, utiliser sa force pour avancer plus vite et jaillir hors de l'eau comme un poisson. Ou une Loutre.

Lorsqu'il était apprenti Navigateur, il aimait commencer sa journée par une baignade. Cela lui permettait de ne faire qu'un avec l'eau, cet élément qu'il devait ensuite apprivoiser pour amener bateau et équipage à bon port. Il savait qu'une bonne partie des Navigateurs préférait passer leur temps enfermés dans leur cabine pour se concentrer. Mais Narik, son Maître lui avait dit qu'on ne pouvait pas prétendre crée un mouvement dans l'eau si on essayait pas de comprendre tout ce que ces trois lettres impliquaient. Et au fil de son apprentissage, Kleyran n'avait pu que lui donner raison. Lorsqu'il Naviguait, Kleyran ne se contentait pas d'être la roue. Il devenait le bateau tout entier et il pouvait sentir les vagues caresser la coque comme si s'agissait de ses propres flancs. Et c'est grâce à cette sensation qu'il parvenait à faire tourner la roue en se servant de la force naturelle du courant. Et non pas en s'épuisant à lutter contre elle

Mer, océan, rivières et lacs. Il avait lentement appris comment fonctionnait chaque lieu, à connaître les particularités de chacun. Sur les rivières et les fleuves, il fallait laisser l'eau faire sa sauvage et lui faire croire qu'elle dominait la partie. Si on se braquait contre elle, tout était fichu. Mers et océans semblaient plus calme en apparence, mais c'était les courants qui n'en faisaient parfois qu'à leurs têtes. Et il fallait se fier à des différences infimes de températures pour ne pas être pris en traître. Les lacs aussi étaient faussement tranquilles et il fallait rester sur ses gardes pour éviter que le vent ne s'en mêle. Mais dans tous, il s'était vite aperçu qu'il adorait nager. Et partager cela avec toute la faune et la flore qui y vivaient. Poissons et mammifères marins l'avaient accompagnés pendant ses deux années d'apprentissage. Il avait même vu des Dames sur le lac Chen. Ou plutôt il s'était fait surprendre par elles alors qu'il s'amusait dans l'eau avec les enfants des passagers. Aucun d'entre eux n'avait osé bouger alors que les géantes passaient à côté d'eux comme si de rien n'était. Comme si pour elles, ils n'étaient qu'une goutte d'eau dans l'immensité du lac. Ce n'était que bien plus tard, qu'il avait osé s'aventurer à nouveau à leurs côtés. Et il les avaient laissé l'apprivoiser, sachant qu'il ne pourrait jamais prétendre que ce soit le contraire.

Il avait l'eau dans la peau et remerciait chaque jour la Dame d'avoir placé Narik sur sa route. De lui avoir donné l'opportunité de quitter Fériane pour embrasser la voie des silloneurs de flots.

Et même si aujourd'hui, sa voie lui paraissait bien loin, il était heureux de pouvoir renouer avec elle en jouant avec les courants du lac de l'académie.

Il s'était décidé ce matin au réveil. Il avait besoin d'eau. Pas de celle qu'il pouvait boire dans la grande salle. Pas de celle de la Fontaine dans laquelle il aimait tremper ses doigts. Pas de celle des douches dans lesquelles il se hâtait de peur d'être découvert. Non, il avait réellement besoin d'eau. Tout autour de lui. L'engloutissant en elle comme une mère trop possessive. Oui car si sa mère lui manquait, sa mer aussi.

Il avait donc profité d'un après midi de libre pour fuir de l'enceinte de l'académie et filer bien au delà du parc vers le lac. C'est Ambre qui lui en avait parlé, et même s'il n'avait pas l'immense magnificence du lac Chen, Kleyran n'avait pu s'empêcher de sourire en le voyant. D'un sourire vrai.
Il s'était débarrassé des vêtements de Kleyre, s'était fait une longue tresse pour ne pas s'étrangler avec ses cheveux et avait plongé nu dans les flots qui l'avaient accueillis comme un enfant de retour au pays.
Il commençait à pleuvoir comme il l'avait anticipé depuis le début de la journée – une autre chose qu'on apprenait en tant que Navigateur : lire les nuages – et il était sur à présent qu'il ne serait dérangé par personne.

Ici entouré par l'eau qui l'enveloppait tout entier, sous les gouttes tombant en cascade du ciel, il pouvait faire tomber le masque.
Il pouvait être Kleyran.



[/me s'excuse très platement pour le très mauvais jeu de mot du titre mais c'était trop tentant. Que la Dame et le Dragon me pardonne!]


_______________
A E. parce qu'il y a toujours un après...

"Then we should feed our jewelry to the sea,
For diamonds do appear to be,
Just like broken glass to me "

Northern Downpour - P!ATD

N'oubliez pas que vous voyez Kleyre et non Kleyran

Kleyran Kil'Eliam (Kleyre Kylawe) / Eiluun Kil'Eliam / Ambre Kil'Eliam
Arro Skil'Liches

Maître Marchombre
...Je crois?
Messages : 1301
Inscription le : 17/04/2007
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé]   "La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé] Icon_minitimeLun 10 Fév 2014 - 13:22

L'eau, qu'est_ce que c'est ? Un dictionnaire vous dirait simplement « Nom féminin singulier, liquide incolore, inodore, transparent, insipide qui bout à 100°, se solidifie à 0°C et existe aussi à l'état de vapeur » mais ce n'était que la partie émergée de l'Iceberg de la compréhension profonde de l'eau. Ce n'était qu'une étude de surface, simple, parce que ceux qui la faisaient, n'arrivaient pas à voir au-delà. Et c'était ça le principe d'un marchombre, voir au-delà. Arro aimait l'eau, moins que la forêt, mais il l'appréciait tout de même. Si l'air est l'équivalent de liberté, alors l'eau était son synonyme. Elle seule réussissait à changer d'humeur d'un coup, calme puis terrifiante, douce ou destructrice. L'eau pouvait faire ce qu'elle veut. Une des « épreuves » de l'apprentissage marchombre était de comprendre ce liquide précieux. De comprendre que rien ne pourrait jamais la maîtriser, qu'il ne fallait pas chercher à se battre avec elle, mais l'accueillir, s'en faire une amie, jouer avec elle. Dès que l'on comprenait ça, on faisait déjà un bon pas dans la Voie.

Oui, Arro appréciait l'eau, même si actuellement il pestait contre elle. Bon, on a tous ses défauts hein... Mais là, il pleuvait et ça, le marchombre n'aimait pas trop. Tu finissais trempée jusqu'au os, tes vêtements totalement mouillée, tu prenais froid et tu chopais une maladie qui te clouait au lit. Il s'était prévu une parfaite après midi pourtant, passer un moment tranquille près des rives du lac, à pécher parce que ça faisait longtemps qu'il n'avait pas été chatouiller l'anguille.

La pêche, avec la chasse, était un des passes-temps favoris de l'homme. Même s'il préférait la viande, il ne refusait jamais un bon morceau de poisson bien assaisonné. Et comme il n'allait pas souvent au marché, il prenait ses produits à la source. Donc, il s'était dit que ça serait bien, pour une fois, d'aller se faire un petit poisson pour le soir. Et puis s'il péchait des extras, il pourra toujours les vendre à grand-mère Siffleur. Enfin, c'était son projet avant qu'il ne se mette à pleuvoir. Du coup, il fut trempé assez rapidement. Mais Arro était quelqu'un de foncièrement têtu, même s'il n'appréciait pas avoir froid, il pécherait. C'est pour cela qu'il rentra en express à l'Académie. Non, ce n'était pas du tout contradictoire avec ce que je viens de dire. Ce que vous n'avez pas compris, c'était qu'il rentrait pour aller se chercher une bâche de tente. Oui, celle qu'il utilise quand il part en voyage, elle était imperméable et confortable, donc c'était ce dont il avait besoin pour passer une après midi tranquille.

C'est donc avec un sourire narquois, à la limite de faire un pied de nez au ciel, que le marchombre s'en retourna, la bâche sur la tête, la canne sur le dos, vers le lac. Il planta tout d'abord des piquets au bord de l'eau, par la suite, il passa le tissu dessus et se glissa dessous. Ainsi, il se fit une petite cabane de pêcheur. Il vérifia, bien sûr, qu'il avait assez de marge pour lancer sa ligne. Voilà, il pouvait maintenant commencer. Jetant sa ligne au loin, il attendit patiemment. C'était totalement différent de la chasse. La traque était quelque chose de nerveux, il fallait suivre les traces, faire le moins de bruit possible, courir, fureté, c'était du mouvement. La pêche était plutôt affaire de patience, d'écoute et de temps. Il fallait appâté le poisson, attendre qu'il morde à l'hameçon et une fois qu'il était bien accroché le faire sortir de l'eau pour l'attraper. Arro apprécia une bouffée d'air et attendit, écoutant les plic-plocs de la pluie sur la surface du lac, des rochers et de la toile.

Il s'amusa d'ailleurs à noter les différences entre chacun des sons. Les résonances étaient différentes sur chaque matière, c'était intéressant à entendre. La perception de la musique du monde était le but de la vie du marchombre, il adorait écouter, tenter de reproduire, cela rendait les chansons plus véritables, plus prenante. Mais sa mélodie avait un bémol. Ce couac, c'était la brume, la douce, la merveilleuse brume. Pourquoi ? Parce que c'est silencieux un brouillard, ça tombe sans bruit, ça disparaît sans qu'on ne l'entende. C'était infernal. Même pas un petit sifflement, juste... rien. Mais ce n'était pas possible, tout avait un son !

Arro ferma les yeux, exaspéré, souffla puis les rouvrit. Il se concentra un peu plus sur le lac, tachant de déceler si son bouchon allait un jour descendre sous la surface. C'est alors qu'il remarqua un étrange poisson qui nageait un peu plus loin. C'était un être humain de ce qu'il en voyait, avec des cheveux blonds longs tressés qui traînaient derrière. Mais qu'est-ce que cet individu faisait là, sous la pluie, à moitié nu.. Ah, non, pas à moitié mais... Totalement nu ? Il allait chopper une de ses crève ! Le marchombre sortit sous la trombe qui tombait du ciel, se mouilla la tête sans vraiment s'en rendre compte puis héla la personne en lui faisant un signe de la main.


-Hey ! Tu joues à quoi là ? Tu veux mourir d'une pneumonie ?

« Et tu vas faire fuir mon poisson en plus » rajouta-t-il à lui-même.

[HRP : J’espère que ça te conviendras ! Gros bisou hug]



_______________
"La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé] Signat11"La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé] 444410ArroDisco
"La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé] Confra10
Arro Skil'Liches / Silind Frandrich / XDieu / Tarus Tal'Oursian / Lyuuna Sil'Celim
 
"La loutre et le Arro sont des amiiiis..." [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» Bienvenue à Loutre!
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.
» Ils sont fous ces Suisses !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: Les alentours de l'Académie :: Le lac-