Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteWhen she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Dim 3 Fév 2013 - 21:10

Ça chuchotait dans les couloirs. Ça murmurait dans l’Académie. On se passait le message. On faisait tourner les infos aux gens à qui on avait confiance. Personne ne savait d’où partaient les rumeurs. Et même si elles étaient fondées. Si tout ceci avait vraiment eu lieu. Tout ce qu’on voyait c’était l’habituel air revêche d’Aziel.  Aucune idée de ce qu’il en pensait. Parce que tout le monde savait qu’il connaissait la rumeur. Les rumeurs d’ailleurs. Mais comme il y en avait de toutes sortes, on ne savait pas lesquelles étaient fondées.  Halina n’était persuadée que de la vérité d’une des rumeurs. Celle qui concernait Papi Gilbert et le départ forcé de Jehan. Mais elle n’avait plus de preuve car le journal avait disparu. Alors, elle écoutait, elle emmagasinait les informations. Cherchait les failles dans le masque de l’Intendant. Mais elle ne remarquait rien d’illégal, rien qui justifierait d’aller sauver Jehan. Rien qui prouverait que l’homme complotait contre l’Empire. C’était très compliqué pour elle de trouver un équilibre entre son respect et sa suspicion. Avec les mercenaires, c’était bien plus facile d’avoir un avis tranché sur la situation, mais là, elle était un peu perdue.


Elle se trouvait à la bibliothèque, à faire des recherche pour un devoir demandé par Cil’Eternit quand elle entendit les commérages de deux élèves. Ils se trouvaient de l’autres côté d’un rayonnage et chuchotaient. Elle n’avait pas entendu le début de leur conversation mais bon, quand on est si peu discrets, c’est une invitation à écouter aux portes.  C’étaient des Kaelems semble-t-il à la couleur de leur uniforme. Immobile, elle les écouta :


-…Nan mais j’te jure, ça pue la rose dans son bureau. Déjà que ce faire engueuler parce mon uniforme était mal mis mais en plus dans une salle fermée qui schlingue…

-Ah, ce que j’aimerai savoir ce qui s’est passé là-bas ! Tu savais toi qu’Aziel et ben en fait c’est une femme ? M’enfin c’est un Aequor qui me l’a dit et je doute un peu de ses sources…

-C’pas vrai ?! Perso’, Untel m’a dit que Truc lui avait dit que Jehan il était prisonnier et torturé par les Raïs parce qu’il avait pas répondu aux avances du Fiel !

-Nan mais c’est trop fou ça ! T’imagine, Jehan le dévergondé avec Monsieur-j’ai-un-balai-dans-le-cul ? Ce serait une grosse blague !


Et les deux d’éclater de rire avant de se diriger vers la sortie en se taquinant bruyamment. Ce qui leur valu un regard obscur de la bibliothécaire. Les académiciens ne s’arrêtaient pas de spéculer, de s’imaginer des nouvelles théories de plus en plus abracadabrantes. C’était intéressant mais un peu inquiétant. On avait l’impression que les murs avaient des oreilles parfois. Et puis, il y avait les suiveurs qui ne disaient rien mais n’en pensaient pas moins et les défendeurs d’Aziel. Ceux qui se battaient à grands coups d’arguments du bien-fondé de l’arrivée du Rouge. Comme quoi, l’Académie était trop laxiste sous Jehan, qu’elle ne préparait en rien à la vraie vie. Il y en avait même qui disaient que l’accident d’Hestia n’en était pas un mais un complot. Chacun utilisait les évènements à sa sauce. Le départ du Maître d’Armes avait été un choc pour la Teylus, parce qu’elle avait beau ne pas l’aimer, elle le respectait. M’enfin, les cours n’étaient pas pareils sans lui.


Halina soupira et se remit au travail. Répertorier les carnivores de Gwendalavir, c’était pas passionnant, mais bon, elle survivrait. Elle en avait déjà rencontré quelques-uns durant ses voyages mais rien de bien dangereux ou d’exotique. Elle tenta de se concentrer pendant un moment avant de réaliser qu’elle n’arrivait à rien et qu’elle avait besoin d’une pause. Elle commençait à avoir faim. En fait, n’importe quelle idée qui lui traversait l’esprit la déconcentrait. Quelqu’un qui chuchotait. Un bruit de pages qu’on tourne. Une toux. Même son cerveau lui envoyait trop d’informations d’un coup. Tenter d’analyser la situation de l’Aca’, le départ de Locktar, l’absence de Kirf, la crise socio-économique des îles Alines, l’endroit où se trouvait Jehan, la chiantitude de Lian, le sens de la vie, le comportement bizarre d’Einar ou encore le pourquoi du comment, c’était pas des plus apaisant. Le guerrière posa sa plume, ferma le livre qu’elle feuilletait et s’étira sur sa chaise.


La jeune Teylus rangea ses affaires dans sa besace un peu dépitée de ne pas avoir réussi à faire ses devoirs et quitta la bibliothèque. Elle marchait tranquillement vers son dortoir pour aller y ranger son bazar avant le repas quand elle fut percutée de plein fouet par quelqu’un qui montait les escaliers quatre à quatre.


-Eh, fais un peu attention ! S’exclama-t-elle



[Enfin posté, désolée pour le retard  ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Mar 5 Fév 2013 - 21:41

Pourquoi lui donnait-il toujours des besognes aussi ingrates que celle-ci ? Une semaine plus tôt, ramasser des champignons, aujourd'hui, ramener ses livres à lui à la bibliothèque. En plus de cela, il avait du retard sur la date de retour. Pour qui la prenait-il, sa domestique personnelle ? Ichel voulait s'entraîner elle, elle voulait avancer sur la voie et elle doutait fort que ramener ces deux bouquins poussiéreux allaient l'y aider. La marchombre aurait voulu s'insurger, mais elle n'en fit rien même si elle n'en pensait pas moins. Arro était bien un des seuls à pouvoir maintenir la bouche de la kaelem fermée. Presque le seul. Disons qu'il possédait de bons arguments – et puis elle avait un trop grand respect envers lui pour se confronter à ses règles. Ne disons pas qu'elle ne le faisait jamais, ce serait mentir. Elle aimait bien trop l'embêter, lui faire des farces en tout genre. Et il le lui rendait bien. Elle savait simplement quand commencer et surtout quand s'arrêter. Parfois aussi, elle n'en avait tout simplement pas envie. Comme cette journée-ci.
Quelque chose d'autre occupait ses esprits depuis quelques temps.

Cet Aziel... Dès le premier regard, elle s'était méfiée de lui. Ses yeux... Ils n'exprimaient rien. Le vide, le néant. Elle n'arrivait à rien en sortir, elle qui en général lisait dans les prunelles de ses interlocuteurs comme dans un livre ouvert. Mais chez lui, rien. L'Intendant n'était peut-être pas ici de son plein gré, il n'en avait pas l'air en tout cas. Prenant de hauteur tous les élèves qui croisaient sa route, il paraissait se sentir supérieur aux autres. Et ses règles afin de réduire les agissements des élèves, les contrôler autant que possible. Ichel doutait qu'il mette l'Académie de Merwyn en très haute estime. Les marchombres extérieurs non plus ne prenaient pas leurs paires venant de cette Académie en très bonne considération, ce qui désolait bien la kaelem. Un tel apriori envers des hommes et des femmes qui parcourraient eux aussi la voie, elle avait presque honte qu'ils la foulent, eux.

L'Intendant, Aziel Ril'Krysant. La marchombre mit une main dans sa poche afin de vérifier si les feuilles étaient encore bien là. Ces feuilles, témoins potentiels de la perfidie certaine de l'homme en rouge. Quelques jours plus tôt, ses pieds l'avaient menés dans les appartements de l'Intendant. Pourquoi faire quelque chose d'aussi stupide ? Tout simplement parce qu'elle ne faisait pas confiance au premier venu, il fallait le mériter et quelque chose lui disait que lui, ne le méritait pas. Sixième sens le lui disait. Ou son petit doigt, l'un des deux dans tous les cas. Peu importe, elle le pressentait.
Depuis ce jour où elle avait entraîné Gwëll – sans son accord bien sûr, non mais vous la voyez la pauvre petite aequor s'embarquer dans une galère pareille ? – dans les appartements de Ril'Krysant, elle n'arrêtait pas de retourner tous ces indices qu'elle avait dans sa poche. Plusieurs raisonnements étaient venus à elle, mais rien de bien concret. En parler avec les autres, voilà ce qu'elle devrait faire. Trouver Gwëll et en parler avec les autres. Encore faudrait-il pouvoir se retrouver sans que l'Intedant Ril'Krysant ne les surprenne et ça, ce n'était pas du gâteau.
Ces bouts d'indices, elle s'en méfiait. Leurs informations étaient bien trop étranges pour ne pas s'y attarder, il fallait y réfléchir plus que quelques minutes. Quelque chose se tramait dans leur dos et elle n'aimait pas cela, pas du tout. Quelque chose qui allait forcément un jour leur tomber dessus au moment où ils s'y attendront le moins. Agir maintenant, tant qu'une certaine avance sur l'ennemi leur était donnée.

L'entrée de la bibliothèque se profilait enfin devant elle. Lorsqu'elle aura enfin rendu ces bouquins, expliqué que c'était Arro qui l'envoyait et qu'il lui avait demandé de régler le retard, elle pourrait enfin retourner à ses occupations, à son entraînement. Elle s'apprêtait à entrer dans la bibliothèque, mais quelque chose la frappa soudain. Les livres ! La kaelem avait oublié les livres dans le dortoir !


- Par la Dame... Zut...

Sans plus réfléchir – et sans grossièreté de son cru –, elle n'eut d'autre choix que de s'en retourner vers les dortoirs. Ses jambes accélérèrent la cadence, elle se retrouvait maintenant à courir à travers les couloirs. Les heures de cours étant finies et le diner attendu par les estomacs affamés, des clans d'élèves erraient dans l'Académie sans grand but à part peut-être celui de jacasser au sujet de tel professeur, de tel cours. Ichel esquivait chaque groupe avec adresse, vivacité même. Elle fut bien vite au quatrième étage, puis devant les portes de la salle commune Kaelem, enfin dans les dortoirs. Elle croisa Elya, se débattant avec sa longue chevelure, la salua et s'en désintéressa bien vite pour récupérer ces fameux livres. D'autres élèves se trouvaient dans les dortoirs, mais elle n'en prit pas compte. Seuls les livres importaient, elle voulait simplement s'aquitter de cette tache ingrate avant de retourner à sa contemplation de la voie. Une envie soudaine de gestuelle l'envahit. Vite, il fallait qu'elle aille rendre ces livres. Ichel ne pouvait attendre plus longtemps.

La kaelem se mit alors à courir entre les canapés de la salle commune, tous occupés, dévala quatre à quatre les escaliers pour piquer un sprint dans les couloirs. Elle remonta les quelques escaliers menant à la bibliothèque – qui n'était bien sûr pas dans la même aile que les dortoirs Kaelem, pour lui faciliter la tache – . Elle y était presque, quelques mètres encore et elle n'aurait plus qu'à traverser le couloir pour atteindre la bibliothèque.
Qui sait cependant quel mauvais sort lui avait-on jeté, mais elle n’atteignit toujours pas la salle. Ichel montait les marches quatre à quatre lorsqu'elle rencontra une silhouette sur son passage. Elle ne put l'éviter et se la prit de plein fouet. Laissant tomber les formalités, elle s'apprêtait à continuer sa course lorsqu'une voix l'en empêcha. Se retournant, elle sourit à pleines dents en mettant ses mains sur ses hanches – les livres dans la gauche – .


- Eh bien, mademoiselle est pressée et ne peut pas pardonner à une vieille amie une maladresse comme celle-ci ?

Ichel descendit les quelques marches qui les séparaient et déposa un baiser sur la joue de son amie. Halina semblait alors soudain heureuse que ce soit elle qui l'ait bousculée.

- Tu vas bien ? On se voit moins souvent ces temps-ci, ça me manque de ne pas te voir autant qu'avant. On devrait remédier à ça, tiens !

La marchombre avait oublié les livres qu'elle avait en main.




[ Ouaiiiiiiiiis =3 ]


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Sam 2 Mar 2013 - 16:59

La personne se retourna, et – Oh surprise- il s’agissait d’Ichel ! Halina venait de gueuler sur son amie. Eh bien, l’impression de chieuse que ça donnait. La Teylus allait finir par se faire une de ces réputations pourries si ça continuait. Déjà qu’elle ne clamait pas haut et fort qu’elle détestait Aziel, qu’elle participait en cours, qu’elle cauchemardait un peu trop fort et qu’elle s’énervait facilement. Mais bon, tant pis, ce qui comptait c’était les amis, pas ce que les gens disaient dans son dos. Le seul truc qui la touchait en plein cœur c’est quand on lui disait pendant une dispute qu’on ne pouvait pas lui faire confiance. Parce qu’il y avait une part de vérité dans ces mots-là. Elle avait trahis une fois et presque tout le monde le savait. Que se passerait-il si elle était une nouvelle fois face à ce genre de situation ? Comme elle était incapable de répondre, elle continuait de s’inquiéter à ce sujet. Mais bon, c’était compliqué ça pour elle, parce qu’elle voulait être la fille sur qui les gens peuvent se reposer, celle qui défend la terre entière avec son épée et qui ne se laisse pas avoir par l’adversité. Et si elle n’avait pas du tout progressée depuis sa première rencontre avec la Borgne ? Et que ferait-elle si elle la croisait encore ?


Halina ne pouvait s’empêcher de se poser autant de questions, elle était comme ça. Une éternelle inquiète qui tentait de chercher des solutions à tout sans vraiment en parler. Mais bon, elle était contente quand on parvenait à lui changer les idées. Quand des personnes avec de simples mots, la faisaient sourire ou rire, qui l’acceptaient comme elle était et qui ne posaient pas à longueur de temps des questions sur son état ou sur le futur. Et Ichel faisait partie de ces gens-là. Elle semblait toujours fraiche et heureuse. Toujours en forme et disponible pour les autres. Le genre de personne à qui tu fais confiance. Mais la guerrière savait que la vie d’Ichel, n’était pas toute rose non plus. Elle avait compris que tout le monde avait ses faiblesses, ses zones d’ombres et ses secrets que l’on partage qu’à quelques confidents. Parfois, dans la salle commune Teylus, elle essayait d’imaginer les secrets des uns et des autres. Elle leur inventait des vies, laissant aller son imagination, mais elle était très majoritairement dans le faux.


La marchombre parla et, d’un seul coup, Halina retrouva son sourire :


-Ah, pour une vieille amie comme toi, je veux bien faire cet effort !


La jeune femme lui retourna sa bise avec son grand sourire un peu niais de quand elle était surprise. Ce genre d’évènement inattendu finissait toujours par la mettre dans un état d’excitation infantile. Comme quand elle ouvrait un cadeau ou qu’on lui faisait une surprise ou alors quand elle mangeait quelque chose qu’elle aimait particulièrement ou enfin quand elle revoyait quelqu’un qu’elle n’avait pas vu depuis longtemps. Elle tripota son bracelet caché sous sa manche et répondit :


-Ça va bien oui, enfin aussi bien que le permettent les derniers évènements…


Elle marqua une courte pause, puis comme elle n’était pas du genre à s’étaler ou à se plaindre, elle continua, tout sourire :


-Et toi ? Qu’est-ce que tu deviens ? Pas trop courbaturée par les exercices de ton maître ? J’espère qu’il t’en fait pas voir de toutes les couleurs ! Oui, je sais tu dois rien me dire… Secret Marchombre toussa. J’ai l’habitude maintenant entre Kirf’, Lya et toi !...


Elle sourit de plus belle. Elles avaient régulièrement ce genre de discussion et Halina prenait un malin plaisir à la taquiner pour tenter de lui soutirer des informations. Elle adorait ça et sa curiosité n’avait pas de limite. M’enfin, elle en connaissait plus à leur sujet que la majorité des gens en Gwendalavir ou même à l’Académie. Avoir des marchombres comme amis, ça aide à démêler parfois le faux du vrai dans les rumeurs. Mais par contre, ils gardaient cette aura de mystère et elle ne pouvait s’empêcher de se demander à quoi ressemblait leur enseignement et de quoi ils étaient vraiment capables. Mais bon, ça elle ne le saurait sans doute jamais vraiment. Elle serait obligée de se fier aux racontars et aux rumeurs à leur sujet. Les craindre, les envier et les respecter. Comme elle le faisait pour les rêveurs ou les Dessinateurs.


Heureuse et détendue, elle s'appuya contre le mur de l'escalier. Elle gênait les gens qui souhaitaient monter mais s'en foutait.



[Edition à volonté ! Surtout si tu veux un peu plus de contenu I love you ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Dim 10 Mar 2013 - 17:23

Une deuxième bise plus tard, Halina arborait un sourire radieux, presque enfantin. Sa réponse fut vague. Ichel avait entendu parler de la mort de la petite aequor, Hestia. Elle n'était pas réellement proche d'elle. Elle avait dû la rencontrer une fois dans le cours des légendes, ou deux peut-être. Quelques paroles échangées, des rires, rien de plus. Aucune amitié ne s'était formée entre elles. Halina devait être proche de la combattante aequor.
Les derniers événements... Le renvoi du maître d'armes également, celui-ci avait touché la plupart de ses élèves. Le changement planait bien trop sur l'Académie. Signé Aziel Ril'Krysant. Ce dernier ne se dérangeait pas lorsqu'il s'agissait de modifier quelques codes ou même d'en rajouter. Mais cela allait bientôt changer, Ichel avait plusieurs cartes dans ses manches. Des cartes qui vaudraient à cet Intendant un aller simple pour la porte. A coup de pied aux fesses si possible.
La teylus enchaîna soudain en demandant à la marchombre ce qu'elle devenait. Sauf que celle-ci n'eut qu'à peine le temps d'ouvrir la bouche que son amie répondit à sa place. Un sourire apparut sur les lèvres de la kaelem, sourire qui se transforma en rire.


- En effet, tu commence à avoir l'habitude de nos réponses vagues et sans appels. Disons que j'avance tranquillement sur ma voie et que j'pourrai te battre facilement, comme d'habitude.

Avançait tranquillement. La présentation approchait à grands pas, suivie de près par l'Ahn-Ju. Serait-elle seulement capable de passer ces deux étapes capitales de son apprentissage ? Elle n'en savait rien. Ichel n'arrêtait pas de progresser certes, mais elle n'était toujours pas sûre d'elle au point de ne jamais douter. Elle avait toujours peur du jugement de son frère, même si son estime pour lui avait sensiblement baissée. Elle lui en voulait, mais l'aimait encore. Elle le haïssait pour cette trahison, mais ne pouvait s'empêcher de vouloir le revoir, de vouloir sauter dans ses bras. Cette étreinte fraternelle qui lui manquait tant... Cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait vu. Depuis plus de six ans. Le serrer dans ses bras... Avant de lui en coller une. Elle doutait seulement d'en être capable comme elle appréhendait la présentation.

Ichel fit un clin d'oeil à la teylus. Se taquiner faisait parti de leur quotidien et cette dernière ne pouvait s'empêcher de vouloir connaître certains aspects de la vie de la marchombre. Surtout lorsqu'il s'agissait de son apprentissage auprès de son maître. Pourtant, elle devait être une des seules entre ces murs à en savoir autant sur cette guilde mystérieuse qu'était celle des marchombres.
Halina appuyée contre le mur, Ichel en plein milieu des escaliers. Cette dernière avait la sale habitude de gesticuler lorsqu'elle parlait. Le duo ne pouvait donc que déranger les gens qui montaient ou descendaient. Tant pis pour eux, qu'ils passent ailleurs s'ils n'étaient pas contents. Elles, elles comptaient bien rester un bout de temps ici, à discuter, à rire, à simplement passer un peu de temps ensemble. Ce qu'elles n'avaient pas fait depuis belle lurette.


- Eh ! Tu savais que le professeur d'alchimie gardait des boites entières de choco-framboises dans son armoire ! Tu sais, son armoire derrière son bureau, celle qui est toujours fermée à clé et qu'on a toujours eu envie d'ouvrir pour voir s'qui s'y cachait. Incroyable hein ! Qui aurait pensé qu'il était aussi gourmand le prof. Faudra qu'on fasse un raide dans son armoire pour lui en piquer une ou deux boites, tiens.

Elles parlèrent une vingtaines de minutes de tout et de rien, riant à grands éclats, dérangeant les élèves qui se dirigeaient en cours, à l'heure pour certains, en retard pour d'autres. Des minutes qui parurent secondes, tant elles passaient à une vitesse fulgurante.
Et soudain, elles arrivèrent au sujet de l'Intendant. Sujet sensible auprès des élèves. Surtout auprès de ceux qui avaient l'habitude de faire ce qui les enchantait. Ichel avait plusieurs fois eu à faire à l'Intendant Hil'Jildwin, leur véritable Intendant. Ce dernier n'avait jamais réellement sanctionné les élèves comme elle. Ril'Krysant n'avait pas la mentalité de l'ancien Intendant. Il était bien tout le contraire. Cela allait changer grâce aux trouvailles de Gwëll et de la marchombre.
Un sourire apparut sur le visage d'Ichel. Sourire mesquin, comploteur. Elle s'approcha alors de son amie, lançant un regard à gauche et à droite. Personne.


- Dis donc, pendant que j'y pense, rendez-vous demain, cinq heures, dans les appartements délabrés. Tous les élèves sont invités. Elèves seulement, hein. Fais passer le message.

Elle lut l'incompréhension dans le regard de son amie et ne put se résoudre à la laisser ainsi.

- Disons que Gwëll et moi avons trouvé quelques petites choses qui pourraient tous nous arranger et nous sortir de cet enfer qui s'installe petit à petit à l'Académie.

La kaelem lui fit un clin d'oeil, celui-ci faisant comprendre qu'il était inutile de tenter de lui sortir les vers du nez, elle ne parlerait pas sans la présence de son avocat. Surtout pas dans ce couloir, trop d'oreilles indiscrètes les parcourraient.
Changement de sujet.


- Dis donc, tu crois pas qu'on devrait un jour voir ce qu'on vaut l'une contre l'autre un de ces quatre, la dernière fois qu'on s'est affrontées bah... c'était à notre première rencontre. Ah bah ca remonte dis donc ! J'suis sûre que tu peux me battre cette fois-ci.

Elle éclata de rire et son amie ne tarda pas à la suivre. Complices, elles se comprenaient. Et se taquinaient bien plus que de raison. Sur des sujets tel que leur apprentissage, leur sentiments parfois, leurs capacités.




[ Edition à volonté :3 ]


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Dim 31 Mar 2013 - 22:27

Ichel lui répondit de manière laconique, comme d’habitude. Elle aurait pu y mettre sa main à couper. C’était marrant comme il parlait de leur voie avec une majuscule dans leur voix ces marchombre. Toujours à surclasser ce qu’ils faisaient. Parfois si on ne connaissait pas la passion et la volonté qu’ils mettaient dedans, on pouvait les croire un peu prétentieux les marchombres. Comme s’ils se moquaient des autres voies possibles. Comme si tout le reste n’avait pas d’importance et de valeur. Mais bon, Halina ne leur en voulait pas de se comporter comme ça. Elle avait bien l’habitude de mettre une majuscule au Maître d’armes ou aux cours de Combat. M’enfin, elle n’était pas aussi fanatique que les marchombre en ce qui concernait ses projets de futur et sa passion. Peut-être parce que ce qu’elle considérait comme un après, eux la considéraient comme leur vie. Le seul truc qui avait de l’importance. M’enfin, elle ne savait pas et faire autant de conjectures lui faisait mal au crâne.


La guerrière aimait bien l’air de défi dans les yeux de son amie et la prétention feinte dans sa remarque. Elles marchaient comme ça toutes les deux. En se poussant à avancer. La jeune femme ne pouvait pas compter le nombre de fois où elles s’étaient amicalement battues dans la salle d’armes, au clos ou parfois dans le parc. Juste pour se mesurer l’une à l’autre. Au début ; elles avaient un peu le même style de combat puis les différences avaient augmentées, sans pour autant que l’une prenne le dessus. Ichel était toute en ruse et en agilité alors qu’Halina gagnait en force et en technique. Mais bon, elles s’inspiraient de l’autre. C’était grâce à Ichel et Lya que la Teylus n’oubliait pas de bosser une partie ou une autre dans sa manière de combattre. Elle tentait d’être le plus souple et fluide possible, de ne pas compter que sur ses muscles, qui n’étaient pas aussi puissants que chez un homme, puisqu’elle était une fille et qu’elle ne passait pas son temps à faire de la gonflette. C’était impressionnant le nombre de garçons combattants qui passaient plus de temps à soulever des poids qu’à travailler leurs techniques de combat. Le pire, c’est qu’ils s’étonnaient ensuite qu’une fille puisse les battre…


Halina se reconcentra sur ce que racontait la marchombre. Petit à petit, son sourire s’élargit puis elle déclara :


-Des Choco-frambroises ! Ouaaah, tu sais me parler toi ! Nan mais cette armoire je croyais qu’elle contenait des produits dangereux et tout ! Mais en fait c’est un cachottier ce prof ! On y va quand tu veux, lui piquer des boites. C’pas comme si j’avais grand-chose d’autre à faire !


Devant le regard étonnée de son amie, la jeune femme lui résuma la situation avec son habituel sourire :


-Ben, sans prof de combat et avec Duncan convalescent, c’est un peu compliquer de se trouver des trucs à faire. Alors je tape sur les jeunes et eux ils veulent que je fasse des cours…


Cette pensée les fit rire toutes les deux et Halina en rajouta, les larmes aux yeux :


-Nan mais tu m’imagines moi en prof ? Le Fiel aurait bien plus de problèmes que maintenant !


Elles rirent un moment puis discutèrent de pas mal de choses, de leur quotidien, des potins et des nouvelles des uns et des autres. Elles parlèrent d’Aziel d’ailleurs, mais pas trop parce que les murs avaient des oreilles et que c’était devenu une habitude de ne pas parler de ça. Ichel prit soudain son air de conspiratrice, elle sourit et regarda autour d’elle comme si elle vérifiait qu’il n’y avait personne. Puis elle lui donna rendez-vous le lendemain dans les appartements délabrés en lui disant de faire passer le message aux élèves. Halina la regarda avec de grands yeux et en souriant, s’attendant à une explication ou au moins à un avant-goût du but de la réunion. Il fallait avouer que la guerrière était plutôt douée dans les réunions et les trucs secrets, mais bon, prendre la parole pour de vrai pour s’opposer de bloc à Aziel ou à un prof c’était plus dur. La seule fois où elle avait vraiment fait ça c’était pour défendre le groupe lors de l’Avant-Passage contre des profs pas très réalistes et qu’elle avait commencé à ne plus trop aimer. Le sous-entendu de la marchombre la laissa sur sa faim et attisa sa curiosité. Alors, évidemment elle lui répondit à la positive :


-Tant de mystères m’intriguent ! Compte sur moi demain.


La tête de son amie la retint de lui poser plus de questions à ce sujet. Elle saurait tout en temps venu. Du coup, elle se ré-appuya au mur de l’escalier pendant que la Kaelem changeait de sujet en abordant un sujet qui leur tenait à cœur. S’affronter. En effet, se battre dès leur première rencontre était un exploit original. Mais se battre pour de vrai lui manquait un peu. Et toutes les deux avaient bien avancées. Elles rirent encore une fois, taquines.


-Mais quand tu veux ! Et pourquoi pas tout de suite ? Evidemment, une fois que tu auras rendu ce livres à la bibliothécaire ! Je ne veux pas qu’elle te mange toute crue parce que tu les as mis dans la poussière de la salle d’armes !...


Elle l’accompagna à la bibliothèque, salua une Teylus présente là pendant que son amie rendait les livres. Puis, elles ressortirent, Halina sourit et déclara :


-La dernière arrivée est un Raïs puaaaant !


Cette phrase lança une course épique dans les escaliers et les couloirs de l’Académie. Il leur fallu descendre un étage et atteindre l’aile principale sous les protestations des élèves poussés. Mais bon, les deux filles avaient un grand sourire aux lèvres et se fichaient bien des dommages collatéraux. M’enfin, Halina connaissait l’issue de cette course. Elle avait beau courir vite et longtemps sur terrain plat, elle n’avait pas l’habitude des escaliers et de slalomer à toute vitesse. Alors qu’il lui semblait parfois que du coin de l’œil, Ichel volait, prenait appui sur les murs et se faufilait avec une aisance déconcertante entre les gens. Il y eu un beau dérapage devant la porte de la salle d’armes et Ichel fut la première a en franchir la porte. Halina lui tomba à moitié dessus en arrivant et elles se retrouvèrent presque par terre, morte de rire et incapable de se relever sous le regard d’élèves abasourdis. Les gens heureux, c’était pas commun ces derniers temps… Tout en pleurant de rire, la guerrière déclara :


-Okay t’as gagné cette fois, j’t’autorise à m’appeler « Raïs puant » ! Mais si je te bas tout à l’heure j’aurai le droit de te donner un surnom nul ! Et comme je vais sans aucun doute te battre, on sera quittes !



[Edition à volontéééé I love you ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Lun 1 Avr 2013 - 20:52

Halina lui proposa de faire ce petit duel immédiatement. Pourquoi pas, après tout, son maître ne lui avait pas donné rendez-vous aujourd'hui, elle avait donc du temps à tuer. Alors autant le tuer avec une amie. La teylus lui parla d'un livre... Ah, oui, le livre d'Arro ! Elle allait presque l'oublier celui-là. Heureusement qu'elle le lui avait rappelé. Elle aurait oublié à coup sûr et ça n'aurait sans doute pas plu à son maître. A la bibliothécaire non plus d'ailleurs.
Elles se dirigèrent donc vers la bibliothèque et pendant que Halina saluait une amie à elle, Ichel alla au comptoir pour rendre le livre. Un bonjour, quelques phrases échangées, les explications du retard et un au-revoir. La bibliothécaire n'avait jamais vraiment oublié le jour où la marchombre était venue mettre le souque entre les rayonnages avec sa musique. Arro lui avait demandé de jouer ici, dans le lieux le plus silencieux de l'Académie sans se faire prendre par la femme. Bien sûr, il s'était ensuivi une course poursuite sans nom. Ichel s'était expliquée avec la femme quelques jours plus tard, depuis, elle la regardait moins d'un mauvais oeil. C'était la faute de son maître après tout, cela n'avait pas été son choix de déranger tout le monde. Elle avait simplement suivi les directives de l'homme à qui elle avait confié trois ans de sa vie. Bon, il fallait avouer qu'elle avait pris du plaisir à voir la tête de la femme à chaque fois qu'elle avait raté sa cible. Elle lui avait pardonné – à moitié sans doute – c'était déjà cela.

Ichel rejoignit son amie et elles sortirent enfin. Soudain, la teylus lança un défi. Raï puant ? Elle allait voir qui était le raï puant dans l'histoire. Sourire aux lèvres, elle ne se fit pas prier. Halina avait l'avantage de la surprise, mais Ichel avait l'habitude du terrain. La course était lancée. Les élèves protestaient face aux deux jeunes femmes déboulant dans les couloirs et les escaliers sans se préoccuper des autres. Elles courraient et riaient sans prendre les autres en considération. Tant pis, ce n'étaient que des dommages collatéraux après tout.
Halina courrait vite, il fallait l'avouer. Ichel quand à elle profitait de tout son environnement, comme à son habitude. Prenant appui sur tout ce qui entrait dans son champ de vision, elle se pliait dans tous les sens pour se frayer un chemin à travers les élèves, les couloirs et les escaliers. La salle d'armes se dessinait devant elles et les deux jeunes femmes mirent les bouchées doubles afin d'arriver la première. Cette compétition eut pour effet un magnifique dérapage en duo. Ichel eut la chance de tomber la première et du coup d'être la première à entrer dans la salle d'armes. Halina ne tarda pas à lui tomber dessus. A terre, elles éclatèrent de rire pour sans doute une bonne poignée de minutes. Les élèves qui se trouvaient déjà dans la salle étaient surpris et ne comprenaient pas ce qu'il leur arrivait. Oui, la joie existait encore bel et bien ici bas.
Elles peinaient à reprendre leur souffle, tant elles riaient. La teylus réussit tout de même à prononcer quelques mots.


- Bien, p'tit Raï Puant, marché conclu ! J't'autoriserai à me donner un surnom nul, si tu me bas ! Mais tu t'avances un peu trop vite, il me semble. T'es bien sûre de toi.

La kaelem lui offrit un clin d'oeil et se releva enfin avant d'aider son amie à se mettre sur ses deux jambes. La marchombre se retourna et vit tous les visages tournés vers elles. Avec un grand sourire, elle les apostropha.

- Eh bah alors, la bonne humeur, vous connaissez pas ?

Sans plus leur accorder son attention, elle se tourna vers Halina et lui indiqua un coin tranquille où elles pourraient se mesurer l'une à l'autre. Elles choisirent leur arme. Oui, maintenant que le règlement interdisait les armes dans l'enceinte de l'Académie, ils étaient obligés d'utiliser celles de la salle d'armes. Ichel aurait préféré avoir sa dague à laquelle elle avait l'habitude de se frotter, mais elle n'avait pas le choix. Elle respectait peu de règles, mais quelques unes tout de même. Même si respecter celle-ci lui hérissait le poil.
La marchombre choisit donc une dague au manche vert forêt. Légère, elle ferait l'affaire. Halina quand à elle, fit son petit marché de son côté.
Enfin en place, elles se mirent toutes deux en garde. L'une position guerrière, l'autre position marchombre. Elles possédaient chacune leurs forces et chacune leurs faiblesses. Chacune leur propre style.

Léger souffle, départ. Les deux jeunes femmes s'élancèrent dans un duel qui promettait d'être des plus sauvage. Aucune des deux n'avait l'intention de laisser l'autre gagner. L'une et l'autre poussaient les limites de son amie, l'encourageant à aller de plus en plus loin. C'était comme cela entre elles, elles s'encourageaient par la compétition. Elles progressaient ensemble en tentant sans cesse de dépasser l'autre. Elles savaient pourtant pertinemment qu'elles ne suivaient pas la même route, mais elles s'en fichaient. Elles mesuraient leurs forces et s'en amusaient.
Le duel était lancé.
Ichel évita la garde de l'épée sur laquelle la teylus avait jeté son dévolu et tourna sur elle-même avant de se jeter sur son amie. Lame au clair. Le son clair des deux armes l'une contre l'autre résonnaient chaque seconde, les parades suivant bien vite les attaques.
La kaelem para, puis se retira quelques instants pour mieux revenir à la charge. Virevoltant sous le bras tendu de la teylus, elle se retrouva derrière elle. Ichel s'apprêtait à prendre son amie par le pull pour lui coller la dague contre le cou, mais elle fut plus rapide.
Cling.
L'épée et la dague se confrontaient de leur lame alors que les regards des deux jeunes femmes se plantèrent l'un dans l'autre.


- Il est vrai que tu t'es améliorée, p'tit Raï Puant de mon coeur, mais nous verrons bien si c'est suffisant !

Ichel se dégagea après un sourire et se remit en garde. Qui gagnera ?





_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Sam 27 Avr 2013 - 0:39

Ichel releva le défi lancé par Halina, comme à son habitude. Un combat de haute intensité contre une fidèle amie. Pas d’armes habituelles, chacune sa technique et le même objectif : gagner. Cette histoire de surnom débile donnerait un peu de piment à l’affaire et puis, ça lui faisait vraiment du bien à Halina de rire avec son amie. Oublier le quotidien et ne pas trop réfléchir. Mais bon, elle s’était un peu faite avoir à son propre piège, elle aurait dû proposer un autre truc que « Raï puant » parce que se faire appeler comme ça c’était un peu nul. Du coup la guerrière se sentait obligée de gagner le duel si elle voulait laver son honneur de raïs offusquée. Étonnamment, imaginer la cette scène la fit sourire encore plus alors que la marchombre l’aidait à se relever.


-Ou alors, ils la connaissent mais ils l’ont oubliée…


C’était lourd de sous-entendu et Halina s’en rendait bien compte. Tant pis, c’était dit. Bon, et tout le monde s’en rendait bien compte que l’ambiance n’était plus la même depuis qu’il y avait Aziel. Mais bon, elles ne s’éternisèrent pas sur le sujet et se mirent à la recherche d’une arme potable dans le râtelier de la salle d’armes. La guerrière avait pris l’habitude d’utiliser la même épée lorsqu’elle s’entraînait. Une lame bien équilibrée pas trop lourde et à la poignée pas trop abimée. Parce qu’il n’y avait rien de plus désagréable que d’avoir un manche avec un accroc qui faisait pas ou qui ne correspondait pas à la taille de sa paume. Ça faisait mal et ce n’était pas productif. Et comme Halina avait une main plus petite que la moyenne des guerriers vu qu’elle était une fille, elle avait toujours du mal à trouver une arme potable. Soit le manche était trop grand, soit l’arme était trop lourde ou encore elle était trop longue. Un vrai casse-tête. Alors, elle avait ses petites habitudes. Et aujourd’hui, heureusement, personne n’avait emprunté l’arm avant elle. Elle sourit et la récupéra.


Il était temps. Elles se mirent en position toutes les deux. Chacune avec son petit sourire habituel. Halina remarqua du coin de l’œil que les élèves guerriers qui s’entraînaient à côté s’étaient arrêtés. Comme si voir l’Acier se battre contre le vent, ou quoi que ce soit d’autre qui faisait la force des marchombre, valait la peine d’arrêter de se perfectionner. M’enfin, avoir un public ne dérangeait pas la jeune femme et ne la déconcentrerait pas le moins du monde. Elle était assez déterminée pour abstraction de ce qui se passait autour. Peut-être trop. Un jour, ce serait peut-être un problème. Mais là il ne s’agissait pas de ça. Elles bondirent dans un même souffle. Avec la même énergie. Les lames s’entrechoquèrent en même temps que les volontés. Le combat s’engagea. Chacune commençait par tester l’autre, comme toujours, elles se cherchèrent un peu avant de se lancer vraiment. Ichel utilisait son agilité pour éviter les coups et Halina les parait. Mais il ne fallait pas que la guerrière soit trop raide, il fallait qu’elle mette en pratique toutes les techniques apprises, tous les poids qu’elle avait porté, tous les muscles qu’elle avait redécouverts et surtout la souplesse que les marchombres lui avait inspirée.


Halina n’échappa à la blessure que par sa rapidité pour parer. Le plat de l’épée arrêta l’estoc de la dague et les regards des deux jeunes femmes se croisèrent. Sourires. Ichel apprécia la progression de son amie avant de se moquer à l’aide du surnom :


-Oh, ne t’inquiète pas pour moi, t’as beau t’être améliorée toi aussi, je vais te battre et cette fois-ci, ce n’est pas moi qui finirait les fesses dans la poussière !


Echange de sourires mutuels. Le défi était lancé et elles étaient reparties. D’autant plus fort. Les corps s’évitaient. Les lames s’entrechoquaient. Les regards se concentraient. Et les muscles s’échauffaient. Halina fut la première blessée en évitant la lame de la marchombre en ne se déportant pas assez vite sur le côté. Un trait de feu vrilla son flan. Légère grimace. Son amie s’arrêta immédiatement et la regardé inquiète. La guerrière n’en profita pas pour attaquer, observa la blessure qui était très superficielle et rassura l’autre avec un sourire :


-Nan, t’inquiètes, c’est qu’une simple griffure, j’avais qu’à mieux surveiller ma garde, ça m’apprendra.


Et, elles étaient reparties, m’enfin, il y avait certainement une certaine retenue dans leurs mouvements, elles ne voulaient pas se planter une lame dans le ventre non plus. Du coup, Halina frappait plus avec le plat de son épée ou avec la garde qu’avec le tranchant. Cependant, le rythme était toujours aussi soutenu et intense. Halina essuya la transpiration qui perlait de son front et menaçait de tomber dans ses yeux. Elle évita de justesse un coup d’Ichel qui profitait de la situation. Voyant que son flanc était exposé, elle saisit sa chance et frappa du plat de l’épée. Son amie eut un mouvement de recul qui lui évitera un trop gros bleu demain. Elles s’écartèrent le temps de reprendre leur respiration et de se sourire. Satisfait pour Halina et mystérieux pour la marchombre. Elle en profita pour une petite pique :


-Touché ! Han, je veux pas être à ta place demain, ta hanche va être toute bleue ! Bon, on y retourne ou t’es fatiguée ?...


Et c’était reparti. Danse endiablée ou folie de violence ? Nul ne le savait mais en tous cas les deux filles utilisaient toutes leurs ressources. Mais elles n’étaient pas illimitées. L’une ou l’autre ferait forcément une erreur à un moment. Ou alors une technique surpasserait une autre. Mais Halina n’était pas spectatrice omnipotente, elle ne connaissait pas celle qui en ressortirait victorieuse. Mais elle s’amusait et avançait. Enfin, c’était ce qu’elle s’imaginait en parant et contra-attaquant.



_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Sam 27 Avr 2013 - 17:45

Les corps se mouvaient, les coups se paraient. Leur premier duel. Il n'avait rien de comparable à celui qu'elles menaient à présent. Leur vitesse avait considérablement augmentée, leur force aussi, leur concentration. Tout avait changé. Elles s'étaient forgées une âme de guerrière. Combattante et marchombre. L'issue risquait d'être serrée. Plus que ce qu'elles ne pensaient.
Les estocs se suivaient avec précision et rapidité. Ichel se lança dans les airs, se ramassa aux côtés de son amie. Lança son bras dans sa direction et toucha. Halina évita la lame, pas assez vite. Elle fut blessée, la marchombre stoppa tout geste instantanément. Inquiète. La guerrière observa son flanc, la blessure paraissait superficielle. Elle rassura la kaelem par un sourire et quelques mots.
Le combat reprit de l'ampleur. Retenue oblige. La rapidité des enchaînements était cependant impressionnante. Plus rien à voir avec les deux félixias d'autrefois. Elles avaient avancées sur leur voie, chacune de leur côté pour un jour se retrouver et se mesurer l'une à l'autre, à nouveau. Comme un test. Une épreuve à passer pour être certaine de progresser encore.
Les minutes s'égrenaient, devenaient plus longues à mesure que le combat s'éternisait. Il allait durer, ça oui. Bien plus que n'importe quel duel. Les galipettes de la marchombre se mesuraient à la perfection aux gestes de la guerrière. Qui gagnerait ? Personne n'aurait pu le dire, pas même les élèves qui assistaient à la scène, bouches bées.

Le flanc de Halina était exposé, une aubaine pour la kaelem. Ouverture sur ouverture, elle pouvait s'infiltrer dans cette faille sans soucis. Elle profitait de cela, un sourire aux lèvres. A vrai dire, le sourire n'était pas simplement là pour la malchance qu'avait eu son amie. Il était là pour bien autre chose. Avoir l'impression de revenir en arrière, dans l'ancien temps, celui où elles riaient encore. Elle avait l'impression d'être à nouveau félixia, d'être à nouveau toutes deux dans les mêmes cours, fourrées toujours ensemble. Vingt-quatre heure sur vingt-quatre. A présent qu'elles n'étaient plus dans la même maison, qu'elles avaient grandies, que leur enseignement leur demandait d'avantage, ce n'était plus la même chose.
Grandies, mais toujours des enfants. Leurs sourires ne diminuaient pas lorsqu'elles étaient ensemble, bien au contraire. Et là, c'était le cas. Les deux jeunes femmes ne pouvaient s'empêcher d'afficher un rictus de joie alors que leurs corps jouaient de leurs muscles l'un contre l'autre.

Halina évita de justesse le coup destiné à son flanc. Elle choisit son temps, le prit, toucha. Ichel recula, en vain. Le plat de la lame se répercuta contre sa peau. La douleur se répandit comme une trainée de poudre pour disparaître presque instantanément. Traître bleu. Invisible sur le coup, parfaitement fourbe le lendemain.
Les deux jeunes femmes s'écartèrent, reprirent leur souffle. Croyait-elle l'avoir aussi facilement ? Le combat venait à peine de commencer. La marchombre était loin d'avoir épuisé toutes ses cartes. Cette dernière n'était cependant pas dupe, elle savait qu'elle n'était pas la seule à cacher son jeu. Malgré le rythme intense du duel, toutes deux se retenaient. Elles ne se donnaient pas à fond, les cents pourcents n'étaient pas atteints.
Ichel planta son regard dans celui de la teylus, satisfait. Cette dernière profita de cette halte pour une parade verbale.


- Fatiguée ? Hahaha, laisse-moi rire ! J'en suis qu'à l'échauffement, mam'selle !

Elles reprirent de plus belle. Elancées dans une même foulée, elles ne faisaient plus attention aux autres, ces élèves qui ne les quittaient plus des yeux. Comme s'ils voulaient apprendre en les observant dans le silence le plus parfait.
Les deux jeunes femmes sortaient enfin le grand jeu. Le combat n'était plus le même, rien à voir avec les premières minutes. Le rythme s'était transformé. De rapide, il était devenu violence. On sentait les deux esprits se mettre en route, devenant ce qu'ils étaient. Utilisant ce qu'ils avaient acquit depuis ce jour-là. Dans cette salle-même. L'une d'elle allait forcément remporter ce duel, mais laquelle. Là était toute la question. Difficile d'y répondre.

Les battements de son coeur ne s'emballaient pas. La tranquillité habitait le corps de la marchombre. Tout le contraire de la première fois. Volant presque, elle était un feu follet au beau milieu de cette salle d'armes. Elle usait de toute sa vitesse, sa dextérité et sa souplesse. Rien n'était laissé en compte. Toutes ses facultés mises les unes avec les autres pour prouver à son amie qu'elle aussi avait grandie.
La ruse était son atout. La plupart du temps d'humeur farceuse, elle savait utiliser cette technique de combat. La ruse. Il était temps de l'utiliser.

La lame de Halina décrivit un cercle parfait, menaçant la kaelem. Cette dernière l'évita de justesse. Quelques millimètres et c'était la touche. Par un salto arriète, Ichel se retrouva devant la bande d'élèves qui les observait. La teylus l'observa, pensant sans doute qu'elle allait se pousser, mais elle n'en fit rien. Un sourire aux lèvres, elle défiait son amie. Difficulté en plus : les élèves. Les dommages collatéraux possibles.
La teylus fonça sur elle, sans réserve, lame au clair. Une élève poussa un cri, tous se sauvèrent. Zut. Lorsque la guerrière arriva vers l'endroit où était censé se situer son amie, plus personne. Simplement les bancs. Vides.
Ichel avait suivi le mouvement de groupe et était accoudée à un mur, plus loin, observant Halina.


- Aurais-tu perdu quelque chose ?

Leurs regards se croisèrent. Les élèves se dispersèrent, se rendant compte qu'une des combattantes était dans leurs rangs. Eux non plus ne l'avaient pas remarqué avant qu'elle ne prenne la parole.
Discrétion. Se fondre dans la masse. Une des premières leçons qu'elle avait eu.
Ne tenant pas à se faire blesser par une des deux folles qui se battaient avec hargne dans la salle d'armes, ils se mirent loin, très loin d'elles. A l'autre bout de la salle. Ichel toujours accoudée au mur, attendait son amie. Cette dernière ne se fit pas prier. Quelques secondes lui suffiraient à la rejoindre. La marchombre prit la voie des airs. Se ramassant sur le sol, elle bondit contre le mur. L'accueillant d'une flexion des jambes, elle passa au-dessus de son amie, lui touchant le dessus de la tête. Le vol ne dura que quelques secondes, pas plus. Pourtant, elle aurait cru le contraire. Dans le dos de la teylus, elle l'attendait. Plus d'esquive cette fois-ci. Le combat au corps à corps, son favoris. Même si les acrobaties étaient à hauteur égale dans son échelle de jugement.

Ichel n'attendit pas plus. Bras tendu contre son flanc, elle fonça. Halina se retourna, épée en avant. La kaelem passa outre, se glissant entre elle et le sol. Se retrouvant derrière son amie, elle lui mit une claque sur les fesses avant de se placer de son côté droit. Sourire, manche de la lame s'apprêtant à dessiner un magnifique bleu sur la peau de la guerrière. Trop tard. La marchombre ne s'attendit pas à un tel retournement de situation. La combattante bougea. Elle avait gagné en vitesse depuis ces années, la kaelem ne s'en était pas rendue compte. Se retrouvant derrière la brune, elle lui rendit sa claque. Un peu trop fort. Ichel se retrouva projetée quelques mètres en avant. Impressionnant. Acquit force et vitesse. Elle se retourna, fit face à son amie.


- T'es plus aussi lente qu'autrefois, ma parole. J'en ai presque été surprise.

Elle lui fit un clin d'oeil, ajusta son sourire et repartit à l'assaut.





[ I love you ]


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Jeu 30 Mai 2013 - 21:03

Halina ne faisait plus qu’une avec son épée, Comme si la lame était l’extension de son bras. Et ça la ravissait, elle voulait attendre ce niveau depuis si longtemps qu’elle ne savait pas trop si c’était vraiment réel, cette épée qui répondait aux moindres sollicitations sans qu’elle est besoin de réfléchir, d’anticiper et planifier. Mais elle sentait bien que cet état quasi-parfait serait de courte de durée et qu’il n’était pas encore totalement au point, il lui faudrait encore beaucoup de travail pour que la moindre distraction ne la repousse pas. Alors, elle en profitait et Ichel avait due s’en rendre compte puis qu’elles intensifièrent encore le rythme des attaques, parades et esquives. Elles accéléraient le tempo de leur danse comme si elles étaient les seules à entendre une musique qui montait crescendo. Et c’était presque ça. Les lames qui s’entrechoquaient, leurs bottes contre le sol à chaque mouvement ou encore leurs respirations marquaient le tempo. Mais si la fréquence des attaques augmentait, leur puissance et la technique employée augmentaient aussi au fur et à mesure du combat. Plus rien autour n’avait d’importance.


Ichel était insaisissable, elle bondissait sous ou par-dessus les coups d’épée d’Halina, elle utilisait à fond sa souplesse et sa vitesse pour se faufiler à l’abri de la lame ou alors pour l’atteindre. Et s’en était même un peu frustrant. Mais, la guerrière ne désespérait pas, on lui avait dit un jour que le marchombre, tout mystérieux qu’il était ne gagnait pas souvent dans les combats à la loyale contre des Frontaliers par exemple. Par qu’ils excellaient dans la ruse mais pas dans la technique de combat. On lui avait aussi dit qu’il ne fallait pas s’attendre à ce qu’un marchombre suive les règles pour parvenir à la victoire. Et la jeune femme l’avait bien compris, ils utilisaient tous les avantages du milieu pour distraire l’adversaire puis le vaincre. Courir sur les murs, lancer des objets ou trouver les emplacements stratégiques pour attaquer. M’enfin, les deux amis n’étaient pas en situation réelle, il n’était pas question de la mise en jeu de leur vie. Simplement une compétition amicale qui existait depuis le début.


Après un coup d’Halina ajusté, Ichel s’échappa par un salto arrière qui la propulsa dans le groupe d’élèves qui les observaient. Halina raffermit sa prise sur la poignée de son épée que la sueur commençait à rendre glissante et attendit que son amie revienne dans ce qu’on aurait pu qualifier d’arène. Mais, à son grand étonnement, elle n’en fit rien. Elle se contenta de sourire et d’attendre. Que faire ? La jeune femme détesterait blesser un élève qui traînait là, mais bon, en même temps, s’ils étaient là c’était leurs problèmes, ils avaient qu’à s’occuper de leurs oignons et il n’y aurait pas de dommages collatéraux. Puis Halina se dit que zut, elle ne devait pas penser comme ça, que c’était des gens dont elle connaissait parfois les visages ou même qui était de se propre Maison. Enfin, elle se décida, elle chargea en courant sur le groupe et donc sur Ichel pour leur faire peur et qu’ils s’éloignent. Elle portait l’épée proche d’elle pour ne blesser personne et souriait, ce défi que lui lançait la marchombre était bien à sa mesure. Il y eut un mouvement de foules lorsque les élèves s’éloignèrent de la guerrière laissant vide l’endroit où se trouvait Ichel un peu plus tôt. Mais où était passée la marchombre ? Halina regarda autour d’elle sans l’apercevoir. Ce qui la fit sourire encore plus. Ah, cette marchombre était vraiment incroyable.


-Oui, une espèce de feu follet qui ne vient pas se battre…


Grand sourire provoquant qui précéda Halina qui fondit sur son amie qui l’évita en s’envolant pour se retrouver dans son dos. Elle n’attaqua pas à ce moment là, et à l’avis de la guerrière c’était une erreur mais bon, elle comprenait qu’elle ne veuille pas la blesser. M’enfin, ce type d’esquive était vraiment stupéfiant et serait vraiment utile en combat. Même si ça semblait hyper galère. Et Ichel continua de la mener en bateau en lui filant entre les doigts et la frappant aux fesses. Halina ne réfléchit même pas et dans un seul souffle, se coula sur le côté gauche de son amie pour se retrouver dans son dos et lui rendre la monnaie de sa pièce. Un peu fort puisque la miss vola comme un fœtus de paille à travers la salle.


-Ravie de t’avoir impressionnée. M’enfin, si tu veux mon avis, faudrait te remplumer un peu, si tu vole comme ça à chaque fois qu’on te fait une pichenette, je ne donne pas cher de toi !


Elles s’échangèrent un sourire provoquant qui leur était devenu habituel avant de se lancer à nouveau dans la bataille. Les deux jeunes filles se tournèrent autour quelques instants, jaugeant la fatigue générale de l’autre ou ses points faibles. Mais il semblait qu’elles avaient toutes les deux travaillé leur endurance en plus de leur technique. Ainsi, elles n’avaient ni l’une ni l’autre l’air épuisée malgré la durée de leur combat. Elles transpiraient juste et Halina épongea la sueur de son front qui menaçait de l’aveugler. Ichel en profita pour fondre sur elle, comme son aigle aurait pu le faire et la guerrière l’évita au dernier moment, profitant du déséquilibre de la marchombre pour lui assener un coup du plat de son épée sur le flanc. La jeune femme le lui rendit immédiatement par un coup avec le manche de son poignard là où elle pouvait. Elles se retrouvaient très proches l’une de l’autre ce qui les fit sourire puis elles s’éloignèrent et recommencèrent à danser. Chacune sa technique mais la même dynamique et la même volonté de gagner. Comme depuis le début.


Soudainement, Ichel prit appui sur sa jambe droite et lança son pied gauche sur Halina. Surprise, elle para le coup avec ses avant-bras croisés au niveau du torse. Sauf que le pied l’atteignit sur son poignet droit qui tenait l’épée. Celle-ci lui échappa et tomba au sol avec un bruit de ferraille. Halina ne se laissa pas débordée et profita du moment où Ichel se réceptionnait sur ses deux pieds pour tenter de lui mettre un coup de poing qui lui donnerai le temps d’aller ramasser son épée. Mais la jeune femme était trop rapide et elle para avec son bras. Malheureusement, pas celui qui portait son arme. Léger soupir en réponse au sourire narquois de son amie et elle roula sur le côté pour éviter un coup horizontal. La garde de son épée s’enfonça dans sa hanche quand elle se retrouva dessus mais au moins ça lui avait permis de récupérer son épée. Elle contra un coup de la brunette qui descendait sur elle et lui faucha les jambes d’un coup de pied circulaire. Elles se retrouvèrent au sol toutes les deux. Halina bondit et se retrouva sur Ichel, l’épée contre son cou. Elle allait se moquer et célébrer sa victoire quand elle réalisa qu’elle avait elle-même une lame posée contre sa trachée. Elle éclata de rire. Son amie la suivit, et elles laissèrent tomber leurs armes. Halina se leva, tendit la main à Ichel pour l’aider à se lever et demandant :


-Franchement, comment on a fait sur ce coup ?


La marchombre haussa les épaules en souriant alors Halina demanda un arbitrage à la ronde :


-Eh vous ! Qui a gagné alors ?


Peut-être que l'arbitrage demanderait qu'elles retournent se battre pour déterminer la vraie gagnante, ou il était possible que l'un des élèves ait vu laquelle des deux avait mis sa lame contre le cou de l'autre en première. En tous cas, la Teylus avait encore la forme.



_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Mar 2 Juil 2013 - 16:32

Elles avaient grandies. Ichel s'en rendait compte, elles n'étaient plus les deux jeunes filles qui s'étaient rencontrées dans la salle d'armes il y avait quelques années. Le changement les avait frappées. Leur endurance, leur assurance, leurs capacités. Rien ne ressemblait aux deux enfants qui s'étaient battues quelques minutes dans ce même lieu. Changées, grandies. La marchombre ne l'avait jamais remarqué, pas même lorsqu'elle s'entraînait avec son maître. Jamais elle n'avait vu ce changement s'opérer en elle. Son corps même n'était plus le même. Et son esprit.
Un sourire barra le visage de la kaelem, bien différent de tous les derniers. Elle se rendait compte à quel point l'Académie les avait changées, toutes les deux. Elles n'étaient plus les mêmes, mais s'entendaient toujours aussi parfaitement. Le changement était quelque chose de bien mystérieux après tout.

Autre sourire. Cette fois-ci bien différent. Halina réfléchissait elle aussi et cela donnait une idée à la marchombre. Sautant sur l'occasion, elle se jeta griffes en avant sur elle. La teylus l'évita in-extremis. Enchaînant alors, elles se frappèrent dessus avec vivacité et légèreté. Sauf qu'aucune voulait perdre. D'un duel au corps à corps, il s'était mué en duel de volonté. Qui craquerait en premier ?
Ichel entendait bien remporter la victoire. Elle prit soudainement appui sur la jambe droite et lança un pied en direction de son amie. Sans faille. Parade rapide de la teylus, perte de son arme. Un point pour la kaelem. Sauf que la partie n'était pas terminée. Halina profita du moment de faiblesse d'une acrobate, la réception, pour tenter de lui asséner un coup de poing. Ichel sourit en voyant son geste si lent. Son maître lui avait concocté un emploi du temps chargé et celui-ci comptait la rapidité des gestes dans un combat. Celle de l'ennemi et également la sienne. Elle avait donc vu son poing venir dans sa direction. Parant de son bras libre, son visage s'éclaira d'un sourire narquois alors que son autre main, armée, entamait un virage en direction de la teylus. Cette dernière roula à terre et Ichel ne perdit pas son temps pour attaquer à nouveau. Sans succès. La guerrière faucha soudain ses jambes et elle tomba à son tour au sol.
La marchombre vit de loin la scène finale de ce duel.
Halina plongea sur son amie, sa lame contre son cou. La kaelem sourit en voyant le visage victorieux de la guerrière.

La victoire ne sera pas à toi mon amie, pas aujourd'hui.

Relevant son bras droit, elle eut à peine le temps de poser sa dague contre la trachée de Halina. Cette dernière éclata de rire et Ichel finit par abandonner son sourire narquois pour la rejoindre. Laissant tomber leurs lames, le corps de la teylus se releva, laissant celui de la marchombre au sol. Une main se tendit bien vite vers elle, une main qu'elle saisit sans réflexion.

- Il faut croire qu'on est pas prête de se surpasser, ma belle.

Elle haussa les épaules avec un sourire tout en prononçant ces paroles. Puis, Halina demanda un sondage aux élèves courageux qui étaient restés dans la salle pour assister au dénouement de la bataille. Chaque bouche resta close, sans doute de peur de provoquer une des deux furies. Il fallait avouer qu'elles n'y étaient pas allées de mains mortes et qu'elles étaient à peine essoufflées. Et elles faisaient sans doute légèrement peur.

- Eh bien alors ? Personne n'a une idée de la gagnante ?

Ichel défit sa longue tresse et poussa un soupir en imaginant la tignasse qu'elle devait avoir sur la tête. Brossant sommairement ses cheveux à l'aide de ses doigts, elle refit une tresse plus ou moins potable. Toujours aucune réponse.

- Et bien, soit ils dormaient, soit ils ont encore énormément à apprendre. T'en pense quoi Hal ?

Elle n'eut le temps d'entendre la réponse de son amie qu'un jeune guerrier, sans doute de la classe des bois, déboula essoufflé dans la salle d'armes. Paniqué, Ichel le reconnut pour être un élève de la maison kaelem tout frais arrivé. Ils s'étaient croisés dans la salle commune et avaient discuté un moment. Nil, qu'il s'appelait. Soudain, après avoir repris son souffle, il cria.

- Des gardes ! Des gardes arrivent ! C'est Jahl qui les a prévenu pour vot' duel !

Un jeune dessinateur d'aequor, toujours en train de vouloir paraître le modèle de l'élève parfait. Il y avait des fois où elle aurait pu le jeter par dessus les toits tant il lui brisait le système. Aujourd'hui encore. Elle sourit au jeune kaelem et se tourna vers Halina pour lui jeter un regard de connivence. Pas le moins du monde perturbée. Tout comme son amie.

- Merci Nil, c'est gentil de prévenir.

Elle se tourna vers les autres.

- On va donc écourter notre petite rencontre les amis. A plus !

Elle fit une petite révérence et commença à courir en direction de la sortie lorsque Jahl apparut dans l'encadrement de la porte. Elle eut le temps de se planquer derrière trois élèves lorsque les deux gardes prévenus par ce rabat-joie d'aequor rentrèrent dans la salle d'armes. Elle jeta un coup d'oeil dans la salle et ne vit plus la guerrière. Elle avait dû se cacher elle aussi. Elle vit soudain un éclat derrière un mannequin alors que la grosse voix d'un des gardes s'élevait. L'éclat était Halina qui lui faisait un signe.

- Alors ? Je ne vois aucun combat, mon garçon. Te moquerais-tu de nous ?

- Non, je les ai vues en rentrant, je sais qu'elles sont encore là, je le sais !

Le garçon, paniqué, cherchait les deux visages dans les rangs des élèves qui n'allaient pour rien au monde les dénoncer. Ichel vit le signal de départ lorsque les gardes leur tournaient le dos. Elle se jeta dans l'embrasure de la porte, disparaissant dans les couloirs, Halina à ses côtés. Elles eurent le temps d'entendre un cri, Jahl qui prévenait les deux gardes de la fuite des deux élèves perturbatrices. Des bruits de pas, un autre cri, une course poursuite débuta alors. 


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Dim 14 Juil 2013 - 23:25

Le silence qui succéda à sa question plana quelques instants dans la pièce, comme une réponse au fracas  du combat qui avait précédé. C’était même un silence gêné. Ou peut-être était-il juste effrayé. En tous cas, Halina tenta d’analyser les visages présents dans la pièce. Mais elle n’était pas physionomiste et voyait surtout ce qu’elle voulait. Il lui semblait que l’assemblée était partagée entre la fascination et la peur. Ce qui était à la fois grisant et inquiétant. La jeune femme eut un court sourire en voyant qu’Ichel remettait comme elle ses cheveux en place mais avec une tresse au lieu de la queue de cheval habituelle de la guerrière. Ichel commenta la réactivité de leurs spectateurs avant de lui demander son avis. Avant même qu’elle ne puisse lui répondre, un Kaelem surgit tel une fusée dans la pièce, paniquée. Il semblerait que les gardes avaient été informés de leur combat. Mais il en fallait bien plus pour paniquer les deux amies qui se sourirent à l’idée de devoir échapper à la vigilance des gardes. Halina récupéra son arme, la mit au fourreau, salua les élèves d’un sourire et d’un mouvement royal en réponse à la révérence d’Ichel.

 
Quand les gardes entrèrent dans la pièce, accompagnés du délateur, elle était accroupit derrière un râtelier non loin de la porte. C’était un Aequor que la jeune femme ne connaissait pas mais qu’elle détesta immédiatement. Il cherchait du regard les deux insolentes furies sous l’air inquisiteur des deux gardes. Elle remarqua qu’elle connaissait un des deux, ce dernier la laissait passer quand elle allait courir avant la fin du couvre-feu. Il lui semblait même l’avoir déjà vu en compagnie de Kylian. Ça pourrait jouer en leur faveur si jamais elles se faisaient attraper. Ce qui ne risquait pas d’arriver pour Ichel vu sa vitesse et sa technique de course. Mais bon, la guerrière n’avait pas du tout l’intention de se faire prendre. Les deux amies se mirent à courir vers la sortie quand les enquêteurs eurent les dos tournés. Elles purent sortir avant d’entendre des cris et des bruits de courses derrière elles. Halina ne put s’empêcher d’accélérer et d’éclater de rire. L’ivresse de la course-poursuite commençait.


-Ah, un peu de fun !

 
Elles coururent dans le couloir vide, dérapèrent dans un virage, montèrent les escaliers quatre à quatre avant de commencer à faire tourner en rond leurs trois poursuivants. Les deux gardes ne pouvaient pas anticiper où elles allaient et donc anticiper de quel côté leur couper la route. Et les filles ne s’arrêtaient pas, même sous les menaces. Halina ne s’était pas autant amusée depuis un long moment. Elle était bien là, en forme et pas encore essoufflée, malgré l’enchaînement des efforts depuis qu’elles s’étaient revues. Deux courses et un combat intense, de quoi réveiller les muscles. Mais bon, la guerrière avait travaillé son endurance depuis un moment et s’était un de ses points forts contrairement à la force brute. Elles dérapèrent dans un couloir parallèle, puis dans un autre, en se disant qu’ils ne les verraient peut-être pas tourner et continueraient tout droit comme dans les livres d’aventures. Mais dans la réalité, il y avait un gars vraiment relou qui ne les lâchait pas du regard. Nan mais qu’est-ce qu’il leur voulait celui-là ? Ca mériterait bien une future visite pour lui remettre les pendules à l’heure à ce fayot. Il gueula, le souffle court :
 

-Elles ont tourné lààà !

 
Heureusement, elles ne s’étaient pas arrêtées, mais avait juste ralenti. Du coup, elles repartirent de plus belle après s’être lancé un regard complice. La course continua ainsi quelques temps. Parfois, l’une d’entre elles se trompait de côté où tourner et faisait une glissade pour reprendre la bonne direction ou encore elles se séparaient pour mieux se rejoindre. Ça aurait vraiment pu durer longtemps parce que personne ne voulait abandonner et surtout pas elles. Elles n’osaient pas tenter de se cacher dans une pièce pour pas se retrouver dans un cul-de-sac et puis, elles connaissaient si bien les couloirs pour ne pas se retrouver nez-à-nez avec une autre patrouille de gardes. Du coup, elles couraient, un peu hilares de la situation plutôt cocasse et aussi partagées par la crainte de se faire prendre. Finalement, un des gardes, abandonna le premier, un freina des deux pieds pour s’arrêter en déclarant :
 

-Bon, ça commence à bien faire, j’en ai marre d’m’faire tourner en bourrique par des gamines.
 

Ses deux compagnons, firent de même, pendant que les deux filles s’arrêtaient à distance raisonnable. Halina reconnut le premier comme étant celui qu’elle connaissait et qui la connaissait. Elle se sentit touchée qu’il n’insiste pas ou ne demande pas de renforts et elle attendit la réaction de son coéquipier. Celui-ci dit :
 

-Allez, elles sont en infraction du Code là, on est bien obligés.

 
L’autre haussa les épaule, réajuste sa ceinture, observa les coureuse avant de dire d’un ton bourru :

 
-Nan mais franchement, on a rien vu, on n’s’base que sur l’témoignage d’un gars qu’est plusieurs fois venu nous chercher pou’rien. Moi j’dis, on retourne à not’poste et ça suffit !

 
Aussitôt dit, aussitôt fait, les deux hommes firent demi-tour, entraînant l’Aequor avec eux. Ce dernier protestait à force cris et jérémiades en pointant du doigt sur les deux amies. Celles-ci éclatèrent de rire, se tapèrent dans la main de manière complice en se félicitant :
 

-Franchement on gère ! Je me suis jamais autant amusée !


Halina sourit puis continua:


 -Mais heureusement qu’on est pas tombées sur Aziel ou la Première Gardienne durant notre course. T’imagine la scène ? On aurait pas été dans la merde !


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 62
Inscription le : 14/09/2012
Age IRL : 46


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Ven 19 Juil 2013 - 21:27

- Vous n’avez rien à vous reprocher, Jahl, vous avez fait votre devoir en venant me trouver. Soyez sans crainte, je verrai à ce qu’à l’avenir, les gardes fassent leur travail de manière exemplaire.

L’élève Aequor était arrivé dans son bureau en trombe, essouflé, les joues rouges d’avoir couru et les lèvres blêmes du crime qu’il venait dénoncer. Aziel connaissait bien cet élève. Il était parmi les rares élèves qui ne possédaient pas son dossier agrémenté de notes dans l’armoire des crimes. L’armoire des crimes, c’était l’armoire qu’Aziel avait rajouté à son bureau et dans les tiroirs dusquels étaient soigneusement classés les dossiers des gens pris en faute depuis le début de son mandat à l’Académie de Merwyn.

- Calmez-vous, reprenez votre souffle. Vous disiez avoir assisté à un combat illicite dans l’enceinte de l’Académie, en dehors des heures de cours, avec des armes aiguisées non-destinées à l’entrainement ?


- Oui, c’est ça Monsieur Ril’ Krysant, elles ont trouvé les armes dans la salle d’armes.

- Dans la salle d’armes ?
Aziel paraissait perplexe. On ne laissait d’ordinaire dans la salle d’armes que les armes d’entrainement en bois afin d’éviter à ces siffleurs enragés de s’entretuer dans leurs temps de loisir. Un des gardes ou des serviteurs chargés du rangement avait du mal fermer l’arsenal annexe où se trouvaient les vraies armes affûtées. Il devrait trouver le coupable et le renvoyer.
Voire envisager de prendre en sa possession l’unique clef de l’arsenal de la salle d’armes. Ca obligerait les maitres d’armes à venir le mander pour chaque cours, mais si ça pouvait éviter ce genre de bévues…

- Redites-moi une fois, qui sont les fautives ?
lança Aziel en se levant pour ouvrir l’armoire des crimes.

- Halina Quelquechose, à Teylus, et Ichel Jenesaispasquoi, soit à Teylus soit à Kaelem, Monsieur Ril’ Krysant.


Aziel souleva un sourcil perplexe devant le manque de précisions de son élève favori, mais après quelques secondes de recherche, il put extraire les dossiers d’Halina Nilsan, de Teylus, et Ichel Calwin, de Kaelem.

- Restez avec moi, Jahl. J’aurai éventuellement besoin de votre témoignage une fois que j’aurai trouvé les deux fautives
, fit-il en sortant de son bureau en trombe, les deux dossiers sous le bras.

S’il y avait une chose que le don d’Aziel lui permettait de faire mieux que la moyenne, c’était de communiquer avec les autres dessinateurs. Bien mieux que, mettons, un pas sur le côté, qui lui demandait une rigueur et un effort deux fois plus grand que la moyenne des dessinateurs. Alors qu’il marchait avec énergie dans le couloir, son esprit était déjà entré en contact avec celui de du capitaine des gardes dessinateurs, qu’il avait choisi et gradé lui-même quand il était entré pour s’assurer la main-mise sur les gardes.
Après s’être assuré que les deux incapables subiraient une sanction énergique de la part de leur capitaine, Aziel lui commanda de prévenir la Première Gardienne de la situation. Il prenait les commandes jusqu’à ce que la situation soit réglée, et il aurait besoin de toute la garde disponible.
Certains furent dispatchés dans les différents escaliers pour barrer la route aux fuyardes. Certains devaient retrouver les témoins oculaires du crime parmi les élèves présents, dont au moins Perle Deshen, un dénommé Nil et une certaine Klemans. Jahl le guidait jusqu’au dernier endroit où il les avait vues pour la dernière fois.

- Vous êtes sûr de ce que vous dites, Jahl ?

Le couloir était à présent vide.

- Déployez-vous
, commanda Aziel aux quatre gardes qui les suivaient. Elles ne pouvaient pas être bien loin, vu qu’elles avaient probablement arrêté de courir depuis la fin de la première course poursuite. Et effectivement, l’homme de fer ne fut pas détrompé.
Deux tournants de couloir plus loin, les fugitives reprenaient leur souffle.

L’ordre fusa calmement d’entre ses lèvres pincées.

- Saisissez-les.

S’enfuir ne servirait à rien d’autre qu’à aggraver leur cas, et les jeunes truandes le savaient. Les gardes s’approchèrent et les entourèrent, posèrent les mains sur leurs épaules sans pour autant les brusquer. Il s’agissait moins de les retenir que de les dissuader de faire quoi que ce soit.

- Halina Nilsan et Ichel Calwin. Vous confirmez que ce sont bien elles, Jahl ?

Le jeune élève, prompt à plaire à l’Intendant, hocha énergiquement de la tête.

- Halina Nilsan et Ichel Calwin, des maisons Teylus et Kaelem, vous êtes accusées de tapage dans les couloirs, d’obstruction au bout fonctionnement de l’Académie, de comportement dangereux dans un espace public sans égard pour les personnes présentes, et surtout d’avoir participé à une rencontre guerrière illicite en dehors des heures de cours assignées à cet effet, avec des armes d’entrainement non réglémentaires. Vous êtes également en délit de fuite devant les autorités qui cherchaient à vous rappeler à l’ordre.

Il ouvrit leur dossier respecitf et les parcourut rapidement de ses yeux gris qu’on disait sans âme.

- L’acte serait mineur de la part de quelqu’un d’autre, mais j’ai devant moi deux récidivistes. Mademoiselle Nilsan, vous étiez présente lors de la nuit fatidique qui a coûté la vie à une élève de la maison Aequor. De plus, vous étiez une des prisonnières lorsque cette école a sombré entre les mains des guildes malfaisantes, et votre jugement depuis lors ne peut être certifié.
Quant à vous, Mademoiselle Calwin, moult rapports font état de votre violence envers les élèves et de divers actes de dégradation de l’établissement qui vous accueille, actes pour lesquels vous avez déjà été sanctionnée par mon précédesseur.

Il posa son regard sur les deux coupables.

- Deux de mes plus anciennes élèves… J’attends des gens de votre âge et de votre expérience la retenue et la dignité requise dans cet établissement. Vous êtes censés représenter un modèle pour les jeunes générations qui vous suivent, pas vous comporter comme n’importe quels tire-bourses des bas-fonds d’Al-Far.

Le regard d’Aziel se fit soudain distant. Son esprit venait d’être happé dans les Spires par le capitaine des gardes qui faisait son rapport sur la situation. Quelques secondes se passèrent dans la réalité sans qu’il ne bouge, comme s’il avait été transformé en statue. Aziel n’était pas assez bon dessinateur pour être capable de tenir deux conversations en même temps, et sa concentration était toute entière au maintien du contact avec le capitaine.
Finalement, son regard fut de nouveau vivant, et il le darda vers les deux jeunes femmes.

- Le capitaine arrive incessamment avec les témoins du crime. Une fois que toutes les personnes concernées seront présentes, je pourrai entendre le fin mot de l’histoire. N’espérez pas vous en sortir indemne. Il y a bien longtemps que j’aurais du débarasser l’Académie des personnes potentiellement corrompues par leurs tortionnaires et détournées du droit chemin de la Dame et de cette racaille qui ose s’appeler marchombre.

[ digust Twisted Evil ]

avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Jeu 3 Oct 2013 - 22:41

Les deux jeunes femmes riaient aux éclats alors que leurs poursuivants les suivait à la trace, et, il fallait l'avouer, d'une vitesse pas trop mal. Ils pouvaient les rattraper d'un instant à l'autre. C'était justement cela qui les faisait rire, l'ivresse d'une course nouvelle ! Cela faisait depuis bien longtemps qu'elles n'avaient vécu une chose pareille ensemble. Cette montée d'adrénaline, cette joie incendiaire qui l'emportait. Ichel pouvait ressentir cela à nouveau. Avec Halina. Quelle allégresse !
Les couloirs vides défilaient devant leurs pas, dérapant dans les virages, montant les escaliers à une vitesse folle, elles prenaient plaisir à torturer leurs pauvres poursuivants. Les menaces fusaient, mais qui pouvait bien arrêter les deux furies lancé à plein galop dans les couloirs ? Qui ou quoi ? Rien. Rien ne pouvait les arrêter et Ichel en riait aux éclats. Cette euphorie qui l'envahissait, elle ne l'aurait abandonné pour rien au monde. Elles courraient, ensemble, et s'amusait comme autrefois. Comme au premier jour.
Sauf qu'un détail changeait. Elles n'étaient plus les gamines de ce temps-là, elles avaient grandies, évoluées. Elles étaient devenues fortes, presque au terme de leur apprentissage. Avant, elles n'auraient jamais tenu la distance face aux gardes, mais aujourd'hui tout était différent. Plus des gamines au début d'un long apprentissage. Deux jeunes femmes qui bientôt entreraient dans le vrai monde. Ichel espérait seulement qu'elles ne partiraient pas trop loin l'une de l'autre. Sauf qu'elle connaissait sa propre nature... Elle ne pourrait rester bien longtemps en un même endroit ; elle avait envie de découvrir le monde. Le voir de ses propres yeux et non par ceux des autres. Peut-être que la teylus voudrait bien parfois lui tenir compagnie...

La marchombre revint à elle lorsqu'elle dérapa dans un nouveau couloir. La voix de Jahl résonna dans derrière. Quel petit imbécile, il ne savait pas qui il était en train de provoquer. Il donnait leur position à chaque fois qu'elles tentaient une fuite. Le traître...
Ichel commençait petit à petit à se lasser de la course poursuite, si ça continuait ainsi, elle allait finir par s'arrêter et affronter directement les deux gardes. Idée stupide ? Bien sûr que oui. Mais vous oubliez que l'on parle d'Ichel Calwin. Tête de mule et prête à se jeter dans les mêlées lorsque cela lui sied. Toujours pour une bonne raison. De son point de vue, certes. Mais tout ceci pour dire, qu'elle en avait marre de courir pour rien. Surtout avec ce fayot qui n'arrêtait pas de hurler leur position à leurs poursuivants.
Un regard, elles repartirent au galop, éclatant de rire. Elles connaissaient si bien les couloirs de l'Académie et glissaient sur le sol sans aucune difficulté. Sauf qu'elles commençaient à avoir fait le tour. Et soudain, un des gardes abandonna la poursuite, les traitant de gamines.

- En attendant, les gamines, elles t'ont bien eues, mon pauvre gars.

Seule Halina l'entendit, ricanant. Le deuxième s'arrêta à son tour alors que les jeunes femmes restaient à bonne distance, attendant leur décision finale. Le second insista en faisant appel au code. Quelle idée avait traversé l'esprit de Merwyn pour en pondre un aussi ridicule, franchement... Mais ce n'était ni le lieu ni le moment pour lancer un débat à ce sujet.
Sauf que l'autre ne voulait rien entendre et sa théorie plut énormément à la marchombre. Définitivement, ils étaient sympa ces deux-là. Ils demandaient rien, ils ne faisaient qu'obéirent aux ordres. Mais au final, ils les laissèrent tranquilles et firent demi-tour avec l'aequor afin de retourner à leur poste. Jahl protestait, il criait, mais rien à faire. Les deux gardes ne semblaient plus entendre ses jérémiades.
Eclatant de rire, les deux fugitives se tapèrent dans les mains. Que cette course fut grisante !

- Clairement, on est trop balèzes ! Moi j'dis, on change pas une équipe qui gagne !

Soufflant – parce qu'il fallait quand même pas exagérer, elles étaient fatiguées – , les deux filles tentaient de retrouver leurs esprits. Cette course les avait bien secouées, bien plus en rire qu'en peur.
Ichel fit soudain un salto arrière, atterrit sur ses mains et marcha quelques secondes avant de se retrouver à nouveau sur ses deux pieds.

- Aaaah ! Ca fait du bien de se détendre un peu, mon corps avait besoin de ça. On devrait faire ça plus souvent, tu n'crois pas ?

Elle lui fit un clin d'oeil avant de partir d'un rire sincère ; la teylus la rejoignit bien vite. Elles parlèrent quelques minutes, se moquant des pauvres gardes repartis bredouille et surtout de ce gringalet de Jahl. Leur dernière discussion paisible remontait à si longtemps. Elles...

Deux mots résonnèrent dans le couloir ; il était bien trop tard pour fuir. Elles avaient reconnu cette voix bien avant que le visage ne se découvre. Des gardes sortis de nul part s'approchèrent alors d'elles, posant leurs grosses paluches sur leurs épaules.
Deux silhouettes se tenaient devant elles, une imposante et l'autre beaucoup moins assurée. L'Intendant et ce microbe de Jahl. Elle lui ferait la peau. Ce rat confirma que c'étaient bien elles qu'il avait dénoncé – il avait définitivement signé son arrêt de mort – . Aziel Ril'Krysant se tourna alors enfin vers elles, comme s'il venait à l'instant de remarquer leur présence, et leur adressa la parole.
Comment autant de règles pouvaient-elles exister ? Comment pouvait-on en fixer autant ? Et en plus il se baladait avec ses dossiers. Dossiers de quoi, d'ailleurs ? Ah, ils concernaient leur comportement respectif durant leurs années à l'Académie.
Alors comme ça, la marchombre était qualifiée de violente dans son dossier. Intéressant... Quoi ? Ils faisaient aussi mention des ridicules graffitis qu'elle avait fait il y avait de cela trois ans ? Graffitis, non ! Poésie marchombre, mon cher. Et puis même, tout ceci était ridicule.
Soudain, il ne bougea plus. Son discours accusateur s'était évaporé, il semblait dans un autre monde. Puis, deux secondes plus tard, tout revint à la normale. Etrange.
Le capitaine arrivait avec les témoins... du crime ? Il ne trouvait pas qu'il y allait un peu fort ? Elles n'avaient fait que s'entrainer dans la salle d'armes, rien d'autre, ce n'était pas un crime tout de même ! Certes, elles avaient enfreint le règlement, elles en étaient conscientes. Mais de là à nommer leur petit écartement de crime ! Cet homme était définitivement cinglé.

Ce ne fut pas tant d'être découverte par l'Intendant ou ses phrases débordantes de cette supériorité si chère à la noblesse – il y avait également ce petit quelque chose dans sa voix qu'elle ne reconnaissait guère, mais qu'elle savait ne pas supporter – qui créait cette boule de rage en elle. Ce feu ardent qui l'embrasait en silence venait d'être ravivé par un unique détail. Sans ces quelques mots, son corps ne serait pas dans une telle ébullition, elle se serait contentée d'écouter sa sentence et de la faire sans aucune protestation. Le hasard n'en fit pas ainsi et décida de faire résonner ces syllabes entre les lèvres de l'Intendant Ril'Krysant.
Sa longue dernière phrase...
Les personnes potentiellement corrompues par leurs tortionnaires et détournées du droit chemin de la Dame... Comment osait-il parler dans ces termes de son amie...
Cette... racaille qui ose s'appeler... marchombre.
Espérait-il attiser les foudres d'une Calwin ? Espérait-il qu'elle perde le contrôle et fasse quelque chose qu'elle pourrait regretter ? Si tel n'était pas le cas, cet Intendant était de toute évidence irréfléchi. Dans le mauvais sens du terme.
Cette racaille... Comment osait-il ? Il ignorait sans doute toute la complexité de la voie et sa langue fourchue lançait un jugement sur les Chevaucheurs de brume. Ichel lui aurait bien fait ravalé ses mots dans la seconde qui suivit ses dernières paroles. Sauf qu'elle ne le fit pas. Elle était casse-cou, pas suicidaire. Son côté rebelle ne se pliait cependant pas aussi facilement que cela à la volonté de la marchombre. Cet affront envers sa voie, elle ne pouvait le supporter. C'était comme s'attaquer directement à elle à l'aide d'une lame chauffée à blanc. Elle ne laisserait passer cela sous aucun prétexte. Elle ne se laisserait pas faire.

Des bruits de pas résonnèrent alors dans le couloir ; les sois-disants témoins arrivaient avec le capitaine de la garde. Tout ce remue-ménage pour deux élèves qui s'amusaient... Fallait-il réellement être dérangé pour créer un tel événement pour une raison aussi puérile ? Elle partait du principe qu'Aziel Ril'Krysant était sérieusement dérangé, donc bon.
La kaelem ne s'avouerait jamais vaincu, pas après un tel affront. On ne parlait pas ainsi de la voie qu'elle avait choisie, de la voie de sa mère, de son maître, de la voie du marchombre. Du respect, c'était tout ce qu'elle demandait. Même si les étrangers à la voie ne connaissaient rien à elle. Le respect, c'était tout. Elle respectait les dessinateurs et les guerriers, qu'ils en fassent autant.
Ichel ne laissait personne lui marcher sur les pieds, Intendant ou non.

- Sans vouloir manquer de respect à quiconque, Seigneur Ril'Krysant, Jahl peut s'être trompé. A son âge, il est possible de découvrir un jour que nos yeux ne sont pas fait pour le combat, qu'ils sont imprécis, qu'ils voient trouble. Et, si je ne m'abuse, j'ai entendu dire qu'il allait bien trop souvent crier au loup sans n'obtenir aucun résultat. Il hurle au crime sans qu'il n'y en aille et dérange des gardes qui ont bien d'autres choses à faire que d'arrêter des élèves fantômes. Me tromperai-je ?

Sa question n'en était pas une, elle savait qu'elle ne se trompait pas. Les deux gardes qui s'étaient lancés à leur poursuite quelques minutes auparavant l'avaient eux-mêmes avoués. Jahl accourrait souvent aux pieds de la garde, dénonçait quelques larcins, menait deux ou trois pauvres hommes avec lui, mais bien souvent, rien ni personne ne se trouvait au dit-lieu annoncé par l'aequor. Un argument qu'elle pouvait tourner en sa faveur avec un peu de ruse.
Elle reprit la parole avant que quiconque ne puisse émettre un seul mot.

- Et l'ennui, dans tout ceci, est exactement cela. Nous ne sommes pas fautives de tous les crimes que vous semblez avoir envers nous. Mon amie et moi-même nous nous rendions dans les appartements de Dame Ril'Otrin qui nous avait convoqué pour discuter de quelques questions que nous lui avions posées, lorsque nous avons entendu vos pas dans le couloir et jamais nous ne nous sommes rendus dans la salle d'armes aujourd'hui. Je suis extrêmement confuse, mais j'ai bien l'impression que le jeune Jahl se soit une fois de plus trompé. Vos deux... fuyardes ? Je pense qu'elles sont encore libres entre les murs de l'Académie. Je suis navrée.

Le mensonge, elle connaissait. Plutôt bien. Grandir entouré du mensonge avait façonné la marchombre et c'était quelque chose qu'elle savait tout particulièrement faire. Feindre, prétendre, détourner quelques détails à son avantage et quelques autres ruses. Oui, Ichel savait mentir comme elle savait grimper aux arbres. Aisément. C'était comme sa troisième nature. La deuxième étant les airs, les acrobaties.
Des pas résonnèrent dans l'angle du couloir et plusieurs silhouettes se dressèrent devant eux. Les sois-disants témoins. Ichel fut heureuse de reconnaître chaque visage ; ils étaient tous dans la salle d'armes plusieurs minutes plus tôt, et le visage de Tihn se démarqua du lot.
Tihn, un énième kaelem, grand complice de la marchombre depuis trois ans. Au moins elle pouvait compter sur son soutient – sans doute aussi sur celui des trois autres élèves. Elle les connaissaient également, certes bien moins que le guerrier, mais elle les connaissait. Ils ne vendraient pas la mèche sauf si torture il y avait et cela, elle en doutait fort.

Mais une mauvaise surprise accompagnait les témoins et le capitaine. Deux gardes, leurs deux poursuivants. Allaient-ils parler ? Allaient-ils les descendre en flèche ? S'ils faisaient cela, leur situation ne manquerait pas d'empirer. Ichel venait de mentir délibérément à l'Intendant Ril'Krysant et sans doute haïssait-il le mensonge. Les élèves ne diraient rien, seuls les deux gardes pouvaient poser problème.
Ils ne semblaient pas étonnés et plongèrent leurs regards dans ceux des deux complices. Une étincelle scintilla dans celui du grand brun avant qu'il n'ouvre la bouche, mais aucun son n'en sorti. Quelque chose se passa dans leurs deux esprits ; ils échangèrent un regard. Le premier prit la parole.

C'est l'Intendant, le grand chef, faites attention, mes gars. Vous jouez votre place dans la garde, alors faites pas les imbéciles. Le mensonge nous arrange tous les quatre.

- Non, nous sommes formels Seigneur Ril'Krysant, ce ne sont pas elles. Les deux délinquantes étaient bien plus âgées et plus expérimentées, raison pour laquelle elles nous ont échappées.

Il avait compris... La marchombre était-elle télépathe ? Ou était-ce lui ? Dans tous les cas, ils ne les avaient pas dénoncées.


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Dim 17 Nov 2013 - 19:29

Ichel approuva sa remarque, la course leur avait fait un bien fou et leur fatigue était saine. Leur duo fonctionnait à merveille et elles étaient contentes d’avoir échappé aux deux gardes et à l’idiot. Elles avaient passé une super après-midi comme au bon vieux temps. Surtout que ça faisait très longtemps qu’elles n’avaient pas fait preuve d’une telle décontraction. Enfin principalement Halina qui angoissait un peu quand même habituellement de se faire remarquer par Aziel autrement que par ses capacités de combat et sa discipline. Parce que bon, elle avait beau être à cent pour cent contre le règlement absurde imposé par le Fiel, elle ne le montrait pas beaucoup en réalité. Elle préférait rester dans les rails et poursuivre sa formation comme si de rien était. Elle avait déjà suffisamment souffert à cause d’une rébellion. Contrairement à Ichel qui se faisait une joie de défier les interdits assez régulièrement. Elles étaient différentes mais se complétaient quand même, ce qui rendait leur amitié si intéressante. Elles rient ensemble à la cabriole de la marchombre, se dirent qu’il faudrait qu’elles recommencent et papotèrent un peu.
 

Soudainement une voix retentit. Une voix familière, sèche et autoritaire. La pire crainte d’Halina prit forme alors qu’elle se décomposait intérieurement. Aziel, évidemment. Il était vraiment partout. Elle serre les poings pour canaliser sa colère et sa peur quand les gardes l’attrapèrent par l’épaule. Ça commençait à lui rappeler trop bien une autre scène qu’elle essayait vainement d’oublier. Un évènement de son passé qui menaçait de lui couper les jambes de peur. Elle ne pourrait pas revivre ça encore. Rien que le fait qu’on lui parle avec un ton autoritaire et condescendant alors qu’elle était retenue, lui donnait l’impression qu’elle allait défaillir. Elle se sentait tellement mal de ne pas pouvoir résister et d’être aussi lâche. Elle voulait être aussi forte qu’Ichel qui se tenait droite et fière. Elle se concentra pour elle. Elle l’avait déjà trahi par lâcheté une fois, alors il n’était pas question qu’elle recommence. Elle serra un peu plus fort les poings, jeta un regard noir à l’élève qui les dénonçait en se promettant de le mettre dans le placard de Cérys un moment pour le faire réfléchir et carra les épaules en soufflant un bon coup. Il était temps d’assumer.
 

Aziel leur déclara leurs actes d’accusation avec son ton le plus solennel et le plus désagréable. M’enfin, son ton habituel quoi. La guerrière ne comprenait pas la moitié de ce qu’on l’accusait mais elle ne dit rien, elle écoutait en silence, attendant qu’il tranche sur leur sort. Nan mais elle rêvait là ? Il se promenait avec leur dossier sous le bras… Mais qui faisait ça ? Elle faillit s’étouffer quand il l’accusa d’avoir été endoctrinée par les mercenaires lors de son emprisonnement. Elle se retint au dernier moment mais n’en revenait pas. C’était la première fois qu’on doutait d’elle. Qu’on ne compatissait pas à son expérience traumatisante. Non, il se contentait juste de croire qu’elle pourrait avoir retournée sa veste alors qu’on torturait son petit ami dans l’autre pièce. C’était une réaction totalement égoïste et immature de croire que tout le monde ressentirait de la pitié à l’écoute de son histoire et de ne pas réaliser qu’il n’avait pas entièrement faux. Mais elle ne parvenait pas à comprendre à quoi ça lui servait de retourner le couteau dans une plaie en train de cicatriser.
 

Il s’en prit aussi à Ichel, il critiqua son agressivité et ses actes de vandalisme. Puis il s’en pris à sa Voie. Ah, mauvaise idée, très mauvaise. Halina jeta un coup d’œil à son amie qui semblait bouillir de rage, elle ne put rien lui dire puisque de spas arrivèrent. Des témoins. Nan mais on était où là ? Dans un livre ou quoi ? Qui appelait des témoins pour une simple course dans les couloirs et un combat à l’amiable ? Où était passé l’esprit d’ouverture et de respect mutuel de Merwyn ? A quoi servait une salle d’arme si on ne pouvait pas s’y entraîner ? Depuis quand était-il interdit de rester à l’Académie quand on ne rentrait pas dans des cases ? Le Fiel la dégoûtait de plus en plus. Mais elle n’osa rien dire. C’est Ichel qui s’en chargea. Elle plaida leur cause en décrédibilisant Jahl, le gamin dénonciateur. Puis elle mentit vraiment très bien en les déclarant innocentes en s’appuyant sur Dame Ril’Otrin. C’était un mensonge qui reposait sur un simple fil. En effet, c’était leur témoignage contre celui de Jahl. Et il y avait les élèves et les deux gardes. Allaient-ils les dénoncer ?
 

Halina doutait que les élèves le fasse, en effet, elle en connaissait la majorité et Ichel aussi, des élèves guerriers qui eux aussi s’entraînaient dans la Salle d’Armes et qui n’avaient sans doute pas envie qu’Aziel s’intéresse à leurs activité. De plus, une certaine solidarité existait contre le Fiel. Sauf avec les lèche-bottes comme le gamin. Mais pour les gardes, elle ne parierait rien. Même s’il la laissait passé au petit matin, ça ne voulait pas dire qu’il mentirait pour elle. Et est-ce que son coéquipier ne les dénoncerait pas lui ? Elle n’avait aucune certitude et elle remercia la marchombre d’avoir autant de sang-froid pour tenter de les sortir de la galère. Le grand brun, celui qu’elle connaissait, passa son regard sur les deux filles, s’attarda dans celui d’Ichel avant de se tourner vers l’Intendant. Et il ne les dénonça pas.
 

-Il ment M’sieur Ril’Krysant !! C’étaient elles ! Je ne me suis pas trompé !

 
-Je tiens à préciser que ce n’est pas la première fois qu’il nous appelle, que nous quittons notre poste de garde pour rien. Aujourd’hui, il y avait en effet deux personnes dans la salle d’armes, nous les avons poursuivies sans pouvoir les atteindre… Je doute que deux gamines comme elles nous aurait distancés. Non, je rejoins mon coéquipier ce ne sont pas les coupables.

 
-Maiiiiis, demandez aux autres élèves M’sieur, j’vous jure que je ne vous ai pas menti !

 
Un à un les élèves présents répondirent par une négation. Ils ne les dénonçaient pas. Personne ne les dénonçait et l’histoire de Jahl tombait peu à peu à l’eau. Il allait devenir difficile pour l’Intendant de changer la donne. Surtout qu’il y avait du monde autour d’eux. Il ne pouvait pas baser ses accusations sur un seul témoignage qui semblait maintenant peu fiable. Mais Halina ne criait pas victoire, elle savait que le Fiel avait plus d’une corde à son arc et qu’il pouvait trouver des tas de façons d’avoir la vérité. S’il était trop suspicieux, il risquait de menacer les élèves présents pour qu’ils revoient leur témoignage. Ou alors il risquait d’appeler la Maître Dessinatrice pour savoir si elle les avait réellement convoquées. Et tout leur mensonge tomberait à l’eau. Alors la guerrière se dit qu’il était temps qu’elle parle, son silence pouvait être mal interprété.
 

-Sire Ril’Krysant, je reconnais que vous avez toutes les raisons de douter de nous. Nous avons un passé assez tumultueux et pour ma part, sombre, mais nous sommes étrangères à ce dont nous sommes accusées aujourd’hui.


Puis elle attendit la suite, patiemment.


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 62
Inscription le : 14/09/2012
Age IRL : 46


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Jeu 2 Jan 2014 - 21:22

Dans un instant, on lui amènerait les témoins.
Il pourrait régler ça rapidement.
Ce serait efficace, décisif. Les décisions comme il les aimait. D’autant que le temps pressait – il devait être prêt pour le départ du lendemain vers Al-Chen, et il avait suffisamment de préoccupations pour ne pas passer des heures à traiter d’un cas qui crevait les yeux tellement il était simple. Et sans appel, selon lui. Malheureusement, la justice voulait qu’il écoute d’abord tous les témoins et les rapports des gardes avant de suive le seul témoignage de Jahl. Il était certes un élève modèle, et nombre de ses rapports à l’Intendant avaient permis d’aider à faire respecter les règles en particulier dans le dortoir de ce dernier, mais il devait avouer qu’il y avait pour autant de récits véridiques le même nombre d’enjolivements ou de récits qui manquaient de substance.
Néanmoins.

L’affront des deux jeunes filles l’étonna particulièrement.
Comment pouvaient-elles nier quoi que ce soit après qu’il eut passé la moitié de l’heure à les retrouver et à retracer les aventures de la journée, qu’elles étaient essouflées, décoiffées. S’il n’avait pas déjà le nez pincé par l’agacement, il pourrait déduire de la sueur qu’elles n’étaient pas juste en train de poursuivre leurs études de la journée.

Aziel resta d’une immobilité et d’un silence de plomb jusqu’à ce que les témoins arrivent.
Des têtes à claque…
Fallait-il que de toute cette école de roturiers à moitié sauvages, les gardes lui ramènent ceux dont il avait déjà le plus à se plaindre ? Pas de grands méfaits, pas d’assassinats, de vols ou d’insultes, plus terrible encore : ces élèves étaient parmi ceux qui arrivaient fréquemment au retard à l’appel de six heures, juste avant le petit déjeuner. C’était un manque de discipline de soi si flagrant qu’il l’irritait particulièrement.
Mais.
Il se devait d’être objectif. Ce gros suif de Terrevermeille lui rappelait régulièrement lors de leurs réunions que trop d’années à être à la tête de diverses écoles lui avaient donné une certaine subjectivité vis-à-vis de la discipline. Insulte suprême, il en oublierait régulièrement d’accorder aux élèves le droit à une défense ou à des témoins. Il se croyait sans doute drôle… Mais une école ne se dirigeait pas comme un tribunal.
Contrairement aux tribunaux et surtout à Jean, il était incorruptible.

- Votre rapport, sergent. S’agit-il bien des élèves dont me parle Jahl et qui ont été aperçues dans la salle d’armes ?


A la réponse, Aziel manqua de s’étrangler dans sa propre indignation. Et les élèves appuyaient cette avanie flagrante.. Ses joues tremblèrent de colère – ce qui n’était jamais bon signe, surtout quand tout le reste de son visage restait parfaitement lisse et inexpressif.

- Puis-je vous rappeler à tous que l’obstruction à la justice et le mensonge sont deux offenses sur lesquelles je suis particulièrement impardonnable ? Et cela va pour les élèves ainsi que pour les membres du personnel, mes ordres et mes décisions dépassant même ceux de notre Première Gardienne.

Mais non. Ils déniaient tous. Et il suffisait de voir les regards qui s’échangeaient –pire, les sourires- pour flairer la supercherie. Il avait pourtant les mains liées. Il ne pouvait pas sanctionner et renvoyer tout le monde qui se trouvait dans la pièce, ou il devrait remplacer la moitié des gardes et des élèves de l’Académie.
Le silence s’installa après la dernière intervention d’Halina, dont l’impertinence était sur le point de lui faire perdre son calme. S’il commençait à ne plus avoir le soutien de la racaille qui se prenait pour la garde de l’Académie… Il aurait du tous les faire remplacer dès qu’il était arrivé, au risque de s’antagoniser Dame Hil’ Mere… Dame Hil’Guidjek.

Ridicule, cette affaire était ridicule.
Et il n’avait que le choix de la retraite. Il avait déjà perdu assez de temps avec de pareilles insanités. S’il devait faire face à un bloc de mensonges, soit. Il avait des choses bien plus importantes à faire que de flairer la vérité dans une affaire de bruit dans les couloirs. Bientôt, cela serait si accessoire. Il serait si loin de tout ça. Il n’avait pas le pouvoir d’extraire la vérité et d’imposer le respect à tous les hommes pour l’instant, mais cela changerait.
Dans quelques jours, la réunion la plus importante de toute l’opération de l’Ordre devait avoir lieu et il ne permettrait à rien de le distraire.

- Très bien.

Son ton n’avait jamais été plus glacial.

- Veuillez tous me rappeler nos noms, prénoms, maisons ou grades.

Au fur et à mesure que chacun s’exécuta, plus ou moins méfiant, l’Intendant dressa scrupuleusement la liste de toutes les personnes présentes dans l’affaire, certaines avec des points d’encre à côté du nom, certaines sans. Quand il serait tranquille, il inscrirait cet incident supplémentaire dans le dossier de chacun, sous la forme d’une remarque ou d’un avertissement.

- Il est regrettable que l’esprit de groupe et l’union sous le danger prenne place dans de pareilles conditions alors qu’à de nombreuses occasions, cette Académie aurait bénéficié de cette organisation. Quelques dizaines de morts inutiles auraient pu être évitées. Et vous, Jahl, ne venez me trouver que lorsque vous disposez de quelque chose d’assez solide, ou il faudra aussi que je commence à écrire des remarques dans votre dossier.

Son parchemin de notes claqua quand il l’enroula et le posa sur le côté de son bureau.

- Sortez, tous, et dans le calme. Dame Hil’ Guidjek sera informée de cette incident et des mesures seront prises pour que la prochaine fois, messieurs, vous fassiez votre travail de manière plus efficace. Quant à vous, demoiselle Nilsan, demoiselle Calwin… C’est mon dernier avertissement. Dehors.


avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Ven 21 Mar 2014 - 19:10

- ... quant à vous, demoiselle Nilsan, demoiselle Calwin… C’est mon dernier avertissement. Dehors.

Ichel éclata de rire, suivie bien vite par Halina. La voix prise par la marchombre, pincée, froide, hautaine, était totalement ridicule. Leurs rires s'échappaient entre les branches des arbres entre lesquels elles s'étaient posées. Ou cachées, à vous de décider. Néanmoins, elles avaient réussi à passer entre les griffes de l'Intendant, des gardes et même celles du petit moucheron qu'Ichel, soit dit en passant, verrait bien écrasé contre le flanc d'un bon gros ruminant.
Tout s'était déroulé en leur faveur. Le duel fait, la sortie de la salle d'armes sans catastrophes majeures, la course gagnée, les gardes contrôlés par le bout du nez, l'Intendant soufflé. Tout avait penché en leur faveur. Jamais la marchombre n'avait vu chose pareille ! La chance était décidément de leur côté cette journée-ci. Pourquoi ne pas continuer à l'utiliser tant qu'elle était encore à leur porter dans ce cas-là ? Il fallait en profiter, par les baloches du Dragon !

Même si leur dossier allait augmenter de quelques remarques de pur Ril'Krysant, il fallait avouer que ça en valait la peine. Elles ne s'étaient pas autant amusées depuis longtemps. Leurs dernières rencontres n'avaient été que discussions simples, banales. Comme toutes les autres filles. Mais elles n'étaient pas comme les autres filles ! Elles étaient Halina et Ichel, Nilsan et Calwin ! Elles ne pouvaient s'abaisser au rang des petites chéries à noeuds et paillettes. Leurs paillettes étaient les éclats de leurs armes et leurs noeuds les ennuis dans lesquels elles avaient le don de se fourrer. C'était cela, être Halina et Ichel. Ou en tout cas être en leur compagnie.
La marchombre était heureuse de retrouver son amie, la vraie Halina. Celle qui riait, celle qui disait des bêtises, celle qui ne pensait qu'à l'instant présent, celui durant lequel elles faisaient exactement ce qui leur passait par la tête – bon d'accord, la kaelem faisait cela tout le temps, ça ne changeait absolument rien pour elle.

Leurs rires ne cessaient de clairsemer les feuillages, mais le calme vient toujours après la tempête et ce fut le cas pour nos deux amies. Leurs souffles se calmèrent après leur hilarité, elles soupiraient de fatigue. Se battre, courir, se justifier, courir, rire. C'était sportif tout ça !


- Jamais vu une chose pareille. Avec autant de témoins, s'en sortir indemne. C'était du grand n'importe quoi, l'Intendant doit s'en mordre les doigts à l'heure qu'il est, il a pas pu punir deux “délinquantes“, tu t'en rends compte ?... Rahlala.

La marchombre releva son regard pour le planter dans celui d'Halina, un sourire aux lèvres.

- Tu m'avais manqué.

Ichel n'avait pas pour habitude de déclamer ce qu'elle ressentait haut et fort, sauf lorsqu'il s'agissait de quelques rares personnes. Et encore. Halina en faisait bien sûr partie. Par ailleurs, ce devait être certainement les événements qui avaient laissé échapper ces quatre mots des pensées de la jeune femme. Sauf qu'elle s'en rendait compte peu à peu et sentait le rouge lui monter aux joues.

- Avec tout ça, on n'a même pas pu savoir qui de nous deux a remporté le duel.

Manoeuvre ridicule pour faire oublier ses quatre mots idiots qu'elle avait eu la bêtise de placer dans la conversation. Elle espérait tant que la teylus ne lui rappelle pas la fuite de ses sentiments... Pour peu, elle en deviendrait croyante afin de prier la Dame de l'épargner. Tant pis. Elle n'était pas croyante, ni envers la Dame ni envers le Dragon. Quoique cela lui arrivait parfois de jurer en son nom.
Elle devrait s'en sortir seule si le sujet revenait sur le tapis. Pour la taquiner ou sérieusement. Une discussion sérieuse... Tout ce qu'elle ne désirait pas avoir à cet instant précis. Quelle horreur ! Il était vrai qu'Ichel n'aimait pas de base les discussions sérieuses. En toutes circonstances. Que ce soit ici ou ailleurs. Avec Halina ou un autre individu x ou y.
La teylus ne put ouvrir la bouche que son amie répliqua déjà d'une autre phrase un peu plus pimentée cette fois-ci.


- Alors, raï puant ? C'était ma victoire qu'on voulait fêter en venant ici avec ce jus de framboise, non ?

Ichel, un sourire provocateur sur les lèvres, sortit une bouteille emplie d'un liquide rose foncé de son sac. Bouteille prise dans les cuisines, avec l'accord du second. Pour une fois, elles ne faisaient aucune entorse. Enfin... Pas à leur connaissance.
La guerrière fusillait la kaelem du regard comme prête à bondir sur elle. Ichel éclata à nouveau de rire.


- Eh ! Mais c'est pas ma faute si personne n'a décidé du vainqueur, hein ! Bon, d'accord, calme-toi. Tu as presque gagné et j'ai...

Pause.

- Rooooh, mais si on peut même plus rire, hein. Ex aequo. Ca te va, mon petit raï puant des bois ?

Sourire provocateur. Ah ce qu'elle aimait ce jeu entre elles !






_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Sam 5 Juil 2014 - 19:34

Après la réponse d’Halina, il eut un silence assez gênant, qui s’éternisa un moment. Enfin, le Fiel le rompit en demandant à chacune des personnes présentes de donner son nom pendant qu’il les notait. Sans aucun doute, cette affaire figurerait dans leur dossier d’ici ce soir. La guerrière aurait été bien curieuse de savoir toutes les horreurs qui pouvaient être écrites dessus. Mais bon, elle en avait déjà eu un avant-goût et elle espérait que ça ne la suivrait pas dans sa vie professionnelle future. Elle ne se fichait pas totalement de ce que disait l’Intendant et évidemment, ça la touchait. Elle n’avait jamais vu sa situation dans ce sens-là et personne ne le lui avait dit ça. Halina ne comprit pas vraiment la remarque d’Aziel au sujet de l’esprit de groupe et de morts qui auraient pu être évités. Mais elle n’y réfléchit pas plus, vu qu’il était en train de rembarrer le lèche-bottes de service. Ensuite, il les congédia tous sans aucune sanction.


Les élèves échangèrent un regard complice en sortant et les deux amies se sourirent. Jahl reçut quant à lui une dizaine de regards menaçants et il disparut vite en courant. Les deux gardes, retournèrent à leur poste sans un regard vers les élèves. Halina se promit de les remercier pour leur geste mais il faudrait d’abord qu’elle trouve comment sans les compromettre. Les deux filles se séparèrent vite du groupe d’élèves pour se trouver un coin tranquille pour discuter. Après une petite marche, Ichel fit grimper un arbre à Halina pour se cacher dans les branches. La guerrière eut une montée peu assurée mais grâce à ses muscles et aux conseils de la marchombre, elle réussit à s’installer assez confortablement sur une branche. Même si elle craignait que cette dernière ne supporte pas son poids très longtemps.

 
Installées là, elles ne purent s’empêcher de rire de la situation absurde qu’elles venaient de vivre. Halina imita un peu Jahl parce qu’il lui tapait vraiment sur les nerfs. Ichel fit une imitation mémorable du Fiel, ce qui fit rire Halina aux larmes et lui permit d’évacuer la tension. Elle en avait bien besoin. Et Ichel dit quelque chose qui fit ouvrir de grands yeux à la guerrière. Ce n’était pas du tout dans les habitudes de la marchombre de parler de ses sentiments, elle rigolait tellement toujours de tout et semblait prendre le monde à la légère. Alors lui dire de tels mots, c’était beau. Halina fut très émue qu’elle les lui dise. La jeune femme sourit et allait lui répondre jusqu’à ce qu’elle voit le rouge aux joues de son amie. Eh bien, elle avait une belle fierté son amie en fait, pour avoir peur de la réaction de la Teylus ou pour être aussi intimité par ses sentiments.
 

Comme son amie ne semblait pas vouloir qu’Halina relève les quatre mots qu’elle venait de dire, elle ne le fit pas. Mais elle ressentait la même chose et espérait que la Kaelem s’en rendrait compte. En effte, leur relation et leur complicité lui avait beaucoup manqué. Il faut dire que pendant un moment, elle n’avait pas eu la tête à ça, mais elle en avait vraiment besoin pour se reconstruire. Leurs joutes verbales et physiques comme à la belle époque de Félixia lui mettaient du baume au cœur et lui rappelait à quel point Ichel comptait pour elle et combien sa présence l’avait aidée à se guérir du mal qui la rongeait. Et là, maintenant, elle se sentait complète.
 

En effet, elles n’avaient pas pu déterminer qui avait gagné leur duel à cause de l’intervention du Fiel et de son lèche-bottes et c’était très frustrant pour Halina qui aurait eu très envie de faire chier Ichel avec ça. Parce que battre la marchombre serait vraiment un énorme progrès surtout avec leurs façons de combattre très différentes. Mais bon, elles ne sauraient donc pas ce soir qui était la plus forte des deux et ne voulait pas vraiment le savoir vu qu’il s’agissait surtout d’un jeu entre elles. Halina aurait cependant aimé être victorieuse, pour sa fierté personnelle. Parce qu’elle était persuadée d’avoir plus travaillé et donc d’avoir plus de compétences en combat qu’Ichel. Elle voulait en faire son métier donc elle espérait vraiment avoir un meilleur niveau que son amie acrobate. Au fond d’elle, elle se rendait bien compte que ses préoccupations étaient infantiles mais elle chassait cette idée.

 
Oh, du jus de framboise ! Quelle super idée ! M’enfin, elle ne le dirai pas à haute voix vu que la jeune femme  souhaitait le boire pour fêter sa victoire et que Halina n’était pas du tout d’accord avec ça. Du coup elle fusilla son amie du regard mais bon, ce n’était pas très crédible vu qu’elle avait un grand sourire et qu’elle était à moitié morte de rire. Mais ça fit changer d’avis Ichel et elle les déclara ex-aequo toujours avec son surnom idiot. N’importe qui l’aurait trouvé insultant mais pas Halina, elle s’en fichait bien et elle savait bien que c’était un surnom amical surtout venant de la marchombre. Cette dernière avait son petit sourire provoquant qu’elle aimait tant. Leur humeur était à la taquinerie et c’est pourquoi Halina lui répondit elle aussi avec un sourire moqueur et provocateur :
 

-Oh, t’inquiète pas ma petite fiente de Ts’liches, on a été interrompues  juste avant que je te mette la misère !
 

Ichel fit comme si elle en doutait avec une petite moue et avant qu’elle ne puisse la contredire, la guerrière continua, joyeuse :

 
-Donc, c’est plutôt ma victoire qu’on fête maintenant !
 

Elle joignit la parole au geste en s’emparant de la bouteille. Elle la déboucha sans difficulté et en but une gorgée à la bouteille. C’était sucré et savoureux, un pur délice ce jus. Elle tendit la bouteille vers son amie et sourient et lui proposa :
 

-T’en veux ?
 

Alors qu’Ichel tendait la main pour saisir la bouteille, Halina – sachant totalement que c’était une mauvaise idée – la rapprocha d’elle. Elle la serra contre elle et déclara avec un sourire malicieux :
 

-Alors vient la chercher !


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Ven 25 Juil 2014 - 18:22

La bouteille de jus de framboise fila entre les mains de la teylus, cette dernière arborait un sourire plutôt machiavélique. La débouchant rapidement, elle en but une bonne gorgée. Tendant la bouteille à Ichel, elle lui en proposa gentiment. Sauf que la guerrière n'entendait pas l'affaire de cette oreille. Retirant vivement le jus du nez de la marchombre, elle le garda près d'elle, lançant un nouveau défi à son amie. Toutes deux savaient comment cela allait se terminer. Mal.
Les muscles de la marchombre se contractèrent imperceptiblement, son sourire s'intensifia.


- Es-tu certaine de vouloir jouer à ce jeu-là avec moi ? Non, parce que tu sais très bien comment ça va se finir.

La teylus ne semblait pas se rétracter, la bouteille toujours hors de portée de la marchombre.

- Je vois. Dans ce cas...

La kaelem se jeta sur son amie avec force et conviction. Les deux jeunes femmes perdirent alors leur équilibre et dégringolèrent de l'arbre dans lequel elles s'étaient réfugiées. Des branches craquèrent, des feuilles tombèrent, en bref, ce fut un capharnaüm monumental. Ichel sentit chaque impacte et quelques griffures de branches avant le choc final sur le sol. Heureusement que ce n'était pas de la pierre mais de l'herbe, elle n'osait imaginer la douleur qu'elles auraient ressenti à l'arrivée.
Ce fut Ichel qui se ramassa dos au sol, laissant échapper un soupir de douleur, Halina allongée sur elle. Sandwich vivant, elle pouvait sentir la bouteille de jus de framboise entre elles deux. Aucune des deux jeunes femmes ne bougeaient plus. Non, elles riaient. A gorges déployées. Elles riaient en échos, à cause de cette magnifique chute qu'elles venaient de subir contre leur volonté. En même temps, il n'y avait rien d'étonnant à ceci, car lorsqu'on se livre un duel pour du jus de framboise dans un arbre, il y a de fortes chances que l'on tombe à la renverse et que l'on se ramasse sur le sol.


- Qu'est-ce que je te disais... C'est dangereux de jouer à ce jeu-là avec moi !

Elles rirent encore quelques minutes, l'une sur l'autre. Quel spectacle ça devait être ! Deux filles allongées sur le sol dans un foutoir de membres, une tornade de cheveux éparses, ébène et chocolat se fondant l'un dans l'autre. Les regards qui passaient malencontreusement par là devaient s'amuser face à la scène qu'elles offraient.

- Maintenant, si ça ne te dérange pas, pourrais-tu t'enlever ? J'aimerai retrouver mon souffle, vois-tu.

Elle recommença à rire et le corps de la teylus se dégagea soudain, roulant sur le côté. A présent couchées l'une à côté de l'autre, elles observaient le ciel et les branchages en calmant leurs rires. Ce n'était pas gagné. La marchombre repartit dans un éclat tonitruant. Roulant sur le côté, elle se releva. Sa tête tourna quelques instants – le choc, voyez-vous – avant de retrouver ses reperds. Victorieuse, elle brandit la bouteille dans les airs en criant :

- Elle est à moiiiiiiiiiiii !! Bwahahahahah !!

Elle la déboucha et bu une longue rasade. Par les baloches du Dragon, ce que ça faisait du bien ! Frais, incroyablement juteux, le jus de framboise était comme une bénédiction après autant d'efforts.

- Et je parie que tu pourras même pas la récupérer ! A ton tour de me voir boire toute la bouteille !

Et la marchombre s'enfuit en courant sans un seul regard en arrière. Les jardins étaient grands, très grands. Et le vent pénétrait à l'intérieur avec férocité ce jour-là. N'oublions tout de même pas que nos amies se trouvaient au Nord de Gwendalavir, qui plus est dans les hauteurs. Les vents étaient souvent présents. Ses cheveux lâchés, la bouteille dans la main, elle appréciait la course. Halina la suivait-elle ? La marchombre l'ignorait quand soudain, elle perçut un léger bruit de pas. Non, de course. Elle se retourna vivement, courant à l'envers – c'est dangereux, ne faites pas cela à la maison les enfants – et vit la teylus qui la rattrapait drôlement vite.

- Alors, mon petit raï, on trottine ?

Halina accéléra le pas. Beaucoup.

Oups...



_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Sam 28 Mar 2015 - 15:46

Halina savait très bien que son amie ne pourrait pas s’empêcher de répondre à son invitation taquine. Ce jeu était habituel entre elles. Se piquer des trucs et faire courir l’autre après c’était normal. Mais bon, ce qui l’était moins c’était de le faire en haut d’un arbre. Perchée là-haut et inconfortablement installée, la guerrière n’aurait peut-être pas du défier la marchombre. Parce que des deux c’était définitivement Ichel qui était la plus à l’aise. Alors la jeune femme ne se faisait aucun doute sur la personne qui serait victorieuse. Mais bon, un peu de challenge c’était agréable. Et leur amitié n’avait pas changé. Elles pouvaient se faire les pires blagues, elles finissaient par se pardonner après s’être traitées de tous les noms d’oiseaux possibles pour la forme. Et la Kaelem était bien plus imaginative à ce sujet que la Teylus. Elle trouvait toujours des insultes qui finissaient l’affrontement par un fou rire.
 

Elle ne s’était pas trompée, dans le jeu, elle était tombée de l’arbre. Mais bon, Ichel avait amorti sa chute et ça lui faisait bien plaisir. C’était une petite victoire que la marchombre soit tombée avec elle sur le sol, au lieu de s’être rattrapée in extremis comme elle pensait qu’elle l’aurait fait. Leur chute avait heureusement été ralentie par les branches et le choc n’avait pas été trop important puisque une bonne couche d’herbe et de mousse recouvrait le sol sous l’arbre. Du coup, Halina était étalée sur son amie et les deux jeunes femmes riaient. La bouteille était coincée entre elles deux, au lieu d’être tombée par terre et de s’être fracassée comme on aurait pu s’y attendre. Halina tenta de reprendre son souffle après la remarque de son amie et la taquina en retour :
 

-C’est dangereux mais au moins, tu as amortis ! C’est moi ou tu as grossis ? !
 

A travers leur rire, Ichel lui lança un regard meurtrier qui ne dura pas longtemps et la joie repris sa place dans leurs regards. Elle roula sur le côté pour se mettre sur le dos et pour laisser Ichel respirer, comme elle le lui avait si gentiment demandé. Elles se retrouvèrent côte à côte à essayer de reprendre leur souffle avec difficultés. C’était ça Ichel et Halina, des fous rires à n’en plus finir après un duel. Puis la marchombre, se releva d’un coup avant de crier sa victoire. C’est elle qui avait la bouteille ! Ah non, la fiente de Raï avait réussi à la reprendre à la guerrière lorsqu’elle avait roulée. Et voilà qu’elle en buvait une longue gorgée. Et elle la défiait de venir la récupérer ! La jeune femme ne pouvait pas laisser faire ça, c’était affront à son honneur. La Kaelem allait payer cher  ce vol. Halina surjoua l’outrage avant de courir à la poursuite de son amie en criant :
 

-Eh, voleuse, rend la moiiii ! Tu vas voir si j’t’attrape !

 
Ichel se moqua du rythme de course de son amie en se retournant pour la regarder et Halina lui sourit avec une petite pointe d’insolence. Et elle accéléra. La jeune femme était endurante et rapide. Elle avait développé ces capacité durant ses mâtinés d’insomnies post-cauchemardesques. Maintenant elle avait pris cette habitude et continuait d’entretenir sa vitesse et la durée des courses. Du coup, la jeune femme pensait rattraper son amie sans trop de problème. Et puis, il fallait dire que les deux ne se donnaient pas à fond, parce que si Ichel se décidait à filer, la Teylus était sûre qu’elle ne l’attraperait pas et qu’elle lui filerait entre les doigts. Mais bon, le but du jeu n’était pas que la course dure éternellement. Lorsque Halina se trouva au niveau de la marchombre, elle cria en planquant son amie au sol :
 

-Bouyaaaaah ! Attrapée !

 
Elles roulèrent dans l’herbe à nouveau en riant aux éclats, Ichel protégeait la bouteille en la serrant contre elle. Pour un spectateur cette scène devait vraiment être bizarre. Normalement c’était les couples ou les enfants qui roulaient dans l’herbe de l’Académie. Pas deux jeunes femmes d’une vingtaine d’années complètement hilares. C’était rafraichissant comme sensation. Enfin, surtout parce que l’herbe était humide. Mais bon, Halina n’abandonnait pas non plus l’idée d’arriver à prendre le jus à son adversaire. Elle s’écria donc :
 

-Allez fiente de Ts’liche, passe-moi cette bouteille ! Cette course m’a donnée soiiiif !
 

Puis, elle réalisa qu’elle avait une arme fatale contre Ichel. Elle l’a connaissait très bien et savait comment la faire craqué. Tout le monde avait un point faible et la guerrière était peut-être une des seules à connaître celui de son amie.

 
-Je pense que je vais devoir utiliser mon arme secrète si tu ne me donnes pas cette bouteille !

 
La marchombre la regarda avec un air de défi en gardant hors de portée la bouteille de jus. Du coup, Halina lança son attaque en criant, le sourire aux lèvres :

 
-Les chatouilles !
 

La guerre était lancée.


[ Pelle     ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   Lun 20 Avr 2015 - 0:31

Ce fut à cet instant qu'Ichel sentit une masse s'abattre sur elle. Tombant à terre, elle sentit la bouteille qui allait s'échapper de ses mains pour rouler plus loin dans l'herbe et eut le réflexe de la protéger entre ses bras. Halina s'était jetée littéralement sur elle, comme une sauvage. La marchombre avait définitivement une mauvaise influence sur la teylus, ce comportement était totalement et irrémédiablement Ichelien.
Elles étaient donc de nouveau couchées sur le sol, l'une planquant l'autre à terre. Leurs corps endoloris et couverts de bleus. Une bouteille pour objet de leur dispute. Elles riaient, roulaient, se débattaient.


- Noooooon, elle est à moiiii ! Touche paaas !

Puis, soudain, Halina sourit. Ce n'était jamais bon signe... La marchombre sut qu'elle avait raison lorsqu'elle entendit son amie parler de son “arme secrète“... La kaelem pâlit, sachant ce qui l'attendait. L'arme secrète n'était rien d'autre que le point faible de Ichel Calwin. La guerrière était la seule à le connaître. La Dame savait qu'elle le connaissait bien et l'utilisait autant de fois qu'elle trouvait nécessaire.
L'attaque fut immédiate. Les mains de la teylus sautèrent sur le ventre d'Ichel... Les chatouilles... Son point faible, le petit détail qu'elle cachait minutieusement à tous les élèves depuis son arrivée. Halina l'avait trouvé un jour identique à celui-ci, pour le plus grand malheur de la jeune brune.


- No-no-nooooooon, arrêêêête, c'est pas du jeu ça-hahahahahahaha... !

Se débattant de plus en plus, elle tentait de s'échapper. En vain. Halina avait réussi à s'élever au-dessus de son amie et la maintenait plaquée solidement au sol. Aucune fuite possible... Impossible ! Son souffle lui manquait tant elle riait. Soudain, son pied eut un mouvement dangereux qui envoya valser la guerrière en arrière. Se rattrapant sur ses fesses, elle se rua à nouveau sur Ichel qui tentait de fuir à quatre pattes. La teylus chopa le pied de la rouge, l'attirant de nouveau à elle.
Les chatouilles recommencèrent.


- Non, mais nooooo-hon-hooooooon !!

Ichel se dégagea d'un mouvement du buste, se relevant à moitié, elle se voyait déjà fuir plus loin pour finir le jus de framboise d'une seule traite. Non. Halina ne le voyait pas de cet oeil-ci. Elle la chopa à nouveau par le pied – namého !!!!! – . Malheureusement pour elle, ça ne marcha pas comme elle le voulait. Ichel trébucha, la bouteille glissa de sa main, virevolta dans les airs quelques secondes avant de se fracasser sur le sol dans un bruit de verre brisé. La marchombre eut le temps de voir ce moment douloureux avant de tomber nez dans la poussière. Les yeux fermés, elle prit quelques secondes pour retenir la douleur et reprendre son souffle avant de se retourner, de s'assoir en tailleur face à son amie toujours sur le sol. Regard empli de reproches, une pointe de colère, sourcils froncés, elle tentait en vain de paraître énervée. Levant les bras au ciel, elle prit une pose dramatique.

- Halina Nilsan ! Franchement, qu'est-ce que t'as fait ?! J'avais soif, moi !

Et elles éclatèrent ENCORE de rire. Qu'est-ce qu'on s'amuse quand on est avec sa famille... Ichel cessa de rire alors qu'Halina n'arrivait pas à s'arrêter. Elle l'observa quelques minutes. Halina était sa famille... Halina, Tihn, Einar, Liho... Sa famille.
Elle sourit.


- Et si on rentrait gentiment pour en piquer une nouvelle qu'on se partagera à part égale, cette fois ? Non parce que j'ai un peu mal partout et j'suis fatiguée, et j'suis sûrement pas la seule.

Elle lui fit un clin d'oeil, l'aida à se relever. Après avoir ramassé les bouts de verre – faut quand même pas blessé un siffleur, quoi ! Le pauvre bébé – elles se dirigèrent à pas tranquilles vers l'Académie.

Plus précisément vers les cuisines...







[ RP Terminé I love you ]


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]   



 
When she was just a girl, she expected the world, but it flew away from her reach [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» when she was just a girl, she expected the world ? sariopée
» A Vos Souhaits [I'm a Barbie Girl, in a Barbie World... Imagination, life is your creation !]
» Rain (+) i'm a barbie girl, in a barbie world.
» ZARA - i'm a barbie girl, in a barbie world.
» London Stiller...she's a special girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'aile principale de l'Académie :: Le rez-de-chaussée :: Les escaliers de l'aile principale-