Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteTournez, tournez, bons chevaux de bois. [Inachevé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Tournez, tournez, bons chevaux de bois. [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Tournez, tournez, bons chevaux de bois. [Inachevé]   Dim 9 Déc 2012 - 2:10


« Tournez, tournez, bons chevaux de bois,
Tournez cent tours, tournez mille tours,
Tournez souvent et tournez toujours,
Tournez, tournez au son des hautbois. »

*

Lehya rangea le pendentif dans sa poche, se promettant de l’envoyer directement à sa cousine en rentrant. Elle passerait par la volière avant de rejoindre Eoliane, et tant pis pour les nombreuses marches qu’elle aurait à gravir ; sa sœur de cœur méritait bien tous les escaliers du monde. Et puis, elle avait sûrement reçu des lettres de sa famille, il fallait bien qu’elle les récupère un jour … Elle reverrait le fauconnier, lui parlerait peut-être un instant, et repartirait ; en pensant à cela, elle percuta quelqu’un. Il ne fallait pas rêvasser lorsqu’on traînait dans la rue marchande – entre vols discrets et rentrer dans les gens, ce n’était pas vraiment prudent. Elle s’excusa, de sa jolie voix aux accents encore enfantins, et la personne au visage froid s’éloigna dans la foule.

Elle ressortit le pendentif, simple pierre violette, jolie améthyste, emprisonnée dans une cage sculptée de cuivre peint. Il irait bien à Lieva, elle qui portait la joie dans son sourire, la beauté dans ses yeux, la grâce dans son allure. Ce collier n’était pas pour elle-même ; et de toute façon, elle se contentait de cette dentelle accrochée autour de son cou. Il n’était pas pour les mouvements saccadés de ces membres brisés et mal réparés, ni pour ses lèvres abîmées, ni encore pour son regard de chat. Pupille verticale, yeux ambrés. Le violet aurait fait un singulier mauvais effet, sur cet être-là, à peine qualifié d’humain. Mais elle s’en fichait, elle était comme elle était, et maintenant, l’admettait.

Une béquille changea de direction. Alla se perdre, avec sa jumelle, dans une rue adjacente, moins peuplée. Elle connaissait si bien cet endroit. A peine dix mètres plus loin se trouvait la boutique d’instruments. Et elle avait trouvé assez d’argent, en aidant les couturières d’Al-Poll, pour pouvoir s’acheter ce dont elle rêvait depuis longtemps : un violon. Son violon, même, puisqu’on lui avait assuré qu’on le réservait pour elle. C’était l’ermite – encore et toujours lui – qui lui avait appris, un peu. Positionner l’archet, le glisser contre les cordes de telle manière ou de telle autre pour le faire chanter. Pincer les cordes, parfois, pour un autre son.

Et le cheval à l’entrée ne la fit pas frissonner, cette fois. Elle savait, maintenant, qu’il ne s’agissait que d’un cheval de bois.

- Monsieur Fil’Lanas ? C’est moi, Lehya.

Elle ouvrit la porte, avec sa difficulté habituelle – lourde porte, béquilles, on fait le lien avec les bras occupés – et le carillon tinta. Elle aimait bien le petit bruit du carillon. La semi-obscurité de la boutique et sa chaleur la rassuraient toujours. Ce petit environnement aux senteurs de bois l’apaisait. Elle s’approcha du comptoir, entendant les pas du petit homme grassouillet dans l’arrière-boutique. Lehya aimait bien monsieur Fil’Lanas ; bien que sa méfiance ait été un facteur important dès le début, il avait peu à peu réussi à faire tomber ses barrières, à force de patience et de gentillesse. Ils avaient même finis par se raconter leurs vies ; ainsi, elle savait que la femme de monsieur Fil’Lanas avait récemment mis un petit garçon au monde, qui s’appelait Novan, qu’il vivait dans une des grandes maisons d’Al-Poll, qu’il songeait à envoyer sa fille Kathy à l’Académie pour qu’elle suive un entraînement guerrier – il comptait en faire un chevalier d’exception ; au pire, elle se rabattrait sur les soins des chevaux.

- Bonjour ! Tu viens pour ton violon, je suppose ? Tu avais presque réunie la somme la dernière fois.
- Oui, j’ai tout cette fois !

Elle offrit un regard pétillant à son interlocuteur. Et repartit quelques instants plus tard, un violon sur le dos, beaucoup d’argent en moins. Elle décida d’aller rendre visite aux couturières, mais sur le chemin, tout ne se passa pas comme prévu. Un cheval traversait la rue, et si elle se décala, automatiquement, il n’en était apparemment pas de même pour tout le monde. La plupart semblait agacés, qu’on laisse ce cheval errer, d’autres s’approchaient de lui pour le caresser et lui donner des pommes ; et d’autres enfin, comme Lehya, se collaient au mur en espérant qu’il passe rapidement. Et alors que son regard était fixé sur l’équidé, elle ne remarqua pas qu’elle était encore en train de marcher vers quelqu’un. Ce fut sa béquille qui l’en avertit ; elle venait de se poser sur quelque chose qui ne ressemblaient pas à de la terre. Elle baissa le regard, sourcils froncés : un pied. Enfin, une chaussure, mais qu’importe, c’était la même chose. Son regard remonta, jusqu’au visage de l’homme. Et avant même de prendre le temps de réfléchir, elle parla.

- Ex … excusez-moi. J’étais ailleurs.

Comme pour appuyer ses dires, mais sans en avoir vraiment conscience, elle tourna son regard vers le cheval, au loin. Elle secoua un peu la tête, négligemment, et repoussa une mèche, laissant en évidence les deux pupilles fendues sur fond doré qui lui servaient d’yeux.

[Voilà voilà o/ A toi de jouer maintenant Wink]


_______________
Enelyë Wind ~ Juliet ~ Lehya Jinwa
 
Tournez, tournez, bons chevaux de bois. [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Tournez manège!
» Selon l'écrivain Frank Laraque:Il n'y a pas de bons Duvalieristes
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Roulotte et perte de chevaux.
» Une fabrique de jouets en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La cité d'Al-Poll et ses environs :: La rue marchande-