Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteMa seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. [Inachevé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 66
Inscription le : 12/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. [Inachevé]   Jeu 15 Nov 2012 - 23:32

Ils l'avaient forcés à revêtir un uniforme! Un U-NI-FORME !
Furieuse, la jeune Kaelem marchait de manière peu gracieuse dans les couloirs frais et lumineux de l'Académie, tapant le sol de ses pieds pour exprime son humeur massacrante.
Déjà six mois qu'elle avait commencé son apprentissage marchombre, et c'était la première fois qu'elle avait été forcée de porter cette association immonde de tissus rêches, cartonneux et irritants, qui lui collaient la peau et lui laissaient des plaques flambantes sur les avants bras.
Et elle ne parlait pas de cette couleur si rouge, si violente, si anti-discrétion, qu'elle était forcée de marier avec le reste de la tenue !

Elle était sortie habillée comme de coutume, vêtements amples et poignard à la ceinture. Elle avait zigzagué entre les gardes, passant sous leur nez comme une souris sous le museau d'un chat, était sortie dehors, avait rempli ses poumons de l'air pur du printemps.
Un schtroumpf à lunettes lui avait posé la main sur l'épaule.

- Jeune fille, il est de votre devoir de porter la tenue réglementaire, sans cela je pourrais vous punir. Je ne le redirais pas, filer vous changer immédiatement  

Elle avait haussé les épaules, ne cherchant pas à argumenter.
Elle ne voulait pas être en retard à son rendez-vous.
Docile, laissant le professeur -car c'en était un, vu son gabarit ridicule et ses muscles atrophiés- croire à sa supériorité mentale et physique, elle patienta qu'il s'éloigne et quand il fut loin elle retourna dans son dortoir et passa les fripes rouges immondes, communément appelés pantalons et cape, par dessus ses propres habits, pas question pour elle de faire de l'exercice accoutrée comme une choucroute farcie.

Kirf allait probablement finir son cours dans moins de une heure, car le soleil commençait doucement à se coucher, et le couvre feu était implacable. Ou pas, mais ça, c'est une autre histoire.
Car il avait cours, pas avec elle, non, avec une autre élève.

Quand elle l'avait appris, la jeune Kealem avait été en prise à une légère crise de jalousie, c'était son professeur à elle, pas à l'autre donzelle renfermée qu'elle avait aperçu il y a peu, assise dans un canapé de la pièce commune. En plus elle était super bien foutue, toute mince et musclée. Pas question de partager, elle était arrivée avant!
Peu à peu, cependant, sa colère s'était transformée en une sorte de curiosité, un peu malsaine, certes, mais c'était mieux que de la haine.

Elle l'avait observée en secret lors d'exercices et avait constaté, avec une pointe d'amertume au fond de l'estomac, que la fille était une bien meilleure combattante et escrimeuse qu'elle, après quelques jours seulement passés sur la voie.

Méline souhaitait maintenant faire le premier pas, rencontrer cette personne qui chamboulait ses journées planifiées et son monde égocentrique.

Après quelques acrobaties pour échapper à la surveillance des hommes-armures, elle s'était dirigée vers la cascade, guidée par son instinct de marchombre, et elle y avait trouvé Dylan. Bon, d'accord, guidée par une discussion avec Kirfdéin qui lui avait expliqué un de ses projets pour sa nouvelle élève, projet qui s'était déroulé près de la cascade.

Attendant l'arrivée imminente de Dylan, Méline s'était débarrassée de l'uniforme et l'avait rangé au fond du lac de son sac en cuir de siffleur.

Quelques secondes après, l'autre était là.

- Bonsoir ! Je me présente, je m'appelle Méline et je suis l'apprentie de Kirf!

Sourire, plus de haine, gentillesse de façade mais jalousie intérieure.
Elle est comme ça Méline, mais jamais elle ne ferait de mal à une mouche.
Et elle aiderait n'importe qui, n'importe où.
Sourire encore, moins de jalousie.

- T'es içi depuis quand ?

Son regard chocolat glissa sur le visage de Dylan, imprimant dans son esprit chacun des détails, des défauts, chacune des beautés de la jeune fille. Elle était indéniablement jolie.




-Ca te convient? Edit à volonté Wink -


_______________
Et cueillez dès aujourd'hui, les roses de la vie.

avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. [Inachevé]   Dim 18 Nov 2012 - 8:14

Cela faisait une semaine que Dylan était à l'Académie. Une semaine durant laquelle elle s'était peu à peu habituée à revêtir l'horrible uniforme carmin qu'on leur imposait, à laisser son sabre au dortoir lorsqu'elle n'avait pas à s'en servir - dans le cas contraire, elle l'enveloppait dans son gilet pour atteindre discrètement le parc où, dans un endroit le plus éloigné possible des bâtiments et des autres élèves, elle enchaînait entraînements et assouplissements afin de ne pas totalement perdre la main - et, surtout, à son emploi du temps. Elle avait décidé de partager ses journées entre les cours de Kirfdéin, l'exploration des alentours de l'Académie - tout d'abord l'enceinte, mais elle comptait bien aller également visiter Al-Poll et ses environs - et ses sorties avec Flocon de Soie. Lui aussi s'était plutôt bien adapté à sa nouvelle vie, et elle avait été contente de constater qu'il commençait à sympathiser avec les autres chevaux des écuries. La veille, elle avait même pu répondre à la lettre que ses parents lui avaient envoyée. Une longue missive dans laquelle elle avait décrit l'Académie avec forces détails, quoiqu'elle essayât de passer un maximum de temps possible à l'extérieur, et ce qu'elle y faisait, essayant de se souvenir de petites anecdotes afin de faire rire ses soeurs. Le seul sujet sur lequel elle ne s'était pas étendue avait pourtant été le but même de sa présence entre ces murs. La Voie du marchombre.

Kirfdéin était un bon maître, cela était évident. Au fil des exercices et de ses enseignements, il la guidait sur la Voie, la laissant prendre ses marques et ses propres repères. Cours d'escrime, philosophie marchombre... Ses leçons étaient très diverses, et elle se rendait compte à présent que la voie qu'elle s'était choisie était beaucoup plus complexe qu'elle n'en avait l'air. Mais cela lui plaisait et, chaque soir, en s'endormant, elle se sentait un peu plus marchombre qu'au matin précédent.

Et puis, il y avait l'autre apprentie, dont son maître lui avait parlé un après-midi nuageux. Apparemment, elle arpentait la Voie depuis plusieurs mois déjà, et se trouvait également dans la maison Kaelem. Dylan, si elle avait été légèrement surprise, ne l'avait pas montré. Elle ignorait qu'un marchombre pouvait avoir deux élèves, mais cela ne la gênait pas outre mesure. Elle-même avancerait à son rythme, avec Kirfdéin. Qu'elle ne soit pas sa seule apprentie lui était après tout parfaitement égal, ou presque.


~
Ce jour là, elle avait donc eu cours, comme à son habitude, et son maître ne l'avait lâchée que lorsque le ciel avait commencé à se parer de chatoiements d'or rougeoyant. Leur leçon avait été un peu plus longue qu'à l'accoutumée et, avant de la laisser partir, il lui avait expliqué un exercice qu'il souhaiterait la voir appliquer. Un exercice relativement simple, soit dit au demeurant. Se baigner dans la cascade quand le soleil aurait disparu derrière la chaîne du Poll. Dylan avait acquiescé sans poser de question puis avait tourné les talons, prenant naturellement la direction de la cascade. Lorsqu'elle s'était retournée, Kirfdéin s'était envolé.

Étonnamment, une autre fille était déjà là quand elle se trouva sur les lieux. N'ayant pas d'uniforme, elle ne put savoir à quelle maison elle appartenait, même s'il lui semblait l'avoir déjà croisée dans la salle commune des Kaelems. Cependant, une chose au moins était certaine. Si ses mouvements n'avaient pas la grâce aérienne de ceux de son maître, ses gestes précis et fluides ne laissaient aucun doute sur ce qu'elle était. Marchombre. Ses paroles, d'ailleurs, le confirmèrent aussitôt :


- Bonsoir ! Je me présente, je m'appelle Méline et je suis l'apprentie de Kirf !

Kirf ? Il lui fallut une fraction de seconde pour comprendre ce qu'elle venait de lui apprendre. Elle était l'apprentie de Kirfdéin. Et s'appelait Méline, donc.


Son regard glissa de son visage à son corps. Souriante, un peu ronde, une chevelure chocolat légèrement bouclée. Cependant, elle percevait autre chose sous ce masque de façade, derrière cet entrain factice. Une sorte de... jalousie ?

- T'es ici depuis quand ?

Elle la fixa un instant sans répondre puis, plissant les yeux, passa une main dans ses cheveux nattés. Impassible, elle continua son évaluation, notant qu'elle possédait une courte dague accrochée à sa ceinture de cuir. Enfin, elle releva la tête :


- Pas très longtemps. Une semaine, peut-être ?


Elle hésita. Sans doute savait-elle déjà qui était son maître ; dans le cas contraire, elle ne l'aurait sans doute pas accostée ainsi. Elle devait certainement l'attendre, d'ailleurs. D'habitude, la cascade était un endroit des plus déserts. Et puis, sa voix résonna à nouveau dans son esprit : Je suis l'apprentie de Kirf. Pas "je suis l'autre apprentie de Kirf". Non. Je suis l'apprentie de Kirf.

Le visage impénétrable, elle se tourna vers elle. Je suis l'apprentie de Kirf.

- Je suis Dylan. Apprentie marchombre.

Je n'ai pas besoin de te dire son nom, n'est-ce pas ?

Elle remarqua alors que le soleil venait de se coucher derrière les montagnes et s'accroupit lentement, commençant à déboutonner sa veste d'uniforme.
Un dernier regard à la jeune fille à quelques pas d'elle.


- Enchantée de faire ta connaissance, Méline.

Ses yeux gris-bleu fouillèrent un instant les siens, puis elle se détourna et, sans lui accorder plus d'attention, entreprit de se déshabiller.



[J'espère que ça te va Dans le cas inverse, évidemment éditable...]


avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 66
Inscription le : 12/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. [Inachevé]   Dim 25 Nov 2012 - 17:47

Méline passa une main dans ses cheveux aux reflets chocolatés, essayant un instant d'en défaire les noeuds mais se ravisa en constatant l'impossibilité de la chose. Dylan répondit, sans relever l’omission involontaire qu'avait fait Méline. Puis elle se détourna.
Se détourna !
Méline était venue la saluer et l'autre, là, elle s'était détournée !
Et elle se déshabillait !

Pas que Méline fut choquée par l'acte de se dévêtir en public, loin de là, la jeune fille n'avait pas honte de ses formes, et encore moins de celles des autres, ou de l’absence de forme comme dans ce cas, si ce n'est une poitrine d'enfant et un popotin constitué de muscle à cent pour cent.

Mais tout de même, pas comme ça, au milieu d'une conversation !

Sauf si elle ne considérait pas cette approche comme un début de conversation, ou bien peut-être qu'elle était tout simplement très mal élevée, et avait des manières de Raïs. Ce qui était une possibilité.

Ou alors... ou alors elle avait mal pris sa présentation, et avait été bléssée, donc, dans ce cas là, c'était sa faute. Gloups. Et il fallait impérativement qu'elle rattrape ce manque d'éducation, chose par laquelle son ego était plus que repoussé.

Il lui fallut quelques secondes durant lesquelles elle se força à agir, ce fut le temps nécessaire à Dylan pour se glisser dans l'eau.

- Attends!

Elle n'avait pas crié, elle avait émit un souhait à une hauteur de voix un peu trop forte. Tant pis. Dylan avait tourné la tête vers elle et la fixait pendant qu'elle se déshabillait, enlevant ses vêtements sombres et amples. Elle n'était pas pudique de nature et aucun voile rouge n'apparut sur ses joues. Mais il faisait quand même fichtrement froid aussi elle se dépêcha d'aller dans l'eau.

Brrr.Froid.

Elle garda la tête hors de l'eau et se mouilla rapidement avant de s'agenouiller dans le liquide gelé . A l'aide d'un élastique elle releva ses boucles en un chignon désordonné, et fit quelque mètres pour rejoindre la jeune fille. Elle essaya ensuite de s'exprimer, malgré le bruit de fond que produisait la cascade derrières elles.

- Pardonnes-moi, je ne veux pas qu'on parte sur de mauvaises bases, on devra encore faire deux ans et demi toutes les deux avec Kirf. Je ne sais pas ce que j'ai fait qui ai pu te déplaire, mais je te demande de m'excuser.

La tirade avait été déclamée sur un ton neutre, mais ne restait pas moins emplie de vérité. Elle ne connaissait pas Dylan et n'avait aucune affinité avec elle, vu qu'elle ne la connaissait pas encore. Mais elle ne voulait pas construire une maison où les fondations sont pourries.

- Tu es là depuis vraiment pas longtemps. Tu te plais içi ?

Question futile, à laquelle elle n'accordait absolument pas d’intérêt. Celle qui allait suivre, par contre, si.

- Où as-tu appris à te battre ? Et à bouger? Je veux dire... tu as un maître depuis nettement moins longtemps que moi et pourtant...

La fin de la phrase resta coincée dans sa gorge. Depuis des mois qu'elle travaillait jour et nuit pour devenir meilleure et pour ressembler de plus en plus à une marchombre accomplie. Et cette gamine se ramenait et lui balançait sa supériorité à la figure.
Pourquoi? Comment tu fais?
Elle restait à genoux sur le sol couvert de galet au arrêtes courbes, ne songeant à peine au froid qui n'équivalait pas celui du lac en hiver.


/edit possible/



_______________
Et cueillez dès aujourd'hui, les roses de la vie.

avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 109
Inscription le : 04/01/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. [Inachevé]   Dim 25 Nov 2012 - 18:53

[Vraiment désolée pour la forme, c'est la dernière fois que je fais un copier-coller...]


Lorsque Dylan se glissa dans l'eau, elle ne put s'empêcher de
frissonner. Celle-ci n'était pas glaciale, loin de là, mais le contraste
entre la tiédeur de l'air et la température de l'onde était tout de
même bien plus important que ce à quoi elle s'attendait.


Elle
allait s'immerger la tête quand une exclamation retentit au-dessus du
grondement de la cascade. Elle se retourna pour observer la jeune femme
qui, à son tour, entreprenait de se déshabiller, parfaitement impassible
malgré l'engourdissement qui commençait à menacer ses muscles. Lorsque
Méline l'eut rejointe, elle se décala légèrement pour lui laisser un peu
de place, son visage lisse n'exprimant ni enthousiasme ni réprobation.


Et
puis, l'autre lui présenta ses excuses. Ce qui ne manqua pas de la
surprendre légèrement. Si la jeune fille s'était montrée blessante,
c'était involontairement, à moins qu'elle ne regrettât à présent ses
propos. Cependant, Dylan resta de marbre, se contentant de la fixer d'un
regard insondable. Et si cette soudaine spontanéité l'étonna, elle n'en
laissa rien paraître.


Ensuite vinrent les interrogations.
Une mineure, tout d'abord, plus formalité que véritable questionnement.
La seconde, pourtant, semblait éveiller l'intérêt de Méline dont les
yeux brillant de curiosité ne lui échappèrent pas. Ou elle avait appris à
se battre ? Et à bouger ? Elle-même ne se l'était jamais demandé.
L'entraînement dont elle avait bénéficié faisait partie intégrante
d'elle, et elle se sentait Frontalière jusqu'au plus profond de son
être. Elle n'avait jamais réellement appris, simplement exploité ce que
chaque être reçoit à sa naissance en héritage.


Mais Méline
avait l'air d'ignorer tout cela. Le sifflement d'un sabre, la courbe
harmonieuse de son manche, l'or blanc de sa lame effilée, sa précision
fluide, sa danse mortelle toute de grâce et d'élégance. Dylan sentit
alors un élan de compassion aussi étrange qu’inattendu la parcourir
ainsi qu'une décharge électrique. Comment ne pas pardonner la jalousie
que l'on ressent devant ce que l'on ne comprend pas ?


Pourtant,
la jeune femme resta muette, se laissant envahir par une sérénité que
même le froid mordant sa peau nue ne pouvait entacher. L'harmonie de la
cascade enflait en elle, tel un appel, une évidence. Un sourire aussi
fugitif que lumineux affleura ses lèvres et elle se tourna vers la jeune
fille agenouillée à ses côtés.


- Il
existe un peuple vivant au-delà des montagnes, au pied des neiges
éternelles et de leurs secrets. C'est de là-bas que je viens. J'ai
appris à me battre avant de savoir marcher, et à marcher avant de savoir
parler. J'ai appris le chant du sabre, j'ai appris la danse de la mort.
J'ai appris le respect et j'ai appris le silence.


Sa voix limpide se fit plus faible.

- Mais jamais on ne m'a appris la musique de la vie. Alors, je suis venue ici.

Pendant
un instant, aucune d'elles ne prononça le moindre mot. Les phrases que
Dylan venait d'articuler semblaient être restées en suspens au-dessus de
leur tête, à mi-chemin entre la voie de l'ondée et celle du ciel.


Puis
la marchombre s'étendit dans l'eau et commença à brasser lentement,
savourant la manière dont ses muscles, doucement échauffés, jouaient
sous sa peau. Elle n'entendait plus le murmure de la cascade, à présent,
ni le chuchotement de la brise qui s'enroulait autour des nuages
rougeoyants.


- Viens avec moi, Méline.

Alors,
sans savoir si sa compagne la suivait, elle se laissa entraîner par le
courant, devenant tour à tour vague et écume, caresse et bourrasque. Un
rire prit naissance sur ses lèvres tandis qu'elle s'enfonçait dans l'eau
pour plonger sous la cascade.



[ ]

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. [Inachevé]   



 
Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Evasion - Ma seule liberté est de rêver alors je rêve de liberté.
» Zola | Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté.
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: Les alentours de l'Académie :: La cascade-