Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteComme un homme [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Comme un homme [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Comme un homme [Terminé]   Sam 8 Sep 2012 - 23:04

Locktar regardais le parc depuis la fenêtre de son bureau. C'est là qu'il avait donné rendez-vous à ses élèves mais il ne comptait y aller pour le moment. Il les observait, les laissant patienter. Devant le mât qu'il avait fait installé en plein milieu du parc.

Quelques jours plus tôt, le maître d'armes avait décidé de passer à la vitesse supérieure. Des cours plus intenses, plus utiles, plus tout quoi. Des cours dignes de l'armée chinoise. Un de ses amis, un gradé dans l'armée impériale, Shang pour ne pas le nommer, lui avait conseillé quelques exercices de l'armée pour entraîner ses élèves. Et le premier consistait en ce mât planté dans le parc de l'académie.

Il aurait pu attendre les élèves au pied du mât mais il voulait les laisser se demander ce qui allait leur arriver. Si certains levaient la tête au sommet du mât, ils auraient une idée de ce qui allait leur arriver, à la vu de la flèche qui était plantée au sommet. Et oui, il allait leur demander d'aller la décrocher.

Les élèves arrivaient petit à petit. Les premiers avaient le regard qui observaient les alentours dans l'espoir de voir arriver le maître d'armes, puis au fur et à mesure que les autres arrivaient, les conversations débutaient. Locktar était trop éloigné pour entendre ce qu'ils disaient mais les gestes étaient équivoques. Certains pointaient le mât, d'autres carrément le sommet. Ainsi, ils avaient remarqué la flèche. L'ancien Corbac attendit encore quelques instants avant de fermer sa fenêtre et de sortir de ses appartements pour rejoindre la troupe qui s'était formée.

Il arriva dans le parc, la matinée était ensoleillée et la fraicheur de la nuit avait été chassée dès que le soleil avait pointé son nez. Dans les rangs des élèves, on ne l'avait pas remarqué, il était arrivé derrière eux. Ils discutaient toujours.

- Silence, lança-t-il

La plupart sursauta, se mettant presque au garde à vous quand sa voix retentit. Il retira sa chemise qu'il posa sur un présentoir à armes.

- Pour les prochains jours, tous mes cours seront à cette même heure et à ce même endroit. Vous vous présenterez à l'heure et dans le silence. Si vous ne suivez pas ses règles, je retirerais 5 points à votre maison.

Discipline militaire. Vous voulez devenir des soldats? Vous allez voir alors.

- Commençons par ce mât qui vous fait tant envie. Le premier qui me rapporte la flèche gagne 50 points pour sa maison. Des volontaires?

L'un d'entre eux s'avança, téméraire. Il s'apprêta à grimper au poteau mais Locktar l'arrêta.

- Tu ne crois pas que tu vas grimper comme ça quand même?

Le maître d'armes s'avança avec une caisse et il en sortit deux gros poids. Il tendit le premier qu'il plaça dans la main droite de l'élève.

- Ceci représente la discipline.

Il prit le deuxième poids.

- Et ceci représente la force, ajouta-t-il en plaçant le poids dans la main gauche. Il vous faut les deux pour atteindre le haut.

L'élève débuta l'ascension mais il se retrouva rapidement à terre. Il en fut de même pour les autres qui suivirent.

- On a un long chemin à faire, dit Locktar en se massant le cou.


[ça vous rappelle un truc? normal ]

[Donc pour les points: 50 au premier, 25 au second et 10 au troisième. Pour ceux qui prendront le rôle des persos amis de Mulan (Yao, Chien-Po et Ling, Mushu, le Criquet) ou même Mulan, je leur donne 10 points Wink ).

(lien de la video pour éventuellement prendre les rôles: http://www.youtube.com/watch?v=-iPXNr2o1X8)



_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
avatar

Bois
Messages : 130
Inscription le : 13/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Sam 8 Sep 2012 - 23:11

Hestia s'était réveillée tôt, ce matin là. Le cours de combat commençait à l'heure habituelle, mais elle craignait d'arriver en retard, vu comme elle avait du mal à percevoir les heures, en ce moment.
Elle s'était levée, étirée de toutes parts, avait baillé à s'en décrocher la mâchoire et avait préparé ses vêtements, son uniforme. Et puis, elle était allée prendre sa douche, un douche bien chaude, pour se réveiller doucement. Et elle s'était vêtue. Elle aimait vraiment pas cet uniforme, mais pour aller en cours, c'était la moindre des choses, le respect minimal envers les professeurs.
Mais il grattait quand même vraiment beaucoup.

Ensuite, elle descendit à la grande salle, pour prendre son petit déjeuné. Elle mangea copieusement, parce que c'était un cours de combat, quand même, alors elle se devait d'avoir de quoi tenir tout le cours.
Elle entrebâilla la grande porte et elle sentit la fraîcheur du matin sur le bout de son nez. La journée serait belle, c'était sûr, passée la rosée du matin, il ferait certainement meilleur, voir chaud.

Ils avaient cours dans le parc, et elle s'empressa de remarquer qu'elle était la première arrivée. Au moins, son horloge interne ne lui aurait pas joué de tour, cette fois ci.

Et, en attendant ses camarades et son professeur, elle s'assit dans l'herbe et elle regarda le printemps qui fleurissait doucement tout autour et écouta les oiseaux qui chantaient en faisant leur nid. Bientôt, il y aurait des petits. Le printemps était vraiment la saison la plus belle de l'année. Sans conteste, et la plus mignonne, aussi.

Et Hestia de se demander à quoi ressemblerait ce cours. Elle avait déjà subi le labyrinthe la dernière fois, et elle n'en avait pas de si mauvais souvenirs que ça. Elle avait déjà eu bien pire. Par exemple, la fois où le maître les avait fait courir pendant une heure toute entière en leur faisant porter des charges de plus en plus lourdes. Ça, ça avait été terrible, et elle en avait eu des courbatures dans les jambes pendant longtemps.
Mais au moins, ça avait été un cours efficace. Et la plupart des cours du maître d'arme étaient efficaces.
Donc celui là n'avait pas de raisons de ne pas l'être.
Et puis, il arriva. En fanfare.

Silence!

Il avait crié, avec sa grosse voix. Hestia s'était levée, très vite. Et il avait donné l'horaire de la semaine. Tous les jours à la même heure, au même endroit.
Et il avait donné les consignes. Monter en haut du mat pour récupérer la flèche qui y était plantée. Pas facile, mais faisable. Il avait demandé qui voulait.
Alors Hestia avait levé le doigt bien haut, parce qu'elle préférait passer en premier qu'en dernier.
Elle s'avança vers le mat, mais il la stoppa. Et il lui donna deux gros poids, un dans chaque main. Pour grimper, ce serait pas facile, ça c'était sûr. Voire impossible.

Hestia entourra le mat de ses deux bras et elle commença à essayer de grimper. Mais elle ne fit que quelques mètres et elle glissa, lamentablement. Et le bois lui brûla un peu les avant bras. Alors, elle réessaya, avec les jambes passées autour, mais c'était encore moins efficace et elle ne monta pas du tout.
Alors, elle laissa tomber. Et elle donna les poids au suivant. À toi, courage.


_______________


Enelyë Wind ~~ Hestia Kieran ~~ Lehya Jinwa
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Sam 8 Sep 2012 - 23:20

Ouais en fait, m’sieur Guidjek, il était sacrément, genre sacrément barraqué. Plus que Monsieur Eternit, en tout cas, ça c’est clair. Il avait des pectoraux épais comme le lac, au moins. Et ça, ça impressionnait beaucoup Einar, qui avait beau tendre tous les muscles de son corps, mais restait avec un ventre aussi plat et blanc que quand il était petit.
Et des belles cicatrices de grand guerrier.
Un jour, quand il serait un grand guerrier, Einar, il pourrait se mettre torse nu comme Monsieur Guidjek, et il aurait le même joli torse que lui. Mais pas demain. Demain, Einar était encore une crevette. Une crevette longiligne, désormais, mais une crevette quand même. Sauf que lui, en plus de Monsieur Guidjek, il aurait des poils sur le torse, comme un vrai grand chevalier viril et tout.

Monter en haut du mat ? Bah, ça va comme exos, c’était un peu comme monter en haut d’un arbre quand Tifen le faisait grimper sur tous les arbres de l’Académie, en fait. Ca devrait pas être trop difficile. Il avait fumé, M’sieur Guidjek ?
Il lui aurait bien demandé s’il fumait, mais M’sieur Guidjek avait demandé le silence, comme à la parade, et Einar obéissait religieusement. Comme il notait qu’il fallait se rendre là et pas dans la salle d’armes, comme il avait fait le matin-même. Il avait d’ailleurs été la seule patate à oublier que cette leçon se passait dans le parc et à poireauter quelques minutes avant de comprendre que personne ne viendrait dans la salle d’entrainement.
Heureusement, il avait compris assez vite que le mat était là pour une bonne raison, et puis comme tout le monde, il finit par s’y rendre plus par curiosité que par assiduité.

… Ouais non en fait, monter en haut du mât avec les poids, ça avait l’air super trop dur, en fait. Likam, qui venait d’essayer, s’était planté magistralement. Il avait vraiment fumé, m’sieur Guidjek. Comment pouvait-on monter en haut d'un mât glissant avec des poids DANS les mains ? Encore, il aurait compris qu'on leur accroche aux poignets, ou un truc du genre, mais là, non, on venait de lui fourrer deux disques de plomp en plein dans la main, et il devait serrer les doigts pour éviter qu'ils ne glissent. Donc concrètement, Grand Siffleur, il voulait qu'ils grimpent en haut du matin sans utiliser leurs mains. OKAY.

- Moi, moi, à mon tour aussi !
fit-il juste après le passage d’Hestia, qui malgré des techniques sioux avancées, n’avait pas réussi non plus.

Quand Grand Siffleur lui mit les poids dans les mains Einar manqua de glapir. C’était ultra lourd ! Au moins aussi lourd que les muscles de M’sieur Guidjek… Mais ça pouvait pas être plus lourd que quand Tifen le faisait grimper des arbres avec des cailloux dans un sac, et des glands plein les poches, pour une raison obscure.

Pour tenter de tricher en grapillant de l’altitude, Einar prit de l’élan et bondit vers le mât le plus haut possible. Sans les mains, il manqua de basculer, mais il parvint finalement à enrouler les bras autour du mat et à serrer suffisamment les coudes pour arriver à ramper verticalement. Il parvint ensuite à grimper sur deux mètres, poussé par son élan et par le fait qu’il avait… allez, cinquante kilos tout mouillé à soulevé. Mais il fallait rajouter les deux tonnes des poids de part et d’autre de ses bras. Et ça, c’était super lourd.
Il essaya bien, en désespoir de cause, de se rattraper avec les dents, et mangea quelques échardes glissant, mais ce fut peine perdue. Les poids étaient irrémédiablement trop lourds. Et il avait pas encore passé assez de temps à emmener des tonnes de glands en haut des arbres pour monter en haut d’un mat d’un telle hauteur.

A son deuxième essai, Einar eut une idée brillante. Il prit la caisse où m’sieur Guidjek avait rangé les poids, et la posa contre le mât. Il grapillait ainsi quatre mètres.
Même résultat : il finit par glisser, les mains moites et les tempes pleines de sueur.

- Mais c’est impossible votre exercice, m’sieur Guidjek ! Même vous j’parie que vous y arrivez pas !
s’insurgea le jeune Teylus.

Résigné, il passa les poids à qui les voudrait pour tenter à son tour.



_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Directrice d'Eoliane
Messages : 424
Inscription le : 09/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Sam 8 Sep 2012 - 23:21

    Elisha ne dormait plus, n'en pouvait plus. L'annonce de la mort de Mael, suivit de la mort d'Ael, avait eu un coup sur son sommeil, sur sa santé, sur ses certitudes et ses envies. Sur son avenir. Elle n'avait jamais pensé que la mort pouvait frapper si tôt. Oh, elle avait vu de jeunes gens mourir, bien sur. C'était une rêveuse après tout. Mais pas des proches. Elle n'avait jamais voulu accepté le fait que la mort puisse frapper à sa porte, ou à la porte d'à côté, si tôt. Si vite. De manière si semblable. La mort avait emporté un ami, guère plus âgé qu'elle. La mort avait emporté sa petite sœur, si jeune, si proche. Si la mort avait décidé d'emporter ceux à qui elle tenait. Qui serait le prochain ?

    Non, elle ne devait pas avoir de pensées si sombres.

    Positiver. Elle devait positiver. Cesser de penser que c'était plus qu'une simple coïncidence. Et quand bien même, elle ne connaissait personne qui se nommait « El ». La mort ne pourrait plus frapper de cette façon. Le sort en était jeté. Elle ne se ferait plus avoir ainsi. Quand bien même. Elle ne pourrait pas tomber plus bas. Qui pourrait-elle perdre de nouveau ? Amarylis ? Non, c'était encore une personne dotée d'une certaine immortalité aux yeux de la jeune rêveuse. Comme Mael. Comme Ael. Comme tant de personnes qui étaient mortes. Enelÿe ? Elisha n'avait plus eu de nouvelles, mais elle ne s'était finalement guère liées. Eliott ? Jun ? Locktar ? Elle avait déjà failli le perdre celui-là.

    Elle ne devait pas rester sur des pensées si sombres. Après tout, Locktar, même s'il avait frôlé la mort, il en était ressorti vivant. Comme quoi tout le monde ne devait pas mourir au final. Et puis, un monde avec seulement des morts, ce serait si triste.

    Ce matin, elle avait pris une décision.
    Désormais, elle agirait pour elle-même.
    Ce matin, elle allait assister au cours dispenser par ce fameux Locktar.
    Ce matin, elle remettrait en cause son idée d'abandonner tout combat.
    Un instant tout du moins, pour se conforter dans sa décision.

    Ce matin, elle s'était levée pour ça. Elle s'était préparée. Le corps et l'esprit. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas combattu. Si longtemps qu'elle s'était refusée à cela. Était-ce pour elle-même, ou parce que combattre était le choix de sa petite sœur, de son petit ange ? Elle voulait savoir. Voir. Réfléchir de nouveau. Quitte à retourner un peu en arrière, pour ensuite réussir à avancer.

    Elle s'était remise à courir de façon régulière. Elle s'était remise à prendre soin de son corps. A refaire cet sorte de rituel de combattante qu'elle faisait systématiquement avant. Lorsque son père l’entraînait encore. Elle avait demandé à Locktar si elle pouvait assister à son cours, ne lui expliquant guère ses pensées, ne voulant pas embêter le jeune marié avec cela. Elle y était donc allée à son cours. Croisant le jeune Juliet sur son chemin.


    - Tu vas où ? J'peux venir avec toi ?

    Elle n'avait pas pu résister à sa bouille d'ange, à le voir seul ainsi, sans Amarylis. Elle l'avait emmené. Il l'aurait suivi de toute façon. Elle était arrivée en avance. Mais elle n'était pas la seule. Locktar arriva peu après.

    - Silence.

    Le cours débutait. Elle appréhendait. Que ferait-elle si elle se rendait compte que finalement, elle était passée à côté de sa voie ? Que dirait-elle à Amarylis ? Elle suivit le cours d'un regard discret. Se faisant toute petite parmi les élèves habituels. Sachant pertinemment qu'elle faisait tâche sans l'uniforme et avec un enfant à son bras. Sachant pertinemment qu'elle finirait bien par se faire remarquer par un élève ou un autre. Elle laissa aux autres l'honneur de commencer l'exercice, le temps de se remettre dans le bain, de laisser diminuer son stress. D'expliquer à Juliet qu'il ne pourrait peut-être pas réalisé cet exercice, parce qu'il était très jeune, et que les poids étaient très lourds. Elle n'osait pas. Elle observait, remettant à plus tard le moment où elle devrait choisir. Elle finit par tenter, obligée puisqu'un élève lui tendait les poids. Elle se voyait mal refuser. Elle n'était pas venue pour rien. Elle devait se tenir à sa résolution. Elle échoua, retomba la tête en bas d'une façon particulièrement gracieuse. Elle passa les poids au suivant, massant sa nuque endolorie. Oubliant Juliet.



_______________

Marmotte Ménestrel Merveilleuse à votre service !
avatar

Bois
Messages : 61
Inscription le : 20/10/2011
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Dim 9 Sep 2012 - 0:42

Check.
Perles: check.
Pantalon boueux-troué: check.
Poils sur les jambes cachés sous des chaussettes géantes: check.
Cours de combat pour la victoire ultime et totale de la guerre: ...ouais, fin, un peu, quoi, mais plutôt carrément tchèque, genre, post-communisme et tout le berdol, voilà, en gros, partiellement, plus ou moins.
Grand siffleur, il était malade. Genre, souffrant d’entre les oreilles. Voilà que maintenant, il plantait des poteaux géants dans la cour. C’était n’importe quoi, vraiment, là, non, du craquage de casseroles en fonte. Et c’était d’office son ouvre, je veux dire, quel autre oufzor pourrait planter des trucs qui avaient dû être des arbres tri-centenaire dans un parc, sinon m’sieur Guidjek ? A tous les coups, il l’avait déraciné avec les dents.
Mais alors, qu’il leur donne rendez-vous au pied du machin sans rien leur dire, puis qu’il leur hurlait dans les oreilles qu’ils n’avaient qu’à se taire, et avec cet air mauvais… Astragal n’aimait pas ça du tout. Du tout. Ni la flèche, en haut, qu’elle fixait bêtement depuis quelques minutes. Si ça se trouvait, il les avait convoqué dans le but de punir le mec qui avait fléché le totem-poteau sacré.
Astra ne lisait pas, elle n’avait aucune idée du genre de divinité que pouvaient aimer les siffleurs. Mais elle n’aurait pas aimé être à la place de l’archer quand m’sieur Lock s’énerverait. Plutôt se faire brouter les cheveux.

Mais alors, quand elle le vit sortir un petit coffret de mamie de dernière son dos, Astragal comprit qu’ils étaient vraiment dans la gadoue. Vieille Siffleur devait être dans le coup, ça veut dire que personne, même les cactus et les forgerons n’étaient à l’abri.
… pauvre inconscient qui s’avançait vers le bûcher, sans le savoir, mais à tous les coups l’autre allait empaer son honneur sur le totem géant. Il était assez fou pour les prendre pour des guerriers, tous bras-cassés de bois qu’ils étaient.
… Ouais. Et disciplinés en plus. Ben mon cochon… Astragal crispa la main sur son visage, entre l’horreur et le dépit.
C’était un truc de mec, ça, l’idée de devoir avoir la force entre ses mains. En plus, les poids n’étaient même pas beaux, et à tous les coups, ils devaient être supers moites. Oh le cauchemar, pitié, laissez-moi retourner dans le labyrinthe.

Les gens, ils galéraient. Astra avait pensé aux dents –puisque Locktar avait dû arracher tout un arbre rien qu’avec les siennes- mais celles d’Einar parurent complètement inefficaces.
Mh.
Si les mains, c’est mort, que les pieds, ça pue, et que les arbres ont mauvais goût ?
Astragal avait pas envie d‘essayer, qu’un mec sen charge, bon dieu. C’était un truc pour les barbares taillés en v. D’ailleurs, quand un Kaelem d’origine frontalière tenta l’expérience, son instinct Thüll s’intéressa à la situation d’un autre œil.
Mais le frontalier échoua lamentablement.
Il restait plus beaucoup de mecs pour tenter le coup, en fait. Peut-être que c’était une illusion.
Peut-être que c’était un truc de nana, en fait ? Ses yeux migrèrent vers Locktar, non, il maugréait et il avait vraiment vraiment pas l’air content.
C’était une très maigre consolation au fait d’être poussée par les Teylus pour que « Teylus gagne ».
Putain de guerre, foutue coupe. Astra, qui ne l’avait pas vue, espérait de tout cœur qu’elle serait super jolie.

Son regard de défi lancé à Locktar, quand il lui tendit les poids ne dura qu’un laps de temps très bref. Ces machins étaient plus lourds que les blagues de Cérys. Mh. Ses mains soupesèrent, lentement. Tout venait toujours extrêmement lentement à Astragal. Les stratégies plus que tout le reste.
Vous êtes lourds, et tellement moches qu’on ferait bien de vous planquer dans nos bottes. Mais à tous les coups, vous vous mettriez en plus à sentir des pieds. Et rien qu’à l’idée de ces trucs gluants mouillant ses chaussettes l’horrifiait.

-Si tu ne te décides pas, j’y vais d’abord, prévint une Aequor.

En se retournant pour grogner sur la fille qu’une guerre ça ne se gagnait pas qu’en fonçant et hurlant, que ça, c’était du dernier cliché, Astragal se retrouva face à la demoiselle la plus jolie qu’il ait pu voir depuis longtemps. Et en voyant sa poitrine, opulente, tellement qu’elle vous sautait aux yeux, Astragal eut deux révélations. D’abord, les poitrines très amples, c’était vraiment très joli avec le corsage que mademoiselle avait choisi. Ensuite, lui-même devait vraiment paraître plat, pour une fille. Un jour, il irait acheter de plus gros foulards, mais pas demain, demain, il ferait grasse mat, et sécherait équitation, parce que les chevaux… ouais. Mais la troisième révélation lui fit l’effet d’un coup de bâton à l’arrière de la tête.
Elle avait le dos courbé, parce que ça pesait. A la longue, ça devait être affolant. Mais à court terme…


-Nonj’yvaisj’yvaisjusteuneseconde. Pardon, m’sieur, je fais vite, et je… Einar ? Tu peux venir une seconde ? Coucou. Tu veux bien choper dans mon dos le nœud, au niveau du corset ? Le dénouer et donner un peu de leste… ? Je… Non, je sais pas pourquoi je t’ai demandé ça, c’est un truc de fille, je… merci, vieux ! Euhm… tu.. tu t’appelles Gwëll, hein ? Tu veux bien me desserrer un peu le corsage, s’il te plait ?

Elle posa un des poids par terre, pour maintenir à sa place le vêtement, puis y glissa le premier poid, en lieu et place de poitrine, bientôt suivi du deuxième. C’était franchement sportif de faire ça sans enlever sa tunique, et sans que personne ne voie sa… lingerie. Hm.

-Serre ce que tu peux, maintenant, s’il te plait. Encore un peu plus fort… ouais,pas trop, sinon je meurs.

Ca lui broyait les côtes. Mais les dames devaient savoir souffrir. Ca lui faisait des bosses bizarres, et c’était froid, et berk, mais. Elle regarda le mât, le souffle très court.
Avec deux mains, deux pieds, toute sa mauvaise volonté et l’envie de prouver une fois de plus, que les Thülls valent au moins 5 frontaliers chacun. Surtout ceux qui ont des jupes.
Elle se mit à escalader sans grâce, en trébuchant, sans trop savoir comment s’accrocher. Même petit garçon, ça n’avait jamais été son truc, étonnant.
Mais ça en vaudrait la peine. Teylus vaincra.
Sauf si Locktar avait planté sa flèche avec les dents, Astragal ne serait pas assez costaude, dans ce cas-là.

… Sa main gauche finit par atteindre la flèche. Tirer dessus, sans succès, jurer quelque chose de parfaitement immonde, et re-tirer comme une brute. L’avoir !!
Déséquilibré son corps oscilla d’abord, puis chuta en arrière.
Bam, dans les bras de Locktar… ça voulait dire que ce mec pouvait porter à bout de bras, et quasi sans sourciller. Enfin, les veines de son cou saillaient, mais… à tous les coups, lui, il avait monté le mât avec les poids dans les mains, et arraché les flèches rien qu’en fronçant les sourcils. Ca c’était quelqu’un que ses ancêtres auraient adoré. Il aurait à sa mort un foutu grand bûcher, c’était sûr.

Mais en attendant… Il était foutrement cinglé, Grand Siffleur. Mais il le reposait, ça, c'était cool.


-Euhm. Fallait aussi un bon corset. Enfin… tenez Naif ?




_______________

Lala You're a fraud, and you know it
But it's too good to throw it all away  
Anything that could give you
A sense of reassurance -When you look in the mirror
avatar

Petit ange
Messages : 67
Inscription le : 24/08/2011
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Dim 9 Sep 2012 - 1:02

Il avait hyper bien dormi. Genre, comme un bébé, qu'il n'était plus, et depuis longtemps, et que même que c'était sa mamie qui lui avait dit et qu'elle avait toujours raison donc elle pouvait pas se tromper. Et il s'était, miraculeusement, réveillé le MATIN. Alors il était sorti, parce qu'il n'aimait pas rester entre quatre murs. Et il avait croisé Elisha, qui était une rêveuse comme Amarylis et qui avait des cheveux trop beaux de la mort qui tue. Ils s'étaient parlé un peu, le jour d'avant, et il l'aimait bien, parce qu'elle était gentille, pas comme Eliott d'abord. Mais passons.

Il avait donc croisé Elisha, et elle avait l'air de partir il savait pas trop où. Alors, il attrapa son bras, pour qu'elle s'arrête, et qu'elle l'écoute.

- Tu vas où ? J'peux venir avec toi ?

C'était pas une vraie question, parce que de toutes façons, même si elle avait pas voulu, ben il l'aurait suivi. Mais elle était d'accord, alors c'était mieux. Il fit le chemin avec elle, discutant un peu, regardant le ciel souvent. Ils arrivèrent et Juliet fut surpris de constater qu'il y avait beaucoup de monde. Peut-être qu'ils faisaient une fête, ou une réunion ultra top secrète ? Quoique non, en fait, sinon Elisha l'aurait sûrement pas emmené. Mais comme elle lui avait pas dit où elle allait, il faisait des suppositions. Normal.

Une grosse voix retentit dans leur dos et Juliet sursauta. C'était pas très très gentil d'arriver comme ça dans le dos des gens et de leur faire peur. Et en voyant le monsieur, il comprit. Ils étaient à un cours pour les héros ! Han. C'était trop cool. Il savait même pas que les rêveurs ils pouvaient être des héros en même temps. Et en plus il y avait plein de filles. Il savait pas non plus que les filles elles pouvaient devenir des héros. Mais pourquoi pas, après tout, lui ça le gênait pas.

Le grand monsieur – qui lui faisait un peu peur, mais qui devait être le grand héros en Chef – donna les instructions. Juliet aurait presque eu envie de se mettre au garde-à-vous, mais il se contenta de se mettre très droit et de prendre un air sérieux. Il disait qu'il fallait grimper au mât ? Mais ça devait être vachement dur. Quoique, si les gens c'était des apprentis héros, ils devaient trouver ça facile.

Du coup, le fait que le héros en Chef donne des poids semblait tout à fait normal. Le premier qui passa se retrouva par terre, tombant lamentablement. Les poids devaient peser au moins dix tonnes ! Sinon, les héros, même si c'était que des apprentis, bah ils pourraient pas tomber comme ça, hein. La logique même, quoi. La deuxième qui passa, c'était une blonde, mais elle n'y arriva pas non plus. Et après, après c'était … Oh ! Le Chevalier à la Belle Épée ! Mais ouais, si, c'était logique. Lui aussi il voulait devenir un héros, parce que en vrai, il était chevalier que pour Juliet, mais pas dans la vie de tout les jours. Il voulut lui faire signe mais il était méga concentré, et il l'avait même pas vu. Déçu, Juliet décida qu'il allait bouder un peu. En plus, Elisha, qui venait de prendre les poids, disait que lui, il pourrait pas le faire, parce que c'était super lourd. Alors il boudait encore plus, shootant dans un caillou.

Mais finalement, il se remit à regarder le poteau, parce que y avait une fille avec des perles dans les cheveux qui allait grimper, et que la flèche en haut du mât, bah elle était encore en place. Bon, enfin, elle grimpa, tira dessus fort fort – Juliet le savait, après tout, c'était des apprentis héros ! Finalement, elle réussit à l'arracher, mais elle tomba dans les bras de M'sieur Héros en Chef. Alors il supposa que c'était fini, et il s'échappa pour aller tirer la manche d'Einar.

- Je savais pas que tu allais à des cours de héros ! T'aurais pu me le dire, quand même !

Et il lança à nouveau un regard vers Elisha, qui massait son cou, et n'avait plus tellement l'air de se préoccuper de lui. Il regarda le poteau, qui n'était plus décoré de la flèche, et décida que lui aussi, il pouvait grimper. Bon, sans les poids, parce qu'il était pas encore un héros. Alors il se lança, et avec ses petites mains, et avec ses petites jambes. Il ne grimpa pas bien haut avant de redescendre pour suivre le groupe, mais bon. Il viendrait prendre sa revanche plus tard contre le mât. Il ne perdait rien pour attendre.


avatar

Mercenaire du Chaos et Maître de la boutique du Talion
Messages : 306
Inscription le : 06/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Dim 9 Sep 2012 - 11:08

Détaché. Il était complètement détaché de cette Académie. Les missions avec Marlyn prenaient le pas sur tout le reste. Et le reste paraissait bien fade de cette manière. Les cours l’ennuyaient doublement. Les ragots plus encore. Le regain d’énergie donné par les réussites de ses missions extra scolaires retombait bien trop vite à son goût. Il fallait qu’il quitte cette école, où il allait fini par y foutre le feu !
Heureusement qu’il y avait quelques personnes pas trop nulles pour le booster. Comme Kylian, ou Ene. Le moustique d’Einar aussi égaillait ses journées, par sa connerie constante.
Alors, même pour aller au cours de combat de l’autre abruti de Locktar, il trainait des pieds. Parce qu’il savait qu’il ne pouvait plus y faire le con comme avant avec Shawna et Kylian. D’une parce que Shawna était devenue un véritable fantôme. De deux parce que Kylian ne participait pas systématiquement aux cours. Et de trois parce que Lolo se montrait des plus irritables en ce moment à l’Académie. Une vraie tête de con qui enlevait des points pour rien et en ajoutait gracieusement à sa maison pour les mêmes infimes raisons. Alors impossible de le chauffer trop.
Elio n’était pas tant attaché à sa maison que cela. Il s’en tapait royalement de gagner ou non. Par contre voir Locktar sauter de joie et se sentir supérieur pour cela…il ne pouvait pas l’admettre. Il serait capable de le taper rien qu’à l’idée de le voir fier.
Ce serait donc un entrainement mortellement ennuyeux.

Lorsqu’il arriva sur place, le groupe d’élève commençait à se réunir, hurlant de toutes parts les nouveaux ragots sans intérêts. Pas de Shawna, ni de Kylian. Par contre, le moustique. Il pourrait au moins rire un peu.

-Silence.

Et voilà qu’l’autre grogne déjà. Suuu-per.
Et hop je te menace d’enlever des points si tu ne viens pas. Et hop je promets d’en rajouter à mes chouchous s’ils réussissent correctement l’exercice.
Bon, ben reste plus qu’à être assidu en cours.
A toutes les consignes il se fit discret, contemplant le maitre des armes d’un air plus que blasé. Maître des armes, tu parles. Il ne tiendrait pas dix minutes en mission de Marlyn. Combattant, ouais. Mais ça s’arrête là. Combattant maîtrisant les différentes armes. Et encore. Jamais il ne lui arrivera aux chevilles au tir à l’arc. Bon combattant, ça, il l’admet.
Mais moi je suis combattant et mercenaire.
Je rêve du jour où ma mission sera de te tuer. Le plaisir sera au rendez-vous, ça, c’est sûr.

Une jeune blonde passa en premier, mais ne fit pas long feu et passa de suite le relais au moustique ! Owi le moustique ! L’attention du blond se resserra, ses yeux bleus fixés sur son souffre douleur préféré. Quoi ? T’as quand même pas cru que le Labyrinthe ou le Passage allait changer quelque chose entre nous ? Tsss. Morveux.
Il contint un fou rire grandissant en voyant le p’tit bouffer l’écorce du mat, dents de laits plantées dans le bois. Il se fit toutefois discret, parce que l’autre brute de mauvaise humeur surveillait les élèves, il le savait. Mais ses pensées riaient, oh oui, elles explosaient de rire et faisait la danse de la moquerie à fond les ballons !
Il tiqua lorsqu’il remarqua une jeune fille qui n’avait rien à faire ici. Elisha. La p’tite chérie de Kylian. D’une elle n’avait aucun intérêt. De deux elle était rêveuse. Et une rêveuse n’avait pas le droit de se battre ! C’était interdit ! Il fronça les sourcils, se demandant s’il devait en faire la remarque. Mais Locktar le détestait pas principe et risquait de lui enlever des points pour « avoir balancé une camarade ». Il se mordit la lèvre, se demandant bien ce qu’elle faisait ici.
Alors, lorsqu’elle descendit du mât, il s’avança à elle, avec un visage des plus innocents. Comme un ami.


-Tiens, mais j’t’ai déjà vu ! T’es rêveuse ! Tu as changé d’orientation ? T’as raison, il y a plus d’action ici ! Moi je m’appelle Elio, et toi ?


La question était toute bête, innocente. La main tendue en avant, prêt à serrer la sienne en guise de présentation amicale.
N’empêche que. Ça n’avait échappé à personne : elle était rêveuse, et n’avait aucun droit à assister à un cours de combat.
L’attention se détourna toutefois un instant lorsqu’une jeune fille drôlement bizarre avec des perles dans ses cheveux réussi à attraper la flèche, mais du le sauvetage de sa colonne vertébrale à Locktar qui la rattrapa dans sa chute. Idée stupide de sa part aussi de porter un corsage hyper serré pour un cours de combat. Les filles j’vous jure, parfois !

Locktar, après avoir posé avec le peu de grâce qu’il possédait, l’élève à terre, se saisit d’un arc pour tirer une deuxième flèche. Elio remarqua au passage que la fille qui venait de réussir était comme de par hasard de Teylus. Mouais. Coïncidence qu’on dira.
Il se présenta donc à la suite, avec le même air détaché et blasé. Il prit les poids sans sourciller. Au cours des missions il avait du porter bien des hommes, et était habitué avec supporter des poids. Sa musculature avait bel et bien souffert les premiers temps, mais ces derniers mois Marlyn s’était montré très présente dans son apprentissage, depuis l’histoire de la pendaison. Et l’entrainement avait largement payé.
Il fixa le mât un instant, mettant en place tous les rouages dans son esprit. Ce n’était pas qu’une question de force, comme bien souvent. Il fallait savoir ruser. Utiliser les poids, plutôt que de s’en encombrer.

Il lança d’un mouvement de bras, les poids légèrement plus haut que son crâne, et les lia ses poignets entre eux, afin d’en faire un attache suffisante par les poids serrés dans ses mains. Ainsi, il pouvait grimper avec ses pieds, tout en ne tombant pas, rattrapé par le lien et la force des poids combinés à ses poignets. L’escalade se passa au mieux, il ripa une fois du à la brûlure de ses poignets, mais se rattrapa bien vite. Arrivé en haut, il s’assit avec aisance sur le poteau, décrocha la flèche, et la lança en bas, aux pieds de Locktar. Mais pas trop près, parce qu’après il allait encore gueuler. Puis, petit sourire aux lèvres, il se laissa glisser, les poids toujours liés, le long du mât, et atterrit avec souplesse dans l’herbe. Une fois à terre, il décrocha tout simplement un grand sourire à son maître, retenant le « fastoche » prêt à sortir.



_______________

                 Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?

                           Gérant de l'Arma Gauche et du Talion


avatar

Acier
Messages : 165
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Dim 9 Sep 2012 - 14:51

Il s'agissait de son premier cours de combat, et Kloa s'était levée tôt ce matin-là. Enfin... encore plus tôt que d'habitude, disons, parce qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de faire la grasse matinée depuis qu'elle était arrivée à l'Académie de Merwyn. Elle s'était donc réveillée avec les premiers rayons du soleil, s'était habillée en hâte, avait pris un petit déjeuner frugal mais consistant et s'était aussitôt rendue dans le parc, où devait avoir lieu l'entraînement. Plusieurs élèves s'y trouvaient déjà, bavardant par petits groupes au pied de qui ressemblait à un... mât. Un mât ? La jeune femme s'en rapprocha de quelques pas pour le frôler du bout des doigts, suspicieuse. Puis elle leva la tête, essayant d'en apercevoir la cime. Ce fut alors qu'elle remarqua la flèche. La flèche ? Décidément, tout cela était de plus en plus étrange. Allait-on leur demander de tirer à l'arc ? Il s'agissait d'une des seules armes qu'elle ne maîtrisait pas, et ceci ne manqua pas de l'inquiéter. Allait-elle se ridiculiser pour son premier cours ?

- Silence !

La Teylus se retourna brusquement. Un homme avait surgi derrière eux, un homme qu'elle identifia aussitôt comme le Primat de sa Maison et, donc, leur prof de combat. Il balaya les groupes dispersés d'un regard sévère, les sourcils froncés. Aussitôt, elle décida qu'elle n'aimait pas cet air à la fois dur et scrutateur, ce visage fermé, ces mâchoires crispées. Et qu'elle n'aimait pas les ordres, tout simplement. Lorsqu'elle se rapprocha de quelques pas pour mieux l'entendre, les paroles qu'il prononça ne firent qu'accroître son impression première. Il voulait de l'obéissance. Avec elle, il allait être servi...

Mais la fin de sa tirade attira son attention. Il fallait grimper en haut du mât et retirer la flèche, c'était donc ça ! C'était un défi, en fait. Et le premier qui réussissait l'exercice rapportait des points à sa Maison. Elle ne put toutefois retenir une grimace quand le maître d'armes passa autour des poignets de l'élève volontaire deux poids qu'il nomma respectivement la Force et la Discipline. Discipline, encore. Décidément, il n'avait que ce mot-là à la bouche. Elle suivit des yeux avec un intérêt croissant le parcours du jeune guerrier. Guerrier qui, hélas, ne tarda pas à se retrouver à terre en arborant une mimique à la fois vexée et légèrement étonnée. Alors, les autres suivirent. Une fille blonde, d'abord, qui glissa à son tour et laissa gracieusement la place à un jeune homme qui, en désespoir de cause, tenta de monter sur une caisse afin de gagner quelques mètres sur ses adversaires. Celui-ci, d'ailleurs, lui paraissait curieusement familier... Mais il disparut dans la masse des élèves et elle le perdit de vue. Il y eut ensuite une autre chute qui se termina sur la tête, puis ce fut au tour de la Thülle. Laquelle finit dans les bras du prof, mais tenant entre ses doigts la flèche qu'elle était parvenue à décrocher. Une moue déçue se dessina sur le visage de la Teylus. Mince, l'exercice était déjà fini. Pourtant, ce fut avec surprise qu'elle vit Locktar s'emparer d'un arc, viser le sommet du mât et tirer une nouvelle flèche. Elle s'apprêtait à s'y précipiter quand un autre garçon, avec des yeux bleus et résolus, s'empara des poids, les attacha entre eux et débuta son escalade. A son tour, il réussit à détacher la flèche qu'il jeta dans l'herbe aux pieds du maître, puis se laissa glisser le long du mât avec un grand sourire.

Alors, Kloa s'avança vers lui pour se saisir des deux poids qu'elle soupesa un instant avant de les nouer autour de ses avant-bras. Après un moment d'hésitation, elle décida de tenter sa chance en innovant. Certes, la technique du blondinet était astucieuse, mais elle refusait de lui devoir quoi que ce soit.

Et c'était parti. Les premiers mètres se passèrent plutôt bien, la guerrière équilibrant les poids sur les différentes parties de son corps avec assez de succès. Elle était arrivée à la moitié du poteau lorsqu'elle sentit le poids situé sur son bras droit glisser lentement. Avec un sursaut de volonté, elle tenta d'avancer encore un peu, le regard brûlant, avant de comprendre qu'elle ne pourrait pas monter davantage dans ces conditions. Aussi elle se détacha brusquement du mât pour atterrir en roulé-boulé sur la mousse, un peu sonnée, et rendit à contre-coeur les poids au professeur.
Il lui manquait encore la discipline.



_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Bois
Messages : 60
Inscription le : 30/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Dim 9 Sep 2012 - 17:08


Elleira c’était encore une fois levée de bonne heure. Comme d’habitude, depuis son arrivée à l’Académie, elle avait mal dormi. Décidément, elle allait devoir apprendre à dormir sous terre sans se sentir oppressée si elle voulait survivre ici et ne pas ressembler à une espèce de zombie. La Teylus c’était habillée pour la première fois avec l’uniforme. Elle ne le trouvait pas particulièrement confortable, mais elle se disait que c’était la moindre de chose de le porter pour son premier cours. Un cours de combat. La jeune femme se sentait particulièrement nerveuse, car elle avait tellement de difficulté à se concentrer très longtemps sur une tâche. Elle descendit dans la Grande Salle pour aller prendre un petit déjeuner, mais elle mangea comme un oiseau, incapable d’avaler un vrai repas. Jamais elle n’avait ressenti un tel stress de sa vie. Elle se dirigea vers le parc puisque rester ici ne lui servirais à rien.



À son arrivée, plusieurs élèves étaient déjà présents. Ils étaient tous rassembler autour d’un mât planté en plein milieu du parc. Rapide coup d’œil aux élèves et elle repéra Kloa dans ceux-ci. Elle se dirigea immédiatement vers elle. Aux moins elle ne serait pas toute seule durant ce cours. Elle remarqua que tous les regards étaient fixés sur le haut du mât, plus précisément sur la flèche plantée à son extrémité. Tout de suite, Elleira se demanda si l’exercice demandé serait un de tir. Une partie de sa nervosité pris son envol, car elle savait qu’elle ne perdrait pas la face en ce premier cours. Un homme à l’air grognon arriva au pied du mât.



-Silence!



Elle le reconnut. C’était le primat de sa maison. Il avait l’air beaucoup plus malcommode que lorsqu’elle l’avait rencontrée pour la première fois. Il expliqua l’exercice de sa grosse voix. Déception. Pas de tir à l’arc aujourd’hui. Juste grimper en haut de ce foutu mât pour décrocher la flèche. Elle ne voulait définitivement pas être la première. Une jeune fille blonde se présenta devant le maître d’arme pour passer la première. Il lui remit des poids et lui dit de commencer à grimper. Elle échoua lamentablement. Ensuite, ce fût un garçon qu’elle croyait avoir croisé dans la salle commune. Il râpa le mât avec ses dents et alla même jusqu’à mettre une caisse devant celui-ci pour gagner quelques mètres. Une fille tomba tête première et celle qui suivi arriva à grimper jusqu’en haut, perle au vent. Par contre, elle fit une chute magistrale, flèche à la main et elle se serait surement gravement blessée sans l’intervention de maître Hil’Guidjek qui la rattrapa avant qu’elle ne touche le sol.



La jeune femme était déçue, elle ne pouvait plus essayer l’exercice puisque la flèche se trouvait au niveau du sol. Elle entendit le son caractéristique d’un arc que l’on bande, puis le sifflement de la flèche qui alla se fiché à la place de l’ancienne. L’exercice pouvait continuer. Un garçon aux cheveux blonds réussi lui aussi à se rendre jusqu’en haut sans trop de mal en nouant les poids ensemble et en s’en servant comme point d’appui. Kloa se lança après lui sans utiliser sa technique. Elle semblait chercher à équilibrer les poids sur son corps durant sa monter. Après quelques mètres, son équilibre de funambule se brisa et elle retomba au sol.



La Teylus pris les poids à sa camarade avec un sourire d’encouragement. Elle regarda le poteau durant quelques secondes. Force et Discipline. Tel étaient les mots du maître d’arme lorsqu’il avait donné les poids à la blonde. À son avis, il aurait dû rajouter Créativité ou Inventivité. Les deux seuls qui avait réussi l’avait fait de manière originale. Elle caressa le bois du mât et le senti rugueux, plein de petites prises pour les doigts. Un plan c’était dessiné dans son esprit. Elle prit les poids, les passa à ses chevilles et les noua ensemble. Elle sauta vers le mât, jambe bien écarté pour que les liens des poids soient bien tendus. Elle glissa un peu, mais la friction l’empêcha de glisser jusqu’en bas. Ses doigts trouvèrent deux interstices et s’y fixèrent. Elle sautilla de nouveaux et grimpa de quelques centimètres. Nouvelle prise. Nouveau saut. Nouvelle prise. Nouveau saut. Elle avait atteint une respectable hauteur de 4 mètres. Elle glissa ses doigts sur le bois sans arriver à trouver une prise convenable où y faire reposer tout son poids. Elle sentait les liens des poids glisser de plus en plus. Elle ne voulait pas tomber. Elle voulait arriver à attraper cette flèche. Prouver qu’elle aussi pouvait y arriver. En désespoir de cause, elle tenta un petit saut sans appui pour contrebalancer son poids. Le résultat fût catastrophique. Elle réussit à se recevoir sans problème, mais son centre d’équilibre était rendu trop loin vers l’arrière. Elle bascula dans le vide et tomba avec un bruit de tonnerre sur les fesses. Un peu plus et le mat sautait littéralement dans les airs.



Une lance de douleur lui transperçait le derrière. Elleira se leva stoïquement et remis les poids au suivant sans le regarder. Elle retourna se placer dans la foule d’étudiant et choisit d’oublier la douleur. Elle continua de regarder le déroulement de l’exercice en priant le Dragon pour que lorsque son tour viendrait de nouveau, elle soit capable de le refaire.



_______________




avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 566
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Jeu 13 Sep 2012 - 20:35

Halina n’aimait pas les matins. Surtout quand on avait mal dormi durant la nuit et que le premier cours du matin était un cours de combat. Encore plus quand le Maître d’Armes décidait que ses anciens cours n’étaient pas assez dur et que ce serait bien plus fun de complexifier l’ensemble. De les faire courir encore plus. De leur faire frapper plus fort et plus longtemps. De leur faire porter des poids de plus en plus lourds. Suivre tous les cours, c’était s’exposer à la folie des courbatures et de la douleur. Il semblait vouloir les confronter à la rigueur qui les attendrait en tant que guerrier et soldat. Voulait-il vraiment les faire craquer. Les faire pleurer ? Ces derniers cours avaient été vraiment dur et la guerrière s’attendait au pire pour la suite et notamment le cours de ce matin. Mais la jeune femme tenait. Elle ne voulait rien lâcher. Elle n’avait pas travaillé aussi dur depuis la sortie de son cachot pour rien. Elle savait ce qu’elle voulait.


Le Maître d’armes était avare en compliments mais elle espérait qu’il se rendait compte des efforts qu’elle avait faits depuis la Reprise de l’Académie. Elle courrait beaucoup plus et plus longtemps. Elle soulevait des poids de plus en plus lourds. Ses tirs aux poignards avaient retrouvés leur précision d’antan et en avaient gagné même. Elle tenait mieux sur la durée dans un combat à l’épée. Elle avait aussi perdu un peu de sa raideur pour mieux esquiver. Et puis, évidemment, elle appliquait les techniques qu’on lui apprenait en cours. La Teylus était quelqu’un de très assidue. On ne pourrait jamais lui reprocher ça. Même au pire de ses cauchemars, elle arrivait à l’heure en cours de combat pour être des plus attentives et s’écrouler en sortant. Halina sortit dans les premières de son dortoir avec un manque de sommeil visible dans ses cernes mais pleine d’énergie. Elle mangea légèrement histoire de ne pas être trop lourde en cours. Comme à son habitude lorsqu’elle était en avance sur l’horaire du cours, elle partit courir. Ça lui faisait toujours autant un bien fou.


Finalement, elle retourna au petit trot dans le parc, à l’endroit où le maître d’armes leur avait donné rendez-vous. Fait étonnant, un poteau haut de plusieurs mètres avait poussé pendant la nuit. En souriant, la guerrière imagina Locktar le planter tout seul. Ses muscles lui servaient sans doute à ça au moins. Parce que bon, il avait dû en soulever des kilos pour ressembler autant à un Thül. La jeune femme s’approcha de son groupe d’amis et les salua comme d’habitude en attendant le professeur. Elle jetait des coups d’œil réguliers à ce poteau. Réalisant qu’il était lisse et sans aspérités, elle se demanda ce qu’on pouvait bien y faire. Enfin, le Maître d’Armes arriva, rigide comme à son habitude mais bien plus stricte et discipliné. Le but du jeu était donc de monter en haut du mat avec les deux poids et de retirer la flèche. La jeune femme n’était pas convaincue de la faisabilité de la chose. Grimper à la corde, elle savait le faire mais sur un mat…


Le cours lui donna raison. Très peu d’élève réussirent à monter jusqu’en haut. Il y eut uniquement Astragal et Elio. Sans connaître le blond plus que ça, elle fut impressionnée. Tous les autres échouèrent. Les grommellements s’intensifièrent. Le tour d’Halina vint ensuite. Elle saisit fermement les liens des poids. Utilisant plus ou moins, les mêmes idées que les autres élèves, elle grimpa de deux ou trois mètres avec pas mal de difficultés, puis elle commença à glisser, à se brûler les avant-bras. Et en tentant de se reconcentrer, elle fit l’erreur de regarder en bas, de guetter l’approbation dans le regard du Prof. Mauvaise idée. Elle perdit son équilibre. Glissa le long du mat en se brulant l’intérieur des cuisses et les bras. Une fois en bas, elle n’abandonna pas de suite. Elle ne voulait pas rester sur un échec. Et le professeur n’était pas contre qu’on retente une seconde fois.


Soupesant les poids à nouveau, elle chercha la meilleure solution pour pouvoir grimper ce mat. Elle enroula les liens des poids de l’autre côté du mat. Ainsi, elle avait de quoi s’appuyer pour monter. Elle tenta comme ça. Les bras un peu pliés qui tiraient sur les lins des poids, les jambes fléchies appuyées sur le mat en bois. Le haut du corps complètement gainé. Et par cette technique elle pouvait lever les poids et son corps centimètres par centimètres en toute sécurité. Mais ça lui coûtait énormément d’énergie car il fallait avoir à tout moment les muscles contractés. Tous les muscles. La jeune femme montait tellement lentement qu’elle avait l’impression qu’elle n’allait jamais y arriver. Qu’elle allait se vider de toute son énergie avant d’avoir fait un mètre. Elle prit grand soin de ne pas regarder en bas, de rester concentrée sur sa cible au-dessus d’elle. De ne pas faire deux fois la même erreur. Son équilibre était tellement instable qu’elle dégringola plusieurs fois de quelques centimètres en pestant. Elle voyait petit à petit la flèche se rapprocher. Discipline et force. Son mantra pour ne rien lâcher.


Finalement, après ce qui lui parut être une éternité, elle put atteindre la flèche. Elle prit de la main droite les liens des deux poids et serra fort. Ses jointures étaient toutes blanches et elle devait être blafarde. Elle était épuisée. De sa main gauche et en essayant de ne pas trop modifier sa position, elle tira sur la flèche. Qui résista. En forçant un peu, elle finit par l’arracher du bois. Elle s’en débarrassa vite en la jetant au sol mais se mouvement la fit pencher trop à gauche et un de ses pieds commença à glisser, la déstabilisant totalement. Elle tenta de se raccrocher à ses poids mais comme elle avait changé de position, ils ne pouvaient plus l’aider mais l’entraînaient vers le bas. Vers le sol. La gravité faisait son œuvre et Halina tombait. Bin trop vite à son goûte. Elle tenta aussi de s’arrêter en s’agrippant au bois du mat. Mais ne parvint qu’à se freiner un peu. Et elle tomba lourdement sur le dos. Elle crut entendre un crac. La douleur irradia dans tout son corps. Sa dernière pensée consciente fut que au moins, elle avait réussi cet exercice à la noix.



[ Edition à volonté =) ]



_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Sam 22 Sep 2012 - 23:54

Le cours avait commencé et les premiers élèves étaient grimpés.... puis s'étaient écrasés. Einar avait même raclé une partie du mât avec ses dents. Quelle idée d'imaginer qu'il allait rester en position en plantant ses dents dans le bois! Bien entendu, il était tombé comme les deux autres avant lui, sauf que lui en prime, il allait avoir un gout de bois dans la bouche et mal aux dents.

Après Einar, Locktar eut la surprise de voir Elisha. Une rêveuse dans un cours de combat? Et qui en plus, tentant la grimpette comme une simple élève? Qu'est ce qui lui arrivait? Locktar voulut l'arrêter mais il se retint. Après tout, elle avait parfaitement le droit d'être là. Le maître d'armes n'avait jamais interdit personne dans ses cours, il allait pas commencer avec une amie. Elisha grimpa donc et comme les autres, elle tomba. Nouvel échec. Quelqu'un allait-il décrocher la flèche?

Le maître d'armes eut sa réponse avec l'élève suivant. Suivante même pour être précis. Astragal. La Thül de Teylus. Elle eut l'idée bizarre, très bizarre, d'utiliser son corset pour maintenir les poids et ainsi avoir les mains libres. Elle parvint à atteindre la flèche. Et bah, maintenant, il allait devoir prévenir l'Empereur que pour être efficace, les soldats allaient devoir porter des corsets. Ca allait pas leur plaire, ça non. Mais l'exercice était réussit et dans un sens, Locktar était fier que ça soit une Teylus qui l'emporte la première. Fierté de la maison.

Astragal entreprit de redescendre.... un peu trop rapidement. Ce fut presque un saut à vrai dire et c'est Locktar qui servit de matelas de réception. Bam, directement dans les bras. Au moins, ses muscles pouvaient servir à ça. Et un Thül, même féminin, ça pesait son poids. La prochaine fois, tu descends doucement en t'aidant du mat, namého.

La flèche était décrochée mais il restait des élèves à passer. Locktar se détourna du mat le temps de prendre un art et quand il redirigea son regard vers le poteau, il vit un jeune garçon qui s'éloignait pour rejoindre le groupe. Il avait tenté? Depuis quand l'académie était une école maternelle? Non mais vraiment, on acceptait de tout maintenant. Locktar jeta un regard noir au jeune garçon qui ne le vit pas, trop occupé à parler à Einar. Le maître d'armes tira la flèche qui se ficha au sommet. Trop fort. Et du premier coup en plus Cool.

Cette flèche ne resta pas bien longtemps au sommet du mat. Ce fut Elio qui suivit Astragal. Et clac, la flèche récupérée et plantée dans le sol aux pieds de Locktar. Pas de corset cette fois-ci. Une technique plus acceptable auprès de l'Empereur si le maître d'armes se devait de faire un rapport sur les futures recrues auprès de l'Empereur. Quoique. Elio soldat? Locktar y croyait peu. En tout cas, les élèves l'étonnaient. Astragal et son corset, Elio qui se liait les poings pour grimper. Ils rivalisaient d'ingéniosité. Qui d'autre?

Locktar tira une nouvelle flèche. Trois Teylus suivirent. Les deux premières échouèrent. Elleira fit d'ailleurs une chute assez impressionnante sur les fesses, repartant dans les rangs en se massant le postérieur. Mais à vrai dire, ce fut Halina qui impressionna le plus. D'une part car elle arracha elle aussi la flèche avec une technique où elle enroula les lanières des poids autour du mat en faisant coulisser petit à petit pour grimper. Mais en vérité, ce fut sa chute d'après qui marqua les esprits. Depuis le sommet du mat. Et cette fois-ci, Locktar n'était pas là pour jouer le matelas de protection. Elle se réceptionna lourdement au sol.

Immédiatement, Locktar accouru, imité par Elisha. Finalement, c'était pratique une reveuse dans un cours de combat. Faudrais qu'elle vienne plus souvent pour éviter les risques.

Pendant de longues minutes qui parurent interminables pour Locktar, inquiet du sort de son élève, Elisha appliqua son don sur la guerrière inconsciente. Finalement, Halina émergea doucement.

- Ca va? Tu peux continuer? Tu préfères peut-être aller te reposer?

D'un signe de tête, l'élève lui fit comprendre qu'elle continuait avec eux.

- Bien alors, on continue.

Locktar attrapa un lot de bâton d'exercice qu'il lança en direction du groupe d'élèves afin que chacun en attrape un. Quand ce fut fait, le maître d'armes se tint devant eux.

- Attaquons l'exercice, pour défaire les Raïs.

Il tendit son bâton devant lui. Puis, il attrapa un pot à sa gauche et l'envoya en l'air. Il fit de même avec celui à sa droite. Ensuite, il les frappa tour à tour avant qu'il ne touche le sol.

Juste pour la frime, vu que les élèves n'avaient pas de pot autour d'eux.

- M'ont-ils donné leur fils? Je n'en vois pas dix.

Les élèves imitèrent son geste. Mais l'un d'eux se mis à gesticuler, bousculant les autres autour de lui. Locktar s'approcha de lui (non pas avec la pirouette, pas assez souple ) et il l'attrapa par le col.

- Vous êtes plus fragiles que des fillettes, mais jusqu'au bout et coup par coup, je serais faire de vrais hommes de vous.

Bon, manifestement, cet exercice était à oublier. Suivant, s'il vous plait. Locktar conduisit les élèves vers des poteaux où étaient entreposés des arcs. Le poste de maître archer était inoccupé depuis quelques temps, Locktar avait pris la décision de les former un peu, le temps que quelqu'un vienne (juste pour ce rp, le reste du temps, lock ne se sert pas d'un arc ).

Pour montrer l'exemple, Locktar s'avança.

- Comme la flèche qui vibre et frappe en plein coeur.

Il donna un coup de pied sur la planche qui se trouvait devant lui, propulsant ainsi des fruits pourris en l'air. Trois flèches sur son arc. Trois fruits. Locktar arma, lâcha la corde. Les flèches volèrent, frappèrent les fruits et se fichèrent dans les poteaux, au centre de cercles blancs dessinés à la craie.

Trop fort ce maître d'armes.

A vous maintenant, mes élèves, imitez moi.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Dim 23 Sep 2012 - 22:13

Non mais les corsets, c’était comme le dessin de toute manière.
C’était de la triche ; genre, la plus grande triche de l’univers après le dessin.
Einar décida de bouder Astragal pour les minutes à suivre, et à la fin du cours, il irait trouver grand Siffleur pour savoir pourquoi elle, elle portait un corset pendant les cours de combat et pas eux. C’était injuste. Lui aussi il voulait porter un corset si ça lui permettrait de remporter plein de points pour Teylus lors des cours de combat. Bon, heureusement, Astragal venait de remporter plein de points pour Teylus, alors il la boudait pas trop fort, mais tout de même.
Il la boudait parce qu’elle, elle avait eu le droit de tomber dans les bras musclés de Grand Siffleur ; et lui, il avait atterri les fesses les premières, sans que Grand Siffleur s’interpose de son torse musclé.
Et puis elle l’avait fait avant Elio, et ça c’était une petite victoire mentale dans la tête d’Einar. Parce qu’il aimait pas Elio. Elio était narquois en permanence, et même lorsqu’il parvint à trouver une technique marchombre complètement improbable pour monter en haut du mat, il ne se départissait pas de son sourire de narquois. Einar recracha une écharde de dépit. Lui, il avait tenté aussi des techniques sioux avancées, mais il avait échoué. Encore. Comme au passage, comme lors de la prise de l’Académie, comme dans tout ce qu’il entreprenait. Même Astragal avait réussi l’exercice, alors qu’elle était à l’Académie depuis beaucoup moins longtemps que lui et que tous les autres réunis et qu’elle était bâtie comme une armoire toute molle. La vie était profondément injuste.

Il fut tiré de ses pensées par une traction sur sa manche, et quelle ne fut pas sa surprise lorsque ses yeux se posèrent sur le petit Roi, celui qui s'était enfui après l'altercation avec Lev et qu'Einar n'avait pas réussi à recroiser par la suite. Il semblait, avec son grand sourire, avoir complètement oublié qu'il considérait Einar comme un traitre doublé d'un menteur et d'un mangeur d'enfants, et le jeune chantelame hésita un moment à le bouder et à ne pas lui répondre.

- C'est en tout cas pas un cours pour les petits rois comme vous, sire mon roi, c'est un cours où nous les chevaliers, on apprend à être plus forts pour servir les rois et pour vous protéger contre les méchants qui ne disent que des mensonges, fit-il dans l'espoir que le petit se souviendrait de l'épisode dans la salle des loisirs.

Le truc c'est que le gamin n'en tint aucun cas et se lança quand même à l'assaut du poteau, Einar en profita pour se cacher derrière Astragal pour que Juliet ne le retrouve pas, et que Grand Siffleur n'ait pas l'impression que c'était lui qui avait amené Juliet au cours. C'était complètement faux d'abord. C'était la faute à quelqu'un d'autre.

Oh my. Halina. Einar pâlit lorsque sa camarade s’évanouit. Elle était tombée de haut, et là encore, Grand Siffleur avait pas interposé ses pectoraux de Dieu entre la Teylus et le sol. A croire qu’Astragal était une privilégiée. Une saleté de privilégiée avec un corset. Pour la peine, il irait dès que possible à Al-Poll s’acheter un corset aussi.
Heureusement, une des élèves qui passait par là connaissait le Don du rêve, ce qui parut étrange à Einar pendant une seconde et trois dixièmes, et Halina s’éveilla.

Ouais, et bah Grand Siffleur, il se la pétait grave avec son baton. Einar attrapa le sien en boudant ; il aimait pas trop les exercices au baton, il s’était principalement entrainé avec les armes à une main depuis qu’il possédait Bomon, et avoir les deux mains prises le déséquilibrait, la plupart du temps.
Il bugua un moment devant les mouvements de Grand Siffleur, parce que lui aussi il voulait casser des pots à la volée, et puis il voulait aussi taper Grand Siffleur parce qu’il les insultait. Défaire des Raïs, il savait déjà faire ça, et puis il était un vrai fils, d’abord, pas une fille avec un corset, lui.

Aaaaaaaah mais enlevez-moi ça de là tout de suiiiiite ; Einar se mit à se tortiller frénétiquement dans tous les sens en tentant d’attraper son dos, ce qui, il fallait l’avouer, n’était pas chose facile. Quelque chose grouillait dans son dos, et c’était profondément dégueulasse. Il se tortilla si bie n qu’il dut heurter des gens avec son baton jusqu’à ce que Grand Siffleur l’intercepte après un magnifique salto piqué digne de ses pectoraux de Dieu. Il lui offrit son regard le plus penaud. C’était pas sa faute. Quelqu’un lui avait glissé un truc dégueulase dans son dos, qui grouillait encore, il le sentait.

Brr.

Et il eut beau regarder autour de lui pour trouver le fautif d’une telle action, il en trouva personne. Mais il soupçonnait Elio. Fortement. Elio le détestait, et Einar lui rendait bien. Cet abruti n’avait sans doute rien de mieux à faire que de le faire passer pour un imbécile aux yeux de son primat, alors qu’Einar faisait de son mieux pour suivre tous les exercices.

Ah, nouvel exercice maintenant.
… Ouais, Grand Siffleur, il se la pétait genre trop à fond. Mais il pouvait se le permettre en même temps. On peut se la péter quand on est capable d’embrocher trois fruits pourris en même temps avec trois flèches différentes et de les aligner parfaitement dans les cercles.
Un jour, Einar, il serait un grand Siffleur aussi.

Et puis il savait bien tirer à l’arc théoriquement, il avait fait énormément d’exercices à l’arc avant de devenir chantelame, avec l’arc qu’Elera lui avait donné. Malheureusement, il n’avait pas pensé à l’apporter, parce que Locktar leur faisait assez rarement des exercices d’archerie. Du coup, il se saisit d’un arc d’entrainement qui passait par là, et mit en joue.
Bon, lui, il avait droit qu’à un seul fruit pas complètement pourri, et les autres élèves aussi, mais c’est parce qu’ils étaient des élèves et que Locktar était un grand Siffleur.

A un moment, Einar envisagea de tricher pendant que Locktar regardait de l’autre côté et de planter le fruit dans sa flèche avant de la tirer, mais ça lui semblait mal, alors il ne le fit pas. S’il passait son temps à tricher, il pourrait jamais progresser. Avec la plus grande concentration du monde, Einar banda son arc, et lorsqu’il fut prêt, donna un coup de pied dans la rampe qui devait lancer le fruit.

… il se prit le fruit en pleine tête. Le jus dégoulina de sa joue sur ses vêtements. Einar lança tout un tas d’imprécations toutes aussi grossières les unes que les autres et indignes d’être retranscrites dans un cours de Grand Siffleur. C’était pas juste. Pourquoi il était le seul à avoir une planche-à-lancer-des-fruits-pourris défectueuse ? Il se saisit du premier tissu venu qui était évidemment la tunique de Grand Siffleur qui passait par là et qu’il avait dû laisser trainer dans ce coin et s’essuya du mieux qu’il pouvait. Il en avait marre de rater les exercices. Il était bon au tir à l’arc. Il voulait qu’on le sache.
Tandis que tout le monde s’évertuait avec plus ou moins de talent à embrocher son fruit à sa flèche, Einar bandit à nouveau son arc, qui était désormais poisseux, mais seulement après avoir changé de planche-à-lancer-des-fruits-pourris.

Et cette fois-ci, quand il lança le fruit, il ne se le prit pas en pleine tête.
Cette fois-ci, quand il lança le fruit, c’est Grand Siffleur qui se prit le fruit en pleine tête.
Parce que Grand Siffleur évidemment passait par là à ce moment-là, et le fruit avait décidé qu’il irait très bien sur la tête de Grand Siffleur.

- Oups…



_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Acier
Messages : 165
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Mer 26 Sep 2012 - 20:06

Tout ça, c'était vraiment trop d'la frime. Y avait d'abord eu Elleira, qui était repartie d'un air penaud en se massant le postérieur, puis Halina, laquelle était parvenue à décrocher cette foutue flèche et à la jeter à terre sans embrocher quelqu'un au passage. Et puis, jugeant sans doute que la plaisanterie avait assez duré, elle était redescendue d'un moyen assez... radical, et même le Siffleur en Chef avait eu l'air un peu impressionné puisqu'il accourut aussitôt, suivi d'une jeune fille qui faisait apparemment partie de la confrérie d'Eoliane. D'ailleurs, en y réfléchissant bien, c'était quand même bizarre qu'une Rêveuse puisse assister à un cours de combat. Mais bon, c'était comme ça, des fois, y fallait pas trop chercher. Peut-être qu'ils n'avaient droit qu'à un certain taux de pertes .

Ensuite, ils changèrent d'exercice. Locktar leur distribua des bâtons en parlant des Raïs, et Kloa haussa un sourcil. Parce qu'il avait prévu de les envoyer guerroyer contre les Raïs armés de bâtons et de pots de fleurs ? Et pourquoi ils les traitait de fils, maintenant ? Il trouvait les filles moins aptes à se battre que les garçons ? Franchement, c'était tout simplement... La jeune femme se baissa juste à temps pour esquiver un coup d'Einar qui, à côté d'elle, s'était soudain mis à gesticuler n'importe comment, à l'image d'un pantin désarticulé dont on aurait coupé les fils. D'une pirouette digne du grand briseur de pots qu'il était, leur prof fut sur lui pour l'attraper par le col. Visiblement, il n'était pas très content de ce bref intermède. Ah, oui, c'est vrai. Il voulait de la discipline Arrow.


Au suivant. Un exercice qui se composait d'un arbre, de cibles parfaitement alignées, de planches et de... pommes ? Bon, d'un côté, c'était logique. Après les pots, les pommes. Normal, quoi. Puis son visage se décomposa pale.

Des arcs. Gloups. Et des flèches. Re-gloups. C'était trop injuste. Son Primat s'était renseigné et avait fait exprès d'inventer ce fichu entraînement rien que pour l'embêter et lui mettre la honte devant tout le monde, elle en était sûre. Elle ne savait même pas dans quel sens ça se prenait, un arc, d'abord. Enfin, si, mais tout juste. Encocher la flèche et le bander, ça allait à peu près, mais pour ce qui était de viser puis de tirer, c'était le flou complet. Et un flou même pas artistique, en plus. Bref, c'était trop injuste, quoi.

Le fait de voir que certains élèves ne se débrouillaient pas mieux qu'elle ne la rassura que très médiocrement, et elle faillit piétiner l'arc quand, pour la troisième fois, sa flèche tomba devant elle avec un petit "ploc" irritant au plus au point. On aurait dit qu'elle la narguait, cette flèche, surtout quand elle regardait Elleira épingler ses fruits avec une facilité apparente et une vitesse proprement ahurissantes. Ce ne fut qu'au bout de la cinquième ou sixième tentative qu'elle aperçut une certaine amélioration dans ses lancés. Ses tirs se firent plus longs, plus précis et, même si elle ratait invariablement la pomme, elle pouvait au moins se vanter de progresser. Un peu. Un tout petit peu.

Et puis, alors qu'elle s'apprêtait à appuyer sur sa planche pour la dixième fois au moins, elle entendit une exclamation étouffée, se retourna, curieuse ou intriguée. Et en laissa tomber son arc.


_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Bois
Messages : 60
Inscription le : 30/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Mer 26 Sep 2012 - 22:03

Faut dire que ses fesses lui faisaient encore vachement mal. Elle avait encore de la difficulté à détourné son attention de la douleur qui irradiait jusque dans son dos. Elleira regarda tout de même avec stupeur une fille aux cheveux noirs dégringolée du haut du poteau. Contrairement à la dernière fois avec la fille qui avait mis les poids dans son corset, il n’y avait pas de montagne de muscle pour amortir la chute. Elle tomba lourdement au sol et ne se releva pas. Le Maître d’arme se précipita vers elle, accompagné d’une fille aux cheveux roux. Elle s’agenouilla devant la morte et la ramena à la vie après quelques minutes. Elleira compris rapidement que c’était une rêveuse et se demanda pourquoi elle participait au cours de combat. Les rêveurs étaient des guerriers maintenant? Elle balaya son interrogation d’une petite gifle mentale et se força à reporter son attention sur ce qui se passait.



L’exercice avait changé. Maître Hil’Guidjek venait juste de faire une démonstration avec un bâton et de jolis pots qu’il avait fait éclater dans les airs. Elle attrapa le bâton qui lui était destiné au vol et se prépara à la suite. Elle devait être dans la lune –encore- parce qu’elle ne vit pas le coup de bâton que le type qui avait choisi d’amincir le mât avec ses dents lui donna. Elle tomba sur le sol et regarda la folle danse du garçon qui fauchait les élèves au passage. D’une pirouette digne d’un maître marchombre, le maître d’arme l’attrapa et lui fit les yeux les plus effrayants qu’Elleira avait vus de sa vie. Elle était plus qu’heureuse de ne pas être à sa place.



Nouveau changement d’exercice suite au fiasco causé par l’élève. Oh un exercice de tir! Elleira était aux anges! Elle n’aurait pas l’air d’une empotée encore une fois. Elle regarda son primat faire la démonstration avec trois flèches et trois pommes à demi pourries sur une planche. Fastoche!



Elle prit le temps de regarder les autres avant de se lancer. Le danseur de tout à l’heure reçu le fruit pourri en pleine poire. Les autres ne semblaient pas avoir plus de facilité à faire l'exercice. Elle jeta un coup d’œil à Kloa et, voyant sa piètre performance, elle se promit de lui offrir le cours qu'elle lui avait proposer lors de leur rencontre très bientôt.



Elle n'avait jamais essayer de toucher une cible qu'elle avait elle même lancer. Elle commença par une pomme sur sa planche. D’un vigoureux coup de pied, elle la propulsa dans les airs. La pomme tomba derrière elle. *Ouf, au moins elle ne ressemblait pas à l'autre qui se l'était lancer dessus* Après deux essais, elle avait compris comment propulser la pomme pour qu'elle ne quitte pas la planche dans tous les sens. Elle suivit la courbe de la pomme des yeux et libéra la flèche. Celle-ci la transperça et les deux se fichèrent dans la cible sur l’arbre. Elle recommença avec deux, puis trois, puis quatre pommes. À chaque fois, le résultat était le même. Elle s’apprêtait à tenter le cinq quand un oups sonore l’arrêta. Elle se tourna vers la voix et aperçu le maître d’arme avec une belle pomme sur la tête et le jus qui lui dégoulinait sur les yeux. Le danseur du bâton le regardait sans comprendre. Décidément, ce n’était vraiment pas sa journée à lui. La Teylus attendit que l’orage qu’elle sentait gronder éclate.


_______________




avatar

Mercenaire du Chaos et Maître de la boutique du Talion
Messages : 306
Inscription le : 06/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Mar 2 Oct 2012 - 11:05

La suite de l’exercice se fit avec des bâtons. Et là. Là, Elio eut vraiment du mal à se retenir, tant il avait envie de se faire pipi dessus tellement il riait. Déjà, Locktar était vraiment des plus pathétiques à faire son beau gosse de la Star Ac’ en forçant ses pectoraux. Mais vraiment quoi. Genre je suis fort, beau, j’vous maitrise et en plus je chante ! Attention, quoi. Décerner lui un prix ! Et puis je casse des pots. Faudra m’le dire, hein, quand ça deviendra utile et que ça pourra te sauver la vie de casser un pot. Ça te mettra juste une vieille qui braille aux fesses, oui. Enfin, bon, suivons l’guide. Parait-il qu’on a pas vraiment l’choix. Mais tant qu’à avoir l’air ridicule à gesticuler du bâton, autant rire. Mais vraiment rire.

Elio inspecta le sol, à la recherche d’un élément tout particulier. Il repéra bien vite un insecte visqueux. Il fit tomber son bâton, afin de ramasser celui-ci en même temps que la bestiole, l’air de rien, puis commença l’exercice, se rapprochant légèrement de son souffre douleur favori : Einar. Il ne lui fallut pas plus de deux minutes pour lui glisser l’espèce de limace répugnante dans le col de sa chemise.
L’effet fut immédiat, tout comme le fou rire d’Elio qui se contint comme il put. Einar gesticulait en tout sens, donnant des coups de bâtons à la volée, frappant les autres de sa maladresse et recevant une réprimande oh combien traumatisante : une paire d’yeux noirs. Foutre un peu de bordel dans les cours de Locktar en hommage du bon vieux temps Kylian-Shawna-Elio : fait !
Einar causa une telle agitation que le Maitre d’arme abandonna l’exercice du bâton pour passer à un exercice de pots cassés, mais qui n’était réservé qu’à lui-même. Histoire de se la péter un peu plus, quoi. A quoi bon un exercice destiné uniquement au maître ? C’étaient les élèves qui devaient apprendre, pas lui. Quoi que. Ils passèrent donc à un autre entrainement qui eut l’effet d’un grand sourire espiègle sur le visage du jeune homme. Le tir à l’arc. Trop fastoche !

Il n’avait pas apporté l’arc de sa mère, y tenant trop pour prendre le risque que Locktar ne lui confisque pour une quelconque raison appelée « je ne t’aime pas du tout ». Il se contenta donc de ceux proposés pour le cours. Ils étaient bien plus rigides au niveau de la branche, ce qui le fit grimacer. Il aimait la souplesse d’un bois qui permettait de multiplier les lancés et leurs directions. Et la corde grinçait, peu entretenue, trop souvent utilisée par des élèves, ternie. La sienne chantait. Celle de l’Académie grinçait. C’en était insupportable. Il aurait voulu jeter cet arc et courir chercher le sien, mais il savait qu’il ne le pouvait pas. Et puis il était capable de tirer avec n’importe quel arc. Il prit donc ce truc immonde, attrapant au passage les gants de cuir qu’il gardait attaché à sa ceinture, afin d’éviter de se brûler les doigts lors du lâcher de la flèche. Il n’avait pas prit son protège-bras, mais la manœuvre ne serait pas longue, cela n’avait donc pas grande incidence.
Pommes en place, il tendit la corde jusqu’à son oreille, confiant. Il préférait tirer en silence, et pas sous la voix tonitruante de Locktar. Mais il s’agissait d’un stupide exercice, et Marlyn l’avait déjà entrainé à se concentrer dans le bruit. Il fixa la cible, la mémorisa, puis ferma les yeux, savourant d’avance la sensation que produirait le chuintement des flèches qui effleurent sa peau pour voler. Son pied tapa la planche de bois et il entendit les pommes s’élever face à lui. Les trois flèches partirent de cœur pour se planter parfaitement au centre des cibles, embrochant chacune d’elles les pommes. Déçu de tant de facilité, il profita du temps de réussite des autres pour exécuter quelques variantes. Comme ne pas lancer les trois pointes en même temps, mais successivement, de même que les pommes, demandant une vitesse accrue, qu’il réussit, quoi qu’avec un peu plus de difficulté qu’avec son propre arc. Il s’amusa une fois à planter une des pommes d’un élève, qui, le pauvre, crut bien à cet instant avec réussi son tir, jusqu’à croiser le grand sourire d’Elio.
En regardant les autres, histoire de les mépriser un peu plus, le mercenaire vit qu’ils n’avaient pas tous des pommes. Et que certains fruits étaient vraiment bien plus pourris que d’autres. Ah l’écologie ! C’est donc de ce fait que Locktar eut le plaisir de recevoir en pleine face un beau pourri de chez pourri, venant bien évidemment…d’Einar ! Un long silence suivit cette erreur, puis quelques rires osèrent se frayer un chemin.

-Finalement j’t’aime bien, l’moustique.


Locktar pouvait bien gueuler, pour le coup, il n’avait rien fait ! Et puis tout chanteur se doit de recevoir ses premiers fruits en pleine tronche !



_______________

                 Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?

                           Gérant de l'Arma Gauche et du Talion


avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 566
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Lun 8 Oct 2012 - 21:43

Le monde était sans couleur, sans odeur, silencieux. Et elle flottait, légère comme une plume. Tout allait bien ici, elle n’avait aucun souci. Elle n’avait aucune raison d’avoir des problèmes puisqu’elle ne savait même pas qui elle était ni où elle était. Juste un esprit naviguant dans le néant. Elle ne sentait plus son corps. Calme. Sérénité. Elle fut tirée de son inconscience bienfaisante par des fourmillements dans son corps, puis par la douleur. Des vagues de douleurs. Puis la sensation du sol contre son dos. L’herbe mouillée sous ses mains. Le vent qui sifflait dans ses oreilles. La douceur d’une voix. Le brouhaha. Elle ouvrit les yeux, sonnée. Une jeune femme à la chevelure de feu la regardait avec attention, comme si elle allait de nouveau s’évanouir. Il lui fallut un temps pour faire la mise au point et se souvenir qui et où elle était. Mais non, elle n’en avait pas l’intention, elle devait suivre le cours, elle voulait passer Acier, elle en avait marre de piétiner. Et réussir plusieurs exercices s’était un bon moyen de se faire remarquer et faire pencher la balance en sa faveur. M’enfin, encore faudrait-il qu’elle arrive à se relever. Enfin, assise, elle acquiesça à la question du maître d’armes. S’appuyant sur ce qui passait par là, c’est-à-dire, un bras ou une épaule qu’on lui proposa gentiment, elle se releva. Chancela.


Puis elle s’intéressa à la suite du cours, réussit à attraper le bâton que le Maître d’Armes lança. Elle regarda Locktar effectuer sa petite chorégraphie avec de grands yeux ébahis. Durant son inconscience avait-elle changé d’univers ? On aurait pas pu la prévenir que le monde ne tournait plus très bien et qu’elle ne se trouvait plus au même endroit qu’avant ? Nan mais oh ? Où étaient passés les extra-terrestres aimables dis donc ? Ce n’était marqué nulle part, qu’un jour elle se sentirait étrangère aux évènements qui l’entouraient. Qui était cet homme qui gesticulait en pseudo-chantant ? Où était passé cet homme froid et distant qui les formait ? Et quel était donc l’intérêt de faire des mouvements avec un bâton ? Ils savaient déjà pour la plupart se battre avec ce type d’arme d’entraînement. C’était complètement ridicule mais Halina effectua le mouvement, peu convaincue. Ne pas froisser les petits hommes verts, lui disait une petite voix dans sa tête. Elle se prit un coup de bâton dans les jambes, la faisant une nouvelle fois tomber au sol, et préférant, éviter une troisième fois, elle regarda qui était la cause de sa chute. Einar. Et bien, même dans cet univers parallèle, il était toujours aussi maladroit. C’était donc une des réalités immuables de l’univers : la tendance à gaffer d’Einar.


Nouveau bug interstellaire dans la tête d’Halina. Locktar avec un arc. En train de leur faire tenter de tirer dans des fruits. Toujours en chantant. La guerrière se frotta les yeux puis hésita à demander à Astragal de lui donner une tape du la tête. Une recalibration cognitive quoi. Mais elle se dit que cette dernière n’accepterait peut-être pas et que ça serait bizarre tout de même comme demande. Soupirant, la guerrière prit un arc et se plaça comme les autres pour faire l’exercice. M’enfin, elle savait déjà pas tirer à l’arc tout court donc s’il fallait en plus tirer dans des fruits c’était la merde. C’était pas faute que Kirfdéin ait tenté de lui apprendre à tirer correctement mais elle restait vraiment nulle. Les cours de l’ancien Aequor lui avaient au moins appris une chose, bander un arc et tirer avec. Viser c’était une autre histoire. Elle avait vraiment peur de tirer dans les fesses de quelqu’un. Elle tira une première flèche sans les fruits, laquelle eut envie d’aller se planter dans la sol. Le deuxième essai avec les fruits en plus fut encore moins concluant.


Les suivants furent tous des échecs. Elle parvenait parfois à planter sa flèche dans son arbre, mais jamais avec le fruit transpercé. La jeune femme entendit soudainement que tout le monde s’arrêtait, et elle entendit quelques gloussements fuser. Elle se retourna vers la source des rires. Le Maître d’Armes avec une pomme trop mûre sur la tête qui lui dégoulinait sur le visage. Un air furibond. Et évidemment c’était encore Einar le maladroit qui en était la cause. La jeune femme se dit que, dis donc, le Dragon devait lui en vouloir dans cet univers-ci pour lui coller autant de gaffes à la minute. Et puis surtout pour lui faire encourir la colère du Grand Siffleur. Elio dit soudainement un truc complètement incompatible avec l’image qu’elle s’était construit lui et elle sut immédiatement qu’elle n’était vraiment pas au bon endroit. Tout était illogique et bizarre. Halina allait pour ramasser son arc posé à terre, et, comme elle n’avait pas récupéré l’ensemble de ses facultés d’équilibration, elle bascula en avant puis tomba, la tête la première dans un fruit trop mur. C’était bien sa veine. Elle se remit en position assise puis déclara :


-Euh, M’sieur, finalement, je me sens pas très bien…


Elle devait paraître très pâle car le monde ondulait autour d’elle. Si cet intermède involontaire pouvait permettre à cet Einar-ci de ne pas écoper de la peine maximale, tant mieux. Elle s’essuya le visage avec sa manche, se releva lentement en s’appuyant sur un bâton qui traînait là.


-Dites, j’peux aller à l’infirmerie ? J’crois que je vais encore m’évanouir.


Elle ne mentait pas, ne simulait pas, le sol n’était pas droit sous ses pieds, et elle avait envie de vomir. Comme si elle s’était pris une grosse cuite. Ses yeux papillonnèrent. Puis, elle continua, sans laisser le temps à quiconque de lui répondre :


-Nan, dites rien, vous êtes trop bizarre, j’voudrais pas que vous me répondiez en chantant, après j’aurai vraiment peur d’avoir changé d’univers pendant ma chute…


Elle esquissa un sourire songeur, serra bien le bâton qui allait lui servit de cane de marche. Et salua de l’autre main.


-Sur ce, mes hommages, amis extra-terrestres, je m’en vais ! Eh au fait, Einardeladimensionparallèle, t’as un double aussi maladroit que toi par chez moi, mais j’l’aime bien, il est cool…


Et sans attendre une quelconque réponse de qui que ce soit, la jeune femme tourna les talons et s’en alla, aidée de son bâton pour garder l’équilibre. Clopin Clopant, persuadée que l’infirmière pourrait la ramener dans son monde à elle. D’ailleurs cette dernière la crut folle. Jusqu’à ce qu’elle entende de quelle hauteur elle était tombée. Il s’avéra aussi qu’elle avait de la fièvre. Consécutive au choc, ou bien antérieure ? Tel était le mystère. Après cet interrogatoire, elle l’aida à s’endormir en promettant de la ramener chez elle. Dans son univers. Et Halina y crut.



[Désolée, ça part en cacahuète Arrow . Edition à volonté si vous trouvez ça trop illogique Smile ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Bois
Messages : 130
Inscription le : 13/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Lun 8 Oct 2012 - 22:19

Le prof devait pas aller bien, dans sa tête.
D'abord, il avait enlevé sa chemise, et puis là, maintenant, après le coup plus que bizarroïde du poteau, il sortait le jeu du bâton. Vraiment étrange, il avait du prendre un coup sur la tête en plantant son poteau, lui. Arrow

Et en plus, il avait à peine été affecté de la chute d'Halina, et pourtant, seul la dame savait si elle avait été violente. Sur le coup, Hestia avait eu peur, mais quand elle avait vu la rêveuse, elle s'était calmée, parce qu'elle savait que ça servait plus à rien de s'affoler, il y avait les secours.

Et puis, les gros bras avaient enchaîné.
Immédiatement, quand il avait jeté les bâtons pèle-mèle en l'air, Hestia avait levé le bras. Elle avait déjà entendu assez d'histoires de personnes qui avaient pas fait ça et qui se l'étaient pris dans le visage. Elle avait assez donné en se rendant ridicule dans le premier exercice.
Au final, elle l'avait plutôt bien intercepté, elle était contente. Et puis, ensuite, elle avait essayé de faire les exercices comme il le montrait. On lève à droite, à gauche, on fait tourner, on lance, on pique devant, on tombe fauché par une perche sortie de nulle part... Ah non, ça, c'était pas dans la choré du prof.

Hestia se retourna et vit, interloquée Locktar pirouetter dignement vers Einar et sa danse nouvelle génération. Lui, donc ? Tout autour, il y avait comme un cercle de précaution et quelques chutes, comme elle.
Einar, lui, se fit bien gronder, et puis, on passa à autre chose, faute d'avoir réussir. Le prof devait quand même bien les trouver tous nuls, entre ceux qui chutaient et ceux qui faisaient chuter.
Honte à eux.

Sieur Guidjek leur donna des arcs et montra encore une fois l'exemple. Une planche, trois fruits pourris, brochette !
Bon, pas de toute fraîcheur, de toute évidence, mais, brochette. Les trois fruits sur trois flèches dans trois cibles. La classe, assurément. Et d'un coup, sans trucage, en plus.

Hestia en prit de la graine et se mit en place, prête à l'exercice. D'abord, elle observa un peu, tout autour d'elle, d'abord Einar qui semblait ne pas être destiné à s'en sortir, puis Halina qui galérait aussi un peu et puis Elio, qui réussissait super bien.
Bon il y avait de la concurrence. Elle s'était pas nul à l'arc, non, mais pas non plus une as. Et là, avec les fruits et les cibles, ça promettait de pas être évident.
Elle se saisit du morceau de bois, tira la corde à son maximum, le remit dans son état normal en rougissant un peu, encocha un flèche et recommença.

Elle ferma un œil, posa le pied sur sa planche et frappa un grand coup en même temps que ses doigts se relâchèrent.
Les fruits volèrent, un peu loin derrière sa tête, certes, sa flèche partit et se planta dans le tronc. Et là, elle se rendit compte du soucis. Elle avait pas fermé le bon œil. Donc elle avait tourné un peu la tête pour bien voir où allait sa flèche et... la corde avait brûlé sa joue.

Elle lâcha l'arc et laissa ses doigts se porte au secours de la peau abîmée. Aie. Fichtre que ça pouvait faire mal.
Au même instant, tout s'enchaîna très vite, il y eut des cris du coté d'Einar, une chute du coté d'Halina et plain de rires de partout. Locktar avait une pomme qui lui dégoulinait le long du visage, Halina la peau pâle et Einar le teint rouge de confusion.

-Dites, j’peux aller à l’infirmerie ? J’crois que je vais encore m’évanouir. 

Hestia n'hésita pas un instant, elle avait trop mal.

- Je l'accompagne, monsieur !

Et elle prit le bras d'Halina pour l'aider à marcher droit. Et elle partirent vers l'infirmerie et sa charmante rêveuse. Halina délirante à ses cotés, elle y parvinrent cahin-caha.
Le grosse dame promis à la Teylus de la ramener dans son monde, fit un gros clin d'oeil à Hestia et l'aida à s'endormir, alors qu'un rêveur s'occupait d'elle.
Quelle joie, quelle joie.

[comme c'est mon dernier post ici, petite révélation, je ne suis pas celle que vous croyez What a Face]


_______________


Enelyë Wind ~~ Hestia Kieran ~~ Lehya Jinwa
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Mar 9 Oct 2012 - 22:43

[Tout le monde a pas posté mais je fais avancer pour donner la réaction de Locktar]

Etrange! Oui, vraiment étrange, Locktar avait cru que pour une fois, Einar ne se ferait pas remarqué. Franchement, il l'avait pensé un temps. Peine perdue. C'était encore lui qui avait gesticulé dans tous les sens, envoyant valser la moitié de ses camarades au sol. Incroyable que le jeune Teylus passe autant de temps à attirer les regards vers lui. Dès le premier cours, juste après la reprise, quand Locktar venait d'être nommer Maître d'Armes, Einar avait déjà attiré l'attention. Un râtelier cassé et des armes éparpillées dans tous les sens. Bon, à ce cours-là, il n'avait pas été seul, ichel l'avait aidé. Mais là, Locktar se rendait bien compte qu'il n'avait besoin de personne pour semer la zizanie dans un cours. Dire qu'il avait pensé qu'avec le départ de Shawna et Kylian qui venait moins, les cours se passeraient bien, malgré la venue encore régulière d'Elio. Et bien non, il fallait qu'Einar prenne le relais.

Bon, cette fois-ci, Locktar s'était contenté d'un regard de la mort qui tue. Le genre de regard qui peut tuer s'il avait eu des arbalètes (bah oui, moyen age oblige angel) à la place des yeux. Einar avait baissé la tête. Le Maître d'Armes l'avait laissé et été retourné à son cours.

L'exercice avec l'arc et les fruits se déroulait de différentes manières pour ses élèves. Il y avait ceux qui étaient des pros, comme la jeune rousse du nom d'Elleira ou Elio. D'ailleurs, le blondinet réussissait tellement bien qu'on aurait pu croire qu'il était né avec un arc à la main. Faudrait connaître le nom de son professeur pour que l'académie l'engage. La rousse, quand elle, l'impressionnait déjà pour son premier cours avec lui. Espérons qu'elle se débrouillait aussi bien avec une épée. Pour les autres, c'était plus.... comme dire? ..... catastrophique.

La preuve de ce côté catastrophique? Et bien facile: Einar Soham. Encore lui. Toujours lui. Locktar lui tournait le dos quand il reçut en plein sur le crâne un fruit. De colère, il s'était tourné pour voir le jeune Teylus qui avait la tête de celui qui est coupable. Deux fois dans le même cours, là, c'était trop. En plus, Einar tenait dans sa main, la chemise du maître d'armes qu'il avait utilisé comme une serviette. Locktar s'empara d'une serviette pour essuyer le fruit qui dégoulinait sur son visage.

- Einar, tu resteras à la fin du cours, dit-il d'un ton dur.

Quelques exercices supplémentaires devraient l'aider à être plus sérieux dans les prochains cours.

Halina eut un vertige et elle demanda à quitter le cours pour l'infirmerie. Locktar l'autorisa et avant même qu'il ne désigne quelqu'un pour l'accompagner, Gwell Hestia se proposa.

Arc et fruit? Catastrophe numéro 2. Exercice suivant. Le groupe s'approcha du lac. Locktar y remplit un seau et il désigna une demi-douzaine d'élèves à qui il demanda de prendre chacun une pierre et de l'envoyer sur lui quand il le demanderait. Il plaça le seau sur sa tête et reprit le bâton qui avait servit pour briser les pots. Il fit signe aux élèves qui envoyèrent les cailloux.

-
En trouvant l'équilibre, vous serez vainqueur.

Il fit tourner son bâton, envoyant chaque caillou voler au long.

Il laissa ensuite sa place aux élèves qui ne réussirent pas aussi bien que lui. Incapable de tenir le seau sur la tête longtemps. Incapable de repousser les cailloux. Seau renversé sur la tête. Les élèves s'enchainaient mais les succès n'étaient pas là. Décidément, Locktar allait regretter d'avoir eu l'idée de ce cours.

-
Vous êtes plus fragile que des femmelettes.

Bon exercice suivant. Cette fois-ci, il demanda aux élèves d'aller dans vers un petit bras de rivière, peu profond qui sortait de la forêt et qui passait non loin d'eux. Il leur montra l'exercice. Pieds dans l'eau. Jambes légèrement plié. Et hop, j'attrape un poisson au passage.

- Mais envers et contre tout, je saurais faire de vrais hommes de vous.


[A vous de chanter maintenant What a Face]

[Je rappelle aussi que ce rp est juste un délire angel Locktar ne sait pas tout faire ce qu'il fait dans ce cours Naif]



_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
avatar

Directrice d'Eoliane
Messages : 424
Inscription le : 09/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Ven 12 Oct 2012 - 23:43

    Il y avait son cœur qui faisait boum boum.
    Il y avait son cœur qui faisait boum boum dans sa poitrine.
    Il y avait son cœur qui faisait boum boum dans sa poitrine et qui n'arrêtait pas.

    Et ce n'était pas dû qu'à la chute.

    Boum boum.

    Mais c'est qu'elle y prenait presque goût à cette leçon.

    Boum boum.

    Elle avait oublié le gamin qui se baladait un peu partout.

    Boum boum.

    Elle ne savait plus trop quoi penser. S'était-elle trompée de destinée ? Avait-elle fait le mauvais choix en entrant à la Confrérie ? Ferait-elle mieux de changer de voie maintenant ? Aurait-elle raison de se réorienter ou n'était qu'une lubie passagère ? Elle était perdue dans ses pensées la rêveuse. Elle ne prit même pas la peine de regarder les élèves passer. Elle ne prit même pas la peine de regarder ce qui l'entourait. Ainsi, elle tomba nez à nez avec le blond qui voulait crever. Y avait toujours son cœur qui faisait boum boum.

    Boum boum.

    Il y avait quelques chose dans sa voix qui n'était pas vrai. Elle avait entendu trop de mensonge pour ne pas s'en rendre compte. La dernière fois qu'elle l'avait vu, il lui avait sauté à la gorge et lui avait crier dessus pour qu'elle lui arrache le cœur. Et là, il s'adressait gentiment à elle, comme s'ils étaient amis. Lui demandait son nom, lui tendait la main. Non, ce n'était pas crédible. Elle n'avait pas envie de la serrer cette main hideuse qui puait la mort. Elle l'aimait pas ce mec idiot. Heureusement qu'elle avait un bon timing la Lisha, parce que l'attention fut détournée, et qu'elle n'eut même pas besoin de lui dire bonjour à l'autre idiot. Elle put retourner dans ses pensées.

    Boum boum.

    Suite à cet épisode, plusieurs personnes réussirent à décrocher la flèche. La jeune rêveuse pu réessayer, mais ne réussit toujours pas. N'empêche qu'elle se découragea pas la rouquine.

    Boum boum.

    Et puis, y a une fille qui tomba. Sans personne pour la rattraper. Et cette fois, son cœur rata un battement. Elle accourut. Par instinct, par habitude. Parce qu'elle était Elisha. Fit son devoir, comme si c'était normal qu'elle soit là. Comme si c'était une autre personne dont le cœur battait à l'instant d'avant. Et puis, une fois son devoir terminé, elle redevint comme une élève parmi tant d'autre. Et son cœur, bah y recommença à faire boum boum.

    Boum boum.

    Et le cours reprit. Comme si de rien n'était.

    Boum boum.

    Elle sourit en voyant son ami tenter d'apprendre quelque chose à ses élèves. Et sans vraiment qu'elle le remarque, son cœur il battait plus comme avant. Il faisait toujours boum boum. Mais pas pareil, parce qu'elle avait rêvé. Et que c'était ça qu'elle aimait.

    Boum boum :heart :

    Elle continuait à le suivre le cours, bien sur. Mais un peu en retrait, sans vraiment s'en rendre compte. Un bâton puis un arc. Elle s’exécutait mais elle n'était déjà plus vraiment là.

    Boum boum.

    Deux élèves s'en allèrent à l'infirmerie. Elisha n'était plus vraiment là et mit donc un temps à réagir assez conséquent. Locktar avait déjà enchaîné sur l'exercice suivant. Juste au moment où elle allait mettre les pieds dans l'eau, elle se rappela qu'Eliott était tout seul à l'infirmerie, même qu'elle lui avait dit de ne pas hésiter à envoyer quelqu'un la chercher s'il y avait le moindre problème. Et avec ces deux jeunes filles, il allait peut-être galérer un peu. Et puis ça lui donnait une excuse, parce qu'au fond, elle s'était décidée. Elle savait qu'elle n'était pas une combattante. Elle savait qu'elle était une rêveuse. Tout au fond d'elle.

    Boum boum.

    Elle se rapprocha du maître d'arme, de son ami. Parla, à mi-voix.


    - Eliott est tout seul à l'infirmerie, je vais aller lui donner un coup de main.

    Je me suis décidée. Tu n'imagines pas combien ça comptait pour moi d'assister à ce cours.

    Et puis, elle clôt sur un dernier mot, sur un sourire, franc, vrai, pas triste le moins du monde. Un sourire qu'elle-même ne se connaissait plus.

    - Merci.

    Boum boum, bidaboum.



_______________

Marmotte Ménestrel Merveilleuse à votre service !
avatar

Acier
Messages : 165
Inscription le : 08/02/2012
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Sam 13 Oct 2012 - 19:07

Ce fut avec un indicible soulagement que Kloa rangea son arc, sa flèche, sa planche-en-bois-à-balancer-les-fruits et sa pomme. Parce que tirer, elle avait vu que ce n'était vraiment pas son truc, même si Einar était là pour détendre l'atmosphère. Comme toujours, en fait. Et c'était pour ça qu'elle l'aimait bien Einar. Et même un tout petit peu plus que bien.

La suite lui arracha une drôle de mimique, mi-sourire mi-grimace. Sourire parce que, une fois de plus, Locktar jouait le fier à bras. Grimace parce qu'elle savait qu'après, ce serait leur tour. Tour qui vint bien plus tôt qu'elle ne le pensait, puisqu'elle se fit littéralement éjectée en avant par un élève à la moue sardonique qu'elle fustigea d'un regard juste comme il faut, bien noir, bien méchant, avec les sourcils froncés et les yeux plantés dans les siens. D'ailleurs, si elle s'était concentrée, elle était certaine que le garçon serait tombé. Raide mort.


N'empêche qu'il avait parfois de drôles d'idées, leur prof. Déjà que ce n'était pas facile facile de faire tenir un seau rempli d'eau en équilibre sur sa tête, devoir en plus esquiver les pierres qu'on leur lançait... c'était quasi mission impossible. Au moins, le seau ne se renversa pas sur elle, mais elle dut déclarer forfait au bout d'une petite vingtaine de secondes. Ce qui, cependant, était loin d'être catastrophique, même si elle ne parvint pas à renvoyer le moindre caillou ; l'adresse n'avait jamais été son point fort. Et elle s'autorisa un léger de sourire de circonstance lorsque celui qui l'avait précipitée en avant vint prendre sa place. Bâton ou pas bâton, elle allait se faire un plaisir de lui jeter son seau d'eau à terre...

L'exercice suivant lui parut encore plus saugrenu. Décidément, les guerriers étaient tombés bien bas... Elle se déchaussa néanmoins pour entrer dans la rivière d'un pas décidé, se campant résolument sur ses jambes. Coup d'oeil à gauche, coup d'oeil à droite. Aucun poisson en vue. Et puis, il lui sembla apercevoir une ombre. Sans réfléchir davantage, son bras jaillit, elle referma la main sur quelque chose. Se retenant de pousser un cri de victoire, elle tira un peu, afin de hisser sa prise hors de l'eau... et ouvrit la bouche, béatement, stupidement, en découvrant un visage au niveau de ses orteils.

- Oh. Euh...

Parce que, en fait, c'était un pied qu'elle tenait, un pied qu'elle reposa aussitôt dans l'eau. Se baissant avec vivacité pour aider sa victime à se relever, elle la regarda longtemps, vaguement gênée, vaguement honteuse, tandis que la rivière bourdonnait à ses oreilles.

- J'suis désolée. Euh... ça va ?


T'es pas mort ?



[Je laisse la place du presque-noyé vacante...]


_______________







Le cerf qui s'unit
Au trèfle de l'automne

On dit

Qu'il n'engendre qu'un faon

Unique et ce faon

Mon garçon solitaire
Part pour un voyage
De l'herbe en guise d'oreiller





Elizia / Kloa Rwanda
avatar

Bois
Messages : 61
Inscription le : 20/10/2011
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Lun 15 Oct 2012 - 20:54

Bref.
Après ce passage formidable, et prompt à devenir légendaire d’Astragal aux bras forts et musclés de Locktar, il sétait passé tellement de chose que la pauvre Thüll, non contente de rentrer dans le rang, avait tenté à plus d’une reprise de fausser compagnie au monstre-entraîneur.
C’est pas que c’était bien gentil, hein, mais Astra estimait avoir fait son boulot pour Teylus (et bien, quoi, j’veux dire) et que davantage, ce serait se faire remarquer.
Le coup des hommes vrais hommes lui it froncer les sourcils, heureusement, Einar torpilla la chorégraphie de Grand Siffleur – Ce mec, ce héros, ce .. Astragal se sentait l’envie de lui choper les épaules et de les pat-pater jusqu’à la fin des temps.
Autant pour tes zhommes vrais hommes, grand Siffleur. D’abord, ta maman, elle fait presque plus peur que toi.
Donc, au moment des flèches, elle avait mangé des fruits, en choisissant les plus jolis, et puis, elle avait failli se tâcher, parce que Locktar lui avait envoyé un regard ultra noir, et du coup d’où étranglement d’où prise de tête totale d’où kof kof ah mon arc Schtong… vide.

ENSUITE, parce que NON, c’était PAS FINI, Locktar, il voulait entretenir ses abdos, d’accord, et les élèves, ils avaient qu’à mourir de courbature et d’usure. VOILA.
Astragal maugréait. En plus, l’exercice, il l’avait fait ressembler à un chien trempé, et bonjour l’été de ses cheveux. L’eau était dégeulasse boueuse, si, un peu quand même, et puis zut il faisait super froid, et Teylus triompherait quand même, alors, là, je dis abus. Abus total, oui.
Lorsque les bottes en cuir de qualité médiocre d’Astragal percèrent, il crut avoir atteint le sommun du retour de karma pour sa chance de tomber dans les bras du professeur plutôt que sur son loyal derrière. Froid aux chaussettes… Fallait-il vraiment que les futurs grands guerriers qu’ils étaient subissent ça ?! Je veux dire, même un dur devrait se mettre à pleurer, dans ces cas-là, faut pas craquer.
Mais NON, ce n’était pas encore assez. Ils se retrouvaient à patauger dans la boue. Loose. Avec chaussure percée et chaussette pour Astragal, si si, sinon, on aurait vu ses poils de jambe, et ça, VRAIMENT ça n’aurait pas été possible.
En plus, là-bas loin, au soleil, l’herbe avait l’air super confortable, et tout, ils pourraient aller s’y reposer, et faire des jolis colliers en paquerettes…
Non, non, Locktar, il péchait du thon à main nue. Locktar, il persistait dans l’idée de faire de tout l’monde des mecs ouais mecs.
Et bien, non, monsieur Siffleur, non.

Astragal croisa les bras, les pieds dans l’eau, il serat pas un homme un vrai, il était déjà beaucoup trop un homme à son propre goût. JAMAIS il le serait pour de vrai encore, et Locktar, il pouvait se laisser pousser le bouc cmme m’sieur Cil’ Eternit, ça changerait rien.
Mais c’était un complot, une pure coalition.
C’était Kloa, le piège, bien sûr.

Il venait de se retrouver immergé, sans comprendre comment, des pieds à la tête, à hurler de surprise, et de mal aux vertèbre – ça lui faisait un collier de bulles à accrocher dans les cheveux, plus tard- et de monstre trollage, et.
C’était Kloa qui le tenait, à sa merci.
Heureusement, l’eau permettait que ce soit discret, mais il devint complètement vert.
Elle devait savoir, elle savait forcément, et ça, c’était que le début de la fin, elle allait le persécuter, l’obliger à se trahir, peut-être… Il s’étouffa en recrachant, complètement.
Pour éviter ce regard, long, pesant, qu’elle lui adressait.
Ses vêtements, complètement détrempés moulaient les muscles un peu trop saillants de ses avants-bras, le pli marque que faisait la limite du corsage, et puis, et si les foulards avaient bougé, si son pantalon commençait à lui coller au corps ?

Il recula, évitant la main qu’elle tendait dans sa direction, le souffle erratique, les cheveux dégoulinants en cascade glaciale dans son dos.
Le bruit d’une perle bleue qui choit sur un caillou se fit entendre, puis les pas de recul. Le plus de distance possible entre toi et moi, je ne suis prêt pour rien d'autre. Certains autres riaient déjà...

Pour Teylus, il ne crierait pas, il ne ferait pas d’esclandre. Pour Einar, qui avait des soucis, et puis, parce que zut, la coupe c’était bientôt, et qu’il adorerait passer pour une des poupées leader qui feraient pencher la balance.
N éanmoins, Teylus, sa maison qu’il adorait, passait bien après son secret : il s’en fut en courant, d’une démarche de canard, entre la diva et la crise de larmes, un peu des deux, probablement.




_______________

Lala You're a fraud, and you know it
But it's too good to throw it all away  
Anything that could give you
A sense of reassurance -When you look in the mirror
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   Dim 4 Nov 2012 - 14:31

Les élèves partaient les uns après les autres. Ca avait commencé par Halina qui avait été accompagné par Hestia. Et ensuite, Elisha était venu le voir pour le prévenir que l'un des rêveurs, nommé Eliott, était seul à l'infirmerie et qu'elle partait l'aider. Locktar avait alors pensé que les autres resteraient mais ce ne fut pas le cas. Alors qu'ils commençaient l'exercice dans la rivière, il remarqua Astragal qui partait, entièrement trempée. Qu'est ce qui s'était passé? Elle avait prit un bain? Le maître d'armes ne la retint pas, bien qu'il aurait pu. Non, il la laissa partir et il se tourna vers les élèves qui restaient.

Le cours durait depuis pas mal de temps. Locktar commençait à se dire que les organismes de ses élèves commençaient à fatiguer. Le cours avait été éprouvant. Il était temps de le terminer. Mais pas tout de suite. Il voulait les laisser faire le dernier exercice. Il les observa, nota les impressions qu'il ressentait sur ses élèves, surtout les nouveaux.

Enfin, il se replaça devant ses élèves.

- Ce sera tout pour aujourd'hui. Vous pouvez partir.

Sauf Einar, bien évidemment.

Mais Locktar eu beau le chercher du regard, le jeune homme s'était eclipsé. Il devrait donc le convoquer dans son bureau plus tard.

[C'est court, désolé. Mais vu que c'est la cloture et que l'autre cours est ouvert Arrow]



_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Comme un homme [Terminé]   



 
Comme un homme [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Comme un homme! [Terminé]
» Ashelia D. Nargan, l'absinthe de l'homme [Terminée]
» Un matin comme les autres ? [Terminé]
» Aurore Boréale, une Aurore pas comme les autres.~ |Terminée|
» Les pieds dans l'eau ... [PV Masaru Sora]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: Les alentours de l'Académie :: Le parc-