Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinettePeignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Dim 2 Sep 2012 - 0:32

Zut alors, du vent ! S'était dit Gwëll en ouvrant les yeux.
Oh, mais chic alors, du vent ! S'était dit Gwëll en se réveillant.

Alors Gwëll avait enfilé son uniforme, pris sa veste sous un bras et son précieux paquet sous l'autre. Elle avait ensuite tout gentiment reposé, enlevé ses vêtements, soupiré et passé son uniforme d'hiver, cette fois ci. Elle avait glissé ses gants de laine dans les poches de sa veste et repris son paquetage.
Elle était descendue dans la salle commune, avait copieusement déjeuné et puis elle avait ouvert en grand la porte principale, et elle était sortie. Après s’être équipée, bien entendu.

Dehors, il n'y avait personne, trop de vent, à coup sûr.
Alors, Gwëll avait ouvert son paquetage, et sorti son cerf volant, avec un grand sourire de satisfaction. Elle l'avait confectionnée seule, mais avec minutie, et malgré les longues année de bon et loyaux services, il semblait comme neuf. Ou presque, du moins.
La dessinatrice prit place au beau milieu des jardins et déroula doucement le fil. Comme le vent n'était pas très fort, elle ne craignait pas de perdre son oiseau de tissu, aussi déroula-t-elle tout le fil, ne tenant plus que les poignées.
Et il tournait, et il virait, haut dans le ciel, presque entre les nuages, on aurait pu croire. Parfois, Gwëll apercevait, un peu plus loin, un groupe d'oiseaux, alors, elle allait vers eux, espérant leur faire croire à un ami. Mais, en général, elle ne réussissait qu'à leur faire peur, et c'était tout.

Ce jeu dura un certain temps, une demi heure, peut être, et puis survint le drame. La catastrophe.
Le vent tomba. Brusquement. Tellement brusquement, que Gwëll n'eut pas le temps d'enrouler les ficelles. Le cerf volant plongea, droit sur le plus beau massif de buisson de Jehan, juste dans l'arbre qui surplombait le parterre.
Gwëll grinça des dents. Il était fichtrement pénible, ce vent.
Elle se dirigea donc d'un pas décidé vers l’îlot de verdure et entreprit de grimper dans l'arbre.

Étonnement, elle parvint sans trop d’encombres au niveau de l'objet prisonnier. Mais le plus dur restait à faire, il fallait le dégager. Et sans le déchirer, qui plus est. Ses doigts de fée entrèrent en action, et elle dénoua, à force de persévérance, l'oiseau de tissu. Et là, elle fut si contente, qu'elle en oubli toute prudence. Elle leva les deux bras, en signe de victoire...

...et rejoignit bien vite le sol. Ou du moins, les haies juste sous l'arbre. Et j’atterris sur l'une, et je roule sur la deuxième, et je me vautre sur la troisième. Et zuteuh.
Gwëll se releva, épousseta ses vêtements, ramassa son cerf volant (heureusement encore indemne) et eut le malheur de se retourner.
Les haies de Jehan... Les haies de Jehan ! Elle avait saccagé les haies de Jehan.
Oh, malheur.

Elle courut vite ranger son cerf volant (et se cacher, aussi, il faut le dire) dans son dortoir et observa le massacre qu'elle avait perpétré par la fenêtre à coté de son lit.
Une horreur. Elle ne pouvait pas laisser ça comme ça, non, c'était vraiment pas possible.
Alors, une idée lui vint. Arrangeons ça, ça ne pourra pas être pire, de toutes manières. Elle attrapa ses ciseaux, attacha ses cheveux et redescendit.

Maintenant, il fallait encore savoir quoi faire. Classique ? Genre j'ai rien fait c'était déjà comme ça ? Non, là, ça ne pouvait plus se camoufler. Non, il fallait innover.
La petite dessinatrice se penchait vers le massif arme à la main, quand elle entendit une petite voix.
Une petite voix qu'elle connaissait bien. Le petit Prince. Son petit Prince !
Oh, mais lui pourrait la sauver, il avait toujours de bonnes idées. Et puis, il était si mignon que même le cœur de pierre de Jehan ne pourrait résister, si il lui lançait un regard tremblant.


Juliet ! Tu veux pas m'aider ? Je crois que... ben en fait, j'suis tombée. Et j'ai écrasé les buissons. Alors, je vais me faire gronder... Tu veux bien m'aider à les tailler pour que ça soit beau ?

Et puis, avant même qu'il ait eu le temps de dire quoi que ce soit, elle lui fourra sa paire de ciseaux entre les mains et s'en dessina une. Ils étaient armés, plus rien ne leur résisterait !

Bon, t'as une idée, pour la forme ?

Elle était prête, parée à couper. D'ailleurs, elle avait déjà un peu commencé, mais juste en bas, sur le côté, pour vérifier que ce serait pas trop dur, pour le p'tit chou.
[si ça te va ? défi accompli o/]


_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

avatar

Petit ange
Messages : 67
Inscription le : 24/08/2011
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Dim 2 Sep 2012 - 1:34

Il s’était réveillé tôt, aujourd’hui. Le vent soufflait contre les volets qui claquaient, et Juliet, il arrivait pas à dormir quand il y avait du bruit. Il jeta la couverture qui le recouvrait, enfila des habits bien chaud que lui avait donné Amarylis et sortit. Il aimait bien être dehors quand le printemps arrivait. Ici il faisait encore un peu froid, c’était pas pareil qu’à Al-Chen ou à Al-Vor, mais c’était pas grave. En tout cas, il y avait plus de neige, c’était déjà ça. Il resta un moment accroupi dans l’herbe, à observer divers petits insectes vivant tranquillement leur vie d’insecte. Juliet, il aurait pas aimé être un insecte parce qu’on lui avait dit que les insectes, ils travaillaient tous, dès qu’ils étaient petits. Et lui, il voulait pas travailler, parce que c’était les adultes qui faisaient ça, et les adultes ils étaient pas marrants. Sauf Amarylis, elle était gentille, elle.

Au bout d’un moment, il releva la tête. Un drôle d’oiseau volait, un peu plus loin. Et c’était pas normal, parce que les oiseaux, ça pouvait pas voler à reculons. Sauf le colibri, mais il en avait jamais vu, et sa mamie lui avait dit que c’était tout petit, mais celui-là il était pas tout petit. Alors, intrigué, il se dirigea vers cet étrange animal volant.
Il le suivait du regard, et se débrouillait pour ne pas le perdre de vue, malgré le fait que des fois, il tombait un peu. Au final, il tomba même complètement. En même temps que le vent, d’ailleurs ! Peut-être que ça avait un lien … D’autant plus intrigué, Juliet courut vers le château de sa fée. En plus il aimait bien courir. C’est alors qu’il vit Gwëll DEDANS la haie. Elle jouait ? Il s’approcha, doucement. Il voulait lui faire une surprise et lui sauter dessus sans qu’elle s’y attende ! Il attendit quand même qu’elle descende de la haie, sinon ça allait pas être facile.

Puis, finalement, il avait plus envie. Il cueillit une fleur et la regarda, encore à une dizaine de mètres, pendant qu’elle se penchait vers les haies.

- Gwëll ! J’ai un cadeau pour toi !

Il lui tendit la fleur, mais elle avait l’air un peu embêtée. Il leva son regard gris vers elle, attendant des explications qui ne tardèrent pas. Han, elle avait écrasé des buissons ! C’était pas très très bien. Et elle allait se faire gronder si elle arrangeait pas la haie, du coup. Juliet ne réfléchit pas, d’ailleurs, il aurait même pas eu le temps, puisque sa fée lui mit les ciseaux dans les mains. Il devait aider sa fée, il était là pour ça. Il avait presque oublié l’oiseau qui volait à reculons. Il lui demanderait après : peut-être qu’elle l’avait vu et qu’elle pourrait l’aider à le retrouver après. Mais d’abord, coupage. Quelle forme ?
Il hésita, mit ses mains en forme de cadre. C’était vrai qu’un carré, c’était vraiment banal.

- Tu crois qu’on peut faire des formes comme dans les livres ? Des cœurs, ou des cerfs, ou des Dames ? Sinon, je crois qu’on peut juste arranger la haie, si c’est trop dur de faire des culp … des scut … enfin des formes quoi.

Il regarda les ciseaux, un peu méfiant. Il savait que ça coupait, ce genre de chose, alors il devait faire attention, et la fée aussi. Mais elle devait savoir s’en servir. Juliet grimpa dans la haie, pour pouvoir couper les branches qui dépassaient un peu, pour commencer. Mais comme c’était un peu triste, le silence, en plein matin, il se tourna vers Gwëll pour lui parler tout en essayant de faire attention à ce qu’il faisait.

- Dis, t’aurais pas vu un oiseau bizarre par ici ? Il volait à l’envers, je crois que c’était un colibri magique. Il était grooos ! Au moins deux fois ta taille, je suis sûr.

Et en attendant la réponse de sa fée, il coupait précautionneusement, la langue tirée sur le côté en preuve.



_______________


avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Dim 2 Sep 2012 - 15:39

Donc, la forme.
Un rond, un carré, un losange ? N'y avait il rien de plus original, dans sa tête ? Ce serait certainement le plus dur à trouver. À moins qu'elle n'ait une subite illumination ?
N'y comptant pas, elle fouilla dans sa mémoire, bien au fond, derrière tout le bazar entassé.


Ce serait peut être joli de faire des cœurs, t'as raison. Il va aimer, tu penses, Jehan ? L'est un peu difficile, tu sais... En fait, il va râler, c'est sûr, il râle pour tout. Tu crois que si on taille un buisson en forme de lui il sera plus content ? Et si on écrivait les lettres de son nom ? Remarque, non, il y a pas assez de haies. Non, en fait, c'était pas une bonne idée.

Idéalement, elle aurait mieux fait de ne pas tomber, c'était certain, mais maintenant, il était trop tard pour reculer. Trop tard, fatalement. Mais elle assumerait.
Des cœurs, non. Mais des cerfs, des Dames, en fait, pourquoi pas ? Il était pas bête, ce petit. Une composition avec des animaux fantastiques ? Bon, peut être pas des cerfs, parce que les bois, ce serait pas facile, mais une dame ? Pas de bois, pas de pattes, pas trop dur.

Et puis, le p'tit bonhomme évoqua un oiseau magique, un colibri qui volait à l'envers. Et géant, en plus. Gwëll l'imaginait bien, grand, avec pleiiiin de couleurs et puis des longues plus à la queue pour décorer, qui flottent dans le vent. Ah, ce qu'il devait être beau ! P'tetre même que c'était le dragon ? Ou un phénix ? Parce que les phénix, paraît il, portaient bonheur. Et peut être que si c'était un phénix, il auraient de la chance, parce qu'ils l'avaient vu, et donc, Jehan leur en voudrait pas trop, et il trouverait peut être même ça beau. Peut être, ou peut être pas, en fait, parce qu'elle, elle l'avait pas vu, le phénix...


Eh, dis, si on faisait un phénix ? C'est sûr, ton oiseau, c'en était un ! Alors, avec une Dame, ça fera joli, non ? Qu'est ce que tu en penses ? Regarde, on fait le phénix là, en haut, comme ça, on voit qu'il vole, et puis là, en bas, on fait la Dame, qui saute pour lui parler ? Oh, oui, ça va être trop beau ! Zut, cache toi, cesse de parler, ya Jin !

Oua
ou, il avaient eu de la chance, il était passé sans les voir. Parce que, lui, il aurait certainement tout dit à Jehan, et Jehan aurait été fâché de voir ce qu'elle avait fait. Alors que là, quand ils auraient fini, il verraient bien ce qu'ils feraient.
Gwëll rattrapa sa paire de ciseaux, qu'elle avait laissée tomber en se cachant, et commença à découper le haut du buisson, bien arrondi, pour faire le dessus de la tête de la Dame. Et puis, elle lissa bien le bord, descendant doucement, pour faire le dos de l'animal. Et puis, elle se stoppa, et repris doucement le nez, pour le faire juste un peu plus pointu, comme si elle envoyait un baiser vers le ciel.

...Un petit poisson, un petit oiseau s'aimaient d'amour tendre, mais comment s'y prendre, quand on est dans l'eau... Lala



_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

avatar

Petit ange
Messages : 67
Inscription le : 24/08/2011
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Lun 3 Sep 2012 - 3:08

Juliet proposa quelques idées de formes à faire dans les arbres. Des cœurs, mais en vrai ça devait pas être facile. Parce que c'était plus fin en bas qu'en haut, et même si il en avait vu dans les livres, il était pas sûr que c'était possible en vrai. C'était lourd un arbre, et un buisson c'était un arbre miniature, non ? Alors de toutes façons, ça finirait par s'affaisser et devenir moche. Alors il eut d'autres idées, dans la demi-seconde qui suivit : des cerfs, ou des Dames, comme au lac. Gwëll disait que de toutes façons, les cœurs ça plairait pas à Jehan. Il savait pas qui c'était, mais si elle voulait lui faire plaisir, et bah il l'aiderait, de son mieux ! Même si le monsieur il avait l'air drôlement grognon, d'après ce qu'il en entendait. En forme de lui ?

- Mais j'sais pas à quoi il ressemble, moi, se crut obligé de dire Juliet.

Les lettres de son nom ?

- Mais j'sais pas écrire, moi, précisa-t-il.

Mais de toutes façons, y avait pas assez de haies, alors le problème était réglé. Elle finit par dire que c'était pas une bonne idée. Et là, le petit Prince n'avait pas envie de la contrarier, alors il n'ajouta rien. Elle réfléchissait, il le voyait bien. Dans sa réflexion, elle lâcha un « bois difficile » et il devina que c'était des cerfs qu'elle parlait. C'est vrai que c'était duuur de faire des bois. Déjà les gens ils aimaient pas dessiner des cerfs, et c'était sûrement à cause de ça, maintenant qu'il y pensait. Parce que les biches, y en avait plein, des représentations, donc voilà d'abord. Mais bon, la Dame, ça devait être bon.

Il recommença à parler, parce que le silence se faisait un peu trop présent à son goût. Il aimait pas le silence, lui, il aimait plutôt les bruits et les rires, c'était plus mieux, et plus vivant. Il lui expliqua le colibri magique, et ça faisait briller des étoiles dans les yeux de sa fée. Sûr, elle aimerait bien le voir, son oiseau. Et ça fit arriver une nouvelle idée dans sa tête. Et si ils découpaient un phénix ? Juliet réfléchit. Se gratta l'arrière du crâne avec la main qui tenaient pas les ciseaux. P'tet que ça ressemblait à son colibri magique, alors il pouvait le sculpter. Et en plus, si Gwëll disait qu'il en avait vu un, c'est que c'était pas un colibri magique. Tout s'expliquait ! Il connaissait pas les phénix, ça se trouvait ils pouvaient voler à reculons. Un mystère venait de s'éclaircir aux yeux du petit garçon.

Et sa fée d'expliquer comment il allait mettre les trucs en ordre. L'oiseau en haut, la Dame en bas. Normal. Un oiseau ça vole, une Dame ça nage. CQFD. Et elle s'arrêta brusquement, parce qu'un certain Jin venait de passer. Alors il se cacha vite derrière une haie, comme elle lui avait demandé. C'était sans doute un méchant, si Gwëll voulait pas qu'il les voit. Il passa et ils reprirent leurs ciseaux. Puis sa fée se tourna vers la haie et commença à découper. Alors lui aussi, il grimpa dans la haie, pour faire le phénix.

D'abord, un oiseau, ça a un bec. Et comme celui-là, il volait à l'envers, il avait sûrement un bec aréo … aéroda … taillé pour voler vite ! Il découpa bien le bout pointu. Après, il essaya de sculpter la tête, mais il y arrivait pas très bien. Il coupa, coupa et recoupa. Si bien que lorsqu'il fut content de son travail, il se rendit compte que le bec était trop gros. Il ne restait plus qu'à le re-tailler. Il regarda Gwëll, occupée sur sa Dame. Il était sûr que ça allait être très joli.

Juliet descendit de la haie, et admira la tête de son oiseau.

- Dis, ça ressemble à ça un phénix ? Et comment je fais les ailes ? Ça va être dur, c'est grand, y a pas assez d'arbre ! Ou p'tet que j'aurais pas dû le faire dans ce sens-là ? T'en penses quoi ? Au fait, ta Dame est très jolie.



_______________


avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Lun 3 Sep 2012 - 22:57

    Peignons ces roses en rouge,
    Du plus éclatant des rouges ! Lala



Gwëll était terriblement concentrée.
Elle voulait que sa composition soit la plus belle possible, pour plaire à Jehan et limiter au maximum les dégâts. Parce qu'elle se voyait mal de lui annoncer que parce que son cerf volant s'était coincé dans l'arbre, elle y était montée et que quand elle l'avait enfin décroché, elle était tellement contente qu'elle avait oublié de se tenir et que donc elle était tombée et que donc, elle avait ruiné son magnifique parterre de haies qui n'en était pas un parce que les haies, c'est bien connu ne forment pas de parterre.
...Non. Elle ne se l'imaginait pas une seule petite seconde, par contre, elle s'imaginait bien la tête que Jehan ferait, si il lui arrivait, par le plus grand malheur que le monde n'ait jamais connu et ne connaîtrait jamais (le monde de Gwëll, bien entendu Arrow ), de découvrir l'état de ses haies, écrasées puis découpée en petits morceaux. Elle le savait très bien, au début, il deviendrait tout blanc, puis juste après tout violet et enfin tout rouge.
Des couleurs de mauvais augure. De très mauvais augure. Alors, dans le cas où ce serait complètement loupé, mieux valait qu'ils courent très vite et très loin pour se cacher. Et très bien se cacher. Parce que sa vengeance serait terrible.


    Et sachez entre nous
    Que si elle voit un rosier blanc
    On ne tranchera le cou
    Jésus !
    Alors de nos doigts tremblants
    Nous peignons les rosiers blancs ! Lala



Gwëll s'appliquait énormément. Plus que d'ordinaire, ça c'était sûr. Mais ça ne voulait rien dire, parce que d'ordinaire, elle était particulièrement peu concentrée.
Et puis, alors qu'elle découpait soigneusement le bout de la queue de la Dame, avec toutes les petites vagues qu'elle avait faites en envoyant son baiser au phénix très haut dans le ciel, elle avait entendu un bruit sourd, comme quelque chose qui tombait.
Le p'tit Prince ! Oh, non, pas le p'tit Prince ! Elle s'en voudrait toute sa vie, si il s'était fait mal à cause d'elle ! Et puis, voilà qu'elle ne le voyait plus. Oh, mais quelle catastrophe, vous dis-je !
Alors, elle courut, faisant le tour du massif. Mais elle ne le vit pas. Alors, elle passa entre les arbres, et trouva le bonhomme au pied de son buisson. Il la regarda avec un grand sourire et passa juste à coté pour aller regarder sa Dame.

En fait, il n'avait rien, absolument rien. Certainement que le bruit, c'était parce qu'il avait sauté, et puis elle l'avait pas vu, ensuite, parce qu'il avait sauté de l'autre coté pour pas lui tomber dessus. Quelle ange. I love you
Mais en attendant, ils étaient passés dans les rosiers, et ils avaient accroché leurs pulls dans les piquants. Donc Gwëll attrapa le petit chou. Elle lui prit son pull et elle y ôta ronces et épines et puis, elle le lui remit, et fit de même avec le sien.


- Dis, ça ressemble à ça un phénix ? Et comment je fais les ailes ? Ça va être dur, c'est grand, y a pas assez d'arbre ! Ou p'tet que j'aurais pas dû le faire dans ce sens-là ? T'en penses quoi ? Au fait, ta Dame est très jolie.

Gwëll était flattée que sa Dame lui plaise. Parce que si déjà lui la trouvait belle, c'était que Jehan avait des chances d'aimer ce qu'elle avait fait. Et puis, quant au phénix... Eh ben, elle savait pas trop.

Hum, ben je pense que Tu devrais le faire qui regarde vers le bas, un peu comme t'as fait... Et puis, si tu le fais un long cou, comme aux cygnes, tu pourras placer le corps là bas, dans le coin. Et pis, t'auras qu'à faire des ailes qui battent, comme ça, elles rentreront, là ! Ça va être trop beau, j'en suis sûre !

Et c'était vrai, elle le pensait. Et Juliet de remonter dans son arbre pour continuer son œuvre. Gwëll devait encore fignoler quelques petits détails, mais là, tout de suite, elle n'avait pas vraiment d'idées. Alors, elle laissa son regard s'envoler vers les autres massifs du jardin. Elle jeta un coup d’œil à l'azalée qui fleurissait juste à coté d'elle et eut envie de cueillir des fleurs pour décorer sa sculpture.
Elle en prit une, puis une deuxième pour faire les yeux. Et puis, le remord l'accabla.

    ...Ces tendres fleurs assassinées 
    Ce soir seront fanées... Lala


Mais il était trop tard, elle ne pouvait plus les reposer mine de rien, alors elle les accrocha dans les mailles de son pull, pour décorer.
Et elle se remit à sa sculpture, un coup de ciseaux par ci, un autre par là. Et la Dame ressemblait de plus en plus à une Dame. Gwëll insista tout particulièrement sur les yeux, car c'était tout de même la partie la plus importante de la Dame.

Et puis, après un petit temps, Juliet redescendit de son buisson, avec son ciseaux entre les dents. Et il lui remit, à elle, quand belliqueux, le vent se releva brusquement et leur envoya les feuilles coupées dans la figure.
Sur le coup, Gwëll grimaça, mais juste après, quand la bourrasque retomba, elle ne put s'empêcher de rire. Parce que Juliet avait des feuilles plein les cheveux, et qu'il la regardait bizarrement et avec insistance.
Alors, comme une maman, elle ne put se retenir de prendre le petit garçon sur ses genoux et de lui enlever toutes ces belles feuilles vertes qui le déguisaient en buisson.


    La reine les aime rouge
    Du plus éclatant des rouges 
    Mais que la Reine ne sache pas 
    Ce qu'on vous dit tout bas ! Lala



_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

avatar

Petit ange
Messages : 67
Inscription le : 24/08/2011
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Mer 17 Oct 2012 - 20:06

Juliet admira, d’un air de connaisseur, la jolie Dame que Gwëll venait de tailler dans l’arbre. Nan mais c’était vrai quoi, elle était genre méga-jolie, comme celles du Lac Chen, c’est pour dire ! Sauf que celles du lac Chen, bah elles nageaient dans l’eau, et que là bah celle de sa fée elle flottait dans les airs. Mais ça devait être méga-dur de refaire de l’eau, alors il faisait comme si c’était pas grave. Et puis, bon, il voyait bien que Gwëll elle était contente. Alors il était content aussi. Il écouta bien attentivement tous ses conseils, tentant de les garder en mémoire. Puis il remonta dans son arbre pour continuer son chef-d’œuvre.

Alors, un petit coup de cisailles par là, un petit par ici … Il entendit Gwëll dire quelque chose et il se pencha en arrière, pour lui demander parce qu’il avait pas très bien entendu. Sauf qu’il manqua de dégringoler. Et ça, c’était sûr, ça serait pas cool du tout, et ça allait faire mal, et il faudrait aller voir les rêveurs, et ça allait poser pleiiin de problèmes. Alors, astucieusement, il se rattrapa aussi vite qu’il le put à la branche qu’il venait de lâcher. Il ne la relâcha que lorsqu’il fut certain qu’il avait retrouvé son équilibre. Bon, du coup, c’était bon. Mais il avait oublié ce qu’il voulait dire à Gwëll. Tant pis.

Il se remit à sa sculpture, consciencieux, attentif. Finalement, ça avançait bien plus vite qu’il le pensait. Il jetait des coups d’œil à Gwëll, de temps en temps, pour voir si elle avançait. Et même que sa Dame elle devenait de plus en plus … damesque ? ‘fin elle était jolie, quoi, comme une Dame, et on voyait bien ce que ça représentait. Ou alors il avait un sens particulier de l’abstrait. A creuser. Arrow Lorsqu’il se sentit satisfait de ce qu’il venait de faire, il attrapa les ciseaux entre ses dents et s’aida de ses deux mains pour descendre de l’arbuste. Il courut vers Gwëll, et lui rendit les ciseaux, quand le vent, trèèèès fourbe, décida de souffler.

Toutes les feuilles coupées vinrent se coller à eux, comme si c’était des papillons qui venaient tourner autour de sa bougie à la maison. Il secoua la tête, puis regarda Gwëll. C’était bizarre comme avec un insecte dans les cheveux, elle ressemblait plus du tout à une fée. Mais lui, il aimait pas les insectes. Il en avait PRESQUE peur, mais pas trop, parce qu’il était un Prince. Mais là, le mille-pattes … Brr. Il leva la main vers ses cheveux, cependant, pour lui enlever, mais elle fut plus rapide, et elle le prit sur ses genoux pour lui retirer toutes les feuilles qu’il avait sur lui.

- Ah, touche pas à mes cheveux ! M’man, tu m’embrouilles la crinière ! J’aime pas qu’on touche mes cheveux.

Il se laissa faire, quand même, parce que c’était sa fée, et que bon, il l’aimait bien. Quand il décida qu’elle devait avoir fini, il se tourna et enleva la bestiole des cheveux de Gwëll, avant de la poser – pas trop loin, mais un peu quand même.

- Tu veux que je t’enlève tes feuilles ? Enfin, ça te va bien, on dirait une fée de la forêt !

Et les fées de la forêt, dans les livres, bah elles étaient carrément cools quoi. Il relança un regard à leurs sculptures.

- Comment c’est trop beau. Mais tu sais, on aurait dû faire un dragon. Parce que c’est le dragon le mari de la Dame, pas le Pheu … phénix.

Il resta songeur un moment.

- Tu crois que ça va lui plaire, au monsieur ? J’espère, parce que c’est trop bien ce qu’on a fait. Par contre, les feuilles coupées elles volent partout, il va y en avoir dans tous les coins.

Et le petit Prince de rire, sa jolie petite voix se répercutant en mille éclats dans "l'air du vent" Lala



_______________


avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Mer 28 Nov 2012 - 16:16

C'était fou, quand même, pour un petit garçon.
Parce qu'on pouvait pas vraiment dire qu'il en avait beaucoup, des cheveux, et pourtant, des feuilles dans lesdits cheveux, il y en avait une quantité assez impressionnante. À croire qu'il était un arbre, en vrai.
Bon, d'accord, peu probable, il bougeait trop et il parlait trop pour être un arbre. Mais une fleur, peut être ? Une espèce refoulée en voie de disparition qu'on verrait presque plus parce qu'elle était trop bizarre ? C'était pas impossible, ça. Mais pas vraisemblable, non plus. Alors, simplement, il était sûrement un petit garçon qui avait été un arbre dans une autre vie.
Oui, ça devait bien être ça.

Et, assise en tailleur dans l'herbe verte et grasse, elle enleva la dernière feuille de la crinière de son prince. Bien sûr, il avait râlé. Comme tous les enfants de son âge, à vrai dire. Les garçons de son âge, même. Elle en avait jamais vu, il fallait dire de petit garçon qui aime qu'on lui touche les cheveux... Mais là, c'était son petit prince, alors elle avait été un peu triste qu'il la repousse.
Ses bras retombèrent mollement, et son regard sur Juliet. Il semblait attendre quelque chose, et quand elle ne bougea plus du tout, il leva sa main vers ses cheveux à elle, avec un air de profond dégoût.
Il la retira, tout en la gardant bien loin de son visage angélique, avec dans la paume, grouillant comme une nuée de vers, un mille-pattes. Gwëll ne put refréner un mouvement de recul à la vue du myriapode et fut soulagée quand elle l'eut vu partir loin.
Puis le gamin se redressa sur ses genoux et la fixa dans les yeux, lui proposant de lui enlever ses feuilles.


Oh, mais oui, que je veux bien. Parce que, tu vois, ça gratte un peu. Même si ça me va bien... Je sais pas comment elles font, les fées de la forêt, parce que moi, ça me chatouille trop les oreilles.

Il s'agenouilla à coté de son épaule et ses petits doigts d'enfant enlevèrent une à une les feuilles. Et, au fur et à mesure, il les relâchait dans le vent, et tous deux les regardaient s'envoler dans le ciel.
Et puis, il se retournèrent vers leur grande sculpture de feuilles. Il fallait quand même avouer, Juliet avait raison, que c'était super beau. Plus que ça, même, c'était magnifique ! Dire que personne n'y avait pensé jusque là...


Tu crois ? Mais un phénix, c'est bien, aussi, non ? Parce que le dragon, tout le monde le connaît... Alors que le phénix, je suis pas sûr que tous les gens savent ce que c'est. Et puis, il est trop beau, ton phénix, je suis sûr qu'il est même plus beau que le Dragon lui même !

Elle le prit dans ses bras et elle posa un petit bisou de maman fière sur sa joue. Parce qu'avec Juliet, certains jours, elle avait l'impression d'être un peu une maman. Enfin, pas une maman, mais sa Maman à lui, celle qui venait pour lui faire des câlins, lui raconter des histoires, lui donner du gâteau, l'aider à retrouver son doudou.
Pas une de ces mamans qui se fâchent, qui grondent et qui punissent. Juste la maman des bons cotés, des bons jours et des belles choses. Sa maman Ama à lui, quoi I love you


Pour sûr qu'il va aimer, Jehan ! Enfin, j'espère bien, parce que sinon, il a qu'à aller à Al-Jeit voir si on y est ! En tout cas, je suis sûre que les autres, ils vont adorer. On pourrait le montrer à Duncan, tu penses ? Lui, il adore les histoires, aussi, il en raconte plein, dans son cours, le phénix, c'est sûr, il connaît.

Et comme il riait de bon cœur, elle se laissa, elle aussi, aller à teinter l'instant de son rire-tintement de clochinette. Bande de vilains <3
Dans leurs yeux, c'étaient mille étoiles de larmes qui brillaient, c'étaient de éclats de diamant, des perles de lune, de la poussière de lumière. Et dans ce regard qu'il s'envoyaient, tout cela se mêlait, valse émouvante, bercée par la douceur du soleil. Elle lui prit la main, sans cesser de rire, encore, puis ils se levèrent, et ils partirent en courant vers le tas de feuilles que le vent avait poussées sous un arbre. Et puis, elle lâcha sa main, mais pas son regard, fit deux tours-pirouette sur elle même et se laissa tomber dans l'épaisseur molle du feuillage.
Elle se redressa sur ses coudes, puis elle le fixa dans les yeux. Ils n'avaient cessé de rire, mais quand leurs regards reprirent contact, il lui sembla qu'ils riaient encore plus fort.


Dis moi, Juliet, tu as déjà joué dans les feuilles mortes ?

Elle attrapa son pied à deux mains, et puis elle tira dessus du plus fort qu'elle put. Se retrouva une chaussure à la main. Dépitée, mais toujours riante au delà du possible, elle la lança par derrière son épaule et elle se releva avec un air de grand méchant monstre.

Graaaaa, je vais te manger, fuiiiis vite !

Et elle le poursuivit les bras en avant, dans les feuilles mortes.
Et le vent, bien haut, là haut dans le ciel, les regardait jouer en riant doucement. Lui, n'avait pas cette chance, jamais au grand jamais il n'avait réussi à jouer dans les feuilles mortes.



_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

avatar

Petit ange
Messages : 67
Inscription le : 24/08/2011
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Sam 15 Déc 2012 - 15:20

Gwëll, elle avait plein de cheveux, et du coup, il y avait plein de feuilles dedans. Elle ressemblait à une fée de la forêt, mais elle devait pas trop aimer, parce que les feuilles ça lui chatouillait les oreilles. Et en même temps, il regardait leurs sculptures, et il trouvait que quand même, ils étaient trop doués pour faire ça. Par contre, quand même, il pensait que le Dragon ça aurait été mieux avec la Dame. Mais elle, elle disait que le Phénix c’était mieux, parce que le Dragon, tout le monde le connaissait, et du coup c’était moins intéressant. Il sourit, et hocha la tête. Si elle le disait, c’est qu’elle devait avoir raison. Il savait pas trop, lui, il avait que 11 ans, alors il écoutait les plus grands.

Et même qu’il posa une dernière question, pour être sûr qu’ils allaient pas se faire disputer, et avant de répondre, sa fée le prit dans ses bras et posa un bisou sur sa joue. Un bisou tout doux, un bisou de maman fière. Et il était content, alors il sourit, comme l’enfant content qu’il était, comme l’enfant qui vient voir sa maman pour lui montrer son dessin, et qu’elle lui assure que c’est le plus beau, comme l’enfant qui vient demander une histoire, et que sa maman lui raconte en imitant la grosse voix du loup et la jolie voix de la princesse. De fée, elle devenait la gentille maman, des câlins et des bisous, des secrets et des histoires.

Et c’était sûr que le monsieur, il allait aimer ce qu’ils avaient fait dans les haies. Et ils riaient, et ils coururent vers le tas de feuilles. Si Gwëll fit une pirouette qui la fit tomber sur le dos, lui s’étala dans les feuilles en avant. Il se releva vite, cependant, parce que les grands avaient tendance à le gronder quand il jouait dans les feuilles, ou dans la boue, ou toute autre chose potentiellement salissante. Et ils riaient toujours, quand Gwëll attrapa son pied et se retrouva avec sa chaussure dans la main parce qu’il avait un sens de l’équilibre génial. Et ils riaient encore quand elle se releva, avec un air de méchant monstre un peu raté parce que ses yeux pétillaient de joie et que son sourire trahissait sa non-monstruosité.

Et ils riaient, quand elle le poursuivait en grognant, quand elle l’attrapait presque et qu’elle le laissait s’échapper de peu ; quand elle l’attrapait totalement dans ses câlins de maman, dont il n’arrivait pas à s’enfuir, jusqu’à ce qu’elle le lâche pour qu’ils continuent.

*

Finalement, au bout d’un moment qui lui avait semblé une éternité, ils finirent par se laisser retomber dans les feuilles, essoufflés, tout sales, mais heureux. Il lui lança un regard content, puis se rapprocha d’elle. Il s’assit en tailleur, et secoua la tête pour que les feuilles accrochées dans ses cheveux s’en aillent, et retroussa les manches de sa chemise trop longue ; c’était pas la même que celle du lac, c’était une que Amarilys lui avait donné, alors elle était trop grande, parce que tout les rêveurs étaient plus grands que lui. C'était pas grave, cela dit, il faisait avec. Il repensa soudain à ce que Gwëll lui avait dit.

- Il est gentil Duncan alors ? Si il connaît plein d'histoires, il l'est forcément, en fait ! Tu me le montreras un jour ?

C'était comme une évidence, pour lui ; si elle connaissait quelqu'un qui racontait des histoires, il fallait qu'elle lui présente. C'était sans doute le vieux sage, qui donnaient des trop bons conseils à travers des anecdotes secrètes qu'il fallait décrypter. Le vieux sage que même les méchants allaient voir, parce qu'il faisait pas de différence parce qu'il était bien au-dessus de tout ça, ça se trouvait. En fait, Juliet recommençait seulement à se rappeler de la raison qui l'avait poussé ici. Il était venue trouver une princesse, mais pour l'instant, il rencontrait juste les personnages qui allaient l'aider dans sa quête. Et il avait aussi rencontré un potentiel ennemi, même si ça l'avait un peu perturbé qu'à la fin il devienne gentil aussi. D'ailleurs.

- Gwëll, tu connais Einar ? C'est un chevalier, qu'à une épée, tu vois, et elle est trop belle même. Mais je sais pas si c'est un gentil. Tu sais, toi ?

Comme ça, il pourrait peut-être s'excuser, en plus. Mais c'était de sa faute, aussi, si il n'avait pas su le protéger des mensonges de leur probable ennemi. Alors il avait pas à s'excuser. Bon, il verrait.

- T'as encore des feuilles dans les cheveux, au fait, glissa-t-il, gentiment.



_______________


avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Sam 22 Déc 2012 - 17:02

    Et ils couraient, les feuilles volaient.
    Parfois, elle poussait un cri terrifiant qui, dans sa bouche ne semblait plus si effrayant que ça. Et alors, il accélérait et il criait aussi. Des fois, elle se prenait les pieds dans la racine, c'était fait exprès, pour sûr, mais certainement qu'il ne le savait pas, parce que vu de l'extérieur, on aurait pu croire qu'elle le faisait pas exprès du tout. Alors, elle s'étalait de tout son long dans les feuilles et ça faisait comme des éclaboussures, mais sans eau, avec juste des feuilles. Et le petit, ça le faisait rire.
    Et elle se relevait, et ça recommençait.

    La plupart des manèges, c'est connu, font tourner la tête. Mais celui là n'en était pas. Il faisait juste bien rire et puis de l'air, dans les cheveux.
    Alors, ils tournaient, ils tournaient plus vite que le monde, plus vite que le soleil. Il tournaient autant qu'ils pouvaient jusqu'à ce que le temps les arrête. Et ils riaient, ils riaient de ce qu'ils s'amusaient, de ces feuilles. Ils riaient de voir le temps dont ils se jouaient. Ils riaient de se voir rire.

    Et puis le temps trouva une faille, leur troua les poumons d'un point de coté brûlant.
    Ils se stoppèrent, se laissèrent tomber dans les feuilles, à bout de souffle, les joues rouges comme des pétales de coquelicots.
    Gwëll s'adossa au tronc noueux de l'arbre et Juliet s'assit en tailleurs en face d'elle. Il s'ébroua comme un petit chiot et il remonta ses manches. Il avait toujours des chemises beaucoup trop grandes, Juliet. Bon, d'un coté, il était vachement petit,donc ça devait pas être facile, de trouver sa taille, à moins de demander à un tailleur, mais ça, ça coûtait très cher, alors c'était pas une bonne idée.


    J'te le montrerai, Duncan, oui ! Faudra que tu viennes voir un de ses cours, si t'as le droit. Enfin, si t'as pas le droit, je suis sûr qu'il dira rien, il est pas pénible, pour ça. Je viendrai te chercher, si tu veux.


    Mais que pour un cours de légendes, parce que si c'était de la géographie, Juliet, il aimerait pas, et elle voulait pas qu'il s'ennuie à cause d'elle.
    Elle demanderait à Duncan, ce serait plus simple. Comme ça, elle irait le chercher, à Eoliane et ils suivraient le cours ensemble.


    Bien sûr que je le connais, il est à Teylus. Et son épée, c'est Beau... Baume... Bref, elle a un nom, oui. C'est vrai qu'elle est belle. En plus, il paraît qu'elle chante, quand Einar il combat les vilains, avec ! Et pis, Einar, tu trouveras pas plus gentil. Même, des fois, il est trop gentil, alors les vilains, ils sont méchants avec lui... Le pauvre.

    C'était vrai qu'il avait pas de chance, pour ça, parce que Lev, Elio, Cérys, le prof de combat et même le labyrinthe, ils s'acharnaient contre lui. À croire qu'être trop gentil, ça pouvait être dangereux.

    Mais, dis moi, comment ça se fait que tu connaisses Einar ?

    C'était possible que ce soit à Eoliane, qu'il l'ait vu, parce qu'Einar, il était super maladroit, aussi, il aurait très bien pu se faire tomber son épée sur le pied et aller se faire soigner là bas pour que personne le sache.
    Elle secoua sa tête et les feuilles lui tombèrent devant les yeux. Elle enleva aussi celles qui s'étaient piquée dans les mailles de son pull. C'était des belles feuilles, quand même, elle avait de la chance.


    Toi aussi, t'en as encore. T'en a même une qui est posée sur ton oreille !

    Elle prit une des bien rousses qui étaient devant elle, et puis une autre, dorée. Elle les tourna devant ses yeux pendant quelques secondes. Et puis, elle commença à en faire une couronne, en les accrochant ensemble. Ça ferait beau, c'était sûr.

    Dis, tu crois qu'elles font comment, pour devenir dorées, les feuilles, à l'automne ? C'est de la magie, tu penses ?

    Genre de la magie de Dame. Tous les automnes, pof, elle déciderait que le doré, c'est plus beau que le vert donc hop, changement, on repeint tout, c'est fait.
    Oh, oui, faisons une couronne de feuilles magiques de la Dame, on la portera, et on sera les rois du monde.


[I love you]


_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

avatar

Petit ange
Messages : 67
Inscription le : 24/08/2011
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Mer 20 Fév 2013 - 18:57

Gwëll lui disait qu'elle l'emmènerait voir Duncan, et Juliet lui sourit. Si il avait pas le droit, il ferait quand même mieux de pas y aller, mais c'était pas grave, il verrait bien. De toute façon, quand elle voudrait, elle viendrait le chercher et l'emmènerait avec elle. Il le savait, sans vraiment savoir comment il pouvait le savoir. C'était peut-être sa magie qui lui faisait comprendre ça. Parce qu'il ne fallait pas oublier que Gwëll était une fée avant toute autre chose. Il pensa aussi à Einar, parce qu'il avait pas été très très gentil à la fin, Juliet, alors il devait peut-être aller s'excuser. Dire qu'il avait pris peur, tout ça. Enfin peut-être pas : les Princes, ça devait pas avoir peur. Et elle le connaissait, et disait qu'il était gentil. Bon, ça devait être l'autre, le méchant alors.

- Son épée elle chante ?

Ça alors ! Une épée qui chantait, ça avait de quoi mettre des milliers d'étoiles dans les yeux de Juliet. Il aurait trop aimé avoir une épée qui chante, lui ! Ça devait faire bizarre quand même au début. Genre, surprendre, tout ça. Et puis elle devait sûrement pas être mises entre toutes les mains, vu qu'avant ça, il avait jamais entendu parler d'épées qui chantaient, alors qu'il connaissait plein plein d'histoires. Il pensa à sa petite épée de bois, laissée à Eoliane pour le moment. Son épée, elle chantait pas, mais bon, c'était pas non une vraie épée, donc c'était peut-être pour ça aussi.

- Et en plus elle a un nom ?

Son épée à lui, bah elle avait même pas de nom. Il réfléchissait à comment il pouvait bien la nommer quand elle lui demanda comment il connaissait Einar.

- Il m'a traité de Minotaure. Enfin, au début. Après il est devenu un Chevalier et on s'est battu contre le méchant. Mais à la fin le méchant il est devenu gentil, enfin je crois, j'ai pas tout compris, du coup je me suis sauvé.

Oui, c'était très clair dans sa tête. Après ça, il lui fit remarquer qu'elle avait encore des feuilles dans les cheveux, et elle lui rétorqua que lui aussi. Il baissa sa tête et frotta ses cheveux pour les enlever. Et effectivement, plusieurs feuilles dorés et rouges tombèrent de sa chevelure. Elles étaient toutes abîmées après ce traitement, mais il avait été obligé, sinon elle seraient restés accrochées dans ses cheveux, et lui ça l'aurait pas arrangé. Sauf si les feuilles elles avaient des pouvoirs magiques, bien sûr. Mais il était pas sûr que les feuilles puissent avoir des pouvoirs magiques, ou alors on avait omis de lui dire depuis un certain moment quand même. Il jeta un œil à ce que faisait Gwëll. Elle était en train d'accrocher des feuilles ensemble.

- Oui, c'est de la magie ! Tu vois, au printemps et en été, y a les fleurs qui sont toutes colorées, alors les feuilles peuvent rester vertes, c'est pas trop grave, parce que nos regards sont attirés par les couleurs des fleurs, tu vois, comme les insectes ? Mais comme en automne y a plus trop de feuilles, et bah elle deviennent dorées et rouges pour qu'il y ait encore plein de couleurs ! Mais en hiver, comme la nature elle a trop froid, bah c'est à nous de mettre des couleurs partout.

Bon, la référence aux insectes, c'était peut-être pas une très très bonne idée, mais tant pis. Il lui avait expliqué ça comme si c'était une vérité révélée depuis longtemps, et que tout le monde savait ça. Mais si elle savait pas ça, c'est que ça devait pas être si connu que ça, finalement.

- C'est ma tata qui m'a dit ça.

Il crut bon de le préciser. Parce que bon, il était pas né en sachant tout, non plus. Lui aussi, il devait apprendre des trucs, parce qu'être un Prince, ça vous faisait pas devenir beau, courageux et intelligent juste parce qu'on était Prince. D'ailleurs, dans certaines histoires, il y avait des Princes nuls. Il espérait ne pas faire partie de ceux là, ça aurait été la méga-loose en fait. Mais non, il le saurait sûrement déjà si il était comme ça, à la réflexion. Gwëll, déjà, elle l'aurait peut-être pas aidé comme ça et elle resterait pas avec lui si il était vilain.

Il regarda à nouveau sa fée, qui était en train de tortiller des feuilles. Il comprenait pas trop.

- Pourquoi tu fais ça aux feuilles ?

Il fallait qu'il lui demande, sinon ça allait trotter dans sa tête pendant longtemps. Elle lui expliqua rapidement, et il attrapa deux feuilles lui aussi, un sourire grand comme le monde aux lèvres.

- Dis, tu m'apprends ?



_______________


avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Jeu 28 Mar 2013 - 15:50

Dans ses mains, les feuilles se tortillaient. Elle choisissait les plus belles, celles qui avaient le plus belles couleurs, rouges, oranges, or et qui étaient pas abîmées. Et elle les tressait. Elle nouait les tiges entre elles, rajoutait des feuilles, pliait, tournait, lissait du plat de la main.

Enfin, c'est ce qu'on dit, moi, je l'ai jamais entendue... Mais je pense pas qu'elle chante des chansons comme on connaît parce que ça a pas vraiment de bouche, une épée...

Non, et puis, ça devait pas être facile de se concentrer, pendant un combat, si l'épée elle chantait. Surtout si elle chantait une chanson qu'on aimait bien, parce que dans ce cas, on préfère écouter que combattre, même si Gwëll elle préférait tout faire plutôt que de combattre. Enfin, quoique, peut être que ça pouvait déstabiliser l'ennemi, aussi ?
De toutes manières, elle pourrait pas en dire plus tant qu'elle avait rien vu. Et elle avait rien vu. Faudrait qu'elle demande au Teylus de lui montrer, parce que ça devait être drôlement amusant.


Oui, elle a un nom comme les épées dans les histoires, tu sais, les épées des héros. Et celles des grands roi ! La tienne, elle a un nom ?

Puis il lui raconta comment il avait rencontré Einar et c'était une histoire avec plein de rebondissements et Gwëll pensait que certainement, il pourrait écrire un livre dessus. D'ailleurs, il pourrait certainement écrire un livre sur tout, Juliet, tellement il avait d'imagination.
Et il avoua qu'il avait pas trop compris ce qui s'était passé et Gwëll fut contente parce qu'elle avait eu peur d'être la seule. Et elle aimait jamais être seule.

Ils s'enlevèrent ensemble les feuilles des cheveux et elle en récupéra une qui était super jolie pour la mettre sur sa couronne. Elle avançait bien et peut être même qu'elle pourrait en faire une autre comme ça, ils seraient deux rois et ils auraient des couronnes plus belles que celle de l'empereur même parce que celle de l'empereur, elle était même pas en feuilles d'automne.
Pis Juliet, il confirma. Les feuilles, c'était de la magie. Mais pas la Dame, il disait que c'était la Nature. Mais, en un sens, la Nature, c'était pas la Dame ? Enfin, le contraire, plutôt, la dame qui était la Nature aussi. Selon lui, les feuilles, elles étaient vertes parce qu'on les regardait pas, et puis, l'automne, elles devenaient dorées et rouges et oranges et jaunes pour que les arbres restent beaux même sans fleurs.
Gwëll, elle trouva que l'histoire du Prince, elle était mieux que la sienne, même si elle pensait que c'était pas la nature mais la Dame qui changeait tout ça, mais c'était pas grave, c'était pas grand chose.


Moi, si j'étais la Dame ou la Nature, je ferais des feuilles bleu clair et blanches en hiver, parce que ça réchaufferait un peu les arbres et puis qu'avec la neige, ça ferait super beau. On aurait peut être pu lui dire ?

Elle aurait eu plein de choses à lui dire, à la Dame, mais elle l'avait pas vu longtemps et, de toutes manières, elle savait pas encore, à l'époque. Et puis, certainement qu'elle y aurait même pas pensé, tellement elle était occupée à ce moment là. D'ailleurs, elle avait pensé à rien du tout.
Il lui dit que c'était sa Tata ours qui lui avait dit ça, mais elle voyait pas de quoi il voulait parler alors elle leva juste les yeux de ses mains pour le regarder et elle rajouta rien. Des fois, c'était plus simple, de faire semblant parce qu'on se noie un peu, dans les explications. Puis il regarda ses mains et il lui demanda ce qu'elle faisait.


Je fais une couronne, avec des feuilles, parce qu'elles brillent comme de l'or, comme ça, on sera des rois, les rois des jardins !

Il attrapa deux feuilles et il regarda encore ses mains. Puis il tourna très vite les siennes en bougeant tous les doigts. Gwëll sourit. Elle aussi, elle avait essayé comme ça, au début, mais ça marchait jamais alors ça lui avait pas plu.
Elle posa ce qu'elle avait déjà fait sur ses genoux, attrapa deux belles feuilles jaunes tachetées de rouge et elle prit les deux mains de Juliet dans les siennes.


Regarde bien, là, faut pas que tu fasses trop vite, sinon tu vas les froisser. Voilà, et là, tu tiens bien les tiges et tu serres fort avec les doigts pour pas que ça bouge puis tu en prends une autre et tu l'accroches plus loin, en tournant autour de ces tiges ci. Comme ça ! Et tu continues.

Elle lâcha ses mains et regarda un peu comment il faisait. Il s'en sortait pas trop mal, mais il peinait juste à un peu à enrouler les tiges entre elle. Mais c'était normal, c'était le plus dur. En plus, comme c'était un garçon, il devait pas savoir faire les tresses comme les filles alors c'était moins évident, du coup.

Tu vois, ça marche ! Maintenant, tu coinces le petit bout dans la tresse. C'est ça... Bien !

Puis elle se remit un peu à la sienne, en regardant quand même toujours le petit du coin de l'oeil, pour pouvoir l'aider si il y arrivait plus. Et elle la finit vite, parce qu'il lui restait plus grand chose, alors elle relia les deux bouts et elle rajouta un peu de feuilles tout le long pour que ce soit plus fourni.

Ton ton tonton, ton ton tonton, ton ton ton ton ton tonton !

Cérémonieusement, elle la mit au sommet de sa tête.
On dira que je sera le roi mais que je sera gentil.



_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

avatar

Petit ange
Messages : 67
Inscription le : 24/08/2011
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Lun 1 Avr 2013 - 1:32

Il écoutait Gwëll attentivement, chaque fois qu’elle parlait, mais il répondait pas tout le temps, parce que c’était pas forcément utile. Par exemple, quand elle lui demanda si il avait donné un nom à son épée, et que c’était pas le cas, bah il avait pas répondu. Alors il raconta juste comment il avait rencontré Einar. Il lui avait fait la version courte parce que la version longue, elle était vraiment longue, justement. Il aurait pu lui raconter en détail comment au début, ils savaient pas qu’ils étaient tous les deux gentils, puis comment il avait déclaré que Einar était un chevalier, et tous ses doutes par rapport au méchant-qui-devient-gentil, et tout ça …

Et puis elle lui demanda comment les feuilles elles faisaient pour devenir toutes dorées et rouges en automne, et il lui raconta l’histoire de sa tata, avec la nature et tout ça. Et elle, elle lui dit que si c’était elle qui choisissait, elle aurait fait des feuilles bleues claires et blanches en hiver. Oh, y avait des arbres qui avaient des feuilles blanches ! Il savait, parce que sa grand-mère elle en avait, des arbres avec des feuilles toutes blanches. Ou c’était des fleurs ? En tout cas, au printemps, y avait tout plein d’arbres tout blancs. Et même que c’était les cerisiers et les pommiers. Mais en tout cas, il avait jamais vu des feuilles bleues claires.

- Mais ça doit être bizarre non ? Les gens ils auraient pas l’habitude. Mais c’est vrai, avec la neige, ça doit être méga beau ! On aurait dû lui dire, mais elle aurait peut-être pas été d’accord ? Si c’est elle qui fait les couleurs, peut-être qu’elle aurait pas voulu ?

Mais finalement, il s’intéressa pas tellement à la réponse, parce que Gwëll elle faisait des trucs bizarres avec les feuilles. Elle faisait une couronne. Genre, une couronne de roi, et de reine, du coup, parce qu’elle était faite avec des feuilles dorées. Et d’abord, Roi des Jardins, comme titre, c’était trop bien. Et même que les jardiniers, si y en avait, allaient être trop jaloux, c’était sûr. Il les nommerait chevaliers des Rosiers, dans sa grande bonté. Mais lui aussi, il voulait faire une couronne, d’abord. Il observait les feuilles, en choisit deux très jolies et regarda Gwëll avec un grand sourire, pour qu’elle lui apprenne à faire une couronne. Alors elle en prit deux autres, attrapa les mains de Juliet qui lâcha ses feuilles et elle lui montra comment faire.

C’était dur, quand même, de bien entremêler les tiges entre elles. Il tirait la langue, sur le côté, bien concentré sur son travail. C’était pas aussi joli que quand Gwëll lui tenait les mains, mais il trouvait que c’était quand même pas trop mal. Sûr qu’avec un peu d’entraînement, il y arriverait super bien ! Alors il continua un peu, écoutant attentivement les conseils de sa fée, parce qu’elle savait faire les couronnes alors elle pouvait bien conseiller. Il ne regarda plus Gwëll, au bout d’un petit moment, bien absorbé par son travail. Il allait donner celle-là à sa fée, puis il en ferait une autre pour Amarylis, parce que c’était sûr que c’était une reine aussi, alors il lui fallait une jolie couronne. Oh, il pourrait demander à Gwëll d’en faire une pour Amarylis, en fait, ce serait plus joli.

Il fut un peu surpris en sentant la couronne sur sa tête. Pourtant, il avait entendu Gwëll s’approcher de lui et chantonner. Lorsqu’elle se releva, très dignement, il se leva à son tour, et s’inclina, en gardant la tête bien droite pour que la couronne tombe pas. Puis il éclata de rire. Parce qu’être digne comme ça, ça lui ressemblait pas beaucoup. Puis il se réinstalla et reprit sa couronne. Au bout d’un moment, il lui sembla que c’était presque fini, alors il regarda Gwëll.

- Comment on accroche les deux bouts ? J’arrive paaaas !

Il fallait pas qu’il s’énerve, quand même. Attendre patiemment qu’elle lui montre, et regarder attentivement, pour pouvoir refaire sa couronne après. Ou alors il pouvait lui demander directement, pour avoir la deuxième couronne maintenant. Ou ramasser des feuilles ? Il regarda Gwëll.

- Dis, tu m’aides à ramasser des feuilles ? J’veux faire une deuxième couronne après.

Il n'attendit pas sa réponse et se leva tout de suite, retenant la couronne de feuille qui menaçait de tomber.



_______________


avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   Jeu 11 Avr 2013 - 15:28

Le regard de Gwëll se perdait dans le lointain alors qu'elle pensait à toutes ces feuilles qui étaient tombées parce qu'elles étaient mortes et que c'était quand même super triste. Elle se dit qu'elle avait bien de la chance, de pas être une feuille, parce qu'elle tombait quand même souvent et que sinon, elle serait morte depuis longtemps alors qu'elle faisait jamais exprès de tomber, c'était normal, personne faisait jamais exprès, de toutes manières.

Elle prit une toute petite feuille dans sa main et elle trouva que vraiment, la vie avait du être courte pour elle, vu comment elle était petit et qu'elle avait même certainement pas pu grandir et voir le monde d'en haut et tout ça.
Elle en arriva à se demander ce que la feuille pouvait penser, là, dans sa main. Pas grand chose, sûrement, mais à coup sûr, elle était pas contente. Elle devait bien vouloir parcourir le monde, cette feuille là, se faire emporter par un grand coup de vent et voyager très loin et jamais revoir cet arbre et il devrait pas être triste parce qu'après tout, il en avait plein, des feuilles lui, alors que la feuille, elle en avait qu'un, d'arbre.
Puis elle se fit la réflexion que la feuille devait probablement plus penser, vu qu'elle était morte. Et ça lui fila un coup au moral. Parce que si elle avait été une feuille, elle aurait aimé pouvoir s'envoler découvrir le monde et certainement pas rester accrochée toute sa vie à un arbre et mourir en tombant.
Pas bien drôle, la vie de feuille.

Tout en pensant, elle avait tressé ses feuilles et elle était arrivée à la bonne longueur.
Donc elle s'arrêta, parce que si elle continuait, ce serait trop grand et ça tiendrait pas sur la tête. Elle noua les deux extrémités en sentant ses pensées s'envoler vers les grands troncs.
Elle fit un effort pour revenir à elle et elle posa la couronne sur la tête de son Prince en chantant la musique de la chanson des rois. Parce que Juliet, c'était un prince donc il finirait bien par devenir roi, fallait bien qu'il la connaisse, celle là, c'était pour son avenir. Et en plus, elle était belle.

Et Juliet, il était content, de s'entraîner à être roi, alors il se leva pour saluer et il salua. D'ailleurs, il se débrouillait très bien et elle pouvait presque entendre la foule applaudir sauf qu'il y avait que des feuilles et que c'était le vent qui faisait du bruit en soufflant dedans.
Puis il rit, parce que c'était que pour jouer et elle aussi parce que c'était amusant de rire, même sans savoir pourquoi. Surtout sans savoir pourquoi, d'ailleurs.

Puis il se rassit et il prit ses petits yeux concentrés pour se remettre à l'ouvrage. Comme il était super concentré, du coup, elle voulait pas le déranger. Elle se retourna vers l'arbre et le tas de feuilles qu'ils avaient fait en dessous et elle décida qu'elle voulait trouver la plus grande feuille, parce que ce serait la plus vieille et donc la plus sage et qu'elle serait certainement ridée. Et puis parce que ça l'occupait, aussi et que c'était moins triste que les bébés feuilles parce que ça, c'était quand même trop horrible.
Par contre, au début, elle avait pas trop réfléchi alors elle avait pas pensé que, dans le tas de feuilles, il y en avait des tas, de feuilles. Et elles avaient toutes l'air énormes et pas une seule n'était ridée.

Juliet l'appela et elle fit volte face. C'était tant mieux, qu'il aie besoin d'elle, parce qu'elle même ne savait plus trop où elle en était, à vrai dire. Elle lâcha ses grandes feuilles dans le tas de feuilles, de toutes manières, elles était toutes aussi grandes les unes que les autres, donc elle en avait pas de plus grande.
Il lui tendit son début de couronne et elle trouva qu'il s'était vachement bien débrouillé, même si, elle savait pas trop quoi lui semblait bizarre, dedans. Mais c'était certainement une impression et ça partirait quand elle serait finie. Gwëll noua les bouts et lui tendit.
Il lui posa, à son tour, sur la tête et là, elle comprit où était le soucis. Parce que c'était sa première, alors il devait pas savoir que si c'est trop long, ça marche pas. Elle se redressa et la releva sur son front. Comme ça, c'était mieux, au moins, elle pouvait voir un peu ce qui se passait.

D'ailleurs, elle eut juste le temps de le voir se jeter dans le tas de feuilles en lui demandant de l'aide pour une deuxième. Mais elle vit aussi le jardinier en chef arriver de l'autre coté de son champ de vision et il avait l'air sacrément pas content en regardant leur super sculpture sur haie.
Alors Gwëll jeta un vague coup d’œil alentour et il y avait personne. Elle attrapa Juliet et sauta dans le buisson le plus proche.


Pssst, regarde, le monsieur, là, c'est le jardinier, je crois qu'il aime pas ce qu'on a fait... J'pense qu'on devrait fuir très vite parce qu'on est seuls alors il va directement savoir que c'est nous...

Elle avait chuchoté parce que, même si il était loin, tout le monde disait toujours qu'il entendait super bien et qu'elle voulait pas sa faire gronder.

Bon, je cours par là et toi par là ?

Il hocha la tête, très sérieusement. Elle remit bien sa couronne de roi de la fuite et lui serra bien fort la main comme si il partait très loin et pour très longtemps. Ça faisait très Prince, ça.

Un, deux... Trois !

Et ils détallèrent dans la nature, drapés dans leurs enfantillages.


[Fini I love you]


_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]   



 
Peignons les roses en rouge ! La reine les veut rouges ! o/ [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Peignons la rose en rouge. ft. Loras Tyrell
» Anastasia Redheart (la reine rouge - Wonderland) [réservée]
» La Reine de Coeur
» ANASTASIA? votre véritable reine de coeur
» Les Thermes Magmatiques de la Reine Rouge.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: L'enceinte de l'Académie :: Les jardins-