Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteSchtroumpf is back. [Inachevé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Schtroumpf is back. [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprenti Marchombre
Messages : 153
Inscription le : 05/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://robin-du-cle.skyrock.com/
MessageSujet: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Lun 11 Juin 2012 - 15:26

Lorek se figea une seconde devant les portes épaisses de la salle de méditation.

Tant d'eau avait coulé sous tant de ponts depuis la première fois qu'il était entré ici !

Ce souvenir était profondément marqué dans sa mémoire.
Souvenir du premier jour d'une nouvelle vie, mais aussi et surtout souvenir de sa rencontre de celle qui fût et demeure sa seule amie.
Quand il avait débarqué pour la première fois dans l'imposante salle de méditation marchombre de l'Académie, c'était a la base pour méditer. Il ne se doutait absolument pas qu'une espèce de décérébrée allait faire faire son entrée en hurlant, dans la salle comme dans sa vie.
Avec Ichel, il avait connu les heures les plus sombres de cet incroyable établissement qu'il venait de rejoindre, nouant dans les entrailles du bâtiment une amitié riche qui l'avait porté tout son temps a l'académie.
Puis, l'heure du combat contre le chaos avait sonné. Déjà très attaché a l'Académie et a ses membres, Lorek fonça tête baissée sur le champ de bataille, se battant avec fougue et courage contre les envahisseurs.
Hélas, il s'était surestimé. Il fut blessé au combat, et, désespéré par une telle preuve de faiblesse de sa part, il avait préféré fuir les lieux plutôt que de regarder la réalité en face.
Il était retourné a sa vie "d'avant", qui pourrait presque être qualifiée de sauvage.
Longtemps, les regrets le tourmentèrent. Mais il avait honte, et il se sentait incapable de l'affronter.
Ainsi crut-il terminer son histoire avec l'Académie.

Jusqu’à ce qu'un jour...

Alors qu'il chapardait sur les marchés comme il l'avait toujours fait pour subsister a ses besoins, il revit un visage qui lui était familier. Ichel l'avait vu, et pire, reconnu.
Ne voulant pas avoir a rendre des comptes a son passé, il s'engagea dans une course poursuite a travers Al Poll, qui, bien contre son gré, laissa l'avantage a la jeune Marchombre.
Déboussolé, il ne put que sombrer en larmes a la vue de son amie, en s'excusant mille fois de sa lacheté et de sa faiblesse. il ne se considérait plus comme membre de l'Académie.
Mais il découvrit avec stupeur (et une certaine douleur, Ichel était parfois très... spontanée) la stupidité de son désespoir. Si a ses yeux il avait été déchu, il n'en était rien de l'autre coté des hauts murs de l'école. Aussi, Ichel l'avait invité a revenir, ce qu'il ne fit qu'au bout d'un mois.

Et maintenant, il était la, devant l'épaisse porte, et il hésitait a entrer. Pourrait-il effectivement reprendre sa vie d'avant ? S'il n'en était pas sur, il avait la ferme conviction qu'il ferait son possible. Il avait légèrement vieilli, ce qui faisait de lui un des plus vieux des élèves. Toutefois, la voie Marchombre n'avait, a ce qu'on en disait, pas d'âge requis pour être parcourue. Il espérait juste qu'Arro, son maître si haut en couleurs, accepterai de le reprendre.
le souci était en fait ici: il ne savait affreusement pas comment revenir vers ses proches. il était évident, aux dires d'Ichel, que personne ne l'aurait rejeté, toutefois sa timidité naturelle l'avait emporté.
Alors, la semaine dernière, il s'était résolu. Il allait rester ici a méditer, et le destin finirait surement par se manifester.
Il allait repartir de la ou tout avait commencé.

Lorek pris une inspiration, regardant ses pieds, puis poussa la porte.

La salle était toujours aussi resplendissante, avec sa vue si particulière sur la région. Il semblait que quel que soit le moment de la journée ou la météo, les vitres de la tour sublimaient en tout points le paysage. Il jeta un oeuil aux murs, parés de mille poèmes marchombres écrits par les élèves et les professeurs d'hier et d'aujourd'hui. Peut être même ceux de demain ? Qui sait, ce lieu était réellement unique.
Quelques jeunes élèves étaient assis soit a même le sol, soit sur des coussins, parfois silencieux, parfois murmurant en remuant a peine les lèvres des préceptes qui leur avaient été inculqués.
Lorek sourit a leur vue. Il était certes plus âgé qu'eux, mais au final ils étaient pareils: marchants sur la voie.

Ébahi par ce lieu qui autre fois lui avait été familier, et tout en scrutant le plafond ouvragé, il s'assit en tailleur. Puis, il ferma les yeux, posant ses mains retournées sur ses genoux, et fit ce qu'il savait faire de mieux.

Provoquer le hasard.

avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Ven 15 Juin 2012 - 22:13

Ichel avait eu rendez-vous dès le matin avec Arro pour une petite séance de gestuelle marchombre, simplement. Depuis qu'il lui avait dévoilé où ils allaient se rendre dans quelques temps, il ne la ménageait pas. Les entraînements s'enchaînaient sans qu'elle ne puisse souffler un seul instant. Courses, tir à l'arc, confection de ce dernier, entrainements aux dagues, à mains nues et encore pleins d'autres déclinements d'armes. Ils n'arrêtaient plus. L'apprentie ne se plaignait pas, bien au contraire, elle voulait être prête à cent pour cents pour le moment venu. Mais étrangement, cette matinée-ci semblait plutôt calme comparée aux autres. La séance de gestuelle se passa tranquillement, dans le silence qui était habituellement de mise. La kaelem s'était toutefois demandé pourquoi il lui infligeait une journée aussi détendue, car ils passèrent presque deux bonnes heures à cet exercice. Deux bonnes heures ! Elle aurait pu les perdre en confectionnant son arc par exemple, mais non. Cette journée-ci était signe de tranquillité, rien ne semblait venir troubler le silence de leur méditation. D'ailleurs en parlant de méditation, ils avaient rendez-vous dans le début d'après-midi dans la salle qui portait ce nom. Qu'avait-il aujourd'hui avec la méditation ? Ichel voulait s'entraîner à présent qu'elle ne souffrait plus du dernier duel qu'il lui avait imposé.
Mais elle avait rendez-vous avec lui dans le début de l'après-midi dans la salle de méditation. Pour le moment, elle était à l'extérieur avec Oeil-de-Tigre, et ayant quelques heures devant elle, elle comptait bien s'entraîner un peu. Elle avait embarqué ses précieuses dagues qui n'avaient à présent plus aucun secrets pour elle et se dirigeait dans la salle d'armes. Lorsque la kaelem passa le pas de porte, elle se rendit compte qu'elle n'était pas seule dans la salle, outre son aigle. Un élève de la maison aequor, d'après sa bague, se débattait avec un sac de frappe. Il se débouillait bien, pour un aequor. Oh non, elle n'avait pas de préjugés, car elle connaissait un ou deux aequors qui savait se débrouiller bien mieux que certains kaelems, mais il fallait avouer que les discrets bleus étaient moins combattants aguerris que certains verts ou rouges. Mais bon, Ichel n'avait jamais réellement pris attention aux maisons qui séparaient les élèves. Elle ne prêtait pas attention à cette différence, même si parfois elle étranglerait bien certains teylus, mais cela était normal entre ces deux maisons-ci. Leur petite guerre était devenue habituelle même si en réalité c'était bien les teylus qui croyaient qu'il y en avait vraiment une. Mais bon, ce n'est pas le sujet de ce jour.
Pour l'heure, elle avait simplement envie de user les lames de ses dagues. Elle alla donc chercher un mannequin de bois qu'elle installa au fond de la salle. La distance n'était pas extraordinaire, mais les élèves n'avaient pas le droit de sortir le matériel sans autorisation et là, elle n'avait pas le temps d'aller à la recherche du maître d'armes dans toute l'Académie. La marchombre se plaça à l'autre bout de la salle et vérifia qu'il n'y avait personne susceptible de traverser la salle à ce moment précis. L'aequor était toujours occupé avec son sac de frappe et Oeil-de-Tigre lissait ses plumes posé sur un banc au loin. Personne en vue, elle pouvait y aller.
Fermant les yeux, elle tenta de percevoir quelque chose. L'intérieur d'un bâtiment n'était pas la même chose que l'extérieur. Au dehors, des millions de sons et d'odeurs troublaient les sens, l'espace était beaucoup plus aéré. Au dedans, les murs ralentissaient les bruits et autres. Ce n'était pas la même sensation. Et un mannequin ne bougeait pas au contraire d'un être vivant. Il n'y avait donc aucun moyen de savoir où il se trouvait à part la vue. Elle rouvrit donc les yeux et fixa sa cible avant de se tourner et de lancer sa dague de dos. Le choc qu'elle perçut lui annonça que la lame avait atteint quelque chose. Aucun cri, au moins elle n'avait touché personne. Se retournant afin de voir la destination atteinte, elle fut surprise de découvrir qu'elle avait mis dans le mille. Ca devait être un coup de chance, elle avait tout de même tiré de dos. A moins qu'elle soit particulièrement douée une dague à la main. Il était vrai que c'était une de ses armes de prédilection, mais bon. Le tir à l'arc était un cauchemar pour elle il y avait une bonne semaine et Arro lui avait fait découvrir le magnifique art qu'était celui des flèches, à présent il lui arrivait même d'avoir hâte d'utiliser un arc. Donc, ce n'était pas impossible qu'elle ne trouve plus aucun attrait aux lames qu'elle aimait tant.
La deuxième lame venait d'être lancée. Gagné. Il était vrai que cela faisait depuis longtemps qu'elle pratiquait le lancer de dague, elle ne pouvait plus réellement apprendre dans ce domaine-ci. Mais il y avait le tir à l'arc où elle ne pouvait que progresser, elle ne savait non plus pas se servir d'une longue lame. Elle préférait le corps à corps que les coups au loin, l'arc n'était donc pas une arme qu'elle utilisait, jusqu'à maintenant. Les longues armes non plus et elle doutait un jour s'en servir. Corps à corps.
Plusieurs lancés s'écoulèrent. Elle allait reprendre ses lames, les relançaient, les recherchait, visait, encore et encore. Ca n'en finissait plus. Le dernier choc retentit.
Se dirigeant afin de récupérer ses lames, elle observa l'aequor sous toutes les coutures. Après réflexions, il ne paraissait pas si frêle que ça. Ichel aurait voulu lui demander s'il voulait faire un petit duel, mais Oeil-de-Tigre lui rappela ses obligations. Il était l'heure. Sans s'en rendre compte, elle était restée plus longtemps que prévu sur les toits avec son aigle. Il fallait dire qu'il lui volait son temps cet oiseau, jamais elle voyait le temps s'écouler. Mais jamais elle ne le détesterait, il était bien trop précieux à ses yeux. Trop de souvenirs se rattachaient à ce simple rapace.

Il était donc l'heure pour elle de se dépêcher d'aller rejoindre son maître. Elle rejoignit la tour marchombre à une vitesse ahurissante, Oeil-de-Tigre sur ses talons. Elle déboula devant la tour et commença à la grimper, quelques minutes plus tard elle entrait dans la salle marchombre. Elle sourit soudain, se souvenant du premier jour où elle s'était confrontée aux remparts de la tour. Arro avait survolé les pierres et s'était retrouvé en haut sans que sa nouvelle apprentie ait pu dire un seul mot. Elle, elle avait pris plusieurs bonnes minutes pour se faire aux aspérités des pierres froides. Tout ça lui semblait à présent bien trop loin. Elle avait l'impression d'avoir toujours été l'apprentie du musicien.
Ses pensées nostalgiques se stoppèrent dès qu'elle vit le foulard coloré de son maître dépasser la fenêtre.


- Eh bien, on s'est presque battu pour la fenêtre !!

Ichel lui offrit un sourire et commença à marcher à ses côtés en direction de la salle de méditation. Elle ne put s'empêcher de lui poser la question qui trottait sur ses lèvres depuis le début de la journée.

- Pourquoi une journée aussi tranquille ?

Il ne parut pas comprendre et elle enchaîna son discours en chuchotant tout en pénétrant dans la salle de méditation.

- Enfin, je veux dire... Le contraste est tout de même énorme comparé à hier, je me posais simplement la question sur le...

Ce ne fut même pas le silence qui était de mise qui la fit se taire, ce n'était même pas les regards des autres marchombres présents qui l'empêchait de continuer. C'était bien plus troublant que cela. Quelque chose de bien plus important qu'un quelconque silence de méditation. Une peau bleue se détachait des personnes présentes, une peau que personne ne possédait à part un seul aequor. Lorek. Elle l'avait revu dans le marché d'Al-Poll, lui avait sauté dessus comme une folle après avoir couru après lui. Il avait paru si gêné, il avait pleuré. Jamais elle n'oublierait ces larmes. Il était son ami, un de ceux qui comptaient le plus pour elle.
Lorek l'avait vu, mais il ne la fixait pas. Il fixait la grande silhouette qui se dressait derrière elle. Arro. L'aequor avait disparut durant plusieurs mois sans donner de nouvelles. Comment allait réagir leur maître ?
La kaelem n'osait bouger. Elle était tiraillée entre son envie de se jeter au cou de son ami - car il fallait le dire, elle lui avait ordonné de revenir mais il avait attendu un mois entier ce scélérat !! - et le sentiment qu'elle devait le laisser avec Arro. Elle ne savait pas quoi faire.
Elle regarda son maître, puis fit un clin d'oeil rassurant à Lorek qui paraissait redouter la décision du musicien.
Qu'allait faire ce dernier ?






[ Pour de bon, c'est vrai ?? (mp si problème, bien sûr Wink ) ]


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Maître Marchombre
...Je crois?
Messages : 1301
Inscription le : 17/04/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Sam 16 Juin 2012 - 18:46

Arro était devenue un tyran. Il entraînait sans relâche Ichel depuis quelques jours. Le marchombre alternait entre combat, tir, gestuel marchombre et confection de l'arc. Il la laissait à chaque fois en sueur, avec quelques bleus ici et là. Mais ce jour-là, il avait décidé qu'ils se reposeraient un peu. Non pas qu'il ne ferait pas d'entrainement, mais juste des choses calmes et méditer un peu, parler de l'histoire de la guilde, la forcer à réfléchir et peut-être philosopher sur différent sujet. De la dépense intellectuel, c'est autant important que l'entrainement physique. En tout cas, ce matin, ce fut assez calme. L'homme entama une gestuel marchombre avec la Kaelem, tout en douceur, accélérant quelques fois, mais cela resta facile et peu fatiguant. La gestuelle lui faisait du bien, travaillant un peu son corps, cela lui offrait un calme profond et ses idées restaient claires.
Pendant ce temps, l'homme réfléchissait, il pensait aux derniers évènements de sa vie. Il s'était peut-être trop attaché à l'Académie. Par fois l'homme se sentait l'envie de partir, de voyager, de voir le monde ! Cela aurait été tellement génial de pouvoir faire découvrir des merveilles à Ichel et même a Kushumaï. Il aimerait tellement qu'elle se réveille un jour de son long coma. Pendant un moment son coeur se sera en pensant à sa femme. Arro se reprit doucement. Puis il divagua sur l'après-midi qu'il avait préparé. Au début, il aurait voulu faire une méditation dans le jardin, voir près de la fontaine, mais ces lieux devenaient une véritable fourmilière dès que midi était passé. Il avait aussi pensé à la cascade, mais le bruit de la chute, bien qu'agréable, serait trop bruyant pour une quelconque réflexion profonde. Alors, il lui restait un seul endroit où les deux personnes seraient tranquille pour travailler leurs pensées. Mais cela ne plaisait pas au Marchombre, vraiment pas, pour plusieurs raisons.
La première venait du fait que la salle de méditation était une pièce qui avait connu bon nombre d'échec scolaire d'Arro. Quand il n'était qu'un apprenti, l'homme était une tête brulé, les combats autour de lui fusaient et il se retrouvait bien souvent à l'infirmerie. Ses voyages chez la rêveuse étaient si réguliers qu'il avait un lit attitré. Heureusement, après pas mal de coups, de blessures et de réflexion, le marchombre s'était calmé et avait appris à réfléchir. Cette salle lui rappelait ce moment de sa vie un peu honteux et il n'aimait pas ressassé ses erreurs. Une des autres raisons qui le poussaient à ne pas utiliser cette salle était l'implacable ambiance de travail et de sérieux qui imprégnait l'endroit. Arro détestait ça. Certes méditer était un art sérieux, mais a-t-on besoin d'autant de silence et de concentration ? Lui ne pensait pas comme ça, il trouvait que discuter durant la méditation offrait un plus, on pouvait mieux comprendre son interlocuteur et on réfléchissait beaucoup plus sur ce qu'on allait dire.
L'entraînement matinal était bientôt terminé. Le jeune homme termina la gestuelle par une dernière accélération. Puis le maître et l'élève se séparèrent pour vaquer à leurs occupations. Arro voulu se détendre en allant faire un peu de tir à l'arc. L'homme s'en alla donc vers le clos d'entrainement. Des jeunes s'entraînaient déjà sur une cible, l'un deux se vantaient de ses prouesses en montrant une cible criblé de quatre flèches, presque toutes dans le centre.. Le marchombre ne tint pas compte de ces élèves prétentieux et se prépara une cible. La bande de gamin le regarda avec attention, chuchotèrent des mots puis partir dans un fou rire. Cela exaspéra notre héros, mais il ferma son esprit aux sarcasmes muets des blanc-becs. Il sortit son arc, se mit en position et souffla. Il aimait prendre son temps. Écouter les sons ambiants, le bruit du bois qui se courbait, du fil qui se tendait, des flèches qui sifflaient dans le vent... Attend ? Des flèches ? Arro n'avait pas encore laché la corde... C'était un des élèves, qui avait tiré dans sa cible, le trait était planté non loin du centre encore. Le groupe pouffait de rire face à l'expression de surprise du maître marchombre. Il voulait jouer ? L'homme allait leur faire comprendre qu'il ne fallait pas l'emmerder quand il essayait de se détendre. De nouveau, le marchombre tendit son arc. D'un mouvement rapide, l'homme tira sept flèches. Cinq pour la cible des élèves. Quatre d'entre elles se plantèrent à l'endroit exact où celles du groupe s'étaient placées. La dernière trouva un logement en plein centre. Les deux traits restant filèrent vers la cible d'Arro, l'une se fichant dans celle du gringalet et l'autre dans le milieu. Les élèves étaient soufflés, se rendant soudainement compte de leur stupidité, ils ramassèrent leurs affaires et s'en allèrent dans un chaos propre à la peur et l'étonnement. Il était enfin seul. Récupérant ses propres traits, l'homme s'éloigna de la cible et recommença ses mouvements lents et précis. La solitude lui faisait plaisir. Le temps passa, le marchombre tirait calmement. On pouvait entendre régulièrement le son mat d'une flèche qui se plante dans de la paille. Après plusieurs heures à tirer, l'homme rangea ses affaires et s'en alla.
Arro partit vers la tour marchombre, sans vraiment se presser. Lorsqu'il arriva au pied, il la contempla. Elle était quasiment lisse, une autre preuve que l'Académie n'était surement pas juste l'oeuvre d'un architecte brillant. Doucement le maître posa une main sur le mur, frottant la surface douce des pierres et attrapa la première prise. Il se hissa, appréciant le contact avec la paroie. Avec un certain plaisir, il accéléra, jouant un peu avec la gravité, glissant sur le mur, tel un lézard. Enfin il atteint la fenêtre et passa dans l'ouverture. C'est exactement à cet endroit qu'il retrouva Ichel. Elle l'attendait et lui lança une boutade. Tout deux s'en allèrent vers la salle de méditation et pendant leur marche, la Kaelem lui posa une question. Arro ne comprit pas exactement ce qu'elle demandait. Elle allait s'expliquer quand ils entrèrent dans la salle. Mais elle ne finit pas sa phrase et resta bloquée, tout comme son maître. Les deux regards volèrent vers un homme à la peau bleue. Lorek était là... Le deuxième apprenti de l'homme. Après plusieurs minutes de contemplation, Arro se mit à bouger, marchant silencieusement en direction du déserteur. Il le regarda droit dans les yeux, avec un regard aussi froid qu'il le pouvait. Sa voix, habituellement chaude et douce, s'était fait glaciale et cassante.


-Alors, tu es revenu. As-tu accepté tes défauts, tes faiblesses et tes défaites ?

Ce n'était qu'un murmure, mais ses mots étaient comme des lames lancées sur l'Aequor. Puis le maître marchombre continua.

-Et je suppose que tu espères que je te reprenne ? C'est ça ? Non mais tu me prends pour qui ? Pourquoi j'accepterais ton retour alors que tu as fuis ?

L'homme cherchait délibérément à blesser le jeune garçon. Il voyait le regard d'incompréhension qu'il lui donnait. Il se retourna, laissant Lorek mariner dans son jus. Arro réfléchissait à toute vitesse, cherchant un moyen de surprendre l'Aequor. Tellement absorber dans sa recherche qu'il n'avait pas remarqué que la salle s'était vidé, personne ne voulait participer à une dispute. Il ne vit pas non plus la moue désapprobatrice d'Ichel. Puis tilt, il avait une idée, mais machiavélique comme idée. Gardant son rythme de marche, il passa à côté de la Kaelem et lui fit un clin d'oeil pour la rassurer. Arro s'en fut de la salle et disparut par une fenêtre. L'homme prit place sur le mur et contourna la tour pour se retrouver juste au niveau de l'ouverture de la salle de méditation. Il jeta un regard à l'intérieur. Bien, les deux apprentis discutaient ensemble, Lorek lui tournait le dos. Parfait parfait. Le marchombre défit son écharpe d'une main, crochetant le rebord de l'autre. Il accrocha un grappin au tissu et avec une extrême dextérité le lança dans la pièce.
L'étoffe s'approcha de l'Aequor et par un mouvement précis du maître, s'enroula autour du torse de l'élève, le grappin finit la boucle en s'accrochant au tissu.. Arro tira de toutes ses forces. Et ce qu'il avait prévu arriva, l'homme bleu fut entrainé par l'écharpe et chuta par la fenêtre. Le maître se prépara au choc et offrit un petit sourire machiavélique à Lorek qui ne semblait pas vraiment comprendre ce qu'il lui arrivait. Lorsque le corps du jeune garçon s'arrêta, Arro tint bon, sa main glissa légerement, il se reprit et regarda son apprenti droit dans les yeux.


-Maintenant jeune imbécile tu vas m'écouter. Tu vas me promettre de ne plus jamais t'enfuir ! Jamais. Un marchombre ne fuit pas ses problèmes ! Il apprend à vivre avec ses échecs et il s'entraîne pour ne plus en avoir !

L'homme raffermit sa prise sur l'écharpe qui commençait à lui glisser des mains.

-Tu m'a affreusement déçu, ton attitude n'était pas digne d'un jeune homme aussi prometteur que toi ! Mais je savais que tu reviendrais. Tu es assez intelligent pour ça.

Arro avait les deux bras tendus au maximum. Il sentait ses muscles le tirer un peu.

-Alors, je vais te faire une proposition. Si tu reviens, je récupérerais les mois que tu as perdus en entrainement et je ne serais pas clément. Si tu décides de partir, alors je te lâche et tu seras libre pour l'éternité. Tu as le choix.

Les yeux verts du maître fixaient son apprenti, pendu au bout d'une écharpe bleu et rouge.


_______________
Arro Skil'Liches / Silind Frandrich / XDieu / Tarus Tal'Oursian / Lyuuna Sil'Celim
avatar

Apprenti Marchombre
Messages : 153
Inscription le : 05/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://robin-du-cle.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Lun 25 Juin 2012 - 0:14

De fait, en y repensant plus tard, Lorek n'avait absolument pas imaginé que ses retrouvailles avec le coloré Arro se dérouleraient de la sorte.
Il se doutait intérieurement que l'homme ne l'acceuillerait pas a bras ouverts. Cela l'attristait, mais il était lucide. Sa couardise était réelle, et absolument pas digne d'un Marchombre. Toutefois, après l'émouvant retour d'Ichel dans sa vie, il s'attendait a mieux.
Il était a peu près impossible de décrire avec exactitude les faits, tant ils furent rapides. Toutefois, Lorek se rappellait les choses a peu près dans cet ordre.

Il méditait, donc calmement. Il s'était attendu a la possible arrivée de son amie Ichel, il ne s'était par conséquent pas enfoncé trop profondément dans son esprit. Mais les mots de son maître, qu'il n'avait pas entendu arriver, le sortirent de ses pensées plus rapidement qu'une armée d'Ichel jouant de la trompe de brume en jonglant.
Pour le déchirer.


-Alors, tu es revenu. As-tu accepté tes défauts, tes faiblesses et tes défaites ?
Et je suppose que tu espères que je te reprenne ? C'est ça ? Non mais tu me prends pour qui ? Pourquoi j'accepterais ton retour alors que tu as fuis ?

Et bien non. Il n'avait rien oublié de l'incroyable sensation de faiblesse qui l'avait envahi lorsque, blessé, il avait dû fuir le champ de bataille qu'était devenue l'Académie, puis de la honte horrible qui l'avait envahi quand il s'était rendu compte de ses erreurs. Il n'esperait pas le pardon, il allait sans doute devoir vivre avec. C'était ainsi. Les mots de son maître le blessaient. Supporter n'était pas accepter. Et Arro savait pertinnement que Lorek serait marqué pour une très longue période.
Et au lieu de lui proposer son aide, le maître le rejettais. Lorek avait compté sur l'humanité d'Arro.
Il savait ses crimes impardonnables, lui même ne se les pardonnait pas.
Mais il croyait Arro différent. Il croyait que le flûtiste ne poserait pas de questions, passant outre les faiblesses de son apprenti.
Tant pis.
Il garda les épaules les plus droites possibles. Il était hors de question de montrer a cet... homme qu'il ne considérait deja presque plus comme tel ô combien ses mots l'avait démonté. Les mots d'Arro n'étaient pas seulements blessants, ils étaient cruels. Ils avaient pour but de blesser, Lorek le savait. Et il ne pouvait le tolérer.
Il ne voulait pas se battre avec son ancien maître. Il n'y avait plus d'enjeu.
Il se leva, aussi digne qu'il pouvait encore tenter de l'être.
Lorek jeta un regard lourd de reproches a Ichel.
A quoi avaient servis ses beaux mots ? Ces promesses, elles n'étaient qu'Utopies. Si même elle lui mentait, son monde n'avait pas fini de s'écrouler sous ses pieds. Mais Lorek lut dans ses yeux de l'incompréhension. L'information fut rangée dans un coin de son esprit, pour l'instant ignorée. A l'heure qu'il était, il en voulait a la terre entière.
Arro s'éloigna.
Les deux adolescents se regardèrent, sans rien dire. Lorek jeta ses yeux dans ceux de son amie. Il soutiendrait son regard. Il ne voulait plus jamais la voir, autant que le dernier regard qu'il lui jetterait soit le plus marquant possible

*Voit. Voit la blessure de tes mensonges. Je te hais, Ichel Calwin. Tu m'as menti, toi, et ce monde que je croyais si bon. Vous avez prétendu panser des blessures dans lesquelles vous n'avez que mis du sel. Je vous hais. Je te hais.*
Il allait se retourner, laissant Ichel seule, quand il se sentit violamment trainé en arrière. Il eût juste le temps de jeter un oeuil a ce qui l'enserrait, avant de se retrouver suspendu au dessus du vide par une écharpe qu'il ne connaissait que trop bien. Et au bout, la tenant d'un bras musclé et tendu, son propriétaire détesté.
Arro.
Si le regard qu'il avait jeté a Ichel aurait pu faire fondre l'Arche, celui qu'il jeta a Arro fut plus glacial que la chaîne du Poll. Ce n'était pas de la colère, c'était la force infinie et froide de la haine pure.


-Maintenant jeune imbécile tu vas m'écouter. Tu vas me promettre de ne plus jamais t'enfuir ! Jamais. Un marchombre ne fuit pas ses problèmes ! Il apprend à vivre avec ses échecs et il s'entraîne pour ne plus en avoir !
Tu m'a affreusement déçu, ton attitude n'était pas digne d'un jeune homme aussi prometteur que toi ! Mais je savais que tu reviendrais. Tu es assez intelligent pour ça.

Les lames qu'étaient les mots d'Arro ne le touchaient même plus. Rien ne pouvait plus transpecer la charpie qu'il était. L'insulte était pourtant claire, et la déception du maître plus que percetible. Ses propos n'étaient même pas fondés: Lorek n'avait pas chômé une seconde durant son exil. Il avait était au contraire plus dur que jamais avec lui même et son corps, comme pour se punir de ses erreurs.
Mais les derniers mots d'Arro perdirent le jeune homme bleu.
Jusqu'alors, il n'avait vu que cruauté dans les gestes d'Arro. Il le chassait.
Mais, Lorek s'était trompé.
Arro croyais en lui. Il avait assez d'estime en son apprenti pour le croire capable de revenir malgré l'affront qu'il avait fait a la Voie. Et il jugeait même ce retour intelligent.
Lorek baissa les yeux. La force froide a l'intérieur disparut pour laisser place au néant le plus total. C'en était trop, Le cervea uavait décroché. Black out. Il ne remarqua même pas que le Marchombre commencait a avoir du mal a garder son apprenti suspendu.


-Alors, je vais te faire une proposition. Si tu reviens, je récupérerais les mois que tu as perdus en entrainement et je ne serais pas clément. Si tu décides de partir, alors je te lâche et tu seras libre pour l'éternité. Tu as le choix.

Silence.

- C'est vous qui tenez l'écharpe.

Il avala sa salive difficilement.

- Maître.

avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Lun 25 Juin 2012 - 14:55

Arro bougea enfin et se dirigea vers Lorek. Un moment intense se déroula sous les yeux d'Ichel et les autres personnes présentes sortirent très vite de la salle. Bien trop vite. Ils se retrouvèrent seuls et la marchombre se sentait mal à l'aise. Elle ne savait pas se qu'elle devait faire. Attendre ou parler pour défendre son ami ? Elle ne savait plus où se mettre. La voix de son maître la fit sortir de ses pensées. Une voix glaciale pour une question. Non. Plusieurs questions suivirent quelques secondes plus tard. Arro semblait ne pas vouloir épargner son apprenti.
Ichel n'en revenait pas des paroles de son maître, elle voulait tant que son ami revienne. Il lui manquait terriblement. Elle aurait voulu se mettre entre les deux, défendre l'un et défier l'autre, mais elle savait qu'ils devaient se retrouver. Qu'ils devaient se retrouver et marcher à nouveau sur la même voie. Sauf que pour l'instant, les paroles du maître étaient si cassantes, aussi affutées que des lames prêtes à l'emploi. Ces lames avaient atteint leur but. Lorek était touché et ne répondait pas. Pourtant, elle savait que Arro allait le reprendre, elle le sentait, même si la situation du moment disait tout le contraire. Comment elle le savait ? Les deux zozos devant elle ne connaissaient pas cette sensation que l'on appelle si communément l'intuition féminine. Elle le sentait, c'était tout. Et cela lui suffisait.
Il voulait le blesser et cela semblait fonctionner.
Lorek jeta soudain un regard à la kaelem qui la fit frissonner. Pourquoi la regardait-il ainsi ? Elle était décidément perdue. Qu'avait-elle fait ou que n'avait-elle pas dit ? Elle se sentait mal. Elle aurait voulu sortir de cette salle, s'assoir derrière la porte et attendre. Mais elle n'avait pas la force de bouger et paradoxalement, elle voulait voir la réaction de chacun. Elle voulait savoir si elle serait seule à affronter l'Ahn-Ju.
Arro s'était retourné et la kaelem le regarda droit dans les yeux. Comment pouvait-il partir ainsi ? La laisser seule face à l'aequor, mais surtout laisser ce dernier comme cela ? Elle était bien trop perdue. Il lui fit soudain un clin d'oeil et elle sut que ce n'était pas terminé, loin de là. Rassurée, elle se retourna vers Lorek lorsque leur maître disparut par une fenêtre.
Elle s'attendait à se qu'ils parlent, mais rien. Aucun mot ne sortaient. Pourquoi ? Mais surtout, ce regard. L'aequor se leva enfin. Toujours ce regard. Empli de reproches. Mais qu'avait-elle fait ? Elle était encore plus perdue que lorsqu'elle l'avait croisé entre les dédales des rues d'Al-Poll. Un jeu commença entre les deux profondeurs des yeux des apprentis. Que n'avait-elle pas dit ou qu'avait-elle fait pour mériter ces yeux-ci ? Elle n'y comprenait rien et il ne semblait pas vouloir lui expliquer. Elle avait l'impression qu'il la haïssait, qu'elle l'avait fait souffrir comme personne d'autre auparavant, que tout était de sa faute. Elle voulait parler, mais elle n'y arrivait pas. Le regard de son ami était bien trop fort pour qu'elle ouvre les lèvres et en sorte un seul son.
*Pourquoi m'observe-tu ainsi ? Que t'ai-je donc fais pour mériter cela ? Tu m'as tant manqué...*. Perdue. Devait-elle dire quelque chose ? Ou attendre simplement qu'il décide lui-même ?
Soudain, l'écharpe rouge et bleue de Arro s'enroula autour de la taille de Lorek en l'emportant au loin, par la fenêtre. Que se passait-il donc ? Ichel se retrouvait seule dans la salle et l'aequor venait de disparaitre par la fenêtre. Elle se précipita à toute jambes vers le rebord et perçut bien vite une main. Celle d'Arro. Un sourire ne put s'empêcher de s'afficher sur son visage. Elle savait qu'il lui réservait quelque chose à sa sauce. Intuition féminine, je vous dis. Elle avait tout de même de la peine à croire que son maître puisse tenir une telle charge à bout de bras – non pas que Lorek pesait énormément, mais un corps humain n'est pas une plume, et l'écharpe ne tiendrait peut-être pas très longtemps – .
Le maître reprit la parole. Ichel se cala contre le mur, écoutant les paroles et attendant la suite. Elle se devait de les laisser entre eux ne serait-ce que pour cet instant-là. De toute manière, elle savait comment tout cela allait se terminer. Il n'y avait qu'une échappatoire possible. Elle les connaissait que trop bien, tous les deux. Elle connaissait donc leur réponse à tous deux.
Ichel ressentit le calme qui revenait, la haine semblait quitter la pièce. Lorek réfléchissait aux paroles et gestes d'Arro.
Soudain, la proposition tant attendue. Ichel ne put s'empêcher de se retourner lorsqu'elle entendit les dernières paroles. Le lâcher... Elle espérait pour son ami que ce ne serait que métaphoriquement. Mais elle redoutait tout de même... Elle jeta un regard discret qu'aucun des deux hommes ne parut remarquer et vit un regard différent sur le visage de l'aequor. Un silence prit place. Une réponse se faisait lentement une place au sein de l'atmosphère. Soudain, des paroles. Claires et nettes. Ichel faillit prendre la parole, mais elle se reprit. Ce moment leur appartenait, à eux deux. Elle ne devait pas intervenir même si elle le désirait fortement.
Puis enfin, un mot. Unique. Un mot qui voulait tout dire à lui seul.
Maître.

Ce mot suffisait à tous pour connaître la réponse, mais Arro se contenterait-il de cela ? Lorek était parti sans le prévenir, cela revenait à s'opposer aux enseignements de son maître, à braver les règles de la guilde. Plusieurs mois sans aucuns signes de vie. Ichel l'avouait, elle lui en voulait aussi. Elle avait été déçue de ne plus le croiser dans les couloirs, de ne plus pouvoir poser son regard sur sa peau bleue, de ne plus pouvoir tout simplement lui parler. Elle lui en voulait d'être parti comme un voleur sans même venir la voir auparavant. Mais surtout, elle aurait voulu qu'il vienne lui parler au lieu de s'en aller ainsi. Déçue. Pourtant, elle n'arrivait pas à lui en vouloir assez. Ce n'était pas de sa faute, tout le monde avait souffert après la reprise. Tout le monde possédait ses monstres dans son placard. Elle était bien placée pour le savoir.
Ichel s'était affaissée contre le mur juste à côté de la fenêtre. Elle était perdue. Pourquoi ce regard... Pourquoi Arro faisait aussi long pour le remonter... Pourquoi. Tant de questions. Aucune réponse. Pour l'instant.
Tout redeviendrait-il enfin comme avant ? Est-ce que tout rentrerait enfin à la normale ?
Un maître et deux élèves.
Une seule voie.
Marchombres.






[ Désolé si ça avance pas beaucoup, mais je savais pas quoi faire d'autre à part la faire attendre ^^' ]


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Maître Marchombre
...Je crois?
Messages : 1301
Inscription le : 17/04/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Dim 1 Juil 2012 - 16:22

Un sourire, simple, mais efficace. Emplie de fierté, de promesse et de joie. C'est ce qu'offrit Arro à Lorek. Pas besoin d'accord, le jeune homme avait choisis. De toutes les manières, et jamais ces deux apprentis ne le sauraient, le maître marchombre n'aurait jamais fait tomber l'Aequor définitivement... Peut être de quelque mètre bien sûr... Mais pas au point de le tuer. Oui, il avait bluffer, utiliser le plus énorme mensonge qu'il n'eût jamais mit en place. Jusqu'à son attitude, emplie d'un sérieux effrayant. Mais au fond de lui, il était plutôt touché par le retour de son apprenti, vraiment. La douleur de son épaule le ramena à la réalité. Le marchombre devait remonter rapidement Lorek, car sinon c'était les deux hommes qui finiraient en bas. Son bras était tendu et manquait de se déboiter, quelques goûtes de sueur perlait sur le front du maître.

-Et bien tu as raison, Lorek... Et en tant que maître je me doit de te mettre en sécurité.

Tout d'abord, il devait tester la fiabilité de ses prises de pieds, les déplaçant jusqu'à ce qu'il sois sûr qu'aucun des deux ne glisserait. Bien, maintenant ses Arro tira sur sa main, accroché au rebord de la fenêtre. Il poussait en même temps sur ses jambes. Bientôt son buste se retrouva au niveau de la lucarne. Tout en s'asseyant sur le rebord, le marchombre fit glisser sa main sur l'encadrement. Les doigts crochetèrent le bord vertical de la fenêtre. Son autre bras toujours tendu vers Lorek, le maître ramenait doucement, mais surement l'apprentie dans la salle de méditation. Il continua d'appuyer sur sa main libre et pu passer une jambe dans la pièce, puis, rapidement, il y posa l'autre. Maintenant rentré, ce serait plus facile pour lui de tirer l'Aequor de là. Poussant sur tous ses membres, Arro fit remonter petit a petit son écharpe, Lorsque le dos de son apprenti fut en vue, il l'attrapa par l'épaule et le fit rentrer dans la salle, plutôt brutalement d'ailleurs. Le maître marchombre était en nage, bien que Lorek eut un corps fin et taillé par son enseignement, un corps humain n'en reste pas moins lourd et pesant. L'homme regarda son apprenti, qui se relevait et reprenait sa respiration. Puis sans prévenir, il l'attrapa dans ses bras et l'enlaça tendrement.

-Ne fuis plus jamais... Tu nous as tellement manqué.

S'éloignant un peu, Arro porta un regard sur la pièce actuellement vide.

-Bon, vu que tu es de retour, je pense que la séance de méditation est ajournée a plus tard... Je vais devoir voir, où tu en es.

Sans vraiment le prévenir, l'homme décocha un direct dans la mâchoire du jeune garçon. Un petit sourire sur le visage.

-Allez, pas de répit, je t'avais prévenu non ? Montre-moi ce que tu as dans le ventre.

L'homme s'accroupit et faucha les jambes de son élève. Ichel était là aussi, les regardant se battre sans intervenir. Le marchombre l'interpella :

-Et alors, tu comptes glander la ?

Esquive. Enfin Lorek répliquait, Arro sourit de plus belle et continua à piquer son autre apprentie :

-Tu ne veux pas l'aider un peu ?

Riposte. L'homme avait pris un air sérieux et ses mouvements devenaient plus précis, plus dangereux, mais jamais mortel.

-Parce que s'en est presque ennuyant !

Harmonie. Arro regardait chaque mouvement de son apprenti masculin. Ses gestes restaient précis et simple, comme un souffle... Bien, il n'avait rien perdu de ce que lui avait enseigné son maître... Et il s'était même amélioré. Le marchombre esquiva un coup de pied venant de derrière. Ichel rentrait dans la danse... Cela serait certainement plus amusant maintenant... Surtout que les deux apprentis allaient devoir se concorder pour espérer surprendre Arro. De nouveau, le maître attaqua. Maintenant, il n'esquivait plus les contres, il se coulait dessous et frappait dans le même mouvement.

-N'oubliez jamais que le marchombre ne combat pas, il est le combat. Tout ce qu'il fait n'est pas une succession d'attaque, c'est juste un mouvement, un souffle.

Le maître glissait littéralement sous les coups des apprentis. Les poings de l'homme touchait les corps des deux élèves mais sans jamais faire mal, juste une caresse pour leur signaler qu'il avait encore gagné. Le cours continua :

-Je vous ai dit que la distraction était importante, mais n'oubliez pas la réflexion ! Ne vous laissez pas emporter par la fureur du combat. Lorsque vous n'arrivez pas à avoir le dessus, esquiver le plus possible et analyser... Pas seulement votre ennemi, mais aussi votre environnement.

Les deux apprentis se battait l'un après l'autre, sans vraiment prévoir de plan ou d'autre attaque combiné.

-N'oubliez pas que vous êtes deux. Ressentez l'autre, écoutez la musique de ses mouvements. Combiné vous... Soyez en harmonie l'un avec l'autre

Pendant que le combat battait son plein, Arro prodiguait des conseils. L'homme avait beau être fatigué d'avoir ramené Lorek dans la salle, il n'en restait pas moins un adversaire redoutable... Mais il commençait à ressentir des tiraillements dans tous ses muscles.

-Gardez votre esprit en éveil pour toujours trouver un plan rapidement. Utiliser ce qui vous entoure pour déstabiliser votre adversaire. Puis, portez lui un coup fatal.

L'homme défit son écharpe et la lança sur ses adversaires. Elle se déploya dans les airs, bouchant la vue à ses deux apprentis. Le marchombre sauta, fila dans le fatras de tissus, posa sa main sur l'épaule de Lorek et sur la tête d'Ichel. D'un coup sec il les mit à terre. Essouffler il regarda les deux élèves.

-Compris ? Bien maintenant, mettez ça en oeuvre et essayer de me toucher. Je n'utilise plus mes mains et je tenterais d'esquiver vos attaques. Allez c'est parti !

Le marchombre plaça ses mains dans son dos et se prépara à l'assaut.



_______________
Arro Skil'Liches / Silind Frandrich / XDieu / Tarus Tal'Oursian / Lyuuna Sil'Celim
avatar

Apprenti Marchombre
Messages : 153
Inscription le : 05/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://robin-du-cle.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Lun 6 Aoû 2012 - 1:32

[Evidemment, je suis a la bourre, et je m'en excuse vraiment. Si ca va pas, j'édite, et j'ai laissé la part belle a Ichel mais si ca gène je change ! Je vous aime, désolé d'avoir trainé]

Il existait un temps pour tout, et ce n'était surement pas celui de la castagne.
Ni l'heure, ni le lieu, d'ailleurs.
Les rares élèves qui fréquentaient la salle de méditation étaient partis assez vite après l'entrée d'Arro. Cela semblait logique: quand un maître marchombre réputé venait a balancer son apprenti par la fenêtre après l'avoir refroidi de la sorte, il valait mieux être a peu près n'importe ou ailleurs dans l'empire.
Quand bien même, la salle de méditation servait avant tout... a méditer. Et même si Lorek se doutait que ses retrouvailles avec ceux qui avaient été sa famille ne se feraient pas dans un calme plat, il ne s'attendait pas a ce que les évenements prennent une telle tournure.
Pourtant, il le fallait. Il le savait, son maître aussi.
Il avait offensé plus d'une personne en quittant l'Académie, et son retour ne pouvait rester un non évenement. Même si le sang ne marquerait sans doute pas cet heureux jour, il fallait que cette confrontation ait lieu.
Lorek prit le premier coup, il le devait bien a son maître. Sa machoire s'endolorit très rapidement, sans pour autant susciter de panique chez le jeune homme. il en avait vu d'autres, et son maître n'allait pas le tuer. pas aujourd'hui.
Le garcon a la peau bleue était tout de même surpris, pris au dépourvu. Il ne voulait pas se battre. Aussi, la deuxième attaque d'Arro, aux jambes cette fois, le fit chanceler, puis tomber. Au sol, Lorek essuya un filet de sang d'un revers de la manche. Il se permit quelques rapides secondes pour se mettre au point.
Ce combat était un entrainement. Pas un duel. Pourtant, l'Aequor ne rêvait que de tuer son maître. un sentiment sauvage, puissant et incontrolé. Lorek ne savait pas ce qui le génerait. C'était comme si la colère ne naissait pas en lui, mais le traversait. La voix amère de la fureur chuchota des mots lourds de sens a l'oreille du garçon.
Abandon.
Humiliation.
Déception.
Tout donnait raison a cette force sombre, pourtant Lorek ne pouvait lui donner pleinement raison. Il avait manqué a son maître, il le savait. Et le coup de l'écharpe ne devait être mis que sur le compte des fantasqueries d'Arro. Ce combat ne devait blesser aucun de ses participants.
Et pourtant...
La douleur des mots d'Arro resteraient en Lorek encore longtemps... Tant que ce n'était pas la colère qui se battait pour lui, mais bien lui qui se servait de la force de sa rage, il pouvait se déchainer... Cela couperait le sifflet du maître marchombre, et prouverait a tous que Lorek était bel et bien revenu...
Il sourit intérieurement, et se releva d'une pirouette efficace.
Ce serait SON combat.
Il esquiva une nouvelle attaque d'Arro, la vitesse décuplant ses mouvements. Bientot, les sarcasmes du flûtiste ne seraient plus que souvenirs.
Son mentor s'adressa a Ichel, mais Lorek ignora ce qu'il lui dit, lancant son poing en un direct sauvage vers le visage du maître, qu'il esquiva.
Evidemment.
Ichel se joignit a la danse, car tel était le terme. Les trois marchombres semblaient se lier, puis se délier, coulant les uns dans les autres. Lorek était grisé par la colère, qui lui donnait a chaque coup manqué la rage d'en envoyer un suivant, plus terrible. Cela n'impressionait pourtant pas le maître.
Un bon guerrier qui s'entraine sait le moment ou le maître cesse de se laisser faire pour combattre son élève comme il l'aurait fait avec un adversaire a sa taille. Si le moment n'était pas venu avec Arro, il semblait évident qu'il se laissait bien moins faire que lors des premiers duels l'opposant a son apprenti. Les entrainements dans Al Poll avaient porté leur fruits, et ils le savaient tous les deux.
Arro, tout pendant qu'il maintenait son élève en difficulté, prodiguait ses conseils. Les sarcasmes avaient disparus, il n'était plus que le pédagogue qui les menaient sur la voie. Lorek fatiguait. Et bien qu'il en veuille a son maître, il décida de l'écouter.
D'un coup, et sans raison apparente, il stoppa nette toute attaque, devenant un serpent qui filait entre les poings du Marchombre a l'echarpe. Il laissa du terrain a celui ci, reculant doucement.
De son coté, Ichel se battait elle aussi férocement. Les retrouvailles avaient sans doute été aussi rudes pour elle. Pourtant, elle ne parvenait pas non plus a bout de leur adversaire commun. Pendant qu'elle était occupée, Lorek l'observa, et compris.
Arro avait du lire dans ses yeux la haine qu'il avait éprouvé a l'instant pour Ichel. Le but de l'exercice n'était surement pas de laisser Lorek faire ses preuves, ni même de laisser le maître transformer ses élèves en bouillie.
Ce n'était pas SON combat, c'était le leur.
Lorek n'avait pour l'instant aucune envie de se réconcilier avec la Marchombre. Enfin, de fait, si, mais la n'était point le moment. Ils auraient toute leur vie pour mettre des mots sur ce qui s'était passé, et pour repartir comme avant, ou qui sait, mieux. Pour l'instant, l'heure réclamait de l'efficacité, et il ne fallait pas s'embrumer l'esprit avec de telles préoccupations.
Seulement, il ne savait pas comment la Marchombre avait pris son regard, et peut être que se coordiner pour venir a bout de leur maître n'allait pas être simple. Il ferait avec.
Arro se fatiguait, et se rapprochait du jeune homme. Lorsque Ichel, acculée, fut aux cotés de son camarade, il leur lança l'écharpe dessus.
Il fallait être deux. Et avoir un plan.
Aucun ne vint dans l'esprit de Lorek.
Sous l'écharpe, il regarda Ichel. Ses yeux semblaient emprunts d'une tristesse infinie. Le coeur du jeune homme rata un battement. Il avait été dur avec elle, et maintenant la bêtise faite, il avait besoin d'elle. Elle connaissait Arro mieux que lui, et il ne pouvait s'en sortir sans elle.

*Qu'ai-je fais ?*
Il se ressaisit. Efficacité.
*Aie confiance, je t'en supplie.*

avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Mer 15 Aoû 2012 - 18:07

Ichel ne bougeait plus. Elle attendait que quelque chose se produise, qu'un miracle ait lieu. Que le maître remonte son apprenti de la fenêtre. La kaelem était appuyée au mur et ressentait chaque secondes de cette attente interminable. Une phrase résonna soudain à l'extérieur et cette dernière fit sourire Ichel. Arro reprenait Lorek sous son aile. Elle était soulagée, car elle avait réellement cru que son maître aurait été capable de le laisser tomber de la fenêtre. Elle y avait cru quelques instants, jusqu'à se que ses pensées retrouvent enfin la raison. Jamais il n'aurait pu le lâcher, et pourtant elle y avait cru. La marchombre vit soudain le corps de son maître remonter, puis petit à petit celui de son ami. L'homme ramena brutalement son apprenti à l'intérieur, puis il le prit dans ses bras violemment afin de lui asséner un câlin du diable. La kaelem faillit éclater de rire, mais l'instant était bien trop important pour qu'elle le brise d'une telle manière.
L'homme décida soudain qu'il fallait voir où en était Lorek et sans tarder, lui envoya un crochet dans la mâchoire. Ichel se trouvait un peu à l'écart et vit le léger sourire qui naquit sur son visage. Il ne comptait pas le ménager et continua sur sa lancée en fauchant les jambes de l'aequor qui tomba raide à terre. La marchombre ne bougeait pas, elle était bien trop absorbée par ce soudain retournement de situation. La voix de son maître lui parvint soudain à ses oreilles ; il lui parlait.
Un sourire malicieux illumina son visage. Bien sûr que non, elle n'allait pas se faire prier pour se mêler au combat. Lorek répliqua soudain, elle n'eut pas le temps de bouger le petit doigt. Arro continuait à lancer des piques à la jeune femme. L'aequor commençait enfin à réaliser se qui se passait et se battait de toutes ses forces.
Ichel ne pouvait le laisser plus longtemps seul. Elle s'esquiva et réapparut derrière son maître afin de lui décocher un coup de pied bien placé. Il l'esquiva avec une facilité déconcertante. La kaelem était sous le charme de la danse que leur maître leur offrait. On aurait dit qu'il se mouvait dans les gestes de ses apprentis comme dans la rivière, l'autre jour. Il se fondait parmi les coups.
Il leur parla soudain et Ichel se stoppa presque pour l'écouter, se qui lui valut un bon coup dans l'arrière train. Elle chancela quelques instants avant de reprendre de bons appuis et de se lancer à nouveau dans le combat. Ah, la réflexion ! Ce n'était pas le fort de la kaelem malheureusement. Elle avait plus l'habitude de se jeter dans le combat, d'esquiver, de donner des coups précis et ajustés. Mais bien souvent, elle ne réfléchissait pas. Voir même jamais. A présent, elle commençait à comprendre le caractère fondamental de la réflexion ; elle pouvait déterminer la fin d'un combat.
Ichel tentait tant bien que mal de se battre avec Lorek, mais il semblait absorber par autre chose. Elle le sentait, il n'était pas comme d'habitude. Enfin, il n'était pas comme dans son souvenir. Il paraissait occupé et ne remarquait même pas la présence de son amie à ses côtés, il semblait vouloir se battre seul. Elle ne comprenait pas se qui lui arrivait, il ne semblait pas entendre se qui se déroulait autour de lui, il semblait ne répondre qu'à un instinct. Lequel ? Elle ne savait pas encore. Peut-être le lui dirait-il un jour. Mais s'il ne se reprenait pas, ils allaient se faire massacrer par Arro.
Il défit soudain son écharpe avant de la lancer sur ses apprentis, pris au dépourvu. Ils ne voyaient plus rien, leur maître avait disparu derrière le tissu. Les regards des deux apprentis se croisèrent une seconde à peine. Elle était bien triste de voir son ami comme cela, mais cette tristesse disparu instantanément. Elle n'avait pas oublié son regard, elle ne l'avait pas réellement apprécié. Ces yeux froids, désagréables et furieux, que le garçon à la peau bleue lui avait lancés quelques instants plus tôt. Elle ne s'y formalisait pas et savait qu'elle lui demanderait des explications tôt ou tard. Elle les obtiendrait à coup sûr. Elle sentit soudain une main se poser sur sa tête et d'un coup sec, elle se retrouva à terre. Le combat s'était déroulé bien trop vite, elle avait à peine eu le temps de lui asséner deux ou trois coups. Son esprit ne savait alors plus vers quoi se tourner, trop d'éléments perturbateurs se confondaient. Mais pour l'instant, il fallait se serrer les coudes.
Arro paraissait essoufflé. Il n'était pas pour autant plus facile à attraper, et même sans ses mains, Ichel doutait que cela serait plus facile.
Le coup d'envoi de la deuxième manche.

Les deux apprentis d'un côté, le maître de l'autre. Ils ne pouvaient pas le battre s'ils ne se décidaient pas à se mettre d'accord, ils ne pourraient même pas l'égratigner. Il leur fallait trouver un moyen de se venir en aide l'un l'autre. Chacun utilisant la force qui lui est propre, son plus grand atout.
Lorek n'attendit pas le temps de la réflexion et attaqua en premier. Il en avait apparemment marre d'attende que quelque chose se passe.
Le combat pouvait commencer.
Lorek avait recommencé à frapper approximativement, sans réel plan. Arro évitait chaque attaque avec facilité. Ils avaient beau se donner à fond, le marchombre était toujours aussi inaccessible. Leurs coups finissaient la plupart du temps dans le vide et Ichel pouvait voir la frustration monter dans le regard de l'aequor. Il était de retour et il n'arrivait pas à effectuer l'exercice. Son exercice, pour son retour.
Un déclic se fit dans l'esprit de la marchombre. Ce n'était pas que son exercice à lui, elle était là elle aussi.

" N'oubliez pas que vous êtes deux. Ressentez l'autre, écoutez la musique de ses mouvements. Combiné vous... Soyez en harmonie l'un avec l'autre. "

Les paroles de l'homme lui revinrent en mémoire instantanément. Ils étaient deux, ils devaient se coordonner, ne former plus qu'un seul et unique adversaire. Pour que le combat devienne duel.
Le regard de la kaelem changea du tout au tout. De perdu, il devint déterminé. Elle savait se qu'ils devaient faire. Son esprit commença à tourner, elle réfléchissait enfin. Elle repéra sur une étagère un peu plus loin, trois barrettes sans doute laissées là par une apprentie tête en l'air. Elle se fraya un chemin vers l'étagère alors que Lorek s'acharnait encore sur Arro. Les crochant sur sa chemise, elle se retourna. Les barrettes seraient les témoins.
Il fallait qu'elle se rapproche de Lorek à tout prix, mais les gestes du jeune homme l'empêchaient d'approcher. Elle réussit soudain à capter son regard et lorsque Arro ne les regardait pas, elle lui montra se qu'elle allait faire. Il comprit tout de suite ses plans. Il avait vu les trois barrettes, il était prêt à la suivre dans ses plans.
Le maître se retourna sans qu'il n'ait mot de cette petite communication et Lorek se jeta sur lui afin de continuer à lui asséner des coups. Ichel en profita pour se glisser discrètement dans son dos, mais il la remarqua bien trop vite à son gout. Réprimant un juron, elle décida qu'elle devrait agir vite. Lorek, il devait attirer son attention, rendre Ichel invisible aux yeux du maître. Il devait tout faire pour que son attention soit fixée sur lui et lui seul. Elle ne savait comment il réussit à le faire, mais elle sentit le bon moment. Elle entendit les vibrations qu'elle attendait et se jeta à terre. Glissant entre les jambes de son maître, elle réapparut dans son dos, se releva à peine et réussit à crocher la première barrette sur l'arrière du crâne de l'homme. Il se retourna, mais trop tard. La barrette était crochée.
Et de une.
Un sourire traversa le visage de la kaelem et son ami le vit. Il lui en offrit un à son tour.
Ils ne devaient pas lâcher prise maintenant, ils étaient sur la bonne voie. Ichel repéra un autre parcours. Elle se retourna vers Lorek et lui chuchota quelque chose à l'oreille.


- Les coussins, pour la distraction !

Elle se dirigea vers les coussins, en prit deux et les ouvrit afin que les plumes volent dans la pièce. Une fois tous les coussins éventrés, des plumes volaient partout. Les mouvements que faisaient les marchombres les éparpillaient encore plus et il était impossible de réellement bien voir. Le seul moyen était l'écoute. Un souffle saccadé sur sa droite, il était là. Lorek, il était juste devant elle. Sans perdre de temps, elle appela l'aequor.

- Projette moi contre le mur, là.

Il la regarda comme si elle devenait folle.

- Fais moi confiance. Je te dis de me propulser dans les airs contre ce mur avec le plus de force dont tu es capable.

Un sourire rassurant, puis, elle prit appui sur ses mains. Elle sentit soudain son corps se propulser dans les airs. Se prenant des plumes sur le visage, elle ne pouvait voir où elle allait. Son ouïe était son seul atout. Elle tendit l'oreille afin d'entendre le sifflement du vent contre le mur.
Maintenant !
Elle ouvrit ses yeux et retourna son corps afin que ses pieds entrent en contact avec le mur et qu'elle se propulse dans une autre direction. Une touffe brune se présenta juste au dessous d'elle et elle eut à peine le temps de décrocher la barrette afin de la déposer aussi discrètement que possible sur la tête de son maître. Elle retomba sur ses pieds, non sans un bruit mat. Un seul mouvement, un seul souffle.
Et de deux.
Il manquait plus que la dernière, toujours en possession d'Ichel. L'aequor parvint à sa hauteur.


- T'as vu, pas besoin de s'inquiéter, j'me débrouille très bien dans les airs. J'suis un vrai petit oiseau !

Un clin d'oeil. Une idée germa dans son esprit et un sourire malicieux naquit sur ses lèvres.

- Et si on l'assaillait de chatouilles ?

Les deux apprentis, dans un ensemble parfait, se jetèrent entre les plumes qui commençaient alors à toucher le sol et fondirent sur leur maître – presque – sans défense. Les mains commencèrent à trouver les points faibles, les rires fusèrent. Les trois marchombres ne se faisaient pas de cadeau et finirent par se chatouiller tous autant qu'ils étaient. Après plusieurs minutes de rires intenses, puis encore une dizaines de minutes afin de se calmer, ils se relevèrent. La troisième barrette était accrochée dans les cheveux de Arro.
Et de trois.
Ichel émit un petit rire avant de jeter un clin d'oeil à Lorek qui savait pertinemment se qui la faisait rire.


- Vous êtes belle comme ça ! Vous devriez plus souvent vous coiffer ainsi.

Elle sourit alors que Arro mettait ses mains dans ses cheveux.



[ J'édite si y a un soucis ! =D Même si je préférerais éviter >< ]


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Maître Marchombre
...Je crois?
Messages : 1301
Inscription le : 17/04/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   Lun 29 Oct 2012 - 16:27

Colère. C'est ce qu'il voyait dans les yeux de Lorek.
*Alors, toi, toi tu aurais le droit d'être en colère ? De vouloir me tuer ? Et moi ? Sais-tu combien de fois j'ai maudis ton nom, j'ai essayé de comprendre ? Tu m'as trahis... Dit moi, qui, qui a le droit d'être seulement un brin énervé contre l'autre ?*
Le combat avait commencé depuis longtemps, mais le cerveau d'Arro tournait à cent à l'heure. Il tentait d'éviter les attaques surprenantes de ses élèves, tout en étudiant leurs comportements. Ses mains liées par sa parole, il ne pouvait contre-attaquer correctement. Le début fut simple, seul l'Aequor l'attaquait, il lui envoyait des coups maladroits. Puis Ichel entra dans la danse et il se calma. Le maître savait que le vrai combat allait commencer. S'ils arrivaient à se compléter, Arro était vraiment dans la merde. Mais il était là avant tout pour l'observation.
Les gestes de Lorek étaient de plus en plus précis, les années hors de l'entrainement de son maître ne l'avait pas fait régressé, il s'était amélioré. Arro sourit, le jeune Aequor faisait encore des fautes, mais rien d'incorrigible. Il allait devoir apprendre, tout comme Ichel, à réfléchir avant d'agir et surtout contrôler sa colère.
D'un coup l'Aequor s'acharna sur lui, pour permettre à son acolyte de tenter quelque chose. L'homme jura. Il était fou de pouvoir entrevoir l'éventualité de réussir potentiellement à s'échapper des attaques de ses apprentis endiablés. Cela aurait été aisé pour un marchombre totalement accompli, mais lui était loin d'être à ce niveau. Il était fort, certes, mais il débutait son ascension sur la voie. Ze voie, ce petit chemin sur lequel il tentait de guider ces deux mules qui le suivaient.
S'il y a bien une chose qu'il n'avouera jamais, c'est que ses apprentis l'avaient fait avancer en même temps qu'ils apprenaient. Lors de ses premiers pas en tant que maître marchombre, il ne savait pas vraiment ce qu'il devait faire. Être un guide semblait vraiment compliqué. En ce temps, Arro ne voyait pas encore le début du commencement du prélude à la vie de marchombre. Petit à petit il avait autant découvert qu'Ichel et Lorek.
Cette voie n'était pas qu'un entraînement corporelle, c'était aussi quelque chose de spirituel et ses leçons découlaient sur le physique. Apprendre à voir, ressentir, jouer avec tous les éléments qui existent en ce monde, des heures et des heures de méditation, puis de la pratique, des essais, des ratés et des réussites.
D'ailleurs, pour en revenir au combat, ses élèves utilisaient plutôt bien leurs environnements. Des plumes de coussins volèrent pour qu'ils disparaissent. Un souffle se fit sentir au-dessus de la tête du maître. Il ne comprenait pas où ses apprentis voulaient en venir. Ils ne l'avaient plus attaqué depuis quelque seconde. Arro était étrangement inquiet.
Alors que les plumes descendaient joyeusement sur le sol, il vit Ichel et Lorek l'assaillirent, surpris et sans défense, il se retrouva cloué au sol sous les chatouilles. Les convulsions habituelles se firent sentirent et il ne pouvait pas leur rendre la pareille. Arro était piégé, il se tortillait sur le sol.
Enfin la torture se termina, l'homme était à bout de souffle et riait toujours. Il se releva sous la raillerie d'Ichel. QUOI ? Des barrettes !? Elle avait osé lui mettre des barrettes dans les cheveux. D'un mouvement de main qui se voulait rageur, il enleva les trois « trucs » roses de sa tête.


-On verra qui sera jolie après l'entrainement que je vais vous concocter. Vu votre prestation plus que médiocre, je vais devoir faire en sorte que vous soyez près !

Il fit une pause, les regarda un petit sourire sur les lèvres.

-Mais en attendant, on va se reposer avec une petite séance de méditation. Prenez place !

L'homme se cala entre deux plumes et attendit que ses élèves s'installe. S'ils savaient combien le maître était fier d'eux. Reprenant son souffle doucement, il donna les instructions :

-Bien, lors de votre méditation, vous allez écouter autour de vous. Je veux que vous trouviez le tempo de chaque objet, de chaque petit souffle que vous allez entendre. Je veux un rapport complet dans une heure.

Il se tut, ferma les yeux, posa ses mains sur ses jambes et laissa ses pensées vagabonder. Il s'évada de la salle, pour finalement s'endormir doucement d'un demi-sommeil. Ses oreilles toujours à l'affût d'un petit son déclencheur d'une farce d'étudiant farouche.

[HRP : Désolé pour le retard, je peut éditer si nécessaire, et joyeux halloween ! xD ]


_______________
Arro Skil'Liches / Silind Frandrich / XDieu / Tarus Tal'Oursian / Lyuuna Sil'Celim
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Schtroumpf is back. [Inachevé]   



 
Schtroumpf is back. [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: La Tour marchombre :: La salle de méditation-