Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteIl est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Dim 20 Mai 2012 - 18:55


    Deux pas, trois pas. Pas plus. Il était près. Tout près. Si près qu'il aurait cru se voir découvert au simple bruissement de son souffle qu'il tentait pourtant de rendre le plus discret possible.Elle était la.Dos à lui, grande et fière comme à son habitude, le dos droit bien que reposé contre l'écorce d'un vieil arbre, féline et légère, Marchombre. Elle était la.Marchombre.On lui avait toujours raconté tant de chose à leurs sujet. Des combattants de la nuit, aussi vifs que le cobra, rapides et agiles que le tigre des plaines et aussi destructeurs que la goule en chasse. On les avait qualifié de tant d’appellations, élogieuses et méfiantes à la fois, " Des sorte de dieux vivants", des "demis-humains", ou encore " les ombres mortelles". Tant d'histoires, d'affabulations sur leur extraordinaires prouesses, leur légendaires exploits et leur performances inimaginables.Des êtres parfaits. Magnifiques, angéliques tant par leurs intentions que par l'aura qu'ils dégageaient, des êtres accomplis, brillant d'une bienveillance et d'une sagesse a en faire pleurer un érudit. Des êtres bénis par la Dame elle même, aussi souple et agile qu'un félin, aussi beau et noble que les cygnes.Mais égalements des tueurs. Sans pitié, sans mercis pour leur ennemis, des combattants de la nuit, des assassins de l'ombre rapide et efficace.La combinaison parfaite, les individus parfaits.Parfait et sans défauts.On lui avait promis, assuré qu'on ne pouvait rien cacher à ces êtres si particuliers à ces hybrides, enfants de la Dame et de la nuit, qu'ils percevaient toute forme de vie présente tout autour d'eux, que rien ne pouvait leur être caché ou dissimulé, qu'ils étaient impossible à berner, que la nature même leur parlait, qu'elle les rendaient imbattables.Imbattable...La première fois que son regard s'était posé sur l'un d'entre eux, son coeur s'était arrête de battre. C'était un homme, ou une femme il ne se souvenait plus et peu importait, la seule chose qui l'avait marqué à cet instant la avait été le regard que l'individu vêtu de cuir avait posé sur lui. Deux yeux gris sombres presque noir que la lune peinait a éclairer, d'une arrogance, d'une fierté et d'une sagesse qui lui avait tordu l'estomac. Cette sensation, ce frisson d'angoisse et de fièvre qu'il avait ressentit en le voyant à l'oeuvre l'avait complètement paralysé et il s'était retrouvé figé par ce regard qui n'avait duré qu'une seule seconde. Il l'avait aimé, admiré de tout son coeur et l'avait détesté, haï de tout son être. Pour être si beau, si fier et si fort. Si parfait que son ventre en hurlait d’émotion, bouillonnait d'une ferveur et d'une rage qu'il peinait à contenir. Dépit, rancœur, envie et haine se greffèrent à cet instant  a cette appellation qui fit vibrer son coeur de tant de sentiments contradictoires. Marchombre. Anges des ombres aux capacités stupéfiantes et à l'adresse phénoménale. Des hommes pareils ne pouvaient exister, pas si fort, pas si agile, pas si brave, pas si parfait, c'était tout bonnement impossible.Ils n'étaient pas des hommes ou bien ils n'étaient pas parfaits.Et il l'avait sentit cette imperfection lorsqu'il l'avait vu et qu'elle l'avait vu à son tour. Lorsqu'elle était montée le rejoindre en haut de cette poutre, qu'elle avait perdu son sang froid, et cette fois la encore, lorsqu'il l'avait suivit, attendu et ridiculisé à plusieurs reprise de son sourire effronté.  L'évidence l'avait grisé de plaisir et ces frissons qu'elle lui avait fait ressentir l'avait rendu plus impatient et envieux que jamais.Elle n'était pas parfaite bien qu'elle soit marchombre.Pendant longtemps suite à  leur dernière rencontre, il était retourné dans cette salle, ce lieu ou il l'avait vu pour la première fois. Elle n'était jamais revenu.Longtemps il avait cherché sa faille, l'avait attendu, trop longtemps même.Il n'en pouvait plus. Il était à bout de cette attente permanente qu'elle lui imposait, de son indifférence à son égard. Il ne tenait plus.L'après midi touchait à sa fin lorsqu'il prit la direction du parc. Le temps était idéal, les elèves commencaient a se rapprocher de l'enceinte de l'Académie et surtout, il savait ou la trouver.Stalker du soir bonsoiiiir Il connaissait ses petites habitudes, ses petites manies, tout ce qu'il lui avait été permis de voir avait pris une place particulière dans sa mémoire, sa façon de marcher, les lieux où elle préférait se reposer, tout. Aussi il se doutait du lieu où elle se trouvait a présent, en fonction du temps dégagé bien qu'il fasse toujours aussi froid, le parc semblait l'endroit idéal. Elle devait être la. Elle serait la.**Il était si près et elle n'en savait rien.Perdue dans ses pensées elle regardait l'horizon, sereine.Un sourire moqueur étira ses lèvres. Les marchombres en parfaite communion avec la nature, insusceptible de se laisser surprendre par n'importe quel individu que ce soit.Et pourtant il était la. A quelques pas à peine de sa présence, à quelques pas à peine de la marchombre. Et elle n'en savait rien.Et cette simple constatation le fit frissonner de nouveau. Bien sur il avait développé des trésors de patience et de finesse pour en arriver la, surement plus qu'il n'en avait développé en toute une vie même, mais le fait est qu'il était la, tout près d'elle, sans qu'elle ne le sache et ce pour la seconde fois.Et si la première fois il s'était contenté de l’apostropher par lassitude, aujourd'hui il ne lui laisserait plus le choix. Elle était à sa merci. D'un geste sur et précis il quitta son abris provisoire et bondit sur elle, lame dénudée. Trop rapide pour qu'elle n'ait le temps de réagir mais trop bruyant pour qu'elle ne puisse pas l'entendre faire.Légèrement sur le coté et sa lame posée sur son artère, le garde fondit sur elle, un sourire satisfait grandissant sur ses lèvres.- Étonnée ?Ca ne te rappel rien ? La façon dont tu as terminé notre rencontre, ta lame contre ma gorge, c'était toi qui menais, aujourd'hui c'est mon tour.Il se rapprocha, se plaçant face à elle. Son épée suivit et glissa de son artère jusque sous son menton, prenant soin de glisser tout contre sa gorge.Son visage tout près du sien, il répondit à son sourire.Il était attendu semblait-il.Merde.D'une voix faussement vexé il s'adressa à elle.- Ce n'est pas très gentil de faire semblant de ne pas me voir, je me sens un peu con maintenant. Puis il se recula, détournant le regard et fit mine de se desinteresser totalement de la marchombre, admirant l'éclat de son épée sous les rayons du soleil.- C'en est presque vexant. Il soupira, glissant son doigt sur le coté coupant de la lame d'un air nonchalant.- Mais bon, je suppose que c’était couru d'avance, venant de la part d'une marchombre.Il lui jeta un regard en coin, un petit sourire aux lèvres.Elle ne l'avait peut être pas oublié finalement...[Comme toujours j'ai quelques soucis pour commencer le RP T_T Je me rattraperais sur la suite & edit à volonté bien entendu ♥]



_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 161
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Mer 6 Juin 2012 - 23:59

Un pas, deux pas, trois pas. Le silence.


Clarysse savait qu’il était là. Elle n’avait pas oublié sa promesse, n’oubliait pas les gens comme lui. Elle l’attendait depuis quelques jours, se demandant quand il frapperait.

***
La marchombre se tenait debout contre un arbre. Une fois encore, elle avait mené des chevaux au pré et les observait s’ébrouer de l’autre côté de la barrière. Elle s’accordait une pause bien méritée dans une nouvelle journée bien remplie. Les écuries avaient beau être toutes neuves et même si elle avait une nouvelle assistante qui l’aidait à l’écurie, elle ne s’arrêtait pas de courir partout. Et lorsqu’elle avait du temps libre, elle courrait, escaladait et s’entraînait. Elle testait différents coins pas loin de l’Académie pour être tranquille. Elle continuait d’avancer. En plus, il y avait Lya qu’il fallait guider du mieux possible sur la Voie. Il fallait lui montrer les bons gestes mais aussi la laisser les trouver toute seule. Enseigner était encore plus ardu qu’elle l’avait imaginé, surtout quand on guide une élève qui a eu un autre maître avant. On se faisait forcément la comparaison. A se demander si on était à la hauteur de ses attentes. Est-ce que la méthode était la bonne ? Clarysse lorsqu’elle était élève avait eu besoin de plus de temps que la majorité des marchombres qu’elle avait rencontrés. Mais du coup, était-elle influencer et sous-estimait-elle les capacités de son apprenti ? Celle-ci avait-elle l’impression d’avancer. En tout cas, quelle sensation importante que celle d’enseigner !...


Ainsi, la jeune femme ne rechignait-elle pas devant l’effort. Mais en même temps, que ferait-elle d’autre ? La brunette était comme ça. Et ça lui plaisait d’être très active. Ça lui permettait d’oublier certains épisodes récents. Ça lui permettait de progresser sur la Voie. Elle souhaitait oublié le rejet du Rentaï ou au moins l’intégrer et le comprendre. Faire avec. Surpasser cet échec qui n’en était pas vraiment un. Elle repoussait le souvenir sanglant de la bataille de la Reprise et son cortège de mort et de violence auquel elle n’était pas habituée et qu’elle ne cautionnait pas. Fuyait l’image d’Audric, qui lui avait apporté bien plus que tous les hommes qui avaient croisés sa route. Elle ne comprenait pas très bien ce qu’elle lui trouvait de plus qu’aux autres, il ne l’avait pourtant aimée que le temps d’une partie de jambe en l’air et parce qu’elle l’avait aguiché. Autrement, il ne lui aurait pas adressé un regard ce beau noble. Elle classait tout ça dans des petites boîtes. Pour pouvoir se souvenir en continuant d’avancer, pour ne pas être entravée par le poids de la mémoire. La marchombre aimait sa vie. Elle comprenait que sa Voie n’était pas rectiligne et que parfois on bifurquait ou prenait un virage. Chaque évènement avait son importance mais il fallait prendre en compte les choses dans son ensemble. Ne pas se laisser abattre à chaque complication et rebondir.


C’est pourquoi elle attendait Kylian, le guerrier roux qu’elle avait détesté à leur première rencontre. Elle patientait parce qu’elle savait qu’il finirait par venir. Son bras était guéri, il n’y avait plus rien pour les retenir. Il voulait son combat et viendrai donc le chercher. Il était comme ça. Un guerrier et un entêté. Dur mélange pour elle. Cette sangsue rousse n’abandonnerai donc pas comme ça le combat qu’elle semblait avoir attendu toute sa vie. Et ça ne réjouissait pas la marchombre. Elle ne connaissait pas à l’avance l’issue de cet affrontement. Elle ne l’aimait pas au début, et puis, au fur et à mesure de leur rencontre, elle s’était prise de sympathie pour lui qui ne semblait que la mépriser. Etonnant n’est-ce pas. En réalité, leur de leur dernière rencontre, il ne lui semblait plus être une menace. Cependant, elle était réaliste, lorsqu’il viendrait, il se battrait pour de vrai. Il ne voulait pas de combat amical. Il voulait gagner. Il voulait l’écraser, elle et ce qu’elle représentait. Et c’était ça qui était le plus inquiétant pour elle. Il était un très bon guerrier et elle une marchombre accomplie. Elle savait se battre en corps à corps mais serait-ce suffisant ? Ou alors le sur-estimait-elle ? Elle l’avait aperçu se battre lors de la Reprise, il se débrouillait bien. Clarysse devait avouer qu’elle avait peur de lui et de ce combat qu’il chercherait.


L’après-midi touchait à sa fin, elle écoutait le chant du vent et des oiseaux pendant que les chevaux caracolaient. Elle écoutait de plus en plus ce qui l’entourait : les animaux, le vent et les gens. Pour comprendre. Elle en apprenait de plus en plus. Elle suivait différents rythmes, intégrant que chaque être avait son propre rythme et que pour communiquer et comprendre, il fallait se caler sur le rythme de l’autre. Pour parler avec un animal par exemple, il fallait s’harmoniser avec celui-ci, ne faire qu’un, ainsi venait la compréhension. La jeune marchombre avançait, pas à pas. Elle n’avait réussi à « communier » qu’avec Poussière d’Etoile de bref instant. De chanter pour elle. Avec elle. La jeune femme chantait parfois lorsqu’elle était seule. Tenter de reproduire. Recommencer. Ecouter. Apprendre. On ne cessait donc jamais d’apprendre. Elle ne comprendrait jamais tout. Ca viendrait avec des efforts et du travail. Quand on n’était pas un Dieu vivant, il fallait beaucoup d’essai et d’entrainement pour parvenir à ses fins. Lorsqu’elle aurait compris comment chanter avec les animaux comme elle savait le faire pour interrompre l’action d’un Humain réceptif durant un court moment, elle voudrait peut-être savoir chevaucher la brume…
***

Un pas, deux pas, trois pas. Le silence.


Il y avait quelqu’un dans les fourrés derrière elle. Il y avait quelqu’un et elle se doutait de son identité. Elle attendit, en regardant au loin, qu’il daigne lui faire part d’une remarque acerbe, comme à son habitude. Il s’avancerait, nonchalant et moqueur. Le même rituel que d’habitude. Une nouvelle fois, il la surprit. Elle n’eut pas le temps de réagir qu’elle était à sa merci. La lame de son épée contre sa gorge. Souvenir, lorsque nous nous sommes séparés la dernière fois, c’est moi qui te menaçais. Tu n’oublies donc rien vile sangsue. Tu mènes la danse aujourd’hui. Tu te comportes comme un marchombre préférant la surprise au duel en bonne et due forme. Tu apprends vite. Fini les accroches nonchalantes. La partie était lancée. Il n’y avait pas de règles. De son dos, elle se mit face à elle, la menaçant toujours de la pointe de sa lame. Vulnérable. Si il avait voulu la tuer, un pas et elle était morte. Sans compter sur ses aptitudes à elle. Etait-elle étonnée ?


-Non, répondirent ses yeux et ses lèvres.


Puis il se recula, avec cet air faussement vexé qu’elle avait déjà vu lui semblait-elle. Il observa son épée, en admira l’éclat et le tranchant pendant qu’elle s’adossait de nouveau à son arbre. Ses yeux riaient mais comme à son habitude, elle ne souriait pas. Elle le laissa se plaindre avant de répondre, contente d’elle :


-Je ne t’ai pas oublié tu vois. J’ai même failli attendre…


Il se tourna vers elle.


-De toutes façons, qui pourrait t’oublier, tu es du genre remarquable, bruyant et… flamboyant comme mec. Ajouta-t-elle en désignant sa tignasse rousse.


Elle suivait leur petite comédie qu’ils affectionnaient depuis leur dernier long échange non alcoolisé. Ce mélange d’impertinence et de défis. La jeune femme ne l’évitait plus, elle lui donnait d’un signe de la main –ou des mains- le nombre actuel de ses coucheries. Et il lui répondait avec un petit sourire. Elle était persuadée que c’était perdu d’avance mais un défi est un défi… Et elle avait choisi de le relever. Bon d’accord, elle avait beaucoup bu, m’enfin, ça ne changeait rien au fait que comme elle s’en souvenait, il lui faudrait s’y tenir. Elle faillit grimacer à l’évocation des souvenirs de cette soirée de Bal épique et très… choquante. Puis elle tressaillit lorsqu’elle repensa au mariage d’Edel et Locktar. Au moins, à celui-ci, elle avait su rester presque sobre et avait conservé sa dignité. Si on ignorait le détail Audric… Clarysse lança une nouvelle pique, elle avait pris de l’assurance depuis leur dernier échange :


-T’es sûr que tu te sens en forme ? Je ne voudrais pas que tu sois désavantagé…



[ Je sens que je vais aimer ça \o/ Edition à volonté, comme d'hab' ]


_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Lun 11 Juin 2012 - 0:21

    Il avait été un peu déçu -au début seulement- qu'elle l'ait senti arriver sans difficulté apparente, et un peu plus encore qu'elle n'ait pas agit en connaissance de cause.
    Elle l'avait entendu venir, l'avait senti a proximité et prêt à bondir, alors pourquoi n'avait-elle rien fait ? Pourquoi était-elle restée adossée à cet arbre, sans effectuer ne serait-ce qu'un sensible mouvement de protection ou de défense ?
    Si on l'attaquait, n'était-elle pas sensée se reculer, essayer de repousser l'attaque, en bref, réagir ? Elle n'avait pourtant rien fait de tout ca, s'était contentée de lui sourire tout en restant adossé à cet arbre qui la soutenait maintenant depuis un moment.
    Ne le croyait-elle pas dangereux au point qu'il puisse la blesser faute de pouvoir la surprendre ? Quel présomptueuse. C'était rageant. Vraiment.
    Le croyait-elle trop noble pour qu'il ne l'attaque directement et fasse couler le premier sang le long de sa gorge ? Peut être un peu, mais elle le surestimait considérablement car si les conditions avaient été autres, il n'aurait pas hésité une seule seconde.

    Mais le fait était la, et elle avait senti sa présence sans même qu'elle n'ait eu besoin de bouger de son spot, ne lui laissant aucune chance de la surprendre.
    Mais ce qui l'ennuyait surtout, c'était qu'elle n'avait même pas prit la peine de le prévenir, le laissant totalement perdre son temps dans ses vaines tentatives pour la prendre au dépourvu et de ce fait de le faire passer pour le plus ridicule des imbéciles. Mais bon. Il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, il s'était bien amusé à ses dépends lui aussi, c'était un juste retour des chose.

    Ah il était loin le temps où il pouvait la surprendre et lui tomber dessus sans prévenir, perché depuis un arbre ou une poutrelle et admirer l'expression étonnée et irrité à la fois au fond de ses prunelles.
    Et pourtant c'était il n'y avait pas si longtemps de ca.
    Elle avait fait des progrès c'était certain. Elle était devenu moins naïve, plus observatrice et un peu plus méfiante peut être également, palliant à tout ce qui avait été ses principales faiblesses lors de leurs premiers échanges.
    Il l'avait aidé à s’améliorer mine de rien -si véritablement ce changement faisait suite à leur rencontres ce qui était plutôt quelque chose d'inattendu venant d'une marchombre, l'une de ses êtres si spéciaux qu'il considérait tantôt comme des demis dieux, tantôt comme les plus horribles de démons.
    Certes ce n'avait pas été son but premier, loin de la, mais s'il n'avait pu qu'enseigner de petites choses de cet acabit à une marchombre, son orgueil s'en retrouverait décuplé. Les marchombres étaient si supérieurs au communs des mortels dans tout ce qu'ils faisaient, possédaient des techniques de combat tellement parfaites que leur apprendre des techniques aussi banales, des petits riens tel que celui-ci semblaient relever de l'impossible, et pourtant il y était arrivé.

    Alors il aurait du se sentir fier d'avoir contribué à l'évolution et à l'amélioration de ses techniques - quoi qu'amélioration restait un bien grand mot, mais elles se retournaient maintenant contre lui et il n'était plus question de la surprendre désormais. Il avait eu sa chance par le passé, deux fois déjà, c'était deux fois de plus que ce qu'il n'aurait espéré. Mais cette aubaine prenait fin et il lui faudrait trouver autre chose désormais, il en était conscient.
    Et puis, comme ca, il en tirerait davantage de gloire et d'orgeuil lorsqu'il lui ferait plier genoux.
    Parcequ'il avait envie de gagner, il avait la rage de vaincre, une foutu passion pour le combat qui devenait insatiable des lors qu'elle tournait autour des marchombres.
    Parceque ses pupilles brillaient et ne la lâchaient jamais des yeux malgré les apparences.
    Mais il fallait attendre, un peu, juste encore un petit peu, pour savourer l'instant, sentir la venu du combat faire vibrer ses sens et tendre tout ses muscles. Profiter.


    - De toutes façons, qui pourrait t’oublier, tu es du genre remarquable, bruyant et… flamboyant comme mec.

    Il la regarda et eut un petit sourire en coin.

    - Ouh mais c'est que tu me flattes.

    Il rajouta, malicieux.

    - Tu ne serais pas un peu en train de me draguer la ?

    Ses yeux rieurs croisèrent les siens.
    Elle avait évolué, vraiment. Quelques temps plus tôt elle se serait agacé de ses taquineries et aurait simplement cherché à l'éviter ou à le ramener sur la voie de la sagesse par je-ne-sais-quel-moyens, maintenant...
    Elle lui sourit et lui donna un chiffre de ses mains. Kylian ne pu s’empêcher d'avoir un petit sourire lorsqu'il comprit ce à quoi elle faisait référence. Il n'aurait pas cru qu'elle aille jusqu'au bout et tienne le paris, après tout il était plus simple d'oublier quelque chose qui ne nous va pas que de le réaliser, contre toute attente elle avait tenu a le tenir pour une raison qui lui échappait mais qui le réjouissait néanmoins. Malheureusement pour elle c'était sur son terrain qu'ils jouaient et dans ce domaine la, il était un as. Il connaissait toutes les ficelles du métier et pour arriver à ses fins il savait exactement ce qu'il fallait faire. Elle n'avait aucune chance.
    Et son sourire moqueur fut la seule réponse qu'elle eu et dont elle du se contenter, pour la simple et bonne raison qu'il n'avait tout simplement pas compté.

    La marchombre renchérit finalement par une petite pique qui le fit grimacer et sourire à la fois et auquel il répondit sur le même ton.


    - Je pense que ca devrait aller pour ma part, mais si je t'écrase trop facilement, t'inquiète pas, on pourra dire que tu te sentais un peu faible.

    Il eu un sourire un peu bestial en se tournant vers elle.
    Parce-qu’il ne voulait pas perdre, il voulait l'écraser, la voir douter, voir la peur faire briller la prunelle de ses yeux et des frissons faire frémir ses avants bras, parce-qu’il voulait gagner.
    Il se détourna finalement d'elle et dirigea de nouveau son attention sur son épée, admirant de la même manière les rayons du soleil qui faisaient luire son tranchant.


    - Mmmh au fait, Audric...

    Il baissa sa lame et laissa volontairement un petit temps avant de continuer, histoire de l’embêter un peu et de capter son attention et la destabiliser, surtout penser à autre chose en fait pour qu'elle ne se concentre que la dessus, et en oublie sa garde. Leur échanges étaient jusque la inoffensifs, ils n’y auraient donc aucunes raisons pour qu'ils deviennent agressifs tout à coup Mmh ?

    - Très sympas.

    Il ne la regardait toujours pas.
    Réfléchit, réfléchit à ce que je veux bien vouloir dire petite marchombre, réfléchit et oublie que je tiens l'arme qui verra ta chute entre les mains.


    - Et puis c'est un beau mec j'avoue, mais...

    Il attendit une seconde, peut être deux, pour qu'elle place toute son attention dans ce 'mais' dans ce petit mot qui mettrait il l'esperait, ses éninges en ébultion et lui offrirait la fenetre de tir qu'il esperait.
    Sans prevenir il bondit sur elle, lame en avant et visans ses cotes. Sa réaction fut rapide, précise et en quelques secondes leur positions furent inversées. Il se retrouva face à l'arbre et elle, la ou il se tenait quelques secondes auparavant.
    Dans un grand sourire victorieux il se tourna lentement vers elle.


    - Mais tu as baissés ta garde.

    Le combat était lancé, plus question maintenant de faire demi tour et elle serait sienne le temps de ce combat. Prépare toi petite marchombre, car ca fait trop longtemps que j'attend ce jour et je compte bien ne pas en revenir perdant.


    [First round: DING ! o/ J'te laisse choisir si il l'a touché ou non & comme d'hab', edit au besoin ;] ]





_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 161
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Mar 19 Juin 2012 - 0:35

Clarysse regardait le roux avec un regard malicieux, elle détestait de moins en moins ses petites piques, elle commençait à comprendre que ce n’était pas contre elle, qu’il était comme ça de base. Que c’était comme une manière de se défendre d’attaquer les gens par les moqueries. Qu’elle n’avait pas le choix et qu’elle ne le changerait pas. Enfin, elle pouvait toujours essayer, hein. A elle de faire avec ou de le fuir à chaque fois qu’ils se croisaient. Et comme elle l’appréciait en réalité au moins un peu, elle avait décidé de jouer avec ça. Elle avait décidé de s’amuser plus depuis cette soirée au bal qui lui avait remis un peu les idées au clair. Elle n’avait pas vraiment d’amis à l’Académie et passait beaucoup de temps avec les chevaux. Et ces derniers, malgré leur intelligence, ne pouvait tenir une conversation normale. M’enfin, certains de ses réflexes de protections subsisteraient toujours. Elle le savait. Elle ne serait jamais une toute autre personne et elle l’espérait. Rester elle-même en prenant des virages et en sautant par-dessus les obstacles. Le roux qu’elle avait pris au début pour un gamin était devenu presque attachant. Malgré elle et malgré lui aussi.


Mais il la gonflait toujours autant. Il avait ce côté provoquant qui l’énervait proprement. Ils étaient complètement opposés ses deux-là. Elle avait souvent envie de lui mettre son poing dans la figure. Pour le faire taire principalement. Il lui avait appris des choses et elle avait progressé. Elle ne serait pas idiote au point de se laisser critiquer sans rien faire. Clarysse espérait continuer d’avancer et que ce combat ne la fasse pas retomber dans sa spirale de pathétisme et de doute qui la caractérisaient avant. Elle ne réagit qu’à ce moment-là à sa remarque précédente. Ainsi, elle le draguait… Et puis quoi encore ?! Elle allait lui beurrer ses tartines du matin aussi ?! Il la prenait pour qui ? Ralalah, quand arrêterait-il de prendre ses rêves pour la réalité ? Quand le soleil se lèvera à l'ouest pour se coucher à l'est . Ce jour-là serait des plus heureux pour elle. La marchombre réagit rapidement à sa taquinerie sur sa faiblesse en cas de perte :


-Moi faible ? Parle pour toi ! Et si tu perds, on dira que c’est parce que le temps était humide et que du coup t’avais mal au bras…


Kylian la regardait avec attention, avec une sorte de férocité dans les traits. Une animalité. Il suivait ses instincts et ceux-ci lui dictaient de se battre avec elle et de tout faire pour la battre semblait-il. Ce qui était assez angoissant puisque la jeune femme n’aurait pas la même rage que lui et mettrait donc moins de cœur au combat. Ainsi, elle lui donnait plus de chances de réussir à la battre. Il faudrait qu’elle se trouve une bonne raison de vouloir lui filer une raclée… Mais c’était facile en fait. Elle avait souvent eu envie de lui faire ravaler son égo à cette sangsue. L’écraser serait une très très bonne manière de le faire taire. De lui apprendre une ou deux leçons de la même manière qu’il lui en avait apprises quelques-unes. Ne plus se moquer d’un marchombre serait une idée. Lui apprendre à ne pas sous-estimer les gens. Enfin, le battre quoi. Histoire de lui prouver qu’elle était capable de faire quelque chose d’autre que se faire surprendre par un garde aux cheveux de feu.


Il changea de sujet si subitement qu’elle en fut déstabilisée. Elle ne s’attendait pas à ça. Mais alors pas du tout à ça. Pourquoi donc Audric sortait-il de la table ? Quel en était l’intérêt ? Il citait le jeune homme et elle restait là, perplexe. Il admirait son épée tout en parlant, comme dans le vide. La marchombre fit discrètement la moue, devant ce nom inattendu dans la discussion. Enfin, le fait qu’il le cite prouvait qu’il avait du respect pour ce qu’elle avait fait. Elle avait conquis quelqu’un qui avait de l’importance à ses yeux. Qui avait une valeur. Elle avait certainement gagné un peu de son respect avec cette soirée. Elle se rengorgea durant un court instant, ravie. Ca avait été une expérience des plus originales pour la femme. Faire preuve de spontanéité pour séduire. Tout ça pour un défi. Mais, est-ce que ça avait vraiment de l’importante cette histoire ? Il avait dû se taper des demoiselles bien plus intéressantes…


Soudainement, son changement de conversation prit tout son sens. Faire baisser sa garde. Il bondit sur elle, tel un chat qui avait attendu que l’on tourne la tête pour se ruer sur la nourriture. Son épée au clair, il lança le combat. Et elle n’était pas du tout dedans, concentrée sur son allusion à Audric. Elle ne se sauva qu’en se déportant au dernier moment sur le côté, laissant sa lame dessiner une ligne sanglante dur sa joue gauche. Le feu vert avait été lancé, et elle avait tout intérêt à se bouger au plus vite, si elle ne voulait pas finir embrochée au fond du parc. Ce qui serait une fin des plus tragiques et mélodramatiques. Elle prit un temps pour respirer un grand coup afin de chasser les pensées parasites pendant que Kylian se remettait en position. Saisissant la dague présente à sa taille, elle replaça sa garde. Elle n’oubliait pas le poignard dans sa botte droite mais pour l’instant, elle ne voulait pas s’en servir. Bien campée sur ses pieds, elle essuya le sang de sa joue d’un revers de main et déclara, les yeux rieurs :


-C’était une attaque en traître ça ! Tant pis, je ne retiendrai pas mes coups…


Ils se tournèrent autour un instant, pour se jauger l’un l’autre. Ne pas le sous-estimer. Se concentrer. Chercher les failles dans sa garde. Chercher ses propres faiblesses. Elle avait pour elle la vitesse te la dextérité. Il avait pour lui sa force et la longueur de sa lame. Que pouvait une dague contre une épée en combat rapproché de ce genre ? Elle pouvait tenter de le fatiguer mais il était possible qu’il soit aussi endurant qu’elle. Qui sait, peut-être entre ses heures de feignasserie, il courrait ou s’entraînait ? C’était vraiment aléatoire comme combat. La marchombre allait devoir danser. Et bien en plus. Puisque sa vie en dépendait. Ce combat ne s’arrêterait que lorsque l’un ou l’autre abandonnerait. Et comme elle ne comptait pas le faire de sitôt et que lui ne semblait pas avoir envie de le faire, il faudrait parvenir à le mettre en échec. D’une manière qu’il ne puisse pas contester. Elle ne sortirait pas indemne de son duel. Il était venu pour qu’elle honore sa promesse et elle le ferait. Elle allait lui offrir un combat à sa mesure, il ne serait pas déçu.


A son tour, elle s’élança, légère et vive. Visant son abdomen de son poignard, elle fut contrée par celle se Kylian. Et ils commencèrent leur danse. Faite d’attaque, de parades, d’esquives et de fluidité. Il était fort. Bien plus que se nonchalance le laissait paraître. Il avait suivi, comme elle le pensait, une bonne formation. Mais son style était plutôt classique pour le moment, il se battait donc pour la première fois contre un marchombre. Alors que ce n’était pas la première fois qu’elle combattait un guerrier. M’enfin, aucun de ceux qu’elle avait vaincus n’avaient son niveau. La force qu’il mettait dans ses coups l’ébranlait à chaque fois qu’elle parait. Ainsi, elle tentait d’esquiver la majorité de ses attaques. Tout en essayant de l’atteindre. Après un assez long échange, elle trouva enfin le moyen de l’atteindre. En évitant un de ses coups circulaire, elle profita de son déséquilibre temporaire pour s’en prendre à son flanc laissé sans protection. Elle traça une estafilade sur sa cuisse avant de se retirer le plus vite possible. Ce n’était qu’une égratignure, mais ainsi, ils auraient chacun la leur. Elle en profita pour jouer à leur petit jeu :


-Tu devrais abandonner, t’es trop lent !



[Un partout, la balle est dans ton camp o/ Comme d'hab' je peux éditer I love you ]


_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Mar 17 Juil 2012 - 21:43

    Il la toisait de son regard amusé et moqueur, tenant son épée d'un air détaché, du bout des doigts.
    L'attaque avait été rapide, fugace et aurait surpris bon nombre de ses adversaires en temps normal. Il faut dire que c'était ce qui fonctionnait le mieux. Déstabiliser l'ennemis. En combat, la chance a toujours son importance, mais l'attention encore plus car il suffit d'une pensée fugitive, d'un petit rien pour finir face contre terre. Oui la concentration jouait un rôle, de même que la fatigue, la technique et la chance, mais elle pouvait se révéler être un atout précieux comme la pire des faiblesse.
    Toujours est-il qu'elle pouvait se trouver être une formidable façon de pousser le combat à son avantage lorsque l'on savait se jouer de celle de son adversaire.
    Et lui, il savait le faire.

    Mais quand l'ennemis en question se trouvait être un marchombre, la tactique était à revoir. A tout les coups. Elle ne se laisserait jamais berner par tel stratagème. C'était un truc de fourbe, la base en matière de duel, l'erreur du débutant, ne pas se laisser déconcentrer. C'est ce qu'il avait cru en lui plongeant dessus, sa lame assoiffée de victoire. C'était ce qu'il avait cru avant de percevoir un éclat de surprise dans les yeux de la marchombre avant qu'elle ne se soustrait à son arme avec cette souplesse et cette vivacité qui lui était propre. C'était ce qu'il avait cru avant de voir perler au bout de sa lame un rouge profond qui le fit frissonner d'un plaisir inattendu.
    Non, impossible... Et pourtant. C'était de bien son sang à elle qui avait rougit sa lame. Il l'avait touché, il l'avait...Blessé.
    L'immense bonheur qu'il ressentit, la jubilation interne qui dilata ses pupilles le poussèrent plus que jamais dans l'audacieuse idée que ce combat était à lui, cette victoire pour lui.
    Le premier sang lui appartenait.

    Il la nargait.
    Elle ne l'avait pas pris au sérieux, ou pas assez et son sang goûtait désormais à la pointe de son épée.
    Oh quel délicieuse victoire que c'était la.
    Un frisson de plaisir, de joie et d'excitation fit trembler sa colonne vertébrale et cette première victoire lui donna des ailes. Il avait l'impression d'être plus fort encore, d'avoir des muscles plus puissants, une attention plus poussée et un regard plus perçant.
    Il se sentait invincible.
    Oh bien sur, pas au point de la battre à plate couture ni elle ni aucun autre, ni même de s'en tirer avec tant d'aisance qu'elle se retrouverait ridiculisé elle et sa Guilde de marcheurs silencieux.
    Mais assez fort pour la blesser, la feinter, la déstabiliser et puis la battre.
    Assez fort pour gagner.

    D'un élan vif elle lui avait échappé et avait calmé son souffle qui s'était brusquement accéléré suite à son attaque. Sans lui tourner le dos, évidemment,à q uoi s'attendait-il ? Il ne pouvait la juger comme une débutante après tout, elle était marchombre et c'était la pire des choses à faire.
    En quelques secondes à peine elle fut prête à faire face.
    C'était remarquable, cette rapidité à se mettre en place et à être prêt à repartir si rapidement. Mais s'il s'en serait emmerveillé habituellement, ce fut surtout le bref instant pendant lequel elle s'était trouvé vulnérable qui fit plisser ses yeux de contentement.
    Son regard furibond le fixa avec rage sans le quitter des yeux. Cette situation lui attira un nouveau sourire. Elle le considérait désormais avec plus d'attention qu'elle n'en avait jamais eu, son orgueil marchombre blessé de s'être faite piégé de la sorte, bien décidé à ne plus rien laisser passer.
    Il ne l'aurait pas deux fois et elle ne l'aurait pas à ce jeu la non plus.
    Dans un sourire il lui répondit.


    - C'était pas comme si tu n'étais pas prévenue.

    Et je n'en attend pas moins de toi.


    Et commenca enfin le combat.
    Il gardait un air détaché de surface, son attention toute entière portée sur celle qui lui faisait face et près à réagir au moindre besoin.
    Ils se tournaient autour, comme deux chiens qui se jaugents, aboie et grogne mais ne mordent pas. Pas encore.
    Elle le jugeait, l'évaluait selon ses propres critères, ses critères marchombres et ajustait ses observations aux coups qu'elle lui porterait bientôt.
    C'était contrariant, irritant de se savoir ainsi observé, et plus encore de savoir certaines de ses failles découvertes de cette façon. Mais il ne pouvait de toute façon pas y échapper et lui plonger encore une fois dessus pour mettre fin à son expertise serait une erreur qu'il ne serait pas assez stupide pour commettre. Alors il tentait de garder son allure négligé sans toutefois abaisser sa vigilance.
    Il aimait à observer ses adversaires comme elle le faisait avec lui, c'était une bonne source de renseignement sur la personne, la façon dont elle se déplaçait, tenait son épée et tant d'autres. Mais il ne pouvait pas l'appliquer à ce combat ci pour son plus grand malheur. Observer et analyser Clarysse lui demanderait une trop grande attention, bien plus que ce qu'il ne pouvait se permettre mais elle n'était pas une inconnue non plus, il était donc moins désavantagé qu'il ne pouvait le paraître.

    Enfin, elle s'élança.
    Kylian para son coup et la repoussa, gagnant à peine le temps qu'il lui fallait pour se mettre en position à son tour.
    Elle était vive, légère et frappait avec précision, visant ses points les plus faibles. Mais si ses capacités marchombre faisait d'elle une redoutable adversaire, son fanatisme morbide pour les marchombres et sa joue blessée lui donnait plus de force et de puissance que n'importe quoi au monde. Sa lame frappait les siennes avec une violence et une fougue qu'il ne se connaissait pas tant et si bien qu'il la frappait avec acharnement, la sentant déstabilisé lors des chocs.
    Il avait momentanément le dessus, la poussant à parer ou esquiver la plupart de ses coups jusqu'à ce qu'il sente le contact vif et glacé d'une dague contre sa cuisse.
    Son genoux se fléchit tandis qu'il s'écartait d'un bond. Bonne joueuse elle fit de même.

    Il jeta un rapide coup d'oeil à sa blessure et lui sourit en retour.
    Ce genre de petites piques elle ne les aimait pas, pas quand elles lui étaient destinés en tout cas. Il l'avait bien vu au froncement de sourcil qu'elle avait eu lorsqu'il avait commencé à la taquiner et du bilan de leur précedants échanges. Non elle n'aimais pas ca, à moins d'en être la locutrice. Elle aimait se sentir puissante, sure d'elle, aucuns des qualificatifs dont il aurait cru pouvoir affubler les marchombres.
    Son regard carnassier se planta dans le sien.

    Profite en, fait ta maligne car ca ne durera pas.

    Elle s'attendait à ce qu'il lui reprenne le combat, enchaîne des coups plus rapide encore. Alors c'est ce qu'il fit. L'action était épuisante et la marchombre parait chaque coup avec une aisance qui en aurait découragé plus d'un mais la encore, sa passion invertébré pour les hommes de l'ombre le poussait à frapper encore et encore et il lui semblait même être insensible à la fatigue tant l'excitation du combat menait tous ses gestes.
    Elle perfora une seconde fois sa défense, glissant sa dague au niveau de sa hanche et s'écarta presque aussitot. Elle pensait certainement qu'ils allaient tout deux s'écarter une nouvelle fois, reprendre leur souffle et à elle d'ajouter une pique à son encontre, mais il ne lui en laissa pas le temps.
    Sans attendre il avanca en même temps qu'elle fit un pas en arrière et visa son épaule. La rata.
    Il s'écarta alors d'un bon et frappa de nouveau, elle plia légèrement le genoux et dévia son coup d'un geste du poignet mais elle ne pu le détourner totalement par la seule force de son poignet droit aussi un nouveau filet de sang vint s'ajouter sur sa pointe. Superficiel.
    Mais cette égratignure lui arracha un grondement de satisfaction et dopa encore plus son morale.
    Techniquement parlant et au niveau de leur blessures mutuelles il n'était pas celui qui dominait mais son morale au beau fixe et sa rage de vaincre se refusaient à l'abaisser au rang de simple souris au prise avec un chat.

    Non, il avait beau se révéler plus faible qu'elle au combat, d'entre eux deux c'était lui le chat...

    De nouveau face à face il lui sourit une nouvel fois, provoquant.


    - Bha alors, on tient plus debout ?

    En ricanant il s'écarta de nouveau.

    - Merde alors, moi qui croyait que tu ne retiendrais pas tes coups.

    ...Et elle n'aimait définitivement pas être la souris.



    [Désolé du retard T_T Pour m’excuser je te laisse le rouquin Pwnd lui sa gueule o/ ♥ ]



_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 161
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Dim 12 Aoû 2012 - 18:00

Clarysse commençait à avoir peur pour l’issue de ce combat. Elle craignait le sourire carnassier du jeune homme à chaque fois que le sang coulait. Elle redoutait ce regard inflexible qu’il vrillait sur elle. Elle paniquait face à la force qu’il mettait dans ses coups, à l’aisance avec laquelle il parait ses attaques et à la puissance de sa détermination. Elle était presque terrorisée. Ce n’était pas un jeu. C’était un combat pour sa vie. Si elle était vaincue, elle tomberait plus bas que terre. Et puis, si la déception du guerrier prenait le dessus, il finirait par certainement la tuer par dépit. Elle ne pouvait pas échouer. Elle se savait capable de se surpasser et de le battre. Elle ne se laisserait pas faire. Sa Voie était de plus en plus lumineuse depuis qu’elle l’avait rencontré. Sans le savoir et même sans le vouloir, il l’avait aidée. Et ça, elle ne lui avouera jamais. Ils avaient tous les deux bien trop d’égo. M’enfin, elle se savait plus entraînée à ce genre de combat, elle se savait plus rapide et plus agile que lui, elle avait de la force aussi et elle commençait à vraiment à rentrer dans le combat. L’adrénaline affluait dans ses veines.


Kylian frappait, encore et encore, comme une machine bien huilée. Et elle devait rivaliser d’adresse et de vitesse pour éviter ou parer les coups. Pour ne pas que son épée ne l’embroche de part en part. Pour ne pas qu’il la blesse sérieusement. Ce n’était plus un jeu et il ne retenait plus ses coups. Il mettait dans chacun d’entre eux la force nécessaire à la transpercer de part en part. A elle d’en faire de même. Mais elle n’arrivait pas à s’y résoudre, elle ne voulait blesser personne, elle ne voulait pas être celle qui dévoile ses compétences. Elle avait toujours tenu à son anonymat et lui l’avait forcée à se montrer. Tombée dans son piège. Faible. Pouvait-elle avouer qu’elle se sentait vulnérable durant ce combat ? Et un peu démunie face à l’ampleur de sa tâche ? Alors, qu’elle commençait à douter, elle parvint une seconde fois à percer sa défense et à le blesser très légèrement avant de se retirer aussi vite qu’elle était arrivée. C’était une petite et maigre victoire mais une victoire quand même.


Ayant crié victoire trop tôt, elle n’anticipa pas qu’il la suivrait en attaquant immédiatement à sa suite. Elle esquiva le premier coup. Il s’écarta. Puis lui assena un second coup d’une telle puissance qu’elle ne put le détourner complètement de sa lame seule. Il la blessa légèrement. Mais ce n’était pas que sa chair qu’il atteignait à ce moment précis. Il y avait aussi son moral. Il y a avait la relative douleur qui la brûlait aux deux endroits touchés et il y avait la colère froide qui montait. La détermination. La rage de vaincre qui lui faisait défaut depuis le début du combat. Ça ne changerait pas grand-chose en réalité sur le duel en lui-même, elle n’allait pas se transformer en Berserk Thül sous amphétamines. Mais ça lui offrait une chance de se dépasser, de transcender ses limites pour le détruire. D’avoir une vision de ce combat moins faussé. Elle entrait réellement dans le combat. Clarysse ne jouait plus.


Ils se regardèrent un instant, instant décisif. Instant où elle ne prêta que peu d’attention à ses taquineries habituelles. Il avait raison, elle n’avait pas joué le jeu à fond, elle ne s’était pas donnée à cent pourcent. Elle était restée faible et il avait de la matière à se moquer. Mais elle ne releva pas plus que ça et ne lui répondit que par un sourire calme. Elle profita de cet instant de répit imposé pour se forcer à respirer calmement, car elle ne devait pas se sentir fatiguer. La vraie bataille commençait et elle espérait avoir assez d’endurance pour tenir le coup. Leur petite joute verbale devenait bien moins intéressante que l’issue de cette fin d’après-midi. Et, de la même façon, leurs moqueries respectives comptaient bien moins que rester concentrée sur sa cible. Ne pas se disperser. Devenir le chasseur qui traque sa proie en débusquant la moindre de ses faiblesses. Clarysse était parfaitement de taille pour ce nouveau défi.


Elle réengagea le combat, guettant une ouverture qui ne venait pas, surveillant la fatigue de son bras et redoublant d’adresse. Les deux combattants redoublaient de puissance et de diversité dans les coups. Surpasser son adversaire. Avoir le bras sur quand une contre-attaque portera enfin ses fruits. Que les appuis soient biens en place quand il faudra parer un coup mortel. Savoir reconnaître une ouverture dans la garde de l’autre et rester assez prudent pour ne pas tomber dans un piège. Corps et esprit. Il allait falloir maintenant, qu’elle se la joue marchombre et qu’au lieu de privilégier la force brute, elle s’emploie à utiliser un peu plus cette ruse qui les caractérisaient. La jeune femme se devait aussi de rester calme et maître d’elle-même. De ne pas foncer tête baissée dans ses pièges à lui. Passer au-dessus des cordes tendues.


Alors qu’elle détournait une nouvelle fois la lame de Kylian de son poignard, elle tenta une attaque un peu plus frontale. Elle contre-attaqua en se faufilant derrière sa garde le temps de lui asséner un coup du tranchant de sa lame à la cuisse droite. C’est lorsqu’elle vit le sang couler sur son propre bras, qu’elle réalisa qu’elle avait mal et qu’une nouvelle blessure s’ajoutait à son palmarès. Merde. Elle qui voulait marquer des points venait de se faire avoir à son propre jeu. Elle accorda un regard rapide à sa plaie qui ne saignait finalement que peu. Superficielle. Regardant celle de Kylian et le sang sur son poignard, elle comprit que la sienne serait bien plus gênante. Il ne sembla pas trop s’en préoccuper et relança le combat. Clarysse savait maintenant que son appuis sut la droite ne serait plus aussi bon. Elle pourrait donc jouer avec ça.


Ou du moins essayer. Il avait la niaque ce garçon. Il en avait encore dans le ventre malgré le coup qu’il venait de subir. Il ne lui laissait plus aucun répit. Jusqu’au moment où son coup fut si fort qu’en le parant, son poignard tomba au sol. La marchombre, réagit au quart de tour. Ne lui laissant pas le temps de se remettre en position pour prendre l’avantage sur elle, elle lui assena un grand coup de poing dans le visage, sans y croire vraiment. Finalement, ça sembla le sonner un court instant et elle en profita pour rouler au sol et récupérer sa dague d’un mouvement fluide. Elle se remit en position, prête, comme lui, à toutes éventualités et en profita pour mettre du sel sur la plaie du guerrier :


-Alors, ça fait quoi de se faire frapper par une fille ?


Étonnamment, Clarysse ne ressentait pas encore la fatigue, obnubilé par le combat et alimentée à son adrénaline. Elle était prête à en découdre encore. Calme et désireuse de lui asséner le coup final.


[Hope U enjoy I love you Peut-être bientôt la fin de ce combat épique ? Smile ]


_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Dim 2 Sep 2012 - 20:09

    Son assaut, surement plus que ses mots, avait fait mouche et il devinait aisément que sa contre attaque devait lui laisser le gout amer d'une victoire volée au bord des lèvres.
    Et ca le fit sourire.
    Depuis le début du combat il ne jouait pas à la régulière, dès le lancement des hostilités même, elle avait pourtant du le remarquer mais sans doute n'avait elle pas pris suffisamment conscience du mode de combat que son geste sous entendait. Ce n'était pas d'un duel en bonnes et dues formes dont il était question, c'était un combat, un vrai combat. Un combat dans lequel l'honneur du geste n'avait pas sa place, un combat brusque et violent, un combat brutal où tout ce qu'ils feraient ne serait qu'un support, un tremplin pour accéder à la victoire qui seule comptait. Peut importait les coups, les gestes et les mots, le résultat serait seul juge de leur affrontement.
    Il lui faudrait être le plus malin, agir de façon la plus inattendue qui soit. Attaquer en traître, la surprendre pour renverser l'issu du combat, il ne pouvait compter que sur ces artifices pour la voir tomber un genoux à terre. Parcequ'il n'était pas idiot au point de se croire supérieur techniquement parlant, elle était plus souple, plus agile que lui et la moindre parcelle de sa peau respirait de cet entrainement marchombre qui lui ferait toujours défaut. Un entrainement secret, redoutable qu'il ne pouvait négliger.
    Mais il avait encore un atout dans sa manche.

    La marchombre se tourna vers lui et ses yeux noisettes se plantèrent dans les siens, irrités, déterminés.
    Et ce regard qu’elle lui porta le fit intérieurement rugir de plaisir.
    Elle ne lui adressait plus ce petit sourire moqueur qu'elle lui avait servit quelque temps plus tôt alors qu'elle se sentait en position de force, ne s'amusait plus à le taquiner sur sa prétendu faiblesse en affirmant par la même occasion la supériorité marchombre face à lui, elle prenait enfin conscience qu'il n'était pas si faible qu'elle aurait voulu qu'il le soit. Elle avait réalisé qu'elle ne menait pas ce combat comme elle l’espérait et cette constatation lui plaisait terriblement.
    Et puis il y eu son sourire, froid.
    Le garde sentit son coeur s’accélérer et une vague de frisson l'envahir.
    Ce sourire... Il l'avait déjà croisé, de nombreuses fois même mais jamais sur son visage à elle.et il n'avait rêvé que d'une seule chose depuis qu'il l'avait vu poser son premier pied dans cette salle d'entrainement désertée, que d'une seule. Et voila qu'elle lui offrait maintenant ce qu'il n’espérait plus. Un regard de feu et un sourire figé. Elle avait la rage.
    La colère et la détermination brûlaient dans ses yeux tel un brasier de fureur, à l'opposé de son sourire froid et calme. Cruel.
    L'ange d'harmonie n'était plus, la guerrière en soif de victoire contrôlait maintenant ses gestes.
    Elle se réveillait.

    La marchombre ferma les yeux pour reprendre son souffle, une seconde, deux secondes.
    Elle n'avait pas peur qu'il l'attaque en traître comme il aurait pu le faire, elle n'avait pas peur car elle savait qu'il ne le ferait pas. Puis ses paupières se soulevèrent et d'un bond, leur lames s'entrechoquèrent de nouveau.
    Leur assauts respectifs furent plus violents encore, plus brusques et plus sauvages et malgré la force portée dans chacun de leurs coups, ils esquivaient, paraient et se repoussaient toujours avec cette même rapidité et cette même aisance, sans laisser le moindre répits à l'adversaire, infatigable.
    Du moins en apparence puisque malgré l’adrénaline du combat et l'excitation de la victoire, Kylian fatiguait un peu et il savait qu'il en était de même pour l'autre combattante leur blessures tout autant que le rythme soutenu qu'ils s'imposaient mutuellement oblige, mais il préférait mourir plutôt que de montrer le moindre signe de faiblesse et il en était de même pour elle.
    La victoire serait à celui qui ne craquerait pas.

    Au détour d'une énième attaque, la marchombre plongea jusqu'à lui et sa dague déchira sa chemise qui se teinta de sang. Sans plus réfléchir, le garde frappa son bras en se reculant. Trop tard.
    Tout d'eux s'écartèrent et Kylian jeta un rapide coup d'oeil sur la longue estafilade qu'elle avait tracé sur sa peau.
    Mal placée, très mal placée.
    A l'endroit exacte où elle l'avait touché précédemment.
    Elle avait bien jouée la garce.
    Oubliant la douleur il se redressa et reprit une position de combat. Elle n'avait pas besoin de voir qu'elle l'avait touché plus sérieusement que les fois précédentes et puis il pouvait passer outre cette douleur, il avait déja eu affaire à pire et ce n'était définitivement pas deux coupures coup sur coup qui l’empêcherait de gagner ce combat, il serait prêt à supporter toutes les souffrances, il l'attendait depuis trop longtemps.

    Et aussitôt dit, les hostilitées reprirent plus féroces que jamais.
    Et à sa rage de la vaincre, marchombre, se rajouta la rage de s'être laissé blessé de la sorte. Cette victoire lui appartiendrait, elle était pour lui et pour lui seul et ses petites fourberies marchombres ne pourraient rien y changer parce-qu’il était bien trop déterminé pour lui laisser prendre l'avantage.
    Et il crut gagner, au moment ou, sous le coup d'un assaut plus violent que les précédents, le poignard de son adversaire tomba au sol. Il dressa son épée, prêt à l’abattre sur ses flancs et à la faire tomber au sol, pret à lui faire mordre la poussière lorsque BAM !
    Il recula de deux pas.

    Sans blague, un coup de poing ?
    Il l'entendit, moqueuse lui faire face.
    Il s'était trompé, sur toute la ligne. Elle avait bien pris conscience que se battre à la loyal n'était pas le meilleur moyen pour gagner contre lui, elle le savait et s'en était accommodé à la perfection et pour cause, il n'avait rien vu venir. Il faut dire qu'il n'y avait pas pensé non plus, jamais il n'aurait envisagé de mettre un terme à ce combat de cette façon mais maintenant qu'elle ajoutait de nouvelles règles...
    Et elle semblait fière d'elle, fière de son coup qui lui tirait un grand sourire.
    Mais ce qu'elle ne comprit pas c'est que son geste signa son arrêt de mort (lolilol).
    Elle voulait la jouer comme ca ? Parfait, il ne se generait donc pour lui rendre la pareil.

    Il lui adressa un sourire tordu, la main droite sur le nez, gardant quelques seconde la même position.
    Oh elle ne l'attaquerait pas, pas tout de suite, pas dans cette position, elle savourait bien trop de le voir dans cet état pour cela, il le savait.
    Kylian secoua la tête et reprit position.
    Elle l'attendait, encore ce sourire aux lèvres, un sourire victorieux. Ecoeurant. Elle le ravalerait bien assez tôt.
    Et les lames s'entrechoquèrent de nouveau avec force dans un combat sans merci pourtant différent de ceux qu'ils avaient fait. Différent dans le sens qu'elle gagnait du terrain. Clarysse se démenait comme une diablesse tant et si bien qu'elle réussit à percer de nouveau sa défense. Deux fois.
    Son coup précédent lui donnait des ailes et il était difficile pour le garde n'était-ce que de tenter le moindre coup, de plus elle jouait de ses blessures, l'obligeant à s'appuyer sur sa jambe droite, sa jambe blessée. Perfide. Bien joué.
    En repoussant l'un de ses assauts il la vit sourire. Elle semblait plus sure d'elle désormais, c'était ce qui donnait à ses coups leur force et leur vivacités, mais toute force peut devenir faiblesse...

    Lors d'une nouvelle attaque de Clarysse particulièrement tordue, le garde fit mine de perdre son arme, la marchombre en profita pour plonger sur lui, la dague en main, bien décidé à marquer une nouvelle fois sa peau, ce qu'elle commença d'ailleurs avant qu'il ne la stoppe. Brutalement.
    Son autre main s'était saisit de la poignée et, dans un geste sec, il l'avait frappé au crâne.
    Elle tomba au sol et sans attendre une seule seconde, Kylian visa sa nuque.

    Qu'on lui coupe la tête !

    Elle évita le coup meurtrier grâce a ses formidables réflexes marchombre , du moins en partie, ses clavicules étaient en sang.



    [Finish him ! o/ ]





_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 161
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Dim 9 Sep 2012 - 22:27

[Ah, l'epicness de ce rp *.* J'espère que ça va te plaire, je peux éditer si tu vois une quelconque incohérence ! Aaaand enjoy ]


La vantardise n’est qu’un vilain défaut. Et Clarysse l’apprenait un peu plus à chaque fois qu’elle rencontrait. Elle comprenait qu’elle prétentieuse ne lui servait à rien parce que le sort change tout le temps. On ne savait jamais quel serait le prochain coup de son ennemi. Le jeune marchombre réalisa cela au moment même où elle referma la bouche après s’être moquée de Kylian. C’était une mauvaise idée. Il avait compris qu’elle ne se battrait plus à la loyale, que tous les coups était permis et que, de ce fait, si elle à terre, il l’achèverait. Son corps mort, serait le témoin de sa victoire totale. Il lui fallait être bien plus prudente et déterminée que lui. Si la première partie était réalisable, la seconde semblait impossible. Il voulait sa victoire et sa mort. Il semblait en vouloir personnellement à tous les marchombres. Avait-il un compte à régler avec sa Guilde ? Irait-il voir tous les chevaucheurs de brume de l’Académie puis de l’Empire pour réclamer sa victoire ? Ou alors était-ce quelque chose de différent. Il avait marqué un moment de surprise quand elle l’avait frappé mais il ne desserra pas les dents alors qu’il l’observait.


Clarysse entrevoyait avec de plus en plus de clarté la face sombre et effrayante du jeune homme. Cette partie de lui qui le poussait à espionner sur un toit, qui l’avait forcée à se battre contre lui, qui le faisait sourire avec cette air aussi carnassier et qui le pousserait à la tuer au moindre signe de faiblesse. Alors que toute l’Académie semblait ne le voir que comme un trublion et un fêtard, elle avait vu dès leur première rencontre qu’il était différent. Et aujourd’hui, durant son combat, il lui avait montré l’autre côté de sa personnalité et la marchombre ne parvenait pas à en voir toutes les implications. Elle était bien trop concentrée sur ce combat pour faire le lien entre les différents détails. Les éléments ne s’associaient pas encore dans sa tête mais elle savait que ça ne saurait tarder. Elle percerait son secret à lui comme il avait si facilement percé le sien. Elle n’était plus si naïve que leur de leur première rencontre. Et la jeune femme espérait qu’il s’en rendait compte et qu’il s’inquiétait un peu de lui en montrer autant sur lui-même. M’enfin, elle savait pertinemment que pour le moment, il ne pensait qu’à la battre.


Le combat reprit. L’un comme l’autre semblait possédés, tant ils frappaient forts et bien. Les coups n’en finissaient pas de pleuvoir et aucun des deux combattant ne voulait montrer un signe de faiblesse. Il en était de leur vie. Clarysse rivalisait de vitesse et d’adresse, profitant de l’instabilité des appuis de Kylian à droite pour frapper là où ça faisait mal. Elle l’eut ainsi par deux fois. Elle perça sa garde une première fois par une taillade très superficielle sur un de ses bras. Puis une seconde fois mais elle ne fit pas très attention où elle l’avait touché puisque ce n’était pas profond. Les coups qu’elle lui portait la confortaient et la rendait de plus en plus audacieuse. Peut-être un peu trop, se dit-elle dans un de ses moments de lucidité et non de rage de vaincre. On lui avait toujours appris le contrôle et la mesure mais déchaîner comme cela ses talents ne donnerait rien de bon. Elle avait l’impression d’entendre Jiwan lui déclarer que ce combat n’était vraiment pas une bonne idée et qu’elle devrait s’en aller maintenant. Mais elle ne pouvait pas et ne voulait pas. Elle avait l’impression que ce combat était un de ces « virages » qu’elle avait tant expérimenté ces derniers temps.


Faisant fi de toutes règles de prudence, elle plongea vers Kylian pour l’attaquer alors qu’il semblait sur le point de faire tomber son arme. Sa dague d’enfonça dans son ventre et la marchombre était sur le point de crier victoire. Douleur, chute. Le jeune homme venait de se jouer d’elle et de profiter de sa position pour la frapper violemment dans la tête. Au niveau de la tempe. Un peu sonnée, elle vit l’épée du guerrier se lever dans un arc de cercle rendu flamboyant par le soleil. Elle ne dut la vie sauve qu’à ses incroyables réflexes marchombres. Elle roula sur le côté et l’épée ne coupa pas sa tête mais traça un trait brûlant sur ses clavicules. Il s’en était fallu de très peu. Elle ne s’accorda pas le temps de respirer ni n’accorda au roux le temps de se remettre en position. Toujours allongée sur le sol, elle balaya les jambes de la Sangsue. Déséquilibré par son mouvement précédant et ne s’y attendant pas, il tomba lourdement sur les fesses. Clarysse en profita pour se mettre à quatre pattes et récupérer sa dague tombée à côté. Puis elle sauta sur ses deux pieds pour se remettre en position debout en même temps de Kylian. Le monde tangua pendant une micro-seconde et le rouquin en profita pour lui sauter dessus à nouveau. Elle para avec un temps de retard et se récolta une coupure superficielle sur le bras gauche.


De nouveau en pleine possession de ses moyens, elle ne lui accorda aucun répit, aucun temps mort. Il la voulait à 100% dans le combat, et bien il avait réussi. Une marchombre rusait pour atteindre ses objectifs. Disparaissait quand on la cherchait et attaquait au moment opportun. Si le début du combat s’était limité à un fracas de lames nues, cette suite ne s’en contentait pas. Ils utilisaient pieds et poings pour désarmer et vaincre l’autre. Et Clarysse était avantagée sur ce point car elle utilisait une arme à une main alors que l’épée du roux se maniait principalement à deux mains pour avoir plus de contrôle et de puissance. Ils se blessèrent mutuellement deux fois mais uniquement légèrement comme si aucune de leurs lames ne voulait s’enfoncer dans la chair de l’autre. Comme si elles ne voulaient pas causer la mort. Mais, malgré son air revêche et concentré, la marchombre commençait à fatiguer, elle avait mal partout et était de plus en plus consciente qu’elle devait clôturer ce combat au plus vite pour garder son avantage. Elle avait de plus en plus mal au niveau de ses clavicules et le sang ne cessait d’y couler. En effet, elle n’arrêtait pas de faire bouger la plaie. Ça la mettait au martyr. Mais il semblait que Kylian n’allait pas mieux qu’elle.


Finalement, il ne réussit pas à éviter son coup de pied alors qu’elle s’était baissée pour esquiver un de coup horizontal d’épée. Il ne se recula pas à temps ou ne sauta pas comme elle l’avait souvent fait et se retrouva déséquilibré. Elle enchaîna avec un second coup, cette fois ci au ventre avec son poing. Il chuta en se tenant l’abdomen. Elle donna un coup de pied sur le poignet de sa main qui tenait l’épée pour qu’il la lâche puis, éloigna l’arme. Puis, elle tenta de s’assoir sur lui, finit à moitié couchée alors qu’il se débattait. Il réagit en lui agrippant la main qui tenait sa dague et de la faire bouger, mais maintenant, elle appuyant de tout son –léger- poids sur lui et le bourrait de coud de poings de sa main libre . Après, une bataille de volonté, la dague de Clarysse finit par se poser sur sa Pomme d’Adam. Elle y exerça une pression suffisante pour lui signifier que désormais, connaissant la menace qu’il représentait, elle n’hésiterait plus. Enfin, ça dépendrait du contexte.


Elle resterait dans cette position tant qu’il avouerai pas qu’il était vaincu. Du sang commençait à perler de l’endroit où elle appuyait. Néanmoins, elle restait concentrée et sur ses gardes. On ne savait jamais à quoi s’attendre avec lui. Elle remarqua alors, que dans cette position, son propre sang était en train de goutter sur Kylian. Elle le regarda dans les yeux, fermement décidée à ne pas bouger de là tant qu’il n’aurait pas admis qu’il avait perdu et qu’elle lui avait donné ce qu’il voulait. Même si elle ne faisait plus confiance en sa parole.


[Pardon pour le pavé sans dialogue ]


_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Lun 24 Sep 2012 - 20:02

    Manquée. Mais de peu.
    Elle avait réussit à éviter de justesse le coup meurtrier qui aurait sans doute mis fin à ses jours d'une façon aussi impressionnante qu’inattendue.
    Personne n'aurait pu prévoir une attaque aussi traître que s'elle qu'il venait d'utiliser contre elle. Il s'était volontairement dépossédé de son arme pour l'encourager à croire qu'il se trouvait en position de faiblesse, avait laissé une faille dans sa garde pour qu'elle soit à sa portée, s'était laissé approcher et même toucher pour parvenir à ses fins.
    Et il y était arrivé.
    Son coup porté avec le manche de son épée l'avait sonné et elle était tombée au sol, étourdie, vulnérable... Et sa lame s'était abattue, vive, déterminé sans qu'aucune trace de doute ou d'hésitation ne vienne perturber son geste. Elle n'aurait pas du y réchapper et pourtant. Ce ne fut pas sa gorge qu'il trancha lorsque son épée fendit sa peau en se teintant de rouge et elle ne resta pas au sol, immobile et agonisante comme il aurait désiré qu'elle le soit, morte.

    Vivante. Elle était en vie.
    L'avait-il manqué ? C'était impossible, son épée avait déchirée sa peau, il l'avait sentit et une gerbe de sang avait imprégné le sol à l'endroit où il avait frappé.
    Mais alors avait-elle esquivé ? Non, non ! Il avait réagit tellement rapidement qu'il n'avait même pas réfléchit au moment d'abattre son arme, il aurait voulu l'épargner qu'il aurait été trop tard. Personne n'aurait pu prévoir et éviter un tel coup, c'était tout bonnement impossible ! Jamais aucun des hommes avec qui il avait eu à croiser le fer n'avait fait preuve de tels réflexes et pourtant il y en avait eu ! Même aidé de son instinct de survie elle n'aurait PAS DU éviter ce coup ! Ce n'était pas humain ! Ce n'était p...
    Un mot.

    Marchombre.

    Ses genoux se plièrent fauchés comme les blés et il tomba au sol avec violence.
    Le temps qu'il se relève elle était déjà debout, l'arme au poing, prête à en découdre.
    Ses clavicules étaient en sang, mais elle se tenait debout devant lui, vivante.
    Elle était marchombre. Comment avait-il pu l'oublier.

    Sans plus attendre il lui bondit dessus avec la ferme idée en tête de terminer ce qu'il avait commencé. Elle lui avait échappée une fois, pas deux. Elle n'était pas combattante, n'était même pas une femme à ses yeux, elle était marchombre et malgré ses pensées pleines de désirs haineux à leur encontre il savait au moins deux choses à leur propos. Deux petites choses qui l'avait mené à la brusquer la bas dans cette salle d'entrainement, l'insulter et tirer son épée contre elle sans la moindre peur. Deux petites choses qui permettait à son désir de victoire et de mort de brûler toujours plus vivement au fond de son coeur. Que malgré les apparences ils étaient humains et ils n'étaient pas invincibles.
    Les multiples blessures qu'il lui avait infligés et la façon dont il avait réussit à la déstabiliser au début du combat témoignait de son humanité. Et il allait prouver la seconde vérité en écoutant son souffle s’arrêter et son coeur cesser de battre.

    Mais elle para et son épée vint simplement récolter quelques gouttes de sang supplémentaires sur l'avant de son bras. Sans réfléchir il recogna aussi sec. Elle évita de nouveau. Et le combat reprit, plus décidé et violent que précédemment. Ils se déstabilisaient, se frappaient avec agressivité, évitant les coups de l'adversaire ou s'en accommodant en serrant les dents. Parceque mine de rien tout deux étaient blessés, et si, prise une à une leurs blessures restaient relativement acceptables, leur addition devenait plus alarmante et la sauvagerie du combat n'arrangeait rien à cela, au contraire même aggravait leur blessures à chaque nouvel assaut qu'ils stoppaient, à chaque nouveau coup qu'ils portaient. Son corps n'aurait été que souffrance si l'adrénaline et la fougue du combat ne l' avait pas anesthésié en partie des élans de douleurs qui le prenait à chaque fois que le lame et les gestes de Clarysse venaient toucher des zones sinistrées ou l'obligeait à utiliser ses appuis douloureux. Mais il serrait les dents et mettait un point d'honneur à ne lui laisser aucun répits malgré la douleur et les deux lames reprenaient leur ballet mortel dans un écho incessant.
    Jusqu'à ce qu'elle y mette fin.

    Encore trop peu habitué à ses techniques et ses réflexes de combat marchombre, le garde ne suspecta pas le coup de pied qui fit fléchir ses jambes, et encore moins le coup de poing à l'abdomen qui lui coupa littéralement le souffle et termina de le déstabiliser, le faisant chuter au sol le souffle court. Il fallait qu'il se relève et vite, étalé comme il l'était il était beaucoup trop vulnérable. Il tenta de se redresser mais la marchombre ne lui en laissa pas le temps et d'un coup sec sur son poignet lui fit du même coup lâcher son épée. Il était désormais au sol et désarmé, Merde non ! Il ne pouvait pas perdre ! La Marchombre tenta de l'immobiliser au sol ce à quoi il répondit en essayant de la dégager de sa main libre. Mais c'était sans compter sur ses capcités féminine à faire plusieurs choses à la fois.. Et tandis qu'elle lui tordait un poignet pour l'immobiliser d'une main, la seconde en profitait pour le bourrer de coup et malgré toute sa volonté et sa rage il avait bien du mal à se défaire totalement de son emprise.
    Pourtant il crut un instant avoir l'avantage. Idée stupide, elle ne lui aurait jamais laissé reprendre le dessus maintenant. Toutefois il saisit sa chance et commença à se redresser avant que la dague de son ennemie ne vienne stopper son geste, plaquant sa tête au sol, le laissant totalement à sa merci.

    Le souffle court et légèrement surpris, il ne bougea pas tout de suite, le regard posé sur la lame qui,toute doucereuse, caressait sa gorge avec convoitise. Puis la marchombre resserra sa prise et enfonça lentement la dague dans sa chaire.
    Kylian serra les dents en sentant sa peau s’ouvrir et son sang couler.
    La saleté, l'ordure ! Ca ne pouvait pas se passer comme ca, ce n'était pas possible, elle n'avait pas pu l'avoir de cette façon, pas si facilement.
    Il ne pouvait pas perdre.
    Et elle se croyait supérieure et toute puissante, à le narguer de son arme, assise sur lui comme si elle l'avait vaincu. Oh comme il enrageait.

    Il la regarda, le regard noir et les dents serrés.
    Elle ne gagnerait pas, il ne lui laisserait pas la victoire, non, pas maintenant. Peut être pensait-elle avoir gagné du fait de sa supériorité & sa prédominance certaine sur lui mais ce n'était pas le cas, il ne pouvait pas avoir perdu, il ne voulait pas y croire.
    D'ordinaire il aurait sans doute sourit et balancé quelques mots sur leur position qui pouvait preter à confusion histoire de dissiper l'adversaire, puis l'aurait pris à revers et en aurait profiter pour renverser la tendance Parceque la position du dessous c'était pas sa position à lui :arrow; mais pas ici, pas maintenant, pas pour ce combat. Pas dans un combat dans lequel il avait misé toute son énergie, sa rage et sa haine, pas contre elle, pas contre un marchombre.
    Ses yeux à elle aussi étaient sombres, plissés, froid. Elle avait sa dague contre sa gorge, sa vie à sa portée, elle pouvait le tuer et pourtant elle ne le faisait pas, se jouait de lui et de la fureur dans ses yeux en appuyant simplement le tranchant contre son cou.
    L'ordure.

    Il fallait qu'il se redresse mais il ne voyait pas comment faire. L'un de ses poignet était entravé par la marchombre tandis que son avant bras était plaqué au sol par le coude de son ennemie. Il était définitivement bloqué. Il aurait pu essayer de dégager l'un de ses bras d'un geste sec pour venir lui tirer les cheveux et l'obliger à se relever -Oui ce n'était pas la technique la plus noble au monde mais à la guerre comme à la guerre hein...- mais ses cheveux étaient bien trop court et il ne faisait nul doute qu'elle l'aurait stoppé avant même qu'il n'ait pu envisager de se redresser.
    Elle le tenait. Non ! Elle n'avait pas gagnée, pas encore et il pouvait encore retourner la situation ! Il ne la laisserait pas faire.
    Ses yeux brûlaient de fureur et de rage, la pulvérisant du regard.
    Il ne lui laisserait pas la victoire.
    D'un geste, il redressa légèrement les épaules, la volonté de se dresser face à elle dans tout ses muscles, défiant la lame de s'enfoncer davantage. Il serra les dents, se redressa encore de quelques milimetres, foudroya son regard de glace puis retomba en arrière, la respiration hachée par l'effort.

    Il eut un petit rire puis reporta son attention sur elle, les mots emplis de dédains et de dégoût.


    - Ca va, t'es bien la ? Tu kiffes c'que tu vois ?

    Ca te fais plaisir de te sentir supérieure, de te savoir dominante à ce point ?
    Il continua, amer et moqueur.


    - Mais t'attend quoi au juste ? Qu'il neige ? Que j'me vide de mon sang ?

    Il eut un petit rictus.

    -Malheureusement pour toi on dirait bien que t'aura finis avant moi.

    Vu la façon dont tu me gouttes dessus :arro:

    Il la regarda, provoquant et moqueur.


    -Tu t'attend tout de même pas à ce que je te félicite pour avoir réussit à me mettre un poing dans la figure ? Parceque si c'est le cas...

    Si j'étais bon joueur, ca se saurait.

    Et il planta ses yeux dans les siens.


    - Tu peux toujours crever.

    Il lui sourit.


    [Check Skype si tu veux qu'on voit vaguement comment tu veux le terminer ? ]



_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 161
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Dim 21 Oct 2012 - 0:16

Clarysse tenait fermement le manche de sa lame. Elle ne devait pas faiblir. Elle ne voulait plus qu’il la sous-estime, elle ou n’importe quel autre marchombre. Elle voulait qu’il comprenne qu’il avait perdu, qu’elle l’avait surpassé. Qu’elle avait tenu sa promesse de lui offrir un combat dans lequel elle s’était donnée à fond. Dans lequel elle n’avait pas retenu ses coups. Elle se s’était pas défilée, n’avait pas fui, lui avait offert un beau spectacle. Même si l’issue de semblait pas lui convenir. Comme s’il n’avait pas envisagé un seul instant ne pas la tuer. Comme si c’était vital pour lui. Serrant les dents, elle s’obligea au calme. Ses jointures blanchissaient. Elle s’était battue et elle l’avait vaincu. Il ne pouvait pas nier cette évidence. Il allait bien être obligé de l’admettre. Il fallait qu’il reconnaisse sa défaite. Il fallait qu’il réalise qu’elle ne bougerait pas de là. Qu’elle avait suffisamment de volonté pour ça. Et qu’elle l’avait très bien montré durant ce combat. Elle n’avait aucune envie de le tuer, ne voulait surtout pas se salir les mains comme ça. Ce n’était pas bien de tuer quelqu’un parce qu’il nous avait défié en duel et ne voulait pas admettre sa défaite.


Alors, elle restait là, dans cette position instable et inconfortable. Douloureuse. Elle attendait, son regard visé dans le sien. La même détermination dans leurs deux regards. C’était à celui qui craquerait le premier. Et cette fois-ci, elle ne serait pas cette personne qui abandonnait au moindre obstacle. Elle le battrait une nouvelle fois. Elle ne lâcherait rien. Elle était si près de se débarrasser de la sangsue. Si près d’avoir sa victoire. Même si ce n’était pas si important que cela. Alors elle serrait son poing sur son arme et pesait de son poids dessus. Même si elle savait qu’elle ne tiendrait plus très longtemps. Elle saignait abondamment, elle était contusionnée de partout et fatiguée. Il y aurait forcément un moment où ses forces à lui prendraient le dessus et où il pourrait se dégager de son étreinte. Alors, elle ne voulait surtout pas relâcher la pression qu’elle exerçait sur son cou. SI elle décalait de moins d’un centimètre sa lame, elle pouvait trancher son aorte. Il devait forcément en avoir conscience.


Il tenta de se redresser mais elle ne le laissa pas faire et sa lame s’enfonça un peu plus sans sa chair. Puis il lui parla, avec ce petit sourire narquois qu’il avait donc repris. Comme une protection, face à une situation qu’il ne contrôlait pas. Parce que pour une fois c’était elle qui le dominait. C’était elle qui avait les cartes en mains. Même si sa position n’était pas des plus confortables. Même si elle se vidait de son sang. Même si elle avait mal dans tous les muscles de son corps. Même si elle n’avait qu’une envie, prendre une douche et se coucher. Même si elle avait peur que sa lame glisse. Elle était au dessus celle qui tenait l’arme. Elle répliqua, sur le même ton. Leur ton.


-Oui, je suis très bien installée là. Merci de t’en inquiéter. Et toi ?


A vrai dire, elle n’en n’avait rien à faire de ce qu’il racontait, elle savait exactement à quoi il jouait. Il détournait don attention, il la distrayait. Il voulait la déstabiliser. La faire encore hésiter sur la conduite à tenir. Si elle devait le tuer comme il le réclamait ou bien le relâcher pour qu’il recommence à nouveau à la frapper par derrière. Elle commençait à trop bien le connaître. Malheureusement. Elle savait comment il réagirait dans n’importe quel choix qu’elle prendrait. Et lui savait comme elle fonctionnait. Cette situation allait rapidement devenir intenable. Elle ne voyait pas d’issues possible. Alors autant commencer à se taper la discut’. Elle sourit à son tour, le regard vrillé dans ses yeux brûlant de colère et de flammes, et lui répondit :


-Mais si, évidemment, je m’attendais à ce que tu m’applaudisses pour cette victoire bien méritée… Ah non, mais c’est vrai, tu ne peux pas.


Sourire innocent. Regard sur sa cuisse d’où s’échappait du sang. Ne pas penser à sa propre blessure. Elle enchaîna, la main toujours ferme et le corps contracté pour le retenir :


-Nan mais sérieusement, tu comptes être lâche au point de ne pas t’avouer vaincu ?


Question rhétorique. Sa réponse n’avait pas vraiment d’importance en réalité. Il n’y avait que ses actes. Clarysse ne croyait plus en la parole du roux. Elle ne lui faisait pas confiance. Elle voulait juste peut-être lui faire prendre conscience de la différence qui existait entre eux deux. De cette frontière qu’il avait franchie. Qu’elle avait franchie aussi. Elle ne reviendrait plus en arrière. Elle avait déjà été trop loin. Elle se refusait juste de le tuer. Etait-ce trop lui demander de comprendre ça ?


-Il aurait fallu quoi pour que tu te considères comme justement battu ? Que je vienne avec un témoin ? Que je te tue ? C’est ce que tu veux ?


Parce que je ne le ferai pas. Si vraiment tu me poses trop de problèmes, je sais quel endroit toucher pour te paralyser le temps de retourner à l’Académie. Je sais aussi comment chanter pour te faire comprendre à quel point tu pourrais être vulnérable face à un autre marchombre moins humain que moi. Je suis différente de certains de mes semblables. Je n’ai aucun intérêt de te tuer. Et je ne le ferai pas. Mais je ne te laisserai pas non plus l’occasion de me tuer. Je tiens bien trop à la vie. Pas comme toi. Tu la dénigres comme si elle ne valait rien. Comme si tu t’es fichais.


-Eh bien, tu peux toujours attendre, c’est pas demain la veille que je te tuerai, c’est bien plus fun si tu vis avec cette défaite.


Elle vit le sourire du roux s’agrandir et, en réponse, elle augmenta la pression sur sa Pomme d’Adam, elle avait dit qu’elle ne le tuerait pas, elle pouvait par contre le faire souffrir le défigurer. Ou même juste attendre comme ça. Elle n’était pas faible non plus. Il y avait une nuance que Kylian ne semblait pas saisir. Ne pas vouloir tuer ne signifiait pas être faible. C’était ne pas céder à la facilité.


-Oh, j’ai bien compris que tu n’aurais pas hésité une seconde à me tuer, pas la peine de sourire bêtement. Mais je ne suis pas toi.


Et heureusement. Sinon, il se ferait bien chier le Kylian, se dit-elle. Elle soupira, replaça un peu sa lame, s’allongea un peu plus sur lui pour lui chuchoter dans l’oreille :


-Ah, et au fait, les marchombres sont aussi réputés pour leur patience.


Puis elle se redressa, le visage fermé, concentré. Elle s’attendant à une réplique acerbe de la part du garde ou bien à une réaction. Parce qu’il fallait bien qu’il finisse par se passer quelque chose. Et puis, lui aussi était en train de se vider de son sang dans l’herbe. Grenat dans l’herbe. Grenat sur sa chemise. Grenat sur leur peau. Grenat dans ses yeux. Le monde n’était plus que rouge grenat pour la marchombre. Sang et détermination.


[ Ce fut long à venir, mais je l'ai fait, j'ai posté \o/ Edition à volonté mon choux I love you Comment allons-nous finir ça ? =) ]


_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Lun 5 Nov 2012 - 18:08

    Et elle ne bougeait pas.
    Le regard fermé et les yeux sombres elle ne fit aucun geste, se contentant de le fixer sans ciller la mains fermement accroché à sa dague sans relâcher même légèrement son emprise.
    Elle ne voulait vraiment pas lui laisser la moindre opportunité de retourner la situation hein !?
    Sa méfiance à son égard était tout à son honneur mais elle prenait décidément trop de précautions. Bien sur si elle lui avait laissé une once de possibilité de se défaire de son emprise, il n'aurait pas hésité à s'en saisir mais pourquoi s'acharner à lui laminer les bras alors que seule la menace de la lame le tenait à carreau ? De son coté, Kylian avait cessé de lutter contre son emprise, bien conscient qu'en l'état, chercher dégager son bras gauche ne lui servirait à rien sinon se fatiguer plus vite. Or l'issu du combat dépendait bien de ca, de leur état de fatigue. Le dernier debout gagnerait et même s'il était encore au sol pour l'instant, se relever n'était qu'une question de temps. Tandis qu'elle s'acharnait à lui broyer le poignet en le serrant de toutes ses forces dans un effort inutile, lui reprenait des forces et son souffle était déjà redevenu régulier. Qu'elle sert donc sa poigne tant qu'elle le désire, il saurait s'en dégager le moment venu. Seule la dague contre sa gorge le tenait vraiment aux abois désormais.

    Toujours est-il qu'il ne comprenait pas. Qu'est ce qu'elle fichait au juste ? Elle cherchait une fois de plus à rebooster son égo' mis à mal par les blessures qu'il lui avait infligés ? Certes il enrageait encore de s'être fait prendre au piège de cette façon mais si son regard était moqueur et ses verbes acides, la fureur qui lui brûlait les yeux s'était tapis dans un recoin plus sombre invisible à sa vue, attendant le bon moment pour resurgir et démolir toute ses certitudes marchombres. Et si ce n'était pour ca, quel avantage y avait-il à garder un homme sous le coude de cette manière ? Elle ne voulait pas mettre fin au combat ?
    Et elle répondit à ses provocations qu'il accueillit par un sourire et il y vit plus clair dans son attitude.
    Elle attendait s'était évident. Elle l'attendait.
    Elle voulait qu'il mette un genoux à terre et s'avoue vaincu devant elle.
    Elle cherchait à l'impressionner en jouant les dures, en pressant sa dague contre sa jugulaires et en le tenant fermement plaqué au sol. Quelle idée ridicule, une vrai perte de temps...
    Le croyait-elle assez idiot pour tomber dans le panneau ? Ce masque de détermination, cette résolution dans ses yeux, tout n'était qu'illusion et traîtrise. Elle voulait qu'il la voit comme elle pensait l'être, une ombre meurtrière et sans scrupule et une fille du vent insaisissable. Mais malheureusement pour elle il l'avait vu, la connaissait et savait que de tel adjectifs n'étaient pas fait pour elle et qu'au delà même de son caractère, le sien le poussait de toute façon à lui tenir tête. Toujours.
    Parcequ'elle était marchombre et qu'il ne désirait que sa mort.


    - Mais si, évidemment, je m’attendais à ce que tu m’applaudisses pour cette victoire bien méritée… Ah non, mais c’est vrai, tu ne peux pas.


    Il lui décerna un sourire carnassier avant de lui répondre sur le même ton.

    - Libère donc mes poignets que je t'applaudisse comme il se doit.

    Son attitude, si fière et débordant d'une arrogance à peine dissimulée le dégoûtait.
    Elle était une ordure, comme tout ceux de son espèce.
    Le monde voyait les marchombres comme des ombres fugaces, légères rapides et libérées. On chantait leur louanges aux quatre coins de Gwendalavyr, vantant leur esprit vif, indomptable et leur dévotion à la cause humaine. Dévotion à la cause humaine... il en était écoeuré.
    Un beau ramassis de conneries, un énorme mensonge tissé de fil blanc qu'ils entretenaient depuis trop longtemps et que la population s'acharnaient à croire malgré l'évidente vérité. Les marchombres étaient des monstres, Ils étaient les pires de tous, pire que les Rai's même, cachant derrières leurs beaux principes leur égoïstes désirs et se servant de leur statut si particulier pour parvenir à leur fins, fourbes et trompeurs derrière leur masque d'ange, voila ce qu'ils étaient. Certains mercenaires même avaient plus de droiture que ce ramassis d’hypocrite. Mais il est toujours plus simple de se cacher derrière un mensonge rassurant qu'une vérité qui dérange, aussi l'illusion perdurait et les marchombres continuaient leur gestes dépravés à la face d'un monde aveugle qui applaudissait leur droiture sans faille.
    Tous des pourris o/

    Et puis elle continua et Kylian lui répondit tranquillement avec ce sourire de celui qui n'a rien à craindre.


    - Tu ne m'as pas battu.

    Ca allait l’énerver c'était certain.
    Parcequ'elle avait besoin qu'il reconnaisse sa défaite pour qu'elle se sente vraiment supérieure et tant qu'il ne la lui donnerait pas elle ne pourrait jamais se considérer victorieuse.

    Ce que tu ne sembles pas comprendre petite marchombre, c'est que je n'ai aucune envie de te l’offrir cette victoire parcequ'elle m'appartient et que jamais, oh grand jamais je ne me déclarerait perdant face à toi.

    Et puis elle repris de nouveau et face à ses paroles, Kylian n'eut en réponse qu'un sourire mystérieux.
    Elle préférait le voir vivre avec cette défaite plutôt que mort, il y voyait simplement sa faiblesse face à l'acte. Encore une fois il n'y avait la que de belles paroles pour cacher la lâcheté de cette main qui se refusait à lui ouvrir les veines.
    Elle ne le tuait pas non pas parcequ'elle n'en avait pas envie mais parcequ'elle en avait peur. Elle avait peur de donner la mort, peur d'être responsable. Parceque cette responsabilité, ce choix d’ôter la vie, elle le garderait toute sa vie durant, il la réveillerait en sueur au beau milieu de la nuit l'esprit pleins de doutes et de remords, la conscience torturée par son geste passé. Oh pour l'avoir déjà vécut il le savait, la différence entre eux tenant qu'il avait appris à réagir la ou son bras à elle restait inerte, trop conscient des conséquences qu'aurait son geste. Elle se protégeait la ou il avait plongé tête baissé, salissant son âme de crimes qu'il avait cessé de comptabiliser depuis longtemps. Elle avait raison, ils étaient différents, n'avaient pas grandit dans les mêmes mondes, eut les mêmes percepteurs et c'était peut être ca après tout qui la retenait la ou il n'aurait pas hésité, leur histoire.
    Non, elle ne le tuerait pas, parcequ'elle avait trop de conscience pour ca.

    Les lèvres du garde se déformèrent dans un rictus moqueur tandis qu'il lui lançait, acerbe.


    - Dit plutôt que t'as pas le cran.

    Et puis elle se pencha vers lui pour lui délivrer quelques mots de plus.
    Il lui aurait bien arraché l'oreille avec les dents si elle s'était rapproché quelques centimètres de plus tient, mais elle était précautionneuse, ou bien simplement chanceuse sur le coup, à voir.
    Elle se redressa et le considéra avec ce même sourire de vainqueur qu'elle avait adopté depuis qu'elle le tenait en joute.
    Il lui sourit en retour.
    Peut être était-elle patiente mais elle ne pourrait attendre infiniment qu'il se décide à s'avouer vaincu - Ce qu'il ne ferait de toute façon pas - lui restait alors deux options. Soit sa dague s'appuierait davantage contre sa gorge et ce n'était pas trop pour lui plaire, soit sa prise se relâcherait légèrement avant et il pourrait alors agir et reprendre le dessus -ce qui lui plaisait déja plus-. Mais elle gardait un avantage, elle était patiente la ou lui bouillonnait d'envie de se jeter sur elle et il risquait de tout faire capoter du fait de son caractère trop enflammé.
    Il ne voulait pas attendre.

    Kylian releva les yeux au ciel en soupirant puis reporta son attention sur la marchombre qui lui était grimpée dessus.


    - T'as gagné, d'accord ? Maintenant lâche moi.

    Et malgré ses mots, son sourire moqueur ne cessait de la défier.
    Devant son hésitation, il rajouta.


    - Allons, allons, une grande marchombre comme toi ! De quoi t'as peur ?

    Et son regard de la narguer. Parce qu’il ne pensait pas un traître mot de ce qu'il disait et il était certain qu'elle le savait elle aussi. Mais elle avait eu ce qu'elle voulait non ? Elle n'avait plus à le maintenir sous son joug, elle n'avait plus aucune raison de le faire si ce n'était par méfiance qu'elle avait raison d'avoir.
    Elle n'avait pas confiance en lui et elle avait bien raison car sa petite mascarade ne durerait pas longtemps. Juste suffisamment pour lui permettre de se relever et de l'attaquer en traître. Et elle le savait aussi, et pourtant une petite voix dans sa tête lui disait qu'elle n'avait pas vraiment d'autre choix.


    [Je remarque qu'ils ont beau se détester, ils papotent vachement bien ensemble xD ]



_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 161
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Dim 11 Nov 2012 - 0:33

Clarysse ne l’avait pas battu. Il lui refusait sa victoire. Il ne la considérait pas comme meilleure que lui. Ce combat semblait lui appartenir. Kylian restait cet homme buté et arrogant. Il n’avait pas compris sa défaire. Ne l’assumait pas. Et il voulait lui faire croire que c’était elle qui avait perdu. Et pourtant leur situation montrait complètement le contraire. Malgré tous les signes actuels. Malgré cette mise au tapis. Malgré ce couteau contre sa gorge. Malgré son sang dans l’herbe. Malgré ce combat qu’elle lui avait offert. Malgré tout cela, il ne se considérait pas comme battu. Il ne comprenait pas. Pourquoi ne voulait-il pas comprendre ? Pourquoi ce putain d’esprit buté ? Comment pouvait-il ne pas reconnaître l’évidence ? Etait-il fou pour vouloir à ce point sa mort à elle ? Devrait-elle le tuer pour qu’il la laisse tranquille ? Ou est-ce que son fantôme reviendrait la hanter ? Elle l’avait vaincu. Clairement. Mais lui, du haut de son ego, il niait cette victoire. Il rejetait toute forme de défaite. C’était agaçant et même déstabilisant.


Finalement, après quelques remarques narquoises sur sa capacité à prendre des décisions et celle de donner la mort, il lui dit ce qu’elle voulait entendre. Elle avait gagné mais maintenant elle pouvait le lâcher. Il avait raison. Elle aurait dû le lâcher en souriant, lui tendre une main serviable pour l’aider à se relever puis ranger sa lame. Et pourtant. Et pourtant, il ne se départait pas de son sourire moqueur et de cette lueur au fond de ses yeux. C’était les mots qu’elle réclamait depuis un moment, les mots qu’elle voulait entendre de sa bouche. Ses lèvres disaient quelque chose mais ses yeux disaient le contraire. Et la Dame savait combien Clarysse attendait cette phrase. Mais pourtant, elle hésitait. Elle ne lui faisait plus confiance. Elle ne lui avait jamais fait confiance. Elle l’avait craint, avait vu cette facette de lui qui ne cadrait pas avec son personnage, avait relevé son défi, avait bu et rigolé avec lui et, dernière erreur, elle avait accepté ce combat. Elle avait voulu jouer avec lui et maintenant elle s’en mordait les doigts. Cesserait-elle un jour de faire les mauvais choix ? Elle hésitait alors qu’il se moquait.


-Je n’ai pas peur de toi sangsue, je ne fais qu’utiliser le cerveau que tu sembles ne pas avoir.


C’était ridicule de réagir à ses bêtises. Mais ça lui donnait un peu de temps pour trouver quoi faire. Du temps pour chercher une solution à ce qui semblait être un problème impossible à résoudre. Un dilemme énorme. Deux choix s’offraient à elle. Le laisser se relever tout en sachant parfaitement qui l’attaquerait à nouveau. Alors qu’elle n’était pas du tout en état de se battre une nouvelle fois. Ou alors, le tuer directement. Faisant fi de toutes ses croyances morales. Aller contre tout ce qu’elle était. Et ça, elle se le refusait. C’était tourner le dos à la Voie. C’était se rabaisser à son niveau. C’était avouer qu’elle avait peur de lui. Et ça elle ne voulait pas. Elle ne pouvait pas. Elle ne tuait que peu. N’avait presque jamais tué. Et seulement en cas d’extrême nécessité. Il fallait absolument qu’elle reste qui elle était. Conserver son identité. Elle tenta donc, après un soupir audible :


-On sait tous les deux ce qui se passera si je te lâche. Ne peux-tu vraiment pas accepter la réalité telle qu’elle est ?


Petit à petit, une idée se fraya un chemin dans son esprit. Un autre choix. Une possibilité que lui chuchotait sa Voie. Une façon de l’empêcher de l’attaquer tout en épargnant sa vie. Cette idée protégeait aussi ses secret marchombres à elle. Parce que chanter devant lui n’aurait pas été une si bonne idée que ça. Parce que le paralyser par un simple point de pression aurait nécessité qu’elle ait accès à son dos. Et ce n’était pas possible, il ne se laisserait pas faire. Et ce ne serait pas suffisant. Il la détestait tant. Mais pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle avait bien pu lui faire ? Qu’est-ce que les marchombres avaient bien pu lui faire pour qu’il se mette dans des états pareils ? Cette question commençait à obséder. Elle hésita à la lui poser, avant de se dire que ce serait inutile. Alors, elle fit son choix :


-J’ai une seule solution pour que tu ne me suives plus.


Elle ne bougeait pas, tendue comme un arc. Déterminée.


-Je peux te casser quelques os.


Et, sans attendre de réponse, elle retira le poignard du cou de Kylian et abattit son manche de toutes ses forces sur l’intérieur exposé du coude droit du roux, qui eut pour réaction un soubresaut de douleur. Par sûr que ça le lui avait cassé, mais il aurait du mal à s’en servir. Elle se redressa d’un bond alors qu’il tentait de l’attraper et enchaîna en abattant avec force son pied sur la cheville gauche du garde. Il y eut un crac audible. Elle grimaça involontairement. Elle n’aimait décidemment pas ça. Avec ce qu’elle venait de lui faire et ce qu’elle lui avait infligé avant il serait dans l’incapacité de la suivre. Ou du moins pas assez vite. Il faudrait qu’elle fasse venir un rêveur pour le voir. Elle espérait que les retombées de ce combat ne seraient pas aussi désastreuses qu’elle l’imaginait. Peut-être qu’il comprendrait qu’il ne devrait plus s’attaquer à elle. M’enfin, ce ne serait pas après ces coups-là qu’ils deviendraient amis. Leurs taquineries qu’elle avait commencés à apprécier ne seraient plus les même. Abandonnerait-il la chasse ? Elle se força à respirer malgré la douleur qui lui déchirait la poitrine à chaque inspiration, le regarda et demanda :


-Pourquoi est-ce que tu me regardes comme ça ? Tu croyais que je n’en serais pas capable ? Eh bien si.


Elle observa ses tentatives de se relever, rangea son poignard ensanglanté dans son fourreau et lui déclara :


-Bonne soirée sangsue. Espérons que la prochaine fois qu’on se reverra se sera autour une bouteille et non pas à tenter de s’embrocher mutuellement.


Elle se retourna, et, elle lança, avant de partir d’un rythme plutôt rapide mais boitillant vers Eoliane :


-Je t’envoie un rêveur.



[ Bon, la fin a été dure à trouver / jouer, donc n'hésite pas si tu trouves que quelque chose à besoin d'être édité ! Et, plus important: j'espère que ce rp t'as autant plu qu'à moi ! I love you ]


_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   Sam 29 Déc 2012 - 19:36

    Elle hésitait, il l'avait vu dans son regard.
    A la façon qu'avaient eu ses yeux de se plisser légèrement lorsqu'il avait enfin prononcé les mots qu'elle attendait et au froncement de sourcil a peine perceptible qui l'avait accompagné.
    Elle était surprise. Et inquiète.
    Surprise qu'il capitule si vite et sans faire de vagues. Surprise aussi qu'il abandonne si rapidement et sans concessions cette lutte pour la victoire qui semblait pourtant lui tenir à coeur.
    Et ce brusque changement de comportement l’inquiétait plus qu'elle ne voulait le laisser paraître, sa réaction avait été trop spontanée, trop fair-play pour être vraie.

    Le doute avait envahi ses yeux.
    Elle savait que sa réaction était bien trop inhabituelle pour être honnête et beaucoup trop impulsive pour être sincère et tout dans l'attitude de Kylian semblait confirmer ses craintes.
    Parce qu’il crevait d'envie de se jeter sur elle pour lui faire ravaler sa superbe et voir son calme si inébranlable se déchirer dans une grimace de surprise lorsqu'il la prendrait à revers et pointerait sa lame sur son coeur. Et elle le savait tout autant que lui, qu'il n'hésiterait pas une seule seconde.
    Il n'avait pas pu le lui cacher et il ne le pouvait de toute façon pas. Sa profonde haine des marchombres brisait tous ses faux semblants, rendant impossible le jeux des simulacres auquel il était si doué habituellement. Et elle avait déjà eu l'occasion de le remarquer elle aussi lorsque malgré sa fierté, il s'était rabaissé à jouer à son jeu lors de leur précédente rencontre. Il avait été a sa merci, à la merci de sa haine envers les marchombres, totalement omnibulé par ce combat, dévoré entièrement par la fureur qu'il nourrissait à leur encontre.
    Elle savait que ce qui avait fait briller l'éclat de ses yeux lorsqu'elle avait dégainé sa dague face à lui n'était pas du à la seule excitation du combat. Elle savait qu'il la haïssait et voulait sa mort comme trophée de ce duelt et qu'il n'aurait jamais abandonné si facilement.

    Son sourire s'étira lorsqu'elle confirma ses pensées en retardant une fois de plus l'échéance.


    - Dans ce cas ne l'utilise pas trop longtemps, je commence à avoir mal à la nuque.

    Sa nonchalance habituelle avait accompagné ses paroles toujours agrémenté du sourire satisfait dont il ne se départissait plus.

    Arrête de te débattre dans tes beaux principes jolie marchombre, ils ne te seront d'aucun secours en ce moment. Parceque quel que sera ta décision, elle sera mauvaise et tu le sais tout autant que moi. Si tu me relâches tu sais que tu commettras une erreur mais si tu me tues tu ne pourras jamais savoir ce qu'il en aurait été et alors, peut être aurais-tu donner la mort à quelqu'un qui ne la méritais pas selon tes belles croyances. Tu hésites peut-être, peut être n'es-tu pas certaine du choix à adopter mais moi je sais lequel tu feras et c'est bien pour cette raison que mes yeux ne quittent plus les tiens.

    Il la poussait à la faute, une faute qu'elle commettrait pourtant en toute connaissance de cause et ce pour son plus grand plaisir.
    Elle était piégée et elle le savait.

    Il accueillit sa tirade suivante par un simple sourire en biais.
    Il aurait pu en rajouter et continuer dans ses mensonges à peines dissimulés mais il préférait la voir essayer de se débourber de cette situation seule et puis, il voulait la voir accomplir ce geste qu’elle regretterait instantanément après seule, voir dans ses yeux le regard de celui qui malgré la lutte est contraint et forcé, le regard de celui qui se sait en position de faiblesse, le regard du perdant.

    C'est donc le plus serein du monde qu'il la regarda lorsqu'elle lui signifia avoir trouvé une solution.
    Une solution ? Vraiment ? Il me tarde de savoir quelle "solution" tu as bien pu dénicher.
    Une solution intermédiaire ou de compromis de fonctionnera pas marchombre tu le sais tout autant que moi.
    Il est inutile de te débattre maintenant, reconnait que j'ai raison et lâche prise.
    Tu as perdu.


    - Je peux te casser quelques os.

    Il n'eut le temps que d'hausser un sourcil avant qu'elle n'abatte le manche de son poignard sur son bras. De surprise il eut un soubresaut de douleur avant de réagir au quart de tour et de se redresser aussi rapidement que lui permettait son état. A un doigt, même pas, il avait été si près de l'attraper qu'il avait pu sentir le frôlement de sa peau au bout de ses doigts.
    Merde ! Non la peste ! Comment avait-elle pu lui faire ca ?
    Peut importait désormais de connaitre la raison du pourquoi, il savait une chose et elle était bien suffisante: Il allait la pulvériser.
    Ses yeux brillaient de rage tandis qu'il se redressait, bien décidé à lui faire payer son affront.
    Trop tard, trop tôt, pas assez rapide. Son pied vint écraser sa cheville dans un puissant grognement plus rageur que douloureux. L'Ordure ! Comment avait-elle pu lui faire ca ? COMMENT AVAIT-ELLE PU ?
    Il n'eut jamais plus envie de la tuer qu'en cet instant. Il l'aurait découpé en morceaux, l'aurait charcuté sans aucune gène. Parcequ'elle ne pouvait pas lui faire ca ! Elle ne pouvait pas s'en tirer comme ca !

    Le garde se redressa tant bien que mal, le bras droit inutilisable et la cheville en miette, aveuglé par la fureur du geste de Clarysse.


    - REVIENT ICI ! REVIENT ICI SALE ORDURE !

    Il se releva entièrement tant bien que mal, essayant d'avancer dans sa direction en mode démarche zombi.

    - EH QUOI ? TU FUIS ENCORE UNE FOIS ? C'EST DONC CA LA FIERTÉ MARCHOMBRE ? UNE ASSEMBLÉE DE FUYARDS TOUS PLUS MINABLE LES UNS QUE LES AUTRES ?


    Elle allait revenir, il allait la faire revenir, ca ne pouvait pas se terminer comme ca.

    - REVIENS ICI ! REVIENT TE BATTRE ! REVIENT FINIR C'QUE T'AS COMMENCE ! ET ALORS T'AS PAS D'HONNEUR ? ABANDONNER UN COMBAT EN PLEINS MILIEU !
    Come at me Bro !

    Mais elle ne revenait pas, ne lui accorda même pas un regard. Elle s'en allait sans se retourner. Elle l'ignora complètement, ignora ses paroles agressives, plaintes desperés pour son retour.
    Il fit un pas dans sa direction, sa cheville flancha et il se retrouva au sol, les dents serrées et le sang bouillonnant. Elle n'avait pas le droit, elle ne pouvait pas...
    Il se laissa tomber au sol la respiration haletante et tremblant de rage sans savoir si les larmes qui coulaient le long de ses joues étaient des larmes de douleur ou de frustration mais une seule chose était sure, il ne lui pardonnerait pas.



    [2 mois de retard Bonjouuuuur ! J'ai eu un peu de mal a m'y remettre mais maintenant c'est conclu Razz Love ♥ ]






_______________
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]   



 
Il est venu le temps d’honorer ses promesses [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» La bêtise ne fait pas passer le temps [ ~>Koyuki Shihaki][sujet terminé]
» Tu vois au début je t'aimais pas beaucoup. Mais là plus le temps passe moins je peux te saquer ~ Hansel
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: Les alentours de l'Académie :: Le parc-