Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteLoïca Jil'Wilën [Analyste]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Loïca Jil'Wilën [Analyste]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Analyste de l'Académie
Messages : 43
Inscription le : 25/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Loïca Jil'Wilën [Analyste]   Mer 25 Jan 2012 - 15:07

*Nom*
Jil’Wilën


*Prénom*
Loïca

*Race*
Humaine

*Âge*
25 ans

*Classe*
Dessinatrice




*Description physique*

« Elle a un corps qui demande à être touché. Qui nous appelle. Provoquant. Des formes. Des vraies formes de femme. Une poitrine généreuse et bien ronde avec le bout légèrement pointue, comme une meringue, qui donne envie de se noyer dedans. Mourir d’extase par sa poitrine est le rêve de tout homme. Un ventre un peu rond, qui m’appelle, m’obsède. Il est beau son ventre. Sa rondeur serait parfaite pour y loger un enfant. Son fessier est bien rond aussi, bombé. Des fesses parfaites pour s’endormir dessus, ou dans le creux que forme le bas de son dos ! Et puis elle a une chevelure envoutante ! On pourrait s’y perdre dedans ! Et moi j’aime les prendre, ces mèches de blé, et les serrer bien fort dans mes points. Et dans ces cas là, il y a ses petits yeux châtains qui me fusillent du regard. Et alors ils brillent, avec leurs pépites vertes ! Et ses grands cils noirs battent à grande vitesse, tandis que ses lèvres forment le baiser que je n’aurais jamais.
Je lui fais porter des vêtements légers, de toiles, parfois transparents pour mettre en évidence ce corps superbe et pur. Et puis elle porte les bijoux du village, faits de pierres rouges, des rubis, et de plumes. On lui a fait un masque assorti qu’elle doit mettre en publique, afin de cacher sa beauté rare aux autres et surtout son identité. Il ne faudrait pas nous l’enlever !
Mais ce dont je suis le plus fier, ce sont ses marques, ses signes de Destinée sur sa peau hâlée, que je lui ai gravé moi-même, au dessin. Elle a donc des flammes, les flammes du Dragon, sur sa nuque et sa joue gauche. Un oiseau avec une lune, le Messager, sur son épaule gauche. Et puis pour terminer, les vagues de la Dame au creux de ses reins. »



*Description du caractère*

« Ah, elle a un caractère bien trempée ma douce Loïca ! Elle ne se laisse pas faire, elle est forte. Si forte qu’il m’a fallu des années pour en faire l’Elue, pour lui faire germer cette idée dans sa tête de femme têtue ! Et encore…voilà qu’elle a pris peur.
Elle est fougueuse, constamment sur la défensive, ce qui ne me facilite pas les choses. Et pourtant, la nuit, elle devient enfant, craintive. Elle a peur du noir, alors je lui mets une bougie pour la nuit, et je viens souvent vérifier que celle-ci ne s’est pas essoufflée, car Loïca est ma lumière à moi, notre lumière à nous tous et elle ne doit pas s’éteindre.
Elle est très vive d’esprit, et elle comprend vite les choses, si vite qu’elle a perçue l’importance qu’on lui accordait, et nous utilise avec son charme fou. Elle en a retiré une certain fierté, ce qui fait que je ne dois révéler à quiconque ses plus grandes peurs, comme le noir, ou l’eau. Pourtant on a voulu lui apprendre à nager, et même à vivre sous l’eau, comme la Dame, mais elle a failli se noyer petite, et elle n’ose même plus rentrer dans de l’eau. J’ai donc pris la décision d’attendre avant de lui faire l’épreuve du feu du Dragon. Elle n’est pas encore prête.
A travers d’autres épreuves pour qu’elle soit d’Elue, nous en avons fait une sportive, endurante et souple.
Il faut dire qu’il nous a fallu de multiples accouplements des plus talentueux d’entre nous pour qu’elle naisse ainsi. Et nous avons réussi, elle possède un don du dessin suffisamment grand qu’elle manie avec intelligence.
Je pensais l’avoir modeler à souhait, avoir réussi à la faire chanter avec ses peurs pour qu’elle reste et accompli son destin. Mais voilà, Loïca est rebelle, ou peut-être a-t-elle peur. Ou les les deux. Elle a pris la fuite. Mais là-bas, ils ne sauront pas qu’elle est Reine…»




*Principales qualités*
Endurante, vive d’esprit, douée en dessin.


*Principaux défauts*
Rebelle, habituée à être le centre du monde, sa crainte envers le peuple dans lequel elle vivait l'a rendue paranoïaque.


*Particularités*
A peur du noir et de l’eau. Possède des tatouages, gravés au dessin éternel par son maître et le clan de son village : les flammes du Dragon sur sa nuque et sa joue gauche, un oiseau avec une lune sur l’épaule gauche, et les vagues de la Dame sur les creux de ses reins.
Porte un masque noir, avec un rubis sur le front, en public, ayant appris qu’elle ne doit pas dévoiler son visage.


*Capacités*
Loïca a appris à lire et écrire, et l’utilisation du dessin sous toutes ses formes. Elle est dont capable de se servir d’un scintilleur et ainsi évaluer le don des autres.



Vécu et situation sociale :


*Situation familiale*
Loïca est née dans un village où la consanguinité est de mise. Une sorte de secte qui se fait appeler « Les Destinés », cherchant dans l’accouplement entre eux à faire l’enfant Elu qui serait digne de représenter la Dame et le Dragon et de renverser l’empereur, considéré comme un imposteur. Ses parents sont donc, en fait, nul autre que son maître Sloann Jil’Wilën et la sœur de celui-ci Lutchia Jil’Wilën.

*Situation sociale*
Noble, évidemment, puisque selon « Les Destinés », l’Elue doit être du meilleur sang qui soit.



Histoire :


« Lutchia était merveilleuse ce soir là. On avait fait un grand feu au bord d’un lac, et posté des boules de lumières dessinées pour former un cercle. Autours de ce cercle, ils étaient tous là, nus et purs. Les Destinés. Lutchia m’attendait, enveloppée d’un simple voile transparent, lovée dans le cercle. J’entrais à mon tour, nu, dans ce rond et vint l’enlacer. Le cercle se mit à chanter, implorant la Dame et le Dragon. Regardant les yeux brillants de ma sœur, je lui fis un enfant, pas n’importe quel enfant. Loïca. L’Elue.

Loïca se montra très vite à la hauteur de nos attentes. Voilà des années que nous essayions, accouplant les plus talentueux du village, pour permettre au messager de la Dame et du Dragon de renverser l’imposture de l’empereur. Et enfin, la voilà ! A sa naissance déjà pointaient des boucles blondes, et ses grands yeux châtains nous fixaient. Elle ne savait pas encore ce qui l’attendait, mais nous savions que c’était Elle car les Divinités la reconnurent, nous offrant une éclipse parfaite alors qu’au moment de l’accouplement la lune était entière et brillante.


**


-Papa ?

-Loïca ! Que t’ais-je déjà répété milles fois ?! Grondais-je.

-Pardon. Vous êtes tous mes pères et mes mères, et je dois vous appelez maître. Mais n’est-ce pas vous avec Lutchia qui m’avez…

-Nous t’avons conçu à l’aide de tous les Destinés. Pas un n’est moins ton père ou ta mère que Lutchia et moi.


-Bien, maître.

-A présent, viens. L’Epreuve de la Dame t’attend.

Je l’amenai près du Lac où elle avait été conçue, la regardant avec tendresse et fierté. Elle parlait bien, et restait le plus souvent docile. Elle était belle surtout, trop belle déjà. Je ne pourrais la montrer aux autres ainsi. Il nous fallait cacher notre trésor, lui donner l’anonymat !

-Entre dans le Lac, Loïca.

Elle approcha un pied de l’eau, touchant de son orteil le liquide glacé.

-C’est froid ! Gémit-elle.

Lutchia avait un air sombre à mes côtés.


-Elle n’a que cinq ans, Sloann… Me chuchota-t-elle.

-Entre. Répétai-je.

L’enfant s’immergea dans l’eau, grelotant de son corps enveloppé d’une simple robe légère.
Elle paniqua vite.

-J’ai plus pied !


-Nage. Me contentai-je de répondre.

-Sloann… Gémit à son tour ma sœur.

-Elle est l’Elue. Rétorquai-je. Je l’aime tout autant que toi, tout autant que les Destinés, mais elle a un but à accomplir, et elle doit être touché par la Dame.

Toutefois, tout ne se passa pas selon mes prédictions, et Loïca se noya. Lutchia sauta à l’eau, sauvant la petite, et l’emmena se sécher, me lançant un regard noir.

-Elle n’est pas prête.


**


-Qu’est-ce que c’est ?


Loïca avait à présent dix ans, et gagnait encore en beauté et en vivacité.

-Nous allons quitter le village, tu dois apprendre qu’il existe d’autres lieux. Et je veux te montrer tes futures terres, et le Palais des Hil’Muran.


-Les imposteurs ?

-Oui, les imposteurs qui ont pris le trône du Messager de la Dame et du Dragon, ton trône.

-Pourquoi le masque ?

-Tu pourrais nous être enlevée en dehors de ce village. Nous devons te garder secrète, tu es notre rubis à nous, et il est important que tu grandisses dans l’anonymat des autres.

Elle hôcha la tête, regardant avec curiosité le masque de tissu noir qu’on lui avait confectionné. Les trous pour les yeux étaient décorés de la même dorure que le blé de ses cheveux, et était surmonté d’un rubis sur le front. Parfaitement assorti aux bijoux de plumes et de rubis du village.


**


-C’est ma peau ! Hurlait Loïca.

-Loïca, calme-toi, et ne bouge pas ! Grondai-je.

Plus elle grandissait, et plus elle devenait aussi têtue qu’une mule, se rebellant contre les épreuves. Elle avait atteint le corps de jeune fille, corps qui ne devrait plus se transformer à présent.

-Tu es trop peureuse pour toucher de l’eau, et nous t’épargnons pour l’instant cette épreuve par amour pour toi, alors sois reconnaissante et accepte le reste de ton Destin !

L’évocation de sa peur de l’eau la fit se stabiliser et le rouge lui monta aux joues. Elle détestait que l’on évoque ses peurs, comme celle de l’eau, ou celle du noir.

Encerclé par les meilleurs dessinateurs, elle frissonna, grinçant des dents.


-Allons-y.

Le dessin éternel commença, gravant les tatouages des Divinités sur la peau de notre Elue. Elle cria un peu, ayant mal, et sa peau hâlée saigna.
Nous gravîmes ainsi les flammes du Dragon sur sa nuque gauche, débordant sur ses joues rosées, puis les vagues de la Dame aux creux de ses reins, provoquant les soubresauts dérangeants de son corps. Enfin, nous finîmes par un oiseau, avec une queue panachée et longue, surplombé d’une lune, pour faire le lien entre les deux Divinités : le Messager.


-Tu es parfaite. M’extasiais-je.


**


-Lutchia m’a dit que tu réussissais à présent à te servir du scintilleur à merveille. C’est bien !

-Oui, maître, j’ai d’ailleurs vu qu’elle possédait des cercles tout à fait corrects. C’est une bonne dessinatrice, tout comme vous.

-Nous avons été conçu tout comme toi, dans l’unique but de rétablir la place de Divinités trop vite oubliées des hommes.

-Comment peut-on oublier nos créateurs ?

-L’homme est assoiffé de pouvoir et stupide. Tu verras tôt ou tard que nombre d’entre eux ont un cercle rouge bien plus important que le jaune, et le bleu n’est souvent qu’un simple point.

-Nous sommes donc si différents ?


-Oui. Et toi plus encore, Loïca.

Je la voyais plisser des yeux, et ses lèvres formaient une moue réfléchie. A présent adulte, elle se rebellait facilement, et il me fallait sans cesse trouver les mots justes pour la faire plier. Il me fallait la manipuler.

-Allez, montre moi si tu t’es entrainée cette semaine.


-Encore ?

-Encore.

Elle souffla, mais entra dans les Spires. Elle dessina un arbuste, portant de magnifiques fruits juteux et colorés.

-C’est tout ?

Ses yeux brillants se levèrent sur ma déception profonde.

-Je suis fatiguée. Rétorqua-t-elle.

-Faux. Tu n’y mets pas du tien. Recommence.


-Non.

-Pardon ?

-Vous m’épuisez. Je ne peux créer de gros dessins à la demande. C’est trop éreintant.

-Si tu veux un jour prétendre au trône, tu ne dois pas reculer devant la moindre difficulté.

-Et si je ne veux pas ?

Mes yeux s’emplirent de colère, et je tentais de cacher mon inquiétude.

-Bien sûr que tu le veux.

Elle tenta d’affronter mon regard, mais se plia vite, sachant ce qui l’attendait. Outre la manipulation, je devais parfois l’épuiser par le dessin pour la forcer à s’entrainer. Ainsi je multipliais les attaques par dessin, l’obligeant à les contrer, et donc à se surpasser.

-Bien sûr. Souffla-t-elle.


**


Un soir d’une nouvelle éclipse, je frappais à sa porte de chambre. Nous attendions ce signe des Divinités depuis un moment, et je m’inquiétais. L’épreuve de l’eau et du feu n’avaient pas encore eu lieu à cause de sa peur, c’en était bien trop tôt ! Peut-être n'était-ce pas Elle? Peut-être me faudrait-il lui faire un enfant, qui serait plus fort encore?
Mais la Dame et le Dragon semblait penser qu’il était temps.
Il fallait que les Hil’Muran meurent. Et que Loïca déverse son pouvoir sur l’Empire.

-Loïca ? Nous devons y aller.


Aucune réponse ne me parvint, et j’entrais dans sa chambre.

-Loïca ?

Sa chambre était parfaitement rangée.
Non. Pas rangée. Vidée.


Quelle idiote. Sa peur ne fera que grandir où qu’elle aille. On ne peut échapper à son destin.
Et là-bas, ils ne savent pas qu’elle est Reine.



Partie Rpg

Loïca avançait, tremblante, devant l'énorme bâtisse qui lui faisait face. Elle avait pris soin de se couvrir d'une large cape, par la brise légère qui courrait. Toutefois, dessous, elle était vêtue comme l'habillait encore Sloann, une robe légère blanche, faites de nombreux voiles, presque transparente. Elle tenait en main un grand sac remplie de ses affaires.
Terrifiée. Elle était complètement terrifiée. Si Sloann l'avait fait quelque peu voyager pour lui faire découvrir ses futures terres, jamais elle n'avait quitter son village, jamais seule. Alors elle gardait son masque, couvrant son visage, et interrogeant les passants qu'elle croisait. Elle avait réussi à trouver un marchand de graines qui avait accepté de la conduire au plus près de l'Académie.
L'Académie de Merwyn. Elle en avait entendue parler les dames du village, notamment Lutchia, comme une école de talent, fondée par Merwyn. Et la jeune femme admirait Merwyn. Au village on l'avait décrit comme un traitre, car il possédait tous les dons des Divinités, mais n'en profitait pas pour renverser l'imposture de l'Empereur, l'aidant seulement. Loïca, au contraire, le trouvait fabuleux d'avoir accompli tant de choses pour Gwendalavir tout en restant à l'écart de la politique.
Car la politique lui faisait peur. Vraiment très peur. Voilà pourquoi elle était partie. Elle ne voulait pas tuer l'empereur, ni prendre sa place. Toutes ces histoires d'Elue l'inquiétaient de plus en plus.

Alors elle était partie. N'ayant qu'une vague idée en tête. Le plus important était de se réfugier quelque part au plus vite ! Durant le voyage, le marchand lui parla de l'Académie, et lui demanda si elle convoitait un poste là-bas, lui indiquant que nombre de place étaient libres.
Elle décida de s'appuyer sur cela pour se cacher.

Et lorsqu'elle entra dans l'Académie, pour la toute première fois de sa vie, elle se sentit toute petite. Insignifiante. Et elle eut encore plus peur.
Elle demanda timidement son chemin, malgré les regards outrés ou curieux sur son masque, et se dirigea vers ce qu'on lui avait indiqué comme les bureaux de l'intendant.
Elle toqua trois fois, se demandant comment un homme gérant une telle Académie voudrait bien d'une étrangère comme elle, qui ne connaissait rien aux autres modes de vie.
Elle entra, et découvrit un homme plus vieux que Sloann, derrière un bureau rempli de paperasse.

-Que les Divinités vous saluent.


Voici telles qu'elle l'avait appris les bonnes coutumes pour se présenter.

-Je me nomme Loïca Jil'Wilën.

Que dire ensuite? Quel poste? Elle avait songé à celui d'analyste comme Tykan qui l'avait testé pour la première fois, et aidé Lutchia à lui apprendre à se servir d'un scintilleur et des autres appareils.

-La Dame m'a donné le Don du Dessin, et le Dragon la connaissance de celui-ci. Je sais me servir d'un scintilleur et des autres appareils liés au dessin.

Il fallait qu'il accepte de la prendre à l'Académie. Qu'il lui propose ce poste. Que ce poste soit libre ! Il était hors de question qu'elle retourne dans son village!

-Je voudrais être analyste dans votre Académie. Le poste est-il libre?

La peur lui tiraillait le ventre, mais ses yeux noisettes défiaient l'intendant de son regard trop curieux sur son masque. S'il l'interrogeait sur celui-ci, elle répondrait simplement qu'il lui serait impossible de l'enlever, inventant peut-être une excuse de maladie, ou dévoilant la vérité de son interdiction à se montrer en public. Le mieux serait qu'il ne lui pose aucune question.
Mais par pitié, qu'il l'accepte au sein de son Académie !


Comment avez-vous connu ce site ? Je ne sais plus si c’est Elio, Ama ou Ewall qui m’en a touché un mot

Autre chose à nous dire ? Loïca sera né (sur l’Aca) un jour après le neveu de sa joueuse

avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 552
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 77


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Loïca Jil'Wilën [Analyste]   Mar 31 Jan 2012 - 15:26

C'était un de ces jours passablement ennuyeux où son devoir d'intendant émoussait lentement le plaisir magestueux qu'il avait de sa position, du pouvoir qui miroitait au bout de ses doigts et surtout de son stylo. Des fiches à remplir, des listes à rédiger, des pages et des pages à mettre à jour... Sans compter cet espèce de chrlgmrgtgrmph de tasse de thé qui laissait la trace de son support sur le moindre papier, peu importe son essuyage soigneux.

Un rayon de soleil maigrelet traversa la pièce et vint baigner le visage de l'intendant exténué. Ses cheveux d'un noir éclatant tombait mollements sur le haut de ses oreilles, et une cerne impressionante ornait son oeil droit. Maic c'était sans doute du au fait que, de ses doigts pleins d'encre, il s'était gratter le haut de la joue peu de temps auparavant. Qu'importe. Etre un demi raton laveur avait tout pour plaire, et sans nul doute aurait-il considéré la situation avec un oeil (peigné de noir) tout à fait conciliant.

Après un soupir las, il tendit ses mains devant lui et fit craquer ses jointures Twisted Evil. La liste qu'il était en train de rédiger traitait des posts à pourvoir dans l'Académie, et il était effrayé par le nombre de croix qu'il était en obligé d'encrer. Le silence n'était troublé que part le grattement de la plume, c'est pourquoi le toctoc à la porte le fit sursauter plus que de raison.

Argh

Pourtant il aurait du être habitué, depuis tout ce temps, à être dérangé pour tout et n'importe quoi ? C'est alors qu'il vit avec consternation que devant la case analyste, il y avait un énorme "V" gribouillé par le sursaut de la plume. Paniqué, il lança un "entrez" tonitruant sans réfléchir et se prit la tête à deux main devant la bavure hooooorrible de son parchemin. Il lui faudrait tout réécrire ! c'était atroce !

Il se retourna alors pour déverser sa furie sur inopportun.. et se retrouva devant un visage masqué, frangé de dentelle et paré d'une pierre précieuse au front. Il avait l'habitude des attitudes louches, il voyait passer de tout dans cette pièce, mais une jeune femme au corps sublime, le visage caché par un masque de facture très fine, ça il n'avait jamais vu. Les yeux le scrutaient à travers les deux trous ovoïdes et du coup il ne su plus quoi dire. La timidité et les manières parfaite de l'autre finirent par le dérouter, et sans y penser il lui retourna les salutation d'usage.

Puis, elle lui sauva littéralement la vie.

Après un cri de joie aussi impromptu que terrifiant, il sauta sur place et se précipita sur son bureau pour finir le V grigouillage devant le post analyste. Puis, sans prendre le temps de respirer, il se mit à rire, d'un rire bref et se planta à nouveau, trépidant, devant la jeune femme qui le regardait sans broncher.

Ahem.

Le rouge lui monta aux joues, et c'est d'une voix un peu trop sérieuse, qu'il répondit :


- Ahem. Bien entendu. Le poste est justement vacant. Si cela vous dit, vous pourrez également seconder les professeurs de dessin actuels qui ne sont, soyons francs, pas nombreux. Cela nous ôterait une épine du pied, à vrai dire.


Il fit le tour de son bureau, ouvrit un tiroir et en sortit une clef massif ornée d'un ruban rouge décoloré, qu'il lui tendit après une seconde d'hésitation.

- Tenez, ce sera la clef de vos appartement. Si j'en juge par les affaires que vous transportez, vous êtes loin de chez vous et vous aurez donc besoin d'un toit.

Puis, d'un geste, il la congédia, tout en se demandant si, par la Dame et le Dragon, il n'y avait pas, finalement, quelque chose quelque part qui faisait tourner les plumes et glisser l'encre à la manière d'un destin textuel.
Ahem.


_______________
Jehan Hil' Jildwin, Intendant de l'Académie de Merwyn, personnalité multiple et indivisible.
 
Loïca Jil'Wilën [Analyste]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Arrivée à l'Académie :: Présentations - Répartitions :: Présentations terminées-