Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteVue d'en haut [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Vue d'en haut [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Etincelle
Messages : 351
Inscription le : 04/12/2011
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Vue d'en haut [Terminé]   Dim 8 Jan 2012 - 8:04

Al-Poll. Cité magnifique et mystérieuse dont les bâtiments se dressaient à l'infini dans le lointain. Les hautes façades, les toits colorés, les murs de vieilles pierres. Al-Poll. Bien loin de la féérique merveille d'Al-Chen, certes, et du lac où se reflètent les nuages irisés. Mais plus noble, plus grandiloquente, plus solennelle, plus grave. Plus secrète, aussi.
Attalys regrettait de n'avoir pas eu le temps de s'attarder dans ses ruelles anciennes peuplées d'odeurs épicées. Une prochaine fois, peut-être... Son regard se porta sur la chaîne du Poll, dont la silhouette majestueuse se découpait sur le ciel mordoré. Un sourire se dessina sur son visage lorsqu'elle imagina les sommets enneigés s'élevant parmi les blanches nuées. Les oiseaux slalomant entre les pics, se laissant porter par les courants d'air chaud. Mais y avait-il seulement des oiseaux, là-bas ? Elle soupira. Un jour, lorsqu'elle serait devenue Sentinelle, elle voyagerait. Franchir les montagnes, parcourir les forêts et les immenses plaines à l'étendue émeraude, traverser mers et océans. Elle sentirait la froideur immaculée contre sa joue, le parfum sauvage et suave de la nature, les fragrances âcres, piquantes et délicates du sel sur la langue. Elle irait partout, jusqu'à Al-Jeit,, même, dont on vante la splendeur dans tout Gwendalavir.

Un petit vent frais se leva et, frissonnante, la jeune fille redressa la tête vers le ciel en laissant échapper un peu de buée. Déjà, le soleil se couchait, et la lune projetait son pâle halo d'argent à travers les écharpes de brume. Les étoiles s'allumaient une à une, comme autant de rêves oubliés. A nouveau, un sourire étira ses lèvres. Elle aimait ce crépuscule, au moment où le jour et la nuit s'effleurent d'un doigt timide et hésitant. Elle aimait ce temps, cette brise qui bruisse de mille et un chuchotements dans le silence des alentours et la légèreté de l'air. Que n'aurait-elle souhaité s'endormir ici, baignée par les murmures du doux zéphyr et la clarté des astres !

Un frémissement, soudain. Quelque part dans son dos. Attalys se figea en retenant son souffle tandis que son imagination débridée amorçait une course folle. Qui cela pouvait-il être ? Un autre élève, sans doute, se résonna-t-elle en serrant les dents. Et cependant... pouvait-elle en être convaincue ? Elle se retourna lentement et plissa les paupières. Rien. Tendant l'oreille, elle dut bientôt se rendre à l'évidence : aucun bruit ne troublait à présent la tranquille sérénité des lieux. Son esprit lui avait-il joué des tours ? Elle se replongea dans la contemplation méditative du fabuleux paysage, mais l'harmonie qui l'habitait jusqu'à maintenant s'était envolée. Elle était pourtant sûre d'avoir entendu quelque chose. Mais alors, quoi ? Un voleur, peut-être ? En passant dans les couloirs de l'Académie, elle avait plusieurs fois était témoin de rumeurs inquiétantes laissant présager que, il n'y avait pas si longtemps, des Mercenaires du Chaos l'avaient attaquée. Elle s'en était sortie plus ou moins indemne, apparemment, mais comment être certain qu'il n'en restait pas quelques uns en son sein ? Cette fois-ci, une sourde angoisse se répandit dans son cerveau. Quelle fin abominable, quand même, de mourir ainsi, alors qu'elle n'avait pas encore réalisé son plus grand rêve !

Ce fut cet instant que choisit la mystérieuse personne pour reparaître, un peu sur sa droite. Elle était assez proche pour que la jeune fille, revenue de sa stupeur, se rende compte qu'il s'agissait d'une femme dont le corps, caché dans l'ombre, lui sembla curieusement familier. La silhouette se déplaçait furtivement et, avec une indéniable souplesse, avançait sur les tuiles glissantes comme si celles-ci étaient faites de terre et de mousse. Impressionnée malgré elle, soulagée aussi, Attalys réalisa qu'elle n'allait sans doute pas se faire découper en rondelles tout de suite. Néanmoins, le secret persistait. Qui était cette jeune femme qui passait ses soirées à se balader sur les toits de l'Académie ? La pénombre s'épaississait à chaque seconde et, finalement, l'obscurité fut telle qu'elle abandonna en haussant les épaules. Après tout, le plus simple était de demander, non ? Elle s'humecta les lèvres et interrogea d'un ton qu'elle s'efforça de rendre décidé :

- Qui êtes-vous ?


_______________



avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 74
Inscription le : 08/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vue d'en haut [Terminé]   Dim 8 Jan 2012 - 11:15

Comment un paysage pouvait-il être si beau ? La nuit commençait déjà à tomber et de minuscules lueurs s'allumaient dans le ciel rosé, sous un léger voile de nuages. Au loin, la pâle silhouette des hauts bâtiments d'Al-Poll se fondaient dans l'ombre tandis que la gigantesque chaîne du Poll se détachait en ombre chinoise sur un ciel coloré.
Armaële, assise sur les tuiles moussues, laissait le vent jouer avec sa chevelure, goutant le murmure des feuilles et le souffle de l'air glacial dans son cou. Il lui semblait être revenue des années en arrière, alors que, jeune voleuse, elle s'étendait sur les toits pour regarder les étoiles, se rappelant les histoires fabuleuses contées par la voix douce du vieux mendiant. Elle aurait voulu sourire à ce souvenir, rire de son air ébahi à l'image des créatures fantastiques, se rappeler avec tendresse de l'image du conteur . Elle n'y parvenait toujours pas. Le rappel des humiliations, de la faim, de la mort omniprésente était encore trop vivace dans son esprit. La vision subite d'un corps sans vie entre ses bras dansa un instant devant ses yeux. Elle ferma les paupières et repoussa de toutes ses forces ce souvenir morbide. Une larme hésita un instant au coin de son œil et finit par rouler le long de sa joue, traçant un sillon argentée sur sa peau.
A cet instant, un bruit de pas – presque infime – résonna à quelques mètres d'elle. Armaële se jeta dans l'ombre et, d'une astucieuse pirouette, retomba sur ses pieds. La silhouette d'une jeune femme se découpait maintenant dans le clair de lune. Le visage tourné vers le ciel, les mains croisées dans son dos, elle lui sembla vaguement familière. Peut-être l'avait-elle croisée dans un des couloirs de l'Académie... Armaële se décala légèrement sur la droite et heurta un minuscule caillou qui dévala les tuiles glissantes avant d'être avalé par le vide. Elle retint sa respiration. La fille tourna la tête.
Tout se mit à tanguer autour d'elle, comme si elle était tout à coup aspirée en arrière. Et soudain, une vague de sensations s'abattit sur elle. Le froid mordant. Les rues sordides. La faim. La peur. La haine. La vison d'un tissu pâle. Une plume rouge. Le bref miroitement des pièces. La pitié sur un visage. L'ombre. Une main tremblante. La bourse en cuir.

- Qui êtes-vous ?

Cette phrase ramena brusquement Armaële à la réalité. Elle lutta un bref instant contre le vide qui l'attirait, loin au-dessous d'elle, avant de se tourner vers la jeune femme. Une certitude maintenant : elle l'avait déjà vue. Mais l'étonnante sensation, aussi rapidement qu'elle était venue, était repartie, elle se trouva bien incapable de dire où et dans quelles circonstances. Après tout, cela n'avait pas tellement d'importance. Elle secoua la tête, caressant d'un geste devenue machinal la plume rouge accrochée à sa ceinture et finit par murmurer :

- On me nomme Armaële Assyndra. Et vous, qui êtes-vous ?



[J'espère que ça te vas...]


_______________
- Que devient une étoile qui meurt ?
- Un rêve qui vit.


Capter l'écho de la vie dans le poids des choses. Voir ce qui échappe à l'oeil sur les bords de la vie et ouvrir son âme à la lumière des êtres.

René Pageau
avatar

Etincelle
Messages : 351
Inscription le : 04/12/2011
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vue d'en haut [Terminé]   Lun 9 Jan 2012 - 20:47

- On me nomme Armaële Assyndra. Et vous, qui êtes-vous ?

[i]La question resta un instant en suspens dans l'air glacé. Attalys leva la tête, offrant son visage à la lueur des étoiles.


- Je m'appelle Attalys Til'Ewin.

Un silence, puis :

- Tu peux me tutoyer, tu sais.

Elle sourit à la face blafarde de la lune puis reporta son attention sur la jeune femme, plissant les paupières pour tenter d'apercevoir ses traits. Une épaisse chevelure auburn, un regard sombre et flamboyant... Oui, elle était certaine de l'avoir déjà vue. Et pas à l'Académie. Pendant une fugitive seconde, ses yeux se posèrent sur la plume écarlate accrochée à sa ceinture de cuir. Où pouvaient-elles donc s'être croisées ? Elle haussa les épaules. Peu importait après tout. Mais c'est vrai qu'il commençait à faire un peu obscure...

- Tu ne trouves pas qu'il fait vraiment noir ?

Sans attendre de réponse, la jeune fille se concentra et plongea dans les Spires. Indécise, elle visualisa tout d'abord un éclat hésitant qui jaillit aussitôt du néant, inondant les deux femmes d'une clarté diffuse. Prenant confiance, Attalys créa alors de grosses boules de lumière qui flottèrent à environ trente centimètres du toit, les entourant d'un halo chatoyant.
Elle laissa échapper un soupir satisfait tandis qu'un voile de fatigue lui tombait sur les épaules. Elle ne voulait pas se l'avouer, mais elle était épuisée. Jamais encore cet exercice élémentaire ne l'avait éreintée à ce point. Les émotions, la désorientation dans ce lieu encore plus ou moins inconnu, la peur qu'elle avait ressentie quelques minutes auparavant, l'heure tardive, ses orteils gelés dans les sandalettes qu'elle n'avait pas eu le courage de substituer par des chaussures plus chaudes.
Elle esquissa un bâillement puis se tourna une nouvelle fois vers la jeune fille, toujours silencieuse :


- J'ai l'impression de t'avoir déjà rencontrée quelque part, mais je ne me rappelle plus où. Tu n'aurais pas une jumelle, par hasard ? A moins que tu ne t'en souviennes toi aussi...


Sur ce, elle serra ses bras frigorifiés contre sa poitrine et prit son mal en patience, fronçant légèrement ses sourcils parfaitement épilés.


_______________



avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 74
Inscription le : 08/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vue d'en haut [Terminé]   Mar 10 Jan 2012 - 18:06

La fille - Attalys, puisque c'est ainsi qu'elle s'appelait – sans attendre une réponse qui, de toute manière, ne viendrait pas, avait reporté son regard sur les tuiles. Ses yeux, recouverts d'un voile gris, fixèrent le toit d'un air absent et Armaële se demanda soudain ce qu'elle faisait, sentant un début de panique naître au creux de son ventre. Le regard éteint n'émettait plus de lumière, comme s'il ne restait tout à coup que deux orbites vides à la place des pupilles émeraude pétillantes de la jeune femme. L'apprentie marchombre fit un pas en avant, hésitante, pour rattraper le reste du corps si jamais il basculait vers l'avant – elle imagina la chute et le bruit des os brisés sur le sol en frissonnant – mais, aussi rapidement qu'il était venu, l'état amorphe disparut. Deux minuscules lueurs apparurent, dansant dans l'air glacial, et se mirent à grossir jusqu'à devenir deux sources de chaleur déversant leur lumière à des mètres à la ronde. Attalys reprit ses esprits et lui offrit un sourire fatigué en passant sa main sur son front. L'art des Dessinateurs ! Armaële ne l'avait entraperçut que quelques fois et pour des tâches bien moins impressionnante, comme l'allumage d'un feu, par exemple. Elle en demeurait toujours aussi impressionnée. Elle n'éprouvait pas le besoin attrayant de posséder ce pouvoir, mais il était vrai que le fait de créer des choses aussi facilement avait de quoi garantir le respect. Et puis, se dit-elle en passant en revue le peu d'informations qu'elle avait en mémoire, cette fille était tout de même assez douée. Armaële la détailla un instant à la lueur vacillante des boules qui flottaient à quelques centimètres du sol. Une silhouette assez élancée, un visage fin entouré d'une épaisse chevelure miel et, surtout, deux immenses yeux verts qui dégageait une aura surnaturelle. Assurément, elle était jolie, pour ne pas dire belle. L'apprentie porta la main à son visage et suivit d'un geste pensif les os de ses mâchoires, encore saillants bien qu'elle ne souffrait plus de la faim. Attalys bailla et demanda finalement :
- J'ai l'impression de t'avoir déjà rencontrée quelque part, mais je ne me rappelle plus où. Tu n'aurais pas une jumelle, par hasard ? A moins que tu ne t'en souviennes toi aussi...

Une jumelle ! Alors ça, c'était la meilleure ! Comme si Armaële ne possédait pas assez de frères et sœurs comme cela, bien qu'elle n'en connaissait pas la moitié. Elle retint un rire ironique. Son père ne faisait de toute façon, qu'un seul enfant à la fois. Elle passa mentalement ses frères et sœurs en revue pour se rendre compte qu'il n'y avait en effet pas de jumeaux. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Une jumelle...
Toutefois, l'impression de déjà vue qu'elle ressentait paraissait rejoindre le sentiment d'Attalys et la jeune femme sentit se peindre un air perplexe sur son visage. Elle était sûre à présent de n'avoir jamais rencontré la Dessinatrice dans les couloirs et n'avait pas le souvenir clair d'une rencontre auparavant. Peut-être l'avait-elle aperçut dans les ruelles d'Al-Far, alors que, postée avec ses compagnons, elle attendait un riche passant... C'était assez improbable mais la jeune femme n'avait pas envie de se creuser plus longuement la tête. Elle était fatiguée et retint à grand peine un bâillement. Le couvre-feu devait être proche, s'il n'était pas dépassé depuis quelques minutes. Il était largement temps de se quitter. Elle s'apprêtait à annoncer à Attalys son départ et à lui conseiller d'éteindre ses boules si elle ne voulait pas se faire remarquer, quand la source de lumière vacilla et disparut. Apparemment, l'art des Dessinateurs n'était pas éternel...
Elle pivota sur un pied, plissant les yeux en direction en direction de la trappe dissimulée parmi les tuiles et murmura :


- Je crois qu'il est plus que largement temps de nous quitter. A bientôt peut-être...



_______________
- Que devient une étoile qui meurt ?
- Un rêve qui vit.


Capter l'écho de la vie dans le poids des choses. Voir ce qui échappe à l'oeil sur les bords de la vie et ouvrir son âme à la lumière des êtres.

René Pageau
avatar

Etincelle
Messages : 351
Inscription le : 04/12/2011
Age IRL : 19


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vue d'en haut [Terminé]   Mar 10 Jan 2012 - 20:31

Attalys observait pensivement la jeune femme debout en face d'elle, profitant de la lueur dispensée par son dessin pour détailler ses traits fins et délicats. Tout à coup un souvenir la frappa de plein fouet. Une ruelle plongée dans l'ombre... une forme noire entraperçue... un regard rempli de haine... le tintement des pièces sur le sol dur... le frottement de son doigt contre le cuir craquelé d'une bourse... A cet instant, les globes lumineux vacillèrent puis disparurent, et les environs furent à nouveau envahis par l'obscurité. Décontenancée, la jeune fille sursauta ; lorsqu'elle reprit ses esprits, la fugace brèche entrouverte dans son passé s'était refermée.

Elle s'apprêtait à interroger de nouveau sa secrète interlocutrice mais celle-ci amorça un mouvement de recul, pivota sur elle-même et se tourna une dernière fois vers elle pour murmurer :

- Je crois qu'il est plus que largement temps de nous quitter. A bientôt peut-être...

Elle n'avait même pas répondu à sa question ! Quand Attalys se hissa sur ses jambes - pourquoi ? la retenir, lui emboîter le pas ? -, la jeune femme avait déjà disparu dans la trappe, presque invisible dans la pénombre. Elle hésita avant de tourner à son tour les talons, abandonnant à regret le chuchotement du vent et des étoiles.

(Un peu court... RP terminé ?)



_______________



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vue d'en haut [Terminé]   



 
Vue d'en haut [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» L'habitat au haut Moyen-Age
» Art et Tradition-découpages du Pays-d\'En-Haut...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: L'enceinte de l'Académie :: Les toits-