Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteSolmariën Arfurin [Marchombre - Aequor]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Solmariën Arfurin [Marchombre - Aequor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 19
Inscription le : 12/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Solmariën Arfurin [Marchombre - Aequor]   Dim 1 Jan 2012 - 17:38

Elle est belle, elle est chaude, tout droit sortie du four... Maaa fiiiiiicheeuh!

Description générale
- Nom -
Gil'Kirtan / Arfurin

- Prénom -
Solmariën (alias Sol')

- Race -
Humaine

- Age -
20 ans

- Classe -
Prétendante à l'enseignement marchombre

Description physique et mentale

- Description physique -
Plutôt grande, 1,68m, de longs cheveux sombres et bouclés tombant en cascade libre dans son dos la plupart du temps, attaché en chignon bas et serré ou en deux longues tresses lorsqu'elle travaille ou s’entraîne. Elle possède une silhouette avenante et non dénué de charme bien que son physique soit assez banal. Puisqu'elle prend soin de son corps régulièrement, elle tient la forme et cela se voit (sans pour autant la faire ressembler à une catcheuse bodybuildée). Sa « musculature » est uniquement utile et donc invisible sous sa jolie physionomie aux courbes douces et proportionnées. Plutôt jolie en sommes, mais pas exceptionnelle. Le tout rehaussé par un visage doux et avenant, au sourire communicatif, soulignant de joli yeux gris-vert et rieurs. Elle parcourt les rues d'une démarche élastique, au pas léger et affirmé, qui lui confère une décontraction naturelle digne des chats errants les plus souples. Plutôt pantalons d'homme et blouses simples (avec ou sans manches) quand elle voit ses amis roublards, elle garde une attirance certaine pour les belles toilettes de jeune femme distinguée, les robes (et chaussures) simples et élégantes, sans doute un souvenir enfui de son appartenance à la haute société. Elle possède bien évidement des tenues sobres, de voyage, de composition mixte, lorsqu'elle part en caravane avec son père! Ce sont elles qui remplissent principalement (pas essentiellement quand même!) le baluchon qu'elle a confectionner pour se rendre à l'Académie.

- Description du caractère -
Un physique au diapason de son caractère jovial et confiant en sommes. Enfant bien élevée à double facette, aussi « vulgaire » qu'une gosse des rues à ses heures, elle a toujours été très aimable et docile à la maison avec ses parents comme avec les clients ou même les gens respectables croisés par hasard. Une curiosité dévorante comme trait dominant fit d'elle une personne au savoir éclectique, toujours en quête de réponses, qu'elles soient simples à atteindre ou les résultats de longues réflexions. D'une capacité d'analyse rapide due à ce fait, elle a tendance à calculer beaucoup, voire trop, et peut en devenir une personne hésitante si aucuns choix ne se distinguent particulièrement dans sa petite tête. Néanmoins ce manque apparent de spontanéité n'exclut en rien le fait qu'elle sache parfois suivre son cœur sans même réfléchir plutôt qu’écouter ses pensées. Bonne vivante par dessus-tout, elle aime les choses simples de la vie: un repas réussi, voir un joli paysage, regarder passer les nuages dans le ciel ou contempler les étoiles les nuits claires, la douceur du pelage des Eclaireurs* sous ses doigts,...

* adaptation libre de ma part du monde de P. Bottero : sorte de mustélidé à la fourrure remarquable et au nez extrêmement fin et développé, souvent dressé et utilisé comme animaux pisteurs ou encore comme simple compagnon domestique.

- Principale(s) qualité(s) -
Une curiosité dévorante – joviale, intelligente et bien élevée.

- Principal(s) défaut(s) -
Une curiosité dévorante – hésitante, un faible pour l'esthétique et parle parfois un peu trop.

- Particularité(s) -
Solmariën a l’étrange « pouvoir » de rendre confiantes les personnes qu'elle rencontre et d'installer un climat propice à la conversation comme aux confidences... (Sans doute grâce à son physique avenant et à son sourire quasi permanent?)
Coup du sort, elle reçut en étrange héritage une certaine descente...intéressante dirons-nous et tient incroyablement bien l’alcool pour la si petite buveuse qu'elle figure.
Sinon, elle possède un pendentif en forme d'une dame en aventurine; le début de son nom, Sol, étant gravé sur le ventre du majestueux animal de pierre.

- Capacité(s) -
Fine cuisinière au talent exceptionnel lui permettant d’accommoder n'importe quel met de manière délicieusement acceptable et même recommandable. Le goût littéraire, lui, en a fait une scribe à toute épreuve (enfin... presque ^^') et une poète respectable à la calligraphie personnalisée et néanmoins toujours élégante. De ses vagabondages, elle tire une bonne notion de l'escalade et ses subtilités, tandis que son rang et son éducation (ainsi que son attrait personnel) ont fait d'elle une bonne cavalière, toujours respectueuse de sa monture.

Vécu et situation sociale

- Situation familiale -
Orpheline de père et mère disparue. Adoptée par un assez riche maître caravanier.

- Situation sociale -
Issue de la petite noblesse, elle s'est éloignée de cette voie après l’émeute dans laquelle elle a perdu ses parents lorsqu'elle avait 11 ans.

- Histoire -
Venue au monde un beau jour d’été dans la cité d'Al-Vor , la petite fille reçu le nom de son père et sa mère choisit son prénom. Solmarien Gil'Kirtan était née. Petite fille joyeuse et pleine de vie, elle grandit bien sagement (ou presque ^^) dans une gentille villa de noble de taille moyenne. De bonne naissance (bien que d'une famille humble), la petite demoiselle reçut une éducation classique mais complète. Elle apprit à lire, à écrire, à compter, reçut des leçons de calcul, d'histoire, de géographie,... La cité, si elle connut quelques troubles sans importance durant l'enfance de Sol', n'eut aucun incident grave avant la grande révolte des artisans lorsque la fillette avait 11 ans. Ceux-ci firent grève partout dans l'empire et  se soulevèrent de manière particulièrement forte et agressive en foule colérique à Al-Vor... Lors de cette émeute, les jeunes parents Gil'Kirtan et leur fille qui revenaient d'une promenade dans la ville, furent cruellement séparés dans la cohue générale _ dans un quartier inconnu de la péronnelle. Le père, Nerwan Gil'Kirtan, fut grièvement blessé en tentant de mettre sa famille à l’abri et mourut rapidement des suites de ses blessures (un poumon perforé, ça ne pardonne pas...). Azaloé cacha et protégea sa fille comme elle put mais une fois encore la foule les arracha l'une à l'autre et ce fut la dernière fois que la gamine vit sa mère.

Elle erra quelques temps là où la folie des travailleurs contrariés l'avait conduite, les bas quartiers de la cité. Là-bas, elle fut forcée d'apprendre la vie à la dure, elle qui était habituée à toujours posséder ce dont elle avait besoin pour vivre décemment (sans être une enfant gâtée, elle mangeait à sa faim, avait des habits toujours propre dans son armoire et pouvait se chauffer lorsqu'elle avait froid, ou l'inverse). Elle appris donc, sur le tas et tant bien que mal, les rudiments du vol à la tir et de la mendicité avec d'autres gamins des rues.

Après cette sombre période de sa petite existence, elle fut heureusement recueillie par Erik Sildaris, un maître caravanier trentenaire aux talents prometteurs.

Elle suivit ensuite la vie d'une roturière, l’éducation en plus car ils étaient aisés grâce au travail (qu'il savait merveilleusement gérer) de l'homme tendre qui prenait soin d'elle. Celui-ci, après l'avoir emmenée plusieurs fois avec lui comme si c’était sa fille, accepta un jour de l’engager en qualité d'apprentie et d'aide à tout faire dans les campement. Lorsqu'elle ne partait pas avec son nouveau père d'adoption, elle vagabondait dans les rue de la cité, vaguement maternée par une nourrice engagée spécialement pour les périodes de voyages du brave homme. Elle tua le temps dans la ville, comme le peut une petite fille sage mais espiègle, sans forcement rester toujours dans le droit chemin évidement...
(Elle apprit entre-autre les emplois multiples et oh combien indispensable de la poêle à frire...)

...

Devenue plus âgée (vers 15-16 ans), elle décida de se faire un peu d'argent entre les voyages auxquels l’emmenait encore son père pile au moment où ce dernier eut l’idée de la déposer sous l'aile protectrice et éducative d'un vieil ami à lui. Elle travailla donc chez un ami de son père d'adoption, un brave tenancier (Luken Hort) d'auberge assez luxueuse, bien placée en ville comme en banque, pour que celui-ci continue de lui apprendre les bases de la compta qu'avait commencé de lui inculquer Erik. Bien que Sol' s'entendit bien avec son patron, elle n'aimait pas spécialement les chiffres et leur préféraient de loin les mots et la lecture, passion à laquelle elle s'adonnait dès que possible, dévorant tout les ouvrages _ quel qu'en soit le sujet _ qui passaient à la portée de son insatiable curiosité.

La jeune fille rencontra de nombreuses personnes à l'auberge. Dont certains habitués. Un jour, l'un d'eux, un vieux bonhomme silencieux, au regard pétillant de vie, tout comme elle, lui proposa de faire une course matinale ensemble. Le connaissant de longue date (et celui-ci étant un ami proche des propriétaires), elle accepta. Ils commencèrent normalement mais avant de rentrer, l'homme _ qui l'avait épaté compte tenu de ses capacités physiques impeccables en dépit de son âge _ lui lança un défi. Elle le releva, assez aisément, il lui en lança un autre, et un autre, et un autre encore, jusqu’à ce que la demoiselle ne puisque que refuser, la respiration lui faisant cruellement défaut, des petites étoiles noires dansant dangereusement devant ses yeux. Il lui donna une sucrerie pour qu'elle se senti mieux et après une bonne douche pris chacun de leur côté, ils se retrouvèrent devant un bon jus chaud d’écorce d'arbre-piege*  très revigorant. C'est la qu'il lui apprit un mot qui allait tout changer pour elle : le mot Marchombre !

Elle demanda a son père (afin qu'il ne prit pas mal son départ et lui donna sa bénédiction), il refusa, elle insista, insista, insista encore, désespéra, retenta une dernière fois, il accepta. Elle s'enquit auprès du vieux Tulgur Sanriem qui lui expliqua que les maîtres se faisant rare (et lui ne pouvant, pour affaires et raisons personnelles, n’accepter aucun apprenti avant longtemps), l'endroit le plus susceptible de lui procurer la chance et la chose dont elle a besoin pour s’épanouir pleinement, un maître marchombre, est sans nul doute l’académie de Merwyn Ril'Avalon, se situant à Al'Pol.
Voyage. En partie avec une caravane, en partie seule. Un poignard comme compagnon, dont elle sait relativement bien se servir, des provisions, une poêle à frire (on en a toujours besoin), quelques bouquins, des habits en suffisance mais sans trop s’être chargée, et la voila déboulant dans cette nouvelle vie : l’école du plus célèbre de tous les dessinateurs, Merwyn Ril'Avalon.


* (Une variété de buisson grimpant poussant dans une région de l'empire, proche de la forêt de Barail, qui a la particularité de pousser en filet autour d'un arbre jusqu’à orienter la croissance de ce dernier)

NB: l'histoire n'est pas exhaustive, mais je pense que ca suffira pour le moment non? Le reste est en brouillon, hélas... ^^'

RPG
Citation
Citation :
Enfin ! Pas trop tôt ! Depuis le temps qu'elle était partie, elle allait enfin pouvoir abandonner son cher palefroi à l’écurie pour... houla! au moins... plusieurs semaines !!! Elle aimait monter, oui, mais les longs voyages en selle n’étaient pas pour autant sa tasse de thé. Lorsqu'elle voyageait avec Erik, elle pouvait de temps à autre marcher aux côtés de sa monture, ou s’asseoir un moment dans le chariot d'un caravanier ou l'autre. En tous les cas, elle avait atteint sa destination et rien ne la rendait plus heureuse que cela à l'instant. Elle s'engagea joyeusement sous le bastion d'entrée et... écarquilla les yeux, ébahie, à la vue de la cour intérieure!... Les colonnes formant un petit préau sur tout le pourtour du bâtiment, les façades impressionnantes, la fontaine majestueuse,... Magnifique! Elle fut arachee à sa contemplation passive par un renaclement bruyant juste à son oreille.
- Oui, oui, j'ai compris, on y va!
Elle sourit en grattant le chanfrein du cheval puis se rendit à l’écurie pour la plus grande joie de celui-ci. Après avoir bouchonné sa monture et lui avoir donné de quoi reprendre des forces, elle rejoignit la cour, s’étira longuement, se rafraîchit à l'eau claire si bienfaitrice et une fois qu'elle se sentit plus fraîche et dispos, elle chercha l’entrée et ouvrit une porte se situant en face du bastion d’entrée.
- Pfff! Ils auraient pu mettre des pancartes quand même ici... râla-t-elle.
Elle erra encore quelques temps dans l’établissement avant de tomber sur quelqu'un qui puisse l'aider. Elle demanda poliment sa route et on la conduisit à 2 pas. Elle remercia chaleureusement son guide et se rendit là où on lui avait indiqué le bureau du Grand Intendant de l'Académie de Merwyn!
La jeune fille lut avec application les lettrines dorées incrustées sur la porte : Jehan Hil'Jildwin, Intendant. Elle frappa timidement à la porte, attendit... Pas de réponse. Pensant qu'elle n'avait pas été entendue, elle réitéra le geste avec bien plus de force... (Elle tambourina presque sur le chambranle en bois.) Cette fois la réponse ne se fit pas attendre et même fut virulente! Invectivée violemment par l'irascible dérangé, elle hésita à pénétrer dans l'antre de l'homme en colère... et fut donc vivement cueillie à la porte par ce dernier! Surprise, elle en lâcha son sac dans un grand PAAF! et rougit copieusement.

- C'est que je, heu, on m'a dit, que, enfin, il fallait, et puis, en fait je viens pour, ...
La pauvre nouvelle baissa la tête honteuse. Elle reprit son souffle, laissa choir ses épaules, inspira profondément et releva la tête sereinement.
- Bonjour Monsieur. Pardonnez je vous prie mon empressement et ma maladresse qui vous ont dérangé à l'instant. Je viens m'inscrire à l'Académie sous un conseil avisé afin de trouver ma voie dans le monde et pouvoir m’épanouir pleinement grâce à l'enseignement exceptionnel de cette institution.
Elle glissa un regard interrogateur sur celui qui déciderait probablement de son sort en ces lieux...
- On m'a renseigné votre bureau, alors me voici...
Le silence lui répondit.
- Je peux bien évidement attendre ici le temps qu'il faudra pour obtenir un entretient avec vous et... Et je suis une fois de plus désolée de vous avoir si sauvagement importuné...
Il la fit finalement entrer dans la pièce, qui s’avéra sobre et impeccablement rangée, et lui fit comprendre de raconter ses aspirations comme ses motivations.
- Eh bien, je viens d'Al-Vor et sur les tests et conseils d'un maître du nom de Tulgur Sanriem, je viens présenter pour suivre l'enseignement marchombre dans les règles sous la tutelle d'un maître qui m'accepterait comme élève.
Elle reprit calmement sa respiration et attendit sagement la réponse de l'Intendant, dans un calme recueillement presque parfait.
Seul sa main gauche perdue dans le tripotement de son pendentif trahissait sa fébrilité.

Autres

- Comment avez vous connus ce site ? -
C'est surtout Elisha qui m'a demandé de nombreuses fois... Et puis Ewald m'a dit aussi qu'il s’était inscrit et ces RPGamer me manquent! ^^ Oh et j'y ai retrouvé Enelyë aussi! ^^

- Autre chose à nous dire ? -
9 2 4 7 5 3 ?
Vous êtes tous fous ici?! J'aime ça!... ^^


ps: désolée pour Jehan, j'ai essayer de le faire interragir le moins possible... mais y avait quand même pas tant de réactions crédibles possibles (et puis il fallait bien que j'avance, c'est un RP, pas un dialogue). Enfin voila, j'espère que ce n'est pas trop grave et je précise qu'habituellement, je demande toujours l'accord préalable d'un joueur si j'interragis avec son personnage. Voilou... ^^'

avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 548
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 76


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Solmariën Arfurin [Marchombre - Aequor]   Mar 10 Jan 2012 - 21:32

Bonjour bonjour, et bien que l'on se soit déjà croisés sous un autre compte, bienvenue à toi.
Il me semble que tout est bon, cependant, essaye d'éviter d'inventer trop de noms d'animaux, de végétaux ou autre s'il te plait, même si tu donne à chaque fois la définition. Le monde de Pierre Bottero est déjà bien complet comme ça, et très peu de personnes à part toi risque d'utiliser ces noms. Enfin, ne t'inquiète pas, inutile de modifier ta présentation pour si peu, qui est d'ailleurs très agréable à lire.
Je m'excuse pour la longueur du post qui va suivre.

RP: Jehan était occupé à ne rien faire, bien trop fatigué pour ranger son bureau Arrow, lorsque l'on frappa de quelques coups timides à sa porte. Toujours trop fatigué que se soit pour se lever et ouvrir la porte ou simplement pour faire l'effort d'ouvrir la bouche, l'Intendant fit le sourd-muet et ne bougea pas d'un poil, espérant que l'importun s'en irait au plus vite. Mais il n'en fit rien. Au contraire, il tambourina sur sa porte trois fois plus fort. Mais pour qui se prenait-il, à casser ainsi la porte de gens? Faisant un effort surhumain, Jehan se leva, fit le tour de son bureau en traînant le pied et ouvrir violemment sa porte. Il adressa un unique regard méchant à la jeune femme qui se trouvait derrière, puis retourna s'asseoir à son bureau.

Elle allait voir ce qu'elle allait voir, l’impertinente. Le jeu auquel s’exerça ensuite l'Intendant était assez amusant, non pour la jeune femme, mais pour lui. Il consistait à la regardait s'expliquer, bafouer, s'excuser, sans rien dire, en se contentant d'admirer la gêne qui se lisait dans ses yeux et la rougeur qui montait sur ses joues. Il faut avouer que la colère de l'Intendant passa très vite de cette manière. Mais il était tout à fait hors de question qu'il donne raison à cette nouvelle aspirante Marchombre. Il l'observa donc terminer d’expliquer le pourquoi et le comment du cela, puis annonça d'un ton sec, en lui tendant une bague bleu:


-Aequor. Vous pouvez sortir. Merciaurevoir!

Namého, fallait pas casser SA porte!



_______________
Jehan Hil' Jildwin, Intendant de l'Académie de Merwyn, personnalité multiple et indivisible.
 
Solmariën Arfurin [Marchombre - Aequor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» *Armurerie Marchombre*
» Un marchombre, ça s'entraîne comment ?
» Vers la cité volante du nord
» Marchombre [Ekira Til' Likira + Val Kiryia ]
» Zoanne Lil'Ayaân [Maître Marchombre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Arrivée à l'Académie :: Présentations - Répartitions :: Présentations terminées-