Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteJ'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 549
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]   Dim 27 Nov 2011 - 22:35

Halina sortit de son cours d’Alchimie un peu endormi. Le prof était sympa mais peut-être un peu trop, ce qui rendait son cours cool mais un peu ennuyeux. Surtout si on avait une pleine journée de cours dans les pattes. La jeune femme dormait étrangement mieux, comme si ses démons étaient partis torturés quelqu’un d’autre en attendant une rechute de sa part. C’était agréable de parvenir à avoir un sommeil régulier pendant une poignée d’heures. Mais elle redoutait leur retour. Elle les savait en quiescence, inactifs pour le moment mais pourtant là. Ses discussions avec ses amis lui avaient ouvert les yeux. Elle ne devait plus s’en prendre à elle tout de seule. Elle ne portait plus le poids de la culpabilité seule sur ses épaules. Elle pouvait et voulait aller de l’avant pour continuer à vivre et à avancer fièrement. Elle ne devait plus être l’esclave de se démons. En gros, elle avait décidée de se reprendre en main.


Premier signe, ses sourires paraissaient plus sincères à ceux qui savaient regarder, ses éclats de rires devenaient plus fréquents et elle avait envie de voir du monde, de rencontrer des gens. Elle avait retrouvé le goût de la vie. Elle sourit légèrement, heureuse de se voir plus ou moins rétablie. Elle eut même envie de se mettre à danser en plein milieu du couloir, comme il lui arrivait de le faire au temps jadis quand elle apprenait une bonne nouvelle. La danse de la joie qu’elle l’appelait. Et ses amis la suivaient dans son euphorie parfois. La guerrière était même prête à être testée, à tenter de passer au niveau supérieur. A apprendre plus de chose dans encore plus de domaines. Elle voulait pouvoir cette fois-ci s’élancer dans la vie à grandes foulées. Être prête pour tout découvrir, pour savoir faire face à chaque danger. Sa presque réussite dans le Labyrinthe au dernier cours de combat l’avait rendu joyeuse et plus sûre d’elle.


Plus le temps passait plus elle gagnait en assurance. Enfin, plus elle retrouvait son assurance d’antan. Elle avait parfois l’impression d’être épuisée. Comme si la vie avait décidée qu’elle lui avait fait assez de croche-pied pour le moment. En s’écoutant penser, elle réentendait son père ou bien son grand-père paternel, lassés de la vie. Pourtant, elle avait encore la sienne devant elle… Même si elle avait du mal à la réaliser. Halina sortit du bâtiment dans lequel elle se trouvait pour atteindre l’air frais de l’extérieur. Elle avait pris sa lame à sa ceinture et ses couteaux dans sa besace. Elle avait envie de s’entraîner. Le soleil déclinait et pourtant elle prenait son temps pour aller à la salle d’armes. Elle fit une pause dehors pour respirer un grand coup puis entra dans l’aile ouest de l’Académie. Elle suivit un couloir puis trouva la porte. Elle entra, déterminée à faire souffrir les mannequins en bois et paille qui s’y trouvait. Elle n’était pas seule. Comme d’habitude à cette heure et depuis que le froid c’était installé, il y avait un ou deux groupes  qui s’entraînaient.


La guerrière alla saluer ceux qu’elle connaissait, discuta quelques instants avec eux puis se mit au boulot. D’abord seule, elle s’échauffa les muscles et les articulations pour éviter une erreur de débutant. Elle sourit, un garçon venait de lui proposer un petit duel amical. Elle y répondit positivement et tout alla vite. Ils avaient à peu près le même niveau, Fer tous les deux et suivait donc les même cours. Mais lui avait l’avantage de la force. Ses coups, même parés lui faisaient mal, ils se répercutaient dans ses bras. Halina tentait donc de les éviter, de se glisser avec souplesse sous sa lame, de l’atteindre grâce à son agilité puisqu’elle n’avait pas autant de force que lui. Ses efforts finirent par payer au moment où elle n’y croyait plus, elle enchaîna une esquive en s’accroupissant au sol avec un coup de pied circulaire. Le guerrier sauta pour l’éviter et profita de son déséquilibre pour la faire tomber au sol et la mettre en joue avec un petit sourire. Puis, il lui tendit la main pour l’aider à se relever et, s’en saisissant elle déclara :


-Bien joué l’ami ! Je crois que je vais sentir ces bleus longtemps.


-Tu te débrouilles bien mais si tu veux un conseil muscle-toi gamine. Associé à ton agilité tu ferais des ravages.


La guerrière le remercia et se remit à s’entraîner seule tout en réfléchissant à ce que venait de lui dire le presqu’homme. Se muscler, pourquoi pas. La force brute était toujours bonne à prendre. Surtout qu’elle avait pas mal perdu de ses muscles pendant sa détention. Elle mit ça sur sa liste mentale des trucs à faire à côté de « vivre », « manger une pomme », « rencontrer le Régis dont Einar n’arrêtait pas de parler » et « s’acheter des nouveaux couteaux de lancer ». Elle avait du boulot.


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Etincelle
Messages : 123
Inscription le : 12/05/2011
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]   Lun 28 Nov 2011 - 21:35

Crac.
Un pas devant l’autre, un pas après l’autre.
Crac Crac.
Deux mains entrelacées qui étirent leurs doigts à l’infini.
Crac Crac Crac.
Et la nuque de biais qui se balance, déverrouillant les vertèbres unes à unes.
Crac Crac Crac Crac.
Le regard dégouté d’une fille qu’il ne connaissait pas lui arracha un sourire enfantin. La journée commençait bien. Bon, il y avait eu pas mal de péripéties surtout avec son petit Einar, sans compter le cours de dessin qui lui avait valu deux beaux bandages sur les bras, mais globalement son intégration se passait plutôt bien. Il prenait plaisir à offrir à des personnes inconnues les multiples facettes de sa personnalité. Tantôt un visage souriant et enjôleur à cet ersatz de prostituée avec ses cheveux blonds platines, aux yeux trop maquillés et aux vêtements trop courts, tantôt un sourire machiavélique avec ce qu’il fallait de sournoiserie et de perversion pour gêner les conventions de cette jeune femme guindée à l’air austère et froide, tantôt quelques bruits de craquement pour franchement dégouter les âmes les plus sensibles.

Il s’amusait vraiment, d’autant plus que l’activité n’était pas franchement de tout repos, puisqu’il ne devait oublier aucun visage afin de ne pas avoir un caractère paradoxal. Et pour cela, il avait un don, c’était certain, puisqu’il parvenait d’ors et déjà à répandre quelques menus commérages sur sa véritable personnalité que chacun pensait connaître. De plus, cela lui permettait de fixer chaque visage et de continuer son catalogue de dessinateurs lorsqu’il en croisait. Sans compter qu’il jouissait à l’évidence d’une certaine notoriété auprès des jeunes filles, auxquelles il présentait le profil d’un beau brun ténébreux aux yeux immensément bleus. A ses plus belles proies, il décernait à chaque fois un regard particulièrement intense, auquel la victime répondait par une rougeur des joues absolument jouissive.

Mais il ne pouvait pas passer son temps à seulement s’amuser. Le dessin ne lui posait pour l’instant pas grand problème sauf lors de ses hiatus personnels, et lire ne l’intéressait pas, pas plus que d’aller se promener seul en forêt ou dans les montagnes. Aussi se décida-t-il à prendre le chemin de la salle d’arme, se souvenant au sortir du lit qu’il avait décidé de s’entrainer pour devenir plus fort en cas d’attaque physique qu’il ne pourrait pas repousser à l’aide du dessin. Et puis il pourrait peut-être croiser Einar parmi les combattants. A cette idée, un sourire se dessina sur ses lèvres, et lui colla au visage toute la matinée, même lorsqu’il se perdit dans l’imposant bâtiment.

Enfin, au détour d’un couloir particulièrement… Inintéressant, il vit la petite plaque de métal gravée au nom de la salle. Sans hésiter, il ouvrit le battant en grand, et de lourds effluves de transpiration et de chaleur s’écrasèrent sur son visage. Il posa ses mains de chaque côté, sur le chambranle de la porte, puis fit une brusque extension de coudes pour faire craquer tous ses doigts en même temps.

Crac crac crac crac crac crac.

Finalement il n’y avait pas grand monde dans la sale. Deux jeunes hommes, fiers comme des coqs qui s’agitaient dans un coin, une brunette qui rougissait des tempes et des coups qu’elle avait reçu, un autre garçon qui l’aidait à se relever, et une fille qui semblait complètement perdue devant l’étalage d’armes mises à disposition.

Lev s’avança doucement, tournant la tête à droite à gauche afin d’observer au mieux la pièce. Puis il se dirigea vers l’étale, attiré comme un papillon par l’éclat de l’acier qui brillait sous la lumière crue. Une caverne d’ali-baba ! Ses yeux s’illuminèrent d’émerveillement, tant la profusion d’outil dépassait son imagination : il y avait vraiment de tout, des armes conventionnelles comme les épées, les dagues, les arcs, mais aussi des espèces de tire-bouchons saugrenus, des tenailles particulièrement conformées, des chaines aux maillons gros comme ses doigts, des masses rivée de tout un arsenal de clous… Le bonheur quoi ! Maintenant restait à choisir la bonne et surtout à apprendre à s’en servir. Oh, il avait déjà manipulé une petite épée, en bois et quand il était môme, mais jamais une en acier et… terriblement lourde !

La pointe crissa sur les dalles lorsqu’il voulut la sortir de son fourreau, mais une fois remit de sa surprise, il banda ses muscles et parvint à la faire tournoyer lentement autour de lui, testant son équilibre d’une manière qui lui venait tout naturellement. Son périple à travers l’empire avait forgé ses muscles, le dotant d’une carrure qu’il n’avait pas auparavant, nouant ses épaules d’une nouvelle force qu’il sentait tout juste poindre dans ses gestes. Un sourire se dessina sur son visage.

Cependant, l’épée était vraiment trop lourde, il la reposa donc, non sans mal, puis se saisit d’une dague effilée, le tranchant de sa lame formant un léger S italique. Celle-ci en revanche était vraiment trop légère, il la reposa de même. Du coin de l’œil, il voyait la jeune fille qui l’observait. Son visage lui revint, et c’est un sourire doux qu’il lui décerna, un peu rêveur, terriblement séduisant. Puis il se détourna et observa la brune à la peau d’albâtre. Ses gestes étaient souples et léger, très précis. Cela lui convenait, il jeta donc son dévolu sur elle.

D’un geste élégant il s’assit au bord du terrain d’attaque, observant le moindre de ses faits et gestes, capturant dans ses rétines les mouvements, les intonations, tous les petits défauts de courbure, le moindre détail croustillant. Finalement il se leva et s’immergea dans les spires. Une épée, légère mais assez lourde, parfaitement équilibrée sur son bras, apparu entre ses mains. Le dessin était son arme.

D’une voix timide, il lui demanda :


- Tu m’apprends ?



_______________
Spoiler:
 


J'aurais du sang sur les doigts
et l'éclat de tes yeux vides
comme antichambre au trépas
de mon âme impavide




Lev Mil'Sha
// Anaïel // Miaelle Campbelle



avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]   Jeu 29 Déc 2011 - 14:02

Une marche. En quelque sorte, c’est un parallélépipède rectangle, n’est ce pas ? Et un escalier, c’est donc un parallélépipède rectangle posé sur un autre parallélépipède rectangle, lui même reposant sur un autre parallélépipède... et ainsi de suite jusqu’à un dernier beaucoup plus grand communément appelé palier. Ou étage.
Eh bien, tous ces parallélépipèdes rectangles sont très liés entre eux. Outre que du ciment ou tout autre mélange visqueux les retient ensemble, ils sont soudés par un esprit de franche camaraderie et d’honneur. Tu oses en défier un, tous les autres répliquent. Spontanément.

Eh bien, Gwëll, elle avait commis l’outrage de louper la première marche. Et elle avait senti toutes les autres passer. Les unes après les autres. À la suite. Comme si... Eh bien, exactement comme si elle avait dévalé les marches sur les fesses. ‘Bam-bam-bam-bam...’
Et vas y le dos, les côtes, les mollets, les cuisses, les coudes, et même jusqu’aux épaules. Tous avait payé.

Et puis elle était arrivée au plus gros parallélépipède. Dans un grand bruit, son corps s’était étalé sur le sol dur et froid et n’avait plus bougé. Non qu’elle ne se soit fait grand mal, mais seulement, elle craignait d’aggraver encore son cas en bougeant. Elle soupira un grand coup et commença par les doigts pour vérifier que tout marchait encore. Bon, dans l’ensemble, ça répondait encore bien. Il y avait des bleus, ça, c’était certain, mais au moins, avait elle évité la casse.

Mais qu’est ce qui lui avait pris, aussi ? Tout ça, c’était à cause du professeur de Légendes. Avec son poème à la noix à apprendre !
"Sous les noirs acajous, les lianes en fleur,
Dans l'air lourd, immobile et saturé de mouches,
Pendent, et, s'enroulant en bas parmi les souches,..."
C’était bien joli, mais ça avait bien failli causer sa perte. À l’apprendre avec tant de motivation et d’acharnement. Ça lui apprendrait tiens, à être une élève sérieuse.

Elle se releva et épousseta ses vêtements. Avec tout ce bazar, elle avait réussi à se perdre. Face à elle, il y avait une porte. Mais des portes, il y en avait un peu partout dans l’académie. Une porte en bois. Gwëll se gratta le lobe de l’oreille. Ça c’était sûr, elle n’était jamais venue ici.
De derrière la porte retentissaient les bruits étouffés d’un combat. Ce devait certainement être une porte secondaire pour accéder au clos d’exercices.

Le clos d’exercices ! Quelle bonne idée ! Il fallait dire, tout de même qu’elle n’y était pas vraiment retournée depuis la dernière fois. Pourtant, ça lui aurait été bien utile d’aller y faire un petit stage d’entrainement intensif.
Déterminée comme jamais -comme tout le temps, à vrai dire...-, elle se dirigea droit sur la double porte de bois. Avec l’un de ses grands sourires récurrents (celui qui signifiait : ‘le destin t’a mis sur ma route, voyageons ensemble !’ ou quelque chose du genre Arrow), elle posa une main sur la poignée et l’autre contre le battant. Puis elle poussa de toutes ses forces. La porte... ne bougea pas d’un poil.

Bon. La première étape serait donc de réussir à entrer. Premier pas, premier challenge. L’entrainement s’annonçait de première urgence.
Encore plus décidée, elle cala l’un de ses pieds en arrière d’une dalle, juste dans la soudure, il ne glisserait pas, et raffermit sa prise sur la poignée. Elle prit son souffle, inspira une grande fois puis ferma les yeux et lança son épaule contre le panneau de bois. Le choc retentit dans son crâne, durant de longues secondes qui la trouvèrent sonnée et la laissèrent toute aussi sonnée. Mais la porte continuait à résister. Pas moyen qu’elle ne concède un quelconque petit centimètre.
Dure en affaire, la porte. Le combat serait rude.

Gwëll prit un instant pour mettre ses idées au clair. La porte ne voulait pas s’ouvrir. Bon. Dure la vie, pas drôle, tout ça, tout ça. Mais une porte restait une porte, tout de même. Un bête panneau de bois, patiné par le temps, lissé par l’usage. Rien de bien méchant en somme.
Si elle n’y arrivait pas en poussant simplement, elle y arriverait peut être mieux... en donnant des coups de pied dedans ? Non, ridicule... En...? En lui parlant ? Saugrenu, mais... possible.


Petite porte ?... Dis moi, pourquoi ne veux tu pas t’ouvrir pour moi ? Tu me juges trop faible ?... Ou peut être... Peut être que tu renfermes un secret !?

Un secret... Une salle de combat pour les marchombres ? C’était possible, après tout ! Eux qui étaient si discrets, si secrets, si mystérieux...
Peut être qu’en poussant doucement la porte ?
Gwëll remit une main sur la poignée, et l’autre vint délicatement glisser sur le bois.

La poignée tourna, et... Elle se prit la porte en plein dans la figure. Paf.
Sous le choc -peu violent, rassurez vous, mais parfois, il en faut peu...- elle recula de deux pas et faillit perdre l’équilibre.
De l’autre coté, il y avait un jeune homme, un peu hébété par ce qu’il venait de voir et quelque peu embêté, semblait il.


J’suis désolé, j’vous avais pas vue... Pas de mal ?

Elle hocha vite du chef et se précipita derrière lui. Elle allait enfin découvrir. Découvrir ce qui se cachait derrière cette porte sur laquelle elle s’acharnait depuis un bon moment déjà. La salle d’entrainement secret marchombre ? La salle de réunion d’une secte hyper secrète ? La planque de Régis ? La cachette d’un énorme trésor ?
Des jeunes qui se tapaient dessus ! Des jeunes jeunes ? Roooh, même pas drôle. Une salle d’entrainement, tout ce qu’il y avait de plus basique. Avec des armes sur un mur, des armes sur l’autre mur, un tapis au sol et des élèves dessus avec des armes dans les mains.
Aucune originalité. Dommage...

Elle s’approcha d’une étagère et se saisit d’un magnifique arc en bois. À la force de ses deux bras, elle parvint -difficilement, il faut dire ce qui est- à le soulever et à l’extraire de son étui.
Waou. Qu’il était b... lourd. Trop lourd. Elle le lâcha et il s’écrasa sur son pied.

Aie. Ouille. Grimace.

[Mea culpa pour le retard Embarassed edit si besoin Very Happy]



_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 549
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]   Lun 16 Jan 2012 - 17:00

Halina ne fit pas vraiment gaffe à ce qui se passait dans la salle d’armes alors qu’elle travaillait certains mouvements que leur apprenait le professeur de combat. Quand elle ne gérait pas un mouvement, elle l’intégrait à une pseudo-danse qui lui permettait de les répéter et d’en prendre l’habitude. C’était assez chiant car hyper répétitif et beaucoup moins cool qu’un combat comme celui qu’elle venait de perdre. Refaire sans cesse les mêmes mouvements c’était peut-être relou mais au moins, elle les intégrait. Elle pourrait du coup les utiliser en cours de combat ou en situation réelle sans trop galérer. Elle enchaînait les coups, les parades et les feintes qui étaient parfois un peu brusques ou saccadés puisqu’elle n’était pas encore habituée à ceux-ci. Son épée pesait lourd dans sa main mais ce poids était réconfortant, rassurant. Il la maintenait sur terre. Comme si sa propre gravité ne suffisait plus. Elle sourit. La jeune femme se sentait tellement bien dans ces moments-là. Elle ne sentait plus qu’elle tenait l’épée, celle-ci devenait enfin ce qu’elle voulait qu’elle devienne : le prolongement de son bras.


Le reste, tout ce qui se trouvait autour d’elle, ne l’intéressait plus, tant elle était concentrée sur ce qu’elle faisait. Effectuer le bon mouvement, corriger une posture, être moins raide sur ses jambes et déterminer quels muscles avaient besoin d’une remise en forme. La guerrière tentait de conserver une respiration égale alors qu’elle commençait à sentir la fatigue venir. Puis, lorsque, en fin, elle se sentit satisfaite elle s’arrêta, fatiguée et en sueur. Un garçon, ou plutôt un jeune homme, qu’elle n’avait pas remarqué s’approcher en profita pour lui parler. Il voulait qu’elle lui apprenne… Dans un premier temps, elle faillit rire mais n’en fit rien. Il lui semblait étrange. Voir même familier. Sans même qu’elle ne parvienne à se souvenir pourquoi. Il lui rappelait quelqu’un, ou alors quelque chose mais sa mémoire semblait s’obstiner à lui faire défaut. Tant pis, elle abandonna la partie en se disant qu’elle y réfléchirait plus tard, lorsqu’elle en trouverait le temps.


Le jeune homme était grand et élancé. Il était séduisant avec ses cheveux de jais et ses yeux d’un bleu perçant. Halina devinait qu’il se savait beau et qu’il en profitait certainement avec les filles. D’ailleurs, il le faisait avec elle par sa voix calme couplée à ses grands yeux timides et, elle devait s’avouer que ça marchait. Par contre, son malaise persistait alors que leurs regards se croisèrent. Elle ne savait pas trop quoi en penser. Bon, cesse donc de réfléchir et lance toi. Lui parler ne va pas te tuer. Alors qu’elle se persuadait elle-même, elle réalisa qu’il avait fait apparaître l’épée avant de lui poser la question. Par la Dame, ce que c’était impressionnant un Dessinateur en action. Avant, il avait les mains vide et l’instant d’après, il y avait une arme. Il devait être puissant pour la faire apparaître avec une telle facilité… Enfin, elle lui répondit, souriante et aimable. Comme toujours.


-Je peux essayer si tu veux. Mais je ne te garantis rien !


Derrière l’épaule du Kaelem, puisque sa bague était rouge, elle vit Gwëll entrer. Avec toujours le même air interloqué et rêveur sur le visage. On aurait dit qu’elle découvrait la salle. Halina lui adressa un petit signe de la main et un grand sourire mais celle-ci ne la vit pas, trop concentrée à observer les étagères. La guerrière détourna son attention de la jeune fille et se concentra sur son interlocuteur. Il n’avait pas la carrure de celui qui manie les armes mais il semblait assez musclé pour porter une lame. Elle ne savait pas par quoi commencer. Elle n’était pas prof et puis, elle n’était que Fer. Il y eut un blanc. Il la regardait et elle réfléchissait tout en s’étirant histoire de masquer son malaise. Elle trouva enfin une question à lui poser, pour faire un peu avancer le schmilblick.


-T’as déjà manié une arme ?


Alors qu’il lui répondait, elle trouva enfin une idée pour lui apprendre certains mouvements de base. Elle tenta immédiatement. Si cela ne lui plaisait pas, elle changerait de méthode. T’façons, s’il voulait un vrai cours, il faudrait qu’il vienne en cours de combat. Messire Guidjek s’y prendrait mieux avec le débutant. M’enfin, qui ne tente rien n’a rien, c’est pourquoi elle lui déclara avec un mince sourire :


-Bon, fait preuve d’indulgence, j’ai jamais fait ça avant… Halina marqua une courte pause, le temps de se mettre en position puis elle lui dit : Défends-toi !


Et elle l’attaqua d’un mouvement de base en combat. Comme il n’avait pas réagi la première fois et que la pointe de son épée le toucha, elle répéta le mouvement. Toujours le même jusqu’à ce qu’il comprenne le but de sa manœuvre, le but de l'exercice, et qu’il y trouve une parade ou une esquive. Même après qu’il eut évité le coup une fois, elle recommença, pour qu’il puisse tester quelques mouvements. Ensuite, elle fit une autre attaque, un peu plus complexe cette fois-ci. Et ainsi de suite pendant quelques instants. Puis, elle lui proposa l’exercice contraire. Et là, elle ne savait plus à quoi s’attendre. Il allait certainement l’étonner. Les Dessinateur avaient, sans jeux de mot, de l’imagination. Peut-être y aurait-il une part d’inattendu dans cette journée.


-On peut faire l’inverse si tu veux. Attaque-moi.


A ton tour de me mettre au pied du mur. Halina se tint prête, en alerte.



[Vraiment désolée pour le retard ! J'espère que ça vous va I love you ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Etincelle
Messages : 123
Inscription le : 12/05/2011
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]   Jeu 9 Fév 2012 - 16:21

Du coin de l’œil, il vit Gwëll faire son apparition, la petite Gwëll qui avait été sa partenaire lors du court de dessin. Puis, il reporta son attention sur Halina qui, si elle paraissait assez frêle face à lui, n’en dégageait pas moins une impression de force qui l’étonna. Ainsi était donc le pouvoir des armes, le pouvoir de la maîtrise de la mort par l’acier. Ses grand yeux gris l’observait avec un mélange de gentillesse, de sérieux et de force qu’il trouva particulièrement intéressant.

Finalement, elle l’attaqua, après qu’il lui eut répondu par la négative à sa question. Et ce n’était pas un mensonge dans le sens où les instruments qu’il pouvait utilisé n’étaient pas vraiment des armes conventionnelles type. Un sécateur, aussi contondant soit-il, n’était pas une arme à proprement parler. Elle le toucha alors qu’il n’avait même pas eut le temps de bouger. Un sourire admiratif se peignit sur ses traits, et il se remit en garde, comprenant un peu tard le but de la manœuvre.

Halina était douée, elle devait avoir appris à se battre depuis longtemps déjà, car même aux yeux de profane de Lev, elle avait cette souplesse d’esquive et une manière de se fendre qui tenait plus du fauve que de l’humain. Finalement, après bien des efforts, il parvint à repousser certaines attaques, prenant conscience de l’avantage de sa portée par rapport à celle plus réduite de la Teylus.

Il commençait à sentir son dessin, le poids qu’il avait délicatement ajusté sans l’alléger pour apprendre vraiment, devenir partie intégrante de ses mouvements, et son corps s’enrouler autour de lui pour équilibrer la danse. Mais c’était la première fois qu’il se battait vraiment ainsi, et il ne compta plus les moments où ses pieds s’enchevêtraient d’eux-même et le faisait trébucher, accordant la victoire à la jeune femme.

Enfin, légèrement haletant, une fine pellicule de sueur lui voilant le front, il se remit en garde et Halina lui proposa un autre genre d’exercice. Il tendit une main vers le haut, demandant une pause, et se pencha pour les placer sur ses genoux et reprendre sa respiration. L’endurance n’était pas son fort.

Il entendit soudain un bruit à côté et avisa Gwëll qui venait de se fracturer l’orteil, au moins, vu la grimace de douleur qu’elle affichait suite à la chute d’un arc d’apparence très lourde en plein sur son pied.

Il se releva tout à fait, et l’apostropha d’une voix trnaquile ou trainait une trace d’humour cordial :


- Salut Gwëll ! Ça te dit pas de faire de nouveau équipe avec moi ? J’aurais du mal à attaquer cette demoiselle tout seul.

Il se tourna à nouveau vers Halina, un air naïf peint sur le visage :


- Si ça ne te dérange pas, bien sûr.


[un peu court, mais j'avais envie de débloquer et d'intégrer Gwëll ^^]



_______________
Spoiler:
 


J'aurais du sang sur les doigts
et l'éclat de tes yeux vides
comme antichambre au trépas
de mon âme impavide




Lev Mil'Sha
// Anaïel // Miaelle Campbelle



avatar

Flamme
Messages : 510
Inscription le : 20/07/2010
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]   Jeu 12 Avr 2012 - 20:50

Aie, aie aie.
Ce furent les premiers mots qui vinrent à l’esprit de Gwëll. Mais elle n’extériorisa pas, par respect pour le relatif silence qui planait sur la salle. Salle de travail, de concentration, pas d’extériorisation violente.
Respirant profondément, les dents bien serrées, les yeux très légèrement voilés de larmes superficielles. Doucement, très doucement, elle plia les genoux, se baissa et attrapa, de deux mains sûres bien qu’un peu tremblantes, le bel arc assassin de doigts de pieds.
Avec d’infinies précautions, elle le reposa sagement sur l’étagère à arcs et jura de ne plus jamais, jamais, y toucher. Et son pied jura avec d’autant plus de conviction qu’il était certain de se souvenir pour toute sa vie de ce cuisant écrasement.

Puis, aussi soudainement que la douleur était venue, elle se fit oublier.
Gwëll avait entendu son nom résonner dans la salle. Elle fit volte face, cherchant à percer du regard la brume mystérieuse qui devait certainement envelopper l’inconnu qui avait prononcé ces mots. Parce que, vu l’impression qui s’en dégageait, de cette voix ouatée, comme lointaine et pourtant claire, celui qui avait parlé devait certainement être un mage, un esprit ou alors un vieux chamane très sage. Peut être même que c’était une vision qu’on lui imposait par la pensée ? Elle avait déjà entendu parler de cas similaires dans des livres, des histoires que les gentils sorciers racontaient aux bons princes pour leur expliquer la route à suivre pour aller sauver la princesse, occire le dragon, patati patata...
Mais, mis à part toutes ces histoires qui remplissaient sa grande tête d’enfant fantasque, il n’y avait, alentour, ni brume, ni aucune autre trace nullement plus fantastique que Halina et Lev.

Bon, bien sûr, à eux seuls, il étaient le fantastique du lieu, la touche de magie de la pièce, mais bien loin, tout de même du mage et de la fée dans leur brouillard magique.
Lev et Halina, Halina et Lev. Qui la regardaient comme si ils attendaient d’elle quelque chose. Ou qu’ils ne la comprenaient pas. C’était possible, aussi, ça. Elle réfléchit une petite seconde à savoir ce qu’elle avait bien pu laisser entrevoir d’étrange. Mais elle avait beau se creuser les méninges, elle ne voyait pas.
Puis, elle se souvint. La voix mystérieuse ! Ce devait être Lev qui l’appelait. Mais pourquoi aurait il fait ça ? Quelques mots lui revinrent alors d’entre les brumes du royaume sacré de sa mémoire. Équipe. Et seul, aussi.
Tout un paradoxe.

Mais elle lui sourit, tout de même, parce qu’elle était polie, et puis aussi parce qu’elle aimait bien sourire aux gens. Sauf aux très méchants, bien sûr, mais aux autres... elle lui sourit et se demanda, dans un même temps ce que pouvait bien signifier ce regard mi figue, mi raisin qui tartinait -littéralement, bien sûr, Lev était un garçon bien élevé et n’aurait certainement jamais oublié de se débarbouiller- le visage du jeune homme.
Bizarre, bizarre, bizarre... il avait peut être besoin d’un coup de main ? ç’aurait été étonnant qu’il ne lui demande à elle, vu qu’elle s’en sortait moins bien pour ce qui était physique, ce qui était de l’ordre du dessin et même ce qui était psychologique. Mais bon, qui sait... On a toujours besoin d’un plus petit que soi ! Peut être qu’il avait juste besoin de plus de doigts pour compter parce que les siens et ceux d’Halina ne suffisaient pas.

Ce devait sûrement être ça. Armée de tous ses doigts au grand complet et même de ses doigts de pied en option, Gwëll s’en alla les rejoindre. Silencieux mais apparemment contents de la voir, ils l’accueillirent avec le sourire.


Vous voulez un coup de main ? J’en ai deux, donc ça fait vingt... euh dix doigts, mais j’ai aussi les pieds...

Un peu rouge de ce doute ridicule, elle les leur tendit. Ce qui voulait dire, en langage de Gwëll ‘‘Vous pouvez vérifier, j’en ai assez’’ mais aussi ‘‘Tenez, je vous les prête’’ et ‘‘Je suis contente de vous voir, ça faisait longtemps’’.
Toute une civilisation en dix doigts et quelques neurones, n’est ce pas magique ?


[désolée, désolée, désolée du retard, ça craint trop u.u Embarassed
Mais si besoin, je peux quand meme éditer, hein Arrow]


_______________
Minou Merveilleux Magique à votre service I love you
Si c'était une fleur, bleue, pardi.

avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 549
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]   Dim 29 Avr 2012 - 23:03

Il semblait qu’elle l’avait épuisé le garçon. Il paraissait vidé lorsqu’il lui demanda une pause avant le second exercice. Halina était contente d’elle, on lui avait toujours dit que plus tu étais fatigué en sortant d’un exercice plus efficace le cours avait été. Et les cours de combat par le Maître d’arme devait être vraiment utile vu comment il les épuisait à chaque fois. Elle espérait que ce qu’elle lui avait montré là lui serait utile. En tout cas, il avait compris plusieurs choses. Il avait vu que son arme à lui avait une meilleure portée et qu’il lui était possible de parer ses attaques avec son arme. Il tentait de danser. Et malgré quelques ratés, il ne s’en sortait pas trop mal. Le jeune homme avait de la volonté et c’était ce qui importait. Il semblait être motivé à apprendre et elle ne pouvait que saluer cette motivation. Même si elle espérait que ça ne tournerait pas en acharnement.


Il lui avait répondu qu’il n’avait jamais manié d’armes, mais elle se doutait qu’il n’était pas sans défense si jamais elle se risquait à l’attaquer pour de bon. Il avait l’art de Dessin et certainement une bonne maîtrise de son Don. Il saurait se défendre et rendre les coups. Pas avec l’arme qu’il avait dans les mains mais avec les diverses armes qu’il avait dans la tête. La guerrière se méfiait des Dessinateurs, ils étaient imprévisibles voir même incontrôlables. Ils étaient maîtrisables inconscient et lorsqu’ils étaient dans les Spires. Ce qui était très variable d’un Dessinateur à l’autre. Même depuis qu’on lui avait appris leur point faible, elle continuait de se demander si la personne qu’elle allait frapper de son épée n’allait pas lui faire tomber le ciel sur la tête. Les Dessinateurs étaient bien trop puissants. Si un jour elle devrait affronter des Dessinateurs, elle s’assurait d’en avoir un sous la main. Avoir des alliés Dessinateurs, voilà ce qu’elle devait garder en tête. Elle pourrait un jour en avoir besoin.


Soudainement un bruit de chute retentit. Halina se tourna vers la source un peu inquiète, Gwëll finissait toujours par se faire mal quelque part si on la laissait toute seule. Et c’était que ce qu’elle venait de faire. Elle s’était fait tomber un arc sur le pied et ça semblait vraiment douloureux en voyant sa grimace. Le jeune homme lui proposa de venir les rejoindre et de faire équipe contre elle. Ce qu’elle approuva. Gwëll n’était pas du tout qualifiable de combattive. Tête en l’air n’était qu’un de ses attributs. Ça ne pourrait que lui faire du bien à la jeune fille d’apprendre les bases du maniement des armes si un jour elle se retrouvait toute seule. On ne savait jamais. Et pour le moment, Gwëll n’était pas vraiment prête à se défendre. Peut-être en Dessin mais ce n’était pas sûr du tout. Elle était maladroite dans la vie, alors certainement qu’elle l’était aussi dans l’Imagination. La jeune Dessinatrice leur sourit d’un air perdu, comme si elle se demandait pourquoi on lui adressait la parole. Celle-ci s’approcha et leur proposa un coup de main à l’aide de ses dix doigts. C’était du Gwëll tout craché ça.


-T’as pas trop mal à ton pied Gwëll ?


Voyant qu’elle ne semblait pas comprendre, la guerrière renonça, la douleur la réveillerait plus tard. Elle se contenta de lui sourire. Elle aimait bien cette jeune fille qu’elle avait rencontrée une fois au clos d’exercice alors qu’elle s’entrainait avec Kirfdéin. Elles se voyaient souvent en cours aussi : en Civi’, et Alchimie principalement. Déjà là, elle avait compris qu’elle était un peu ailleurs parfois. Elle semblait dans son monde mais aussi très intelligente. Elle espérait que les Aequors prenaient soin d’elle.


-J’crois que… commença-t-elle avant de s’interrompre et de se tournet vers le jeune homme pour lui demander : Attends, j’connais même pas ton prénom. Moi c’est Halina, et toi ?



[Désolée pour le retard, en plus c'est court mais je peux éditer]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]   



 
J'ai tout mangé le chocolat. J'ai tout haché menu menu :cuicui: [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Il y a un temps pour tout [Pomona]
» [PV] Il ne faut pas croire tout ce qu'on dit... ni tout ce qu'on lit {Leevo}
» Suh Nam Hi ? « tout le monde l'est beau, tout le monde l'est gentil ! »
» Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ? Heather
» Le chocolat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Aile ouest de l'Académie :: Le rez-de-chaussée :: La salle d'armes-