Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinette[Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 632
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Lun 24 Oct 2011 - 21:03

Locktar était assis sur le rebord de sa fenêtre, donnant sur la cour de la fontaine. Sa tasse de café à la main, il terminait son petit déjeuner en prenant l'air frais de ce matin d'automne. La température s'était considérablement raffraichit depuis quelques semaines. L'hiver promettait d'être rude, mais ça n'inquiétait pas le maître d'armes. Il avait fait de nombreux miles sur le dos de son cheval. Parfois, alors que la température était digne d'un enfer glacial, il n'avait pour se réchauffer qu'une couverture et un feu de bois. A l'abri à l'académie, il supporterait parfaitement bien l'hiver qui s'annonçait. Même les flocons envahissaient la cour de la fontaine, il ne renoncerait pas à faire des cours.

Enfin, pour le moment, il n'était pas question de neige. Les arbres n'avaient pas encore perdus leur parures de feuilles et certaines oiseaux étaient encore visibles dans la région. Locktar termina son café et il déposa la tasse sur le plateau situé sur son bureau. Un domestique passerait dans la matinée pour nettoyer tout ça. Le maître d'armes s'habilla et il sortit de ses appartements. Dans les couloirs, il croisa quelques élèves à moitié endormis, baillant encore en se demandant pourquoi ils avaient choisit un apprentissage qui forçait les élèves à se lever de si bonne heure. En général, les cours de combat se déroulaient le matin. Le maître d'armes aimait tester ses élèves au saut du lit afin de les pousser dans leurs derniers retranchements. Quand ils seront des soldats ou des guerriers, ils ne devront pas toujours se battre en plein après-midi après une bonne grosse grasse matinée. Ces cours matinaux étaient donc un bon entrainement pour leur future vie professionnelle.

Quand Locktar sortit à l'extérieur des murs de l'académie, il remarqua que le brouillard n'était pas totalement levé. Il releva le col de la chemise afin de limiter l'accès du vent frais à sa peau et il se dirigea vers le lieu de son cours. Le maître d'armes avait décidé de présenter à ses élèves un nouveau lieu, construit il y a peu de temps aux abords de l'académie. Il y a quelques semaines, Locktar avait reçu une série de parchemin écrit de la main du trésorier de l'académie. Ils présentaient le Labyrinthe, c'était le nom de cet étrange édifice. Le maître d'armes avait longuement étudié les écrits avant de décider d'organiser un cours là-bas. Par contre, il n'avait pas cherché à tester lui-même le Labyrinthe. Selon les parchemins, le lieu testait les réflexes et l'agilité. Locktar avait perdu depuis bien longtemps son agilité, il n'était même pas sûr d'avoir été un jour agile. Il compensait ce manque par sa force. C'était donc pour cela qu'il ne souhaitait pas entrer dans le Labyrinthe. Il savait très bien qu'il échouerait et vu qu'il n'avait plus besoin d'apprendre, il ne voyait pas de raisons valables pour se ridiculiser.

Le maître d'armes arriva rapidement auprès de l'immense structure du Labyrinthe. Le responsable, un certain Tolkor, était déjà là, soufflant dans ses mains afin de se réchauffer.

- Fait vraiment pas chaud içi, annonça ce dernier. Je commence à regretter le sud.

- Quel était votre métier là-bas? se renseigna Locktar.

- J'en avais pas, c'est bien pour ça que je suis venu içi. Le salaire que je reçois chaque mois de la part du trésorier me fait rapidement oublier ce froid. Et vous, vous ne regrettez pas un endroit en particulier?

- Non, je me sens bien içi. Et ce froid ne me fait pas peur, j'ai connu bien pire. Je reste donc sans aucune hésitation.

Alors qu'ils continuaient de discuter, le premier élève émergea du brouillard.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
avatar

Bois
Messages : 130
Inscription le : 13/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Mar 25 Oct 2011 - 1:27

Hestia s'était levée aux aurores, parce que le cours de combat commençait très tôt. Elle avait passé trop de temps dehors, et la nuit était tombée depuis bien longtemps lorsqu'elle était entrée dans son dortoir pour dormir. Elle s'étira, puis passa un bras derrière sa tête. Elle étouffa un baillement, puis sortit du dortoir, ses vêtements coincés sous son bras. Elle devait se dépêcher si elle voulait manger avant de se rendre à l'entraînement. De toutes façons il était hors de question qu'elle y aille sans avoir mangé. Au pire elle serait en retard !
En fait, en réalisant que personne d'autre n'avait l'air de se lever, elle remarqua qu'elle était en avance. Sa notion du temps était donc encore plus mauvaise que ce qu'elle croyait. Elle en profita pour attacher ses cheveux. Elle n'était pas vraiment sûre que le maître d'arme apprécierait qu'elle les garde lâchés.

Le froid mordait sa peau à travers ses vêtements. C'était pourtant ses propres vêtements de combat qu'elle portait, et elle savait, pour en avoir fait l'expérience, qu'ils étaient bien plus chauds que ceux de l'Académie. Elle pensa à juste titre qu'elle aurait plus chaud lorsque les exercices auraient commencés. C'était toujours comme ça : le froid d'abord, puis l'effort et la chaleur qui venait avec. Et puis, avec le brouillard qui régnait encore, elle devait faire attention. Il fallait qu'elle se trouve de bons repères pour ne pas se perdre.
Parce que cette fois-ci, le cours ne se passait pas dans l'enceinte de l'Académie, mais un peu plus loin. Apparemment, ils allaient tester le nouveau truc qui avait été construit récemment. Hestia en avait entendu parler, forcément, puisqu'elle connaissait tout les potins de l'établissement. Elle avait donc entendu dire que le cousin de la soeur de Celya avait testé le "Labyrinthe" comme ils disaient, et que c'était pas du gâteau ; mais l'Aequor n'était pas effrayée : après avoir lancé des rumeurs, elle savait bien qu'il ne fallait pas croire tout ce qu'on lui racontait.

Deux hommes discutaient, non loin d'elle. Elle entendait leurs voix et se rapprocha doucement. Elle reconnut le maître d'arme, et le salua avec un grand sourire.

- Bonjour M'sieur ! Et bonjour vous aussi !

Elle avait remarqué après coup l'autre homme et l'avait salué avec autant d'enthousiasme. Autant commencer la matinée dans la joie et la bonne humeur. Elle allait bientôt souffrir, autant ne pas hâter les événements. Elle ne put s'empêcher, toutefois, de poser une toute petite question.

- On va faire quoi aujourd'hui ?


_______________


Enelyë Wind ~~ Hestia Kieran ~~ Lehya Jinwa

Apprenti Marchombre
Messages : 16
Inscription le : 28/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Mar 25 Oct 2011 - 13:03

Silma s’était levé tôt ce matin, enfin plus tôt que d’habitude. La cause ? Un cours de combat, donné par un professeur dont le nom lui était totalement inconnu. Et comme il n’avait rien de prévu ce matin-là, il s’était dit que ça pouvait être intéressant. Aussi, il n’avait pas encore eu de cours de combat, cours auquel il pouvait participer, contrairement aux cours de dessin ... Enfin bref.

Il faisait assez frais lorsqu’il s’était levé pour aller déjeuner à la salle commune. Tremblant un peu de froid malgré la cape dans laquelle il s’était emmitouflé, il avait accueillit le bol de chocolat chaud avec un soupir d’allégresse et un grand sourire. La chaleur s’était alors installée dans le creux de son estomac, le réchauffant de l’intérieur. Puis il avait filé prendre une douche rapide. A ce rythme-là, il arriverait en retard pour son premier cours de combat. Il avait hâte de savoir comment cela se passait, bien que ce fut mélangé à une certaine peur ou pressentiment, il ne savait pas trop.

Enfilant des vêtements assez chauds, mais pas trop. L’exercice donnait souvent chaud. Il prit quand même une paire de gants, c’était d’abord par là que le froid s’insinuait. Vêtu de vêtements légers mais chauds, et qui ne le gêneraient pas dans ses mouvements, il sortit dans la cour où il se fit surprendre par le brouillard. En effet, une nappe de brouillard attendait sagement que la chaleur du soleil vienne le dissiper.

Enfilant ses gants, il se dirigea vers l’endroit dit le « Labyrinthe ». Il ne savait rien à part le nom et l’endroit de ce lieu. Certes, un labyrinthe indiquait un endroit tortueux truffé de pièges. A part cette signification, il y allait à l’aveuglette.

Arrivé à l’endroit indiqué, il se repéra au son d’une conversation que la brise lui portait. Ses cheveux blancs argentés laissés pour le moment en liberté ondulant légèrement, il inclina la tête vers le groupe. Des deux hommes, il ne connaissait ni l’un, ni l’autre. Il y avait aussi une élève qu’il ne connaissait pas non plus.

- Bonjour, Messieurs.

Il se tourna vers la jeune fille qui avait l’air toute joyeuse, la salua tout en attachant ses cheveux en une tresse bien serrée.



_______________
Plume d'Argent,
Liberté dans le Vent ...

Rêve ta vie en couleurs,
C'est le Secret du Bonheur ...
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Mar 25 Oct 2011 - 17:03

Mais pourquoi fallait-il donc que les guerriers aiment se taper dessus dès potron-minet ? Pourquooiii ?
Einar adressait cette prière désespérée à la Dame devant son miroir, les yeux bouffis de sommeil et les cheveux aussi ordonnés que le bureau de Jehan. Il n’aimait décidément pas se lever tôt, et encore moins se lever tôt pour se faire taper dessus de manière tout à fait légitime. En plus, d’après les potins fébriles qui circulaient dans la salle commune, le cours d’aujourd’hui allait se passer danas le Labyrinthe, pour la première fois. Alors déjà, le Labyrinthe, Einar avait aucune idée de ce que ça pouvait vraiment être, il avait juste entendu comme tout le monde que le trésorier ex-méchant pas beau avait fait poper une structure nouvelle dans le parc et près du clos d’entrainement, une structure sur laquelle tout et n’importe quoi avait déjà été dit. D’après Laiki, il y avait une créature mi-homme mi-taureau dans la structure, et chaque guerrier devait entrer pour lui trancher la tête, pour prouver sa valeur et passer au rang suivant. Apparemment, cet être hybride avait été capturé dans les îles du Sud, plus loin encore que l’archipel Aline. Enfin ça, Einar avait un peu de mal à y croire. En plus il savait que c’était tiré d’une des histoire d’un recueil pas très connu qu’il avait trouvé dans la bibliothèque de l’Académie de Merwyn, et il soupçonnait l’instigateur de cette rumeur cornue d’avoir puisé dans le-dit recueil pas très connu.
Bref, tout ça pour dire que le cours de combat d’aujourd’hui promettait d’être plein de surprises. Déjà que les cours de combat n’étaient jamais vraiment normaux… Le jeune apprenti chantelame n’avait pas souvenir d’un cours de combat qui se soit passé dans des conditions calmes, et selon ce qui avait été prévu par le Maître d’Armes.

Et en plus il faisait froiiiiid ! Innocemment, Einar avait juste enfilé sa chemise et son éternel pourpoint de cuir pour sortir, et il le regrettait amèrement. En plus, il n’avait plus le temps de remonter les étages de l’Académie pour aller chercher quelque chose de plus chaud, et de toute manière il avait tellement la flemme. Le Teylus donc se dirigea comme la plupart de ses camarades tombés du lit vers la structure fantômatique qui émergeait dans le brouillard qui s’était abattu sur l’immensité du parc. Les mains planqués sous les aisselles pour tenter de les garder du froid et leur éviter de devenir bleus et cassants, Einar arriva au fameux Labyrinthe, qui avait l’air vachement plus grand d’ici surtout quand il était à moitié planqué dans le brouillard. Avec surprise, le troisième des frères Soham se rendit compte qu’ils étaient encore peu à être arrivés à l’endroit dit. Pourtant ils étaient bien une dizaine à marcher dans le parc quelques minutes auparavant, non…. ?
En sautillant sur place pour oublier qu’il était terriblement peu doué pour juger les températures depuis la douillette chaleur de son lit, Einar salua Hestia, et fit un signe de tête à Locktar. Il avait plutôt intérêt à faire profil bas devant son primat, surtout avec les incidents du dernier cours. Son sabre chantelame fièrement ceint autour des hanches, le Teylus prit à son tour la parole, les dents claquant spasmodiquement :

- Oui d’ailleurs on fait quoi M’sieur ? On a intérêt à faire quelque chose qui bouge, il gèèèèle ici… On pourrait pas retourner s’entrainer dans la salle d’armes ? C’est chauffé là-bas…

C’est alors qu’il remarqua que derrière lui était apparu un elfe. Mais si, un vrai, comme dans les contes et tout, avec les oreilles encore plus pointues et plus effilées que les légendaires oreilles de Valen Til’ Lleldoryn, et les cheveux aussi brillamment argentés que… euh… la louche du cuisinier. Ouais. Einar lorgna la paire de gants, et le manteau léger mais chaud, et décida tout à trac qu’il détestait le mini-elfe. Il avait des gants, quoi. En plus il était à Teylus, et il l’avait jamais vu dans la salle commune pour l’instant. Einar avait les poings enfoncés le plus loin possible dans ses poches, et ça ne suffisait pas à le protéger de la brise glaciale et du brouillard.
Sautillant sur place, il se rapprocha subtilement de son camarade, tel le sioux sous son buisson, et lui demanda dans un murmure qui se voulait aussi discret que le buisson sous lequel se cachait le sioux :

- Tu pourrais m’prêter un de tes gants s’il te plait ? sinon j’crois que j’vais finir manchot, et je pourrai plus tenir mon sabre… J’te le rends après, promis, et en bon état.



_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 557
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Lun 31 Oct 2011 - 22:21

Halina était bien contente que le cours de combat du jour ait lieu aussi tôt. Elle passerait ainsi moins de temps à rien faire et à tourner en rond comme un animal en cage en regrettant l’époque où elle pouvait faire des grasses matinées de 12 heures sans avoir du mal à s’endormir le soir suivant. C’était le bon temps, pensa-t-elle nostalgique. Comme d’habitude, elle fut réveillée un peu trop tôt à son goût et ne parvint pas à se rendormir. Elle décida donc d’arrêter de s’acharner pour rien et se leva puis s’habilla. Elle se vêtit plutôt chaudement pour éviter d’attraper la crève. Le temps dehors se rafraîchissait de plus en plus, surtout quand le soleil n’était pas encore levé. Elle n’était pas une grande fan de l’hiver, elle avait toujours tendance à trop se couvrir et à avoir l’air d’un bonhomme de neige à cause du nombre d’épaisseurs qui la couvraient. Elle sortit donc pour marcher une peu, voir courir si elle se sentait en forme. La jeune guerrière vérifia qu’elle avait son poignard à la ceinture, pour ne pas avoir à revenir à l’intérieur. Elle passa par les cuisines où elle récupéra un morceau de pain frais et encore un peu chaud. Le cuisinier – ou son sous-fifre – la salua comme tous les matins avec une pointe de pitié et peut-être de curiosité. Il avait compris à force qu’elle ne venait pas le faire chier pendant son boulot juste pour le plaisir.


Lorsqu’elle arriva dans le hall, le soleil se levait. Halina alla vérifier l’heure du cours de combat et le lieu pour ne pas se retrouver en retard. C’est alors qu’elle remarqua qu’il s’agissait du labyrinthe. Elle était régulièrement passée devant pendant les travaux et avait appris il y avait peu de temps qu’il était terminé. Il paraissait que c’était son cher ami le Trésorier qui avait fait construire ce nouveau bâtiment. Rien que pour cette raison, elle n’avait pas une très grande envie de rentrer dans cette boîte étrange. Elle avait un peu peur de ce qu’elle allait trouver là-dedans. Et puis bon depuis un certain épisode pas mal ressassé, elle avait du mal avec les espaces clos. Surtout si elle devait faire face à une situation inconnue. Elle avait peur de sa réaction possible dans ce cube.


Alors qu’elle faisait le tour de l’Académie en grignotant son pain, elle réfléchissait à ce qu’elle pourrait bien rencontrer dans ledit Labyrinthe. On lui avait dit que c’était pour tester de courage et l’agilité des élèves. Pour en retenir les meilleurs. Elle appréhendait un peu cet inconnu, elle se dit même qu’elle aurait dû aller tester plus tôt cette drôle de machine qui fonctionnait on-ne-sait comment. Elle aurait su au moins à quoi s’attendre de la séance d’aujourd’hui. Mais bon, la guerrière pensait que le professeur aurait un peu attendu le temps de le tester lui-même ce Labyrinthe. Pour évaluer s’il n’était pas dangereux pour eux. Ou même s’il était faisable pour des gens de leur niveau. Halina dû s’avouer qu’elle craignait un peu le résultat de ce test. Elle ne vit pas vraiment passer le temps mais ses pas la portèrent à l’heure voulue devant le nouveau bâtiment.


Elle ne fut pas la pas la première sur les lieux, il y avait déjà le Maître d’arme avec un homme qu’elle ne connaissait pas, Hestia était arrivée elle aussi et deux de ses camarades à Teylus : Einar et un nouveau aux oreilles pointues. Elle l’avait déjà saluer rapidement pour lui dire un truc un peu bateau qu’on disait à tous les nouveaux : genre « Bienvenue, j’espère que tu vas te plaire ici. Moi c’est Halina. » Elle n’avait même pas retenu son nom. C’était fou comme les choses qui ne lui paraissaient pas importantes finissaient par lui sortir de la tête. Avant l’emprisonnement, elle écoutait tant les ragots et les histoires qu’elle aurait pu faire une liste des élèves de chaque maison. Ou presque. Elle alla d’abord saluer le professeur et celui qui l’accompagnait :


-Bonjour Messieurs. Puis, en se rapprochant des élèves, Salut ! Vous allez bien ?


Puis elle attendit que l'un d'eux relance la conversation ou alors que le Maître d'armes lance le cours.


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 632
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Mar 1 Nov 2011 - 6:53

Les élèves arrivaient un par un. La plupart était habillé chaudement. Un petit sourire se dessina sur les lèvres de Locktar. Dans peu de temps, ils seraient certainement obligé de retirer le surplus de vêtements qu'ils avaient pris, car l'effort promettait d'être intense. De plus, ce n'était pas avec dix kilos d'habits qu'on arrivait à se déplacer avec agilité. Le maître d'armes ne répondit pas immédiatement à la question d'Hestia. Il préférait attendre l'arrivée d'un peu plus d'élèves, histoire de ne pas devoir répéter mille fois le programme du cours. Au fur et à mesure que les élèves arrivait, le maître d'armes remarqua une certaine apréhension dans le regard de certains. Certains gardaient même les yeux fixés sur le Labyrinthe. Le jeune homme comprenait la raison. En parcourant les couloirs de l'académie, il avait entendu de nombreuses rumeurs au sujet du nouvel édifice de l'académie. Certaines personnes avaient dit que le trésorier avait engagé une troupe de Thulls chargée de capturer des Raïs afin de les enfermer dans le Labyrinthe. D'autres avaient prétendus que le but en entrant dans le Labyrinthe était de passer devant deux énormes bruleurs afin de récupérer un coffret contenant la clé de la porte de sortie. Ces rumeurs avaient fait sourire le maître d'armes.

Quand Locktar jugea le nombre d'élèves suffisamment conséquant, il se tourna d'abord vers Einar.

- Ne t'inquiète pas, Einar, dans peu de temps, tu te plaindras d'avoir trop chaud. Et on oublie la salle d'armes car elle n'est pas adaptée au cours que je vais vous proposer aujourd'hui. Et puis, vois le bon côté des choses: au moins içi, tu ne casseras pas de rateliers.

Il fit ensuite face à l'ensemble des élèves.

- Bien. Aujourd'hui, vous allez tester la salle qui se trouve derrière moi. Peut-être que certains sont déjà entrés dedans, étant donné qu'elle est ouverte toute la journée pour ceux qui souhaitent s'entraîner pendant leur temps libre. Pour les autres, je vous laisse écouter Tolkor.

La personne en charge du Labyrinthe s'avança et il prit la parole:

- Bonjour tout le monde. Vous allez aujourd'hui entrer dans le Labyrinthe. Deux modes s'offrent à vous. Le premier est un parcours du combattant. Tout ce qui se situe autour de vous peut présenter un danger quand vous entrez. Les murs peuvent bouger, des projectiles peuvent être lancés, le sol peut s'élevé et encore bien d'autres pièges. Six niveaux sont disponibles. Chaque niveau détermine la vitesse et le nombre de pièges qui s'offriront à vous. Je vous déconseille vivement de choisir le niveau 6 avant une centaine de réussite dans les autres niveaux. Impossible pour vous de connaître les pièges par coeur car le Labyrinthe se renouvelle à chaque passage.

Tolkor marqua une pause avant de reprendre sa description.

- Le second mode vous confrontera à vos pires peurs. Grâce à de nombreuses sphères graphes dissimulées dans les murs de l'édifice, je ferais apparaître devant vous vos peurs les plus enfouies. Les dessins seront si réels que vous oublierez que ce sont des illusions. Vous aurez aussi la possibilité de cumuler le parcours du combattant avec le mode "peur", si vous aimez la difficulté et les défis.

L'homme se tut et se tourna vers Locktar. Le maître d'armes reprit la parole.

- Aujourd'hui, vous affronterez le parcours du combattant, et peut-être le mode "peur" pour les volontaires s'il nous reste du temps à la fin. Je surveillerais votre progression depuis la salle de commande, en compagnie de Tolkor. Cette salle permet une vision sur l'ensemble du Labyrinthe. Je pourrais ainsi voir vos forces et vos lacunes. Etant donné que la plupart d'entre vous ne sont pas des débutants et qu'ils ont déjà une bonne expérience en matière de combat, vous entrerez dans un Labyrinthe de niveau 2.

Locktar tendit la main pour désigner une petite porte sur le côté du Labyrinthe.

- La salle de commande se situe içi. Pour ceux qui ont apportés des épées, déposez les à côté de la porte, vous n'en aurez pas besoin aujourd'hui. Elles vous handicaperont trop pour l'instant, ce n'est pas la peine de rajouter de la difficulté. Vous pouvez également y déposer vos vêtements en trop, histoire de ne pas finir trempé de sueur avant la fin du parcours.

Les élèves s'activèrent et ils revinrent se positionner devant le maître d'armes. Avec un sourire, Locktar s'adressa de nouveau à ses élèves:

- Qui est volontaire pour entrer le premier dans le Labyrinthe?



[Le Labyrinthe propose de nombreux pièges, faites donc parler votre imagination pour décrire ce qui se présentera devant votre personnage. Si vous n'avez pas d'idées, j'ai proposé quelques exemples dans le post de test de Varsgorn (vous pouvez le trouver içi. Bon post à vous]


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
avatar

Assistant du Maître d'armes
Messages : 234
Inscription le : 09/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Mer 2 Nov 2011 - 7:19

Selhan s'était levé aux aurores, il avait dormi à la belle étoile comme à son habitude, les nuits commencaient cependant à être très froide, il allait finir par venir dormir à l'académie surement. Maintenant qu'il était assistant du maitre d'arme il en avait le droit. Un sourire ce dessina sur ses lèvres, il venait à l'académié sans y être autorisé depuis quelques mois maintenant, et le jour on lui dit qu'il fait parti de l'académie, il y dort même pas... voici quelque chose de très paradoxal... enfin bref il fallait qu'il se dégourdisse un peu les jambes et s'échauffent un peu car ce matin il allait participier à son premier cours de combat avec Locktar, enfin pas participer, plutot animer? Ba jouer l'assistant quoi! Donc si il participera surement.

La veille, le jeune homme avait passé une partie de la journée dans le bureau de Jehan pour s'expliquer avec lui, ce dernier l'avait très mal recu, il lui avait d'abord demandé ce qu'il faisait ici et que s'il partait pas il appelerait les gardes pour le tuer. Puis Selhan avait parlé du maitre d'arme, il avait parlé du fait que cela faisait un moment qu'il n'était plus assassin, qu'il avait trouvé un autre sens à sa vie, qu'il avait retrouvé ses origines. Il lui avait aussi dit que malgré tout Jehan n'était pas en bonne posture pour lui faire la morale étant donné que c'est lui qui lui avait ordonné l'execution de Jaskier... Après tout, l'ex-assassin n'avait fait que suivre les ordres, il avait été payé pour faire sa...

Enfin bref tout sa était du passé, après des heures d'explication, Selhan avait parlé du fait que Locktar lui avait dit qu'il y avait un poste d'assistant à pourvoir et qu'il voulait y postuler. Jehan avait jugé la situation et malgré beaucoup de sentiments contradictoire il lui répondit que le poste lui conviendrait surement. Il fit donc passer un message par ses domestiques à Locktar comme quoi dès le lendemain il aurait un dénommé Selhan Til' Silhan comme assistant. La discussion s'était arreté aussi net qu'elle avait commencé. Le jeune homme parti du bureau de l'intendant et s'en alla réfléchir en pleine un peu. Il s'endormit finalement avec une couverture et avec son cheval sous des arbres.

Il commencait à faire jour à présent, Selhan pensa qu'il était tant de rejoindre Locktar pour faire son job! Il avait entendu parlé d'un cours de combat matinal au labyrinthe, il s'y présenta donc. Deja plusieurs élèves étaient la, le jeune homme en reconnu une, Halina, les autres ne lui disait rien. Il était arrivé d'un pas si discret que personne ne s'était retourné, il savait pourtant que Locktar l'avait deja repéré.

- Bonjour à tous!

Selhan fit sursauter quelques personnes, tout les élèves se retourna pour voir le nouveau venu.

- Sir Locktar, désolé pour le retard, je ne pensais pas que vous commencerez aussi tot, enfin je vois que personne ne s'est échauffé encore donc on peut dire que je suis dans les temps.

Il venait de dire cette phrase avec un petit sourire, les élèves croyaient qu'ils allaient pouvoir passer des épreuves sans s'etre échauffé? Il était meme persuadé qu'aucun n'était venu en footing ou en trotinnant jusqu'ici.


_______________


La mort n'arrive jamais par hasard.

Où que je sois, si j'y suis, la mort y est aussi.

A l'inverse, où que tu sois, si la mort y est, j'y suis aussi.

Mais si je ne suis pas là avec toi, il n'est pas dit que tu ne meurt pas.

Ma protection sera ta seule dévotion.


La méditation est noble, le courage est fort, la confiance est suprême
mais seule la mort règne.


Où que tu aille je te suivrait les yeux fermés parceque si j'ai confiance alors mon âme et mon instinct me guiderons mieux que mes yeux... Sache le!
avatar

Marchombre
Messages : 426
Inscription le : 20/11/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Sam 19 Nov 2011 - 22:57

Lya ouvrit les yeux.

C'était une journée comme une autre qui commençait sur une matinée comme une autre avec un dortoir à moitié vide [ou à moitié plein, selon l'optimiste du lecteur], comme presque tout les matins. Bref, une routine inhabituelle commençait à envahir la vie de Lya, et cela la dérangeait beaucoup. Mais comme tout les autres matins, et puisqu'il fallait bien commencer par quelque part, Lya se leva, s'habilla de son uniforme qui la fondait dans la masse, ajouta son poncho bleu parce que c'est l'hiver donc il fait froid, passa son éternel bandeau dans ses cheveux et pour compléter son rituel matinal, elle descendit à la Grande Salle. Mais arrivée devant la grande porte qui donnait sur la salle où l'habituel brouhaha des élèves résonnait à ses oreilles, la Kaelem décida qu'il fallait qu'elle brise ses habitudes qui devenaient des rituels et faisaient d'elle une petite mamie enfermée d'esprit. La jeune femme se contenta donc de faire quelques pas dans la salle, prit une pomme sur l'une des tables et tourna les talons pour s'éloigner aussi rapidement que possible de toute cette routine ordinaire.

Croquant dans sa pomme à pleines dents, Lya franchit les portes de l’académie. Un cours de combat l'attendait, mais puisqu'elle ne prenait pas le temps de vraiment déjeuner, la jeune femme décida de prendre le temps de penser, histoire de dériver un peu loin de l'ordinaire qui comblait ses journées. Choisissant un arbre dénudé de ses feuilles, la jeune femme s'y assit et examina le paysage tout autour d'elle. Le contraste entre l'air froid ambiant et sa chaleur corporelle amenait son souffle à former des volutes de brouillard qui disparaissaient presque immédiatement après s'être formés. Aujourd'hui, Lya voulait changer son monde, le sortir de son habituel torpeur, comme si l'hiver l'avait gelé et l’empêchait d'être vif et surprenant. Alors tout naturellement, elle en vient à transformer le paysage gelé qui l'entourait en un désert digne de celui des Murmures: les arbres nus et froids devinrent de grands cactus épineux, la plaine couverte d'une herbe rase se changea en sable fin et les collines se firent dunes. Le petit ruisseau qui coulait à proximité sembla se tarir pour ne devenir qu'un petit filet d'eau. Un puissant souffle de vent arracha le trognon de pomme de la main de Lya, l'envoyant valser quelques mètres plus loin. La jeune femme fut secoué d'un violent frisson qui la réveilla de sa torpeur éveillée. Mise de bonne humeur par le changement de paysage qui s'était opéré de lui même dans son esprit et avait égayé sa journée par son anomalie, l'apprentie marchombre se leva tout sourire et décida qu'il était temps de rejoindre le cours.

Elle arriva juste à temps devant la nouvelle infrastructure de l'académie pour entendre les explications du cours. Lya reconnut la plupart des élèves qui se trouvait déjà là. Elle adressa un sourire à Halina et Hestia, salua d'un mouvement de tête le jeune homme du cours d'alchimie, examina un instant le second qui lui était totalement inconnu et lui adressa le même geste. Évidement, Selhan était là aussi. Lya avait entendu la rumeur comme quoi il y avait un nouvel assistant du maître d'arme. Ajoutant à cela le fait que l'assassin cherchait un emploi à l'académie, cela ne pouvait que être lui. La jeune femme décida de l'ignorer. Elle n'avait pas envie de lui parler. Les quelques mots qu'il prononça suffirent à l'irriter au plus au point et à lui ôter son sourire. Mais puisqu'elle avait décidé que cette journée devait être inhabituelle, elle prit l'initiative de lui répondre sur le ton de la plaisanterie:


-Selhan, sans vouloir te vexer, il me semble que sir Guidjeck vient d'annoncer que le premier postulant pouvait entrer dans le labyrinthe. Il me semble donc que cela veut dire que l'on saute la case "échauffement" pour passer directement à celle "entrainement". Et comme je suis une aventurière intrépide, je lance les dés la première.


Et sans attendre plus longtemps, la jeune femme s'engouffra dans le labyrinthe. Tout d'abord, il n'y eut rien. Aucun mouvement, juste une douce lumière qui flottait dans l'air. Lya tourna à droite, puis encore à droite. Tous ses sens en alerte, elle n'entendait rien d'autre que sa propre respiration. Celles des autres élèves s'étaient estompées peu après qu'elle soit entrée dans le dédale de chemin. Soudain, sous ses pieds, le sol s'écroula. Réagissant à la dernière seconde, Lya sauta vers un pan de mur et s'en servi pour rebondir à l'abri sur la terre ferme. Immédiatement, un sifflement dans l'air l'avertit qu'une lame ou une flèche lui fonçait droit dessus. La jeune femme n'eut que le temps de s’aplatir au sol puis de rouler maladroitement lorsque celui s'effondra une seconde fois sous ses pieds. Surprenant! Le labyrinthe semblait anticiper ses réactions et prévoir ses prochains pièges pour... mieux la piéger. Deux murs foncèrent droit sur elle et Lya du s'esquiver sur la droite dans une impasse pour éviter d'être écrabouiller. Un instant, elle se demanda ce qui arriverait si elle ne parvenait pas à éviter l'un des traquenards. Puis refusant de penser à cette solution, la jeune marchombre retourna sur le chemin à nouveau libre d'accès et couru à travers le labyrinthe, évitant un par un les pièges qu'il lui lançait, parfois à intervalles réguliers, d'autres fois très espacés ou encore à la suite les uns des autres. Pantelante, elle fini enfin par retrouver la sortie. Elle avait franchi ce niveau, mais n'était pas certaine de pouvoir passer à celui supérieur. Elle s'approcha d'Halina en lui lançant un regard encourageant, comme pour l'inviter à y entrer à son tour. Puis elle s'assit à ses pieds pour récupérer son souffle, attendant les remarques de Locktar.


_______________
 

Bois
Messages : 34
Inscription le : 11/11/2011
Age IRL : 103


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Lun 21 Nov 2011 - 22:24

Personne n’avait pu la voir.
La veille, elle était arrivée dans l’après midi et, après être passé chez son ami l’intendant, elle s’était faite discrète. Agissant de manière à ce qu’on ne la remarque pas, elle avait attendu l’heure creuse où tout le monde est en cours pour se faufiler hors du placard à balais qui l’avait cachée aux autres et courir s’installer dans son dortoir (on n’est jamais trop prudent, plus on court vite et moins on a de chances se faire voir).
Elle avait d’abord rangé ses affaires, roulées en boule, dans un coffre, puis elle avait farfouillées dans celles de ses camarades de dortoir. À vrai dire, elle n’y avait pas trouvé quoi que ce soit de très intéressant. Quelques lettres, des bijoux (ah, les filles...), par ci par là, une arme, ou encore une mèche de cheveux en souvenir du bon vieux temps révolu qui est passé de belle date et qui ne reviendra pas.
Quelle bande de niais, quand même...

Non, personne n’avait pu la voir.
Une fois que son inspection s’était achevée, sur un échec, elle avait sorti de son sac une couverture bien chaude, s’était enroulée dedans et était passée sous le lit.
Voir sans être vu. Quelle belle invention. Elle avait déjà eu l’occasion d’expérimenter cette technique et jamais personne ne l’avait démasquée. Alors elle repassait à l’acte.
Bien au chaud, sous son matelas protecteur, elle avait cru s’endormir. C’est qu’ils ne venaient pas ces idiots ! Comment voulaient ils qu’elle les espionne ? Bande de gros malins.
À tous les coups, ils devaient être en train de profiter des quelques derniers rayons de soleil avant l’hiver... Bande de niais.

Et puis, les élèves avaient commencé à défiler. d’abord la p’tite copine qui s’est faite larguée et qui pleure toutes les larmes de son corps, parce que celui là, il était pas comme les autres, c’était l’homme de sa vie. Nan mais j’vous jure. Et puis ensuite les deux amies démoralisées par leurs cours de plus en plus durs et le profs de plus en plus sévères et l’avenir qui s’assombrit. T’as qu’à bosser plus et passer moins de temps à rien foutre tiens, ça t’aidera. Et ensuite la bande de super potes, toujours ensembles, qui entrent en s’esclaffant sans même savoir pourquoi. Et qui partagent tout jusqu’au cerveau. Que de cliché, que de clichés... Et enfin, arrivent les gens normaux. ‘Fin, relativement normaux quoi... Qui finissent leurs desserts en relisant leurs cours, des cernes jusqu’au menton.
Chacun un peu différents des autres, mais tous aveugles. D’un coté, faut les excuser aussi. À vivre toute la journée à la cave, il y a de quoi ressembler à un vampire. Ou une taupe . Quasi la même chose, de toutes manières.


Le fait est que personne n’avait pu la voir.
Alors, elle avait soignée son entrée.
Elle s’était levée tôt pour son premier jour de cours. Il ne fallait tout de même pas qu’elle n’arrive pas en retard. Ça aurait été triste, quand même. Donc elle s’était levée tôt. Elle était passée bien avant tout le monde à la salle d’eaux, avait ouvert tous les robinets à fond pour utiliser le maximum d’eau chaude possible, avait fait couler de la mousse partout pour rendre le sol bien glissant, et était allée voir plus loin pour n’oublier rien. Elle était ensuite allée dans la grande salle à manger et avait vidées tout le pain des corbeilles de la table rouge dans celles de la table noir (avec un peu de bol, ça créerait une émeute) et dévoré la quasi totalité des viennoiseries de la table bleue. Puis elle était sortie et allée explorer les environ, cachée sous sa grande mante noire.

Quand elle avait commencé à voir des ombres passer devant les grandes fenêtres de l’académie, elle s’était dirigée vers le labyrinthe. C’était là qu’elle avait cours. Comme elle ne voulait toujours pas être vue, elle était grimpée dans l’arbre le plus proche et s’était assise sur une branche pas trop loin ni trop proche. Juste de quoi entendre mais ne pas avoir à écouter.

Et puis les élèves étaient arrivés, les uns après les autres. Des garçons et des filles. Au moins, il y aurait des adversaires corrects ! Nan, mais quand même, parce que les filles, elles ont beau dire qu’elle sont douées, c’est toutes des quiches. Et plus en détail. Une p’tite blondinette pas épaisse pour un clou. Niaise. Un espèce d’elfe planqué sous trois épaisseurs de vêtements. Niais. Un à peine plus âgé que les autres mais pas plus costaud que le fille. Et petite nature en plus ! Niais. Une grande brune ténébreuse du genre à jamais sortir de son tombeau... Niaise aussi, mettons tout le monde dans le même panier. Et pis tous méga polis en plus. Comme si... comme si ils vouaient aux profs le respect qui leur était du. N’importequoi... Rolling Eyes Et puis les prof d’ailleurs...
Avec Cérys, ce qui était pratique, c’était que jamais il n’y avait d’injustice. Tout le monde était catalogué dans le même catalogue, à la même rubrique avec le même étiquette. Sauf si il en valait vraiment la peine. Et croyez moi, le cas de figure est assez rare.

Et puis le prof avait ouvert sa bouche. Et puis tous les élèves s’étaient tus. C’était comme... mécanique. Le prof parle, tu te tais. Quelle drôle d’étrangeté tout de même. Et puis l’assistant avait parlé. Et puis là, c’était plus la même chose.
Et bam, dans ta face ! En voilà une qui avait du répondant. Pas plus mal, ce serait plus marrant au moins.
Et puis, la seule non niaise du groupe -et peut être même de Gwendalavir, qui sait...- s’était avancée vers le labyrinthe et était entrée. Pis, aussi étrange que ça puisse paraître, elle avait fini par ressortir. Vraiment aucun intérêt pédagogique ce machin là, tu entres, t’avances, tu sors, aucune difficulté.

Cérys sauta de sa branche en silence, avança sans un bruit dans le silence angoissé qui précédait la désignation de celui qui serait forcé de subir cette horreur. Alors, elle s’avança, passa devant les autres, laissa tomber sa mante à ses pieds, révélant son visage puis s’engagea sans attendre une quelconque autorisation dans le dédale.
Bon, c’était vrai, il faisait pas très clair. Et puis, il y avait quelques piques qui dépassaient des murs -il y en avait même une qui avait eu l’affront de venir lui picoter les côtes-, quelques pans de murs qui tenaient pas très bien et qui avaient failli lui tomber dessus -elle avait d’ailleurs eu de la chance de se pousser juste au bon moment sinon elle aurait été bonne à être ramassée à la p’tite cuillère- et puis, franchement, pas grand chose d’autre.
Et enfin la porte.

Elle était sortie, avait attrapée sa mante, et était allée s’asseoir dans l’herbe.
Bande de niais...

[les insultes ne sont en aucun cas à prendre au sérieux et bien entendu, ne pensez pas une seconde qu'elle se sort à merveille du laby, c'est juste une question de fierté de sa part]

avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Mar 22 Nov 2011 - 20:17

    Il faisait froid. Vraiment très froid en fait.
    Les températures avaient commencés à chuter et les feuilles mortes qui balayaient le sol et faisaient glisser les élèves annonçaient la couleur depuis un petit moment déjà.
    L’Été était bel et bien finit. Finit les jolies demoiselles en jupes, les défilé de petite tenues pour aller se baigner au lac et les bronzette au soleil; Bonjour les bonnets de laine, les doigts congelés et le nez qui coule.
    Ah comme ce temps lui paraissait lointain désormais, comme il lui manquait.
    C'était bien simple, il détestait le froid et à la seule idée de devoir passer des mâtinées, des après midi voir pire, des nuits ! Avec pour seul protection contre le terrible vent du Nord cette pauvre cape des gardes de l'académie. -Oui tout le monde avait beau lui dire qu'elle tenait chaud, il n'en croyait pas un mot. A coup sur c'était encore un vieux plan de ces imbéciles en mal de virilité qui espéraient se rendre plus "homme" en résistant courageusement au froid ( Bande de Crétins, si on se plaignaient tous il nous donneraient au moins des VRAIS gants pour aller avec. )- et bah c'était pas franchement ce qu'il y avait de plus excitant ...

    Mais il avait beau faire froid, aujourd'hui était un jour spécial parcequ'il faisait beau !
    Si vous prenez un vent glacial combiné à un ciel tout gris ou un temps de chien, vous obtiendrez LE temps déprimant par excellence, mais si vous combinez ce même froid siberien à un timide soleil naissant de début de journée... TADAM ! Vous obtiendrez, c'est magique, un temps revigorant et motivant à souhait .
    Et puis, si en plus on vous offre la matiné de libre au lieu de vous obligez à effectuer un enième et ennuyant tour de garde alors la !
    Il ne fallait rien de plus pour mettre le garde de bonne humeur.

    Il s'était levé, étiré comme un chat, avait jeté un coup d'oeil à l’extérieur pour profiter de la faible chaleur des rayons du soleil et puis il était descendu, avait engloutit un petit déjeuner monstrueux et, chose plutôt innatendu, avait même résisté à l'idée de voler à Amir SA pâtisserie du matin.
    Dediou quel bonté en ce début de journée. C'est fou ce que le soleil pouvait rendre les gens altruistes !

    Il avait rendez-vous dans la matiné au cours de combat de Locktar mais au vue de la salle abusivement vite pour un début de journée, le garde en décréta qu'il se pourrait bien qu'il ne soit pas vraiment en avance. Bah, c'était pas combe si ça allait être la première fois hein et puis, au moins comme ca il pouvait en profiter pour piocher dans les gâteaux réservés aux élèves. Quel bande de morfale, il ne restait pas grand chose pour les lève-tard, et encore moins après son passage ( Mais qui avait bien pu tout manger ?); Boarf, z'avaient qu' à se lever plus tôt voila tout, après tout ne dit-on pas que l'avenir appartient à ceux qui se lève tôt ? [<== Trouve des citations quand ca l'arrange]
    Et puis c'était sa petite vengeance pour toutes les fois où il s'était levé sans avoir pu prendre de petit déjeuner tiens, après tout la grasse mat' c'est sacré quand même !

    Après avoir prit son temps -mais pas trop quand même une demi heure de retard c'était suffisant- le garde se dirigea d'excellente humeur vers le lieu de rendez vous. Ne sachant pas trop où il se trouvait il interpella une jolie fille pour qu'elle lui montre le chemin, autant lier l’utile à l'agréable me direz vous et c'est donc avec une certaine surprise qu'il se dirigea vers le labyrinthe. Des élèves étaient déjà rassemblés et tous semblaient s’occuper en attendant quelque chose ou quelqu’un - en vérité il n'en avait pas grand chose à faire- Locktar avait déjà du donner les consignes.

    Il arriva derrière Locktar et lui colla une grande tape sur le dos.


    - Hey Lolo' -influence Shawnienne- Bha alors, comme ca tu espères tous les semer la d'dans ?

    Faisant fit de la réaction de Locktar - Ce matin il était invincible à toute mauvaise humeur, l'effet froid+soleil surement- il continua, tout heureux.

    - C'est pas très malin hein, qu'est ce que tu vas dire si il y en a un qui arrive à s'échapper ?
    Il poursuivit, l'oeil rieur.

    - Bon t'inquiete pas, je suis de bonne humeur, je veux bien t'aider à les terminer si ca arrive !

    Il lui fit un clin d'oeil puis jeta un coup d'oeil moqueur au brun de la dernière fois qui semblait se les peler grave discuter avec un espèce de fael-humain blond ?
    Tiens, il y avait des nouveaux élèves. Il y avait également un autre homme un peu plus agé que la plupart des élevés et plutôt musclé mais ce n'était pas un garde, surement un redoublant -BOUHAHAHA- sans prendre plus le temps de détailler Selhan, le garde fit rapidement le tour des visages lâcha à Ichel un clin d'oeil discret, tout sourire.
    Halina était dans le coin, chouette, il allait pouvoir l’embêter un peu.

    son attention fut toutefois capté par une jeune fille rousse au cheveux court qui sortit vraisemblablement du labyrinthe un peu essoufflé -Bha... pourquoi elle avait couru ? Y'avait pas besoin dans un labyrinthe !?- Une autre jeune fille arrivée de nul part prit alors sa place de façon très digne, masquant tout appréhension.
    ... Une gamine ? Mais qu'est ce qu'elle fichait la ? Mais alors c'était pas possible ça ? Depuis quand l'académie faisait école primaire aussi ? D'abord la petite protégée de Shawna, maintenant elle...

    Le garde bougonna avant de se retourner vers son ex-coéquipier
    .

    - Bon, on fait quoi la ?

    Parceque oui, se perdre dans un labyrinthe ca va bien 5 minutes mais la, il était temps de passer aux choses serieuses.






_______________
avatar

Bois
Messages : 130
Inscription le : 13/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Mer 23 Nov 2011 - 13:41

Elle salua les deux hommes avant de demander en quoi consisterait le cours du jour. Mais le maître d'arme ne répondit pas, et elle mit ses mains dans ses poches. Elle avait tout bêtement oublié de mettre des gants et ses mains étaient en train de se congeler. Elle répondit au salut d'Einar, qu'elle avait aperçu, sans toutefois être certaine que c'était lui à cause du brouillard. Mais maintenant elle le voyait distinctement. Il demanda ensuite à leur professeur la même chose qu'Hestia, mais il garda à nouveau le silence, et l'Aequor haussa les épaules. Einar se plaignait du froid, ce qui fit rire doucement Hestia. Les guerriers devaient être capables de s'adapter à tout ! Puis une voix derrière elle la fit se retourner. C'était une personne qu'elle ne connaissait pas. Il avait une peau plutôt claire, et de longs cheveux, argentés. Cela lui fit un peu penser à Zéphyr, faisant naître un sourire sur son visage. Ca faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas vu plus longtemps que quelques minutes ... Le nouveau venu la salua, puis tressa ses cheveux. Elle ne serait donc pas la seule à avoir une tresse. Elle remarqua qu'Einar avait approché l'autre Teylus, puis elle reporta son attention sur les deux hommes.
Puis Halina arriva aussi. Elle salua elle aussi les deux hommes, puis s'approcha de ses camarades, pour les saluer également. Hestia lui répondit par un sourire chaleureux et un petit "Oui, et toi ?". Lya salua en même temps Halina et l'Aequor.

Elle s'apprêtait à discuter à nouveau, mais Locktar Hil'Guidjek commença à parler et elle se tut. Lorsqu'il supposa que certains étaient déjà entrés, elle tourna sur elle-même pour voir : mais apparemment, aucun n'y avait posé les pieds. Cela la rassura quelque peu. Il donna ensuite la parole à l'autre homme, nommé Tolkor. Il présenta le Labyrinthe, et cela ne rassura pas tellement la jeune Aequor. Il fallait vraiment entrer là-dedans ? Elle mordit sa lèvre, puis soupira. Si c'était le cours ... Le maître d'arme reprit la parole, indiquant le niveau qu'il avait choisi. Puis il montra une porte où les élèves pouvaient déposer ce qu'ils avaient en trop.
Hestia s'y rendit et déposa sa lourde cape, avant de sortir et de sentir à nouveau la morsure du froid sur ses membres. Elle frotta ses bras dans l'espoir de les réchauffer, en attendant d'entrer à son tour dans le Labyrinthe. Puis une voix derrière elle la fit presque sursauter. Elle savait l'avoir déjà vu, sur les toits, mais ne se souvenait absolument pas de qui il était. Il parla d'échauffements, mais Lya répliqua, avec une certaine ironie, qu'il n'y avait pas d'échauffement, et que le cours commençait tout de suite.

Puis elle se jetta littéralement dans le Labyrinthe. Hestia se demandait ce qu'il y avait là-dedans. Certes, des pièges, mais quel genre de piège ? Elle lançait des regards à droite et à gauche, mais personne ne semblait vouloir parler. Ils contemplaient les murs devant eux. Chacun devant se demander ce qu'il se passerait à l'intérieur. Puis Lya sortit, toute essouflée, et partit vers Halina.
Hestia ne lui demanda pas ce qu'il y avait à l'intérieur. Elle aimait beaucoup les surprises. Elle vit quelques-uns de ses camarades avancer d'un pas peu assuré, avant qu'une jeune fille ne leur passe devant. La blondinette était tout simplement abasourdie. D'où elle sortait ? Une gamine en plus ! N'empêche qu'elle sortit quelques temps après, sans avoir l'air d'avoir subi grand-chose. Elle récupéra son manteau avant d'aller s'asseoir dans l'herbe. Hestia posa une main sur sa hanche, fronçant le nez. Qui était-elle ? Il faudrait qu'elle demanda à Rachel, la colporteuse de ragots professionnelle. Elle saurait sûrement quelque chose. Bref.

Hestia s'avança à son tour vers le Labyrinthe, le coeur battant un peu plus fort qu'il ne le devrait. Elle fit quelques pas timides, puis se mit à marcher d'un air plus assuré. Un chuintement derrière elle fit qu'elle se baissa, et vit alors la flèche plantée dans le mur au-dessus de sa tête. Elle réfléchit un instant et se mit à tester la méthode "Lézard" : c'est-à-dire ramper. Mais cela se révéla bien vite inutile ; certains pans de sol se dérobaient, des pièges se déclenchaient à son niveau, et elle dut très vite renoncer à cette méthode. Le Labyrinthe trouvait toujours des pièges qu'elle ne pensait pas à anticiper. Elle se remit alors debout, et courait à vive allure, sautant de côté quand il y avait des pièges, reculant précipitemment lorsque les murs menaçaient de s'écrouler ou de bouger, grimpait lorsque le sol se craquait ...

Elle sortit du Labyrinthe essoufflée et en sueur. Elle alla s'asseoir sur une pierre, se demandant qui serait le prochain à entrer. Elle remarqua alors un garde de l'Académie qui n'était pas là lorsqu'elle était entrée, mais n'eut pas la force de le saluer.


_______________


Enelyë Wind ~~ Hestia Kieran ~~ Lehya Jinwa
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Dim 27 Nov 2011 - 20:28

Descendre aux enfers sans son sabre ?!
Il était malade ?!
Comment espérait-il que les élèves sortent vivants de cet espèce de microcosme terrible et ventru, et sans armes ? Ils allaient le buter comment le minotaure hein ? Avec leurs dents, c’est ça ? Ou alors il espérait que la sélection naturelle lui ferait des classes moins surchargées et qu’il pourrait prendre des vacances sur les plages alines avec un jus de rougeoyeur et une ombrelle, tandis qu’un parasol fait des peaux d’élèves cardées cacherait le soleil un peu trop vif pour son teint fragile ?
Nan mais où était le fouque.

Il fallait le dire très sincèrement, Einar était absolument heureux de n’avoir pas été désigné premier pour entrer dans les abysses. Nan parce qu’après tous les récits et les précisions données par l’homme taciturne dont il n’avait même pas retenu le nom, il avait plus très très envie d’y aller en fait… Note que voir ses camarades entrer dans le labyrinthe sans leur avoir fait d’adieux émouvants n’était pas particulièrement plus rassurant pour sa conscience.
Quand l’assistant du maître d’armes arriva, qu’Einar ne connaissait pas beaucoup, il le salua aimablement, et même si personne ne semblait faire attention à lui, prit à cœur ses conseils, et commença, dans son coin, à échauffer ses articulations en attendant que vienne son tour de passer. Enfin, s’échauffer… disons enlever l’épaisse couche de glace qui s’était formée autour de ses os en tentant de bouger ses articulations, ce qui provoquait parfois des craquements bizarres. Mais ça avait le mérite de faire qu’Einar avait un peu moins froid. Un tout petit peu. Mais alors vraiment un tout petit peu.

Et puis il vit Kylian. Et l’envie de courir dans le labyrinthe le prit soudainement. De s’enfuir le plus loin possible et d’aller à l’autre bout du parc. C’était le troisième affreux du trio des affreux. Il lui avait jamais fait de mal personnellement ou embêté, mais il était méga pote avec Elio et Shawna. C’était amplement suffisant pour qu’il le catalogue dans « dangereux à fuir ». Au dessus de cette catégorie, il y avait l’apaxe « Fou malade à absolument éviter toute sa vie » dans laquelle un nouveau Kaelem dégénéré était rentré voilà peu, mais c’était une autre histoire.
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, les gens sortaient sains et saufs du labyrinthe , Et entiers. Et presque pas amochés. Y’avait juste quelques bleus et le souffle court. Ils avaient déjà tué le minotaure, ou quoi ? Ou alors il était peut-être en train de dormir…
Quand une gamine sortir du labyrinthe, Einar manqua de défaillir en criant à la sorcellerie. NAN mais elle sortait d’où elle comme ça ? Suspect Et pourquoi personne faisait attention à elle ? Et elle venait d’apparaître où d’abord ? C’était un monstre du labyrinthe qui était parvenu à s’échapper, il en était certain. C’était pas possible autrement. Il faudrait qu’il en parle à Locktar quand il serait ressorti vivant. S’il ressortait vivant. Car oui, c’était au tour d’Einar de se jeter dans la gueule du loup…


Ses premiers pas dans le labyrinthe furent hésitants et terriblement suspicieux. Le jeune teylus avait laissé son Bomon, son sabre flambant neuf, à l’entrée du labyrinthe, avec la promesse de Tolkor qu’il veillerait dessus ; et sans son sabre, il se sentait terriblement mal à l’aise.
Pourtant, rien ne se passait. Le labyrinthe était aussi silencieux que sa Tante Mo’ quand elle tricotait, et aucun souffle de bête n’apparaissait dans les recoins. Einar continua d’avancer dans un des couloirs sur la pointe des pieds, les oreilles grandes ouvertes et les yeux plissés pour parer tout danger. Et tout à coup, il se retrouva face contre terre dans un bruit retentissant, et un glapissement de trouille sortit de sa gorge prépubère ; le minotaure lui avait saisi les chevilles, il allait le trainer dans son antre et le faire rissoler aux petits oignons, à l’aaaaaaide ! Le jeune garçon se tortilla comme une anguille en rampant, et quand il sentit qu’on lui lâchait la cheville, il galopa à travers le couloirs à toute allure sans regarder derrière lui, avec comme seul but de mettre de la distance entre ce qui lui avait entravé le pied –le MONSTRE – et lui-même. Ce n’est qu’après avoir tourné à un angle et n’entendant rien de particulier qu’il osa regarder derrière lui d’un coup d’œil furtif.
Une corde.
C’était juste une corde tendue à travers le couloir. Qui l’avait fait tomber parce qu’il n’avait pas regardé assez bas. Juste un piège de rien du tout, rien de cornu et de einarophage. Tout allait bien. Au moment où l’apprenti chantelame voulut, rasséréné, reprendre son petit bonhomme de chemin, il se retrouva de nouveau par terre. Ses oreilles rugissaient, et son estomac avait été percuté par une tête de minotaure, et avait aspiré tout l’air hors de ses poumons. Pour la deuxième fois depuis la demi-minute qu’il se trouvait dans le labyrinthe, le jeune garçon poussa un cri d’effroi. Un peu moins long que le premier toutefois, car il se rendit rapidement compte qu’il ne s’agissait que d’un pan de mur coulissant, rembourré avec de la paille, qui avait décidé de lui déchausser quelques côtes pendant qu’il regardait ailleurs.
Ca n’allait pas du tout. Un peu de tenue, que diantre ; le jeune homme défroissa ses vêtements, s’agenouilla et ferma les yeux quelques secondes. Le piège du coin s’était déclenché alors il pouvait être espérer être tranquille s’il ne bougeait pas. Il devait absolument se concentrer. Il avait beau être un personnage trouillard à but comique et dérisionnel un pleutre et un faible, il était appprenti chantelame, et il devait se montrer fier de l’enseignement de son maître. Tifen serait déçue s’il ne parvenait même pas à sortir du niveau deux du labyrinthe alors que même une gamine l’avait fait.
Quand il se releva enfin après avoir retrouvé son calme, il était prêt. Les pièges seraient le minotaure. Il se mit à courir le long du dédale, effaçait les épaules quand une excroissance murale voulait la lui déboiter ; il s’imaginait qu’il évitait un des énormes coups de masse du minotaure. A un moment, il sauta par-dessus une autre corde qui voulait lui trancher les jambes et le faire chuter ; les bolas du monstres l’avaient raté. Quand le sol s’effondra sous lui, il parvint à s’aggripper au rebord de bois et à sortir de la basse-fosse dans laquelle la créature mythologique voulait le faire tomber.
D’ailleurs, il avait une corne en moins, Régis. Oui, il l’avait appelé Régis. Et il avait décidé qu’il aurait une corne en moins. Einar échappa à Régis en courant à toute allure dans les couloirs, jouant de sa taille frêle et de sa rapidité pour éviter les pièges contre lesquelles sa maigre force ne pouvait rien. La sortie était enfin toute proche, et il lui fallut de nouveau se casser en deux pour éviter que Régis ne lui fracasse le crâne d’un coup de muffle ; l’apprenti chantelame émergea enfin de l’autre côté, près des autres élèves, le souffle court, un poing de côté commençait à poindre dans son flanc, mais il n’en avait que faire : il s’était amusé comme un dingo. Et il pensait s’en être très honorablement sorti, relativement peu de pièges l’avaient touché après qu’il eut intronisé Régis dans son esprit.

Alors qu’un autre élève entrait à son tour dans le labyrinthe en voyant qu’Einar était ressorti en un seul morceau, le jeune garçon qui avait, entre temps, récupéré Bomon son sabre, s’approcha, avalant l’air à grandes goulées, de l’espèce de mini-gamine qui était restée auprès d’eux et que Locktar regardait déjà d’un mauvais œil. Elle lui intima d’un œil noir qu’elle n’avait pas envie qu’il s’approche, d’ailleurs, mais Einar était trop inconscient pour en prendre compte. Quand il fut près d’elle, il s’avachit dans l’herbe, le froid était bienvenu après la course.

- Hé, t’es une amie de Régis ? T’es une créature du labyrinthe toi aussi ? Tu viens d’où ? T’es une fée, ou une naine ?


_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Maître fauconnier
Messages : 163
Inscription le : 16/05/2011
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Dim 27 Nov 2011 - 22:59

Un sifflement strident réveilla Gareth en sursaut. Se levant d’un coup, sa tête heurta de plein fouet une poutre et des jurons ne purent s’empêcher de surgir de sa bouche. Une douleur atroce lui prit d’assaut le crâne lorsqu’il se dégagea de dessous la grande table sous laquelle il avait passé la nuit. Ses esprits s’éclaircissaient au fur et à mesure qu’il se hissait sur ses deux pattes arrière. D’abord soutenu par le tabouret de fortune qu’il s’était fabriqué il y avait de cela quelques jours, puis par la dite table qui lui avait servi d’abri. Levant enfin sa tête, il put situer le lieu de sa paisible et longue nuit. La volière, son deuxième lieu de résidence après ses appartements qu’il n’avait rallié que quelques fois depuis son arrivée à l’Académie. Un courant d’air le fit frissonner, se qui lui permit enfin de remarquer qu’il était torse nu. Un rapide tour de la salle du regard avant de dénicher une chemise derrière quelques caisses brisées et cages renversées. Son esprit encore quelque peu embrouillé de la veille mit un temps d’arrêt avant de comprendre que quelque chose clochait. La seule chose pour laquelle il était minutieux, maniaque et intransigeant, c’était lorsqu’il était question de sa volière et de ses protégés. Il ne laissait jamais rien traîner, tout était parfaitement bien ordonné, tout avait sa place attribuée. Tout dans cette tour était extrêmement bien ficelé pour que tout fonctionne à la perfection. Il n’y avait ni de caisses brisées ni de cages renversées. Jamais. Quelque chose s’était produit la veille, ici, mais le fauconnier n’en conservait aucuns souvenirs. Enfilant enfin la chemise qu’il avait ramassé, heureux de pouvoir dissimuler son immense tatouage aux yeux des curieux, il entreprit de se rafraichir la mémoire en faisant le tour de la volière. Les sourcils froncés et une légère crainte menaçant son estomac, il pénétra dans la chambre des volatiles. Ils étaient encore tous là, à piailler leur mécontentement. Ils avaient faim. Mais ses yeux océan tombèrent sur un spectacle moins attendu. A ses pieds, une caisse remplie de viande séchée destinée aux rapaces avait été ouverte et complètement pillée. Plus une seule miette ne restait de se qui avait été auparavant de la nourriture. Plus loin, les ballots de paille avaient été saccagés et éparpillés dans tous les coins et recoins de la volière. Quelques cages ouvertes, les barreaux de celles-ci brisés, et leurs habitants voletant entre les poutres porteuses du toit. Un vrai carnage. Les rayons du soleil pénétrèrent dans la tour lorsque soudain quelque chose se mit à briller de l’autre côté de la pièce. Gareth s’approcha lentement du petit recoin qui était à l’origine de l’éclat lumineux. Il écarta de la main la paille accumulée dans le coin et sentit un liquide encore tiède entrer en contact avec sa peau glacée. Il la retira vivement, la regarda et reconnu avec horreur la couleur du liquide. Rouge intense. Il n’avait pas besoin de regarder sous la paille restante, il savait déjà se qui s’y trouvait. Il voyait déjà le petit corps ensanglanté à demi dévoré. Il ferma les yeux et, instinctivement, les poings. Ses phalanges, mat presque bronzée, devinrent blanchâtres. Son teint presque translucide. Son cœur battait la chamade, il était à deux doigts de hurler sa rage. Après quelques minutes, sa respiration reprit son rythme normal. Se détournant du lieu, il ouvrit les yeux et se dirigea vers son infirmerie improvisée. Il s’arrêta net devant le pilier du centre. Ses poings se resserrèrent de plus belle. Trois marques, bien distinctes recouvraient toute la longueur du pilier. Trois marques. Trois creux. Trois griffes. La rage l’emporta, il frappa alors de toute ses forces le bois. Celui-ci s’ébranla de légères secousses. Il prit le premier objet qui tomba sous sa main et le lança à une vitesse phénoménale. Un bruit de vitre brisée se fit entendre, mais cela ne dérangea pas le fauconnier dans sa rage. Un cri de colère, de frustration. Ca avait recommencé. Il l’avait encore fait. Le puma avait encore réussi à s’imposer. Il était maître de Gareth. Le fauconnier, lui, avait du mal à accepter l’autre moitié qui l’habitait. Il pouvait la haïr comme être en parfait accord avec elle. Mais ces temps-ci, il ne la contrôlait plus.

Il se rendit enfin compte de la fenêtre brisée. Se dirigeant vers elle, il empoigna un morceau de tissu au passage afin de combler le trou. Il ne voulait pas perdre un deuxième oiseau durant cette journée. Mais lorsqu’il regarda par le carreau, il remarqua une étrange agitation en direction du nouveau labyrinthe. Plissant les yeux, il essayait de reconnaître certaines têtes. Il y avait Locktar Guidjek et ses élèves que Gareth ne connaissait pas encore. Il devait sûrement donner un cours. Un cours ? Le jeune homme mit en hâte le tissu sur le carreau, sortit à une vitesse hallucinante de la tour et dévala les trois étages qui menaient à la volière. Il avait apparemment aussi oublié qu’il avait cours ce matin. N’ayant même pas eu le temps de prendre son épée, il courrait en direction du labyrinthe. Lorsqu’il arriva enfin en vue du bâtiment, il arrêta sa course. Souffla. Il se glissa derrière les élèves à l’heure et ne dit mots pour ne pas déranger les autres. Seul le professeur paraissait avoir remarqué sa présence. Il s’excuserait plus tard. Il arriva juste au moment où le maître d’armes montrait la salle de commande. Il espérait ne pas avoir raté le plus important. Pas besoin d’armes, tant mieux, il était venu sans. Enfin, il avait encore ses griffes, mais se métamorphoser ici, alors que le maître d’armes l’observait, ce n’était peut-être pas la meilleure idée qu’il n’ait jamais eue.

Lorsque Locktar finit enfin de parler, les hostilités commencèrent. Une, deux, puis trois personnes entrèrent dans le labyrinthe pour en ressortir plus tard. Il était temps pour lui de tenter les dangers de la salle. Il jeta un salut d’excuse au professeur et un bonjour amical envers Selhan, sa rencontre inattendue dans les montagnes, avant de pénétrer dans le fameux labyrinthe. Il marcha pendant quelques minutes sans rien rencontrer. Pas terrible ce parcours. Était-il bien sûr que c’était de niveau 2 ? Il continua son chemin. Il entendit soudain un chuintement. Se baissant in-extremis, il réussit à éviter une lame se dirigeant droit vers son cou. Une goute perla sur son front. La lame avait été d’une rapidité époustouflante. On voyait que les rouages du labyrinthe étaient neufs et n’avaient presque jamais servi. Presque en écho à ses pensées, pour prouver l’efficacité du mécanisme, des billes de fer sortirent du mur. Il se baissa afin de les éviter, mais en reçu deux sur le torse. Le souffle presque coupé par le choc, il dû très vite se relever pour éviter le plafond qui se précipita vers lui. Il roula à terre, se releva et observa le carnage qui avait eu lieu quelque mètres derrière lui. Impressionnant. Il commença alors à courir. Passant dans un couloir à droit, puis à gauche et une seconde fois à gauche, il essayait d’éviter les assauts du labyrinthe. Il y arrivait pour la plupart, mais toujours de justesse. Ce labyrinthe était vicieux. Peut-être même doté d’une âme propre. Il se jeta à terre pour la troisième fois. Il commençait à en avoir marre. Il voulait sortir de cet endroit. Son sens de l’orientation plus que nul ne l’aiderait sûrement pas. Mais peut-être que… S’il était assez rapide, peut-être que le maître d’armes ne le remarquerait même pas. Il fallait bien qu’il le tente. Une volée de dagues passa à ras de sa tête. C’était décidé, il fallait qu’il le fasse. Et puis au moins, il se serait défoulé pour ce soir. Il n’y aurait pas un deuxième accident. Décidé, il s’agenouilla. Sa silhouette se troubla durant quelques secondes et la nouvelle ombre se jeta dans une course folle. Presque invisible. Le contact du sol sous ses pattes, la stabilité que lui offrait sa queue et par-dessus tout son odorat surdéveloppé qui le guidait à travers le dédale de couloirs aussi interminables les uns que les autres. Le sol s’ouvrit devant lui, mais l’évita sans peine en sautant par-dessus. Quelques obstacles plus loin, il vit la lumière du jour. Se stoppant net, sa silhouette se troubla une seconde fois. Gareth se releva et couru vers la sortie. Dès qu’il mit un pied dehors, une autre personne pénétra dans l’antre des milles et un danger. Pas si mal après tout.

Le fauconnier alla s’assoir un peu plus loin, écoutant les conversations alentours. Il ne connaissait personne à part Selhan, mais il savait se que l’homme faisait ici. Il n’avait pas envie de le déranger durant son premier jour de travail.




_______________
Ronronner sur les genoux de Kylian ♥

Ne chuchotez plus le mot MAGIE, grognez-le !
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 557
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Jeu 1 Déc 2011 - 22:19

Le prof entama donc le cours. Il allait donc se dérouler dans ce lieu inconnu pour tous. La boite mystère plantée à l’extérieur du parc. Qui savait ce qui pouvait se trouver à l’intérieur ? Pouvait-on seulement le deviner ? Halina avait une boule au ventre, elle n’était pas vraiment sûre d’être prête pour affronter le quoi-que-ce-soit qui pouvait se balader là-dedans. Elle décida qu’après sa tentative dans le Labyrinthe aujourd’hui, il faudrait qu’elle vienne s’y entraîner régulièrement. Pour être préparée la prochaine fois. Elle n’aimait pas être observée pour un truc qu’elle n’avait jamais fait de sa vie. Elle était persuadée qu’elle allait se taper la honte ou se faire bouffer/décapitée/déchiquetée/ éviscérée rayer la mention inutile par le quoi-que-ce-soit qui l’attendait en aiguisant son armes/ses griffes. La guerrière eut soudainement envie de simuler un malaise mais se retint de justesse : elle n’avait jamais été douée pour la comédie. C’était la meeeerde.


Halina décida donc d’attendre pour voir si les premiers élèves à entrer revenaient en un seul morceau. Lya fut la première, après avoir lancé une tirade venimeuse à son ex-petit ami qui semblait être le nouvel assistant du Maître d’Armes. Quel boulot naze quand même. Halina ne put retenir un petit sourire devant l’effronterie de son amie, puis elle se souvint qu’elle allait certainement risquer sa vie sans armes dans la salle. La guerrière faillit la retenir mais elle était déjà partie, elle avait filé à toute vitesse. La jeune femme retint son souffle pendant toute – ou presque - la disparition de la marchombre. Celle-ci ressortit enfin, le souffle court et épuisée. Elle lui lança un regard encourageant mais Halina l’ignora, elle allait attendre un peu de voir les autres revenir.


Soudainement, tout s’enchaîna très vite : une gamine sauta d’une branche d’un arbre et leur atterrit devant les yeux puis se précipita à l’intérieur. Elle ressortit plus tard un air supérieur peint sur le visage. Tiens elle avait la bague des Teylus… Mais pourtant Halina ne l’avait pas encore vu ni dans le dortoir, ni dans la salle commune. Elle trouva cela étrange mais passa vite à autre chose puisque Lian faisait son entrée dans la place. Elle tenta de l’ignorer du mieux qu’elle le pouvait mais ce n’était pas chose aisée. Heureusement, Hestia détourna son attention en entrant à son tour dans le Labyrinthe. Nan mais ils étaient tous supers motivés ou quoi ? Pas un seul ne semblait avoir peur, ou alors, ils le masquaient bien. Elle soupira silencieusement quand elle vit l’Aequor ressortir saine et sauve.


Puis ce fut le tour d’un Einar sans sabre et un peu nerveux. Halina lança une prière à la Dame même si elle n’y croyait pas et commença à s’échauffer. Son tour arriverait bientôt et elle ne voulait pas risquer de se péter quelque chose. Elle sourit en voyant Einar ressortir. Finalement, c’était peut-être pas aussi dur que ça le paraissait… Alors que le garçon allait discuter avec la mini-Teylus, un jeune homme qu’elle ne connaissait pas entre à son tour, l’air parfaitement concentré. La guerrière se décida, dès qu’il sortirait, elle entrerait.


Enfin, vint le moment de faire ses preuves. Elle y pénétra comme si c’était l’antre du Dragon. Elle ne savait pas à quoi s’attendre. Les premiers pas furent hésitants, puis comme il ne se passait pas grand-chose elle gagna en assurance. Soudain, elle entendit une sorte de claquement, comme un rouage qui s’enclenche et se prit un morceau de mur dans les jambes sans que cela ne lui fasse mal. Elle dégringola au sol qui voulut se dérober sous elle mais elle évita le trou de justesse. Elle reprit son souffle un instant puis, plus attentive, se lança dans la course contre le Labyrinthe. Elle décida que pour ne pas se perdre, elle prendrait toujours le premier couloir sur sa droite Pour ne pas se perdre. Déjà qu’il fallait gérer les murs, le plafond et le sol, il ne fallait pas non plus pousser Mémé dans les orties.


Elle ne se perdrait donc pas, son esprit trouverait seul la sortie. Elle n’avait pas envie d’errer dans les corridors comme une âme en peine. Le plus dur, c’était d’anticiper où les coups allaient arriver. Elle n’avait pas les réflexes des marchombres, elle. M’enfin, elle était relativement contente d’elle, elle ne subissait pas les coups, elle les attendait et réagissait en réponse. D’abord, elle marchait puis vint le moment où elle se dit que connaissant ses capacités en endurance, elle ferait mieux de courir. Ce qu’elle fit et grand bien lui prit, les mouvements aléatoires des murs lui parurent plus facilement évitables. Elle se pliait, roulait et sautait. Comme si sa vie en dépendait. Sauf que les coups qu’elle prenait n’étaient pas vraiment douloureux, c’était exactement la même sensation que de prendre un coup avec une épée en bois : elle n’aurait que des bleus. La fin de la « visite » dans le Labyrinthe se passa plutôt bien, elle ne prit que quelques coups qu’elle n’avait pas su anticiper dans sa course puis elle sortit. Curieusement, elle n’était pas aussi essoufflée qu’elle ne l'aurait cru, peut-être le fait d’avoir travaillé son endurance lui servait-il enfin. Par contre, elle était crevée.


La guerrière se rapprocha de Lya et lui sourit en sortant. Celle-ci avait eu raison de l’encourager, ce n’était pas insurmontable. Par contre monter une difficulté serait galère. Elle allait devoir bosser cette partie pour espérer passer en Acier. Et surtout, il lui faudrait affronter ce mode peur qui la paniquait. Affronter ses peurs. Elle avait déjà vécu ça et n'était pas sûre de vouloir recommencer, même si un professeur le lui ordonnait. Il lui faudrait être seule avec elle même pour pouvoir tenter ça. Pas devant un groupe de camarades qui risquait de la voir dans une situation qu'elle ne voulait pas trop dévoiler devant eux tous. M'enfin, il n'était pas dit qu'elle serait obligée de le faire. Halina attendit la suite des évènements un peu plus sereine.



_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 632
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Mar 6 Déc 2011 - 21:32

Selhan, son nouvel assistant qui s'était présenté dans son bureau quelques jours auparavant, arriva au cours alors que Locktar venait de proposer aux élèves d'entrer dans le labyrinthe. Il était un peu en retard, mais vu l'heure matinale et le fait que Locktar n'était pas toujours un exemple de ponctualité, le maître d'armes ne fit aucune remarque. Par contre, il avait voulut répondre à la remarque du nouvel apprenti sur l'echauffement, mais Lya, fraîchement arrivée au cours, le devança d'une petite pique sur le ton de la plaisanterie. Et la marchombre s'engouffra dans le Labyrinthe avant que le maître d'armes ne puisse répondre à Selhan. Bon, ça serait pour plus tard alors, Locktar devait surveiller la progression de ses élèves afin de voir leurs forces et faiblesses.

La marchombre se tira magnifiquement du parcours. Son enseignement l'aida sûrement à se tirer des pièges du Labyrinthe. Pendant la progression de Lya, Locktar n'avait pu s'empêcher de jeter un coup d'oeil à Tolkor. Le responsable du Labyrinthe était surtout là pour surveiller que tout se passait bien. Quand l'élève entrait, il tournait quelques manettes et pour le reste, le Labyrinthe se débrouillait seul, comme si l'édifice avait une vie propre. Le maître d'armes était impressioné qu'une telle chose puisse exister. Le trésorier avait du vider son coffre pour qu'une telle merveille sorte de terre.

A chaque fois qu'un élève terminait le parcours, Locktar sortait de la salle, mais Tolkor y restait. A la suite de Lya, ce fut une jeune élève, pas bien grande qui se faufila pour entrer. Locktar eut tout juste le temps de la voir avant que la porte ne se referme derrière elle. Le maître d'armes retourna dans la salle de commande pour voir comment se débrouillait cette petite. Pas trop mal mais peu mieux faire. Locktar sortit et il jeta un regard vers l'élève qui venait de sortir, fière devant ses camarades, comme si elle avait triomphé du Labyrinthe sans trop se forcer. Le jeune homme se promit d'aller lui parler quand le rythme des entrées d'élèves serait moins intensif. Le maître d'armes vit Kylian qui arrivait. En retard bien entendu. Déjà, quand ils étaient partenaire, Kylian n'arrivait jamais à l'heure alors autant dire qu'il aurait fallu crier au miracle si le jeune garde à la chevelure de feu était arrivé en même temps que les autres élèves.

- Kylian, le jour où tu feras fonctionner tes muscles autant que ta bouche, tu seras un soldat invincible. Pour le déroulement du cours, tu serais arrivé à l'heure, tu aurais certainement pu savoir ce que je demandais de faire. Bien, je recommence donc pour toi: tu entres dans le Labyrinthe, tu te joues des pièges et tu ressors. Si tu trouves que c'est une partie de plaisir, tant mieux pour toi.

Par la suite, Locktar ne sortit plus de la salle de commande entre deux élèves. Ils étaient suffisamment grand pour enchainer les entrées sans qu'il soit là. Il fut intrigué par la prestation d'Einar, qui, après un début où il se montra craintif, termina en fanfare comme s'il s'amusait comme un fou dans ce nouveau terrain de jeu. Mais c'est pour Gareth, le nouvel élève qui avait accompagné Selhan, que Locktar resta quelques secondes à se demander ce qu'il venait de se passer. Comme pour les autres élèves, il avait suivit le jeune homme du regard avant de le voir disparaître, remplacé par un félin. Tolkor, le regard fixé sur ses machines, n'avait rien vu mais le maître d'armes avait du mal à croire qu'il avait un élève capable de se transformer en animal. Gareth renouvela son expérience de changement avant de sortir. Incroyable! Locktar n'en parlerait pas, c'était évident. Il n'était pas du genre à dévoiler les secrets des autres. Mais peut-être qu'il irait discuter avec le jeune fauconnier quand il serait sûr d'être seul avec lui, à l'abri des oreilles indiscrètes.

Après le tour d'Halina, Locktar sortit de la salle de commande.

- Pas mal, pas mal du tout même. Vous êtes très doué. La plupart d'entre vous peuvent passer sans problème au niveau 3. Je ne pensais pas que ce serait le cas pour aujourd'hui.

Il marqua une pause. Il se dirigea vers la petite élève qui lui était inconnue. Il remarqua qu'elle portait l'uniforme des Teylus. Etrange qu'il ne l'ait jamais vu auparavant. Les Teylus avaient l'habitude, comme les autres élèves, de se présenter à leur primat le jour de leur arrivée. Apparemment, cette nouvelle élève préférait restée discrète.

- Mais avant de poursuivre, j'aimerais savoir qui tu es. Tu ne te présentes pas, tu fonces tête baissée dans le Labyrinthe sans dire un seul mot. Je vois que tu portes l'uniforme de la maison Teylus. Je vais donc commencer les présentations: je suis Locktar Guidjek, maître d'armes et Primat des Teylus. Et toi, quel est ton nom?

La jeune élève lui répondit un nom certainement inventé avec une effronterie digne de Shawna. D'un regard noir, Locktar lui répondit:

- Bien, mademoiselle, nous réglerons ça dans mon bureau après le cours, vous serez peut-être plus disposée à dire la vérité.

Le maître d'armes laissa tomber la digne copie de Shawna pour se reconcentrer sur ses élèves.

- Comme je vous l'ai dit, il existe un mode peur dans ce Labyrinthe. Je propose pour les volontaires de retourner dans le Labyrinthe en me donnant ce qu'ils veulent affronter: soit le mode peur, soit le Labyrinthe de niveau 3.

Il vit le regard déçu de certains et il comprit que certains intrépides auraient souhaiter faire les deux en même temps.

- Je ne vais pas vous envoyer affronter le cumul des deux modes pour l'instant. Vos études sont longues, vous aurez bien le temps de batailler contre ce tout nouveau batiment dans notre académie. Maintenant qu'il est là, personne ne viendra l'enlever alors patience. Pour ceux qui ne souhaitent pas retenter l'expérience, vous pouvez retourner à l'académie, le cours est terminé pour vous. Pour les volontaires et pour ceux qui ne sont pas encore entrés, vous restez là.

Très peu d'élèves s'en allèrent.

- Je vois que le Labyrinthe ne vous a pas dégouté. Tant mieux. Qui est donc volontaire pour repartir en tête?


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
avatar

Assistant du Maître d'armes
Messages : 234
Inscription le : 09/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Jeu 8 Déc 2011 - 10:35

Selhan n'avait pas été vexé par le commentaire de Lya, après tout il commencait à la connaitre, elle et son caractère, elle était comme sa c'était dans sa nature alors pourquoi s'enteter à lui répondre? Il valait mieux la laissé dire et puis elle entra dans le labyrinthe presque aussi tot la remarque envoyé. Il suivis Locktar dans la pièce pour voir l'évolution des élèves, ce labyrinthe était vraiment interessant, sa donnait presque envie à Selhan d'essayer, mais bon... il était pas la pour sa! Il était la pour observer, pour assisté Locktar, pour faire ce que ce dernier lui demanderait de faire. Pour l'instant il lui avait rien demandé... donc il se contentait d'observer les élèves, tantot leur réactions avant et après le labyrinthe, et des fois leurs réactions dans le labyrinthe.

Il sourit quand il vit que certains élèves suivaient quand même ses conseils et s'échauffaient. Malgré tout il faisait froid et ils venaient pratiquement tous de se réveiller, les muscles ne sont pas aptes à supporter trop de choses d'un coup dès le réveil et dans le froid, et encore... Locktar avait été gentil il n'avais que commencé par le niveau 2.

Finalement, tout le monde était entré et tout le monde était sortis, il était temps pour Locktar de faire son débriefing, les deux hommes sortir de la salle et Locktar pris la parole. Il parla à Kylian d'abord puis félicita les élèves pour avoir passer le niveau 2. Il demanda ensuite son nom à une jeune élève qui était arrivé plutot très discrètement. Enfin il proposa aux élèves de retenter le labyrinthe avec un niveau de plus ou alors en mode peur.

Selhan se demanda ce que pouvait être ce mode... Si il entrait dans le labyrinthe avec le mode peur, que pourrait-il se présenter devant lui? Il avait un peu de mal à imaginer... mais? Les élèves devaient aussi déposer leurs armes pour le mode peur? Parceque l'assistant était d'accord sur le fait que pour éviter des obstacles, les armes ne servent pas, mais pour faire face à ses peurs... les armes doivent servir? Non? La question le démangeait alors il s'approcha discrètement de Locktar et lui demanda sans que personne d'autre l'entende.

- Pour le mode peur ils doivent laisser leurs armes aussi? Ils pourraient rencontrer n'importe quoi non?

Selhan ne savait pas trop si c'était le moment pour ce genre de question mais après tout il était là pour apprendre aussi, il n'était que l'assistant.

Alors qu'il attendait une réponse du maitre d'arme, le jeune homme se mis à observer les élèves qui étaient en train de réfléchir avec quel mode ils voulaient rententer leur expérience.

Le nouvel assistant aurait bien voulu essayer ce mode peur qui le laissait un peu dubitatif, mais 1, il n'était pas la pour passer dans le labyrinthe mais plutot pour observer les élèves passer et 2, il ne savait pas ce qui allait lui tomber dessus en mode peur alors si Locktar lui répond qu'il n'y a pas le droit au armes, sa ne lui plaisait pas dutout...


_______________


La mort n'arrive jamais par hasard.

Où que je sois, si j'y suis, la mort y est aussi.

A l'inverse, où que tu sois, si la mort y est, j'y suis aussi.

Mais si je ne suis pas là avec toi, il n'est pas dit que tu ne meurt pas.

Ma protection sera ta seule dévotion.


La méditation est noble, le courage est fort, la confiance est suprême
mais seule la mort règne.


Où que tu aille je te suivrait les yeux fermés parceque si j'ai confiance alors mon âme et mon instinct me guiderons mieux que mes yeux... Sache le!
avatar

Premier Gardien
Messages : 137
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 26


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Jeu 8 Déc 2011 - 14:19

Edel était debout depuis bien deux ou trois heures avant que le soleil ne daigne pointer le bout de son nez à l’horizon qu’elle fixait du regard à présent.
Pensive, les bras à demi croisés ses pensés allaient bon train et pour son plus grand malheur dans tous les sens. Bien qu’elle n’y soit malgré tout pas perdue, l’exercice était exigent et assez fatiguant à la longue.
Son esprit s’accrochait à tel ou tel problème à régler, avant de se souvenir d’un projet en cours dont elle devrait noter le déroulement en détaille pour le remettre à Carim dans la journée… ce qui lui rappelait la quantité de rapports qu’elle avait encore à rédiger et son entrevu avec l’Intendant dans l’après-midi.

Et en arrière plan à tout ça, au tréfonds de son esprit et de son âme, le souvenir cuisant de la bataille du grand hall, encore tellement vif… Edel massa précautionneusement sa main gantée dont les doigts remuèrent difficilement, lui arrachant un léger rictus de douleur. Ciel que c’était douloureux de donner de sois !

La jeune femme posa un regard méditatif sur la table d’appoint devant elle désespérément encombrée de parchemins, notes, et contre rendus en tout genre, sans parler des nombreuses cartes toutes aussi imprécises les unes que les autres, et dont elle devait sans cesse recouper les informations pour avoir des informations plus précises. Edel soupira. Il faudrait qu’elle ouvre un partenariat avec les archivistes de l’établissement, elle ne pouvait pas travailler avec ces cartes là et elle doutait fort qu’elles soient en vérité les meilleurs de l’Académie. Impossible que ça soit le cas en somme. Mais elle n’en voulait pas à ses hommes… ils étaient des guerriers après tout, pas des érudits rodés à la recherche documentaire.

Amir frappa à la porte, c’était l’heure. Se détournant de son bureau Edel s’emparât de son manteau et rejoignis l’homme et ses deux acolytes à l’extérieurs. Après les salutations habituelles, malgré la distance qu’ils veillaient garder tous envers elle depuis la bataille; Amir lui fit le conte rendu de la nuit comme il était de coutume et tout cela en se dirigeant vers les écuries.
Arrivé dans la cour, les chevaux les attendait déjà prêt au départ, elle félicita Amir qui était à l’initiative de ce gain de temps. Ils ne perdirent pas un seul instant, montèrent en scelle et s’élancèrent vers les avants postes.

Sur le chemin ils passèrent devant le nouvel édifice enfin terminé visiblement puisque des gens semblait y être. Une chevelure rousse attira son attention : Kylian. Edel fit signe à Amir et aux autres de poursuivre leur chemin. Le regard entendu ils s’exécutèrent et Edel ralentit son cheval jusqu’à le mener au pas.

Le jeune homme été visiblement dissipé comme à son habitude, décidément celui là… Edel chercha le professeur du regard afin de lui glisser un mot à son sujet. Elle avait lu tout ce qu’il y avait eu à lire sur le nouvel édifice et c’était pour les élèves une véritable chance d’avoir ce terrain de jeu comme celui-là, peut-être unique dans tous Gwendalavir et Kylian devait profiter de cette chance. Mais il n’était pas un élève.

Elle aperçu Locktar se diriger vers le groupe d’élèves. Tout à fait amusée par cette coïncidence elle le salua :

_Sir Guidjek, Til'Silhanelle inclina la tête dans un salut respectueux, regarda les élèves et les salua également mesdemoiselles, messieurs. personne ne bougeait et certains regards fusaient ailleurs alors que d’autres se rivaient sur son bras pourtant caché sous son mentaux. Elle s’adressa simplement à Locktar sans plus de cérémonie - Débutants ?fit-elle en parlant du groupe au sujet du Labytinthe. Locktar acquiesça, elle sourit avant de fixer Kylian. Alors si vous le permettez, celui-ci n’est pas un élève comme les autres, ça sera donc un niveau 4 parcours double pour lui. Je veux qu’il transpire, que ça ne sois pas un temps de loisir, n’est-il pas monsieur Holin ? Ne le renvoyez pas tant que ses résultats ne seront pas satisfaisants.

Inclinant de nouveau la tête dans un salut respectueux, elle lança un rapide clin d’œil à Locktar et sans plus s’attarder vira sa monture vers le programme de sa journée. Plus loin Amir l’attendait seul, malgré ses recommandations. La journée s’annonçait longue et pas seulement pour elle pensa –t-elle en se remémorant le visage de Kylian à l’annonce de sa consigne à son sujet. Cela devrait le calmer un peu, pour un temps en tout cas.


avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 632
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Ven 9 Déc 2011 - 22:18

Selhan prit la parole une nouvelle fois, et cette fois-ci Locktar ne se laissa pas voler le temps de parole:

- Les armes sont autorisées pour le mode peur en effet, même si je doute qu'elles servent beaucoup. Mais ça, vous le verrez de votre propre yeux si vous choississez ce mode, dit-il en tournant son regard vers l'assemblée d'élèves.

Le maître d'armes n'était pas dupe, il avait bien vu le regard tenté de son nouvel assistant quand il suivait la progression des élèves.

- Selhan, pour ce cours, je n'ai pas vraiment besoin d'aide, étant donné que l'essentiel du travail est géré par Tolkor et le Labyrinthe. Si tu veux entrer et tester ce nouveau matériel, je te donnes l'autorisation. Il te suffira de me dire le niveau et le mode que tu choisiras.

Locktar s'apprêtait à redemander aux élèves le premier qui souhaitait entrer quand un groupe de cavaliers attira l'attention de l'ensemble du groupe présent devant le Labyrinthe. L'une des montures se détâcha du groupe et se dirigea vers l'édifice. Le maître d'armes reconnu immédiatement Edel. Locktar lui offrit un sourire.

_Sir Guidjek, Til'Silhan. Mesdemoiselles, messieurs.

Le regard de la Première scruta les élèves.

- Débutants ?

Locktar lui répondit d'un signe de tête approbateur.

- Alors si vous le permettez, celui-ci n’est pas un élève comme les autres, ça sera donc un niveau 4 parcours double pour lui. Je veux qu’il transpire, que ça ne sois pas un temps de loisir, n’est-il pas monsieur Holin ? Ne le renvoyez pas tant que ses résultats ne seront pas satisfaisants.

Edel s'éloigna et Locktar ne pu retenir un sourire devant la mine déconfite du garde aux cheveux flambloyants.

-Et bien, Kylian, je crois qu'Edel a trouvé le moyen de percer ton excellente humeur de la journée. Crois moi, le niveau 4 n'est pas une chose qu'on fait les yeux fermés et les mains dans les poches.

Nouveau regard vers ses élèves.

- Alors qui est le volontaire pour retenter un deuxième tour de Labyrinthe?






_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 

Bois
Messages : 34
Inscription le : 11/11/2011
Age IRL : 103


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Dim 11 Déc 2011 - 16:01

Elle avait vaincu le labyrinthe. Fastoche quoi... Non mais, imposer ce travail à des élèves pour qu’ils progressent... Pourquoi pas leur donner des râteaux en bois et leur dire de faire des châteaux de sable non plus ? Mais où donc allait le monde ?
Et puis tous, toute cette bande de joyeux niais ressortait, le sourire au lèvre et un air de supériorité peint sur le visage genre ‘J’ai réussi, regarde, miracle, ma nullité effective n’a pas réussi à m’en empêcher ! J’suis trop fort, j’ai même un avenir dans le truc quoi !’. Et puis tous, ils allaient rejoindre leur amis, fanfaronner, raconter à qui voulait l’entendre, leur histoire merveilleuse, et comment ils avaient triomphé. Ridicules.

Et là, comble du ridicule. Un jeune, un p’tit jeune comme disent les vieux quoi. En pleine forme, la majorité éclatante. Quelques muscles, peu de cervelle. Le propre du jeune combattant lambda. Nul. Archi-nul même. Qui ressort du labyrinthe à bout de souffle, éreinté. La honte. En fait, fallait croire que l’idée du siècle, d’on ne sait qui -puisque son nom ne restera pas gravé dans les annales-, pouvait avoir un intérêt pédagogique. Incroyable.
Et puis là, devinez quoi ? Vous devinez vraiment pas ? Ben faudrait apprendre à lire alors, puisque c’est écrit un peu avant. Arrow Ben l’autre là, la fillette, le minable, il s’ramène. Oui, exactement. Il s’incruste même. Juste là. Parfaitement. Juste à coté d’elle. Comble du dégout, il assoit sa carcasse dégoulinante de sueur dans l’herbe, juste à coté d’elle. Et puis... et puis, avec sa voix de gamin, il lui... Parle. Il ouvre la bouche et des mots en sortent qui lui sont destinés. Il lui parle !

Alors là, Cérys en reste bouche bée. Carrément. Faut croire qu’il y en a qui comprennent rien à rien. Nan mais franchement, où va le monde ? Depuis quand on parle aux gamines exécrables et snobinardes ? À croire que désormais, il lui faudrait une étiquette avec écrit ‘Ne me parlez pas, je suis une gamine exécrable et hautaine, je suis désagréable avec tout le monde si vous me trouvez appelez le 0490 *sbaff* et, en plus, je mords’. Limite quoi...
Une amie de Régis ? Une créature du labyrinthe ? Une fée (loupé, ça c’est Gwëll Razz ) ? Une naine ? Nan mais ! C’était qui celui là ? Comment ? Il osait l’insulter ? Comme ça, en public, sans même la connaître ?
Ah, mais celui là, il allait pas si bien s’en sortir ! Furieuse et exaspérée de tant d’insolence à son égard, la gamine ouvrit une bouche grande comme la terrible méchanceté qu’elle allait déballer.

Mais là, une espèce de gros plein de soupe, avec des morceaux d’armure par-ci, par-là (Régis ?), ramena sa fraise et lui demanda qui elle était. Mais quel jour était on non du Dragon ? Qu’est ce que c’était que cette bande de clowns qui lui parlait comme ça ? Hein ? Non mais ! Ils se croyaient tout permis ! Et puis son nom... ben, elle avait pas envie de le donner. C’était le sien, elle choisissait si elle voulait ou pas. Et là, c’était non.

-Reg’. Reg’ Isdl’Abyrintunféenain.

Et un sourire insolent au plaisir, un ! Fallait dire, la perche lui avait été tendue. Deux questions, une réponse, économie, pourrait on dire. Et l’autre d’à coté, avec son souffle court à cause de ses efforts surhumains pour réussir l’immanquable et ses litres de transpiration nauséabonde, sursauta du coup. Ah ? Touché ?
Jamais à cours d’idées, elle se retourna et lui offrit le plus effrayant de ses sourires carnassiers ‘Je vais te bouffer, tu vas voir’. Le plus réussi aussi, certainement. Et hop, second sursaut. Comme le hoquet, mais en plus amusant. Beaucoup plus amusant. Et vas y qu’il se barre en douce dans son dos. Trouillard.

-Dans votre bureau ? Ça va être difficile, je suis très demandée en ce moment... Arrow

Pas assez fort pour être entendue de tous, mais juste assez pour faire pouffer discrètement les plus proches et ridiculiser la figure d’autorité. Paf, dans ta tronche.
Et puis le cours continua. Patati, patata, petit speech du prof. Regards inquiets des élèves ‘Faut que j’y aille, comme ça je frime à mort mais bon, j’ai peur de passer pour un imbécile devant tout le monde si j’échoue comme un abruti’.
Et hop, l’autre assistant qui s’l’a ramène en s’inquiétant du sort des pôôôvres petits élèves sans leurs armes salvatrices. Aucun avenir dans le domaine c’lui là.
Et pof, la première gardienne qui s’invite et dévore du regard le prof. Hum, intéressant, un p’tit couple. Débutants ? Débutante elle même ! Nan, et puis, accabler l’pôv’ retardataire. Quelle honte ! Et l’indulgence dans ce bas monde ? Et puis, comme ça, ‘Tagaclop, tagaclop’, elle se barre sur son blanc destrier. C’est l’intendance qui se fout des élèves ! Rhalala !
Et re-speech. Banal à mort.

Et puis là, éclair. Une idée. Lumineuse.
La p’tite se lève, bien droite, supérieure, sur la pointe des pieds, et s’avance au milieu de tout le monde, laissant majestueusement tomber sa mante sur l’herbe et sifflant un p’tit ‘3’ histoire de l’dire sans l’dire. Et puis, ouvre la porte à la volée et se jette en courant dans le labyrinthe.

‘Cours, Reg’, cours !’
Esquive à droite. Hop, saute à gauche. Cette fois, les attaques viennent de partout et beaucoup plus vite. Mais toujours rien de bien fantastique. Des piques en bois à bout rond, des planches de bois en guise de mur. Vraiment, un investissement bien inutile.
Bam, le plancher qui s’écroule. Vite, attrape le bord opposé. Tout en finesse et en fluidité. Paf, une boule de bois dans les cotes. Hop, un bleu pour plus tard. Et puis, tout s’accélère encore. Mais pas moyen de capituler. Pas le premier jour.
Alors, accélère, tourne à droite, à gauche, encaisse les coups, serre les dents, ferme les poings, fonce dans le tas. Sans état d’âme. La vie est une compétition qu’il faut gagner.
Et puis la fin. La porte. Le jour. L’herbe. La mante chaude et dissimulante. Rien de mieux que le tissu pour cacher les bleus et les bosses.

La vie est une compet’, s’tu gagnes pas, fais au moins comme si.



_______________
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Lun 12 Déc 2011 - 19:53

    Le garde jeta un coup d'oeil aux environs.
    La plupart des élèves étaient assis, à genoux, ou encore debout, discutant de tout et de rien. Surtout de rien en fait. Leur attitude déconcerta un peu le garde qui ne comprenait décidément pas pourquoi une telle inertie, d'autant plus au cours de Locktar. N' étaient t-ils pas sensés bouger ? Se battre ? Et pourtant, personne ne semblait décider à engager les hostilités & plus étonnant encore, Locktar ne s'en formalisait même pas.
    Tous semblaient en attente.
    En attente oui, mais en attente de quoi ? Qu'est ce qu'ils leur fallait de plus pour commencer à s'taper dessus ? Qu'il se mette à neiger ? Qu'on les prennent par la mains et qu'on leur dise " Toi tu combats avec lui." ? Quoi ? Ils craignaient que Locktar les punissent d'avoir commencé sans son approbation ? Quelle blague.
    Bande de femmelettes, j'vais vous apprendre un truc génial, en cours de combat on COMBAT, on reste pas planté la comme les derniers des abrutis ! - dixit celui qui avait passé tout le début du précédent cours à dormir sur un banc-
    Décidément, ces élèves n'étaient vraiment qu'une bande de bras cassés.

    Avant qu'il ne puisse se retourner vers son ex partenaire histoire de remettre en question son mode d'entrainement qui laissait à désirer et en profiter pour le critiquer, et surtout l’embêter, Le maître d'arme lui donna la raison de cette inactivité générale.
    Ah.

    Plus flatté qu'autre chose par la remarque de Locktar, Kylian lui répondit, souriant.


    - Quelle grande âme ce Locktar !


    Il le considéra par la suite, la mine plutôt étonnée.

    - Non, mais sérieusement ? Attend le cours c'est simplement faire un tour dans ce truc ? Fit-il en désignant de la main l'entrée du labyrinthe.

    -Oh la blague... Rajouta t-il pour lui même tandis que Locktar s'éloignait vers une petite cabane ce qui semblait être la salle des commandes.

    Bon, au moins ca ne devrait pas être trop dur, en plus il avait plutôt le sens de l'orientation alors aucun problème. Le garde se demanda toutefois quel genre de piège pouvait bien cacher un simple amas de pierre en zig zag.
    Une petite blonde, ma foi fort jolie, entra dans l'édifice, puis ce fut le tour du petit brun que Shawna surnommait moustique...
    Va pour moustique. Après tout ce n'était pas comme si il connaissait/ se souvenait de son prénom hein, il avait toujours eu du mal à les retenir de toute façon.
    Toujours est-il que le garçon en ressortit tout essoufflé -mais c'était quoi cette manie de galoper dans tout les sens, vraiment ?- et que le garde ne pu s’empêcher d'écouter une bride de la conversation qu'il venait d’entamer avec la gamine.

    Régis ? C'était quoi ce truc ? Y'avait un mec la dedans ? Aaaah ça expliquait tout ! Où du moins pourquoi tout le monde en ressortait essoufflé ! Ils couraient pour ne pas se faire repérer/tabasser par le mec caché la dedans. C'était déjà plus logique. Mais franchement, pourquoi foutre ce mec dans un labyrinthe ? Ils pouvaient très bien faire la même chose mais hors de la bâtisse non ? Quoi que, avec un nom pareil, il comprenait un peu qu'il veuille se cacher.
    .. Une... créature ? GROSSE BLAGUE ! Ils avaient vraiment fichu des animaux la dedans ? Mais... Sérieusement quoi !

    Le garde se détourna de la conversation. Ce labyrinthe c'était vraiment n'importe quoi.

    *Et pourquoi pas faire une sortie au milieu de la nuit dans la forêt tant qu'on y est, tss...*

    Kylian retourna son attention vers les autres élèves.
    Halina venait tout juste de sortir et c'est dans un sourire qu'il vint l'aborder avant qu'elle n'atteigne son amie au bandeau.


    - Sortir du labyrinthe sans avoir à appeler à l'aide, Halina tu me surprends de jour en jour !

    Il lui sourit, se moquant gentiment de leur dernière rencontre. Puis Locktar revint de la petite cabane. et les félicita pour leurs performances

    Le garde souffla, de manière plus ou moins discrète. Le maître d'arme entendit peut être mais ne releva pas.

    - Ouais on est plutôt pas mal dans not' genre.

    Il continua sa tirade et se rapprocha de la gamine arrivée de nul part qui semblait le contrarier.
    La répartie se fit sans la moindre hésitation. Gamine peut être, mais elle avait de la gueule.
    Il la regarda, amusé. La rencontre avec Shawna aurait été explosive. Mais elle était partie, comme ça, du jour au lendemain, sans un mot et sans rien. Il faut dire que ça lui ressemblait bien, Shawna avait toujours été comme ça, un esprit volage et insaisissable, impossible à capturer que l'on ne pouvait tout au plus que tenter d'apprivoiser. Alors, rester enfermée entre les 4 murs de l'académie n'était de toute façon pas approprié à son caractère de feu.
    Kylian sourit en soupirant.
    Celle la... Il espérait quand même qu'elle passerait de temps en temps les voir, lorsqu'elle n'aurait rien d'autre à faire que d'ennuyer son entourage ou lorsque l'ennui serait tel qu'il lui faudrait absolument faire quelque chose de plus ou moins utile.

    Locktar venait de finir de parler et quelques élèves, très peu, s'en allaient. Surement les moins doués ou les plus poltrons du tas.
    L'élève qu'il avait fiché dans on esprit comme "redoublant" prit la parole, questionnant Locktar.
    Mais pour qui il se prenait lui ? Hey oh mon coco, toi aussi t'es un élève tu sais ? Te prend pas pour son adjoint ! [... u_u'']

    Il allait se retourner vers Halina pour l'ennuyer un peu quand un cheval s'approchant d'eux attira son attention. Coup d'oeil. Quelques mètres derrière un autre semblait l'attendre. Il reconnu à son plus grand malheur les deux cavaliers.
    ... Oh non.

    Le silence ce fit dans les rangs que seuls quelques murmures interrogateurs et respectueux vinrent éméchés.
    Kylian se ratatina mentalement parlant, prenant un soin tout particulier à ne pas croiser le regard de sa supérieure. Avec un peu de chance, peut être qu'elle ne le remarquerait pas.


    * Je suis pas la, j'existe pas, j'ai pas fait d'conneries cette fois promis !*

    Il osa un coup d'oeil et croisa son sourire satisfait.
    Perdu.
    A l'entente de ses paroles, le garde se décomposa sur place. Merde non ! Pourquoi il fallait toujours que ca tombe sur lui ! T^T
    Tandis qu'elle s'en allait et que la tension ambiante redescendait, le garde jeta un regard noir au cavalier au loin. C' était lui, c' était Amir qui lui avait donné l'idée, c' était OBLIGE ! Il avait découvert par je-ne-sais-quel moyen que c'était lui qui, régulièrement, lui piquait ses gâteaux et il avait décider de se venger.
    Ordure, c'était déloyale, en plus il ne lui avait même pas piqué ce matin. Il aurait du tient. Tsss...

    Le garde ignora royalement la première parti du discours de Locktar pour ne s’intéresser qu'à sa fin.


    - Moi...

    Commença le garde le plus sereinement du monde.

    - Je ne suis pas volontaire.

    Et il partit s'asseoir dans l'herbe, l'oeil satisfait de savoir qu'il ne passerait qu’après que tout ce petits monde y soit allé.
    La petite brune y retourna sans la moindre hésitation.


    *Eh bha, on en fait plus beaucoup des comme ça.*


    En la voyant ressortir, sa fierté à peine écorchée, le garde ne pu s'empecher de sourire.
    Finalement, ce n'était peut être pas si difficile que ca.





_______________
avatar

Marchombre
Messages : 426
Inscription le : 20/11/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Jeu 22 Déc 2011 - 14:31

Et le cours se prolongeait, s'épiloguant. Lya n'en voyais pas la fin. Les entrées et les sorties s'enchainaient, une par une, pendant que Locktar les suivait des yeux du haut de son poste de commande. D'abord une gamine sortie de nulle part, fière comme peu de gens savent l'être. Trop, peut-être. Puis Hestia, qui courut vers l'entrée, surement dans l'espoir de ressortir ainsi plus vite. Ensuite, un jeune homme brun, plutôt gringalet, s'avança dans le labyrinthe, à la fois prudent et craintif, suivit d'un autre totalement inconnu de Lya. Et pour finir, Halina y entra à son tour, égale à elle-même.

Assise dans l'herbe rase, la Kaelem tressait des brins d'herbes entre ses doigts rougis par le froid, moyen comme un autre d'attendre que la suite arrive. Et la suite arriva. D’abord, petit discours du professeur qui disait "bravo, mais toi c'est pas bien. Ceux qui partent, partent. Ceux qui restent, restent". La gamine avec toute sa fierté était accusée. Mais pas le moins du monde désarçonnée, elle répondit sans se démonter, avec peut-être un brin de méchanceté. Lya sourit, lâcha sa tresse d'herbe et fourra ses doigts sous son poncho. Les choses s'enchaînèrent ensuite encore plus rapidement. Le garde souvent présent aux cours de combat était arrivé apparemment depuis un bon bout de temps, mais la jeune femme n'y avait pas fait attention. Et puis, Selhan avait obtenu la permission d'entrer lui aussi dans le labyrinthe. Un dame arrive, constate, souris, donne un ordre, le garde réplique comme il sait le faire, la gamine y retourne. Finis par ressortir, masquant juste à temps un bleu sur son visage. Pendant tout ce temps, Lya n'avait rien dis, se contentant d'observer. Enfin, elle se leva et faisant face au labyrinthe annonça:


-Le mode peur, s'il vous plait.

Elle avait beaucoup hésité, craignant de savoir face à quoi elle allait se retrouver. Mais elle n'avait pas besoin de se prouver ses capacités physiques, connaissait ses limites, ou du moins, pensait les connaître. Au niveau trois, elle se prendrait quelques baffes, tomberait dans un faux trou, pour en ressortir avec quelques bleus. Quoi que surement moins que la gamine. Elle réessaierait cinq ou six fois, et finirait par bien s'en sortir. Le mode peur en revanche... Lya inspira profondément, puis s'avança, lentement. Elle n'avait pas posé son poncho à l'entrée, savait que ce n'était pas la peine. L'entrée disparu derrière elle, ne projetant plus qu'une lumière blafarde qui laissa rapidement la place à un noir insondable. La jeune femme ferma les yeux. Elle n'osa pas les rouvrir, sachant alors dans quel décors elle se trouverait. Inspirant une nouvelle fois, la main droite sur le manche de son poignard qu'elle n'avait pas déposé à l'entrée malgré les consignes du professeur, Lya ouvrit les yeux.

Face à elle, le labyrinthe donnait sur une grande salle, que la jeune marchombre connaissait déjà. C'était le vieil amphithéâtre d'Al-Jeit. Elle avait beau savoir que c'était faux, que la salle se trouvait à plusieurs jours de voyage d'ici, son souffle s'accéléra et son cœur se mit à battre la chamade. Pour l'instant, elle était seule. Non, pas seule. Les mercenaires étaient déjà dans la pièce, accroupis derrière les gradins les plus hauts, ou attendant derrière une porte dérobée. Lya savait ce qu'ils attendaient. Elle ne voulait pas revivre cette scène. Tournant les talons, elle voulu revenir vers l'entrée du labyrinthe, mais trop tard. Un mur s'était déjà matérialisé derrière elle. Lorsque Lya se retourna, Selhan était dans la pièce lui aussi. Ne devait-il pas rester auprès du maître d'arme? Il savait pourtant que les mercenaires étaient là. Il savait ce qui allait se passer! Lya voulu le prévenir, mais les mercenaires les encerclaient déjà et tout recommença.

Le long dialogue entre les deux hommes, la mort trop rapide de quatre d'entre eux, les autres qui fondaient sur Selhan et les deux derniers sur Lya. Qui cria. Un long cri aigu, laissant échapper toute sa peur. Un cri qui ne sembla pas le moins du monde surprendre les mercenaires, simples hologrammes sortis de son imagination. Alors elle se mit à courir, ignorant le combat déjà vu qui faisait rage au centre de la salle, le face à face entre les deux hommes. Derrière elle, la femme avait déjà tué l'homme. Lya se retourna. La femme était là, presque immobile, ses yeux émeraude vibrant de vie. La Kaelem hurla:


-VA-T-EN! VA-T-EN! DÉGAGE!

Je ne veux pas te tuer. Pas encore. Mais je ne veux pas que tu me tue. Et je ne veux pas que Selhan soit tué. Pourquoi est-il entré? C'était son tour, pas le sien. A moins qu'il ne soit un hologramme lui aussi. Oui, c'était logique. Il n'était pas là. Ce n'était pas lui qui se battait contre le mercenaire. Alors Lya n'avait pas besoin de s'en soucier. La mercenaire du Chaos, face à elle, dégaina son long sabre à la lame effilée. Lya pointa son poignard devant elle, prête à se battre. Mais elle n'en avait pas envie, elle avait peur de la tuer à nouveau. Trois mouvements rapide, presque invisibles. Lya qui attaque et rate. La mercenaire qui esquive et se redresse. La mercenaire qui attaque et tue. Pliée en deux, les mains sur la garde du sabre enfoncée dans son ventre, Lya gémit, crie, soupire. Elle ne veut pas mourir. Elle s'effondre sur le sol devenu froid comme de la glace. Autour d'elle, Selhan et son adversaire s'évapore. Puis les cadavres. La mercenaire disparait à son tour en la fixant de ses yeux plus vivant que jamais. Et enfin la lame. Qui n'existe plus, n'a jamais existé. La douleur s'évanouit elle aussi.

Surprise et encore tremblante, Lya se releva. La grande salle avait disparu elle aussi et elle était à nouveau dans le labyrinthe. La lumière du jour le guidait vers la sortir. Luttant contre les larmes, rajustant son poncho et la main sur la garde de son poignard, Lya sortit du dédale de chemins qui venait de lui faire revivre sa pire peur. Celle qui emplissait ses rêves, les transformant en cauchemars. Elle ne pleurerait pas. Inutile. La jeune femme jeta un coup d'œil vers la salle de contrôle. Le maître d'arme venait d'assister à toute la scène et probablement Selhan aussi. Et elle avait lamentablement échoué. S'éloignant du groupe, Lya s'assit un peu à part. Il ne lui restait plus qu'à attendre la fin du cours et à ne jamais retourner dans le mode peur.

[Edition à volonté si quoi que ce soit ne va pas par rapport au labyrinthe]



_______________
 
avatar

Bois
Messages : 130
Inscription le : 13/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Ven 23 Déc 2011 - 3:24

Einar partit à son tour dans le Labyrinthe. Apparemment terrifié d'avance, ce qui fit sourire Hestia. Ce n'était pas de la moquerie, simplement elle trouvait cela mignon. Puis il était sortie et s'était approchée de la petite furie. Il avait bien du courage. Puis ce fut le tour d'un autre jeune homme, arrivé en retard, inconnu de l'Aequor. Puis Halina. Lorsqu'elle sortit, la blondinette s'attendait à ce qu'un autre tente sa chance. Mais apparemment, tout le monde était passé puisque le maître d'armes vint leur parler. Il les félicita, leur disant qu'ils pouvaient passer au niveau 3 sans problèmes.

Hestia n'en était pas si sûre. Elle était sûre qu'elle devrait retenter ce niveau, histoire de voir si ce n'était pas de la chance. Locktar posait des questions à la mini-portion qui était passée juste avant elle, mais l'Aequor se désinteressa directement de la conversation. 1, parce que ça ne la concernait pas, et 2, parce qu'elle se fichait bien de qui pouvait être cette gamine. Après tout, il y avait peu de chances qu'elle discute un jour avec elle. Puis le maître d'armes revint vers le groupe, expliquant la suite du cours. Soit le mode peur, soit le niveau 3. Hestia choisit directement. Ce serait le niveau 3. Elle n'avait aucune envie de se retrouver face à une peur. Laquelle, d'ailleurs ? Quelle avait été sa pire peur ? Elle se demanda un moment si elle se serait retrouvée dans la même ruelle, avec des hommes la suivant. Ce jour-là, elle avait tout de même eu une sacrée trouille. Mais bon ...
Locktar dit aussi que si les élèves le voulaient, ils pouvaient partir. L'Aequor eut un mouvement de retour vers l'Académie, mais se retint. De toutes façons, elle n'avait rien de plus à faire à l'intérieur, alors autant assister au cours. Et puis elle n'était pas là pour rien, hein. Un cheval au galop arriva vers eux, aussi la blondinette leva-t-elle la tête pour voir qui pouvait bien être le cavalier. La cavalière, plutôt, puisqu'il ne s'agissait de personne d'autre que de la Première Gardienne. Elle donna une consigne, et Hestia plaint le pauvre jeune homme qui allait devoir passer un double parcours avec un niveau 4.

Le maître d'armes demanda à nouveau qui était volontaire pour entrer dans le Labyrinthe, car jusqu'ici personne ne s'était désigné. Le rouquin se désigna comme "non-volontaire". Et à la surprise de l'Aequor, ce fut la demi-portion qui entra la première, soufflant un 3. Elle se demanda un instant si cette petite avait peur de quoi que ce soit. Toujours est-il qu'elle ressortit en un seul morceau, mais avec des bleus ici et là, qu'elle cacha en se recouvrant de son manteau. Puis ce fut au tour de Lya, qui elle demanda le mode peur. Hestia vit comme un éclair d'hésitation sur le visage de son amie, et la regarda entrer. Lorsqu'elle sortit, elle semblait toute bouleversée. L'Aequor lui adressa un sourire qu'elle espérait rassurant, puis décida d'y retourner à son tour.

- Le niveau 3, s'il vous plaît, demanda-t-elle, son habituel sourire au visage.

Elle entra, sûre d'elle, comme toujours. Elle fit quelques pas prudents dans le Labyrinthe, puis un mur se ferma devant elle. Allons bon. Il ne lui restait plus qu'à faire des détours. Ou à grimper ! Mais non, elle n'était pas trop d'humeur, et puis elle ne savait pas si les murs en eux-même ne renfermaient pas de pièges. Le passage était bien plus difficile que la première fois. Cette fois-ci, elle ne s'en sortirait pas facilement. Les sifflements des flèches venaient de tout les côtés, si bien qu'Hestia se tournait et se retournait, reculant un peu, avançant beaucoup. Le sol se déroba alors qu'elle posait son pied et cela l'entrava un moment. Puis elle réussit finalement à ressortir son pied. Juste au premier pas qu'elle refaisait, une planche vint la cueillir au niveau des côtés. Et ben, il y allait pas mollo le Laby ! Mais il fallait bien qu'elle continue pour sortir. Un mur se ferma, un autre s'ouvrit. Et l'Aequor avait la désagréable impression de ne faire que des détours et de ne pas s'approcher de la sortie. Un énième piège vint frapper son épaule et la faire tomber. Sur ce coup-là, c'est vrai qu'elle n'avait pas eu beaucoup d'équilibre. Elle baissa la tête pour éviter de se prendre un nouveau coup puis reprit son chemin. Sa natte se retrouva prise dans un piège qui s'était déclenché trop lentement, ce qui la ralentit encore. Puis finalement, elle vit la sortie, et courut vers elle, heureuse. Un dernier piège la fit tomber sur les derniers mètres, mais tant pis.

Elle sortit, pleine de bleus, mais elle époussetait simplement ses vêtements, gardant son allure fière. Essouflée et en nage, elle alla s'asseoir sur la même pierre qu'avant de se jeter dans le Labyrinthe, décidant qu'elle en resterait là pour aujourd'hui.


_______________


Enelyë Wind ~~ Hestia Kieran ~~ Lehya Jinwa
avatar

Maître fauconnier
Messages : 163
Inscription le : 16/05/2011
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Jeu 29 Déc 2011 - 18:14

Assis dans l’herbe, Gareth écoutait les quelques conversations alentours. Il n’y en avait pas des masses, mais c’était plutôt compréhensible pour un matin d’automne. Et le cours n’était certes pas très motivant. Lui-même, généralement enjoué de nature, s’ennuyait un peu.
Le dernier élève ressortit du labyrinthe et Locktar prit la parole pour assommer une seconde fois les élèves durant presque dix minutes. Bon d’accord, c’était peut-être un peu trop. Cinq ou six minutes à tout casser. Dans tous les cas, il débitait un long, très long speech. Le prochain exercice était encore le labyrinthe ; étonnant tiens. Niveau trois ou niveau peur. Le fauconnier se demanda soudain lequel valait le mieux. Il n’eut pas le temps de réfléchir qu’une odeur vint s’ajouter à la transpiration immonde des élèves. Une odeur de fumier, de foin, mais aussi un son. D’abord léger, inaudible par une oreille humaine. Mais là était le problème, il n’avait pas une ouïe humaine. Le son devint du léger au grossier, il se rapprochait dans leur direction. Un sourire apparut sur les lèvres de Gareth. Le bruit était à présent bien définit et il reconnut le cataclop habituel des sabots des chevaux. Ces derniers ne tardèrent pas à débarquer avec leur cavalier en prime. Un homme et une jeune femme. L’homme était resté en retrait. Elle s’adressa au maître d’arme tout en regardant le jeune homme à la chevelure rousse d’un regard carnassier. Se devait être un véritable trouble fête. Il allait donc devoir se taper le niveau quatre et comme si cela ne suffisait pas, elle lui offrait le parcours double. La jeune femme reprit sa route non sans jeter un clin d’œil à Locktar. Ce dernier reprit son cours en demandant un volontaire et se fut la petite peste – car oui, même sans la connaître, il devinait rien qu’à son expression qu’elle devait l’être – qui s’y lança tête la première. Le rouquin ne voulait apparemment pas faire le plaisir à la jeune femme de se lever et d’aller dans ce labyrinthe, et alla donc s’assoir. Minable. Il ne faisait que faire son intéressant, voilà tout. Un simple comique auquel Gareth ne s’intéressait pas plus que ça.

Le cours en lui-même ne l’intéressait guère plus. S’il le voulait, il pouvait traverser ce labyrinthe des centaines et des centaines de fois si le maître d’arme le désirait, mais il n’apprendrait pas plus sur l’art du combat comme ceci qu’un thül chauve au milieu de bégonias. Eviter les pièges, ok. Apprendre à se battre, voilà se qu’il était venu chercher dans cette Académie, mais ce labyrinthe ne lui offrait en aucun cas cette opportunité. Ou pas à sa connaissance. Mais sûrement pas, ils ne pouvaient pas faire autant de miracle avec un simple dessinateur terré dans sa cabane et quelques poulies. Non, ils ne pouvaient pas créer autant de miracles, et puis s’ils prétendaient le contraire c’était qu’ils se foutaient d’eux. S’ils voulaient réellement que cela soit possible, il faudrait des hommes à l’intérieur qui y reste le plus clair de leur temps pour satisfaire le besoin ridicule de petits élèves de s’amuser dans un labyrinthe truffé de pièges. Non, impossible. Ce labyrinthe n’était pas magique. Et puis que représentait le niveau peur ? Le maître d’arme avait sûrement expliqué ce concept avant qu’il n’arrive et comme on le dit souvent, les absents ont toujours tord. Gareth allait devoir faire un choix grâce à la déduction.

Le niveau trois. Il devait être seulement un peu plus compliqué que celui dans lequel il s’était lancé pour la première fois. Des gouffres, des murs qui bougent seuls, des poutres, des cordes, des piliers invisibles, des lames à l’intérieur des parois ou encore des boules de terre géantes. Que de pièges indécelables et sûrement plus rapide dans ce niveau-ci.
Le mode peur. Que pouvait-il bien cacher ? Peur. Le dessinateur perché dans sa cabane devait être puissant pour être capable d’un tel exploit. Connaître les pires cauchemars des élèves qui pénètrent dans le labyrinthe ne devait pas être une mince affaire. Et puis, pouvait-il réellement faire apparaître toutes les peurs des élèves, pouvait-il toute les voir, toute les connaître ? Comment les faisait-il apparaître, dans quelles circonstances ? Dans les mêmes couloirs que le mode classique ou dans de larges salles. Était-ce seulement possible de blesser des illusions, si illusions il y avait ? Le fauconnier ne savait que choisir. Le mode peur était bien trop vague et il n’avait pas pu entendre les commentaires que le maître d’arme avait pu faire aux autres élèves avant son arrivée au sujet de ce mode. Mais ce n’était pas tout. Il craignait de savoir se qui l’attendait dans ce mode-ci. Il craignait de connaître sa peur et par-dessus tout, il craignait de se retrouver face à elle. Rien que l’idée de pouvoir la voir de ses propres yeux lui emplissait le cœur d’horreur. Cette bête si immonde, si pétrifiante de terreur. Et si forte. Elle l’avait souvent emporté sur lui. Bien trop souvent à son gout. Il n’en pouvait plus, il ne voulait plus qu’elle gagne. Surtout pas à son premier cours d’art du combat, à son premier cours entre les murs de l’Académie. Il ne se sentait pas capable de l’affronter aujourd’hui. Il savait qu’il échouerait à coup sûr. Il ne choisirait pas ce mode. Pas aujourd’hui. Peut-être reviendrait-il un autre jour pour tenter l’impossible, mais pas aujourd’hui.

Il releva les yeux de l’herbe devenue presque brune de l’automne et vit que le cours avançait à pas lents. Deux jeunes filles étaient entrées dans le labyrinthe pour la seconde fois. L’une d’entre elle paraissait bouleversée. Quelque chose lui disait qu’elle ne retournerait pas de si tôt dans le mode peur. Personne ne se décidant à poursuivre le cours, le fauconnier se leva. Il se dirigea vers l’entrée et avant d’y pénétrer, il lança le nom du mode dans lequel il voulait entrer.


- Niveau trois !


D’une détente du pied, il s’élança dans le labyrinthe pour la seconde fois. Des couloirs, encore des couloirs. Le dessinateur n’avait pas beaucoup d’imagination. C’est un comble ça ! Gareth courait encore et encore depuis presque cinq minutes sans n’avoir rencontré de difficultés. Presque déçu, sa concentration s’affaibli. Au mauvais moment. Une bonne centaine de projectiles en pierre percutèrent le fauconnier. Tellement rapide qu’ils atteignirent tous leur cible en quelques secondes. Il ne réussit à en éviter aucune. Grimace de douleur. Comment avait-il pu ne pas les entendre arriver ! Ce n’était plus l’heure des questions. Le labyrinthe s’était mis en chasse. Tiens, maintenant ce ne sont plus les félins qui chassent, mais les labyrinthes. Quel retournement de situation bien étrange. Un déclic se fit entendre derrière lui. Il n’eut que le temps de se retourner et d’apercevoir une immense boule de terre solide, bouchant tout le couloir, lui rouler dessus à une allure phénoménale. Aucune retraite n’était possible par l’arrière. Il n’y avait rien d’autre à faire que de courir jusqu’au prochain croisement. Sauf que cette fois ci, il n’y avait pas de croisement. Le couloir semblait interminable et la boule se rapprochait de plus en plus. Le choc était inévitable. Sauf que Gareth ne l’entendait pas de cette oreille. Il ne voulait pas ressembler à une crêpe – déjà qu’il n’était pas très ventripotent ou musclé – et ressortir de là dans un état aussi pitoyable qu’il se l’imaginait, hors de question. Une idée lui vint alors. Mais aurait-il seulement assez de temps pour terminer ? Bah, il n’en avait déjà pas pour réfléchir à de tels problèmes. Fermant les yeux, il se concentra. Courant encore, il décida de se mettre sur ses mains et ses pieds pour réussir au mieux sa transformation. Il fallait bien mettre toutes les chances de son côté. Il se concentra encore jusqu’à se que le bruit même de son cœur lui paraisse bien trop lointain. Sa silhouette se brouilla alors. Il continuait encore à courir. Ses mains se recouvrirent de poils et s’élargirent, tout comme ses pieds. Une queue poussa et dans un rugissement, sa tête humaine se métamorphosa en une vraie gueule de fauve. Le puma était de retour. Sa transformation s’acheva lorsque ses yeux bleus océan devinrent jaunes or. Il avait réussi ! Il s’était métamorphosé tout en courant ! Incroyable. Il n’en revenait pas. Un bruit attira son attention. Il tourna sa grosse tête derrière lui et se souvint de la boule géante. L’heure n’était pas aux réjouissances, pas encore. Il remarqua qu’elle était plus proche qu’avant. Sa course avait ralentie lors de sa transformation, mais à présent qu’il était puma, il était bien plus rapide que sous sa forme bipède. D’un révère de patte, il démarra une course intense. Le couloir n’en finissait plus. Impossible de faire autrement que de courir. Encore. Distançant petit à petit la boule, il vit soudain une lumière. L’extérieur ? Non, il ne pouvait pas débarquer sous cette forme ! Il n’avait cependant pas le choix. Jouant le tout pour le tout, il supposait que s’il se précipitait derrière un… trop tard. Il arrivait face à la lumière. Il sauta de côté afin d’éviter l’horrible pierre qui alla s’écraser sur le mur du fond. Le mur du fond ?? Un tour d’horizon lui affirma qu’il n’était pas tout à fait dehors. Il venait d’atterrir dans une immense salle de pierre, mais il n’y avait rien. La lumière, quant à elle, venait d’une ouverture à l’autre bout. La sortie. Pas de bêtises. Du puma beige, il redevint Gareth le fauconnier. Il s’élança alors vers la sortie, non sans auparavant se faire asperger d’eau glacée. *Aaaaaaaaaaaah !!* Il ne put empêcher ce cri, bien qu’étant dans sa tête. Il avait beau être sous forme humaine, un chat restait un chat et haïssait l’eau. Il débarqua alors à l’extérieur trempé et essoufflé. Ne connaissant personne, il alla se mettre contre un mur, au soleil, histoire de se sécher un peu.
Ce labyrinthe était finalement pas si inutile que ça. Le dessinateur savait se débrouiller.




_______________
Ronronner sur les genoux de Kylian ♥

Ne chuchotez plus le mot MAGIE, grognez-le !
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Jeu 12 Jan 2012 - 18:55

Wow, déjà que le niveau 2 c’était carrément galère, il voulait même pas imaginer le niveau 3, surtout si y’avait que cinq niveaux dans le bidule.
D’un autre côté, le mode peur, ça avait l’air carrément psychopathe, dans son genre. Surtout que y’avait pas moyen de savoir ce qui allait être projeté dans le Labyrinthe. Enfin Einar y connaissait absolument rien en dessin même si certains s’acharnaient à croire qu’il était capable d’aller dans les Spires, mais apparemment, le mode peur, ça regardait dans ta tête et ça donnait la vie à tes pires psychoses et tes pires peurs comme un épouvantard.

Et le jeune homme avait pas spécialement envie de savoir ce qui pouvait grouiller dans sa tête pleine de contes et de monstres et de méchants et de dinosaures géants et de minotaures et de gens méchants qui lui tapaient dessus quand il était gosse. Surtout pout un cours de combat, surtout devant son primat. Enfin il supposait que Locktar avait accès à tout, et Einar était pas sûr d’avoir à expliquer pourquoi sa tête visualisait des minotaures géants et des licornes ; ce serait un peu dégradant, quoi.

Quand il vit la gamine ressortir du labyrinthe au niveau 3, Einar plissa les yeux d’un air circonspect. C’était pas normal qu’elle ait pu réussir le niveau 3 du labyrinthe alors qu’elle avait.. allez, dix ans ? et qu’elle avait quasi aucun entrainement. Ou alors peut-être que Monsieur Tolkor avait légèrement triché et abaissé le niveau du labyrinthe sans lui dire, histoire de pas avoir d’histoires avec Sire Guidjek… c’était surement ça, à la réflexion.
Tout le monde prenait le niveau 3 ou presque, surement que personne avait vraiment envie de confronter ses peurs, et on pouvait carrément les comprendre ; et la seule à avoir osé, Lya Dinal, était ressortie du labyrinthe blanche comme un linge et tremblante, et elle était allée s’asseoir un peu plus loin sans regarder personne.

Le jeune garçon eut beaucoup de peine à la voir comme ça. Le Labyrinthe devait leur permettre de s’entrainer et de devenir meilleur, pas de les rendre malheureux en faisant remonter à la surface leurs pires souvenirs.
Il devrait peut-être aller en parler à Locktar ? Lya avait vraiment l’air de pas aller très bien… Peut-être qu’il devrait vraiment désactiver le mode peur pour le moment, Einar songeait que personne était prêt pour ça. Et puis c’était un entrainement digne des Mercenaires du Chaos, de foutre le bordel dans la tête des gens.

Aussi refusa-t-il de se rendre dans le labyrinthe quand ce fut son tour, et il se dirigea vers la salle de commande où se trouvait son Primat. Il craignait un peu Locktar Guidjek parce qu’il parlait pas beaucoup et qu’il s’était fait un peu mal voir pendant son dernier cours, mais il était pas insolent, là, si ?

- M’sieur Guidjek ?

Grand Siffleur, nom secret que lui avaient donné les Teylus pour parler de lui sans être pris, était en train de discuter avec Tolkor, alors Einar attendit patiemment pour pas les déranger. Puis quand son primat lui accorda son attention, Einar redressa le menton et prit la parole :

- Lya est pas très bien, M’sieur, je crois que c’est à cause du Labyrinthe, vous êtes sûr que c’est pas trop dangereux pour nous, votre truc ? Y’a beaucoup de gens qui ont des souvenirs douloureux à cause de la prise de l’Aca et tout, et ça les avance à quoi d’souffrir encore… M’sieur ?
rajouta-t-il dans un grand élan de politesse.

Il doutait pas que Lya allait s’en remettre et tout, mais du peu qu’il la connaissait, elle était tellement forte… A vrai dire il craignait aussi pour lui-même. Il était pas très courageux de nature. Et d’autres n’étaient surement pas aussi forts mentalement que Lya.

- C’est les Mercenaires qui entrent dans la tête des gens et qui donnent vie à leurs peurs pour gagner le contrôle de leur esprit, c’est ce que dit tout le monde. On doit vraiment faire comme eux, M’sieur ?



_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 632
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   Dim 15 Jan 2012 - 18:22

Evidemment, à quoi Locktar aurait-il pu s'attendre venant de Kylian? Qu'il suive les ordres d'Edel et qu'il entre docilement dans le Labyrinthe? Non, bien entendu, tout ça n'était pas son style. Lui, il préférait suivre ses propres règles sans s'occuper des ordres donnés par sa supérieure. Donc, même si le maître d'armes avait eu un maigre espoir de voir le garde obéir à Edel, il ne fut pas étonné de l'entendre dire qu'il refusait l'exercice. Kylian s'éloigna ensuite du Labyrinthe et il s'installa dans l'herbe. Tant pis pour lui, Locktar n'allait pas s'user à tenter de le faire entrer de force dans le labyrinthe. Kylian était un garde et les gardes ne dépendaient pas du maître d'armes. Locktar parlerait du comportement de Kylian à Edel et c'est elle qui choisirait la sanction, étant donné qu'en plus l'ordre d'entrer dans le Labyrinthe venait d'elle et non de Locktar.

La première élève qui se présenta pour une nouvelle session du Labyrinthe fut madame pestouille en personne. Car oui, même si Locktar la voyait pour la première fois, il n'avait pas eu trop de mal à comprendre qu'elle allait rapidement lui donner du fil à retordre. Le maître d'armes s'attendait à entendre rapidement de ses nouvelles, que soit par les gardes ou par ses collègues enseignants. Il espérait juste une chose: que la maison Teylus n'aurait pas trop à en souffrir, même s'il allait être le premier à toucher au sablier noir à cause de la peste. Le maître d'armes retourna donc prendre son poste à l'intérieur de la salle de commande du Labyrinthe afin d'observer l'avancée de ses élèves. Le niveau 3, choisit par la Teylus, était visiblement plus compliqué que le précédent. Les coups pleuvaient rapidement et la gamine n'en esquiva que la moitié, le reste atteignant son corps à divers endroits. Locktar était bien content que la salle de commande permette un aperçu sur l'ensemble du Labyrinthe, car dans un tel édifice, il ne suffisait pas de sortir pour être vainqueur, il fallait aussi se jouer des pièges. Même si la Teylus est sortit du parcours, pour le maître d'armes, elle devra retravailler ce niveau car elle a été touchée beaucoup trop de fois. Si les pièges avaient été des ennemis, elle serait morte avant d'avoir pu sortir.

Cette fois-ci, Locktar ressortit de la salle pour prendre note du niveau choisit par le prochain élève. C'était Lya qui se décida à entrer et elle opta pour le mode peur. Le maître d'armes fut content du choix de la marchombre. Il voulait voir ce mécanisme à l’œuvre. Difficile de s'imaginer qu'un dessin pouvait être si réel qu'il fasse trembler la personne qui entrait. Mais, selon les instructions que Locktar avait lu, le Labyrinthe était composé d'une multitude de sphères graphes qui permettait à Tolkor de réaliser un tel exploit. Le maître d'armes reprit place dans la salle de commande, indiquant par la même occasion au responsable du Labyrinthe que l'élève avait choisit le mode peur. Lya entra et devant les yeux ébahis de Locktar, le Labyrinthe se transforma. Le parcours étroit rempli de pièges disparu pour laisser place à une immense salle, un amphithéâtre selon les premières observations du maître d'armes. C'était d'une réalité déconcertante. On en oubliait l'endroit où on était. Ce n'était plus le Labyrinthe qui était là mais un véritable amphithéâtre. Soudain, une autre personne entra à la suite de Lya. Une personne que Locktar connaissait. Une personne qui n'aurait pas du interférer pendant l'épreuve de Lya et Locktar allait lui dire sur le champ.... Le maître d'armes venait de se retourner et il était tombé nez à nez avec Selhan, alors que Locktar venait de le voir à l'instant dans le Labyrinthe. Immédiatement, l'ancien Corbac comprit. Il s'était fait prendre au piège du Labyrinthe. Selhan devait connaître Lya pour qu'une représentation de lui se trouve aux côtés de la marchombre pendant son mode "peur". Avec un sourire, Locktar se retourna pour observer de nouveau l'épreuve. Le Labyrinthe venait de le piéger en beauté. Le mode "peur" était donc le pire niveau de cet édifice, car même en se trouvant à l'extérieur du Labyrinthe, on oubliait que tout n'était qu'illusion.

Dans l'amphithéâtre, Lya s'effondra, une lame plantée dans le ventre. Puis, rapidement, tout s'évapora autour d'elle. Lame, Selhan, cadavres et amphithéâtre. Le Labyrinthe était de retour et la marchombre venait d'échouer. D'un pas mal assuré, Lya sortit de l'édifice pendant que Locktar retournait prendre des nouvelles sur la suite du cours. Ce fut Hestia qui se présenta pour un Labyrinthe en niveau 3. Tout comme la peste des Teylus peu de temps auparavant, l'Aequor se reçu bon nombre de coups. Son corps allait certainement avoir des marques, mais c'était mieux d'avoir un bleu que de mourir face à un ennemi faute d'entrainement. Après Hestia, ce fut Gareth, le fauconnier, qui opta pour le niveau 3 lui aussi. Locktar se demanda s'il allait de nouveau se transformer pour venir à bout des pièges. Ce fut bel et bien le cas. Un félin remplaça le fauconnier pendant la plus grande partie de l'épreuve. Le maître d'armes allait devoir lui parler tout de même. Il n'était pas là pour entrainer un chat. Surtout que le félin se montrait agile et qu'il échappa à bon nombre de pièges. Si Gareth voulait se perfectionner, il allait devoir oublier les transformations pendant les cours.

- Cet endroit est incroyable, lança Locktar à Tolkor. Je n'aurais jamais imaginé qu'une telle chose puisse un jour exister. C'est comme s'il avait une vie propre, comme s'il n'était pas qu'une machine mais bel et bien un humain ou un animal qui réagissait pour empêcher les élèves de le battre.

- C'est vrai que parfois, je me demande si j'agis vraiment sur lui, ajouta le responsable du Labyrinthe.

- M’sieur Guidjek ?

Locktar ne se retourna pas vers le nouvel arrivant. Il était en discussion avec Tolkor, l'élève devrait attendre.

- Le mode "peur" est exceptionnel, je dois avouer que je croyais véritablement à tous ces mercenaires qui étaient devant nous. Il y a combien de sphères graphes pour arriver à une telle réalité?

- Je ne pourrais le dire. Le trésorier a fait en sorte que personne ne les voit pour ne pas les voler, vu qu'elles valent une fortune. Je crois, sans trop me tromper, que la plus grande majorité du prix du Labyrinthe vient de ses sphères.

- La fortune de Sir Ril'Enflazio doit être s'il se permet d'offrir un tel présent à l'académie.

Le maître se retourna finalement vers l'élève qui l'avait interpellé. C'était Einar.

- Lya est pas très bien, M’sieur, je crois que
c’est à cause du Labyrinthe, vous êtes sûr que c’est pas trop dangereux
pour nous, votre truc ? Y’a beaucoup de gens qui ont des souvenirs
douloureux à cause de la prise de l’Aca et tout, et ça les avance à quoi
d’souffrir encore… M’sieur ?

Il est vrai que Lya était chamboulée quand il l'avait vu sortir mais il avait simplement pensé que c'était le contrecoup de la "mort" qu'elle venait de vivre. Après tout, si la mercenaire n'avait pas été un dessin, la marchombre ne serait plus de ce monde.

- C’est les Mercenaires qui entrent dans la tête
des gens et qui donnent vie à leurs peurs pour gagner le contrôle de
leur esprit, c’est ce que dit tout le monde. On doit vraiment faire
comme eux, M’sieur ?

- Nous ne cherchons pas à contrôler l'esprit des élèves, Einar. Le mode "peur" est là pour entrainer ton esprit. Imagine que quelqu'un ait peur des Raïs, comment ferait-il quand il devrait défendre l'empire face à la menace des guerriers cochons? Faire face à ses peurs est un exercice difficile, le plus difficile que vous aurez dans cet académie, c'est évident. Te mettre face à tes peurs ne fait pas de nous des mercenaires du Chaos. Nous sommes là pour t'entraîner, faire en sorte que tu n'ai plus peur.

Locktar fit signe à Tolkor qu'il allait mettre fin au cours. Si Lya ne se sentait pas bien, il était inutile d'insister pour poursuivre le cours. Chaque élève avait testé le Labyrinthe et c'était le but principal du cours. Le maître d'armes sortit de la salle, précédant Einar et Selhan. La marchombre des Kaelems était en effet seule dans son coin.

- Le cours est terminé, je ne pensais pas que le mode "peur" ferait tant d'effet sur Lya. Vous pouvez retourner à l'académie pour vous réchauffez. Lya, je te conseille de faire un tour à l'infirmerie pour prendre un petit remontant et te reposer un peu.

Le maître d'armes se tourna vers le garde roux.

- Kylian, je ferais part de ton refus d'obéir à Edel, c'est elle qui planifiera ta sanction.



[Fin du rp, mais vous pouvez tous poster votre cloture de rp si vous le désirer ^^]



_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix







Spoiler:
 
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]   



 
[Cours de Combat] Tu entres, tu avances et tu sors. C'est facile voyons ! [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires
-
» Cours de combat à main nue à l'Académie des Voleurs Patentés (seulement pour les VP de 13 à 15 ans)
» Un cours de combat rapproché pour un repentis [PV:Leiko]
» Cours de combat avec les Trois Drôles de Dames
» Un cours de combat pour un blondinet...
» Cours de combat (armes rapprochées) - Groupe 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: L'enceinte de l'Académie :: Le labyrinthe-