Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteNe jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]   Sam 15 Oct 2011 - 18:59

Courant dans la forêt, Ichel contournait les arbres, sautait par dessus les buissons et bosquets, se faufilait par dessous les branches basses, et continuait encore et toujours sa course folle. Oeil-de-Tigre, son aigle, volait haut dans le ciel. L’air était frais pour un début de journée, mais la marchombre appréciait la froide caresse de la brise automnale. Elle s'était levée tôt et comme d'habitude débutait sa journée par sa course quotidienne. Ce jour-là, elle avait décidé d'aller courir aux pieds des montagnes. Là, se trouvait plus d'obstacles, d'air et de solitude. Certes, niveau obstacles, rien ne pouvait égaler la bonne vieille ville d'Al-Poll, sauf que ce jour-là, elle n'avait aucune envie de se frotter à la foule venant pour le marché. Et en plus, la forêt lui permettait de sortir un peu avec son ami l'aigle. Quelques foulées plus tard, elle se stoppa pour souffler un peu. Elle n'était pas réellement fatiguée, mais après déjà une bonne heure de course, il fallait qu'elle souffle un peu avant d'entamer l'ascension de la montagne se dressant devant elle. L'oiseau descendit et se posa près de la kaelem. Tranquille, il la regardait. Elle faillit l’apostropher, mais sentie que quelque chose se trouvait dans les parages.

Elle fit signe à Oeil-de-Tigre de prendre son envol avant de fermer les yeux. Elle concentra toute son attention sur le frémissement qu'elle voulait identifier. La brise, les feuilles et pleins d'autres sons qu'elle ignora. Puis, enfin, elle trouva se qu'elle cherchait. Un bruit de respiration, de plusieurs respirations calmes, toutes en un unique accord. Elle sourit. Ce son lui rappela un jeu qu'elle faisait avec son grand frère lorsqu'ils étaient plus jeunes. Ouvrant ses yeux, elle se mit à ras le sol et tenta de s'approcher de buissons non loin de là. Elle les atteignit enfin et fit un léger trou afin de pouvoir voir un peu mieux. Là, devant elle se dressait toute une horde de siffleurs endormis. Avec son frère, ils faisait un petit concours à l'insu des pauvres bêtes. Celui qui réussissait à toucher avec un gland le siffleur juste entre les deux yeux avait gagné. Et il fallait le voir pour y croire, ce n'était pas aussi facile que ça en avait l'air. Ichel ne put résister. Elle ramassa un gland trainant non loin d'elle, se mit à genou, visa et tira. Le gland atteignit sa cible. Au bon endroit, entre les deux yeux. Elle commença à rire de joie, elle avait finalement réussit du premier coup. Mais les cris du siffleur réveilla tous les autres qui commencèrent à paniquer croyant sans doute avoir à faire à un carnivore. Ils s'élancèrent dans un chaos phénoménal, mais malheureusement, la horde se dirigeait droit sur Ichel ! Sans se poser d'autres questions, elle se leva et commença à battre en retraite. Un siffleur seul était des plus inoffensif, mais elle ne voulait pas parier sur une horde de plus de trente siffleurs en panique.

Elle courait le plus vite qu'elle pouvait afin de fuir la horde, mais celle ci était bien plus rapide que se qu'elle avait cru. Ils se rapprochaient de plus en plus et elle avait déjà couru ce matin. La fatigue commençait alors à poindre tout comme le point à sa hanche. Elle s'apprêtait à monter à un arbre lorsqu'elle heurta de plein fouet une silhouette. Elle avait à peine eu le temps de la voir arriver. Ils roulèrent à terre et avant qu'elle ne réalise qu'elle était droit sur la route des siffleurs, elle put voir le visage de la silhouette. C'était un jeune homme qui devait avoir son âge. Mais que faisait-il ici bon sang, n'avait-il pas entendu le bruit de leur course ? Elle n'avait pas le temps de le lui demander. Les siffleurs étaient là. D'un geste fluide, elle prit le jeune homme entre ses bras et le fit rouler avec elle in-extremis. Ils dévalèrent une légère pente non sans cailloux qui allaient leur laisser quelques bleus en cadeau. Elle le lâcha lorsqu'ils furent en bas. Sur le dos, elle souffla et fit une grimace en sentant une bosse dans son dos. Ignorant la douleur, elle se releva péniblement et regarda l'imbécile qui s'était retrouvé sur sa route.

- T'es inconscient mon pauvre ou t'as pas d'oreilles ? Une horde entière de siffleurs c'est pas tendre !!

Elle lui asséna ces quelques mots pendant qu'elle le détaillait et certains petits détails la frappa. Un seul en fait. Ses cheveux d'un blanc-argent surprenant. Sauf cela, il l'avait mis en rogne. Les sourcils froncés, elle était prête à lui en coller une pour son inconscience de premier choix. Elle se leva en même temps que lui et épousseta ses vêtements. Elle le regarda encore se rendant compte qu'il l'observait sans daigner reprendre son chemin.

- Quoi ? Tu vas rester encore longtemps ici ?






[Tu me dis si ça te convient pas Wink]


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Apprenti Marchombre
Messages : 16
Inscription le : 28/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]   Dim 16 Oct 2011 - 16:09

Silma s’était levé tôt ce matin-là. N’enfilant qu’un pantalon de cuir et une simple chemise blanche, il n’avait pas vraiment réfléchit et s’était évadé de ces espaces clos qu’il n’aimait guère. Il avait un besoin urgent de se défouler et de respirer de l’air frais, et d’être seul. Il s’en était allé en courant, si pressé de rejoindre la nature. Il se dirigea vers les montagnes, pour sa tranquillité et son air frais. Il ralentit l’allure au bout d’un moment, non parce qu’il était essoufflé, mais parce que la vue était magnifique. Il put ainsi remarquer qu’il n’avait même pas pensé à déjeuner. Un verger sauvage plus loin lui tira un sourire. Il se servit quelques pommes et continua son chemin. L’air était frais, comme il l’avait espéré et le chant des oiseaux faisaient ressortir l’aspect sauvage de la forêt. Il était seul, ses cheveux blancs laissés en liberté ondulant au gré de la légère brise. Il croqua dans une pomme, tout allait bien.

Enfin il arriva à un lieu qui lui convint pour s’entraîner. Un arbre mort était couché au sol et d’autres grands arbres se tenaient autours de lui. Mais avant de commencer quoi que ce soit, il s’assit à terre, posa son arc, son carquois et son petit sac à ses côtés et, les yeux fermés, s’appliqua à détendre ses muscles. Inspirer lentement, attendre un peu, expirer lentement, attendre un peu, inspirer lentement ... Il sentait l’air frais entrer et sortir au rythme de ses respirations. Puis il se laissa tomber en arrière et s’allongea au sol afin de mieux sentir chacun de ses muscles se détendre. Il prit plus de temps que d’ordinaire, il se sentait bien, là, seul, aux pieds des grandes montagnes, ainsi il resta allongé quelques temps, les yeux vers le ciel, l’esprit vide de toute pensée.

Silma se releva au bout d’un moment, l’envie de bouger fut plus forte que l’envie de tranquillité. Délaissant son arc et son carquois contre un arbre, il partit d’un autre arbre, compta ses pas en s’éloignant de lui, puis s’arrêta. Il se retourna et mit à sa ceinture les quatre poignards qu’il avait pris. Il lança ses poignards les uns après les autres avec précision. Il alla les récupérer, s’en alla un peu plus loin, et recommença la même chose une bonne douzaine de fois. Alors qu’il allait pour lancer son dernier poignard, son geste ne partit pas. Un bruit sourd l’avait fait stopper son mouvement. Silma ouvra un œil, regarda autour de lui et haussa les épaules. Il referma les yeux, se concentra, leva son bras pour entamer le geste fluide nécessaire pour son lancer ... qui ne partit pas non plus car le bruit se faisait plus fort. Il ouvrit les yeux, remit le poignard à sa ceinture s’avança de quelques pas vers le bruit qu’il ne reconnut pas et regarda la forêt en cherchant la source du vacarme. Qu’est-ce qui pouvait bien faire ce bruit ?

Soudain une jeune fille sortit à toute allure si vite qu’elle le percuta et ils tombèrent à terre. Une jeune fille ne pouvait pas faire tout ce bruit quand même ! Tous les deux au sol, il tourna rapidement la tête vers le bruit qui arrivait : une horde de siffleurs ! Holà ! La fille réagit plus vite que lui, le prenant dans ses bras, elle les fit rouler sur le sol en pente parsemé de cailloux. Arrivés en bas, elle le lâcha. Il aurait sûrement droit à des bleus, il releva la tête vers les siffleurs et regarda la horde passer dans la clairière en poussant des cris apeurés et disparaître parmi les arbres.

- T'es inconscient mon pauvre ou t'as pas d'oreilles ? Une horde entière de siffleurs c'est pas tendre !!

La phrase fusa alors qu’il s’accroupissait en se massant le bras droit où on pouvait voir par le trou laissé en cadeau par les cailloux, le bleu qui commençait déjà à colorer sa peau. Son regard se braqua vers elle, mais il ne dit rien. En fait, il réfléchissait à ce qu’il pouvait lui dire, et la détaillait en même temps. Elle n’était pas trop grande, ses yeux noisette aux sourcils froncés ressortaient de son visage fin couleur sable, encadré par une cascade de cheveux bruns foncés et bouclés. Ils se relevèrent en même temps et époussetèrent leurs vêtements. La chemise de Silma était trouée à certains endroits, notamment dans son dos, mais il ne s’en rendit pas compte. Mais ce dont il se rendit compte, c’est qu’une horde de siffleurs ne prenait pas peur comme cela, il fallait un élément déclencheur. Et s’ils chargeaient dans la direction de la jeune fille, il devait y avoir une raison. Voyant qu’il la regardait toujours sans rien dire et elle reprit sur le même ton :

- Quoi ? Tu vas rester encore longtemps ici ?

Sautant du coq à l'âne, Silma répondit du tac au tac :

- Pourquoi la horde t’as-t-elle chargée ? C’est plutôt tranquille comme bêtes ... si on ne les embête pas, bien sûr.

Il avait posé la question sur un ton curieux en fronçant légèrement les sourcils, et concernant la tranquillité des siffleurs, il l’avait testée, étant petit, en voulant jouer avec ceux, apprivoisés, de son voisin et en été ressortit avec pas mal de bleus. Il avait prononcé la dernière phrase avec un léger sourire qui montrait sa connaissance en la matière.

[Très bien comme début, j'ai juste un peu galéré sur le : qu'est-ce qu'il faisait avant ? ^^]



_______________
Plume d'Argent,
Liberté dans le Vent ...

Rêve ta vie en couleurs,
C'est le Secret du Bonheur ...
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]   Mer 19 Oct 2011 - 21:28

Le sourire de l'inconnu la fit presque rire de mépris. Depuis toujours les gens qui montraient leur connaissance lui tapait sur les nerfs. Ichel était une de ces personnes qui n'étalait pas son savoir, parce qu'elle trouvait cela ridicule et elle n'en avait jamais vu l'intérêt. Et voir que l'homme qui avait failli les mettre dans de beaux draps montrait son savoir, qui n'impressionnait en rien la kaelem, lui donnait encore plus envie de le remettre à sa place. Certes, c'était avant tout sa faute si les siffleurs s'étaient mis à courir, mais il lui avait coupé sa fuite. La colère de la marchombre s'était vite apaisée, car repensant au contexte, c'était plutôt hilarant. Mais à présent qu'il était là, elle allait en profiter pour s'amuser un peu. Elle attacha sommairement ses cheveux bruns en une longue tresse avant de s'avancer vers le jeune homme, un sourire narquois aux lèvres.

- J't'en pose des questions ? Non, eh bien alors !

La mine déconfite de l'inconnu l'amusa. Elle était de bonne humeur et contait le rester pour le reste de la journée. Elle voulait trouver un bon défi à lancer au jeune homme si sûr de ses connaissances, un défi à leur hauteur. Un siffleur à la traine passa non loin d'eux. Une idée fusa dans son esprit et avant que l'animal ne quitte leur champ de vision, elle interpella l'inconnu.

- Eh, t'as l'air de bien t'y connaître en siffleurs. J'te propose alors un défi très simple. On suit celui là jusqu'à se qu'il retrouve la horde et celui qui réussit à dérober une bonne touffe à l'un d'entre eux a gagner le droit de demander tout se qu'il veut à l'autre. Ca devrait te poser aucun problème vu que tu les connais si bien.

Elle lui enjoignit de partir le premier pour s'assurer qu'il ne se défile pas. Il commença à courser le siffleur et la marchombre finit par se retrouver à ses côtés. Elle put mieux l'observer. De stature fine, il laissait transparaître une musculature qui devait donner de bons résultats et lorsqu'elle ralentit un peu sa cadence se plaçant un peu plus derrière lui, elle remarqua un léger détail qu'elle n'avait pas noté jusque là. Un trou béant dans son vêtement, sans doute créer par leur chute sur les cailloux, laissait apparaître un trait noir. Elle ne pouvait pas distinguer tout la forme mystérieuse du trait, mais les mouvements du dos du jeune homme homme faisait bouger son pull d'un endroit à un autre. Ichel pouvait alors deviner à quoi cela ressemblait. La seule chose qu'elle reconnu fut une longue queue et une patte. Un tatouage. Un félin. Etrange.
Elle remonta jusqu'à lui et ils continuèrent à courir en silence derrière le siffleur. Ils passèrent quelques minutes à contourner arbres et buissons, et arrivèrent enfin dans une clairière entourée d'arbres. D'un vert tirant sur l'orange automnal, la horde de siffleur broutait tranquillement, les oreilles en alerte. Normal après leur frayeur causé par la kaelem. Ils se glissèrent derrière deux arbres. Elle le regarda et murmura.

- Ah, au fait, moi c'est Ichel.


Elle fit une pause pour prendre des repères, puis continua sur sa lancée avec un sourire.

- C'est parti !!

Elle sauta souplement dans l'arbre comme une ombre avant de s'élancer vers les siffleurs. D'un oeil curieux elle observa le jeune homme qui paraissait ne pas avoir réellement de difficultés.





_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Apprenti Marchombre
Messages : 16
Inscription le : 28/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]   Dim 23 Oct 2011 - 23:43

Elle rit de mépris face à ce qu’il dit, attacha rapidement ses cheveux bruns en tresse et s’avança, un sourire narquois sur les lèvres.

- J’t’en pose des questions ? Non, eh bien alors !

Silma ne s’attendait pas du tout à cette réponse-là. Il vit dans les yeux de la jeune fille que cela l’amusait mais il n’eut pas le temps de réagir car déjà, elle continuait sur sa lancée :

- Eh, t'as l'air de bien t'y connaître en siffleurs. J'te propose alors un défi très simple. On suit celui-là jusqu'à ce qu'il retrouve la horde et celui qui réussit à dérober une bonne touffe à l'un d'entre eux a gagné le droit de demander tout ce qu'il veut à l'autre. Ca devrait te poser aucun problème vu que tu les connais si bien.

Le jeune homme fronça les sourcils. Pour qui elle se prenait, il ne lui avait rien fait ! C’était pas lui qui s’était fait charger par la horde ! ... Réflexion faite, l’idée-même d’aller se frotter à la horde le tentait bien. Bon après, être certain qu’il réussirait était moins sûr ... Elle lui enjoignit de partir le premier, sûrement pour s’assurer qu’il ne se ravise pas. Il jeta un rapide coup d’œil à ses affaires et ses poignards plantés dans l’arbre, haussa les épaules et se mit à courser le siffleur à la traîne.

D’abord côte à côte, ils n’échangèrent pas un mot, chacun se concentrant sur son objectif. Puis elle se plaça derrière lui, il eut une rapide pensée vers son tatouage, mais se dit qu’il devait arrêter de ne penser qu'à ça. Il lui jeta de temps en temps de légers coups d’œil, s’assurant qu’elle suivait toujours. Il continua sa route. Elle se replaça à ses côtés en silence. Arrivés à la clairière, ils s’arrêtèrent derrière des arbres.

- Ah, au fait, moi c’est Ichel. *légère pause et sourire* C’est parti !!

Elle s’envola dans l’arbre et disparut avant que Silma ne puisse répondre. Il souffla. Bon, bah faut y aller. Il partit silencieusement vers la gauche où quelques siffleurs s’étaient éloignés du groupe. Il tenta sa chance auprès d’un jeune ongulé broutant tout près des arbres. Avançant lentement, il savait que sa chevelure blanche argentée pouvait le trahir. Mais au moment où il lui manquait quelques centimètres pour être à bonne distance pour couper aisément une touffe de poils, le jeune l’aperçut et botta dans sa direction. Silma recula rapidement non sans couper les crins du siffleur, les sabots ne laissant qu’une légère coupure sur la joue. Lorsqu’il baissa les yeux vers sa main, la petite touffe de crins qu’il avait dérobée était bien minable à ses yeux. Il jura et retenta sa chance un peu plus loin.

Une femelle aux crins fournis broutait tranquillement un peu plus loin. Il monta dans un arbre grâce aux branches basses. Arrivé sur une branche située juste au dessus du siffleur, il vérifia les environs et se laissa tomber en arrière, ne se tenant à la branche que par les jambes. Juste derrière la tête de l’animal, il ne pouvait pas être vu. Très rapidement, il saisit une touffe d’une main et coupa à l’aide de son poignard de l’autre. Et avant que l’animal ne réagisse vraiment, il se redressa sur la branche. Collé au tronc de l’arbre et la main bien serrée sur la touffe "empruntée", l’animal ayant levé la tête ne vit personne et regarda nerveusement dans tous les sens. Ne trouvant pas le prédateur, il préféra s’éloigner au trot vers les autres, et ainsi se mettre en sécurité.

Silma descendit de l’arbre et retourna au lieu où Ichel et lui s’étaient séparés. Elle l’attendait déjà et, sans qu’il eut fait de bruit, elle se tourna vers lui lorsqu’il arriva. Silma lui sourit légèrement, un peu gêné qu’elle l’ait entendu arriver.

- Déjà là ? ... T’as ta touffe de poils ?

Elle montra une bonne poignée de poils en même temps que Silma ouvrit sa main. Après un temps d’observation, il grimaça : Ichel en avait récupéré plus que lui. Décidemment, c’était vraiment pas sa journée ... Il s’accroupit à côté d’elle.

- J’crois que c’est toi qui as gagné ... Ichel.

Il lâcha les poils qui se tombèrent au sol. Il souffla, il n’avait même pas retenu ce qu’elle remportait vu qu’elle avait gagné ... Il la regarda et demanda :

- T’as gagné quoi au fait ?



_______________
Plume d'Argent,
Liberté dans le Vent ...

Rêve ta vie en couleurs,
C'est le Secret du Bonheur ...
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]   Mar 25 Oct 2011 - 17:15

D'arbres en arbres, Ichel se faufilait avec souplesse entre les feuillages. Elle avait perdu de vue l'inconnu depuis quelques minutes et commençait à se concentrer sur son objectif principal. Une bonne touffe de poil. Les branches sur lesquelles elle se posait bougeait souvent et faisait partir quelques siffleurs alentours. Elle allait finir par ne pas réussir à en approcher un seul et il allait gagner. Non, elle ne voulait surtout pas passer pour une fille ridicule donnant des défis inutiles. Elle repéra un ongulé poster un peu à l'écart des autres. Elle se rapprocha et tenta une approche douce. Sautant à terre, elle cru qu'il l'avait entendu. Aucune de ses oreilles n'étaient dressées et il paraissait tranquille. Elle s'étala à terre, s'avança vers lui et s'arrêta. Elle prit la pomme qu'elle gardait pour plus tard. Cela ne lui coutait rien de la donner au siffleur, elle ira en chercher une autre dans les cuisines lorsqu'elle reviendrait à l'Académie. Il était vrai qu'elle avait un peu faim, mais tant pis. Elle sacrifiait la magnifique pomme vert brillant se trouvant dans sa poche. Elle la tendit à l'ongulé sifflotant afin d'attirer son attention. Il se retourna et ne parut pas voir immédiatement le fruit juteux. Après quelques tours de tête, il le repéra enfin. La marchombre ne pouvait plus de tenir la pomme à cette hauteur. L'animal s'approcha toutefois. Enfin. Il tendit sa tête et se mit à hauteur de sa proie fruitée. Ouvrant sa gueule emplies de quelques petites dents parfaites pour un herbivore de sa trempe, il croqua presque la moitié de la pomme. Ichel tendit sa main en douceur, l'approcha de la fourrure et arriva enfin à toucher la bête. Malheureusement pour elle, le siffleur s'enfuit dès qu'il sentit le poids nouveau sur son flanc. Un cri d’impatience failli sortir de la gorge de la jeune fille. Frustrée de sa défaite, elle reparti dans les arbres.

Elle se stoppa alors sur une branche se trouvant en plein centre de la clairière. La pomme qu'elle tenait toujours dans sa main était recouverte d'une substance visqueuse que la marchombre n'avait pas de peine à reconnaître. De la bonne vieille bave de siffleur. Elle fit une grimace et essuya le fruit sur son pantalon de toile avant de croquer dedans. Pas trop mal une fois lavée sommairement. Elle regarda aux alentours et repéra le jeune homme. Il paraissait bien s'en sortir par rapport à elle. Elle fronça les sourcils de dégout. Elle avait beau suivre des cours avec un marchombre de renommée, elle n'utilisait pas les leçons qu'elle retirait de ses journées passées avec lui. Elle ferma alors ses yeux tout en calmant sa respiration. Il fallait qu'elle se recentre, qu'elle libère son esprit de toutes autres pensées. *Le vide n'est pas un ennemi, il est là pour te pousser. Fait en un allié.* La première leçon de son maître lui revint en mémoire tel un éclair traversant le ciel nocturne. Un sourire naquit sur ses lèvres avant qu'elle n'ouvre les yeux. Regardant aux alentours, elle évaluait le vide qui s'étendait autour d'elle. Elle repéra un groupe de siffleur broutant sous un grand nombre d'arbres. Des branches, un chemin, des distances faisables, le vide.
Elle s'élança.
Montant plus haut dans son arbre, elle se stabilisa et commença la route qu'elle avait jaugé avec précaution. Un saut vers une branche, puis une autre. Une roulade, puis prenant le tronc d'une main, un demi tour. Un demi saut, puis elle fondit sur une branche un peu plus basse. Atterrissant sur un hêtre après avoir jouer avec deux branches fragiles. Elle jouait avec le vide avec un sourire intense. Une leçon qu'elle n'était pas prête d'oublier. Elle continua sa course dans les airs jusqu'au groupe de siffleurs. Elle passa au dessus d'eux prenant au passage une bonne grosse touffe de poils sans que l'ongulé ne s'en rende réellement compte. Il leva à peine la tête. Sourire de satisfaction. De bonheur. Puis elle finit enfin son voyage dans l'arbre vers lequel elle avait quitté l'inconnu. Elle fut étonnée de ne pas le voir avant elle. Elle descendit alors et l'attendit patiemment. Il ne tarda pas à arriver et elle se retourna pour l'accueillir.

Il parut impressionné de la voir déjà là et un peu déçu lorsqu'il vit qu'elle avait amassé plus de poil que lui. Cela s'était joué à quelques poils. Il avait apparemment oublié le gain du gagnant. Certes, loin de là extraordinaire. Elle lui sourit et lâcha à son tour les poils mal odorants.

- Je peux te demander tout se que je veux.

Elle-même n'appréciait pas qu'on l'oblige à dévoiler quelque chose de personnel, elle n'aimait pas devoir parler sans le vouloir. Pourtant, elle voulait savoir qui il était. Que venait-il faire ici, dans les environs d'Al-Poll ? Habitait-il ici, venait-il pour la ville ou bien pour la célèbre Académie de Merwyn ? Que faisait-il ? Avait-il vu beaucoup de paysage ? Etait-il allé jusqu'aux îles Alines ou encore jusque dans les Royaumes Faëls ?

- Je voudrais seulement savoir ton prénom.

Un autre sourire. Elle attendit la réponse, puis étant assise, elle étendit ses jambes. Elle ne put toutefois s'empêcher de lui poser une deuxième question. Il pouvait répondre s'il le souhaitait, mais elle ne s'en offusquerait pas s'il ne voudrait pas.

- Sinon, tu viens d'où comme ça ?




_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Apprenti Marchombre
Messages : 16
Inscription le : 28/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]   Sam 5 Nov 2011 - 18:14

La touffe de poils se posa au sol et souleva une odeur qui fit plisser les yeux de Silma.

- Je peux te demander tout ce que je veux.

A l’annonce du gain, Silma ferma les yeux et soupira, ses épaules s’affaissèrent un peu. Pourquoi n’avait-il pas écouté le gain avant de se jeter sur le défi ? Lorsqu’il rouvrit les yeux, il souhaita qu’elle ne lui pose pas de questions auxquelles lui-même ne connaissais pas la réponse ... Mais des questions sans réponses, il n’en avait pas qu’une ou deux, il en avait une bonne poignée !!

- Je voudrais seulement savoir ton prénom.

Il la regarda dans les yeux, "seulement savoir" ? Ainsi elle ne voulait poser qu’une question, alors qu’elle aurait put lui faire cracher toute son histoire sans aucune gêne. Ce n’était donc pas une personne insensible aux autres, elle comprenait le malaise à dévoiler son passé à une personne qui nous est inconnue. Il commençait à apprécier cette fille, pourtant espiègle. Elle lui sourit, il le lui rendit.

- Silma. Silma Sil' Míriel, répondit-il en s’asseyant dos à un arbre.

- Sinon, tu viens d’où comme ça ?

Une deuxième question ? Silma sourit, elle était curieuse. D’un côté, ce n’était pas plus mal, cela entretenait la conversation.

- D’une grande ferme horticole. Pas loin du Lac Chen. C’est ma mère qui la dirige.

Son regard se perdit au loin entre les arbres. Puis revint vers ses mains.

- ... Je devais être le prochain maître horticulteur.

Il fit une légère pause, puis continua en riant :

- Mais je ne suis pas aussi fou de fleurs que ma famille. C’était pas mon truc. Ma sœur est mieux calée que moi sur ce domaine.

Son regard revint vers Ichel.

- Et toi ? Enfin, si j’ai le droit de te poser des questions.



_______________
Plume d'Argent,
Liberté dans le Vent ...

Rêve ta vie en couleurs,
C'est le Secret du Bonheur ...
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]   Dim 11 Déc 2011 - 18:58

[ aaaaaaaah !! Excuse-moi du retard impardonnable, je suis trooop nulle --' je me rattraperais pour le prochain post =D ]


Ichel cueillit une fleur d’un rouge feu incroyable et l’observant avec ardeur, ses yeux se mirent à briller d’admiration pour cet être minuscule. Comment une fleur aussi petite pouvait être aussi courageuse ? L’automne venait d’être entamé, les arbres perdaient leurs feuilles, le ciel enfilait sa robe grise, les oiseaux migraient vers de plus chaudes contrées, les ours élastiques se trouvaient une cachette pour hiberner, les fleurs disparaissaient petit à petit, mais pas elle. Pas cette petite fleur. Elle était toujours là, resplendissante de beauté, de joie et de fraîcheur. Cette toute petite fleur était plus résistante que n’importe qui. Ichel admirait sa ténacité.
Silma Sil’Miriel, fils d’horticulteurs. Il connaissait peut-être le nom de cette fleur. Il n’aimait pas autant les fleurs que sa famille, mais alors que venait-il faire ici ? Pas du commerce, elle en était sûre.
Il lui posa la même question en retour. S’il avait le droit de lui poser des questions ? En plus d’être maladroit, il était idiot. Incroyable ! Il était maître de lui-même non ? La jeune marchombre ne le connaissait pas, mais elle savait que tout le monde possédait le droit de poser des questions de toutes sortes, même idiotes. Et tout le monde le savait ; il n’existe pas de question idiote, seulement des réponses idiotes. Il pouvait demander tout se qu’il voulait bon sang, même sans un pari stupide. Sans elles, comment vivre, elles sont le fonctionnement même de l’être humain. Sans questions, pas d’être humain, pas de conscience, pas d’âme. Rien.
Elle allait tout de même jouer le jeu même si répondre à cette question ne l’attirait pas réellement.

- Je viens aussi des horizons du lac Chen, mais je suis plus du côté des montagnes de l’est. J’habitais une maison isolée avec ma famille.

Elle disait la vérité, à quelques détails près. Non, c’était la vérité, mais elle taisait quelques points en particuliers. Elle n’aimait pas parler d’elle. Et encore moins de cette part d’elle. Elle préférait parler armes, batailles, villes ou même s’il le fallait vêtements, se qu’elle évitait aussi car elle n’était pas réellement attirée par cela. Mais pas de cette partie de sa vie, elle était trop douloureuse. Elle avait tout perdu dans cette maison, dans cette ville. Tout.

La kaelem se leva, s’étira langoureusement avant de se retourner face à Silma. La fleur toujours dans la main, elle fit une révérence.

- Voudriez-vous bien m’accorder cette marche ? Des fourmis se sont invitées dans mes jambes voyant notre témérité à rester ainsi assis.

Son espièglerie reprenait le dessus et un sourire naquit sur ses lèvres. Sans se demander s’il allait la suivre, une seconde fois, elle commença sa promenade vers une direction qu’elle pensait être celle de l’Académie. Les mains derrière la tête, elle regardait le ciel caché par les branches des arbres. Une présence se fit sentir. Il l’avait donc suivie. Elle commençait à apprécier le maladroit qui l’avait bousculé et sans se l’avouer, elle aurait bien aimé qu’il soit élève à l’Académie, dans une autre maison si possible, ça lui ferait une nouvelle raison de faire sa trouble fête. Pas qu’elle soit la pire, loin de là, mais elle était bien dans son genre. Il fallait dire aussi que les kaelems avaient leur lot de cas désespérés, au contraire des aequor plutôt discrets et des teylus bien ancrés dans les règles de l’établissement. Au moins ils mettaient un peu de piment dans l’assiette de riz qu’était l’Académie.

- Dis-moi, Silma, t’es un peu jeune pour travailler à Al-Poll, j’en conclu que tu viens ici pour l’Académie de Merwyn ?

Encore une question.




_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]   



 
Ne jamais réveiller le siffleur qui dors. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Ne jamais réveiller un Démon qui dors [PV : FluffyJam] [RP Fini]
» Ne jamais réveiller le dragon qui dort (Aoyuki)
» Na jamais réveiller une jument endormis !! {Pv, Black Beauty}
» On ne sait jamais sur qui on peut tomber [Liam][Terminé]
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: Les alentours de l'Académie :: Le parc-