Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteOrange Sélassié [Marchombre - Aequor]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Orange Sélassié [Marchombre - Aequor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprenti Marchombre
Messages : 1
Inscription le : 24/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Orange Sélassié [Marchombre - Aequor]   Mer 24 Aoû 2011 - 19:50



SÉLASSIÉ, ORANGE
Lutin, 19 ans et des branches, apprenti marchombre.

Description physique et mentale

- Description physique -

Plus peau de pêche que peau d'orange, le lutin n'explique en rien son nom par sa morphologie. Il n'y a a peu près rien d'orange sur cet animal. Les joues rose, les cheveux terre, les cils noirs, les cernes violettes ; un œil marron, l'autre vert ; le nez et les oreilles rouges quand il fait froid. Mais point de tache d'orange dans ce portrait, ou en tout cas rien qui puisse se voir de l'extérieur. Mais orange ou non, un lutin reste un lutin, et en bon lutin qu'il est, Orange est petit – du moins n'est-il pas grand. Il ne dépasse pas le mètre soixante-dix, le tout pour pas plus d'une cinquantaine de kilos. Fluet. Il suffirait d'une brise pour qu'il s'envole et monte jusqu'aux étoiles, ou presque. Taillé pour la fuite et l'esquive, nulle chaîne ne saurait retenir ses poignets si graciles qu'aucun bracelet n'y tient. Androgyne, Orange est un lutin plus joli que beau, et beaucoup seraient tentés de dire plus jolie que belle. Ses sourcils effilés, ses lèvres minces, son cou allongé et son manque cruel de pilosité l’efféminent à en tromper sur son genre. Le nez piquant, les pommettes hautes, le visage bâti en triangle, le bout des oreilles très légèrement pointu et le teint basané, on pourrait lui soupçonner des origines faëlles, sans pouvoir hélas les prouver.

Depuis semble-t-il toujours, Orange cache son corps d'enfant, invariablement droit et dénué de formes masculines ou féminines, sous d'amples tuniques sobres égayées de châles au couleurs chaudes. On peut cependant deviner sous ses jupons des jambes filiformes qui lui sont proportionnellement longues, légèrement arquées, attachées à des pieds plats par des chevilles osseuses et frêles. A dix-neuf ans, on lui en donnerait quinze. Amoureux des arbres, Orange a le lobe de l'oreille gauche percé d'une pointe de bois de taille respectable et arbore quantité de colliers aux perles taillées aussi bien dans le chêne que dans le hêtre. Il se sert la plupart du temps d'un de ses foulards comme bandeau pour éviter à sa vue d'être envahie par les mèches taquines de sa chevelure foisonnante.

Ainsi ira-t-il, ombre lutine asexuée, la tête droite et le nez au vent, accompagné de sa besace de toile et de son absence de souliers.

- Description du caractère -

Orange est l'allégorie lutine de la candeur. Il connaît la chanson, il sait que les méchants existent, il y en a toujours un dans les histoires, mais leur existence se borne à être, et à être loin. Jamais ne lui viendrait l'idée que derrière ce blanc sourire se cache une rangée de dents acérées prêtes à cisailler sa chair. Il vend sa confiance pour un bout de pain, pour une pomme partagée, et si quelqu'un vient à le trahir, il trouve sans cesse une excuse à ses actes. Convaincu de la bonté de l'être humain, il donne de sa personne à tous ceux qui croisent son chemin, quels qu'ils soient, hommes ou femmes, jeunes ou vieux, tristes ou heureux, sans jamais rien demander en retour. Une bonté d'or d'une naïveté innocente qui a tôt fait d'être manipulée par de mauvaises mains et qui pourrait facilement causer sa perte et – dans le pire des cas et à son insu – celle de ceux qui lui sont réellement chers.

Mais il ne s'en préoccupe pas, il n'y songe pas. Orange est Insouciance, et par là il est Joie. Il chante la vie, et si la vie le trahit, il lui rit au nez. Parce qu'aussi longtemps qu'il rira, il sera vainqueur. Tout est éphémère, et tout mérite qu'on s'y attarde ; Joie est comme une rafale qui l'emporte loin, Insouciance a peu d'attaches. Et Orange est ce tourbillon d'énergie qui redonne le sourire à ceux qui l'ont perdu, ou qui du moins essaye avec ses propres moyens.

Éternel curieux, Orange avale le monde, toujours plus avide de nouveaux horizons, de nouvelles personnes, de nouveaux concepts. Un rien le fascine ; ayez un brin d'éloquence et vous saurez vous faire passer pour un Dieu. Un temps. Et il ira voir ailleurs, infidèle à la soif intarissable. C'est ainsi que tout en étant exceptionnellement généreux, Orange est en même temps égoïste, laissant derrière lui ce dont il s'est imprégné pour découvrir un ailleurs.

- Principale(s) qualité(s) -
Intrépide, généreux.

- Principal(s) défaut(s) -
Catastrophiquement naïf.

- Particularité(s) -
A dix-neuf ans, Orange n'a pas fait son complexe d'Oedipe, sait que les enfants ne naissent pas dans les enjôleuses d'Hulm, mais n'a encore jamais éprouvé d'attirance pour quiconque. Il est donc aussi chaste et pur que le siffleur qui vient de naître et l'une de ses plus grandes peur est de voir quelqu'un tomber amoureux de lui. A part ça il parle aux plantes.

- Capacité(s) -

[Mode vente : ON] Ménestrel, troubadour, bouffon du roi, Orange est musicien, chanteur et acrobate. Il est à l'aise avec l'ocarina et la mandoline, mais l'arme qu'il manie le mieux reste la flûte à bec. Fier de ses trois octaves, il a une voix proprement angélique qui pourra bercer vos nuits comme vous faire rêver éveillé. Jongleur exceptionnel, il sait aussi marcher sur les mains ou sur un fil – pas encore les deux en même temps mais ça viendra – et son incroyable souplesse fait de lui un contorsionniste hors pair. Bref, c'est celui qu'il vous faut pour animer vos soirées mondaines. [Mode vente : OFF]

A part ça il ne sert à rien. Il ne sait pas écrire, pas même lire, il est incollable en contes mais ne connaît rien à l'Histoire de Gwendalavir – à part Merwyn, l'invasion Ts'liche, tout ça – et par-dessus tout, étant non-violent, il ne sait absolument pas se servir d'une arme – une vraie, hein, pas une flûte. Mais ! C'est un fin connaisseur de la flore alavirienne. Bref, le précurseur du mouvement hippie.

Vécu et situation sociale

- Situation familiale -


Difficile de dire que Talli Minas était la mère d'Orange, puisqu'elle expira quelques secondes avant qu'il naisse. En considérant qu'une femme enceinte se dit la plupart du temps « future maman », on peut supposer qu'elle est mère à partir du moment où son enfant est né. Dans ce cas de figure, il semblerait que Talli soit morte avant de pouvoir prétendre à ce titre. Orange n'a donc pas de mère. C'est elle cependant qui lui donna son nom et ses yeux vairons. On suppose que le patronyme d'Orange lui apparut lors de son délire. Orange eut cependant un père et même un frère, de huit ans son aîné. Ils doivent être ensembles en Enfer, à présent.

- Situation sociale -

Vagabond, chien errant, vendeur de rêve et de bibelots en bois. Étant très peu attaché aux valeurs matérielles, il vit avec le strict minimum et gagne son pain en se faisant louer par des nobles ou en se donnant en spectacle sur les places. Il s'est fait un petit nom dans les rues d'Al-Vor grâce à Seth et a été dans les bonnes grâces d'une noble d'Al-Jeit, mais sa notoriété s'arrête là. Depuis qu'il a quitté Al-Far, il ne s'est jamais sédentarisé.

- Histoire -

L'histoire d'Orange débute par une sombre tragédie familiale. Orange ne fut pas le fruit d'une union amoureuse, en fait il n'était pas désiré. Et si ses parents s'étaient aimés huit ans plus tôt pour la naissance de son aîné, cela faisait déjà quelque temps que Talli n'éprouvait plus que du dégoût pour son époux. Pour cause, il prenait plus soin de sa bouteille que de sa famille ; lunatique de base, la misère dans laquelle ils vivaient depuis l'incendie qui avait ravagé leur foyer trois ans plus tôt l'avait fait sombrer dans la dépression puis l'alcool, en faisant un père et un mari violent. Affaiblie par les mauvais traitements, Talli ne survécut pas à son deuxième accouchement. A quoi bon.

Presque malheureusement, Devon, derrière ses coups, aimait sa femme, et ne comprenait pas, ne voulait pas comprendre qu'il l'avait détruite. Son malheur, plutôt que de lui ouvrir les yeux, lui fit transporter sa peine sur cet enfant indésirable qui venait de lui ôter l'amour de sa vie et avait l'audace d'en porter les asymétriques iris. C'est ainsi qu'Orange naquit, dans les bras d'un père malheureux qui l'avait haï avant même sa naissance.

Si Orange survécut à ses premières années, c'est sans aucun doute grâce à son frère, Miraj, qui s'occupa de lui comme il pouvait, le nourrissant quand son père l'oubliait et lui apprenant tant bien que mal à parler et marcher. Plus tard, c'est lui également qui fit en sorte de prendre les coups à sa place en prenant sa défense, voyant en Orange la mère qu'il n'avait pas su protéger. A 14 ans, Miraj dut travailler pour subvenir aux besoins de la famille. Orange, laissé seul avec son père, apprit à s'échapper lorsque la situation devenait trop critique et fit connaissance avec la rue les nuits où il valait mieux ne pas rentrer. C'est avec un vieillard qu'il apprit à jouer de la flûte et à jongler, passant ses journées à siffler des airs et à faire voler des balles colorées sur les trottoirs sales d'Al-Far, dans l'espoir de gagner quelques pièces qui enlèveraient une petite charge du dos de son frère. Le matin de ses huit ans, alors qu'il rentrait après une nuit passée dehors, il découvrit le cadavre de son père dans la cuisine, lacéré de toutes parts, défiguré, un couteau à viande encore planté dans la poitrine ; et à côté son frère, assis sur une chaise, les mains pleines de sang, le visage serein. Miraj alla se dénoncer aux autorités le jour-même et fut immédiatement emmené à la prison d'Al-Far, malgré les cris et les pleurs d'Orange. Il refusa toute visite. Orange apprit après une semaine qu'il s'était suicidé.

A huit ans, Orange venait de perdre toutes ses attaches en un temps record. Le choc de la mort de Miraj ne dura cependant pas. Il avait fait l'impasse sur sa propre vie pour permettre à la sienne de s'épanouir, et se lamenter sur sa triste fin ne lui faisais pas honneur. Orange abandonna la maison quelques jours après l’événement, fit ses adieux au vieillard des rues et quitta Al-Far avec un convoi d'Itinérants.

C'est là qu'il rencontra Seth Neelan ; vingt-et-un ans, la fougue de la jeunesse et le cœur sur la main. Une rencontre faite à la plonge, après le premier repas, quatre mains noyées de vaisselles et une fausse flemme trahie par un grand  sourire. Seth tomba immédiatement sous le charme du petit, quelque chose qui ressemblait à un coup de foudre affectif. Au bout de leur destination, aucun d'eux ne voulait retourner à Al-Far, et c'est ensembles qu'ils quittèrent le convoi dans un village près d'Al-Vor, décidés à s'installer dans la ville. Ici commença une nouvelle vie qui dura sept ans, histoire de deux associés, l'un cracheur de feu et l'autre jongleur à la voix d'ange. Orange ne considéra jamais Seth comme son frère, et réciproquement ; mais au bout du compte, le grand était beaucoup plus attaché au petit que l'inverse. Quand Orange eut quinze ans, il ressentit le besoin de changer d'air.

Après avoir entendu parler d'Al-Jeit pendant sept ans, il décida que la capitale serait sa prochaine destination ; quelques semaines à travailler comme homme à tout faire dans une auberge et il eut assez d'économies pour le grand départ. Il s'arrangea pour profiter d'un convoi marchand, moyennant ses services et quelques pièces, et en quelques jours, l'incroyable cité lui ouvrait ses portes scintillantes. Orange, comme tout le monde, trouva la ville fantastique les premiers jours. Et après la surprise passée, il se rendit compte qu'il n'y faisait pas mieux vivre qu'ailleurs. C'était une règle qui ne comptait que pour ceux qui avaient les moyens, il le comprenait seulement. C'est au service de ces gens fortunés qu'il commença à travailler, animant des petites soirées nobles grâce à ses multiples talents. Se succédèrent des amitiés plus ou moins superficielles avec des enfants de nobles et des rues.

Ses dix-sept ans et quelques économies en poche, il prit ses instruments, des vivres et partit sur les routes. Force est de constater qu'Orange fut un garçon chanceux. Mille fois depuis sa naissance il aurait pu mourir, mais toujours il s'en sortait. Ces deux ans en solitaire furent paradoxalement celles où il rencontra véritablement le plus de gens. Tous différents, tous ayant quelque chose à lui apporter, et tous qu'il avait aidé comme il le pouvait. On lui parla de l'Académie de Merwyn assez tôt, mais il ne s'y intéressa d'abord que peu, n'ayant pas le don. Ce n'est que lorsqu'il rencontra une jeune marchombre qui y avait suivi sa formation que la chose se mit à prendre forme dans son avenir. L'aventure avait l'air séduisante. Et Al-Poll était la seule ville en Al-Chose grande ville avec Al-Chen qu'il n'avait pas encore goûtée.

Bref, voilà pourquoi vous vous retrouvez avec ce rejeton orphelin incompétent dans les pattes. C'est pas de ma faute, il est né dans un environnement complètement pourri et il trouve encore moyen de sourire, vous voyez bien que je suis impuissant.

RPG
Citation :


Al-Poll ! Al-Poll Passion … Al-Poll la fête ! Al-Poll chanson, Al-Poll émotion. Ah mais aussi Al-Poll boulot. Al-Poll métro. Al-Poll du luxe, Al-Poll misère. Al-Poll canaille. Oui, Al-Poll à travers ses milles visages … Al-Poll, mais qui es-tu ?

Orange était arrivé depuis trois jours à la ville et ne se lassait toujours pas d'arpenter les rues en long et en large pour s'en imprégner. Odeurs, sons, couleurs, il absorbait tout ce qui l'entourait, les sens en ébullition, marchant lentement et les yeux grand ouverts pour ne rien rater. Cependant, depuis son arrivée, l'appel sourd de l'Académie croissait avec le temps et en était devenu encore plus fort que celui des rues, promesse de nouveauté et de surprises. Orange n'avait jamais étudié. La seule personne qu'il avait connu dont il aurait pu rapporter l'image à celle d'un professeur était le vieillard d'Al-Far, et il doutait fort que les enseignants de l'Académie lui soient seulement comparables. Serait-il accepté ? Vêtu comme un crève-la-faim, avec juste assez de pièces pour vivre un jour de plus, il était loin du portrait qu'il se faisait de l'élève moyen. Et puis cette fille qu'il avait croisée il y avait quelque mois avait dix-huit ans et avait terminé sa formation. A dix-neuf ans passés, pouvait-il encore espérer bénéficier d'un enseignement ? Serait-il le pire élève que professeur ait jamais connu ? Sur le chemin, il se posait multitude de question qui lui passaient finalement par-dessus la tête pour se perdre ailleurs. Les réponses lui importaient peu. Il les trouverait une fois arrivé. Et s'il n'était pas accepté, peut-être qu'il partirait, ou peut-être qu'il demanderait un poste. Il était loin d'avoir terminé son tour de monde et la liste des endroits où il devait repasser était longue. Al-Far, tout d'abord. Il doutait que le vieillard soit toujours en vie, mais il souhaitait en avoir le cœur net. Il craignait en revanche de revoir Seth, et ne comptait pas retourner à Al-Vor avant un petit moment. Même après quatre ans, il avait peur de le connaître trop. Il devait prendre un an ou deux pour découvrir Al-Chen, repasser voir quelques visages à Al-Jeit, et puis peut-être ensuite essayer de se rendre en pays Faël. Illuin était l'une des destination qui l'avait souvent fait rêver, mais il savait pertinemment qu'il avait dans l'état actuel des choses environ une chance sur cent de sortir vivant de la forêt de Baraïl et préférait tenter l'aventure plus tard. Il lui restait encore trop de choses à voir, à goûter et à sentir avant de servir de repas à une quelconque bête. Mais là n'était pas encore la question. L'Académie ne l'avait pas encore refusé, et les choses pouvaient encore changer du tout au tout. S'il avait bien compris, la formation de marchombre se déroulait en trois ans. Trois ans à la charge d'un maître pour ensuite être plus indépendant que jamais.

Ces divagations firent passer le temps et le chemin bien plus vite qu'il ne l'aurait cru, et il se rendit brusquement compte qu'il était arrivé. L'Académie de Merwyn se dressait devant lui, imposante et majestueuse, ses murs de pierre marqués par l'histoire. Orange passa de l'extérieur à l'enceinte et de l'enceinte à l'intérieur sans rencontrer personne, ce à quoi il ne fit pas réellement attention, fit quelque pas dans le couloir, trouva une porte avec une pancarte dessus qui semblait indiquer un nom, ou un titre, ou quelque chose en tout cas qui indiquerait la présence d'une personne derrière, et son instinct de futur marchombre de la mort lui dit d'entrer.

Inconscient d'avoir eu de la chance de ne pas être tombé sur une scène que personne n'aurait voulu voir – c'est ce qui arrive quand on oublie de frapper avant d'entrer dans un endroit inconnu –, il eut la délicatesse de s'annoncer.

« Bonjour, je suis Orange, j'aimerais m'inscrire ici, vous sauriez où l'ont peut faire sa demande ? »

Autres

- Comment avez vous connus ce site ?
Par vagabondage excessif.

- Autre chose à nous dire ?
J'ai une sœur d'âme alcoolique. D'ailleurs, si on pouvait m'attribuer la même adresse e-mail, ça me permettrait d'être tout à fait en règle avec les clauses du contrat d'inscription. o/


avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 548
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 76


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Orange Sélassié [Marchombre - Aequor]   Mer 24 Aoû 2011 - 20:47

L'Académie de Merwyn se dressait devant lui, imposante et majestueuse, ses murs de pierre marqués par l'Histoire. Certains jours, Jehan aurait aimé révéler au monde toute l'étendue de son omniscience, sans risquer de bouleverser les équilibres sublunaires. Imposante et majestueuse, quoi, et puis l'Histoire, celle avec un grand H, peut-être ajouté dans le feu de l'action, mais là n'est point la question. Rien que pour ça, il était tout à fait d'humeur à recevoir comme il se devait l'humble élève ému, ivre de savoir, aux pupilles ourlées de naïveté, telle la rosée du matin sur l'échancrure d'une feuille, l'âme pure, forte de sa jeunesse, à la peau de bébé, qui avait pensé avec tant de justesse ces paroles ailées. L'Académie de Merwyn. Elle était un peu son oeuvre. A lui. A tous les Jehan qui sommeillaient en lui, et leurs ramifications, à tout ce passé et ces avenir latents. Oh, il aurait pu continuer sur ce couplet, le décliner en vers, en raï ou roturier -il entonnait déjà un chapitre intitulé Comment-Il-vint-au-monde- mais le devoir prévalut. Inconscient d'avoir eu de la chance de ne pas être surpris en une scène que personne n'aurait voulu voir, l'Intendant cligna des yeux, l'air passablement stupide. Détailla le nouveau venu des ongles à l'oreille. Se jeta à pieds joints dans le piège.

- Mais.. Je veux dire.. Vous n'avez rien de..

Orange, il en doutait, mais gris ou noir eut expliqué bien des choses. Etait-ce un petit plaisantin, ignorant à qui il avait à faire ? Le regard jehanique (l'adjectif correspondant ne peut plus se satisfaire du -ien lorsque celui qu'il sert se teinte l'ésotérisme) se fit perçant, traversa les dimensions. Eh bien, le verdict était clair. Même sans traiter d'alcoolisme, Il avait raison -comme toujours.

- Je regrette, vous vous exprimez en . Enfin, si vous parliez de votre peau, cela relève du daltonisme, sans doute. Peut-êtrelaraisondecesyeuxfoisdeuxmaispaspareils. Si vous évoquiez autre chose, et bien, je ne parle pas votre langage de délinquant.

Jehan, mon ami ! Un peu moins de froideur. Ce pauvre enfant vient de loin, il doit être fatigué, seul et perdu. Propose-lui donc une sieste dans tes appartements.. Et puis, il a émis des pensées élogieuses sur tavi toneuvr, tout à l'heure, souviens-t'en.

- Certes, certes. Jeune trublion, c'est votre jour de chance. Vous êtes le 999 999 ème visiteur, et vous venez de gagner une place à Aequor, la maison de la mer et des moules-frites. De plus, cet ingénieux stratagème me permet d'amuser la galerie, car: petiun, une orange n'est pas bleue, or, je vous envoie chez les bleus, et non chez les oranges. Petideu, vous vous qualifiez vous-même ou presque de lutin, or, Aequor y gagne (korrigan, pour les niaiseux du fond).

Sur ces bonnes paroles, Jehan indiqua la pancarte "N'oubliez pas de fermer d'éteindre la lumière en sortant" et s'en retourna vers de nouvelles aventures, ignorant qu'il venait d'introduire un saltimbanque en ses murs.


_______________
Jehan Hil' Jildwin, Intendant de l'Académie de Merwyn, personnalité multiple et indivisible.
 
Orange Sélassié [Marchombre - Aequor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Haïti : 26 enfants morts de malnutrition à Baie d’orange
» Petit job, grosse galére [Orange Town, Rang D, Civil, Livraison]
» Vodka orange && Jimmy Choo. {Eden <3 }
» Nerf Orange!!
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Arrivée à l'Académie :: Présentations - Répartitions :: Présentations terminées-