Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteDeuil [Inachevé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Deuil [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 300
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Deuil [Inachevé]   Mar 3 Mai 2011 - 13:47

Ils étaient partis rapidement. Juste le temps de faire leurs bagages et ils avaient pris la direction d'Al-Poll afin d'acheter un cheval. C'était bien une des seuls choses que le trésorier ne possédait pas encore: un destrier. L'ancien mercenaire avait donc fait l'acquisition d'un canasson endurant et de quelques vivres pour le voyage. Varsgorn était capable de chasser, mais il n'excellait pas dans cet art, il fallait mieux prévoir si jamais il n'arrivait pas à obtenir du gibier. Ensuite, ils étaient partit pour Al-Jeit. L'académie était en pleine reconstruction, les cours n'étaient plus vraiment dispensés afin que les élèves puissent aider. L'absence d'Enelye ne se ferait donc pas trop remarquer par sa professeur, surtout que Varsgorn lui avait laissé une missive afin de la prévenir. Pour le poste de trésorier, Jehan Hil'Jidwin devrait se débrouiller seul. L'ancien mercenaire ne voulait surtout pas que le deuil de son apprentie soit ralentit à cause d'une stupidité. Car oui, son poste au sein de l'académie était une petite stupidité pour Varsgorn. L'ancien mercenaire avait de l'argent, beaucoup d'argent. Il n'avait pas besoin de travailler pour subvenir à ses besoins. C'était donc un service qu'il rendait en s'occupant des comptes de l'académie. Alors si Jehan n'était pas content de son absence, il n'avait qu'à le renvoyer, ça ne poserait aucun problème au trésorier.

Le voyage vers Al-Jeit avait été plutot silencieux. Enelye n'avait apparemment pas eu l'envie de discuter avec son maître et Varsgorn ne voulait pas rompre de force son silence. S'étant très peu arrêté, les deux voyageurs arrivèrent rapidement en vue de la capitale du Gwendalavir. L'ancien mercenaire était déjà venu plusieurs fois dans cette ville, et c'était principalement pour ses affaires. Mais à chaque fois, sa beauté le soufflait. Et oui, on pouvait être un assassin et aimer ce qui était beau. Varsgorn faisait partit de ceux-là. Le trésorier de l'académie laissa leur monture aux bons soins d'un palefrenier, en lui promettant bien évidemment de l'argent à son retour. Ensuite, ils prirent la direction d'une auberge. Varsgorn avait donné rendez-vous là-bas à son informateur afin qu'ils les mène sur la tombe du père d'Enelye. Ils la trouvèrent sans trop de problèmes. A peine entré, l'ancien mercenaire repéra son informateur. Il tendit quelques pièces d'or à son apprentie:

- Tiens, paye toi ce que tu veux, je reviens.

Il ne voulait pas qu'elle l'entende discuter. Il allait demander des renseignements sur la mort du défunt père, c'était mieux qu'elle n'entende pas. Il s'asseya à la table de son informateur.

- Tu as eu les renseignements que je te demandais?

- Oui, ça n'a pas été trop compliqué à obtenir. L'homme se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Il y a quelques jours, il y a eu une bagarre dans une taverne de la ville. Les hommes ont été mis à la porte mais ils ont continué à se battre dehors. Apparement, l'homme que tu recherchais passait par là à ce moment-là et il s'est prit un coup de couteau qui ne lui était pas destiné. Le coup n'était pas mortel, mais à la vue du sang, les autres sont partit et ils l'ont laissé mourir sur place.

Varsgorn frappa du poing sur la table. Le père d'Enelye aurait pu survivre? Il n'avait qu'une envie: retrouver ceux qui l'avait laissé mourir et leur faire payer le malheur causé à son apprentie.

- Où a-t-il été enterré?

- Au cimetière de la ville. Sa tombe est sur la droite quand tu rentres. La pierre tombale est très très modeste, alors cherche bien.

L'ancien mercenaire se leva et il tendit une bourse d'or à son informateur.

- Merci, tu m'as été d'une grande aide. J'ai mis un supplément d'or, c'est pour que tu te renseignes sur ceux qui ont fuit sans s'occuper de cet homme. Si tu les retrouves tous, tu auras la même somme.

Il retourna ensuite auprès d'Enelye.

- Allez viens, il est l'heure d'aller dire un dernier au revoir à ton père.

Ils sortirent en direction du cimetière. Ils cherchèrent pendant quelques temps la tombe, malgré les indications de "l'ami" de Varsgorn. Quand ils la trouvèrent, l'ancien mercenaire se promit de laisser une bourse d'or pour que la pierre tombale soit embellie. Même s'il n'avait jamais connu le père d'Enelye, un homme ne méritait pas d'être enterré dans ses conditions. En plus, si Enelye voulait revenir se recueillir sur la tombe de son père, il fallait quand même que l'endroit reste joli.


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Dessinatrice
Messages : 600
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Deuil [Inachevé]   Sam 7 Mai 2011 - 13:16

Le cauchemar la réveilla brusquement, la faisant tomber de son lit par un retournement violent. Les cauchemars l'avaient toujours fait s'agiter dans tout les sens, depuis toujours. Mais celui-ci avait été particulièrement dur, froid et effrayant. Pourquoi ses habituels cauchemars revenaient-ils si forts depuis que son père était mort ? Son père était mort... Elle l'avait su à l'instant même où Varsgorn avait hésité sur les mots, en haut de la montagne. Aussitôt son coeur avait été brisé. Elle se disait qu'elle aurait dû ressentir cette mort avant, lorsqu'elle s'était passé, parce que son père et elle étaient lié par leur amour. Enelyë avait toujours cru que ça se passerait comme ça. Quoique non, maintenant qu'elle y pensait, elle croyait bien que son père était immortel. Alors, quelle mort aurait-elle dû ressentir ? Elle jeta son regard vers le plafond et resta ainsi une bonne dizaine de minutes, sans penser à rien, quelques larmes glissant silencieusement sur ses joues.

Enelyë repoussa une mèche de cheveux qui passait devant ses yeux, se releva en tenant la couverture tout contre elle. Le froissement des divers tissus sur le sol la firent frissonner. La main posée sur son front, elle déposa la couverture et se dirigea vers la salle des eaux la plus proche, pieds nus sur le sol froid. Elle se fixa un instant dans le miroir qui lui rendait son image. Ses longues boucles noires en désordre ne la dérangeait pas. Cétait surtout les cernes qui marquaient ses yeux noisettes qui la gênait. Sa peau pâle lui donnait déjà un air cadavérique, désormais, elle en était un, ou presque, si ce n'était son coeur qui battait. Son regard même était éteint. Elle n'était plus tout à fait elle. Elle soupira, puis retourna à son dortoir. Le soleil ne se lèverait pas avant plusieurs heures, elle avait encore le temps avant d'aller retrouver Varsgorn, et de retourner à Al-Jeit.


***

Le cheval n'allait pas assez vite à son goût. Allez petit cheval, dépêche-toi de nous mener à Al-Jeit. Sais-tu ce que je vais chercher là-bas ? La tombe de mon père, et mes affaires de petite fille.
Durant le voyage, personne n'avait parlé. Cela avait convenu à merveille à Enelyë, qui n'avait pas voulu discuter. Tout lui semblait vide de sens de toutes façons. Elle n'avait plus envie de rien. Elle avait eu quelques sanglots sur le chemin, qui s'étaient vite évaporés. Enelyë ferma les yeux un instant. Elle devait finalement s'être endormie, puis lorsqu'elle rouvrit les yeux ils étaient arrivés à Al-Jeit. La beauté de la ville sembla époustoufler Varsgorn. Enelyë, elle, resta stoïque. Elle avait admiré cela déjà plusieurs fois. De toutes façons, elle s'en fichait, de la beauté.

Elle descendit du cheval, aidée par son maître, tituba un peu avant de reprendre une démarche assurée. Assurée quoique légèrement perturbée.
Ils devaient trouver une auberge. Enelyë essaya de s'y retrouver dans ses souvenirs, mais étant très peu sortie de chez elle, ils furent presque obligés de demander leur chemin. Presque, puisque Varsgorn avait bien noté l'emplacement de ladite auberge. Le maître d'Enelyë lui tendit quelques pièces d'or, puis lui dit d'aller se payer ce qu'elle voulait. Elle s'installa à une table, gardant les pièces dans sa main, puis croisa les bras, plongea sa tête à l'intérieur et cessa toute activité. Elle ne pensait même plus.


***

Enelyë s'agenouilla devant la pierre tombale. Elle était si simple ! Elle aurait pensé que les amis de son père serait passé. D'ailleurs, ces mêmes amis auraient pu lui envoyer une lettre. Elle y réfléchit un instant, soupira puis se releva. Peut-être ne le savaient-ils pas encore. Peut-être la nouvelle ne leur avait pas été annoncé. La tombe de son père ne méritait pas d'être aussi humble. Elle se dirigea vers un autre endroit du cimetière. Un qu'elle connaissait par coeur. Une tombe somptueuse, décorée avec soin, pleine de fleurs. Eleanor Wind. Elle savait que Varsgorn l'avait suivi. Elle leva son regard vers lui.

- C'est quand même injuste, que mon père n'ait pas été enterré près de ma mère, et que leurs tombes soient si différentes...

Elle posa la main sur sa bouche, étouffa un sanglot et s'enfuit du cimetière. Ce lieu, les rares fois où elle l'avait croisé, lui avait toujours donné mal au coeur.

Elle tomba en passant le portail qui délimitait la rue du cimetière, et tomba à genoux. Elle n'aurait pas cru que cela puisse être si dur. Elle se sentait si seule... La dessinatrice savait pourtant pertinnement qu'elle ne l'était pas. Mais comment raisonner une personne qui vient de perdre un être cher ?

Son maître l'aida à se relever. Elle se tourna vers lui.


- Il faut... il faut...

Sa voix brisée l'empêchait de parler. Alors elle s'avança dans les ruelles. Retourner chez elle, ça elle savait le faire. Il la suivrait sans doute.

***

Elle regarda la maison qui se dressait devant elle. Elle lui sembla d'une taille ridicule maintenant qu'elle y revenait. Elle poussa la porte qui n'était pas fermée et entra. Aussitôt, les odeurs familières lui revinrent en tête et les souvenirs redevinrent sa réalité. Enelyë se tourna vers Varsgorn.

- Bienvenu chez moi.

Un sourire triste se peint sur son visage, et alors qu'elle avançait dans la pièce, elle ramassa machinalement quelques choses qui traînait par terre. Son père n'avait jamais été un as du ménage, et elle se demandait comment la maison pouvait encore être aussi propre alors que cela faisait déjà presque un an qu'elle était à l'académie. Il devait être mort depuis quelques temps... Cette réalisation la fit soupirer.

- Je reviens, installe-toi.

Elle monta l'escalier rapidement puis ouvrit les deux portes : sa chambre et celle de son père. Elle entra dans la sienne d'abord, retrouva tout ce qui avait fait son enfance et son adolescence avant l'académie. Elle retrouva une peluche adorée, vit un livre posé par terre, ouvert, remarqua son armoire ouverte qui laissait voir des robes plus ou moins chères, mais désormais, certainement trop petites. Puis elle traversa le couloir et entra dans la chambre de son père. Des portraits ornaient les murs. Des portraits d'elle, de son père, de sa mère aussi. Comme elle lui ressemblait ! Jamais auparavant elle n'avait vu ces portraits, alors que si souvent elle était venue dans cette chambre. Elle redescendit, pour se rendre compte qu'un homme était entré dans la maison et discutait avec Varsgorn.

- Sofian ?

Enelyë courut vers lui, et lui déposa un baiser sur la joue. Si elle avait cru le revoir, ce petit flûtiste...

- Tu as appris, Ene ? C'est un coup dur pour nous tous. On aimait beaucoup ton père.
- Oui... Je sais...

Elle ne dit rien de plus, puis regarda Varsgorn.

- Euh, je suppose que vous avez déjà fait les présentations, mais Varsgorn, voilà Sofian, et Sofian, voilà Varsgorn.

Elle resta debout, sans rien dire.


[Edition à volonté, notamment pour la dernière partie Rolling Eyes Ne le tue pas quand il rentre, je l'imagine bien en train de protéger la maison ou un truc du style, donc voilà Arrow Autrement, MP.]


_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 300
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Deuil [Inachevé]   Dim 22 Mai 2011 - 2:59

Ils étaient resté très peu de temps près de la tombe sommaire du père d'Enelye. La jeune femme s'était alors dirigée vers une tombe plus belle, plus grande. Eleanor Wind. C'était le nom inscrit sur la stèle. La mère d'Enelye, sans aucun doute. Entretenue avec amour par un homme qui n'était maintenant plus de ce monde. Varsgorn ne laisserait pas passer ça. Depuis qu'il avait hérité de la fortune et des magasins de son père, l'ancien mercenaire n'avait jamais vraiment chercher à utiliser tout l'or qui s'offrait à lui. De nombreuses pièces étaient enfermées dans des coffres portant le nom Ril'Enflazio. Il ne les avait jamais utilisé. Le peu qu'il avait besoin, c'était pour subvenir à ses besoins alimentaires et vestimentaires. Depuis qu'il était en poste à l'académie, ses frais s'étaient réduits et l'argent avait continué à s'entasser dans des coffres. Varsgorn possédait d'ailleurs une demeure à Al-Vor, gardée jour et nuit, qui abritait la majeure partie de sa fortune. Il irait y faire un tour dans les jours prochains pour récupérer un peu d'or et d'engager quelqu'un de la capitale pour s'occuper du déplacement du cercueil du père d'Enelye vers la tombe de sa mère et aussi de s'occuper de fleurir régulièrement la tombe afin qu'elle reste toujours aussi jolie. Varsgorn n'avait pas d'enfants, et c'est pas avec son passé qu'il en aurait, il pouvait donc se permettre de rendre la vie d'Enelye un peu moins noire.

Enelye partit en courant loin du cimetière et des tombes de ses parents. Varsgorn pouvait la comprendre, lui aussi avait perdu ses deux parents. Il était bien moins jeune quand son père avait mis fin à ses jours, mais l'ancien mercenaire avait eu beaucoup de mal à s'en remettre quand même. Il tourna son regard vers la tombe de la mère d'Enelye.

- Je vais m'occuper d'elle, il ne lui arrivera rien.

Faire une promesse à un mort. On aurait pu le prendre pour un fou s'il l'avait fait en public. Mais Varsgorn pensait fortement que les morts restaient présent. Non pas autour de leur meurtriers, encore heureux sinon l'ancien mercenaire aurait vu de vrais fantômes, mais autour des personnes aimées. Enelye était certainement entourée de ses parents qui la protégeaient du mieux qu'ils pouvaient.

Varsgorn rejoignit son apprentie et ils partirent tout deux vers la maison de la famille Wind. Elle le quitta quelques instants et l'ancien mercenaire s'installa sur une chaise. Soudain, il entendu du bruit. Non pas du côté où était partit Enelye, mais de l'extérieur. Immédiatement, Varsgorn retira ses gants. Si ses mains étaient recouvertes, il serait incapable d'utiliser les lames que le Rentaï lui avait offerte. Si un danger se présentait, il était prêt à intervenir. Quelqu'un entra. Un homme.

- Qui es-tu? lança Varsgorn.

- C'est plutot à moi de demander se que fait un intrus dans la maison d'un de mes amis?

Un ami du père d'Enelye? Varsgorn se détendit légèrement, tout en restant tout de même sur ses gardes.

- J'ai escorté Enelye jusqu'ici.

A ce moment-là, Enelye revint dans la pièce et elle fit les présentations. Puis, elle resta sans bouger.

- Enchanté Sofian. Enelye, pourquoi n'apporterais-tu pas quelque chose à boire pour qu'on fasse plus amples connaissances?

Enelye approuva d'un signe de tête et elle retourna dans la cuisine. Varsgorn se tourna brusquement vers Sofian.

- Je vais faire vite, ne me coupe pas la parole. J'ai la chance d'avoir beaucoup d'argent. je te propose un travail. Je vais aller dans peu de temps chercher de l'argent que je t'enverrais. Je veux que tu t'arranges pour que le père et la mère d'Enelye soit réunit et que leur tombe soit toujours fleurie. Je veux aussi que tu t'occupes de cette maison. Si on menace de la détruire ou de la vendre, tu me contacte, je t'enverais ce qu'il faut pour qu'elle soit mise au nom de Varsgorn Ril' Enflazio. Tu es d'accord?

Sofian mit du temps à répondre mais il finit par accepter la proposition. Il s'était surement rendu compte que leur but commun était le bonheur d'Enelye. La jeune apprentie revint d'ailleurs avec de la boisson et trois verres. Ils s'installèrent autour de la table. Varsgorn capta un regard de Sofian et il lui fit un discret signe pour qu'il ne dise rien du marché qu'ils avaient fait.




[Dsl du retard. Si pb, envoie moi un Mp]


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Dessinatrice
Messages : 600
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Deuil [Inachevé]   Ven 17 Juin 2011 - 2:13

Varsgorn lui demanda d'aller chercher quelque chose à boire, pendant qu'il parlait avec Sofian. Elle acquiesça puis quitta la pièce principale pour se rendre dans la cuisine. La porte grinça légèrement. Cela non plus n'avait pas changé. D'aussi loin qu'elle s'en souvenait, ce bruit était caractéristique de l'entrée de la cuisine. Bien souvent, son père venait la disputer lorsqu'elle allait chercher quelque chose à manger pendant la nuit. Et ils finissaient toujours par se réconcilier... et manger.
Elle regarda la pièce avec un mélange de mélancolie, de bonheur et de tristesse. Cette pièce avait été l'une des plus importantes, car son père et elle y avait passé beaucoup de temps. A bien y regarder, on s'apercevait que ce n'était pas seulement une cuisine, mais un véritable trésor de curiosités. Ici et là trônaient des sculptures de bois et de pierre, des cailloux aux formes insolites ou des fleurs séchées aux apparences étranges ou qui étaient encore superbes.
La dessinatrice caressa de la main la table lorsqu'elle passa à côté, un petit sourire aux lèvres. Puis elle attrapa trois verres, une bouteille et retourna dans la pièce principale.

Elle s'installa cette fois, remplit les trois verres et en donna un à Sofian et un à Varsgorn. Après tout, c'était chez elle ici. Et donc, ceux qui étaient là étaient, en quelques sortes, ses invités. Elle décida de prendre ce rôle très à coeur. Après tout, elle connaissait des filles très bien qui prenaient soin de leurs maisons à 18 ans ! Elle devait pouvoir en faire de même. Voyant que le silence s'éternisait, elle décida de le rompre.


- Sofian, ça fait longtemps que tu es au courant ?
- Hum, peut-être une semaine ... C'est Deän qui nous a appris ... ça.

Deän était un homme qu'elle n'avait jamais aimé. Son père était un être doux mais ferme, Deän était un être faible, lâche, influençable. Si il avait réussi à s'offrir les bonnes grâces de son père, c'était uniquement parce qu'il en avait eu pitié. Elle en était sûre, mais sûrement d'autres épisodes obscurcissaient-ils son jugement. Elle regarda Varsgorn, puis Sofian. Elle le fixa, quémandant par ce simple geste plus d'informations.
Dis-moi, y a-t-il d'autres choses que je devrais savoir ? Sais-tu comment il est mort ? Dis-moi tout, Sofian. Tout.


- Je ne sais rien, Ene, ne me regarde pas comme ça. Tu devrais demander à Deän, il a l'air de savoir pas mal de choses ...

Elle fronça le nez une demi-seconde, de mécontentement et un peu de mépris. Jamais elle n'irait, de son plein gré, chercher des informations chez lui. Quand bien même cela concernerait la mort de son père. Puis elle se dit qu'elle aurait aimé en savoir plus. Mais peut-être n'avait-elle tout de même pas besoin d'aller le voir ... Enelyë regarda Varsgorn.

- Est-ce que tu sais des choses, toi ?

Après tout, c'était lui qui lui avait annoncé la mort de son père. Comment l'avait-il su ? Enelyë ne doutait pas qu'il aie encore des contacts au sein du Chaos, ou autres. Il devait savoir ! Elle s'était levée, sans s'en rendre compte, et ses mains étaient crispées sur la table.
Elle tenta de se détendre, puis se rassit calmement, posant ses mains sur ses genoux. Sofian se leva et la prit dans ses bras. Quand elle était plus petite, c'était ainsi qu'il la consolait, lorsqu'elle s'était fait gronder par son père ou qu'elle était triste, sans raison apparente. Cela fonctionnait aussi pour les colères. Elle lui sourit, le repoussa gentimment.
En regardant une nouvelle fois Varsgorn, elle se douta qu'il ne lui dirait rien. Elle abandonna alors cette idée. Elle saurait le moment venu.

Elle se leva et se dirigea vers la porte de derrière.


- Est-ce que vous avez vu le jardin ? Il y a un chemin... Il mène au Pollimage, là-bas, si on marche assez longtemps !

Un grand sourire aux lèvres, elle passa la porte. Le vent souffla doucement dans ses cheveux.


« Tu vois le Pollimage là-bas ? Un jour, tu iras avec des amis. Tu ne seras jamais seule, même si je pars... »


[Édition à volonté]


_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Deuil [Inachevé]   



 
Deuil [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» On doit faire le deuil de sa vie passé [ Tsuki ]
» Le silm sans les contes inachevés
» Liseré de deuil
» Tour de Jeu
» Un marche public inacheve a Petion-Ville...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La capitale Al-Jeit et ses environs :: Ruelles-