Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteMission en Gwendalavir [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Mission en Gwendalavir [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Sam 26 Mar 2011 - 19:50

Kirfdéin avait laissé Halina pour quelques temps. Il avait prit son paquet sous le bras et il était partit dans la ville d'Al-Chen. La guerrière devait visiter un peu la ville et ils se rejoindraient aux bords du lac quand ils auraient finit leurs affaires respectives. Pour le marchombre, son affaire, c'était évidemment la livraison du paquet d'Elera. Il attrapa la lettre et il lut l'adresse plusieurs fois pour bien la retenir. Quand ce fut fait, il la remit sur le paquet. Il interrogea plusieurs personnes mais personne ne connaissait l'adresse. Certaines personnes n'étaient pas de la ville, les autres prétendaient que la ville était bien grande et donc qu'ils ne la connaissaient pas par coeur. Il continua son chemin, posant ses questions sans plus de succès. Il commençait à désespérer, à se dire que l'adresse qu'Elera lui avait donné n'existait pas... Non, c'était ridicule! Elera n'aurait pas fait ça. Elle donnait des missions compliqués, loufoques mais réalisable. Livrer un colis à une adresse inexistante, c'était mission impossible. Donc cette adresse devait bel et bien exister. Et puis après tout, les marchombres cultivaient leurs secrets, peut-être que cette association le.... Choeur était un rassemblement de marchombre qui avaient fait en sorte de rester bien cacher. Donc peut-être que la rue qu'il cherchait n'était qu'une petite ruelle très peu connue de la population d'Al-Chen. Il relança donc activement ses recherches. Il arriverait plus en retard que prévu au rendez-vous avec Halina au lac.

Il relança sa recherche avec acharnement et finalement, il trouva. Non pas encore l'adresse mais quelqu'un qui connaissait la rue. C'était déjà ça. Un grand pas en avant vers l'accomplissement de sa mission. Le passant voulait le conduire jusqu'à la rue mais Kirfdéin préféra y aller seul. Il préférait que personne ne le voit en train de remettre son paquet. Il retint le chemin pour aller jusqu'à la rue et il s'y dirigea. Heureusement pour lui, il ne se trompa pas de chemin et il parvint à l'adresse en peu de temps. Une petite maison discrète. Il frappa à la porte. Rien. Il recommença, plus fort. Cette fois-ci, on lui ouvrit, lui demandant ce qu'il venait faire. Il expliqua qu'il venait de la part d'Elera et il tendit d'abord la lettre. L'homme la feuilleta rapidement et le marchombre lui tendit ensuite le paquet. Il quitta ensuite l'homme et il prit la direction du lac. Il était déjà en retard, il ne fallait pas laisser Halina seule, elle pourrait s'inquiéter. Après tout, ils étaient en terrain inconnu.


Il arriva au lac. Halina l'attendait déjà. Il se glissa derrière elle et il l'embrassa dans le cou. La guerrière sursauta.

- Ne t'inquiète pas, c'est moi.

Il s'installa à ses côtés.

- Quel magnifique paysage. On pourrait rester à le contempler pendant des heures sans se rendre compte du temps qui passe.


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Sam 26 Mar 2011 - 22:22

Ils avaient voyagé tranquillement, à pied puisqu'elle ne voulait pas entendre parler de monter un canasson, mais aussi dans la charrette d'un commerçant qui allait dans leur direction. Il les avait bien fait avancés et il avaient savouré ce passage assis comme un court repos. Halina aimait marcher, elle se sentait elle-même, comme libérée d'un poids qu'elle traînait. Et pourtant, elle avait toujours cette douleur dans la poitrine, cette peur qui lui enserrait parfois les membres, qui lui faisait perdre pied. Pourquoi était-elle tant terrifiée par un simple aveu? Ce n'était pas si dur d'ouvrir la bouche et de révéler ce qu'elle avait vraiment sur le coeur, alors pourquoi avait-elle repoussé l'échéance durant tout le voyage? Elle ferma les yeux et, d'une vague de résolution sourde, effaça les mots de son esprit. Cela pourrait encore attendre... Il fallait mieux qu'elle profite, pour une fois au moins de la vie, de l'univers qui était aujourd'hui le sien. Elle rouvrit les yeux et reprit sa route, négligeant les grognements que son arrêt brusque avait suscités. La jeune Fer, se promenait dans les rues d'Al-Chen depuis quelques heures, admirant étals et la bonhomie des habitants. Ici, tout semblait plus paisible, les gens ne vivaient pas sous la menace constante de voir débarquer des Raïs dans leur salle à manger. Alors qu'à Al-Poll, tous portaient un coutelas à leur ceinture, ici, très peu étaient armés.


Elle délaissa le centre bruyant de la ville après un coup d'oeil au cadran solaire de la Grand Place et s'engouffra dans une rue perpendiculaire sous l'indication d'un habitant. La rue était étroite et elle se sentit mal à l'aise, ça sentait le piège à plein nez et elle avait l'impression de se jeter dans la gueule du loup. Elle voulu faire demi-tour mais un homme lui barrait la route, l'air salement éméché et patibulaire. Il fallait évidemment que ça tombe sur elle, nan mais oh, elle était sensée être en vacances. Les crétins ne pouvaient-ils pas la laisser tranquille une fois dans l'année? Et puis, pourquoi les embrouilles attendaient toujours qu'elle soit seule? Elle soupira en ouvrant discrètement la gaine retenant son épée et celle du couteau à sa ceinture. Comme on le lui avait toujours rabâcher les oreilles, elle observa autour d'elle, guettant un autre ennemis. Il y en avait un derrière elle. Super ! La fuite lui était aussi bloquée...


-Alors beauté, tu sais que c'est dangereux de se promener seule?

-Viens t'amuser avec nous, on va t'apprendre ce qu'est la vraie vie !


Elle retint une remarque ironique. Cela ne servait à rien d'exacerber les tensions et de rendre la situation encore plus délicate. Comme le disait un de leur prof, il fallait faire preuve de doigté et de sang-froid face au danger. Son cerveau fonctionna à plein régime alors que les comparses se rapprochaient. Puis la guerrière refusa poliment l'invitation, histoire de ne pas éveiller les soupçons, elle eut droit à des réponses négatives. Bon, le plan A qui consistait à ne pas taper, s'évanouit et fut remplacé par le B. Ecarter la manière douce et passer un force. Elle eut un petit sourire presque carnassier en dégainant son épée, l'adrénaline se diffusa dans se veines. Celui qui lui bloquait la suite de la ruelle attaqua en premier et elle enchaîna les parades jusqu'à sentir l'ouverture et de le toucher à l'aine. Le second entra dans la danse et elle redoubla d'effort. Ils n'avaient pas un si haut niveau et avaient trop bu, ce qui facilitait les choses. Elle fit par se débarrasser des deux soudards, ils n'étaient que blessés mais se souviendraient sûrement d'elle. Elle pesta en essuyant son arme, elle n'avait pas été à la hauteur et s'était blessée au bras gauche. Elle avait du boulot encore. Halina observa la plaie et décida que c'était superficiel. Elle quitta la ruelle rapidement, se sachant pas comment étaient réglées les rixes par ici et ne voulant pas se faire embarquer par la garde.


Elle demanda l'avis de plusieurs personnes pour trouver sa route et éviter les problèmes. Elle arriva en retard au lieu de rendez-vous fixé par Kirfdéin et resta bouche-bée. Le lac était magnifique, étincelant, démesuré et captivant. Contrairement à la mer, aucune vague ne ridait sa surface, cependant, ils avaient un point commun: ils s'étendaient tous les deux à perte de vue jusqu'à l'horizon. Comme devant Al-Jeit, elle ne pouvait détacher ses yeux du Lac le plus impressionnant de l'Empire. Ce fut pourquoi elle ne se rendit pas compte de l'arrivée de quelqu'un dans son dos et sursauta à la sensation d'un baiser sur sa peau. Elle se doutait de qui cela pouvait bien être et une voix aimée confirma son hypothèse. Elle sourit et acquiesça à sa remarque.


-Tu as raison. Il est comme on le dit: démesuré et magistral. Pourtant il faut être en face pour comprendre le sens de ces mots. Elle ajouta: Alors, cette remise de colis c'est bien passée?


Elle observait les bateaux sur le lac, les enfants qui jouaient à plonger et nager dans l'eau et les amoureux qui marchaient les pieds nus sur la plage. Paysage tellement idyllique face à la réalité d'autres cités. Alors que les uns craignaient les Guerriers Cochons ou la montée des pillages, les autres se prélassaient. C'en était presque injuste. Elle se reprit, ici aussi, ils avaient des problèmes, elle en était la preuve et ils profitaient seulement de leur milieu de vie pour se détendre. Vivre malgré le danger en fait. Pensivement, elle se demanda si Kirfdéin allait un jour renouer avec sa famille.


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Jeu 31 Mar 2011 - 7:42

Kirfdéin s'installa aux côtés d'Halina pour observer le superbe lac. Il était content qu'Elera l'ait envoyé ici. Ca aurait été dommage de ne jamais voir le célèbre lac. Et il n'aurait jamais fait la démarche de venir ici de lui-même, à cause de la présence de sa famille. D'ailleurs, il était bien content de ne pas avoir croisé sa mère. Oui, sa mère. Car ses grands-parents, il aurait été incapable de les reconnaître, il ne les avait jamais vu. Pareil dans leur cas, ils ne l'avaient jamais vu alors, ils auraient pu se croiser, ils ne se seraient pas adresser la parole pour autant. Ca aurait été ironique que son grand-père ou sa grand-mère fasse partit des habitants qu'il avait interrogé pour rechercher l'adresse de livraison.

- Si on mets de côté le fait que j'ai mis beaucoup de temps à trouver l'endroit où je devais livrer le paquet, tout s'est bien passé. Cette ville est si grande que même les habitants sont incapables de la connaître en entier. Mais bon, maintenant, ma mission est remplie et on est en vacances pendant quelques jours encore.

Il l'embrassa, sur la bouche cette fois-ci. Ils restèrent ensuite de longues minutes à contempler le lac, dans le plus grand silence. C'était si beau d'avoir un magnifique paysage devant les yeux après ce qu'ils avaient connu. Le Lac Chen faisait oublier les tourments. A lui seul, il prouvait au marchombre que la nature offrait des choses sublimes. Le paradis était naturel. L'enfer était une création humaine. Pendant toute son enfance, Kirfdéin avait cotoyé la nature plus que les humains. Tout avait été superbe. Il avait baigné dans un cocon de bonheur et de tranquilité. Les animaux accordaient difficilement leur confiance, mais quand c'était fait, ils ne trahissaient jamais. Le marchombre se souvenait encore des rendez-vous quotidiens qu'il avait avec un renard. Kirfdéin se baladait souvent à l'orée de la forêt de Baraïl. Tant qu'il ne pénétrait pas à l'intérieur, ses parents l'avaient autorisé à ête seul. Un jour, il avait vu un joli renard devant lui. Immédiatement, l'animal s'était mis sur la défensive, prêt à se sauver. Kirfdéin s'était immobilisé et il s'était penché, lentement. Il avait tendu la main, paume ouverte et il avait imité le cri du renard. Oui, son père lui avait appris à imiter quelques animaux que le jeune homme pouvait rencontrer non loin de leur maison. Alors donc le marchombre avait glapit. Une pâle imitation. Mais suffisamment convaincante pour le renard apparemment car l'animal s'était prudemment approché. Il avait sentit la main du jeune homme et l'animal n'avait plus bougé, attendant la suite. Kirfdéin avait sourit et il avait calmement caressé le renard. Depuis ce jour, l'animal et le marchombre se voyait tous les jours et le jeune homme offrait quelques caresses au renard, qui était devenu son nouvel ami. Mais, Kirfdéin avait quitté ce cocon, suite à la mort de son père. Il allait affronté le monde, le vrai monde. Il l'avait dit à son ami lors de leur dernière rencontre. Avait-il compris que le marchombre ne reviendrait pas le lendemain? Etait-il venu, attendant l'arrivée du jeune homme? Kirfdéin ne le saurait jamais.

Le marchombre avait connu le pire de ce que pouvait créer un homme. L'enfermement. La prison. Il était bien content de revoir ce que la nature faisait de mieux. Il avait entendu parler d'Al-Jeit, la capitale de Gwendalavir. Apparemment, c'était la plus belle création que l'homme pouvait faire. Il faudrait qu'il aille voir un jour, pour se réconcillier avec les humains. Il le proposerait à Halina, quand ils auraient de nouveau plusieurs semaines de temps libre.

- Et toi, qu'est ce que tu as fait pendant que je cherchais l'adresse? Tu as visité la ville ou tu m'as attendu ici?

Il entendit qu'Halina lui répondait mais il n'écouta pas. Et oui, il n'écouta pas. Mais il avait une bonne raison pour cela. Il venait de reconnaître une des personnes qui les entouraient. Une femme. Sa mère! Kirfdéin se figea, le regard fixé vers sa mère. Elle ne les avait pas vu, il aurait fallu qu'elle se tourne un peu pour les voir. Elle n'était pas seule. Une autre femme était avec elle. Plus vielle. La grand-mère du marchombre, c'était évident vu la ressemblance entre les deux femmes. Kirfdéin ne savait que faire. Fallait-il qu'il se lève pour aller à la rencontre de celle qu'il n'avait pas vu depuis près d'un an? Fallait-il qu'il s'éloigne en direction de la ville en compagnie d'Halina? Fallait-il qu'il reste là en priant le ciel pour que sa mère ne le voit pas? En tout cas, il ne pouvait pas prier pour qu'elle ne le reconnaisse pas. Certes, il avait vieillit. Certes, son séjour en prison l'avait un peu transformé. Mais il n'avait pas autant changé que ça. Il avait retrouvé du poids depuis sa sortie de prison. Il ressemblait donc beaucoup au jeune homme qui était partit de la maison familliale. C'était peut-être la flamme dans son regard qui n'était plus du tout la même.


[Edition à volonté] [Si tu sais pas quoi dire, envoie moi un Mp. Saches que tu peux jouer la mère et la grand-mère de Kirf, je te dirais si ça me convient par la suite ^^]


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Dim 3 Avr 2011 - 14:27

Elle écouta pensivement la réponse positive de son ami. Oh oui, elle venait de connaître le même problème que lui. Les grandes villes sont les nids à poussières, des nids à vermine. Personne ne se reconnaissait et vivait dans sa bulle de solitude. Quand, en pleine rue quelqu'un se faisait agresser, les autres regardaient ou partaient en courant de peur d'être pris dans la rixe. A quoi cela sert-t-il de vivre comme des lâches, de ne servir à rien pour le bien commun? Halina trouvait ces attitudes vraiment désolantes et individualistes. Les gens vivaient chacun chez eux comme si seul leur intérêt comptait. Elle était prête à mourir s'il le fallait pour sauver quelqu'un, pour être une dernière fois utile. Elle se disait que si elle protégeait des inconnus, un jour ceux qu'elle aimait seraient eux-mêmes défendus si elle n'était pas là. C'était pourquoi elle voulait s'engager dans l'armée. Si elle atteignait la Légion Noire, ce serait un rêve qui se réalise. En attendant, elle devait apprendre. Mais à ce moment précis, elle ne désirait que profiter de ses vacances: quelques jours à al-Chen avant de repartir pour l'Académie.


Elle se demanda alors quoi lui répondre. Devait-elle vraiment lui dire qu'elle s'était battue contre deux détrousseurs de bourse? Il allait encore s'inquiéter, lui demander si elle allait bien, si elle n'était pas blessée. M'enfin, elle savait se débrouiller seule, elle n'avait pas besoin d'une maman. Elle se corrigea: il avait juste peur pour elle.


-J'ai goûté à l'hospitalité des habitants de la région. Après m'être promener dans les ville, j'ai demandé mon chemin pour rejoindre le lac et je me suis faite attaquer dans une ruelle par deux brigands. C'en est suivi une petite rixe.


Elle s'attendait à recevoir en réponse de cette déclaration, un flot de questions. Mais il n'y eut rien. Pas le moindre petit sursaut d'inquiétude ou de réaction signifiant qu'il l'avait écouté. Nan mais oh, depuis quand il ne l'écoutait plus? Elle le fixa avec un brin de rancune avant de réaliser que son regard à lui était fixé sur deux femmes d'âge mûr. La plus jeune se retourna pour saluer un homme qui l'avait appelé et elle eut un temps d'arrêt. Elle ouvrit de grands yeux étonnés et un immense sourire se peignit sur son visage. Elle tira la manche de sa compagne qui n'avait rien remarqué et lui dit quelques mots tout en continuant de les fixer. Qu'est-ce qu'elles leur voulaient? La vielle femme posa sa main sur sa bouche en reconnaissant Kirfdéin et toutes deux s'avancèrent vers le couple qui n'avait pas bougé. Halina ne savait pas trop comment réagir et préféra rester en retrait. Elle serra juste la main de son amoureux pour lui montrer son soutient. Ça devait sûrement être une histoire de famille. La plus jeune devait être sa mère et l'autre sa grand-mère. Il n'aimait pas ses grands-parents mais là il ne pouvait pas faire comme si il ne les avait pas vues.


-Kirfdéin, c'est toi? C'est vraiment toi? demanda la plus âgée.

-Mais oui c'est lui Maman, rétorqua l'autre, arrête avec tes questions idiotes.


Et elle prit son fils dans ses bras le serrant fort contre elle, comme les mamans savent si bien le faire. Halina réalisa alors à quel point ses parents lui manquaient et elle les salua, espérant que où qu'ils soient, ils le soient ensemble. Elle essaya de regarder les retrouvailles avec détachement mais sentit ses yeux s'embuer.


-Tu m'as manqué mon chéri ! s'exclama-t-elle. Oh, tu as tellement changé, tu es si grand et beau. Elle répéta alors: Tu m'as vraiment manqué Kirfdéin...


Celui-ci ne semblait pas trop savoir quoi répondre, il serrait sa mère. Elle ne voyait pas s'il pleurait ou non mais se doutait qu'il cacherait ses émotions pour ne pas que sa grand-mère voit qu'il regrettait de ne pas être venu plus tôt. Halina se demanda depuis combien de temps il ne les avait pas vu. Elle espérait vraiment qu'il ne les repousse pas. Elle du avouer qu'elle se sentait un peu inutile là et faillit s'esquiver pour le rejoindre ici plus tard. Pour ne pas gêner les retrouvailles mais la voix de la plus jeune femme l'arrêta dans son élan.


-Tu ne nous présentes pas la demoiselle qui est avec toi?


Pas besoin Madame, ma vie ne vous intéresse pas, concentrez vous plutôt sur votre fils, il a besoin du réconfort de sa mère après ce qu'il a vécu. Elle ne voulait vraiment pas déranger ou être de trop et puis, présenter sa petite copine pleine de poussière, mal coiffée et avec une trace de sang sur le bras gauche à ses parents ce n'était pas la chose la plus aisée. Elle sourit aimablement aux deux femmes en attendant la réaction de son âme-soeur.


[ Dis moi si les réactions de vont ou non =) ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Dim 17 Avr 2011 - 19:54

Sa mère et sa grand-mère les avaient vu. Forcément. C'est le contraire qui aurait été surprenant. On changeait en un an mais pas au point de ne plus se reconnaître. Elles s'étaient approchés et la mère du marchombre l'avait serré dans ses bras. L'étreinte avait fait plaisir au jeune homme mais il n'avait pas sourit ni parler pour autant. Pourquoi d'ailleurs? Sa mère n'était pas responsable. Sa grand-mère y était un petit peu mais le grand responsable, c'était son grand-père. C'était son grand-père qui n'avait pas apprécié que sa fille chérie épouse un simple garde forestier. C'était son grand-père qui n'avait même pas cherché à rencontrer son petit fils. Alors pourquoi n'était-il pas aussi heureux qu'il le devrait de rencontrer sa famille? Il avait comme l'impression de trahir son père en renouant avec ceux qui l'avait rejeté. Il devait oublier cette rancoeur. Faire comme si de rien était. Faire comme s'il n'avait pas évité de revoir sa mère. Sa mère était heureuse de le retrouver, ça se voyait sans problème. Il devait donc oublier pour la rendre heureuse, c'était ce qui comptait. Kirfdéin répondit à l'étreinte de sa mère.

- Elle s'appelle Halina.... C'est ma.... Euh..... enfin, on est ensemble depuis.... depuis quelques mois.

Il ne voulait pas parler de ce qui c'était passé avec les mercenaires. C'était donc mieux de mentir un peu en disant qu'ils se connaissaient depuis quelques mois. Pourvu qu'Halina invente une histoire crédible si jamais la mère du marchombre posait des questions. Le corps de Kirfdéin n'avait rien laissé paraître sur ce qui s'était passé, il ne fallait donc pas sa mère l'apprenne. Sinon, elle n'accepterait pas que son fils retourne à Al-Poll. Et ça, Kirfdéin ne voulait pas que ça arrive. Il voulait retourner à l'académie et retrouver rapidement des cours avec Elera. Etrange comme sentiment. Un an plus tôt, il n'aurait quitté sa maison pour rien au monde. Il avait bien changé finalement. Beaucoup plus rapidement qu'il ne l'aurait dû d'ailleurs.

La mère de Kirfdéin salua la guerrière, la serrant dans ses bras comme si c'était sa propre fille. Elle était comme ça sa mère. Elle n'avait eu qu'un seul enfant alors beaucoup de monde pouvait faire partit de sa trop petite famille. Kirfdéin n'avait jamais eu de petite amie, mais il avait été quasiement toujours sûr de la façon dont elle accueillerait celle que son fils lui présenterait comme l'élue de son coeur. Il ne fut donc pas très surpris quand sa mère serra Halina dans ses bras.

- Vous êtes rencontré à l'académie, j'imagine? D'ailleurs, tes cours se passent bien là-bas? Je n'ai reçu aucune lettre de toi, je me suis inquiété, j'ai faillit aller à Al-Poll pour te revoir.

Venir à Al-Poll? Bon sang, il avait évité de le pire. Si sa mère était venue et qu'on lui avait dit que son fils avait disparu, ça aurait été une terrible catastrophe. Il aurait dû envoyer une lettre à sa sortie de prison. Jouer celui qui avait oublié à cause de la surchage de travail. Mais il avait oublié. Il avait d'autres en chose en tête à la fin de son enfer.

- Oui, on s'est rencontré à l'académie. On ne suit pas les mêmes cours mais on s'est croisé dans les couloirs et on a sympathisé comme ça. Et on est tombé amoureux. Pour les cours, oui, tout se passe bien. C'est compliqué mais je progresse quand même beaucoup. Je m'excuse pour les lettres, j'ai oublié de t'envoyer des nouvelles. Il faudra que je me rattrape quand j'y retournerais.

Sa mère sembla rassurer. Le marchombre jeta un coup d'oeil à sa grand-mère qui avait gardé le silence. Elle semblait gêné. C'était pourtant pas à elle que la plus grande rancoeur du jeune homme allait. C'était à son grand-père. Son trop fier grand-père. D'ailleurs, le vieil homme n'était pas venue se promener avec sa femme et sa fille. Il devait surement s'occuper de ses affaires. Ses grandes affaires qui rapportent tant d'argent. Lui, c'était sûr, il aurait sûrement pas apprécié de revoir son petit fils. Son propre sang associé à une absence de particule. C'était inadmissible pour lui. Il avait du avoir un choc en revoyant sa fille revenir sous son toit.

La mère de Kirfdéin se tourna vers Halina.

- Je suis contente que mon fils ait rencontré une si jolie fiancée. Une rencontre dans les couloirs? Ce n'est pas aussi romantique que ma rencontre avec son père mais je pense qu'une académie ne possède pas énormément d'endroits romantiques.

Elle se mit à sourire, le regard perdu dans le vide. Elle se rappelait sûrement sa rencontre avec le père de Kirfdéin, qui s'était déroulé non loin d'ici d'ailleurs. Sur l'une des rives du lac. Le père du marchombre était venue visité la ville d'Al-Chen et son lac et il était tombé amoureux de cette jeune fille qu'il avait croisé. Il avait étrangement prolongé son séjour.

"Si elle savait où on s'est vraiment rencontré, elle trouverait que les couloirs, c'est romantique finalement" pensa Kirfdéin.

La mère du jeune homme se reprit rapidement et elle porta une nouvelle fois son regard vers la jeune guerrière.

- Et toi, Halina, c'est ça? Tu es né près d'Al-Poll?


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Dim 24 Avr 2011 - 18:43

Elle sourit devant l'air embarrassé de son ami lorsqu'il du la présenter et fut contente qu'il ne parle pas de leur enfermement, si on lui posait la question, elle inventerait une petite histoire à l'eau de rose qui aurait pour lieux les couloirs de l'Académie. Kirfdéin sembla ce calmer un peu, s'apaiser. La mère du jeune la serra ensuite dans ses bras, et elle sentit ses yeux s'embuer à nouveau. C'était comme si sa mère, Mérita, était encore là, comme si elle les regardait de là haut avec un sourire serein. Le même regard qu'elle posait sur elle lorsqu'elle jouait avec des amis devant la maison familiale. Elle et son père d'une certaine façon lui manquaient. Sill n'avait jamais été un père qui montrait beaucoup ses émotions pour elle et son frère mais elle savait qu'il les aimait. Il fallait qu'elle retrouve son frère, depuis quand n'avait-il pas eu de permission? Ou peut-être préférait-il aller voir une belle demoiselle plutôt que ça seule soeur. En tout cas, la mère de Kirfdéin était mieux habillée et semblait avoir eu moins à travailler de ses mains que sa propre mère. Elle leur posa quelques questions et glissa un petit reproche à son fils, comme toutes les mères, elle s'inquiétait. Il s'excusa et raconta une fausse histoire de rencontres dans les couloirs et d'amitié. Oh oui, il n'était pas passé loin d'être découvert et de devoir expliquer pourquoi il avait disparu tant de temps.


La famille semblait assez aisée et portait des vêtements très peu rapiécés. Le jeune homme lui avait expliqué que c'était son grand père qui travaillait depuis longtemps et aurait voulu que sa fille n'épouse pas un simple roturier mais permette à sa famille d'avoir une particule en épousant un noble. La plus jeune des deux femme reprit la parole et pensa à son propre passé. Elle rougit au compliment et se dit que "fiancée" c'était peut-être un peu tôt d'y penser. Ce mot impliquait trop pour elle "mariage" puis "installation" dans une petite maison et pour finir "gamin". Elle n'avait pas envie de devenir grosse tout de suite et elle voulait profiter de la vie. Si elle devait se préoccuper de gamins resté chez elle, elle ne pourrait pas se concentrer sur les combats en cours. Elle ne pourrait pas être un bon soldat et devrait devenir une femme au foyer dépendante du travail de son mari. Les endroits romantiques dans l'Académie? Oh si, il y en avait pas mal. Elle se souvint des jardins ou de la cascade et puis des lieux dans les escaliers ou couloirs qui à la lumière de la Lune en devenait si beaux. Kirfdéin et elle préféraient les rendez-vous pas trop romantiques, par exemple, ils s'étaient souvent vus dans le clos d'exercice.


La question suivante lui fut adressée et elle du cesser d'être transparente. Halina sourit et se remémora comment Sinn et Mérita s'étaient rencontrés, le fils de paysan avait fait la cour à la magnifique fille d'armurier de sa ville. Celle-ci avait finalement décider d'accepter et un petite dot avait suffit à convaincre à son père de donner son accord. La brune rattacha ses cheveux et répondit avec un sourire:


-Oui, c'est ça. Non, M'dame, je suis née à Al-Vor et mes parents avant moi.


Elle se souvint avec nostalgie de cette ville un peu excentrée, active et violente. Tout le monde se connaissaient dans la partie basse de la ville. Les belle maisons y étaient moins nombreuses qu'à Al-Jeit ou même Al-Poll et tous les gens modestes rêvaient d'aller habiter là bas. Alors que petite elle voulait devenir une princesse dans une belle robe et une grande maison au lieu de devoir travailler comme lavandière ou au marché, aujourd'hui, elle était fière de ce qu'elle était et voulait continuer d'en être fière. Certains nobles étaient méprisables alors que d'autres étaient tout à fait corrects et elle n'avait plus le désir de leur ressembler.


-Oh, Al-Vor? On m'a dit que c'était une belle cité.


Elle ne semblait pas trop savoir comment relancer la conversation mais ne voulait pas que les deux tourtereaux s'échappent maintenant qu'elle les avait tout juste retrouvé. Son regard s'échappa sur la silhouette de son fils et de son amie, main dans la main. Elle sembla réfléchir un peu puis elle regarda sa mère le regard pleins de questions. Celle ci acquiesça silencieusement puis la plus jeune demanda, pleine d'espoir:


-Vous voulez venir déjeuner à la maison?


Voyant la tête de son fils, elle le rassura, une pointe de déception dans la voix, elle devait vouloir la paix dans sa famille.


-Rassure-toi, Père n'est pas là aujourd'hui, il est chez un de ses clients jusqu'à se soir.


Halina trouvait l'idée bonne, elle en avait pleins les pattes et commençai à avoir faim. Cependant, c'était à Kirfdéin de choisir. Elle lui sourit sereinement en jouant avec son pendentif.



_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Dim 22 Mai 2011 - 21:42

Comment avait-il pu imaginer qu'ils se quitteraient avec un simple au revoir et à bientot? Ridicule. Il connaissait sa mère quand même. Il savait très bien qu'elle allait tout faire pour qu'il se réconcilie avec son grand-père. Mais Kirfdéin ne le ferait pas. Non, surtout pas. Il n'allait pas se rapprocher de la famille qui l'avait rejeté comme un malpropre parce qu'il était le fils d'un roturier. Maintenant que le roturier était mort, ça devait tout changer pour les parents de sa mère. Le marchombre était même sûr que s'il rencontrait son grand-père, ce dernier allait lui proposer de changer son nom pour obtenir la particule.

Son visage devait exprimer sa réticence car sa mère ajouta que la maison était vide. Son grand-père était donc partit pour la journée. Bon, là, ça changeait tout. En plus, il fallait avouer que, même s'il n'aimait pas l'argent de son grand-père, il avait toujours eu envie d'entrer dans une maison de nobles. Autre point non négligeable, il avait un peu faim et leur provision était bien maigre et c'était très loin de la qualité de la nourriture qu'on offrait à l'académie.

- C'est d'accord, on va déjeuner avec vous. Mais quand grand-père arrive, on partira.

Il avait généralisé au cas d'Halina, car il se doutait bien qu'elle ne voulait pas trop donner son avis, vu qu'il s'agissait de sa famille. Immédiatement un sourire se dessina sur le visage de sa mère. Ca faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu sourire ainsi. Dans les dernières années de la vie de son père, Kirfdéin avait vu sa mère dépérir doucement. Elle avait perdu sa joie de vivre, et Kirfdéin avait eu beaucoup de mal à la laisser partir seule. Finalement, la vie chez ses parents avait rendu de la joie à la mère du marchombre et c'était un bon point à offrir aux grands parents du jeune homme.

Les deux amoureux rembalèrent leurs affaires de voyages et ils suivirent la mère et la grand-mère de Kirfdéin. Après quelques minutes de marche, ils arrivèrent devant une grande maison bâtie sur deux étages. Une somptueuse demeure entourée d'un petit jardin très bien entrentenu. Kirfdéin ne put s'empêcher de penser que son grand-père souhaitait vraiment montré sa richesse et sa superioté à tout ceux qui s'approchaient de sa demeure. Son grand père dégoutait de plus en plus le marchombre. Cet étalement de luxe était de trop, vraiment de trop. La grand-mère poussa le petit portillon qui permettait de passer le mur qui délimitait la propriété et ils traversèrent tous un petit sentier de cailloux qui conduisaient à la maison. A l'intérieur de la demeure, c'était pire que l'extérieur. Les décorations, les meubles, les tableaux.... Tout était là pour montrer que le propriétaire avait de l'argent. La mère de Kirfdéin conduisit le petit groupe vers un "petit" salon et ils s'installèrent sur des canapés avec des coussins de couleur rouge.

- Je vais prévenir la cuisinière que nous avons des invités pour le déjeuner, expliqua la grand-mère de Kirfdéin avant de quitter la pièce.

Et des employés en plus. Evidemment. Heureusement que Kirfdéin avait des études à Al-Poll, il n'aurait pas supporter longtemps de vivre dans cet endroit. Le seul intéret qu'il y trouvait, c'était qu'il aurait pas eu de problèmes à se payer tout ce qu'il voulait. Mais le jeune marchombre préférait être pauvre et loin de sa mère plutôt que de vivre dans ce "manoir" et de montrer de la sympathie pour le propriétaire des lieux.

- Vous êtes arrivé depuis quand à Al-Chen?

- Depuis ce matin, répondit Kirfdéin.

- Je ne t'ai pas demandé la raison de ta venue içi. J'espère que c'était pour me voir.

La mère du marchombre émit un petit rire, comme si le contraire lui semblait si improbable. Kirfdéin allait devoir lui mentir. Encore une fois. Il ne voulait pas gacher le bonheur qui se lisait sur le visage de sa mère. S'il lui disait qu'il avait d'abord espérer ne pas la croiser, son chagrin reprendrait le dessus et le marchombre ne voulait pas de ça.

- Evidemment. Et aussi pour venir voir le lac que tout le monde décrit comme superbe. A l'académie, nous avons eu le droit à quelques semaines de vacances. On a profité pour faire un petit voyage en amoureux. On a choisit Al-Chen sans trop hésiter, je voulais te présenter Halina. D'ailleurs, je suis bien content de t'avoir croiser au lac, je n'ai pas eu à dire bonjour à grand-père.

- Je t'en pris, Kirfdéin, ne dis pas du mal de mon père. Nous parlons beaucoup de toi depuis que je suis venue revivre ici. Il aimerait beaucoup te rencontrer.

- Et bien pas moi. Il a pensé 18 ans sans se soucier de sa fille, de son gendre ou de son petit-fils. Qu'il continue à m'ignorer, ça m'ira très bien.

- Apprends à pardonner, mon chéri. Il s'en veut énormément pour ce qu'il a fait. Il aimerait beaucoup revenir en arrière.

Kirfdéin ne répondit pas. Il détourna même le regard. C'est à ce moment-là que sa grand-mère revint avec deux bouteilles et un plateau rempli de gâteaux.

- Servez-vous, le déjeuner sera bientôt prêt, dit-elle en posant le plateau et les bouteilles sur la petite table devant eux.

Elle s'empara de quatre verres rangés dans une armoire et elle servit chaque convive. Un silence pesant s'était installé entre les personnes. Ce fut finalement la mère de Kirfdéin qui le rompit.

- J'espère que mon fils n'est pas trop dur à supporter tous les jours, dit-elle en s'adressant à Halina. Tu n'avais peut-être pas vu qu'il pouvait être très têtu.

Elle émis un nouveau petit rire et Kirfdéin ne put s'empecher de sourire un peu. C'est vrai qu'il était très borné, comme son propre père d'ailleurs.


[Dsl pour le trop grand retard, j'espère que ce post te convient et que tu auras des idées pour répondre. En cas de souci, n'hésite pas à m'envoyer un MP. Et comme d'hab, n'hésite pas à jouer d'autres personnes de la maison (mère, grand mère, employé, etc...]


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Dim 5 Juin 2011 - 19:05

Kirfdéin accepta finalement l’invitation chez ses grands-parents. Halina les suivit dans les rues de la ville jusqu’à la partie centrale où se concentraient les belles demeures de riches. Toutes se ressemblaient par leur opulence et leur faste extérieur. Toujours sembler plus puissant aux yeux des autres, c’était à celui qui avait les plus belles colonnades, le plus de dorures ou le plus de serviteurs. Avant d’entrer à l’Académie, elle avait toujours regardé de l’extérieur les maisons de ce genre. Elle se demandait encore si l’intérieur était identique aux façades, si leurs habitants pouvaient rester sains d’esprits en vivant dans tant de richesses. Les bâtiments de l’Académie étaient tantôt richement tantôt sobrement décorés et elle avait découvert que les nobles riches pouvaient être aussi détestables que sympathiques. Cela dépendait des personnes. La maman de Kirfdéin semblait naturelle et gentille alors que sa grand-mère semblait plus sèche, moins encline aux changements. Mais elle faisait des efforts : pour son petit-fils, elle venait d’inviter chez elle une roturière, une jeune fille sans particule.


L’intérieur était aussi opulent que l’extérieur : derrière les grilles, un jardin où rien ne dépassait et derrière les portes, des boiseries, argenteries et autres trucs qui vous agressent les yeux dont elle ne connaissait pas le nom. Elle n’avait jamais eu à voler pour survivre mais y avait pensé lorsqu’elle était au plus mal. Il y avait ici de quoi nourrir pendant des semaines tous les pauvres de la ville. Elle avait été trop bien élevée pour envisager ce genre de chose surtout chez ce qui qui pourrait devenir sa belle-famille mais c’était tentant. Elle ne savait pas pourquoi il fallait aller dans cette pièce précisément et faillit proposer son aide à la cuisine avant de réaliser qu’ils avaient évidemment des employés de maisons. La grand-mère confirma sa pensée en allant prévenir la cuisinière. Elle se sentait mal à l’aise ici. Halina savait qu’elle ne pourrait pas vivre là, elle se sentirait oppressée. Une petite voix insinua que l’on pouvait s’habituer à tout et surtout à ça sans trop de difficultés.


Une conversation s’entama entre Kirfdéin et sa mère, elle commençait plutôt bien, la femme semblait réellement heureuse de voir son fils. Elle espérait que c’était pour elle qu’ils étaient venus. Si elle savait que cela n’avait rien à voir et qu’il n’avait même pas l’intention de passer dire bonjour. La jeune guerrière était bien contente qu’ils les aient croisés sinon, le marchombre aurait raté une occasion de faire la paix. Zut, la paix était mal barrée, il avait vraiment beaucoup de ressentiment contre cet homme… Se rendait-il compte que le vieil homme ne devait pas tant que ça être un monstre puisqu’il avait accepté un mariage d’amour pour sa fille unique ? Chose très rare chez les nobles d’après de nombreux avis. On ne se mariait que pas intérêt comme souvent chez les roturiers. C’était pareil pour ses parents, si son grand-père maternel n’avait pas été aussi ouvert d’esprit, la fille d’armurier n’aurait pas pu épouser le paysan et se serait retrouvé avec un notable ou quelqu’un de plus vieux et d’influent. Et il aurait eu les capacités de retenir sa fille chez lui s’il était aussi dur que le disait le jeune homme. Qu’il les ait ignoré était peut-être dû à l’éloignement de sa fille. Sa princesse. Tous les pères aimants qui ont une fille unique ce sentent délaissés un jour ou l’autre. Pour lui ce fut sûrement son départ qui lui fit de la peine et l’empêcha de renouer avec sa famille. Avec le temps il avait certainement compris ses torts. La mère de Kirfdéin avait raison, il devait apprendre à pardonner. Halina ne dit rien. Cela ne la regardait pas, c’était seulement le problème de son compagnon.


La grand-mère revint. Cela l’étonna que ce soit elle qui porte le plateau et lui serve un verre de quelque chose d’indéfini. Du vin peut-être. Et des gâteaux avant de manger ? Les riches ont des coutumes étranges. Na sachant pas qui devait boire en premier, elle attendit que la vieille femme trempe ses lèvres dans son verre avant de faire de même. Un bon vin. Au goût fruité et sec. Elle l’apprécia par petites gorgées dans le silence de la pièce. Puis la femme rompit celui-ci par une question qui lui était adressée. Halina leva les yeux vers elle avant de répondre avec un sourire :


-Oh non, il est supportable, ne vous inquiétez pas. On peut appeler ça comme on veut mais je dirais plutôt détermination. Et c’est une qualité très importante pour nos études.


Elle ne savait pas si cette femme avait deviné qu’ils ne suivaient pas le même enseignement alors autant rester vague. Les marchombres ne voulaient pas trop que l’on en sache plus que ce qu’ils n’en dévoilaient. Elle-même ne connaissait que peu de choses sur eux alors si Kirfdéin voulaient en parler, ce serait à lui de le faire. Sa mère sembla rassurée qu’elle veuille de lui tel qu’il était. De toutes façons, la guerrière l’était aussi têtue et ne pouvait donc pas vraiment le reprocher aux autres. Puis, après un autre silence, une femme entra dans la salle et annonça que la table était mise dans la petite salle à manger et que le repas serait bientôt prêt. S’ils voulaient bien la suivre. Halina n’en croyait pas ses oreilles. Il fallait changer de salle pour manger ? Devait-elle débarrasser son verre ? Il semblerait que non, les trois autres la suivirent en laissant tout en plan, quelqu’un s’en chargerait sûrement. Elle préféra suivre le groupe de peur de se perdre. La table était richement dressée : plusieurs couverts et assiettes et nappe blanche. Qui avait-t-il de plus salissant ? A quoi servaient les différent couverts et verres ? Elle décida alors de suivre la technique qui marchait depuis le début : l’imitation. La vieille femme lui demanda alors, un peu inquiète :


-C’est vrai ce que l’on raconte ?


-De quoi parlez-vous ? répondit la guerrière sans comprendre.


-Que l’Académie de Merwyn a récemment subi des troubles…


-Oh, ça ! Elle hésita, que devait-elle révéler ? Il y a eu une attaque de Raïs mais cela a été réglé. Comment savez-vous cela ?


-Nous autres marchands avons de bonnes sources. J’avais compris que c’était pire que ça… Peut-être était-ce une erreur ?...


Ses yeux la scrutèrent alors qu’elle tentait de rester neutre. Halina ne savait pas trop quoi dire, elle ne voulait pas les inquiéter ou raconter un trop gros mensonge. Kirfdéin aurait sûrement une idée.



[ Encore désolée pour le retard ! Si ça ne te va pas, je peux évidemment modifier !]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Marchombre
Messages : 266
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Sam 16 Juil 2011 - 1:09

Quand la femme, que Kirfdéin avait associé à la cuisinière sans même savoir si c'était bien elle, leur avait annoncé que le dîner était servit, la mère et la grand-mère du marchombre. Changer de salle pour aller manger. Kirfdéin n'avait jamais fait ça, évidement, mais ça ne le surprenait même pas. Vu l'affluence dans richesse dans la maison et la grandeur de la demeure, c'était presque obligatoire qu'il y ait une pièce n'ait pas plusieurs rôles. Ils furent donc conduit dans une grande pièce, tout aussi richement décoré que le reste de la maison. En entrant, Kirfdéin eut une vision de sa vie s'il était venu içi avec sa mère. Une vie d'enfant gâté. Une vie de pacha. Une vie où il n'aurait eu qu'à claquer des doigts pour qu'une armée de serviteurs vienne avec le seul désir de le satisfaire. Une vie loin des tracas qu'il a connu à l'académie de Merwyn. Une vie reposante. Une vie qu'il n'aurait finalement pas aimé. Quand il était plus jeune, il aimait partir à la découverte de la forêt qui s'étendait non loin de sa maison. Il n'aurait pas aimé rester enfermé dans cette maison, au coeur d'une si grande ville. S'il avait du vivre à Al-Chen, il aurait sûrement passé sa journée au bord du lac, seul endroit qu'il aimait depuis son arrivée dans la région. Il voulait repartir rapidement, s'éloigner de cet endroit. Mais pour sa mère, il allait se forcer. Elle était heureuse de le revoir en bonne santé et voir un sourire sur le visage de sa mère était un plaisir pour le jeune marchombre.

Ils s'installèrent donc autour de la table. Avant même que la nourriture arrive, la grand-mère de Kirfdéin posa une question que le marchombre aurait aimé ne jamais entendre. Elle voulait se renseigner sur ce qui s'était passé à l'académie. Comment était-elle au courant? Comment pouvait-elle savoir que l'académie située si loin d'Al-Chen avait été attaquée? Le marchombre jeta un regard vers sa mère. Elle regardait tour à tour les personnes autour de la table, en attendant que quelqu'un confirme ou infirme les paroles de sa mère. Il fallait absolument minimiser l'affaire pour ne pas qu'elle le boucle à Al-Chen. Heureusement, Halina parvint sans difficulté à faire passer l'attaque pour un banal incident.

- Justement, en étant marchande, tu devrais savoir qu'il suffit d'un rien pour que les choses soient aggarvées. Il faut beaucoup de bouches et d'oreilles pour transférer des informations d'Al-Poll à Al-Chen. Si chacun transforme un détail dans ce qu'on lui dit, la nouvelle arrive complètement différente içi. Donc non, ce n'était pas bien grave. Les maîtres de l'académie et les gardes ont su se débrouiller seuls, on a même pas eu besoin d'intervenir.

Il sentit que sa mère poussait un "ouf" de soulagement. Il voulut relancer la conversation sur un autre sujet mais il n'en eut pas l'occasion. Il entendit un bruit à l'entrée et une voix d'homme.

- Je suis rentré. Finalement, mon rendez-vous s'est terminé beaucoup plus tôt.

Kirfdéin n'eut pas à demander qui était rentré. Il jeta un regard noir à sa mère. Elle l'avait piégé pour que la rencontre se fasse.

- Je t'assure que je ne le savais pas. Calme-toi, je t'en supplie. Parle-lui, je suis sûr que tu lui pardonneras.

La porte de la pièce dans laquelle les convives étaient rassemblés s'ouvrit sur un homme de grande taille avec une petite moustache bien taillée. Ses yeux étaient gris, comme ceux de Kirfdéin. Il avait des bras et des mains épaisses et son ventre bedonnant trahissait son amour de la bonne chair. Le grand-père du marchombre fut d'abord étonné de se retrouver face à 4 personnes puis il dévisagea Kirfdéin. Sa bouche s'ouvrit de stupeur.

- Kirfdéin?

Le marchombre ne voulait pas parler à cet homme qu'il détestait. Il se leva, renversa sa chaise et il se dirigea vers la porte. Il voulait fuir cet endroit mais son grand-père l'arrêta.

- Non, ce n'est pas l'heure de la fuite. Je veux te parler. J'ai fait des erreurs, d'immenses erreurs. Je ne sais pas si tu pourras me pardonner mais j'aimerais que tu essaies.

- C'est facile de reconnaître qu'on a tord quand le problème qui gênait n'est plus là. C'était avant que mon père meure qu'il fallait venir pour se faire pardonner. Maintenant, c'est trop tard.

Kirfdéin avait hurlé. Il n'avait jamais crié aussi fort de sa vie. C'était 18 ans de rage qui ressortait. Une silhouette inconnue avait attisée sa colère pendant son enfance. Maintenant, il pouvait mettre un visage sur cette silhouette. Il ne pardonnerait pas. Il resterait fidèle à son défunt père.

- Tu ne t'ai jamais demandé comment vous arriviez à payer les médicaments de ton père pendant sa maladie? Tu n'as pas réfléchi sur le fait que tu continuais de manger de délicieux morceaux de viande alors que ton père ne chassait plus?

Le vieil homme se tut. Et Kirfdéin resta là sans rien dire. C'est vrai qu'ils n'avaient eu de problèmes pour avoir des médicaments pour le père de Kirfdéin. Le marchombre regarda son grand-père, puis sa mère puis à nouveau son grand-père.

- Et oui, c'est moi qui vous aidait dans l'ombre. Ta mère m'avait contacté pour que je vous vienne en aide. Je n'ai pas hésité. Plusieurs fois, j'ai voulu tenter d'entrer en contact avec vous mais je n'en ai pas eu le courage. Ta mère m'offrait une occasion, je l'ai saisit. J'ai voulu attendre la guérison de ton père pour me montrer au grand jour mais malheureusement, ça n'a pas fonctionné comme je le voulais.

- Pourquoi avoir repousser mon père quand il s'est présenté à vous pour demander la main de ma mère?

Il avait une vague idée de la réponse mais il voulait l'entendre de la bouche de son grand-père.

- Ton père me rappelait l'enfance que j'avais eu. Je ne voulais pas que ma fille tombe dans la misère alors que j'avais tout fait pour que ma famille ait de l'argent. Et oui, même si j'ai une particule de noble, j'ai passé mon enfance dans la misère. Notre famille avait été ruinée, j'ai travaillé dur pour tout reconstruire et pour faire oublier que mon nom avait longtemps été synonyme de misère. Quand j'ai vu ton père et qu'il m'a dit qu'il était garde forestier, j'ai eu peur. J'ai commis une grave erreur et ma fille a eu raison de partir avec ton père. Vivre sans elle m'a permis de réfléchir et de me rendre que j'étais totalement en tord. Je te demande de me pardonner, Kirfdéin. Pas qu'on devienne les meilleurs amis du monde, simplement que tu me pardonnes. C'est tout ce que je désire.

Kirfdéin resta longtemps sans rien dire. Il avait l'impression de ne plus être connecté à la réalité. Il ferma les yeux. Son grand-père semblait sincère. Le marchombre gardait toujours sa rancoeur mais les médicaments de son père avaient permis que le garde forestier survive plus longuement. Son grand-père avait donc permis cela avec son argent. Il méritait donc le pardon.

Doucement, le marchombre rouvrit les yeux.

- Je te pardonne.



[A toi de voir si tu veux continuer le rp ou non. Les deux options me plaisent. Préviens moi par MP sur ton choix]


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 569
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   Lun 15 Aoû 2011 - 18:36

La réponse de Kirfdéin lui parut tout à fait crédible et elle se retint d’expirer de soulagement comme sa mère venait de le faire. Il était vrai que les rumeurs sont souvent infondées ou alors exagérées. Elle se souvint d’un bruit qui avait couru à Al-Vor alors qu’elle était plus jeune. On murmurait que l’Empereur était mort lors d’un accident de chasse. L’effet avait été tel que le deuil avait été porté par de nombreux habitants. Le chef de l’Empire lui-même était venu en visite pour apaiser les craintes. Elle n’avait même pas pu voir son visage parce que son frère n’avait pas voulu la porter sur ses épaules. Elle lui en avait longtemps voulu. Ce qu’elle ne savait pas c’était que lui aussi avait regretté d’avoir été aussi buté.


Halina observa un instant comment les autres mangeait et fit ensuite pareil que la grand-mère. Le plus petit verre pour le vin et le plus grand pour l’eau. Ne pas manger avec les mains. Commencer par les couverts à l’extérieur. Fermer la bouche en mâchant. S’essuyer régulièrement les lèvres. Elle se perdait un peu dans tout ce protocole. Et mince, si les repas avec la belle-famille étaient comme celui-ci, elle allait devoir prendre des cours. Chez elle, quand il y avait de quoi manger, c’était plutôt « A La Bonne Franquette » au contraire d’ici « A La Fourchette d’Argent ».


Elle entendit du bruit au loin et une voix d’homme prévenant que son rendez-vous avait été plus rapide que prévu. Elle vit Kirfdéin se crisper de colère et regarder méchamment sa mère comme si c’était un piège contre lui, une machination pour le forcer à voir son grand-père. Sa mère lui recommanda de lui parler mais elle vu qu’il n’en avait aucune envie. L’homme avait les mains et les épaules de celui qui a travaillé durant sa vie mais le ventre de celui qui profite maintenant du produit de son travail. Si elle n’avait eu aucune idée préconçue sur lui, il lui aurait plu.


Elle suivit la conversation avec beaucoup d’intérêt. Elle se leva pour être prête si ça dégénérait. Elle faillit bondir sur son aimé pour le réconforter quand il hurla mais n’en eut pas le temps. L’homme n’était finalement pas un salaud de première comme Kirfdéin semblait le penser. Il répondait avec sang-froid aux questions de son petit fils et semblait dire la vérité. Le fait que le marchombre vouvoie son grand-père l’étonna grandement mais elle comprit qu’il n’avait peut-être pas envie de tutoyer quelqu’un qu’il n’aimait pas. La guerrière aurait plutôt tendance à faire le contraire. Tutoyer ceux qu’elle exécrait et vouvoyer ceux qu’elle respectait et aimait. Finalement, elle écouta le plaidoyer de l’homme un peu sidéré. Il reconnaissait ses torts et ça c’était rare de nos jours. Halina avait maintenant envie de connaître mieux cette personne mais ce serait au jeune marchombre de décider de la suite des évènements. Elle attendit avec le même espoir que sa mère, grand-mère et grand-père que Kirfdéin pardonne. Ce qu’il fit après un long moment de silence.


Sa mère se jeta dans ses bras et entraîna son père à elle à le faire aussi. Ils se retrouvèrent tous les trois à s’étreindre même si seule sa mère paraissait heureuse de cette position. Le marchombre n’était pas encore près à avoir un contact physique avec celui qu’il avait longtemps détesté. Ce dernier n’était plus habitué aux effusions d’affection de sa fille. La grand-mère, tout sourire, les rappela à l’ordre :


-Le repas va refroidir ! Attablons-nous tous !


Halina hésita quelques instants puis se décida, elle n’avait rien à faire là. Elle avait accepté cette demande pour ne pas laisser son aimé tout seul mais maintenant qu’ils s’étaient réconciliés, ils avaient sûrement pleins de choses à se dire, pleins de souvenirs à évoquer. Surtout avec sa mère qu’il navait pas vu depuis des mois. Elle posa sa serviette sur le dossier de sa chaise


-Bon, je vais vous laisser à vos retrouvailles, j’ai quelques courses à faire. Merci pour votre chaleureux accueil.


Elle ajouta pour Kirfdéin avec un beau sourire:


-Rejoins- moi quand tu as fini sur les bords du lac Chen, au même endroit que l’on était tout à l’heure.


Puis elle sortit de la pièce après avoir salué tout le monde et sortit de la demeure. C’est fou comme l’air frais peut faire du bien.



[ FIN DU RP ]


_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mission en Gwendalavir [Terminé]   



 
Mission en Gwendalavir [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Vol de mission [PV Zora] [Terminé]
» (mission) Mars Attacks ! [Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Le Bal Masqué du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Le Bal Masqué du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La cité d'Al-Chen et ses environs :: Le Lac Chen-