Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteBal de l'Académie [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Bal de l'Académie [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 548
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 76


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Bal de l'Académie [Terminé]   Lun 14 Mar 2011 - 13:21

Jehan arborait un sourire digne du chat d’Alice au pays des merveilles. L’été battait son plein, et il avait passé les dernières semaines à travailler, travailler, travailler… Remplir des papiers, payer ceux qui avaient aidé à reconstruire l’Académie, trouver de nouveaux professeurs, réorganiser un peu tout ce bazar, ranger son bureau (mais si ! Allez donc jeter un œil !), trouver des saltimbanques, décorer la grande salle, lancer les invitations… Enfin, enfin, il pouvait pleinement profiter de cet été de dur labeur ! Enfin, ses efforts étaient récompensés ! Enfin, les académiciens allaient pouvoir rire, jouer, danser, et profiter à nouveau de la vie paisible de l’Académie !

C’était un soir parfait. Les cigales avaient chanté tout l’été et, accessoirement, toute la journée, et maintenant que le soir était tombé, les criquets les remplaçaient, ne laissant pas une seule minute de répit pour le silence. Le croissant de lune souriait, renversé sur le côté, et il faisait extrêmement bon. Peut-être les plus frileux mettraient-ils une veste légère, mais Jehan, lui, avait les bras à l’air. Les Dessinateurs s’étaient surpassés pour éclairer les jardins de manière agréable, et une multitude de boules de lumière flottaient dans les airs comme autant de lucioles phosphorescentes. Ils étaient éclairés, et par ces lumières et par les étoiles, ainsi que par les quelques feux de joie qui avaient été allumés, et où des nourritures diverses étaient en train de cuire. Le jardin était embaumé par l’odeur des fleurs et celle des mets qui se préparaient. Là et là, une estrade en bois avait été rapidement dressée pour les comédiens, les uns préparant leurs instruments, les autres commençant à jongler, les derniers se racontant des blagues. Où que soient les gens dans le jardin, ils auraient quelque chose à voir, ou à entendre. Jehan était extrêmement satisfait, surtout que la décoration du jardin s’était un peu faite au dernier moment ; il avait pensé que la fête se déroulerait dans la grande salle, comme les ans passés, mais un musicien avait crié au scandale en disant que par un temps pareil, les roturiers ne seraient jamais restés à l’intérieur, et avait refusé de jouer s’ils ne s’installaient pas dehors. Résultat, la grande salle était décorée de manière colorée, des lampions accrochés partout, les tables sur les côtés ; la Cour de la Fontaine n’était pas en manque, et une partie de l’animation était installée là-bas ; les portes avaient été laissées ouvertes, mais les jardins restaient le centre de la soirée, avec les différents petits groupes, les feux, les tables en bois.

Les invités affluaient, déjà, sous un air joyeux mais encore calme, simple introduction de ce qu’il y aurait bientôt, et Jehan monta sur l’estrade centrale ; la pelouse au centre du jardin serait le lieu de la première danse, la croisée de toutes les allées, à une place ouverte où tous pouvaient se rendre sans peur de se bousculer.

Il était l’heure.

La musique prit fin, et Jehan attira l’attention, le brouhaha des voix s’éteignant à son tour. Il fit un signe à un Dessinateur qui s’empressa d’augmenter le volume de sa voix :

« Académiciens, académiciennes, alaviriens et alaviriennes, j’ai le plaisir et le grand honneur de vous annoncer que le Bal de l’Eté est ouvert ! Je ne vous retiens pas longtemps loin des festivités, mais j’ai quelques annonces à faire ; comme vous le savez, les Maisons ont été modifiées. A tous les apprentis, si vous souhaitez savoir si vous êtes maintenant à Aequor, Kaelem ou Teylus, les listes ont été affichées dans la Grande Salle. Quant à vos professeurs, Myra Ril’ Otrin restera votre Maitre Dessinateur, assistée par Ciléa Ril’ Morienval, qui a fini son apprentissage cette année. Le nouveau Maitre d’Armes sera Locktar Guidjek, que certains d’entre vous connaissent sûrement, qui a été élève et garde en cette académie. J’ai aussi l’honneur de vous annoncer que nous avons un nouveau Maitre Forestier, ou forestière, devrai-je dire, j’ai nommé, Julia. Nous sommes de même ravis d’accueillir à nouveau la Sentinelle Alatariel Elanessë parmi nous. Bienvenue à tous les alaviriens qui nous ont rejoins ce soir, et merci à tous les artistes qui vont permettre de rendre cette soirée – ou devrais-je dire nuit ? – inoubliable ! Que la fête commence ! »

Un nouveau signe, et les élèves de Myra Ril’ Otrin se mirent au travail. Certains d’entre eux s’étaient entraînés toute la semaine à faire apparaitre du parchemin, sur lequel se trouvaient un nom et un visage. Chacun d’entre eux avait reçu une cible, à savoir, un cavalier ou une cavalière ; ils étaient chargés de faire apparaitre entre leurs doigts une carte sur laquelle ils pourraient découvrir l’identité de leur cavalier fantôme… Le moment était venu, et leurs longues heures d’entraînement portaient enfin leurs fruits. Des exclamations émerveillées fendirent la foule, alors que les cartes apparaissaient, avec les noms, et que les cavaliers fantômes cherchaient parmi les visages qui les entouraient lequel était celui qui se trouvait sur leur carte…

Spoiler:
 

Jehan jeta un œil a sa propre carte, pour découvrir sa cavalière; Enelyë Wind. Qu’il connaissait, évidemment, puisqu’il connaissait tout le monde. Il la chercha des yeux, la trouva, et, s’approchant galamment d’elle, il fit une petite révérence amusante avant de lui tendre la main :

- Et bien, m’accepterez-vous comme cavalier ce soir, gente demoiselle ?

La musique emplit l’air. Joyeuse, endiablée, entraînante.


_______________
Jehan Hil' Jildwin, Intendant de l'Académie de Merwyn, personnalité multiple et indivisible.
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 561
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mar 15 Mar 2011 - 21:37

Halina passa des heures dans la salle de bain. Vous allez dire, comme d'habitude. Mais cette journée là ce fut pire, elle voulait être parfaite et resplendir. Elle avait passé trois semaines poussiéreuses sur les routes, trois semaines éprouvantes, des journées épuisantes sur les routes mais en même tant tellement excitantes et passionnantes. Ce retour à la nature, à ce qu'elle préférait entre tout, c'est-à-dire les étendues sauvages, les couchers de soleils sur une montagne ou l'odeur du feu de camps. Et puis, il y avait eu le lac Chen, immense, démesuré et impressionnant. Elle y était restée bouche-bée comme le jour où elle avait vu la capitale et ses tours féeriques. Elle aimait beaucoup moins la poussière sur ses vêtements, et l'odeur de sueur ou celle froide, des feux. Ce voyage avait été l'occasion de voir Kirfdéin sous un autre angle. 'Fin, passons les détails qui n'intéressent personne et passons au sujet du jour. Le Bal. Et d'abord la préparation à cette soirée. Elle avait fait criser un certain nombre de personne en restant aussi longtemps sous la douche puis en squattant le miroir avec obstination. Toutes ces nanas qui se peinturluraient le visage pour séduire ne comprenaient pas l'importance à ce que la guerrière passe des heures à s'arranger les cheveux ou à corriger le trait de crayon sous ses yeux. Il était question de son honneur de montrer à son âme-sœur qu'elle n'était pas seulement une sportive quasi masculine mais qu'elle était bien féminine aussi derrière son masque de bourrine sûre d'elle. Elle avait acheté une magnifique robe de sa poche dans une des boutiques de la ville et réussit à s’occuper patiemment de ses cheveux. Enfin, patiemment… Elle avait failli se les arracher une bonne dizaine de fois et avait envisagé de les couper.


Tout ça pour dire, que lorsqu’elle fut prête et qu’elle se jugea une nouvelle fois dans le miroir, elle s’estima satisfaite. Sa robe sans manches et décolletée lui dessinait de belles formes, elle descendait jusqu’en dessous de ses genoux. Pratique pour danser et distinguée, tout ce qu’elle désirait. Elle portait une paire de chaussures à talon mais pas très haut, le collier et la bague que lui avait offerts Kirfdéin avant qu’ils ne partent et qu’elle n’avait pas eu l’occasion de mettre plus tôt. Ce furent les regards des autres dans la chambre qui lui firent réaliser qu’elle ne serait plus tranquille dans ses appartements… Son retour de voyage avait signé la fin des privilèges, l’espacement des cauchemars, les nouvelles maisons et les nouveaux compagnons de dortoir. Elle ne se sentait pas seule du tout, et faisait connaissant avec les uns et les autres. Le seul problème de sa nouvelle maison était que les chambres et la salle commune se trouvaient aux sous-sols et à chaque fois qu’elle descendait les marches qui y menaient, elle avait l’impression d’opérer un retour dans le passé. Les torches la faisaient frissonner quand elle était seule et elle prenait sur elle pour aller mieux. Elle s’y ferait et un jour se sentirait comme chez elle dans cette salle commune. Ses amies Felixias avaient été dispatchées dans les autres Maisons. Elle fit rouler le mot Teylus sur sa langue avant de se détacher de son point d’observation d’elle-même et d’attraper son châle.


Elle croisa une amie dans les couloirs et elles papotèrent sur leurs tenues respectives, l’autre avait une robe plus longue et vraiment plus décolletée, richement décorée : les avantages d’être une noble bien foutue… Une pointe de jalousie la transperça qu’elle chassa aussi vite que possible. S’amuser, se détendre et penser à d’autres choses. Halina pénétra dans les jardins et chercha du regard sa moitié. La repéra aussi sec et se dirigea vers lui. Il était beau, les costumes avaient le chic pour mettre les hommes en valeur. Elle ne s’occupa pas trop de son regard fixé sur elle et le rejoint puis l’embrassa pour le saluer. Ils discutèrent un peu en attendant que l’Intendant fasse sa déclaration pour lancer le Bal. Le silence se fit instantanément à son arrivée, l’éloquence du Sieur Hil’Jildwin les laissa sens voix. Chacun eu un mouvement et un cri de surprise à l’apparition des papiers. Arro Skil’Liches. C’est super, mais c’est qui celui-là ? Un élève, un vieux, un prof’ ? Ce nom lui disait quelque chose, où l’avait-elle déjà rencontré ce nom ? Dans la liste des élèves ? Non c’était plus vieux. La liste de ses profs ? Non, plus récent… Une discussion peut-être ? Cela lui revint doucement, presque au ralenti : Ichel lui avait parlé d’un Arro Skil’Machin. Ah oui !! Son maître marchombre ! Ca y était, il était contexté ! ( remis en contexte quoi ) La guerrière étudia le dessin présent à côté du nom. Complètement inconnu, difficilement discernable et un peu flou. A quand l'invention des photos? Elle scruta des yeux la foule à la recherche du visage et finit par le trouver lorsque leurs yeux se croisèrent. Se retournant vers Kirfdéin, elle lui fit un baiser et rejoins l'homme souriant sur la piste de danse.


-Enchantée de vous rencontrer !


[ Désolée, lire trop vite ça joue des tours ^^' ]




_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mar 15 Mar 2011 - 23:44

Il retombait en enfance.
Ca ne changeait certes pas de l’ordinaire, diront les mauvaises langues, mais Einar avait rarement vu un aussi beau spectacle que celui qui s’étalait sous ses yeux béats. Les musiques qu’il entendait, il en connaissait les airs, il pouvait distinger le fumet des viandes qui rotissaient et l’odeur caractéristique des feux de bois. C’était comme dans son enfance, quand ses parents l’emmenaient au festival d’Al-Far, petit festival assez peu fréquenté, mais bon vivant pour les familles de paysans et des petits commerçants qui s’y rendaient à la lunaison de la Dame. Mais là, c’était encore mieux. Emerveillé, il passa les premières minutes de son arrivée dans les jardins à suivre des yeux une des lucioles luminescentes des dessinateurs, tendant les doigts pour en attraper une, qui lui échappait encore et toujours. Les lampions renvoyaient dix mille étincelles dans les globes lumineux flottants, et les exclamations de joie étaient une musique encore plus belle que la cithare des itinérants.

Ses épaules s’étaient légèrement élargies grâce à l’été, aux merveilleux après-midis passés avec tout le monde dehors, aux leçons de Tifen Layan qui le remplissaient d’une immense fierté, et aux hormones qui régissent le corps de tous les adolescents. Il était toujours format crevette, mais il se rapprochait de la gambas, et c’était déjà une amélioration. Toute la journée, il avait été survolté, avec la hâte que les cours se terminent et qu’il puisse se préparer pour la fête. Il n’avait rien de très élégant, mais le thème populaire du Bal le ravissait : la cavalière qu’il aurait aléatoirement ne lui reprocherait pas ses atours un peu roturiers.
Il avait d’abord tenté de peigner ses cheveux en laissant une raie propre sur le côté, mais devant la catastrophe qu’il était devenu, il avait décidé de les laisser dans leur capharnaüm sophistiqué habituel. Il avait soigneusement passé sous les fers sa chemise la plus blanche, qu’il avait agrémentée d’une veste sans manche en cuir léger, au col relevé, légèrement ouverte dans un style négligé. Un petit bouquet de fleurs des champs était accroché à la boutonnière de sa veste, et sa chemise rentrée dans ses pantalons. Il était quand même pas mal, nan ? Ca changeait de son désordre habituel, et il était tellement joyeux qu’il bondissait limite partout.

Il écouta docilement le discours de Jehan, tenant de ne pas laisser son attention se disperser vers les petites boules lumineuses, ou un musicien qui réglait ses flûtes et qu’il avait déjà croisé à une fête à Al-Far, ou les couples déjà formés, les tenues ravissantes de tout le monde et la lune égayant le ciel. C’était carrément mieux que le dernier bal, trop classieux, trop enfermé. Il fut pris de court quand un parchemin apparut dans ses mains, et manqua de renverser une table pleine de fruits issus des fermes des environs et savamment présentés dans une simplicité toute étudiée. Elisha. Elisha Elisha… Réfléchis, ça doit bien se trouver, une Elisha, dans le coin. Et puis il y avait un petit dessin sur le parchemin. Il ne voulait pas dire du mal du brave dessinateur, mais… bof, quoi. Une fille, rousse.
…Rousse ?!
Encore ?! Enfin, il aimait bien les roux, hein, mais il était sorti avec deux rousses pendant un petit temps et puis bon voilà quoi. Parchemin en proue, il se mit à la recherche de sa cavalière de Bal, tenta plusieurs groupes de filles gloussantes, s’arrêta devant un. Elle ressemblait plutôt au dessin, pour autant que ça soit au compliment.

-... C’est toi Elisha ? J’suis désolé, je connais pas tout le monde, et j’aimerais pas me tromper de cavalière, ça m’embêterait un peu..



_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mer 16 Mar 2011 - 16:42

- Youhouuuuuuuuuuuuuuuuuu !

Le bal allait bientôt commencer, et Shawna était excitée comme une puce.

- J’pose mon cluejan ici, j’vous rejoins plus tard, j’danse pour la première !
- Tu commences mal, la fille du sud, tu vas être crevée avant même d’avoir commencé à souffler…
- Crois-moi, l’rabbat-jourjoie, tu veux qu’j’me fatigue maintenant, sinon tu vas pas me
supporter toute la soirée…
- Ouais, t’as raison, casse-toi.

Shawna lui tira la langue, joueuse, puis descendit de l’estrade en sautant et courut comme un bolide pour rejoindre l’autre côté des jardins. Elle attrapa au passage une miche de pain au sésame, qu’elle commença à grignoter en route. Le petit pain sortait à peine du four et était encore chaud ; un vrai bonheur. Les feux dansaient, et elle, elle ne tenait pas en place, sautillant d’un pied sur l’autre, incapable de se poser, impatiente de commencer à danser, valsant sur chacun des airs qu’elle entendait. Elle tournait, au rythme des chansons. C’était fou ce qu’elle aimait l’été. Voilà, ça suffisait à son bonheur, un soir d’été, de la musique, des gens et des lumières. Des éclats de voix, des éclats de rire, des éclats de chant. Pied de nez au malheur. Tu vois, on est pauvre, on est sale, on sait pas où on va et d’où on vient, on est orphelin et on a rien dans nos bagages, mais il nous en faut peu pour être heureux, et encore moins pour s’amuser. Bon, c’était quand même un bal, il y avait quand même des nobles, et les gens étaient bien habillés, en général ; ça ne valait pas les soirées improvisées par les itinérants ou sur la place des villages, mais c’était déjà merveilleux. Shawna aimait l’improvisation. Elle shoota dans un caillou, se cacha derrière un groupe qui bavardait lorsque celui-ci tapa le mollet d’un invité pour ne pas se faire remarquer, et fila sans demander son reste. En sifflant la chanson qu’elle entendait…

Ce soir, personne ne la reconnaitrait. Elle avait quitté les pantalons bouffants et larges jupes pour un pantalon simple de toile, et ses tuniques féminines pour une rouge à la coupe masculine, à manches courtes, retenue par une ceinture en cordelette. Elle avait retiré ses foulards, ses bracelets dorés et les boucles qui pendaient à ses oreilles, et son seul bijou était un large bracelet en cuir noir, au poignet gauche. Elle avait accroché ses cheveux avec un lien de cuir et avait posé un chapeau noir sur son crâne, d’homme à nouveau, ce genre de chapeau absolument difforme qu’elle ne savait jamais dans quel sens mettre. Eyni, avec qui elle jouerait plus tard ce soir, s’était fait un plaisir de lui dessiner une moustache noire sous le nez, et une sorte de bouc qui ne devait pas ressembler à grand-chose, mais bon… On lui avait proposé des bottes en cuir noir, aussi, mais elle flottait dedans, et ses sandales étant trop féminines ; alors ses pieds nus dansaient dans la poussière, et aplatissaient brins d’herbe et terre meule. Ses pieds seraient noirs avant la fin de la soirée, mais tant pis, elle trouverait bien un bac d’eau où les tremper.

Elle finit son pain pendant le discours du vieux, qu’elle avait enfin pu rencontrer la veille, et qui l’avait ajouté à la liste des élèves sans poser trop de questions. Elle avait déjà oublié le nom de sa maison, d’ailleurs. Et lui, il l’avait étonné. Cela faisait tellement longtemps qu’elle s’imaginait l’intendant comme un vieux noble prétentieux et excessivement gras, que voir cet homme fin, physiquement et psychologiquement, l’avait déstabilisée. Elle était ressortie de ce bureau avec une opinion profondément modifiée. Elle l’en respectait presque… Mais presque seulement. Il n’était pas un fainéant, lui non plus, et ça, elle ne pouvait qu’apprécier. Par contre, s’il pouvait se tai…

Quoiiiiiii ?

Locktar ? Locktar Guidjek, Maitre d’armes ?

Shawna tombait des nues. Pas lui. N’importe qui mais pas lui. Ca ne faisait quand même pas deux mois qu’elle attendait d’apprendre qui serait son professeur pour que ce soit ce garde pas meilleur qu’un autre qu’elle passait son temps à taquiner. Il n’avait aucune patience, elle non plus, ils ne pourraient jamais s’accommoder l’un à l’autre… Quoique l’avoir elle comme élève… Elle ne savait pas qui des deux était le plus à plaindre. Elle rumina un instant ses pensées à cette nouvelle, mais les repoussa bien vite au loin – ce soir, c’était le Bal, et peu importait les professeurs, le combat, le Dessin, les cours, c’était la fête, la musique, et c’est tout ! Quelqu’un la bouscula, et elle fit tomber son chapeau. En se baissant pour le ramasser, elle vit le morceau de parchemin apparaitre à l’intérieur, et laissa échapper un cri de surprise. L’attrapant entre ses doigts, elle éclata de rire en voyant comment les cavaliers fantômes devenaient de chair et d’os. Elle ne passa pas un instant à perdre à tenter de lire le nom, elle ne savait pas lire, et se contenta de chercher dans la foule sa cavalière. Les cavaliers fantômes étaient de toute manière tous dans le coin, à la recherche de leur moitié, trouver une brune ne devait pas être si difficile… Quoiqu’elles étaient beaucoup, les brunes, quand même. Elle resta un instant perplexe, puis haussa les épaules et hurla aussi fort que possible après avoir remis son couvre-chef, les mains autour de la bouche :


- QUI EST AVEC SHAWNA DJEEEEEEEEEEEE ?

Espérons que, qui qu’elle soit, elle est de l’humour. Découvrir que son cavalier était en fait une cavalière déguisée devrait être un peu… déstabilisant.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

Marchombre
Messages : 426
Inscription le : 20/11/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mer 16 Mar 2011 - 18:33

Il ne lui restait qu'à peine une heure.

Une heure pour se préparer pour le bal de l'Académie, pour se laver, s'habiller, se coiffer, se pomponner... Se faire belle quoi! C'était en arrivant à l'Académie, alors qu'elle traversait les jardins que Lya se rendit compte qu'il était tard. Très tard. Tout était déjà prêt ou presque. Les tables et les chaises était dressées, il ne leur manquait plus que la nourriture. Un grand cercle était dégagée dans l'herbe et il ne lui manquait plus que la musique et les danseurs. Toutes les lampes étaient accrochées et il ne manquait plus qu'un coup de baguette magique de dessinateur pour les allumer. Les saltimbanques, les musiciens et les itinérants bref, les DJ semblaient tous être là, il ne leur manquaient plus que des spectateurs. Pour résumer, tout était prêt ou presque, sauf Lya. Un lecteur attentif et passionné se demanderait alors : "Pourquoi?". La réponse est en vérité très simple. La jeune femme était très en retard dans ses préparatifs parce qu'elle venait juste de rentrer d'Al-Jeit, où elle avait passé quelques jours à chercher les origines de son amour. Je suis désolé, lecteur attentif et passionné, mais cette partie de l'histoire ne te sera pas relater, tout simplement parce qu'elle n'est pas encore écrite. Enfin, revenons à nos moutons.

Sheïna était à l'écurie. Lya venait de l'y laisser. La jeune femme se rendit compte que si elle ne voulait pas louper l'ouverture du bal, il lui faudrait se dépêcher et s'organiser. Un sac sur le dos et un autre ballotant entre ses mains, Lya se mit à courir jusqu'au dortoir des Kaelem, nouveau nom de sa maison. Elle ouvrit la porte à toute volée, faisant interruption dans une séance de coiffure entre trois filles de son dortoir. Lya les ignora et balança ses sac sur son lit. L'un deux retomba. La jeune femme haussa les épaules et ne prit pas la peine de le ramasser. C'était celui qui l'intéressait le moins. Ouvrant l'autre, elle saisit un long morceau de tissu, sa trousse de toilette et une poignée de plumes pleines de poussière. La Kaelem ressortit de son dortoir, traversa en trombe sa salle commune et courut jusqu'à la salle des eaux qui se situait juste à côté.

Vide. Évidemment, tout le monde était déjà prêt. La jeune femme se déshabilla rapidement, jetant ses vêtements dans les quatre coin de la pièce et se laissa glisser dans l'un des bassins de la salle. L'eau était agréablement brulante, mais Lya ne s'y attarda pas. Elle ressortit rapidement après s'être lavée, saisit une serviettes et se sécha, frottant énergiquement ses cheveux. Lorsqu'elle laissa retomber la serviette, ses cheveux formaient une crinière toute en volume que la jeune femme aplati du mieux qu'elle pu. Le résultat était correct. Pas parfait, mais correct. Lya s'empara ensuite de son morceau de tissu qu'elle déplia et enfila. Elle se retrouva vêtue d'une jolie robe bleue, s'accordant à ses yeux, descendant juste au dessus de ses genoux. Lya se félicita d'avoir acheté cette robe à A-Jeit grâce à l'argent de Jehan, comprendra qui pourra, sinon elle n'aurait rien eu de présentable à mettre pour le bal. Et elle voulait être belle pour son Selhan. La jeune femme enserra autour de sa taille une fine ceinture tressée en cuir brun qui soulignait le bleu de la robe. Aux pieds, elle enfila des petites bottines souples. Pour finir, Lya nettoya ses plumes et en coinça quelque-unes dans ses cheveux. Elle ne portait aucun bijoux hormis le collier que lui avait offert Selhan. C'était parfait.

Lya redescendit au jardin. Il y avait beaucoup de monde désormais. La Kaelem aperçut Halina, une guerrière rencontrée le jour de son arrivé à l'Académie. Celle-ci ne la vit pas. Lya se fit attentive au discours que faisait avec sérieux l'intendant, Jehan. Malgré sa bonne volonté, la jeune femme n'avait pas réussi à se préparer à temps. Elle venait de manquer une bonne partie du discours Tant pis, un :"que la fête commence" retentit à ses oreilles, et cela lui suffisait largement. Autour d'elle, il y eu quelques exclamation de surprise lorsque les personnes concernées se retrouvèrent avec un morceau de papier apparut de nul part entre les mains. Le jeu du Cavalier Fantôme. Lya en avait entendu parler. Elle trouvait cela amusant, mais se retrouver entre les bras d'un inconnu ne la tentait pas vraiment. Apparemment, tout le monde n'était pas de son avis. Un cri assourdissant résonna des les jardins, masquant la musique qui venait à peine de commencer:


- QUI EST AVEC SHAWNA DJEEEEEEEEEEEE ?


Lya eu un pincement de pitié pour la personne qui se trouvait avec cette Shawna. Mais elle l'envia en même temps. Se retrouver à danser avec une folle déjantée devait être amusant, voir très drôle, voir hilarant. Sans trop savoir comment, Lya se mis alors à rire toute seule. Les autres élèves devaient la prendre pour une folle. Cette idée la fit rire encore plus. Elle ne parvenait plus à s'arrêter. Des larmes coulaient le long de ses joues et entre deux éclats de rire, elle peinait à reprendre son souffle avant que ça ne reparte tout seul. Il fallait que ça s'arrête. Il fallait que ... Une main se posa sur son épaule. Lya cessa de rire instantanément. Selhan?

[La main, c'est celui/celle qui veut bien]



_______________
 
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mer 16 Mar 2011 - 19:40

    Tarlidadam, Youplapidouuu, la vie est belle. ♫
    Tout joyeux et frétillant d' impatience, Kylian se dirigea vers les jardins de l' académie où c' était déjà regroupé une foule d' étudiants qui ne semblaient attendre que le coup de départ du présentateur pour s' élancer sur la piste de danse.
    Super-méga-top-cool !

    Quelques jours plus tôt il avait apprit la décision de l' intendant d' organiser un grand bal ouvert à tous, les résidents comme les élèves. Sur le coup, cela avait un peu surpris le jeune homme.
    Un bal ? Mais pourquoi ? En l' honneur des réparations de l' académie ?
    La vérité était tout autre, en réalité le bal en question était organisé chaque année à la même date, c' était un peu THE event de l' année, LE truc à ne surtout pas louper sous peine de rater toute son année de dur labeur il va de soi.
    Sauf que voila, suite à ses divers comportements pas très professionnel, la première gardienne lui avait laissé entendre que le bal se passerait de lui.
    Catastrophe, tragédie, enfer et damnation.
    Il allait louper la première grande fête de sa vie à causes de quelques broutilles. S' il avait su... Non en fait s' il avait su il les aurait quand même surement faite, il aurait juste taché d' être un peu plus discret voila tout...
    N' empêche que du coup, il était de garde pendant que tout le monde ferait la fête et il n' y avait rien de plus déprimant pour le jeune homme que de se savoir exclu de LA fiesta du siècle.
    Et, c' est pendant qu' il ruminait son manque de chance évident du haut de ses murailles qu' il apprit la bonne nouvelle : Edel lui autorisait la première danse !
    Attention, il n' avait droit qu' a la première seulement et s 'il venait à se faire prendre à demeurer sur place plus longtemps que nécessaire il serait évidemment sanctionné.
    Mais la première danse quoi !

    Le jeune homme avait alors galopé jusqu' aux douches un grand sourire au lèvre, ce soir il accrochait lui aussi une rose à son veston o/.

    Et maintenant il se trouvait la, surexcité comme jamais, tout jubilant de pouvoir participer aux festivités. Trop occupé à régaler sa vision de toutes les magnifiques choses qui l' entourait, humaines comme matérielles, le jeune homme n' écouta que d' une oreille le discours du maitre de cérémonie, zappant totalement la grande nouvelle du jour. A vrai dire, il avait cru voir passer une silhouette connue, il n' eu malheureusement pas le temps de la détailler comme il l' aurait souhaiter puisqu' un cri qu'il ne connaissait que trop bien vint perturber sa découverte.
    Sa reine ? Elle participait ?
    Un large sourire étira ses lèvres. Son cavalier allait avoir du pain sur la planche !
    Oh ! Mais au fait, c' était quoi toute cette agitation tout à coup ?
    Le jeune homme jeta un coup d' œil sur l' estrade. Le discours était terminé.
    Mince alors ! Il n' avait vraiment rien écouté, comment allait-il savoir savoir avec qui il allait dan...Tient. Curieux. C' était quoi ce petit bout de papier entre ses doigts ? Et pourquoi représentait-il une jeune fille qu' il ne connaissait pas accompagné de son prénom ?
    ...
    Youpli Tralalaaaaa, il la tenait entre ses doigts sa cavalière !
    Bénissant les professeurs d' avoir prévu un tel stratagème et les soupçonnant intérieurement d' avoir mis ceci en place pour éviter les tête en l' air dans son genre, Kylian se mit à la recherche de sa dulcinée du soir tout euphorique.
    Peut être se découvrirait-il des talents cachés de danseur qui sait ?

    La fille semblait jolie, le temps était doux, la nourriture avait l' air délicieuse et la musique sympathique, juste parfait !
    Seul bémol à l' horizon ( et pas des moindres) : Il ne savait pas danser.
    Bha ! Tant pis ! Pour peu que sa cavalière ne sache pas non plus il improviserait, après tout la danse finalement ce n' était que de l' improvisation non ?
    Le cavalier dirige et sa cavalière suit ses pas, rien de bien compliqué en somme, il suffisait juste de bouger les pieds à peut près correctement et ca passerait, du moins l' espérait-il.
    Malheureusement dans le cas contraire, si sa mystérieuse comparse venait à être une ballerine née, la, il serait plutôt mal et risquait fortement de passer pour un bourrin sans cervelle. Mais était-ce de sa faute s' il n' avait jamais eu l' occasion d' assister à pareil évènement ?
    Oh et puis finalement ce n' était pas si important de passer pour un rustre ou non, l' essentiel étant de s' amuser, de draguer un maximum et de s' empiffrer comme un ours. Le reste... Qu' est ce qu' il en affaire à faire du reste ? Surement pas assez pour se prendre la tête pour trois pas de danse.

    Le jeune homme fendait la foule à la recherche de cette mystérieuse Ichel lorsqu' il cru tout à coup la détecter. Il se dirigea alors vers elle et lui adressa son plus beau sourire avant de s' incliner légèrement en bon gentleman qu' il était et de lui présenter sa main.


    - Mademoiselle, m' accorderiez vous le privilège de cette danse ?




_______________
avatar

Assistant du Maître d'armes
Messages : 234
Inscription le : 09/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mer 16 Mar 2011 - 19:46

Selhan et Lya avait fait au plus vite pour le voyage de retour, ils n'avaient pas fait beaucoup de pose et la jeune femme avait répété plein de fois qu'ils étaient en retard mais il ne fallait pas non plus épuiser les chevaux à en mourir surtout que le cheval du jeune homme n'était pas forcément un cheval très sportif. Ils arrivèrent tout de même à l'académie alors que la nuit n'allait pas tarder à tomber. Lya avait directement laissé sa jument à l'écurie pour aller se préparer, le jeune homme quant à lui se demanda ce qu'il devrait mettre pour cette soirée, il n'avait pas de vêtements autres que ceux qu'il portait et pas de tenu de soirée... Il réfléchissa longtemps et finalement laissa Aslan avec Sheïna pour se diriger vers les dortoir de l'académie qu'il avait déjà visiter un peu rapidement lors de la grande bataille qui aviat eut lieu ici quelques semaines plus tot. Il entra dans un dortoir où par chance il trouva un jeune homme en train de se préparer. Il lui demanda alors avec beaucoup de gentilles et d'espérance s'il savait où il pourrait trouver une tenue approprié pour la soirée. Le jeune homme lui tendit une tenue qu'il lui donna car il n'en voulait plus. Sur ce coup Selhan eut beaucoup beaucoup de chance. Il s'habilla alors essaya de bien remettre ses cheveux puis descendit vers les jardins pour voir où en était la soirée.

Une fois dans les jardins il chercha partout parmis toutes les personnes présentes Lya. Sa belle était-elle encore en train de se préparer ou était-elle prête et sur la piste de danse à l'attendre? Il regarda longtemps la cherchant du regard et finalement il l'a trouva. elle était la sur la piste, magnifique, comme toujours. Il s'approcha d'elle lentement pour pas qu'elle sache qu'il était là. il posa sa main sur son épaule approcha ses lèvres des oreilles de la jeune femme et murmura.

- Vous êtes vraiment charmante ce soir, ma douce.

Il vint finalement en face d'elle pour l'inviter a danser alors que les musiciens allait entamer la première musique de la soirée.

- Voulez-vous m'accordez cette danse?

Ses deux phrases avait été pris sur un ton très noble car il avait envie de jouer le jeux jusqu'au bout et coller au thème de la soirée après tout c'était un très jolie bal et Lya était magnifique, il devait lui faire honneur. Il lui fit un grand sourire charmeur.


_______________


La mort n'arrive jamais par hasard.

Où que je sois, si j'y suis, la mort y est aussi.

A l'inverse, où que tu sois, si la mort y est, j'y suis aussi.

Mais si je ne suis pas là avec toi, il n'est pas dit que tu ne meurt pas.

Ma protection sera ta seule dévotion.


La méditation est noble, le courage est fort, la confiance est suprême
mais seule la mort règne.


Où que tu aille je te suivrait les yeux fermés parceque si j'ai confiance alors mon âme et mon instinct me guiderons mieux que mes yeux... Sache le!
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 878
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mer 16 Mar 2011 - 22:01

Ce soir était un grand soir. Le bal de l'Académie. Mais surtout le premier soir où Ichel allait porter une robe. Bien sûr, elle en avait porté étant enfant, mais cela compte pour du beurre, toutes les petites filles portent des robes. Elle s'était entrainé toute la journée et avait fini par rester près de une heure sous la douche froide. Certaines filles des Kaelem c'étaient plainte, mais elle les avaient vite envoyé promener. La jeune fille n'avait jamais pris autant de temps pour s'habiller. Généralement, cela prenait tout au plus quinze minutes et elle était prête, mais cette fois-ci, elle passa une bonne heure à s'habiller et surtout devant le miroir. La robe qu'elle voulait porter était tout aussi spéciale que cette soirée. Ichel l'avait délicatement sortie d'une boite, dépoussiéré avec soin et l'avait passer légèrement sur elle. Elle s'était observé dans le miroir durant une dizaine de minutes imaginant se que cela faisait sur sa mère. C'était la robe à sa mère. Elle tenait à la porter, même si ça la boudinait (ouais je sais... --'). Mais heureusement pour elle, la robe noir avec de légers reflets bordeaux lui allait à ravir.
Ce fut ensuite que tout se compliqua. La coiffure et le maquillage. Elle ne savait pas comment utiliser tout ces étranges objets, car jamais personne ne le lui avait montré. Mais elle sut vite s'adapter et observa les autres filles qui apparemment en savaient plus sur le sujet. Ichel fit un léger trait de crayon sous ses yeux et cela lui allait très bien. Pas besoin d'être une experte ! Par contre, les cheveux étaient le plus difficile. Chacune des filles avaient leur manière personnelle, leur cheveux les démarquaient des autres filles, leur personnalité se reflétait à travers elle. La marchombre choisi de laisser ses cheveux tomber, bouclés comme à leur habitude, mais elle trouva in-extremis une petite barrette dans un de ses sacs. Un petit papillon en métal gris argent. Elle crocha une mèche dans ses cheveux et décida qu'elle était fin prête et qu'il était temps d'y aller.

Quand elle arriva dans les jardins, elle reconnu quelques têtes et les salua. L'intendant prit vite la parole, leur expliqua certaines choses sur le nouveau fonctionnement et sur les nouveaux professeurs. Cependant, il avait presque autant hâte que les élèves de commencer à danser, c'est pourquoi il m'y rapidement fin à son discours et lança le bal.

Ichel failli sursauter quand une feuille apparu dans ses mains avec le nom et une photo de son cavalier fantôme. Il avait l'air séduisant. Un certain Kylian. Soudain une voix se fit entendre dans son dos. Elle se retourna et se retrouva nez à nez avec le jeune homme de la photo, plus grand qu'elle. Le premier détail qui attira les yeux de la jeune fille fut ses cheveux. D'un rouge bordeau saisissant. Elle reprit vite contenance et lui répondit.

- Mais avec grand plaisir. Seulement une chose ; ne me marche pas sur les pieds.


Elle chuchota sa dernière phrase presque à l'oreille du jeune homme. En l'ayant dite elle prit soudain conscience qu'elle ne savait pas danser en couple ou qu'elle en avait quelques vagues souvenirs. Cela risquait d'être prometteur.





_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Dessinatrice
Messages : 600
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Sam 19 Mar 2011 - 11:17

Un miaulement retentit et la jeune femme soupira. Enelyë releva ses cheveux, les laissa retomber, les releva, ne se décidant pas à choisir une coiffure. Ses mains passaient dans sa chevelure, cherchant l'illumination. Son chat avait l'air de trouver cette préparation ennuyante, mais il restait là pour donner son avis. Ne trouvant pas l'inspiration, elle décida de se faire un chignon tout simple. Quelques mèches qu'elle n'avait pas réussi à intégrer coulaient dans son cou ou encadraient son visage. Son chat miaula, une énième fois, mais tant pis. Elle portait une longue robe noire, fendue sur le côté gauche. Elle se sentait un peu mal à l'aise sur ses talons, mais la robe l'exigeait. A son poignet, un bracelet orné d'une pierre violette, un des souvenirs qu'elle avait ramené de chez elle jusqu'ici. Un bracelet qui avait appartenu à sa mère. Enelyë regarda une dernière fois ses cheveux, soupira puis se rendit aux jardins, où le Bal avait lieu, le chat gris sur les talons.

Elle traversa les couloirs en regardant de tous côtés, espérant trouver quelqu'un qu'elle connaissait. Tant de visages lui semblaient inconnus ! D'un autre côté, elle en reconnaissait quelques-uns, à qui elle adressait un bref salut. Elle se sentait tout de même un peu seule, entourée par des élèves, professeurs et autres qu'elle ne connaissait pas le moins du monde. Néanmoins, il y avait tout de même son petit chat, et elle le prit dans ses bras pour se sentir un peu moins seule. La dessinatrice avait décidé de s'amuser, et quoiqu'il arrive, ce serait ce qu'elle ferait. Elle s'émerveilla en voyant comment les jardins étaient décorés, ressentant une pointe de jalousie envers les autres dessinateurs, alors que c'était elle qui avait refusé d'aider à la décoration. Elle s'adossa à un arbre, son chat grimpant et prenant place sur sa tête, lorsque l'Intendant prit place sur l'estrade, et fit son discours.


*Tiens faudra que j'aille voir ces listes tout à l'heure. Pour apprendre la choré de pompom-girl de ma nouvelle maison. *

Enelyë vit une carte se matérialiser devant elle. Elle ouvrit de grands yeux lorsqu'elle vit son cavalier. Jehan Hil'Jildwin. L'Intendant ! Son chat entra ses griffes dans l'épaule de la jeune femme (il avait pris soin de quitter la tête de la jeune femme). Elle se souvint que son petit félin ne l'avait pas suivi lorsqu'elle était arrivée. Qu'avait-il fait ? Pourquoi son poil se hérissait-il lorsqu'il voyait Jehan ? Lorsqu'il arriva devant elle, son chat s'enfuit rapidement. Il la salua et lui tendit sa main. La dessinatrice sourit, donnant sa main à l'Intendant.

- Avec plaisir, Monsieur.

Enelyë chercha du regard le chat qui avait détalé en voyant l'Intendant. Elle le trouva en haut d'un arbre, fixant Jehan.


- Est-ce que je peux savoir pourquoi le chat ne vous aime pas ? demanda-t-elle doucement.


_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/


Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Sam 19 Mar 2011 - 17:29

Par le Dragon toutes ces réparations avaient été vraiment épuisantes ! Quoique, pour Tuuli ce n’étaient pas tant ces réparations que le nettoyage qu’elles impliquaient. Eh bien oui ! On n’y pense pas forcément tout de suite mais toutes ces gentilles personnes qui ont rendu l’Académie plus belle encore que jamais n’ont rien nettoyé derrière elles. Et pourtant, même le Dessin ne fait pas tout. Le balai avait donc du conclure l’œuvre produite par les réparations en faisant resplendir les nouveaux lieux d’un coup judicieusement placé. Et si ce n’était qu’un coup ! Non, il avait fallu très exactement 23 248 coup de balais, 467 humidifications de serpillères et 15 893 manipulations de plumeaux et autres chiffons pour que le travail accomplit auparavant soit révélé sous son meilleur jour.

Enfin le repos tant attendu ? Que nenni ! Et voilà que l’étrange Intendant réclamait la préparation du Bal de l’Eté, sans attendre. Il fallait organiser les activités, trouver des recettes et préparer des plats merveilleux, trouver des troubadours et autres ménestrels et surtout décorer, décorer et décorer encore. Tuuli avait donc passé la majeure partie de la semaine à courir sans se rendre compte des modifications qui s’opéraient dans l’Académie (notamment les changements de maison, mais ce n’était pas comme si ça la concernait particulièrement…). Des cuisines à la Grande Salle tout d’abord jusqu’à ce qu’un scandale les poussent à déplacer l’évènement à la cour de la Fontaine et aux jardins en général. D’une salle unique, donc, il fallait arpenter les couloirs jusqu’à arriver aux jardins où la course ne s’arrêtait pas vu la taille qu’on leur avait donnée. Bourrée de courbatures, la jeune domestique n’attendait qu’une chose : la fin. Bon la fête aussi parce qu’elle pourrait sans doute s’y amuser un peu mais elle voulait surtout que tout se termine afin de pouvoir s’étendre sur son lit/l’herbe pour lire/chantonner/fainéanter en paix, profitant d’un repos bien mérité.

Ah ! Et Ô Joie ! Ô Bonheur incommensurable ! La fin était proche ! Le bal était pour le soir même et les dernières retouches à apporter l’avaient été dans le milieu de l’après-midi. La musicienne par éducation venait d’être aimablement invitée à aller se préparer pour les prochaines heures qui séparaient les résidents de
*la plus grosse festouille qu’ils auront jamais vu les bougres !*. La domestique était remontée dans ses appartements et, histoire d’être dans le ton de la fête, avait tenté de trouver quelque chose à porter. Bizarrement, la jeune femme n’avait pas prévu de fêter quoique ce soit lorsqu’elle était partie de chez elle et n’avait donc rien emporté en dehors de ses vêtements de tous les jours. Elle n’avait pas assez d’argent ou de temps pour acheter une robe particulière et renonçait presque à assister à l’évènement. *Mais ça serait dommage de ne pas y aller… Juste pour les ménestrels… et puis aussi… Bon sang ! J’ai vu les plats se faire et je ne peux tout de même pas ne pas goûter à ça !*. Tant pis pour le costume donc. Elle retira le fichu de ses cheveux, enfila une robe propre et noire (*Mais c’est la plus jolie !*), replaça son col qu’elle avait du retirer pour travailler et, se doutant de l’heure avancée, cavala pour arriver à temps (c’était d’une impolitesse sans nom d’avoir du retard). En chemin, elle croisa (ou plus exactement bouscula) un des Dessinateurs qui l’avait aidée à accrocher une banderole.

- Ho ! Oh ! Hé, la domestique, fais un peu attention là ! J’aurai pu me retrouver les quatre fers en l’air !

*Mais enfin, quels fers ?*

- Vous m’en voyez navrée mais je suis un peu pressée !
- C’est pour le bal que tu t’émoustilles comme ça ? T’as pas assez fait le chemin de toute la semaine pour savoir que les jardins sont de l’autre côté ? Et puis, qu’est-ce que tu fiches habillée en noir comme ça ? C’est pas un enterrement que je sache !
- Oh non ce n'est pas possiblei ! Le soleil se couche déjà et je vais finir par être en retard ! Mais laissez-moi passer ! Qui ça intéresse que cette robe soit noire ? Ce n’est pas comme si j’avais une garde-robe extraordinairement fournie de toute façon… Mais tant pis, c’est sans importance, il faut que j’y aille !
- Mais attends ! J’vais changer la couleur de ton truc, c’est sinistre là. Après tu pourras recommencer à courir.
- Pourquoi feriez-vous ça ?
- T’es marrante. T’as toujours ton petit air pincé et ça me fait rigoler ! Faut au moins que tu sois d’une couleur assortie à ton humour !

Tuuli n’était plus réellement ennuyée par cette façon qu’avaient les autres de s’adresser à elle mais elle se permit tout de même de lever un sourcil aristocratique, par pure habitude. Le jeune homme eut l’air d’être absent un moment puis il la regarda d’un air satisfait, un éclat de rire au bout des lèvres.

- Mais c’est sans auc…
- Aucune importance ? M’en fiche t’es superbement parée pour le bal là ! Me remercie pas surtout !
- Remer… pardon ?

Elle baissa les yeux vers son vêtement alors que le Dessinateur amateur qui ne savait apparemment pas faire grand-chose de son imagination, s’en allait à pas rapides. Rose. Sa robe était rose fuchsia. Le plus immonde, le plus crachant, le plus destructeur au niveau de la rétine des roses fuchsias.

- Attends voir ! Reviens maroufle et arrange-moi ça ! Mais reviens ici !!!

Mais rien n’y fit. Elle ne reverra jamais le plaisantin. *Rho la canaille ! Veau coquard !* Elle n’avait plus qu’à courir jusqu’au jardin et à débarquer… au milieu du discours de l’intendant ou même à la fin puisqu’il venait de conclure par un « que la fête commence ! ». La domestique s’appuya sur une table installée là en soufflant comme un bœuf siffleur asthmatique quand une carte apparue devant se yeux avant de tomber au sol. Elle poussa un petit cri d’effroi (le dessin ce n’est vraiment pas son truc) puis, remise de ses émotions, ramassa le bout de papier d’un air suspect. Mais oui ! Le cavalier fantôme ! Alors que le principe lui revenait en mémoire elle lu le nom de son cavalier et examina la représentation de son visage qui était dessinée à côté. Ewall Ril’Morienval. Joli nom. Elle fut reconnaissante des leçons de danse que ses parents lui avaient fait prendre parce qu’avec ce type de nom de famille, ce personnage devait être un bigrement bon danseur (par apprentissage lui aussi).

Elle tourna un temps entre les tables en se fichant parfois devant différents garçons bruns pour essayer de voir s’ils avaient des yeux vert. Plusieurs regards suspicieux et inquiets plus tard, elle décida d’abandonner et de se rabattre sur la nourriture puisqu’il n’y avait plus que ça à faire. Les couples commençaient déjà à se former et c’est grâce à la voix reconnaissable de Shawna qui s’était bruyamment exclamée alors qu’elle recherchait elle aussi son partenaire, que Tuuli la chercha des yeux pour la saluer, qu’elle ne vit qu’un homme à la peau sombre étrange avec un grand chapeau mais qui cachait derrière lui un jeune homme brun aux yeux émeraude. Sans faire attention à la foule, la domestique s’avança vers lui, la carte en mains, les yeux hésitant entre le papier et le visage du garçon, et se posta devant lui, le fixant d'un air sérieux et décidé la tête haute.


- C’est moi que vous attendiez.

Simple, concis, peut-on réellement faire mieux ?



_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?

avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 548
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 76


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mer 23 Mar 2011 - 20:35

Sale bête. Boule de poils. Râclure des égouts, disparais de ma vuuue ! Kshhshhhshhht !
Jehan adressa un sourire galant à la jeune femme qui avait accepté d’être sa cavalière. Enelyë était clairement plus petite que lui, mais ce n’était pas dramatique, l’Intendant avait l’habitude de danser avec des personnes de tailles différentes et quand bien même l’élève danserait comme une quiche, il n’aurait à la subir que le temps d’une chanson, et trouverait sûrement quelque corvée à lui faire discrètement faire grâce à ses pleins pouvoirs…
Une œillade pour l’animal féroce et plein de poils qui le contemplait du haut d’un arbre, et les premières notes de musique se firent entendre. Une valse populaire, à grand renforts de cordes et de sons allègres, qui laissaient place à de nombreuses libertés de la part des danseurs. Il n’eut donc pas le loisir de répondre à la question étonnée de sa chère élève, étant donné que sa bonne humeur lui donnait envie de danser et que ses pieds s’agitaient déjà tous seuls sur le rythme de la musique.
Il posa donc une de ses mains dans le dos délicat de sa cavalière, et lui adressa un clin d’œil avant de l’accompagner sur l’espace dégagé qui servait de piste de danse. Certains couples s’étaient déjà formés et dansaient, chacun à leur manière, avec plus ou moins de dextérité. Deux particulièrement, Tylf et Junia, qui étaient amoureux de longue date, semblaient n’avoir qu’une seule âme tellement leurs mouvements s’accordaient. Jehan sourit bêtement. Seul un esprit reposé pouvait se consacrer entièrement à la danse. Et ils avaient réussi à refaire de l’Académie un havre de paix. C’était en partie grâce à lui. [ Psst, c’est là que vous jetez les fleurs et déroulez le tapis rouge. ]
Ils dansaient dynamiquement, dans une sorte de valse fantaisiste suivant les mouvements que les deux partenaires connaissaient. Jehan évidemment, était parfaitement éduqué en matière de danse, étant issu d’une famille noble et ayant fréquenté beaucoup de galas dans sa folle jeunesse ; il était surpris par la capacité d’Enelyë, mais était ravi. Il aimait danser, et quand il pouvait danser bien, c’était encore mieux.

Dans un intermède plus calme du morceau joué par le groupe folklorique engagé pour l’occasion, Jehan reprit son sourire ironique habituel, et répondit avec une voix teintée de drama :

- Les chats sont des créatures bien capricieuses, et terriblement jalouses ! Vous voir en d’aussi bonne compagnie doit sûrement le vexer au point de me prendre pour un ennemi. *petite larmichette*
D’ailleurs, ce chat est-il à vous ? C’est rare que les élèves aient des animaux de compagnie normaux, entre les tigres, les corbeaux, et autres bestioles étranges…



_______________
Jehan Hil' Jildwin, Intendant de l'Académie de Merwyn, personnalité multiple et indivisible.
avatar

Apprenti Marchombre
Messages : 101
Inscription le : 31/08/2010
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Jeu 24 Mar 2011 - 14:43

Ewall n’avait pas particulièrement hâte d’être au bal. Il venait tout juste d’arriver à l’Académie, que déjà les maisons et les habitants de celles-ci changeaient. Autant dire que ce n’était guère simple pour se faire des amis.
Et puis, il ne savait pas très bien s’il voulait vraiment se faire des amis. Trouver un deuxième Dofenn et une réplique de Galou ou encore d’Alen ou tout autre membre de la troupe, ne l’intéressait pas vraiment. Surtout qu’il ne pouvait pas exister deux Dofenn, deux Galoudryelle ou deux Alen. C’était impossible.
Mais, il allait passer trois ans ici. Avec Anaïel. Et si cette dernière pouvait amplement lui suffire, il ne serait pas de refus de faire de nouvelle connaissances.
Alors ce bal serait sa soirée d’intégration, tiens.
Et ça ne l’engageait pas plus à y aller.
Son dernier bal datait de l’époque ou sa famille était encore en vie et où les Ril’Morienval donnaient de somptueuses réceptions dans leur manoir. Ewall déglutit, prit d’un soudain soubresaut. L’épreuve du retour à la maison avec Anaïel l’avait quelque peu renforcé, et il parvenait à penser à sa famille sans trop vaciller. Mais avoir découvert sa sœur, Ciléa, vivante. Ça il avait beaucoup plus de mal à le digérer. Il en était heureux, oh ça oui ! Il jubilait même de ce miracle ! Mais Ciléa n’était plus sa grande sœur de l’époque, elle avait changé, et lui aussi. Et la situation en devenait plus que gênante, un réel mal à l’aise.
Quatre ans.
Pendant quatre ans il s’était fait à l’idée qu’ils étaient tous morts. Y compris Ciléa.
Et là. Ils étaient tous les deux, dans la même académie !
Il ne savait s’il la verrait au bal, mais prenait peur en constatant qu’il n’avait pas l’envie folle de la croiser. Il lui fallait du temps.

Il noua sa cravate de son costume plutôt chic et noble. Il n’avait rien récupéré du Manoir, tout devait être mis en pièce de toutes manières. Et puis les vêtements devaient puer le cadavre et la misère humaine, l’assassinat. Toutefois, après avoir quitter la troupe, il avait repris son nom, et donc s’était permis de prendre de l’argent dans son compte, évidemment bien remplis. Ainsi, il avait pu refaire sa garde robe, et ses goûts nobles avaient repris le dessus des habitudes roturières trop courtes pour rester intactes.
Il se faufila hors des dortoirs, tout bien vêtu, mais presque pas coiffé. Ses cheveux poussaient en bataille et les filles aimaient cela. Alors, non au pot de gel gluant !
Parce que tant qu’à faire, autant trouver des filles aussi !
C’est pour cette raison qu’il avait accepté de participer au jeu des cavaliers fantômes. C’était amusant, et puis…il pourrait jouer de son charme tout comme il en faisait un jeu avec Dofenn lors de leurs représentations !

Le bal se déroulait dans les jardins, pratique pour cet été tout en chaleur et sueur. Il n’avait ainsi revêtu qu’une légère chemise violette sous sa veste noire, histoire de ne pas avoir trop chaud.
En scène Ril’Morienval !
Il y avait un monde, mais un monde ! Jamais il n’aurait pensé qu’il y ait autant de gens dans cette Académie. C’était impossible, ils se reproduisaient ou quoi ?!
Il se laissa porter par la vague, et ne comprit très vite plus grand-chose à ce qu’il se passait. Il sut juste que le papier qui se trouva miraculeusement dans sa main lui indiquait le nom de sa promise du soir : Tuuli Kilang.
Il réalisa qu’il n’avait jamais entendu ce nom, mais remarqua justement qu’il ne connaissait pas encore grand monde ici.
Alors il regarda à gauche, à droite, tout droit, derrière, encore à gauche, encore à droite, encore tout droit, encore derrière et…Rien à faire. Impossible de trouver dans cette cohue une inconnue !

- C’est moi que vous attendiez.


Ewall sursauta. Devant lui se postait une jeune fille, qui lui arrivait au menton, plutôt fine et surtout très pâle, mais avec une longue chevelure assortie à de très beaux yeux noisettes.
Elle était vêtue d’une robe…rose.
Il leva un sourcil perplexe. Sa robe était très jolie, hein. Mais rose. Ça faisait très fifille quoi, moins jeune femme. Il la contempla encore quelques secondes, essayant de deviner son âge.
Par pitié, pas une gamine mineure de treize ou quatorze ans ! Mais le corps de sa cavalière ne trompait pas, elle était bien en passe de devenir une femme. Dix-huit ans, voire un peu plus. Dix-sept au minimum. Il souffla. Dommage, la couleur de la robe lui donnait vraiment un air de gamine au premier abord. Heureusement que ses formes et son visage assuré canalisait le mauvais choix de couleur.
Réalisant soudain qu’il la scrutait sans piper mot, il se mit en mouvement. Il s’inclina de sa manière très noble, et présenta sa main paume ouverte, prête à recevoir celle de la jeune fille.


-Mademoiselle Kilang, j’en suis enchanté.


Il lui baisa la main, et fut très surpris de la réaction de la demoiselle. Elle possédait des manières nobles, les signes ne trompaient pas.
Son nom ne l’était pourtant pas. Peut-être tout comme lui auparavant avait-elle changé de nom ?
Il ne lâcha pas sa main, et l’invita de suite sur la piste pour la première danse qui débutait déjà.

-Permettez cette première danse, cavalière Tuuli !


Il lui offrit un sourire charmeur, et entama les premiers pas. Si son corps avait appris les rudiments des spectacles de saltimbanque, il n’en avait pas le moins du monde oublié les pas de danse. Et l’ensemble des deux formait une grâce de funambule et d’acrobate. De la voltige sur le sol.
Se sentant soudain léger et en harmonie avec son corps, il guida sa compagne, s’apercevant avec surprise qu’elle connaissait très bien les pas à faire. Il lui tardait d’en savoir plus.
Alors qu’il s’apprêtait à lui faire un compliment, il posa son regard vert sur sa main qui se lovait dans la sienne. Ce n’était pas une main de jeune fille d’intérieure, mais une main pleine de petites rides, un peu sèche, de celles qui travaillent chaque jour, de celles de dur labeur.
Il leva des yeux interrogateurs dans les noisettes de la danseuse.

-Vous dansez admirablement bien. Puis-je vous demandez ou vous avez appris vos pas d’une justesse frôlant le parfait ?


_______________

Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?



avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Sam 26 Mar 2011 - 14:13

    Kylian perçu l' éclair de surprise qui traversa ses yeux lorsqu'il s' abaissa pour lui tendre le bras. Elle n' avait pas du le voir arriver, tant mieux ! Pas le temps de se poser de question.
    Toujours à demi courbé devant sa belle du soir, Kylian ne pu retenir un grand sourire suite à sa réponse et ne pu qu' apprécier la façon dont elle le fit, à son oreille, à la manière d' un secret, d' une confession.
    Lui marcher sur les pieds ? Il n' en était pas question et il comptait bien éviter de croiser cette éventualité le plus possible.
    Ca devait faire mal et c' était pas vraiment très galant, indigne du mec parfait !
    Et la Dame seule sait comme les femmes aiment les hommes raffinés.
    N' empêche que du coup il était plutôt rassuré.
    Sa phrase sous entendait déja qu' elle ait étudié la question.
    Étudié la questions ou vécu l' évènement ! Elle ne devait donc pas être noble -Bah oui les nobles ca possède un radar spécial-pour-par-marcher-sur-les-pieds-des-autres-pendant-les-bals- et c' était tant mieux ! Dans le cas contraire il se serait vraiment ridiculisé.

    Kylian se redressa et lui chuchota lui aussi à l' oreille, rieur.


    - Promis, je ferais attention ! 'Bien trop peur de me faire embrocher le pied moi aussi ! Termina t-il en jetant un coup d' œil appréciateur à ses chaussures à talons !?

    Il s' écarta par la suite d' elle et mit sa main dans la sienne, l' emportant parmi le tourbillon de danseur qui envahissait progressivement les jardins.
    Il ne connaissait pas vraiment les pas de danse de rigueur pour l' occasion, mais ca ne devait pas être bien difficile si ? Il n' avait qu' à observer comment faisait les autres...Et dans le même temps révéler son incapacité à faire trois pas de danse correct.
    Oh et puis merde, pas envie de penser stratégie ce soir, il suivrait son instinct, cela devrait être suffisant.
    On tourne à gauche, on tourna à droite, hop la un petit retourné ! On retourne à gauche ? Aller encore un retourné ! A droite maintenant.
    Ils ne suivaient peut être pas exactement - pas du tout ? - les pas des autres danseurs mais ce n' en étaient pas moins super marrant.
    Sa cavalière jouait le jeu, suivant avec agilité ses pas improvisés sur le rythme de la musique, s' accommodant de la chorégraphie qui s' improvisait au fur et à mesure, le sourire au lèvres.

    Elle semblait être vraiment naturelle, sans artifices, sans comportement fier ou méprisant, vraiment spontanée et éclatante.
    Pour le coup il ne savait pas trop, était-elle une bourgeoise ? Une roturière ? Il lui était impossible de le dire.
    Toujours est-il qu' elle était magnifique dans sa robe au couleurs sombres.
    Le jeune homme n' avait pas prit le temps de la détailler plus que ca avant qu' ils ne se mettent à danser, maintenant il en avait tout le temps et ne se genait pas pour le faire.
    Deux grands yeux bordés de noir, des cheveux ondulés et fou, elle était vraiment très jolie.





_______________
avatar

Apprentie Marchombre
Messages : 52
Inscription le : 26/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Dim 27 Mar 2011 - 17:18

Elina se sentait légère, la robe qu'elle avait achetée récemment lui allait à ravir et ses cheveux noirs étaient propres et démêlés.
Avant de se rendre à la fête, elle faillit passer un poignard à se ceinture puis se ravisa. Cela risquerait de faire mauvaise impression à son cavalier. Elle jeta encore un coup d'œil dans son miroir, puis sorti discrètement du dortoir.
Elle ne chercha pas longtemps le jardin, tout le monde s'y précipitait. Jehan apparu et commença à parler. A la fin du discours une carte apparut dans ses mains. "Petit tour de magie de nos amis les dessinateurs." Songea t'elle sceptique.
Elle ouvrit la lettre et regarda le nom de son cavalier fantôme: Shawna Djee. A ce moment, un jeune homme (ou une jeune femme peut-être, le doute était permis ) cria à deux centimètres de son oreille sensible:

- QUI EST AVEC SHAWNA DJEEEEEEEEEEEE ?

Elina se retourna brusquement et alla se planter devant le jeune homme.

- J'pense que c'est moi que tu cherche, mais va falloir arrêter de hurler comme ça sinon .... Elle loucha vers la moustache mal dessinée de son "cavalier" avant de lui adresser un joyeux "bonjour".

Les musiciens mettaient du temps pour s'accorder et Elina en profita pour poser une question à Shawna.

-Au fait... Tu es une fille déguisé en homme ou un homme qui s'est dessiné une moustache sur le visage ?

La musique commença par un trio de violons aux sons cristallins.

-On danse?

/Un peu court, je me rattraperait la prochaine fois, Edit a volonté/


_______________

Eclair Fugace


Lune pleine


Promesse.

avatar

La Brute Marchombre
Messages : 878
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Lun 28 Mar 2011 - 22:24

Ichel suivi le regard de son cavalier jusqu'à ses pieds et compris à quoi il faisait allusion. Elle aussi n'aimerait pas se faire écraser les pieds avec des talons quoique pas très grand ceux-ci. Elle avait envie de s'amuser se soir alors n'avait pas chaussé des chaussures trop inconfortables.

Courbé comme il l'était, il réussit à soutirer un sourire à la marchombre. Il lui prit la main, les musiciens commencèrent alors à jouer et les danseurs partirent tous ensemble. La musique entraînante donnait envie de se mouver sur la piste et ahem son cavalier aussi. N'aimant pas généralement danser, elle prenait bizarrement du plaisir.
La main chaude de Kylian réchauffait la sienne et elle s'aperçut soudain qu'il ne connaissait pas non plus les pas de la danse. Un sourire naquit encore une fois sur son visage. Quoique au début confuse, sa nouvelle danse fut de plus en plus entraînant et plus improbable, en rythme.

A droite, à gauche, il inventait et Ichel se prit au jeu en le suivant avec fluidité. Ils faillirent renverser un couple et elle s'aperçut une seconde plus tard que c'était la jolie Tuuli. Elle aperçut également Halina occupée avec Arro, se qui lui tira un sourire narquois et se promit de taquiner son maître à propos de cela, Einar avec une rêveuse, Shawna bizarrement déguisée en homme à moustache, Jehan l'intendant dansant avec une élève et Lorek dans le fond, une jolie jeune fille au bras. La marchombre adressa un sourire à Tuuli pour s'excuser et retourna à sa danse avec le beau brun qui continuait à s'amuser avec des pas inexistants.
La jeune fille pu enfin apercevoir ses yeux qu'elle n'avait pas pu quitter durant presque une bonne minute jusqu'à se qu'il la regarde droit dans les siens lui aussi. Ils se toisèrent un moment jusqu'à se qu'ils réussissent une seconde fois à passer in extremis à la catastrophe. Vraiment, ils n'étaient pas doués comme danseurs tous les deux. Ichel éclata d'un petit rire en voyant les têtes des autres danseurs victimes de leur maladresse.

- Nous sommes des dangers ambulant sur la piste de danse !




_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mer 30 Mar 2011 - 12:40

Ah, trouvée. Elle avait des cheveux noirs magnifiques, lisses comme jamais Shawna ne les avait eus. Elle jeta un œil rapide à sa tenue, et eut une moue appréciatrice en passant sur la robe. La plupart des académiciens étaient venus habillés comme les nobles vont à un bal, avec de jolies robes et des chemises sans le moindre pli plutôt qu’avec les tuniques et jupes des roturières ou les sabots des roturiers. Elina aussi était bien habillée, mais elle n’était de toute évidence pas une aristocrate, et c’était tant mieux. Une robe lisse, mouvante, qui bougeait en même temps qu’elle, de qualité raisonnable sans avoir un prix excessif. Shawna lui offrit son bras, galant, et répondit à sa question de sa voix la plus grave possible :

- Ah, damselle ! Quel coup tu me portes ! Ma moustache n’est on ne peut plus véritable... Ne tire pas dessus, ça me ferait mal. Je te promets de ne plus crier, cela ne sera plus nécessaire, maintenant que ma voix virile a attiré ta douce beauté.

Oh, c’était vraiment trop drôle, de jouer le rôle du cavalier, même si sa cavalière n’était pas dupe et savait parfaitement ce qu’il en était. Elle ne quitterait pas son personnage ; ce soir, elle était un homme, et draguerait aussi bien voir mieux que Kylian ou Lael, ha. Pour cette danse, elle était Shawn, un jeune homme qui avait grandi à Al Jeit, puis avait pris le chemin des routes à la recherche du monde, pour aider ses semblables, de ces jeunes gens des rêves plein la tête qui emportent partout leurs idéaux en bandoulière. Elle était une personne galante, attentionnée, à l’écoute des autres et pas du tout avare de compliments ; une personne modeste qui s’intéressait véritablement aux autres, se sentait à l’aise dans les discussions et était calmement fière de son passé de dure labeur. Peut-être avait-il travaillé dans les champs. Oui, c’est ça, il avait aidé ses semblables lors des dernières mauvaises récoltes, et puis il avait passé l’été à gardé des siffleurs dans les montagnes, avec une pauvre famille dont le berger était malade. Il adorait danser et bouger, dépenser de cette énergie qu’il utilisait habituellement à des activités moins festives, mais plus utiles à la population… Ah, il était bien gentil, Shawn, et bien habituel. Un garçon amical, mais que l’on regarde rarement deux fois, parce qu’il ne sort en rien de l’ordinaire, et que s’il parait sombre, parfois, ses yeux soudain mélancoliques, un sourire flottait toujours sur son visage, comme pour dénier la moindre tâche sur son passé éclairé par la douce lumière d’un soleil printanier, au matin. Bon, à voir si elle réussissait à tenir avec un personnage si aimant jusqu’à la fin de la danse. Il avait au moins le mérite d'avoir un petit côté théâtrale dans ses paroles, et elle allait bien s'amuser avec les exagérations gestuelles qui accompagneraient ses dires.

Elle entraîna Elina après elle, bondissant au son de la musique, celle-ci pulsant de la plante de ses pieds jusqu’au sommet de son crâne qui se balançait à son rythme. Elle passa son bras gauche sous celui de sa cavalière, de manière à ce qu’elles se retrouvent côte à côte, chacune face à un côté opposé du jardin, et elle commença à la faire tourner à un rythme endiablé, leurs coudes emboîtés l’un au creux de l’autre. Et puis elle la lâcha, frappa dans ses mains et se tourna, lui faisant signe de lui donner son autre bras, pour qu’elles repartent dans l’autre sens. Elle partit dans d’autres pas typiques, après, alors que face à face, elles s’éloignaient et se rapprochaient, se tenaient et se lâchaient, tournaient, avançaient, reculaient, se laissaient glisser latéralement. Shawna ne faisait rien à moitié, assumant entièrement son corps, se lâchant complètement dans la musique, et y entraînant sa compagnonne. Malgré sa promesse, elle parla extrêmement fort, pour pouvoir se faire entendre d’Elina au-delà de la musique :

- Et d’où vient ma si charmante cavalière ?

Elle n’en avait que faire, en vérité, mais il lui fallait être polie, si elle voulait véritablement coller au rôle qu’elle s’était choisie pour le début de la soirée. Ce n’était peut-être qu’une danse, mais elle tenait à ce que chacune des secondes passées en ce soir soit remplies de sensations, de joie et de ce qui deviendraient plus tard de bons souvenirs. Autant aller jusqu’au bout de ce qu’elle avait entrepris.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )

Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mer 30 Mar 2011 - 19:02

Le regard du jeune décoiffé avait eu un temps d’arrêt en tombant sur son accoutrement. Et c’était justement parce que Tuuli venait de remarquer que le jeune homme à qui elle s’adressait était décoiffé qu’elle fut vaguement agacée de ce regard sceptique. Elle-même était assez anti-sceptique – vous noterez avec quelle adresse la narratrice manie le calembour – la première impression n’était donc pas bonne jusqu’à qu’Ewall s’incline, la main en attente d’une occasion de saluer de la plus noble des façons. Les vieilles habitudes étaient difficiles à perdre et Tuuli répondit au geste en glissant sa main dans la sienne pour y recevoir la salutation qui lui était due. Elle remarqua à peine l’air surpris de son partenaire grâce, cette fois, à une nouvelle habitude de l’étonnement que toute sorte de personnes manifestait à son égard. La musique était entrainante et la domestique n’avait qu’une envie : danser. Le reste importait peu. Pour une fois qu’elle se sentait dans son élément, elle tenait à en profiter. Ewall ne se fit pas prier et l’invita bien vite à danser. Tant mieux. Elle répondit au charme du jeune homme par un sourire poli.

- Je suivrai vos pas jusqu’au bout Sieur Ewall.

La danse fut un véritable bonheur. Tuuli aurait été sur un petit nuage même si son partenaire avait été estropié. Or, en l’espèce dans le cas présent, le garçon était fort bon danseur. Rien d’étonnant si l’on considérait sa particule. Il avait dû apprendre, comme toute personne de bonne famille, auprès de professeurs aussi doués que bien payés. Le plaisir que pouvait éprouver la domestique en était décuplé. Il était cependant doté d’une grâce qui ne s’apprenait pas en assistant à de simples cours de danse. C’en était d’autant plus agréable de danser avec lui. La danse achevée, les yeux de la jeune fille suivirent ceux de son cavalier alors qu’ils se posaient sur la main qu’il tenait encore dans la sienne. Tuuli se défit de cette prise pour examiner cette partie de son corps à laquelle elle ne prêtait habituellement aucune attention. Ses mains autrefois si douces, si blanches, bref, si nobles était désormais abîmées par le dur travail qui leur était imposé. Elle poussa un petit soupir de tristesse. Oui, elle avait choisi sa vie mais elle était brusquement fatiguée comme si ces mains lui révélaient le sentiment qu’elle n’exprimait que de façon superficielle jusque là. Elle trouvait sa vie du moment particulièrement difficile et épuisante. Ewall se faisait alors curieux. Comme pour tout le monde, il lui semblait étrange qu’une domestique ait des manières ou peut-être en avait-elle trop.

- Vous-même êtes particulièrement bon danseur. Je vous retourne donc le compliment. Pour ma part, d’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours appris ce type de pas dans une salle appelée salle de danse.

Froncement de sourcil. Tuuli laissa passer un petit rire léger. Cette ambiance festive la laissait enfin être elle-même : une jeune noble fière de ses origines et de ce que son éducation lui avait apportée. Bon, ancienne noble fauchée et obligée de travailler à cause d’une stupide tradition familiale. Tradition qui ne lui interdisait pas, d’ailleurs, d’assumer ses origines tant qu’elle oubliât son nom.

- Disons simplement que j’ai eu de très bons professeurs. Mais si je danse admirablement bien, vous me semblez doté d’une agilité et d’une grâce qui n’ont rien avoir avec celles que pourrait revendiquer un danseur, aussi bon soit-il. Outre les excellents maîtres qui ont pu être engagés par vos parents, quel est votre secret ?



_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?

avatar

Mercenaire du Chaos et Maître de la boutique du Talion
Messages : 306
Inscription le : 06/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Jeu 31 Mar 2011 - 21:14

Le comédien tangue, dangereusement. Il est pâle, tremblant et fiévreux. La grande scène l’attend, les spectateurs le réclament. Tout est tellement flou, et irréel. Ce doit être un rêve, ce ne doit pas être le jour de la représentation. Il va se réveiller, et souffler de soulagement en s’apercevant que son réveil n’a toujours pas sonné et qu’il a encore du temps. Même s’il est en retard, il sera toujours content d’échapper à ce cauchemar.
Il n’a pas assez mangé. Il ne se rappelle plus avoir mangé. Quand était-ce, la dernière fois ?
Et boire ? Quand avait-il bu ? Sa gorge était sèche, le palet pâteux, ses lèvres cadavériques. Il n’allait jamais pouvoir tenir, il allait flancher bien avant.
Le rideau rouge est grand ouvert sur la mascarade des jardins. Les belles personnes sont habillées en circonstance, bien coiffées et maquillées comme des clowns. Elles rient, elles dansent et jouent comme des pieds, des amateurs. Elles ne savent pas jouer. La comédie est un art plus complexe qu’elles ne le croient. Alors elles transpirent de mensonge et de faux semblant, et il les dévisage avec mépris, devinant avec une aisance prétentieuse ce qui voile leurs yeux aveugles. Aveugles de ce qui ce passe réellement, autours d’eux. Aveugle de cette même scène, dont ils sont à peine conscients. Aveugles de leurs propres rôles.

« Cette vie est un théâtre, Elio, contente-toi de rire quand la pièce est comique, de pleurer lorsqu'elle est triste et d'applaudir à la fin de la représentation. »

La voix de sa mère sonnait comme un glas dans son crâne bien trop rempli. Ça tonnait, là d’dans, ça s’battait entre conscience et sentiments, entre vengeance et…vengeance. Enfin accomplie. Tout comme sa relation avec Elera. Il espérait de tout cœur ne pas la croiser au Bal, et il se demandait même ce qu’il venait faire ici.
Boire.
Il avait soif, soif d’oublier, soif de se vider de toutes ces merdes dans sa tête !
Avec l’allure d’un zombie, il ne prit pas la peine de regarder les couples niais à souhait qui se rencontraient sur la piste, et fila directement au stand des boissons.
Il tapa du poing sur la table, attirant l’attention du barman.

-C’que vous avez de plus fort. Tenez un pur feu, et vraiment pur, pas d’arnaque !


Sa voix était plus rocailleuse que jamais. Il n’avait pas prononcé le moindre mot, ni le moindre cri, encore moins versé la moindre larme depuis le meurtre de son père et la rupture avec Elera.
Il devait avoir l’air d’un gars sortant de taule, à coup sûr. Son costume était défraichis, et encore moins repassé, ses cheveux d’une blondeur transparente lui tombaient à présent sur ses épaules élargis, et étaient les seuls à n’avoir pas terni. Des cernes impressionnants, lui formant des sortes de rides, lui tiraillaient ses yeux d’une absence bleutée, ses joues étaient creusées et s’il avait beaucoup maigri, il gardait une structure plus musclée et plus homme qu’auparavant. Et puis, le détail tout nouveau, qui terminait en beauté son apparence de mauvais garçon, il ne se rasait plus, et de ce fait des poils pointaient autours de ses lèvres pâles et descendant sur son menton. Il n’atteignait pas les grandes barbes d’enchanteurs, mais alimentait un duvet dur comme les piques d’un hérisson.
En somme, le gars qu’on ne voulait surtout pas déranger, et auquel on évitait de trop refuser ce qu’il refusait. Aussi fut-il servi de suite, sans un reproche.

Ses doigts squelettiques se refermèrent sur le verre avec une poigne forte, s’agrippant à sa première boisson depuis quelques jours. Il n’attendit pas plus et vida le récipient d’un coup, faisant teinter les glaçons contre ses dents. L’alcool se dilua avec rapidité dans le sang, brûlant sa gorge et son estomac, et montant au crâne directement. Les idées devinrent de suite plus claires, moins encombrantes, et il poussa un soupir d’aisance.

-Un autre. Le même, et bravo pour la dose.

Il fut servi, avec une certaine grimace à laquelle il répondit par un regard noir et insistant. Le barman haussa les épaules, se persuadant d’un « c’est son problème ».
Le deuxième verre fut vidé comme le premier, d’une déglutition sonore. A nouveau les idées se dispersèrent, se brouillèrent, s’effaçant au grand plaisir du penseur.

Ainsi, il enfilait les verres, et ses yeux devenaient plus vitreux encore, et sa tête respirait enfin.
Il parcourait les jardins de son regard d’homme ivre, et tomba sur la silhouette de Kylian qui semblait s’en aller. Il parcourut le dos de son corps et lui trouva un joli fessier.

*Un joli queuuwa ?!*

Il secoua la tête. Il était soul, complètement soul, et il était venu pour se vider l’esprit, pas pour s’imaginer des trucs sordides sur son ami. Ami dont il ne voulait surtout pas être vu dans cet état. Pas ivre, mais mort et mauvais.
Il faudrait qu’il sorte d’ici. Se retrouver mal au milieu des profs n’était guère conseillé.

-T’as des réserves, garçon ? Moi j’ai d’l’argent.

Peu auparavant, il avait reçu une lettre, l’avertissant du « décès » de son père, de l’absence de coupable, et de son héritage. Héritage dont il ne voulait pas.
Il sortit de ses poches des pièces et liasses valant son pesant d’or. Le barman ouvrit des yeux brillants, tentés par tant d’argent.

Elio repartit avec un sac énorme et lourd de bouteille pur feu, titubant sur la dose déjà plus qu’importante et même dangereuse qu’il avait absorbée. Il rentra dans l’Académie, croisant au passage Enelyë.

-Héééé ma belle !


Il leva une main, et failli tomber sous le poids du sac de l’autre côté. Son bras entoura la hanche de son ancienne camarade de corbac.

-Bonne soirée, princesse !


Il s’éloigna, esquivant une référence ridicule, et quitta définitivement les lieux, en hurlant un dernier :

-Des conneries, que des conneries que j’t’ai dis sur les châteaux, princesses et compagnie ! Jamais ! N’écoute jamais un…p’tit con comme moi !




Et le rideau tombe sur les comédiens devenus fantômes.





_______________

                 Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?

                           Gérant de l'Arma Gauche et du Talion


avatar

Dessinatrice
Messages : 600
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Ven 1 Avr 2011 - 20:04

Jehan ne répondit pas, la musique commençant déjà à retentir dans les jardins. Elle répondit par un sourire au clin d'oeil de l'Intendant puis l'accompagna sur la piste de danse. Enelyë admira un instant ceux qui dansaient déjà, ou se moquait gentimment et intérieurement de ceux moins doués. Jehan dansait vraiment bien, et la dessinatrice peinait à suivre. Néanmoins, elle réussit à trouver le rythme assez rapidement, et se mit à sourire en se rendant compte qu'elle suivait très bien l'Intendant. La musique commença doucement à s'éteindre, Jehan répondant alors à sa question. Elle rit à la première partie de sa question, fronça doucement les sourcils sur la deuxième. Ce chat était-il à elle ? Mais en réalité, cette question était plus axée sur la normalité de la bestiole.

- Oui, c'est mon chat.

* Mais avant, il n'était pas à moi... Maintenant je ne pourrais plus m'en séparer. *

- Et c'est vrai que j'ai vu beaucoup d'élèves avec des animaux étranges. Air songeur. Est-ce que ce n'est pas un peu dangereux ?

La musique reprit plus vivement, et Enelyë continua donc à danser avec Jehan. Elle s'amusait, atteignant ainsi son objectif de la soirée. Mais elle commençait à peine. Finalement, la première mélodie s'éteint définitivement, annonçant la fin des Cavaliers Fantômes. Elle adressa un dernier sourire à Jehan, le remercia pour la danse et s'éclipsa discrètement vers l'Académie. Les couloirs étaient vides, tout le monde étant rassemblé dans les jardins. Enelyë souffla sur une mèche, puis s'assit sur un banc. Au bout d'un certain temps, elle se releva, puis retourna en direction des jardins. C'est alors qu'elle le croisa.

Elio.

Il la vit, lui adressant un "Héééé ma belle" plein d'ivresse. Il était totalement soûl. Il leva un bras, manqua de tomber. Elle se précipita vers lui.


- Fais attention...

Il passa un bras autour de sa hanche. Lui lança une remarque. Princesse. Bah ! Recommençait-il à se moquer d'elle ? Puis il la relâcha, puis se dirigea vers le côté opposé au sien. Elle se retourna lorsqu'il hurla. Des conneries. Alors, tout ne tenait qu'à ce mot ? Et elle ne devait pas écouter les gens comme lui ? Elle resta, quelques secondes, totalement immobiles. Puis elle se mit en tête de le suivre, alors qu'il était sûrement déjà loin.

- Elio ! Attends !

Elle trébucha. Elle ne savait pas si il l'avait entendu. Elle n'avait pas réussi à le retenir. Enelyë resta à genoux sur le sol. Qu'est-ce que tout cela signifiait ? Et il avait terriblement changé. Dans l'apparence, mais aussi au niveau du mental. Qu'est-ce qui avait pu le changer à ce point ? Des bruits de pas se rapprochèrent, et une main se tendit devant elle. Elle la prit, sans lever le visage, et se releva grâce à cet appui.

- Merci...

Et elle releva la tête.

[Qui qui veut qui a tendu la main à Enelyë ! Mais la laissez pas toute seule, merci Arrow]


_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Bois
Messages : 130
Inscription le : 13/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Sam 2 Avr 2011 - 18:54

La soirée devait être exceptionnelle. Elle, elle devait être lumineuse, éblouissante, parfaite jusque dans les moindres détails. Un Bal ! Elle n'avait pas vu ça depuis qu'elle était rentrée à l'Académie. Elle avait reçu de nombreuses missives de ses anciens amis qui l'invitait, mais elle savait qu'elle n'avait aucun droit de s'y rendre. Aussi y répondait-elle par pure politesse, puis les invitations avaient peu à peu cessés. Alors c'était comme ça qu'on oubliait la plus belle des cavalières ? La jeune combattante avait toujours eu un succès fou auprès des gens qu'elle côtoyait. Elle voyait cela comme un jeu, aimant se sentir aimée, mais ne prenant pas la grosse tête. Elle voulait juste être parfaite, mais lorsqu'elle n'y arrivait pas, cela ne la dérangeait pas. Mais ce soir ! Ce soir, c'était différent. Tout d'abord parce qu'elle se devait d'être à la hauteur des autres, et qu'elle se faisait belle pour Zéphyr. Il avait promis de danser avec elle, et elle sourit rien qu'à cette pensée.

Pendant ce temps là, elle arrangeait le haut de sa robe. Un joli vieux rose, des dentelles et des cordons blancs un peu partout, faisant ressortir le vert de ses yeux et le rouge de la bouche qu'elle avait maquillé. Ses cheveux étaient dans une pagaille monstre, attachés de toutes parts, dans l'anarchie la plus totale. Elle y ajouta des cordons et déclara pour elle-même que tout le monde n'y verrait que du feu. Elle se dirigea alors vers les jardins.

Ses grands yeux verts scrutaient la foule. Où pouvait se trouver Zéphyr ? Sa longue robe la gênait un peu. Elle remarqua qu'elle n'avait plus l'habitude de porter ce genre de choses. Et aussi que l'uniforme était bien plus confortable que toutes les robes qu'elle avait jamais porté. Hestia poussa un soupir et se perdit dans la foule. Il était parfois difficile de se faufiler entre les élèves (même des professeurs étaient là!) aussi l'Aequor mit-elle un temps fou à faire le tour des jardins. Finalement, ne trouvant le Demi-Faël nulle part, elle alla s'asseoir près d'un stand de boissons. Un homme étrange était en train d'acheter plusieurs bouteilles, mais elle s'en fichait. C'était son problème, après tout. Lorsqu'il partit, Hestia alla parler au barman. Elle lui offrit un superbe sourire.


- Bonsoir ! Est-ce que je pourrais avoir... elle observa ce qu'elle voyait, ça ? dit-elle en désignant une bouteille du doigt.
- Vous êtes sûre, mademoiselle ?
- Oui !

Bien que son ton fut assuré, elle ne savait absolument ce que l'homme sous-entendait par "Vous êtes sûre, mademoiselle ?". Mais cela ne l'inquièta pas le moins du monde. Il lui donna un verre, elle le paya puis se rassit. Tout en buvant une gorgée, elle chercha Zéphyr du regard.

avatar

Maître Marchombre
...Je crois?
Messages : 1301
Inscription le : 17/04/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Dim 3 Avr 2011 - 1:43

Arro se déplaçait gracieusement entre chaque jeune personne. Le damoiseaux écouta la musique, voulant se mêler au musicien, il résista à la tentation de sortir sa musique. Ce soir, il participait au cavalier fantômes. Bon certes, il était marié, mais Kushumaï n'était pas réellement disponible pour le moment, donc bon... Le marchombre se permettait une petite folie pour s'amuser un peu. Bon pas de drague, rien du tout, c'était un homme fidèle après tout.

Mais passons les petits détails gênant et regardons comment il était sapé ce chimpanzé. Le jeune homme était habillé dans un costume simple, un pantalon noir souple et permettant une facilité de mouvement exemplaire. Une chemise d'un blanc immaculé, une veste sans bras et une écharpe rouge bordeaux assez courte. Il avait sur le côté sa fidèle besace, contenant toujours les mêmes choses, comme sa flute ou quelques armes dites "en cas d'urgence".

Après la fin de la musique entrainante qu'il écouta et un speech assez joyeux de la part de l'intendant, la fête commença, une carte apparu dans sa main dans un petit pop. Un nom et un visage. Le jeune homme était fortement heureux, car si sur la carte il n'y avait que le nom, retrouvé sa cavalière aurait été impossible. Arro avait la mémoire des visages, pas des noms. On lui dit "tu vois Machine ?" la réponse serait non, mais si on dit "Tu vois Machine, la belle petite blonde aux yeux brun avec des boucles d'oreilles vertes et des cheveux bouclés et des petites mains fines", là ce serais "mais bien sûr ! Elle était à Lotra d'ailleurs !". Ainsi, sauvé par l'intuition des organisateurs, le marchombre partit a la recherche d'Halina Nilsan. La repéré fut assez difficile, Arro esquivait les jeunes couple avec grâce. Enfin il repéra la tête de sa cavalière fantôme. Alors, il s'approcha et dans un geste souple salua la demoiselle qui l'avait déjà saluer
.

-Enchanté de même.

Doucement il tendit sa main vers celle de la demoiselle et y déposa un baise-main. Bon, Arro n'était pas féru des petites habitudes nobles, mais il aimait faire une certaine impression.

-J'espère que tu voudras bien m'accorder cette danse et que tu ne seras pas outré du fait que ma compétence dans ce domaine est quelque peu... inexistante.

Le jeune homme sourit et entraîna Halina dans la danse.


_______________
Arro Skil'Liches / Silind Frandrich / XDieu / Tarus Tal'Oursian / Lyuuna Sil'Celim
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 75
Inscription le : 30/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Dim 3 Avr 2011 - 17:55

Zéphyr, bien que moins sobre par sa nature de Frontalier, avait décidé de bien s'habille pour ce Bal, le premier auquel le jeune homme assistait, tout devait être superbe, pour Hestia, et puis Zéphyr lui avait préparé un cadeau qu'il avait ac. Il s'habilla avec une chemise blanche, suivit d'un pardessus noir. Son pantalon de la même couleur que son pardessus s'harmonisait très bien avec ses bottes. Il laissa ses cheveux à l'air libre et prit le cadeau d'Hestia, en discutant avec d'autres Kaelem qui s'habillaient tout en discutant du bal, des filles qu'ils allaient tenter de séduire, des professeurs présents et tant d'autres détails que le jeune homme ne notait pas.
Lorsque que ce fut enfin le moment, le jeune homme descendit de sa tour pour se rendre dans les jardins.

Lorsque le jeune homme arriva dans le jardin, il fut surpris par la beauté de l'environnement, tout était sublime. L'art des Dessinateurs, combiné à celui des Jardiniers et des autres membres de l'équipe de l'Académie avaient transformés ses lieux en un endroit ou la danse et les festivités avaient tout les droits. Et le jeune homme fit plusieurs fois le tour de l'endroit, pour trouver Hestia.
Il finit par la voir.
Elle était belle à en couper le souffle
Elle était sublime avec ses cheveux blonds en bataille, décorés de rubans, et sa superbe robe rose qui mettait en valeur son visage, ses yeux, sa bouche...
Tout en elle était sublime.

Néanmoins, le jeune homme fut surpris en voyant la bouteille présente sur la table d'Hestia et fut à demi-rassuré en ne voyant qu'une toute petite partie de liqueur qui avait disparu de la bouteille. Il aurait du arriver plus tôt, il n'avait guére envie de voir sa petite amie saoule. Il s'approcha d'elle et l'embrassa en lui carressant la nuque.

-Je suis désolé du retard ma chérie... j'espère que tu n'en à pas trop profité, j'espére?

Ce fut à ce moment que la musique reprit et Zéphyr prit la main D'Hestia. Le Kaelem leva son ami de la chaise sur laquelle elle était en train de boire. Il la colla contre lui et lui murmura à l'oreille trois mots révélateurs de ses pensées.

-Tu veux danser?


_______________
avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Dim 3 Avr 2011 - 23:16

Un bal populaire.
L’idée en elle-même avait quelque chose d’assez féérique, de très gitan, un petit côté folk qu’il appréciait énormément. Il imaginait déjà les lampions de papier qui illumineraient les jardins, les instruments à cordes peu communs qui paillèteraient l’air de notes guillerettes, sous le regard tendre et bienveillant des différents enseignants de l’Académie qui seraient autant là pour profiter que maintenir l’ordre si jamais quelque chose devait arriver qui gâcherait l’ambiance.
Duncan avait, clairement, hésité à y participer. Il avait déjà pris deux semaines à se remettre physiquement de la reprise de l’Académie, bien qu’il n’y ait pas participé en matière de combattant et n’avait pas été blessé. Mais il n’avait jamais été d’une grande force mentale, ni d’un grand courage, et avoir passé une nuit entière à voir défiler des blessures horribles et des morts irrémédiables l’avait brisé, concrètement. Ajoutez à cela l’impression croissante d’inutilité qui l’environnait, l’impossibilité de voir son éminent collègue Jehan pendant de longues périodes à cause des monceaux de travail qui lui tombaient dessus, et la fatigue dont il se remettait difficilement, il ne restait pas grand-chose dans le sourire de Duncan. Oh, il n’était pas un grand dépressif, comme certains qui exhibaient leurs cernes comme des tatouages, qui pleuraient de préférence quand les salles étaient pleines, mais il fallait dire qu’il était plus.. distant ? que d’ordinaire. Il aimait toujours autant enseigner, et voir les élèves vaquer librement à leur bonheur, mais il sentait une certaine douleur dan son cœur à n’en être pas un des auteurs. Il n’avait pas relancé de cours depuis la reprise de l’Académie, tant par incapacité personnelle que par manque d’intérêt des élèves, ce qu’il comprenait.
Mais bref, tout ça pour dire qu’il avait même hésité à descendre à la fête. Il n’était pas sûr d’être prêt à une telle dose de réjouissances, même si elle lui ferait certainement du bien. Il ne voulait pas se montrer fatigué devant le reste du monde, quand bien même il n’aurait plus beaucoup de cernes. Mais son côté jovial avait repris le dessus, et il s’était même obligé à participer aux Cavaliers Fantomes. Il l’aurait fait de grande volonté en temps normal, et danser avec quelqu’un tiré au hasard pouvait être l’occasion soit de revoir quelqu’un, soit de rencontrer une nouvelle personne. Enfin bref, ce serait chouette de toute manière.

Dans ses appartements, Duncan retroussa les manches de sa chemise, comme il avait l’habitude de le faire en été, et opta pour un pourpoint clair, bleu ciel, qu’il laissa lâche par-dessus la chemise en coton. Il savait qu’il n’aurait pas besoin d’être classe, aussi ne prit-il pas son chapeau haut de forme qu’il appréciait tant, et évita les pantoufles, qui l’empêcheraient de danser correctement. Il n’était certainement pas le meilleur des danseurs et manquait peut-être de fluidité, mais il connaissait beaucoup de danses grâce à son éducation, donc il serait acceptable. Et au pire, il remonterait dans ses appartements. Il effaça le noir de ses dernières cernes et les rides de fatigue sous un peu de fond de teint qui lui restait, et qu’il aimait bien, parce que bien employé, le maquillage allait aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

______

Il applaudit pour chacune des nouvelles nominations. En tant que professeur, il était déjà au courant de ces changements de postes et de ces montées en grade, mais n’avait pas eu le temps de féliciter les nouveaux arrivants de l’équipe en personne. Et la bonne humeur était communicative, il profitait de chaque minute passée à se détourner l’esprit de tout le débat intérieur qui le minait petit à petit.
La fête était comme il espérait, claire et joyeuse, libérée des contraintes sociales qu’un bal imposait généralement. Son esprit dériva un peu quand, adossé à une colonne dressée pour supporter les lampions, il passa plusieurs minutes à jouir du spectacle d’un habile jongleur, qui, en plus de savoir faire voler tout et n’importe quoi, arrivait par tour de magie à faire apparaître et disparaitre ses projectiles à volonté. C’était vraiment exquis. Avec le cracheur de feu en arrière-plan, en plus..
Mais la musique se mit à sonner, et la piste se couvrit peut à peu des premiers couples virevoltant sur l’air populaire ; il n’en connaissait pas le rythme, ni ne savait quelle danse lui correspondait exactement, mais au vu du rythme, plusieurs danses pouvaient s’y adapter. Il se mit alors en quête d’Amarilys Luinil, qui lui était assignée, pour sa plus grande joie.
Il n’avait pas eu le temps de revoir la rêveuse depuis la reprise, quand il avait passé la nuit à l’aider comme il le pouvait à soigner les blessés. Elle semblait avoir mieux supporté la reprise que lui, mais peut-être cela était-il du à son aura naturelle de plénitude et d’apaisement. Il était vraiment ravi de pouvoir danser avec elle, plutôt qu’avec n’importe qui d’autre. C’était plus rassurant de faire face à un autre adulte ; plus apaisant, en somme, une joie plus calme, plus stable que de virevolter avec une autre élève qui aurait vingt ans de moins que lui.


- Dame Luinil, c’est un privilège de pouvoir danser la première danse avec vous, en cette belle soirée. Si vous voulez bien me suivre ?

Il lui tendit la main en baissant légèrement les épaules, de cette manière toujours élégante et polie qu’il maintenait quand il s’adressait aux dames ; cette manière respectueuse et désintéressée de gentleman que peu lui connaissaient et qui, pourtant, faisait partie intégrante de sa personnalité.



_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
avatar

Maître rêveur
Messages : 231
Inscription le : 30/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mar 5 Avr 2011 - 16:05

Le temps venait de renaitre. De partir. Et de devenir autre.
La Maitre Rêveuse ne supportait plus sa vie après l’invasion du Chaos, sa participation à la Résistance et la Reprise. Elle ne cessait de revoir en cauchemar la mort tragique de son élève, Joran. Par sa faute. Par son entière faute. En s’impliquant, en défiant le code neutre des rêveurs, elle avait donné une marche à suivre à Eoliane, un exemple qui en était tout sauf un. Les rêveurs l’avaient suivi, au péril de leur vie. Joran en était décédé. Et ça, elle ne pouvait se le pardonner.
Alors, elle restait là, les yeux dans le vague, face à son miroir qui lui renvoyait une image d’elle plus maigre encore qu’auparavant. Ses récentes blessures l’avaient affaibli, la marque rouge sur sa tempe persistait à durer éternellement, et son flan lui faisait encore mal de temps à autres. Mais le moral était bien plus blessé que son corps. Alors que la rêveuse tenait une taille déjà maigre, elle en était devenue au cours des derniers jours, presque squelettique.
Elle avait commencé à s’étaler du fond de tain clair, aux couleurs de la neige de sa peau, afin de cacher sa fatigue, et espérant effacer les marques de ses os qui ressortaient. Mais elle avait suspendu son geste, trop occupée à penser.


-Dame Luinïl ?


Elle ne bougea pas, ayant à peine perçu la voix rauque de Jùn. Celui-ci rentra, avec quelque peu de timidité de franchir les portes des appartements de son supérieur. Il se plaça juste derrière elle, fixant lui aussi le miroir. Amarylis était vêtue d’une robe noire, légère et simple, élégante, ce qui l’amincissait encore plus, et qui n’était pas vraiment à son avantage.
Jùn fronça ses sourcils broussailleux. Il n’avait jamais vu la jeune femme habillée en noire, elle choisissait toujours des couleurs pastel, ou du bleu en plus foncé. Jamais du noir. Comme si elle se rendait à un enterrement. Ce n’était pourtant pas le cas. Il s’agissait du bal de l’Académie ! Il soupira.


-Dame Luinïl…

-Amarylis. Souffla-t-elle. Je t’ai déjà dis de m’appeler Amarylis, Jùn.

Il sourit. Elle essayait toujours. Voilà des années qu’ils se connaissaient, qu’elle lui enseignait et lui parlait pour guérir ses blessures. Ils étaient amis. Mais il la respectait bien trop pour se permettre de l’appeler par son prénom.

-On…on vous attend.

Les rêveurs ayant accepté de participer au bal de l’Académie partaient ensembles, accompagnés afin d’être en sécurité, surtout en pleine nuit.
Mais elle n’avait que la moitié du visage maquillé, et elle n’était pas prête. Vraiment pas.


-Je ne devrais peut-être pas m’y rendre.

Jùn attrapa le poudrier de la rêveuse et entreprit de maquiller le reste de son visage.


-Ils perdraient beaucoup à ne pas vous avoir, Dame Luinïl. Vous êtes magnifique.


Et trop maigre. Il le savait. Mais n’osait rien dire. Il voudrait pourtant l’aider, comme elle l’avait aidé. La faire manger à nouveau, lui rendre son sourire…Mais il en était incapable.
Amarylis émit un léger rire.


-Tu ne sais pas mentir, Jùn. Je crois que vous avez bel et bien perdu votre maître à tous.

Une larme coula sur son visage. Elle n’était plus à la hauteur, trop faible pour diriger comme il se doit une telle confrérie. Trop sentimentale. Un rêveur doit être neutre, pas sentimental.

-C’est faux, et vous le savez. Dansez, ce soir, Amarylis. Dansez et cessez de penser à ce que vous auriez pu éviter.

Elle se tourna vers lui.

-Vous avez sauvé nombre de gens là-bas qui souhaitent sûrement vous revoir. Vous ne pouvez qu’en être fière. Neutralité, ou pas.

Elle lui sourit, le remerciant de son soutien, et sortit de ses appartements, escortée par son élève, en silence.





Les jardins de l’Académie étaient en grandes pompes. La musique estivale donnait à quiconque l’envie de danser et de se joindre aux festivités, ce qui redonna à Amarylis un semblant de bonne humeur. Jùn avait peut-être eu raison de l’encourager à venir.
Les élèves affluaient, et elle reconnut quelques visages. En bien meilleur état que la dernière fois.
Le jeu des cavaliers fantômes. Elle se demandait encore pourquoi elle y participait. Amusant, certes, mais elle espérait de tout cœur ne pas tomber avec un enfant de vingt ans de moins qu’elle, ou pire, l’un des élève qu’elle avait soigné. Elle voulait oublier cette attaque et les pertes associées.
Le nom du professeur Cil’Eternit fut tiré pour elle, et elle ne put retenir une exclamation de joie. D’une, c’était un adulte, et de deux, il avait été à ses côtés lors de la reprise. Il n’aurait sans doute aucune envie d’aborder le sujet, lui non plus.


- Dame Luinil, c’est un privilège de pouvoir danser la première danse avec vous, en cette belle soirée. Si vous voulez bien me suivre ?

Elle s’inclina, offrant son décolleté ressemblant plus à un tas d’os qu’à autre chose.

-Sieur Cil’Eternit. C’est également un grand plaisir que de vous avoir pour cavalier. Vous m’êtes très élégant ce soir.

Elle accepta sa main, bien plus épaisse que la sienne, et se laissa guider sur la piste. Elle ne savait pas vraiment danser. On ne pouvait pas dire que la danse était une activité fréquente dans les Confrérie. Elle pensait toutefois qu’un gentleman comme Duncan saurait lui montrer la marche à suivre.

-Comment allez-vous ? Voilà un petit moment que je n’ai plus arpenté l’Académie et que je n’ai eu le plaisir de vous y croiser.

La question lui brulait les lèvres.
Et vous ? Comment vous en êtes-vous sorti ? Affrontez-vous la pente en haut, ou en bas ?
Je ne vous ai plus vu. Entre mon coma et…
Et vous ?
Comment s’en sort cette Académie ?



_______________

            Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?







avatar

Apprenti Marchombre
Messages : 101
Inscription le : 31/08/2010
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   Mar 5 Avr 2011 - 17:49


- Je suivrai vos pas jusqu’au bout Sieur Ewall.

Il ne put retenir un sourire amusé.
Et s’il l’emmenait loin ? Trèèès loin ? Elle le suivrait ?
Pourtant il n’en fit rien, il ne la connaissait pas, et les filles d’ici n’étaient pas les filles niaises des rues qui l’abordaient ou le couvaient des yeux. Plus d’une fois il avait été surpris par le tempérament des filles de cette Académie. Alors mieux valait se retenir tant qu’il ne pouvait la cerner.

La danse était un véritable plaisir avec cette partenaire. Le jeu des cavaliers fantômes l’avait plus que bien servi. Il avait comme une impression pas si agréable que cela, de se retrouver aux cérémonies des Ril’Morienval, dansant avec ses sœurs, ses cousines ou les invitées. C’étaient les mêmes pas, le même air de prestance, et une partenaire presque aussi douée.

- Vous-même êtes particulièrement bon danseur. Je vous retourne donc le compliment. Pour ma part, d’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours appris ce type de pas dans une salle appelée salle de danse.

Il rit, appréciant l’humour de Tuuli. Elle était tous sauf cruche, et n’était pas non plus désagréable au possible comme la Naeëlios. Il ne pouvait qu’aimer sa compagnie avec de telles comparaisons !
Il leva les yeux au ciel, reconnaissant dans un sourire sa question stupide, et nulle de sens. Il venait de faire preuve de préjugés, et elle pouvait mal le prendre. Loin de lui l’idée de la prendre de haut, il avait vécu durant trois gens avec des gens de rues, et jamais il n’avait eut l’idée même de se sentir supérieur ! Il était juste curieux, curieux sur cette jeune fille, son origine, son caractère. Curieux, et impatient de refaire sa vie.
Comprenez, il a perdu ses uniques amis en partant.
Il voudrait pouvoir connaitre le monde et les gens qui le peuplent.
N’empêche, elle avait beau dire, elle avait de sacré manières de noble !


- Disons simplement que j’ai eu de très bons professeurs. Mais si je danse admirablement bien, vous me semblez doté d’une agilité et d’une grâce qui n’ont rien avoir avec celles que pourrait revendiquer un danseur, aussi bon soit-il. Outre les excellents maîtres qui ont pu être engagés par vos parents, quel est votre secret ?


Ewall tiqua. Il ne s’était pas vraiment rendu compte d’une agilité particulière. D’un changement par rapport à avant.
Marchombre ?
Il ne faisait pourtant que débuter sa formation, faisait-elle déjà ses preuves ?
Non. Il pensait plus à son métier d’acrobate, bien que les deux s’épousent à merveille. Il éloigna Tuuli de la piste de danse, la première musique se taisant dans le brouhaha du peuple.


-A peine une danse, et déjà vous voulez connaitre mes secrets ?

Il lui décerna un clin d’œil, taquin. Il n’était finalement pas le seul à être curieux. Alors il se fit suivre jusque dans un coin du jardin, comme se préparant à lui révéler un secret hors norme.

-Je consens à me révéler à vous, mais à une seule condition. N’en pipez mot à personne, je pourrais être poursuivi, et même retrouvé par des hommes bien plus noirs que les tréfonds des ténèbres !

Il se baissa, chuchotant plus que parlant, faisant naitre dans ses yeux une véritable ambiance de secret d’état.
Alors, il sortit de son veston, une boule de poil rouge, repliée sur elle-même. Elle ne bougeait pas.


-Ceci, Damoiselle, est l’arme la plus dangereuse que l’on puisse connaitre. Elle donne tous les pouvoirs…


Il prit la main de Tuuli, s’amusant de son propre jeu.


-N’ayez pas peur, touchez là, vous en serez transformé…

A peine eut-elle posé le doigt sur la bestiole, que celle-ci s’anima, et la boule de poil devint chuchoteur sautillant. Le pauvre Noukas dormait, et le voilà réveillé par les yeux de son maître. Il grimpa sur l’épaule d’Ewall, afin de lui mordiller l’oreille, mécontent.
L’apprenti marchombre éclata de rire, sous les yeux étonnés de sa cavalière.

-En vérité…

Il fit sautiller son animal sur son épaule, qui ne bouda plus très longtemps et qui entreprit de suite des galipettes et acrobaties sur le crâne de son partenaire de jeu.

-…je suis acrobate. Voilà trois ans que je côtoyais la troupe Fillibulle. Je ne sais si vous en avez entendu parler. Voilà d’où je viens. Et vous, d’où venez-vous ? Quels sont vos secrets ?

Mon seul secret, c’était d’être un Ril’Morienval.
Avant.
Avant Anaïel.
A présent, c’est d’être marchombre.



_______________

Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bal de l'Académie [Terminé]   



 
Bal de l'Académie [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires
-
» Namasté! Bollywood débarque à l'Académie! [Terminée]
» C'est ça le Hall d'une Académie ?! [Terminé]
» La salle commune...ou comment se perdre dans les vastes couloirs de l'académie...[terminée]
» Jean Raspail à l'Académie Française
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: L'enceinte de l'Académie :: Les jardins-