Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteLes fils du marionnettiste [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 Les fils du marionnettiste [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yaemgo

Marchombre
Messages : 687
Inscription le : 04/06/2007
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur http://yaemgo.wordpress.com/
MessageSujet: Les fils du marionnettiste [Terminé]   Les fils du marionnettiste [Terminé] Icon_minitimeVen 11 Mar 2011 - 22:54

Yaemgo adressa un regard empli de plénitude au soleil qui plongeait dans l'horizon, inondant le sable du désert de ses ultimes rayons sanglants, tandis que les rochers ayant retenu la chaleur tout le jour livraient leurs exhalaisons salées au ciel nébuleux constellé de nuages rougeoyants aux formes étirées. Chaque grain de sable semblait décliner la lumière comme par des facettes infinies, doucement caressé par le vent azuré murmurant ses promesses mystérieuses à l'oreille de celui qui savait entendre la Nature.
Yaemgo n'avait peut-être pas une pléiade infinie de talents, mais son exil sabbatique au sein de la montagne lui avait appris à ressentir profondément ce qui l'entourait ; en cela il s'associait aux Marchombres. Faisait-il ou pas partie aujourd'hui des Chevaucheurs de Brume ? Son enseignement avait été commencé à son arrivée à l'Académie... Etait-ce cinq ans auparavant ? Six peut-être, voire sept... Impossible de se souvenir. Cependant, son initiation marchombre avait dû être écourtée pour une myriade de raisons. Mais pour faire partie de la Guilde, était-il vraiment nécessaire d'avoir obéi à un Maître trois longues années, nécessaire d'avoir passé un examen ? En ce cas il n'y avait jamais eu de premier Marchombre. Et le jeune homme doutait sérieusement qu'Ellundril Chariakin eut jamais été initié par un quelconque maître.
Seul dans la montagne, il n'avait pas fait que méditer. Il avait partagé son temps entre un entraînement sans relâche et des séances calmes, au milieu d'une clairière de conifères, à écouter les éléments l'entourant. Cela pouvait paraître ridicule, mais un corps sain ne pouvait être animé que par un esprit tout aussi pur et fort, sans quoi il s'écroulait invariablement. L'inverse étant vrai également...
C'était donc pour vérifier cela qu'aujourd'hui Yaemgo avait pris le chemin du Rentaï, la montagne sacrée des Marchombres. La greffe potentielle en elle-même n'était que la moitié de son objectif final : il voulait également savoir ce qu'il était réellement. Trop longtemps le parasite dans son esprit lui avait volé son identité après avoir pris sa jeunesse. Peu lui importait au final que le Rentaï le rejette ou pas, il serait au moins fixé sur un point. Tant pis s'il devait découvrir son identité par élimination, il avait tout son temps devant lui. Il comptait par la suite revenir vers l'Académie : même s'il ne suivrait plus de cours, il n'avait de toute façon pas d'autre endroit où aller. Peut-être pourrait-il loger là-bas en ancien élève. Mais dans l'immédiat, il avait d'autres choses à penser.
En jetant un regard autour de lui, il lui semblait reconnaître ces dunes éternelles. Il était déjà venu ici auparavant, après une fugue de l'Académie. Il était déjà mort dans ce sable...

***

Le jeune homme était fourbu. Il avait déjà marché des jours, des nuits à travers le pays, se cachant dans les caravanes, volant des chevaux. Le démon tapi en lui l'avait contrôlé des heures durant régulièrement, et il se réveillait parfois dans un bain de sang, un cadavre dont la nature était impossible à identifier auprès de lui. Il avait des poches sous les yeux et ne pouvait pratiquement plus marcher... Et le Rentaï était encore loin.
Il jeta un coup d'oeil en arrière. La poussière se soulevait à l'horizon, créant un nuage opaque qui grandissait. On venait le chercher... Sa fuite de l'Académie n'avait pas dû rester inaperçue très longtemps. Il avait tout quitté pour venir ici, son amour, son seul logis, son enseignement... Mais il n'abandonnerait jamais. Il irait vers le Rentaï, et celui-ci le débarrasserait de Lindörm... Enfin.

Arrivé au pied du mont, il laissa échapper un soupir. Mais aucun soulagement ne transparaissait dans celui-ci : seule la lame de Slynn Ar'Kriss qui caressait sa gorge l'avait provoqué. Valen et sa sbire l'avait donc piégé... Ce n'était pas étonnant, il s'agissait de deux des plus grands combattants de Gwendalavir. Il était contraint de se désarmer et de les suivre. Ce voyage s'arrêtait donc ici...?

- Excusez moi, on m'a dit de venir récupérer un colis par ici. Je suppose que c'est ce jeune homme qui voulait gravir la montagne.

La voix semblait provenir de nulle part. Une femme élancée jaillit de derrière un rocher, comme si elle sortait directement de la pierre et qu'elle s'était fondue dedans. Marchombre.
A partir de cet instant, les choses se déroulèrent avec une vitesse irréelle, comme si le monde avait été accéléré par une puissance supérieure. La femme qui venait d'apparaître lui proposait de le prendre comme apprenti Marchombre. Elle se disputait avec Valen à ce sujet. Puis Ena Nel'Atan, une des maîtresses de l'Académie, apparut à son tour comme sortie de nulle part. Yaemgo ne savait que faire, accepter, refuser, fuir, laisser libre cours au démon enfoui en lui ou bien le contenir de toutes ces forces. Il laissa jaillir ses sentiments, chose rare.

- Personne ne décidera de rien pour moi, lâcha-t-il d'une voix froide.

Silence soudain. Regard glaciaux, comme s'il dérangeait en intervenant dans un débat concernant son avenir. Un coup porté par Valen au milieu de son plexus solaire. Il tombe à terre dans le sable accueillant, étouffé. Les combattants en face de lui se disputent à nouveau, la rage bout en lui.
La suite lui parut encore plus floue. Ena apportait une nouvelle : des mercenaires les entourait. Branle-bas de combat. Yaemgo se cachait derrière un rocher. Combat qui durait quelques seconde sou bien des heures... La marchombre vient la chercher : "Allez viens, on disparaît !". Yaemgo se lève. Douleur.
Il avait à peine fait trois pas qu'il sentit un étrange picotement dans son dos, qui se mua en douleur sourde. Il tenta d'en chercher l'origine, et la trouva devant lui. La pointe d'une flèche dépassait de sa poitrine, déchirant sa tuniqué et sa peau. Une, deux, trois autres flèches lui traversèrent le corps. Il s'effondra doucement à côté du rocher, d'abord sur les genoux, puis il réussit difficilement à s'asseoir dos à la pierre. Le goût du sang lui prenait la gorge et la bouche, il était en sueur.
Allongé contre un rocher, on se pressait autour de lui. La vision recule, prend de la distance. Il se voit confiant à Valen un ultime pied-de-nez et ses derniers mots, ses dernières pensées pour Galadriel... Galadriel. Ses sens le quittent, il disparaît.


***

Yaemgo secoua la tête. Repenser à ces événements n'avait plus la même dimension angoissante qu'auparavant ; dans les montagnes, en se débarrassant du démon Lindörm, il a également laissé derrière lui ses douleurs, ses cicatrices, son ressentiment. Toujours présents dans son esprit, il peut à présent les visualiser avec distance et sérénité. Même le souvenir de Galadriel... La seule femme qui avait voulu partager sa vie, une relation aussi courte qu'intense, la passion à l'état brut, qui l'avait frappé comme l'avait frappé le pommeau de l'épée de Valen Til'Lleldoryn, des années auparavant au même endroit. Elle avait rejoint les amours perdues ; après que Yaemgo soit revenu à l'Académie, elle l'avait déjà détesté, oublié, et s'était suicidée. Jamais il ne saurait pourquoi ou comment. Et si cela lui torturait le coeur auparavant, aujourd'hui la douleur était partie.

A présent le Rentaï était proche, le temps n'était plus aux réminiscences du passé. Le soleil achevait sa course, et seule la moitié du globe igné était visible, coupé qu'il était par l'horizon lointain du désert. Il avait pensé au départ camper le temps d'une nuit au pied du Rentaï, mais la montagne dégageait un magnétisme irrésistible, et Yaemgo n'envisageait à présent même plus de faire autre chose que de grimper immédiatement, malgré sa fatigue.
Il se débarrassa de son sac, à vrai dire de tout ce dont il n'avait pas besoin pour gravir ce mystérieux jalon de sa vie. Il ne fut bientôt plus vêtu que de sa tunique de soie sombre, et ses deux dagues, Alpha et Omega, avait rejoint ses affaires. Personne ne viendrait les lui voler ici, et quand bien même, il s'en moquait éperdument, hypnotisé qu'il était par ce géant minéral. Secouant une ultime fois sa chevelure si blanche qu'elle en était presque transparente, il trouva ses deux premières prises de main, se hissa un demi-mètre plus haut et commença son ascension.

Le début se passa plutôt bien, plus il montait haut, plus l'ivresse de la hauteur et l'adrénaline -mêlées à la magie du lieu ?- lui montait à la tête. Les deux premières heures se passèrent sans fatigue de Yaemgo, comme s'il se reposait plutôt que de s'épuiser. A vrai dire, il avait passé tant de temps dans la montagne qu'il savait désormais se mouvoir avec aisance au coeur de celle-ci. Il marqua une pause sur un plateau rocheux, non parce qu'il était fatigué, mais parce qu'il voulait apercevoir les derniers rayons du soleil disparaître jusqu'à la prochaine aube. Il reprit ensuite l'ascension. Un fin croissant de lune éclairait ses mains diaphanes et arachnéennes, tout en étant assez basse pour laisser le jeune homme observer un ciel étoilé si beau qu'il est difficilement comparable à celui des autres lieux de Gwendalavir. Le sommet du Rentaï était toujours invisible, mais peu lui importait.

Les minutes (ou les heures, ou les secondes ?), et bientôt un son léger vint frôler l'ouïe de Yaemgo. A vrai dire, il s'agissait d'un murmure désagréable... Celui-ci lui rappelait la voix perfide de Lindörm, qui avait tant de fois résonné dans son esprit ou pris le contrôle de sa propre langue. Une fois peu différente de la sienne, au final, mais qui avait cette intonation... Les minutes s'égrenaient, et ce murmure lui prenait le cerveau en étau, le replongeant dans des années d'infamie sous le joug du démon. Il fallait qu'il pense à autre chose... Ses séances interminables de méditation dans la fraîcheur de la montagne, sa communion avec les forces qui l'entourait... Il devait se fondre dans la pierre, résonner sur la même fréquence que son environnement. Et la voix de Lindörm se mua peu à peu en quelque chose de plus doux, une voix de femme. Galadriel... Un son rassurant et aimant, mais qui devenait rapidement cassant puis mourait dans le coeur du jeune homme. Rapidement il reprit, et la voix ressemblait à celle de Marlyn. Il avait croisé l'ex-Felixia quelques jours auparavant, dans une auberge mal famée, et la tension avait été forte. Cependant, Marlyn était quelqu'un de franc, de vrai, quelque soit son alignement spirituel.
"A dans cinq ans, vieil ermite", lui avait-elle lancé en disparaissant dans la nuit ambiguë. Il sourit, et ses forces revinrent. Il grimpait, encore et encore, sans regarder au-dessus. Ses mouvements étaient de nouveau fluides, la brume du sommet l'entourait. Le temps ne passait plus.

Yaemgo arriva au sommet. Sur une langue rocheuse, une ouverture noire dans la montagne l'appelait.
Il entra, mû par le murmure.
"Yaemgo..."
"Tu as été longtemps manipulé..."
"Maintenant..."

***

Il se réveilla au pied du Rentaï. Il était parti au crépuscule, il se retrouvait à l'aube au même endroit.
Il se sentait encore plus calme et serein qu'auparavant. Avait-il vraiment changé ?
Il observa ses mains et déploya ses doigts interminables. Un rayon de lune se mêla à un des premiers rayons du soleil. Un léger reflet au niveau de ses phalanges. Au bout de chacun de ses doigts, un filin d'acier souple, fil de marionnettiste pour celui dont l'esprit avait abrité si longtemps un maître inéluctable. Arme subtile et géniale. Le jeune homme sourit.

Yaemgo avait une vie.



_______________
Les fils du marionnettiste [Terminé] 1e16eb2342a5b5556f911f0c5bbf1
 
Les fils du marionnettiste [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Fais moi rentrer... S'il te plait. [Livre I - Terminé]
» Jenerasyon Dechennen 6/8/11 Réveil des filles & fils de Dessalines en diaspora
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Fils de Russ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: D'autres lieux de Gwendalavir :: Le Désert des Murmures-