Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteComme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Sam 5 Mar 2011 - 19:03


Sont fous, ces Chantelames.
Quel besoin de se lever et d’aller se rompre les os AVANT le lever du soleil, franchement ? Ils pouvaient pas attendre une petite heure, ou même carrément attendre que le soleil soit haut dans le ciel pour profiter de la luminosité et de la chaleur ambiante ? Et puis mince quoi, trop tôt c’était trop tôt. Il n’avait jamais été un lève-tôt, et encore moins un lève-tôt spontané. D’où sa tête de déterré devant la glace quand il se préparait. Et ses cheveux qui indiquaient les quatre points cardinaux. Et sa chemise avec les boutons de travers. Et ses yeux vitreux.
Nan, ça allait pas le faire de se présenter devant la grande et magnifique Tifen Layan comme ça. Il était Chantelame, par la Dame ! Enfin il était apprenti Chantelame, quoi… en phase d’avoir sa première vraie de vraie leçon, quoi… Et en retard, quoi…

En retard ?! Aaah mais nan ça allait pas le faire ça ! pale Il était même pas prêt, avait pas eu son petit déjeuner, ni son deuxième petit déjeuner, ni été prendre ses armes et son uniforme à l’armurerie ni rien. Et un léger halo commençait à teindre l’horizon par la fenêtre du dortoir, signe qu’il avait peut-être dix minutes avant que le soleil soit complètement levé. Catastrophe. Soudain parfaitement réveillé par l’urgence mortelle, le jeune Lupus remit rapidement sa chemise en ordre, laissa tomber le domptage de ses cheveux et dévala les escaliers, ses bottes légères dans une main, sa ceinture d’armes dans l’autre, un petit pain entre les dents, en direction de l’armurerie. Evidemment, c’était dans une autre aile de l’Académie, à l’autre bout de tous les couloirs ! Il allait se faire déchiqueter à coup de cure-dents…
Après un temps qui lui avait semblé interminable, il atteignit en courant la salle désirée, se jeta sur les rateliers pour saisir le fourreau de son sabre, un sabre de bonne facture même s’il n’était pas celui des Chantelames, parce qu’il avait pas encore été s’en faire fabriquer un. Laissant derrière lui un bazar épouvantable dans la salle d’armes, il sortit des bâtiments et traversa le parc au pas de course, jetant fréquemment des coups d’œil par-dessus son épaule pour vérifier la course du soleil.

Haut dans le ciel. Misère de misère de misère. Tant pis. En retard pour en retard, il allait être en retard et éviter de se crever avant même d’arriver à l’endroit de cours. Le pied des montagnes. Est-ce qu’il avait une tête à savoir trouver des pieds de montagnes, hein ? On en voyait clairement la faîte depuis le parc, mais quand à en trouver le pied.. Bah, en se dirigeant vers les montagnes en général, il finirait forcément par les percuter, nan ? Après un détour par les écuries pour prendre un des canassons de l’Académie, il partit en direction générale des cailloux géants. Traversa un bout de la forêt du parc, contourna la cascade –brr, mauvais souvenirs de noyade avec une rousse.- et longea une falaise proche jusqu’à tomber sur un espèce de petit chemin montant dans le flanc de la paroi. Ca devait être le chemin pour accéder aux montagnes, nan. Et maintenant ?

… Aucune idée. Bah, Tifen Layan était une chantelame marchombre quasi maitre d’armes superforte, elle allait le trouver. Et l’occire à la petite cuiller, mais maintenant qu’il était arrivé ici.. Menant son cheval au pas, il avança lentement vers les hauteurs, admirant la bauté (relative, c’était fondamentalement juste un gros tas de cailloux) des montagnes, des espaces que la pluie avait rendus plats, ou effilés, des passes et des machins bizarres. Y’avait de quoi s’entrainer, c’était sûr.
Quand il repéra une silhouette au loin, il adressa ses dernières volontés à la Dame et descendit de cheval. Menant la bête par la bride, il se rapprocha de Tifen Layan.

- Je… J’suis désolé, je me suis réveillé en retard, le dortoir a pas mal bavardé une partie de la nuit et ils m’ont empêché de dormir et j’espère que c’est pas trop grave…

Respirer. Attendre la mort comme un Soham. Donc pas très bien. Silence. C’pas bon le silence. Les ménestrels mettaient toujours du silence dans les histoires d’horreur. Enfin, elle ressemblait pas à un Raï déguisé, il avait peut-être rien à craindre en fait… C’était bien elle, au moins ? Il examinait avec une telle précision un caillou à côté de ses bottes qu’il n’avait même pas pris la peine de l’identifier si c’était bien la marchombre-chantelame-trop-forte en face de lui.


- Mais j’suis prêt à bosser deux fois plus longtemps pour me rattraper s’il le faut ! … Tifen ?



_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Maître chantelame et marchombre
Messages : 1043
Inscription le : 26/02/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur http://magiccandle.hotgoo.net
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Mer 9 Mar 2011 - 22:16

La lune était encore haute dans le ciel quand Tifen jeta un œil par une fenêtre de ses appartements. Le croissant blanc éclairait faiblement les environs, l'Académie était silencieuse et plongée dans l'obscurité, malgré la présence des lumières actuellement tamisées dessinées par Merwyn qui flottaient ici et là dans les couloirs. Il était tôt, bien trop tôt par rapport à l'heure où elle aurait dû se lever pour rejoindre Einar au pied des montagnes, où elle lui avait donné rendez vous pour une leçon. La première leçon qu'elle pourrait lui donner dans un contexte adéquat à l'entraînement chantelame. Parce que même si la grotte avait été faite pour ça à la base, le fait qu'elle ait servi de refuge aux résistants n'avait pas vraiment permis de suivre les préceptes de l'enseignement secret de Valen. Et puis il avait fallu commencer par le plus urgent, à savoir donner à son apprenti les bases du combat pour lui permettre de survivre à la reprise de l'Académie. Une étape qui se soldait par un succès, le Lupus était vivant et en un seul morceau cheers

Sans songer un seul instant à la possibilité de se rendormir, la jeune femme se glissa dans les couloirs déserts et se retrouva rapidement hors de l'enceinte de l'école. Khan était partit chasser dans la soirée, il la rejoindrait plus tard, peut être. Un pas après l'autre, se faufila entre les arbres en direction des montagnes. Elle avait tout son temps, prenait tout son temps. Plus ou moins perdue dans ses pensées, dans les bois assombris par la nuit. Quelques oiseaux nocturnes volaient, leurs ombres se découpaient parfois entre le feuillage, sous un éclat lunaire. Son regard croisait parfois les yeux lumineux de quelque animal qui l'observait, tapi dans les buissons. Quand elle arriva finalement au pied des montagnes, la lune disparaissait à l'horizon, et le ciel commençait tout juste à s'éclairer. Jugeant ainsi qu'elle était particulièrement en avance, la chantelame leva les yeux vers les sommets, hésita un instant. Ce n'était pas vraiment raisonnable de se lancer dans une escalade aventureuse maintenant, alors qu'Einar la rejoindrait dans quelques heures. D'un autre coté, en prenant un peu de hauteur, elle pourrait peut-être repérer un endroit plus propice à l'entraînement, sans les blocs rocheux qui jonchaient le sol et qui rendaient les chutes dangereuses. Ses doigts glissèrent doucement sur la pierre, et elle sut immédiatement que sa raison avait perdu la partie.
Elle avait trop envie de grimper, de repratiquer cette activité qu'elle n'avait pu exercer dans la grotte.

A l'opposé des parois sombres qui bouchaient immédiatement le ciel dans la cavité où étaient réfugiés les résistants, les montagnes semblaient s'élever jusqu'au firmament, et la roche sombre se confondait encore avec le ciel où s'éteignaient les dernières étoiles. En quelques mouvements assurés, elle escalada quelques mètres, savourant le contact rugueux de la roche sous ses doigts, ses pieds se glissant dans les fissures de manière à se garantir de bons appuis. Elle ne cherchait pas à rendre l'exercice particulièrement difficile et prit donc assez rapidement de la hauteur, parcourant du regard la paroi pour anticiper son parcours en choisissant les meilleures prises. Combien de temps dura son escalade, la jeune femme ne le savait pas vraiment. Toujours est-il que lorsqu'elle se retourna finalement pour s'installer sur une corniche, elle surplombait largement la forêt où la cime des arbres prenait vie sous les rayons du soleil levant.

Etrange. Einar devait la rejoindre avant le lever du soleil, normalement. Elle observa avec attention le chemin qui menait aux montagnes, enfin, ce qu'elle en apercevait entre les rochers, mais ne vit pas de traces de son apprenti. Mais repéra au passage une plateforme rocheuse un peu surélevée à quelques mètres du chemin qui pourrait être parfaite pour la leçon du jour. A défaut d'avoir l'élève, elle avait au moins trouvé un endroit adapté, ce qui était une des excuses justifiant son escalade. Supposant que le Lupus l'appellerait s'il avait le moindre problème, elle commença doucement sa descente.

Bon. Le soleil était désormais assez haut dans le ciel et toujours pas de traces du jeune homme. Il fallait se rendre à l'évidence. Soit il était vraiment en retard, soit il avait été kidnappé sur le chemin, soit il était perdu. En tout cas, l'attente commençait à se faire longue. Tifen avait eu le temps de tourner un peu, de retrouver la plateforme qu'elle avait aperçu au sommet, et même de pousser quelques cailloux vils sur lesquels il était si simple de se tordre la cheville à l'extérieur de ladite plateforme en prévision des accidents. Il ne restait plus qu'à attendre sur le chemin principal, en espérant qu'Einar ait la bonne idée de l'emprunter. Ainsi, elle désescalada les quelques mètres qui séparaient la terrasse rocheuse du sentier tracé par le temps et les passages des voyageurs au pied des montagnes et fit quelques pas dans la direction approximative de l'Académie avant de s'assoir sur un bloc. Enfin, le bruit de sabots se fit entendre, raisonnant entre les saillies de pierre, bientôt accompagné de pas assez précipités. Le retardataire était arrivé.

Immédiatement, le Lupus s'excusa de son retard, et il ne fallait pas être Merwyn pour comprendre qu'il était paniqué à cette idée, hésitant tandis qu'il parlait de discussions nocturnes dans le dortoir. Espérant que son retard n'était pas grave. Tifen haussa les épaules. Ce n'était pas dramatique, mais maintenant que le soleil tapait, les exercices allaient être beaucoup plus pénibles sous la chaleur. Enfin, c'était son problème, c'était lui qui était en retard et qui devrait le supporter. Ce fut quand il reprit la parole, interrogatif, que la chantelame remarqua qu'il fixait le sol et n'avait donc pas vu sa réponse informulée. Elle l'interpela donc, dans le but de lui faire relever la tête

- Einar ? A ton avis, quel était l'intérêt de fixer la leçon avant le lever du soleil ?

Une pause, le temps de le laisser réfléchir à la question.

- Pendant que tu réfléchis, viens. J'ai trouvé un endroit adapté un peu plus loin.

Elle le guida sur quelques mètres à travers les rochers, puis lui indiqua un arbuste qui tentait de se faire une place au milieu de toute cette caillasse inhospitalière.

- Tu peux laisser ton cheval ici, nous serons juste au dessus.

Escalada ensuite les deux ou trois mètres qui séparaient la plateforme du chemin, et fit quelques pas sur l'espace qu'elle avait dégagé un peu plus tôt

- Tu vois, là, on sera bien et on aura de la place. Des questions avant de commencer ?



_______________
o0° On a toujours le choix. Il suffit de faire le bon °0o
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Dim 20 Mar 2011 - 19:17

Il était pas mort. Il était pas éclaté contre la pierre, une lame en travers de l’abdomen, le sang coulant des lèvres et la vie de ses yeux. Il était pas mort, quoi ! Quoique, en fait.
La logique et la déduction n’étaient pas son fort ; une des sœurs avait réussi à le frustrer plusieurs jours durant avec un casse-tête fait à partir de bouts de bois et de petits morceaux de métal, et il n’avait jamais réussi à trouver la solution. De même pour les innombrables blagues et jeux de mots qu’il avait entendus autour de lui dans son enfance : il était juste nul. Alors les devinettes… Enfin, c’était son maître Chantelame qui lui demandait, alors ça devait forcément avoir un rapport avec la situation en cours. Comme toujours lorsqu’il mettait ses neurones en route, sa main passait dans ses cheveux peignés avec un Raï de manière pensive, et il manqua de laisser Tifen partir sans lui alors qu’il tentait de comprendre en quoi c’était si grave que le soleil soit levé. Peut-être une question de luminosité, de reflets ?
Einar saisit la bride de la jument décidément bien moche qui l’avait vaillamment porté jusqu’ici, et la guida à travers le sentier pierreux et escarpé, l’œil toujours fixé sur la silhouette chantelame devant lui. Une question d’ombres, peut-être ? Il ne saisissait pas bien où était le problème. D’un nœud simple mais qui tiendrait plusieurs heures, il installa le canasson dans une zone que la plate-forme recouvrait d’ombre, près de petits bosquets feuillus qui devraient faire l’affaire.
Bon, problème : elle était déjà montée, et il était occupée à harnacher sa jument, et n’avait donc pas vu les saillies qu’elle avait saisies. Il n’était pas mauvais grimpeur, n’ayant que cinquante kilos à hisser au dessus du plancher des vaches, et ne souffrant pas de vertige : mais il était très loin d’égaler les marchombres et la grâce de son maître chantelame trop fort. Heureusement, il n’y avait que trois-quatre mètres à escalader, et la roche était suffisamment crevassée pour qu’il puisse y glisser le bout de ses bottes. Il fut bientôt aux côtés de Tifen Layan, et se mit quasiment au garde à vous pour tenter de masquer qu’il avait légèrement peiné à la suivre.


-Euh, oui, en fait… Je me demandais, je n’ai pas de sabre personnel, et j’ai du prendre un des sabres dans l’armurerie de l’Académie, ça dérangera pas trop ? Je sais pas s’il sera d’assez bonne facture pour l’entrainement Chantelame, ni comment je peux en obtenir un meilleur, ni auprès de qui demander…

Bon, c’était plusieurs petites questions en une, et il avait parlé assez rapidement, encore sous le stress de son retard, mais espérait qu’il ne passait pas pour un inculte. Tout le monde connaissait Silind Frandrich, le forgeron tempêtueux de l’Académie, mais lui, non, il ne savait même pas à quoi il ressemblait…

Il fit quelques pas pour embrasser la plate-forme du regard : elle avait vraiment bien choisi l’endroit, il était impressionné. Le soleil laissait de longues ombres aux pierres, et commençait à se refléter sur la pierre polie. Il commençait à entrevoir un début de réponse, alors qu’il dut plisser les yeux pour atténuer l’intensité des reflets.


- Je crois que travailler avant le lever du soleil, ça permet d’éviter d’avoir le soleil dans les yeux ou dans le dos de son adversaire, non ? Et puis c’est pt’etre aussi à cause de la chaleur.

Là, il était moins sûr. Al-Far, avec son climat continental, atteignait de grandes températures en été, et il n’était pas trop dérangé par le soleil de midi quand il était dehors. Mais peut-être que ça dérangerait Tifen ? Il n’avait aucune idée d’où elle venait, ni quelles étaient ses préférences en matière de température.
Il retroussa les manches de sa chemise, plus pour ne pas être dérangé par le tissu qui lui descendait aux phalanges que par souci de fraicheur. Il était super motivé, maintenant, et puis la vue depuis la plate-forme était vraiment très jolie.

- J’suis prêt, sinon !



_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Maître chantelame et marchombre
Messages : 1043
Inscription le : 26/02/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur http://magiccandle.hotgoo.net
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Mar 5 Avr 2011 - 19:27

Des questions, visiblement, le Lupus en avait. Et il lui rappelait par la même occasion qu'elle n'avait toujours pas retrouvé les codex chantelames pour qu'il ait un sabre adéquat. Maaaaal, tout ça. Mais ça impliquait sans doute de retourner dans la grotte, et cette simple idée la faisait grimacer. Elle avait déjà avancé ses recherches dans les appartements de l'ancien maître d'armes, mais n'avait rien trouvé de concluant pour l'instant. Mais la grotte... Y retourner, revenir à l'endroit où elle était restée enfermée si longtemps ? Songea ironiquement que sa vision de la grotte chantelame avait bien changé depuis la résistance. Dire qu'avant, elle appréciait particulièrement cet endroit paisible et impressionnant, qui avait un quelque chose de merveilleux. Maintenant, tout ce que ça lui évoquait, c'était l'attente. L'angoisse, l'enfermement. Pas spécialement envie de revenir là bas, de refaire face à ses souvenirs, à leurs ombres qui flottaient encore dans le silence étouffant de la grotte. D'un autre coté, cela lui permettrait de se confronter à sa mémoire, peut être d'effacer cette mauvaise impression qu'elle gardait du lieu qui, à la base, était dédié aux chantelames.

Tout ça pour un sabre. Mais il le fallait bien, elle ne pouvait décemment pas laisser son apprenti avec un simple sabre de l'Académie. Déjà parce que ça s'faisait pas. Ensuite parce qu'ils étaient quand même carrément moches, les sabres de l'Académie.Enfin, surtout pour une raison technique. Il serait clairement problématique qu'Einar rentre systématiquement avec un sabre brisé quand elle commencerait à lui enseigner la résonnance. Il fallait trouver ces codex, et s'arranger avec le forgeron. Valen s'était peut être chargé seul de forger son sabre, mais elle n'avait absolument pas les connaissances nécessaires pour faire de même.

Elle sourit à sa réponse concernant l'intérêt de précéder le soleil. Son analyse était bonne et adéquate, le reflet du soleil sur la pierre ajoutait une difficulté non négligeable qu'il fallait prendre en compte. Il faudrait peut-être envisager des exercices pour travailler le combat en aveugle, afin de savoir passer outre cet inconvénient. Mais ce n'était pas le sujet du jour, ni le moment d'y réfléchir. Chaque chose en son temps, cette séance était consacrée à la véritable première leçon du Lupus, et Tifen espérait bien pouvoir aborder plusieurs points.

- Pour ton sabre, ça ira pour aujourd'hui. Il ne te permettra pas de suivre l'enseignement chantelame sur le long terme, mais tu n'as pas d'inquiétude à te faire, je m'en occuperai pour que tu en aies un qui soit plus adapté.

Et vite, ajouta-t-elle dans son esprit. La chantelame ignorait le temps qu'il faudrait au forgeron pour s'en occuper, avec les aléas liés à la maîtrise d'une nouvelle technique, et cætera.

- Et c'est une très bonne réponse. Il faut garder à l'esprit que tu combats dans un environnement, avec ses variables et ses risques, que tu dois prendre en compte. Mais nous en reparlerons une autre fois.

Elle marqua une pause, le temps d'une inspiration. Réflexion. Par quoi commencer ? Comment débuter la leçon ? Il fallait faire ça de manière à ce que ça ait un sens, que les exercices ne s'enchaînent pas sans lien. Einar avait acquit les bases du maniement des armes, il était temps de l'ouvrir à la philosophie chantelame, et aux nouvelles techniques de combat.

- Avant toute chose. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à m'interrompre, d'accord ? C'est important.

Nouvelle pause, un instant pour chercher ses mots.

- Bien, commençons. Regarde autour de toi.
Ses mains parcoururent l'espace, désignant à la fois la plateforme, la montagne, le ciel, le paysage. Le monde est rempli de forces opposées. Tout est fait de forces opposées, même toi. Un chantelame trouve l'équilibre entre ces forces, et cet équilibre lui permet de tendre vers l'harmonie, aussi bien martiale que spirituelle.

Observa le visage de son élève, attentive à tout signe montrant qu'il ne la suivait pas. Autant éviter de le perdre dès le début.



_______________
o0° On a toujours le choix. Il suffit de faire le bon °0o
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Sam 23 Avr 2011 - 21:01

Un sable plus adapté ?
Si Einar avait été complètement démuni du moindre amour propre, il aurait sauté sur place, les yeux plein d’étoile, en produisant un petit bruit régulier du style « Boui boui boui mih mih mih ». A peu près. Et puis, il avait répondu bon. Ce qui le rassurait, en un sens. Il n’était pas non plus démuni de sens commun. Victoiiire. Ahem. Reprends ton sérieux, Einar, t’es en cours chantelame, t’es l’heureux élu d’une super chantelame trop forte, t’es censé être le réservoir de son savoir, le successeur, le porteur du flambeau, ou un truc comme ça. Un élève digne. Fier. Assidu. … Bon, il essayait, en tout cas.
Inconsciemment, Einar se passa la main dans les cheveux, ce qui eut un effet plutôt négatif sur les-dits poils de tête, mais eut l’effet souhaité : il s’était à peu près calmé et assagi, et avait réussi à refocaliser son attention sur le cours. L’environnement, ses variables, ses risques ; c’était quelque chose à quoi il n’avait jamais vraiment fait attention, même lors de ses entrainements.
Après tout, ils se passaient la plupart du temps en salle d’armes, n’est-ce pas ? Des volets de toile permettaient de bloquer le soleil, et il n’avait jamais eu à faire attention aux aspérités du terrain, à tout ces petits détails qui devaient, sans doute, faire passer un guerrier au rang de super-guerrier of the dead. Il n’y avait pas que le soleil. Tous les changements météo, logiquement. La pluie, évidemment, pouvait rendre le sol glissant et brouiller la vue, faire glisser le sabre des mains… Le jeune Teylus nota précieusement dans un coin qu’il devrait réfléchir dessus. Et si possible, tenter de recréer les conditions. Par exemple, faire ses exercices au petit matin, à la brume.

Il commençait à comprendre. Ca l’émerveillait.

Le jeune homme redressa les épaules, attentif, prêt à l’écouter. Il savait qu’il était dur à instruire, et que les choses abstraites étaient pas trop son truc. Mais il était aussi prêt à faire énormément d’efforts et à sacrifier beaucoup de neurones pour comprendre les chantelames.

Instinctivement, son regard suivit les mouvements des mains de Tifen. Elle désignait l’environnement tout autour d’eux pour appuyer ses paroles. Encore l’environnement. Ca voulait dire que le point central d’un Chantelame, c’était pas son propre corps / sa propre arme ? On lui avait toujours appris qu’un guerrier devait s’écouter, se ressentir plus que jamais. On s’était trompés ?
Les forces opposées, il pouvait visualiser. A la limite. Il connaissait tellement de contes de son enfance par cœur qu’il pouvait retrouver mentalement des exemples, le bien, le mal, le noir, le blanc, la terre, le ciel, et beaucoup d’autres. Mais comment tout pouvait être basé sur des forces opposées ? Comment lui pouvait être basé sur des forces opposées ? Ca lui échappait. Mais il préféra se taire. Peut-être qu’il saisirait en cours de route, il préférait pas interrompre et passer pour un idiot parce qu’elle s’apprêtait à lui dire.

La notion d’équilibre, ça l’étonnait pas trop. Il avait déjà vu Valen Til’ Lleldoryn s’entrainer, et quand il était nouvel élève, c’était la grande mode de suivre ses enseignements, en parallèle avec ceux des marchombres.

Mais à l’harmonie, là, il bloquait. Pourquoi l’harmonie ? C’était pas un extrême aussi, l’harmonie ? Tout le monde n’avait que le Chaos et l’Harmonie à la bouche, comment pouvait-on trouver un centre dans un extrême ? Et puis c’était trop abstrait. Ca voulait dire quoi, tendre vers l’harmonie ?
Enfin. C’était logique qu’il sache pas la capter, c’était un peu le but de son entrainement, quand même. Il dut se faire violence pour synthétiser ses questions et les poser quand même : il avait plutôt l’habitude de se taire, et d’attendre que la réponse vienne plus loin dans un cours, ou pas du tout. Mais elle lui avait dit qu’il pouvait poser ses questions, donc il allait le faire, un peu.

- Mais, comment l’harmonie peut-elle être une suite de l’équilibre ? Je croyais que l’Harmonie, c’était ce qui s’opposait au Chaos, pas juste au niveau des guildes, mais en général, l’état de quiétude du monde.

Ca l’énervait un peu de pas comprendre. Et s’il ne parvenait jamais à comprendre, s’il restait éternellement obtus ? Quelle honte. Non. Etant un jeune garçon qui ne tenait pas en place, il balança légèrement sur ses deux pieds, comme il faisait quand il réfléchissait. On parlait d’harmonie, mais avec quoi ? C’était peut-être une autre harmonie. Avec l’environnement, peut-être ? Elle disait martial, c’était aussi avec sa lame, tout le monde disait qu’il fallait faire un avec son sabre..

- Comment on peut être en harmonie avec quelque chose de différent ? Je peux pas faire un avec la nature, ou l’air, ou mon sabre, je suis pas un sabre. Comment ça peut devenir une extension de soi, comme tout le monde dit ?

Raah, arrête tes questions, Einar. T’es assommant, et puis tu comprendras peut-être après. Enfin, après, peut-être que Tifen répondrait de manière pratique, avec des gestes plutôt qu’avec des mots ? Il avait le sentiment qu’il comprendrait mieux en essayant…




_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Maître chantelame et marchombre
Messages : 1043
Inscription le : 26/02/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur http://magiccandle.hotgoo.net
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Lun 9 Mai 2011 - 23:04

Oulà. Plein de questions. Tifen passa sa main dans son cou, pensive. Il fallait trouver un moyen d'expliquer à son apprenti. Ben c'était pas gagné. Elle comprenait mieux pourquoi Valen pensait que l'enseignement marchombre était une bonne base pour tout apprenti chantelame. Ca épargnait la plupart des longues discussions compliquées sur l'harmonie, qu'elle n'avait jamais eu avec le demi Faël. Comment être compréhensible pour le jeune guerrier alors que la réponse lui semblait si évidente qu'elle ne parvenait pas à la formuler ? Prendre son temps. Essayer de trouver des exemples. Une question par une, ne pas se concentrer sur toutes en même temps sinon elle n'y arriverait pas. Qui aurait cru que c'était si dur d'enseigner. Elle n'avait pourtant pas eu ce genre de problèmes dans ses autres expériences de transmission de savoir. Enfin, il fallait prendre en compte que ces expériences étaient limitées à quelques cours marchombres plus basées sur les techniques que sur la philosophie, et à quelques cours de combat où il n'était même pas envisageable d'évoquer un tel sujet. Les joies d'avoir un apprenti.

Motivuuu. D'abord l'harmonie.

Le tout reposait sur la distinction entre Harmonie et harmonie, il n'y avait aucun doute à ce sujet. Et la difficulté, c'était de faire saisir à Einar la différence entre les deux par des mots.


-L'harmonie peut prendre plusieurs sens. 'Fin... C'est une question de majuscule, en fait, j'sais pas si tu vois. Non, remarque stupide, bien sûr que tu ne vois pas. Comment dire...

Pause. On reprend, avec un exemple de préférence.

-Il faut distinguer l'harmonie avec un petit h
-elle dessina dans les airs un h minuscule, ou une forme assimilée- de l'Harmonie avec un grand H -tracé également dans les airs. Ca éviterait de préciser à chaque fois- ... C'est comme... Le Dessin et le dessin Idea Il y a le dessin que tu peux faire sur un parchemin dans la marge d'un cours de lettres, avec plus ou moins de talent, d minuscule. Et il y a le Dessin que font les Dessinateurs dans les Spires, D majuscule. C'est pareil avec l'harmonie. L'Harmonie -H dessiné dans les airs- est devenue une appellation commune pour parler de l'opposé du Chaos. L'harmonie -h minuscule- ça a plusieurs sens....Pour faire simple, il faut que tu retiennes que c'est plus ou moins un synonyme d'équilibre, mais un équilibre particulièrement... équilibré, poussé. Une sorte de summum de l'équilibre, quoi.

Nouvelle pause, on souffle tranquillement, on regarde si on a pas trop paumé son élève. Pas convaincant, mais bon.

-La majuscule, il faut la "sentir". C'est pas forcément évident, mais en écoutant bien, tu peux parfois savoir si les gens ont mis la majuscule ou non en parlant. Par exemple... Les chantelames combattent pour l'Harmonie
-elle accentua légèrement la première syllabe- en harmonie avec eux même.

Elle laissa un moment à son apprenti pour réfléchir à la différence, avant d'ajouter avec un sourire

-Prend le temps de repenser à ça, à un moment où tu seras au calme. Tu me rediras si tu veux d'autres explications après.

Première question, victoire de Tifen. Au moins un peu. Suivante !

La remarque du Lupus lui rappelait quelque chose, et il lui fallu quelques instants pour percuter que cela ressemblait à sa réaction lors d'une discussion entre Valen et Ena sur le fait de faire un avec son arme. Elle débutait son apprentissage à ce moment là, et la maître marchombre l'avait rassurée en lui disant qu'ils travailleraient ce point en cours, chose qu'ils avaient fait avec les autres apprentis. Elle passa la main sur son sabre avec un sourire amusé.

-Je comprends que ça te laisse dubitatif. Je l'ai aussi été, au début. Ca fera l'objet de leçons, mais plus tard. Inutile de brûler les étapes.

Elle se baissa, effleura le sol.

-Je t'ai parlé des opposés. La terre, le ciel. L'eau et l'air, le bruit et le silence, la nuit et le jour.
-Se releva souplement-Sans folie pas de raison, il faut les deux ensemble. Pour un oui il y a un noooon

En un mouvement, ses doigts se refermèrent sur la poigne de son sabre qui quitta son fourreau dans un sifflement tandis qu'elle ajoutait


-Première leçon. Comme un roc, tu seras dur
-son sabre trancha l'air, traçant deux diagonales- Comme le chêne, tu seras fort -nouveau coup dans le vide, pas en avant- Tranchant, comme l'épée -large mouvement horizontal de la lame- Plus rien ne t'effraie

Elle ferma le poing gauche tandis que son sabre glissait le long de sa jambe, au repos. Sourire d'encouragement à son élève.

-A ton tour.


[ Lala ]


_______________
o0° On a toujours le choix. Il suffit de faire le bon °0o
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Sam 11 Juin 2011 - 22:35

Les yeux et le nez d’Einar suivirent attentivement les doigts de Tifen qui traçaient des lettres dans les airs, comme si ça pouvait l’aider à mieux comprendre son explication. Plus elle parlait, plus l’esprit d’Einar arrivait à s’adapter à ses explications ; ils commençaient à comprendre la manière de songer l’un de l’autre. Elle avait utilisé la comparaison avec le Dessin, et la Dame savait comme ça venait d’éclaircir la brume épaisse qui s’était installée dans l’esprit du jeune homme. Parler des griboullis en marge de cours… il ne pouvait que s’identifier. Surtout après les petites remontrances du cours du Sieur Golfroy. Mais bref, les leçons chantelame de Tifen étaient celles où il s’était promis d’être tellement attentif qu’il ne se reconnaitrait plus lui-même. Comme toujours, il avait besoin d’images pour concrétiser une réflexion, et pouvoir enfin différencier les deux sens de Harmonie et harmonie lui ôtaient beaucoup d’imprécisions. Il sentait qu’il commençait à comprendre.
Laisser la majuscule de côté, délaisser le monde des relations humaines ; l’harmonie était affaire de perception intérieure, ou quelque chose comme ça. Il n’y avait pas d’opposé dans l’harmonie, pas de concept auquel la confronter pour l’emboiter parfaitement. C’était un état de nature, et quelque chose de tellement vaste qu’il avait le vertige rien que d’y penser. Pourrait-il seulement prétendre arriver à la cheville de cette harmonie, alors qu’il se sentait comme un lourdaud dans le monde qui l’entourait ? Mais au moins, il saisissait la différence. Et quand on parvenait à démêler quelque chose du reste, c’était un premier pas vers la compréhension, non ?
Il fit un petit sourire en réponse à celui de Tifen, pour lui indiquer qu’il avait à peu près saisi, et qu’il y réfléchirait très longtemps. Mais après, parce que son discours s’orientait vers la leçon en elle-même.

Quand Tifen se baissa avec une lueur amusée dans les yeux, Einar recula de trois pas. Il ne savait pas exactement pourquoi d’ailleurs. Autant pour lui laisser de la place, que pour pouvoir la voir en entier, que pour cacher le soleil derrière un grand pan de montagne pour éviter d’avoir à plisser les yeux… Et puis, elle avait mis la main sur le fourreau de sa lame, alors mieux valait rester à une distance qui protégeait des éviscérations intempestives et accidentelles. L’enthousiasme le gagnait aussi, il lui semblait que les paroles de la Chantelame lui grisaient les veines, comme un général de la Coalition galvanisait ses troupes avant l’assaut contre l’Empire.

Il n’avait pas besoin de porter les yeux vers tous les éléments qu’elle énumérait, ni même de la quitter de ses yeux ternes. Il sentait dans son esprit la représentation qu’il associait à chaque élément, et les correspondances qu’ils avaient entre eux. Il restait émerveillé devant la souplesse de la jeune femme qu’était son Maître, et la fluidité avec laquelle la lame sortait de son fourreau. Il nota précieusement dans son esprit le son que faisait l’acier qui frottait contre le cuir, parce qu’il trouvait que c’était un son magnifique. Il se sentait tellement… profane, avec son vieux sabre d’exercice de l’Académie, alors que le sabre chantelame de Tifen était juste trop méga beau. Mais s’il se montrait digne de ses enseignements aussi, il en aurait un similaire, et la fierté lui enflait déjà le cœur à l’idée d’afficher pareille lame à sa taille.

Il resta les bras ballants, les yeux plein d’étoiles, à regarder les mouvements chantelames qu’elle effectuait devant lui. Il mit quelques secondes à percuter, dans son cerveau fangirlisant, qu’elle chantait, d’une litanie qui correspondait à ses gestes, et qui ne les rendait que plus… harmonieux, oui, c’était le terme. Il était bluffé qu’on puisse chanter et se battre en même temps. Ca devait demander vachement de synchronisation au niveau de la respiration, du rythme, et bêtement de la mémoire, et elle le faisait avec une telle facilité qu’il ne pouvait que regarder, et comprendre qu’il avait devant lui un parfait exemple de l’harmonie qu’elle essayait de lui apprendre. Pouvoir tout faire coincider sans que le chant ni les gestes ne se gênent, au contraire. Comment il pouvait seulement espérer parvenir un jour à un tel niveau, vraiment ?

Quand elle se tourna vers lui, il lui rendit son sourire, mais le sien était un peu tremblant. A son tour, déjà ? Alors qu’il se sentait comme coulé dans des gros blocs de béton, tellement il était pas aussi gracieux qu’elle ? Il se râcla la gorge : il n’avait pas le choix, il n’y avait que comme ça qu’il progresserait. C’était lui qui l’avait voulu. Il se souvenait des mouvements qu’elle venait d’exécuter. D’un mouvement qu’il voulait assuré mais qui trahissait son stress, le jeune homme sortit son sabre terne, mais pratique, du fourreau qu’il portait, et assura la prise de sa main gauche dessus. Il se rendit soudainement compte qu’il était gaucher, et elle droitière, et espérait de tout son cœur que ça ne poserait pas de problèmes à leur leçon.
Tentant de faire le vide dans sa tête et avec l’aide du rôliste qui dirigeait ses mouvements et lui soufflait les paroles de la chanson, il avança sa hanche, serra le poing droit, pour se donner du courage, et entama en réponse à son Maître Chantelame :

- Comme un roc, je serai dur.

Il prit son sabre à deux mains, et répéta les deux mouvements de diagonale que Tifen lui avait montrés, avec beaucoup moins de grâce évidemment. Il tentait de ne pas chercher à lire l’expression sur son visage, et se concentra sur ses propres mouvements. Et sur sa respiration un peu hachée, qui saccadait le débit de ses paroles, parce qu’il n’avait pas encore tout à fait trouvé le bon rythme.

- Comme un chêne, je serai fort.

Il changea rapidement la prise sur la poignée de son sabre, s’étant rendu compte que ses mains étaient trop proches l’une de l’autre, et que ça le déséquilibrait. Nouvelle répétition des mouvements, un peu moins stressée : la peur du regard de l’autre s’amenuisait à mesure qu’il prenait confiance.

- Tranchant – mouvement circulaire pendant lequel il embrassa tout leur environnement du regard - comme l’épée !

Fente en avant, ses oreilles se tendirent au bruit des graviers qui crissaient contre la semelle de sa botte, et qu’il tentait d’intégrer à la mélodie du métal qui fendait l’air, et de sa propre voix, qui, même si elle n’était pas très forte, lui semblait un peu plus assurée qu’au début.

- Plus rien ne m’effraie Lala

Et ce fut vrai pour un millième de demi fraction de microseconde, où il acheva son mouvement, juste à côté de la Chantelame qui l’observait. Ca ne dura pas, parce que son côté timoré reprit le dessus, mais rien que d’effectuer des mouvements et de laisser le physique prendre le pas sur l’intellectuel l’avait aidé à prendre confiance. Il voulait vraiment se montrer digne des enseignements de Tifen, et il ferait tout pour progresser le plus vite possible. Après avoir écarté ses mèches rebelles de devant ses yeux, Il resta en garde en tentant de ne pas se tétaniser ni de rester trop mou, et fixa la jeune femme dans les yeux –acte rarissime de sa part :

- Vas-y Mulan, je suis prête ! Je suis prêt, Tifen. Plus que jamais.



_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Maître chantelame et marchombre
Messages : 1043
Inscription le : 26/02/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur http://magiccandle.hotgoo.net
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Dim 31 Juil 2011 - 17:09

Einar ferma sa main gauche sur le sabre de l'Académie, et Tifen renota dans un coin de son esprit cette information. En adaptant légèrement certains exercices, son apprenti pourrait utiliser ce fait à son avantage lors des combats, et prendre par surprise ses adversaires. Et tout le monde savait que déconcerter un adversaire était un premier pas vers la victoire. Elle acquiesça en le voyant corriger seul sa prise sur son arme, avant même qu'elle puisse lui faire une remarque. Il avait du potentiel, il faudrait juste parvenir à lui faire prendre conscience de ses capacités. Lui faire gagner de la confiance en lui-même. Ca se voyait qu'il était tendu, qu'il était stressé, mais sa voix gagnait en aplomb au fil des mouvements. Elle sourit lorsqu'il acheva dans un geste bien plus assuré que les premiers. Il n'y avait pas à dire, elle était fière de son élève. Il progresserait. A son rythme, à son allure, en prenant le temps qu'il faudrait. Mais il ferait un bon chantelame, c'était indéniable. La jeune femme l'observa attentivement quand il se mit en garde, déterminé. Il se pensait plus prêt que jamais, et ce simple fait confortait Tifen dans l'idée qu'il prendrait confiance, que ce n'était qu'une question de temps. Cependant, pour l'instant, la leçon n'était pas encore terminée, et son sourire se fit légèrement amusé.

- Mais tu n'as pas atteint l'équilibre.

Pour illustrer ses propos, elle fit quelques pas vers lui et passa dans son dos pour exercer une légère poussée entre ses épaules. Puis l'observa basculer vers l'avant, déséquilibré. Cependant, elle le rattrapa rapidement pour lui éviter une rencontre désagréable et douloureuse avec le sol. Inutile de l'abîmer trop vite, le temps des combats viendrait bien assez tôt

- Tu n'as fait que la moitié du chemin, Einar.

Elle rangea sa lame dans un geste rendu machinal par l'habitude et ferma les yeux. Le vent avait commencé à souffler, et même si le fond de l'air était chaud, ça faisait un bien fou de sentir autre chose que le soleil brûlant qui se reflétait tout autour d'eux, éblouissant. Indifférente aux mèches qui s'échappaient de sa tresse pour se rabattre sur son visage, la jeune femme inspira profondément avant de joindre les mains devant elle.

- Comme un nuage, tu es doux

Elle fit quelques pas, ses mains s'écartèrent progressivement pour suivre son mouvement tandis qu'elle tournoyait doucement, les yeux toujours clos. Définitivement, nul ne pouvait contester l'influence de l'enseignement marchombre dans la voie des chantelames. Et c'était toute une formation et un entraînement qui manquait à son apprenti et qu'elle devrait traiter. Un autre jour.

- Comme le jonc, tu plies au gré du vent.

Elle se laissa emporter par les rafales, ses bras décrivant de larges trajectoires autour d'elle, tourbillonnant, dansant au rythme imposé par les bourrasques.

- Ce n'est pas grave s'il t'arrive comme à tous d'avoir peur de temps en temps.

Elle ouvrit les yeux. Stoppa son mouvement en se tournant vers Einar. Croisant le regard de son apprenti, elle lui sourit doucement. Ce n'est pas grave, Einar. Tout le monde a peur un jour ou l'autre, tout le monde doit y faire face. L'important, c'est de comprendre comment la gérer, cette peur qui court à travers les veines et qui se répand dans le corps jusqu'à pétrifier. Tu apprendras. D'un hochement de tête, elle indiqua à son élève que c'était à son tour et fit quelques pas sur le coté pour lui laisser la place.





_______________
o0° On a toujours le choix. Il suffit de faire le bon °0o
avatar

Apprenti Chantelame
Messages : 312
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Ven 19 Aoû 2011 - 21:12

Il était beaucoup trop tendu.
C’est ce qu’il comprit quand Tifen n’eut besoin que d’une lègère poussée pour le déstabiliser complètement de son assiette. Il n’aurait même pas eu le temps de se redresser, figé qu’il était dans sa posture de garde, à se concentrer pour reproduire la posture qu’il avait vu son Maître chantelame prendre quelques instants auparavant. Le grand dragon Teylus de pierre ne dut d’ailleurs la survie de son beau sourire et de son nez de souris à la main de Tifen qui s’était aggripée à lui et l’avait empêché de se fracasser les cheveux sur la pierre.
Fail, Einar. Il faillit ressombrer dans les abysses loqueteuses de son propre manque de confiance et retourner pleurer sur son sort sous un nuage de pluie, en faisant apparaître des petites volutes grises autour de lui pour signifier qu’il était déprimé. Heureusement pour lui, il n’en eut pas le temps, et la rapidité du rythme avec lequel enchaînait Tifen l’obligea à se redresser quasi instantanément, et à continuer à écouter son enseignement. Il devait absolument arriver à comprendre pourquoi il bloquait à la moindre faute.
La grâce de Tifen l’étonnait toujours, chaque fois qu’il la voyait éxécuter les mouvements qu’il devrait faire ensuite. Tout semblait si.. naturel avec elle, tout était fluide. Comme de l’harmonie ? Peut-être. Un peu. Il croyait, en tout cas. Nan en fait, il en était sûr.

C’était juste assez simple pour ne pas être complètement marchombre et pour qu’il puisse saisir ; il l’enviait plus encore chaque seconde. Il sentait le vent s’engouffrer dans ses vêtements alors qu’il restait ballant. Les derniers mots de Tifen le déstabilisèrent autant qu’ils l’apaisèrent. Elle venait de toucher une corde sensible chez lui, et avait trouvé un moyen d’y remédier. Ou du moins, de réduire ce sentiment constant qui habitait Einar.
Il s’avança. Il savait qu’il devait résister à sa hâte de reproduire ses mouvements tout de suite, parce qu’il n’y arriverait pas. Einar respira profondément, et laissa le vent effleurer sa peau et le soleil la réchauffer. Son sabre battait sur sa jambe droite tandis qu’il joint les mains, et les descendit en même temps qu’il expirait. Les mots de Tifen résonnaient dans son esprit, et il tenta un maximum de rester décontracté mais vif, et de ne pas se crisper comme il l’avait fait auparavant. Deviens une guimauve dansante, Einar.

- Comme un nuage, je suis doux.

L’apprenti chantelame se laissa guider par les rafales de vent qui gonflaient sa tunique, et déplia les bras, pivotant lentement alors que le monde se floutait autour de lui. A mesure qu’il tournait, il prit confiance, et ne craignait plus de tomber à cause d’une imperfection de la roche. Einar ferma les yeux comme l’avait fait Tifen, tandis que le sourire de la jeune femme s’imposa à son esprit, et calma son manque de confiance.

- Comme les joncs, je plie au gré du vent.

Ses bras ondulèrent comme des tentacules en mousse derrière lui Il se repérait sur le plateau grâce à la chaleur du soleil, qui tantôt lui chauffait le dos, tantôt lui chauffait le front, tandis que le vent lui montrait les mouvements à faire, autant qu’il pouvait le percevoir. C’était étonnemment paisible, comme exercice. Il n’y avait aucune brusquerie, aucune violence, comme il pouvait y en avoir dans les mouvements à répéter pendant les cours de combat de son primat. Ici, il s’agissait simplement de comprendre. Et d’accepter d’être une part du monde. C’était une philosophie de combat à laquelle il adhérait tellement plus…
Les yeux toujours fermés malgré son instinct catastrophique douteux, Einar effectua les derniers mouvements sur lui-même, ces mouvements qui rappelaient de loin des attaques ou des parades, et qui pourtant étaient bien plus doux, bien plus accordés à sa personnalité. Il respirait calmement, ce qui était assez rare dans son cas.

- C’n’est pas grave s’il m’arrive comme à vous..

Etait-ce donc ça, la différence entre un Chantelame et un guerrier ? Ce calme absolu dans chaque parcelle du corps, sans être glacial ? Il murmura pour lui-même, alors qu’il effectuait le dernier geste :

- D’avoir peur de temps en temps…

Einar était sur le point de s’arrêter et de regarder Tifen, mais il sentit du mouvement à côté de lui, et ce qu’il croyait être une main sur son épaule, juste pour une demi seconde. La voix de Tifen s’éleva derrière lui, et il se retourna – pas en hâte comme il l’aurait fait d’ordinaire, mais aussi lentement que les gestes qu’il avait effectués. Les paroles connues parvinrent à ses oreilles, et il fut surpris de voir Tifen reprendre d’autres gestes, son regard l’invitant à la suivre. Avec un sourire flottant sur les lèvres, il reprit sa position à côté de la jeune femme, dos au soleil, et sa voix s’éleva en réponse de celle de la jeune femme pour chacun de ses phrases :

- Sans folie, pas de raison.. Il fait les deux ensemble. Pour un oui il y a un non..


Les gestes de Tifen étaient plus fermes ; c’était un vrai enseignement de combat. En prenant soin de regarder comment elle faisait, Einar reproduisait ses gestes, sans brusquerie, sans visualiser de Raï puant au bout de son poing ou de son pied, mais en tentant tout de même d’être aussi énergique qu’elle. Leurs ombres bougeaient presque à l’unisson sur la pierre grise, et ça fascinait Einar ; c’était joli. Et il se sentait calme, comme jamais il ne s’était senti. Apaisé, dans son âme. Ce n’était pas grave, s’il avait peur la plupart du temps. Maintenant, il savait quoi faire pour y remédier de manière temporaire, il savait qu’il avait toujours le sourire de Tifen avec lui dans ses souvenirs..

- Première leçon !

Le petit Teylus avait manqué de déraper sur la pierre pour les derniers gestes, mais s’était rattrapé plus ou moins gracieusement. Leur danse commune avait l’air de continuer et ça ne lui laissait pas le temps de se morfondre sur son erreur. Tifen avait arrêté de chanter, mais pourtant, elle ne s’arrêtait pas. A sa suite, il dégaina de nouveau son sabre. Il retrouvait des similitudes entre les exercices, et ce qui avait été une sorte de danse d’apaisement de quiétude apparaissait aussi comme un exercice de maniement du sabre…

Lui n’avait pas arrêté de chanter, et marmonnait pour lui-même les phrases de son Maître chantelame, pour rythmer son effort et pour, surtout, ne pas avoir peur.





_______________


   

Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Maître chantelame et marchombre
Messages : 1043
Inscription le : 26/02/2007
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur http://magiccandle.hotgoo.net
MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   Dim 21 Aoû 2011 - 22:21

Tifen suivait chaque mouvement de son élève avec satisfaction. Elle avait l'impression de s'en sortir assez bien, finalement, dans la rude tâche qu'était l'enseignement. Elle avait souvent objecté quand Valen lui parlait de sa volonté de lui confier des apprentis, elle avait souvent craint de ne pas être capable de guider correctement des élèves ignorants sur une voie dont la philosophie et les concepts lui semblaient aussi instinctifs que le fait de respirer ou de grimper, mais pour le moment, ça avait l'air d'aller, non ? Elle avait certes rencontré quelques difficultés au moment de répondre aux questions du jeune homme, mais elle avait fini par lui faire comprendre au moins un petit peu l'harmonie. Et le Lupus avançait doucement, gagnait en assurance.

Elle l'observa reprendre les paroles qu'elle avait prononcé, prendre confiance en lui au point de fermer les yeux comme elle auparavant. La jeune femme sentait que son élève était apaisé, ça se voyait dans chacun de ses gestes. Quand la leçon continua et qu'ils enchaînaient côte à côte les mouvements, elle aperçut son sourire qui la conforta dans ses pensées. Il comprenait. Il touchait cette harmonie qu'elle essayait de lui expliquer. Elle ne parvenait pas encore à savoir à quel point, mais même s'il l'effleurait à peine, c'était un premier pas. Un grand premier pas. Un premier qui en engendrerait d'autres, elle y veillerait.

Les gestes s'enchaînaient sans qu'elle réfléchisse vraiment, comme si une partie d'elle savait déjà ce quels mouvements elle allait effectuer. Poing en avant, fente, coup de pied, chaque déplacement se suivait instinctivement. Lorsqu'elle se tut pour continuer en dégainant son sabre, la voix d'Einar continua à rythmer chaque action, de manière plus ou moins audible. Plus rien ne t'effraie. De nouveau, son sabre regagna son fourreau tandis qu'elle reprenait les mouvements guidée par le vent et suivie de près par son apprenti. Comme un nuage... Elle l'écoutait chanter, les rares instants où sa voix n'était pas couverte par le vent. Si ça l'aidait, c'était une bonne chose. Dernières paroles, derniers mouvements. Le Lupus semblait particulièrement à l'aise lorsqu'il se laissait guider par les bourrasques, bien plus que lors des entraînements basiques à la grotte. Elle l'encouragerait sans doute à reproduire cet exercice s'il lui permettait de s'apaiser et de s'ouvrir sur son environnement. Tifen resta un moment immobile sur le dernier mouvement, savourant le silence paisible qui les entourait, dans lequel se mêlaient le sifflement du vent et leurs respirations calmes. Ces derniers temps, tout avait été si compliqué avec la reprise de l'Académie qu'elle appréciait particulièrement cet instant d'accalmie et la sensation de plénitude qui la traversait. Se tournant vers son élève, elle sourit doucement

- Tu as compris, Einar.

Je le sais, je le sens, je le vois. Tu as perçu l'harmonie, cette harmonie qui caractérise les chantelames, cette harmonie que j'avais tant de mal à t'expliquer. Parce que ça ne s'explique pas vraiment, ça s'expérimente et ça se ressent. Et tu feras un bon chantelame parce que tu l'as discernée, cette harmonie. Même si tu penses ne pas avoir tout saisi du concept, tu l'as touché.

La jeune femme fit quelques pas pour s'adosser contre un rocher, là où l'ombre avait fini par prendre la place du soleil, et elle fit signe à son apprenti de venir s'abriter au frais avec elle. Après avoir gesticulé pendant un moment sous la chaleur estivale, ce n'était pas désagréable de ne plus subir la morsure des rayons brûlants. Elle sentait la présence de Khan qui digérait du festin qui avait fait suite à sa chasse à l'ombre d'un arbre dans la fraicheur des sous-bois et se rendit compte que la journée était déjà bien avancée. La leçon avait prit plus de temps qu'elle ne l'aurait pensé, surtout avec le retard non négligeable du Lupus, et il serait temps de songer à y mettre fin. Une prochaine fois, elle commencerait à travailler la Résonnance avec Einar, si elle parvenait à trouver de quoi lui forger un sabre adéquat d'ici là, mais ce qu'ils avaient fait aujourd'hui était un bon début, pour une première leçon. Un très bon début. Sortant de ses pensées, elle se tourna vers le jeune homme

- La leçon touche à sa fin, tu as fait du bon travail, Einar. Avant qu'on ne retourne vers l'Académie, est-ce que tu as des questions ?



_______________
o0° On a toujours le choix. Il suffit de faire le bon °0o
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]   



 
Comme un chêne je serai fort... enfin j'essaierai ! | Première leçon [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Un jour je serai fort [Takeji-sensei]
» Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre.Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde... [Livre I - Terminé]
» Le café doit être noir comme l'enfer, fort comme la mort et doux comme l'amour. [Tous]
» Il est fort, Il est beau, Il sent bon le sable chaud !
» Moi quand je serais grand j'serais fermier, comme ça j'aurais pleins de vaches et pleins de kiri ! [PV:Booth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La cité d'Al-Poll et ses environs :: Au pied des montagnes-