Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteUne paix pérturbée ... [Inachevé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Une paix pérturbée ... [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 878
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une paix pérturbée ... [Inachevé]   Mer 16 Fév 2011 - 17:54

Afin d'essayer de retrouver une sérénité dans son esprit, Ichel était monté sur les toits pour écouter le murmure du vent. Elle y était restée des heures, sans résultats. Rien ne marchait. Un peu plus tôt dans la journée, elle était allée dans la salle de méditation pour réfléchir, dans la cour de la fontaine et elle était aussi allée humer les bonnes odeurs qui émanaient des cuisines, mais rien à faire. Elle n'y arrivait pas.
La marchombre, couchée sur le dos, se mit en tailleur. Elle ferma les yeux, inspira, expira et ainsi de suite. Le vent était fort.

Au début, elle ne voyait rien derrière ses paupières, elle ne sentait que la caresse du vent sur son visage. Noir. Elle voyait noir. Elle se surpris même à sourire, car durant un court instant, elle ne pensait plus. Elle arrivait enfin à faire le vide en elle, le vent chassait ses sombres pensées, ses souvenirs. Son cœur sortait des ténèbres dans lesquels il s'était enfoui. Elle arriva presque à rire. Presque. Des flashs apparurent dans sa tête. Une suite infatigable d'images qui la torturait depuis des nuits. Du sang, des cris, des morts. Elle ouvrit les yeux et poussa un gémissement. Elle ramassa en hâte son luth qu'elle avait posé à côté d'elle et s'enfuie du toit.

Elle ne savait pas où elle allait, mais elle courait le plus vite possible comme si elle voulait fuir une goule. Une larme avait roulé sur sa joue et l'essuya rapidement de sa manche. Ichel tourna un couloir, franchit une porte, contourna un mur et se retrouva au beau milieu d'un jardin.
Elle n'avait jamais mit les pieds dans cet endroit, elle connaissait à peine son existence. La marchombre était subjuguée par la beauté du lieu. Arbres, fleurs, ruisseaux, et pleins d'autres plantes se trouvaient là, devant elle. L'apaisement qu'elle ressenti soudain l'avait fait sursauter. Elle ne put s'empêcher de s'approcher pour observer les lieux. Une sérénité l'envahi et ne pouvant plus résister, elle se blotti dans un coin sur un banc. Elle s'assit en tailleur, retira son luth et l'observa avec insistance et nostalgie. Elle pensa à son maître qui le lui avait offert pour une de leur première journée. Ils étaient allés chez le fabriquant d'instruments le plus doué et avait fait pour Ichel le son le plus doux qui soit. Elle refusait d'en rejouer, de reparaître devant son maître, car elle avait failli.

Quand la marchombre était allé au combat et qu'elle avait vu tous ces blessés et ces morts, elle s'était arrêté deux secondes. Deux secondes de trop. Deux secondes qui avaient failli lui couter la vie. Un mercenaire l'avait remarqué et avait piétiné sur le temps du marchombre. Il était arrivé vers elle à une allure folle, avait dirigé sa lame vers la gorge de la jeune fille. Heureusement qu'elle avait encore quelques réflexes, mais cela n'avait pas suffit. Le mercenaire avait entaillé le ventre de Ichel. Avant de lui donner le coup de grâce, il avait éclaté d'un rire cruel, macabre, annonciateur de la fin. Il avait ensuite levé son épée et elle redescendait en arc de cercle quand une autre lame vint l'intercepter. Un jeune homme l'avait sauvé, mais malheureusement elle n'avait pas pu voir son visage, juste son dos, car il s'était tout de suite écarté d'elle et s'était dirigé vers d'autres ennemis. Ichel s'était évanoui et s'était réveillée à l'infirmerie. Elle avait raté tout le combat. Elle ne se trouvait pas digne d'être une élève de l'Académie de Merwyn, mais surtout l'élève de Arro Skil'Lliches.
C'est pour cela qu'elle n'avait pas repris les cours depuis. Elle ne savait pas comment aborder son maître.

Mais ce lieu arrivait à lui faire oublier pour un moment ses tourments. Elle eu soudain envie de jouer. Elle leva son luth, posa ses doigts sur les cordes, les faisant vibrer un peu. Puis, pris par une fougue incontrôlable, ses doigts dansèrent sur les cordes. Une mélodie oubliée ressortie du corps de l'instrument pour inonder la salle. Ses doigts virevoltaient comme des feu-follets sur l'instrument. Elle avait oublié, elle s'était pardonné pour un instant. Elle s'évada dans la musique, ferma les paupières et laissa ses mains faire.


_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprenti Marchombre
Messages : 153
Inscription le : 05/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://robin-du-cle.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Une paix pérturbée ... [Inachevé]   Mar 22 Fév 2011 - 21:43

Lorek était la, flannant sur les toits.

Tout était allé si vite !
Il sortait d'un cours avec Arro particulièrement éprouvant, et la, d'un coup comme ça, on déclare la bataille, et le dortoir prend feu.

Étrangement, il n'avait aucun souvenir de la bataille...comme si il avait effacé par sécurité des détails dangereux...

Il réfléchissait a cette théorie en prenant un peu l'air.

Et "un peu" est une expression bien douce pour parler de l'air qu'il se prenait dans la tête.
Le temps était venteux et faisait voler les capes des académiciens.

Et Halina ? elle devait être sortie du cachot a cette heure, mais quel traitement a t'elle eu a subir ?
Et cet étrange homme...Varsgorn...il avait tenu affront a Anaïel si il s'en souvenait bien...
Et l'apprentie du mercenaire...Ambre, était elle au courant de la vérité sur son maître ?
Et Xzar ? qu’était devenu le vieux débris ?
Et Ichel ?

Décidément, les souvenirs ne revenaient pas...
Alors qu'il profitais de la vue, il recconut, perchée sur un toit une marchombre qu'il connaissait bien.
Ichel, sa compagnonne d'escapade etait assise, seule.
Il sourit en se remmemorant la premiere fois qu'il l'avait vue: il tentait de méditer quand elle avait fait irruption dans la salle de meditation en hurlant. Il decida de la laisser, il savait qu'elle avait eu des moments difficiles durant la reprise.
Mais il la regarda.
Elle était jolie comme ca, enervée dans le vent.
Elle se leva, quitta son promontoire en courant.
Lorek cru qu'elle le fuyait, c'est pourquoi il la suivit pour comprendre les raisons de ce depart impromptu. Elle arriva dans un jardin, que le jeune homme recconu comme étant celui ou il avait rencontre Gwell. Il la vit plonger dans ses souvenirs, puis jeter quelques notes sur son luth.
Arro lui avait parlé de ce Luth, il tenait a ce qu'Ichel en joue tandis qu'il jouait de la flûte. Le maitre Marchombre avait promis a Lorek qu'il lui offrirait aussi un instrument.
Lorek écouta le Luth d'Ichel, et comme il vit que sa proprietaire fermait les yeux, il fit de même.
Sa musique laissait entrevoir beaucoup de tristesse et de regrets. C’était beau et mélancolique, comme des larmes.
Lorek rouvrit les yeux, et attendit qu'Ichel arrete de jouer pour descendre avec grace de sa cachette. Il vint s'asseoir près d'Ichel, laissa la magie du silence operer.

Puis il dit:
Raconte Moi.

avatar

La Brute Marchombre
Messages : 878
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une paix pérturbée ... [Inachevé]   Mer 23 Fév 2011 - 15:39

Les notes se suivirent jusqu'au moment où elles décidèrent que c'était le moment de se stopper. Ichel n'avait jamais joué une musique aussi mélancolique, ce n'était pas elle.
Les yeux toujours fermés, la marchombre entendit un léger bruissement. Puis de légers pas, furtifs, si elle n'avait pas été marchombre, elle ne les aurait peut-être pas entendu. Ses pas, elle les aurait reconnu entre tous. Ceux d'un ami, un ami qui reviens après une rude bataille. Pour parler, recommencer, consoler.
Lorek. Elle se rappellerais toujours dans quelles circonstances elle l'avais rencontré. Toujours dans une grande finesse digne d'elle-même. La jeune fille pouvait être très maladroite quand elle le voulais.
Elle ne l'avait pas côtoyé beaucoup de fois, mais Lorek était bien vite devenu un ami cher pour la jeune fille. En plus de cela, ils avaient eu la chance de tomber tous les deux sur le même maître, Arro. Elle se réjouissait d'avance d'un cours en commun. Si elle en avait le courage.
Quand Lorek se posa à côté d'elle, un frisson de bonheur lui parcouru le dos. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti ça. Ses yeux venaient de s'ouvrir, mais elle ne tourna pas la tête pour le regarder. Cela faisait trop mal. Elle avait honte. Honte de ne pas avoir pu assurer comme les autres. Lorek, lui, il avait sans doute pu les aider, il avait sans doute participer à la reprise de l'Académie, mais pas elle.

Elle ne l'avais pas vu depuis longtemps et cela la rassurait de le voir enfin. Elle s'était souvent demandé où était ses amis, qu'est-ce qu'il était advenu d'Halina, de ce Kirfdéin avec qui elle avait parler dans les sous-sols de mur à mur, de Xzar l'homme puant mais sympathique qu'ils avaient croisés dans les cachots, d'Einar le premier élève qu'elle avait croisé, de Lorek bien sûr. Elle s'était inquiétée, mais pour le moment elle venait de voir le premier de toute sa liste de personnes. Cela la rassurait, il ne lui était rien arrivé.

Elle tourna enfin la tête vers Lorek, une larme courant sur sa joue, quand il lui dit :

- Raconte Moi.

Les yeux noisettes de la marchombre brillaient de mélancolie en observant le jeune homme assis à ses côtés. Les mots se bousculaient devant ses lèvres, mais ces-dernières ne voulaient pas les laisser passer. Elle luttait intérieurement pour ne pas craquer, pour ne pas lui infliger cela. Ichel plongea dans le regard rassurant de son ami et elle réussi enfin à attraper son courage. Elle se lança enfin d'une petite voix.

- Je... Je me sens nulle.

Ichel ravala un sanglot, pris une grande respiration et continua.

- Je me sens nulle parce que j'ai été trop sensible et je me suis fais blessée. J'ai honte. Je n'ai pas pensé à mes amis autour de moi qui... qui étaient encore en vie, mais à ceux qui était à terre, autour de moi. Je... Je ne mérite pas d'être dans cette Académie. Tout se que je voulais c'était être là pour mes amis, être là pour les protéger, mais je n'étais pas là. J'ai simplement baissé ma garde deux secondes et... et... j'ai été blessé et... je me suis évanouie et je ne peux même pas essayer de m'améliorer en m'entrainant parce que j'ai encore mal quand je bouge... Je...

Les mots étaient sorti comme s'ils étaient poussés par un vent violent, Ichel n'avait même pas rassemblé ses esprits avant de parler. Tout se que son esprit voulait, s'était être libre.
Il l'était presque, mais Ichel éclata soudain en sanglots parce qu'elle avait mal, à sa cicatrice et à son coeur.










_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 562
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une paix pérturbée ... [Inachevé]   Mer 23 Fév 2011 - 16:04

Halina était en plein préparatif pour son voyage avec Kirfdéin et courrait partout pour rassembler tout ce dont ils auraient besoin vu que le jeune homme n’était pas très doué pour ça. Elle eut un petit sourire en voyant l’état de sa chambre et plus particulièrement de sa penderie. Elle rangerait tout à son retour, surtout puisqu’elle devrait regagner le dortoir. Le traitement de faveur prendrait fin. De toutes façons, ses cauchemars se calmaient et elle ne criait plus. Enfin, peut-être est-ce que la présence de celui qu’elle aimait y était pour quelque chose dans sa guérison. Elle espérait qu’elle ne dérangerait plus personne en retournant dans son lit habituel. Elle ferma son sac de cuir qui contenait ses affaires et resta pensive quelques minutes : avait-elle pensé à tout ? Elle entendit rire dans les couloirs, les jeunes élèves jouaient à cache-cache. Elle se souvint avec nostalgie de ses parties de ce jeu avec son père et son frère et les larmes de rire qui sortaient de ses yeux quand son frère grimaçait en la trouvant. Des fois, ils faisaient exprès de la laisser gagner mais elle avait horreur qu’on la favorise. Elle n’arrivait plus à réfléchir normalement. Les souvenirs l’assaillaient. Dame, comme ils lui manquaient ! Elle ne recevait que peu de nouvelles de son frère et cela la rendait triste.


Elle sortit et ferma à clef sa chambre. Halina commença à errer dans les couloirs pour qu’elle puisse trouver quel était cet objet qu’elle savait oublier mais dont elle n’arrivait pas à donner un nom. Elle évita un petit garçon suivit de près par une petite fille blonde et se demanda si on réalisait à cet âge la chance que l’on a de ne pas avoir à se préoccuper d’autres choses que des jeux et des légumes à manger le soir. Les problèmes des adultes semblaient bien dérisoires. Elle sortit sous le soleil d’été et le laissa réchauffer son visage qu’elle penchait en arrière. Elle appréciait de plus en plus ce contact, l’emprisonnement avait-il exacerbé ses sens ? Elle n’aurait pu le dire mais elle croquait chaque minutes de sa vie avec délectation. Elle faisait aussi plus attention aux détails du monde qui l’entourait. Elle se promenait sans but autour de l’Académie jusqu’à ce que ses pas la porte dans un lieu qui lui était alors inconnu. Les jardins.


En passant la barrière de bois, elle fut assaillie par les odeurs, les couleurs… Elle retint son souffle quelques secondes. Les parterres de fleurs étaient arrangés avec soin et avec goût. Celui ou celle qui s’occupait de ce lieu avait du talent et il devait lui falloir beaucoup de temps pour que ce soit si beau. Il n’y avait pas une seule mauvaise herbe dans la pelouse qui entourait les fleurs. Les arbres et arbustes semblaient avoir poussé dans le seul but d’embellir le lieu. Elle s’avança dans les allées, s’arrêtant parfois pour observer de plus près ou sentir une fleur ou alors pour caresser pensivement le tronc d’un arbre. Le lieu avait des airs féeriques et apaisants.


Elle les vit apparaître devant elle, assis l’un à côté de l’autre sur un banc de pierre. Le soleil faisait briller la peau bleue si étrange de Lorek et le vent faisait onduler les longs cheveux de jais d’Ichel. Elle sut alors ce qu’elle cherchait sans trouver depuis des heures. Ce qu’elle avait sur le bout de la langue. Ce qui envahissait ses pensées. Ce qu’elle repoussait depuis des semaines. Ce qu’elle n’avait toujours pas avouer à Kirfdéin. Ce qu’elle devait leur dire. Ce qui la meurtrissait depuis des mois. Sa trahison. Sa honte. Ses peurs. Elle était si proche et pourtant si loin d’eux. Ichel parla la première, les larmes aux yeux.


- Je me sens nulle parce que j'ai été trop sensible et je me suis fais blessée. J'ai honte. Je n'ai pas pensé à mes amis autour de moi qui... qui étaient encore en vie, mais à ceux qui était à terre, autour de moi. Je... Je ne mérite pas d'être dans cette Académie. Tout se que je voulais c'était être là pour mes amis, être là pour les protéger, mais je n'étais pas là. J'ai simplement baissé ma garde deux secondes et... et... j'ai été blessé et... je me suis évanouie et je ne peux même pas essayer de m'améliorer en m'entrainant parce que j'ai encore mal quand je bouge... Je...


Elle s’approcha alors sans un mot et prit Ichel dans ses bras, elles en avaient toutes les deux sur le cœur. Elles avaient mal toutes les deux, de ces blessures lentes à cicatriser… Elle la regarda ensuite dans les yeux avec un pâle sourire, un sourire rassurant manquant de conviction. elle réalisa alors à quelle point ils lui avaient manquée. Sa tentative suivante arracha un sourire à son amie :


-Tu sais, il n’y a que les guerriers comme moi pour courir après les combats, et c’est plutôt mauvais comme technique pour survivre, dit-elle en souriant, puis redevenant sérieuse. Tu mérites autant que quiconque d’apprendre ici et tu as la chance d’avoir les meilleurs professeurs de l’Empire à ta disposition pour progresser. Tu as le temps, prend-le.


Elle ajouta d'une petite voix, presque inaudible, pleine de peine et teintée de honte:


-Vous m'avez manquée.



_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 878
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 22


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une paix pérturbée ... [Inachevé]   Sam 26 Fév 2011 - 0:03

Les sanglots d'Ichel coulaient à flot et ils ne semblaient pas s'arrêter. A peine, elle avait fini de parler qu'une silhouette s'approcha d'elle, la pris dans ses bras, avant que Lorek eu le temps de faire quoi que se soit. Elle ne voyait rien à cause de ses larmes, mais elle reconnu vite la voix de l'inconnue. Une voix rassurante. La voix de Halina. Elle lui avait énormément manquée tout comme Lorek et les autres, mais la marchombre c'était fait encore plus de soucis pour son amie, car Halina s'était sacrifiée pour laisser le temps à Xzar, Lorek et Ichel de s'enfuir des sous-sols. La jeune guerrière s'était sûrement faite torturée, maltraitée et autre. Ichel ne supportait pas cette idée, alors savoir que son amie allait bien lui remontait le moral. Les deux jeunes filles avaient autant souffert l'une que l'autre. Tout le monde avaient souffert et pouvoir savoir que deux de ses amis avaient encore le sourire la rassurait.
Ichel se sentait bien dans les bras de Halina, mais cette dernière la lâcha pour lui adresser un grand sourire. Ichel le lui rendit.
Paroles rassurantes. Vraies.

Halina avait raison. Ichel savait que son amie avait raison. Il fallait qu'elle arrête de se lamenter sur son sort et qu'elle commence à se réjouir de se qu'elle possédait.
Les quatre derniers mots de son amie parvinrent soudain aux oreilles de la marchombre qui essuya ses larmes à l'aide de sa manche, puis regarda Halina et Lorek. Elle n'était pas habituée aux effusions de sentiments, mais aujourd'hui elle avait besoin de décompresser. Elle avait besoin d'évacuer le stresse accumulé.

- Vous aussi vous m'avez manqué. Cela me fait très plaisir de savoir que vous allez bien.

La jeune fille ne s'était jamais sentie aussi bien depuis longtemps. Entourée de deux de ses amis, elle aurait voulu que ça dure pour toujours, mais tout a toujours une fin.
Ichel, n'en pouvant plus d'être assise et surtout après avoir rougie de plus belle à cause de ses phrases, elle posa son luth contre un arbrisseau, se leva et se dirigea vers le ruisseau. Elle regarda son reflet.

Ses yeux rougies par ses larmes étaient entourés de cernes, l'insomnie qui la taquinait depuis quelques nuits lui tapait sur les nerfs, elle avait réellement besoin de dormir. Elle décida de se rendre le lendemain chez les rêveurs pour leur demander une pommade pour sa cicatrice. Ses cheveux, mal coiffés, ne ressemblaient à rien. Elle s'attacha soudain ses longs cheveux brun en chignon. On pouvait l'avouer, cela ne ressemblait pas à grand chose non plus, mais cela faisait l'affaire pour le moment. Après s'être observé un moment, elle s'aspergea le visage d'eau froide et se releva pour faire face à ses amis, ayant préparer un sourire avant de se retourner. Elle voulait faire bonne figure, car elle n'était pas très fière qu'ils l'aient trouvé en train de pleurer et de se lamenter. Avant de venir dans les jardins, elle ne pensait pas que quelqu'un aurait la même idée qu'elle et de venir ici. Le hasard ou la chance, avait fait que se soit eux qui viennent

- Alors, et vous, ça fait depuis longtemps que l'on ne s'était pas vu, vous faites quoi en ce moment ? Vous avez repris les cours ?

La jeune marchombre se sentait bien, son sourire était vrai pour une fois depuis bien longtemps. C'était grâce à eux, c'était parce qu'elle les avait vu. La jeune fille les en remerciait. A présent elle avait surtout envie de papoter avec ses amis, en tout cas de se distraire.




_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥
avatar

Apprentie Légionnaire
Messages : 562
Inscription le : 03/07/2009
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une paix pérturbée ... [Inachevé]   Mar 8 Mar 2011 - 21:38

Halina avait les larmes aux yeux. Voir son amie dans cet état la rendait à fleur de peau. Pourquoi la violence changeait-elle tant les gens. Ce n’était pas une finalité mais plutôt un moyen de survivre. Un moyen de ne pas se faire écraser pas ce monde méprisable dans lequel ils vivaient. Un monde froid où chacun cherche à vaincre l’autre, à montrer sa supériorité, qu’elle soit physique ou mentale. Cette recherche du meilleur s’attaquait à tous, risquait de noircir les veines des âmes influençables. Le pire, c’était, qu’elle-même ressentait souvent l’envie de dépasser les autres, de se gratifier d’avoir vaincu untel ou d’avoir mieux réussi un examen qu’un de ses camarades. Mais, pourquoi fallait-il que le monde soit régit par cette violence ? Et que tant de monde la trouve détestable ? En y réfléchissant, elle répondit en partie à sa question intérieure. Elle faisait peur. Peur de tuer. Peur de devenir un monstre assoiffé de sang et de bataille. Il était vrai que manier une épée devenait une drogue pour nombre de guerriers parce que ne plus se battre signifiait perdre de l’expérience et donc perdre de sa force. Avait-on réellement besoin de cette force ? La réponse d’Halina resterait toujours oui. Elle regrettait que la paix ne soit possible mais puisqu’elle ne pouvait rien y faire, elle voulait être en mesure de se défendre et de ne perdre personne qui lui était cher. Cette bataille lui avait démontrée son inefficacité et les progrès qu’elle devait encore fournir.


La jeune guerrière écouta la réponse d’Ichel et eut un pâle sourire. Si elle savait à quel point moi je me suis inquiétée pour eux… Redoutant que cette ignoble Mentaï ne les touche de ses mains insidieuses. La marchombre se leva et se reprit en réalisant son état. Lorek les observait d’un air impénétrable. Ichel s’arrangea un peu. Comme à son souvenir, ses longs cheveux ne se rebellèrent pas et vinrent se positionner en queue de cheval parfaite. Pour arriver à un tel résultat, Halina y passait des heures. A tenter de se faire belle sans savoir si l’effort est remarqué. C’est fou comme l’esprit peut dériver en espace de quelques secondes. Le sien revenait de plus en plus souvent à ses déboires capillaires. Il fallait que ça cesse. La situation ne s’y prêtait pas. Le sourire de son amie revint, comme on avait l’habitude de le voir avant. Que dire d’elle ? Que faisait-elle de ses journées ? Elle partageait son temps entre Kirfdéin, les cours et ses entrainements intensif qu’elle se concoctait pour retrouver sa forme perdue. Programme super passionnant en effet. A cela il fallait ajouter le mouron qu’elle se faisait pour tout et n’importe quoi. Réjouissant.


-J’ai fait une belle rencontre dans les cachots. Vous vous souvenez de Kirfdéin, que nous avions entendu à travers les murs ? Et ben, je me suis retrouvée avec lui dans cette galère et depuis, je ne peux plus me passer de lui.


Un vrai sourire se dessina sur ses lèvres au souvenir de leur premier baiser, de leurs moments ensemble à l’extérieur. Elle était heureuse, il fallait l’avouer. De ce bonheur qui vous tiraille et fait palpiter votre cœur alors qu’au fond d’elle, elle sentait un nuage sombre l’assombrir. Malgré toute sa volonté.


-J’ai repris les cours, sauf de combat puisque le nouveau prof’ ne sera nommé qu’au bal et j’essaie de rattraper mon retard en m’entraînant presque tous les soirs. C’est fou comme ça calme !


Elle ajouta, laissant la possibilité qu’on lui demande une précision :


-Et toi ?



_______________

             
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil

Spoiler:
 


Halina Nilsan ... Clarysse Vornang
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une paix pérturbée ... [Inachevé]   



 
Une paix pérturbée ... [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Paix a son ame: Une autre Victime du Chaos
» QUE LA PEUR SOIT ET LA PAIX FUT !
» Repose en paix Mireille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: L'enceinte de l'Académie :: Les jardins-