Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteQuand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mer 2 Fév 2011 - 16:35

Ca alors ! C’était bien la première fois qu’on disait d’elle qu’elle était irrespectueuse. On l’avait si bien éduquée qu’on la disait polie, quoique peu bavarde. En même temps, lorsqu’on nous interdit de parler ce n’est pas pour désobéir ensuite non ? Mais là, non seulement Shawna l’accusait d’irrespect mais pas envers une personne, non, non envers un instrument. Ce n’était pas comme si elle refusait sincèrement de toucher un instrument qui n’était pas le sien (elle avait dû attendre d’avoir ses propres instruments et avait commencé son apprentissage grâce à ceux de ses professeurs afin de voir s’ils lui convenaient), mais il lui fallait bien une excuse. Même si dans une auberge, il y avait moins de certitude quant à la propreté des musiciens qui les empruntaient, lorsque Tuuli voulait réellement jouer, n’importe quel objet qui sonnait juste faisait l’affaire (quoique la qualité la motive encore plus). Shawna voulait vraiment jouer avec elle apparemment. C’était plutôt plaisant cette perspective d’enfin jouer mais à ce moment précis, Tuuli bloquait étrangement sur la notion d’irrespect. Puis elle se mit à rire.

- C’est amusant. Pour quelqu’un qui disait ne pas croire à un monde vivant et doué d’une âme tout en riant d’objets qui pourraient souffrir des mes mains trop dures ou d’un sol trop inconfortable, tu parles d’instruments qui créent, qui ont une histoire, à qui on a insufflé une vie. Je dois donc le respect à un instrument qui deviendra sans doute pour moi un vieil ami ? Te voir croire qu’autre chose que nous autres, pauvres bipèdes, peut avoir un ressenti me donne bien envie de rencontrer tes amis. Puisque tu as l’air de bien connaitre cette salle, je suppose que tu y a passé un certain temps et ne dit-on pas « les amis de mes amis sont mes amis » ? Jouons ensemble donc ! Si je peux aisément décider de me punir et en assumer les regrets, je ne peux punir tes amis qui n’y peuvent rien.

Elle avait suivi Shawna dans les escaliers et était un peu essoufflée après tant de marches. Avant d’entrer, Tuuli réfléchit à la conception de la musique de Shawna. La musique qui s’apprend par les oreilles aussi bien qu’on l’écoute. Ca avait l’air si facile et particulièrement tentant dit ainsi. Pourtant, rien n’était si aisé. La musique c’était le travail, l’effort et un apprentissage long et fastidieux. Il fallait un temps particulièrement long avant d’arriver à jouer une composition à la perfection. Mais la perfection est-elle la vie ? Pour Tuuli peu importait. La perfection était ce qui fallait atteindre, qu’elle soit vie ou non. Sans partition elle doutait de pouvoir apprendre. Mais elle pouvait jouer certaines chansons, quoiqu’elle ait pu dire pour se défiler quelques secondes auparavant.

- Je ne peux rien enlever au fait que si j’écoute bien la musique avec les pavillons qui me servent d’oreilles, je l’apprends que par écrit. Ou plus exactement, je ne sais l’apprendre que par écrit. C’est bien plus rassurant ainsi. C’est la meilleure façon de ne pas se tromper de note… Mais je souhaite quand même entendre tes musiques, je pourrai te jouer quelques unes des miennes aussi. Pas tant que ça cependant. En partant de chez moi, je n’ai emporté que ce qu’il y a dans ma tête et les musiques dont je suis certaine ne sont pas si nombreuses que ça.

Elle entra enfin. La pièce était plutôt grande et ne semblait particulièrement attitrée à la musique, plutôt aux fêtes en général à vrai dire. On aurait pu dire que c’était une salle à tout faire sauf travailler ce qui est vaguement, mais oui très vaguement, le principe d’une salle de loisir. Dans un coin étaient disposés quelques instruments. Les plus classiques, ceux qu’on trouvait le plus, ceux dont on jouait le plus. Ils avaient l’air en bon état, et même si certains portaient quelques traces de doigts, aucun ne semblait intouchable. Les pensées de Tuuli s’alignèrent sur celles de Shawna : ces instruments n’avaient vraiment l’air de n’attendre qu’une seule chose : qu’on vienne les chercher, poser ses mains sur eux, les manipuler en faisant glisser nos doigts sur leurs courbes et profiter d’eux jusqu’à ce qu’ils n’en puissent plus. Bombant fièrement leur cordes, trous, touches… ils montraient bien que cette dernière chose ne devait pas arriver de sitôt, ils en avaient à revendre et étaient particulièrement endurants (non les instruments ne sont pas des pervers…). *Par où commencer ? Il n’y en a pas beaucoup… Mais les flûtes me tentent aussi bien que le luth qui traine là…*. Elle visa finalement le luth pour pouvoir plus accompagner que réellement jouer. Elle pinça une corde et en tira une grimace.

Ce luth était complètement désaccordé. Elle entreprit alors de retendre les cordes pour arriver à la bonne note. C’était, de toute façon, ce qu’on faisait le plus avec ce type d’instrument et donc une première chose que l’on apprenait à faire. Elle tira, tira et tira encore jusqu’à arriver à la note que la corde était censée jouer. Cela prit un certain temps. Ce luth n’était pas de toute première jeunesse et l’accorder requérait une certaine force dont Tuuli était loin d’être pourvue. Une fois chose faite, elle trouva une chaise et, posant l’instrument sur ses genoux, se mit en position. Shawna, n’avait toujours pas choisi.


- Alors ? Tu commences ou je commence ?


_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?


Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mer 9 Fév 2011 - 21:41

- C’est nous qui leurs insufflons la vie, c’est nos histoires qu’ils portent, et c’est pas parce qu’ils sont pas vivants qu’il ne faut pas les respecter, grommela Shawna pour elle-même, n’articulant qu’à moitié et sans vraiment faire attention de savoir si elle était ou non compréhensible pour Tuuli.

Il est vrai qu’elle se contredisait un peu, en paroles, alors que ses pensées lui semblaient parfaitement claires. Le seul problème était celui de s’exprimer… Elle trouvait véritablement stupide l’idée d’un monde vivant, conscient, qui saurait ce qu’il fait et pourquoi. Les cailloux étaient des cailloux, point. Mais cette inertie ne l’empêchait pas de trouver certaines pierres jolies. De même, si elle ne pensait pas que les instruments étaient vivants en soi, elle ne niait pas non plus que les instruments avaient une histoire. Une histoire liée aux gens, à ceux qui les avaient touchés, joués et on s’arrête là pour éviter les connotations bizarres. Sa flûte était restée plusieurs mois dans les appartements de Jehan, et elle en était ressortie refroidie. Shawna y avait ensuite jouée, et elle s’était réchauffée. Petite, elle avait abîmé l’un des tubes de bois, et c’était pour ça que la deuxième note en partant de la droite avait une couleur plus claire que les autres ; elle avait dû la faire réparer. Les objets étaient porteurs de l’histoire de leurs propriétaires et ils n’avaient pas besoin d’en avoir eux-mêmes conscience pour que cela soit vrai… Elle apprenait à les connaître en jouant comme les gens apprenaient à se connaître en discutant, les comparait à des amis, elle en voudrait énormément à celui qui abîmerait l’une de ces merveilles, mais elle ne leur accordait pas de conscience ni de ressenti. C’était juste une image. Jamais il ne lui viendrait l’idée de se mettre à leur parler, à prier le dieu du cluejan ou une autre ineptie de ce genre. Mais au moins voyait-elle ce que Tuuli essayait de lui dire… Elle aurait peut-être pu être un peu plus.. diplomatique, en lui disant ce qu’elle pensait du monde. Oh et puis non – elle avait ses opinions, ses idées, et si elle devait enfiler des pantoufles à chaque fois qu’on lui demandait son avis elle était mal barrée.

En tout cas, Tuuli la faisait rire, avec ses paroles aériennes, un peu moqueuses, beaucoup joyeuses, qui jouaient d’une ironie douce – et non pas une douce ironie, ça change tout – avec les mots. Elle savait débattre. Comme son père. Mais en plus elle avait presque son âge et davantage de sujets en commun… Shawna déboula dans la salle à son tour, et poussa amicalement Tuuli de l’épaule.

- Et ben tu vas apprendre à faire sans tes ramassis de papier, faut bien commencer un jour. T’as jamais rien appris par cœur ? Tes doigts se souviennent ce que tes yeux ont oublié. Tes oreilles aussi, elles se souviennent. Alors t’essaies les musiques dont tu te souviens à moitié, tu te trompes et puis tu retrouves les notes. T’as personne à impressionner, Tuuli, t’as l’droit de te tromper. Et oui, c’est pas beau les fausses notes, mais faut bien commencer quelque part non ? C’est en faisant des fausses notes qu’on apprend à faire les bonnes. Alors on se trompe. Et après, on se trompe plus, ça devient beau, et c’est mélodieusement magique. Ou magiquement mélodieux, j’sais pas trop…

Puis Shawna se tut. Elle avait déjà des nétoiles dans les yeux en parlant de la musique, mais maintenant, ses yeux partaient d’un instrument à l’autre, et elle bougeait frénétiquement ses doigts, comme s’ils étaient pris d’une vie propre et qu’elle était incapable de les faire taire. Elle glissa un regard langoureux sur les deux cluejans, le pamboulou, le luth, les cromornes, sans s’approcher pourtant, avant de regarder Tuuli. Silencieuse, attentive, elle attendait que la jeune fille fasse son choix. Eut un demi sourire lorsqu’elle s’approcha du luth, un sourire un peu résigné, mais malicieux, aussi ; elle comprenait pourquoi Tuuli avait choisi cet instrument, mais déjà les ballades se baladaient dans les vastes contrées de son esprit, et elle savait déjà ce qu’elle lui ferait jouer, pour la forcer à ne pas être simple spectatrice. Plus tard. On commencerait doucement. Elle accorda le luth, ses gestes attentionnés, précis, et Shawna fit remonter l’autre côté de ses lèvres en un véritable sourire, cette fois. Attendrie ? N’allons pas jusque là… Lorsque Tuuli leva les yeux et lui posa la question, Shawna fit tomber son sourire et se remit en mouvement, comme si rien ne s’était passé, et ouvrit une boîte rectangulaire posée au sol.

Les instruments auxquels elle jouait le plus était le cluejan et le luth ; elle aimait à mourir le son du premier, et le deuxième calmait la pulsion de ses doigts alors qu’ils écorchaient les cordes, et lui permettait de brailler en même temps, ce qui était loin d’être un mauvais point. Et puis il y avait la flûte de pan ; qui resterait toujours spéciale pour elle, simplement parce que c’était son premier instrument. Mais les possibilités étaient moins nombreuses, et si elle appréciait le son plus léger, elle y jouait de plus en plus absentement. Finalement le cromorne alto, passage obligatoire lors des fêtes autour du feu. C’était souvent ses oncles, tantes et cousins qui en jouaient lors des soirées à la belle étoile, de cet instrument pinçant dont le son prêtait au rire et à la danse, mais elle avait appris comme les autres à se débrouiller avec, sans être capable de jouer des merveilles… Les gammes de celui-ci aussi étaient limitées, raison peut-être pour laquelle elle l’avait délaissé pour le cluejan, aussi.

Shawna sortit une hanche rougeâtre d’une petite boîte qui se trouvait dans sa poche, se la glissa entre ses dents, l’humidifiant de sa langue, et commença à monter le cluejan de bois. Des hanches étaient disponibles, mais elle préférait encore utiliser les siennes… Les tailleurs de rougeoyeurs en faisaient de plus ou moins bonne qualité, et au moins elle était certaine de son matériel. Les parties de l’instrument s’emboîtèrent parfaitement, et elle glissa sa main le long de l’instrument, affectueusement. Elle avait déjà joué de celui-ci, quelques mois plus tôt… Plaçant la hanche, elle souffla doucement dans l’instrument, sans produire de son, comme pour le réchauffer, et fit jouer ses doigts sur les clefs. Elle était prête.

- On va commencer toutes les deux, avec une chanson qu’on a en commun… Tu connais forcément « La coccinelle et le champignon » ? Elle est tellement connue que le contraire serait affligeant… Et pis c’est sur Merwyn, donc qu’on soit né dans la rue ou dans de beaux draps au sens propre Arrow on la connait forcément.

Et elle se mit à chanter le début, doucement, et faux - mais Tuuli reconnaîtrait quand même, elle espérait tout du moins...

- Champignons, champignons, qui cachez des merveilles
Que ce soit sous la pluie ou bien sous le soleil…

Dans les sous-bois quand on voit un champignon
On se dit, comme Merwyn, bon sang c'qu’ça a l'air bon
Alors on se penche bien pour le ramasser
Et c'est alors qu'on remarque, juste là sous nos pieds…

[Si tu reconnais pas… Very Happy] Shawna prit ensuite le cluejan, joua les premières notes.

- J’préviens, j’suis en si bémol et j’commence sur un do, donc descend d’un demi ton. Si tu te souviens plus des notes, moi ça fait do do ré, do do ré, fa mi ré do sol grave, do do ré, do do ré, fa mi ré sol la aigu... Mais comme t’es au luth c’est pas la même voix non plus. Tu t’en souviens un peu, on essaie au pif et puis si ça marche pas on tente autre chose ?

Ca promettait. Elles n'avaient pas commencé et Shawna sentait déjà qu’elle allait exploser de rire avant d’avoir fait trois notes...

[Si y a du monde qui veut nous rejoindre c’est libre hein, n’hésitez pas o/ Et Tuuli, si tu as des belles musiques qui collent, on peut en insérer dans le rp angel ]


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )

Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [rp libre]   Dim 20 Fév 2011 - 1:20

Décidément pour Shawna ne pas avoir de partition n’était pas un problème. Même si elle était prête à entendre les fausses notes de la domestique, celle-ci n’était pas forcément prête à les lui faire entendre. Allait devoir faire sacrément attention à choisir un morceau qu’elle connaissait sur le bout des doigts, littéralement. La chance devait être de son côté puisque Shawna avait choisi de jouer du cluejan. L’instrument serait donc la voix et comme elle ne ferait qu’accompagner, on l’entendrait moins et elle pourrait faire quelque chose de plus simple. Elle remit les pièces de son petit instrument en place de ses mains d’experte. Elle perdait alors son petit air insolent pour en prendre un empli d’un sérieux tout nouveau. Toutefois, elle ne paraissait pas pouvoir se départir de cette aura d’espièglerie qui se dégageait d’elle en tout temps et en tout lieu.

Tuuli pinça deux-trois accords pour bien vérifier que le luth sonnait enfin juste. Pendant ce temps, Shawna choisissait un morceau. Pendant un instant, Tuuli avait espéré que la musicienne refuserait sa proposition de commencer la première. Elle aurait peut-être pu choisir un morceau idéal pour elle. C’était mal connaitre Shawna, elle n’aurait jamais refusé de commencer. Après que le cœur de Tuuli ait joué un petit roulement de tambour plein de suspens, la jeune colorée annonça le morceau qu’elle voulait les voir jouer : la coccinelle et le champignon. Un morceau connu et enjoué, simple. La fille au luth eu un léger sourire et acquiesça montrant alors qu’elle connaissait le morceau. Elle aimait bien ce morceau et surtout la partie au luth était d’une facilité confondante sauf pour la petite partie d’improvisation au milieu de la chanson, comme dans toute chanson gaie qu’il se doit. Attendez une minute ! L’improvisation du milieu ? Ca voulait dire une petite période où elle n’accompagnait pas mais jouait la musique avec des variations inventées sur l’instant.


*Attends voir, rassurons-nous très chère voulez-vous ? Je l’ai jouée plusieurs fois celle-là et je finissais par ne plus jouer d’improvisation du tout mais par refaire ce que mon frère jouait, normalement je devrais pouvoir le refaire non ? Même si ça fait un certain temps que je n’ai pas joué…* Sans pincer les cordes elle déplaça ses doigts de mémoire pour faire les accords. Apparemment elle n’avait pas trop perdu. Elle devrait pouvoir sauver la face. De toute façon Shawna aurait elle aussi à jouer une partie où on n’entendait qu’elle, juste après cette improvisation. Elle serait sans doute trop occupée à s’inquiéter de sa propre performance pour ne pas s’occuper de celle de sa camarade de jeu, comme toute personne sensée recherchant la perfection dans sa façon de jouer (à vous de me dire si Shawna fait partie de ce genre de personnes…)

- Attends, attends, do do ré ça c’est bon et le reste aussi. Je la connais bien cette chanson, et, comme je l’ai apprise sur un luth, je ne devrais pas avoir trop de problèmes à me la remémorer. Si tu as seulement la gentillesse de me laisser tout redescendre d’un demi-ton. Si tu es en do pour faire un si bémol et que je dois aller à la tierce ça veut dire…

Tuuli tenta plusieurs approches avant d’atteindre l’accord qu’elle recherchait. Elle gratta plusieurs cordes suivant le début de la mélodie de sa mémoire.

- C’est comme ceci, non ? Tel que je m’en souviens, il fallait jouer en arpèges le début puis arrivé au premier refrain en accords franchement rythmés… Du moins, il me semble que c’était inscrit ainsi.

Elle murmura plus qu’elle ne chanta la suite des paroles

- Et c’est alors que l’on remarque, juste là sous nos pieds
Une petite coccinelle bien cachée la maligne
Elle avait pris le fameux champignon pour demeure la coquine
Si seulement sa cachette n’avait pu être découverte
Comment maintenant puis-je dévorer sa maisonnette ?

Champignons, champignons, qui cachez des merveilles
Que ce soit sous la pluie ou bien sous le soleil…


La fille au luth s’arrêta un peu. Elle était prête à jouer. La mélodie lui était revenue, les intonations à donner aussi, a priori tout s’annonçait parfait. Elle poussa un petit soupir de satisfaction. Elle pourrait dès lors prendre du plaisir à jouer. Elle savait que tout irait bien. Elle était peut-être même un peu trop à l’aise lorsqu’elle se proposa de ne pas faire que gratter des cordes.

- Je ne sais pas si tu comptais sur mon chant en plus de ma performance de joueuse de luth mais je te l’offre avec joie. Après tout, cette mélodie n’est rien sans les joyeuses paroles qui l’accompagnent.

Elle s’étonnait tout de même un peu de voir Shawna si détendue. Ce n’était certes pas une représentation adressée à un quelconque public, mais elle allait jouer de la musique à quelqu’un qu’elle ne connaissait pas. Comment se faisait-il alors qu’elle ne frémisse pas, même pas légèrement à cette idée ?

- Et bien… Tu es prête ? Tout va bien pour toi ? Tu la connais bien cette chanson ? Tu es sûre que ça va aller ?

Non pas que Tuuli soit inquiète mais elle ne connaissait pas le niveau de celle qu’elle s’apprêtait à accompagner. Elle espérait intérieurement que celui-ci ne soit pas excessivement bon auquel cas, Shawna serait surement déçue de jouer avec elle.

[Puisqu'on commence à jouer je tiens à te dire que je mets mon sort entre tes mains, libre à toi que je joue parfaitement ou que je "faute"^^]



_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?


Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Lun 21 Fév 2011 - 22:24

Aux questions de Tuuli, qui lui semblaient plus montrer l’inquiétude de la jeune fille que véritablement demander à Shawna si elle en avait, elle répondit simplement:

- Un, deux, un deux trois quatre…

Et commença à souffler.

Avant d’arrêter dans les trois notes qui suivirent. Tuuli avait commencé sur une partie introductive qui ne se jouait qu’avec les instruments de fond, alors qu’elle avait commencé directement par la mélodie, comme si le chant allait débuter de suite ; elle savait pourtant que c’était très rarement le cas, que les airs commençaient souvent par un petit prélude, pour permettre à tous les accompagnements de se rejoindre plus facilement… Elle avait tellement l’habitude de se jeter directement dans celle là, Yeleen ayant tendance à commencer à chanter avant même qu’elle n’ait fini de battre la mesure, qu’elle n’avait pas réfléchie. Elle eut un bref éclat de rire, net, simple, avant de s’adresser à Tuuli :

- Et ben, ça commence bien ! On reprend, si tu veux bien, j’vais faire attention…

Elles reprirent, avec succès cette fois-ci ; les sons du cluejan vinrent bientôt rejoindre les accords du luth, puis se fut la voix de la jeune fille qui se maria aux arpèges. La main de Tuuli ralentit, et elles eurent un bref instant une note de différence, bref instant où une grimace retourna le visage de l’enfant noble, expression d’un passé où elle avait passé chaque moment à épousseter les mélodies, faire la chasse aux fausses notes, éradiquer la moindre vibration qui n’était pas notée noire sur blanc. Ne comprenait-elle pas qu’une mélodie était plus vivante lorsqu’elle n’était pas la simple kyrielle de notes mises à la suite les unes des autres par un parfait inconnu, mais lorsqu’elles étaient jouées, véritablement jouées, par un être qui avait le droit d’interpréter, de modifier un rythme, ou même de se tromper ? Elle se rattrapa à une vitesse hallucinante ; Shawna n’eut même pas besoin de reprendre pour se recalquer sur elle, que Tuuli l’avait déjà fait.

Elle finit par se laisser aller, pourtant ; bientôt sa voix perdit de cette petite pointe de tension qui avait d’abord languit dans sa gorge, et elle chanta de manière beaucoup plus légère, plus chaleureuse, son corps commençant à marquer le rythme par instinct, et elles accélérèrent presque par instinct. Tuuli semblait enfin oublier qu’elle était en train de jouer… Mais ce fut le moment de l’improvisation, et le sérieux reprit sa place sur ses traits.

Elle ne fit aucune fausse note, et celles-ci se suivaient mélodieusement ; qui écoutait pouvait être satisfait de la prestation, tout y était, la gamme, les arpèges, le rythme, tout coulait. Tuuli jouait bien, et Shawna ne comprenait pas vraiment d’où lui venait cette pudeur, cette presque honte de jouer sans avoir répété seule avant. La seule chose qui lui manquait, c’était la spontanéité… Elle avait la technique, restait le cœur, à présent.

Shawna enchaîna, beaucoup plus spontanée ; un maestro aurait peut-être préféré la prestation de Tuuli, Shawna ne respectant pas aussi bien la gamme qu’elle se devait d’utiliser et laissant de ce fait échapper des notes qui n’auraient pas dû s’y trouver, oubliant des dièses là où il devrait y en avoir ; mais une fois les premières mesures, où elle prit conscience que non, le si n’était définitivement pas un bémol, elle réussit à inventer une partie agréable à l’oreille, et s’amusa comme une folle à en faire les variantes, avant de retomber sur la mélodie de base.

Lorsqu’elle reprit la mélodie au lieu de la terminer, après un rapide regard vers Tuuli, celle-ci eut un instant de questionnement avant de reprendre le dernier couplet. Elle tapait du pied, et Shawna marchait autour d’elle en jouant, pas encore prête à s’arrêter… Mais un dernier couplet ne peut, alas, pas être jouée dix mille fois, sinon il ne serait pas le dernier, et la dernière note frappa sourdement l’air, avant que le silence ne retombe, et que le champignon ne finisse en salade.

Shawna fit la révérence au vide, et à Tuuli, puis s’exclama :

- Et ben tu vois ! J’suis presque déçue qu’on n’ait pas de public, tiens.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Lun 7 Mar 2011 - 22:35

Ichel marchait dans les couloirs, incapable de dire dans quelle direction elle se dirigeait, où elle allait. Malheureusement, aujourd'hui elle n'avait aucuns cours de prévu et tous ses amis étant occupés, elle n'avait rien d'autre à faire que de s'entrainer et... de se promener selon ses envies. S'entrainer, elle l'avait fait ce matin, très tôt, avant même que l'astre du jour se soit réveillé. Elle avait galopé avec son étalon, la corde de son arc avait vibrée et une petite méditation avant le petit déjeuner.

A présent elle ne savait plus quoi faire. Sa blessure cicatrisait, mais elle avait quand même commencer à la brûler, donc les entrainements étaient sans doute fini pour aujourd'hui. Mais quoi faire ? C'était pour réfléchir à cette question que la marchombre se promenait sans buts dans les couloirs déserts de l'Académie.

Elle se triturait les méninges afin de trouver une occupation, mais tout se qui lui venait à l'esprit c'était l'entrainement, encore et encore l'entrainement. Elle n'avait que ca en tête afin d'être au meilleur de sa forme pour réapparaître devant son maître. Assez. Elle en avait assez, il lui fallait une pause. Au calme.

La jeune fille décida alors de se retourner dans son dortoir, mais en voulant retrouver son chemin, elle s'aperçut bien vite qu'elle s'était perdue. Elle, elle s'était perdue dans les couloirs de l'Académie. C'était assez comique, mais elle n'avait personne avec qui rire, à sa grande tristesse, mais surtout à son grand soulagement. Quelle honte, se perdre dans...

Un bruit infime la fit sortir de sa rêverie. Une mélodie, que Ichel connaissait, vibrait à ses oreilles. Elle n'arrivait pas à distinguer réellement quel était la chanson, mais elle savait qu'elle la connaissait. Sa curiosité l'emporta et elle commença à se diriger grâce à son ouïe vers le son. De plus en plus fort, mais gardant toute sa beauté et sa finesse, la musique lui rappelait son enfance. Une joie se dégageait des notes et Ichel prit soudain conscience que ses doigts essayaient de se souvenir des accords qu'ils jouaient jadis sur les cordes de son luth, qui, elle venait de s'en souvenir, se tenait droit dans son dos, prêt à vibrer.
Ichel s'approcha encore et vit soudain la source de la chanson. Une pièce entrouverte qu'elle reconnu vite comme la salle des loisirs, laissait entendre la mélodie. La marchombre le sentait, le morceau touchait à sa fin, mais elle ne pu s'empêcher d'ouvrir un peu plus la porte et de se placer sur le seuil pour mieux écouter les deux jeunes filles qui se trouvaient là, une assise jouant du luth et l'autre marchant autour de son amie avec son cluejan. Elles ne remarquèrent pas l'intruse.
La marchombre ferma les yeux afin de mieux s'imprégner des notes et quand elles s'arrêtèrent, les rouvrit petit à petit, quand une des deux filles prit la parole, visiblement n'ayant toujours pas remarqué la présence d'Ichel.

- Et ben tu vois ! J’suis presque déçue qu’on n’ait pas de public, tiens.

Ichel ne put retenir un sourire et encore moins de prendre la parole à son tour :

- Et bien tu n'es plus déçue à présent, vous venez de rencontrer votre public. Je m'appelle Ichel Calwin et votre musique m'a énormément plus.






_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mer 9 Mar 2011 - 18:11

Concentration… Concentration… Tel était le maître mot de Tuuli tout le long de sa performance. Cela n’avait pourtant pas suffit. Qu’elles aient mal commencé était normal, elles ne se connaissaient pas et même les maîtres avaient besoin d’un temps d’adaptation. Tout dépendait de la façon dont les mélodies nous avaient enseignées, l’interprétation qu’on avait l’habitude d’exécuter.

Non, le problème n’était pas le commencement. C’était à un tiers du morceau qu’un son disgracieux s’est laissé entendre. Un retard, certes court, mais clairement et insupportablement audible. Bien heureusement, la domestique (cause malheureuse de cette faute inattendue) ne se fit pas attendre pour rattraper son erreur. Bien, elle devrait faire plus attention encore. Pas question de se laisser distraire, même par Shawna qui avait l’air de bigrement s’amuser. L’itinérante ne semblait d’ailleurs pas tracassée par le soin du rythme. Elle était mélodieuse mais ses précepteurs l’auraient jugée imprécise. Pis encore, ils l’auraient réprimandée pour se permettre de tant s’amuser sans avoir acquis une maitrise parfaite du morceau. Pour se permettre de vivre la musique, il fallait avoir une technique irréprochable. C’est du moins ce que Tuuli avait appris.


La petite créature se sentant épiée
Me fit des remontrances de son regard indigné
Alors que j’allais renoncer à mon encas
D’un coup d’aile pressé, la coccinelle s’envola

Champignons, champignons, qui cachez des merveilles
Que ce soit sous la pluie ou bien sous le soleil…

Par la Dame, quel goûter prévoyais-je d’enfourner
Alors que le champignon reposait dans mon panier
La rencontre d’une coccinelle pendant cette ballade
Ne m’empêchera pas de savourer une délicieuse salade


Son improvisation était comme elle l’avait appris : sans défaut. Avec un soulagement certain, la domestique laissa la place à sa camarade de jeu musical pour un solo endiablé. L’ensemble n’était pas désagréable et Tuuli prit un certain plaisir à écouter Shawna improviser. Sa façon de jouer était si légère que si la noble d’éducation n’avait pas de luth entre les mains ni un poids de respect des normes dans la tête, elle se serait levée et aurait tournoyé avec délice dans la salle. Au lieu de cela, elle tapait du pied suivant le rythme approximatif de la joueuse de cluejan. La domestique s’apprêtait à jouer les derniers accords quand Shawna la mena à un rappel : et hop une reprise du dernier couplet ! La surprise passée, la joueuse de luth repris le chant et la mélodie se termina sur un sentiment de satisfaction relative pour Tuuli. La performance de Shawna avait été des plus énergiques, la sienne, malgré les deux imprévus, avait été correcte selon elle. L’ensemble était attendrissant voire émoustillant mais loin d’être transcendant.

Pour faire court, Tuuli était bien contente qu’il n’y ait pas eu de public, contrairement à Shawna qui le faisait d’ailleurs savoir. Elle lui adressa tout de même un grand sourire. Même si elle n’était pas tout à fait ravie, jouer ainsi lui avait fait grand bien après cette première journée de travail qui avait si mal commencé. Elle reposa le luth, se leva et étira ses mains en tendant les bras vers l’avant. Après un léger craquement elle entendit une voix. Une voix qui n’appartenait à aucune des deux personnes qui se trouvaient à ce moment dans la salle. Les commissures de la domestique tombèrent d’un coup et elle se tourna vers la source de la voix inconnue.


A l’embrasure de la porte se tenait une jeune fille. Elle arborait le sourire que Tuuli avait perdu et se présentait comme leur public. *Quel public ? Il n’y avait personne non ? Je n’ai entendu personne… D’où elle vient ? Elle ne pouvait pas toquer comme tout le monde !*. Elle fusilla immédiatement l’intruse du regard avant de se rendre compte que ses paroles étaient loin d’être mauvaises. Joli euphémisme pour dire que Tuuli trouvait désormais la jeune fille incroyablement sympathique. En voilà une qui connaissait la musique, la vraie ! (vous demanderiez-vous où est passée l’autocritique si sévère qu’elle venait de faire ? Et bien, pour tout vous dire, je crois qu’elle est partie avec la modestie de la domestique, allez donc chercher avec le balai resté en bas des escaliers, ça ne devrait pas être loin). Tuuli avait beau n’être pas plus satisfaite qu’auparavant de sa performance, le moindre compliment qu’on lui faisait suffisait à l’enorgueillir. Son visage s’éclaircit.

- Nous vous remercions Damoiselle … *Calwin, elle a dit Calwin ! (retour en force de la mémoire immédiate de Tuuli)* Calwin.

Elle prit le temps de la détailler un peu avant de continuer à parler. Cette fille respirait l’activité physique à plein nez. Fine, apparemment musclée (de ce qu’on en voyait) un manche d’un luth clairement reconnaissable dépassait tout de même de son dos contredisant la première opinion que quelqu’un comme Tuuli pouvait se faire d’elle : sportive et sans cervelle. Quiconque aimait la musique et même en jouait devait être doté d’une certaine ouverture d’esprit. Et puisqu’elle saluait leur interprétation c’était qu’elle avait sans doute plus de sensibilité que la moyenne. Tuuli commença une nouvelle tirade en parlant toujours pour deux, oubliant peu à peu que cette performance n’était bonne que parce qu’elles étaient deux.

- Il est vrai que notre déception est de courte durée puisque le hasard nous permet de faire la rencontre d’un public tel que vous. Ma partenaire et moi-même sommes ravies de faire votre connaissance.

Cette petite expérience de vie va nous apprendre que faire un compliment à Tuuli n’est vraiment pas une bonne chose. La domestique (oui, domestique Tuuli ça suffit maintenant la prétention mal placée !) s’inclina puis se rassit en s’habillant d’un petit air hautain.



_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?


Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Dim 13 Mar 2011 - 12:17

Shawna vit le sourire de Tuuli tomber comme un pétale de coquelicot après qu’un enfant l’ait effleuré du doigt, et se retourna vers la porte, pour découvrir l’auteur de la voix et la raison du calvaire de la domestique. Apparemment, celle-ci n’aimait vraiment, vraiment pas jouer en public. Ce que Shawna ne comprenait absolument pas ; la musique était faite avant tout pour être partagée. Elle jouait pour elle, aussi, pour ces notes qui sonnaient tellement douces à ses oreilles, mais elle était heureuse de pouvoir partager sa passion avec d’autres. C’était la seule chose qui lui permettait de se sentir… connectée à eux. La musique était un lien, vivant, vivifiant, vivide. Elle pouvait toucher tous les cœurs, sans exception, et les âmes trémulaient comme l’archer sur la viole.

Ichel Calwin était une jeune fille de taille moyenne, les cheveux bruns bouclés, et à la voix amicale, plus aigüe que celle de Shawna, moins que celle de Tuuli. Elle était trop loin encore pour que la vision déficiente de Shawna puisse déceler autre chose. Tuuli la remercia, et Shawna leva un sourcil, perplexe, en entendant son ton empli de fierté. L’exigence envers elle-même, la recherche du perfectionnement et l’insatisfaction peignaient auparavant ses traits, mais à présent, toutes ces contraintes s’envolaient pour faire place à un orgueil niais. Shawna pouvait presque voir la poitrine de Tuuli se gonfler de sa satisfaction d’elle-même en même temps que d’air. Le sourcil redescendit à la nouvelle tirade de Tuuli, pour se froncer en même temps que l’autre. Elle n’appréciait pas, mais pas du tout son air supérieur, et encore moins le fait qu’elle se permette de parler pour elles deux. Shawna avait une voix, elle aussi, elle était très bien capable de dire qu’elle était enchantée toute seule. Mais surtout, sa conception de la musique était complètement tordue. Ne jouait-elle que pour pouvoir dire qu’elle savait jouer, et recevoir les compliments, la gloire qui allait de paire ? Shawna jouait parce qu’elle aimait jouer, elle jouait pour apporter un peu de joie dans ce monde de malades. Elle grimaça, mais décida de ne rien dire à la jeune noble, attiser les divergences ne servirait à rien, et puis la musique l’avait mise de bonne humeur. Elle se démarqua pourtant grandement de sa « partenaire » en s’approchant d’Ichel, et en lui donnant l’accolade, en guise de bienvenue. Shawna n’avait jamais été friande des bises pour se présenter, mais elle ne rechignait pas au contact physique.

- Contente de l’apprendre, Ichel, ça fait toujours plaisir de savoir que sa musique est appréciée. J’m’appelle Shawna, et elle, c’est Muuli.

Shawna se souvenait parfaitement du nom de la domestique, mais son attitude déplaisante la poussa à se tromper volontairement. Comme pour marquer une distance, ou une désapprobation, même si de manière aussi stupide. Plus proche d’Ichel, elle pu se faire une meilleure idée d’elle. Un corps sportif, et plutôt jolie, en plus. Elle plairait probablement à Lael. Shawna, ce qui l’intéressait davantage, c’était le luth dans son dos…

- Tu joues aussi ? T’as appris où, t’en joues depuis longtemps ? Et tu l’as eu où, ton luth ? J’peux regarder ?

Shawna posait rarement de questions, et encore plus rarement autant d’affilée, mais elle s’intéressait énormément aux instruments. Si elle ne pouvait pas être combattante, elle apprendrait peut-être à en faire, des instruments, et elle aimait regarder, et comparer, voir ce qui faisait que l’un était de bonne qualité et l’autre pas. Ce qui faisait que chaque instrument était unique, aussi. Et puis, raconter l’histoire d’un objet, c’était aussi un moyen d’apprendre l’histoire des gens…


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mer 16 Mar 2011 - 15:55

La fille au luth, qui se nommait apparemment Muuli, n'avait pas apprécié que Ichel ait écouté leur musique, mais elle s'était bien vite rangée dans un air hautain. Elle n'avait pas laissé parlé la femme à côté d'elle, jusqu'à ce que celle-ci se soit avancée vers la marchombre pour la saluer. De couleur, d'une vingtaine d'années environ, on voyait qu'elle aimait la musique, mais pas pour la gloire. Dans ses yeux, on distinguait une étincelle de bonheur après avoir joué.

- Ce n'est rien, c'est toujours agréable d'entendre de la bonne musique. Je suis également enchantée de vous rencontrer.


Ichel n'avait pas encore eu le temps de passer le pas de la porte que Shawna la bombarda de questions en rapport avec son luth qui se trouvait toujours dans son dos. La jeune fille n'avait jamais vu une personne parlé aussi vite et poser autant de questions.
Un sourire naquit alors sur ses lèvres et, tiraillée par le rire, elle répondit à son interlocutrice.

- On va tout d'abord s'asseoir et ensuite je répond à tes nombreuses questions.

Ichel entra enfin dans la pièce. Après un rapide coup d'œil, elle décida de se poser dans un fauteuil près d'une fenêtre ouverte afin de pouvoir respirer l'air de l'extérieur. Bien sûr, avant de s'asseoir, elle retira son luth avec précaution et le posa à côté d'elle. Shawna avait trouvé un fauteuil à côté et Muuli se trouvait en face, toujours assise.

- Alors, laquelle en première... Eh bien oui, d'après les dernières nouvelles je joue du luth depuis que j'ai six ou sept ans, je ne sais plus trop. J'ai arrêté un temps, mais j'ai recommencé grâce à mon maître qui m'a offert ce luth chez un grand maître fabriquant à Al-Chen.

Elle le désigna du doigt et repensa à ce jour si spécial déjà si loin. Elle n'avait pas revu Arro depuis la bataille. Pour tout avouer, elle le fuyait. Mais après avoir parlé avec ses amis, elle avait enfin pris une décision ; reprendre les cours une bonne fois pour toute. Arro le lui avait offert, mais ils n'avaient jamais eu la chance de pouvoir jouer ensemble, c'est pour cela que Ichel l'avait toujours avec elle, au cas où elle ait un cours imprévu et qu'ils puissent jouer enfin.
Ichel n'avait jamais vraiment apprécié le fait que quelqu'un d'autre qu'elle touche son instrument, mais il faut dire que l'occasion ne s'était jamais réellement présenté. Shawna avait l'air d'être une experte en instruments et de les aimer comme ses propres enfants. Seulement, c'était un souvenir, précieux, qu'elle ne voulait surtout pas abimer. Quand la jeune fille releva la tête de son luth et qu'elle regarda la femme dans les yeux, elle compris qu'elle pouvait lui faire confiance.
Elle prit alors son instrument sur ses genoux et répondit à la dernière question de la femme avec un sanglot retenu dans sa gorge.

- C'est ma mère qui m'a appris à en jouer.


Elle marqua une pause. Souvenirs douloureux. Elle n'avait pas repensé à sa mère depuis bien longtemps. Ce n'était pas le moment, alors elle releva la tête et sourit malgré cela.

- Je déteste que l'on touche à mon instrument, mais je sens que tu n'es pas n'importe qui. Je pense que tu fera attention comme si c'était la prunelle de tes yeux.

La marchombre insista sur les derniers mots, puis passa enfin son luth dans les mains de la femme.






_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mer 16 Mar 2011 - 21:44

*Ben ça alors !* N’était-ce pas curieux que Shawna n’ait pas retenu son nom ? Elles avaient joué ensemble, et elle-même avait bien fait l’effort de retenir le sien. Et puis, un nom en deux syllabes n’était tout de même pas si difficile à se rappeler non ? Et puis « Muuli » franchement c’était peu flatteur… A moins que… La joie d’avoir été complimentée (euh… tu n’étais pas la seule à être complimentée là…) était un peu retombée et la domestique commençait à se rendre compte qu’elle n’avait pas été particulièrement aimable, que ce soit vis-à-vis de Shawna ou même de la nouvelle arrivante. Mais enfin, ce n’était tout de même pas une raison pour oublier son nom et pire, pour en donner un mauvais à quelqu’un qui ne la connaissait pas. C’était malin ! Maintenant elle allait vraiment penser qu’elle tenait son nom des mules de son père.

Alors Tuuli fusilla Shawna du regard alors que cette dernière ne lui prêtait pas la moindre attention. La domestique releva le menton, prit un air encore plus digne que celui dont elle s’était déjà maquillée et haussa le sourcil d’un air aristocratique. Pendant ce temps, l’itinérante semblait préférer faire la causette à celle qui s’est nommée Ichel. A vrai dire, alors que Tuuli pensait à sa dignité, sa prestance, le respect qu’on devait lui vouer… Ichel en racontait des choses en vue de répondre à la liste non exhaustive de questions posée par Shawna. La jeune présomptueuse n’écoutait toujours pas, elle se rassit et gratta quelques cordes histoire de s’occuper tout en réfléchissant. Elle ne pensait pas mériter son sort mais ne pouvait continuer à dédaigner les gens qui l’entouraient. Quoique ce n’était pas comme si ces gens l’entouraient elle comme étant le centre du monde… Peu importe ! Elle devait remédier à cette situation qui la faisait passer pour quelqu’un à côté de la plaque. Elle posa son luth d’emprunt à côté des autres instruments en attente d’un maître de passage, de toute façon elle devrait changer d’instrument, elles ne pouvaient pas être deux à jouer du luth ! Non mais voyons !

Elle déposa son luth donc et tenta d’attraper quelques mots de conversation dont elle ne faisait pas partie. Ichel avait la voix légèrement nouée, comme si elle était sur le point de pleurer, alors qu’elle révélait que sa mère lui avait appris à jouer. Apparemment ça n’avait pas été une partie de plaisir, les leçons semblant avoir laissé quelques ressentiments. La jeune femme se remit alors à sourire en tendant son très cher instrument à Shawna. L’instrument était précieux pour elle d’après la façon qu’elle avait de le manipuler. Elle avait dit qu’elle détestait quelque chose mais quoi ? Tsss, ce n’était vraiment pas facile de reprendre une conversation en cours de route.
*Raisonnons donc, si je veux participer il faut avoir quelque chose à dire, pour avoir quelque chose à dire il faut avoir écouté pour réagir, quand on n’a pas écouté comment fait-on ? Et bien on fait travailler sa logique pour savoir ce que la personne a dit à partir des mots et attitudes que l’on a remarqués*. Or donc, Ichel avait la gorge nouée après avoir parlé de l’apprentissage que lui avait fourni sa mère et après elle avait dit qu’elle détestait quelque chose.

L’âme romancière de Tuuli fut toute bouleversée de la conclusion que tout cela engendrait : la pauvre jeune fille avait été forcée d’apprendre la musique et sa marâtre la poussait à la perfection jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus, qu’elle ait envie de briser ce luth mais il restait précieux pour elle parce qu’il était l’expression de la fierté que sa famille aurait pu placer en elle. L’objet était important mais en jouer la faisait souffrir parce que la perfection était inatteignable et par là même la reconnaissance que sa mère pourrait avoir envers elle l’était tout autant. Quel malheur ! Quelle tragédie ! L’orgueil que Tuuli avait accumulé jusque là fut complètement oublié et remplacé par une compassion extrême car la domestique ne pouvait comprendre que trop bien les sentiments que vivait la jeune femme. « Que trop », c’est l’expression la plus appropriée.

- Oh ! Je comprends tout à fait ce que tu veux dire mais j’ai appris qu’à l’Académie chacun était libre de ses choix. Sois tranquille donc, tu peux changer d’instrument voir cesser de jouer si tu n’en peux plus. Et puis, comme je l’ai compris grâce à Shawna, la perfection n’est pas tout !

Nous sommes tous ravis de voir que dire quelque chose à Tuuli ne tombe pas dans l’oreille d’une sourde. En effet, elle peut ressortir la leçon immédiatement après, sans aucun sens de l’à propos. D’ailleurs deux pairs d’yeux la regardaient d’un drôle d’air. La domestique fronça les sourcils en écarquillant les yeux (si, c’est possible j’ai essayé devant la glace à l’instant scratch). Pourquoi se sentait-elle encore plus à côté de la plaque qu’auparavant ?

- Mais oui… le luth, ta mère qui t’enseigne… tu détestes… Enfin, je… oui, voilà !

*Non ? Pas de réaction ? Pas de déclic ? Mais enfin… !* La brune fixait les deux autres filles passant de l’une à l’autre plusieurs fois en quelques secondes. Comme rien n’arrivait elle se leva et s’éloigna de quelques pas en leur tournant le dos.

- Non, non oubliez-moi un instant je vous prie, faites comme si je n’étais pas là et n’avais rien dit…



_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?


Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Dim 20 Mar 2011 - 14:00

…Moui, c’était peut-être impoli de bombarder la nouvelle arrivante de questions avant qu’elle n’ait pu faire deux pas dans la salle. Shawna posa donc son cluejan sur un repose-instrument et se laissa tomber dans un fauteuil, une jambe pendant d’un côté de l’accoudoir, avachie à moitié sur l’autre, attendant sa réponse. Leva les sourcils en apprenant que la jeune fille avait cessé la musique. Elle savait que c’était le cas de nombreuses personnes ; les gens touchaient aux instruments, par curiosité, puis après la première vague de désir, de nouveauté, de motivation, ils relâchaient peu à peu leurs entraînements, pour bientôt abandonner complètement la musique. Elle, elle ne pourrait jamais s’arrêter. Une semaine sans musique, c’était une semaine sur l’île de Nimurdes, sans eau ni nourriture au milieu de monstres plus effrayants et meurtriers les uns que les autres. Elle devrait se couper la dernière phalange de chaque doigt, si elle arrêtait la musique, car les picotements, les mouvements frénétiques alors qu’ils n’attendaient que de se poser sur les touches deviendraient insupportables. Oh, si elle perdait un jour une main, elle ne pourrait jamais continuer à vivre. Autant se suicider. La vie sans musique était elle-même un suicide, mais en plus long.

Elle se releva lorsqu’Ichel lui passa son instrument, se remettant correctement sur son siège, et attrapa le manche avec toute la délicatesse qu’elle pouvait.

- J’comprends. Si tu m’avais demandé l’un de mes instruments, j’t'aurais dit non, j'te connais pas. J’me serais pas vexée, si t’avais pas voulu. Mais tu peux me faire confiance. J’fais de la musique depuis que j’suis toute petite, et les instruments, c’est peut-être la seule chose qui soit un tant soit peu sacrée à mes yeux.

Tuuli intervint avant qu’elle puisse jeter un œil, et elle leva la tête vers elle, perplexe. Elle était vraiment bizarre, la domestique, quand même. Arrêter de jouer du luth ? Pourquoi donc Ichel ferait-elle une chose pareille ? Elle n’avait pas dû écouter la conversation correctement, obnubilée qu’elle était par sa propre petite personne. En la voyant tenter de se rattraper, Shawna comprit enfin et eut un sourire moqueur. Ichel avait regardé ailleurs, et parut extrêmement gênée, en disant que c’était sa mère qui lui avait appris. Shawna n’aimait pas poser de questions, alors elle avait ignoré son sanglot, se contentant de fixer le luth et de passer à autre chose, pour la mettre à l’aise, mais apparemment Tuuli n’avait pas compris. Oh, ça allait être drôle. Elle se leva, rendit le luth à la jolie brune en lui faisant signe qu’elle regarderait plus tard et mit sa main libre sur l’épaule de la domestique, des idées bourdonnantes dans la tête. Puisque celle-ci n’avait pas entendu grand-chose, elle allait pouvoir broder autour…

- Ben pourquoi on t’ignorerait ? T’es dans la lune, t’as pas dû tout entendre, mais c’est pas grave. Elle déteste cet instrument. Sa mère lui enseignait et était intransigeante, la privant de repas si elle faisait des fausses notes, ça t'as entendu, mais maintenant, ici, elle a un maître encore plus rigoureux, qui s’emporte à chaque fois qu’elle dérape, c’est horrible. T’imagines, elle est obligée de jouer devant des professionnels toutes les semaines, et elle se fait lapider à chaque fois ! Donc ta solution, elle est bien, mais elle peut pas, faut qu’elle continue à jouer, si sa mère ou son maître apprend qu’elle abandonne ben…

Shawna fit un clin d’œil discret à Ichel, puis pris une tête de circonstances, compatissante et horrifiée, lorsque Tuuli la regarda. Toute innocente.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Dim 20 Mar 2011 - 19:04

Ichel eu un hoquet de stupeur en entendant les paroles de Muuli. Heureusement pour elle, les deux femmes ne l'avait pas perçut. La domestique n'avait apparemment pas écouter la conversation entre la marchombre et la joueuse de cluejan. Sur le moment, Ichel serra fort ses mains pour ne pas hurler sur Muuli qui avait cru que sa mère était une sale bonne femme incapable de bien élever ses enfants. Avait cru. C'est pour cela que la jeune fille s'était bien vite calmée, car tout le monde peut se tromper. Mais de là à proposer à quelqu'un d'arrêter de jouer de la musique sans connaître l'histoire de la personne concernée !
Sans prévenir, Shawna lui rendit son luth lui faisant comprendre qu'elle le regarderait de plus près plus tard. Pourquoi ? Ichel ne comprenait plus, mais soupçonnait que quelque chose trainait derrière la tête de la femme. Reposant son luth à côté d'elle, la jeune fille se leva et écouta attentivement se que Shawna racontait à Muuli. Mais... Avait-elle aussi rien compris à ce qu'elle avait dit ? Non, ce n'était pas possible, elle avait tout écouté. Elle... Ichel failli éclater de rire quand enfin elle comprit se que la femme faisait. Failli, car elle se retint de justesse en se retournant vers la fenêtre. Franchement, elle y allait un peu fort tout de même. Quand la pauvre victime allait s'apercevoir de la supercherie qu'elle allait subir... Un clin d'œil offert par Shawna à la marchombre confirma se qu'elle pensait. C'était bien une farce.
Avant que la tirade soit terminée, Ichel se retourna pour jouer son rôle de pauvre petite fille torturée par la musique et ses maîtres. Muuli la regarda alors et la marchombre hocha de la tête avec une tristesse théâtrale dans ses yeux. A vrai dire, peut-être que Arro allait la punir pour ses fausses notes, elle ne savait pas, car ils n'avaient jamais joués ensemble. En tout cas, il n'allait pas les accueillir avec grand sourire, ca c'était sûr. Non. Non, sûrement pas la battre pour cela. Elle pouvait en être certaine. Comment avait-elle pu penser à cela, elle aurait été capable de se mettre une claque elle-même pour cela. Mais ne le fit pas, d'abord elle aurait été ridicule et ensuite cela aurait jeter à l'eau le plan de Shawna afin de tromper Muuli.

Muuli avait l'air de marcher dans l'histoire des deux complices, alors Ichel en rajouta une couche pour lui montrer qu'elle l'avait quand même un peu mériter. Certes, la domestique avait bien joué de son instrument mais Shawna également. Et après tout, Ichel détestait les personnes hautaines et adorait voir la tête de ceux-ci quand on les piégeait. De bon cœur bien sûr. Se triturant les doigts en même temps de parler, Ichel plongea son regard brun terre dans celui de la jeune femme.

- Oui c'est vrai. Je... Ma mère a toujours voulu que je sois une virtuose du luth. Alors que... que moi je voulais juste jouer avec mes amis... Et... maintenant... maintenant mon maître la remplace et j'ai encore plus peur de lui, il... il est plus fort...

Ichel avait quelques talents d'actrice cachés, car elle avait réussi à placer une petite note de tristesse dans sa voix. Elle était assez fière de sa performance. Mais ne voulait pas laisser la domestique dans cette douloureuse position bien longtemps.




_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Lun 21 Mar 2011 - 23:11

Ha ! Elle le savait, elle le savait ! Ichel avait vraiment été surprise qu’elle ait tout compris si vite. Elle avait même eu un hoquet. Shawna vint tout de même compléter ce qu’elle n’avait pas entendu. Si elle pouvait lâcher son épaule cependant… ce contact était des plus désagréables. Les maîtres et sa mère étaient contre elle. Pauvre enfant ! « Lapider » ? Oh ! Une image assurément. Lapidée de réprimandes c’était évident. Même Shawna était touchée par l’histoire. Un tic nerveux avait agité son œil pendant un temps. Alors qu’Ichel, toute émue, contait son histoire, la domestique se dégagea de la ferme prise de l’itinérante pour aller vers elle. La voix de la fille au luth tremblait alors qu’elle racontait sa crainte de la force de son maitre. « Plus fort »… *Par la Dame, il la frappe pour qu’elle joue ? Oh le monstre ! L’infâme !*. Tuuli se posta devant elle, les mains hésitant à aller sur ses épaules en un signe de soutien. Finalement, elle la regardait dans les yeux, les mains en l’air.

- Morbleu ! Il faut que tu en parles à quelqu’un. Tu ne peux te laisser traiter de la sorte. C’est inadmissible, intolérable !

Tuuli bouillonnait… d’excitation. Elle était enfin utile et son empathie était sans limite ! Elle regardait Ichel les yeux brillant d’émotion. Puis, quelque chose lui revint en mémoire. Muuli… Elle n’avait pas rectifié son nom ! Ichel allait vraiment croire qu’elle était affublée de ce nom ridicule ! Au fait pourquoi Shawna continuait à sourire ? La situation n’avait strictement rien de drôle. Elle était tragique ! A moins que… Riait-elle de sa plaisanterie ? Comment osait-elle ? Comment pouvait-elle encore rire d’elle ? Comment pouvait-elle être fière de cette plaisanterie d’inversion de noms ! Elle n’avait vraiment pas le sens du moment. Tout ce qu’Ichel demandait c’était qu’on l’aide (Ah bon ? Depuis quand ?) mais qu’on rit d’une plaisanterie déjà périmée. Les plus courtes sont les meilleures comme on dit. La domestique baissa les mains et pris une position plus détendue, éloignant ses yeux du visage de sa vis-à-vis.

- Au fait, je ne m’appelle pas Muuli mais Tuuli. Damoiselle Djee a simplement dû confondre mon prénom avec celui d’une autre. Oh ! Je ne lui en veux pas, l’erreur est humaine.

Tuuli savait se montrer indulgente. Grand bien lui fasse.

- C’est d’ailleurs bien pour cela que ta mère doit accepter le fait que tu ne puisse être parfaite et que ce qu’elle te demande est bien trop sévère. Je ne sais que trop bien ce que ce sentiment de ne jamais pouvoir répondre à l’attente de ses parents peut être. La violence que ton maitre exerce à ton égard est tout à fait anormale. Le seul moyen que l’on puisse avoir de régler tout cela est d’aller voir l’Intendant Hil’ Jildwin. Allons-y maintenant. Qu’en dis-tu ?

Ichel avait l’air hésitant. C’était normal. Toute sa vie avait été régie par ces règles. Elle devait se demander si tout pouvait se terminer aussi simplement. Et surtout, s’il n’y aurait pas de représailles. Après tout, avec un maître si mauvais et une mère si exigeante, on pouvait s’attendre à tout. Tuuli aussi avait eu peur quand elle s’était opposée à ses parents. Maintenant, elle était fière d’avoir fait ce choix, même si son lit n’était plus qu’un paillasse inconfortable, qu’elle travaillait toute la journée et que les gens la respectait bien moins qu’avant. Bon, en fait, elle n’était pas si fière d’avoir fait ce choix mais elle l’aurait été encore moins de ne pas l’avoir fait.

- Ne t’inquiètes pas. Tout ira bien. L’intentant te protègera de ton maître et, c’est un homme bon. Etrange mais bon. Ta mère ne pourra que l’écouter !

Elle se tourna vers Shawna en la regardant d’un air hautain.

- Damoiselle Djee nous accompagnerez-vous ou préférez-vous rester ici afin de garder les instruments ?



_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?


Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mer 30 Mar 2011 - 11:34

[Edition à volonté, surtout te concernant, Tuuli =S]

Ichel la suivit dans sa plaisanterie, et Shawna ne put s’empêcher d’admirer ses talents d’actrice ; elle jouait parfaitement la jeune enfant martyrisée. Tuuli était un peu niaise, aussi, ce qui devait avoir une part dans le succès énorme qu’elles avaient. La jeune noble débordait tellement d’imagination qu’elles n’avaient même pas besoin de dire grand chose pour qu’elle s’invente des histoires grandiloquentes ; une simple invitation l’emportait dans des mondes infinis. Elle était tellement crédule. Son invitation finale de les suivre au bureau de l’Intendant en fut trop pour la bohémienne ; la phrase dédaigneusement polie, l’hypocrisie suintante, la certitude prétentieuse d’être dans la raison, d’avoir les choses en main et de pouvoir agir. Shawna explosa de rire, et une fois qu’elle fut partie, elle ne put s’arrêter. Elle tentait de calmer ses éclats, puis ses yeux retombaient sur Tuuli, elle revivait sa voix, et elle repartait encore plus fort. Elle était littéralement pliée en deux, les bras sur son ventre, son genou remontant parfois vers sa tête, et elle dû se retenir à un accoudoir pour ne pas se laisser tomber par terre. Devant la mine ahurie de Tuuli, elle tenta de s’expliquer.

- C’est… C’est juste trop drôle… Tu… Non mais, c’est… J’arrive pas…

Non, impossible, impossible de lui expliquer sans que son rire ne l’empêche de finir ses phrases. La situation était vraiment trop comique, et elle ne pouvait s’empêcher d’imaginer Tuuli en train de partir dans une tirade enflammée devant l’Intendant. Elle leva une main comme pour s’excuser, et se tourna dos aux deux autres jeunes femmes, s’avançant vers la porte, prenant une grande respiration et se calmant un minimum avant de s’adresser à nouveau à Tuuli, maintenant qu’elle pouvait lui faire face sans éclater de rire. Elle essuya une larme qui avait jailli au coin de son œil pétillant ; ses dents éclatantes dansaient toujours sur son visage terne.

- J’veux v’nir… J’veux te voir expliquer à Jehan qu’Ichel se fait tabasser régulièrement par son maître, qu’il a mal choisi les profs qu’il a invité à enseigner ici et tout et tout, ce serait tellement drôle… T’es marrante, Tuuli, tu sais. Mais la prochaine fois que tu me regardes avec ce regard hautain genre j’suis un cafard sous ta chaussure faite à ta mesure, fais gaffe d’être sûre de pas dire de bêtises, t’auras l’air moins quiche, comme ça.

Petit conseil donné en toute amitié, sans le moindre ressentiment, et accompagné d’un clin d’œil pour le prouver. Peut-être, en d’autres circonstances, l’attitude de Tuuli l’aurait énormément énervée. Mais elle venait de s’amuser à ses dépends, et ne pouvait pas lui en vouloir, puisqu’elle avait tort et s’était fait plus de mal à elle-même qu’à Shawna en lui adressant la parole sur ce ton là. Que ça lui serve de leçon. Ou non, en fait, c’était à elle d’apprendre de ses erreurs ou de continuer à être aussi hautaine sans même se remettre en question. Qu’est-ce que ça pouvait lui faire, à elle, de toute manière ? Les égoïsmes de l’ancienne noble ne lui causaient aucun tort. C’était plutôt elle, qui allait avoir du mal à se faire une place ici si elle avait cette attitude envers tout le monde.
Qu'elle réfléchisse bien avant, quand même, parce que si elle continuait comme ça, elle allait bientôt finir à cet arrogant de trésorier et Shawna n'aurait plus aucune inclinaison pour la défendre. Mais assez, elle n'était pas aussi importante qu'elle semblait le croire elle-même.

- Bon, plus sérieusement, c’est qui ton maître, Ichel, pour qu’il soit du genre à t’offrir un si bel instrument ? Et ta mère, elle est comment ? Plus gentille que ça, c’est sûr !

Elle s’approcha à nouveau pour prendre le luth de la brune, et laissa ses mains expertes courir le long du manche et effleurer les cordes. Du bon bois, ça c’était sûr et certain. Bonne résonnance, bonne taille, et ce petit quelque chose en plus qui faisait la différence entre un bon et un mauvais luthier… Dans le sens de fabricant, et non de joueur, bien sûr. Il était de bien meilleur qualité que le sien, qui n’était pourtant pas le premier luth trouvé premier luth acheté. Elle trimballait le sien depuis des années déjà, et en prenait extrêmement soin. Celui-ci était bien plus neuf, c’était évident. Elle siffla d’admiration.

- Et ben… Il rigole pas quand il te fait des cadeaux, celui-là…


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mer 30 Mar 2011 - 16:46

Lorsque Muuli... euh non, Tuuli, car apparemment Shawna s'était trompée de nom. Donc, lorsque Tuuli avait proposé d'aller rendre visite à l'intendant, Ichel eut d'abord un hoquet et se surpris à écarter les yeux d'une manière surprenante, puis elle éclata finalement de rire à la suite de Shawna. Le rire de la musicienne ne l'aidait vraiment pas à s'arrêter et ses geste l'accentuaient de plus en plus. Ichel commençait à ressentir des brûlures à l'estomac et mit bien vite ses deux mains pour contenir la douleur. Quelques larmes commencèrent à couler, mais elle les essuyait rapidement. En voyant la tête déconfite de la domestique, Ichel ne put s'empêcher de l'imaginer face à Arro pour lui dire ses quatre vérité après être aller dire à Jehan que ses professeurs étaient des incapables. Elle s'arrêta de rire un peu avant Shawna qui commença à essayer de s'expliquer. Son rire l'empêchait de s'exprimer, mais elle se rétablie très vite.
Effectivement, vue de cette manière là, elle aurait dû écouter ce que Ichel disait avant de dire n'importe quoi. C'est pourquoi on dit qu'il vaut mieux tourner sa lame trente fois dans son fourreau avant de la sortir ou quelque chose dans ce genre là. La marchombre n'avait jamais été très douée pour les proverbes.
Tuuli se sentait apparemment troublée et peut-être un peu vexée, mais au moins ce jour là elle avait appris une chose : écouter son prochain oh je sais ca va avec les proverbes et autres --'.
Shawna ayant terminé sa tirade et le silence régnant, Ichel s'avança vers la noble et lui murmura à l'oreille, mais de manière à se que Shawna puisse tout de même comprendre se qu'elle s'apprêtait à lui dire.

- Je peux te promettre que je ne suis pas une fille qui se laisse faire, alors quand mon maître commencera à me frapper, ce que je crois dur comme les écailles du Héros de la Dame qu'il ne fera jamais, je saurais faire se qu'il faut. Et... je ne suis pas sans défense, loin de là. Je n'ai pas besoin d'un intendant pour me protéger.

La marchombre lui adressa un immense sourire en allant se placer devant une fenêtre qui donnait sur les chaînes du Poll. Le silence repris ses droits, jusqu'à ce que Shawna le coupe pour revenir à ses nombreuses questions qui ne la quittaient apparemment jamais. Pendant qu'elle reprenait le luth dans ses mains afin de mieux l'observer, Ichel se préparait à répondre. La femme s'y connaissait apparemment beaucoup mieux sur le sujet que se que la jeune fille avait pensé. Ses mains expertes caressaient le bois et les cordes de l'instrument pendant que ses yeux pétillaient.

- Mon maître est Arro Skil'Liches, un merveilleux joueur de flûte. Il voulait me donner mes cours en parallèle avec la musique et m'avait demandé si je jouait d'un instrument. Je possédais déjà un luth offert par ma mère, mais il a insisté pour m'en offrir un.

Son regard passa de Shawna à Tuuli et un sourire vint illuminer le visage de la marchombre afin de rassurer la domestique par rapport à sa mère. La jeune fille continua avec une voix plus douce.

- Qui était soit dit en passant, merveilleuse... Une vraie mère. Elle ne me forçait pas à jouer, mais m'enseignait et j'apprenais avec avidité. Rassure toi Tuuli, je n'aurais voulu pour rien au monde changer ma mère.

Ichel se sentait bien, elle avait rit, c'était fait deux nouvelles amies et ne pensait pas à autre chose que le présent. Shawna releva ses yeux de l'instrument de la marchombre et fit une remarque qui la fit rire. Effectivement, Arro ne rigolait pas sur ses choses là.

- Bon, on a assez parlé de moi ! Et vous ?! Vous venez d'où ? Vous faites quoi à l'Académie de Merwyn ? Vous connaissez déjà des gens ou vous venez d'arriver ?

Bon, c'est vrai, Ichel était aussi douée pour le bombardement de questions que Shawna.




_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Sam 9 Avr 2011 - 17:02

Comment ça ? Comment ça !!! Oh les rires, les moqueries, les boutades ! C’était apparemment amusant sauf pour leur cible. Non, Tuuli ne riait pas, mais alors pas du tout. Elle avait dédié son inquiétude à une personne autre qu’elle-même et quelle était sa récompense ? Des rires ? Des fausses histoires ? « L’air moins quiche »… Shawna avait sans doute l’impression de lui faire don d’un bon conseil mais ses rires ne faisaient qu’enrager la domestique. Et cette Ichel ! Elle avait un gentil maître, une gentille maman… Grand bien lui fasse ! C’était chouette, chic, merveilleux, yippie ya, yippie yé. Tournée en bourrique, elle venait juste d’être tournée en bourrique. Elles allaient voir ce que qu’elle allait voir (expression aberrante soit dit en passant, ceux qui ne voient pas ce qu’ils vont voir sont ou aveugles ou saouls).

Hésitant entre pousser des cris ou partir en claquant la porte, c’est grâce au luth de la nouvelle arrivante que Tuuli se décida à rester. L’instrument était vraiment superbe d’après ce qu’elle en voyait entre les mains de Shawna. Elle restait tout de même renfrognée en se tenant éloignée des deux jeunes filles, les bras croisés sur sa poitrine. Attitude enfantine certes, mais des plus appropriées pour l’instant. Ichel avait pourtant l’air vraiment heureuse d’être en leur compagnie et il était difficile de rester boudeuse quand tant de joie était manifestée. La domestique dû donc se forcer un peu pour continuer à regarder les deux autres d’un air mauvais tout en pinçant les lèvres. Heureusement que l’expérience qu’elle avait en la matière était de son côté. Ichel se montrait curieuse, désireuse de savoir d’où venaient les deux musiciennes et avant que Shawna ne puisse répondre une idée aussi saugrenue qu’immature traversa l’esprit de Tuuli.

Tout ce que Shawna savait sur ses origines, c’était qu’elle venait d’une famille noble qu’elle avait fuit. La domestique allait jouer là-dessus. Elle prit un air des plus sérieux afin de se préparer à jouer la comédie.


- Je te prie de m’excuser de mon absence d’attention d’il y a maintenant quelques minutes Ichel et toi Shawna, je voudrais m’excuser pour la prétention mal placée dont je viens de faire preuve. Tout ceci me révèle simplement à quel point mon passé m’empêche d’agir comme vous et vous m’en voyez sincèrement désolée.

Pause dramatique. Elle poussa un soupir avant de fixer les deux jeunes filles. Elle baissa le ton.

- Je dois vous avouer quelque chose à l’unique condition que vous ne le répétiez pas. J’ai beau avoir l’interdiction de parler, je pense qu’il est important que vous sachiez ce que j’ai à vous dire pour que vous puissiez me pardonner… Je ne suis pas à l’aise ici et mes paroles et actions sont encore trop teintées d’habitude mais je pense que vous êtes suffisamment digne de confiance pour que je puisse me confier à vous.

Elle se faisait hésitante pour avoir l’air plus sincère. Elle aussi était une bonne actrice. Il fallait bien avoir l’air honnête quand on voulait faire croire à des professeurs ou parents que notre excuse pour ne pas avoir répondu à nos devoirs était valable.

- Je viens d’une famille aisée. Et ce n’est pas peu dire. Si je suis domestique aujourd’hui c’est pour prouver à mon père que je peux supporter n’importe quelle responsabilité et que je suis digne de tenir la place que je dois avoir. Voilà… Je… je ne viens pas d’Al-Poll. Je viens de loin, bien plus loin… Je suis une des filles de l’Empereur d’Al-Jeit.

*Ha ! Mordez-vous les doigts d’avoir ri de moi !*



_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?


Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mar 12 Avr 2011 - 22:06

Shawna leva les sourcils lorsque Tuuli revint vers eux ; elle n’avait pas pris vraiment conscience que celle-ci s’était vexée et l’effusion d’excuses l’étonnait assez. Les gens prétentieux avaient aussi tendance à être de mauvaise foi, et à ne jamais accepter que leur attitude n’était pas toujours des plus agréables, reposant plutôt la faute sur les personnes alentours grâce à des excuses plus absurdes les unes que les autres. Tuuli s’excusait, pourtant, et Shawna imaginait que ce ne devait pas être facile. Peut-être y avait-il encore de l’espoir pour elle ! Loin de rester une aristocrate arrogante, traîner en compagnie des bohémiennes cyniques et des balais nonchalants la transformerait en une jeune femme dynamique avec beaucoup plus de bon sens et un peu de respect pour les autres. Elle l’aimait bien, la domestique, en fait elle…

…Ah non, retirez donc cette dernière pensée du crâne de Shawna. Quoi, elle voulait s’excuser en blâmant son passé, à présent ? Ne pouvait-elle pas assumer cet aspect de sa personnalité sans chercher d’explications pouvant atténuer saresponsabilitéauplacardshblaf son attitude ? Si elle était vraiment désolée de son comportement, elle n’avait qu’à le changer, plutôt que de s’apitoyer sur son sort ! Pauvre petite fille gâtée qui est née dans une famille aisée et qui a eu tout ce qu’elle voulait enfant, quelle malchance, elle est incapable de respecter les gens malgré tous ses efforts, maintenant ! Que c’était triste ! Pourquoi n’avait-elle pas pu naître malheureuse, au moins serait-elle plus compréhensive, à présent, et sa vie serait tellement plus palpitante ! Et daiadaiada, je fais des pauses dramatiques, je vous fais promettre le secret mais je n’attends même pas que vous acceptiez parce que de toute façon j’ai envie de raconter ma vie, mon passé est teeeellement intéressant, vous n’imaginez même pas.

…Ah non, elle n’imaginait même pas, pour le coup. Fille de l’Empereur d’Al Jeit ? Les yeux de Shawna s’arrondirent comme des soucoupes. Ah. Oui. En effet. Ce n’était pas rien. Pas étonnant qu’elle soit un peu coincée, niveau éducation. D’un autre côté, elle était étonnée que l’Empereur accepte que sa fille travaille comme domestique à l’autre bout de l’Empire, c’était un peu paradoxal. Sa fille ne devait-elle pas rester dans la demeure impériale, payer des couturières pour lui faire de jolies robes et danser dans les plus belles réceptions d’Al Jeit ? La jeune fille des rues n’avait jamais vraiment pensé à cet homme qui les dirigeait ; tout ce qu’elle savait, c’est qu’il avait des guerriers étonnants à son service, que sa famille avait fait parti de ceux qui avaient délivrés les hommes du joug des Ts’lichs, et qu’il vivait dans un palais dont la beauté serrait le cœur des passants. S’il était du genre à envoyer sa fille en tant que domestique dans l’Académie de son vieil ami Merwyn pour lui apprendre la vie, il montait d’un cran dans son estime. Enfin quelqu’un de pragmatique, qui ne s’enferme pas dans sa classe sociale, et qui a conscience qu’il aurait pu naître ailleurs. Sa famille avait acquis sa noblesse en se battant pour les hommes ; il n’était que normal que les descendants apprennent, eux aussi, qu’ils auraient pu naître moins fortunés, apprendre à connaître leur peuple, et surtout à ne pas déborder d’insolence, d’ambition et d’orgueil. La noblesse se devait d’être une récompense pour ceux qui se battaient, et non pas un don du ciel pour les bien nés, comme semblaient le penser la plupart des aristocrates. Elle ne supportait pas ces gens qui se croyaient meilleurs alors qu’ils ne l’avaient absolument pas mérité, et entre les doigts desquels l’argent coulait aussi facilement que des cailloux sur le flanc d’une montagne.

Mais elle ne ferait aucun louange à son père ; elle ne voulait pas que ses paroles soient interprétées comme des mots vides pour se faire passer pour un bon sujet, et se faire récompenser. C’était bon pour la classe supérieure, ça, de baiser les bagues et de souffler des compliments pour se faire couvrir de privilèges. Elle, elle se contentait d’approuver intérieurement. Extérieurement…

- T’es encore plus cruche que je ne le pensais, alors. Tu crois pas que si ton père t’a dit de ne rien dire, il avait une bonne raison ? Et si je décidais d’appeler mes potes pour te capturer et envoyer une rançon à l’Empereur, tu crois qu’il serait content ?

Elle était une pour parler ; elle passait son temps à désobéir pour prouver aux autres que les craintes qui dictaient leurs règles étaient inutiles, et aurait été la première à crier son identité sur tous les toits, à la place de Tuuli, par simple esprit de contradiction. Ou alors elle n’aurait rien dit, mais simplement parce qu’elle n’en avait pas envie, pas pour obéir ou désobéir à un ordre. Elle avait toujours plus ou moins obéi à son père, pourtant – il lui fallait du temps pour comprendre qu’il avait raison, elle avait tendance à râler, grommeler et refuser opiniâtrement au début, mais elle l’écoutait, quand même, et voulait bien croire que ses propos étaient sensés. Le fait qu’il lui laisse un grand champ de liberté pour faire ses erreurs n’y était peut-être pas pour rien, non plus ; lorsqu’il parlait, elle savait que ce n’était pas pour ne rien dire, et qu’il avait vraiment ses intérêts à cœur. Sauf pour le combat, et le Dessin ; ça, elle lui prouverait qu’il avait tort. Mais revenons donc à notre Empereur, et à sa princesse lunatique qui ne comprend pas les dangers de sa position.

- T’as de la chance, en fait, parce que j’en ai rien à faire, que tu sois la fille de l’Empereur ou un hybride entre un homme et une goule.

Qu’est-ce que ça pouvait faire, qu’elle soit la fille de la plus haute dignité de l’Empire, celle d’une grande famille noble, ou encore d’une petite aristocratie décalée, mise à part au fil du temps ? Sa fierté naturelle n’en était pas plus ou moins exaspérante. Mais Tuuli avait au moins le bon sens d’admettre ce défaut de caractère, et semblait de bonne volonté, que ce soit pour travailler sans flemmarder, ou pour apprendre à respecter les gens. Elle l’aimait bien, la domestique princière, malgré ses origines et ses mimiques supérieures, et cette fois, elle pouvait le concevoir sans ravaler ses pensées inarticulées. Elle était drôle, pas méchante pour un sou, et puis elle savait jouer de la musique sans maltraiter les instruments, ce qui était quand même le plus important. Shawna se tourna vers Ichel, pour pouvoir répondre à son tour, comme si les révélations de Tuuli ne la marquaient pas le moins du monde ; elle ne tenait absolument pas à ce que cette dernière sache combien elle admirait qu’une princesse quitte son rang pour celui de domestique, ni qu’elle prenne la grosse tête ou pense que quelque chose lui était dû à cause de son rang. Qu’elle sache ou non, cela ne changeait rien, Tuuli était toujours Tuuli.

- Je suis d’Al Jeit aussi. Davantage côté taudis, mais y a qu’un seul palais, en même temps, dur de faire concurrence. C’est pas la première fois que je passe à Al Poll ou que j’viens me balader à l’Aca, mais j’connais mieux les habitants de la ville que les apprentis qui viennent ici. J’ai pas encore rencontré l’Intendant, donc bon, un peu normal.

D’où tu viens, où tu vas. Si la première question était aisée, et qu’il était facile de piocher parmi les fragments de souvenirs pour n’en retenir que ce qu’on voulait partager, il était plus difficile de dire où on allait lorsqu’on ne le savait pas soi-même. Il n’y avait pas encore de maître d’armes ; elle ne savait pas si elle allait rester ici, et errait dans le coin en attendant d’être fixée. Alors autant se taire. De toute manière, tout le monde venait ici pour la même raison, au fond, alors pourquoi sortir une autre raison bateau ?


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
avatar

La Brute Marchombre
Messages : 895
Inscription le : 26/05/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Mer 13 Avr 2011 - 17:49

Des excuses ? Ichel ne pensait pas qu'un tel retournement de situation se passe. Tuuli avait l'air vexée depuis que les deux complices s'étaient rit d'elle, la domestique c'était mise un peu à l'écart. Mais elle s'était de nouveau avancée pour leur faire des excuses. Étonnant. Absence d'attention ? Mais bien sûr, elle ne n'avait pas fait que cela. Elle avait carrément ignoré la conversation, trop absorbée par les compliments que la marchombre lui avait offert. Elle n'avait même pas penser que ceux-ci étaient pour les deux musiciennes et pas seulement pour elle. Tuuli avait sans doute l'habitude qu'on ne complimente seulement elle, mais elle allait devoir apprendre que les compliments pouvaient être pour tout le monde. En réalité, quand Ichel avait passé le pas de la porte, elle avait immédiatement trouvé les deux personnes présentes sympathiques, jusqu'à se que l'égo de la domestique arrive et prenne de la place dans la salle. Bon, elle les appréciait toujours, mais d'une autre manière maintenant qu'elle les connaissait un peu mieux.

Tuuli prit soudain une autre pause, plus dramatique que la précédente. Puis, elle baisa le ton pour leur faire une confession. L'interdiction de parler ? Pourquoi est-ce qu'elle le faisait alors ! C'était ridicule. Apparemment elle faisait confiance à n'importe qui, elles s'étaient rencontrés il n'y a même pas deux heures. Mais bon, elle faisait se qu'elle voulait. Elle trainait un peu en longueur, mais arriva enfin au dénouement de son histoire. Fille de l'Empereur d'Al-Jeit ? Rien que ça ? Mais qu'est-ce qu'elle venait foutre là ? C'était insensé, mais si son père voulait qu'elle apprenne la dure vie, eh bien il avait eu une excellente idée. Cela ne lui ferait que du bien que d'apprendre à être un peu moins centrée sur elle-même. Elle avait l'air de vouloir et d'avoir la volonté pour réussir, mais son attitude hautaine trahissait un temps soit peu le rang dont elle était issue. Mais... C'était pas un peu dangereux d'être loin et sans protection pour une fille de l'Empereur ? D'un certain côté, si la petite domestique voulait parler de cela à toutes les personnes qu'elle croisait, ce ne serait pas Ichel qui allait la stopper. Fille d'Empereur ou non, la marchombre ne faisait pas la différence. Pour elle, tous les hommes étaient à la même place, au même rang. Qu'ils soient paysans, marchands, voleurs, soldats ou seigneurs. Seul leurs actes comptent et sans aucune importance était leur rang. Tuuli la princesse restait Tuuli la joueuse de luth. Rien ne pouvait changer à cela. Cependant, il est vrai que les gens d'un tel statut lui faisait toujours envie de se défouler, de frapper, car ce genre de personnes, avec soit-dit en passant l'argent et l'influence qu'ils possèdent, pourraient changer des choses, mais ils ne le font pas. Ou alors que très très rarement. Son père avait peut-être participer à la libération du joug Ts'Liches, mais il n'avait plus agi après.

Shawna parla toujours en agressant Tuuli. Apparemment la musicienne aussi n'en avait que faire qu'elle était la fille de l'Empereur. Cela ne changeait rien à la manière dont elle s'adressait à la domestique-princesse. La musicienne avait bien expliquer les pensées de la marchombre qui avait donc plus rien à dire à ce propos. Puis comme si les paroles de Tuuli n'avaient pas comptés, Shawna répondit à la question d'Ichel, déjà loin à présent.
Elle venait d'Al-Jeit et avait apparemment déjà beaucoup voyagé. Intéressant. Une fille d'itinérants peut-être ou de marchands ou simplement de la curiosité ? Quoi ? Elle devait rencontrer l'intendant ? Pourquoi voulait-elle le rencontrer ou... devait-elle le rencontrer ? Un sourire naquit sur ses lèvres.

- Tu es enfin... Tu viens pour t'inscrire ?




_______________
Loving can hurt, loving can hurt sometimes, but it's the only thing that I know, when it gets hard, you know it can get hard sometimes, it is the only thing that makes us feel alive ▵ ©endlesslove.
there's always another secret


ÂneArc-En-CielAdorable ♥

Domestique de l'Académie
Messages : 72
Inscription le : 11/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Dim 17 Avr 2011 - 14:50

Mais pourquoi donc personne ne se mordait les doigts ? Si elle-même avait eu l’honneur d’être en la présence de sang bleu elle aurait sauté sur l’occasion de se faire bien voir… ou, de façon plus crédible, se serait faite toute petite jusqu’à disparaitre sous terre en estimant ne pas avoir la présence suffisante pour converser avec un personnage de si grande importance. Si Tuuli n’était qu’à moitié étonnée de la réaction de Shawna – elle l’avait vu répondre à un certain Trésorier – elle avait compté sur Ichel pour un étonnement, une admiration… Quelque chose quoi ! Mais non, aucune réaction. La fille au luth semblait du même avis que Shawna : le sang et les titres n’ont aucune importance. Elles n’avaient pas tort et plus Tuuli leur parlait, plus elle songeait que son frère les aurait appréciées. Restait qu’elle pensait que si un titre ne définissait pas la qualité d’une personne, il permettait d’avoir plus ou moins de respect, de se permettre plus ou moins de chose et surtout, d’avoir plus ou moins de pouvoir sur les âmes alentours. Elle espérait que les deux autres jeunes filles auraient au moins craint ce pouvoir, même si en réalité il n’existait pas.

Tuuli n’avait pas non plus pensé qu’on pouvait lui reprocher de révéler son identité, mis à part sa famille. Après tout, le Trésorier s’était montré bien curieux et il n’avait pas été le seul. Les confessions étaient chose appréciée au sein de cette Académie. Quant au risque de se faire capturer… Une fille d’Empereur le courait certainement mais par ce mensonge la jeune domestique le courait-elle aussi ? Autant une fille d’Empereur serait assurée d’obtenir un secours quelconque, autant la fille au balai serait bien seule sur le coup. Peut-être aurait-elle du réfléchir un peu plus avant de mentir de la sorte, d’autant plus qu’elle n’était vraiment pas douée en la matière. Quoiqu’il en fut, elle avait menti et ne pouvait se rétracter mais comment réagir désormais alors qu’elle était oubliée des deux autres protagonistes de la scène ? Devait-elle s’effacer lentement ? Quitter ce théâtre dans lequel elle n’avait plus lieu d’être et laisser les deux ingénues converser au sujet de leur vie, leurs projet, leurs rêves et autre ?

Tirant une chaise par le dossier, Tuuli s’y assit pour prendre sa tête entre ses mains. Elle commençait à être de mauvaise humeur. Oubliant que son élan de prétention avait été la cause de cette indifférence dont elle souffrait, la scénette commençait sérieusement à l’agacer. Tiens ? Shawna venait d’Al-Jeit. Grand bien lui fasse. En temps normal, la curiosité de l’ancienne jeune fille studieuse l’aurait poussée à la questionner sur la ville. Son mensonge lui empêchait toute formulation d’interrogations. Elle était déçue. Déçue d’Ichel qui ne s’était mise à genoux (et puis quoi encore ?). Shawna a toujours été franche mais pourquoi à l’instant précis tout le monde était contre elle ? Enfer et Damnation ! Voilà donc notre désespérant personnage tout bougonnant et ruminant.


- Tsss… C’est malin… Ca tombe toujours sur moi ça… Pourraient au moins faire preuve d’un peu de respect et dire quelque chose…

Attention Ichel allait parler ! Elle ouvrait déjà la bouche, enfin un peu de reconnaissance ? Oh une question ! Ca y était, c’était son tour de parler ! Quoique… Non ! Pour Shawna ! Grâce lui soit faite. L’itinérante était apparemment bien plus intéressante qu’une certaine fille d’Empereur. Nouvelle déception. Au tour du sarcasme de jouer.

- Oh non, elle n’est pas là pour s’inscrire. Elle est venue sauver tous les résidents de cette Académie d’un mal qui sévit en ces lieux. Elle mène un combat acharné pour le respect des petites gens. Sa dernière victoire date d’il y a à peine quelques minutes. Tu auras sans doute croisé un démon en capuchon. Et bien cet homme a été glorieusement terrassé par notre amie ici présente ! Gloire a toi Shawna ! L’Empire saura te remercier comme il le faut.

Bon, sa qualité de future élève n’était peut-être pas évidente mais… on va dire qu’elle l’était !



_______________
Dura scopa sed scopa n'est-il pas ?


Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   Sam 23 Avr 2011 - 11:23

A la question d’Ichel, Tuuli répondit hargneusement avant même que Shawna ne puisse ouvrir la bouche, et ses mots rejoignirent exactement les pensées qui commençaient à se distinguer dans l’esprit de l’itinérante. La réponse était tellement évidente qu’elle ne comprenait pas comment la jeune fille avait pu la poser. N’avait-elle pas vu son nez au milieu de sa figure ? Pourquoi serait-elle là et voudrait-elle voir l’Intendant, sinon ? Pour ramasser du crottin de cheval ? Il n’y avait que son cousin pour accepter un boulot pareil… Alors elle ne put pas contredire la domestique et se contenta de lever le ciel à la nouvelle interruption. Elle n’aimait pas particulièrement qu’on lui coupe la parole, mais vu le nombre de fois qu’elle le faisait aux autres, elle n’avait aucun droit de se plaindre quand ça lui arrivait. La parole était à tout le monde et c’était au premier qui l’attrapait de l’utiliser. Elle, elle n’hésitait pas à bousculer les autres pour l’avoir en premier, mais si ce n’était pas elle, et bien, il lui fallait bien se taire et écouter. Jusqu’à ce que la balle soit remise dans le jeu. Parce que sinon, les voix se mêlent, on hurle et on ne s’entend plus, et ça, ce n’était permis que quand on savait pouvoir crier plus fort que les autres. Tuuli avait l’air d’avoir une voix perçante quand elle se mettait en colère, autant éviter de se détruire les tympans. Shawna la regarda d’un air blasé.

- De rien, princesse, contente de savoir que tu ressens un peu de gratitude pour t’avoir sauvée d’entre ses griffes tout à l’heure.

Les mots acrimonieux de la future impératrice étaient teintés d’ironie et de sarcasme, autant dirigés à Ichel pour sa question qu’à Shawna pour lui avoir volé la vedette, mais elle ne retint pas, l’ignora à nouveau, comme si Tuuli était on ne peut plus sérieuse et souhaitait vraiment la remercier pour lui avoir appris à tenir un balai. Elle continua, même.

- Si vous saviez le nombre de ces effroyables monstres traînent dans le coin, vous ne vous en remettiez pas… L’arrogance est comme un miasme qui se répand à chaque fois qu’ils posent un pied par terre. Le pire, c’est qu’ils peuvent contaminer les autres, faut faire attention.

Sourire narquois vers Tuuli. Shawna avait bien conscience des deux facettes de la domestique. Si celle-ci était pleine de bonne volonté, elle laissait facilement sa fierté encombrante l’envahir, et c’était bien dommage. Elle jeta ensuite un œil vers la belle Ichel, et éclaircit machinalement :

- Ouais. J’vais voir ce que les enseignants d’ici ont à m’apprendre. Mais pas maintenant, t’façon il manque des professeurs, l’Intendant en a jusque là et j’ai pas envie d’habiter dans un bâtiment tout cassé. J’reste à Al Poll, pour le moment, et puis j’commencerai mon apprentissage à la fin de l’été, ce sera un peu plus calme. J’sais pas si je reviendrais à l’Aca entre temps, à la base j’ai pas le droit d’être ici, mais on se retrouvera bientôt, t’façon. Et si vous voulez encore jouer ou écouter de la musique, passez au Dragon Vert en début de soirée, l’ambiance est sympa et y a toujours de la place pour les nouveaux musiciens. Vous pourrez même vous faire un peu d’sous, les clients sont pas avares. Et puis Mérustis fait les meilleurs repas d’Al Poll, franchement.

Elle s’étira, faisant craquer ses doigts au dessus de sa tête, puis se dirigea vers la porte.

- Par contre faut que j’y aille, j’avais déjà prévu de partir y a un moment, mais j’suis tombée sur Tuuli et j’pouvais pas passer mon chemin sans terrasser le démon, ca aurait été contre-nature. Ma générosité me perdra ! Ichel, j’veux t’entendre jouer à l’occasion, et Tuuli… Euh, bonne chance pour le ménage, parce que pour m’être pas mal baladée dans les couloirs, j’peux te dire que t’as pas encore fini.

Pas que l’Académie était sale, au contraire, mais elle était quand même très, très grande.

- Ciao.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]   



 
Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle ne triche paaaas !!! [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Quand la musique est bonne.. (RP LIBRE)
» Shamisen et guitare électrique: quand la musique est bonne ♪ [ pv Daisuke Shimaru ]
» Quand la musique est bonne ~~ [RP CLUB DE MUSIQUE]
» Jukebox ? Quand la musique est bonne, quand la musique donne, quand la musique sonne, sonne, sonne, quand elle guide mes paaaas ? ?
» Lorsque le Feu s'éteint, il ne reste que des cendres [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'aile principale de l'Académie :: Le deuxième étage :: La salle des loisirs-