Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteEiluun Kil' Eliam [Dessinatrice - Kaelem]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Eiluun Kil' Eliam [Dessinatrice - Kaelem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Etincelle
Messages : 73
Inscription le : 09/01/2011
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Eiluun Kil' Eliam [Dessinatrice - Kaelem]   Dim 9 Jan 2011 - 21:29

Description générale

- Nom -
Kil' Eliam

- Prénom -
Eiluun (Prononcer Heyloune)

- Race -
Humaine.

- Age -

19 ans

- Classe (primaire) -

Dessinatrice.

Description physique et mentale

- Description physique -

Eiluun n'avait jusque lors jamais fait attention à son apparence et c'était l'une des première fois où elle se regardait vraiment. La première chose qui la frappa étaient ses propres yeux rouges qui la fixaient, totalement neutres. Ils contrastaient violemment avec sa peau pâle, presque blanche. Mais pas d'un blanc ivoire, non plutôt d'un blanc gris, que le passage de ses cheveux pouvait étrangement teinter de reflets roses. Car ses cheveux étaient roses. Depuis qu'elle avait croisé la route de Terra. Et c'est sans doute parce que la jeune femme le lui avait demandé qu'Eiluun se teignait les cheveux tout les mois avec  cette affreuse préparation. Donc oui, ses cheveux étaient roses. Pas d'un rose pâle, mais d'un rose presque rouge. Proche de la couleur de ses yeux ou de ses lèvres fines. Un rose « framboise » comme l'avait qualifié Terra elle-même. La jeune femme lui avait même coupé une frange grossière laissant ses autres mèches voler à l'air libre et tomber dans le creux de ses reins. Elle avait les cheveux très long oui, qui le paraissait d'autant plus qu'elle n'était pas très grande. Un mètre soixante tout au plus. Elle n'était pas très épaisse non plus. Peut être même « maigre » selon Terra. Mais elle était encore capable de soulever une épée, même si cela lui coûtait des efforts, et c'était le seul critère qui comptait vraiment a ses yeux. Elle détailla sa tenue, une nouvelle folie de Terra dont elle ne comprenait pas le sens. Un ensemble complexe qui ne lui évoquait rien d'autre qu'un tas de ruban emmêlés. Mais Terra aimait ca. Tout comme les chaussures pointus, ou le chapeau -non moins pointu- à large bord qu'elle lui avait offert. Mais Terra lui avait demander de les porter alors... alors elle les porterait en attendant qu'on lui remette son uniforme de l'académie.
Puis son regard tomba sur son tatouage. Juste à la base du cou. Un papillon. Elle n'avait jamais demandé à Terra sa signification et celle-ci pour une fois ne le lui avait pas spontanément donnée. Mais elle s'en moquait. Elle se moquait de tout ca, de son apparence. Décidément Terra était bien étrange pour l'influencer ainsi. Elle se détourna du miroir. Oui elle s'en moquait, elle avait beaucoup beaucoup mieux à faire.

- Description du caractère -


Une poupée. Voilà ce qu'était Eiluun du fait de son éducation. Une poupée obéissante, dévouée, dévolue, docile, serviable. Tant de mot pour définir son application à satisfaire chacun, à obéir à la moindre petite demande. Sans jamais rechigner, sans jamais chercher à comprendre pourquoi, ni comment. Comme un dessin programmé pour cette unique tâche. Une poupée qui fait oui oui oui...
Eiluun n'avait pas conscience du monde qui l'entourait comme en avait conscience les autres jeunes de son age. Pour elle, il n'existait ni bien, ni mal, ni mort, ni vie. Pas de vengeance, pas même de méfiance ou de prudence. Non. A peine l'ombre d'une émotion. A peine le reflet d'un sentiment. Eiluun était une être humain parce qu'elle avait un encéphale hautement développé et un pouce préhenseur. Mais elle était une humaine sans humanité. Pas qu'elle aimait faire souffrir, ou tuer, elle n'attribuait même pas de sens concret à ses mots. Pas qu'elle se fichait des autres, au contraire. Non juste qu'elle était inconsciente. Inconsciente de tout sentiment. Inconsciente de tout ce qui rend l'homme humain.
Pourtant la jeune fille était adorable. Au premier abord. Elle semblait si poli, si gentille, si généreuse. Juste un peu étrange à répondre aux questions sans hésitation mais à ne jamais en poser. A écouter les confidences sans jamais raconter sa vie. Étrange mais pas méchante.
Oui, pas méchante, mais pas pour autant gentille. Elle n'était ni l'un ni l'autre. Ni ange ni démon. Comme si elle avait grandit dans un monde entre enfer et paradis. Oui Eiluun n'était pas méchante mais dangereuse, juste dangereuse.
Et ca c'était la seule chose dont Terra était totalement sure.

- Principale(s) qualité(s) -

Obéissante, généreuse, polie, souriante, appliquée, discrète, fidèle.

- Principal(s) défaut(s) -

Insensible, crédule, dépourvue de sentiment propres, incapable de faire un choix, de prendre une décision, de santé fragile et avec une faible résistance à la douleur (voir Capacité) .

- Particularité(s) -


Eiluun est née albinos et la coloration rose de ses cheveux est due à une teinture à base de plantes.
Ensuite Eiluun a beau être une dessinatrice son don lui pose des problèmes. Chose que le rêveur Wirus jamais imaginé, son éducation avait eu une impact sur le don de la jeune fille. Non, il n'était pas médiocre, elle possédait un beau cercle jaune de pouvoir qui sans être extraordinaire n'était pas négligeable et un cercle de créativité bleu de taille moyennemais pas insignifiant. Les deux se croisaient en une jolie boucle se teintant de vert. Mais le problème résidait dans son cercle rouge de volonté. Il était si petit, si ridicule à côté. A l'écart des deux autre. Un petit cercle de volonté pour une personne sans volonté propre. Coïncidence ? Je ne pense pas. Alors certes Eiluun avait un potentiel, mais la plupart du temps ses tentatives, si elle n'était pas motivé par la volonté d'autrui se soldaient par un cuisant échec.
Enfin là n'était pas la seule faille d'Eiluun. Celle-ci avait toujours grandit entourée de rêveur ce qui l'avait rendu, extrêmement fragile lorsqu'elle n'était pas en leur compagnie. A force de baigner dans un lieu empli de Rêves, elle est devenu très sensible physiquement. Et le moindre virus, le moindre rhume devenait un cauchemar si un rêveur n'intervenait pas rapidement. Cette influence des rêveurs avait eu aussi pour effet de la rendre très faible face à la douleur.
Et puisqu'on peut apparemment le préciser, pour l'instant Eiluun est asexuelle.

- Capacité(s) -


Eiluun savait lire et écrire, deux choses que Wirus avait souhaité lui apprendre dès son plus jeune âge. Toujours utile pour recevoir des ordres et donner des renseignements. Il lui avait aussi appris à compter mais ses compétences dans ces domaines étaient limitées. Elle n'était pas une grande écrivain et n'avait jamais touché à un roman de sa vie. Quand aux nombres, elle savait les auditionner, les soustraire, les diviser et les multiplier mais ca s'arrêter là. C'était uniquement les bases dont Wirus avait jugé qu'elle pourrait un jour avoir besoin. Elle avait également appris par coeur la géographie de Gwendalavir, et les plans de l'académie et de ses alentours mais ne connaissait strictement rien de leurs histoires. Quand au reste... Wirus ne lui avait pas appris à monter à cheval, ni même à approcher un quelconque animal même si cela aurait pu lui être utile. Par contre, il lui avait appris à se battre à l'épée, mais elle n'en connaissait que le strict minimum et ne comptait pas le développer davantage à moins qu'on le le lui demande. Terra lui avait néanmoins demandé de l'accompagner lors de ces cueillettes et des préparations de ses étranges onguents. Mais elle ne comptait faire ni des potions ni de la botanique son passe temps favori. Non si elle était là c'était pour le dessin, uniquement le dessin. Si seulement elle et Wirus avait su...

Vécu et situation sociale

- Situation familiale -


Eiluun est la fille d'Ambre Kil' Eliam, bien que cela ne représente pas grand chose pour elle puisqu'elle a été élevée en grande partie par le rêveur Wirus Vil' Vilayn. Le père d'Eiluun est quand à lui le cousin ou l'oncle d'Ambre, les deux ayant recueilli puis violé cette dernière à la mort de ses propres parents. Par conséquent l'abinos ne sait absolument rien de son père. Enfin Eiluun a un frère jumeau du nom de Kleyran avec qui elle a eu très peu de contact durant son enfance.


- Situation sociale -


Eiluun est issu de la famille noble des Kil' Eliam bien que cela n'est aucun sens pour elle et qu'elle n'en a jamais rencontré aucun membre à l'exception de sa mère et des on frère. Elle a grandit chez les rêveurs de Fériane sans réellement se mêler à eux, et sa première vrai rencontre avec de nouvelles personnes va se dérouler lors de son voyage en caravane vers l'académie puis grâce à une jeune femme du nom de Terra Kylawe qui va la prendre sous son aile pendant quelques temps. Elle n'a donc aucune situation sociale réelle et l'entrée à l'académie va vraiment être une expérience nouvelle.

- Histoire -


Des qu'il la vit pour la première fois, il su que c'était elle. Il le « sentait » au plus profond de lui. Certes, il aurait pu prendre son temps, réfléchir longuement avant de choisir. Mais il avait préféré écouter son instinct. Et il l'avait choisit elle. Pas lui. Deux boules de chair presque identiques. Mais il avait choisit la fille. Pourquoi ? Il n'aurait su réellement le dire. Il savait juste depuis longtemps qu'il ne pouvait en prendre qu'un. Considéré la présence des deux aurait été une erreur. La simple existence de cette gémellité fragilisait déjà par elle-même son plan. Non, il ne choisirait qu'un seul des enfants. Cette petite fille qu'il tenait à présent entre ses bras.
Après un dernier sourire, il remit la fillette à sa jeune mère qui épuisée avait à peine la force de la maintenir contre elle. Puis il attrapa le second enfant sans un regard et le plaça contre le sein de la jeune fille. Pour elle, il se permit un regard. Non pas quel soit particulièrement jolie, ou intelligente. Non, il ne s'était pour ainsi dire jamais intéresser à elle en tant que personne. Jeune fille de 14 ans, perdue et engrossée, que Merwyn Ril'Avalon leur avait apporté un soir. Qu'est ce que ca pouvait bien lui faire après tout ? Et puis il avait, en laissant traîner ses oreilles, entendu parler de l'affaire. Une union consanguine dans une famille de nobles dessinateurs. Dès lors tout avait changé. Certes la jaune fille avait montré a plusieurs reprises qu'elle n'avait qu'un piètre don de dessinatrice et il n'avait pas plus confiance en les capacités de celui qu'il l'avait engrossé. Mais l'enfant qui allait naître était le fruit d'une union apparentée. Alors peut être que c'est ce qui allait changer la donne. Ce n'était qu'une supposition après tout. Et la naissance des enfants qui s'étaient révélé être deux n'avait rien confirmé. Il faudrait sans doute attendre leur 18ème année pour savoir s'il avait eu raison. Mais il avait décider de prendre le risque. Et tenir cette boule de chair et de sang gémissante entre ces mains n'avait fait que renforcer ses convictions.
- Eiluun... Kleyran... Eiluun et Kleyran Kil'Eliam, murmura la jeune fille avant que les rêveurs ne se précipitent pour les premiers soins des enfants.
Il ne les rejoint pas, préférant quitter la pièce à la faveur de l'agitation. Eiluun... C'était parfait, juste parfait.

***

Lorsqu'il avait revu la fillette, celle ci venait d'avoir trois ans. Et c'est ce qui l'avait décidé à agir. Il avait suffisamment apprivoiser sa mère (jamais il n'avait vu une fille aussi naïve et peu méfiante) pour que celle ci lui confit l'éducation de sa fille, un autre rêveur s'occupant du jeune garçon. Mais pourquoi trois ans ? Pourquoi pas cinq ou sept ? Parce qu'il savait que les premiers souvenirs se construisait a cet âge là et qu'il avait décidé très égoïstement qu'il voulait que la fillette ne connu rien d'autre que ce qu'il lui imposa.
Eiluun, puisque c'était le prénom que ca mère lui avait donné, avait beaucoup changé en quelques années, et il regretta presque de l'avoir perdu de vue. Mais il savait ô combien ce temps lui avait été nécessaire pour préparer la suite. Le premier détail qui le frappa était sa peau anormalement pâle. Il était vrai également que ses cheveux tiraient plus vers le blanc que le blond. Albinisme. Il se maudit pendant quelque seconde de ne pas avoir fait plus attention à sa naissance. Il n'avait pas besoin de ca du tout. Il voulait une poupée discrète et docile, pas repérable à cinq cent mètres. Elle tourna alors ses yeux rouges et les fixa dans les siens. Il soupira, puis pour la première fois de sa vie, il lui adressa la parole.
- Bonjour jeune Eiluun Kil'Eliam, fille d'Ambre Kil'Eliam. Je suis Wirus Vil' Vilayn, et à partir de dorénavant je serais ton mentor.

Et tu me devras obéissance absolue, ajouta-t-il pour lui même.

***

- Eiluun, depuis quand un retard te semble t-il admissible !
- Il ne l'est pas maître, affirma la fillette en baissant les yeux.
- Alors peux-tu m'expliquer les raisons du tiens ? Il frissonna imperceptiblement, décidément il avait eu une bonne idée de lui demander de l'appeler « maître ».
- Kleyra...
- Eiluun, je t'ai déjà dit que ton frère était une mauvaise fréquentation ! Tu n'écoutes donc jamais ! Je pensais pouvoir avoir confiance en toi ! Tu me déçois beaucoup.
- Pardon maître Wirus, je ne voulais pas... je.. je... je ne voulais pas vous décevoir.
- Qu'est ce que je t'ai dit sur l'obéissance Eilunn ?!
- L'obéissance est la seule loi qui doit régir cet univers récita-t-elle. Rien d'autre n'est plus fort que l'obéissance, tout homme doit obéir à son prochain car c'est son seul rôle sur cet terre.
- Et qu'es tu donc Eiluun ?
- Je ne suis qu'obéissance maître, juste obéissance.

***


Ambre Kil' Eliam. Il ne pouvait s'empêcher de la regarder avec un mélange de mépris et de pitié. Au tout début, lorsqu'il l'avait vu arrivée le ventre gros, semblant épuisée mais si forte, il avait eu peur d'elle. Peur que ce soit elle qui fasse tout échouer. A la regarder maintenant, il comprenait à quel point il s'était trompé. Aujourd'hui elle n'était plus la mère d'Eiluun. Non elle était pareil à une vieille tante éloignée que l'on verrait de temps en temps, une tante à qui, contrainte, on ferait un bisous et raconterait sa journée. Un tante qui écouterait d'un oreille distraite en acquiesçant tout sourire. Oui c'était ce qu'Ambre était devenu. Ambre Kil' Eliam était parti. Elle était resté mais elle était parti. Elle était parti mais elle était resté. Son corps était toujours là, déambulant dans les couloirs de Fériane. Sur ce point là, elle n'était pas parti. Pourtant elle aurait pu. Elle aurait pu s'enfuir, refaire sa vie, retourner à l'académie, mais non. Si elle s'était enfuis c'était dans sa propre tête, dans son propre monde. Un monde où tout été un peu plus... Un monde où tout été un peu moins...
Il se demandait parfois comment elle, si naïve certes mais si forte avait pu en arriver là ? Et puis tout s'expliquer de lui même. Ambre avait quatorze ans lorsqu'il l'avait vu pour la première fois. Quatorze ans et déjà orpheline. Quatorze ans et déjà abusée par ses tuteurs. Quatorze ans et déjà enceinte d'enfants de la peur et de la douleur. Quatorze ans et le seul homme qu'elle avait aimé disparaissait. Oui Ambre n'avait que quatorze ans, et il aurait suffit d'une goutte, d'une goutte de trop pour que tout bascule. Et il y avait eu deux gouttes. Deux gouttes à aimer, à élever et à protéger. Une tache juste trop lourde pour une jeune fille de quatorze ans.
Oui il y avait eu deux gouttes, deux gouttes de trop.
La première s'appelait Kleyran, la seconde Eiluun...
Et lorsque le rêveur voyait cette dernière auprès de sa mère au regard éteint, il comprenait.
Eiluun ne voyait plus Ambre comme une mère, juste comme une être de plus auquel elle ne devait qu'obéir.
Et maintenant qu'il lui avait défendu de s'approche de son frère, que les autre rêveurs ne faisaient pas attention, il n'y avait entre elle et lui plus aucun obstacle.
Eiluun était à lui, entièrement à lui.

***

- Et le mal Eiluun ? Demanda le rêveur tandis que le maître d'arme en assena un coup d'épée à la fillette qui ne pouvant paré fit un bon de coté.
- Le mal n'existe pas maître Wirus, répondit-elle en contre-attaquant. Le mal et le bien n'existe pas, il n'a que l'obéissance.
- Et la curiosité ?
- Elle n'est que le parasite de celui qui veut savoir. Les choses qui doivent se savoir se livrent d'elles-mêmes, chercher à les découvrir c'est les trahir. Je n'ai pas besoin de savoir les détails des choses ou leur fondement car si elles me sont demander alors elles ont...
- … leur raison d'être. Bien Eiluun . Et qu'elle est par conséquent le maître mot interdit.
- « Pourquoi » est le maître mot interdit, maître Wirus.
Le rêveur acquiesça en silence. Tout était parfait. Il était parvenu exactement là où il le souhaitait et regardant sa création, soufflante et suante mais restant droite et impassible, il ne pouvait s'empêcher d'être fier. Il avait mit du temps mais tout était là à présent. L'obéissance, la parfaite obéissance. Obéit et ne pose pas de question. Fait tout, tout ce qu'on te dit ma belle, tu n'es qu'obéissance.
Le maître d'arme qu'il avait engagé pour entraîner la jeune fille jeta son épée à terre, signe que le combat était rompu, et quitta la salle. Wirus avait pris la décision de lui enseigner les bases du combat pour qu'elle puisse se défendre. Pas qu'il souhaita en faire une combattante aguerri. C'était juste « au cas où ». car elle était encore trop jeune pour que son don se soit révélé. Le Don. C'était le seul point hasardeux de son plan. Si elle ne développait pas le don, tout cela n'aurait servi à rien. Cette pensée le fit frissonner mais il se ressaisit. Il avait confiance en son plan, il avait confiance en lui et peut être un peu aussi confiance en elle.
- Et un secret Eiluun ?
- Un secret, une requête ou une mission ne doivent jamais être révélé. C'est la règle d'argent.
- Et la règle de cuivre ?
- Si un nouveau secret m'est révélé ou une nouvelle requête m'est soumise et que ceux ci viennent à l'encontre de secrets ou de requêtes précédemment confiés alors j'ai le droit, et seulement en ce cas, de faire preuve de désobéissance.
Elle avait craché ce dernier mot comme s'il lui arrachait la bouche et il en sourit.
- Et la mort Eiluun ? La mort et la vie ?
- Elles sont les deux faces d'une même pièce qui tournerait sans fin. Elle sont par conséquent équivalentes et donc indiscernables et donc elles...
- … n'existent pas, conclu le rêveur.
Il s'apprêter à quitter à son tour la vieille grange dans laquelle ils s'entraînaient, puis se ravisa. Une dernière question et son ego se trouverait définitivement satisfait.
- Et la règle d'or Eiluun ?
- L'obéissance maître, tout n'est qu'obéissance.
Oui parfait, tout était parfait.

***


On l'avait enfin prévenu qu'elle était prête. Voilà à présent un an que le Don d'Eiluun s'était manifesté, mais on n'avait pas encore eu besoin de la jeune fille. Alors Wirus lui avait appris les bases. Et puis ca y était. Il avait reçu le message. L'académie était fin prête. Fin prête pour être attaquée.
Et Eiluun ferait un excellent pion à l'intérieur de ses murs.
Il se tourna vers la jeune fille qui achevait de préparer ses affaires en silence. Discrète, serviable, docile. Parfaite.
- Eiluun ?
- Oui maître ?
- La mission ?
- Partir cette nuit pour l'Académie de Merwyn
- Et une fois là bas que dois-tu faire ?
- Trouver l'intendant afin qu'il me répartisse dans l'une des quatre maisons (ndlr : à cette époque il y avait encore 4 maisons)
- Et après ?
- Après ? Obéir à la première personne qui viendra me chercher.
- Quelle genre d'obéissance Eiluun ?
- L'obéissance absolue maître.
Wirus sourit. Dans 3 mois, elle arriverait à l'académie et là ils viendraient la récupérer. Sa jolie petite poupée. Comme s'il la voyait pour la dernière fois ( ce qui était sans doute le cas), il prit le temps de la regarder.
Elle était devenu une vrai jeune fille à présent qu'elle était arrivée dans sa 19ème année. Elle restait frêle et de petite taille, ses longs cheveux blanc tombant dans son dos. Il ne savait pas si elle était jolie ou non et au fond cela lui importait peu. Parce que ce n'était pas son but. D'ailleurs il savait que la jeune fille elle-même s'en moquait. Il n'y avait dans son coeur, ni amour, ni haine, ni peur, ni joie, ni colère. Il n'y avait rien. Rien d'autre que de l'obéissance. Tout comme il l'avait voulu depuis le début. Il espérait juste que l'absence totale de méfiance ne se transformerait pas en naïveté, mais il n'y croyait pas. Eiluun Kil'Eliam n'était pas comme sa mère. Non, elle était juste sa parfaite petite poupée.
- La caravane partira dans 10 min, j'ai déjà tout négocié avec les marchands, tu iras t'asseoir sur le second chariot. Et pas d'au revoir à ta famille, ils ne le méritent pas.
Sans un mot de plus, il quitta la pièce tandis que la jeune fille balançait son sac sur son épaule. Elle ne demanda pas pourquoi elle ne devait rien dire à sa famille. Elle ne tenta même pas de rattraper son mentor pour lui dire au revoir. Non elle ne fit rien de cela, et pire, elle n'y pensa même pas.

***

Ca faisait trois jours que ca durait. Trois jours qu'ils étaient partis. Trois jours que la jeune fille était dans cet état. Jamais le conducteur de la caravane n'avait vu quelqu'un dans un tel état. Il ne faisait pas anormalement froid et pourtant celui-ci avait violemment saisi sa jeune passagère. Il semblait à la regarder qu'il avait rendu ses os aussi cassant que du verre, faisant naître au creux de ses poignets, sur le dos de sa main et sur ses tempes, des roses écarlates de capillaires exposés. Ca faisait trois jours que la jeune fille était là, allongée, immobile au fond de son chariot où seul ses incessants tremblements trahissaient sa présence. Elle était atteinte d'une fièvre épouvantable et la sueur coulait sur ses joues comme des larmes. Jamais le caravanier n'avait vu quelqu'un d'aussi pâle. Jamais il n'avait vu quelqu'un d'aussi faible. Et jamais personne ne lui avait paru aussi fragile que la jeune fille à cet instant. Elle ressemblait à une poupée de cristal qu'une simple bourrasque de plus pourrait briser en mille morceaux.
Elle ne ressemblait plus du tout à la jeune femme qui, trois jours auparavant, les avaient salué en souriant, avant de grimper agilement dans le chariot. Même si la jeune fille était ensuite resté dans son coin ; elle lui avait semblé si forte, si différente de la poupée de chiffon qu'il avait à présent sous les yeux.
Pourtant il ne faisait pas si froid. Aucun flocon de neige ne viendrait piquer le dos des chevaux avant plusieurs mois. Le froid, en passant, ne leur avait offert qu'un simple rhume à elle et deux autres marchands. Alors pourquoi ? Pourquoi était-elle dans un tel état ? Comment un simple rhume avait pu dégénérer à ce point ?
La main de son cuisinier et ami sur son épaule le tira de ses pensées :
- Elle ne va pas s'en sortir n'est ce pas ?
Cette perspective le fit frissonner et le froid n'y était vraiment pour rien.
- Si nous ne faisons rien je le crains...
- Les rêveurs ?
- Les derniers que nous avons croisés étaient ceux qui étaient avec elle. Et nous aurons atteint Tintiane quelques semaines seulement avant Al-Poll
Le caravanier soupira. Il n'avait aucune envie de perdre la petiote, comme l'avait vite surnommé tout l'équipage. Pas que l'idée de perdre un membre de la caravane ne l'ai jamais traversé, il connaissait les risques d'une telle traversée du Gwendalavir. Mais on lui avait confié la jeune fille et instinctivement, il s'en était senti responsable. Et désormais qu'elle semblait aux portes de la mort, il était perdu.
- Dans combien de jours voyons nous Terra ?
- Demain mais... je ne vois pas ce que... quoi ? Tu comptais lui confier la petiote ?
- Oui, je me suis dit que ce serait peut être...
- La seule solution, murmura le caravanier, oui tu as raison.

***

- Non, non et non ! Je suis d'accord pour stopper toutes mes activités pour venir te voir ! Je suis d'accord pour trimbaler tes marchandises louches à travers le pays parce que je suis la seule folle que tu connaisses capable de faire un pas sur le côté ! Je suis d'accord pour être payé une misère pour mes services ! Mais je ne suis pas d'accord pour jouer les garde-malades ! Laisse moi en dehors de tes plans louches ! Depuis quand tu fais du trafic d'Alaviriens !?
- Calme toi Terra ! Je ne trafique rien du tout ! Je devais juste emmener la petiote à Al-Poll ! Tu vois pas dans quel état elle est ? Elle ne va pas tenir longtemps !
- Y'a pas marqué Réveur sur mon front !
- Oui mais il y a marqué dessinatrice spécialisée en plante médicinale sur ta tunique.
- Je ne suis pas DE-SSI-NA-TRI-CE ! Combien de fois faudra-t-il te le dire !
- C'est, malheureusement pour toi, comme ca que l'on appelle ceux qui, comme TOI, font des pas sur le côté.
La jeune femme ne répondit pas, toutes ses fonctions nerveuses semblant être requises pour essayer de se calmer. Puis elle s'approcha lentement du caravanier et lui glissa à l'oreille.
- Merwyn Ril' Avalon lui même n'a pas voulu me reconnaître comme Dessinatrice sous prétexte que mes dessins n'ont jamais dépasser le stade de la flamme sur feu de bois. Alors même si par un mystère inexpliqué de la dame, je suis quand même assez doué en pas sur le côté pour transporter toutes tes conneries du Nord au Sud de l'île, la prochaine fois que tu me traites de Dessinatrice, j'utiliserais mes connaissances botaniques pour te faire un délicieux potages qui te rendra raide mort en cinq secondes.
Elle se redressa et dévisagea de ses yeux bruns foudroyants l'attroupement qui c'était formé autour d'eux.
- Bon, je dois la livré où ta marchandise humaine une fois réparée ?
- A... A l'académie de Merwyn...
- Quoi !?
Le caravanier cru qu'elle allait se remettre a lui hurler dessus mais elle se calma rapidement.
- Très bien ! J'embarque la gamine et ta camelote de fond de chariot.
- Dans trois mois... elle doit y arriver dans trois mois...
La jeune femme soupira.
- D'accord dans trois mois elle sera devant les portes de cette académie.
- Merci Terra, je sais que...
- Non ! Tu ne sais rien...
Et elle fit un pas sur le côté.

***

Et bien dis-donc que de complication pour un simple rhume, murmura Terra à la jeune fille qui venait d'ouvrir les yeux. Je m'appelle Terra Kylawe, mais tu peux m'appeler Terra. C'est moi qui t'ai soigné et là t'es dans ma bicoque en attendant de courir à nouveau comme un cabri. Je sais pas ce qui cloche dans ton corps mais c'est affolant le nombre de potions que j'ai dû utiliser. A croire que t'as passé toute ta vie dans un Rêve et que le moindre rhum peut t'être fatal. T'inquiète pas, je te filerais suffisamment d'onguents pour que tu survives un minimum dehors. Non, mais je t'assure c'est vraiment flippant, du jamais vu ! Tu vas en baver ma petiote crois mois! Tu dois être du genre toujours malade non ? Ouai comme tu l'as surement remarqué, je suis une grande bavarde. Bref a qui-ai-je l'honneur en fait ?
- Eil... Eiluun Kil' Eliam, fille d'Ambre Kil' Eliam...
- Jamais entendu parler ! C'est important que tu sois la fille d'Ambre Kil' Eliam ?
- Je ne sais pas, répondit la jeune fille prise au dépourvu.
- Bah alors pourquoi tu le précises ? Je me présente pas Terra fille de untel...
- On... On m'a dit de le dire à l'académie...
- D'accord ! Ca doit avoir un sens alors ! Mais t'es pas à l'académie là. T'es paumée quelque part dans les plateaux de l'Est. Mais t'inquiète tu finiras par y arriver dans cette fichu académie. Je t'y emmenerais ! Mais au fait si t'es noble qu'est ce que tu fichais dans une caravane de marchand ?
- Je ne sais pas non plus, avoua-t-elle en baillant.
- Oh tu dois être crevée désolée, je te laisse roupiller encore un coup, à tout à l'heure !

***

- Eil' apporte moi un pot d'amaryllis s'il te plait.
- Oui, tout de suite Terra !
Elle arriva en courant tenant dans sa main le pot de fleurs rouges.
- Tu n'es pas fatiguée Eil' ? Tu peux aller te reposer si tu veux, tu es encore fragile, lui dit Terra, inquiète des cernes sous les yeux de sa protégée.
Voyant que la jeune fille ne disait rien, elle grommela.
- Va te coucher Eil' !
Et cette dernière obéit Terra avait vite compris comment fonctionner la jeune fille. Elle était toujours enjouée et enthousiasme peut importe la tâche. Elle obéissait à tout et toujours avec le sourire. Elle ne posait jamais de questions, ne donnait jamais son avis et ne faisait jamais rien si on la laissait face à un choix. Au début Terra avait mit ca sur le compte d'une possible timidité. Après tout la jeune fille était assez discrète dès que Terra ne l'interpellait pas. Puis au fil du temps la jeune femme avait comprit que ca n'était pas normal. Que quelque chose clochait. Oui, quelque chose n'allait pas du tout dans le comportement d'Eiluun.

***

- Il faut que tu l'as laisses repartir Terra...
- Je sais, mais je sens qu'il y a un truc malsain derrière tout ca. Quelque chose d'anormal et qui me terrifie.
- Tu ne pourras pas la garder éternellement Terra. Ca fait déjà presque six mois qu'elle est ici.
- Je sais...
- Tu as peur de l'académie au fond non ? ...
- Peut être... Mais que ce soit à cause de l'académie ou à cause de ce pressentiment je dois quand même l'y amener. C'est comme un destin non ?
- Oui...
- Je l'y emmènerais demain. Et tu sais quoi ?
- Non ?
- Elle va me manquer.
- Terra ?  J'ai fini d'arroser les bégonias.
La jeune femme se retourna vers la jeune fille qui venait de l'appeler.
- Tu tombes bien Eiluun j'ai une surprise pour toi.
Comme la jeune fille restait silencieuse, elle la prit par la main.
- Aller on va s'amuser aujourd'hui ! On va te refaire une garde robe ! Que dirais-tu d'un chapeau comme le mien ? Où d'avoir les cheveux framboises ? Oui ca t'irait bien...
Oui Eiluun allait vraiment vraiment lui manquer...

***

- Ca y est Eil' nous y sommes, murmura la femme brune, essoufflée, en apercevant la silhouette trop proche à son goût de l'académie. Je ne m'approcherais pas davantage... mais tu peux y aller.
Voyant que la jeune albinos ne lui posait une fois de plus aucune question, elle se sentit obligé d'ajouter :
- Ces lieux sont remplis de plus de mauvais souvenir que de bons, et je ne souhaite pas les retrouver.
Eiluun acquiesça silencieusement, redressa son sac sur l'épaule, puis s'avança vers la bâtisse.
- Eil' attends !
La jeune fille se retourna tranquillement avant de voir la femme brune courir vers elle et la serrer dans ses bras.
- Ne pars pas comme ca sans dire au revoir !
La fille au cheveux rose sembla surprise mais rendit son étreinte à son vis à vis.
- Au revoir articula-elle, comme si ces mots étaient loin d'être familier.
- Au revoir Eiluun Kil' Eliam, et surtout, prends soin de toi.

La femme brune relâcha son étreinte et regarda la jeune fille être englouti par l'ombre de la masure. Comme elle, des années auparavant. Pendant une seconde, Terra se demanda si la boule au creux de son ventre était un bon ou un mauvais signe et décida que le premier valait mieux. Oui tout allait bien se passer pour l'albinos... Après tout elle n'était pas comme elle. Elle posa une dernière fois les yeux sur l'académie, soupira longuement puis dans un pas sur le coté disparu comme si elle n'était jamais venu.

RPG

Citation :

Ca y était. Eiluun se trouvait devant l'académie de Merwyn. L'école où elle allait apprendre à utiliser son Don. L'école où sa mère avait dompté le sien. Mais surtout, oui surtout, l'endroit où son maître Wirus lui avait demandé de venir. « Maître ». Ce n'était plus totalement vrai puisque bientôt ca allait à un autre qu'elle allait devoir l'obéissance absolue. Pendant l'espace d'un instant, un sentiment étrange l'envahit. Comme si le fait que Wirus ne soit plus son maître la gênait... C'était stupide complètement stupide. Elle ne devait être qu'obéissance. Peut importe le maître. Elle secoua ses cheveux roses et posa son premier pas dans la cour de l'académie.
Trouver le bureau de l'intendant ne fut pas trop compliqué, Wirus lui ayant fait apprendre chaque recoin de l'académie. « Question pratique » lui avait-il simplement dit et elle n'avait pas chercher à savoir plus loin. Et maintenant elle savait qu'il avait eu raison. Comme toujours. Voilà pourquoi chercher le fondement d'une chose était inutile. Il se révélait de lui même lorsque le moment était venu.
Parvenu enfin au troisième étage de l'aile principale, elle s'arrêta pendant quelques secondes devant la porte. C'était soudainement encore plus concret que de se trouver devant les grilles. Elle secoua vivement la tête, voilà qu'elle se mettait à penser comme Terra. Tout ce qu'elle avait à faire c'était aller voir cet intendant puis se dépêcher daller chercher son nouveau maître. Le reste était superflu.
Elle enleva son chapeau et frappa une première fois à la porte, mais seul un lourd silence lui répondit. Elle réitéra aussitôt son geste mais le résultat ne fut pas plus concluant. Elle hésita une bonne minute ne sachant quoi faire puis se rappelant des mots de son mentor elle poussa la porte qui n'était pas fermé.
Elle fit quelques pas a l'intérieur de la pièce avant de distinguer une silhouette assise à un bureau. Elle s'arrêta aussitôt. Il ne lui faisait aucun doute que l'homme l'avait remarqué. Elle n'avait pas la discrétion d'un marchombre et un homme d'un tel rang dans une telle académie était sans doute loin d'être idiot. Interprétant le silence de l'intendant comme une invitation à se présenter, Eiluun n'hésita pas une seconde de plus.

- Bonjour, vous devez être Jehan Hil' Jildwin, intendant de l'Académie de Merwyn. Je suis Eiluun Kil'Eliam, fille d'Ambre Kil'Eliam et je souhaiterais intégrer votre académie.

Oui ca y était. Définitivement. Quelque chose venait de commencer.

Autres :


- Comment avez vous connus ce site ?
J'y étais la mère de mon propre personnage.

- Autre chose à nous dire ?

PomPom



_______________
A R., puisque quoiqu'il advienne, tu resteras extraordinaire.

"Eiluun, please forget to fall down,
Eiluun, don't you go down."

Northern downpour - P!ATD


Eiluun Kil'Eliam / Kleyran Kil'Eliam / Ambre Kil'Eliam
avatar

Intendant de l'Académie
Messages : 548
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 76


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eiluun Kil' Eliam [Dessinatrice - Kaelem]   Mar 11 Jan 2011 - 23:32

C'était un jour comme pas d'autre. Oui en effet, parce que le bureau de Jehan était rangé ! (enfin il avait déplacé le bordel de son bureau sur le sol, donc...). Et donc tous du long était étalé des tas de parchemins tous dessiné, griffonné de différents plans pour l'ancien dortoir Lotra. Qu'allait-il y mettre... Une salle de jeux... son club échangiste ?. Quand quelqu'un frappa à la porte. Il resta silencieux, espérant qu'on crus qu'il était absent, mais non, la dite personne réitéra ! Donc Jehan resta dans un silence totale. Le pire c'est que l'élève (car ça ne pouvait qu'être une vermine du genre !) rentra dans la pièce. Le temps qu'il ou elle ouvre la porte laissait une milliseconde à Jehan pour tous ranger. Laissant le bureau net, il prit un air posé et dit.

-Oh tu es la fille d'Ambre Kil'Eliam... Comment va ta mère ? Cela fait longtemps qu'on ne l'a pas vue. Enfin bien, je ne peux t'envoyer dans la même maison qu'elle, car le dortoir a brulé. Donc je vais t'envoyer à... Felixia, en attendant qu'on voit toutes les modalités sur les nouvelles maisons etc... Bref ton uniforme te sera envoyé dans ton dortoir. Bonne chance pour tes études. Et bienvenue à l'Académie.

Le choix n'était pas du tous subjectif non non, la couleur de ses cheveux et de ses yeux ne l'avait pas aidé.

*Allez, allez petite Albinos vas t'en histoire que je reprenne mon plan machiavélique.*


_______________
Jehan Hil' Jildwin, Intendant de l'Académie de Merwyn, personnalité multiple et indivisible.
avatar

Etincelle
Messages : 73
Inscription le : 09/01/2011
Age IRL : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eiluun Kil' Eliam [Dessinatrice - Kaelem]   Mer 12 Jan 2011 - 11:37

Quelques secondes après s'être présenté, Eiluun se souvint de lorsque qu'elle l'avait fait de la même manière devant Terra, il y avait de cela six mois déjà. La jeune femme lui avait alors demandé ce que le nom de sa mère avait d'important et la jeune fille n'avait su répondre. Et après l'avoir à nouveau clamé devant l'intendant, elle craignait d'obtenir la même réaction. Mais ce ne fut pas le cas. Au contraire, ici sa mère existait. Et son propre nom semblait enfin avoir une importance. Elle remercia silencieusement Wirus de lui avoir donner cet étrange passe partout, même si elle ne percevait pas encore les portes qu'il pourrait lui ouvrir.
Mais si l'intendant avait reconnu le nom de sa mère, il ne s'arrêta pas là, et il demanda de ses nouvelles à la jeune albinos. Comme s'ils s'étaient personnellement connus. Comme si sa mère avait pu un jour apprécier autre chose que sa chambre à Fériane. Bien sur, on lui avait déjà raconté qu'elle avait étudié ici, mais c'était autre chose d'en avoir une preuve concrète. Elle-même n'avait jamais réellement fréquenter quelqu'un à l'exception de Wirus et Terra, et imaginer sa mère ou elle entourées d'étudiants était encore difficile. Comme si quelque chose ne concordait pas.
Sortant de ses pensées sur sa mère, elle même et de leurs potentielles «fréquentations » elle se demanda si l'intendant attendait réellement une réponse, et si oui laquelle devait elle fournir. Elle opta pour une réponse modérée, qui restait juste :

- Ambre Kil' Eliam va bien. Elle est à Fériane maintenant.

Oui, c'était la vérité après tout. Jamais Eiluun n'avait vu sa mère pleurer, soupirer ou se fâcher. Non, aussi loin qu'elle s'en souvienne, il y avait toujours eu sur ses lèvres un sourire chaleureux. Et il arrivait même parfois qu'elle rit à gorge déployée à des choses qu'elle seule percevait. Mais jamais Eiluun n'avait compris que sa mère s'était enfuis dans son propre monde, et celle-ci lui paraissait simplement heureuse. Comme si tout été normal. Après tout Eiluun ne savait pas non plus comment une mère devait se comporter vis-à-vis de ses enfants. Et tout sa vie était par conséquent sa normalité de référence. Ambre Kil' Eliam allait donc bien.
En entendant les termes « la même maison qu'elle », la jeune fille émergea brusquement de ses pensées. Jamais elle n'aurait imaginé être repartie dans la même maison que sa mère. Pas que cela la fâche ou la flatte. Ca n'était qu'un dortoir après tout. Mais la Ambre Kil' Eliam qu'elle imaginait autour de la cheminée de la salle commmune avec d'autres Lotra était celle qu'elle connaissait. Et Eiluun ne lui ressemblait pas. Eiluun ne ressemblait pas à cette femme capable de rester des heures immobiles à regarder le ciel. Et ce parce que c'était « beau ». Cette notion là, Eiluun était incapable de la comprendre. Et si tout les élèves de Lotra était semblable à sa mère, la jeune albinos n'avait vraiment vraiment rien à faire parmi eux. Alors qu'avant sa répartition lui avait sembler sans intérêt ni conséquence, elle commença à souhaiter ardemment être envoyé ailleurs qu'à Lotra. N'importe où mais pas là bas.
Son trouble s'évanouit lorsque l'intendant lui annonça que le dortoir en question avait brûlé et qu'elle irait à Felixia. Elle ne connaissait pas grand chose de cette maison, mais échapper à Lotra, et ce définitivement puisque le dortoir n'existait plus, était à lui seul un soulagement. En y réfléchissant, Terra aurait très certainement vu un signe dans cet incendie. Mais elle n'était pas Terra et se contenta d'hocher la tête.
Il était temps d'arrêter ces pensées futiles. Décidément, Terra avait eu une très mauvaise influence sur elle. Comme si le choix du dortoir était important. Même Lotra aurait fait l'affaire après tout. Elle n'était pas là pour ce genre d'imbécillité. Il fallait vraiment qu'elle se ressaisisse et arrête de penser comme l'aurait fait la jeune femme. Elle était Eiluun Kil' Eliam et elle devait se contentait d'obéir. Terra avait vraiment été une mauvaise fréquentation à ce niveau là. Et elle comprenait désormais pourquoi Maître Wirus l'avait éloigné de certaines personnes, dont son frère Kleyran. Oui, éloigné de certaines personnes qui ne comprenaient vraiment rien au devoir d'obéissance. Mais rien ni personne, ne pourrait la détourner de sa voie.
Le reste de la conversation fut donc mit en avance rapide par son cerveau et elle emmagasina chaque information comme si celle-ci allait être capitale pour la suite. Et elle était persuadée qu'elles le seraient un jour.. Dans tout les cas, elle ne devait plus se laisser distraire par ces pensées parasites. Oui, elle ira à Félixia. Oui, elle le ferait en attendant que soit établie les nouvelles maisons. Et oui, elle récupérerait son uniforme dans son dortoir.

- Je vous remercie de votre accueil Monsieur Hil' Jildwin et je vous promets que vous n'aurez pas à rougir de mes études.

Et ce n'était pas une promesse en l'air. Elle était ici pour apprendre à maîtriser l'art du dessin jusque dans ses spires les plus hautes et les plus complexes et donnerait tout pour y arriver. « Peut importe le prix » lui avait dit Maître Wirus.
Elle posa son regard dans celui de l'intendant, comme si elle attendit un signe, un ordre. Ne croisant rien d'autre que son air posé, elle en conclu que l'entretien touchait à sa fin.

- Vous rencontrer a été un véritable honneur, Monsieur Hil' Jildwin, mais vous devez sans doute avoir beaucoup de choses à faire, je ne vais donc pas vous déranger plus longtemps...

Elle s'inclina légèrement et quitta le plus silencieusement possible le bureau de l'intendant. Cette entretien, et surtout les pensées qui l'avaient envahis avaient été éprouvants. Il fallait qu'elle fasse attention. Qu'elle oublie sa mère et les six mois passés avec Terra. Elle était venu ici pour accomplir une tache bien précise et plus rien ne devait l'en éloigner.
Elle repensa aux paroles de l'intendant, prête à y déceler un ordre. Mais il n'y en avait aucun. A la rigueur, elle pourrait aller chercher son uniforme dans son dortoir à moins que... A moins que ce ne soit pas un ordre et qu'elle ai beaucoup beaucoup mieux à faire...



_______________
A R., puisque quoiqu'il advienne, tu resteras extraordinaire.

"Eiluun, please forget to fall down,
Eiluun, don't you go down."

Northern downpour - P!ATD


Eiluun Kil'Eliam / Kleyran Kil'Eliam / Ambre Kil'Eliam
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Eiluun Kil' Eliam [Dessinatrice - Kaelem]   



 
Eiluun Kil' Eliam [Dessinatrice - Kaelem]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» ?*:.?..?.:*La gamine de 12 ans qui se prend pour une dessinatrice*:.?. .?.:*?
» Présentaion de Mistigri
» Réveil eracien
» Une petite pause ? [PV Lou et... toi ? ]
» Eskarina Helival, petite peste et Dessinatrice précoce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Arrivée à l'Académie :: Présentations - Répartitions :: Présentations terminées-