Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteLe calme après la tempête [Terminé]
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 Le calme après la tempête [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Edel Hil'Guidjek
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


MessageSujet: Le calme après la tempête [Terminé]   Le calme après la tempête [Terminé] Icon_minitimeDim 2 Jan 2011 - 18:27

Edel ouvrit les yeux, la peur l’envahissant tout a fait en devinant la forme de quelqu’un penché au dessus  d’elle, derrière le brouillard dense qui saturait sa vision.
Sa main droite fusa et alla violement heurter une mâchoire, alors qu’elle roulait sur le côté en catastrophe, atterrissant sur le sol en une roulade contrôlée, ses doigts se refermèrent sur le tisonnier qui trainait sur le sol.

La vision trouble elle entendit les gémissements sûrement de celui qu’elle avait frappé, mais aussi tout un  tas d’agitation sur sa droite, devant, tout autour. On courait vers la personne qui gémissait, d’autres ne bougeait pas et… une migraine atroce envahi sa tête elle se sentit brusquement défaillir. Paniquée elle réalisa que ses yeux étaient humides, que sont corps entier souffrait comme jamais, que la fatigue l’accablait. Où était-elle ? Que lui voulait ses gens ?

Sa main trembla sur l’arme de fortune qu’elle tenait à bout de bras, quelqu’un lui parlait alors que sa respiration était saccadée. Elle allait s’évanouir.


_Dame Cil’Melope… - fit une voix tremblante sur sa droite, elle ajusta sa position tremblante de plus en plus sous ce simple effort –

_Qui êtes-vous ?coupa Edel, les larmes affluant sur son visage - laissez-moi…

La bataille lui revint en mémoire et sa main gauche… ses yeux se rivèrent sur cette dernière horrifiée. Son cœur s’apaisa cependant en voyant que le Gant était à sa place.
Edel releva le regard, peut-être un peu trop vite, tout tourna autour d’elle, la jeune femme tituba. Les formes autour d’elle se rapprochèrent précipitamment l’effroi la saisit, où elle était maintenant ? On l’avait capturée ? Qui étaient ces gens ? Des mains fortes se saisirent d’elle et la souleva sans difficulté aucune, toutes ses forces la quittèrent tout à fait alors qu’elle se sentait regagner un lit aux draps doux. Le noir se referma sur elle.

La foi suivante quand elle ouvrit les yeux, une main était posée sur son front et sur son côté, une douce léthargie l’envahi et elle retomba dans un sommeil sans rêve.

Edel remua doucement et c’est ce qui provoqua son réveille. Elle ne bougea plus, pas certaine du lieu où elle était, sa tête allait exploser… se forçant à écouter un moment sans bouger, elle n’entendit aucun bruit, elle était seule.
Précautionneusement la jeune femme se retourna dans son lit et sa vision s’adapta à l’obscurité de la chambre. Car elle était dans une chambre… il lui fallu un long moment avant de réaliser qu’elle était dans sa chambre à elle ! Dans ses appartements, à l’académie. Elle se sentit un peu rassurée, mais presque immédiatement l’inquiétude déferla sur elle.

Avait-ils gagné, totalement ? Comment allaient ses hommes ? Et les élèves ? Et le bâtiment avait-il souffert ? Et Locktar ! Sa main se posa par réflexe à l’endroit où il avait pour habitude de se coucher prêt d’elle certains soirs. Sa main ne rencontra que l’oreiller vide. Une panique inexplicable lui saisit le cœur et elle se vit se lever soudainement, son regard fouillant l’obscurité de sa chambre.

Elle vit qu’une petite bassine emplie d’eau avait été aménagé pour elle prêt de la table à quelques pas de la fenêtre, avec elle, une jumelle mais vide cette là. Tremblante, elle se dirige vers l’objet et s’aspergea le visage. Ses yeux se posèrent sur ses doigts tremblants, les images de la bataille lui revinrent avec plus d’intensité, les os se brisaient tout autour d’elle, tout se brisait… Se tenant à la table, Edel resta ainsi sans bouger plusieurs secondes, asseyant de reprendre son souffle et rétablir ses esprits.
Locktar allais bien… la fille aux yeux étrange l’avait amener en sécurité, elle aurait tout de…
La nausée la saisit, et elle eu juste le temps de se pencher au dessus du récipient vide avant d’être libérée de ce que son corps expulsait. Elle toussa bruyamment et vomit encore en se souvenant du sang partout autour et sur elle dans ce hall envahi. Enfin, la jeune femme s’appuya contre le mur tout prêt, le frappant du point alors que la tristesse l’envahissait. Elle avait faillis à sa tâche, c’était un vrai fiasco… plus de la moitié de ses hommes devait être tombé et l’autre sérieusement amoché, et elle ne voulait même pas penser à ces élèves fous qui s’étaient jeté dans la bataille inconsciemment. Il fallait qu’elle aille… Edel se redressa en gémissant de douleur, son corps criant sous la manœuvre. Il fallait qu’elle aille voir où tout cela en était. Faire l’appel, s’assurer que tout le monde se faisait soigner et trouver Locktar, elle avait besoin de le voir… elle en avait besoin.

Il fallait qu’elle se lave et… ses mains se posèrent sur les vêtements qu’elle portait et réalisa qu’elle était en tunique clairs. Elle approcha encore une foi ses mains de son visage et sentit un parfum agréable qui les embaumaient. Elle était propre…

La porte s’ouvrit doucement, Edel retint sa respiration.


Locktar Hil'Guidjek
Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


MessageSujet: Re: Le calme après la tempête [Terminé]   Le calme après la tempête [Terminé] Icon_minitimeMar 11 Jan 2011 - 16:26

Ce matin-là, Locktar avait aidé autant qu'il pouvait les élèves à la reconstruction de l'académie. Vu l'état de ses muscles, autant dire qu'il n'a pas participé bien longtemps. Il n'aimait pas être inactif. Il se sentait inutile et c'était une chose qu'il détestait. Il continuait d'errer dans les couloirs de l'académie pendant ses heures de travail. Edel ne s'était pas encore réveillée mais Locktar avait fait en sorte que les gardes capables d'effectuer leur travail ne se mette pas à se reposer, sous prétexte que la supérieure ne pouvait pas les réprimander. L'ancien Corbac avait eu droit à des protestations de quelques gardes mais finalement, ils avaient tous accepté. Grâce au travail des rêveurs, il n'y avait que très peu de gardes qui étaient incapable de travailler. En dehors de ses heures de garde, Locktar passait beaucoup de temps dans les appartements d'Edel. Il la veillait. C'était d'ailleurs vers sa belle que le guerrier marchait. Voilà deux jours que la bataille était terminée et la première gardienne était toujours inconsciente. En la présence de l'ancien Corbac, Edel n'avait toujours pas donné signe de vie. Mais, un jours, alors qu'il rentrait de son tour de garde, un rêveur lui avait expliqué que la première gardienne s'était réveillé quelques secondes. Le jeune homme se massait la mâchoire. Il annonça qu'il avait été frappé par Edel. Locktar avait alors pensé que sa bien-aimé l'attendait dans ses appartements, mais le rêveur avait ajouté que l'effort avait été trop fort pour la jeune femme qui s'était révanouit. Même si Edel n'était toujours pas réveillé, le guerrier avait été soulagé d'entendre qu'elle avait émergé quelques secondes de l'évanouissement. Au moins, son état n'était pas très grave. Elle avait juste besoin de repos.

L'ancien Corbac ne l'avait pas avoué aux rêveurs mais son inquiétude avait été grande pendant le premier jour d'évanouissement de la première gardienne. Il était bien le seul à savoir comment Edel avait détruit le Hall. Il savait que c'était cette Main Morte qui avait été la cause de tout. Il ne connaissait rien de ce stupide dessin accroché aux Hil'Meredrine. Il avait cru que la première gardienne avait plongé dans un coma dont elle aurait du mal à se réveiller. Heureusement qu'elle s'était réveillé. Au moins, c'était bien la preuve qu'elle n'était pas entre la vie et la mort. Son corps avait juste besoin de se ressourcer, suite à cette immense dépense d'énergie.

Il était arrivé. Il était devant la porte des appartements d'Edel. La plaque dorée fixée dessus indiquait son nom d'emprunt dans l'académie: Edel Cil'Melope. Depuis que la première gardienne était évanouit, la porte de ses appartement n'était jamais fermée à clé afin que les rêveurs puissent aller et venir selon leur désir. Locktar avait prit soin de mettre dans un coffre toute les affaires personnelles de la jeune femme. Les élèves de l'académie n'avaient pas des têtes de voleur, mais Locktar savait que certaines personnes ne pouvaient s'empêcher de fouiller des endroits auquels ils n'avaient pas accès en temps normal. Pas forcément pour voler, juste pour voir et découvrir des choses normalement secrètes. Locktar poussa donc la porte du bureau d'Edel dans un premier temps puis celle des appartements de la jeune femme, qu'il trouva debout. Elle était sur ses gardes. Elle l'avait entendu, croyant peut-être à un ennemi, après tout, elle ne savait que le Chaos avait été vaincu. Il était content de la voir enfin réveillé. Elle avait l'air encore un peu faible mais elle était debout et c'est ce qui comptait. Dès qu'elle le reconnut, elle vint se blottir dans ses bras. Le guerrier grimaça légèrement quand elle enroula ses bras autour de son corps endolori.

- Moi aussi, je suis heureux de te revoir.

Ils restèrent ainsi quelques secondes.

- Assieds toi sur ton lit. Tu dois encore te reposer après ce que tu as fait. J'ai été très inquiet pour toi.

Il la conduisit vers son lit et il la força à s'asseoir. Lui, il en fit de même, juste à côté d'elle.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Le calme après la tempête [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


MessageSujet: Re: Le calme après la tempête [Terminé]   Le calme après la tempête [Terminé] Icon_minitimeDim 30 Jan 2011 - 17:36

C’était Locktar… des larmes lui montèrent immédiatement aux yeux, et le tremblement de ses mains s’intensifièrent. C’était lui… les images de sa main blême qu’elle avait délibérément enlevé du Gant s’imposèrent à elle et la peur l’envahie tout à fait.
Elle se détourna, les larmes s’échappant enfin alors que la nausée lui montait à la gorge en se souvenant du combat dans le hall… sa main gauche se mit à trembler de plus belle alors qu’elle serrait le poing.

Locktar allait avoir peur d’elle maintenant… un hoquet de chagrin la secoua alors qu’elle se tenait à la petite table sur laquelle était posée la vasque d’eau. Ses jambes tremblèrent mais elle tint debout. Maintenant il savait tout… il savait même plus que tout, il avait dû sûrement tout voir. Il allait voir qu’elle était un monstre… que toute sa famille étaient des monstres de destruction.

D’autres larmes s’échappèrent abondement de ses yeux. Il fallait qu’elle écrive à père… non. Il fallait qu’elle parte ! Elle ne supporterait pas le regard dégouté de Locktar… sa distance… les mains tremblantes elle tenta de ranger au plus vîtes quelques affaires sans importances qui traînaient ici et là, mais tout glissa au sol dans sa maladresse.
Locktar la regardait toujours, elle sentait son regard sur elle… mais il ne disait rien. Peut-être avait-il la nausée lui aussi en la voyant maintenant.

Elle aurait voulu s’enfuir, courir à l’autre bout du monde sans s’arrêter, disparaître à jamais… pourquoi les rêveurs lui avaient-ils sauvé la vie ? Ils n’avaient rien vu de ce qu’elle avait fait ? N’avaient-ils pas entendu cette lente et poignante litanie de membres qui se brisaient comme du verre, tous d’un seul et simple mouvement ? N’avaient-ils rien entendus des cris et des supplications ? N’avaient-ils donc rien vu de son bras… du sang qu’elle avait sur les mains et le corps, de cette horreur attachée à elle…

Nan elle ne devait rien écrire à Père… il serait capable de se déplacer en personne en apprenant que l’un de ses enfants avaient usés de La Main. Il en voudrait à Merwyn d’avoir était absent… il en voudrait à l’Académie de ne pas avoir sut éviter cela… il s’en voudrait de l’avoir envoyé ici… et mère en serait malade.

Locktar s’approcha pourtant d’elle et dans un instant de faiblesse sûrement dû à l’amour qu’elle lui portait, elle se jeta dans ses bras, d’autres larmes s’échappant sans retenus de ses yeux saphir.
Elle le serra contre elle, comme on tenait tout contre soit la dernière chose que l’on pouvait bien posséder et que la vie attendait patiemment qu’on lui rende. Elle ne voulait pas rendre Locktar, elle ne voulait pas qu’il s’arrête de l’aimait, elle ne voulait qu’il ai peur, qu’il s’éloigne, elle ne voulait pas qu’elle le dégoute… qu’il pense qu’elle était un monstre… bien que cela fut le cas…

Contre sa poitrine, elle sentit le bandage qu’on lui avait fait, lui serrer douloureusement le torse, mais elle ne relâcha pas son étreinte et posa un baiser amoureux sur cette joue tant aimé. Peu lui importait si il la repoussait… elle l’embrassa avec tout l’amour qu’elle ressentait pour lui… elle le déversa dans ce simple petit baiser… priant que ce ne soit pas le dernier, mais au moins assurée qu’il savait...
Le chagrin la secoua de nouveau alors qu’il disait enfin quelque chose…


- Moi aussi, je suis heureux de te revoir.

Cette phrase lui déchargea les épaules d’un poids sur le point de l’écraser tout à fait. Elle respira à nouveau normalement en réalisant qu’il la tenait toujours contre lui… elle lui prit la main et enfouis son visage dans son cou, en quête de ce parfum qui avait le don inné de la calmer et la rassurer comme rien d’autre au monde.

_Je ne veux pas m’asseoirmurmura-t-elle de façon à peine audible Je veux seulement… que tu restes avec moi… tu entends ?sa voix se brisa à ce dernier mot et une nouvelle vague de larmes la submergea Comment vas-tu ? Tu n’as rien toi ? Qu’ont dis les rêveurs… et cette fille… celle avec les yeux étranges, elle a réussit à t’emmener jusqu’à eux, hein ? Locktar… - elle soupira et resserra sa prise sur la main du guerrier immobileje… tu sais…

Elle abandonna et s’éloigna doucement. Comment expliquer l’inexplicable ? Elle était comme ça… cette main, c’était une partie d’elle, destruction ou pas… c’était elle…
Elle lui tourna le dos, le cœur en sang. Si il ne comprenait pas maintenant… jamais il ne comprendrait. Père dirait simplement, que si c’est cela qui devait arrivé et qu’il s’éloignait d’elle à cause de ça, c’est qu’il n’était pas digne d’elle… mais digne ou pas, elle en tout cas, elle l’aimait…


_Je suis debout dit-elle d’une voix tremblante, tentant de voiler son malaiseLes affaires reprennent. J’espère que tout le monde va bien…


Locktar Hil'Guidjek
Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


MessageSujet: Re: Le calme après la tempête [Terminé]   Le calme après la tempête [Terminé] Icon_minitimeDim 13 Fév 2011 - 22:02

- Non, les affaires ne reprennent pas. Tu as besoin de repos. Tu te rends compte de ce que tu as fait? Tu ne vas pas reprendre le boulot et les tracas qui vont avec pour l'instant. Tu as été inconsciente pendant plusieurs jours et l'académie a continué de fonctionner sans toi. Elle continuera à le faire pendant que tu retrouves tes forces.

Il marqua une pause.

- Allez, viens t'asseoir. Je ne me sauverais pas, je te le promets.

Elle s'installa finalement sur le lit.

- Alors maintenant je vais répondre à tes questions. D'abord la fille "avec des yeux étranges", elle s'appelle Julia et c'est une amie de longue date. Oui, elle a réussit à me conduire aux rêveurs, mais je dois t'avouer que je sais pas vraiment ce qui s'est passé. J'étais dans un sale état et je confondais la réalité avec mon imagination. J'ai bien une idée de ce qui s'est passé mais je ne pourrais te dire si c'est la réalité ou si mon esprit s'est moqué de moi.

Nouvelle pause.

- J'ai une question à te poser moi aussi. Ca concerne ta main. Savais-tu qu'un si grand pouvoir se cachait à l'intérieur? Savais-tu que tu étais capable de détruire le sol du hall de l'académie? Quand on m'a raconté tes exploits, j'ai d'abord eu du mal à croire la personne que j'avais en face de moi. Et pourtant, je lui ai toujours fait confiance. J'ai été obligé d'aller voir moi-même ce qui restait du lieu de la bataille pour en être sur. Cette puissance est destructrice. Et je comprends maintenant pourquoi le Chaos en a après toit et ta famille. Mais je ne m'inquiète pas pour moi ou pour ceux qui t'entoure, depuis que je te connais, je n'ai pas eu à me soucier de cette main, c'est donc que ton gant enferme le pouvoir comme il faut. Non, je m'inquiète pour toi. J'ai besoin de savoir si ce pouvoir peut te causer des dommages. Tu ne peux pas savoir l'inquiétude que j'avais depuis que tu es inconsciente. Je ne pouvais être sûr que tu te réveilles un jour. Alors j'ai envie de savoir si la Main Morte a déjà tué un membre de ta famille pendant qu'il l'utilisait.

[dsl, c'est court, mais l'inspi est pas totalement revenue Embarassed ]


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Le calme après la tempête [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


MessageSujet: Re: Le calme après la tempête [Terminé]   Le calme après la tempête [Terminé] Icon_minitimeMar 15 Fév 2011 - 1:03

Edel se retourna finalement pour regarder ce bel homme tenter de la réconforter. Il était encore un peu fatigué lui aussi semblait-il, mais comme il était beau… Elle alla s’asseoir sur le lit, incapable de débattre d’avantage, trop fatiguée pour discuter plus avant, trop amoureuse pour contrarier son cœur.

Il ne se sauverais pas avait-il dit… un sourire rêveur s’installa sur ses lèvres, son cœur apaisé par cette voix dont elle était amoureuse. Quand il s’approcha, elle se blotti tendrement contre lui, écoutant passionnant le rythme paisible des battements de son cœur, renouant avec la chaleur de ce corps tant aimé, appréciant de nouveau ce parfum qui avait le don inouï de la faire perdre pied, cette peau qui la rendait folle, et tant d’autres choses… Edel soupira. Mais lui ne se rendait compte de rien, ne voyais pas sa joie d’être là avec lui. A quel point elle était heureuse qu’il soit là, à quel point il était important pour elle.

Elle sourit doucement et l’embrassa tendrement au beau milieu d’une phrase, glissant ses doigts dans ses cheveux. Elle ne voulait pas parler, seulement qu’il s’occupe d’elle. Elle voulait voir son corps, là où ça n’allait pas et puis tout le reste ! Elle voulait le retrouver pour de bon et tout entier. Mais lui voulait être bavard. Elle posa la tête sur l’oreiller caressant affectueusement la main et la joue de son amour très concentré sur la discussion.
Rien de plus normal…ce qu’il disait n’était important.

Quand il eut fini, un court silence s’en suivit durant lequel elle le regarda, ce visage contrarié. Ses doigts effleurèrent doucement ce visage tant aimé, aux endroits notoires où apparaissaient les traits d’inquiétude. Elle lui sourit :


_Je n’aime pas quand tu es contrarié.lui dit-elle rêveuse. Elle lui sourit encore et lui donna un autre baiser, plus court mais pas moins amoureux.- Si je te réponds, tu accepteras d’oublier un instant tout ça et de me prendre dans tes bras?

Elle se sentait moins perdue quand il la tenait contre elle. Tout semblait plus clair et moins difficile. Le savait-il seulement ? Ou alors cela lui était peut-être égal ? Mais surtout, ce n’est qu’à cet instant qu’elle se rendit compte à quel point il lui manquait. Ils n’étaient pas assez ensemble, ils ne se voyaient pas assez. A quand remontait leur dernière étreinte ?
Ses joues s’enflammèrent en se souvenant et réprimant le désir qui montait soudainement, elle se redressa en souriant. C’était pas le moment elle devait expliquer.


_Nous le savons tous.répondit-elle son regard tombant dans le vide - Dès notre plus jeune âge on l’apprend. Il y a chez moi une sorte de cérémonie instaurée depuis déjà plusieurs générations. Une cérémonie pour les enfants ; on les enferme une journée dans une pièce particulière, sans le Gant. Une seule…elle le regardec’est la seule foi dans l’enfance qu’on l’autorise, pour qu’ils comprennent, qu’aucune curiosité malsaine ne se développe. Qu’on n’éprouve aucun sentiment de regret ou de manque de liberté. Enfant, on est curieux, enjoué, innocent, on veut comprendre, savoir, tester, enfreindre, on se révolte parfois, prit d’un sentiment d’injustice. Pourquoi toujours garder ce Gant ? Pourquoi les adultes en font toute une histoire ? Pourquoi n’ai-je jamais le droit de l’enlever comme les grands ? Qu’est-ce qui se passe si je désobéis… quand je vois ma main, rien d’anormal sur ma peau… seulement plus blanche que l’autre parce qu’elle ne vois jamais le jour. Et puis on dit d’elle qu’elle est morte, mais c faux ! Elle bouge quand je lui demande, a autant de réflexe que l’autre, frappe aussi fort dans les bagarres même si je n’ai jamais le droit de frapper avec normalement, écrit aussi bien sur les parchemins aux exercices, elle est aussi adroite que l’autre… alors pourquoi ? Pourquoi n’aije jamais le droit de l’utiliser comme les autres qui ne sont pas de la famille ? Pourquoi me fais-je si sévèrement gronder si j’ose tendre ma main nue vers quelqu’un ou quelque chose… - Edel se perdit dans se souvenir, se retrouvant devant cette grande porte, toute petite qu’elle était elle, ses petites mains tremblantes. Elle allait enfin avoir le droit, elle ne se ferait pas gronder, maman avait dit oui et papa aussi. La jeune femme baissa les yeux.C’est un mal pour un bien. On nous explique dès que nous sommes en âge de comprendre. Sans cesse, encore et encore, le pourquoi, le comment, les causes, les conséquences, mais il y a un moment où les mots ne suffisent plus. Et aucun mot d’ailleurs ne pourrait décrire ou expliquer ce qui ne peux se dire… Il ne faut que 3 heures en moyenne pour qu’on supplie de sortir. Longue hésitation en général. Les adultes ne sont pas si bête pense-t-on, on observe, réfléchis, hésite, se demande si c’est bien de faire ça, maman à tellement de fois dit qu’il ne fallait pas… on se souviens de la peur dans son visage, de la crainte dans les yeux des servantes affolées quand mes frères et moi nous nous mettions à courir en tout sens en criant, le Gant dans la main droite, la main gauche libre, juste pour le plaisir de faire peur et de rire. On se souvient de la poigne de fer de père, qui se referme sur le haut du bras interdit. Le regard dur des plus vieux d’habitude si tolérant, de la froideur avec laquelle père distribue les punitions. Et on a peur soudain. Qui y a t’il de si horrible sur cette main ? - Edel regarda à nouveau Locktar, tout à fait silencieuxEt on apprend enfin pourquoi. Le dessin n’a aucune limite Locktar. C’est une œuvre parfaite, que rien n’arrête jamais. Beaucoup des miens sont mort à la guerre en l’utilisant pour ultime recours. Nombreuses de leurs interventions on fait basculer la victoire du côté de la résistance, nombre de ces sacrifices sont honorés par les miens. son regard s’embuaAinsi s’est éteint notre ancêtre prisonnier dans ces geôles de glace. Nous n’osons même pas imaginer ce qu’il a put subir avant de mourir; lui était recouvert tout entier de ce dessin. La Main fait peur, car elle ne sait que détruire, indépendamment de ce que le reste du corps est capable de subir. Il n’est pas proportionnel aux capacités de chacun, il est égal pour tous, certain sont plus résistant que d’autres face à son agression mais c’est tout. Il détruit toujours, tout ce qu’il touche, sans arrêter, aucun métal, aucune roche, aucune matière ne résiste, tout n’est que poussière après son passage, tout se brise et meurt… - une larme glissa sur sa joueseul le Gant nous protège, nous mourrions autrement, il est impossible de ne jamais rien toucher, ou de ne jamais reposer son bras. Si je savais si j’étais capable de faire ça ? Tu es à mille lieux de savoir ce dont je serais capable Locktar. Le hall… c’est un exercice chez nous. Après la cérémonie dont je te parlais, nos maîtres nous apprends tout ce que l’on doit savoir à son sujet. Aussi devons-nous être plus adroit de la mains gauche que de la droite, pour mieux nous protéger nous et ce qui nous entour. En être plus conscient. Enfin, on nous apprend à nous en servir, du moins comment tenter de canaliser le dessin, même si c’est en fait, quasiment impossible. On l’intègre à des techniques de combat sur champs de bataille, selon la pratique de nos ancêtres jadis. Ma manœuvre dans le hall est une combinaison pour trois normalement. Je l’ai fait déjà deux fois, toujours avec mes frères. Placé à des endroits clés, chacun à sa place, nous n’avons quasiment pas à frapper le sol quand nous sommes ensemble, car le dessin est également réparti, il n’est donc pas violement libéré et le pire que nous pouvons subir c’est un évanouissement et une fatigue après coup de plusieurs jours. Ces manœuvres sont rares, mais on nous l’enseigne encore aujourd’hui et même en temps de paix. Ainsi se battait nos ancêtres, c’est une tradition pour nous, mais avant tout un moyen pour ne pas oublier ce que porter la Main Morte signifie.

Edel s’interrompis, elle pouvait encore en parler des heures comme les Anciens chez elle… mais il fallait qu’elle s’arrête. Son esprit s’égara dans ses souvenirs de récits guerriers, de ses batailles illustres où les siens s’étaient débattus jusqu’à la mort sous la bannière familial, pour la liberté, contre le chaos. Ces cris de guerres pleins de fierté quand son père se montrait au mur pour diriger les manœuvres d’exercice, ces histoires que grand-père, les anciens et les livres anciens de la grande bibliothèque rapportait… racontant la joie des armées alliés quand quelques membres des siens se montraient en première ligne à une bataille, la peur et le doute qui se lisait soudain dans le regard ennemis, des trompettes d’honneurs que l’Empereur faisait chanter pour eux jadis… De grands hommes étaient ses pères, de grands hommes seraient ses frères. Edel se rallongea calmement en fermant les yeux, ils lui manquaient affreusement, il lui tardait de voir la réaction d’Audric quand il saurait qu’elle avait osé composer la 6ème combinaison sans lui. Il serait vert d’exaspération. Il était fou ce gamin.


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le calme après la tempête [Terminé]   Le calme après la tempête [Terminé] Icon_minitime



 
Le calme après la tempête [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Caution : Chemical hazard. [Terminée.]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» [Validée]Saya Nishikata [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Aile ouest de l'Académie :: Le premier étage :: Les appartements de Locktar et Edel Hil'Guidjek-