Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteTe souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Dessinatrice
Messages : 599
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Lun 27 Déc 2010 - 16:01

Enelyë s'était réveillée très tôt. Bien plus que d'habitude. La preuve, c'est qu'elle vit le jour se lever en passant devant une fenêtre. Le sommeil la quittait, elle ne parvenait plus à fermer les yeux. Angoissée et chiffonnée. Les révélations, peut-être. Les Mercenaires parmi ceux qu'elle pensait connaître, puis des retours de passé. Pas le sien, en plus. Les couloirs lui semblaient étrangers, aussi vides. Elle ne les reconnaissait pas. D'habitude, tout le monde se bousculait, les cris et les rires résonnaient. Enfin les rires... Moins, maintenant. Là, avançant seule, il n'y avait que ses pas qui dérangeaient le silence. Le silence lui était insupportable, et elle n'arrivait plus à parler aux autres, lorsqu'elle le devait. Etait-ce la bataille qui avait ainsi chamboulé Enelyë ? Oui. Apprendre que Varsgorn n'était pas simplement un mercenaire, mais un assassin... La dessinatrice frissonna. Elle le savait, mais l'entendre ainsi. Rencontrer une personne dont la famille avait été tué par lui. Ca lui semblait tellement étrange, et en même temps, ça lui semblait évident.

Ses doigts glissaient sur les murs. Elle se rendait compte que les couloirs étaient vraiment très larges, puisqu'en étendant les bras, elle ne touchait pas les deux murs. De quoi aurait-elle eu l'air si quelqu'un l'avait vu ? Elle se recolla au mur.

Les boucles d'ébène caressaient sa joue à chacun de ses mouvements, mais elle ne songeait plus à les couper, ces mèches gênantes par l'importance qu'elle prenait. Tout ce qu'elle voulait, désormais, c'était la vérité, la connaissance. Le savoir. Ce n'était pas auprès de son maître qu'elle allait chercher tout cela. Le Soleil changea timidement, en gardant cependant sur lui ses nuances de rouge et d'orange. Et elle continuait à marcher dans les couloirs, ne s'arrêtant pas. La porte de l'Académie, enfin. Elle n'avait rencontré personne durant sa traversée, et cela l'avait grandement étonné. Mais à présent, elle ne s'en souciait plus. Tout ce qu'elle voulait, c'était aller voir les montagnes.

Elle arriva au pied de la montagne au moment où le Soleil devenait plus jaune, plus vif. Elle se rappellait de l'escalade qu'elle avait fait avec Varsgorn. Elle posa sa main sur la pierre. Sa tête était remplie de questions dont elle ne voulait pas connaître les réponses. Elle trouva un appui, commença à grimper. Sans corde. Dangereusement. L'escalade était ardue. Trop difficile pour elle, peut-être. Mais ça, elle n'y pensait pas. C'est sans doute ainsi qu'elle réussit à accéder au sommet. Et du haut de la montagne, s'offrait une magnifique vue. Plus près des étoiles, elle n'avait pas vu ce que la nuit lui cachait. Et là, près du Soleil, elle observait. La ville qui se réveillait. Des près, des petits groupes d'arbres, malmenés par le vent qui soufflait. C'était beau, le réveil de la vie.

Enelyë s'assit, chercha un morceau de bois du regard. Elle avait changé d'état d'esprit. Alors qu'elle s'était juré de ne jamais retourner grimper cette montagne, alors qu'elle s'était juré ne plus jamais toucher un bout de bois, voilà qu'elle le faisait de son plein gré. Elle se releva, inspirant l'air qui arrivait jusqu'à elle en faisant valser ses boucles et en fouettant son visage. Le vent... Elle avait vécu l'eau, en se noyant, avec Elio. Le feu, en y plongeant son esprit, dans sa salle commune, avec Eliaz. Et le vent, pouvait-on le vivre ? Peut-être les marchombres le pouvaient-ils. Mais pas elle, et sans se l'expliquer, elle en avait la certitude. Une de ces certitudes facilement ébranlables, pas une vraie certitude. Enelyë se retourna brusquement. L'absence de bruits, soudainement, l'avait marqué.

Varsgorn.


- Je ne veux pas te voir.

Une phrase qui venait de fuser. C'était faux. Mais peut-être, à cet instant précis, cette affirmation était-elle vraie. Il n'avait rien fait. Elle savait. Elle se tourna vers la ville, resta muette un instant. Puis en se retournant, elle le dévisagea.

- C'est vrai ? Ce que cette fille a raconté... Je ne vous ai pas écouté, je me rendormais mais... Tu as vraiment tué toute sa famille ?

C'était ignoble. Elle ne ressentait même pas de dégoût, juste de la tristesse pour cette fille. Elle avait songé à ce qu'elle aurait fait si elle avait été dans le cas de la jeune femme. Elle n'aurait même pas parlé. Elle ne se serait pas montré cruelle dans ses paroles. Elle se demandait juste, qui serait mort.

- Combien de personnes as-tu tué ?

La question, murmure, avait franchi ses lèvres avant qu'elle n'ait pu la retenir. Ce n'était pas un reproche. Elle apprenait encore des choses sur Varsgorn qu'elle croyait savoir. Il lui avait raconté son histoire. Elle ne savait rien, en réalité, mais voulait des réponses qui pouvaient l'aider à y voir plus clair.

- C'était évident, que tu serais un jour confronté à ton passé.

Mais tu n'y a pas pensé. A présent, donne-moi des réponses. Maintenant. Ou je m'en vais.


_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 299
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Lun 27 Déc 2010 - 22:28

Varsgorn avait passé la nuit dehors. Il était noble mais pourtant, il ne recherchait pas le confort en tout temps. Il avait beaucoup voyagé et les nuits à l'extérieur ne le dérangeait surtout pas. Il s'adonnait d'ailleurs parfois à ce plaisir. Sentir le vent frais. Avoir le ciel pour toi et la terre pour lit. Les autres nobles ne savaient pas apprécier ce plaisir simple. D'un certain côté, Varsgorn avait des réactions de roturiers. Mais évidemment, il gardait aussi son sang noble et il aimait qu'on lui offre le respect que son rang méritait. Il aimait donc s'accorder du repos et de s'accorder une ou deux nuits à la belle étoile. Avec la reconstruction de l'académie, il n'avait pas eu le temps de s'accorder trop de pauses. Il avait donc décider de s'éclisper pendant plusieurs jours. De grimper dans les montagnes d'Al-Poll. De ne revenir à l'académie qu'une semaine plus tard. Il y avait bien longtemps qu'il ne s'était pas baladé dans les immenses pics qui bordaient l'édifice. Certains détestaient cet endroit dangereux mais Varsgorn s'y plaisait à merveilles. De nombreux lieux étaient inexplorés et le trésorier était un des rares à y poser les pieds. C'était l'un des avantages des marchombres et de ceux qui l'avaient été. Leur corps étaient entrainés pour résister à tout et l'escalade était une de leur spécialité. Les à-pics de la chaine d'Al-Poll ne faisaient donc pas peur à Varsgorn. L'ancien mercenaire passa donc le plus clair de son temps à se déplacer de montagne en montagne. S'arrêtant pour la nuit dans des endroits qui lui étaient cher. Il décida de terminer son petit "voyage" à l'endroit où il avait commencé à apprendre à Enelye à se battre. Il avait délaissé ses travaux de trésorier pour la semaine. On avait pas vraiment besoin de lui maintenant que les fonds avaient été débloqués pour la rénovation.

Quand il arriva, il remarqua qu'il y avait déjà quelqu'un. Une silhouette se dessinait. Silhouette féminine. Le trésorier s'approcha dans le plus grand silence. Il se rendit alors compte que c'était une personne qu'il connaissait bien. Enelye! Comment était-elle arrivé jusque là? Elle avait grimpé seule? Sans corde! C'était impressionnant. Varsgorn était vraiment fier d'elle. C'est à ce moment qu'elle se retourna vers lui. Il voulut la féliciter mais il vit la détresse dans son regard. Il y avait quelque chose qui n'allait pas. Elle se mit à lui parler de l'entretien que l'ancien mercenaire avait eu avec la survivante du meurtre de la famille Ril'Morienval. C'est vrai qu'il ne l'avait pas revu depuis cette discussion. Varsgorn était passé à autre chose. Des meurtres, il en avait commis plusieurs. Il n'avait aucun remord. Mais il comprenait parfaitement le jugement d'Enelye.

- Oui, c'est vrai. Tout ce qu'elle a dit était vrai. J'ai bel et bien commis ses crimes.

La question sur le nombre de morts qui jalonnait le passé de Varsgorn posait problème. Enelye pouvait s'éloigner de lui s'il donnait le nombre exact. Il allait devoir dissimuler la vérité sans pour autant mentir.

- J'ai tue beaucoup de personnes dans ma vie. Pour toi, c'est inconcevable de tuer quelqu'un mais la mort est partout. Un guerrier tuera des personnes lui aussi. Certains soldats ont surement tué plus que moi. J'ai tué pour survivre. J'ai tué parce qu'on m'avait payé pour le faire. C'est ainsi. Regarde ce qui s'est passé dans l'académie il y a quelques jours. On ne peut jamais échapper à la mort. Elle nous entoure et il faut vivre avec. Je n'ai pas d'excuses pour ce que j'ai fait à cette pauvre jeune fille mais c'est le passé désormais.

Il marqua une pause.

- Mais tu as raison. Je ne me doutais pas que mon passé resurgirais si vite. Je pensais même qu'il ne reviendrais jamais.


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Dessinatrice
Messages : 599
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Mar 28 Déc 2010 - 1:17

Enelyë ne regardait pas son maître. Elle devait déjà faire attention à où elle posait ses pieds. Elle se baladait sur le bord de la montagne. Une chute serait probablement mortelle. Et dans le meilleur des cas, la personne qui tombait finissait paralysée. Ses mèches brunes jouaient avec le vent qui s'engouffrait autour d'elle, cherchant à la faire voler, peut-être. La voix de son maître, calme, s'éleva dans son dos. Alors c'était vrai. Il avait bel et bien commis ses meurtres. C'était ignoble. Comment pouvait-elle supporter d'accorder sa confiance à un assassin ? Deux réponses à cette question. Elle le connaissait, maintenant, même si certains points restaient dans l'ombre. Et elle savait qu'elle ne risquait rien. Sans pouvoir l'expliquer, alors que personne n'était à l'abri, elle-même se sentait en sécurité. A cette pensée, elle éprouva une sorte de culpabilité. Elle prenait les fautes sur elle, mais elle n'avait rien fait. Une attitude tout à fait idiote, mais qui faisait partie d'elle. Et il fallait bien que quelqu'un porte sur ses épaules ce poids là.

Il répondit à la question qu'elle avait laissé échapper. Beaucoup... ce n'était pas assez précis, mais c'était une de ses questions qui n'appellaient pas de réponse. Désormais, elle avait ce beaucoup sur la conscience. Pourquoi eux ? Pourquoi pas elle ? Elle n'arrivait pas à comprendre. Comme le dit Varsgorn quelque secondes plus tard, pour elle, les meurtres étaient inconcevables. Une vie humaine comptait plus que n'importe quelle quantité d'or. Elle ne comprenait pas cette façon de penser. La mort était partout, certes. Cela enlevait-il à la vie toute la valeur qu'elle avait ? Elle se surprit à penser qu'elle ne pouvait pas tenir ce genre de conversations avec un ancien Mercenaire. Elle mordit l'intérieur de sa joue, pour se reprendre et cesser de rougir. Elle était bien contente d'être de dos, et de cacher ainsi son visage. Il se compara aux guerriers. Ils tuaient aussi... C'était vrai. Mais eux faisaient cela par devoir, pour la protection de ce qu'ils aimaient. Mais en effet, cela revenait au même. Enelyë se sentit vaciller et se rattrapa vite en faisant un pas en arrière. Ce n'était pas le moment d'avoir le vertige.

Comment pouvait-il parler avec autant de légèreté de la mort ? Elle n'était pas préparée à cela. Pour elle, ce sujet avait toujours été caché, secret, détourné. Et s'y confronter, la bouleversait. Elle ne pourrait jamais tuer. Cette pensée s'insunua en elle, délicate, puis prit de la puissance en elle. Elio avait raison. Une princesse incapable de s'occuper d'elle-même. Elle jeta un poignard, qui se ficha doucement dans la terre sèche. Est-ce que son maître s'était servi de ce poignard avant de lui offrir ? Est-ce que cette lame avait déjà connu le sang humain ? Les rubis brillaient au soleil, renvoyant des rayons écarlates sur le sol. Des rais rouges comme des trainées de sang. Elle lança son regard accusateur vers Varsgorn. Elle marcha vers lui, ses pensées martelant son crâne. Il se fichait de la mort comme elle se fichait du siffleur qui était en train d'être servi dans une taverne d'Al-Jeit. Elle voulait juste lui faire comprendre, que chaque chose, plus particulièrement la vie, avait de la valeur.


- Quand tu as failli mourir, à quoi tu pensais ? Aimerais-tu qu'on te vole ta vie, qu'on décide de ta mort ? C'est terrible, tu ne te rend pas compte...

Elle faisait jouer ses doigts dans ses boucles. Ombre et Lumière. Elle laissa sa main retomber, puis croisa ses bras. Elle fit son regard insistant, vrilla de ses iris les yeux de l'homme, cherchant à déstabiliser son maître, tandis qu'une voix dans sa tête lui clamait que c'était impossible. Tant pis, laissons l'impossible de côté, se contentait-elle de rétorquer à cette voix. Etait-il aussi inconscient, aussi dangereux ? Soudain, une question se forma dans sa tête... Une question dont elle eut honte, et peur. Même si elle ne voulait pas connaître la réponse, elle devait la poser. Ne serait-ce que pour savoir, pour être sûre de ne rien risquer. La question franchit ses lèvres dans un élan, qu'elle ne chercha pas à rattraper, qu'elle laissa filer telle une flèche.

- Me tuerais-tu, contre de l'or ? Dis-moi la vérité. Et si non, pourquoi les autres, et pourquoi pas moi ?

Enelyë regretta aussitôt, cependant elle ne trahit pas ce sentiment. Elle restait en face de lui. Elle aurait voulu que son visage reste neutre, mais elle le sentait changer. Pas de regrets, néanmoins. L'incompréhension se mêlait juste à l'appréhension. Si il répondait oui, elle resterait ici. Est-ce qu'en posant cette question, elle jouait avec sa vie ? De toutes façons, il était trop tard. Aucun retour en arrière n'était envisageable. Ni envisagé. Elle récupéra son poignard, puis réduit la distance qui les séparaient. Désormais, un pas à peine les distançaient l'un de l'autre. Le poignard, dans sa main, voyant. Elle le porta à la hauteur de son regard.

- Tu as déjà tué, avec celui-là ?

Ce sont des cadeaux empoisonnés ?

Parler de mort en haut de cette montagne où ils s'était racontés leurs histoires, où il avait acquis sa confiance, avait quelque chose de terriblement ironique.



_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 299
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Mar 28 Déc 2010 - 14:51

Enelye marchait bien près du bord de la montagne. Varsgorn en était inquiet. Il se tenait prêt à foncer si jamais elle chutait. Ca ne servirait peut-être à rien mais il ne pourrait supporter de voir son apprentie tomber sans qu'il n'agisse. Si elle tombait, il se jetterait dans le vide pour tenter de la rattraper et ensuite essayer de se raccrocher à une aspérité de la roche. Autant dire une chose impossible à faire. Donc si Enelye tombait, il serait certainement deux à mourir.

- Je n'ai pas peur de la mort. Elle peut venir me cueillir quand elle le souhaite, je ne verais rien à redire. On peut venir me prendre ma vie, ça ne me gênera pas. Je rejoindrais mes ancêtres sans regret et je veillerais sur toi depuis les cieux.

La seule chose qui l'effrayait dans la mort, c'était le jugement que ses parents auraient quand il les rejoindrait. Serait-il contre ce qu'il avait fait? Auraient-ils honte de l'avoir pour fils? Comment réagiraient-ils? C'était la seule chose qui pouvait le ralentir quand la Mort viendrait le voir.

- Quand j'ai faillit mourir, je pensais à de nombreuses choses de mon passé. A mes parents notamment. C'était mon enfance et mon passé de marchombre qui me revenait à l'esprit. C'était bien la preuve que ma vie de mercenaire avait été une idiotie de ma part. Très peu de choses de mon présent apparaissaient. Tous les moments de ce présent avait un lien d'ailleurs. Je les avait tous passé en ta présence.

Finalement, sa vie de mercenaire avait eu un seul avantage: sa rencontre avec la jeune dessinatrice. S'il était resté marchombre, il ne serait peut-être jamais revenu à l'académie. Il se rappelait avoir eu envie d'espaces et de voyages. Il aurait visité Gwendalavir en entier. Il aurait certainement rencontré une jeune apprentie marchombre qu'il aurait formé. Oui, c'était évident, il n'aurait jamais vu Enelye s'il n'avait pas été un mercenaire. Après tout, c'était bien dans l'espoir d'en faire une Mentaï qu'il l'avait abordé. Un marchombre n'aurait jamais proposé à une dessinatrice de le suivre pour la former.

- Ne t'ai-je pas prouvé que tu comptais pour moi? Jamais je ne pourrais te tuer même si l'empereur m'offrais son trône. Tu comptes énormément pour moi. Dans mon coeur, tu as la même place que mes parents. Tu fais partit de ma famille de coeur. Quand je t'ai vu t'effondrer quand tu avais reçu mon couteau, j'ai cru mourir. Si tu avais été tué par ma propre arme, je me serais sûrement suicidé pour ne plus porter la honte que j'aurais éprouvé. Non, ne t'inquiète pas, jamais je ne te tuerais.

Elle avait observé le couteau qu'il lui avait offert pendant de longues minutes. Une question avait alors fusé.

- Les couteaux les plus beaux de ma collection, je les garde précieusement pour ne pas les perdre. Je ne m'en suis jamais servit. Celui que je t'ai offert fait partit de ceux-ci. Son passé, je ne le connais pas. On ne la pas forgé pour moi alors je ne pourrais pas te jurer que ce couteau n'a jamais fait couler le sang. Mais en tout cas, moi, je n'ai jamais tué avec. Mes traits mortels, je les garde à ma ceinture, ajouta-t-il en désignant les lames qui étaient visibles dans ses habits.

Il avait eclipsé volontairement une question. "Pourquoi les autres et pas moi". Il n'avait pas envie de répondre. Il savait que sa réponse ne lui plairait pas. Il lui aurait dit que les autres ne comptaient pas pour lui. C'étaient des visages sans nom. Des malheureux qui ne vivraient pas longtemps parce qu'on l'avait payé pour les tuer. Seules les personnes qu'il portait dans son coeur méritait qu'il les sauve. Pour les autres, tant pis.


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Dessinatrice
Messages : 599
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Dim 16 Jan 2011 - 1:21

~ Es-tu si idiote, Enelyë, pour que tu te demandes si ton maître serait capable de te tuer ?


Les brumes matinales se dissipaient, pourtant la jeune dessinatrice était dans le brouillard. Elle ne savait plus où elle en était. Encore une fois. Combien de fois s'était-elle demandé ce qu'elle devait penser depuis qu'elle était arrivée à l'Académie ? Plus de fois, en tout cas, que dans toute sa vie avant. Elle recula de quelques pas, allongeant la distance qu'elle avait rétréci quelques secondes auparavant. Varsgorn repensait à son passé de marchombre, au bord de la mort. Et à tout les moments qu'il avait passé avec elle, à l'entraîner. Enelyë remarqua qu'aucunement il n'évoquait son passé de mercenaire. Alors, il était marchombre. Elle se dit que le chemin de son maître aurait pu être tout autre. Tellement qu'elle aurait pu ne jamais le rencontrer. Un rire très léger, un brin nerveux, s'échappa de ses lèvres. Il s'éteignit très rapidement.

Varsgorn répondait déjà à sa question. Me tuerais-tu ? Lorsque sa réponse parvint à ses oreilles, évidente, elle s'insulta mentalement. Comment avait-elle pu être stupide à ce point, pour penser que son maître voudrait la tuer ? Il n'allait pas la prendre comme apprentie pour ensuite s'en débarrasser ! Elle passsa une main dans ses cheveux, gênée. Et d'après ce qu'elle réussit à comprendre ensuite, perdue qu'elle était dans ses pensées, elle avait pris de l'importance. Lui aussi, pour elle. Elle le considérait comme un père, quelqu'un qui l'aidait à se dépasser, toujours. Un père... Et le sien, dont elle n'avait toujours pas de nouvelle ? Enelyë baissa la tête, se demanda un instant s'il pensait à elle, se demanda un instant où il pouvait bien être... Elle laissa échapper cette idée puis releva la tête vers son maître.


- Excuse-moi, de t'avoir posé cette question, mais je...

Quoi ? Je m'inquiète, ou je veux savoir... Tellement d'autres solutions se bousculaient dans la tête d'Enelyë, qu'elle balayait les unes après les autres. Ne plus trouver de réponses, ne pas en chercher, simplement. Il lui répondit à propos de sa question sur le couteau, mais cela n'avait aucune importance, à vrai dire. Elle se dirigea vers le bord de la montagne, où elle avait abandonné son sac. Elle y rangea le couteau, prenant tout son temps. Elle scrutait en même temps le paysage qui s'étendait devant elle. Le ciel, surtout. D'un bleu magnifique, un peu caché par les nuages blancs qui défilaient. Ce fut un soupir qui franchit ses lèvres lorsqu'elle voulut parler, là où personne ne l'entendrait. Le poignard rangé, elle se releva. Doucement, elle récupéra son sac pour le ramener moins près du bord de la montagne.

Enelyë retrouva les bouts de bois sur son chemin. Souhaitant se vider la tête, elle décida d'improviser un petit combat avec Varsgorn. Elle attrapa deux bouts de bois et en jetta un aux pieds de Varsgorn, un sourire discret sur le visage. D'un mouvement de tête, elle rejetta une mèche qui cachait son regard. Même si le vent s'obstinait à la replacer devant ses yeux. Elle attacha rapidement ses cheveux avant de reprendre le morceau de bois. Elle tendit son bras, comme si elle jouait le chevalier avec une lance.


- Allez, on se bat. J'ai besoin de me défouler, assura-t-elle, souriante.

Et le combat commença.

***

Elle tomba par terre, couverte de sueur, son sourire encore sur le visage. Malgré le fait que son coeur battait à tout rompre, lui brûlant la poitrine, alors que ses doigts s'étaient engourdis sur le bout de bois, elle souriait. Malgré le fait que, durant le combat, quelque chose lui avait fait mal. Elle ne savait pas quoi, parce qu'à ce moment là elle n'avait pas été touchée. Elle ramena ses genoux contre sa poitrine puis regarda Varsgorn, qui s'était assis pendant qu'elle pensait. Elle posa sa tête sur ses genoux.

- Tu sais... j'ai l'impression qu'il se passe quelque chose de mauvais. Pourtant, les mercenaires sont partis, elle avait soufflé le mot mercenaire, alors, je ne vois pas ce qu'il peut arriver de pire... à moins que les Raïs débarquent, mais ça m'étonnerait un peu, à vrai dire, conclut-elle en souriant.


[Edition à volonté]


_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 299
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Lun 31 Jan 2011 - 16:37

Enelye semblait perdue dans ses pensées. Varsgorn la comprenait finalement. La réalité de la vie venait de lui éclater devant les yeux. Avant, elle avait été protégée, choyée. Même pendant les leçons, le trésorier la ménageait. Il la tenait loin du Chaos. Mais depuis quelques semaines, tout avait submergé la jeune Corbac. Elle avait été blessé par son maître. Puis elle avait appris qu'il lui mentait depuis de nombreux mois. Ensuite, elle avait appris que les mercenaires avaient fait main basse sur l'académie. Et, alors que tout semblait s'arranger, Enelye apprends que son maître est un assassin. C'était beaucoup à supporter. Beaucoup trop, même pour un adulte. Alors pour une adolescente, c'était pire. Oh oui, Varsgorn comprenait les interrogations de sa jeune apprentie. Elle n'avait pas s'excuser de se poser des questions, c'était normal après tout. L'ancien Varsgorn, le terrible Fantôme, n'aurait pas hésité à la tuer si elle présentait un danger pour lui. Mais désormais, c'était différent. Une jeune dessinatrice l'avait sortit du chemin du Chaos. Et il ne savait quoi faire pour la remercier de cela. A part la protéger et faire en sorte qu'elle soit plus forte que ses ennemis. C'était la seule chose qu'il était capable de faire.

Le trésorier regardait Enelye sans ciller. La jeune Corbac errait sans but. Elle ne semblait plus être présente. Soudain, Varsgorn la vit se pencher et ramasser deux bouts de bois, qui avait servit lors de leur premier combat. Elle en lança un en direction de son maître. Un combat? C'est vrai qu'il n'y avait rien de mieux pour se changer les esprits. L'ancien mercenaire attrapa son arme de fortune et il détâcha sa capuche pour être plus à l'aise.

- Voyons voir les progrès que tu as fait.

La technique de la jeune Corbac s'était améliorée. Elle avait travaillé, ça se voyait. Varsgorn était content de ses progrès, mais il restait encore du travail. Quand Enelye s'effondra, Varsgorn laissa tomber son bout de bois et il la laissa reprendre son souffle. Il s'asseya à ses côtés.

- Tu sais... j'ai l'impression qu'il se passe quelque chose de mauvais. Pourtant, les mercenaires sont partis, alors, je ne vois pas ce qu'il peut arriver de pire... à moins que les Raïs débarquent, mais ça m'étonnerait un peu, à vrai dire

- Malheureusement, le mal est partout et il ne sera jamais mort. Le Chaos est en fuite mais les mercenaires ne sont pas tous morts. Ils reviendront sûrement un jour. Mais la leçon qu'ils ont reçut les maintiendra loin de l'académie pour quelques années, j'en suis certain. Ne t'inquiète pas, il n'y a rien dans l'académie. Je connais le visage de nombreux mercenaires et ils ne sont plus là. Cette impression que tu as, c'est certain du à tous ces évènements qui se sont passés en si peu de temps.

Varsgorn se tut. Il avait l'esprit ailleurs. Son esprit était faucalisé sur une lettre qu'il avait reçut quelques jours auparavant. Quand Enelye était revenue lui dire qu'elle voulait recommencer les cours, elle lui avait parlé de la disparission de son père. Le trésorier avait noté l'information dans son esprit et il avait rapidement contacté quelques uns de ses "agents". Il avait reçu la réponse de l'un d'entre eux. "L'homme que vous recherchez serait mort il y a quelques jours" Serait? Non, ce n'était pas suffisant pour apporter la nouvelle à Enelye. Il voulait de la certitude. Il avait donner l'ordre de pousser les recherches. De trouver la tombe avec le nom gravé. Mais les rumeurs étaient devenus certitudes. Et depuis, Varsgorn ne savait pas quoi faire. Il avait envie de tout avouer mais il se souvenait de ce qu'il avait ressentit quand il avait appris la mort de son propre père. Il était plus vieux qu'Enelye à l'époque et sa peine s'était transformé en vengeance. Il n'avait pas envie que son apprentie prenne le même chemin. Il serait là pour la guider. Oui, c'est ça. Il allait tout lui dire et il l'aiderait à faire son deuil sans pour autant chercher du réconfort dans des endroits mal famés.

- Je dois t'avouer quelque chose...... Quelque chose qui te concerne.....

Il ne trouvait pas ses mots.

- Quand tu m'as appris que ton père avait disparu, j'ai lancé des recherches pour le retrouver...... Au départ, je pensais simplement que mes contacts le retrouveraient et qu'ils le ramèneraient chez toi..... Mais ce n'est pas ce qui s'est passé.....

Maintenant, c'est maintenant que tu dois le dire. Tu ne peux plus reculer.

- Mes contacts m'ont appris une terrible nouvelle..... Ton père est mort...... Je..... Je suis vraiment désolé de t'apprendre ça...... J'aurais tant aimé t'apporter de bonnes nouvelles......


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Dessinatrice
Messages : 599
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Mar 22 Fév 2011 - 11:09

Enelyë s'était relevé pendant que Varsgorn parlait. Elle regardait le paysage qui s'étendait devant elle. Toutes ces nuances de vert, de jaune et d'orange... Avec la toile bleue du ciel en fond. C'était réellement magnifique... Puis la voix de Varsgorn changea, se fit hésitante. Elle se figea, sentant qu'il ne lui annoncerait rien de bon. Elle se retourna au moment où il lui dit que son père était mort. Elle se figea, analysant calmement les mots. Cherchait la faille. Comment pouvait-elle en trouver une dans cette phrase, trop claire pour cacher quoi que ce soit ? Elle planta ses yeux dans ceux de son maître, chercha à déceler le mensonge, la douteuse plaisanterie ou quoi que ce soit d'autre... Elle ne trouva pas. Mais c'était impossible. Son père ne pouvait pas mourir. Absolument pas. Enelyë cacha son visage dans ses mains avant de se laisser tomber à genoux.

Les larmes coulaient, coulaient au travers de ses doigts, débordaient de l'espace de ses toutes petites mains. Elle ne pouvait pas contrôler ces milliers de larmes qui coulaient, coulaient sur la terre, s'infiltrait entre chaque interstice afin de disparaître.

Enelyë commença par des murmures, cherchant à reprendre son souffle, et ces petits murmures se transformèrent assez rapidement en cri déchirant, et déchiré. Tout autour d'elle, le temps semblait s'être arrêté, et tandis qu'elle se refusait à croire à cette mort, les larmes se faisaient plus violente. Il n'y aurait pas échappé, Enelyë. Tout le monde meurt un jour. A ce moment-là, elle se rendit compte qu'elle était orpheline, désormais. Plus jamais elle ne pourrait dire "Papa". Plus jamais elle ne pourrait se sentir rassurée lorsqu'il la prenait dans ses bras. Plus jamais tout ça n'arriverait... On lui avait retiré sa famille. Il ne lui restait personne, personne !

Puis si. Elle se rappela.

Elisha, et ses cheveux de feu, aux boucles identiques aux siennes. Ses yeux verts aussi pétillants que les siens. Il lui restait sa cousine, et elle ne l'abandonnerait pas. Elle se refusait à laisser quiconque derrière elle. Elle rouvrit les yeux, encore trempés de larmes, et rouges d'avoir pleurés. Elle regarda son maître. Lui aussi était encore là. Non, elle n'était pas seule...

Peu à peu, les larmes se tarirent, sans qu'aucune des deux personnes présentes ne prononcent un mot. Puis elle se décida, sachant que sa voix serait cassée et murmure. Elle n'avait plus la force de parler.


- Et... maintenant ?

Je fais quoi ? Qu'est-ce que je dois dire ? Comment continuer ? S'il te plait... Aide-moi.

Elle posa ses mains serrées sur ses genoux, baissa le visage vers celles-ci. Elle était complétement déboussolée et ne tournait ses pensées que vers Elisha et Varsgorn, évitant de penser à son père. Elle ne voulait pas, pour le moment. Laisser libre cours à sa douleur, elle le ferait. Plus tard.



[Un peu court, mais je ne sais pas quoi rajouter :/ Édition çà volonté.]


_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

avatar

Trésorier de l'Académie
Messages : 299
Inscription le : 12/05/2009
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Mer 23 Fév 2011 - 16:44

Enelye avait encaissé le choc. C'était logique.Varsgorn s'y était attendu à cette réaction. Il savait que son apprentie aimait son père. Il avait donc compris qu'elle n'accueillerait pas la nouvelle avec le sourire. Voilà pourquoi il avait hésité à tout lui avouer. Le trésorier était tout de même resté à sa place. Il avait eu envie de la prendre dans ses bras, comme un grand frère l'aurait fait pour sa soeur. Mais il n'avait pas bougé. Pourquoi? Parce que dans ses moments-là, on préférait souvent être seul pour hurler sa peine. Quand Varsgorn avait appris la mort de son père, sa peine était si grande qu'il avait fuit loin de la population pendant quelques temps. Quand la peine ou la colère prenait le pas sur la raison, on faisait parfois des choses qu'on regrettait. Voilà pourquoi on était mieux seul dans des moments pareils. Enelye s'était écroulée, ses jambes avaient perdus leur force et elle avait fondu en larmes. Le trésorier ne bougea que quand son apprentie lui adressa la parole. Comme si la voix de la Corbac avait redonné vie à un automate. Varsgorn se pencha vers son apprentie.

- Maintenant? Et bien maintenant, tu vas continuer à vivre. C'est une terrible épreuve qui s'offre à toi. Faire le deuil d'une personne qu'on aimait est toujours difficile. J'ai mis du temps à me faire à l'idée de ne plus voir mon père. Je serais là pour toi. Je t'aiderais si tu as besoin.

Il passa sa main sur les joues de la jeune fille pour essuyer les larmes qui restaient accrochées à sa peau. Varsgorn n'avait pas envie de lui dire les phrases types quand on perdait un être cher. "Ton père sera toujours là-haut pour te protéger". "Ton père restera toujours dans ton coeur". Ca n'enlevait pas la peine de le savoir et Enelye devait surement les avoir déjà entendu à la mort de sa mère, pas la peine de les redire.

- Si tu souhaites aller sur la tombe de ton père, je t'accompagnerais. Je ne peux pas te conseiller d'y aller car chaque personne est différente. Moi, ça m'a aidé d'y aller mais pour toi, ça peut être différent. C'est ton coeur qui te dicteras la bonne route à suivre. La voix de ton coeur serait toujours la bonne à écouter.

Ecouter son coeur, comme le font les marchombres. Se laisser guider sans savoir vraiment où on allait. Difficile pour lui de dire ça alors qu'il avait écouter la voix de la vengeance plutot que celle de son coeur quand il avait choisi les rangs du Chaos.

- C'est donc à moi de te demander: qu'est ce qu'on fait maintenant?

[Dsl, j'avais pas vraiment d'inspi ^^]
[Edition à volonté]


_______________
Méfiez vous d'un tueur désarmé, il ne l'est pas forcément

avatar

Dessinatrice
Messages : 599
Inscription le : 06/08/2009
Age IRL : 23


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   Sam 9 Avr 2011 - 16:57

Une boule de larmes monta encore à sa gorge. Pourquoi perdre une personne était-il si douloureux ? Pourquoi perdre la seule personne qu'elle avait aimé plus que n'importe qui ? Il lui avait tout donné, pour qu'elle ne manque de rien. Il lui avait toujours caché les passages difficiles, pour ne pas qu'elle s'inquiète. Il l'avait toujours protégé. Les larmes se remirent à couler, et elle posa une main sur son visage, cachant par cela ses yeux rouges. Elle sentit la présence de son maître qui se penchait doucement au dessus d'elle. Sa voix réchauffa un peu Enelyë. Ses paroles surtout. Mais elle ne prononça pas un mot, ne bougea pas d'un pouce. Il passa sa main sur ses joues, essayant d'effacer les larmes, ne pouvant y parvenir puisqu'elle coulaient encore et encore. Il ne lui restait qu'à écouter son coeur. Mais son coeur lui donnait l'impression d'être mort. Il ne parlait pas. Il sanglotait, tout autant qu'elle. Il hurlait sa peine à l'intérieur d'elle-même, bousculant les images dans ses pensées. Il lui retourna alors sa question.

Elle lâcha son visage, posa sa main sur son genou, l'autre glissant à terre pour éviter qu'elle ne tombe. Un simple réflexe, car elle se fichait de sa position. Dans sa tête se répétait la même scène, Varsgorn lui annonçant que son père était mort. Elle ne pensait qu'à ça, qu'à ça, qu'à ça. Tout son esprit, qu'elle avait tellement cherché à détourner de cette pensée, se concentrait sur cette annonce. Un rire nerveux s'échappa de sa gorge écrasée par les larmes. Alors c'était ça ? La mort, ce qu'on ressentait lorsqu'on sentait une personne partir loin de soi ? C'était ça. Elle n'avait jamais connu ça, n'avait jamais pleuré pour sa mère, trop jeune pour comprendre la portée de cela, à peine née. N'avait jamais pleuré pour sa mère avant son arrivée à l'Académie. Le soir même où Varsgorn lui avait proposé de devenir son apprentie. Était-il le gardien de ses larmes ? Si ça continuait ainsi, il finirait par le devenir.

Elle se jetta dans ses bras, cherchant le réconfort que son père ne pourrait jamais plus lui apporter. Alors elle ferait de Varsgorn son père de substitution. Mais d'abord, il fallait qu'elle soit sûre. Elle se rendrait sur la tombe de son père. Mais même avant cela, il fallait déjà qu'elle rentre chez elle. Qu'elle s'occupe de sa chambre, qu'elle avait laissé en désordre en partant. Qu'elle s'occupe de tout ranger dans la maison, qu'elle récupère ce qui pouvait être récupéré, qu'elle fasse le ménage dans sa tête aussi. Elle se retira des bras de Varsgorn, puis leva un visage décidé vers lui. Décidé, mais encore défiguré par les larmes, encore tristement plus pâle que d'habitude.


- Je veux... je veux rentrer... chez moi. Et après... Après...

Après, on verra. Déjà ça.



[Un peu court, désolée :/ Si possible, on peut continuer le post à Al-Jeit, vu que la maison d'Ene est là-bas ?]


_______________



    Papillon Princesse à votre service ! o/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]   



 
Te souviens-tu ? L'Ombre et la Lumière [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Une glace à l'ombre [Pv Hide, Hentaï, Terminé]
» Ayden ?Il y a une part d'ombre et de lumière en chacun de nous, ce qui compte, c'est celle qu'on choisit de montrer.
» D'Ombre et de Lumière [ Sonoshee/ Kawa no Kuni ]
» [QUETE] L'Ombre et la Lumière.
» L'ombre et la lumière.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La cité d'Al-Poll et ses environs :: Au pied des montagnes-