Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteClouer des portes, s'emprisonner [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Dim 12 Déc 2010 - 12:15

Elle lui avait demandé de la rejoindre dans la rue marchande, devant une boutique agréable qui vendait des objets de décoration en bois appelée « Le Cheval à Bascule. » Et elle était sortie, avait mis un pas à l’extérieur de l’enceinte de l’Académie. Pour la première fois depuis l’hiver dernier. Non, ce n’était pas vrai – elle était sortie une fois dans le parc, au printemps, le jour où elle avait croisé Anaïel sous le saule. Le jour où l’ange lui avait promis des ailes. Mais elle n’avait presque jamais osé sortir, depuis, et se cantonnait alors au parc. Elle n’avait pas vu Al Poll depuis une éternité, et c’est d’un regard hagard qu’elle remarqua que rien, ou presque, n’avait changé. C’était l’été ; les alaviriens profitaient du temps un tant soit plus clément à Al Poll pour se balader, et Elera aurait pu croire que rien n’était arrivé à l’Académie, tellement la ville restait inchangé. Alors que pourtant…

Pourtant le Chaos avait régné sur l’Académie du plus prestigieux des Dessinateurs, sur le monde du Libérateur. Fiasco politique pour l’Empire, mais surtout, coup fatal pour tous les académiciens qui avait vécu sous leur botte. Il y avait eu des morts, il y avait eu des bâtiments détruits, il y avait eu des libérés. Des libérés qui ne verraient jamais la lumière du soleil de la même façon. Comme Kirfdéin. Kirfdéin, qu’elle avait prise sous son aile, et qu’elle n’avait pas pu protéger plus de trois jours… C’est lui qui s’apprêtait à la rejoindre ici. Et, appuyée sur son mur, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle allait bien pouvoir lui dire. Comment pouvait-elle lui dire quoique ce soit, alors qu’il venait de passer six mois enfermé dans un cachot ? Elle ne pouvait même pas imaginer ce qu’il avait pu endurer. Elle-même n’y aurait jamais survécu. Que devait-il penser d’elle, qui aurait dû le protéger ?


Il s'était passé tellement de choses. Peut-être, oui, avaient-ils gagnés cette bataille; mais à quel prix ? Le hall de l'Académie était dévasté, les dortoirs des lotras n'étaient plus qu'une ruine fumante, la lumière ne brillait plus dans les yeux des ôtages, des amis étaient morts, le sang séchait sur les parois. Ils étaient peut-être libres, maintenant que le Chaos n'était plus derrière les portes de l'Académie, mais l'étaient-ils vraiment ? Ils ne seraient jamais complètement libérés de la peur, et des souvenirs ; emprisonnés, toujours, dans les dédales du passé, dont les portes avaient été cloués à coups de haine. Ils avaient tous la même histoire, et elle se reflétait dans chacun des regards des académiciens. On le voyait, lorsqu'un élève était nouveau, parce qu'il ne savait pas, ne connaissait pas ce malheur. Et certains l'avaient vécu plus durement que d'autres ; dans la résistance, il y avait encore eu l'espoir, la possibilité d'agir, un jour. Mais dans les cachots ? Qu'avaient-ils pour se retenir, et ne pas sombrer ? Comment pourrait-elle regarder encore Kirfdéin dans les yeux ?

Peut-être ne viendrait-il même pas aujourd’hui. Peut-être ne voudrait-il ni la revoir, ni lui parler, et elle le comprendrait parfaitement. Mais il était son apprenti ; lié à elle pendant trois ans. Elle n’était pas sûre qu’il soit une bonne idée de le relâcher de cette obligation maintenant ; mais elle n’était pas sûre de pouvoir le guider encore, à présent. Pas sûre qu’il ne le souhaite, pas sûre qu’elle ne le souhaite, pas sûre qu’elle en soit capable, même. Mais elle aussi avait une responsabilité envers lui ; alors elle l’écouterait, et elle lui parlerait, pour savoir ce qu’ils feraient ensuite. Adviendrait ce qu’il adviendrait.

S’il venait.


avatar

Marchombre
Messages : 257
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Dim 12 Déc 2010 - 16:09

On l'avait fait prévenir. Elera l'avait fait prévenir. Un message lui indiquant de venir à Al Poll, devant l'échoppe d'un magasin. Ce message annonçait une discussion. Une discussion que le jeune homme attendait depuis qu'Elera l'avait sortit de sa cellule quelques jours auparavant. Il avait voulu lui parler immédiatement. Elle s'était éloigné et la discussion avait été reportée. Mais maintenant, Kirfdéin hésitait. Il avait envie de parler avec Elera, mais il avait peur de l'issue de la discussion. Deux parties de lui s'affrontaient. La première pronait l'oubli de ce qui s'était passé. Laisser le passé de côté pour avancer. Oublier ce terrible souvenir et se reporter vers un avenir radieux. Il avait envie d'écouter cette partie de lui mais une autre entrait en conflit. Cette partie qui en voulait à Elera. Il lui en voulait de ne pas être venu plus tôt. Cette partie de lui voulait discuter longuement avec Elera, comprendre ce qui s'était. Voilà pourquoi il hésitait. Il avait peur que la seconde partie de lui-même prenne le dessus sur l'autre.

Il avait prit la direction d'Al Poll sans avoir encore prit sa décision. Il pourrait toujours revenir en arrière. Non, il devait y aller. Il n'avait pas le droit de faire faux bond à sa maître marchombre. Ils allaient discuter en face-à-face et on verait ce qui arrivera. Il traversa les rues d'Al-Poll à la recherche de l'échoppe où Elera l'attendait. Quel nom avait-elle donné déjà? "Le petit cheval"? Non, c'est pas ça. Ca parlait d'un cheval. Bon sang, c'était quoi le nom déjà? "Le cheval de bois"? Non plus. "Le cheval à bascule". Voilà, c'était ça. C'était bien ce nom qu'il devait trouver. Pas facile au milieu de toutes ses échoppes différentes. Bon, le plus facile, c'était de se renseigner.

- S'il vous plait, vous savez où se situe le magasin "le cheval à bascule"? demanda-t-il à un homme qu'il venait de croiser.

- Oui, c'est un peu plus loin. Vous continuez tout droit et vous tournez sur votre droite devant le magasin d'armes. Ensuite, c'est tout droit. Vous ne pouvez pas le rater.

- Merci beaucoup.

Kirfdéin suivit les instructions à la lettre et il arriva en vue de l'échoppe. Elera était déjà là, appuyée sur un mur. Elle attendait. Il s'approcha, elle l'entendit sans problème.

- Bonjour. tu..... tu...... tu voulais me parler?

Elle ne répondit pas. Pourquoi ne répondait-elle pas? Le silence était pesant. Kirfdéin décida de le rompre.

- Explique moi ce qui s'est passé. Pourquoi as-tu mis tant de temps à venir me sauver? J'ai passé 6 mois sans rien savoir, sans même savoir pourquoi j'étais enfermé. Explique moi tout, j'ai besoin de savoir.


[edition à volonté]


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Lun 13 Déc 2010 - 16:07

Il était venu. Elera ferma les paupières, quelques secondes, puis les rouvrit pour faire face à ses questions. Elle avait pensé que ce serait elle qui les poserait ; mais c’était plutôt à elle de s’expliquer, il avait raison. Mais elle n’était pas prête, encore.

- On marche ?

Peut-être que le mouvement la mettrait plus à l’aise. L’idée de rester à un endroit lui devenait insupportable, après ces six mois passés sans pouvoir quitter l’Académie.

- Halina ne t’a pas expliqué ce qui s’est passé ?

Et puis peu importe. Il disait ne rien savoir, alors elle raconterait tout depuis le début. Depuis ce soir d’hiver où ils étaient rentrés à l’Académie en courant, et qu’ils avaient vu l’armée raï envahir les jardins…

- Quand nous sommes revenus, cet hiver… Ce n’était pas une simple attaque de Raïs. Ce sont les mercenaires du Chaos qui ont attaqué l’Académie, et ils ont gagné. Ils ont envoyé les leurs déguisés en gardes pour faire croire que l’Académie était sauvée et repousser les Raïs, et ils en ont profité pour prendre le contrôle de l’Académie. Les Maîtres qui n’avaient pas fui et n’avaient pas été tué ont été menacés ; si je tentais quoique ce soit, si je quittais l’enceinte de l’Académie, ils te tuaient. C’est pour cela que tu as été capturé. Ils ont fait des otages, parmi les apprentis et les familles, pour être certains que ceux qui savaient n’essaieraient rien contre eux. J’aurais voulu te sauver immédiatement ; mais je ne savais pas où ils te gardaient, et j’étais surveillée en permanence. J’ai réussi à prévenir certaines personnes, pourtant, et une résistance s’est formée… C’est grâce à la résistance que toi et les autres prisonniers ont pu être localisés, que nous avons pu trouver de l’aide à l’extérieur des murs, et que nous avons pu coordonner l’attaque, et votre libération. Mais cela nous a pris du temps, nous ne pouvions faire aucune erreur, ou vous auriez été tué les uns après les autres… J’ai fait ce que j’ai pu. Cela n’a pas été facile, en haut, même si je ne peux même pas commencer à imaginer ce que tu as dû subir. J’aurais dû être capable de te protéger, mais je ne l’ai pas été…

Et je m’en veux, terriblement.

- …Je sais que tu m’as promis de me suivre pendant trois ans. Mais je t’avais promis en échange d’être ton maître, de te guider sur la voie, et je ne l’ai pas fait. A la place, tu t’es retrouvé enfermé dans un cachot, torturé par le Chaos… Alors si tu refuses de continuer à me suivre, je te laisserai partir.

S’il avait été son apprenti pendant plus longtemps, le choix ne lui aurait même pas été proposé ; mais Kirfdéin ne connaissait encore aucun des secrets marchombres, et s’il souhaitait s’éloigner d’elle, il en était encore temps. S’il préférait un meilleur maître, aussi, la possibilité s’offrait à lui à l’Académie. Elle comprendrait qu’il refuse de la suivre, après ce qu’elle lui avait fait subir en étant incapable de le protéger. Elle lui avait promis la liberté, et elle lui avait offert six mois d’emprisonnement en échange…

avatar

Marchombre
Messages : 257
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Lun 13 Déc 2010 - 19:44

Non, Halina ne lui avait pas dit grand chose, pour la simple et bonne raison que Kirfdéin n'avait rien demandé. Leurs discussions étaient le maximum éloignées de leur galère. Ils parlaient de tout, sauf de leur situation. La seule chose que le marchombre savait, c'était que les mercenaires controlaient l'académie et qu'une poignée s'opposait au Chaos. Ce qu'il voulait savoir surtout, c'était le rôle d'Elera dans tout ça. Il voulait savoir pourquoi tout cela avait duré tant de temps. Il l'écouta avec attention pendant sa marche. Ainsi, elle avait tout fait pour le sortir de son calvaire? Kirfdéin avait finit par en douter. Elle semblait sincère. Il ne la sentait pas mentir. Il comprenait mieux la situation désormais. Son léger grief qu'il avait eu contre sa maître marchombre commençait à s'apaiser. Il ne savait pas comment il aurait réagit dans la situation d'Elera. Savoir que c'était de sa faute qu'une personne endurait l'enfer et ne pas pouvoir agir au risque que la personne soit tuée. Ca devait être horrible. Une torture mentale pendant que Kirfdéin subissait des tortures physiques. Il lui pardonnait. Il avait besoin d'elle pour se relever de ce qu'il avait subit. Certes, c'était le bonheur depuis qu'il était sortit mais il voyait pas certaines de ses réactions qu'il avait changé. Il sursautait facilement. Un moindre bruit et la peur l'envahissait, surtout s'il était seul. C'était la peur de voir un mercenaire surgir derrière lui qui le prenait. Il était devenu paranoïaque. Il ne voulait plus retourner dans sa cellule. Les espaces confinés le dérangeaient. Il voulait de grands espaces et de grandes pièces. Il était devenu claustrophobe. Pourrait-il redevenir le jeune homme insouciant qu'il était en entrant à l'académie? Peut-être, mais pour ça, il avait besoin de quelqu'un pour l'aider. Halina pourrait l'aider, c'était certain mais il avait besoin de quelqu'un d'autre. Quelqu'un pour le guider sur la voie qu'il avait choisit. Un maître. Elera était certainement cette personne.

- J'ai besoin de toi. Sans toi, je n'y arriverais pas. Je ne veux plus vivre le calvaire que j'ai subit.

Oh non, ça, il ne voulait plus le vivre. Il voulait apprendre à se défendre. Ne plus être à la merci de son ennemi. Etre capable de se débrouiller seul sans l'aide d'un allié. Dans un combat, on était seul. Et seul, Kirfdéin n'était capable de rien. Il ne savait se servir que de son arc. Un arc, au corps à corps, c'était parfaitement inutile.

- J'aimerais que tu m'apprennes à me servir d'une arme plus dangereuse qu'un couteau. Une dague par exemple. Je ne peux plus me permettre de rester sans savoir me servir d'une arme.

Il se souvint de ce que sa maître lui avait dit sur les armes. Elle n'aimait pas tuer.

- Ce n'est pas apprendre à tuer que je veux, c'est apprendre à me défendre. Je ne veux plus être faible. Je dois apprendre à me défendre et à défendre ceux que j'aime.

Silence.

- Je te suivrais sans problème, mais je t'en supplis, aide-moi à utiliser des dagues. J'ai vraiment besoin de toi.

Sa dernière phrase avait été dite sur un ton de supplication. Il espérait vraiment qu'elle accepterait de le garder en apprenti.


[Edition à volonté]


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Lun 13 Déc 2010 - 20:17

…Il avait besoin d’elle ?

S’il y avait une chose à laquelle elle ne s’attendait pas, c’était bien à ça. Elle pensait qu’il lui en voudrait, au moins pour un certain temps – elle s’en voulait elle-même. Si elle n’arrivait pas à se pardonner sa faiblesse, comment pouvait-elle s’attendre que Kirfdéin le fasse si aisément, si rapidement ? Et pourtant, c’était ce qu’il venait de faire. Deux saisons à fixer l’obscurité de ses yeux, à fixer les mêmes murs de ses mains, et pourtant, il n’en avait pas été aigri. Plus nerveux qu’auparavant, mais pas en colère… Elle avait du mal à y croire.

Et pour cause.

Il voulait apprendre à se défendre, et tout en comprenant, une pincée de crainte lui squeeza un instant le cœur. Il lui semblait à nouveau vivre la conversation qu’elle avait eu avec Lya, dans l’armurerie… Pourquoi les hommes étaient-ils si rapides à prendre les armes ? Etait-ce seulement par réaction, parce que les autres le faisaient ? Et pourquoi les autres le faisaient-ils ? Si tous avaient les mêmes raisons de se battre, ils entraient dans un cercle vicieux, un cercle que seule la confiance et le refus des armes pourrait briser. C’était peut-être chez les rêveurs que se trouvait la réponse… Mais elle ne pouvait pas refuser. Comment pourrait-elle ignorer sa demande, après ce qu’il avait subi ? Lui dire qu’elle ne lui apprendrait pas à se défendre, parce qu’elle avait peur qu’il tombe dans la spirale de la vengeance, alors que c’est son incapacité à se battre qui lui avait fait perdre six mois de soleil ? Elle-même avait été frustrée de sa faiblesse propre ; elle aussi s’était entraînée à devenir plus forte après l’échec de l’hiver dernier. Alors même qu’elle n’avait aucune intention de se battre. Simplement pour pouvoir se défendre, si on lui portait querelle. Elle avait tué, lors de la reprise de l’Académie ; elle avait haï. Elle avait fait couler le sang, en même temps que sa colère, et maintenant, elle ferait n’importe quoi pour en arrêter le flot.

- Pourras-tu me promettre que tu ne te battras que pour te défendre ? Que tu ne chercheras-pas à te venger, malgré tout ce qu’il s’est passé ?

C’était là qu’elle avait peur que ça coince, mais il fallait bien en passer par là…

- Je t’apprendrais à être fort ; mais seulement si je suis sûre que tu ne les suivras pas dans les tourbillons de la haine… Cela ne sert qu’à apporter un peu plus de douleur dans ce monde, et c’est tout le contraire de ce que nous recherchons. C’est ce que eux, ils veulent. Nous devons nous battre, pour pouvoir nous défendre, et ne pas les laisser nous blesser, mais rien ne nous oblige à les blesser en retour, si le danger n’est pas immédiat…

avatar

Marchombre
Messages : 257
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Lun 13 Déc 2010 - 21:11

Ne pas se venger? Comment pourrait-il promettre une telle chose? Il n'avait qu'une envie, c'est de tuer des mercenaires. Il n'avait pas vu de visages dans sa prison mais il voulait faire payer pour ce qu'il avait subit. Il n'avait pas pu se battre pour se défouler quand il était sortit. Il était trop faible et pas assez expérimenté. C'était en partie pour cela qu'il voulait s'entrainer. Il voulait se venger. Il aurait pu lui promettre ce qu'elle désirait puis se venger une fois que les 3 ans d'apprentissage seraient passé mais il n'était pas comme ça. Il tenait ses promesses. S'il promettait à sa maître marchombre qu'il ne se vengerait pas alors il ne se vengerait pas. Mais il était incapable de faire une telle promesse. Il ne pouvait être certainement de se retenir de sauter à la gorge d'un mercenaire quand il en croiserait un. Non, il ne pouvait vraiment pas. Il était même sûr qu'il ferait le contraire.

- Je ne peux pas...... Je ne peux vraiment pas te le promettre...... Ils m'ont torturé..... Infligé les pires blessures..... Je ne peux pas ne pas me venger.

Ce souvenir était encore ancré dans sa mémoire. Il avait beau faire bonne figure. Regouter au plaisir de la vie. Il n'en restait pas moins affaiblit moralement. Les tortures restaient encore dans sa mémoire. Arriverait-il à les oublier? Parviendrait-il à détruire ce souvenir? Non, il en serait incapable. C'était évident. Le temps guérirait-il la plaie ouverte dans son âme par les mercenaires? Il fallait l'espérer. Changerait-il quand la plaie serait refermée? Laisserait-il sa vengeance de côté? Oui, c'était possible après tout. Pour le moment, il ne pardonnerait pas au Chaos mais peut-être qu'avec le temps, il parviendrait à le faire. Mais après tout, serait-il capable de donner la mort? C'était une chose qu'il n'avait jamais faite. C'était bien beau d'hurler sur tous les toits qu'il tuerait le moindre mercenaire qui se montrerait devant lui, il fallait en être capable. Les paroles, c'est facile à dire, les actes, c'est toujours compliqué à faire. Il avait déjà tué un animal pour se nourrir mais un humain, c'était autre chose. S'il était incapable de tuer un mercenaire, sa vengeance serait compromise, c'est le moins que l'on puisse dire.

Promesse ou vengeance? Que pouvait-il bien choisir?

- Je ne peux pas te le promettre pour le moment. Le souvenir de mon séjour dans la cellule est trop frais. Je ne sais pas si j'oublierais mes envies de vengeance avec le temps mais c'est la seule éventualité que je peux te promettre.

Il était lâche. Incapable de se mouiller dans un choix, il avait choisit les deux. Sa réponse ne pourrait convenir à Elera, c'était évident.

Il ne voulait pas changer de maître marchombre. Il voulait retrouver des visages connus. Il n'avait pas envie de supporter le changement pour le moment. Il avait besoin de s'appuyer sur des bases solides. Pourvu qu'elle accepte de continuer de le guider.


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Lun 13 Déc 2010 - 22:23

Elera serra les lèvres ; elle s’était attendue à cette réponse, tout en la redoutant. Mais la voie des marchombres était-elle si incompatible avec la vengeance, avec le combat contre le Chaos ? Les marchombres ne penchaient pas pour le bien ou pour le mal, ils se contentaient de jongler avec les forces sur le fil de la liberté. Et si elle était assez pacifique, pusillanime même diraient certains, ce n’était pas le cas de tous les marchombres de sa connaissance. Anaïel était violence, même si elle combattait sa nature rageuse ; Ena avait sûrement déjà tué à de nombreuses reprises. Arro ne se posait pas de questions, lui non plus, et elle avait vu Khelia se battre pour protéger ceux qu’elle aimait. Aucun d’entre eux n’aimait ça, mais aucun n’hésitait lorsqu’ils se retrouvaient face à la mort. Et il y en avait d’autres, d’autres qui acceptaient d’être payés pour un assassinat, pour un vol, pour une protection, peu importait qui était celui qui tenait la bourse ; parce que les marchombres n’ont pas de camp, et font simplement ce qui leurs permet de rester libre. Kirfdéin tuerait ceux qui l’avaient enfermés, s’il les trouvait et en avait la force. Mais avait-il vraiment choisi un camp en faisant ce choix, à part le sien propre ? Elle était contre les armes, contre la violence, contre les morts volés et les vivants volant ; mais pouvait-elle l’interdire aux autres ? Kirfdéin serait le marchombre qu’il voudrait être. S’il devait apprendre à se battre, autant qu’elle le lui apprenne personnellement, plutôt que de laisser cet apprentissage à un autre. Il avait le droit de se défendre, c’était même une nécessité, s’il voulait vivre libre dans ce monde teinté de sang.

Et puis, pouvait-elle abandonner Kirfdéin maintenant, comme elle l’avait fait deux saisons plus tôt, alors qu’il montrait une persévérance à toute épreuve, et refusait de quitter la voie qu’elle lui avait ouverte, avant de l’y laisser sans plus le guider ? Pouvait-elle abandonner, elle, une deuxième fois, subir un second échec, alors qu’il lui présentait la chance de réparer ? C’était à elle, autant qu’à lui, de se montrer forte. Et elle le ferait.

- Cela me suffit.

Qu’il essaie seulement, qu’il réfléchisse avant de tuer, et ne prenne pas sa vengeance à la légère était tout ce qu’elle pouvait lui demander.

- Je n’ai aucune raison de refuser de te guider, si tu es encore prêt à suivre la voie après tout ce qui s’est passé. Je t’avais prévenu que le chemin serait long et difficile, mais même moi n’avait pas compris à quel point…

Elle sourit, faiblement ; avant de lui annoncer :

- J’ai choisi une autre apprentie, au début du printemps… C’est ensemble que vous vous entraînerez, et que je vous guiderai. Et puisque tu es toujours mon apprenti, il est temps de reprendre nos exercices. J’aimerais que tu retrouves ta nouvelle camarade, Kirfdéin. Tout ce que je te dirais, c’est qu’elle est élève à l’Académie de Merwyn. A toi de la trouver, de quelque manière que ce soit. Et quand ce sera le cas, que le soleil aura grimpé dans le ciel, au déjeuner, à la tombée du jour, dans quelques jours, peu importe le temps qu’il te faudra, rejoignez-moi. Je vous attends.

Je vous attends – mais elle n’avait pas précisé où…

avatar

Marchombre
Messages : 257
Inscription le : 22/12/2008
Age IRL : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Mar 14 Déc 2010 - 6:58

Kirfdéin se préparait à argumenter. Tout faire pour qu'Elera accepte de le guider encore sur la voie de l'Harmonie. Il n'avait pas envie d'un autre maître marchombre, il voulait que ce soit elle. La marchombre rousse ouvrit la bouche pour commencer sa réponse. Attention, ça allait bientôt être au tour de l'apprenti de lancer son flot d'arguments. 1....2.....3... et... Quoi? Ca lui convenait? Elle était donc d'accord pour continuer la route avec lui? Il n'avait pas besoin d'argumenter plus? Alors, ça, le jeune marchombre ne s'y attendait pas du tout. Il ne lui promettait pas ce qu'elle voulait et ça lui convenait quand même. Tant mieux car sinon, il aurait été obligé d'approcher le mensonge de très près. Bah oui, quand on suppliait une autre personne, on disait pas toujours toute la vérité. Bon maintenant qu'ils étaient tout les deux d'accord pour continuer, le prochain cours était pour quand? Kirfdéin pensait qu'il allait pas attendre trop longtemps pour son cours. Après tout, avant son séjour en prison, il avait à peine accepté de suivre Elera pour 3 ans qu'ils partaient tout deux pour un cours sur les plateaux d'astaruil. Ca serait peut-être pareil pour aujourd'hui.

Ah non, il se trompait. La discussion continuait. Elle avait trouvé une autre apprentie? Et bien, lui qui croyait qu'Elera s'était morfondu pendant son séjour en prison, torturée par l'idée que son apprenti était enfermé, il se trompait. Il avait été un peu remplacé quand même là. Il avait envie de lui faire une reflexion mais il s'abstint. Après tout, elle venait d'acceder à sa demande. C'était pas le moment de la contrarier. Et puis, finalement, c'était peut-être pas mal. A deux, ils pourraient se soutenir quand leur maître marchombre se montrerait tyrannique comme tout bon admin. Il fallait espérer qu'elle soit sympa d'ailleurs, sinon Kirfdéin reviendrait surement sur son jugement. En écoutant Elera, Kirfdéin passa par plusieurs états.

"il est temps de reprendre nos exercices" Ah, tant mieux, il attendait que ça.

"j'aimerais que tu retrouves ta nouvelle camarade." Ouais, pourquoi pas. Il suffisait qu'elle lui donne son nom et il irait la trouver en un rien de temps.

"tout ce que je te dirais, c'est qu'elle est élève à l'académie de Merwyn" Pardon? C'est tout? C'était pas un indice ça. C'était évident qu'elle était élève à l'académie de Merwyn puisqu'elle était son apprentie. Comment allait-il la retrouver avec ce pauvre indice? Elle avait compté le nombre d'élèves dans l'académie? Surement pas, sinon elle aurait réduit les recherches. Non mais franchement, il commençait déjà à regretter son choix. Il s'accrochait à une maitre marchombre bien étrange et très sadique. Elle le faisait courir pendant des heures et des heures et là, elle lui demandait de rechercher une élève dans une gigantesque académie. Ce n'était pas recherché une aiguille dans une botte de foin. Au moins dans ce cas-là, à force de patience, on la trouvait l'aiguille. Non, là, c'était recherché une aiguille dans un gros tas d'aiguilles. Super la recherche..... Merci du cadeau.

"je vous attends" Encore un mystère de plus! Elle pouvait pas dire l'endroit où elle serait? Non? Et bah non, rien....

- C'est tout? J'ai pas le droit à plus d'indices? Je viens de sortir de prison, y a pleins de nouveaux visages qui me sont inconnus dans cette académie. Cette recherche me prendrait des jours si je suis chanceux. Si c'est pas le cas, ça peut durer plusieurs mois. J'ai déjà perdu 6 mois d'apprentissage, tu crois pas qu'en prendre encore plus, c'est pas bon? Si on continue comme ça, tu m'auras enseigné l'art marchombre pendant 2 ans sur 3 ans. Je serais jamais prêt à temps.

Il hésita avant de demander:

- Tu pourrais au moins me donner dans quelle maison elle se trouve, ça réduirait mes recherches même si elles resteront conséquentes.


_______________
Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort. Suis-je vraiment vivant? Suis-je vraiment devenu plus fort?





avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   Mar 14 Déc 2010 - 17:33

Déjà il commençait à se plaindre ? Un sourire apparut sur les lèvres d’Elera, le premier véritable depuis la bataille, et elle répondit du tac au tac :

- Est-ce que tu serais en train de critiquer mes méthodes d’enseignement, par hasard ?

Elle l’avait prévenu, encore et encore, qu’elle lui demanderait des choses incompréhensibles d’abord, des choses difficiles, harassantes, aux allures de l’impossible. Ce qui l’étonnait, c’était que c’était seulement maintenant qu’il s’en rendait compte, et qu’il s’en plaignait. Elle l’avait fait courir des heures entières ; il avait tenu bon face à sa fatigue physique. Il avait passé six mois enfermé dans les cachots ; il avait tenu bon, encore, et voulait continuer à suivre la voie. Mais elle lui demandait simplement de trouver quelqu’un, et il était complètement perdu, comme si cela revenait de l’impossible, et qu’il ne savait pas par où commencer. Etonnant.

- Peu importe le temps qu’il te faut. J’ai des choses à t’apprendre, et s’il te faut un jour pour les comprendre, très bien, s’il te faut trois ans, très bien aussi. Et s’il te faut plus de trois ans, cela ne change rien ; on ne quitte pas la voie des marchombres en quittant son maître. On ne s’arrête jamais d’apprendre, Kirfdéin ; l’important est de tendre, le plus loin possible, et tu continueras seul une fois que je t’aurais montré le chemin. Notre destination est tellement lointaine que nous ne sommes pas sûrs d’y arriver jamais. Mais la longueur du voyage n’est pas importante, c’est le fait que nous ayons entrepris de le parcourir qui l’est. Et s’il te faut six mois pour arriver à ta camarade, et bien soit. Je serais un peu déçue, mais l’important est que tu comprennes comment la trouver.

Elle n’était pas certaine que cela suffise à le convaincre ; il avait l’air de penser que tout cela ne servait à rien, que ce n’était qu’une nouvelle pause dans son apprentissage. Ce qui n’était évidemment pas le cas. Elle allait devoir le lui montrer.

- Tu ne considères pas qu’apprendre à trouver quelqu’un fait parti de ton apprentissage ? Ce ne sera pas du temps perdu, Kirfdéin, sauf si tu le perds toi-même en ne cherchant pas.

Elle n’avait eu aucune nécessité de s’expliquer ; mais elle pensait qu’il était tout de même mieux qu’il comprenne, plutôt qu’il parte accomplir cette tâche complètement démotivé avant même d’avoir commencé. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle lui rendrait la tâche plus facile, au contraire…

- Je pourrais te dire son nom, te la décrire physiquement, te donner le nom de la maison qui est la sienne, mais quel serait l’intérêt, alors ? Non, je t’ai déjà donné trop d’indices. C’est à toi de te débrouiller avec ce que tu sais, Kirfdéin. Moi, je sais déjà trouver ceux que je cherche.

C’était même sa spécialité ; mais ça, il n’avait pas encore besoin de le savoir…

- Un dernier conseil, tout de même. Si j'étais toi, je me trouverais un allié un peu moins inconstant que la chance...

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]   



 
Clouer des portes, s'emprisonner [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» Les Portes de la Moria
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'Empire de Gwendalavir :: La cité d'Al-Poll et ses environs :: La rue marchande-