Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteQuand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Maître des écuries
Messages : 165
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]   Jeu 7 Oct 2010 - 19:19

Elle se trouvait sous une douche chaude  quand elle réalisa quelque chose d'horrible, de terrifiant, d'incompréhensible, de risible, d'accablantd'indescriptibled'incroyabledeméprisantdepétrifiantd'abracadabrant... Elle avait grossi ! Arrow Ces kilos disgracieux lui restèrent littéralement sur l'estomac alors qu'elle passait le savon. elle frola la crise cardiaque. Le pain glissant failli lui chapper des mains. que c'était-il passé pour qu'elle grossisse? Elle ses retint de faire les cents pas, termina sa toilette et récupéra sa serviette soigneusement pendue. Elle se rhabilla après s'être patiemment essuyée. Toujours la même question dans la tête: pourquoi? Elle sortit de la salle d'eau ne croisant pas âme qui vive. il fallait préciser qu'il était un peu après le couvre-feu et qu'en tant que "Maître", ce mot l'étonnant autant qu'à son arrivée, elle avait le droit de circuler dans les ccouloirs malgré cet ordre. Comme quoi, avoir des responsabilitées, ça sert !...


Elle descendit les escaliers dans ses pensées, comme un automate. Comment cela se faisait-il? Elle continuait à s'entraîner, à un rythme léger certes, mais elle ne dormait pas tout le temps non plus. Elle travaillait dur pour satisfaire tout le monde et s'occuper du mieux possible de ces chevaux sous sa responsabilité. Sa dernière "pause" remontait à une visite chez le maréchal-ferrant de la ville. ce jour-là quelqu'un qu'elle ne connaissait pas s'était étonement, chargé du récurage des boxes. Soudain, alors qu'elle arrivait à une porte menant à la cour, elle trouva le coupable de son grossissement. Les gâteaux aux pommes du cuisinier. Ces délicieuses gourmandises qu'elle allait chercher à n'importe quelle heure, quand l'envie l'en prenait... Hummmm, à la fois fondantes et... Tellement bons qu'impossible à décrire. Elle ne pouvait donc que s'en prendre à elle -même si sa gormandise lui coûtait des kilos. Claryse soupira et reprit sa route qu'elle avait stoppé en réalisant.


Elle passa devant le garde en faction, s'approcha pour qu'il la reconnaisse et ne lui demande pas d'aller se coucher comme une élèves somnanbule. Il la salua d'un signe de tête et elle lui souhaita un bon courage. Il répondit par une bonne nuit et un sourire. C'était leur rituel depuis quelques jours qu'elle le voyait au même endroit, dans les courants d'air et le froid. Il n'avait pas de chance celui-là. Elle s'arrêta au milieu de la cour, hésitante. Allait-elle se coucher ou s'entraîner pour éliminer ces kilos? Ce qu'elle ne voulait pas admettre, c'était qu'une personne extérieure ne verrait aucune différences, elle était toujours aussi petite et mince. La soi-disant grosseur était invisible pour les autres. Elle se tracassait pour rien. Mais son cerveau ne voulait pas l'admettre. Elle se remit machinalement en marche. Elle s'était décidée.


Elle se dirigea vers le clos d'exercices, les mains dans les poches. A cette heure-ci, personne ne la verrait ou ne la dérangerait, ce qui signifiait qu'elle pourrait être elle-même, entierement. Elle sourit à la nuit et à la Lune qui suivait sa course dans le ciel. La silouette du clos se dessina devant elle, elle touchait au but. Claryse pénêtra dans l'enceinte, tourna sur elle-même, c'était vraiment grand quand même ! Elle accrocha son manteau à un poteau pour le combat à l'épée, vérifia qu'elle était seule et commença. Lentement d'abord, puis de plus en plus vite au fur et à mesure que ses muscles se chauffèrent. Elle dansait. La gestuelle marchombre l'enivrait, comme un vin savoureux, elle faisait tourner la tête mais au lieux d'amollir, elle tonifiait. Elle aimait les sensations que ses muscles renvoyaient à son cerveau quand elle les faisait travailler. Plénitude. Harmonie. Depuis quand n'avait-elle pas senti ça?  Depuis quand ne s'était-elle pas laissée emporter par le vent et la gestuelle? Elle rêvait éveillée.


Ce fut ses oreilles qui la réveillèrent, en plein milieu d'une position ardue. Un bruit. Qui se voulait discret. Suivi d'une respration. Son cerveau et son sang ne firent qu'un tour: on l'espionnait, on l'observait ! Elle se redressa tranquillement. Se retourna puis s'avança vers la source du bruit et déclara d'une voix qui se voulait sereine:


- Montrez- vous.


_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]   Ven 8 Oct 2010 - 20:53

    La première nuit que Kylian avait passé en tant que garde à l' académie, il l' avait dédié à la recherche de LA salle. Cette salle inconnue et bien souvent très difficile à trouver, voir difficile d' accès, cette salle qu' il désirait tant.
    Cette salle qui avait l' immense honneur, le privilège sacré, de voir son sol foulé par des pas marchombres. Cette salle béni qui faisait office de 'Terre promise' au jeune homme. Son Eden à lui, son coin de paradis, celle qu' il recherchait tant...
    Et il semblerait que ce fût elle. Oui elle, cette grande pièce immense et lumineuse, qui brillait et appelait sur elle tout les regards, comme une lampe charme les papillons de nuit du périmètre qu' elle éclaire.
    Cet espèce de bâtiment clos et immense, à la vue de tous constituait effectivement le lieu tant recherché, bien loin des préjugés qu' il avait pu avoir sur l'objet de ses désirs.

    Tous les soirs il était venu à cet endroit, plus précisément sur cette poutre ou il était perché à l' instant même. Toutes les nuits il avait fraudé et c' était glissé en douce dans la grande salle lumineuse qui lui était normalement interdite d' accès. Toutes les nuit, il avait sacrifié une grande partie de son sommeil pour cette attente vaine et inutile.
    Certes, il n' en avait jamais vu un seul pour le moment, même pas entre-aperçu la moindre mèche de cheveux, toutefois son instinct lui insufflait qu' il avait raison. Or suivre son instinct était la première chose qu' on lui avait apprit à faire. Alors, plutôt que de se résigner et de tout arrêter, il le suivait, inlassablement, ne doutant jamais de la puissance de sa simple intuition, patientant simplement, attendant avec calme et détermination le moment ou,enfin, sa prédiction se réaliserait.

    Et il était enfin venu, ce jour béni.
    L' imposante porte d' entrée su clos d' exercice c' était ouverte en grinçant. Au début, le jeune homme n' y avait pas vraiment fait attention. Ce devait surement être un de ces pauvres types qu' il voyait de temps en temps passer pour récupérer tel ou tels affaires oubliées. Oui il n' y avait pas réellement prit garde et c' était contenté de se ré adosser confortablement contre la poutre qui le soutenait, jusqu' a ce qu' il y ait 'ça'.
    Ce silence intangible qui avait eu l' audace de précéder le grincement désagréable de la porte lorsqu' elle c'était refermée. Rien. Il n' avait rien entendu. Pas même le moindre petit bruit de pas, juste...rien.
    Le jeune homme avait sursauté, mentalement parlant et avait rivé son regard sur l' invité de la salle d' entrainement. Ce qu' il vit lui fit l' effet d' un électrochoc.
    Cette finesse et cette grâce dans ses mouvements, cette impression d' un simple effleurement à chacun de ses pas. Il n' y avait plus aucun doute possible.
    Marchombre.

    Kylian sentit son cœur s' emballer dans sa poitrine, le moment tant attendu était enfin arrivé. Son cœur pulsait tellement vite dans sa cage thoracique qu' il eut, le temps d' un instant, l' impression d' étouffer. C' était magnifique, incroyable, inimaginable. Un tel moment de bonheur si brut et intense ne pouvait pas exister. C' était tout bonnement inexprimable.
    Un frisson le parcouru, hérissant ses poils de bras ( XD) malgré la température ambiante plutôt élevé. Le jeune homme se sentait comme fou, il était en total extase.

    La Marchombre se plaça au centre de la pièce spacieuse, au centre exacte du néon placé au dessus d' elle. Cette constatation lui arrache un nouveau frisson. Si perspicace et doué et ce, tellement naturellement.
    Doucement, très doucement et avec calme, la marchombre s' étira le moindre muscle du corps. Kylian n' en rata pas une miette, ses pupilles se dilatèrent même lorsque la créature de rêve fit vibrer les muscles de son dos. Cela devait être un simple échauffement pour elle, mais c' était pour lui un véritable spectacle. Un spectacle grandiose et exaltant comme il n' en avait jamais vu auparavant. Jamais si proche, jamais si près.

    La Marchombre lui offrit alors une véritable apothéose, son 7e ciel à lui ( x'D) lorsqu' elle accéléra la cadence dans des enchainements tous plus compliqués et difficiles les uns que les autres. Les yeux ancrés comme jamais sur la moindre parcelle du corps de la jeune femme, le jeune homme ne ratait pas une miette de la prestation spectaculaire qu' elle lui offrait, notant chaque courbes, chaque gestes effectués. Son cerveaux était en effervescence, bouillonnant de tant d' information . Il était totalement déconnecté de la réalité, seul les gestes emplis de souplesses et de vivacité de la Marchombre et son euphorie actuel.

    Mais déjà, ses yeux bien qu' aguerris et entrainés n' arrivaient plus à suivre les mouvements que lui imposait la jeune femme. Pris dans son euphorie, le jeune homme rapprocha machinalement son visage de la Marchombre, totalement ridicule, ce qui eu pour effet de l' obliger à se déplacer très légèrement.
    Immédiatement la jeune femme se stoppa. La coupure fût net pour le jeune homme totalement sous le charme de l' entrainement marchombre. Ah le dur retour à la réalité...
    Presque machinalement, elle se dirigea dans sa direction avant de lui demander d' une voix calme de se montrer à elle.

    La jeune homme se laissa glisser, posant sa joue contre le bois vieilli de la poutrelle dans une position quasiment allongé avant de répondre, presque amoureusement.


    - Ah je reconnais bien la les marchombres, un moindre mouvement de travers et Paf ! On est démasqué ! Même le parfait silence ne vous satisfait pas, ca m' ennuie beaucoup. Le jeune homme continua alors dans un souffle pour lui même, les yeux fixés sur la marchombre quelques mètres plus bas que lui. Mais ca vous rend tellement attirants...


    Il souffla alors doucement tout en l' observant avant de se redresser et de s' asseoir à califourchon sur la poutre qui le soutenait. Avant de lui annoncer d' un ton joyeux, presque enfantin.

    -Désolé ! Je peux pas descendre c' est trop haut pour moi !


    Sur ce il l' observa de haut, un petit air mutin sur le visage, ne doutant aucunement de ses prouesses visuels qui devait très certainement lui permettre de voir son petit sourire espiègle alors que lui peinait à décrypter les traits de son visage.



_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 165
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]   Mar 12 Oct 2010 - 20:00

Malgré son apparente assurance, Claryse n'en menait pas large. Elle ne bougeait plus, légéremment tendue, comme en équilibre sur une corde.Seule dans l'arène, seule face à elle-même, elle était bien. Maintenant, ce bruit l'avait stoppé dans son élan, dans sa presque transe. Elle n'aimait pas ça. elle n'aimait pas ça du tout. il était censé n'y avoir personne à cette heure de la nuit dans le clos... Le jour il regorgeait d'élèves essoufflées s'entraînant à l'épée, l'arc et l'endurance. Guerriers ou marchombres. Mais, personne n'était autorisé à s'installer dans la structure du toit et espionner. Elle s'était de nouveau faite avoir comme une gamine, après l'Encapuchonné il y avait l'Espion au palmarès de ceux qui avaient réussi à se dissimuler aux yeux de la marchombre et de la surprendre. Elle fixa le noir des poutres, guettant le visage de l'inconnu.


Etait-ce vraiment quelqu'un ou un animal? Dans les deux cas, s'il ne se montrait pas, elle devrait monter le chercher par la peau du derrière. Qui pouvait avoir interet à regarder une marchombre? Elle n'avait fait que des exercices que l'on apprenait à des apprentis et elle avait du mal à savoir ce qu'elle pouvait bien apporter à un inconnu... ses yeux accrochèrent soudain un visage pâle par l'éclairage diffus des quelques lampes.Roux. Aux yeux rieurs. Instantenement et inconsciemment elle détesta la lueur dans son regard quand il parla.


Il n'avait pas tort. Si le silence était rompu, n'importe quel marchombre s'en rendrait compte et les meilleurs en trouverait la source en un instant. Elle-même n'aurait pu dire avec certitude si le son entendu était animal ou humain et d'où exactement il provenait. Le silence ne nous satisfait pas? Bien sûr que si, elle aimait passionnement l'absence de bruit qui avait précedé cette découverte. Elle aimait le silence qui n'en était pas un au dehors. Elle aimait la tranquilité factice de la nuit. Elle détestait les foules et les bavards la dérangeaient. Ne pouvait-elle donc jamais être tranquille?


Le murmure du jeune homme lui parvient quand même mais étouffé. C'était donc cela l'hypothétique raison de son espionnage? Il fantasmait? Nan mais quel pervers...


- Affligeant, souffla-t-elle, se fichant qu'il l'entende ou non.


Elle décida de se prêter au jeu.
Mesdames et Messieurs ! Ladies and Gentlemen ! Pour votre plus grand plaisir, Claryse Vornang, l'icône montante à piéger, va vous interpréter un nouveau rôle dans un tout nouveau spectacle intitulé : " Baffes ou pas baffes? " Elle sera la marchombre mystérieuse et espiègle qui tentera de supporter le jeune espion au sourire dérangeant. Fin de la parenthèse.
Elle fit se dessiner un sourire sur ses lèvres. Observa le clos et chercha une manière de monter facile sans trop exiber ses capacitées. Juste assez pour le ravir et pas assez, pour lui donner envie d'en voir plus.


-Puisque tu n'veux pas descendre, j'vais monter.


Ce tutoiement le gênerait-il? La marchombre de son rôle devait se sentir un peu supérieur à l'énergumène qui semblait incapable de redescendre. Ou du moins qui voulait le faire croire. Elle marcha tranquillement vers le mur, saisit les prises qui s'offraient à elle et grimpa, ralentissantson rythme d'escalade, pour en garder sous le pied. Au cas où... Les poutres atteintes, elle monta dessus comme une poutre à plusieeurs mètres du sol et suivit les étroits sentiers qu'elles dessinaient jusqu'à se retrouver devant le rouquin. Qui semblait baver un peu. Etait-ce son escalade ou juste son physique? Son faux sourire se redessina et elle le regarda dans les yeux.


- Alors comme ça on espionne les Marchombres? Et en quel honneur?



[ En espérant que ça te plaise ! <3 ]



_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]   Sam 16 Oct 2010 - 16:24

    Kylian la regardait toujours, bien installé, perché sur sa poutrelle. A l' abris d' un éventuel retour de flamme. Ou du moins jusqu' a un futur proche, car il ne faisait aucun doute que si l' envie la prenait elle pourrait aisément lui faire sentir son point de vue sur son petit espionnage. Parce que oui bon, même s' il n' arrivait pas à apercevoir dans le détails la tête qu' elle tirait, il pouvait en revanche affirmer sans aucun doute qu' elle ne devait pas du tout, mais alors pas du tout être contente de s' être faite espionner de la sorte. Les marchombres, personnages certainement les plus méticuleux au monde sur la discrétion de leur guilde, si mystérieux et si discrets sur leur entrainements secret percé à jour par un simple garde ! Il y avait de quoi rire.
    Et de quoi rendre indigné le plus pondéré des marchombres.

    La marchombre prononça quelque chose toutefois Kylian ne pu décrypter le son qui sorti d' entre ses lèvres. Il était trop loin et c' était passablement déconcentré depuis qu' elle l' avait interpellé.
    Elle avait surement du pester contre elle même,contre sa crédulité et son cruel manque de prudence lorsqu' elle avait débuté son entrainement. Cette pensé arracha un nouveau sourire au jeune garde. Si c' était bien le cas, elle n' avait pourtant rien à se reprocher. Pour la voir dans cet instant si intime, il avait du usé de toutes ses capacités, presque 12 ans d' entrainement lui avait été nécessaire pour atteindre ce niveau de furtivité et de concentration. Elle n' aurait donc pas eu à se blâmer.
    Et elle ne se blâmait pas.

    Contre toute attente, la marchombre ne s' énerva pas. Ni n' hurla, ni ne l'insulta ni ne s' exaspéra - en vérité si mais il ne l' avait pas vu-.
    Non. Elle était restée très calme, ou du moins en façade. Comble de l' étonnement, elle lui sourit même. Il n' en fallait pas plus pour ravir le jeune homme qui lui sourit en retour. Toujours de ce même sourire, taquin et orgueilleux. Il était comme un gamin, jubilant intérieurement d'avoir obtenu cette réaction suite à sa provocation certaine. Elle lui avait sourit ! Pas d' un sourire que l' on a lorsque l' on est heureux non, plutôt celui que l' on adopte pour signifier 'si-je-t' attrape-je-te-bouffe-misérable-vermisseau' . Ou du moins, le jeune homme le percevait ainsi.
    Leur entretien promettait d' être sympathique...

    Souple et agile comme elle le devait à sa classe, la marchombre se dirigea vers l' un des murs du clos d' entrainements surement dans le but de monter le chercher. Elle certifia ensuite les pensées du jeune homme par sa phrase;


    -Puisque tu n'veux pas descendre, j'vais monter.


    Kylian exultait et la frébilité d' avoir percer un marchombre au grand jour faisait place à l' excitation de l' arrivé imminente de la femme aux capacités extraordinaires.
    Toujours à califourchon sur sa poutre, le jeune homme balança ses jambes d' avant en arrière, tout heureux avant de lui répondre le plus innocemment du monde :


    - Merci ! C' est gentil de venir m' aider à descendre.


    La marchombre ne répondit rien et continua sa route jusqu' au mur face à elle.
    Elle allait grimper ! Elle a-llait grim-per !!! Elle allait gravir à mains nues et en quelques secondes à peine le mur qui l' emmènerait jusqu' aux poutres de la charpente qui le guiderait à lui. Certes, le mur n' était pas lisse comme une parois de verre - et heureusement, sinon comment serait-il monté la haut lui ? - et elle allait donc pouvoir s' aider de plusieurs prises, toutefois le jeune homme ne la quitta pas des yeux dès lors qu' elle posa sa main droite dans la première prise. Il était omnibulé par les courbes que formait son dos lorsqu' elle commença son ascension. Il fut pris de frisson en observant ses mains, fines et pâles ne s' attarder qu' une demi seconde à peine dans chaque prise, Il s' arrêta même de respirer lorsqu' il la vit étendre tranquillement le bras pour attraper une nouvelle prise et lâcher tout ses autres appuis pour venir réceptionner son pied, l' air de rien, un peu plus haut. Ce n' était peut être rien pour elle mais pour Kylian, cette simple escalade avait des allures de véritable périple. Combien de fois avait-il gravit ce mur ? Surement au point de connaitre l' emplacement de chaque prises par cœur. Et elle combien de fois ? C' était vraisemblablement la première et pourtant, elle faisait cela avec plus de grâce et d' aisance qu' il n' en aurait jamais et en plus, à une allure nettement supérieur.

    Bon c' est vrai il n' était vraiment un gros grimpeur mais les capacités marchombres l' étonnerait toujours autant. Elle lamina par ce simple fait une partie des espoirs du jeune homme. S' il était impossible de surprendre un marchombre sur son propre terrain, où donc aurait-il la possibilité de le faire ?

    Comme il l' avait prédit, la marchombre fût très vite sur lui. Tellement vite qu' il n' eut même pas le temps le voir comment elle avait réussit de passer de la poutre plus bas à une un peu plus haut, passage sur lequel il avait galéré comme jamais.
    Elle était maintenant debout, face à lui, toujours ce magnifique faux sourire sur les lèvres. Le jeune homme se sentait un peu petit, écrasé par la différence de hauteur à laquel ils se trouvaient, l' un assis, l' autre debout. Il pensa même avec irritation que cela pourrait être un parfait schéma de la puissance et du niveau technique qui les séparait tout les deux.

    Elle le fixa alors de ses yeux azur avant de le questionner. Elle avait de magnifiques yeux mais par delà son aspect physique, c' était surtout le fait qu' elle soit marchombre qui l' intéressait et l' attisait.
    Kylian ne baissa pas les yeux et la fixa profondément lui aussi, les yeux rieur et la bouche en cœur Arrow .


    -Oh non je ne vous espionnait pas Madame ! Je faisait juste une petite sieste mais vous m' avez réveillé !


    Il parlait à la manière d' un petit enfant, peut être cela aurait-il le don de l' agacer et de faire apparaitre le réel visage de la marchombre derrière son masque de calme et de placidité ? Car elle était énervée, il en était certain. Il avait pris un ton de reproche lors de sa deuxième tirade. L' arroseur arrosé, la victime du préjudice transformée en coupable. Il adorait ca, priant secrètement pour qu' elle réagisse plus brusquement, cherchant par tous les moyens, même les plus détournés à l' énerver. Il voulait qu' elle s' agace, qu' elle s' irrite de son faux parlé et qu' elle cherche à le faire taire, par tout les moyens pour qu' enfin, il puisse la voir comme il le désirait depuis le début : En combat.

    Évidemment qu' il n' avait aucunes chances, il le savait et pourtant... se mesurer à la marchombre lui permettrait de les voir. Tous ces infimes petits détails qui font des marchombres des Marchombres. Et il en était persuadé,à force ces petits rien ferait de lui un excellent combattant, un combattant capable de vaincre en combat régulier les plus puissants des adversaires. Oui, un jour son heure viendrait et , enfin on le reconnaitrait à sa juste valeur.





_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 165
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]   Ven 29 Oct 2010 - 20:21

Claryse commençait à voir le roux comme un petit rigolo. Elle se dit que ce jeune homme excité serait le moyen d tester sa patience. Et puis ce rôle lui permettait de jouer un peu avec lui, comme un chat avec une souris. La souris croit se moquer du félin mais quand il sort les griffes, il n’en fait qu’une bouchée. Cependant, il ne fallait pas tomber dans son piège et ne pas le sous-estimer. En le regardant balancer ses pieds dans le vide, elle se dit qu’il n’avait pas le vertige. Ce qui laissait entrevoir qu’il savait grimper, contrairement à sa déclaration. Comme il le désirait, elle était montée. Elle s’était rabaissée à satisfaire un des désirs de l’insolent. * Tu vas voir si je vais t’aider à descendre… Balancé dans le vide ça te tente ? * pensa-t-elle un minuscule sourire ironique sur les lèvres.


Son personnage s’amusait bien pour le moment. C’était rare de croiser quelqu’un d’assez courageux ( ou suicidaire Arrow ) pour se moquer d’une Marchombre. Certains aurait déjà clouer le fou à la poutre avec son propre couteau ou pendu par les pieds. Quelques-uns lui aurait tourné le dos et disparu dans la nuit après un regard blasé. Les curieux auraient fait comme elle ou presque. Les teigneux auraient déclenché une rixe avec lui juste pour le plaisir avec un grand sourire aux lèvres. Son vrai elle, si elle n’avait pas appris à le dépasser aurait eu un regard gêné et serait parti sans un mot. Le chat regardait sa proie de haut, attendant qu’il réponde. Elle sentit une étrange tension entre eux qui s’évanouit quand il parla faussement innocemment.


Elle comprit vite le but de sa manœuvre. La souris voulait se faire chat ? *Dans tes rêves mon coco ! * L’irritation passagère ne l’influença guère. Elle avait toujours été patiente et ne s’emportait que rarement. * Le pauvre, il n’est pas tombé sur la meilleure proie possible pour l’énerver. * Le chat laissa glisser la provocation de la souris et lui tourna autour. Elle allait jouer avec lui jusqu’à ce que l’un des deux montre les dents. Elle n’arrivait pas à cerner le jeune homme. Quelles raisons avait-il à provoquer une Marchombre ? La gloire ? Le désir ? Ou tout simplement la curiosité ? Elle n’arrivait pas à en être certaine. Quand il l’avait regardée grimper, il avait cet air un peu béat et bête avec une lueur de désir dans les yeux quand elle était arrivée à sa hauteur. Mais maintenant, il n’y avait plus que de la provocation et…quelque chose qu’elle ne comprenait pas. C’était ce quelque chose étrange qui la dérangeait et qui ne cessait de l’intriguer. Quel était le but et la motivation de son espionnage ? Elle croisa ses bras, el regardant toujours de haut. Parce qu’elle le valait bien. Les yeux brillants de l’inconnu le fixaient encore. Elle régla son expression sur un mélange d’étonnement et de moquerie et lui répondit calmement.


-Ah ? T’es sûr ? Parc’qu’une siete perchée à plusieurs mètres du sol et en pleine nuit c’est quand même bizarre…


Elle passa sur la poutre d’à côté et lui tourna autour en passant de poutres en poutres. Elle le jaugeait. Il était musclé, habillé comme un garde de l’Académie et avait les mains de celui qui les use à l’épée. Un combattant. Suffisamment bon pour être engagé par Dame Cil’Melope et pour savoir escalader le mur du clos. Et même plusieurs fois, si elle s’arrêtait sur les traces de pas dans la poussière sur les poutres. Il ne devait pas être très dur à battre si tant est qu’il n’ai pas de ressources cachées autres que sa dague à sa ceinture. Elle s’arrêta sur la poutre à droite de celle du roux et s’accroupit. Tant qu’il n’était pas Frontalier ou dessinateur elle devrait sans sortir sans trop de casse, songea-t-elle un peu optimiste et trop sûre d’elle. Ce qui était contraire à son habitude mais elle ne s’en rendit pas compte. Son personnage se fit curieuse :


-C’est quoi ton p’tit nom, monsieur l’garde ? Elle ajouta un peu plus bas et avec une pointe de menace ironique : j’espère qu’tu n’fais pas la ‘sieste’ pendant tes heures de service. Sinon, j’en connais une qui va être contente.


Il se douterait évidemment qu’elle ne mettrait pas sa menace à exécution, mais bon, elle s’amusait bien. Elle avait légèrement insisté sur sa prétendue sieste pour lui montrer qu’elle n’y croyait pas. Elle y réfléchit et se dit que ce serait encore plus drôle si elle le dénonçait à Edel pour de vrai. Elle imagina sa tête quand il comprendrait qu’elle l’avait vendu. Puis, elle chassa cette idée attirante. Ne pas tomber dans son piège. Ne pas s’énerver. Rester concentrée sur son rôle. Ne pas s’abaisser de nouveau. Si elle craquait, elle lui donnait ce qu’il désirait. Pas question qu’elle lui fasse ce plaisir.


Elle dessina quelques ronds dans la poussière de la poutre. Puis laissa filer son doigt au gré de ses envies, comme à la dérive. C’était étrange de regarder ces signes se former au hasard ou inconsciemment. Lorsqu’elle commença à essayer de les comprendre, elle s’arrêta et essuya la poussière d’un revers de main. Elle s’assit en tailleur et observa de nouveau le rouquin au nom inconnu qui ne semblait pas l’avoir quittée des yeux. Il était décidemment bien intrigant.



_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
avatar
Ultra BG

Ultra BG
Messages : 251
Inscription le : 27/06/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]   Mar 9 Nov 2010 - 21:16

    La marchombre ne broncha pas. Elle se contenta de le fixer, encore, sans lâcher ses yeux moqueurs du regard. Leur échange, dura bien plus longtemps qu' il n'aurait du. Ce genre de regard n' est pas fait pour durer, un simple coup d' œil, bref et rapide suffit à l' achever. Généralement, au bout de quelques secondes à peines,l' un des deux protagonistes finissait pas baisser le regard. Le protagoniste le plus faible. Kylian ne serait pas celui la,Oh non ! et il ne le serait surement jamais. La marchombre avait beau l' écraser de sa puissance, il ne baisserait pas les yeux, ne lui offrirait pas ce plaisir vil et pervers qui la laisserait jouir de sa supériorité à souhait . Non, plus jamais...

    Ses diamants bleus le fixait toujours plus intensément, toujours plus durement aussi. Que cherchait-elle à faire ? Essayait-elle de le faire flancher par le poids de son regard ? Si tel était le cas elle pouvait toujours essayer, il ne la lâcherait pas. Les yeux des marchombres étaient si intéressants, profond, intenses, brillant d' une clarté pareil à nul autre et pourtant aussi si sombre.


    *Pareil à leurs propriétaires...* Songea le jeune homme en silence.

    Elle l' amusait, elle l' amusait terriblement. Elle n' en avait peut être pas conscience mais un frisson d' excitation l' avait fait frémir à l' instant même où elle l' avait gratifié de son regard si abyssal. L' idée même de confrontation qu' il avait perçu en elle ( Si ce n' était pour ca, pourquoi ne baissait-elle pas le regard ? ) et la profondeur de son regard l' avait mise à nue sans qu' elle ne le sache. Il l' énervait. C' était certain. Surement essayait t-elle de l' étouffer par ce trop pleins de fierté dont exultait bien souvent les marchombres.
    Elle n' avait toutefois aucunes chances. La distraction et la frénésie que lui apportait la violence de ce regard océan ne cessait de grandir, de plus en plus puissants, au fil de leurs échange.
    Peut être cherchait-elle alors à comprendre ses intentions. La encore, pas de chance, le jeune garde ne se comprenait pas lui même. Cette pensée fit grandir encore son sourire insultant. Cette soirée promettait d' être superbe...

    Le lion est puissant et beau, mais le lion n' aime pas la promiscuité avec les hyènes. Savez vous pourquoi ? On raconte que le poids de leurs yeux fourbes et de leurs rires moqueurs seuls seraient capables de faire sortir le roi de la savane de ses gongs et de lui en faire oublier toute prudence...

    Finalement, elle croisa les bras, de lassitude peut être ? Ou était-ce une attitude défensive malgré sa volonté apparente de le surpasser. Un rictus d' étonnement et d' ironie se peignit sur ses lèvres avant qu' elle ne lance d' un feulement calme ( Oui bha maintenant que je suis partie sur le lion hein Razz) :


    -Ah ? T’es sûr ? Parc’qu’une siete perchée à plusieurs mètres du sol et en pleine nuit c’est quand même bizarre…


    Kylian eut un petit sourire en coin. Ainsi donc elle voulait jouer à ca... Lui décernant son plus beau faux-sourire il lui répondit toujours avec cette même voix insolente.

    - Oh pas forcément plus que de venir s' entrainer seule ici alors que la salle est fermé depuis plusieurs heures maintenant.

    Il conclu sa tirade d' un petit haussement de sourire irritable à souhait.

    Légère et gracieuse comme une ballerine, la marchombre sautait de poutre en poutre tout autour de lui. Ou plutôt non, elle dansait. C' était un véritable ballet que d' observer ses gestes désinvoltes et non calculés, s' offrant l' apanage d' être exécutés avec une aisance et une finesse sans pareil.
    Une beauté révoltante pour ceux qui ne la possédait pas.
    Il sentait, de temps en temps, et furtif comme un battement de cils, ses yeux azurs se poser sur sa nuque. Sans doute le jaugeait-elle, il n' en savait trop rien en vérité Les marchombres étaient tellement impénétrable, et cette explication était la seule valable qu' il aurait trouvé si un guerrier normal avait agit de la sorte.
    Oui...,un guerrier normal...

    Tout en continuant son inspection, l marchombre reprit, sur un ton un peu plus acerbe et toujours moqueur à souhait.

    Loin de se sentir vexé -bien au contraire- le jeune garde poussa un très leger soupir de contentement ( Je sais pas comment dire =O ) avant d' adopter une position lascive et de lui répondre, le ton mielleux sans la quitter des yeux :


    - Bien sure que non, je ne m' autoriserait jamais une tel déviance...
    En revanche
    reprit-il après une minute de silence- pour ce qui est de vous...

    Le sourire de la hyène.
    Brusquement, Kylian se redressa et se détourna de la marchombre au corps fuselé.
    Sur un ton désabusé et déçu, le jeune homme fit mine de s' intéresser à ses ongles.


    - Je ne pensait vraiment pas qu' un des membres de la très secrète guilde marchombre viendrait m' exposer gratuitement ses entrainements normalement interdit au communs des mortels.


    Un silence passa ensuite, un silence différents de ceux rencontrés jusqu'alors. Kylian crut même y sentir la tension électrique d' un temps orageux.

    -Enfin... Je ne suis pas trop déçuReprit-il sur un ton blasé. Je ne m' attendaitpas à grand chose non plus. Avec un entrainement pareil normal que vous soyez si pitoyables
    Et, sur ces dernières paroles il tourna la tête en direction de la marchombre, un adorable sourire au lèvre.

    Et son regard croisa le sien. Une parole d' un des élève croisé dans l' après midi lui revinrent soudainement en tête.

    " Tien, on dirait qu' il va y avoir de l'orage..."




_______________
avatar

Maître des écuries
Messages : 165
Inscription le : 26/04/2010
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]   Jeu 18 Nov 2010 - 21:24

En plus d’être intriguant, il en devenait particulièrement fatiguant. Celui-qui-taisait-son-nom ressemblait à une caricature du gros lourd qui a toujours une réponse pré conçue à tout. C’était impossible de jouer calmement ou de manière détendue avec une souris pareille. Trop fourbe. Trop irritante. Il semblait toujours sûr de lui, toujours près à faire tomber l’autre ; Comme s’ils étaient en équilibre sur un fil et dès qu’elle essayait de le faire tomber, elle faisait trembler le câble sous ses pieds et manquait de chuter. C’en était rageant. Il fallait surveiller chacun de ses mots, de ses actes sous peine d’une rebuffade bien sentie ou d’un sourire ironique. Avec lui, elle avait l’impression d’être encore une petite fille dont le frère se moque parce qu’elle a dit une bêtise ou une idiotie. Et Diable ! Ce ton acerbe et calme l’énervait profondément. Il la fatiguait surtout.


Elle n’avait pas envie de se battre contre lui, de plus en plus incertaine du gagnant. En effet, si elle était prise d’un accès de colère, elle ne serait plus capable de réfléchir de manière logique et se retrouverait à la portée de ses coups. Sans compter que pour être garde, il devait être particulièrement bon dans son genre. A ajouter au fait qu’il avait des cals aux deux mains. Ambidextre probablement. Claryse s’était rarement battue contre un gaucher, à part avec son maître qui lui avait appris à l’être aussi. Elle savait donc, en théorie faire face à ce genre de situation.


Et puis merde, elle avait tout à fait le droit d’être là, elle était une presque prof quand même. Elle réalisa, avant même d’avoir fini de penser, que lui aussi en avait le droit s’il voulait. Il était garde. Si elle y réfléchissait bien, il en avait même encore plus le droit, hors heures de gardes bien sûr. Et il se foutait royalement de sa gueule. Elle eut, à son grand étonnement, une pointe d’admiration : il avait une telle confiance en lui, une telle détermination, quasi suicidaire dans ses paroles. Il voulait l’énerver, la faire sortir de ses gongs et il s’y prenait plutôt bien. C’était un très bon manipulateur et il avait du avoir un bon maître. Excellent dirait-on même. Et quel talent de comédien ! Il avait du faire du théâtre dans une autre vie :arrow : . Il ménageait des pauses stratégiques, gardait le ton du personnage du début à la fin, attendait patiemment le nouvel acte dont elle était censée marquer le début. Il la tournait en ridicule, se moquant de son propre jeu. Il l’avait largement dépassée. Elle ne s’en était pas rendu compte mais en le voyant lui tourner le dos elle se dit que depuis le début, c’était lui le chat et qu’elle avait sauté à pieds joints dans son piège machiavélique. Le mieux pour elle aurait été de rester elle-même dès le début et de tourner les talons à ce clown.


Elle faillit s’étouffer lorsqu’il parla à nouveau. C’était de la provocation à l’état pur. Une insinuation à la déviance comme il la nommait si bien. Elle eut un sourire forcé. Elle devait bien avouer qu’il n’avait pas tort, exposer ses secrets comme ça, c’était… gênant. Et puis, non, ce n’était pas son erreur en cause. Il n’était censé y avoir personne dans cette foutue salle à une telle heure. Claryse était persuadée qu’il surveillait cet endroit, guettant l’imbécile qui viendrait s’entraîner seul ici. Elle aurait mieux fait de s’abstenir et de retourner chez elle. Nan, mais quelle idée pourrie avait-elle encore eu ? Et qu’est ce qu’il avait à retourner le couteau dans la plaie le gugusse là ? Il était sadique ou quoi ?


Il ménagea une nouvelle pause et une nouvelle pose et reprit d’un nouveau ton pas encore expérimenté pour l’instant : le blasé. Accompagné de son sourire mi-niais mi-attendrissant.


Elle ne s’attendait pas à ça. Donc en plus d’aimer la souffrance des autres, il était masochiste ? Un régal pour tout marchombre qui se respecte : une bonne correction, à lui administrer en perspective. Mais pas pour elle. Quoique… Elle ferma quelques instants les yeux, essayant de ne pas se ruer sur lui de manière irraisonnée. Il venait d’insulter sa guilde ! Ca, c’était intolérable ! Passait encore qu’il la critique, qu’il se moque mais il était plus insupportable encore ce genre d’insulte gratuite ! Il allait être content, il avait touché une corde sensible. Certaine de tomber à sa prochaine attaque, elle prit les devants pendant qu’elle avait un semblant de conscience et s’avança vers lui. Sans hésitations aucune, elle lui colla une gifle sonore. Il avait franchi les limites une fois de trop. Elle se recula sans un mot. Son regard disait tout son mépris, toute sa colère. Elle en avait marre de jouer. Elle eut un pâle sourire et, tout en tournant les talons, souffla :


-J’ai perdue. Félicitations.


Elle descendit le mur dans l’autre sens, sans ralentir cette fois. Une fois au sol, elle se dirigea vers la porte qu’elle tira en grinçant. Alors qu’elle la franchissait, elle déclara, certaine qu’il guettait chacune de ses paroles et mouvements :


-Avec n’importe qui d’autre, tu seras mort le clown.


Dommage d’écourter inutilement et bêtement sa vie. Enfin, s’il était suicidaire, il existait une nouvelle sorte de guérisseurs qui soignaient, moyennant une grosse somme d’argent, l’esprit. Elle ajouta, un ton plus bas, sans vraiment être sûre ou vouloir qu’il l’entende.


-La prochaine fois, je serai moins indulgente.


Et elle sortit au dehors, cet entretien ennuyeux avait assez duré. Claryse était apaisée de l’avoir claqué. Peut-être avait-il aimé ça. Peut-être en redemanderait-il et qu’en jour elle le reverrait et qu’il l’harcèlerait jusqu’à ce qu’elle se batte avec lui. C’était bien un truc de mec vouloir mesurer sa force. ‘Gros muscles au pouvoir’ devraient-ils créer. Elle laissa la nuit l’absorber et la guider.

[ Edition possible ^^ il peut la suivre si tu veux ou alors on continue ce post plus loin, à un autre endroit si t’as envie qu’il l’harcèle maintenant qu’il connaît son visage Smile ]


[RP TERMINE ! ]


_______________
Le plus beau, le plus charmant, le plus séduisant c'est bien évidemment Kylian ♥
"Obsessed by a fairytale, we spend our lives searching
for a magic door and a lost kingdom of peace"

Eugene O'Neil




Clarysse Vornang ... Halina Nilsan alias Nymphe Nadorable Nordique I love you
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]   



 
Quand on espionne, on doit s'attendre à quelques baffes :arrow: [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Quand l'expression "Frapper avant d'entrer !!" prend son sens. :arrow: [Terminé]
» Martelly doit tirer leçon de la réalité politique
» Attendre pour faire évoluer = Stats plus basses ?
» Quand on veut être sûr que tout soit bien fait alors, on doit le faire sois-même.
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: L'enceinte de l'Académie :: Le clos d'exercices-