Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteLaelith G. Eisao [ Palefrenier/Eleveur, Futur Elève ]
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 Laelith G. Eisao [ Palefrenier/Eleveur, Futur Elève ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Laelith G. Eisao
Laelith G. Eisao

Eleveur de Canassons
Messages : 12
Inscription le : 30/08/2010

MessageSujet: Laelith G. Eisao [ Palefrenier/Eleveur, Futur Elève ]   Laelith G. Eisao [ Palefrenier/Eleveur, Futur Elève ] Icon_minitimeLun 30 Aoû 2010 - 23:16

“ You’d rather imagine you can escape, instead of actually try. Because if you fail, then you’ve got nothing. So, you’ll give up the chance of something real, so that you can hold on to hope. Thing is, hope is for sissies.”


Description générale

Nom : Eisao

Prénoms : Laelith, Gabriel. Sa famille l’appelle Lael, et toutes ses autres relations le connaissent sous le nom de Gabriel.

Race : Humain

Age :
Vingt-et-un ans

Classe :
Très.

Enseignement suivi : Prochainement, Enseignement traditionnel


Description physique et mentale

Description physique :

Laelith n’a pas les pieds plats. Plutôt incurvés, selon un arc large mais marqué, qui pourrait lui permettre de faire rouler une boule ou un tonneau sous ses pieds sans trop de soucis. Le dessus de son pied est incliné, on n’en voit quelques veines, comme sur la majorité des pieds. Ses orteils sont sagement rangés, en ordre décroissant, pas très longs, avec des ongles généralement crades/cassés/vernis. C’est un pied efficient, avec de nombreux atouts. Notons que l’absence de pouce opposable lui permet de marcher, soit, comme la majorité des homos sapiens sapiens, mais il a une dextérité de primate, qui lui permet de saisir des choses entre ses orteils et sa plante de pieds. Non, rien à redire, ce sont des pieds de bonne qualité.

Sinon, Lael est d’une taille normale pour un garçon de vingt et un ans, il est fin et musclé bien bâti pour un garçon de vingt et un ans ayant été élevé à cheval : Des cuisses musclés, un dos ferme, une globalité plutôt souple, bien faite, normale, quoi. Il a un visage ovoïde, des yeux verts, plutôt clairs, un peu sensibles au soleil, ca fait fillette. Des cheveux lisses, avec un peu de longueurs, qu’il laisse retomber sur ses temps, son front, ses yeux. Ils ont des teintes grises châtains, parfois presque brunes en hiver. Des oreilles assez banales, un nez tout à fait commun, des cils, des sourcils, une paupière, un menton, ce genre de chose, quoi. Il a des lèvres plutôt fines. Il a des bras, des jambes, des hanches, des bijoux de famille, un cou, des genoux, des coudes, des épaules. Non, non, c’est un bon produit, complet, simple, bon marché.

Description du caractère :

« Laelith ? C’est un petit bambin absolument adorable. Ah, un chenapan, ça, pour sûr, mais il ne rechigne pas au travail, il ne râle pas, il sourit tout le temps. Il aime tant les chevaux, il est doux et ferme, je ne doute pas une seconde de ce qu’il deviendra ! Il tiendra admirablement les Ecuries, ah ça, oui ! Il est résolument choupinou. »
Ombeline, grand-mère de Lael

« Il est pas bien méchant, mais il aime assez faire des âneries : Non, vous voyez, disparaître quand on le cherche, aller se fourrer précisément là où on lui a interdit d’aller, piquer les objets qu’on utilise. C’était déjà un enfant tapageur, qui a marché tôt, et s’est mis à courir partout dès qu’il a pu. Il est adroit quand il s’agit de faire n’importe quoi ou de cabrioler à cheval, et toute cette habileté disparaît curieusement quand il doit faire autre chose. Quand il veut bien faire les choses, il les fait bien. Sinon … »
Liosyl, père de Lael

« De toute ma désormais longue existence, je n’ai jamais connu de gamin aussi insupportable. Incapable de se concentrer une seule minute, à regarder la fenêtre au lieu de son livre, à gribouiller au lieu d’écrire – son écriture est un brouillon que je ne saurais résolument pas décrire. Mais je suis médisant, en grandissant, lorsqu’il lui est arrivé de faire quelque chose avec application, il pouvait devenir studieux, talentueux même dans certains exercices. Mais ces moments sont un peu trop rares. *Soupir* Le joyeux gamin, débordant d’énergie et d’idées farfelues, mais réellement épuisant. »
Tuteur de Lael


« Je sais pas qui m’a fichu un cousin pareil. Non mais quoi, il est carrément irrespectueux, c’est un égoïste qui ne pense qu’à lui et ne pense qu’à embêter les autres pour son plaisir personnel. Pour l’avoir suivi de nombreuses fois dans les rues, je peux vous dire que c’est un bagarreur, méprisant, exécrable et mal-élevé, sans offenses à mon oncle et ma tante, bien sûr. Il ramène trente-six filles par mois, comme quoi, il n’a aucune considération pour les gens. Et ils sont tous là à l’adorer, blablabla, ils le disputent du bout des lèvres, à peine, c’est d’un lourd. Pfff. »
Naïka, cousine de Lael

« Lael ! Lael ! Lael ! Il est où il est où il est où ? »
Estel, petite cousine de Lael

« Le petit fils de Madame Eisao, c’est un gentil garçon, qui m’a plusieurs fois aidé. Il sait faire plein de choses de ses dix doigts, il fourmille d’intelligence, mais il a tendance à jouer les garnements, plutôt qu’utiliser tout ça à bon escient. Ah, c’est bien dommage, mais il grandira, et fera de belles choses. »
Sire Arthyr, Client habitué des Ecuries de la Lyre Blanche.

« Gaby ? Qu’est ce qui a bien pu te passer par la tête pour que tu veuilles savoir quoique ce soit sur lui ? T’es bien mieux dans l’ignorance, ça, je peux te le dire. Attends, mais ce serait pas lui qui t’aurait envoyé pour voir ce que je pouvais bien dire de lui dans son dos ? Ce serait bien son genre ! Et ben va lui dire que la prochaine fois qu’il me fait un coup pareil, je raconterais à tout le monde la fois où il est tombé dans le fumier derrière la grange, on verra si ça le fera rire ! »
Shawna, demi-cousine de la cousine éloignée de… fiancée de Lael.

Principales qualités :
Sur de lui, plein d’humour, vif, confiant.

Principaux défauts :
Ahem. On ne hiérarchise pas ces bêtes-là. Et comme il y en a trop, on n’en fera pas la liste. On pourrait y apercevoir son caractère insupportable et railleur, joliment méprisant, chiant. Oui, voilà, chiant.

Capacités:
Le bonhomme s’y connaît en matière de canasson : Il a vécu entre eux depuis sa naissance, cabriole à cheval dès qu’il en a l’occasion. C’est un acrobate à cheval. Il possède un vague don du Dessin mais ne sait qu’en faire. Il sait se battre, pour jouer, avec des bâtons en bois Arrow Il sait mettre ses yeux à l’envers, plaquer son pouce contre son poignet, marcher sur les mains et faire un trèfle avec sa langue, il a absolument tout pour réussir dans la vie. Il sait lire et écrire – mal, connaît quelques rudiments musicaux et compagnie, pour faire plaisir à Maman, mais en fait non, il fait semblant.


Vécu et histoire sociale

Situation familiale [/b]: Adelaïde – dite Adel - et Liosyl ont élevé Lael au sein du ranch familial. Les Ecuries de la Lyre Blanche appartenaient à Cyric Eisao, marié à Ombeline, sœur cadette de Iriseï Valnor. Les trois enfants de Cyric et Ombeline, Isaac, Liosyl et Kheops, mariés respectivement à Kou, Adelaïde et Niejdan assistent leurs parents dans la gestion du ranch. Quoique fils unique de Liosyl et Adelaïde, Lael a vécu avec ses cinq cousins, enfants de Kheops, et une multitude de chevaux.

Situation sociale : Famille bourgeoise possédant un ranch reconnu dans le sud alavirien.

Histoire :

Ecuries de la Lyre Blanche, Lael – 23 mois, Denhil – 7 ans, Adel

« Baisse tes talons, Den’ ! »

Laelith s’agitait sur la selle, tandis que sa mère, l’encadrant de ses bras, tentait de guider la jument tout en suivant les allers et retours de son neveu sur son poney pie. Après avoir farfouillé plusieurs minutes dans la crinière devant lui, le bambin se mit à sucer son pouce, un très bref instant avant que sa mère ne le lui enlève fermement.

« Lael ! Tes mains sont pleines de poussières ! »

Denhil s’appliquait, tentant de respecter toutes les consignes de sa tante, en plissant le front pour témoigner de sa concentration. C’était un garçon posé, qui mettait du cœur à l’ouvrage, quoiqu’il fut un peu capricieux, réclamant son du, et frustré par l’arrivée de Lael, qui avait mit un frein à l’attention qu’on lui portait. Il deviendra un peu hautain, plein de principes, désireux de se montrer chef et de guider les autres, en tant que l’aîné des petits enfants.

Ecuries de la Lyre Blanche, Toute la famille autour de la table. Lael – 7 ans

« Lael, va nous chercher la cruche d’eau, tu veux ? »

Le petit garçon posa bruyamment sa fourchette, poussa sa chaise et courut dans le couloir, jusqu’à la cuisine. A la porte, il stoppa net, éplucha la pièce des yeux, aperçut des abricots, dans une corbeille d’osier, sur la table. Considérant sa solitude et vérifiant les fenêtres, il s’approcha sur la pointe des pieds, comme si ça lui était utile alors que l’épais fond sonore des discussions retentissait dans le couloir, et saisit entre ses doigts un des fruits au velouté duvet. Alors, aussi vite qu’il le put, il saisit la carafe métallique et s’élança dans le couloir, alors que l’anse glissait dans sa main droite, encombrée de l’abricot, et que sa main gauche serrait la surface lisse du pot. Il sentait le récipient glisser entre ses doigts moites, et il accéléra sa course pour parvenir le plus rapidement possible à la table. A moins d’un mètre du plateau, il perdit l’équilibre, ses mains se décrispèrent et laissèrent échapper la carafe, qui heurta le sol de toute la hauteur du petit garçon, et répandit son contenu sur les dalles et les pieds de son oncle. L’abricot serré contre sa paume, le gamin prit le temps de mesurer la scène, releva la tête pour adresser un sourire coupable et futé « Attention-je-vais-faire-une-autre-bêtise » à l’assemblée. Sur quoi il tourna les talons et s’enfuit en courant.

« Laeeeeeeel ! »

Refuge du Chuchoteur, Al-Jeit, Lael-17 ans, Demoiselle Numéro huit.


Les lumières étaient un peu assourdie par des abat-jour de papier, qui donnait à l’ensemble de la taverne une ambiance calfeutrée et personnelle. On avait tendance à s’y sentir à l’aise, particulièrement en compagnie d’un jeune garçon à joli col, bien vêtu, et au sourire enjôleur. Il avait rencontré la jeune fille, Meya, ou Ana, ou Luna – un truc comme ça – en quittant son tuteur la veille, et l’avait conviée à manger dans cette Taverne classe et romantique ce soir. Ils s’y étaient retrouvés, il l’avait débarrassée de son châle, et ils mangeaient désormais, face à face, en discutant avec légèreté et douceur. Enfin, c’était surtout Lael qui parlait, et Ana – admettons - acquiesçait, ne se lassant pas de parcourir tout le corps du garçon de ses yeux brillants. Elle le coupa, dans un de ses brefs moments de répit.

« Gabriel, Tu … Alors, que penses-tu de ces langoustines ? »

Son prince retint une grimace. D’abord, la phrase manquait cruellement de style, et puis, il s’agissait de crevettes, en vérité. Au lieu de quoi, il lui offrit un large sourire, piqua un morceau de fruit de mer, effleura la sauce avec, et présenta la bouchée aux lèvres d’Ana, dont les prunelles pétillaient. Délicatement, elle prit la bouchée, prit quelques minutes pour y bien goûter, et, ayant avalée, sourit :

« C’est exquis ! »

« N’est-ce pas ? »

Il plongea ses yeux dans les siens, alors qu’un bref silence s’installait, jusqu’à ce qu’Ana détourne le regard, les joues rosissantes.

Plus tard, leurs lèvres devaient se joindre, dans l’ombre d’une rue, se retrouver durant une ou deux semaines, puis ne plus jamais se croiser, sauf par hasard.

Ecuries de la Lyre Blanche, Lael – 15 a
ns.

« Laelith, il faudrait que tu passes voir Uzu, lui repasser de la crème, ça va faire cinq heures. »

La voix d’Ombeline marquait son affairement, mais restait guillerette, et Lael se dirigea immédiatement vers l’aile est, ou se trouvaient les hongres. Il fit un crochet par un entrepôt, ou il trouva un pot qui devait lui permettre de soigner le genou d’Uzu. Il trouva là son oncle, Kheops, occupé à graisser les selles, et qui lui demanda, en lui adressant un sourire, de lui apporter de l’eau. Il saisit un seau, et traversa les Petites Ecuries pour rejoindre le puits. Son père tentait de réparer la porte dont quelques planches s’étaient abimées et déclouées, et quémanda son aide, pour maintenir une planche neuve en place pendant qu’il la fixait. La garçon s’exécuta, croisa quelques autres demandes, écarta Seun et Othan qui se chamaillaient sur son passage, déchargea quelques minutes sa tante du poids d’Estel, rapporta l’eau à son oncle, et enfin, entra dans la stalle d’Uzu.

On ne sait où en Gwendalavir, avec la caravane Djee. Lael – 13 ans, Keo – 8 ans, Dwelan – 7 ans, Shawna – 10 ans, Mateo – 16 ans.


On s’était arrêté là pour la nuit, comme d’autres fois partout ailleurs. Tout proche, un village que l’on connaît sous le nom de Fereban. Explorateurs improvisés, la marmaille avait décidé – après conseil de guerre – d’aller espionner les autochtones pré-âges ingrats qui jouaient dans de grand tas de gravats. C’est Mateo qui avait d’abord pris la parole, en tant que leader, pour saluer, et Lael, son second, s’était chargé des présentations.

« Lui, c’est Mateo, les deux garçons, là, c’est Keo et Dwelan. La gamine là, c’est Sha, et moi, c’est Gabriel. Et vous êtes qui ? »

« Moi c’est Ared, les petites, c’est Mélissa, Amine et Clera, le gringalet c’est Fab. »

Ca sonnait guerre de gang, et d’un côté comme de l’autre, on s’en délectait. Et puis on avait discuté, on s’était bagarré un peu, on avait joué beaucoup. Ils avaient fait des courses – et Mateo-grandes-jambes avait battu tout le monde, on avait joué au chat perché, et Clera avait été une cible un peu trop privilégié. On s’était battu, et le gringalet s’était révélé redoutable. On avait joué à placer un foulard au milieu, deux équipes, des numéros que Matéo appelait tour à tour, et Lael se montra brillant, tant il aimait ce jeu. On avait joué à la buche et Ared avait gagné, on avait joué à l’allumette, et l’équipe de la caravane avait triomphé à son jeu fétiche. Et puis chacun s’en était retourné chez soi, sûr de surpasser tous les autres.

Un autre on-ne-sait-où de Gwendalavir, avec la caravane Djee, sur des hauteurs à l’abri des regards. Lael-19ans, Shawna-16 ans.


« Au fond, tu n’es qu’une fille. J’veux dire, faire des trucs sans leur accorder de l’importance, tu ne peux pas. Ca te dépasse. »

Shawna eut le regard outré qui lui allait bien, fixant Lael.

« D'où tu sors ça ? Cite moi une seule chose que je ne pourrais pas faire sans en faire une montagne, pour voir. T'en trouveras pas. »

Lael eut un sourire, regardant droit devant lui, sans tenter de croiser le regard de Shawna. Il laissa un moment de silence, pour ménager son effet. Assis au sol, il avait une jambe tendue, l’autre plié, qui formait un triangle isocèle, les bras appuyant le sol derrière lui, le buste incliné en arrière.

« Imagine, je te demande de m’embrasser, par exemple. Tu le feras jamais, tu imagineras que ça veut dire quelque chose, que c’est pas anodin, tous ces trucs de filles. »

Réponse fulgurante, immédiate.

« Tu me prends pour l'un de tes trophées, ou quoi ? J'suis pas Felitsa , ni Beag, ni Machin, là, la blonde qui passait son temps à se mordre les lèvres. »

Laelith se redressa, appuya son bras sur sa jambe, l’autre main toujours posée au sol, derrière lui. Croisant cette fois le regard de Shawna.

« Un trophée ? Toi ? Tu te compares à Felitsa, à Gamelie, et aux autres ? Mais, Sha, toi, tu es bien différente, toi, tu es déjà ma fiancée ! Qui ne m’embrasserait pour rien au monde, évidemment, craignant d’en faire une promesse … »

Et elle, avec une quasi-nonchalence.

« T’es con Gaby. »

Le gamin – c’est ce qu’il était encore – n’eut pas le temps de grimacer ou de répondre au ‘ Gaby ‘ qui lui hérissait les oreilles, que les lèvres de Shawna venaient rencontrer les siennes, brièvement, et elles étaient chaudes, gluantes, huileuse. Brrr. Elle se retira vivement, s’essuya la bouche du revers de la main, avec une grimace de dégout.

« Êrk »

Lael afficha un grand sourire, se leva.

« Ga-bri-el. Et c’est toi qu’est con, Sha. »

Il la frappa derrière la tête et lui tourna le dos, se dirigeant vers la caravane.


Autres

Comment avez-vous connu ce site ? Aha -

Autre chose à nous dire ? A vous ? Jamais Rolling Eyes


Elera
Elera

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

MessageSujet: Re: Laelith G. Eisao [ Palefrenier/Eleveur, Futur Elève ]   Laelith G. Eisao [ Palefrenier/Eleveur, Futur Elève ] Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 14:43

Bienvenue ! Alors, il manque un petit truc à ta présentation, merci de bien relire le règlement. Et fais attention aux fautes d'orthographe, word et bonpatron sont là pour t'aider Arrow

Bon rp, sauf si quelqu'un d'autre à quelque chose à y redire Rolling Eyes

 
Laelith G. Eisao [ Palefrenier/Eleveur, Futur Elève ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Profil d'un futur Premier ministre
» Kaamelott ft Le Visiteur du Futur
» Le futur choisit Carte Bleue Visa - Prenez votre futur en main [Wesley]
» Aka Inu, futur marin ou traitre?
» kimitori, la future mangaka

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Arrivée à l'Académie :: Présentations - Répartitions :: Présentations terminées :: Anciennes présentations et répartitions validées-