Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteA la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maelhen Padern
Anonymous

Invité

MessageSujet: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeDim 29 Aoû 2010 - 18:34

[HRP : Ce rp est à situer après l'intrigue actuelle, sinon c'est un peu trop chaotique pour l'arrivée de Maelhen. Wink ]


Les épaules de Maelhen étaient encore mouillées des larmes de sa mère lorsqu'il entra, seul, dans la Confrérie d'Eoliane. Il avait laissé sa famille sur le pas de la porte que gardait un Rêveur. La gorge nouée, c'était à peine s'il avait réussi à leur faire ses adieux. Il n'avait pas imaginé un instant que cela pourrait être aussi douloureux lorsqu'il avait choisi cette nouvelle voie, car il ne les avait jamais quitté. Et pourtant, il aurait pu s'en douter vu l'amour profond qu'il leur portait. Mais il ne s'en rendait compte que maintenant.

Le jeune homme avança lentement, plongé dans ses pensées. Il se rappelait, chamboulé, ce qu'il venait de vivre quelques minutes plus tôt. Ce n'était pas l'image qu'il voulait garder d'eux mais pour le moment, c'était la seule, toute fraiche, qui occupait son esprit. Les tapes amicales de son père dans son dos, accompagnées d'un hésitant :


" Eh bien, on repassera dans quelques mois. Alors... apprends bien ! "

Sa mère qui pleurait sur son épaule et en s'accrochant à son bras comme si elle ne survivrait pas à cette séparation. Sa sœur, fébrile, qui bégayait en essayant de lui adresser des mots d'encouragement. Elle s'était finalement jetée dans ses bras, au bord des larmes, en murmurant :

" Tu penseras à nous, hein ? Moi, je penserai à toi tous les jours... "

Il s'était contenté de lui rendre son étreinte, incapable d'articuler un mot. Quant à son frère, il devait être bien abattu. Rien, pas une raillerie, pas une remarque cynique. Et la porte d'Eoliane s'était refermée sur son passé.

Maelhen secoua la tête pour chasser ses idées noires. Il songea un instant à sortir sa lyre de sa sacoche pour jouer un air qui l'apaiserait mais il écarta rapidement cette idée.


* L'heure n'est pas à la musique. Il faut que je trouve Amarylis Luinïl pour lui demander de pouvoir étudier ici. *

Il avait oublié de se renseigner auprès du Rêveur à l'entrée, trop bouleversé pour faire preuve d'un peu de logique. Il haussa les épaules.

* Tant pis, je croiserai bien quelqu'un d'autre. Ou alors cet endroit est plus vide que le Désert des Murmures. *

Et il continua son chemin, flânant pour se détendre, profitant de l'atmosphère calme qui régnait dans ces jardins. Il s'arrêtait régulièrement pour humer le parfum de fleurs qu'il reconnaissait mais aussi, pour certaines, qu'il découvrait pour la première fois. Il déambulait ainsi au hasard dans les allées, apaisé, oubliant à moitié qu'il devait chercher la maîtresse des lieux.

Amarylis Luinïl

Maître rêveur
Messages : 231
Inscription le : 30/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeLun 30 Aoû 2010 - 14:30


Les pieds nus de la rêveuse foulaient le sol carrelé des couloirs d’Eoliane, émettant un léger tapotement comme son régulier et discret. Bruit sourd qui s’accéléra, entrant en course contre le temps.
Le temps.
Plus les jours passaient, et plus il terrifiait Amarylis. Peur complètement nouvelle, née de son réveil dans un lit en tant que patiente, soignée par ses élèves.
Le temps.
Combien lui en restait-il ? Où était passé celui derrière elle ? Ces trente-cinq dernières années ?
Elle courait. Elle survolait le sol froid, aimant pourtant ce contact réel et rassurant à la réalité. Au présent. C’est pour cette raison qu’elle aimait ne pas chausser ses pieds, pour garder les pieds sur terre. Occupée à essayer une énième fois, sans succès, à chasser par le rêve cette tache rouge sur sa tempe gauche, elle en avait complètement oublié l’arrivée du nouveau.
Encore un nouveau !

Des p’tits nouveaux, des p’tits nouveaux, encore des p’tits nouveaux A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] 763433

Le deuxième en peu de temps. A peine avait-elle eu le temps d’accueillir Lehya, qu’un certain Maelhen venait de faire son entrée à la Confrérie. Ce qui enchantait la maitre rêveuse au plus haut point. En s’activant avec ardeur aux cours personnels de ses élèves, elle évitait de trop penser à l’attaque et au temps. Et puis elle avait muri. Elle était bien plus femme à présent. Et elle avait plus à apprendre à ses élèves, seule famille qu’elle possédait. Elle rêvait de nouvelles ambitions, d’un avenir plus grand pour la Confrérie. Petite Eoliane deviendrait grande.
Ce qu’elle ne voulait surtout pas, c’était rater l’arrivée d’un nouvel élève. Elle prenait soin d’accueillir personnellement chacun d’eux, de faire leur connaissance. Selon elle, un enseignement de rêveur, puisque si spécial, introspectif et sacré, ne pouvait être mené à bien que si l’élève et le maitre forgeaient un lien propre à leurs deux personnalités. Comme Ewen et elle. Mais avec Ewen c’était bien plus qu’un simple lien.
Toutefois elle s’y appliquait, de plus en plus. Sa famille était Eoliane. On aime sa famille. Elle aimait ses élèves. Elle voulait pouvoir les protéger, les guider, être à la fois maitre et mère.
Mère de leur rêve.

Le carrelage devint herbe. Ayant enfin atteint les jardins, elle ralentit le pas, à peine essouflée. La course ne lui posait aucun problème. A Ondiane elle courrait souvent, pour le simple plaisir de fouler les terres, plus encore lorsque celles-ci étaient enneigées, et parfois pour le défi de battre Ewen. Ce dont elle n’y était jamais parvenue.
Elle avait cherché le p’tit dans toute la Confrérie, et sur l’indication de Jùn, avait su qu’il se dirigeait vers les jardins.
Une douleur vive l’obligea à plaquer sa main contre son flan. Si la course ne lui posait aucun problème, les séquelles de ses nombreuses blessures, si. Bien entendu la douleur s’évanouissait très vite, mais elle revenait quelques fois. Ce serait bientôt terminé, dans un mois tout au plus, elle ne sentirait plus rien, malgré la cicatrice éternelle. Par contre cette tache rouge l’énervait. D’une elle était visible, donc gênante, surtout sur son visage à la peau de neige. De deux elle ne parvenait pas à savoir pourquoi elle n’avait pas disparu avec le rêve !
La Maitre Rêveuse oublia de suite cette vilaine tâche lorsque ses yeux tombèrent sur une silhouette inconnue de jeune homme.

Bingo le p’tit nouveau ! o/

Elle se sentait surexcitée comme une gamine qui découvre un nouveau compagnon de jeu, oui qui apprend la naissance d’un petit frère!
Rajustant sa longue robe fine, faites de voilages bleu et blanc, et relâchant ses cheveux bleutés à la volonté du vent, elle prit une grande inspiration de fierté et de bonheur. Elle s’avança avec douceur, en silence, vers le dos du garçon aux épis chatains. Elle entendit alors un murmure chanté, qui sortait de toute évidence des lèvres de son nouvel élève. Un sourire se dessina sur ses lèvres étroites et rosées, et ses yeux gris étincelèrent de plaisir. C’était la première fois qu’elle entendait quelqu’un chanter depuis son arrivée à Eoliane, hormis elle-même ! Elle se permit, alors, de se joindre à l’apprenti rêveur, élevant une voix cristalline tintant comme des clochettes au milieu des jardins baignés dans les rayons rougeoyants du soleil. Alors qu’il sursautait et se dégageait de l’espace restreint entre leurs deux corps, avec une vitesse qui surprit la rêveuse, elle-même fit un pas en arrière, cessant de chanter. Elle lui offrit son sourire habituel, doux, chaleureux. Le genre de sourire que vous offre une mère, le genre de sourire qui vous met en confiance, qui vous donne envoie d’aller vers la personne, le genre de sourire qui vous réchauffe le cœur quand il pleut dans votre tête.

-Bonjour, Maelhen. C'est bien cela?

Amarylis inclina la tête sur le côté, découvrant ainsi le visage fin et agréable de l’élève.

-Je suis Amarylis Luinïl, maitresse de ces lieux. Sois le bienvenu à Eoliane!

Ses yeux se posèrent sur la lyre accrochée à la ceinture du garçon. Elle rit.

-Joli instrument! De même que ta voix! Je suis heureuse de voir que la musique existe toujours avec autant de beauté!


Elle reprit le court de sa chanson, marchant autours du jeune homme, caressant de la plante de ses pieds l’herbe verte et foisonnante.

-Tu m'accompagnes?

…Sur le chemin du rêve.



_______________
A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] 282551BannAmacopie
            Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?







Maelhen Padern
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeLun 30 Aoû 2010 - 19:32

L'âme apaisée, Maelhen se laissait totalement imprégner par l'ambiance de ces jardins enivrants. Tant et si bien que, par simple habitude, il s'était mis à chantonner. Alors que ce chant dédié aux fleurs des lieux s'étoffait à peine, l'impression ténue d'une présence fraiche et légère dans son dos gagna en intensité. Mais avant qu'il n'ait pu se poser la moindre question là-dessus, une voix magnifique et pure comme le cristal se mêla à la sienne. Cependant, si belle était cette voix, le jeune homme ne put s'empêcher de tressaillir et, sans perdre un instant, de s'écarter vivement. Car la chanteuse inconnue se tenait bien trop près de lui à son goût et, plus perturbant, son approche était pratiquement passée inaperçue.

* Est-ce juste que je n'étais pas attentif ou... ? *

Écartant ce problème pour le moment, il repensa à son geste qu'il regrettait presque, puisqu'il avait brisé le chant. Mais il ne pouvait pas revenir en arrière.

" Bonjour, Maelhen. C'est bien cela ? "

Même lorsqu'elle parlait, cette femme possédait un bien joli timbre, ce qui enchantait tout simplement Maelhen. Qu'elle connaisse son nom ne le troubla pas plus que ça, bien qu'il se demanda brièvement d'où elle tenait l'information. Il hocha simplement la tête, avant qu'elle ne lui apporte une réponse dans la suite de ses paroles.

* Voilà donc Amarylis Luinïl ! Quelle chance que ce soit aussi une chanteuse talentueuse ! *

Elle semblait d'ailleurs tout aussi ravie et, fredonnant à nouveau, tourna autour de lui. Maehlen ne songea pas un seul instant à reprendre le duo, trop occupé à détailler cette femme pour en retenir ses moindres traits. Comme il l'avait déjà ressenti plus tôt, elle dégageait une fraicheur revigorante, comme la neige en hiver, mais en même temps, elle paraissait aussi très chaleureuse, dans ses paroles, ses mouvements vifs. Elle portait un vêtement de tissu fin qui bruissait, une robe sûrement, et sa démarche si discrète, qui l'avait au premier abord désappointé, lui révéla finalement qu'elle marchait pied nu.

" Tu m'accompagnes ? "

Le jeune homme sortit brutalement de sa contemplation intérieure et resta coi, un peu surpris.

* Réponds ! Si elle ne t'avait pas entendu chanter, elle te croirait déjà aphone. *

" Bien sûr ! ", lança-t-il enfin, enthousiaste.

Amarylis lui plaisait beaucoup et elle lui semblait très attentionnée, ce qui lui éviterait peut-être de souffrir de la séparation avec sa famille. Il lui emboîta le pas, se guidant à sa foulée légère et surtout aux froissements de sa robe.


" Où allons nous ? ", finit-il par demander.

Son repérage dans la Confrérie d'Eoliane commençait. Il devait réussir à imprimer le moindre détail dans sa mémoire pour pouvoir ensuite se déplacer selon ses envies, mais aussi selon ses obligations. Alors autant savoir où ils se dirigeaient, ce serait un bon départ.


* Mince, la lettre ! *

" Ah, j'avais oublié ", dit-il, un peu embarrassé. " J'ai une lettre à votre attention venant de la Confrérie d'Ondiane. "

Et il extirpa le rouleau de parchemin de sa sacoche, avant de le tendre à Amarylis.

Lehya Jinwa

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 1:40

Elle était là, depuis le début. Cachée derrière les arbres, elle observait la vie à travers ses iris dorés aux pupilles verticales. La vie à Eoliane. C'était très différent de ce qu'elle avait connu jusqu'alors. Un cercle restreint pouvait prétendre l'approcher, l'atteindre. Ici, elle se perdait au milieu des rêveurs. Ils n'étaient peut-être pas trop nombreux, mais cela la changeait de ses habitudes, et elle devrait faire avec. Elle s'était assise par terre, se mettant à observer les papillons qui déambulaient au gré du vent, peut-être, ou de leurs envies. Puis, des pas l'avaient sortie de son observation. Elle avait pointé son nez hors de sa cachette, pour examiner la personne. C'est alors qu'elle entendit sa voix.

Lehya resta un instant choquée par les accents empreints de beauté de la voix du jeune homme. C'était magnifique, et cela lui donnait presque envie de mêler sa voix à la sienne. Presque. Parce qu'elle ne le connaissait pas, et qu'elle craignait de briser la mélodie. Elle resta donc derrière son arbre, loin de lui, à l'écouter. A l'observer, aussi. De là où elle était, il lui semblait qu'il était assez grand. Plus grand qu'elle, c'était presque sûr. Mais elle n'irait pas vérifier, ça non. Elle s'approcha un peu, se frayant un passage dans les herbes qui poussaient librement derrière les arbres. Elle voulait simplement entendre mieux, peut-être comprendre ce qui se chantait. C'est alors qu'elle entendit sa voix.

Amarylis venait de rejoindre le jeune homme dans sa chanson. Sa voix à elle était très jolie, très mélodieuse aussi, mais moins que celle de l'inconnu. Lehya apprécia cette discussion musicale, assise sur une pierre recouverte de mousse, à l'abri des regards. Ses cheveux voletaient librement autour de son visage découvert. Mais de toutes façons, on ne pouvait pas la voir. Elle par contre, voyait et entendait chaque mot. Le jeune homme s'appellait Maelhen. Puis, jugeant que c'était malpoli d'espionner ainsi les gens, elle retourna là où elle était quelques instant plus tôt. Puis, elle se posa une question. Elle sortit de sa cachette, mais ne vit plus personne à l'endroit où quelques secondes auparavant il y en avait deux.

Elle se dirigea donc lentement, le plus fluidement possible, c'est-à-dire sans trop de mouvements saccadés, vers la Confrérie. Ses yeux étaient à nouveaux cachés derrière ses cheveux emmêlés. Elle chercha deux silhouettes du regard, rendu trouble. Finalement, elle les trouva, se rapprochant doucement d'Amarylis. Elle se mit à marcher à ses côtés, avant de lui poser sa, non, une question.


- On a un nouveau jouet, et vous ne me l'avez pas dit ? Amarylis... Puis-je vous poser... une question ?

Sa voix tremblait légèrement, comme toujours. Elle regardait en même temps Maelhen et Amarylis, son regard passant de l'un à l'autre. Le jeune homme avait de grands yeux gris, inexpressifs. Cela surpris un peu Lehya, mais elle passa rapidement à autre chose. Elle attendait la réponse de la Maître Rêveuse. Puis, elle se décida à poser une autre question qui brûlait presque ses lèvres.

- Vous êtes... un nouveau Rêveur ?

Amarylis Luinïl

Maître rêveur
Messages : 231
Inscription le : 30/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeMar 31 Aoû 2010 - 16:43


Amarylis constata que le jeune homme avait de drôles de yeux, rien de s’y reflétait. Mais elle n’y prit pas garde. Après tout Lehya avait bien des yeux de chat.
Le « Bien sûr » enthousiaste de Maelhen la fit sourire plus encore. Sa voix musicale l’enchantait. Elle laissa sa robe volage trainée sur les épis verts qui jonchaient le sol, fredonnant au gré de son imagination, suivie par son nouvel élève.

" Où allons nous ? "

-Vers l’inconnu assurément.

Particulièrement pour lui. Mais en général chaque pas de l’homme lorsqu’il empruntait une voie était en direction de l’inconnu. N’était-ce pas ce qui faisait la particularité si alléchante du présent ?

" Ah, j'avais oublié ", dit-il, un peu embarrassé. " J'ai une lettre à votre attention venant de la Confrérie d'Ondiane. "

Elle prit le rouleau de parchemin, souriant toujours.

-Ondiane…

L’écriture manuscrite du rêveur qui lui recommandait Maelhen lui était familière. Son enfance à Ondiane lui sauta aux yeux à travers les courbes délicates des mots inscrits sur le papier.
La signature en bas à droite la retint bien plus que les quelques mots expliquant l’arrivée et la forte possibilité de don à développer chez le garçon.
Drogen Sil’Hayan.
Plus qu’un simple confrère, elle l’avait côtoyé à Ondiane durant des années. Il faisait parti des adultes qu’elle aimait charrier et embêter à ses heures perdues. Drogen ne le prenait jamais mal, riant de ses farces avec Ewen. Peut-être Maelhen avait-il vu Ewen à Ondiane ? Elle en doutait. Drogen s’était chargé du garçon et l’avait envoyé ici, à sa demande. Le jeune musicien n’avait du adressé la parole qu’à son sauveur.
Elle relut la fin de la lettre, lui adressant ses plus sincères amitiés et des larmes perlèrent le coin de ses yeux gris. Ils lui manquaient tous tellement !

-J’ai…je…

L’émotion lui prenait son assurance. Mais elle devait se ressaisir. Ondiane était derrière elle.

-Je suis heureuse que tu ais fait la connaissance de Drogen, je l’appréciais vraiment. Il était d’une grande patiente et gentillesse avec moi !

Elle sentit la surprise s’installer chez le garçon.

-Oui je connais Drogen. J’ai passé la plus grande partie de ma vie à Ondiane, avant de m’établir ici.

Alors qu’elle s’apprêtait à lui parler d’Ondiane, et parallèlement d’Ewen, une présence se joignit à leur marche, et elle constata avec surprise que la petite Lehya se tenait à ses côtés.

- On a un nouveau jouet, et vous ne me l'avez pas dit ? Amarylis... Puis-je vous poser... une question ?

-C’était une surpriiiise, on jouera ce soir avec les autres, tu verras, ce sera funny ! Lehya, quelle bonne surprise !

Elle arrêta son pas, suivi de Maelhen, qui étrangement ne semblait pas à l’aise, levant avec nervosité sa tête châtain. Elle n’y prit pas de suite garde, détestant juger autrui.

-Oui Lehya, je te présente Maelhen Padern, nouveau rêveur parmi nous.

Elle se tourna vers Maelhen, lui désignant Lehya.

-Et voici Lehya Jinwa, rêveuse de premier cercle, arrivée récemment à la confrérie, tout comme toi. La présence de Lehya tombe bien, c’est avec elle que tu auras une partie de tes cours, puisque vous avez le même niveau !

Amarylis posa chacune de ses mains sur les épaules de ces deux p’tits choux à croquer apprentis.

-Tu te joins à nous Lehya ?

Une question lui brûlait toujours les lèvres, cependant, et elle ne reprit pas la marche.

-Maelhen…aurais-tu…vu d’autres rêveurs à Ondiane, autre que Drogen ?

Puis sentant l’épaule de Lehya bouger au rythme de sa respiration, elle se souvint de la raison de sa présence.

-Oh, tu voulais me parler Lehya ? Excuse-moi, je suis un peu ailleurs. Pose donc ta question, je tâcherais d’y répondre.

C’est qu’ça occupe des p’tiots.


_______________
A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] 282551BannAmacopie
            Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?







Maelhen Padern
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeJeu 2 Sep 2010 - 11:05

L'évocation de la Confrérie d'Ondiane avait paru troubler Amarylis. Elle en avait murmuré le nom comme on rappelle un vieux souvenir, mais son ton trahissait plus l'émotion que la nostalgie que ce passé renfermait.

* Aurait-elle vécu là-bas, avant ? Je ne connais encore rien d'elle... *

Alors qu'elle semblait balayer la charge affective qu'avait apportée la lettre, la Rêveuse parla de Drogen, l'homme qui l'avait soigné et dirigé sur la voie du Rêve. Il ne s'attendait pas à ce qu'ils se connaissent personnellement, puisqu'à Ondiane, le Rêveur n'avait fait aucune remarque à ce sujet et rien dans ses paroles n'avait pu le laisser supposer. Mais qui savait ce qu'il avait écrit dans son message ? Sûrement pas Maelhen, il en était parfaitement incapable.

* Ainsi c'est à Ondiane qu'elle est devenue Rêveuse... *

Mais il n'eut pas le temps de s'attarder sur le passé de la jeune femme. Une autre personne approchait, accompagnée du mouvement de larges vêtements et, parfois, du discret tintement de bracelets. Lorsque celle-ci interrogea Amarylis, Maelhen remarqua immédiatement, malgré les hésitations et les tremblements, le charme de sa voix.

* Serai-je donc tombé dans un repaire de sirènes ?! Enfin... dommage qu'elle n'ait pas plus confiance en elle, ce serait nettement plus agréable. *

Elle, elle s'appelait Lehya. Amarylis paraissait enchantée de la voir et s'était arrêtée brutalement, ce qui perturba le jeune homme, car il manqua de lui rentrer dedans. Il tenta de se composer une mine tranquille, mais il était peu confiant. Et la question que lui posa la nouvelle venue, autant que le fait qu'elle le vouvoyait, le prit de court. Heureusement, Amarylis était plus vive que lui et se chargea de répondre. Vinrent ensuite les présentations en bonne et due forme et elle l'informa qu'il suivrait souvent les mêmes cours que Lehya.

* Une chance ! Au moins je ne suis pas complètement perdu. *

Maelhen sentit la main de la Rêveuse se poser sur son épaule. Ayant perçu par avance son geste, il n'eut pas le moindre mouvement brusque et fut plutôt content de cette marque d'affection. La question qu'elle lui adressa le fit sourire intérieurement.

* Ça ne risque pas ! Bon, arrêtons de jouer sur les mots. *

Il n'eut pas besoin de ressasser ses souvenirs, il savait parfaitement.

Non, ou seulement de loin. Je ne suis pas resté longtemps là-bas et seul Drogen s'occupait de moi.

Puis il se tut. Ce n'était plus à lui de s'exprimer et il était assez curieux d'en apprendre plus sur Lehya, aussi tourna-t-il la tête dans sa direction, attentif. Celle-ci semblait aussi à l'aise que lui, il veilla donc à ne pas avoir l'air trop inquisiteur.

Lehya Jinwa

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeSam 4 Sep 2010 - 12:13

Amarylis s'arrêta, un sourire sur le visage, suivi par l'inconnu-dont-Lehya-connaissait-déjà-le-nom -ou Maelhen. Il n'eut pas le temps de répondre à la question que lui avait posé Lehya, car la maître Rêveuse avait été plus rapide, ou lui trop lent. Le jeune homme était donc un nouveau Rêveur. Et il s'appellait donc réellement Maelhen, elle n'avait pas eu de problème d'audition. Maelhen Padern. Lehya tenta d'inscrire ce nom dans sa mémoire, si jamais elle le revoyait dans la confrérie. Ou ailleurs, en fait. Elle eut un sourire timide, qui voulait peut-être dire "bienvenue", mais il s'effaça de son visage aussi vite qu'il s'y était inscrit, ombre fugitive d'un battement de cil. Puis Amarylis se tourna vers Maelhen pour lui présenter Lehya. Qui apprit que le jeune homme et elle-même auraient des cours ensemble. Elle avait donc bien fait d'inscrire son nom dans sa mémoire.

* Ah ? Mais... mais... *

Elle avait été tentée d'hurler un "Quoi ?!" mais elle s'était ravisé au dernier moment. Déjà, elle parlait difficilement, alors hurler... Et puis, ce n'était pas très courtois. Ce n'était pas tellement le fait qu'elle n'aimait pas Maelhen, elle n'en savait rien, elle ne le connaissait pas. Justement. La proximité avec deux personnes pratiquement inconnues lui faisait légèrement peur. Elle savait qu'Amarylis était une femme très gentille. Mais c'était à peu près tout. Cependant, elle ne dit rien. Ce n'était pas une bonne raison, elle le savait. C'est en s'approchant des gens qu'on apprend à les connaître. Même si Lehya ne souhaitait plus connaître les autres, elle devait le faire, ne serait-ce que pour suivre sa Voie et espèrer pouvoir revoir Ayane en ayant des bases solides sur le Rêve. Bon...

La maître Rêveuse posa une main sur son épaule, et Lehya eut un léger sursaut. Elle ne s'y attendait vraiment pas. Elle répondit silencieusement à Amarylis, hochant la tête pour signifier son accord. Lehya allait reprendre la marche lorsqu'elle se rendit compte qu'elle partait toute seule, même si la main de la Rêveuse restait sur son épaule. Elle se retourna, et entendit Amarylis poser une question à Maelhen. Sur un ton à la Lehya (Arrow). Elle retourna sur ses pas pendant que le jeune homme répondait. Puis, elle eut enfin l'autorisation de poser sa question. Qu'elle avait complètement oublié, en fait. Elle tâcha de s'en rappeler.


- Hmm... je me demandais... rubans bleus ou roses pour la fête ? comment se passent... les cours des Rêveurs...

Peine perdue. La question de base n'était pas celle-là, mais elle n'arrivait pas à s'en souvenir, de la question de base. Et puis, comme Amarylis avait abordé le sujet, autant poser les questions qui lui passaient par la tête à propos de ça. Lehya posa son regard, toujours caché par ses cheveux, sur Maelhen, haussant un sourcil interrogateur quand elle se rendit compte qu'il la regardait. Elle rejetta une mèche, bougeant sa tête (dans un geste L'Oréal) dégageant un de ses yeux. C'est à son absence de réaction qu'elle comprit. Elle ne dit rien et se contenta de remettre sa mèche comme il le fallait, attendant la réponse d'Amarylis.

[Edition à volonté, of course, surtout pour toi Maelhen, si tu ne veux pas que Lehya le sache tout de suite. Et sinon, désolée, parce que le post est court =/ ]

Amarylis Luinïl

Maître rêveur
Messages : 231
Inscription le : 30/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeJeu 16 Sep 2010 - 16:12

[Sorry pour le retard =/ J'vais tout faire pour me rattraper au plus vite, promis Very Happy]


Comme la rêveuse s’en doutait, Maelhen n’avait pas vu Ewen. Amarylis ne put toutefois que ressentir de la déception face à cette réponse. Elle aurait tant voulu qu’il lui dise s’il avait changé, si l’expression de son visage était toujours aussi ténébreuse et étincelante à la fois, si ses yeux verts scrutaient toujours avec autant d’attention les autres, sans piper mot. S’il pensait à elle, parfois…

- Hmm... je me demandais... rubans bleus ou roses pour la fête ? comment se passent... les cours des Rêveurs...

Ne lui avait-elle pas déjà expliqué ? Peut-être pas. La Maitre Rêveuse oubliait nombre de choses ces temps-ci, sûrement due aux évènements récents qui l’avaient dérouté. Elle devait s’efforcer de reprendre un rythme correct. De s’accorder, comme auparavant, avec Eoliane.
Mais l’attaque et son coma empli de délires restaient gravés en elle. Et en quelques heures, elle s’était vu prendre vingt ans en pleine figure.
C’était comme si on lui avait soudain ordonné « Grandis ! » et qu’elle était devenue adulte. Comme ça, d’un coup. Sans aucune préparation.
C’était comme si vous preniez un enfant et que vous le confronteriez à la mort, à sa propre mort, sans l’avertir auparavant que la vie puisse avoir une fin.
Sa mémoire défaillait, mais au moins, elle l’avait retrouvé !
Et mémoire ou non, elle se devait de répondre à ses élèves.

-Les cours de Rêve sont plutôt particuliers. Ils se font différemment selon le professeur et l’élève. Surtout selon l’élève.

Elle s’assit dans l’herbe, invitant d’un geste Maelhen et Lehya de faire de même. La conversation sur le rêve débutant, mieux valait être installé.

-Par exemple, pour vous deux. Votre enseignement ne sera pas le même que des élèves arrivés à Eoliane avec leur don déjà perçu bien plus tôt, par d’autres rêveurs, comme Elisha, ou Mael. Alors que vous, vous venez tout juste de le découvrir, Maelhen avec un maitre d’Ondiane, mais qui ne lui a donné aucun enseignement, et toi, Lehya, avec moi il y a quelques jours.

Tout en parlant, Amarylis jouait avec les brindilles vertes qui jonchaient le sol.

-Vous allez devoir apprendre à discerner ce don, à le reconnaitre par vous-même, et à vous en servir. Ce qui va considérer la quasi intégrité de votre premier cercle. Le plus important étant de l’accepter pleinement.

Accepter son don.
La jeune femme n’avait pas eu de difficulté pour se l’approprier, mais bien plus pour admettre être l’élève d’Ewen. Si le fait qu’il ait sauvé sa sœur, alors qu’elle-même l’avait mise en position de danger, avait déclenché une admiration dans son regard, et de ce fait révisé son jugement implacable sur le rêveur, nombre étaient les attitudes du beau jeune homme de l’époque qui l’énervaient. Il avait tout juste vingt ans lors de l’incident, ayant rejoint très jeune leur caravane, avec son maitre. Maitre qui l’avait laissé seul lorsque devinant qu’Ewen était fin prêt à se débrouiller par lui-même.


-Pour cela, vous devrez tout d’abord, apprendre à vous connaitre. A savoir vous retrouver et éliminer toute pensée en vous. Un rêveur qui laisse son esprit vagabonder ne peut rêver. Pas constamment bien entendu ! On ne peut contrôler ses pensées à chaque seconde.

Elle sourit.
Et se souvint.
De sa première erreur. De son premier laisser-aller. C’était une nuit particulièrement agitée, la jeune rêveuse, âgée alors d’une quinzaine d’année, passait une phase plutôt difficile. Ewen l’insupportait, et elle doutait sur ses capacités, sur sa voie. Sa sœur lui manquait énormément, de même que ses parents, mais elle se refusait de le dire à son maître. Toujours était-il qu’un inconnu, gravement blessé, avait frappé aux portes d’Ondiane. Son maitre l’avait alors réveillé, et mis à l’épreuve. Alors qu’elle rêvait, son esprit était parti ailleurs. Trop ailleurs. La plaie du pauvre homme s’était doublement ouverte, saignant abondamment. Ewen, furieux, avait poussé violemment Amarylis sur le côté, et tenté, bien que mal, de réparer ce dégâts. L’inconnu s’en sortit, mais garda une profonde cicatrice sur la jambe et boita à vie, par la faute de la rêveuse.
La femme aux cheveux bleus baissa la tête sous le souvenir.

Il lui avait fallu des semaines entières avant de s’en remettre, rongé par la culpabilité. Ewen lui avait raconté, que de cette manière, certains rêveurs avaient raté bien plus qu’une simple jambe. La vie même de leur patient. Plus jamais elle n’avait laissé son esprit défaillir de la sorte en plein rêve.

-Lorsque vous rêvez, il vous faut vous concentrer. Cet apprentissage est le plus important, je crois. Le plus vital. Un rêveur qui se laisse aller en plein rêve peut blesser son patient, voire le tuer, s’il est vraiment souffrant.

Elle tressaillit et senti ses élèves faire de même.

-Bien entendu, cela est rare ! Et il faut que le patient soit vraiment mourant. Mais…Une jambe atrophiée ou une cicatrice qui reste est fréquent.

Elle passa sa main sur son flan. La cicatrice n’était pas du au mauvais travail des rêveurs. Certes ces derniers étaient très affairés, et donc non concentrés au maximum cette nuit là. Mais seul un rêveur talentueux ou de sixième ou septième cercle aurait pu effacer complètement cette blessure tant elle était profonde et grave. Il avait fallu en effet un temps trop long à Valen pour reconduire la rêveuse à Eoliane.
Et puis…un rêveur ne peut pas tout soigner. C’était comme cette tache rouge, là, qu’elle ne comprenait pas, sur sa tempe.

-Il y a surtout une chose que vous devez savoir, et retenir. Nous ne sommes pas des dieux ou des magiciens. Notre don a des limites. Nous ne pouvons pas tout soigner, et encore moins ressusciter les morts !

Elle sentit leur attention doubler à cette évocation.

-Une personne trop mourante, ne pourra être soignée, même par nos soins. Même si vous êtes doués. De même certaines blessures ne peuvent être totalement guéries si elles représentent une gravité à haut degré. Et surtout : on ne peut pratiquer sur le cerveau.

Le visage maladif d’une enfant atteinte au cerveau d’une curieuse maladie lui revint. Tous les plus talentueux rêveurs d’Ondiane s’étaient groupés pour tenter de la sauver, sous le désespoir de sa mère. Amarylis avait assisté à l’échec, dans un coin. Face à la mort de la fillette, une vague d’impuissance l’avait envahie, et son regard pour tous ses hommes qu’elle admirait tant avait changé. Ewen avait lu dans ses yeux une déception si grande qu’il n’avait osé lui reparler durant trois jours. Le temps avait joué son rôle, et Amarylis avait compris.

-Le cerveau est trop délicat, et complexe. Essayer ne coûte rien, mais…ne soyez pas surpris d’un échec brutal. Mais ce n’est pas parce que l’un de nos patients meure, ou qu’on ne parvient pas à les soigner totalement, que nous sommes faibles et incompétent. Chaque don, chaque voix, chaque métier à ses limites.

Elle reposa à terre un brin d’herbe qu’elle venait de tordre jusqu’à n’en faire que des confettis, suite au passé.

-Et cela, vous devez en avoir conscience. De vos limites.

Ses yeux gris caressèrent les visages encore enfantins de ses deux élèves.

-Avez-vous d’autres questions ?


_______________
A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] 282551BannAmacopie
            Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?







Maelhen Padern
Anonymous

Invité

MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeVen 1 Oct 2010 - 23:27

Amarylis avait paru déçue de sa réponse. Elle devait certainement connaître un autre Rêveur là-bas, mais la distance séparant Eoliane d'Ondiane la laissait sans nouvelles. Quel lien pouvait-elle bien avoir avec cette personne ?

* Ce ne sont pas mes affaires. Je ferais mieux de m'intéresser à ce que raconte Lehya. *


La jeune Rêveuse venait effectivement de poser sa question, toujours hésitante, et celle-ci portait sur l'enseignement à la Confrérie. Venant à peine d'arriver, Maelhen trouvait que les choses allaient bien vite, mais il écouta tout de même avec intérêt. Alors qu'Amarylis débutait son explication, il la sentit se baisser, bientôt suivie de Lehya.


* Mais qu'est-ce qu'elles fabriquent ? *


Le jeune homme resta un instant planté debout, avant de comprendre que les deux femmes s'étaient assises. Il s'installa alors à son tour, prenant son temps pour ne pas paraître trop précipité ou bête. Puis il s'intéressa de nouveau aux paroles de la Maître Rêveuse.


* Accepter son don... Je ne le connais quasiment pas. J'ai seulement ressenti le Rêve de cet homme. *

Maelhen se rendait bien compte qu'il n'avait même pas encore effectué un pas sur le chemin du Rêve et que cela risquait bien de lui prendre longtemps, très longtemps. Mais de la patience, il en avait à revendre. Et ce don l'intriguait particulièrement.

Les avertissements d'Amarylis vis à vis du manque de concentration l'interpelèrent. Il ne put contenir un frissonnement. Même si ce n'était pas la volonté de guérir qui l'avait amené ici, il ne voulait pas causer le décès de quelqu'un. La mort était quelque chose qu'il répudiait vraiment et il ne se remettrait sûrement pas d'un événement comme celui-là. Elle tenta de les rassurer, mais il avait parfaitement compris l'idée.

Vinrent ensuite les limites de ce don dont il ignorait encore tout. Aux mots qu'il entendit, il songea tout de suite aux histoires sur les Dessinateurs, dont le pouvoir permettait aux plus puissants d'entre eux de dépasser certaines barrières. Les Rêveurs lui semblaient plus humbles et admirables, en un sens. Plus réalistes, peut-être.


" Avez-vous d’autres questions ? "


Maelhen ne savait pas du tout ce qu'il aurait pu demander. Il s'était présenté à la Confrérie sans réfléchir à la formation qu'il suivrait ici. Il attendait de voir ce qu'on lui présenterait. Il se contenta donc de secouer la tête, préférant ne pas intervenir oralement, au cas où Lehya aurait une nouvelle question.


Lehya Jinwa

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeSam 9 Oct 2010 - 9:56

Amarylis commença à répondre à sa question, puis elle s'assit dans l'herbe, invitant ses élèves à faire de même, avant de continuer ses explications. Lehya s'assit en faisant attention, car ses mouvements saccadés l'avaient plus d'une fois surprise lorsqu'elle tentait de s'asseoir au sol. Maelhen resta debout un moment, puis finit par s'asseoir. Il semblait à la jeune rêveuse qu'il était resté une éternité debout, mais sans doute était-ce dû à ce qu'elle savait. Elle décida de reporter son attention sur ce que racontait Amarylis. Elisha... C'était la fille qu'elle avait rencontré en arrivant à Eoliane. La fille avec ses cheveux roux... Elle s'en souvenait. Quant à Mael, elle ne savait qui c'était.

Lehya se souvenait de la découverte de son don, du sang qui avait coulé jusqu'à ses lèvres avant qu'Amarylis ne l'essuie. Depuis 3 jours, sa cicatrice était redevenue ce qu'elle était habituellement. Lehya n'arrêtait pas de poser ses doigts dessus. Toute étonnée, comme si elle avait été soignée depuis seulement quelques jours. Elle avait été un peu bouleversée en repensant à ce mauvais moment, sentiment qui s'était vite estompé au cours de l'entretien avec Amarylis.

Il fallait qu'elle accepte ce don. Il fallait qu'elle apprenne à se connaître. Il fallait qu'elle apprenne à se concentrer sur une chose à la fois, balayer les pensées inutiles. Il fallait.

Amarylis leur expliqua les conséquences que pouvaient avoir un non respect de ces règles essentiels. Un aggravement de la blessure ou... La mort. Lehya se sentit frissonner à cette évocation. C'était rare, néanmoins, la jeune apprentie ne pouvait s'empêcher de penser à ce que l'on pouvait ressentir en étant responsable de la mort de quelqu'un. La culpabilité d'avoir pris une vie alors qu'on était censé la sauver... Des cicatrices qui restent. Elle posa la main sur la sienne, cachée sous une mèche de cheveux. Elle avait baissé la tête, dans le même mouvement. Ayane aurait pu soigner complètement sa blessure, si Lieva l'avait trouvé plus tôt. Cependant, elle n'en voulait à personne. Mieux valait une cicatrice qu'un oeil manquant.

Les rêveurs n'étaient ni des dieux, ni des magiciens. Cela, Lehya le savait déjà. Ayane lui avait expliqué, sur le chemin pour l'Académie. Les rêveurs ne ressuscitait pas les morts. Lehya écouta plus attentivement Amarylis. La jeune femme aux yeux félins ferma les yeux en écoutant la suite des paroles de la Rêveuse. Les rêveurs devaient avoir conscience de leurs limites. Lehya connaissait déjà certaines de ses limites, de celles qu'on peut repousser. Elle s'était promis de devenir plus forte, avant de revoir Ayane. Elle le serait.


-Avez-vous d’autres questions ?

Lehya rouvrit les yeux, replongeant dans le présent. Elle regarda Maelhen, qui ne disait rien.

- Non, je n'ai plus de questions.

Amarylis Luinïl

Maître rêveur
Messages : 231
Inscription le : 30/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitimeSam 30 Oct 2010 - 15:38


Aucun des deux élèves n’avait de question. Bien, ils allaient pouvoir passer à la pratique à présent.
La femme esquiva un sourire en songeant à quel premier exercice elle allait les confronter. Les deux enfants découvraient tout juste leurs dons, il fallait donc une pratique simple, courte pour ne pas les épuiser de suite. Un travail de concentration pourrait faire l’affaire, comme apprendre à ressentir son propre don, le discerner parmi les autres éléments de son corps, de son esprit et de son âme. De plus leur position assise conviendrait parfaitement.


-Bien. Nous allons donc commencer votre apprentissage.

Elle vit de suite avec quelle rapidité le regard de ses apprentis se braquèrent sur elle, soudainement concentré et attentif. Enfin le regard de Lehya, car si Maelhen s’était légèrement tourné dans sa direction, ses yeux vides ne la regardaient pas. Comme s’il ne la voyait pas !

*C’est étrange…en principe une telle annonce ne laisse indifférent aucun élève…*

Peut-être était-il ailleurs, pensait-il à sa famille, à ce qu’il avait quitté pour venir ici. Peut-être n’était-il pas comme elle, emprunt à tout oublier, à tout laisser tomber pour le rêve.
Amarylis avait fait une croix sur sa vie en partant à Ondiane, reniant ses parents qui se séparaient, et laissant seule sa petite sœur se démêler avec cette histoire…Elle avait tout simplement fuit cette idée d’amour brisé et de famille détruite en prenant la main d’Ewen.
Fuir. Telle une lâche. Juste une lâche apeurée par l’idée que l’amour soit éphémère, qu’il puisse exister au monde des parents indignes de leurs progénitures, capables de les séparer pour leur propre bien-être. Certes la jeune rêveuse avait grandi, devenant Maitre Rêveuse, mais elle n’avait jamais repris contact avec sa famille, pensant que sa nouvelle vie, sa nouvelle communauté en confrérie lui suffisait amplement. Depuis son coma suite à son retour et à l’attaque, elle ressentait les regrets de cette absence, de ce silence volontaire, de cet oubli, plus pesant que jamais avec le temps et l’âge avançant. Et puis cette mort, plus présente dans son esprit qu’auparavant. La trentaine lui donnait des envies de famille, de fonder quelque chose, et l’amertume de n’être jamais tombé amoureuse, de n’avoir connu aucun homme. Finirait-elle seule ? Complètement seule ?
Un léger raclement de gorge la ramena sur l’herbe chatouillant ses cuisses découvertes. Lehya et Maelhen l’attendait, plus ou moins patient.

-Je…Veuillez m’excusez. Je disais donc, nous allons pouvoir commencer. Afin de bien connaitre votre don, vous devez savoir le percevoir en vous, le sentir dans la moindre de vos fibres pour pouvoir par la suite l’utiliser. Si vous ne connaissez pas votre don, jamais vous ne pourrez en faire usage.

Elle attrapa une main de Lehya, à sa gauche, puis une de Maelhen, à sa droite et les emprisonna dans les siennes, malgré une certaine résistance, qu’elle avait prévue, chez la jeune fille aux yeux de chat.

-Laissez-vous faire, ayez confiance. Je suis là pour vous aider. Un Maître est bien plus qu’un simple professeur, il est un guide qui vous fait avancer sur la voie et qui vous déverrouille les portes vous barrant le chemin. Il est le lien, l’intermédiaire, entre votre don et vous.

Sa voix douce et maternelle découlait comme un ruisseau et traversait les paumes des trois rêveurs liés. La sérénité du rêve opéra par le simple chant des oiseaux dans les jardins.

-C’est vous qui choisissez ce que vous voulez devenir et le lien que vous voulez entretenir avec votre Maître. C’est ce qui fera en grande partie le rêveur que vous deviendrez et votre choix de vie. Mais sans Maître, vous ne pouvez rêver. Le rêve se pratique en communauté, rare sont les solitaires.

Ewen était un solitaire. Avant de rencontrer Amarylis. Trop secret, il avait choisi de quitter Ondiane pour voyager avec des familles d’itinérant, se rendant plus qu’utile, et faisant quelques fois des haltes dans les confréries. Mais il restait toujours sur les routes. Lorsqu’Amarylis était née, et plus encore lorsqu’elle avait commencé à grandir et à montrer un grand intérêt inconscient quant au rêve, Ewen avait changé du tout au tout. L’observant en secret, il s’était tenu prêt à saisir le moment de l’emmener, de la former. Quittant les routes et sa solitude, il avait fait un retour inattendu à Ondiane et avait même, au fil des années avec sa jeune apprentie, retrouvé sa sociabilité d’antan. Amarylis lui avait tout apporté. Et maintenant qu’elle l’avait quitté, il n’avait pu reprendre les routes, nourrissant l’espoir qu’elle revienne un jour à Ondiane.

-Concentrez-vous, fermez les yeux. Rendez-vous aveugle, afin de vous centrer uniquement sur les autres sens.

Amarylis sentit la main de Maelhen frémir, mais elle n’y prit garde.

-Respirez calmement. Inspirez, avec moi, puis expirez longuement.

Elle travailla la respiration de ses élèves quelques minutes, jusqu’à ce que leurs trois respirations soient en symbiose.

-Bien. Lorsque vous rêvez vous devez être en symbiose avec votre patient, le sentir afin d’être paré à toute réaction. Si votre patient arrête de respirer, vous devez pouvoir le sentir de suite et réagir automatiquement. Mais nous verrons ces reflexes un peu plus tard, pour l’instant travaillons juste un peu cette respiration.

Elle continua de respirer profondément, faisant sentir dans ses mains le mouvement de sa gorge, de son ventre, de ses poumons, afin que Lehya et Maelhen puissent la suivre.

-On va continuer ainsi, mais à un moment je vais changer de rythme, m’arrêter, accélérer…vous devrez réagir de même et me suivre, aussi rapidement que possible. Ce n’est qu’un exercice pour que je puisse voir vos capacités à ce niveau, il est normal que vous ne réussissez pas de suite. Comme je l’ai dit les exercices de réflexe viendront plus tard.

Elle se tut, sentant l’appréciation muette de ses apprentis, et reprit sa respiration calme.
Elle laissa s’écouler cinq minutes, puis soudainement stoppa sa respiration. Maelhen fut le premier à sentir le changement et eut un réflexe très encourageant. Lehya, quant à elle, qui avait plus de mal à se concentrer, eut un long temps de retard. Amarylis serra sa petite main, lui faisant comprendre qu’elle était quand même contente d’elle et qu’elle ne devait surtout pas s’inquiéter. Vu son histoire, il était plus que logique que la jeune fille ait du mal à se lier avec les autres, à ressentir avec les autres. Le travail risquait d’être très dur pour elle. Par contre Maelhen disposait de sens très aigus.
Elle reprit sa respiration normale, attendit, puis cette fois-ci l’accéléra. Le résultat fut sensiblement le même, bien que le souffle de Lehya était naturellement rapide.

-Bien. Nous travaillerons régulièrement cet exercice, afin de vous sensibiliser à l’autre. A présent, je vais vous demander de bien prendre votre temps, car ce nouvel exercice est très important et demande une grande concentration. Il s’agit de ressentir votre don, d’apprendre à le connaitre. Il vous ressemble, il fait parti de vous, il doit devenir vous. Pour l’instant ce n’est qu’un corps étranger en vous, il vous faut donc l’apprivoiser, comme un animal, afin qu’il ne fasse qu’un avec vous.

Elle laissa un silence planer.

-Videz votre esprit, n’ayez pas peur de rentrer en transe. Essayer de trouver votre don, ou ne serait-ce qu’une partie, aussi infime soit-elle, de celui-ci. Grâce à mon don et au lien que nous avons établi, je sentirais ce qui se passe en vous, nous pourrons donc en parler, une fois que le lien sera rompu. Je ne veux aucune parole tant que nos mains ne se sont pas lâchées. Chacun doit suivre à son rythme. Videz bien votre esprit.

Sur ces mot, elle laissa Lehya et Maelhen partir à la recherche du cœur de leur être.


_______________
A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] 282551BannAmacopie
            Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?







Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]   A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé] Icon_minitime



 
A la recherche d'apaisement... et peut-être d'indications ? [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» recherche chien petite taille.
» [L5r] Recherche de cartes
» Stanley Lucas a la recherche du job premier ministre replique et defend....
» 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé
» Recherche divers trucs Space marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: La Confrérie d'Eoliane :: Les jardins-