Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteLa Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Fer
Messages : 86
Inscription le : 09/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://stoneheart.forumgratuit.org
MessageSujet: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Mar 27 Juil 2010 - 16:35

Ereïne étais adossée au mur, bras croisés. La tête un peu penchée en avant, de manière à dissimuler ces yeux, tous deux verts en ce début d’après-midi, elle donnait l’impression d’attendre quelqu’un. C’était le camouflage qu’elle s’était choisie pour observer les autres. La meneuse de loups se livrait à un exercice qu’elle n’avait pas pratiqué depuis pas mal de temps. L’Observation. Dans les Marches, elle s’en servait toujours, pour repérer la proie la plus faible et donc la plus facile à chasser de son groupe. Elle s’en servait également pour ne pas oublier le visage des rares êtres humains qui avaient osé s’en prendre à sa Meute. Et qui l’avait payé de leurs vies. Au souvenir de tous ceux qu’elle avait perdus, Ereïne sentit un pincement au cœur et se mit à trembler imperceptiblement, avant de se reprendre. Certes, elle était jeune pour s’être retrouvée orpheline, avec son petit frère à charge, à tenter de survivre dans l’environnement peu hospitalier pour qui ne savait pas le déchiffrer des Marches du Nord. Certes, elle était jeune pour se retrouver à la tête d’une Meute d’une vingtaine de loups, à devoir les protéger mais également à rester toujours plus forte qu’eux pour demeurer à leur tête, à les diriger tant pour ses propres buts qu’en fonction des liens qui les unissaient et du respect de leur vie. Certes, elle était jeune pour être envahie par une haine des hommes qu’elle devait cacher, pour être plongée jusqu’au cou dans un projet de vengeance qui guidait chacun de ses pas, pour vouloir exterminer la race néfaste des Mercenaires du Chaos, ceux qui lui avaient ravis ses parents et son plus petit frère… Mais elle était là, à présent, dans cette Académie qu’elle n’avait rejointe que pour se donner les moyens de venger sa famille. Elle était face à ses doutes et ses angoisses, confrontée chaque jour au même choix : Fuir, tout abandonner et choisir la vie ou bien rester, progresser, et tenter de se venger. Et probablement mourir.

A chaque fois, inlassablement, c’était le second choix qu’elle effectuait. Parce qu’elle l’avait promis à son frère Kael, dans des circonstances qui rendait plus solennelle que jamais cette promesse. Plus éternelle que jamais, aussi. Parce qu’elle ne vivait plus que pour ça, que chaque souffle d’air qu’elle respirait était dédié à sa vengeance. Parce que si elle abandonnait, elle mourait. Sa vengeance était tout ce qui la maintenait en vie. Et surtout parce qu’elle voulait réellement se venger. Qu’abandonner cette vengeance, c’était cacher, plonger dans l’oubli une partie d’elle. Mettre un masque et ne plus être soi-même. Or, son père le lui avait répété que la vraie Loyauté, ce n’était pas celle envers les autres, mais celle qu’on a envers soi-même.


"La Loyauté, c’est rester soi-même. "

C’était les propres mots de son père qu’Ereïne venait de murmurer. Elle porta une main à son cœur et ferma les yeux. Ne pas pleurer. Chacun des larmes de souffrance et de tristesse que tu verses est une victoire pour les assassins de tes parents.

Elle ne pleurait pas, mais la douleur que ressentait la meneuse de loups était, elle, bien réelle. Elle restait immobile, comme si le moindre bruit qu’elle émettrait pouvait la briser en mille morceaux. Que si elle ouvrait la bouche pour tenter de parler, elle allait s’effondrer. Elle se sentait si fragile, comme un papillon enflammée qui souffrait en silence, agonisait sans qu’on s’en aperçoive. La Lupus usait de toute la force dont elle était capable pour empêcher les larmes de passer le rideau de ses paupières closes. Et cela lui faisait tellement mal, de retenir sa souffrance en elle-même, de lui interdire de dépasser les limites de son corps et de s’exprimer, qu’en cette seconde, cet instant, Ereïne ne souhaitait plus qu’une chose. Mourir. Abandonner toutes les luttes qu’elle menait dans sa vie et dormir d’un sommeil sans rêves. Mais elle ne pouvait pas. Elle n’était pas en droit d’abandonner Kael, pas en droit d’abandonner ses parents… Pas en droit de laisser vivre leurs assassins, ceux qui avaient détruits son univers, ceux qui avaient rendu sa vie si faible que la seule perspective qu’ait envisagé Ereïne Louvil après sa vengeance soit la mort. Parce qu’elle ne s’était pas offert de possibilités d’avenir. Et de toute façon, sans sa famille ce monde était triste et terne à en pleurer. Mais elle ne pleurerait. Elle avait les loups. Eux ne l’abandonnaient jamais. Ils allaient revenir avec des nouvelles de Kael, et le monde retrouverait un semblant de couleur

Les larmes qui stagnaient derrière les paupières closes d’Ereïne renoncèrent à vouloir couler le long des joues de la jeune fille. La Lupus avait remporté cette bataille contre elle-même. Et surtout elle était restée elle-même. Elle avait encore gagné en détermination. Elle rouvrit les yeux et releva la tête. Et capta une présence qui venait dans sa direction. Elle tourna la tête vers l’être humain qui avait attirée son attention.



_______________
Je te suivrai. Partout où j'irais, je verrais si tu es là. Et si tu n'y est pas, je continuerais ma route sans me retourner. Car là ou tu n'est pas, je n'ai pas ma place.
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Mer 28 Juil 2010 - 11:20

Ayane l'accompagna jusqu'à l'entrée de l'Académie. Lehya eut le souffle coupé en arrivant devant. De loin l'édifice semblait immense, et lorsqu'elle fut juste en face, elle se rendit compte à quel point elle était en dessous de la vérité. L'Académie semblait bâtie pour des géants ! Ayane alla presque se blottir contre la porte de bois, un grand sourire aux lèvres, la caressant du bout des doigts, prononçant quelque chose que Lehya ne comprit pas. La rêveuse expérimentée s'approcha de l'apprentie et posa une main presque fraternelle sur son épaule.

- Je reviendrai souvent te voir, sois-en sûre.
- C'est vrai ? demanda Lehya, un sourire et un oeil découvert pleins d'espoir.
-Oui.

Ayane indiqua une dernière fois à Lehya comment arriver à la Confrérie d'Eoliane. Elle voulait absolument que l'apprentie rêveuse passe par l'Académie, afin qu'elle admire la beaué intérieure de l'édifice. Ayane était tout ce à quoi voulait ressembler Lehya : un être dans lequel se mêlait douceur et confiance en soi, sans préjugés, qui cherchait à comprendre avant d'agir. La rêveuse salua la jeune femme de la main puis disparut, comme un rêve -le jeu de mot- un sourire mystérieux aux lèvres.

Lehya entra donc dans l'Académie, ayant pris soin d'arranger ses cheveux afin que ses yeux ne soient pas visibles. Fatalement, n'adressant la parole qu'à son ombre -et encore- Lehya se perdit dans le gigantesque intérieur académicien. C'est ainsi qu'elle se retrouva à arpenter les couloirs en rasant les murs.

Lehya traversait l'Académie, longeant les murs, la tête baissée, ses cheveux châtains emmêlés cachant ses yeux sans brouiller sa vue. Elle regardait avec admiration quelques élèves de l'Académie traverser les couloirs comme si ils leur appartenaient, et elle ne pouvait s'empêcher d'envier la confiance qu'ils avaient en eux. Mais elle... Oh, elle, elle n'était rien. Juste une simple rêveuse, qui n'avait rien à faire là, qui aurait dû déjà être à la Confrérie ! Elle s'insulta d'idiote, s'arrêta un instant pour replacer ses mèches afin que ses yeux soient pratiquement invisibles, puis repris sa marche lente, mais altérée par son attitude sauvage. Elle avançait, sans regarder devant elle, puis soudain, le vide sous ses pieds. Elle remit son pied sur le sol, puis remarqua les escaliers dans lesquels elle avait failli tomber. Lehya se réinsulta mentalement.

Une personne passa à côté d'elle, si près qu'il la toucha et s'arrêta. Un sourire plein d'excuse s'inscrit sur le visage du jeune homme, mais Lehya ne le vit pas, et avant même qu'il ait pu ouvrir la bouche, elle murmura une excuse puis repartit avant que le jeune homme ne s'excuse lui-même. Dans sa tête, il n'avait aucune raison de le faire, parce que c'était elle qui s'était retrouvée dans son chemin, c'était donc de sa faute, pas de celle de l'élève. Elle passa sa main dans ses cheveux, prenant soin toutefois de ne pas rendre visibles ses yeux si étranges. Ces yeux qui lui avaient vallu l'appellation de "sorcière" par la moitié des enfants d'Al-Jeit, et un bon quart des adultes. Des adultes tellement immatures, qui la prenait pour une "chose" sans réelle valeur, une "chose" dénaturée, qui n'aurait jamais dû exister. C'était ce genre d'adultes qui racontait des bêtises aux gamins. C'était ce genre d'adultes que les gamins, candides et naïfs, croyaient.

Lehya descendit l'escalier, gardant sa main posée sur le mur de pierre. Elle descendait, prudemment, marche pas marche, sans précipitation. Puis elle arriva en bas, ne regardant toujours pas devant elle. Puis elle rentra une nouvelle fois dans une personne.


- Oh, je suis vraiment désolée, excusez-moi, murmura-t-elle.

Elle avait relevé la tête, et un de ses yeux fut dévoilé.

avatar

Fer
Messages : 86
Inscription le : 09/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://stoneheart.forumgratuit.org
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Mer 28 Juil 2010 - 13:12

Ereïne regarda la jeune fille qui venait de lui rentrer dedans. Elle paraissait un peu plus jeune qu'elle et avait un aspect assez singulier. Elle avait un aspect un peu "négligé", un peu "sauvage". La Lupus l'observa. Elle ne portait pas l'uniforme des élèves de l'Académie. Elle n'avait pas non plus l'air d'être un garde, pas assez musclée. Et elle ne savait pas se battre, vu ses mouvements et ses déplacements. Par contre elle avait l'air intelligente. Ce devait être une résidente de l'Académie ou bien une Rêveuse.

- Oh, je suis vraiment désolée, excusez-moi.

Et elle releva la tête, ses cheveux chatains foncé dévoilant un de ses yeux. Un oeil particulier. Doré comme l'oeil vairon d'Ereïne, mais à la pupille fendue. Comme ceux des félins. En un sens, Ereïne sentait qu'elle avait des points communs avec cette jeune fille, même si elle semblait bien plus timide qu'elle. Un peu peureuse, peut-être.

"Il n'y a pas de mal, j'aurais dû faire plus attention."

Ereïne marqua une pause. La jeune fille n'avait pas l'air d'avoir rencontrées beaucoup de personnes depuis son arrivée à l'Académie. Peut-être même qu'elle n'avait rencontré personne avant Ereïne. La Lupus soupira intérieurement. A elle de rassurer la jeune demoiselle en face d'elle. Elle s'en serait passée si son instinct d'Alpha ne la poussait pas à se montrer sympathique. Elle afficha un grand sourire. Dans la Meute, acceuillir les nouveaux loups et aller faire la connaissance des louveteaux faisait partie des responsabilités de l'Alpha.

"Et tu peux me tutoyer, tu sais ! Je n'ai pas l'impression d'être beaucoup plus âgée que toi..."

La Lupus se rendit alors compte que la jeune fille ne connaissait pas son nom. Pas vraiment simple de se tutoyer lorsqu'on ne connaissait pas l'identité de l'autre.

"Excuses-moi, j'ai oublié de me présenter. Je suis Ereïne, de la maison Lupus. Tu n'as pas l'air d'être une élève de l'Académie... Puis-je savoir qui tu es ?"


[Un peu court comparé au tien...]


_______________
Je te suivrai. Partout où j'irais, je verrais si tu es là. Et si tu n'y est pas, je continuerais ma route sans me retourner. Car là ou tu n'est pas, je n'ai pas ma place.
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Mer 28 Juil 2010 - 15:05

La jeune femme dans laquelle elle avait foncé -honte à Lehya- ne lui fit pas de reproches. Elle fit une pause, et la jeune rêveuse savait qu'elle regardait son oeil. Elle replaça une mèche dessus, pour le cacher à nouveau. Quelle idée d'être venue ! Tout ça pour honorer un pacte qu'elle s'était faite à elle-même. Elle repensa à Lieva, se demandant ce qu'elle aurait fait dans cette situation. Sa soeur de coeur aurait sans doute sorti son magnifique sourire, papilloné des paupières et engagé la discussion. Lieva lui manquait. Lehya toucha, presque automatiquement, le collier autour de son cou.

L'autre jeune femme, qui portait une bague verte (elle en avait vu beaucoup, des bagues, de plusieurs couleurs différentes, sans savoir ce que cela pouvait bien signifier) lui dit alors qu'elle pouvait la tutoyer, n'étant pas beaucoup moins âgée qu'elle. Elle lui souriait, comme si ses yeux n'avait aucune importance, comme si elle était... normale. Un sourire intérieur éclata. Mais son visage resta impassible. Puis elle se présenta : Ereïne Louvil, de la maison Lupus. Lupus... Donc, c'était une "maison"... Mais Lehya n'ayant jamais lu Harry Potter ne savait pas du tout ce que c'était.

- Hmm, je m'appelle Lehya. Je... je suis une rêveuse... et... est-ce que... si ça ne vous, te dérange pas... le chemin jusqu'à Eoliane...

Elle avait bafouillé du début à la fin, sans savoir si l'autre jeune femme avait pu comprendre un traître mot de ce qu'elle avait raconté. Elle ne se souvenait absolument pas des indications de Ayane, et cela l'ennuyait un peu. Elle n'avait sans doute pas écouté assez attentivement, c'était encore de sa faute... Et... et... et puis c'est tout. Elle leva la tête, prenant soin à ce qu'aucun de ses yeux ne soit découvert. Toutefois, elle savait que la mise en place de ses cheveux ne cachait jamais la fin de la cicatrice qui finissait sur sa joue.

- Et hmm... tu vas peut-être... trouver ça stupide mais... c'est quoi... les maisons ?

Lehya, malgré sa timidité, avait quand même trouvé le courage de demander ça, au risque de paraître ridicule. Et elle se rendit compte qu'Ayane avait ommis beaucoup de détails au sujet de l'Académie. Choses qu'elle découvrait, petit à petit, entrant dans un univers qui n'était pas tout à fait le sien. Elle devait se rendre à la Confrérie. Malgré sa timidité, elle était sur le point de redemander à Ereïne où se trouvait la Confrérie.

avatar

Fer
Messages : 86
Inscription le : 09/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://stoneheart.forumgratuit.org
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Mer 28 Juil 2010 - 15:30

Ereïne se rendit compte que la particularité de ses yeux mettait la jeune fille mal à l'aise. Elle retint ce détail, au cas où elle serait amenée à la revoir un jour. Elle porta sa main à son collier. Ce collier semblait avoir une certaine importance pour l'inconnue. Comme son pendentif pour Ereïne.

- Hmm, je m'appelle Lehya. Je... je suis une rêveuse... et... est-ce que... si ça ne vous, te dérange pas... le chemin jusqu'à Eoliane...

Heureusement elle se tut avant d'avoir fini. Si elle lui avait demandé le chemin jusqu'à Eoliane, Ereïne n'aurait pas sut répondre, pour la simple et bonne raison que, si elle savait ce qu'était Eoliane, elle n'avait pas la moindre idée au sujet de son emplacement. La Lupus savait à présent le nom de l'inconnue, qui était donc Rêveuse.

Lehya releva à nouveau la tête, ses cheveux cachant ses yeux. La Rêveuse devait avoir vraiment honte de sa particularité. Sans doute avait-elle souffert à cause de cela. Comme Ereïne à cause de ses yeux vairons. Cette dernière remarqua la fine cicatrice sur la joue de la Rêveuse, ce qui ne fit que renforcer ses convictions. Mais ses yeux ne s'y attardèrent pas assez longtemps pour qu'on remarque qu'elle ait posé le regard dessus.

- Et hmm... tu vas peut-être... trouver ça stupide mais... c'est quoi... les maisons ?

Ereïne se rendit compte que Lehya avait vaincu, même temporairement, sa timidité afin de poser cette question. *Bien, très bien Lehya.* La Lupus afficha un sourire encore plus grand tout en se demandant comment elle allait bien pouvoir expliquer ce qu'étaient les maisons.

"Evidemment que non, je ne trouve pas ça stupide. Tu n'as pas mis les pieds souvent à l'Académie, je me trompe ? Il est normal que tu ait quelques lacunes sur le fonctionnement de ce lieu."

La meneuse de loups marqua une pause avant de reprendre :

"Nous sommes assez nombreux à l'Académie, tellement nombreux qu'on ne peut pas partager les mêmes dortoirs et les mêmes salles communes, ce serait trop compliqué. Et vu les différences de caractères et d'ambitions entre les élèves, il y auraient sans doutes quelques bagarres. Nous sommes donc séparés en Quatre Maisons, qui sont rivales en quelque sorte. Nous essayons de remporter une Coupe, en accumulant le plus de points possibles. Pour chaque maison, il y a un animal qui la représente et un Primat qui en est chef. Pour les Corbacs, il s'agit du corbeau, et ils sont dirigés par le Maitre Marchombre. Pour les Felixia, c'est le renard et le Maitre Dessinateur. Pour les Lotra, il s'agit de la loutre et du Maitre Reveur. Enfin, les Lupus comme moi sont symbolisés par le loup et dirigés par le Maitre d'Armes."
Ereïne sourit. Elle ne regrettait pas le temps passé à la bibliothèque, à éplucher des édits sur le fonctionnement de l'Académie et d'autres livres.


_______________
Je te suivrai. Partout où j'irais, je verrais si tu es là. Et si tu n'y est pas, je continuerais ma route sans me retourner. Car là ou tu n'est pas, je n'ai pas ma place.
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Jeu 29 Juil 2010 - 1:27

Elle vit Ereïne aborder un sourire encore plus grand, comme si elle était contente de voir Lehya lui parler. Mais c'était stupide, pourquoi serait-elle contente qu'une rêveuse aussi insignifiante qu'elle lui parle ? Mais Ereïne ne trouvait pas sa question stupide, tout simplement car, jusqu'à aujourd'hui, Lehya était étrangère à l'Académie. Aussi lui indiqua-t-elle tout ce qu'elle voulait savoir. La jeune rêveuse avait affiché un intérêt non feint pour ce qu'elle disait. Elle comprit mieux ce qui se passait entre ses murs.

- Merci... et... hmm, les bagues ? C'est... les couleurs des maisons ?

Elle avait essayé de visualiser Lieva, dans sa tête, pendant qu'elle parlait à Ereïne. Durant l'année passée, où elle s'était peu à peu réhabitué au monde, elle avait remarqué que cette technique marchait plutôt bien. Il suffisait que les yeux de Lieva apparaissent dans sa tête, plein de douceur et de sympathie, pour que sa timidité s'envole et laisse place à une Lehya un peu plus décontractée, même si toujours timide.

Ereïne ressemblait, au niveau du caractère, légèrement à Ayane. Elle était gentille, avait l'air sûre d'elle, et apparemment, ne jugeait pas quelqu'un à ses yeux. Lehya sourit, espérant que toutes les personnes qu'elle rencontrerait ici agirait ainsi. Mais elle savait pertinemment que tout le monde n'aurait pas la force de comprendre une telle chose... Elle poussa un léger soupir, presque indescriptible, "à déchirer le coeur et à en pleurer" comme lui disait Lieva chaque fois qu'elle pensait à des choses négatives.


- Ereïne... tu es... ici... depuis longtemps ?

Lehya essayait d'avoir un semblant de conversation, et c'était extrêmement difficile. Elle poussait trop, elle n'allait pas tarder à courir, pour tenter de s'échapper de cet endroit, envahi de personnes si différentes d'elle, ou à se mettre à pleurer toutes les larmes de son corps. Pourquoi avait-elle quitté sa famille ? Pourquoi était-elle venue dans un endroit qu'elle ne connaissait pas ? Pourquoi ? POURQUOI ? Elle commençait à sombrer dans l'incertitude.

- Ayane...

Un chuchotement. Si bas. Tellement bas qu'elle se demanda si elle l'avait prononcé ou simplement pensé. C'était elle, sa raison d'être ici. Elle voulait lui ressembler, et il n'y avait qu'en allant au contact des autres qu'elle pourrait devenir une personne comme elle. Elle releva la tête qu'elle avait si vite baissé en plongeant dans ses doutes. Et tant pis si ses yeux étaient visibles. Elle était comme ça, et puis c'est tout. Mais elle ne résista pas à l'envie d'en cacher un, et dû se faire violence pour ne pas cacher l'autre, qui restait fixé sur la lupus en attendant une réaction quelconque.

[Tu es la première personne que Lehya rencontre, alors c'est un peu n'importe quoi, si il y a un problème j'édite =)]

avatar

Fer
Messages : 86
Inscription le : 09/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://stoneheart.forumgratuit.org
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Jeu 29 Juil 2010 - 23:00

[Nan c'est pas du n'importe quoi, ne t'inquiètes pas ^^]

- Merci... et... hmm, les bagues ? C'est... les couleurs des maisons ?

Lehya avait l'air un peu plus rassurée, et c'était tant mieux. Elle avait de plus l'air vraiment intéressée par l'Académie. Et ça, c'était encore un bon point. Ereïne leva sa main pour en montrer le dos à la jeune Rêveuse.

-En effet, les couleurs des chevalières des élèves correspondent à la Maison à laquelle ils sont assignés. La mienne, c'est le vert Lupus. Felixia, c'est rouge, Corbac noir et enfin Lotra bleu.

Elle sentit que Lehya l'avait à moitié écouté, distraite par une pensée. Un souvenir, peut-être ? Quelque chose qui l'aidait à surmonter sa peur et se timidité ? Qui lui permettait de s'ouvrir aux autres ? En tout cas elle ne semblait pas malheureuse en y pensant. Un brin nostalgique, peut-être. Lehya accentua cette hypothèse en poussant un soupir assez profond.

- Ereïne... tu es... ici... depuis longtemps ?

Ereïne réfléchit. Longtemps, peut-être pas, moins en tout cas que beaucoup d'Académiciens, mais elle n'était plus non plus une nouvelle. Elle avait fait des rencontres, noués des liens, et avait commencé à apprendre. Et à changer.

- Non... Je ne suis pas là depuis tellement longtemps...

Voilà. Une réponse pas vraiment clair, puisque ce n'était pas tout à fait net dans la tête d'Ereïne. La Lupus se sentait mal à l'aise vis-a-vis de cette indécision, pourtant elle tentait de ne rien en laisser paraître. Elle voyait bien que Lehya faisait de sacrés efforts, et savait qu'elle devait se montrer sûre d'elle afin de ne pas communiquer sa tension à la Rêveuse. Elle était habituée, les loups captaient l'humeur de leur congénères et avait tendance à s'apeurer si l'autre était tendu. Les êtres humains étaient pareil, sauf qu'ils n'avaient pas conscience de leur faculté à capter les émotions. C'est pourquoi ils étaient incapables de les analyser consciemment.

- Ayane...

Un chuchotement bas, très bas. Ayane ? Etait-ce la personne à laquelle Lehya se raccrochait pour sortir d'elle-même ? Etait-ce elle qui avait poussé la Rêveuse à se rendre à l'Académie de Merwyn ?

Lehya releva la tête, ses yeux étranges découverts l'espace d'un instant. Elle fit à nouveau d'énormes efforts, visiblement pour ne pas les cacher. Ou pour ne pas s'enfuir. Ou bien les deux. Pourtant, elle perdit à moitié cette bataille livrée contre elle-même, et fit retomber des mèches devant un de ses yeux. Cette fois, Ereïne décida d'intervenir.

- Tu es mal à l'aise à cause de ton regard, c'est ça ? Il ne faut pas. Tu ne dois pas avoir honte de ce que tu es, c'est ce qui fait que tu es unique, c'est ta richesse en ce monde. Et personellement, ça ne se voit pas à cette heure mais j'ai les yeux vairons. Le soir et pendant la nuit, l'un d'eux est doré. Je le cache encore, mais je n'en ai pas honte, parce qu'il fait partie de moi et me différencie des autres.

Avec un geste très doux et prudent, Ereïne écarta les cheveux de devant l'oeil de Lehya.

- Et en plus, je les trouve très beaux, tes yeux.


_______________
Je te suivrai. Partout où j'irais, je verrais si tu es là. Et si tu n'y est pas, je continuerais ma route sans me retourner. Car là ou tu n'est pas, je n'ai pas ma place.
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Ven 30 Juil 2010 - 12:24

Oui, ses yeux la mettaient mal à l'aise. Et la tirade d'Ereïne n'arrangea rien. La Lupus approcha doucement sa main de la mèche de Lehya et l'écarta, affirmant qu'elle trouvait ses yeux très beaux. La rêveuse ne ressentit aucun mensonge dans sa voix. Elle ferma un instant ses paupières, se préparant à les rouvrir. Elle se rendit compte que les détails étaient nettement plus nets, mais elle ne pouvait s'empêcher de passer les mains dans ses cheveux, prête à les recacher à chaque instant. Elle avait rougi, soudainement, n'étant pas habitué à ce qu'on l'approche de si près.

- Tu ne... trouve pas... bizarre ?

*Enfin, c'est quand même pas tout les jours qu'on voit des gens avec des yeux si atypiques ! *

Lehya esquissa un timide sourire qui retomba bien vite, en apercevant le regard d'un autre élève. Elle rougit à nouveau, eut un geste consistant à ramener une mèche devant ses yeux, qu'elle interrompit en voyant Ereïne. Puis le reprit. Elle, elle avait honte de ce regard. Ou plutôt, elle en avait peur. La moitié des personnes qu'elle avait croisé à Al-Jeit l'avait traitée de sorcière. C'était une douleur qui ne s'oubliait pas si facilement. Elle tourna la tête et posa son front contre le mur.

* Je suis une idiote. Incapable de parler sans bafouiller. Incapable d'être là au milieu des gens en m'affirmant. Incapable de vivre au milieu des autres... Lieva, Ayane... J'aimerai tellement que vous soyez là. *

- Excuse-moi...

Lehya supportait mal le regard des autres. Et cela, depuis qu'elle était toute petite. Sa mère l'avait sûrement trop protégée, et son père était souvent absent, à cause de son métier... Elle avait vécu dans une bulle familiale et la quitter si brutalement avait été difficile. La rêveuse ne voyait plus Lieva depuis deux jours, et elle lui manquait atrocement. Sa jumelle de coeur, la lumière de ses pas, son complément...

- Tu as... des frères, des soeurs ?

La phrase était sortie avant qu'elle ne prenne conscience réellement de ce qu'elle disait.

avatar

Fer
Messages : 86
Inscription le : 09/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://stoneheart.forumgratuit.org
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Ven 30 Juil 2010 - 14:37

- Tu ne... trouve pas... bizarre ?

Au fond d'elle, Ereïne trouvait en effet un peu étranges les yeux de Lehya. Non, ce n'était pas ça. Uniques, particuliers, beaux, ça c'était l'impression d'Ereïne. Mais bizarres, non. Être unique n'était pas être bizarre, et Ereïne, avec ses yeux vairons et sa meute de loups, était bien placée pour le savoir.

La Rêveuse esquissa un semblant de sourire qui disparut bien vite lorsqu'un autre élève la regarda avec un air un peu effrayé. Ereïne jeta un regard noir à l'élève en question, qui ne s'attarda pas. A cause de lui, Lehya rougit et cacha à nouveau ses yeux.


- Excuse-moi...

Décidément, c'était maladif, chez cette fille, de s'excuser sans arrêt ! Enfin bon, ce devait être la faute de sa timidité. Et de sa honte envers elle-même. Ereïne soupira, un peu agacée. Mais elle comprenait, même si elle même n'avait jamais pris la fuite face à quelqu'un qui se moquait d'elle. Elle ne s'était jamais cachée et s'était assumée, dès son enfance. Dès qu'elle s'était retrouvée seule, à chaque fois qu'elle avait côtoyé les hommes. Mais elle était différente de Lehya, avec un tempérament peut-être plus fort. A elle de guider Lehya sur la voie de l'acceptation.

- Tu as... des frères, des soeurs ?

Ereïne ouvrit la bouche, sa respiration se bloqua pendant un instant. Des images se mirent à défiler dans sa tête. Kael et ses sourires, qui n'avaient plus jamais réapparut depuis la mort de leur famille. Eran et ses cheveux blonds. Son enfance qu'il n'avait jamais achevée. Mort si jeune... A un peu moins de trois ans. Mais déjà si gentil, toujours souriant. A présent Kael avait environ 12 ans. Il était orphelin et n'avait plus qu'Ereïne, une soeur qui songeait plus à la vengeance qu'à lui. Un garçon maltraité par la vie, mais qui ne lâchait pas prise. Il s'accrochait, toujours. Il ne se laissait jamais abattre. Même s'il ne souriait plus jamais.

- Je...

Sa voix se brisa et elle se mordit la lèvre, tremblante. Elle n'était pas tout à fait remise de sa bataille contre elle-même, tentant de s'empêcher de pleurer. Les larmes menaçaient de revenir, stagnaient dans ses yeux, rendant la vision de la Lupus trouble.

- J'avais deux frères... Je n'en ai plus qu'un... Eran est mort avant même de savoir bien marcher... Et je...

Ereïne s'arrêta et se laissa glisser le long du mur. Eran. Parler de lui était trop dur, bien trop dur encore. La meneuse de loups ramena ses genoux contre sa poitrine et enfouit sa tête dans ses mains. Elle ne voulait pas pleurer. Surtout pas. Elle ne devait pas se laisser aller.

Les premières larmes se mirent à couler, suivies par d'autres.



_______________
Je te suivrai. Partout où j'irais, je verrais si tu es là. Et si tu n'y est pas, je continuerais ma route sans me retourner. Car là ou tu n'est pas, je n'ai pas ma place.
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Ven 30 Juil 2010 - 19:19

Lehya sut qu'elle n'aurait pas dû poser cette question à l'instant où Ereïne ouvrit la bouche. La Lupus perdit toute couleur. Sa voix, dès le premier mot, se brisa. Elle avait perdu un de ses frères. Ereïne se laissa glissa sur le mur, pendant que ses yeux commençaient à se remplir des perles salées dont Lehya connaissait le goût si particulier. La Lupus se posa à terre, ramenant ses jambes contre sa poitrine, puis son visage dans ses mains, et elle commença à pleurer. Lehya se mordilla la lèvre, désolée d'avoir rappelé de mauvais souvenirs à Ereïne. Ainsi, la jeune femme avait connu la mort, et Lehya se dit soudain qu'être insultée de sorcière à chaque coin de rue n'était peut-être pas aussi grave. Elle s'accroupit, hésitant à poser une main tremblante sur l'épaule de la Lupus, mais finalement, renonça. Elle prit une grande inspiration.

- Je ne voulais pas te faire pleurer...

Sa voix était tombée d'un coup sur la fin. Elle avait essayé de porter la phrase, espérant sans doute étonner Ereïne assez pour qu'elle cesse de pleurer, même si elle savait que c'était sans doute de vains espoirs. On n'arrêtait pas des larmes en parlant assez bien pour étonner l'autre. Lehya, n'ayant jamais eu a réconforter qui que ce soit, ne savait pas trop quoi dire. Généralement, c'était elle la personne qui pleurait. Et Lieva qui la consolait, lui promettant qu'un jour, elle trouverait d'autres personnes capables de l'accepter, peu importe son apparence. Lehya avait toujours espéré qu'elle rencontrerait ces personnes, qu'elle appellait "Les Sans Apparences", simplement parce qu'il n'y a accordait pas d'importance. Un premier pas avait été franchie, juste après une lourde bataille où elle aurait pu perdre la vue si elle était restée impassible, grâce à Ayane. Elle tressaillit, puis s'assit en tailleur, à côté de la Lupus quand elle aurait voulu se mettre en face, mais elle redoutait les remarques des autres élèves si elle bloquait le couloir.

- Tout... n'est rien... comparé à ça. Je suis... désolée.

Elle recommençait à bafouiller. Cette fois-ci, elle ne présentait pas ses excuses, elle utilisait simplement une formule d'usage, par politesse. Si Lehya avait pu créer ses propres mots, ou jouer simplement avec ceux qui existaient déjà, elle aurait tenté de rendre ce simple "désolée" en une véritable formule de réconfort. Mais elle ne maniait pas les mots aussi bien qu'elle le voudrait. Son vocabulaire parlé était limité, alors qu'elle connaissait une multitude de mots. Les légendes que sa mère lui racontaient avant qu'elle ne vienne ici n'y étaient pas pour rien. Elle soupira. Elle n'aimait pas pleurer, mais elle aimait encore moins voir des gens pleurer. Lehya se prépara mentalement puis se lança une nouvelle fois.

- S'il te plaît... ne pleure pas.

Elle posa une main sur son épaule, qu'elle s'efforça de tenir immobile.

avatar

Fer
Messages : 86
Inscription le : 09/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://stoneheart.forumgratuit.org
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Jeu 23 Sep 2010 - 21:56

Elle se sentait bête, vraiment bête. Elle voyait presque Kael lui demander la raison de ces larmes. C'est vrai, pourquoi pleurait-elle en se rappelant les gens qu'elle aimait ?

La Rêveuse se mordillait la lèvre, visiblement mal à l'aise. Ereïne se sentait coupable. Elle venait d'arriver, et déjà elle se trouvait en posture difficile, devant une jeune femme qui pleurait à cause de la mort d'un proche. Pauvre Lehya. Et elle, qu'avait-elle vécu ? Peut-être des choses encore plus horribles. Et elle ne pleurait pas.

Les sanglots s'arrêtèrent. Les larmes continuaient de couler, sans bruit, mouillant les mains de la meneuse de loups, humidifiant ses joues et ses doigts.

- Je ne voulais pas te faire pleurer...

*Je sais, Lehya... je sais*

Evidemment qu'elle n'avait pas eu de mauvaises intentions en posant cette question, si banale. Ce n'était pas sa faute si la réponse était si éprouvante pour Ereïne et qu'elle lui arrachait tant de larmes. Ce n'était pas sa faute, c'était celle des Mercenaires. La haine et la colère qu'Ereïne éprouvait à leur égard était sans limites. Encore plus forte, peut-être, que la tristesse qui habitait la jeune femme.

- Tout... n'est rien... comparé à ça. Je suis... désolée.
*Je sais.*

Ereïne voyait bien que Lehya faisait d'énormes efforts pour parler, dépasser sa timidité, cette insupportable frontière entre elle et les autres. Même si les mots lui faisaient défauts, Lehya avait un regard qui exprimait sans peine ce qu'elle voulait dire, et même plus. Ereïne trouvait ces yeux tellement expressifs... Et Lehya, elle avait beau être timide elle était courageuse. La meneuse de loups était certaine qu'au bout d'un moment, elle s'exprimerait sans aucun problème.

- S'il te plaît... ne pleure pas.

Et Lehya posa sa main sur l'épaule d'Ereïne. Pendant quelques instants, elle ne réagit pas. Puis elle leva doucement la tête, écartant ses mains de son visage. Enfin, très lentement, un grand sourire vint éclairer son visage, par delà le voile de larmes.

- Je ne pleurerais pas. Je ne pleurerais plus.

[Très court... sorry]


_______________
Je te suivrai. Partout où j'irais, je verrais si tu es là. Et si tu n'y est pas, je continuerais ma route sans me retourner. Car là ou tu n'est pas, je n'ai pas ma place.
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Ven 8 Oct 2010 - 20:14

La Lupus ne réagit pas. Le coeur battant, Lehya se dit que ça n'avait peut-être pas été une bonne idée. Il se passa quelques secondes de doute pour la rêveuse. Ce geste avait été quasi instinctif, même si elle avait réfléchi un moment avant d'agir. Mais elle ne connaissait pas assez bien Ereïne pour savoir quelle pouvait être sa réaction. Elle savait que elle, dans cette situation, n'aurait pas accepter le soutien d'une presqu'inconnue. Il en était peut-être de même pour la jeune femme aux yeux vairons.

Ereïne ne repoussa pas la main de Lehya. Elle retira par contre ses propres mains de son visage, pour offrir à la jeune Rêveuse un magnifique sourire. La jeune femme aux yeux félins récupéra sa main tout doucement, étonnée par l'attitude de l'autre jeune femme. Les gens souriaient quand on voulait les réconforter. Lehya nota cela mentalement dans un coin de sa tête. Il n'y avait donc pas de soucis, et elle n'eut à faire face qu'à une jeune femme qui souriait.

Cela la rassura, elle.

Elle n'aurait pas été capable de se faire une ennemie, ou du moins, une personne liée à de mauvais souvenirs, de la première personne qu'elle rencontrait dans cette Académie. Elle soupira de soulagement et regarda Ereïne, qui lui disait qu'elle ne pleurerait plus. Lehya savait que c'était faux. Tout le monde pleure, peu importe les raisons. Elle n'eut pas l'envie de lui faire remarquer.

La rêveuse se laissa aller, plaquant son dos contre le mur de pierre derrière elle. Elle ferma les yeux un instant, ne sachant pas quoi demander à la jeune femme à ses côtés. Elle avait un peu peur, désormais, de remuer en elle des souvenirs douloureux. Elle décida de parler de sa propre soeur. Enfin, de sa cousine. Pour elle, les deux revenaient au même. Lehya n'avait qu'une cousine, et il se trouvait que cette cousine avait été abandonnée devant la porte de ses parents, et qu'ainsi, elle s'était retrouvé avec une soeur de son âge, avec trois jours de différence.


- Je n'ai pas... de soeur ou de frère... Enfin, je veux dire... J'ai une cousine... dont je suis très proche... Elle est comme une soeur...

Oui, c'était ça. Comme une soeur. Pas réellement. Lehya essayait pourtant de se convaincre qu'elle était vraiment soeur avec Lieva, même si elle n'était pas du tout semblable à elle. Lehya, ses grands yeux félins, sa chevelure châtain foncée. Lieva, ses magnifiques yeux noisettes, ses longs cheveux blonds. Même par la taille, elle se différenciaient. Lieva était légèrement plus petite que Lehya, qui elle dépassait légèrement la plupart des autres filles. Elles n'étaient donc pas semblables. Mais elles se complétaient. Parfaitement.

- Dis-moi... les professeurs sont... gentils, ici ?

Lehya espérait qu'elle ne regretterait pas les cours donnés par sa mère. Elle l'espérait sincèrement.

avatar

Fer
Messages : 86
Inscription le : 09/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://stoneheart.forumgratuit.org
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Dim 17 Oct 2010 - 16:55

Juste pour le fun... [url=la musique que j'ai écouté en rédigeant ce post]https://www.youtube.com/watch?v=u5xPKwMVXrM[/url]

La Rêveuse s'adossa au mur derrière elle, de toute évidence soulagée qu'Ereïne aille mieux. Sans qu'elle sache, une question vint à l'esprit d'Ereïne. Qu'aurais fait sa mère, cette femme si douce et compréhensive, à sa place ? Elle aurait sans doute prit Lehya dans ses bras, pour la rassurer, pour lui dire que ce n'était rien, qu'il ne fallait pas s'inquiéter pour elle. Ereïne en était incapable. Le contact physique des humains, elle ne pouvait le supporter. Réconforter les gens, les rassurer, était bien trop dur pour elle. Etait-ce parce qu'elle était incapable de se rassurer elle-même ?

Penser à sa mère lui faisait du bien, mais en même temps lui faisait mal. Sa voix douce, son visage, lui avait toujours fait penser à des roses. Comme celles qui poussaient à côté du chalet où elle vivait. Et d'ailleurs, qu'en restait-il de ses roses ? Etaient-elles toutes tombées en cendres lorsque la demeure d'Ereïne avait été incendiée ? Leurs couleurs flamboyaient-elles toujours ? Impossible de savoir.

- Je n'ai pas... de soeur ou de frère... Enfin, je veux dire... J'ai une cousine... dont je suis très proche... Elle est comme une soeur...

Ereïne resta silencieuse, se contentant de plonger les yeux dans ceux de Lehya, y détectant une affection sans borne pour cette cousine. Etait-ce cette Ayane dont la Rêveuse avait murmuré le nom ?

- Dis-moi... les professeurs sont... gentils, ici ?

Ereïne répondit le plus sincèrement possible :

- A vrai dire, ils sont là pour nous enseigner et non pour avoir des attentions à notre égard. Mais oui, dans l'ensemble je dirais qu'ils sont... gentils.

Mais pourquoi avait-elle hésité sur ce dernier mot ? Ereïne s'interrogea pendant quelques instants. La réponse finit par venir, éclatante de vérité. Parce que ce mot, elle l'associait systématiquement à sa défunte mère.

- Et tes parents ?


_______________
Je te suivrai. Partout où j'irais, je verrais si tu es là. Et si tu n'y est pas, je continuerais ma route sans me retourner. Car là ou tu n'est pas, je n'ai pas ma place.
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Jeu 11 Nov 2010 - 14:42

- Et tes parents ?

Lehya regarda Ereïne, son interrogation inscrite dans son regard félin. Comment ça, ses parents ? Est-ce que la jeune femme lui demandait si ses parents étaient gentils ? L'apprentie rêveuse se cala contre le mur et ramena ses jambes vers elle. Elle mordillait sa lèvre inférieure, en pensant à ses parents. Sa mère avait toujours été là, pour la protéger, la rassurer, lui apprendre de nouvelles choses, la réconforter. Quant à son père... Que penser d'une personne si souvent absente ? Bien sûr, ils étaient heureux de se retrouver lorsqu'il rentrait, mais cette absence, n'était-ce pas une façon d'éviter la présence de son étrange fille ?

- Oui... ils sont... gentils.

Lehya baissa la tête. Ce n'était pas vraiment un mensonge qu'elle adressait à la Lupus, plutôt une demi-vérité. Mais elle ne voulait pas parler de ça. Elle ne voulait pas penser à ce manque d'attention dont son père semblait parfois faire preuve. Elle soupira, puis releva la tête.

A cet instant, un élève avec une bague rouge s'approcha des deux jeunes femmes. Il s'accroupit en face de Lehya, de façon à être à sa hauteur, un air curieux sur le visage. Surprise, elle le détaillait, sentant d'une certaine façon qu'il n'était pas méchant. Il avait de beaux cheveux blonds avec des reflets dorés, et des yeux d'un bleu très foncé, presque marine. Le Felixia finit par se relever, en souriant.


- J'aime beaucoup tes yeux. Ils sont plutôt bizarres, mais c'est classe ! A plus !

Il lui adressa un signe de la main, puis continua son chemin. La jeune rêveuse avait rougi, et elle ne parvenait plus à faire un geste, désormais. Il avait franchi sa barrière de protection et elle n'avait pas réagi. Elle finit par se tourner vers Ereïne, encore un peu gênée.

- Toi aussi... t'as des yeux... bizarres. Pas de... la même couleur.

Un sourire se plaça sur le visage de Lehya. Un sourire sincère. Le compliment du garçon lui avait fait plaisir, et ouvert une brèche dans sa carapace. Juste une toute petite fissure, pour l'instant...

avatar

Fer
Messages : 86
Inscription le : 09/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://stoneheart.forumgratuit.org
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Jeu 11 Nov 2010 - 19:24

- Oui... ils sont... gentils.

Ereïne sourit. Au moins, les parents de Lehya étaient encore en vie, eux... Et s'ils étaient gentils, il n'y avait que cela qui comptait. Avoir quelqu'un en ce monde était une chose des plus précieuses... Pourtant, la Rêveuse baissa la tête et soupira. Elle lui cachait quelque chose. Mais après tout, c'était son droit. Chacun avait droit à ses propres secrets, parfois ils étaient même indispensables. Ce n'est pas dans la nature des êtres humains de se montrer au grand jour, de tout dire à ses semblables. L'homme est, par définition, un être menteur et manipulateur, c'est ainsi qu'il survit.

Un blondinet Félixia s'approcha et, sans aucune forme de politesse, s'accroupit devant Lehya pour détailler sans gêne les iris de la Rêveuse. Ereïne faillit intervenir et repousser le garçon, mais elle interrompit le geste qu'elle avait à peine entamé en voyant l'expression de Lehya. Elle était surprise, mais pas véritablement effrayé.


- J'aime beaucoup tes yeux. Ils sont plutôt bizarres, mais c'est classe ! A plus !

Il s'était relevé en souriant, puis s'était éloigné en adressant des signes à Lehya. Laquelle se tourna vers Ereïne, les joues encore un peu rouges.

- Toi aussi... t'as des yeux... bizarres. Pas de... la même couleur.

Ereïne vit avec un certain étonnement les lèvres de Lehya s'étirer en un sourire sincère. Ereïne lui répondit par un autre sourire, avant de se relever.

- Les yeux sont le miroir de l'âme, dit-on. Aussi, si on me décrypte à l'aide de mes yeux, une part de moi est sincère, c'est l'iris qui reste vert. Mais l'autre... l'autre joue à cache-cache, passant du vert au doré. C'est probablement la part de moi à qui il arrive de mentir, de tromper, de dissimuler.

Elle ramena une main sur l'oeil doré, gardant ce sourire plaqué comme un masque sur son visage.

- C'est la nature de chaque être de mentir. Certains ont juste plus souvent besoin de dissimuler la vérité.

Qui lui avait déjà dit cela ? Les souvenirs lui échappaient. Un garçon, qu'elle avait connu il y a longtemps.



_______________
Je te suivrai. Partout où j'irais, je verrais si tu es là. Et si tu n'y est pas, je continuerais ma route sans me retourner. Car là ou tu n'est pas, je n'ai pas ma place.
avatar

Rêveur du Second Cercle
Messages : 74
Inscription le : 18/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   Mar 21 Déc 2010 - 11:28

Ainsi, voilà ce que tu penses, Ereïne. Chaque être ment. Le crois-tu vraiment ? Tant de personnes ne savent pas mentir, tant de gens ne savent même pas formuler des demies-vérités... Et tu penses que chaque être ment ?


Lehya se releva aussi. Elle voulait garder un croisement entre leurs regards. Chacune d'elle se dissimulait, d'une façon ou d'une autre. Chacune d'elle était sauvage, à leurs manières. Et il était évident, que les contacts physiques les répugnaient autant l'une que l'autre. Pourtant, la rêveuse avait touché la Lupus, dans un essai de réconfort. Elle ne s'imaginait pas le refaire. Et pourtant, il le faudrait... Il fallait qu'elle apprenne à s'ouvrir aux autres. Recevoir, pour donner. Elle se colla contre le mur pour ne pas gêner le passage, regardant et admirant encore les élèves qui marchaient triomphalement dans les couloirs comme s'ils leur appartenaient.


- Je ne pense pas... que chaque être... ment. Je pense qu'il existe... des personnes... honnêtes.

Pas comme moi.

Elle regarda Ereïne. Etait-elle, comme Lehya, une personne capable de mentir, de se faire passer pour une autre ? Sans doute ne le saurait-elle pas, si c'était le cas. Elle décida de changer de conversation. Bizarrement, la jeune rêveuse s'intéressait beaucoup aux yeux de la Lupus. Peut-être était-ce dû au fait que cette autre personne semblait pouvoir la comprendre, juste pour ça. Mais, désormais, elle ne souhaitait qu'une chose : se rendre à la Confrérie, et dormir. Après tout, elle avait fait un long voyage, sans cheval, puisqu'elle en avait peur.


- Il faut que... j'y aille, je pense. Je vais essayer... de trouver... la Confrérie. J'espère... te revoir.

Elle lui lança un sourire, puis entreprit de remonter l'escalier. Se frottant au mur, pour ne pas gêner le passage...



[Si ça te dérange que je mette fin au rp, envoie-moi un MP. Et là, possibilité d'édition, n'hésite pas, ça ne me dérange pas.]

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]   



 
La Loyauté, c'est rester soi-même. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'aile principale de l'Académie :: Le rez-de-chaussée :: Les escaliers de l'aile principale-