Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteParfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeDim 11 Juil 2010 - 18:10

Locktar s’éveilla doucement de sa courte nuit. Qu’il se sentait bien dans ce lit douillet aux côtés de sa bien-aimée.

La veille, la colère et la jalousie du guerrier avaient rendus Edel malheureuse. Locktar l’avait regretté et il avait tout fait pour aller discuter avec l’élue de son cœur. Elle lui avait montré qu’elle ne voulait pas lui parler mais le Corbac ne s’était pas arrêté à une simple porte fermée à clé. Il voulait s’excuser, expliquer sa bêtise qui était pourtant relativement inexplicable. Il lui avait parlé et elle lui avait pardonné. Un poids énorme s’était enlevé des épaules du guerrier. Edel l’avait embrassé et il s’était abandonné à cette étreinte chaleureuse et bienfaitrice. Ensuite tout s’était accéléré. Ils s’étaient dirigés vers la chambre d’Edel et ils s’étaient abandonné à des sentiments charnels. Ils avaient passé une nuit magique. Inoubliable. Une nuit qui restera gravée dans l’esprit de Locktar, comme dans du roc. Le Corbac en avait bien entendu oublié son tour de garde. Entre assurer la sécurité de l’académie et passer une nuit dans le lit de sa belle, le guerrier n’avait pas hésité une seule seconde. Il avait choisit de surveiller l’académie mais Edel l’a enfermé dans sa chambre. Heureusement qu’il avait passé la nuit dans les bras de la première gardienne, sinon il aurait certainement été renvoyé pour cause de « coucherie pendant les heures de travail ».

Deux pieds froids se rapprochèrent de la jambe de Locktar, Edel était donc réveillée elle aussi. Mais comment ça froids ? Le Corbac ne ressentait pas la fraicheur du jour naissant. Avait-il tiré les couvertures vers lui pendant son sommeil ? C’était certainement le cas, il avait donc privé inconsciemment l’élue de son cœur de la chaleur des couvertures. D’un geste, il renvoya une partie des draps vers Edel et il se retourna par la même occasion, faisant ainsi face à celle qu’il aimait.

- Bonjour ma beauté, tu as bien dormit ?

Locktar respirait la joie. La veille, le malheur s’était emparé de lui par sa faute en plus. Heureusement, Edel avait réussit à repousser ce malheur bien loin désormais. L’altercation de la veille n’était vieille que de quelques heures seulement et pourtant, aux yeux de Locktar, elle était oubliée et il avait vraiment l’impression qu’elle s’était déroulée plusieurs jours auparavant.

Ils n'avaient pas dormit bien longtemps. Deux heures, trois peut-être mais pas plus que quatre. C'était peu mais pourtant Locktar n'était pas du tout fatigué. Au contraire, il était même plutôt en pleine forme. Il ne fallait pas beaucoup de sommeil finalement. Il suffisait de s'endormir dans la joie et la sérénité pour se réveiller en grande forme, prêt à attaquer une nouvelle journée. Mais pas tout de suite. Cette journée, il voulait qu'elle dure longtemps, que le temps s'arrête pour qu'il puisse profiter de ce moment de tendresse avec Edel. Une éternité serait trop courte. Il devait profiter de chaque instant avec celle qu'il aimait. La vie était trop courte.

Il embrassa tendrement sa belle.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeLun 12 Juil 2010 - 13:34

Un léger courant d’air étant venu lui titiller les jambes, Edel se réveilla un peu contre son gré. Ses yeux s’ouvrant doucement, elle se tourna paresseusement vers la porte fenêtre sur sa gauche, resté entre ouverte toute la nuit. Le léger souffle du vent matinal levait paisiblement le rideau fin pas tout à fait tiré, ce qui laissait passer dans la chambre les premières lueurs du jour.

Un instant ses yeux crurent voir une partie du décors de sa chambre, chez elle, loin là-bas, dans le sud… mais très vite l’illusion se dissipa sans résistance, un frisson l’attaquant aux pieds et remontant à une vitesse folle sur tout le reste de son corps dénudé.


Rétractant immédiatement ses jambes à la recherche du reste de la couverture et des draps, la jeune femme encore somnolente se retourna nonchalamment dans son lit, trouvant bien mieux que le reste des draps finalement: d’autres jambes bien couvertes elles, et donc bien au chaud.

Locktar dormait encore, mais tant pis. Il était tellement loin de toute façon … ce n’était pas une situation possible ça. Et puis il ne fit que remuer légèrement ses jambes au contacte froid de ses pieds. C’était bien la preuve que ça ne le dérangeait pas dans son sommeil… Edel le serra doucement contre elle, comme pour le remercier de ne pas broncher d’avantage au contact froid de ses pieds, avant de finalement se contenter d’enlacer l’un des bras de son aimé uniquement.
Elle croyait comprendre, dans la disposition actuelle des choses, qu’il lui tournait partiellement le dos. Le bras c’était mieux que rien, pourvu qu’il ne la repousse pas, elle serait forcée de se lever autrement, or elle aurait bien voulu somnoler encore un peu et profiter de sa présence, de ses bras et de sa douceur.


C’était sûr et certain à présent, le « Pourvoyeur d’Etoiles » s’était totalement emparé de son cœur, de son esprit et de son corps. Elle était amoureuse… follement amoureuse, totalement amoureuse, complètement amoureuse et… avait-elle dit qu’elle était amoureuse ? Et pourquoi dormait-il encore ? Elle aurait pu lui dire tout ça et puis il aurait put accepter son câlin également et la prendre dans ses bras encore une foi, comme il le faisait si bien et là, fini les courant d’air gênant et les pieds froid.

Un autre courant d’air frais justement, lui happa le haut du dos et elle se blotti doucement contre l’amour de son cœur. Elle se sentit sourire en pensant à nouveau au surnom qu’elle venait de lui donner et décida que c’était fort proche de la réalité en effet « pourvoyeur d’étoile ». Il lui semblait même que des étoiles, elle en avait encore plein les yeux.

Edel déposa un baiser sur le bras de son aimé et ferma de nouveau les yeux, une paix immense dans l’âme.
Elle avait tellement de chance… et il était tellement beau et tellement affectueux et tellement… tout ! Peut-être même aussi amoureux qu’elle aussi.

Locktar bougea prêt d’elle et se retourna pour lui faire face, les yeux ouvert il lui sourit, tout à fait éveillé.
Edel sourit à nouveau à la question du guerrier, contemplant le plus beau regard noisette qu’elle avait vu de sa vie. Ne répondant rien d’autre, elle posa sa tête tout contre lui en ramenant la couverture vers elle, et glissant affectueusement ses doigts dans la main du guerrier.
Elle qui voulait encore somnoler un peu, c’était ratée. Toutes ses réflexions engendrées par l’ivresse de ses sentiments… se rendormir, ce n’était plus possible. Elle soupira et s’empêcha de penser à sa journée. C’était encore le moment d’être totalement amoureuse, il fallait profiter de ce temps. Durant tout le reste de la journée elle devrait se battre pour ne pas être dissipée par… ses joues s’enflammèrent et elle détourna sa pensé immédiatement, par bon nombre de choses. Et puis Locktar était encore là, avec elle.


Caressant doucement la main de son aimé, Edel se dit qu’elle n’aurait jamais cru qu’aimer quelqu’un pouvait être aussi... grand, intense et incroyable. Face à ce qu’elle ressentait pour lui, elle se dit également qu’elle n’était jamais vraiment tombé amoureuse finalement. Et en conclu par la même occasion, qu’elle était faite à présent, sans plus aucun doute permis. Tout ce qu’elle voyait de lui était beau ou au pire acceptable, il lui semblait qu’il lui avait jeté de la poussière d’étoile dans les yeux et qu’elle n’était absolument plus capable de le regarder objectivement. Une réalité à la foi séduisante et douteuse. Séduisante car en effet Locktar avait toutes les qualités qu’elle lui voyait mais douteuse, car il lui semblait d’être sous l’emprise d’une sorte d’envoûtement.
Pourvu qu’il ne l’ait pas rendu aveugle cet amour. Locktar prenait tellement de place de son cœur à présent, que cela en devenait presque effrayant. Peut-être était-ce imprudent d’aimer quelqu’un aussi fort ?


Perdue dans ses pensés Edel espérait que ça ne soit pas le cas. Elle se sentait tellement bien avec lui et tellement… heureuse et plein d’autres chose de plus merveilleux encore. Ça ne pouvait pas être imprudent que d’éprouver tout cela, non ?


_J’ai très bien dormi – chuchota-t-elle enfin en acceptant son baiser, avant de lui sourire encore – mais je ne suis pas surprise, après tout tu es bien mon homme préféré, non ?

Elle rit et l’embrassa à nouveau amoureusement.
Son cœur allait surement quitter sa poitrine pour déménager tout contre celui de Locktar, tant il semblait se tendre vers lui. C’était la suite inévitable des choses, il ne tenait plus en place quand ce dernier était là. Qu’il aille s’installer, pensa-t-elle amusée, elle ne le retiendrait pas si il avait besoin de ça pour pouvoir continuer à vivre normalement.

Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeLun 12 Juil 2010 - 20:33

C'était impensable d'imaginer qu'à l'extérieur des appartements d'Edel, la vie continuait. Les élèves passaient dans les couloirs pour rejoindre leur salle de cours, les gardes patrouillaient dans l'académie et les domestiques vacquaient à leurs occupations. Pourtant, dans la chambre de la première gardienne, le temps semblait avoir stoppé son cours. Moment de tendresse, d'intimité c'est tellement bien quand shawna est pas là . Pendant plus de dix ans, Locktar n'avait vécu que pour la guerre. L'idée de vengeance lui pourissait l'âme. Il avait délaissé Esméoria, fuyant lâchement la ville qui avait vu tomber son frère. Qu'avait-il espérer en quittant Al-Jeit? Devenir le plus grand combattant de tout Gwendalavir..... Ah ça oui, il s'était amélioré pendant son voyage. Il avait reçu l'enseignement de nombreux maîtres d'armes, le contraire aurait été bien surprenant. Mais il avait payé cette nouvelle puissance au prix fort. L'assassin de son frère avait récidivé et Esméoria avait rejoint ses ancêtres. Les combats avaient pris trop de place dans le coeur de Locktar, il ne pouvait plus aimer. Elicia avait bien tenté de ravir son coeur d'éloigner les spectres qui entouraient son âme mais elle n'avait pas réussit. Le couple s'était logiquement séparé. Finalement, ça n'avait pas été un mal, Elicia n'aurait pas à souffrir des erreurs de Locktar. Et voilà qu'il s'était retrouvé face à face avec la personne qui le tourmentait depuis tant d'années. Rigden Trisk, l'assassin de son frère et d'Esméoria. Sa mort avait libéré Locktar. C'était pour cela qu'il était retourné à Al-Jeit. Revoir la ville qu'il avait fuit suite au meurtre de Roltorian. Et c'est là-bas qu'il avait rencontré Edel. La boucle était bouclée. Un véritable signe! Avait-il envoyé par son frère pour signifier que le guerrier n'avait plus à se soucier du passé? C'était vers l'avenir qu'il devait regarder. Et cet avenir, c'était Edel. Depuis qu'il connaissait la jeune noble, la joie l'avait rarement quitté. une seule fois, en fait et c'était la veille ^^ . Dix ans passés dans les ténèbres de la vengeance et maintenant, c'était une renaissance. Un nouveau départ dans la vie.

Locktar repensait parfois à la phrase que Julia lui avait dit le lendemain de la bataille qui avait secouée l'académie. "Si tu as survécu, c'est peut-être pour te sacrifier plus tard". Oh non, ce n'était pas pour cela. Le guerrier le savait maintenant. S'il avait survécu, c'était pour avoir lui aussi droit au bonheur d'aimer et d'être aimer. Il n'était plus question de se sacrifier désormais. Sa vie était devenu précieuse à ses yeux. Avant, il se moquait bien de tomber au combat. Il attendait même la mort de pieds fermes pour retrouver son frère et s'excuser de l'avoir laissé tomber. Il avait voulu mourir plusieurs fois. Il n'avait pas compris pourquoi il n'avait pas eu le droit au repos éternel lors de l'attaque des Raïs. Tant d'innoçents avaient été tué, pourquoi pas lui? Mais aujourd'hui, il ne voulait plus mourir. Il avait goûté au bonheur avec Edel. Il ne voulait pas la perdre. Sa mort procurerait tellement de tristesse et de malheur à Edel qu'il n'avait pas le droit de se laisser mourir. Il devait vivre désormais. Un seul sacrifice était possible maintenant à ses yeux: mourir en sauvant Edel. Il perdrait la vie mais il permettrait à celle qu'il aimait de continuer sa vie. Si une telle chose devait arriver, c'est avec le sourire qu'il accueillerait la mort. Se sacrifier pour l'élue de son coeur, c'était un beau geste finalement.

Cela faisait plusieurs mois que Locktar cotoyait Edel et il se rendait compte qu'il ne la connaissait pas beaucoup. Il connaissait l'histoire des Hil'Meredrine. Edel lui avait expliqué toutes les facettes de la malédiction qu'elle portait à la main gauche. Mais elle n'avait pas parlé d'elle-même. Après tout, s'il était son "homme préféré", il fallait qu'il la connaisse un peu plus.

- Parle moi de toi, de ta vie. J'ai envie de tout connaître sur ce que tu as traversé depuis que tu es toute petite. Tu n'as jamais parlé de toi. J'en connais plus sur tes ancêtres et sur ton père que sur toi-même. Expliques-moi tout. Nous avons le temps après tout. Je me sens tellement bien au fond de ce lit à tes côtés que je n'ai pas envie de le quitter pour le moment.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeMar 13 Juil 2010 - 17:03

Edel sourit. Elle aussi elle ne voulait pas partir d’ici avant un bon moment.
Tant de choses l’attendaient, elle ne voulait même pas y penser et préférait demeurer ainsi, dans le calme et la quiétude avec Locktar.
Que dire sur elle-même ? Il était vrai que finalement il ne savait pas beaucoup de chose à son sujet et que pareillement, elle n’en savait pas d’avantage sur lui. Mais par où commencer ?
Edel s’éloigna un peu et posa sa tête sur son oreille, les yeux rivés sur le plafond.

_Je dirait que peut-être… - elle réfléchi un moment – je fait avant toute chose, parti d’un tout. –silence – Il y a une part de moi en chacun des membres de ma famille. - Que dire d’autre ? – nouveau silence, plus long. Par où commencer ? Quelque chose de facile… cherchons – J’ai eu mon premier sabre à six ans – elle sourit. Pourquoi son sabre en premier ? – Un vrai. Avec la lame la plus émoussée du monde sans doute. Mais un vrai. J’étais toute fière, je me souviens encore à quel point. La première arme, c’est extrêmement important… - peut-être dire quelque chose sur son entourage immédiat ? – J’ai… j’avais jusqu’à il y a quelques mois, une gouvernante. Hélène. Une seconde mère, mais plus présente et envahissante que la première. Elle me suivait partout, me réprimandait tout le temps et livrait selon elle, un grand combat chaque jour. Celui de faire que mon comportement ne sombre pas dans l’imitation de mes frères, dont la plupart sont fort dévergondés. – silence – Je suis la seule fille. - silence – Mes frères, c’est toute ma vie. Ils ont toujours été là, tout le temps.
Du plus vieux au plus jeune, cela donne : Léopold jumeau de Solivan, Guylain, Aldric jumeau de Ephrem, moi, Audric, les triplets Léandre, Médéric et Primaël, et enfin le dernier Loric, quatorze ans. – silence – C’est sa sœur jumelle dont je t’ai parlé la dernière foi. Audric et lui ont tout deux perdu leur double, bien que le cas de Léonie ai une dimension beaucoup plus dramatique, dans le sens où elle a quand même vécue cinq année avec nous. – silence - Mais tu veux que je te parle de moi, pas d’eux. – court silence – Mon père me dit toujours que je suis un bon élément. Je suis assidue aux leçons et appliquée au combat à une seule condition : que je ne sois pas avec mes frères. Il dit toujours qu’ils ont une influence douteuse sur moi. Ce qui est totalement faux ! Mais… - elle sourit en voyant leur visage à chacun – quand ils sont là… c’est… tout est tellement différent. Alors ma concentration s’en trouve légèrement effritée. – silence durant lequel elle se sentit sourire jusqu’aux oreilles – Non. En vérité ils s’arrangent toujours pour me dissiper le plus possible. Et cela fonctionne à chaque foi. Ils adorent entendre Hélène s’égosiller après moi, à cause d’eux, ça les fait rire. Je suis la seule à avoir un chaperon et ils ne manquent jamais de se moquer. Père aurait pourtant voulu les faire surveiller eux aussi, mais il n’est jamais parvenu à cela. En vérité, Hélène a été destituée de sa tâche il y a fort longtemps déjà mais elle n’a pas voulu nous quitter et bien qu’elle soit sévère parfois, nous la portions tous dans notre cœur. Elle est donc demeuré dans mon entourage, mais elle n’a jamais sut contrôler ses vieilles habitudes envers moi.

Edel s’arrêta de parler, le regard légèrement humide. Il lui aura fallu l’intervention de la mort en personne pour que cette femme ne concède malgré elle, à la laisser poursuivre son chemin, seule.

_Je n’ai même pas pu lui offrir une quelconque sépulture. – murmura – t –
elle le cœur lourd –
son corps gît quelque part dans une de ces ruelles sombre dans lesquelles nous nous sommes rencontré la première foi. Elle s’est éteinte peu avant d’ailleurs. Je ne pensais pas un seul instant qu’elle pouvait y rester, pourtant elle n’a jamais sut se battre, mais elle a été la dernière à mes côtés ce soir là.


La jeune femme cligna des yeux et dirigea son regard ailleurs que sur le plafond où toutes les images de ce soir là s’étaient reconstituées une à une.

_Je ne sais quoi ajouter. Demande moi ce que tu veux savoir, je le dirais.

Se tournant vers lui elle se blotti à nouveau dans ses bras avant de l’embrasser. Elle n’aurait su dire si il y avait preuve d’amour plus grand que ce qu’elle lui offrait en cet instant. Mais il ne s’en rendait certainement pas compte.
Elle se disposait à répondre à toutes les questions qu’il pouvait avoir, sur
l’un des plus grands secrets de l’empire. Mais il était quelqu’un de sûr,
elle ne mettrait pas les siens en danger en lui parlant ainsi et puis ils
parlaient tout bas. Personne ne pouvait entendre.


Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeMar 13 Juil 2010 - 22:28

En écoutant le discours d'Edel, Locktar s'était d'abord imaginé l'enfance heureuse d'une princesse. Une jeune noble chouchouté par son père et par ses frères. L'avantage d'être la seule fille d'une grande fraterie. Edel avait connu les avantages de la noblesse. L'argent et le respect. Un sabre dès l'âge de 6 ans et une gouvernante pour elle seule. Ah ça oui, la jeune fille avait certainement passé une enfance heureuse au milieu de tous ses frères. Pourtant Edel avait elle aussi connu la tristesse de la perte d'un proche. Face à la mort, tout le monde était égaux. Riche comme pauvre, puissant comme faible. D'ailleurs, la jeune noble avait plus durement frappé que Locktar. Perdre un frère et une soeur, c'était déjà une épreuve difficile à surmonter, mais quand la mort frappait dans la plus tendre enfance, c'était horrible. Le Corbac ne savait pas comment il aurait réagit s'il avait perdu son frère à l'âge de 5 ans. Déjà qu'il avait commis des actes sans réfléchir alors que son frère avait été tué à l'âge de 21 ans.

Quand il était jeune, Locktar avait bien souvent rêvé d'une vie de noble. Il voyait ses hommes et ses femmes passés devant lui sur leur magnifique monture. C'était une vie magique pour un jeune enfant de soldat qui devait travailler pour pouvoir se faire plaisir. Mais finalement, la vie de rêve qu'il s'était imaginé n'existait certainement pas. Lui, il avait été très heureux en fin de compte. Il s'amusait avec son frère, organisait des duels à l'épée de bois avec ses amis de la ville, chippait les lourdes lames que son père entreposait fièrement sur le mur de son bureau. Locktar n'avait pas connu la richesse, mais il n'avait jamais été malheureux. Aucun de ses proches n'était mort avant qu'il n'ait atteint l'âge de 18 ans. Son enfance n'avait pas été tâché par ces tristes évèvenements. Et puis finalement, même s'il n'était que le fils d'un simple soldat, il n'avait pas râté sa vie. Ce qu'il avait voulu, il l'avait fait et sans connaître vraiment l'échec.

Puis Edel parla de sa gouvernante, une femme qui avait énormément compté dans la vie de la première gardienne. Elle en parlait plus que sa vraie mère. D'ailleurs, la vraie mère d'Edel, que lui était-il arrivée? Etait-elle morte? Ou alors, Edel la détestait-elle trop pour ne pas parler d'elle? Locktar savait juste qu'elle était moins présente et moins envahissante que la dénommée Hélène. Une dénommée Hélène qui...... Quoi!!!! Elle n'avait plus lui offrir une sépulture digne de ce nom? Une nouvelle mort à déplorer auprès d'Edel. Peu de temps avant sa rencontre avec Locktar........ Tuée par des mercenaires...... Le guerrier comprenait maintenant la réaction de la jeune noble sans mal. Elle avait tenté de le tuer, croyant qu'il faisait partit des assassins qui la poursuivaient. Edel était courageuse, très courageuse. Plus que Locktar, c'était évident. Laisser ainsi le corps d'un être cher, c'était un grand acte de courage. Locktar, lui, se serait battu pour rester aux côtés du corps, mourir à ses côtés s'il le fallait. Non, ce n'était pas du courage, c'était de la folie. De la folie pure et dure.

_Je ne sais quoi ajouter. Demande moi ce que tu veux savoir, je le dirais.

Oh oui, il avait d'autres questions, des dizaines même. Mais il ne savait pas s'il devait les poser. Il ne voulait mettre Edel mal à l'aise ou déclencher une nouvelle dispute . Après tout, elle avait dit qu'il pouvait demander n'importe quoi.

- Pourquoi tu ne parles jamais de ta mère biologique? Je me rends compte qu'Hélène a agit comme ta mère de coeur, mais j'aimerais connaître les raisons de cette absence de détails sur ta mère?

Silence. La question qu'il voulait poser avait déjà été la base d'une dispute. Il devait se lancer pourtant, libérer son coeur de cette question.

- J'aimerais aussi savoir pourquoi tu as accordé ta confiance aussi vite à Shawna. Depuis que je te connais, tu t'es montré très prudente. Aussi bien avec les gens de cette académie en te présentant sous un faux nom qu'avec moi. La seule personne avec qui tu n'as pas fait acte de cette prudence, c'est avec Shawna. Pourquoi? Tu la connais depuis longtemps? Avant que je vienne t'aider à Al-Poll, elle t'a dit quelques choses qui t'a rassuré?

Peut-être que son jugement vis-à-vis de la jeune itinérante serait différent s'il connaissait les raisons d'Edel.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeJeu 15 Juil 2010 - 16:07

Edel soupira doucement. Pourquoi elle ne parlait jamais de sa vraie mère ? Elle ne parlait jamais de sa mère ? C’était peut-être vrai en effet. Il n’y avait que peu de choses à dire, mais il était vrai que Locktar ne connaissait absolument pas la personne. Il y aurait alors peut-être beaucoup plus de chose à dire qu’il ne lui semblait en cet instant sûrement.

_Ma mère a toujours été un peu absente, majoritairement à cause de ses grossesses à répétition. Le nombre d’accouchements ajouté aux enfants qu’elle a perdu, l’ont fortement épuisée, tant dans son corps que dans son âme. – silence alors qu’elle voyait devant elle son sourire pourtant tellement paisible parfois – Elle a la santé fragile et pourtant elle demeure tellement forte. Certain rêveurs la donnaient toujours pour morte à chaque foi. Mais comme père aime bien le dire souvent, elle a toujours sut se relever. – que dire d’autres ? – Je n’ai pas eu beaucoup de contacte avec elle.
Les dames ne s’occupent pas elles-mêmes de leurs enfants et d’ailleurs comme je viens de le dire, elle aurait eut beaucoup de mal. – silence – Elle doit souvent resté alitée, mais elle aime bien parfois venir nous visiter chez nous, dans nos appartements. Mais père n’aime pas quand elle fait cela. La demeure est grande et elle veut toujours nous voir tous à la foi. Cela la fait marcher plus qu’elle ne devrait. – Edel posa ses mains l’une sur l’autre et replongea son regard dans la contemplations du plafond – Elle est d’avantage présente pour mon père que pour nous vraiment.
Il fut un temps où elle était de toutes ses réunions, même les assemblées les plus importantes. Mais ces dernières années son corps s’est d’avantage affaiblis et elle ne peut plus vraiment faire le déplacement qui l’indispose. L’idée même qu’elle doivent rester assise plusieurs heures comme autre foi, l’épuise. – silence, Edel chercha autre chose à ajouter – Malgré cette absence, elle nous a toujours tous aimé. Même si c’est un peu notre faute qu’elle soit aujourd’hui dans cet état. Un jour que je lui disais cela, elle m’a répondu « ce n’est pas de vous avoir eu aussi nombreux qui me fait du mal aujourd’hui, mais bien le fait de ne pas avoir été capable de vous faire vivre tous. » Son corps n’a cependant pas toujours été empli de faiblesse.
Cela a commencé avec la naissance d’Audric et son jumeau qui n’a pas survécu. Selon Hélène le travail avait été interminable et plus que difficile. Elle ne s’est jamais vraiment remise, son corps aussi. A la suite de cela, quatre ans après elle mit au monde les triplets, après une grossesse difficile mais un accouchement sans incident. Enfin, pour Loric et Léonie elle ne devait plus du tout se lever ou quitter sa chambre, mais tous s’est passé pour le mieux bien heureusement. – silence – quand on la voit c’est assez étrange quelque fois, surtout quand elle se met debout auprès de père pour accueillir certains de nos alliés qui font le déplacement pour nous visiter parfois. Si l’on ne sait pas tout cela d’elle, cela ne se verrait pas à ce genre d’occasions. Tout cela ne parait pas. Il n’y a que son absence qui murmure que certainement mère ne va pas très bien. – long Silence – Que dire de plus ? C’est une personne qui pourrait être le calme incarné. Elle ne parle guère aussi, ou alors toujours tout bas. Si un jour tu rencontres Loric, car tu as d’avantage de chance de le rencontrer lui, que ma mère elle-même, tu comprendras de quoi je parle. Je pense qu’il est celui qui lui ressemble le plus de ce côté là, parfois s’en est même incroyable. Surtout dans les sourires.

Edel se tut et laissa toutes ses images défiler devant elle. Elle aimerait tellement être là-bas prêt d’eux. Heureusement Locktar était son repère ici. Elle lui prit à nouveau la main avant de se rapprocher de lui. Locktar serait bien parmi les siens si ils arrivaient à s’accepter. Il ne ferait pas tâche ou objet de critique pouvant ternir l’image de leur nom. Il était parfait de toute façon, aucunes raisons pour qu’on ne l’apprécie pas là-bas. Hormis le fait qu’il n’était ni natif de leur domaine, ni dans les secrets d’un quelconque grand seigneur de confiance absolu. Solivan n’aimerait pas ça lui en tout cas c’était certain. Mais tant pis pour lui.

Déposant un baiser dans le coup de son aimé, la jeune femme écouta le guerrier poursuivre son interrogatoire. Elle sourit.


_Non, je ne la connaissais pas depuis longtemps. Avant qu’elle ne vienne te chercher – répondit-elle en posant sa mains sur son torse – Nous avons eut toute deux une fuite en commun. J’ai sympathisé immédiatement avec elle et je crois bien lui avoir sauvé la vie plusieurs fois juste avant cela. – silence – Au début elle s’est interposée, parce que tu l’as vu elle a un tempérament de feu et je pense qu’elle n’a pas vraiment compris ce qui était en train de se passer. Je ne voulais pas qu’elle se retrouve mêlé à ça, mais trop tard, elle avait énervé Meryndre. La suite de l’histoire tu la connais, je lui ai parlé de toi et donné le point de rendez-vous. – silence en se souvenant de tout cela. Ils étaient passé prêt ce jour là – Mais surtout… beaucoup de ce qu’elle est, me fait penser à Audric. Mon plus proche cadet et aussi le frère avec qui je me sens également la plus proche.


Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeLun 19 Juil 2010 - 22:17

Ce n'était donc pas pour une mésentente entre Edel et sa mère que la jeune noble ne parlait pas de sa génitrice. Au contraire, Locktar sentait une pointe de reconnaissance et de fierté dans la voix de sa bien-aimée. La mère d'Edel était une femme forte moralement. Elle avait sacrifié sa santé pour offrir aux Hil'Meredrine des héritiers et des héritières. Pour une mère, ses enfants sont ce qui comptent le plus au monde. Pourtant, la mère d'Edel ne pouvait voir ses enfants bien longtemps. Elle était affaiblit et pourtant elle restait si forte. De nombreuses mères avaient mis fin à leurs jours pour ne pas vivre sans voir leurs progénitures. La mère d'Edel était une femme très courageuse car, même souffrante, elle continuait à jouer son rôle de maîtresse de maison. Elle se montrait toujours présente lors des visites d'invités prestigieux que son mari recevait dans sa demeure. C'était une vraie preuve de courage. Elle était une véritable héroïne.

Locktar tiqua un peu en apprenant que l'un des frères d'Edel ressemblait beaucoup à Shawna. Le guerrier espérait vraiment qu'il avait un peu plus de bon sens et qu'il laisserait plus d'intimités au couple. Locktar comptait bien aller rendre visite à la famille d'Edel. C'était logique après tout, puisqu'il voulait vivre aux côtés d'Edel. Mais il y avait une autre raison. Le Corbac voyait bien la réaction de la première gardienne quand elle parlait de sa famille et de son passé. Ses yeux se perdaient dans le vague. Elle n'était pas de ceux qui avaient tiré un trait sur leur passé. Elle voulait retourné chez elle et revoir cette famille qu'elle aimait tant. Locktar n'avait pas tiré un trait sur son passé, mais il s'était détaché de sa famille. Son voyage avait duré un peu moins d'une dizaine d'années. Jamais il n'aurait pu le faire s'il avait gardé une attache profonde avec ses parents. Il les aimait bien sûr. Retourner à Al-Jeit avait été un pur bonheur pour lui mais il avait remarqué qu'il n'était plus le même homme. Ses parents avaient continué leur vie sans lui et lui, il avait vécu sans eux. Après les embrassades et les questions habituelles après une longue absence ("Comment tu vas? Qu'est ce que tu deviens? etc.....), il y avait eu un grand silence. Ils n'avaient plus grand chose à ce dire. C'était ainsi, ils faisaient partit de la même famille mais ils suivaient deux voies différentes.

- Ta famille me plaît avant même que je l'ai rencontré. Il me tarde de voir le jour où nous irons les voir. Car oui, je compte bien faire le voyage jusqu'à ta demeure. Je sais que je forcerais un grand mystère mais je ne veux pas passer une vie à tes côtés sans rencontrer ta si grande famille. En plus, je sais que tu n'attends que le jour où tu reposeras les pieds dans le foyer qui t'a vu grandir.

Il mentait un peu. Si cet Audric ressemblait à Shawna, il redoutait de le rencontrer. Il allait peut être très bien s'entendre avec lui. Après tout, peut être que le frère d'Edel ne rassemblait que les qualités de Shawna et que les défauts de l'itinérante ne faisaient pas partit du caractère d'Audric.

[C'est un peu court, si ça te plait pas, envoie-moi un MP, je supprimerais mon post et je te laisserais éditer le tien]


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeMar 20 Juil 2010 - 15:16

Edel le regarda tendrement. Comment savait-il qu’elle avait hâte de rentrer chez elle ? Il était tellement surprenant et si merveilleux. Elle l’embrassa avant de se redresser.
Oui elle espérait bien que lui et sa famille, s’entendraient bien mais l’idée d’emmener Locktar chez les siens... ne l’avait même pas traversé l’esprit.

Père n’approuverait pas, mère en serait fort contrariée, Audric offusqué, Guylain hors de lui et les jumeaux aîné de la famille, indignés. Quand à Loric et les autres, ils se mureraient dans un silence terrible. Ils rentreraient tous à la demeure où qu’ils puissent être en cet instant et un conseil serait certainement voté, lorsque que les deux autres maisons, habitées par les oncles et cousins seraient mis au courant. Locktar serait mis en isolement, alors que la nature de son geste à elle serait jugée par le Conseil. Amener un étranger sans consultation sur le territoire familial, était acte qualifié de haute trahison. Elle serait sûrement bannie ou bien exécutée, Locktar également ; personne ne pouvant parer à cette sanction plus que légitime, ni sa mère, ni aucun de ses frères ou bien même son père lui-même.
Les sentiments n’entraient pas en ligne de compte pour ce genre de trahison et elle connaissait le règlement.

Elle devait s’entretenir avec Audric, lui écrire pour Locktar. Ensuite peut-être, elle écrirait à père. Mais ce serait le dernier acte.


_Et bien… nous en reparlerons bien plus tard de tout cela. – dit-elle seulement – profitons déjà de ces moments que nous avons tous les deux. La famille viendra bien après.

Ou alors, puisse-t-il peut-être oublier ce détaille ? Le moment était encore loin, mais peut-être valait mieux – t – il qu’il ne vienne jamais ?

Se tournant vers Locktar, elle l’observa un moment. Peut-être n’aurait-elle pas dû tomber amoureuse de lui à l’origine même… non, ça c’était un fait certain, elle n’aurait pas dû ; mais l’amour ne prévient pas. Elle ne savait même pas qui il était vraiment, d’où il venait, si il était vrai avec elle ou bien si elle devait se méfier.

_Et toi qui es-tu Locktar ? Tu ne parles jamais des siens ou bien rarement.

Le fait qu’elle aime Locktar alourdirait la sentence sûrement. Elle serait l’élément faible de la famille, un danger pour tous les autres et les dangers, la famille avait l’habitude ancestrale de s’en débarrasser bien vite.

Edel détourna son regard, pour que le guerrier n’aperçoive pas le trouble qui s’était installé dans son regard.

Peut-être aussi, ne devrait-elle jamais rentrer chez les siens ? Pour leur sécurité. Locktar pouvait être sans histoire et honorable en bien des points, mais ses connaissances… ses anciens ennemis…

_ Tu étais dans l’armée ai-je pu comprendre, - poursuivit-elle - un bien noble engagement mais pourquoi déjà en es-tu parti ? Étais-tu lassé ? Ou bien peut-être… l’as-tu fais pour… quelqu’un ?

Fait bien plausible. Léopold avait bien déposé son sabre dans la Salle Eternelle pour sa femme, et certains de ses oncles également. Cette question lui permettait aussi de savoir d’avantage le genre d’homme que Locktar pouvait être.
Volage ou bien engagé, au point de renoncer à ce qui lui avait semblé comprendre être, une coutume familiale. Elle saurait également si elle devait s’inquiéter d’une quelconque demoiselle, passé avant elle et ayant la capacité de le ravir à son cœur pour toujours.


Elle s’allongea à nouveau, le regard perdu dans ses pensés, attendant la réponse à
ses questions, la tête appuyé sur la main de son bras replié.
Elle avait intérêt à ne pas se tromper sur lui. Elle avait intérêt à qu’il ne la mente sur aucun point de sa vie. De toute façon si elle se trompait, elle n’aurait pas à attendre le rassemblement d’un conseil au sujet tout cela, pour entendre retentir la sentence à son sujet.
Elle ne souffrirait jamais d’avoir mis les siens en danger et attendre ce jour pour que justice soit faite, serait bien trop long. Elle se chargerait elle-même de réparer son erreur, si il devait y en avoir une et ce bien avant que qui ce soit mis au courant.


Affectueusement elle glissa les doigts dans la main de son aimé, la serrant comme pour se rassurer, avant de venir à nouveau chercher le réconfort de ses bras, respirant calmement le parfum si apaisant de sa peau.
Il était tellement loin de tout cela lui…

Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeMer 21 Juil 2010 - 0:16

Edel avait semblé réticente quand Locktar avait proposé de retourner voir sa famille. Où était donc le problème? Avait-elle honte de lui? Après tout, ça pouvait être le cas. Il n'était pas un noble. Sa famille était absente des légendes, aucun héros ne s'appelait Guidjek. C'était donc logique qu'elle puisse avoir honte de l'amour qu'elle lui portait. Elle avait dit qu'ils en reparleraient plus tard. Locktar n'ajouta rien mais il gardait l'idée de la conduire jusqu'à la demeure des Hil'Meredrine et de camper plus loin pendant qu'Edel retrouverait ses frères et ses parents. Il aimerait bien rencontrer la grande famille d'Edel mais il était prêt à s'effacer pour ne pas mettre celle qu'il aime dans l'embarras.

La première gardienne changea alors de sujet de discussion. C'était au tour de Locktar de raconter son parcours désormais. Le guerrier s'y était attendu. Edel ne connaissait pas grand chose de la vie passée du Corbac.

- Qui je suis? C'est vrai que je n'aime pas trop parlé de moi, je ne sais pas si c'est un défaut ou une qualité mais c'est ainsi. Pour toi, par contre, je vais tout t'avouer.

Il marqua un temps d'arrêt. Par où commencer? Répondre à sa première question ou débuter son histoire par son enfance? C'était mieux de débuter par l'enfance. C'était par ordre chronologique après tout.

- Pour commencer, quand je parle de mon passé, j'ai l'habitude de dire que ma vie est composée de plusieurs tranches de vies différentes. Quand j'étais enfant, je n'ai jamais été malheureux, même si mes parents n'étaient pas bien riches. Je passais de nombreuses heures à jouer avec mon grand frère. On rendait nos parents assez fou parfois. Mon père était peu présent à la maison à cause de son travail de soldat. Mais quand il était là, c'était toujours lui qui venait nous coucher. Il aimait nous raconter l'histoire de notre famille, la légende des Guidjek comme il disait souvent. Tous ces récits de grandes batailles me faisaient rêvés. Je m'imaginais dans tous les rôles de mes ancêtres. A l'âge de 8 ans, il m'arrivait parfois de chiper l'épée de mon grand-père que mon père suspendait sur le mur derière son bureau. Je m'entrainais à manier cette lourde lame. Quand mon frère me surprenait, il se moquait de moi. Lui, il n'était pas du tout intéressé par la guerre. Le métier qu'il voulait faire, c'était créer les plus belles lames possibles. Il est d'ailleurs devenu un forgeron de talent. Moi de mon côté, je suis devenu soldat, comme mon père. C'est à l'âge de 17 ans que j'ai intégré l'armée de l'empereur. Je faisais plus vieux que mon âge. Les recruteurs ont pensé que j'avais trois ans de plus.

Il marqua une pause, il allait répondre à une première question d'Edel.

- Donc oui, j'ai bel et bien été soldat. Pas très longtemps 1 an seulement. J'ai quitté l'armée suite à la mort d'une personne chère à mon coeur. Il n'ajouta rien sur ce douloureux souvenir. Si Edel lui posait d'autres questions, il lèverait le voile sur la mort de son ancien commandant, mais seulement si elle voulait en savoir plus. Suite à ce départ, je suis devenu garde du corps. Mon père était un peu déçu de voir que je ne suivait pas la route de l'armée de l'empereur mais il voulait mon bonheur avant tout. Grâce à ce nouveau travail, j'ai amassé une petite fortune. Pas grand chose comparé à celle de ton père j'imagine mais beaucoup que si j'étais resté un simple soldat. Ma vie me convenait. Mon frère m'avait forgé une magnifique épée. Cette lame qui m'accompagne toujours aujourd'hui. Pourtant, il a fallut qu'un incident vienne ternir ce magnifique tableau. Roltorian, mon frère, s'est fait tué alors que c'était moi qui était visé. Suite à ça, je suis devenu vraiment fou. Je ne pouvais vivre en sachant que l'assassin de mon frère était encore en vie. J'ai quitté mes proches pour traverser Gwendalavir. Je voulais devenir le meilleur combattant pour ne pas échouer quand je retrouverais celui qui avait tué Roltorian. Mon voyage a duré presque dix ans. Dix longues années sans voir ma famille. Voilà pourquoi je ne parle pas beaucoup d'eux. Nous avons deux vies bien différentes désormais. Quand on s'est rencontré à Al-Jeit, je venais de les rencontrer. J'ai idéalisé ces retrouvailles et pourtant, j'ai été déçu. On s'est pas dit grand chose. On avait vraiment rien à se dire. Nos vies avaient pris deux voies différentes. J'aime toujours mes parents, mais je me rends compte que mon voyage m'a détaché d'eux. C'est triste de dire cela, mais je peux vivre sans les voir souvent.

Oui, c'était bien triste, mais c'était ainsi. Il allait peut-être apparaitre comme quelqu'un de bourru et de solitaire aux yeux d'Edel mais il ne voulait pas lui mentir. C'était ainsi qu'il décrivait le mieux ce qu'était devenu sa relation avec ses parents.

- Et je t'ai rencontré. Fabuleux coup de pouce du destin même si tu as d'abord cherché à me tuer.

Un sourire se dessina sur son visage. Oui, c'était une anecdote pas banale celle là.

- Je vais dire la même chose que toi. Si tu as d'autres questions. Pose-les moi. J'y répondrais sans rien te cacher.

Il embrassa tendrement sa belle.


[si tu penses que j'en ai trop dit, envoie moi un MP]


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeVen 23 Juil 2010 - 14:12

_Ton histoire est triste, et ce même en l’absence du récit des pertes que tu as dû essuyer dans ta vie.

Edel se blotti un peu plus contre lui, comme si ce geste pouvait effacer quoi que ce soit. Le coin de l’œil humide elle regretta de justement ne pouvoir rien y faire. Ne plus revoir sa famille aussi longtemps... c'était impossible. Enfin, très spéciale en tout cas.
Elle l’embrassa tendrement, heureuse de le savoir malgré tout, tout prêt d’elle finalement. Ils s’étaient trouvé tous les deux, au détriment de mésaventure que la vie leur réservait parfois.
Puis elle eut un petit rire à la dernière phrase du guerrier :


_Et tu ne sais même pas le pire. – elle rit encore doucement – j’ai vraiment voulu ta mort ce soir là. C’était toi ou moi, le choix s’est fait bien vite crois-moi.

Comme il ne répondait pas à son étreinte, Edel s’éloigna un peu, s’allongeant à nouveau sur le dos, profitant du mouvement pour ramener une quantité exagérée de couverture avec elle.
Les yeux, encore une foi, noyés dans ses souvenirs, un grand silence envahi la chambre. Elle n’avait pas de questions. Ou bien si, elle en avait, et s’était partiellement lancée déjà, mais le guerrier avait soigneusement contourner la question. Ou du moins, il n’avait pas répondu comme elle l’aurait voulu.
C’était certainement qu’il ne voulait pas en parler, pas encore, alors elle n’insisterait pas. Ce n’était pas un interrogatoire qu’elle donnait, il lui dirait ce qu’il avait envie de partager avec elle et pas ce qu’elle l’obligerait à dire.
Quelqu’un était mort avait-il dit… mais sans préciser qui. Elle aurait bien voulu savoir toutefois qui était-ce, pour l’avoir ainsi mené à quitter l’armée impériale.

Dans sa réflexion et comme il ne disait plus rien elle se couvrit d’avantage, avant de se dire que finalement elle était bien mieux, allongé sur le côté. Ainsi elle pouvait regarder tranquillement Locktar qui respirait paisiblement prêt d’elle.

Elle avait envie de l’embrasser encore et resté tout contre lui, mais elle n’en fit rien. Pliant son bras droit, elle posa sa tête dessus et ferma un instant les yeux. Elle ne voulait pas paraître envahissante et peut-être était-ce mieux ainsi si ils voulaient un jour avoir le courage d’enfin quitter les draps.

_ Quel genre d’homme es-tu Locktar ? – demanda – t – elle au bout d’un moment les yeux toujours fermés – je veux dire… trouverais-tu cela égoïste si je te disais que… - elle hésita, et puis se dit qu’il serait bien au courant très vite de toute façon – que je voudrais te garder toujours pour moi seule ? – Silence – Je ne veux pas être en concurrence avec une autre, ni aujourd’hui, ni jamais.

La jeune femme rouvrit les yeux, focalisant son regard bleu sur le guerrier qui ne bougeait pas. Voir si il avait une réaction particulière qui trahirait quoi que ce soit. Pourvu qu’il ne se méprenne pas sur ses mots… elle ne voulait pas qu’il croit qu’il était un caprice. Tout le monde pensait sans cesse que les nobles ne faisaient que ça de leurs journées ; des caprices. Il pouvait faire parti de ses gens là…
Mais Locktar était très loin de tout sentiment s’apparentant de prêt ou de loin à ça. Il tenait son cœur dans sa main et aussi terrible que cela pouvait paraître, il pouvait en faire ce qu’il voulait. En bien, comme en mal.
Seulement… il y avait ses trois mots qui désignaient si bien la situation, et qui refusaient même de remonter jusqu’à ses lèvres. Rien à faire, rien ne venait, alors qu’elle aurait bien voulu les sortir là tout de suite, en complément de ce qu’elle venait de dire, juste au cas où.
Et puis tant pis si il le prenait de travers. Ils se disputeraient puisque l’heure n’étaient plus câlins visiblement, se lèveraient chacun de leur côté et débuteraient le journée avec un poids en plus sur le cœur. Enfin, ELLE en tout cas, aurait un poids en plus sur le cœur.

Elle balaya toutes ses pensées d’une traite et écouta la réponse de Locktar toujours aussi tranquille.




un très vilain post, désolée là pour le coup
Neutral Neutral

Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeSam 24 Juil 2010 - 18:09

Une histoire bien triste! Oui, c'est vrai, il n'avait pas été épargné par les malheurs. La mort avait frappé plusieurs fois autour de lui. C'était ainsi. Il avait vécu avec. Avait-il été plus malheureux que d'autres? Pas sûr. Son enfance avait été heureuse, c'est dès qu'il avait pris les armes que les morts s'étaient additionnés autour de lui. Etait-ce de sa faute? S'il avait choisit un autre métier aurait-il perdu tant de proches? Surement pas. C'était comme ça, quand on choisissait la guerre, on choississait de vivre avec la mort, de la cotoyer souvent. Il avait choisit cette vie. Même s'il regrettait la mort de son commandant, de son frère et d'Esméoria, il ne regrettait pas d'avoir pris les armes.

Locktar ne put s'empêcher de sourire quand Edel lui avoua qu'elle voulait vraiment le tuer. Il s'en était rendu compte. Il était passé tout près de la mort, c'était certain. Finalement, la grande Faucheuse n'avait pas l'air d'avoir envie de lui. Il ne comptait plus les fois où il avait échappé à cette mort. Combien de fois serait-il encore chanceux? Il n'avait jamais eu peur de la mort pendant toute sa vie de soldat mais maintenant, c'était différent. Cette peur commençait à venir. Il aimait Edel et il ne voulait pas la quitter, ne pas la laisser tomber.

- Quel genre d'homme je suis? Je ne sais pas vraiment. Je peux te dire quel genre d'homme j'étais. Je n'étais qu'un homme de guerre plus occupé par les combats que par sa vie privée. En y réfléchissant, je me rends compte que ma vie de guerrier était plus importante que ma vie familliale. Il y a une belle preuve de cela. C'est la mort de mon commandant qui m'a poussé à quitter l'armée de l'empereur. Il était comme un père pour moi. Je n'ai pas supporté de le voir tomber devant mes yeux. J'ai quitté l'armée pour ne plus supporter de vivre de nouveau la perte d'un frère d'armes. En étant guerrier, je m'occupais de moi-même et j'étais le seul à pouvoir mourir.

Edel lui parlait qu'elle voulait de lui pour elle seule.

- Ne t'inquiète pas. Je n'aime que toi. Mon coeur est entièrement à toi. Je t'avouerais que tu n'as pas été la seule femme à partagé ma vie. Deux femmes pour être plus précis. Mais ce sont des histoires qui sont finies aujourd'hui. Je les aimé mais je t'aime encore plus. Tu vas me dire que c'est facile de dire cela mais je ne te mens pas. Je ne ressens pas la même chose en ta présence. Jamais je ne pourrais m'éloigner de toi pendant plus de quelques jours et pourtant, je me suis éloigné de ma première fiancée pendant plusieurs années. C'est toi que j'aime, tu ne seras jamais en compétition avec personne dans mon coeur. Je suis entièrement à toi.

Locktar n'était pas un dragueur. Il savait très bien qu'il ne s'éloignerait pas d'Edel pour tomber dans les bras d'une amante. Il n'avait jamais trompé ses précédentes compagnes.

- J'espère qu'il en sera de même de ton côté. Je veux être toujours à tes côtés. Je te l'ai dit, je n'ai pas encore ressentit une telle chose pour une autre personne. Je t'aime de tout mon coeur, c'est une certitude.

Il l'embrassa tendrement. Comment avait-il pu vivre si loin d'Edel pendant tout ce temps? Comment avait-il fait pour vivre sans un tel bonheur dans son âme? La peine qu'il avait trainé avec lui semblait bien loin désormais.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeLun 26 Juil 2010 - 14:37

Son capitaine… presque un père pour lui ? Il était vrai qu’à 17 ans, l’on était bien jeune pour être mis sur les rangs. Même chez elle ça ne se faisait pas. Comment Locktar avait-il put réussir à s’y trouver lui ?
Edel serra le coussin posé sous sa tête en soupirant. Elle n’allait pas pouvoir rester là bien longtemps si elle ne pouvait plus prendre l’homme de sa vie dans ses bras. Mais enfin, lui ne semblait pas inquiété de cela.
Et maintenant qu’il avait dit ce qu’il avait été, elle se sentait mieux renseignée sur la question qu’elle avait posée au présent, c’est sûr…
Insatisfaite, Edel soupira et changea à nouveau de posture « si tu as d’autres question. Poses-les moi, je répondrais sans rien te cacher ».
Les yeux d’Edel s’humidifièrent. « sans rien te cacher » et pourquoi alors il ne répondait pas à ça question ?!

Puis vint le couplet sur « Je n’aime que toi », « j’ai eut d’autres femmes mais toi c’est différent… » « je ne ressent pas la même chose en ta présence » la phrase typique. Et enfin, cerise sur le gâteau « J’espère qu’il en sera de même de ton côté »
Agacée, Edel fuit le baiser du guerrier et se redressa pour s’asseoir sur le bord du lit, enroulant le drap autour d’elle. Restant immobile un moment, une larme glissa sur sa joue. Pourquoi parlait-il comme les autres ? C’était insupportable, elle n’aurait jamais dû poser cette question stupide et écouter sa première réaction qui était de se taire. Elle avait tout gâché.


_Locktar je tien beaucoup à toi, moi aussi. – répondit-elle d’une voix qui ne trahit en rien son émotion - même plus que je ne me l’avouerais jamais. – silence. Elle se leva et alla récupérer des vêtements pliés dans sa commode – Et… - elle chercha ses mots et puis décida de continuer à jouer classique, mais en plus court – pour moi, c’est tout comme toi. Voilà.

La jeune femme ouvrit les rideaux et se dirigea vers la salle d’eau, le visage humide. Refermant la porte derrière elle, elle s’y appuya un moment. Elle était si malheureuse… et déçue… elle n’aurait pas sut expliquer vraiment pourquoi, mais… tout ce que Locktar avait dit, ce n’était pas ce qu’elle avait espéré entendre.
Elle avait l’impression d’entendre Tim… cela voulait certes dire quelque part qu’il était peut-être réellement amoureux d’elle, puisque Tim lui l’avait toujours été… mais ce n’était pas Tim qu’elle voulait elle… c’était Locktar… elle n’avait pas besoin d’un deuxième Tim.

S’essuyant le visage, elle s’habilla puis reprit contenance avant de sortir. Locktar s’était levé lui aussi, ne comprenant sans doute pas pourquoi elle avait décidé de se lever. Comme à chaque foi qu’elle le voyait, elle se sentit fondre littéralement, il était tellement… se ressaisissant, elle se donna une gifle mentale et lui dit sur un ton normal, poursuivant ainsi la discussion :


_Moi aussi j’ai eu… une vie avant toi et… il était très doué. – elle n’ajouta rien à cette petite pique, elle était sûr qu’il comprendrait tout seul, comme un grand Arrow – Mais je n’étais pas amoureuse.– elle s’arrêta de s’agiter dans tous les coins afin de ranger un peu tout ce qui trainait ici et là – ce qui n’est pas le cas, dans la situation présente. – silence, elle jeta son chemisier de la veille sur le lit défait - Et quand on aime, on ne trompe personne, même pas soi-même. Alors oui, il en est de même de mon côté. – court silence – Et maintenant que nous sommes tous enfin très rassuré sur l’autre, la journée peu commencer le plus merveilleusement du monde. Je… - elle se frotta le front – tu peux rester aussi longtemps que tu le souhaite et…

Se dirigeant vers la porte, elle l’embrassa au passage, peut-être plus longtemps que prévus… enfin, oui on était loin du peut-être, il fallait qu’elle arrête maintenant… encore un petit peu non ? Non ! Elle s’éloigna et passa immédiatement dans la partie bureau où une pile de parchemin n’attendait qu’elle. La porte claqua derrière elle.
Ce qui lui arrivait était tout bonnement, incroyablement affreux ! Elle était amoureuse et… totalement… qu’est-ce qui lui arrivait ?
Se servant de l’eau elle vida son verre d’un trait et s’essuya la bouche. Pourquoi était-elle malheureuse ? C’était sensé être la plus belle expérience humaine dans tout l’univers !
Et tout ça parce que Locktar n’avait pas sut lui dire… les choses. C’était absurde ! Elle était absurde, bien la preuve qu’elle était vraiment amoureuse, elle pensait, disait, faisait n’importe quoi.
Les mains tremblantes elle reposa le verre sur le bureau, s’y appuyant un instant.

Elle n’était décidément pas douée pour tout ça. Locktar ne comprendrait rien et elle ne saurait pas lui expliquer elle non plus et si il lui demandait elle serait encore plus agacée. Fait qu’il ne lui demande pas !
En fait, elle espérait qu’il se mette en colère. Ainsi elle se sentirait moins coupable… et ils auraient une bonne raison de se quitter aussi vite comme ça.
Là c’était certain, elle était définitivement méchante. Il lui avait dit qu’il l’aimait et elle… elle rien du tout en fait. Elle était partie… comme une garce.

Se retournant elle s’appuya, dos au bureau en croisant les bras, les doigts sur la bouche. Elle faisait une bêtise… Elle aimait Locktar, alors pourquoi…
Elle revint sur ses pas, ouvrit la porte embrassa amoureusement le guerrier qui fut prit totalement au dépourvue. Edel ne voulait même pas savoir ce qu’il devait actuellement penser d’elle, c’était de sa faute à lui, il l’avait rendue folle !
Le serrant dans ses bras et…


_Je t’aime Locktar. – par Merwyn, c’était enfin sorti ! Elle lui avait enfin dit ! Elle se senti bête, mais un instant ses yeux pleurèrent de joie et des crampes assaillirent ses joues qui n’en pouvait déjà plus de sourire comme une idiote – Je te demande pardon de ne pas te l’avoir dit avant et surtout pour… - Elle désigna d’un geste vague toutes les affaires qu’elle avait rangées rapidement dans sa grande absence de clairvoyance – Pardonne-moi. Je t’aime.

L’embrassant à nouveau, elle eut peur un instant qu’il la repousse et puis se dit que c’était un risque à prendre après tout. Il ne savait pas ce qu’il manquerait si il faisait ça.
Soudain Edel se dit qu’il était beaucoup plus agréable de regarder les choses dans ce sens là, au lieu de rester focaliser sur la peur de se déchirer en faisant quelque chose qui ne plairait pas à l’autre. Elle se promis de penser ainsi à partir de maintenant, de façon plus positive
.


Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeMer 28 Juil 2010 - 22:55

Edel avait fuit son baiser et elle avait disparu de la chambre. Mais qu'est ce qu'il avait dit? Il avait avoué qu'il avait eu des aventures. Finalement, la sincérité, c'était pas le mieux. Maintenant, c'était fini de l'intimité. Mais pourquoi donc c'était-elle faché? C'était quand même pas sa faute s'il l'avait pas connu avant de rencontrer Esméoria et Elicia. Il avait été sincère en plus, jamais il n'avait ressentit une telle chose pour les deux autres. Il sentait bien qu'Edel était celle que son coeur avait choisit. Fallait que le coeur du guerrier communique ses informations au cerveau pour qu'il arrête de commettre des erreurs aussi grosses que lui car si ça continuait, Edel allait s'éloigner pour de bon.

Bon, puisque les moments de tendresse semblaient bel et bien fini, Locktar se leva du lit et il s'habilla. La douche, il la ferait quand il sortirait de la chambre d'Edel, dans l'une des salles des eaux de l'académie. Il ne se voyait pas utiliser celle d'Edel. Il était encore torse nu quand sa bienaimée refit son apparition dans la chambre. Elle commença à lui parler d'un amant qu'elle avait eu. Ah? Donc c'était parce qu'il avait eu d'autres aventures qu'elle s'était faché? C'était encore plus incompréhensible. Et bien, ça n'allait pas être simple de comprendre Edel. Même s'il cherchait à éviter les gaffes, c'était sûr qu'il en ferait. Malgré le fait qu'Edel l'embrassa longuement, il la trouvait distante dans ses paroles et dans ses actes car une nouvelle fois elle quitta la chambre pour aller dans le bureau cette fois-ci. Donc il avait bien commis une erreur. Il aurait la journée pour repenser à ce qui s'était passé et peut-être qu'il trouverait sa faute. Il remit sa chemise, couvrant ainsi son améthyste. Alors qu'il ramassait son épée, Edel se montra une nouvelle fois et elle avoua enfin son amour. Elle ne l'avait jamais caché mais elle n'avait dit "je t'aime". Locktar oublia les questions qu'il se posait et il s'abandonna à leur baiser.

Quand leurs lèvres se séparèrent, le guerrier en profita pour détâcher l'améthyste qui pendait à cou. Depuis plusieurs jours, il y pensait, le temps était venu.

- Je tenais à t'offrir ce bijou, dit-il en accrochant l'améthyste au cou d'Edel. Ce cristal m'accompagne depuis tant d'années et je voulais qu'il te suive désormais. Ainsi, il aura toujours une partie de moi avec toi.

Locktar sortit l'emeraude de son frère de sa poche et il la fixa à son propre cou.

- De plus, ce n'est pas un bijou comme les autres. Un dessin éternel a été attaché au cristal. Grâce à ce dessin, 4 cristaux sont en lien perpétuels. Si l'un des porteurs est en souffrance, les autres cristaux se mettront à chauffer de plus en plus fort selon la douleur. Ils prendront aussi la teinte du cristal dont le porteur est en danger. Par exemple, si tu es en danger, l'emeraude à mon cou prendra la couleur violette et le cristal se mettra à chauffer, et c'est pareil dans l'autre sens. Par contre, si le porteur meurs, le cristal deviendra aussi froid que la glace, toujours avec la teinte du cristal de celui qui vient de mourir. Avec cette améthyste autour de ton cou, je saurais si tu te trouves en danger, même quand je serais loin de toi. Je ne te force pas à le prendre. Tu peux l'enlever si tu as peur de ne pas supporter si jamais le cristal se mettait à bruler. J'ai connu ça.....

Oh oui, il avait connu ça et il l'avait très mal vécu. Sentir le froid s'emparer de son cristal, c'était pire encore. Si Edel refusait le cristal, il le comprendrait parfaitement.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeLun 2 Aoû 2010 - 11:27

Edel stoppa le geste du guerrier qui attachait le bijou à son cou. Elle ne sut comment réagir autrement. Elle lui disait je t’aime, et voilà qu’il lui offrait un bijoux de grande valeur qui plus est. Ou pas…
La jeune femme baissa légèrement les yeux, regardant la pierre que lui tendait le guerrier. Un dessin éternel… c’était peut-être le sujet qu’elle maîtrisait le mieux.

La jeune femme avait remarqué le bijou depuis les premiers jours, mais n’avait jamais posé de questions. Elle avait eu peur peut-être de la réponse. Au tout début elle pensait que c’était une femme qui avait offert la pierre à Locktar, et elle ne voulait pas être mise au courant de quoi que ce soit allant dans ce sens, ou être indiscrète.
Une pierre comme celle-ci, il n’en existait pas en masse… chez elle, on les auraient sûrement enfermé dans le coffre familial, parmi les objets de plus haute valeur. Mais jamais personne ne les aurait porté. Un seul dessin indéfectible était déjà suffisamment lourd à tolérer et il fallait bien l’avouer… les dessins permanents n’étaient pas vraiment en odeur de sainteté dans la famille ; pour personne.

Les yeux humides elle releva son regard bleu vers celui de Locktar. Il ne semblait pas réaliser, ou avoir fait le lien… et en un sens elle comprenait. L’objet lui était d’une grande valeur affectif et plus qu’un cadeau, en lui offrant ainsi cette pierre c’était un geste qu’on ne pouvait plus important.
Un grand silence s’abattit sur la chambre sans que ni l’un ni l’autre ne bouge, son sa main gantée retenant celui de Locktar tenant le bijou.
Puis finalement elle dit presque dans un murmure :


_Je ne suis pas sans ignorer la valeur de ce bijoux pour toi… - silence – enfin il me semble. Mais si je l’accepte, il te faut savoir qu’il y a peu de chance que je le porte sur moi.

De sa main gauche, elle serra le bras de Locktar un peu plus fort, dans l’espoir qu’il comprendrait ainsi pourquoi.
Le porterait-elle seulement un jour ? Il était bien probable que non. Mais elle n’ajouta rien, lâchant le bras du guerrier et prenant possession de la pierre de sa main nue, la jeune femme se détourna de lui pour aller ranger la pierre en lieu sûr.
Le regard perdu ailleurs, elle se demanda si Locktar réalisait seulement qui elle était vraiment, ce qu’elle représentait et même si il parviendrait à comprendre tout cela un jour.
Qu’auraient dit les siens si ils avaient été là ? Tous se seraient mis en colère sûrement. La famille était déjà condamnée par un dessin indéfectible, un autre du même genre aurait été accueilli comme un cadeau empoisonné ou même une moquerie de fort mauvais goût.

Se tournant vers Locktar Edel rompit le silence comme elle s’était décidée de l’informer de cela. Tous les alliés de sa famille savaient que c’était le genre de présent à na pas faire, à moins de vouloir déclencher une querelle.


_Les dessins éternels sont… de fort belles choses, créé par les plus grands dessinateurs de ce monde, mais… les miens évitent tant que possible d’entrer en possession de ces… - elle chercha le mot adéquate – œuvres. Pour les raisons que tu devines sans doute, mais aussi en réaction à une vieille discorde – regardant Locktar – c’est une partie de l’histoire de ma famille. – silence, puis elle reprit plus bas – Il y a fort longtemps déjà, à la suite de la chute de l’oppression, mes ancêtres sont tombés des nues en voyant le dessin persister et ils ont tous fait à partir de ce moment là, pour s’en débarrasser. Le récit et long et l’aventure complexe, mais si je devais résumer tout cela, je dirais qu’ils ont fait simplement appel aux plus grands dessinateurs d’alors. Nos alliés. Mais aucun d’eux purent faire quelque chose pour nous – elle baissa les yeux, ce moment de l’histoire familiale était un grand moment de deuil pour tous les siens – pas même Merwyn. – elle regarda à nouveau Locktar qui n’avait pas bougé – Désabusés, mes ancêtres se sont retirés du monde sans laisser plus aucune trace d’eux, gelant la quasi-totalité de nos alliances, mais surtout creusant un précipice entre nous et les dessinateurs. L’heure était à la colère et les derniers mots échangés avait été de glace. La situation a perduré et perdure encore aujourd’hui. Seuls quelques uns d’entre eux sont resté dans notre amitié, comme Merwyn.



(désolée pour le retard ><)

Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitimeJeu 5 Aoû 2010 - 14:24

Son bras gauche! Mais quel idiot! Il avait complètement oublié. Il comprenait parfaitement sa réaction. Comment pourrait-elle réagir autrement après avoir vécue enchainée à un dessin éternel? Quel idiot il avait été! Mais bon, après tout, le dessin incrusté dans les colliers n'était pas aussi néfaste que la Main Morte.

- Je comprends tes doutes. J'aurais du me douter que le mot Dessin t'aurait fait reculer. Je ne te forcerais pas à le porter, je tiens tout de même à ce que tu le gardes.

Locktar se disait que peut-être Edel se décidera à porter l'améhtyste si elle le voyait souvent. Non, elle ne pourrait pas. Pas dans de telles conditions, il devait la rassurer d'abord.

- Il faut tout de même que tu saches tout de même que le Dessin qui est au creux du cristal est bien différent de la Main Morte. Jamais il ne prendra le dessus sur toi. Si tu ne supportes pas ce qu'il te fait subir, tu pourras toujours le retirer. Crois-moi, ce Dessin n'est pas horrible. Ca fait plusieurs années que je porte cette améthyste autour du mon cou et je l'ai très bien supporté. Mais c'est à toi de choisir ce que tu en feras. Jamais je ne te forcerais.

Alors qu'il l'embrassa de nouveau, un bruit se fit entendre dans le bureau d'Edel. Ils se précipitèrent tout les deux hors de la chambre pour se trouver nez à nez avec l'un des gardes de l'académie. Et bien, c'était finit des moments de tendresse cette fois-ci. La journée reprenait ses droits. Le garde était entré sans attendre qu'on lui donne l'autorisation. En jetant un coup d'oeil sur la porte, Locktar comprit que finalement le garde n'avait pas eu tort. Elle était défoncée et on aura pu croire qu'Edel était en danger. C'était certainement ce que l'homme avait cru en venant prendre sa mission de la journée.

Le guerrier fixa son épée dans son dos. Il n'allait pas empêcher Edel de faire son travail plus longtemps. La matinée était déjà bien avancé, il était leur de reprendre les activités habituelles.

- Je vais vous laisser travailler, dame Cil'Melope. J'ai été inquiet en voyant votre porte dans cet état. Maintenant que je sais que tout va bien, je peux partir sans inquiétude. Je vous laisse également réfléchir à ce que je vous disais à l'instant.

Locktar savait que la plupart des gardes de l'académie n'étaient pas au courant de leur relation, c'était préférable qu'il joue le jeu du simple garde venu secourir la première gardienne. Il salua la première gardienne avec un grand sourire et il repartit vers la sortie. En passant devant le garde, il lui fit un signe de tête pour lui dire bonjour et il sortit du bureau d'Edel.


[C'est pas très long mais vu que c'était mon dernier post dans ce rp, j'étais pas super inspiré ^^. A toi de voir si tu veux poster après ça]


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]   Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé] Icon_minitime



 
Parfois, on aimerait que le temps s'arrete [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Suspendue dans une dimension, figée dans le temps ||pv : Darkness|| [Terminé]
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D
» Le sablier du temps...
» Avez -vous honte parfois ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Aile ouest de l'Académie :: Le premier étage :: Les appartements de Locktar et Edel Hil'Guidjek-