Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteBureau et paperasse :arrow: [Terminé]
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Edel Hil'Guidjek
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


MessageSujet: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeLun 28 Juin 2010 - 17:08

Edel se campa au milieu de la pièce, les mains sur les hanches, le regard aux aguets. Un dernier tour de la pièce du regard et ses épaules se relâchèrent enfin totalement ; elle se laissa choir sur un charmant fauteuil à la coupe élégante et au tissu raffiné.        

Tout était enfin à sa place. Propre, rangé, impeccable, elle se sentait maintenant à l’aise dans ses nouveaux appartements. Ce qui n’avait pas été le cas à son arrivé. Elle n’avait jamais vu autant de poussière de toute sa vie et tous se résumait en un seul mot : souk!! Bien heureusement, la très sympathique domestique qu’elle avait rencontré au tout début de son arrivé dans l’établissement, l’avais généreusement aidé toute la journée à rendre l’endroit plus habitable.  


Soufflant une dernière foi, Edel brossa sa chevelure qui était déjà presque tout à fait sèche. Elle était vraiment heureuse d’avoir été gratifiée de cette promotion ! Retrouver enfin des appartements privés, un minimum de confort et surtout une petite salle d’eau PERSONNELLE, étaient d’un agréable ! Une salle d’eau, qu’elle venait d’ailleurs, de baptiser après une longue journée de concentration sur son nouveau poste.  « Rien de mieux pour se détendre » disait toujours Hélène qui remplissait son bain en générale. Et elle avait bien raison là dessus. Mais ici, dans la demeure de Merwyn, nul besoin de domestique pour remplir le bain. Elle avait découvert un ingénieux système, amenant l’eau frémissante directement dans la cuve ! Elle pensa à en parler à père, mais se dit que finalement ce n’était pas faisable. Il devait y avoir du dessin là-dessous, pas sûr que les ingénieurs du manoir réussissent à reproduire la même chose chez eux.

Rajustant sa serviette de bain autour d’elle, Edel se leva et alla s’habiller sans plus tarder. L’après midi touchait à sa fin et elle avait encore le projet d’aller retrouver Locktar, en admettant bien sûr, qu’elle le trouve. Elle y avait pensé toute la journée, mais n’avait pas eu le bonheur de le croiser une seule foi. Sa concentration s’en était d’ailleurs sérieusement effritée à plusieurs reprises. Il fallait qu’elle se reprenne, mais là ce n’était plus le moment.
Elle sourit en rajustant sa tenue, passa dans la partie bureau de ses appartements et

fut une nouvelle foi fort satisfaite du rangement là aussi. La petite bibliothèque recueillant tous les plans de l’académie et bien d’autres documents en masse, étaient tous à leur place, bien rangé sur leur étagère. La cheminée révélait enfin toute son élégance et accueillait sans désordre les quelques petites babioles trouvées sur les lieux. La pièce respirait enfin.

Seul son bureau était enseveli sous de la paperasse de rapports, de notes, lettres, demandes en tout genre à son attention et des demandes venant d’elle à l’intention de d’autre destinataires.

Contournant son nouveau bureau, Edel prit place dans son fauteuil de travail et entreprit de reprendre l’écriture d’une réponse à l’un des courriers reçus, glissant entre deux lignes, le besoin grandissant de nouveaux matériels pour le renforcement de la sécurité globale de l’établissement.
Elle avait encore un moment avant de partir. Elle ne voulait pas paraître grossière envers Locktar en débarquant comme ça soudainement dans sa journée. Peut-être que lui était occupé de son côté aussi, il valait mieux prendre son temps.

Bougeant une pile de parchemin, une lettre inachevée à ses proches glissa du lot pour venir choir devant elle. Souriant, elle se saisit du parchemin, le plia soigneusement et le rangea dans une boîte en bois sombre délicatement travaillé et bordé de dorures. Elle terminerait sa missive plus tard, elle en avait déjà envoyé plus que véritablement nécessaire.
Reprenant son travail, elle acheva sa réponse et glissa le mot dans une enveloppe qu’elle cacheta, avant de la déposer sur la petite pile des documents à retourner.
Elle tria alors quelques rapports et se dit que ses hommes ne prenaient pas cela tellement au sérieux et qu’il faudrait qu’elle organise un temps de parole où elle pourrait exprimer clairement ce qu’elle attendait d’eux, notamment eu travers des rapports, aussi barbant cela pouvaient-ils être parfois.
La jeune femme plaça le rapport d’un certain Skil’Liches tout en haut de la pile, afin de se souvenir qu’elle avait à lui parler.

Un moment plus tard on frappa à la porte. Prise au dépourvu elle sursauta, ce qui eut pour conséquence de faire une belle et bien grosse tâche au bas d’une lettre qu’elle signait enfin. Pestant contre elle même, elle rangea précipitamment l’exemplaire gâché dans un tiroir. Elle recommencerait plus tard.
Se levant, la jeune femme passa le plus rapidement possible dans la partie chambre
et enfila ses bottes. De la visite ! A cette heure ! Cela allait mettre tout son programme en péril et elle ne pourrait rejoindre Locktar que bien plus tard maintenant !


_Je viens ! – dit-elle assez fort pour qu’on l’entende, alors que la personne
semblait s’impatienter. –


Allant enfin à la porte après être de nouveau passé dans son bureau, peu satisfaite de son apparence, elle ouvrit enfin la porte. Tant pis pour l’apparence et si… son cœur sembla manquer un battement, Locktar se tenait là devant elle.


La joie fut si soudaine et la surprise totale que tout ce qu’elle se sentit faire, c’est se parer d’un sourire jusqu’aux oreilles, durant le court moment de flottement qui suivit l’ouverture de la porte.


_Locktar ! Voilà qui facilite bien ma recherche, j’allais justement partir pour… - il était si beau, il n’y avait plus aucun doute là-dessus, c’était fini pour elle c’était certain. Elle se senti rougir légèrement et réalisa soudain qu’elle avait oublié la fin de sa phrase. Ça lui apprendrait d’être ainsi foudroyée par l’élégance certaine et le charme… elle secoua un peu ses idées et poursuivit – Je suis tellement contente que tu sois là.

Phrase idiote, mais utile quand même pour meubler sa phrase interrompue et faire barrage à ses pensées parasites. La jeune femme était stupéfaite, le sort réalisait de ces tours parfois ! Elle avait bien fait de prendre son temps finalement, si elle était partie plus vite, elle l’aurait manqué de peu !  
De surcroit cela montrait également du même coup, que visiblement il n’était pas occupé.

Elle avait envie de le prendre dans ses bras pour s’assurer qu’elle ne rêvait pas. De lui dire qu’il lui avait manqué toute la journée, et lui exprimer sa bonne humeur dans toute sa grandeur maintenant qu’il était là, en lui faisant voir ses nouveaux appartements et lui partager entre autre sa joie d’être ainsi à nouveau logée.

Mais au lieu de tout cela elle ne lui fit que signe d’entrer et referma la porte derrière lui. Les deux premières choses elle n’oserait pas et surtout pas ainsi sur le pas de la porte alors que des gens pouvaient surgir à tout moment. C’était fort inconvenant et indigne des manières qu’on lui avait apprises. Elle n’arrivait même pas à croire qu’elle avait songé à tout ça.


(voilààà, j'espère que ça sera mieux ^^)
P.S:
elle est assez amoureuse là c'est bon? Arrow


Locktar Hil'Guidjek
Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeMer 30 Juin 2010 - 0:08

Une journée bien calme. Encore une. Il ne se passait plus rien dans cette académie. Les élèves ne sortaient plus la nuit. Dès que la nuit tombait sur l'académie, le silence se faisait dans toutes les pièces. Etait-ce la peur d'une nouvelle attaque qui forçait les élèves à rester dans leur lit? Ou les élèves de cette académie avaient changé depuis que Locktar n'était plus élève? Où était-donc les rebelles qui souhaitaient passé une nuit dehors malgré les ordres des professeurs et des gardes? C'était impensable que tous les élèves soient devenus de braves petits toutous qui suivaient les règles sans broncher. Quand il était rentré d'Al-Jeit, Locktar avait été heureux de devenir garde. Fini les règles. La nuit s'offrait désormais à lui. Ses rondes lui avaient fait découvrir des lieux qu'il ne connaissait pas encore dans l'académie. Doucement, l'académie lui offrait ses mystères. Il se doutait qu'il en restait encore mais ceux-ci n'était pas à sa portée. Seuls le magister et les maitres de l'académie avaient le droit d'accéder à certaines salles de ce gigantesque édifice. Locktar le savait. Edel devait même connaître encore plus d'endroits que lui.

Le guerrier s'en moquait. Car désormais, il regrettait son choix d'être devenu garde. Surveiller l'académie était devenu bien monotone. Toujours les mêmes rondes chaque nuit. Aucune différence. Pas d'action la nuit. Locktar ne voulait pas que l'attaque des Raïs se réitèrent mais il aurait aimé que ces nuits de surveillance soient plus actives que cela. Locktar n'était pas fait pour être garde, il commençait à s'en rendre compte. Garde du corps, c'était un métier bien différent. Chaque jour était différent. Si on l'engageait, c'était qu'il y avait du danger. Chaque nouvelle mission apportait son lot de problèmes. Affronter les difficultés, Locktar adorait cela. Il était sûrement plus fait pour cela. Même si le métier de garde l'ennuyait, il ne renoncerait pas. Tout d'abord, on comptait sur lui. Il ne devait pas faillir. Tant de vies étaient en jeu. De plus, il ne voulait pas s'éloigner d'Edel. Changer de statut dans l'académie voudrait dire qu'il passerait moins de temps avec elle.

D'ailleurs, c'était vers Edel qu'il se dirigeait en ce moment-là. La nuit n'allait pas tarder à tomber. Et qui disait nuit, disait travail pour Locktar. Il voulait voir l'élue de son coeur avant de passer la nuit à tourner en rond sans véritable but. Il se dirigea vers le bureau de la Première Gardienne en espérant qu'elle serait présente là-bas. En discutant avec les gardes, Locktar avait apprit qu'Edel était très active dans sa tâche de protection de l'académie. Elle était beaucoup plus utile que celle qui l'avait précédé. Locktar se rappelait de la défunte Evaine qui était loin de se soucier de la protection de l'académie quand elle était en poste. Locktar arriva enfin devant le bureau d'Edel. Il frappa à la porte et il entendit une voix lui répondre. Elle était là tant mieux. Elle ouvrit la porte. Il entra dans les appartements de la nouvelle Première Gardienne.

- Je suis très content de te voir aussi. Ne pas te voir de la journée aurait été un supplice pour moi.

Il l'embrassa.

- Tes appartements sont magnifiques. Tu as dû avoir beaucoup de boulot pour ranger tout les cadavres de bouteilles qu'Evaine avait sûrment laissé dans ses appartements.

Il éclata de rire. Evaine était réputé dans l'académie pour son goût prononcé pour la boisson. Sa mauvaise humeur était aussi une réputation qui lui avait collé à la peau. Elle s'était attiré la haine de beaucoup de personnes. Finalement, la personne qui avait mis fin à sa vie avait rendu service à de nombreux membres de l'académie et de la région d'Al-Poll.

- Tu as énormément de place pour ranger tes affaires. C'est beaucoup plus grand qu'un appartement de simple garde. On dirait les appartements d'un maître de l'académie.

Non, ce n'était pas totalement vrai. Locktar avait déjà eu l'occasion de visiter deux appartements de maîtres de l'académie. Celui du maître d'armes, le premier jour de son arrivée quand il avait voulu devenir garde en plus de son statut d'élèves. Il y avait aussi celui d'Ena Nel'Atan, quand Locktar avait mis de côté le couvre-feu pour la deuxième ou troisième fois. Les deux appartements étaient plus grand que celui-ci, c'était certain.

En posant un oeil sur la pile de parchemin entreposée sur le bureau, Locktar reprit la parole:

- Et bien, ça m'a l'air bien compliqué d'être à la tête de tous les gardes de cette académie. Je n'aurais jamais le courage de remplir tant de parchemins. Déjà que je m'ennuie parfois quand je déambule seul en pleine nuit dans cette gigantesque académie. Tu sais, tu as gagné la confiance de pas mal de gardes. C'est rare en si peu de temps. L'académie a la chance de t'avoir. Je suis sûr que les Raïs ne pourront plus placer un orteil dans l'académie avec toi à la tête des gardes.

Il serra Edel dans ses bras.

- De toute manière, je ne laisserais personne t'approcher pour te faire du mal. Qu'il vienne le guerrier-cochon qui veut te tuer. Il se retrouvera décapiter par mes soins avant d'avoir pu t'inquiéter. J'en fais le serment.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeMer 30 Juin 2010 - 12:04

Visiblement, il était plus facile d’entrer dans l’Académie la première fois que la deuxième. Shawna pesta devant les portes, alors que les gardes refusaient encore et toujours de la laisser passer. L’un d’entre eux était le même que la dernière fois, l’autre était un inconnu, et ce dernier prenait visiblement son métier beaucoup plus à cœur que son confrère… Quand elle avait voulu passé, il l’avait arrêté en ne reconnaissant pas son uniforme – normal, elle n’en portait pas – et lui avait demandé ce qu’elle comptait faire ici. Ce qui l’avait mise futilement dans tous ses états, elle-même n’ayant qu’une vague idée de ce qu’elle faisait.

S’il y avait la moindre chance qu’elle vienne apprendre à l’Académie, elle voulait revoir les lieux, observer les gens, espionner les professeurs, se donner une idée plus précise de ce qui l’attendait ici. Les insultes du noble qu’elle avait croisé quelques jours auparavant lui lacéraient les tympans, et la peur dans la voix de l’aveugle encore plus, peut-être. Mais elle n’avait jamais aimé la moindre Académie dans laquelle elle avait mis les pieds, peut-être à l’exception de celle d’Al Vor qu’elle avait commencé à apprécier lorsqu’elle avait été renvoyé pour avoir soi-disant incité un camarade à sauter du toit, résultant en une cheville foulée et deux côtes cassées – mais ce n’était pas comme si elle l’avait poussé, non plus, s’il n’avait pas voulu la suivre, il ne l’aurait pas fait, elle n’était pas sa mère pour lui ordonner d’aller où que ce soit. Est-ce qu’elle se jetait sous les roues d’un chariot si elle voyait un passant faire de même ? Un peu de sens commun, voyons. Enfin, les Maîtres Dessinateurs de l’Académie d’Al Vor n’avaient pas vu les choses sous cet angle, et il était trop tard pour revenir en arrière. Il lui fallait aller de l’avant – si ces deux idiots de gardes voulaient bien la laisser passer.

Elle ne pouvait pas leur dire qu’elle comptait visiter l’Académie avant de décider d’enfin en devenir officiellement partie, ni qu’elle comptait aller voir l’Intendant comme la dernière fois, étant donné qu’elle n’avait aucune intention de passer près de son bureau aujourd’hui. Les gardes pourraient bien lui proposer de l’accompagner, et elle n’avait aucune intention de croiser le visage de l’Intendant qu’elle s’était déjà imaginé mille fois, et pour qui elle avait si peu d’estime. Un noble fainéant. Comme celui qu’elle avait croisé en ville, mais en plus vieux, plus acariâtre et plus fatigué. Obèse, aussi. Un gros noble potelé bloqué dans sa chaise derrière son bureau en ruine… Enfin, peu importait. L’autre raison pour laquelle elle était là, c’était qu’elle n’avait pas pu croiser Edel lors de sa dernière visite clandestine, et qu’elle avait une envie cruelle de la recroiser, la guerrière gantée qui l’avait si bien comprise après seulement un combat passé à ses côtés. Mais ça, elle ne se l’avouait pas à elle-même, et n’allait donc pas prononcer son envie pour les oreilles curieuses des deux gardes… Fatiguée de leurs refus et de leurs questions indiscrètes, elle finit par expectorer :

- Oui, j’étais déjà venue une fois voir l’intendant, mais il n’était pas là. Je comptais revenir, mais depuis, j’ai reçu une lettre de ma chère sœur m’annonçant que notre père est malade, vous comprenez que je dois retourner à ses côtés, et revenir apprendre dans ce merveilleux bâtiment plus tard… Vous voulez voir la lettre, tant que vous y êtes ?

Elle commença à fouiller dans sa poche, sortant à moitié l’enveloppe qui contenait les nouvelles de son père et de sa sœur ; si les gardes avaient accepté, ils auraient vu immédiatement qu’elle mentait, mais elle fit bien de compter sur leur refus. Gênés, ils lui firent signe que ce n'était pas la peine, et l’un d’entre eux reprit l’interrogatoire.

- Alors pourquoi êtes-vous ici ?

*Pour voir si j’ai envie de rester à l’Académie, simplement pour cette raison. Mais quitte à connaître des gens sur les lieux, autant utiliser les influences que je peux avoir. Je ne connais pas le nom du noble et il ne m’aiderait pas à rentrer, et l’aveugle, bof, je doute que qui que ce soit connaisse son nom… C’est le moment de découvrir si Edel est vraiment là, ou si elle est partie il y a longtemps.*

- Mon père était guerrier. J’ai appris que l’une de ses sœurs d’armes était passé par ici et j’aurais aimé lui donner de ses nouvelles… Enfin, si elle est toujours ici, je n’en sais rien.

Edel était noble, elle aussi ; les gardes ne l’auraient jamais cru si elle avait dit que c’était elle qui s’était battue aux côtés de la guerrière, pas une adolescente roturière qui n’avait pas du tout l’air d’une combattante.

- Elle s’appelle Edel, vous la connaissez peut-être ? Enfin, je ne m’attends pas à ce que vous m’aidiez à la trouver, il y aura bien quelqu’un plus à mène à me renseigner.

Les gardes eurent un geste de recul lorsqu’elle prononça le prénom, et se jetèrent un regard en biais qu’elle n’arriva pas à déchiffrer. Qu’est-ce que la guerrière avait encore bien pu faire ici ? Ramener tout un groupe de mercenaires avec elle qui avait fait une nuée de victimes ? Et dans quoi s’était-elle encore fourrée ?

- Edel, Edel Cil’ Melope ?

Shawna fronça les sourcils, mais il ne devait pas y avoir une centaine d’Edel dans l’Académie, et si cette Edel là lui permettait de rentrer dans l’enceinte, et bien, elle était un aussi bon prétexte qu’une autre !

- …Oui.

C’est ainsi qu’elle apprit que non seulement Edel était bien ici depuis quelques mois, mais qu’elle était devenue Première Gardienne entre temps, aussi… Les gardes s’empressèrent de lui dire où se trouvaient ses appartements, visiblement heureux tout à coup de pouvoir aider la fille de l’ami de leur supérieur, et Shawna entra enfin dans la cour intérieure. Bon, quitte à être entrée grâce à Edel, autant aller faire un tour vers ses appartements pour la remercier…

Elle n’eut pas besoin de se demander comment elle allait savoir à quelle porte frapper, ou de se tourmenter sur savoir si Edel serait dans ses appartements ou pas ; à peine eut-elle fait un pas dans le couloir qu’elle reconnut le guerrier qui accompagnait Edel, attendant devant une porte, et lorsque celle-ci s’ouvrit, elle reconnut sans peine les cheveux blonds de la jeune femme. Un sourire naturel étira ses lèvres et fit apparaître ses dents blanches, et elle se mit à courir, pour pouvoir les rejoindre avant que…

La porte se ferma avant qu’elle n’arrive dans le champ de vision des deux combattants.

Le sourire de Shawna se transforma en grimace éhontée. La Première Gardienne ne l’avait même pas vue arriver ! Et son compagnon non plus ! C’était… C’était… Ah, mais ils n’allaient pas se débarrasser d’elle comme ça ! Shawna tendit la main vers la poignée, et la tourna sans frapper, faisant un pas dans les appartements sans y être invitée, pour y découvrir Edel et Locktar dans les bras l’un de l’autre. Pas pour longtemps, pourtant – à travers la porte, et alors qu’elle entrait, Shawna avait réussi à comprendre les deux dernières phrases prononcées par le garde, et elle se figea dans l’encadrement de la porte, alors qu’il se levait déjà, surpris, s’attendant visiblement à un danger quelconque et prêt à défendre Edel si besoin, avant même de savoir ce qui se passait. Il avait de bons réflexes, ça au moins n’était plus un doute. Le fait qu’elle avait failli se faire « décapiter » par le combattant ne la démonta pas, et elle se contenta de railler :

- Et bien, on est tellement occupé à se bouffer des yeux qu’on me prend pour un guerrier Raï après m'avoir claquée la porte au nez ? Je suis vexée, mais alors profondément vexée, finit-elle avec son sourire ironique, celui qui étirait trop ses lèvres d’un côté et lui donnait un air bizarre, une expression fausse, déformée. Celui qui disait qu'elle ne pensait pas du tout ce qu'elle disait...


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Edel Hil'Guidjek
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeMer 30 Juin 2010 - 21:27

Si elle, elle s’était effacée par bienséance, lui ne s’embarrassa aucunement de ce genre de cérémonie. A peine entré il l’embrassa et alla plus avant jeter un coup d’œil à ses appartements.
Les joues légèrement roses, Edel répondit d’abord :


_Des bouteilles ? Voilà bien de curieuses découvertes que j’aurais dû faire. Ma prédécesseure était donc portée sur la boisson ? – tout s’expliquait soudain sur différents tableaux – Mais je ne saurais répondre à ta question. C’est Emy, une domestique dont on ne pourrait se passer, qui a fait le gros du nettoyage. Je ne suis pas très portée sur le dépoussiérage, mon domaine c’est le rangement, bien que cela à de tout temps grandement exaspéré ma mère que je m’abaisse ainsi, comme elle dit, à une activité exclusivement réservé aux domestiques.

Elle lui sourit et se dirigea vers son bureau alors qu’il lui faisait une remarque sur le volume de ses nouveaux appartements.

_Enormément de place dis-tu ? – elle souri de plus belle en pensant à sa demeure – Mais en même temps tu as raison en un sens, si on considère les maigres possessions que j’ai avec moi. - elle se servit un verre d’eau et en proposa un au guerrier – Ils ont but toute la bière hier soir – donna t’elle comme « explication » à l’offre d’un simple verre d’eau.

Elle rit discrètement de sa bêtise, décidément Hélène l’aurait trucidée plus d’une foi depuis qu’elle avait rencontré Locktar. Elle soupira, et ouvrit le coffret en bois sombre et bordé de dorures. Elle en sorti un parchemin de la plus haute qualité et le posa à côté.
Edel sourit à nouveau à ce que disait Locktar et se retourna pour lui répondre :


_Tous ces parchemins ne sont pas tous de ma main, la plupart même ne le sont pas. Mais parle moi donc d’avantage de cette confiance dis-tu ? Est-ce vrai, ou bien seulement parce que j’offre des privilèges aux plus assidu ? Garder un endroit, et l’une des choses les plus difficile à entreprendre le sais-tu ? Encore d’avantage si dans ce lieu évoluent des vies humaines. Il y a tellement de choses à faire et il faut toujours être si… - elle s’arrêta, se disant qu’elle parlait trop soudain. – En résumé, je fais de mon mieux en tout cas pour que ce qui est arrivé ne se reproduise pas. Je parle bien sûr de cette attaque complètement désastreuse et…

Il l’avait prise dans ses bras et elle sentit son cœur fondre quasiment instantanément. Ses phrases perdirent à nouveau tous leur sens, et surtout leur fin. Elle aimait autant qu’elle évitait volontiers ces moments là. A chaque foi elle avait l’impression de perdre la tête et se sentait complètement béat, le blanc totale dans sa tête et pourtant le bonheur était si grand. Peut-être était-ce lui qui éclipsait ainsi toutes ses pensées d’ailleurs.


Quoi qu’il en soit, la jeune femme rendit très volontiers l’étreinte avec toute la douceur dont elle était capable, passant ses bras autour du cou de l’homme qu’elle aimait. Elle fut tout à fait émue quand il ajouta sa dernière intervention et lui sourit avant de l’embrasser affectueusement.


_Ce serment est d’un romantique - dit-elle doucement pour se moquer. Elle rit doucement et lui effleura le visage du bout des doigts avant de le serrer à nouveau très fort contre elle. – Je me moque, désolée je ne devrais pas. – elle lui sourit - en fait ça me touche beaucoup plus que ce que je pourrais le montrer, alors je détourne lâchement la conversation.

Elle rit encore avant de l’embrasser à nouveau et soupira d’aise avant d’enfouir son visage dans le cou de son aimé. Edel que finalement, il n’y avait rien de plus beau et de merveilleux, que de rester là simplement avec lui, sans rien faire d’autre ou être préoccupé. Il était un véritable cadeau du ciel c’était certain.

Avec tout ça, elle en avait oublié le parchemin de bonne facture qu’elle voulait lui montrer. Une réponse des siens disant que tout allait pour le mieux pour l’instant. Mais tant pis, elle lui montrerait à un autre moment. Pour l’heure il fallait faire durer…

La porte s’ouvrit soudain, l’arrachant sèchement à ce moment d’exception et le rouge lui monta tout à fait aux joues. Qu’allait-on penser…
Shawna entra d’une démarche aussi légère que décidée et la joie la submergea à nouveau. Un autre sourire fendit le visage de la jeune femme qui rit à la boutade de la jeune fille haute en couleur.

_Shawna ! – elle s’éloigna de Locktar après lui avoir serré la main, pour aller saluer la jeune fille, le cœur en fête. Elle n’en revenait pas qu’elle soit là, juste devant elle. – Tu es venus finalement ! Assied toi donc, prend place si tu le désires. – elle la regarda s’avancer. Ça pour une surprise, s’en était une ! Elle ne pensait pas la revoir avant longtemps et voilà qu’elle était là. Cette fille qui lui faisait tellement penser à Audric – Ho, et excuse-le, - elle fit un geste vers le guerrier qui n’était pas resté sans réaction - Locktar est un peu… - elle rougit – absent en ce moment, il prendrait n’importe qui pour un Raï. Je suis tellement contente, la dernière foi pour te dire la vérité, je ne pensais pas que tu viendrais. Les esprits libres n’aiment guère se cloîtrer dans des endroits quels qu’ils soient et aussi grand soient-ils. – elle lui sourit à nouveau, amusée de voir à nouveau sa petite mine joviale et fière - Et pendant que j’y pense, petit esprit libre, comment as-tu fait pour entrer ,toi qui ne porte aucun uniforme de l’établissement et surtout pour arriver jusqu’ici sans escorte ? Ne lésine aucun détaille surtout.

Locktar Hil'Guidjek
Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeJeu 1 Juil 2010 - 23:06

Alors qu'ils étaient enlacés, la porte s'ouvrit à la volée. Par reflexe, Locktar se mit devant Edel, la main posée sur son épée. Qu'il vienne le danger, il allait voir. Les paroles du guerrier n'étaient pas que de simples trémolos dans le vent. La menace était bien réelle. Locktar n'était pas de ceux qui se montrait courageux en paroles et qui fuyaient dès qu'un petit danger se montrait devant eux.

Locktar se détendit en reconnaissant la personne qui venait d'entrer. Fausse alerte, ce n'était que la jeune fille avec qui ils s'étaient battu contre le mercenaire qui en voulait obstinément à Edel. Mais qu'est ce qu'elle faisait là? Elle aurait pas pu aller voir ailleurs non? Déjà que les moments d'intimité avec Edel étaient trop peu présent selon le Corbac, il fallait en plus que cette peste vienne gâcher celui-ci. Il n'avait qu'une envie, l'expédier dehors en lui demandant d'aller voir ailleurs, s'ils y étaient. On avait pas idée de rentrer ainsi sans frapper et sans attendre de permissions. Locktar se retint pourtant en voyant la réaction d'Edel. Elle était vraiment très heureuse de la rencontrer. Oui, d'accord, elle était pas méchante et elle était plutot courageuse. Le guerrier avait été bien content qu'elle soit là pour lutter contre le mercenaire avec ses chaines. Pourtant, il n'était vraiment pas content de la revoir. Dans d'autres circontances, la présence de Shawna ne l'aurait pas gêné. Mais là, elle abusait. Elle rentrait dans le bureau d'Edel comme si elle était la propriétaire et elle osait les engueuler? Mais c'était le monde à l'envers.

Comment ça? Absent? Il n'était pas du tout absent. Shawna n'était pas un Raïs, c'est vrai. Mais elle était bien pire que cela. Un guerrier-cochon qui pénétrait dans l'académie, il suffisait de le tuer pour en être débarassé. Pour Shawna, c'était mal barré. Elle allait certainement rester longtemps. Le pire dans tout cela, c'est que le quart de Locktar débutait dans moins d'une heure. Les instants passés avec Edel, autant les mettre aux ordures. Il n'y en aura plus pour aujourd'hui.

- Oh non, je ne suis pas absent. J'ai cotoyé suffisamment de Raïs pour les reconnaitre. Mais à dire vrai, maintenant que je te connais mieux, je me rends compte que tu dois avoir un ancêtre Raïs. Ce côté à tout renverser sur ton passage. Personne ne peut t'oublier une fois que tu es passé devant lui et tu es aussi très doué pour oublier tous les règles de bienséance. Tu devais vraiment vérifié ton arbre généalogique, tu aurais sûrement des surprises.

Il s'en moquait bien que Shawna soit vexée. Elle n'avait qu'à pas venir ici. Elle n'était pas le centre du monde non plus. C'était qu'une simple itinérante. Pas la peine d'attirer tous les regards vers elle. Même l'empereur ne se permettait pas d'entrer dans un bureau sans frapper. Faut espérer qu'elle ne choisisse pas la voie des marchombres. Elle n'aurait aucun talent pour l'Harmonie, ça, ça creuvait les yeux. De plus, aucun maitre ne voudrait d'elle pour élève, ou alors, il faudrait qu'il soit suicidaire. D'ailleurs, est-ce qu'elle venait vraiment pour devenir élève? Avec elle dans l'académie, les nuits de Locktar allaient devenir mouvementées, c'était évident. L'itinérante n'allait pas pouvoir se plier à toutes les règles, le simple fait de frapper avant d'entrer, elle ne le faisait pas. Alors rester dans son lit à partir de telle heure, c'était impensable qu'elle obéisse.

- Oui, c'est vrai. Comment es-tu venu jusqu'ici? Les gardes à l'entrée ont des consignes strictes depuis qu'Edel est devenue première gardienne. Ils n'auraient jamais commis l'erreur de te laisser entrer sans une bonne raison.

Vu la joie d'Edel, elle serait capable de les remercier pour avoir commis une telle erreur. Bientôt, une armée de Raïs se présentera devant eux et ils leur ouvriront les portes en grand. Bon sang, Locktar ne pouvait pas même pas les sermonner, il n'était qu'un simple garde. Un de leur égal donc.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeVen 2 Juil 2010 - 12:17

Shawna n’avait pas été certaine, en entrant, si elle comptait simplement saluer la guerrière, lui donner les dernières nouvelles et partir, ou si elle comptait rester plus longtemps ; à son accueil, son choix fut tout fait, et elle se laissa tomber avec plaisir sur un fauteuil, le dos contre l’un des accoudoirs, le creux d’un genou s’encadrant sur l’autre alors que son pied et son mollet pendait de l’autre côté de l’appui-bras et la plante de son pied gauche, le seul à être à peu près là où était sensé être un pied lorsque l’on s’asseyait correctement, fermement en contact avec le sol. Elle n’avait pas vraiment réfléchi, avant d’entrer ; elle savait qu’Edel l’appréciait et la comprenait, mais si celle-ci avait fait preuve de compassion pendant le combat et ne comptait pas la revoir, elle l’aurait compris aussi. Sa joie à la retrouver avait quelque chose d’étonnant et d’inhabituel, de bon, aussi… Lorsqu’elle recroisait les gens, l’Itinérante était davantage accueillie par une attitude proche de celle de Locktar, puisque Locktar le garde se nommait. Pas toujours ; les Itinérants aimaient qu’elle se joigne à eux, elle était chez elle chez les bohémiens, elle s’entendait parfaitement bien avec certains marchands, mais hors de leur monde, elle n’avait pas l’habitude d’être reconnue. Surtout par des combattants. Leur classe était trop éloignée d’elle, trop supérieure, trop irréelle. Elle n’était qu’une roturière aux idées grandiloquentes, et qu’Edel se soit souvenu d’elle et lui ouvre les bras à sa vue, c’était… amusant, pour rester dans la superficialité objective et ne pas nommer les sentiments qui tournoyaient en Shawna. Reconnaissance. Elle, c’était la furie, le feu-follet, la peste, la tête de mule, l’ouragan. Pas l’esprit libre. Et pour remercier la guerrière aux cheveux blonds, Shawna lui offrirait un conte, une histoire sur l’entrée d’une moins-que-rien à l’intérieur de l’enceinte d’une Académie imprenable.

Mais d’abord, Locktar, qui visiblement était moins qu’heureux de la revoir. C’est vrai qu’elle n’avait pas été des plus sympathiques avec lui la dernière fois, et si elle respectait beaucoup Edel, elle n’appréciait guère son compagnon. Un guerrier qui se croyait héroïque, et qui fonçait dans le mur sans réfléchir… Il faudrait qu’elle fasse des efforts, pourtant, si elle voulait rester en compagnie de la première gardienne, puisque l’un n’allait visiblement pas sans l’autre. Alors à sa colère, elle répondit par l’ironie.

- Bonjour, mon cher Locktar, comment allez-vous, sieur ? Je suis tellement heureuse de vous revoir en un seul morceau, cela faisait tellement longtemps. J’en profite pour vous passer le bonjour de Merustis, vous manquez terriblement à votre ami. Est-ce tant demander de faire un signe de temps en temps, pour ne pas que nous nous inquiétons trop ?

Elle avait pris la voix fluette et le ton mondain faussement joyeux des aristocrates dans leurs petits salons, leurs paroles de politesse et mouvements excessifs, alors qu’ils demandaient des nouvelles à des nobles haut placés qu’ils ne pouvaient pas encadrer et qu’ils tueraient eux-mêmes si l’occasion s’en présentait. Le combattant voulait des règles de bienséance, et bien, elle les lui offrait obligeamment. Mais qu’il sache, au moins, qu’elle trouvait tout ça d’une hypocrisie insolente, et ne pensait pas un traitre mot de ce qu’elle disait… Il disait la connaître mieux, maintenant, alors qu’ils s’étaient battus une fois et qu’elle était entrée dans les appartements d’Edel ; Shawna ne considérait pas ça assez pour qu’il commence seulement à la comprendre, et ne comptait de toute façon pas rester en sa présence assez longtemps pour lui laisser le temps de voir autre chose en elle que la petite peste. Elle lui offrit son plus grand faux sourire, narquoise ; c’est lui qui serait surpris en voyant son arbre généalogique, si elle se décidait à lui sortir. Mais sa famille ne l’intéressait pas plus que les petits pois ou les chaussettes de l’Intendant, alors Shawna se décida plutôt pour conter l’histoire, bien plus intéressante entre les mains d’un bon parleur, de son arrivée ici. Elle se redressa, utilisant enfin le dossier pour ce qu’il était sensé être et retirant sa jambe de l’accoudoir, sans pour autant la poser au sol, pliant son genou pour poser son pied sur le fauteuil ; Shawna n’avait jamais été capable de s’assoir correctement sur une chaise, et cela n’allait pas commencer aujourd’hui.

- Commençons depuis le début, si vous le voulez bien. Je vais vous raconter l’histoire d’une jeune roturière qui, par deux fois, réussi à pénétrer dans l’enceinte de l’Académie, elle qui n’aurait jamais dû passer les gardes, n’ayant rien à faire à l’intérieur des murs.

Ses yeux pétillaient de joie, alors qu’elle reprenait instinctivement les méthodes qu’utilisait Nahemi pour conter ses histoires ; elle n’avait pas sa voix envoûtante, elle n’avait pas ses mains et sa présence, et les histoires ne prenaient pas autant vie pour Shawna que pour sa sœur, mais elle aimait raconter, aussi, et sa voix rapide ne rendait pas son histoire pénible à écouter.

- La première fois, j’ai simplement dit que je voulais aller voir l’Intendant. Les deux gardes, aphones, en ont déduit que j’étais une nouvelle élève, et m’ont laissée passer sans poser de questions. Mais l’intendant était absent, et je suis repartie.

L’histoire de son entrée par effraction dans le bureau de Jehan, de sa rencontre avec Lohan, de l’armoire qui lui était tombée dessus et de la flûte qu’elle avait retrouvé aurait été une belle histoire, aussi, mais autant passer sous silence cet épisode ; on ne sait jamais, des fois que Locktar ait l’autorité pour la punir. Elle prit une brève respiration, se demandant combien elle pouvait dire à Edel ; elle avait confiance en son opinion, plus qu’en celle de la lotra ou du lupus qu’elle avait rencontré, et celle-ci pourrait peut-être la conseiller sur entrer ou non à l’Académie, mais elle ne voulait pas lui être redevable, et n’avait pas l’habitude de demander de l’aide. Et puis, Edel avait parlé d’esprits libres qui avaient du mal à se cloîtrer dans un endroit ; c’était déjà mauvais signe, l’Académie devait vraiment être stricte, comme le noble le lui avait dit…

- Je n’ai donc pas pu lui poser la multitude de questions que j’avais à lui poser. Entre temps, j’ai reçu une lettre de mon père, continua-t-elle en restant très floue sur son contenu ; ne lésine sur aucun détail, lui avait demandé Edel, et bien c’était raté. Je vais donc quitter Al Poll pour retrouver ma famille, mais avant, je voulais savoir si je comptais revenir ici ou non. Retraverser Gwendalavir en longueur pour passer trois jours dans le froid et repartir, non merci. Malheureusement, chercher à savoir si l’on veut devenir élève dans cette Académie n’est visiblement pas un motif suffisant pour passer les portes.

C’était la chose la plus proche d’une demande de conseil qu’elle pouvait itérer ; si Edel et Locktar lui répondaient, tant mieux, s’ils passaient à autre chose et oubliaient ce détail, et bien tant mieux aussi, elle irait voir par elle-même une fois sa petite visite terminée. Il était temps de dire la vérité, à présent ; Edel la trouverait facilement si elle était Première Gardienne, de toute façon, et Shawna comptait bien la faire rire un peu.

- Alors je leurs ai dit que je voulais donner des nouvelles de mon père à une amie à lui, sa sœur d’armes Edel, après qu’ils aient combattus côte à côte contre un ennemi de taille. Soudain, et Shawna se leva de son siège, faisant une pause pour le suspense, les deux gardes se sont regardés, inquiets, la surprise écartelant leurs traits en entendant le nom de celle que je venais voir. Edel ? Edel Cil’ Melope ? qu’il a demandé, le garde. Oui, elle-même, j’ai répondu. Vous venez vraiment voir la Première Gardienne ? Combien d’Edel connaissez-vous à l’Académie ? J’ai répliqué, avant de leurs proposer d’appeler leur supérieur, s’ils ne me croyaient pas. Mais ils ne souhaitaient visiblement pas quitter leur poste ni vous appeler inutilement alors que vous étiez si occupée par votre… nouveau statut, et Shawna jeta un regard en biais vers Locktar, moqueuse. Alors ils m’ont laissée passer, pensant sûrement que j’étais inoffensive, et me voilà. Pourquoi est-ce que tout le monde pense que je suis inoffensive, mm ? Riri l’a bien regretté, n’empêche. Oh, et tu vois, je savais que c’était une farce, ton histoire d’Hil’ Meredrine. Me faire croire que tu venais d’une famille légendaire, non mais franchement. Cil’ Melope… Enfin, tu avais tes raisons.

Elle se laissa retomber dans le fauteuil, dans encore une autre position branlante, avant d’ajouter :

- Ah, et en fait, félicitations. Vous en avez mis du temps à vous mettre ensemble.

Shawna n’en savait rien, en vérité ; elle s’était attendu à ce qu’ils soient ensemble, après les avoir rencontré pour la première fois, mais pour tout ce qu’elle en savait, ils étaient ensemble depuis le jour d’après, alors… ou depuis hier, elle n’avait aucun moyen de savoir. Cela faisait quand même bien trois ou quatre mois qu’ils ne s’étaient pas vus… Elle aurait voulu demandé à Edel si ses soucis s’étaient réglés, mais elle avait horreur des indiscrétions, et ne pouvait qu’espérer que, si elle était Première Gardienne ici et bien installée, c’est que tout allait pour le mieux.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Edel Hil'Guidjek
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeVen 2 Juil 2010 - 15:55

_Enfin Locktar ! Ne dis pas une chose pareille voyons. – Edel était véritablement choquée - Ne soit pas ainsi déplaisant tout à coup, Shawna a fait une longue route pour arriver jusqu’ici et je pense qu’elle mérite mieux comme accueille. Elle nous a aidé alors que nous étions dans le besoin… ne te met pas ainsi en colère de pourvoir enfin la revoir.

Elle posa une main apaisante sur l’épaule du guerrier et lui sourit. Pourquoi n’était-il pas aussi content qu’elle de revoir la jeune fille, ça elle ne le savait pas mais elle trouvait cela bien dommage. Elle espérait seulement qu’il se calme. Des moments tous les deux ils en auraient plein si c’était cela qui le contrariait. Mais pour l’heure, son comportement était presque odieux, Shawna ne méritait pas d’être ainsi traitée.

_Laissons-la donc s’exprimer, il est bien en vérité qu’elle soit ainsi parvenue jusqu’à moi. Elle va pouvoir m’aider quand à savoir où je devrais cibler les priorités, dans les prochaines instructions aux gardes.

Edel se tourna à nouveau vers la jeune itinérante, assise totalement de travers dans un fauteuil et malgré elle, cette vision l’attendri.
Ça devait être Audric, c’était certain! Ou alors au moins sa jumelle d’âme. Père rouspétait toujours après lui d’accorder si peu de considération à son comportement corporel. L’honneur et toute ces histoires, tout ça lui était passé par déçus la tête cet enfant.
L’image qu’il véhiculait, lui importait tellement peu, mais il n’avait pas encore réalisé, que cette image qu’il donnait de lui, était aussi celle qu’il offrait de la famille. Et ça père ne pouvait le souffrir. Après chaque entrevu avec lui, mère était forcée toujours d’user de sa patience pour pouvoir enfin le calmer et Audric lui, repartait sans contrariété aucune à l’esprit.

Edel fut interrompu dans sa pensé quand Shawna prit la parole. S’appuyant contre son bureau elle l’écouta en souriant. Il fallait qu’elle reste celle là, ou bien qu’elle aille apprendre ailleurs si sa préférence n’était pas ici ; mais qu’elle fasse quelque chose ! Elle avait tant d’énergie à revendre… tout cela ne devait absolument pas resté inexploité.


Deux fois ? Voyez-vous ça ? Edel rit doucement alors que Shawna poursuivait son discourt. C’était donc elle aussi, la foi précédente? Voilà qui la rassurait soudain. Enfin en parti seulement.
Emportée par le récit de la jeune fille haute en couleur, Edel mit cela de côté pour le moment et fut totalement surprise quand elle se leva soudain pour raconter son entré dans l’académie. Edel fut saisie de rire, avant de rougir légèrement à sa dernière phrase.

Se tournant vers Locktar elle lui communiqua un sourire affectueux et se redressa pour répondre à Shawna :

_Tu as une moue qui dit à tout le monde que tu es inoffensif ! Personne ne soupçonnerais que derrière tes allures d’insouciante, tu ai un caractère de feu – elle rit à nouveau – c’est une force, ne te plain pas. Et mon histoire n’est pas une farce, je ne t’ai menti à aucun moment. Cil’Melope est… enfin n’est pas – chuchotant – mon vrai nom. – timbre normal – C’est toi qui as décidé que tu n’y croirais pas. – elle lui souri et poursuivit - Alors c’est toi qui a mis le souk dans le bureau du maître Jehan ? J’aurais dû m’en douter – dit-elle pour se moquer – J’étais fort contrarié par cette affaire le sais-tu ? - La jeune femme se redressa et lui proposa de l’eau. – C’est pour cela que tu es encore indécise quand à ton intégration ici ?

Edel invita Locktar à prendre place sur l’autre fauteuil, le guerrier était tendu comme un arc armé, ce qui générait une ambiance un peu… inconfortable. Il semblait que ces deux là ne s’entendais pas très bien, mais elle voulait que les deux reste. Pourvu que tout le monde se calme.

_Il est dommage que tu doives déjà rejoindre les tiens Shawna, mais je suis heureuse pour toi. J’aurais aimé en faire autant mais moi je ne le peux pour l’heure. Beaucoup de choses me retiennent ici – elle regarda furtivement Locktar – et il n’est de toute façon pas encore temps.

Elle avait déjà hâte d’avoir un autre moment avec lui. il faudrait qu’elle revois ses horaires de patrouille à l’occasion angel . Il était vrai qu’ils ne se croisaient pas souvent.
Revenant à Shawna elle lui dit, soucieuse qu’elle ne se sente pas trop indésirable à la suite du comportement de Locktar :

_As-tu besoin de quelque chose Shawna ? Tu as faim ? Veux-tu te reposer ? Des habits neuf, ou du moins quelque chose qui te tienne plus chaud? Mon tailleur doit venir dans la soirée, il a toujours des tissus aux couleurs éblouissantes avec lui, je suis sûr que ça te plaira, ils sont également de grande qualité. Ou peut-être veux-tu visiter les lieux avant tout cela ? – silence et elle lui sourit – Tu peux rester autant que tu le souhaite quoi qu’il en soit, mes appartements sont les tiens jusqu’à ton départ, je suis sûr que tu aimeras l’endroit. Enfin du moins je suppose. – elle se dit que peut-être elle ne se sentirais pas chez elle ici et fut attristé de ne pas s’être fait la réflexion plus tôt – Enfin, seulement si ça te plais, l’établissement regorge d’endroits intéressant et beaucoup mois ennuyant que mes appartements. Mais pour ça il faudra te renseigner auprès de Locktar – elle sourit gaiement au jeune homme qui ne dit mot – Il sait encore bien mieux que moi l’endroit.

Locktar Hil'Guidjek
Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeDim 4 Juil 2010 - 16:14

Edel lui avait proposé de s'asseoir mais Locktar était resté debout. Il ne comptait pas s'éterniser dans le bureau d'Edel maintenant que Shawna les avait interrompu. Il ne supportait pas le sans-gêne de la jeune fille. Toute intimité était impossible quand on la connaissait apparemment. Elle entrait dans les pièces sans frapper et sans s'excuser quand elle voyait qu'il y avait du monde à l'intérieur. Elle les avait déranger et elle s'en moquait bien. Locktar n'aimait pas beaucoup la jeune fille mais aujourd'hui, il la détestait au plus haut point. S'il tentait de se calmer, c'était pour Edel. Elle était heureuse de revoir Shawna et il ne voulait pas gacher son plaisir. C'était pourtant compliqué pour Locktar de ne pas chasser Shawna. Elle se moquait de lui à présent. Mais, ce qu'il l'énerva au plus haut point, ce fut la réaction d'Edel. Elle proposait à Shawna de dormir dans ses appartements. Quelle folie! Edel avait-elle oublié qui elle était? Sa famille était en danger continuel face au Chaos. Pourtant, elle ouvrait sa porte et proposait un lit à une inconnue. Car même s'ils s'étaient battus ensemble tous les trois, Shawna restait une inconnue. Ils n'avaient qu'un nom et un prénom. Comment Edel pouvait-elle oublier le Chaos? Shawna pouvait très bien être un assassin au service des mercenaires. Elle pouvait avoir pour mission de gagner la confiance de la Première Gardienne. C'était fait désormais.

C'était trop pour Locktar, il ne pourrait en supporter d'avantages avant d'insulter Shawna. Il fixa Edel dans les yeux:

- Puisque c'est votre désir, je suivrais vos ordres Première Gardienne et je conduirais cette inconnue dans l'académie selon sa guise.

Il avait volontairement passé au vouvoyement. Il voulait montrer son désaccord. Il ne discuterait pas. Edel était sa suppérieur, ses paroles passaient donc pour des ordres. Le guerrier avait aussi appuyé sur le mot "inconnue". Il voulait ouvrir les yeux de l'élue de son coeur.

- Il est l'heure de prendre mon quart. Je vous salue, Première gardienne.

C'était faux. Il restait plus de trente minutes avant le début du tour de garde du guerrier mais il ne pouvait supporter plus longtemps la présence de Shawna. Il ne verrait plus sa bien-aimée pour aujourd'hui. Tant pis, il en avait suffisamment supporté. Locktar salua Edel et il sortit sans aucun regard pour Shawna. Il claqua fortement la porte. Il ne partit pas loin. Deux pas et il s'adossa au mur. Etait-ce lui qui avait tord de réagir ainsi? Cette colère qu'il ressentait au fond de son coeur, était-ce simplement de la jalousie? Edel avait accordé sa confiance très rapidement à Shawna. Elle n'avait aucun problème à la tutoyer seulement après deux rencontres. Locktar avait cotoyé Edel pendant tout le trajet entre Al-Jeit et Al-Poll et c'était seulement après leur premier baiser qu'Edel n'utilisait plus le "vous". Le Corbac avait du batailler pour avoir la confiance d'Edel. Il l'avait protégé dans les rues d'Al-Jeit et pourtant, elle l'avait pris pour un brigand à la solde de mercenaires. Pourquoi Shawna avait-elle cette confiance? Que s'était-il passé avant qu'il ne rejoigne Edel dans les rues d'Al-Poll?

Oui, il y avait un peu de jalousie en lui, mais il y avait aussi de la colère. Une intense colère. Edel était porteuse d'un secret convoité par les mercenaires. Les ressources du Chaos étaient immenses. Engager une jeune femme au dessus de tout soupçons, c'était dans leurs moyens. Edel ne jouait même pas la prudence. Elle lui ouvrait les portes de ses appartements. Si Shawna était une ennemie, elle n'avait qu'à se lever en pleine nuit, s'assurer qu'Edel dormait pour s'emparer du secret des Hil'Meredrine. Edel s'était montré prudente envers Locktar et le guerrier l'avait compris en apprenant l'histoire de la famille Hil'Meredrine. Mais où était passé ces doutes?

Locktar frappa de toutes ses forces contre le mur qui se trouvait devant lui. Seul son coeur souffrait. Son poing n'avait rien sentit. Il avait utilisé son poing enfermé dans le gant de fer. C'était ainsi à chaque fois que sa rage le submergeait. Il frappait un mur avec son poing droit. Ainsi, il ne frappait pas un pauvre innocent sur sa route et sa colère était un peu apaisée.




[A vous de voir: soit fin du rp pour Locktar, ou alors je continue si l'une d'entre vous sort du bureau pour aller discuter avec Locktar. Si c'est Shawna, choisit bien tes mots si tu veux pas te prendre une baffe ^^.]


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeDim 4 Juil 2010 - 20:20

[Shawna, se prendre une baffe ? Locktar est suicidaire o/]

Cil’ Melope, un faux nom ? La guerrière devait vraiment être quelqu’un d’important, si elle avait besoin de se réfugier dans cette académie sous un faux nom, et qu’elle était poursuivie par des mercenaires du Chaos. Sans compter qu’elle faisait apparemment partie de la noblesse… Et pourtant, Shawna ne ressentait pas cette hypocrisie aristocrate de la part de la combattante ; elle n’agissait pas envers Shawna comme si lui parler était déjà un cadeau, elle était franche, ouverte, simple, et ne cachait pas sa joie sous les voiles et la dentelle. Shawna appréciait la présence d’Edel ; parce que c’était Edel qu’elle voyait en regardant ce visage entouré de boucles blondes, pas la noble en fuite qui se terrait hors d’atteinte de ses ennemis. Son nom, son histoire, elle s’en moquait un peu, au final. C’était Edel, ses valeurs, sa personnalité, sa perspicacité aussi, qui avaient conquis l’itinérante si méfiante. Alors c’est avec le sourire qu’elle répondit immédiatement :

- L’intendant vous aurez donc dit que j’avais mis le souk dans son bureau ? Je proteste. La salle était plus propre à mon départ qu’à mon arrivée, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un peu de ménage avant de partir, tellement le bureau me faisait pitié…

Puis elle chercha vers la fenêtre un moyen d’éviter la question d’Edel ; elle avait espéré qu’elle lui demanderait pourquoi elle hésitait à intégrer à l’Académie, et se sentait heureuse que cela soit le cas, que la première gardienne soit capable de la lire si facilement. Et pourtant, elle n’osait pas parler, n’arrivait pas à mettre de mots sur ce conflit intérieur qui la brûlait depuis si longtemps. Peut-être parce qu’elle savait que parler ne servirait à rien ; c’était son père qu’elle devait voir, c’était avec son père qu’elle prendrait sa décision. Ou plutôt, qu’elle la prononcerait, parce que la décision était déjà prise, avait été prise dès qu’elle avait entendu le marché que Kael lui proposait. Edel n’insista pas, sentant peut-être sa réticence à engager le sujet pour le moment, à moins que ce ne soit le silence hostile de Locktar qui ne l’ait poussé à continuer à parler. Aux propositions d’Edel, les yeux de Shawna s’arrondir comme des melons. A manger ? Des vêtements ? Rester dormir ici ? Le visage de la musicienne se referma comme une huître. Elle savait qu’Edel n’avait aucune mauvaise intention en lui proposant tout ça, que ce n’était pour elle qu’une marque d’amitié, mais Shawna ne put s’empêcher d’avoir un mouvement de recul.

Est-ce qu’elle avait tant l’air d’avoir besoin de son aide ? D’avoir besoin d’un endroit où dormir ? Elle n’avait peut-être pas une garde-robe aussi garnie que celle de la première gardienne, mais ces quelques tuniques lui allaient très bien. Elle jeta un œil aux coutures qu’elle avait refaite elle-même après avoir coupé ses manches brûlées par le nobliau d’Al Poll ; bon, peut-être pas parfaites, mais elle en était fière, et il était hors de question qu’elle accepte ce genre de… faveurs de la part de la noble. Ce n’était rien, à ses yeux, alors que pour Shawna, c’était… et bien, l’équivalent de plusieurs jours de travail. La visite guidée des lieux, par contre, elle ne dirait pas non…

…Mais Locktar n’avait pas l’air de beaucoup aimer l’idée, et se retira immédiatement, beaucoup plus sèchement que ce à quoi Shawna se serait attendu de sa part. A son entrée, son amour pour Edel lui avait crevé les yeux, et voilà qu’il lui parlait comme à une parfaite inconnue ! Edel allait sûrement en être blessée… Shawna se sentit brûler de l’intérieur, et son regard se durcit alors que Locktar claquait la porte derrière lui. On ne blessait pas ses amis, ou on le regrettait. Locktar avait beau être plus grand, plus fort et plus vieux qu’elle, il ne ferait pas exception. Surtout que tout cela était sûrement de sa faute, elle doutait fortement que le guerrier aurait agi comme un gamin si elle n’avait pas été là… Alors elle posa une main sur le bras d’Edel pour l’arrêter avant qu’elle ne réagisse, et lui dit d’un ton sans appel :

- Laisse-moi faire, je te le ramène immédiatement. En le tirant par les oreilles, s’il le faut, finit-elle sur le ton de la plaisanterie, pour qu’Edel sache qu’elle rigolait sur ce dernier point, mais qu’elle ne comptait pas laisser Locktar trouver une excuse ou une autre pour filer. Fais-moi confiance.

La musicienne n’attendit pas de savoir si Edel allait obéir ou la suivre pour sortir à son tour. Elle n’eut pas à chercher loin pour retrouver le guerrier ; au lieu de rejoindre son poste, le barbu avait décidé que le mur était une victime bien plus compatissante qu’un Raï quelconque qui se serait attaquer à l’Académie. Shawna se dirigea vers lui de sa démarche de Raï son pas rapide, la tête haute, et se planta droit devant lui, les mains sur les hanches, sans s’occuper du fait qu’elle était la dernière personne qu’il aurait voulu voir à ce moment là, et qu’il aurait sûrement préféré la frapper elle que le mur. C’était justement parce qu’elle était la dernière personne qu’il voulait voir qu’elle était la personne qu’il devait voir… Si elle comptait revenir définitivement ici, et si elle comptait rester l’amie de la première gardienne, elle avait tout intérêt à s’expliquer avec son compagnon avant que toute la situation ne dégénère. Shawna n’avait jamais été patiente, ni du genre à repousser à demain ce qu’elle pouvait faire aujourd’hui, et n’allait sûrement pas attendre que Locktar se calme ou qu’Edel discute tranquillement avec lui pour le convaincre de cacher sa colère en sa présence pour agir. Le sermon menaçait d’éclater en bulles à la surface à tout moment, et elle laissa les premiers mots jaillir.

- Je sais que tu ne m’aimes pas beaucoup, et je sais que tu n’as absolument aucune envie d’écouter un traître mot que je pourrais te dire, mais tu vas te tenir tranquille et m’écouter jusqu’au bout, Locktar, sans m’interrompre, sans souffler, et sans t’éloigner en milieu de phrase, c’est compris ? Juste une fois dans ta vie, juste une seule fois, je vais te demander gentiment de m’écouter. Les gens à qui j’ai demandé gentiment de faire quelque chose se comptent sur les doigts de la main, alors contente-toi de nourrir ton égo en te disant que tu es l’une de ces personnes si ça te chante mais écoute-moi. Fais-le pour Edel, si pour personne d’autre. De toute façon, il faudra bien qu'on s'explique un jour où l'autre si on doit se recroiser souvent, alors autant le faire maintenant.

Elle leva son index devant elle, comme si elle s’attendait à ce qu’il commence déjà à l’interrompre, pour qu’il ne dise rien, et les yeux qu’elle fixait sur lui sans baisser le regard ne permettaient aucun refus. Elle attendit quelques secondes, avant de reprendre, satisfaite.

- Bien. Tu sais que tu es en train d’agir comme un gamin, là ? « Oh, j’suis pas content alors je m’en vais en claquant la porte et je vais bouder dans mon coin, » c’est l’attitude d’un gosse, pas d’un adulte ! Alors ouais, t’avais peut-être envie de te retrouver seul avec Edel, ouais t’avais peut-être pas envie de me revoir, ouais, tu m’aimes peut-être pas, et ça, j’m’en moque. Mais quand j’suis arrivée, t’étais en train de serrer Edel dans tes bras et de lui dire je t’aime, et là, tu pars en claquant la porte et en lui parlant comme si tu la méprisais plus que n’importe qui, et ça, CA, je ne m’en moque pas. C’est contre qui que tu es en colère, elle ou moi ? T’es pas capable de l’aimer devant moi, quand vous êtes tous les deux vous êtes ensemble mais dès qu’il y a quelqu’un d’autre dans la pièce, non non, elle est ton supérieur ? Si t’as pas l’occasion de l’embrasser, elle n’est plus importante ? Tu crois que tu peux jouer comme ça avec ses sentiments, elle t’obéit, tu l’aimes, tu n’es pas d’accord avec elle, tu ne l’aimes plus ? Mais elle n'est pas ton chien ! J’sais pas ce qu’elle voit en toi, franchement, je ne vois pas, mais elle est visiblement très heureuse avec toi, et j’suis contente pour elle. Alors va pas lui faire peur à chaque fois que tu n’es pas d’accord avec elle, parce que sinon, je te promets que je vais te le faire regretter. Et m'utiliser moi comme un prétexte pour votre querelle, c'est tout aussi inadmissible. Si tu veux que je vous laisse tout les deux, tu le dis, c'est pas compliqué quand même. Alors maintenant, tu vas oublier que tu ne me supporte pas - je me demande bien pourquoi, d'ailleurs, je ne me souviens pas t'avoir fait quoique ce soit, à toi, contrairement à d'autres - parce que toi et moi, ça n’a rien à voir avec toi et elle. Tu vas aller la voir, et tu vas t’excuser. Et ne t’inquiète pas, je ne compte pas plus te demander de me montrer les lieux que d’accepter ses offres, alors tu peux dormir sur tes deux oreilles, tu ne passeras pas plus de temps avec moi. Je peux me débrouiller toute seule, je n’ai pas besoin de ton aide. Ni de la sienne.

Elle se tut, un instant, avant de hocher la tête.

- C’est bon, j’ai fini, tu peux te remettre à parler. Ou m’ignorer, si tu préfères, je ne compte pas t’obliger à avoir une conversation avec moi. Par contre, si tu ne vas pas voir Edel, je te promets de transformer ton travail de garde en une nuit de torture.

Elle pivota sur ses talons, sans partir pour autant ; elle voulait juste jeter un œil dans le couloir pour savoir si Edel était sortie et avait tout entendu, ou si elle était restée à l’intérieur et avait tout entendu quand même, vu que Shawna criait fort.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Edel Hil'Guidjek
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeLun 5 Juil 2010 - 19:08

Edel rit à la question de Shawna. Non seulement l’intendant lui avait tout rapporté, mais elle avait également vu les lieux de ses propres yeux. Alors quand la jeune itinérante parlait d’avoir « fait du ménage », elle trouva que c’était une bien drôle de façon de procéder. Shawna était un cyclone, partout où elle allait elle chamboulait tout sur son passage avec tant de naturel… le bureau de Jehan illustrait parfaitement cette facette d’elle.

Puis elle vu un trait de méfiance dans le regard farouche de la jeune fille et la première gardienne se sentit idiote. Bien sûr qu’elle n’accepterait aucune des propositions qu’elle avait énoncée, c’était fort impoli en fait d’ainsi proposer tout cela. Audric aurait refusé, pourquoi Shawna aurait-elle accepté elle ? Elle était trop fière pour ça, ils étaient trop fiers pour ça…

Bien plus tard dans la nuit Audric, lui, serait descendu à son balcon pour s’excuser et ils auraient finalement discuté longuement de bien des choses et au matin ils auraient lu le poème écrit durant la nuit, aux triplets. Ils se seraient moqués et Audric serait reparti la tête haute comme si ses frères n’avaient pas été dignes de cette lecture. Il aurait ensuite brûlé le poème et tout aurait recommencé plus tard.


Audric aimait bien lui parler, mère disait toujours que finalement, elle avait bien eu trois paires de jumeaux et non deux uniquement. Ils étaient tous les deux troisième paire. Le vrai frère jumeau d’Audric était mort à la naissance, un double trop fragile et un bébé dont la respiration s’était éteinte à peine une heure après sa venue au monde. Tout cela semblait inscrit en lui certaines fois, quand son regard bleu nuit s’éteignait. Un peu comme si il lui manquait une part de lui-même, comme si il était incomplet. Parfois il lui racontait tout cela auprès du feu certains soirs. En fait, il n’y avait que peu de chose qu’ils ne se disaient pas.

Tous les autres, exepté Guylain et Loric, marchaient par paire ou à trois sur le chemin de la vie, et eux ils étaient nés seul, ils grandissaient sans double et se sentait proche par cela. Mais Edel elle, n’avait pas cette blessure. Elle était fille unique dès le ventre de sa mère et ne pas pouvoir suivre son frère sur ce chemin afin de le comprendre d’avantage, la blessait certaines fois.
Mais pas aussi fort que la réaction qu’eut Locktar après sa dernière phrase trop joyeuse tout à coup.

Edel ne le regarda pas sortir, et ses yeux ne firent que se poser sur Shawna qui lui promit d’arranger ça, mais sans vraiment la voir.
Locktar ne s’entendrait jamais avec Audric, si il réagissait déjà ainsi avec Shawna. Et Audric ne ferait pas plus d’effort pour s’entendre avec lui si le guerrier poursuivait ainsi sa route.

Les yeux humides Edel tourna la tête vers la porte restée entre- ouverte alors que la voix colérique de Shawna emplissait le couloir. La jeune femme se tourna vers son bureau et se servit un autre verre d’eau de ses mains tremblantes sous l’émotion et en renversa sur quelques parchemins encore inutilisé. Le liquide frais se fraya un chemin jusqu’à l’extrémité du bureau et se mit à s’écouler lentement sur le sol.

Il n’était peut-être pas fait pour elle finalement. La jeune femme posa calmement son verre sur son bureau et sans même tenter d’essuyer quoi que ce soit, sorti dans le couloir alors que Shawna avait terminé son monologue.


La jeune femme posa une main apaisante sur l’épaule de la jeune itinérante et l’éloigna du guerrier avec douceur avant de prendre sa place face à lui.


_ Si c’est ainsi que vous voulez que nous discutions à nouveau, monsieur Guidjek… qu’il en soit alors ainsi. – silence – Aucun ordre n’a était prononcé dans mon bureau.– fit-elle la voix pleine d’émotion et les larmes menaçant à tout moment de submerger son visage qu’elle tentait de garder impassible – Mais vous semblez y attacher tant de cœur aux ordres, – elle appuya ce dernier mot – qu’il me prend soudain l’envie de doubler votre charge de travail pour une durée indéterminée. Cet ordre ne sera négociable en aucun terme, et aucune réclamation ne sera acceptée. Si vous ne vous sentez pas à la hauteur de ses nouvelles obligations, les portes du domaines demeurent ouvertes jusqu’à la tombé de la nuit. Personne ne vous retiendra. Je ne tolère pas les faibles parmi les hommes que je commande. – elle n’avait pas sillée une seule foi et espérait qu’ainsi il médite plus avant ce qui venait de se passer. Ce n’était plus Edel qui parlait à cet instant, mais la première gardienne. Edel était partie depuis plusieurs minutes déjà - Vos collègues seront mis au courant dès le levé du jour demain matin. Si vous le permettez maintenant, - elle recula sans le quitter des yeux – j’ai à faire.


La jeune femme fit volte face, salua Shawna de la tête et entra à nouveau dans ses appartements.


_Shawna mes offres tiennent toujours, je suis désolée que tu ais eu droit à ce genre de comportement. La prochaine foi, il n’y aura plus ce genre… d’incident. Bon retour parmi les tiens, si t’en aller ce soir même, tu dois.

La porte claqua, et un bruit de verrou qui se bloquait tinta dans le couloir. Le silence envahi de nouveau les lieux. Edel enleva les parchemins trempé de son bureau et rédigea un mot annulant la visite du tailleur. Elle alla la glisser sous sa porte et le visage humide à présent, se dirigea vers sa chambre allant s’asseoir un moment sur ce fauteuil tellement élégant. Dehors l’horizon était rouge sang à présent et le soleil s’en allait doucement se reposer. Se levant elle décida finalement d’allé s’asseoir sur son lit, où elle s’allongea tout compte fait avant de se glisser sous les couvertures, comme le froid de la pièce l’avait soudainement envahi.

Elle resta longtemps ainsi allongée les yeux fixant le vide et pleurant les larmes qui la submergeaient par vague. Elle aurait voulu qu’Hélène soit là.

Locktar Hil'Guidjek
Locktar Hil'Guidjek

Primat de Teylus et Maître d'Armes
Messages : 634
Inscription le : 26/11/2008
Age IRL : 30


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeMar 6 Juil 2010 - 21:23

Shawna était sortit de la pièce. Elle se planta devant lui et elle commença à lui faire la leçon. Mais qui était-elle pour le juger? Elle se prenait pour qui? Son père? Malgré la colère qu'il ressentait à son égard, il l'écouta, sans rien dire, sans broncher. Son discours lui fit mal. Il aimait Edel de tout son coeur mais le montrait-il suffisamment? Il avait exagéré. Il n'aurait pas du réagir ainsi. Il avait été un bel abruti. Il devait s'excuser, c'était évident. Il voulut répondre à Shawna mais ce fut Edel qui fit son apparition. Elle le vouvoya, prit son rôle de première gardienne. Comme ce que venait de faire Locktar. Elle tentait de masquer sa peine sous une réprimande mais le guerrier voyait que les larmes noyaient ses yeux. Quel imbécile il avait été. Pourquoi avait-il réagit ainsi? Les raisons qu'il s'était donné lui apparaissaient bien futiles désormais. Prudence? Ridicule! Shawna ne pouvait cacher sa présence, elle était envahissante, elle avait un sale caractère mais elle était pas dangereuse. Quand ils s'étaient battus contre Meryndre, elle serait morte depuis longtemps si Edel et Locktar n'avait pas été là pour la sortir de situations dans laquelle elle s'était jeté. Le Chaos aurait été bien idiot d'engager une telle personne. Il n'y avait pas de raisons pour être prudent. Une seule solution clignotait dans l'esprit dans Locktar. C'était la seule qui était envisageable, la seule qui l'avait vraiment poussé à sortir en colère du bureau d'Edel, la seul raison qui avait rendue Edel si malheureuse. La jalousie. Elle avait envahit son coeur, cette jalousie. Au point d'oublier jusqu'à l'amour qu'il avait pour Edel. Il avait été jaloux de Shawna. La première gardienne lui avait accordé sa confiance très rapidement, trop rapidement peut être si on connaissait l'histoire des Hil'Meredrine. Edel lui avait proposé de dormir dans ses appartements. "De faire comme chez elle". Locktar était jaloux de cette confiance qu'il n'avait gagné que difficilement.

Locktar n'eut pas l'occasion de s'excuser. Edel tourna les talons et elle s'enferma dans ses appartements. Non, il n'allait pas la laisser sans qu'il ait pu s'expliquer. Sa porte close ne l'arrêterait pas. Il devait lui parler, peu importe les obstacles qu'il y avait devant lui. Il passa devant Shawna sans la regarder. Elle ne lui importait plus à ses yeux. Elle aurait pu être absente, il n'aurait pas eu de réaction différente. Seule Edel occupait son esprit. Il tenta de pousser la porte mais elle était fermé par un verrou. Il la poussa avec son épaule dissimulée sous la protection de fer mais il ne réussit qu'à laisser une trace au milieu du bois de la porte. Il s'éloigna un peu et il envoya un formidable coup de pied au niveau de la poignée de la porte. Le bois de la porte vola en éclat et la porte s'ouvrit sans difficulté. Le bruit s'était entendu dans tout le couloir mais peu importe. Plus rien ne comptait aux yeux de Locktar. Le Corbac entra dans le bureau qu'il avait quitté quelques minutes auparavant. Edel n'était pas là. Une seule porte possible. Celle qui donnait surement sur les appartements de la première gardienne. Il trouva Edel allongée sur son lit en train de se vider de toutes les larmes de son corps. Locktar n'osa pas entrer. Il resta dans l'embrasure de la porte. C'était de sa faute, entièrement sa faute. Personne d'autre n'était fautif. Il n'y avait que lui.

- Je....... Je....... Je m'excuse.......

Il ne trouvait pas ses mots. Il ne savait quoi dire. Il devait expliquer son geste mais il ne voyait pas comment l'expliquer. Son geste apparaissait tellement idiot à ses yeux qu'il ne savait pas quoi dire pour s'expliquer.

- Je suis un idiot. J'ai avis sous le coup de la colère. Je n'arrivais pas à comprendre cette confiance que tu accordais à Shawna. Tu l'a tutoyé en deux rencontres seulement. Tu expliques ton histoire sans être prudente. Tu t'es montré soupsonneuse envers moi et je l'ai très bien compris quand tu m'as expliqué l'histoire qui entourait ta famille. Qu'est ce que cette fille a de plus que moi pour avoir ta confiance sans que tu poses milles et une questions sur sa vie? Le Chaos est partit et chaque personne peut le servir. Je t'aime et je ne veux pas te perdre. Quand tu lui a ouvert les portes de tes appartements, je l'ai imaginé en train de tuer pendant ton sommeil et j'ai eu peur.....

Il stoppa son discours. Dans son esprit, cette histoire paraissait tellement réelle. Maintenant qu'il l'entendait de sa propre bouche, il se rendait compte qu'il s'était mentit à lui-même et qu'il était en train de mentir à Edel.

- A dire vrai....... c'était surtout la jalousie qui m'a poussé à te faire autant souffrir. J'étais jaloux de cette confiance que tu accordais à Shawna et du fait que tu lui ouvrais les portes de ton appartement. Je le regrette maintenant. Pardonne-moi. Je t'en supplie. Pardonne mon erreur. Je ne supporterais pas de te perdre. Je ne supporterais pas que nos relations deviennent celles d'un garde à sa chef. Je t'aime Edel. Je ne veux pas que tu t'éloignes de moi, je ne le supporterais pas. Pardonne-moi je t'en supplie. De tout mon coeur, de toute mon âme.

Il resta sans bouger à attendre une réaction d'Edel. Une larme coula le long de sa joue. Il ne chercha pas à l'essuyer.


_______________
Il est plus facile de faire la guerre que la paix

Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Sign_l10





Spoiler:
 
Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeJeu 8 Juil 2010 - 16:06

Shawna soupira bruyamment lorsqu’Edel commença à parler de manière distante à Locktar. Elle avait fait la morale au guerrier, mais la première gardienne ne faisait pas mieux ! D’accord, elle était blessée par la réaction de son compagnon, mais sa réponse était hors de proportion. Monsieur Guidjek ? Doubler sa charge de travail pour le punir de lui avoir parler froidement ? Etait-elle si incapable de faire la différence entre sa vie personnelle et son travail de Première Gardienne ? Elle était complètement arbitraire, suivait ses émotions n’importe comment et était beaucoup trop sensible, à se laisser être touchée par une simple petite phrase que le guerrier n’avait même pas voulu dire. S’ils se disputaient pour des broutilles pareilles maintenant, ils ne risquaient pas de rester ensemble longtemps. Shawna aurait pu lui faire la morale, à elle aussi, mais elle n’avait ni envie de se mettre au milieu de leur querelle amoureuse, ni envie de s’impliquer dans leurs problèmes pathétiques. Locktar n’aurait pas dû parler ainsi à Edel alors qu’il était en colère contre l’Itinérante, mais Edel n’aurait pas dû réagir de manière si extrême, non plus, blessée qu’elle ait pu être. Ils avaient tort tous les deux et Shawna ne comptait pas défendre l’un ou l’autre plus longtemps. Tout cela ne la regardait pas. Surtout qu'elle se doutait qu'il y avait autre chose sous le conflit apparent, et qu'elle n'avait aucune envie d'en savoir plus...

Et puis, si elle restait, son respect pour Edel risquait de fondre à vue d’œil. Ce n’était pas possible d’être aussi possessive, pas possible… Elle lui offrait gîte et couvert, et s’excusait de l’accueil que Shawna avait reçu, comme si Shawna était sa petite protégée ou son invitée d’honneur, et que Locktar n’avait pas le droit de ne pas l’apprécier. Et bien, Edel ne devait rien à Shawna. Elle était simplement passée dire bonjour, pas venue s’installer. Elle n’avait pas demandé à être accueillie en reine, non plus, elle était entrée sans permission et s’était installée sans demander à Edel ou Locktar si sa présence les dérangeait. Elle avait voulu être accueillie en amie, et c’est ce qu’Edel avait fait, au début ; mais pourquoi s’était-elle tant énervée que Locktar ne fasse pas de même ? Si cela avait dérangé Shawna, elle l’aurait dit. C’était à elle d’agir et de se défendre si elle le pensait nécessaire, pas à Edel de lui faire des faveurs et de se battre pour elle. Shawna se débrouillait seule, toujours. Edel n’avait pas le droit d’en vouloir à Locktar pour ce qu’il ressentait envers Shawna, elle n’était ni sa mère, ni sa sœur, ni même quelqu'un qu'elle connaissait bien, quelqu'un qu'elle appréciait et qu'elle avait invité dans la famille d'accord mais elle ne l'avait pas encore fait, elle n'était pas encore…

Et le colosse était en train de détruire sa porte, comme si cela pouvait résoudre quoi que ce soit. Edel voulait rester seule, ne l’avait-il pas compris ? Si elle avait voulu qu’il lui parle, elle aurait laissé la porte ouverte. Shawna haussa les épaules. Edel avait laissé les mots du guerrier ruiner leurs retrouvailles, Locktar l’ignorait aussi complètement que si elle n’était pas là ; elle n’avait plus rien à faire ici. Avec un peu de chance, les deux ne seraient plus ensemble à leur prochaine rencontre ; Locktar se serait bien pris une hache de Raï en plein ventre d’ici là, c’était tout à fait plausible. En tout cas, elle était à l’intérieur de l'Académie, maintenant, et c’était le moment ou jamais de se promener en toute impunité pour décider si oui ou non elle comptait rester ici. Tant pis pour l’avis d’Edel, elle n’était pas en mesure de le lui donner.

Shawna voulait apprendre le combat, et était prête à apprendre le Dessin aussi si l’un n’allait pas sans l’autre. Ici, elle pourrait faire les deux. La question, à présent, était de savoir si elle était prête à sacrifier davantage pour cela. Si elle était prête à s’installer entre ces quatre murs, si son envie de devenir combattante était plus forte que son dégoût pour l’endroit. En sortant par les portes aujourd’hui, elle connaîtrait la réponse.

Alors elle laissa là les deux tourtereaux sans même leur dire au revoir, et disparut au coin du couloir.


[Désolée pour ce piètre post, mais je ne veux pas vous bloquer et j’ai trop mal à la tête pour faire plus long ou mieux ><]


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Edel Hil'Guidjek
Edel Hil'Guidjek

Premier Gardien
Messages : 139
Inscription le : 24/11/2009
Age IRL : 28


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitimeVen 9 Juil 2010 - 18:21

Que faisait-elle ici déjà ? Ha oui, elle attendait un possible retour de Merwyn Ril’Avalon chez lui. Elle attendait également les nouvelles des siens et le jour où elle pourrait enfin rentrer chez eux. Edel tourna la tête vers la porte fenêtre de sa chambre et fixa la rambarde, sur laquelle l’aigle des triplet Léandre, Médéric et Primaël se posaient à chaque foi à son arrivé dans les lieux.
Bonne-Mine, l’avaient-ils appelé. Edel sourit légèrement dans l’ombre en songeant que décidément elle ne comprendrait jamais pourquoi ils avaient décidé d’ainsi le nommer. Il est vrai que l’animal avait une bouille sympathique et particulière, mais bonne mine ? C’était sûrement une histoire qu’ils avaient tous les trois en commun qui avait guidé leur choix.

La jeune femme essuya son visage humide. Aucun d’eux n’auraient voulu qu’elle pleur, surtout pas pour un homme.
Médéric serait resté prêt d’elle pour lui dire que c’était absurde, Primaël aurait prit Léandre en chasse dans toute la pièce, tout deux mimant une course acharné de l’un deux aux trousses du « déshonoré infâme ayant eu l’audace de faire pleurer les yeux de leur sœur » et Léandre aurait fort bien exagérément mimé la défaite cuisante du fuyant, agonisant sous les talents de Primaël victorieux. Tout cela dans le brouhaha le plus confus de répliques cinglantes et alambiquées aux allures théâtrales.
Enfin ils se serraient arrêté la scène prenant fin et auraient jeté un coup d’œil vers elle pour voir si leur numéro avait réussit ne serait-ce que la faire sourire même qu’un peu.


Edel sourit à nouveau et se dit qu’en fait elle aurait bien rit tout au long de la performance avant que Médéric ne rappel le petit monde à l’ordre, riant lui aussi mais ayant un côté compatissant plus présent que ses frères jumeaux.

Soudain, un bruit énorme déchira le silence qui s’était fait dans sa tête et les traits de ses frères disparurent un à un alors que décors et sensations liées à leur souvenir s’évanouissaient tout à fait, en moins de temps qu’il ne lui fallu pour réaliser ce qui se passait.

Essayant de se reprendre après son sursaut, Edel entendit la voix de Locktar à l’autre bout de la pièce. Elle ne bougea pas, ses yeux menaçant à nouveau d’être submergé par les larmes. Elle écouta en silence.
Dans un coin de son esprit elle se demandait si il venait de faire ce qu’elle pensait qu’il avait fait… il n’avait pas défoncé la porte quand même ?

Très vite le sens de ses mots monta en elle. Voilà qui l’éclairait effectivement d’avantage sur sa réaction et elle se sentit confuse. C’était bien vrai qu’il ne comprenait pas ! Si tout ça lui semblait tellement clair à elle, c’était évident que ce n’était pas le cas pour lui. En fait, elle ne s’était même pas posé la question ou réalisé la différence dans son comportement avec Locktar et avec Shawna.
Mais elle n’était pas d’accord avec lui en disant qu’elle aurait dû se méfier de Shawna. Elle avait quelque chose en elle, dans son regard qui disait que ce n’était pas son genre de trahir qui que ce soit. Les esprits libres n’étaient engagé du côté de personne, car personne ne faisait attention à eux. Trahir signifiait avoir un avantage quelque part, Shawna était de ceux que l’avantage de charmait pas aisément. Tout cela était inscrit en elle, dans son regard et ses mouvements.
Enfin, elle pensait que c’était le cas. Elle pouvait aussi se tromper, et Locktar avoir raison. Mais au fond d’elle, elle ne voulait pas avoir tord. Elle s’était attachée à l’itinérante et elle la tutoyait comme elle tutoyait ses frères ! ça ne voulait pas rien dire !

Edel leva à nouveau les yeux vers Locktar qui reprit la parole. La jalousie? Il était jaloux d’une fille ? Bizarre Arrow .La jeune femme comprit mieux encore… elle l’avait blessé en un sens. Mais encore une foi ce qui été évident pour elle ne l’avait pas été pour lui visiblement… son cœur sembla fondre comme du beurre sur une tartine savamment dorée par Mélénice la cuisinière en chef du manoir et malgré elle, elle se sentit sourire doucement dans le noir. « Je t’aime Edel », phrase, voix et intonation, tous se gravèrent dans son cœur.


Un long silence s’installa alors, traduisant sa réflexion. En réalité elle l’avait déjà pardonné depuis qu’il avait dit « je suis un idiot ». Exprimer ainsi des vérités, même difficile à formuler, étaient quelque chose que la jeune femme appréciait beaucoup Rolling Eyes . Mais tout ça, il ne le savait pas.

Elle n’allait quand même pas se le ver immédiatement tout sourire et courir vers lui comme une dépravée ! Elle sourit encore.

Se levant finalement, elle passa sa main sur son visage une nouvelle foi pour être sûr que plus aucune larme s’y étaient égaré et elle s’avança vers cet homme qui tenait son cœur en otage depuis un moment déjà. Ce n’est qu’à ce moment qu’elle vit toute l’émotion qui habitait son visage si dur d’habitude, et les dernières barrières des convenances furent balayées d’un seul trait.
Elle essuya sa larme et l’embrassa tendrement avant de le serrer contre elle tout à fait émue par ses excuses et son attention. Edel aurait voulu dire quelque chose mais rien ne passa la barrière de ses lèvres, l’émotion bloquait tout à fait sa gorge. Elle s’entendit malgré tout murmurer tout bas:


_Mais bien sûr que je te pardonne.

Elle avait envie de lui dire que c’était évident que lui aussi était toujours le bienvenue ici, qu’il avait eut tord d’être jaloux. Qu’il ne devait pas se comparer à Shawna, lui dire ce trait de ressemblance qu’elle avait avec Audric certaines fois dans son comportement. Lui parler d’Audric aussi. Lui faire comprendre que c’était peut-être pour ça que Shawna était entré plus facilement dans son entourage proche. Qu’elle était un peu comme la sœur qu’elle n’avait jamais eu quelque part…
Mais rien ne fut ainsi. Tout ce qui comptait sur le moment c’était de sentir ses bras autour d’elle et surtout tout cet amour qu’il semblait lui porter. Tout le reste ne viendrait qu’après, pour l’heure l’étreinte était trop précieuse pour être brisée par des mots.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]   Bureau et paperasse :arrow: [Terminé] Icon_minitime



 
Bureau et paperasse :arrow: [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Aile ouest de l'Académie :: Le premier étage :: Les appartements de Locktar et Edel Hil'Guidjek-