Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteUne ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeSam 30 Jan 2010 - 21:57

Le galet ricocha six fois sur la surface du Lac Chen avant de sombrer sous les rides de l’eau miroitante.

Shawna fronça les sourcils, tournant un autre galet entre les doigts de sa main gauche. Lorsqu’elle faisait des concours de ricochets avec ses cousins, Dwelan réussissait parfois à atteindre le double de ce qu’elle venait de faire… Il était le plus doué d’entre eux, Keo et Shawna juste derrière lui, à se chamailler joyeusement pour la deuxième place. Mais lancer des cailloux dans les abysses maritimes, lorsqu’on était seul sur la plage, était beaucoup moins amusant que lorsque la compétition aiguisait les sens et que la rivalité amicale transformait cette simple occupation en le moment le plus attendu de la journée. Même si la compétition avait lieu sur un pauvre ruisseau se dandinant entre deux bosquets, et non sur la magnifique étendue du Lac Chen… Le deuxième caillou, lancé de l’autre main, ne fit que cinq cercles dans l’eau avant de disparaître. Bon, et bien elle n’avait plus qu’à s’entraîner à nouveau de la main gauche, même si elle avait perdu en maîtrise avec les deux. L’exercice avait le bénéfice de lui faire oublier toutes les choses auxquelles elle était sensée réfléchir. Des choses comme « futur » ou « famille » dont les seuls mots faisaient apparaître une grimace sur son visage… Pas totalement, pourtant, et le souvenir de ses derniers choix continuait à lui marteler les tempes. Comme un caillou sur l'eau qui ne veut pas couler.

Cela faisait une saison que sa mère l’avait lâchement abandonnée dans Al Poll, au milieu d’un hiver frigorifiant et en osant lui laisser une lettre d’explication sur la table. C’est pour ton bien, elle avait dit. Ton père a raison. Va à l’Académie de Merwyn, apprends l’art du Dessin, c’est une grande chance pour toi… Et si elle ne faisait pas ce que ses parents lui disaient, elle ne retrouverait jamais sa flûte. La flûte de pan qu’elle trimballait avec elle depuis ses sept ans… Aller à l’Académie. Se faire répartir. Y rester un an. C’était les seules trois conditions pour retrouver le bien volé. Mais voilà, elle n’avait aucune envie de devenir Dessinatrice, et encore moins d’être cantonnée entre les quatre murs d’une école prestigieuse en donnant raison à ses parents et à leurs lâches méthodes. Elle était connue dans tout Gwendalavir, elle était la seule à accepter les roturiers ? Elle avait été fondée par le plus grand Dessinateur de tous les temps ? La belle affaire ! Elle voulait apprendre à se battre, pas à allumer des bougies… Elle avait envisagé d’y entrer, pourtant. Mais en farfouillant un peu, elle avait appris la mort de Valen Til’ Lleldoryn, combattant de renom. Chantelame. Un mot qui unissait sa passion de la musique et celle des combats… Mais puisque le créateur était mort, elle ne voyait pas l’intérêt de se rendre captive de l’Académie pour suivre les cours d’un homme dont le nom n’avait jamais percé le fouillis de la misérable populace. Elle pouvait très bien trouver quelqu’un de tout aussi inconnu pour lui apprendre sur les routes, cadre nettement plus supportable. Et pourtant, elle avait tellement envie de retrouver sa flûte…

C’était le froid qui l’avait décidée, et avait tranché le conflit qui la divisait entre la musique et le combat d’un côté, la liberté et la fierté de l’autre. Et le froid avait penché pour ses valeurs plutôt que pour ses passions… L’hiver à Al Poll était tout simplement insoutenable. Elle frissonnait en permanence en regardant les flocons tomber par la vitre sale de l’Auberge du Siffleur, malgré les nombreuses couches de vêtements recouvrant sa peau noire… En deux semaines passées à Al Poll, elle n’avait pas vu le soleil une seule fois. Rester un jour de plus l’aurait fait glisser dans un désespoir dont elle n’était pas sûre de pouvoir ressortir, et elle n’avait aucune envie de se réveiller un matin en découvrant que ses doigts gelés étaient tombés dans la nuit. Et le soleil en plein hiver ne pouvait se trouver que plein sud.

Alors elle avait rejoint le dernier groupe d’Itinérant à affronter les neiges, un peu agacée que le Maitre Itinérant soit quelqu’un qu’elle connaisse, un peu rassurée aussi. Rassurée, parce que cela signifiait qu’elle n’aurait pas à se battre bec et ongles pour être acceptée dans la troupe ; son jeune âge aurait poussé un bon nombre d’Itinérants à la refuser, mais celui-ci avait déjà fait un bout de chemin avec la caravane des Dji dont elle faisait partie plusieurs fois et connaissait bien sa mère. Agacée, parce qu’il ne perdrait pas de temps à faire savoir à ses parents où elle était et de la ramener à eux. Il lui avait demandé ce qu’elle faisait seule… Errer, comme tout Itin-erre-ant, elle avait répondu d’un ton ironique, sachant pertinemment que la transformation du concept d’itinéraire en errance le rendrait mal à l’aise. Dès ce moment, elle avait su qu’il pensait qu’elle avait fugué, mais elle n’avait rien fait pour le démentir.

De toute manière, les soupçons vont toujours vers l’adolescent rebelle, jamais au parent irresponsable. A quoi bon le combattre ? Qu’il se baigne dans ses préjugés ; elle, au moins, savait mieux. Elle errait et puis c’était tout.

Ils avaient traversé les Plateaux d’Astariul, s’étaient arrêté à la toute nouvelle confrérie de Fériane qui se construisait tant bien que mal, puis avaient poussés jusqu’à Al Far où ils étaient restés deux semaines à troquer biens, tissus et épices, à laisser les membres se reposer et à profiter du retour à la civilisation. Contournant la Forêt Ombreuse, qui était encore une aire beaucoup trop dangereuse pour s’y aventurer, ils avaient finalement atteint la rive du Lac Chen… et il était grand temps que Shawna quitte la caravane. Elle était certaine que le Maitre Itinérant avait envoyé un message aux Dji, et elle voulait être loin lorsque sa famille croiserait le chemin de ce groupe d’Itinérants. Et puis, le printemps commençait à poindre, les rayons du soleil avait à nouveau caressés sa peau basanée, et ce n’est plus le soleil que son cœur désirait, mais remplir le manque créé par sa flûte.

Elle en avait acheté une autre à Al Far, espérant calmer cette soif de musique, mais elle ne donnait pas les mêmes sons que la sienne, et elle en avait été largement frustrée… Elle l’avait gardée, pourtant. Abandonnant l’eau et les galets, Shawna s’assit à même le sol et détacha l’instrument de sa ceinture. Elle le tourna un instant entre ses doigts, effleurant les rainures du bois encore inconnu, puis le porta finalement à ses lèvres. Une brise douce passa dans les branches creuses, comme un vent faisant doucement bruisser les feuilles. La note se prolongea, amplement, lentement. Puis la note changea, une question, avant de partir dans une véritable mélodie. C’était une ballade bien connue en Gwendalavir, ballade contant comment le Dragon, né du feu et de la terre, s’était envolé pour la première fois dans le ciel, quittant les profondeurs des entraves du monde pour embraser le firmament, créant le soleil du feu qu’il crachait et les nuages de la fumée qui quittait ses naseaux. Bête fantastique et majestueuse, rien ne pouvait arrêter la puissance de ses ailes, et lorsqu’il s’était posé pour la première fois, Gwendalavir avait tremblé devant sa puissance, et les montagnes étaient nées.


Et les pics s’élevèrent,
Et les sommets le vénèrent… ♫

Plongée dans la musique qui avait bercé bien de ses nuits autour du feu de camp, Shawna ferma les yeux, son pied tapant en rythme dans le sable, son corps bougeant faiblement avec la mélopée qui emplissait sa tête et ses oreilles. Elle n’entendait plus rien, et lorsqu’elle ouvrit les yeux à nouveau, elle sursauta en voyant qu’une personne se tenait sur le côté. La mélodie mourut sur ses lèvres, et elle baissa sa flûte en fronçant les sourcils, son expression soudainement hostile.

- J’peux savoir qui t’a permis de profiter du spectacle ? Il ne me semble pas avoir demandé une audience. Si c’est pour te baigner, la plage est assez grande pour que tu ne viennes pas empiéter sur mon carré de sable.

[Edition à volonté !]

Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeDim 31 Jan 2010 - 19:35

Ehena observait l’inconnue qui lui faisait face. L’air rebelle, la peau halée Ehena se demanda si elle avait une ascendance Faëlle. Elle avait de longs cheveux d’un brun sombre et à première vue des yeux de la même couleur. La marchombre lisait de la colère sur son visage. Apparemment, la jeune femme n’aimait pas avoir de la compagnie. A moins que ce ne soit son caractère naturel ou encore, plus simplement, qu’elle n’aimait pas avoir des spectateurs quand elle joue de sa flûte. C’était tout à fait compréhensible, Ehena n’aimait pas non plus qu’on la regarde quand elle fait quelque chose de particulier. Surtout que la marchombre n’avait aucune raison d’être là où la jeune fille se trouvait, vu la grandeur du lac. Soudain, l’inconnue parla :


- J’peux savoir qui t’a permis de profiter du spectacle ? Il ne me semble pas avoir demandé une audience. Si c’est pour te baigner, la plage est assez grande pour que tu ne viennes pas empiéter sur mon carré de sable.


Le ton employé et les paroles montraient un caractère fort. Ehena retint un soupir. Elle aurait tant aimé être là pour se baigner… Mais c’était pour une chose beaucoup plus importante qu’elle était venue ici. Elle devait répandre les cendres d’Elvon dans ce lac. La marchombre était dégoûtée de son propre comportement. Au lieu d’aller directement au lac Chen pour répandre les cendres, elle avait d’abord traqué les Mercenaires du Chaos, laissant Elvon dans son sac pendant plusieurs semaines… Un acte qui ne correspondait pas à la marchombre. Ehena ferma les yeux une seconde.

Elvon avait toujours adoré le lac Chen, il n’y avait pas d’autre endroit possible pour répandre ses cendres mais… elle culpabilisait. Si Elvon s’était fait tué, c’était en partie de sa faute. L’image de son père lorsqu’elle l’avait découvert l’hantait à cause de cela. Enfin, ses idées n’étaient pas claires. Il lui arrivait de penser qu’elle n’y était pour rien et elle revenait sur cet avis le lendemain, créant une boucle sans fin, parsemée de questions sans réponses et de doutes. Elvon était mort car il avait prit le risque de la guider sur la voie. Si elle n’avait pas accepté son enseignement, il en aurait été autrement. De plus, six personnes étaient mortes dans un incendie, créé par les Mercenaires du Chaos. Ces six morts pesaient lourds sur son cœur quand elle s’imaginait que c’était de sa faute.

Elle se concentra sur les paroles de l’inconnue qui la fixait, attendant sa réaction. Elle avait raison : rien ne l’obligeait à être ici, elle pourrait s’excuser et aller ailleurs. Mais elle n’en avait pas envie. En fait, cette fille était la seule personne qu’elle avait croisée depuis son arrivée au lac Chen, qui datait de dix minutes. Cela ne l’étonnait pas. Le lac avait beau recevoir de nombreux visiteurs, il est tellement grand que les rencontrer peut prendre du temps. Ehena avait été aux côtés de la fille depuis qu’elle s’entraînait aux ricochets. Au début elle s’était presque cachée, un peu trop curieuse de voir ce qu’elle allait faire. C’était la démarche de la jeune fille qui l’avait intriguée. Sûre et énergique. Les premiers temps elle n’avait fait que des ricochets, essayant des deux mains, et étant légèrement contrariée. Ehena pensait que cela devait être dû au petit nombre de fois où le caillou avait ricoché sur l’eau étincelante du lac. Puis elle avait réfléchit un long moment avant que ses pensées ne la mène à jouer un morceau de flûte…

Peut-être que la marchombre aurait dû continuer son chemin sans faire attention à elle. Ehena était sûre que l’inconnue aurait préféré cela. D’ailleurs, à un moment, la marchombre y avait songé mais en entendant le son de la flûte, elle s’était ravisée. Elvon lui avait parfois chanté cet air. D’après les souvenirs de la jeune femme, cette ballade racontait une histoire qu’elle avait toujours trouvée passionnante. Pour résumer, cela racontait l’histoire de la création du soleil, des nuages et des montagnes de Gwendalavir. L’œuvre d’un magnifique Dragon. Poussée par la nostalgie des souvenirs qui refaisaient surface, Ehena s’était avancée, devenant visible. Et là, l’inconnue avait arrêté de jouer, la regardant d’un air hostile. La marchombre n’aurait jamais dû troubler sa tranquillité. Elle craignait que demander le prénom de l’inconnue n’agace cette dernière. Elle ne souhaitait pas l’importuner d’avantage mais elle ne pouvait pas partir comme ça.

Risquant de rajouter de l’huile sur le feu, Ehena s’avança. Elle voulait parler, mais les yeux de l’inconnue l’en dissuadèrent au dernier moment. La marchombre s’approcha donc de la berge, prit un caillou, fléchit les genoux et le lança. Il effectua une quinzaine de rebond avant de se perdre dans la profondeur démesurée de l’immense lac Chen. Le caillou ne reviendrait sans doute jamais à la surface…

Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeLun 1 Fév 2010 - 20:46

Un long sifflement admiratif lui échappa alors que ses yeux cherchaient encore à deviner où le galet avait disparu. Quinze ricochets rapides, lui avaient affirmé ses oreilles. Un seul mouvement de poignet parfaitement contrôlé. La jeune femme était douée. Et si Shawna n’appréciait pas les indiscrets qui se faufilaient dans le dos des autres pour les observer tel les lâches incapables de prendre responsabilité pour leurs actions, ni ceux qui imposaient leur présence lorsqu’elle souhaitait simplement être tranquille, elle savait apprécier les gestes de la curieuse. Un sourire carnassier apparut sur le visage de la jeune Itinérante et, les yeux pétillants, elle se rattrapa nonchalamment :

- On ne t’a pas appris à ne pas espionner les gens quand tu étais gamine ? Mais peu importe, reste, puisque tu es là…

Elle leva les yeux au ciel, puis ses doigts fouillèrent le sol à la recherche d’une pierre assez plate, assez équilibrée, assez légère sans l’être excessivement. La beauté et la couleur n’avaient aucune importance dans son choix ; seule comptait la forme, qui devait donner la plus grande envergure possible. Rocher contre Eau. Surface contre surface. Keo choisissait toujours de beaux cailloux, puis n’osaient pas en jeter la moitié sous le prétexte que plus personne ne pourrait les regarder… Shawna ne s’était jamais embêtée avec ce genre de considérations. Une bonne pierre était une pierre aplatie, et puis le reste était dans le lancer. Rassérénée, la compagnie et le défi lancé silencieusement par la jeune femme la motivant à nouveau, Shawna les lança une à une avec une énergie sauvage et une secousse brutale. « Tu y mets trop de force, » lui disait toujours Dwelan. « Sois plus lente. Plus précise. Plus calme. » Mais elle n’avait jamais été calme, et ses conseils étaient tombés dans les oreilles d’une sourde… Elle lâchait toujours trop tôt, et ses tirs s’en faisaient ressentir. Ceux-là n’échappèrent pas à la règle et n’allèrent pas aussi loin ni ne rebondirent autant de fois que celle, unique, de l’étrangère. La dernière s’écrasa avec un gros plouf à deux mètres du rivage en coulant dès qu’elle entra en contact avec l’eau, et Shawna arrêta là ses efforts.

- Ne pense pas que j’abandonne. J’y arriverai, un jour, et je serai meilleure que toi, attends voir.

Maintenant qu’elle n’était plus concentrée sur les talents de la jeune femme, Shawna prit enfin la peine de la regarder en face. La première chose qu’elle vit, plus que ses traits en eux-mêmes, fut la poussière qui saupoudrait ses bottes, ses vêtements plissés par le vent et le temps, et les vêtements de cuir, pratiques pour les voyages et la vie sur les routes. Une voyageuse. Comme elle. Mais pas Itinérante, finit par décider Shawna. Les Itinérants se reconnaissaient entre eux, et ils étaient beaucoup plus sociables, habituellement… Après tout, il fallait passer son temps à parler à des étrangers et il fallait bien apprendre à vivre avec les autres pour avoir une caravane soudée, et non pas empoisonnée par une ambiance acide…

La femme était grande, et toute de finesse. Son corps, ses traits, et même sa peau qui semblait d’une pâle fragilité en contraste avec ses cheveux sombres. Ses yeux étaient un océan de calme, limpides et tristes mais déterminés à la fois. Chiaroscuro étrange, comparé à Shawna… Peau noire contre peau blanche, énergie brute contre précision calculée, mais plus que tout encore, Shawna était bruit et mouvement ; on entendait souvent les Itinérants venir de loin, mélange de voix, de musique, de cris, de roues de chariots et de casseroles tintant les unes contre les autres. La femme, elle, était silence. Silence à ses oreilles, alors qu’elle se déplaçait avec une grâce éthérée sans déplacer les galets sous ses semelles. Silence à ses yeux, aussi, alors qu’elle était habillée de cuir et de noir, contrastant étrangement avec l’écharpe blanche de Shawna, criarde sur sa peau brune, sa tunique rouge et son ample pantalon beige… Des bracelets tintaient aux poignets de la jeune fille, des objets pendaient à sa ceinture et son sac, recousu à plusieurs endroits avec des carrés de tissus de couleurs différentes, traînait paresseusement au sol. La femme paressait sobre et discrète, à côté… Non, définitivement pas Itinérante. Peut-être l’une de ces mercenaires qui les rejoignaient parfois. L’étrangère voyageait seule et exhalait la solitude.

- En fait, la Dame a volé ta parole à ton arrivée au lac, ou tu es muette ? Ma ballade n’est malheureusement pas complète sans une voix pour l’accompagner. Tu avais l’air de connaître la chanson – ‘fin, en même temps, tout le monde la connaît. Et comme je n’ai pas encore le merveilleux pouvoir de chanter et de jouer de la flûte en même temps, il va bien falloir que tu finisses par ouvrir la bouche.

Elle lui jeta un regard entendu en remontant sa flûte à ses lèvres, jouant les premières mesures plusieurs fois, le temps que l’inconnue s’imprègne du rythme et de la mélodie. Elle proposait davantage pour entendre un son de la figure silencieuse qu’autre chose, le manque complet de bruits et de mouvements inutiles lui étant difficilement compréhensible ; cela ne lui semblait tout simplement pas humain. Même si la voyageuse refusait, elle devrait bien parler pour ça, non ? Si l’inconnue hochait simplement la tête, elle allait se pendre. Faites qu’elle ne regrette pas d’avoir invité le fantôme à rester, même si elle était encore plus douée que Dwelan en ce qui concernait le lancer de galets et méritait son admiration pour ça…

Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeMar 2 Fév 2010 - 18:37

Ehena fut heureuse de voir qu’elle avait prit la bonne décision. Dire une quelconque chose lui aurait sans doute valu une réplique cinglante. Quel caractère cette fille ! Elle devait être du genre têtu et déterminé, une fille qui ne respectait que rarement ses aînés et qui se basait sur peu pour former l’opinion qu’elle a sur les gens. Ehena nota aussi qu’avec ce caractère, elle devait avoir quelques colères de temps à autres. Bref, la marchombre avait fait le bon choix en lançant le caillou. La sorte de défi qu’Ehena lui avait lancé avait eut un effet positif sur la jeune fille et son esprit de compétition avait repris le dessus. Elle avait souri, avait posé une question et l’avait invité à rester. Ne sachant pas pourquoi, Ehena avait répondu à cette invitation. N’était-elle pas censée répandre les cendres d’Elvon. La marchombre se dit que cela pouvait attendre. Après l’horreur qu’elle avait fait elle pouvait très bien attendre encore une heure ou deux. Elle ne répondit pas à la question de l’inconnue, mais la réponse dansait dans son esprit. Oui, on lui avait appris à ne pas espionner les gens… Et qu’était-elle en train de faire quelques minutes plus tôt ? Ehena ne se souciait même plus de savoir si elle faisait quelque chose de mal ou pas. Il était vraiment temps qu’elle se sorte du gouffre dans lequel elle s’était fourrée. Bon sang, mais qu’y faisait-elle ? Sa place est en haut des montagnes ou tout autre endroit magique où les seules personnes capables d’y aller sont les marchombres! Pas entre les quatre murs de son esprit où dansent des questions sans réponses, des doutes et des remords. Ni dans un quelconque gouffre.

Ehena remarqua alors que la jeune fille avait choisi un caillou avec un soin extrême et, adoucie, elle l’avait…

*Aïe*

…lancé. Avec une brusquerie démesurée et une énergie incontrôlée. Ehena avait vu le coup venir dès l’instant où l’inconnue avait fléchi les jambes, prête à lancer. Il aurait fallu qu’elle soit plus calme et qu’elle prenne le temps d’ajuster son geste avant de le faire. Le caillou atterrit dans l’eau avec un gros « plouf ». La marchombre s’y était attendue, aussi elle ne broncha pas. Elle était silencieuse… Un peu trop même. Le but d’avoir de la compagnie n’était-il pas de pouvoir mener une conversation animée ? Alors pourquoi ne parlait-elle pas ? Peut-être parce qu’elle n’avait rien à dire… ou presque. En fait il y avait un millier de questions que la marchombre aurait aimé posée mais elles pourraient être mal interprétées. Sans doute que la fille penserait qu’Ehena cherchait à s’introduirent dans sa vie privée… Les questions que la marchombre pourrait lui poser ? Eh bien…

« Que fais-tu ici ? » L’inconnue aurait sans doute répondu quelque chose du genre « J’vais où je veux ! Mêle toi de tes affaires »

« Pourquoi es-tu seule » « T’es bien seule toi, alors fiche moi la paix »

« Où sont tes parents ? » « De quoi tu mêle ?»

« Et … » « Ah, fermes la, tu m’énerves »

La marchombre sourit. Oui, elle s’attendait à ce genre de réaction. Mais elle pouvait au moins lui demander son prénom. Devoir l’appeler tout le temps « la fille » ou « l’inconnue » durant ses réflexions commençait à l’agacer. Oui, elle allait faire ça. L’inconnue la prit de vitesse.

- Ne pense pas que j’abandonne. J’y arriverai, un jour, et je serai meilleure que toi, attends voir.

Ehena sourit en entendant ses paroles. « Qui ne renonce jamais » serait une définition qui conviendrait bien à cette fille. La marchombre croisa le regard de la jeune fille. Cette fois elle put apercevoir la couleur de ses yeux. Ils étaient d’un beau marron chaleureux. Puis Ehena remarqua que l’inconnue la détaillait de la tête aux pieds. Des expressions étranges traversaient ses yeux et la marchombre sut qu’elle faisait une comparaison entre leurs deux personnes. C’était sûr que ce duo était insolite. Les deux demoiselles étaient très différentes. La fille se mit alors à lui faire remarquer son silence qui devait être pesant. Ehena remarqua une fois de plus le ton railleur de la jeune fille. Et elle lui demanda de… chanter ?! Oui, la marchombre savait chanter mais elle n’avait pas envie de… chanter. La fille joua alors de nouveau de sa flûte, attendant que la marchombre… chante. Ehena soupira. Ainsi, la première phrase qu’elle allait prononcer était un refus. Non. Il lui était inconcevable d’entreprendre une relation en commençant par un refus. Tant pis pour elle, c’était ça faute. Elle aurait dû parler avant.

Se calant sur le rythme de la musique qui provenait de la magnifique flûte, Ehena laissa la mélodie l’envahir. La marchombre laissa le son s’emparer de son esprit, faire vibrer son corps, prendre le contrôle de ses pensées. Elle ne pensait plus à rien, ses problèmes l’avaient quittés mais Ehena savait qu’ils reviendraient. Puis elle se souvint des paroles de cette ballade, elle les garda un instant pour qu’ils se callent sur la musique, sous l’œil désapprobateur de l’inconnue qui devait en avoir plus qu’assez de jouer dans le vide, puis les libéra. Elle chanta d’un air très doux, sa voix en accord parfait avec le son de la flûte.

Des souvenirs revinrent. Elle était toute petite, Elvon la portait et il lui chantait cette balade. Elle était plus grande, Elvon la lui chantait pour l’endormir. Elle était adolescente, Elvon la lui chantait pour qu’elle oublie les douleurs de son apprentissage. Elle était adulte, Elvon était… mort. Au milieu de ce qui restait de sa maison. Carbonisé. Ehena était adulte et une larme roula sur sa joue quand elle finissait de chanter la ballade…

[Voilà. Si tu as des remarques je peux éditer ^^ Et sinon désolée si c'est un peu court mais j'étais à cours d'idées]

Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeJeu 4 Fév 2010 - 13:34

Sa voix était douce, une voix de soprano, légère, dansante. Elle suivait le son de la flûte avec une justesse que Shawna ne rencontrait que rarement. C’était étrange, aussi. C’était la chanson du Dragon, la chanson de la Puissance et du Feu, la chanson que Shawna aimait plus que tout pour sa force et les sons graves, et qu’elle entendait habituellement chantée par Nahemi, sa sœur à la voix beaucoup plus basse. La voix vibrante de la jeune femme conviendrait davantage à la Chanson de la Dame, décida l’apprentie musicienne. Plus douce, moins mouvante, elle s’approchait davantage de la berceuse que d’une ballade égosillée au coin du feu… La Ballade du Dragon était une chanson qui redonnait du courage, une chanson d’espoir, de détermination, de renaissance. Une chanson du peuple… Mais l’inconnue la chantait avec une émotion rare, et Shawna se perdit de nouveau dans la mélodie, malgré les différences sonores. Elle aimait sa voix. Même si elle ne chantait pas assez fort à son goût, et qu’elle devrait définitivement ouvrir la bouche plus souvent… Elle avait déjà pris pas mal de temps à se lancer, et Shawna avait presque l’impression que la voyageuse avait peur de briser le silence… Nonsense. Elle montait de plus en plus fort, pourtant, alors que le Dragon cabriolait. C’était une chanson de joie, aussi…

Et pourtant, quand Shawna tint la dernière note aussi longtemps que la voix de son accompagnatrice du moment, un sourire aux lèvres face à la puissance brute de la musique, ses yeux s’ouvrirent sur le visage d’Ehena. Sur lequel une larme coulait… Ah, non, elle n’allait pas commencer. C’était sensé être une chanson joyeuse et motivante ! Pleurer, c’était pour les faibles. Elle commençait à apprécier la présence de la voyageuse, maintenant que le silence était enfin brisé, ce n’était pas pour qu’elle foute tout en l’air en pleurnichant comme un enfant ! Elle était plus âgée qu’elle, que diable ! Et puis pourquoi elle pleurait, d’abord ? Elle n’avait rien fait de mal, pour une fois. Pas crié, pas insulté, pas dis quoique ce soit de blessant… Juste jouer de la flûte, une chanson connue dans tout Gwendalavir et qui n’avait rien d’inhabituelle. Encore, si elle savait ce qui se passait, elle pourrait se tenir responsable et assumer entièrement. Quand les gens pleuraient par sa faute, elle en était complètement indifférente, et cela ne la dérangeait pas le moins du monde. Mais là… Elle ne savait pas ce qui se passait, et cela la frustrait au plus haut point. Quelle idée de se mettre à pleurer juste comme ça ! Bon, ce n’était qu’une larme, mais quand même. Alors Shawna réagit de la seule manière qu’elle connaissait – l’irritation.

- Nan mais ce n’est pas bientôt fini encore ? D’abord tu m’espionnes, ensuite tu joues à Madame Je-suis-plus-forte-que-toi-et-tu-sais-pas-tirer, tu ne prononces pas un mot depuis que tu es là, et maintenant tu fonds en larmes ? Tu le sais que tu es bizarre, au moins ?

Désarroi complet. Elle ne se serait jamais retrouvée dans la position de l’autre femme. Laisser couler une larme devant des étrangers… Laisser couler une larme tout court, d’ailleurs. A quoi cela servait-il, à part paraître faible devant les autres ? Les larmes ne réglaient aucun problème, elles n’étaient que le symbole de l’impuissance et du tourbillon des doutes. Impuissance que Shawna repoussait de tout son être, cherchant toujours à réagir et à changer ce qui ne lui plaisait pas. Mieux valait faire tourner ses méninges et trouver une solution plutôt que de se lamenter et de se baigner dans son malheur. Ou agir, au moins. Faire quelque chose, n’importe quoi pour changer la situation. Mais pas pleurer, c’était lamentable… Shawna se retourna, rattacha sa flûte à sa ceinture et s’accroupit face au lac, les doigts effleurant les galets. C’est en regardant droit devant elle à la ligne flou de l’horizon qu’elle continua ; pas pour poser la moindre question, elle qui détestait les confidences presque autant que les indiscrétions. Non, elle ne demanderait aucune explication. De toute manière, elle doutait que l’étrangère ne lui réponde, d’abord parce qu’elles ne se connaissaient pas, ensuite parce qu’elle n’avait toujours pas prononcé un seul mot venant d’elle-même, les paroles prononcées volées à une chanson écrite dans le temps. Lorsqu’elle parla, ce fut plutôt pour lui dire ce qu’elle pensait de son attitude…

- La tristesse est un choix. Alors sois misérable, si c’est ce que tu veux, mais ne te trouve pas d’excuses minables. Tu es en vie, tu as deux bras, deux jambes, et le monde à tes pieds. C’est plus que ce qu’ont beaucoup d’autres, bon sang, et ils ne laissent pas tous leurs calamités les entamer. Oui, je sais, « la vie est parsemée d’obstacles et des fois tu n’y peux rien si le malheur s’acharne sur toi, » mais c’est à chacun de voir s’il le laissera l’abattre ou s’il va continuer. Toi, tu as choisi d’être une perdante, et c’est bien fait pour toi.

Avec ça, elle se releva, puis marcha énergiquement vers son sac posé à terre, avant de s’arrêter à mi-chemin pour se tourner brutalement vers la femme, un sourire acide sur les lèvres :

- Ah, en fait, je m’appelle Shawna, Itinérante. Enchantée, finit-elle d’un ton ironique, pensant qu’après tout ce qu’elle venait de dire, son interlocutrice serait bien moins qu’enchantée d’avoir eu le malheur de tomber sur elle.

Si l’inconnue n’avait pas réagi, elle l’aurait sûrement plantée là, seule avec ses souvenirs et les sanglots de son passé et de ses émotions, pour prendre son sac et aller se promener ailleurs. Ou rentrer, chercher un bon repas chaud dans l’une des auberges d’Al Chen, avant de repartir, pour qui savait où. Elle ne savait toujours pas si elle comptait retourner vers le nord, ou continuer à descendre vers le sud, déchirée entre son souhait impossible et le vœu de ses parents qui comptait davantage qu’elle n’était prête à l’admettre pour elle. Mais la jeune femme réagit enfin à ses paroles – et Shawna ne termina jamais sa marche vers son sac abandonné…

[Edition à volonté, pour changer ^^]

Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeJeu 4 Fév 2010 - 19:54

… Une larme de rage. C’était sa faute. Sa faute ! SA faute ! Ehena tourna la tête vers la jeune fille et dans son regard dansait des sentiments que la marchombre reconnut aussitôt. Désarroi, incompréhension et autres. Ces sentiments là sont très faciles à repérer… La jeune femme eut un sourire narquois. Elle devait passer pour une moins que rien aux yeux de l’inconnue. Un petit rire très discret la secoua. Elle n’avait pas eut besoin de sécher cette larme. Elle avait été tellement minuscule que la fille n’aurait même pas du la voire. Et la jeune fille était incapable de discerner le remord qu’elle éprouvait. Rien de plus normal. Personne, sauf peut-être un autre marchombre, n’était capable de savoir ce qu’elle ressent. C’est vrai que chanter cette balade aurait du lui redonner le sourire mais elle avait fait renaître des souvenirs qui avaient directement aboutis à une image. Et cette image avait, elle, aboutie à des remords et la certitude que la marchombre était coupable. Bon sang, qu’elle était minable ! Incapable de savoir si elle avait fait quelque chose ou pas !

- Nan mais ce n’est pas bientôt fini encore ? D’abord tu m’espionnes, ensuite tu joues à Madame Je-suis-plus-forte-que-toi-et-tu-sais-pas-tirer, tu ne prononces pas un mot depuis que tu es là, et maintenant tu fonds en larmes ? Tu le sais que tu es bizarre, au moins ?

Ehena était partagée entre l’envie d’éclater de rire et de montrer à quel point elle est irritable elle aussi.

Elle avait envie de rire car la jeune fille avait raison sur un certain point de vue et sa façon de s’exprimer était assez drôle. Oui, elle l’espionnait mais rien qu’un peu. Ensuite : «Madame Je-suis-plus-forte-que-toi-et-tu-sais-pas-tirer »… Cette expression était plus ou moins étrange mais elle eut le mérite de tirer un sourire à la marchombre. Les rares paroles qui s’approchaient de celles-ci et qu’Ehena avait entendues avaient été prononcées par des petites filles… Après, oui elle n’avait pas dit un mot depuis qu’elle était là mais le terme de fondre en larme était exagéré. Très exagéré. Comparer le fait que la marchombre ait versé une petite larme rageuse à… ça. « Et maintenant tu fond en larmes ? » C’était une question. Et la réponse était non. Et pour finir, oui, Ehena avait conscience qu’elle pouvait paraître étrange pour une personne telle que cette jeune fille.

Elle avait envie de balancer ses sentiments à tord et à travers comme elle le faisait si bien, car la fille lui manquait de respect. Et ce qu’Ehena détestait par-dessus tout c’était qu’on se montre arrogante envers elle, qu’on se moque d’elle, qu’on la mette en colère. Depuis le début, la fille avait rempli avec succès ces deux premières choses. Et Ehena n’avait rien fait car elle était consciente qu’elle était née avec ce caractère. Ses doutes étaient peut-être aussi intervenus là dedans… La marchombre jeta un nouveau coup d’œil à la jeune fille –combien de temps allait-elle devoir l’appeler encore « l’inconnue », « la fille » ou « la jeune fille » ?- et compris ce qu’elle ressentait, devina ce qu’elle pensait. Pleurer c’était pour les lâches. Pleurer c’était pour les faibles. Pleurer, c’était lamentable. Ehena pensa que la fille était du genre à tout faire pour ne pas pleurer. Mais pour que la marchombre ne verse pas cette petite larme de rien du tout, il aurait fallu qu’elle arrête de douter. Elle se battait déjà pour ça. Que pouvait-elle faire d’autre que se battre ? Pour qu’elle ne doute pas, il aurait fallu qu’Elvon soit vivant. Cette fille connaissait-elle le moyen de ramener les morts ?

- La tristesse est un choix. Alors sois misérable, si c’est ce que tu veux, mais ne te trouve pas d’excuses minables. Tu es en vie, tu as deux bras, deux jambes, et le monde à tes pieds. C’est plus que ce qu’ont beaucoup d’autres, bon sang, et ils ne laissent pas tous leurs calamités les entamer. Oui, je sais, « la vie est parsemée d’obstacles et des fois tu n’y peux rien si le malheur s’acharne sur toi, » mais c’est à chacun de voir s’il le laissera l’abattre ou s’il va continuer. Toi, tu as choisi d’être une perdante, et c’est bien fait pour toi.

C’en était trop ! Et pourtant, elle avait raison, tord aussi. Ehena n’était pas triste. Ehena n’est pas misérable. Ehena ne donne jamais d’excuses minables. Oui, Ehena est en vie, elle est entière. Oui, Ehena laisse trop son malheur l’entourer. La fille avait une vision juste des choses. Il faut se battre pour ne pas laisser le malheur nous ronger peu à peu. Ehena n’est pas une perdante. Ehena est marchombre !... Et Ehena ne sait pas quoi répondre… Faire comme d’habitude quand elle est irritée ou rire et rester calme. La fille se leva et partit chercher son sac et se retourna en souriant.

- Ah, en fait, je m’appelle Shawna, Itinérante. Enchantée

Ehena choisit une réaction moitié moqueuse, moitié irritée. Elle, se leva et lança :

-Enchantée mademoiselle Shawna ! Moi je me nomme Ehena. . Non, je ne suis pas triste, juste un peu en colère. Une larme n'est pas forcément signe de tristesse. Une larme peut signifier que la personne qui la produit est émue, très heureuse, ragueuse et triste entre autres. Je ne suis pas une misérable ni une perdante. Je ne sais pas qui tu es mais je pense que tu te base sur un simple « a priori » pour juger les gens et je te conseil de revoir tes opinions...

Une pause, le temps d’un sourire puis :

-Et arrête de faire cette tête ! Moi aussi je peux déballer de longues phrases si j’en ai envie ! Je suis aussi du genre irritable mais moi, à la différence de toi, je peux te clouer au sol quand je veux.

Si elle devait se la jouer mauvaise fille bien énervante et prétentieuse pour obtenir le respect de Shawna, elle le ferait. Shawna… Quel bonheur de ne plus l’appeler « la fille » ou « l’inconnue » !

Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeSam 6 Fév 2010 - 11:44

Elle parlait.

La surprise avait dû se lire sur son visage, ses sourcils partant se promener plus haut sur son front, son visage s’avançant alors que ses lèvres s’ouvraient légèrement, parce que la jeune femme le lui fit remarquer. Mais Shawna avait de quoi être surprise… Elle parlait. Mais, plus que tout, elle parlait d’un ton railleur, irrité, alors que Shawna s’était attendue à des mots calmes de sa part… Bon, elle restait tout de même indéniablement polie. Mademoiselle… Il n’y avait que sa tante qui l’appelait ainsi, et uniquement pour la réprimander. Ce qu’était en train de faire Ehena, d’ailleurs. Le nom lui allait bien, comme sa voix… Pourtant, il semblait que sa douceur ne soit qu’apparence, et qu’elle cachait un caractère bien trempé sous ses silences et ses mouvements harmonieux… Peut-être était-ce de la détermination, finalement, qui brillait dans ses yeux. Seul le temps le lui dirait. Shawna jugeait vite et souvent mal ; la jeune femme venait encore de le lui prouver, mettant en avant une facette de sa personnalité que Shawna n’avait même pas imaginé pouvoir exister, enfermée dans la vision de la jeune fille silencieuse qui traverse la vie tel un fantôme… Ehena avait raison, en quelque sorte, même si Shawna était à des années lumières de l’admettre. Elle se moquait de ses erreurs, comme elle se moquait de celle des autres… C’est pourquoi après la surprise, loin de s’énerver des leçons de morale que lui faisait la voyageuse ainsi que de sa prétention de pouvoir la clouer au sol, les yeux de Shawna se mirent à briller.

- Et bien tu vois quand tu veux !

Avoir réussi à mettre la femme en colère et à la faire réagir, elle qui avait eu l’air si solitaire au premier abord, l’avait paradoxalement mise de bonne humeur. Finalement, elle aussi pouvait parler, penser, agir, malgré le silence et la précision de ses mouvements… La larme avait disparu, remplacée par une expression que Shawna n’arrivait pas à définir, incapable de vraiment savoir ce que ressentait son interlocutrice. Bloquée entre sa vision initiale d’Ehena, et la nouvelle qu’elle lui montrait à présent… Elle ne comprenait pas vraiment comment elle réagissait, ce qui l’importait, quel était son véritable caractère. Mais une chose était sûre, les paroles de Shawna l’avaient touchée, au vu du changement radical de ses réactions. Alors que Shawna était toujours très prévisible… Elle aimait les échanges, les conversations qui ne tournaient pas autour de trivialités. Et elle allait être servie… La tension escaladait peut-être du côté d’Ehena, qui en avait visiblement marre de se faire insulter, mais la disparition de la larme avait simplement ramenée Shawna en terrain connu. Ce que ressentait Ehena ne changerait pas ce qu’elle était – moqueuse. Insolente. Franche, beaucoup trop franche. Et sans aucun remord…

- Je me moque de savoir ce que veulent dire tes larmes. Que ce soit la tristesse, ou la colère… Cela ne les rend pas moins inutiles. Quoi, tes problèmes se sont envolés, depuis tout à l’heure ?

Elle leva les yeux au ciel, sachant parfaitement que la réponse à sa question rhétorique était négative.

- Tes conseils, garde-les pour toi-même. Je n’ai pas la prétention de dire que mes opinions sont justes, seulement qu’elles sont les miennes, et que c’est tout ce qui compte. Pourquoi serait-ce moi qui aurais tort et toi raison ? Pense-toi forte, si cela te rassure. Laisse ta conscience te susurrer que tu ne te trompes pas et que tu n’as rien à regretter. Oh, c’est vrai que tu n’as pas du tout l’air misérable, toute seule sur les routes avec ton visage fermé, à ne parler à personne sauf lorsqu'ils te manquent de respect… Pourquoi tu t’habilles en noir, déjà ? Mens-toi autant que tu veux. Répète-le toi en boucle, que tu n’es pas une perdante, que tu n’es pas misérable, que la vie est belle, que tu fais ce que tu veux et que tu es plus forte que tous ceux que tu croises…

Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle disait, laissant les mots sortir avant même d’y réfléchir, et elle avait l’impression de les entendre pour la première fois alors qu’ils sonnaient déjà fort dans l’air. Ses propres mots l’étonnaient presque… Elle ne pensait pas s’être autant laissée emportée. Elle ne savait pas ce qu’elle disait, ne savait pas si ses mots concernaient Ehena ou s’ils étaient lancés au vide, complètement à côté de la plaque. Mais elle le saurait bientôt… Ehena éclaterait sûrement de rire devant son ramassis de bêtises, si c’était le cas. Mais ce qu’elle venait de dire était tellement vrai de tellement de monde, qui se mentaient chaque jour pour rendre leur vie supportable… Mais dans les deux cas, il y avait encore une chose qu’elle devait faire. Ehena avait dit pouvoir la maîtriser sans problèmes, et même si Shawna était plus vigoureuse et moins gracieuse, elle n’était pas sûre que ce ne soit que des mots en l’air. Cela pouvait l’être – après tout, Shawna utilisait davantage les mots et les menaces qu’autre chose, souvent incapable d’agir face à un adversaire qu’elle savait plus fort. Alors elle bluffait, simplement… Le problème du bluff, c’est que quand cela ne réussissait pas à faire douter l’adversaire, on se retrouvait toujours en mauvaise position. Et même lorsqu’on ne bluffait pas, d’ailleurs… Shawna ne faisait que narguer. Elle ne faisait que parler, et les mots ne sont que des mots. Si après, ses interlocuteurs en faisaient autre chose, ce n’était plus son problème, et la faute leur en revenait… Alors, comme une dernière provocation, elle lança, nonchalante :

- Vas-y, cloue-moi donc au sol, puisque tu en as tant envie.

Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeSam 6 Fév 2010 - 17:39

Ehena ne put s’empêcher de faire un grand sourire suite à la petite phrase de Shawna. « Et bien tu vois quand tu veux ! » Il fallait toujours qu’elle ait le dernier mot, et un mot provocateur lui était apparemment plus plaisant. Elle aurait très bien pu se contenter d’un silence. Ehena écarta cette pensée : tout le monde n’aimait pas autant le silence que la marchombre. Oui, elle aimait le silence, elle l’adorait même. Si elle devait un jour vivre dans un monde bruyant ou un endroit calme n’existait pas, elle aurait vite fait de sombrer dans la folie. La marchombre eut une légère grimace imperceptible à cette pensée. Elle folle ? La jeune femme ne se faisait pas d’illusion : avec un évènement quelconque, n’importe qui pourrait sombrer dans la folie, tout dépendait de l’évènement en question. Mais pourquoi se mettait-elle à réfléchir sur cela ?

Ehena se rappela la tête qu’avait faite Shawna après ses paroles. La marchombre ne l’avait pas trouvée énervée, loin de là même. Elle avait été plus surprise qu’autre chose. Sûrement surprise par le caractère de la marchombre. C’était vrai que sous ses airs calmes, Ehena pouvait se montrer très impertinente. La marchombre ne pouvait néanmoins pas s’empêcher de trouver l’attitude de Shawna insultante. Ca, c’était tout elle. Comment pouvait-elle ne pas supporter qu’on lui manque de respect alors qu’elle pouvait elle-même être très insolente quand elle était en colère ? Elle n’en avait aucune idée et s’en moquait bien. Elle était née avec ce caractère et rien ne pourrait lui changer du jour au lendemain. Soudain, Shawna parla d’une façon machinale, sur un ton très déplaisant.

- Je me moque de savoir ce que veulent dire tes larmes. Que ce soit la tristesse, ou la colère… Cela ne les rend pas moins inutiles. Quoi, tes problèmes se sont envolés, depuis tout à l’heure ? Tes conseils, garde-les pour toi-même. Je n’ai pas la prétention de dire que mes opinions sont justes, seulement qu’elles sont les miennes, et que c’est tout ce qui compte. Pourquoi serait-ce moi qui aurais tort et toi raison ? Pense-toi forte, si cela te rassure. Laisse ta conscience te susurrer que tu ne te trompes pas et que tu n’as rien à regretter. Oh, c’est vrai que tu n’as pas du tout l’air misérable, toute seule sur les routes avec ton visage fermé, à ne parler à personne sauf lorsqu'ils te manquent de respect… Pourquoi tu t’habilles en noir, déjà ? Mens-toi autant que tu veux. Répète-le toi en boucle, que tu n’es pas une perdante, que tu n’es pas misérable, que la vie est belle, que tu fais ce que tu veux et que tu es plus forte que tous ceux que tu croises…

La marchombre savait que Shawna ne savait même pas ce qu’elle disait et qu’elle s’était laissée emportée. Ehena avait une grande envie de la remettre à sa place, pas par la force physique mais par celle des mots. Des mots que la jeune fille qui lui faisait face venaient de balancer à tord et à travers, ne sachant même pas ce qu’elle disait ? Quel gâchis… Le pire était qu’elle semblait penser que ce n’était pas grave. Ehena n’était pas le moins du monde atteinte par les insultes de Shawna. Cette dernière ne savait pas ce qu’elle disait, et aurait-elle eut conscience du rang de marchombre d’Ehena, elle n’aurait jamais dit ça. Savait-elle au moins qui étaient les marchombres ? Bien décidée à se moquer d’elle, Ehena se prépara à éclater d’un rire frais qui absorberait le silence qui s’était installé entre elles. La marchombre n’en eut pas le temps car Shawna venait de briser ce silence.

- Vas-y, cloue-moi donc au sol, puisque tu en as tant envie.

Cette fois ci, Ehena éclata de rire. Elle savait que la jeune fille bufflait. Qu’elle était consciente que la marchombre pourrait la maîtriser si elle en avait envie. Shawna avait encore parlé de sa voix méprisante qui lui allait si bien. Quelle prétention ! Ehena n’était pas dupe, mais elle n’avait pas le moins du monde envie d’en arriver aux mains… S’adaptant au ton et au caractère de Shawna, la marchombre lui lança :

-C’est fou ! Je pensais que tu étais moins ignorante que ça. Tes longues phrases méprisantes qui ont formé ton petit discours montrent que tu n’as rien compris ! Et je n’ai jamais dit que j’avais envie de te mettre au tapis, seulement que j’en avais les moyens.

La marchombre se demanda alors ce qu'elle fichait ici. Puis le souvenir d'une belle boîte en bois qui croupissait au fond de son sac lui revint à l'esprit. L'espace d'un court instant, le visage d'Ehena se ferma. Puis elle réprimanda cette expression, sachant qu'il était trop tard. Shawna l'avait vu et elle ne manquerait pas de le lui faire remarquer.

Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeJeu 11 Fév 2010 - 23:43

Elle avait gagné.

Elle avait gagné, et un large sourire barra son visage foncé, laissant entrevoir des dents blanches qui ressortaient encore plus sur son visage du fait de la couleur de sa peau et de celle de son écharpe. La voyageuse avait répondu exactement de la manière que Shawna aurait utilisée… Faire croire que l’on n’est pas touché, que les insultes ne nous atteignent pas, que les mots ne veulent rien dire, les contourner en disant que l’autre n’a rien compris sans même essayer de lui prouver tort. Pour Shawna, qui ne pouvait pas lire dans les pensées d’Ehena ni deviner qui elle était vraiment, c’était une preuve assez grande que ses mots avaient atteint leur cible… On ne répondait brusquement que lorsque l’on faisait face à la vérité. Face aux étourderies, on ne répondait que par le silence, ou une phrase unique et bien tournée qui transformait les longs discours en babillage inutile… Mais Ehena n’avait pas fini ; elle s’estimait trop bonne pour en venir aux mains, disait ne pas en avoir envie même si elle en est capable, et même si, Shawna en était consciente, elle le méritait bien. Ehena était tellement imbue d’elle-même… Elle se croyait si forte, et si intelligente, face à la pauvre Itinérante grossière qui n’avait pour arme que son culot à toute épreuve… Et pourtant, elle n’agirait pas. Du bluff, comme Shawna s’en était doutée. Prête à crier sa force sur tous les toits, mais lorsqu’il fallait en venir aux faits, elle n’osait même pas, à moins qu’elle ne le puisse pas, simplement, se formant une image à travers des mots bien sentis sans pouvoir les rendre vrais…

- Tu sais, tu me ressembles plus que tu ne le crois.

En disant ses mots, elle s’était approchée d’Ehena, entrant dans son espace, nouvelle provocation absolument inutile mais à laquelle elle tenait ; une dernière avant la paix, maintenant qu’elle était satisfaite. Ce fut la seule raison pour laquelle elle remarqua la tristesse qui voila à nouveau son regard, et la mélancolie qui referma ses traits, l’espace d’un instant. De loin, elle n’aurait jamais pu remarquer l’expression, elle dont la vision était loin d’être des meilleures. Les autres remarquaient toujours les expressions, les petits animaux camouflés dans les arbres, ou pouvaient tirer droit au centre de la cible. Elle n’avait jamais réussi, que ce soit à lire les visages, trouver des bestioles ou se servir convenablement d’un arc et d’une flèche. C’était le bruit qui formait son monde, pas la vue… Mais de si près, il n’y avait aucun doute : Ehena venait de repenser à ce qui la rendait triste, peut-être à cause de Shawna, cette fois, et si elle ne laissa aucune larme perler à nouveau au coin de son œil, l’ombre était indéniablement passée sur son visage. Elle lui jeta un regard dur, ensuite, comme pour la défier de dire quelque chose, comme s’attendant à de nouvelles moqueries. Après tout, c’était la seule chose que Shawna lui avait montrée d’elle-même depuis le début. Elle aurait dû se taire, lui montrer qu’elle n’était pas si méchante que ça ; mais le fait qu’elle avait eu raison malgré les protestations de la jeune femme la poussa en avant, et elle ne put ravaler ses mots. Tourne sept fois ta langue dans ta bouche avant de parler, lui disait son père. Le problème, c’est qu’elle la tournait toujours après que les phrases se soient échappés.

- Ah non, pour ne pas être triste, tu n’es pas triste, ‘juste un peu en colère’, ça se voit bien… Bah, si ça t’amuse. Je vais donc te laisser ‘vider ta colère’ toute seule, puisque je ne suis qu’une petite ignorante qui ne comprend rien, et que je me suis trompée quand je disais que tu étais seule et le visage fermé.

Shawna n’aimait pas les gens tristes. C’était pourquoi, lorsqu’elle devait faire face au chagrin des autres, elle faisait comme si ce n’était pas grave, comme si tout allait de soi, qu’elle n’en avait rien à faire ou que l’autre créait une montagne à partir d’un grain de poussière – ce qui semblait parfois le cas au regard extérieur qu’elle était. « Tu es triste, et alors ? » C’était la question qu’elle renvoyait au monde. La vie continuait à tourner, malgré les malheurs des uns et des autres. Parfois, elle essayait de transformer la tristesse en colère, comme elle l’avait fait juste avant pour Ehena. Faire face à la rage était tellement plus facile qu’au désarroi… Ce n’était pas qu’elle n’aimait pas la tristesse ; elle l’abhorrait jusqu’au plus profond de son être, la visualisant comme une couche sale et exécrable qui s’attachait à ses os, ses muscles, sa peau pour la rendre plus lourde, plus désespérée, plus faible. Elle méprisait ceux qui s’y laissaient aller autant que la pitié, trouvant ce manque d’esprit combattif lamentable. Et pourtant… Pourtant, parfois, elle laissait tomber les mots durs ; mais pas pour les remplacer par le réconfort, elle en était bien incapable.

A la place, elle s’enfuyait. Elle n’avait pas à chercher les mots apaisants qu’attendaient son interlocuteur lorsqu’elle n’était plus là pour les lui donner. Ils n’avaient qu’à se débrouiller seuls… Elle ne se leurrait pas ; c’était pour elle qu’elle laissait aux autres un instant de répit, leur offrant l’espace et la solitude dont ils avaient parfois besoin. Pour elle, elle qui était incapable de leur venir en aide autrement que par un réalisme parfois trop sévère. Les hommes aiment les illusions, elle l’avait remarqué depuis longtemps. Mais elle s’amusait à les briser une à une, les empêchant de se baigner dans leurs mensonges rassurants, et aggravait souvent les choses par sa franchise et son manque total de sollicitude. Alors puisqu’elle ne savait pas quoi dire, et que malgré les apparences elle ne tenait pas à faire sombrer le monde dans la misère, elle partait. Rien est mieux que pire, parfois… Et en regardant Ehena, Ehena la solitaire, Shawna décida que ce ne serait pas plus mal dans ce cas précis. Alors elle s’éloigna de trois pas, attrapa enfin son sac qu’elle haussa machinalement sur son épaule avant de se mettre dos à la voyageuse et de longer la rive. Elle se retourna à moitié en continuant à marcher, levant la main en un rapide signe d’au revoir, et lança :

- Quand tu en as marre de faire semblant de ne pas pleurnicher, je serai quelque part derrière les rochers là-bas. Et si tu comptes repartir en sens inverse, c’est pareil.

Elle ne se retourna pas une seule fois pour voir ce qu’Ehena allait faire, comptant bien arriver aux rochers sans interruption ; mais Ehena pouvait encore faire foirer ce simple plan en lui courant après… En tout cas, trouver une pierre assez haute pour ne pas avoir été éclaboussée par les petites vagues du grand Lac était son prochain but ; s’assoir sur la plage des galets avait l’inconvénient de ne pas être très confortable, et elle aimerait bien pouvoir manger son pain tranquille…

[Désolée pour le retard =/ ]

Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeJeu 18 Fév 2010 - 19:44

[Désolée pour le temps mais il y a un grand vide dans mon imagination en ce moment (donc je me suis un peu forcée et donc je suis pas très satisfaite du résultat de ce rp -_-) et de plus ma maison est en travaux... Et ma mère estime que je dois donner un coup de main -_- (résultat j'ai fais n'importe quoi en peignant une porte xD)

Shawna afficha un large sourire et Ehena abandonna. Se disputer avec cette fille ne servait strictement à rien même si la jeune marchombre se sentait un peu mieux. Pourquoi ? Elle pensait que cette discutions aussi peu joyeuse soit-elle, l’avait un peu distraite, l’avait aidée à penser à autre chose que ce foutu souvenir. Mais pourquoi ne pas simplement oublier ? Parce qu’Ehena était tout sauf simple. Il fallait absolument qu’elle se fasse des nœuds au cerveau pour connaître la réponse à une de ses questions. En l’occurrence, la question était : « C’est ma faute ou pas ? » et la réponse n’était pas facile à trouver… Enfin, pour Ehena. N’importe qui se serait convaincu qu’il était innocent en très peu de temps, juste pour se rassurer. Mais la marchombre analysait tous les faits et voulait absolument un avis juste. Pourtant une partie d’elle-même cherchait à se rassurer et cela perturbait son jugement. Voilà la raison de la tempête qui avait lieu dans sa petite tête. Elle regarda Shawna. Apparemment, la jeune fille la sous-estimait quelque peu, sauf si la marchombre se trompait. Fait rare mais pas impossible.

Ehena s’était montrée trop… impulsive avec Shawna. Mais ce n’était pas vraiment la marchombre qui avait prononcé ces paroles mais la Ehena qui détestait qu’on lui manque de respect. Et quand on manquait de respect avec cette Ehena, elle balançait ce qu’elle pensait, se moquant totalement de ce que la personne pourrait penser d’elle. En général, elle s’adaptait au comportement de celui ou celle qui lui montrait de l’irrespect, pour leur montrer à quel point cela pouvait être désagréable, et c’était le cas avec Shawna. Seulement la marchombre aurait dû comprendre qu’elle était ce genre de personne qui se moquait complètement de savoir ce que leur comportement a comme effet sur leur être. Shawna lui dit qu’elles se ressemblaient beaucoup… Forcément ! Depuis le début Ehena prenait le caractère de la jeune fille, imaginant ce qu’elle pourrait répliquer. Il était normal qu’elle se ressemble du point de vue de Shawna… Mais il y avait encore cet irrespect que la marchombre ne pouvait supporter.


*Calme toi ma fille, ça ne sert à rien de t’énerver, montre lui ta vraie personnalité !*

Shawna s’était approchée d’elle. Irrespect. La jeune fille lui lança un regard dur. Ehena se contint avec de grandes difficultés. Elle ne prit même pas la peine de chercher à comprendre ce qu’elle pensait. Elle était trop occupée à essayé de se contenir, sinon cette discussion finirait mal. Shawna était peut-être capable de se défendre face à adversaire que l’on pourrait qualifier de normal mais pas contre une marchombre qui avait réussi l’Ahn-Ju et obtenu la greffe.

Puis Shawna remit en doute les paroles de la jeune femme et Ehena faillit lui balancer son poing à la figure. D’habitude, elle évitait d’être violente mais personne ne l’avait provoquée à ce point. Si Shawna la cherchait encore, elle allait la trouver… Un bel œil au beurre noir lui ferait comprendre qu’Ehena disait la vérité quand elle disait qu’elle pouvait l’abattre aussi facilement qu’un fétu de paille… L’abattre était un peu exagéré, l’assommée suffisait amplement. Ehena fléchit légèrement les genoux. Stop ! Elle avait décidée qu’elle se calmerait, alors elle allait se calmer. Shawna prenait sans doute ses menaces pour du bluff mais la marchombre était sûre qu’elle n’avait pas remarqué qu’elle s’était ramassée, prête à lancer son pied au loin. Shawna recula alors et ramassa son sac avant de partir d’un bon pas. Elle lui lança une phrase méprisante, destinée à lui dire au revoir et Ehena ne la retint pas. Cela valait mieux… pour la jeune fille. Cette dernière lui avait dit qu’elle serait dernière les rochers. Voulait-elle à ce point que leurs joutes verbales continues ? La marchombre ferma les yeux quelques secondes, le temps de se retrouver, de reconnecter les deux parties de son être qui se disputait sur le sort de Shawna. Ehena reprit contenance, bien décidée à repartir d’un bon pied avec Shawna. La jeune fille ne voudrait peut-être pas mais il fallait au moins que la marchombre essaie. Mais avant de la rejoindre, elle lui laisserait un peu de répit, car la jeune femme avait quelque chose d’important à faire…

Dans le lac Chen, une boîte en bois coule…
Tout doucement.
Celle qui l’a mise là aurait bien voulu être au milieu du lac mais c’est impossible…
L’immense Lac Chen est trop immense.
C’est d’ailleurs pour cela qu’on l’appelle l’immense lac Chen…
Puis la boîte s’ouvre, et une nappe grisâtre d’étend.
L’eau jusqu’en dessous des bras, celle qui a mi cette boîte ici souffle un mot.
Merci.

Ehena sortit du lac avec le sourire aux lèvres. Cela peut paraître étrange étant donné la situation mais ce n’est pas la mort d’Elvon qui la fait sourire. Juste le fait qu’elle était à présent certaine qu’elle était innocente. Mais pour combien de temps ? Elle n’en savait rien, peut-être changerait-elle d’avis dans quelques jours mais pour le moment, se croire innocente de la mort de son père lui suffisait. Ce n’était pas pour se rassurer qu’elle pensait cela. Elle le croyait réellement, ce qui était différent. Elle voulut se mettre en marcher vers les rochers où Shawna était censée être mais apparaître avec des vêtements un peu mouillé attirerait les moqueries de la jeune fille comme une bière attire un ivrogne… Pas très poétique comme comparaison. Disons alors comme une fleur attire les abeilles. Bref, la marchombre avait des vêtements secs dans son sac. Elle choisit un coin où personne ne viendrait la déranger-en haut d’un arbre au feuillage épais- et se changea en silence et en vitesse. Puis elle redescendit de l’arbre. Shawna ne se douterait de rien, les vêtements qu’elle venait d’enfiler étaient les mêmes qu’elle avait précédemment. Ils étaient un peu plus propres mais la marchombre doutait que la jeune fille le remarque. Elle n’avait pas envie que cela se produise car Shawna poserait peut-être des questions indiscrètes à moins qu’elle s’en moque complètement. Pour une fois, Ehena fut incapable de deviner sa réaction.

La marchombre, aussi silencieuse qu’un chat, se mit en route vers les rochers. Un arbre se tenait près de ces derniers. La marchombre eut une idée. Une idée qui forcerait Shawna à admettre qu’elle était plus forte qu’elle. Ehena trouva qu’elle se montrait un peu prétentieuse. Tout le monde n’était pas un marchombre et elle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle cherchait toujours à prouver sa valeur… Elle grimpa à cet arbre, toujours silencieusement, puis elle s’assit sur une branche. Shawna était là, en train de manger un morceau. Et elle se retourna brusquement lorsque la marchombre parla.


-Nous ne sommes pas partie du bon pied, tu ne crois pas ? Pourquoi ne pas repartir sur de bonnes bases ?

Ehena craignait une réplique cinglante du genre : « Je pensais que j’étais ignorante et faible à t’entendre. Alors pourquoi désires-tu cela ? » La marchombre retint un soupir. Vraiment, se mettre en colère n’apporte rien… La jeune femme descendit de l’arbre. Au début, elle voulait faire un rétablissement acrobatique pour prouver à Shawna qu’elle pouvait la battre mais elle s’était ravisée. Si elle voulait repartir sur de bonnes bases, elle devrait se contrôler et de plus son geste aurait pu être mal interprété, ce que la marchombre voulait à tout prix éviter… Shawna se leva et Ehena nota une fois de plus ses gestes énergiques et assurés. Soudain elle comprit.

Elle avait affaire à une danseuse…


Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeDim 21 Fév 2010 - 17:32

Shawna resta assise un grand record de deux secondes sur sa pierre cachée au milieu des autres rochers, avant de se relever pour jeter un coup d’œil là où, quelques temps auparavant, elle avait échangé des phrases virulentes avec cette Ehena qu’elle ne connaissait pas. Deux secondes. Deux secondes seulement, et l’impatience, la curiosité, la frustration de l’ignorance avaient mis ses jambes en mouvement et elle avait jeté un coup d’œil en arrière. Elle voulait savoir si la voyageuse allait la suivre, ou si elle allait partir. Elle voulait savoir si elle allait rester, et comment elle agirait, maintenant qu’elle était seule sur cette plage de galets qu’elle avait choisie. Alors elle observa. Espionne des gestes de la jeune femme derrière les rochers, comme celle-ci avait été voleuse des notes égrenées sur le vent maritime. Sans ressentir la moindre culpabilité à l’idée de faire exactement ce qu’elle avait condamné chez Ehena. Elle vit la boîte apparaître entre ses doigts filigranes, vit entrer la jeune femme toute habillée dans le lac, vit les cendres se disperser sur l’onde paisible, aussi. Elle ne sut pas reconnaître l’expression sur son visage, pas à cette distance, et n’essaya pas de comprendre pourquoi, après avoir fait trois pas dans la direction des rochers, elle avait fait demi-tour. Ehena avait disparu, et avec elle tout intérêt pour les galets. Shawna retourna s’asseoir avec sa solitude et mordit dans son morceau de pain.

Il était d’hier, et ne laissa qu’un goût âpre dans sa bouche.

Bon. Ceci expliquait cela. La larme, la tristesse, le silence initial de la voyageuse en voyant que le lieu mortuaire de qui savait qui était occupé par une gamine qui offrait au vent des chansons joyeuses sur sa flûte, ses piques acides ensuite aux provocations de Shawna. Peut-être que sa première impression avait été la bonne, finalement, et les suivantes de simples illusions créées par Ehena pour divertir son attention. Peut-être. Mais peu importait, à présent, puisque la femme était reparti sur son chemin et que Shawna repartirait bientôt sur le sien. Enfin, bientôt… Quand elle saurait où elle comptait aller, déjà, ce serait bien. La caravane qui l’avait accompagnée jusque là ne s’imaginerait sûrement pas qu’elle allait retourner sur ses pas, elle serait retrouvée moins vite par sa famille si elle remontait, mais…

Shawna se retourna brusquement.

Ehena n’était pas partie, même si Shawna ne comprenait pas pourquoi. Et elle la toisait d’en haut de son arbre, dans lequel elle avait grimpé qui savait comment. D’un œil critique, Shawna observa que la plus basse branche était trop haute pour être attrapée d’en bas ; et puis, elle n’avait absolument rien entendu… Comment pouvait-elle grimper à même l’écorce sans émettre un bruit ? Encore et encore ce silence qui l’entourait… Une autre question fusa à sa suite. Pourquoi diable Ehena était-elle montée là haut ? Cela ne servait absolument à rien. Elle venait de redescendre, et la rejoindre par les rochers aurait été beaucoup plus facile. Shawna n’ayant jamais aimé résoudre les mystères, réfléchir ou regarder ce qu’il y avait plus loin que le bout de son nez, elle écarta la question comme inutile et se releva, fourrant le dernier morceau de pain dans sa bouche. En tout cas, Ehena était plus douée qu’elle ne l’avait crue. Acrobate, comme Dwelan… Elle n’attendit pas d’avoir fini sa bouchée avant de répondre.

- A quoi bon ?

Et puis elle avait senti le regard appuyé de son père sur elle, avait reçu la claque imaginaire de sa tante sur le derrière de la tête et avait senti le doigt spectrale de Keo qui lui heurtait les côtes pour la ramener à l’ordre avant qu’elle ne se fasse remarquer plus en avant, « pour son bien » comme il disait, alors que ce n’était qu’un prétexte pour la taquiner. Renfrognée par le souvenir de sa famille, à qui elle pensait définitivement beaucoup trop ces temps-ci, elle déglutit avant de continuer.

- Nous sommes deux oiseaux des routes. Tu as fait ce que tu avais à faire au Lac Chen, et tu seras sûrement partie dans les trois jours pour poursuivre ton chemin. Al Chen n’est qu’un jalon sur ma route, et je doute que nous prenions le même Itinéraire. Si nous sommes vouées à ne plus jamais nous revoir, à quoi bon tenter de garder les apparences, la politesse, l’amabilité ? Mon insolence ne te plait pas, ta vie ne m’intéresse pas. Ni toi ni moi ne pouvons pourtant nous dénouer de cette partie de nous. Alors pourquoi faire semblant de vouloir être des connaissances, ou même pousser l’hypocrisie jusqu’à parler d’amitié, alors que ce n’est absolument pas le cas ? Tu t’es forcée à revenir, n’est-ce pas ? Ce n’était pas la peine.

Un moyen comme un autre de la renvoyer, elle, son silence et sa vie parsemée de voyages, d’inconnus et d’au moins un mort qu’elle tenait à cœur. Et dont Shawna ne voulait pas parler. Et puis l’image de la femme qui s’approchait, alors qu’elle jouait de la flûte, s’imposa doucement dans son esprit. Ses genoux pliés, sa démarche féline, la façon dont elle avait sauté de son arbre sans une hésitation, pour se réceptionner parfaitement, et pensant sûrement que cela allait de soi. Et Shawna plissa les yeux, regardant Ehena différemment depuis le début de leur rencontre. Elle n’avait vu en elle qu’une voyageuse ; à présent, en laissant son regard noisette couler le long de ses habits de cuir, pratiques, sans entraves pour les mouvements de son corps, et elle plissa les yeux, ses sourcils fournis s’arquant au dessus de son regard de braise.

Moi, à la différence de toi, je peux te clouer au sol quand je veux.

Prétention ? Vérité ? Shawna ne savait plus. Elle attrapa sa chevelure d’une main experte, fit glisser l’une des lanières-bracelets qui s’y trouvait et noua ses boucles brunes en un chignon rapide qui retomba sur sa nuque. Puis regarda de nouveau Ehena dans les yeux, sans provocation, cette fois, ou du moins pas encore. La voyageuse, qu’elle l’appelait depuis le début. Une voyageuse solitaire, qui s’était rendue à Al Chen sans escorte. Shawna voulait bien que les routes menant à cette cité soit relativement sûres, mais les brigands foisonnaient encore, et peu étaient les guerriers assez assurés pour s’y risquer seuls. Même elle n’avait pas eu ce culot. Toutes les caravanes, toutes les familles en voyage, tous les roturiers, même, se payaient au moins un gaillard aguerri comme signe de sécurité. Ce qui signifiait qu’Ehena était soit insensée, soit combattante. Ce qui la rendait tout de suite plus intéressante aux yeux de Shawna. A moins qu’elle n’est laissé ses compagnons de route à Al Chen pour pouvoir être seule en répandant les cendres du mort, auquel cas Shawna se fourvoyait complètement, mais peu importait. Il existait un moyen facile de connaître la réponse à sa question, un moyen qu’elle connaissait bien pour en avoir baigné ses poings. L’éclat noisette brilla dans ses yeux de terre foulée.

- En fait, je vais te laisser une chance. Tu veux repartir sur de bonnes bases ? Alors nous partirons sur les bases du combat. Cloue-moi au sol, puisque tu le peux, et je répondrai à tes questions. Peut-être.

La musique guida ses pas et bourdonna à ses oreilles alors que, d’un pas ancré en elle par des années de danse, devenu plus assuré par des multitudes de mêlées dans les rues, de bagarres amicales avec ses cousins et de luttes acharnées entre clans inconnus, elle fusa sur la droite, son poing prêt à s’écraser sur la peau d’Ehena. Sans retenue.


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeMer 24 Fév 2010 - 19:23

Ehena sursauta : « Tu as fait ce que tu avais à faire au Lac Chen, et tu seras sûrement partie dans les trois jours pour poursuivre ton chemin » Cela voulait dire que Shawna l’avait vue répandre ce qu’il restait d’Elvon dans le lac. C’était clair comme de l’eau de roche. Alors pourquoi la marchombre n’avait pas senti son regard ? Peut-être que Shawna ne lui avait accordé qu’une attention succincte lorsqu’elle partait vers les rochers? La marchombre sais quand on la regarde. Toujours. Sauf cette fois. Il faut bien un début à tout mais Ehena aurait préféré que ce début ne se fasse pas aujourd’hui. Mais peut-être que justement ce début serait positif. Le fait que Shawna découvre que la marchombre avait perdu un proche, justifierai peut-être une goutte d’eau salée. Pendant que la marchombre poussait plus loin cette réflexion, Shawna continuait de parler. « A quoi bon ? »

Tout simplement parce que chaque rencontre est intéressante. Parce que même si deux personnes ne se reverront jamais, l’une peut apprendre des choses à l’autre, et inversement. Parce que même si l’insolence de Shawna ne plaisait pas à Ehena et que la jeune fille ne s’intéressait pas à la vie de la marchombre, elles pourraient peut-être se comprendre et garder un souvenir de leur rencontre. Qu’il soit bon ou mauvais, un souvenir est un souvenir et il peut être enrichissant. Mais tout cela ne fonctionne que si les deux personnes, essaient au moins de faire connaissance. Mais cela, Shawna ne pouvait pas le comprendre… Du moins pas encore. Ehena remarqua que Shawna la détailla de nouveau, s’attardant un peu plus sur ses vêtements. Et puis il y eut une sorte de déclic dans son regard… Non, elle n’allait quand même pas …Si. Shawna attacha ses cheveux en un chignon rapide avant de lui proposer un combat en échange de réponse à ses questions.

C’était du chantage sans vraiment en être. Le fait qu’Ehena soit guerrière ou non était apparemment important pour la jeune fille. Et encore, le « peut-être » qui venait d’être prononcé ne garantissait pas des réponses aux questions que la marchombre n’avait pas encore. Shawna savait-elle se battre ? La jeune fille bondit sur la droite, et son poing partit. Son coup était assez rapide mais Ehena l’évita sans peine. La marchombre n’avait pas envie de lui faire de mal mais si c’était ce que Shawna voulait… Cette dernière repartie à l’attaque et Ehena ne put s’empêcher d’admirer son débordement d’énergie. La marchombre se plaça en quelques mouvements souples, derrière elle, et réfléchit très rapidement à un moyen de la « clouer au sol ». Elle était sur le point de se retourner lorsque Ehena lui crocheta les jambes, et lorsque que Shawna tomba sur ses genoux, la marchombre la plaqua au sol. Shawna se débattait frénétiquement, se tortillant dans tous les sens pour se libérer. Ehena réussi néanmoins à sortir un poignard et à le planter juste à côté du visage de la jeune fille.


-Je pourrais te clouer au sol tout de suite mais ça risque de faire très mal…

Voyant que Shawna avait arrêté de se tortiller elle la lâcha, repris son poignard et s’appuya contre un rocher. La jeune fille n’avait pas eu peur de la marchombre, elle avait simplement compris qu’elle ne faisait pas le poids. C’est du moins ce que pensait Ehena. Mais peut-être que la vérité était différente.

-Je ne me force pas à faire ce que je n’ai pas envie de faire. Je suis libre et je fais donc ce que je veux, pas ce que je ne veux pas.

Elle marqua une pause et fixa Shawna de ses yeux bleus.

- Et dis toi que si je ne m’étais pas « forcée » à revenir, ce combat n’aurait pas eu lieu, et tu aurais perdu une belle occasion de te défouler et moi de te mettre la raclée que tu as bien méritée. Comme quoi, chaque rencontre est importante, même la plus anodine. Mais seulement lorsqu’on prend le temps d’essayer de se parler et de se connaître un minimum. Donc, cela valait la peine que je revienne. Bon c’est vrai que connaître une grosse brute sans cervelle ne serait pas très intéressant…

Puis Ehena rajouta tout bas :

-Quoi que…

Puis à voix haute, elle poursuivit :

-Mais je pense que tu ne fais pas parti de ce genre de personne. Ou alors je n’ai pas fais assez attention…

*Cela dit le qualificatif « brute » lui conviendrait bien*

Ehena venait de dire à Shawna ce qu’elle avait cogité un peu plus tôt en rajoutant quelques réflexions faites dans l’instant présent. Puis la marchombre observa le paysage. L’eau plate du lac Chen effectuait de petits remous à un endroit car un poisson venait de sauter et après son observation, Ehena ne trouva qu’un seul mot à penser : magnifique. Puis elle se tourna vers Shawna :

-C’est dommage que cet endroit ne soit qu’un jalon sur ta route, il est tellement beau.

La jeune femme se moquait bien que Shawna trouve ses paroles totalement grotesques, si c’était toutefois ce qu’elle pensait…

Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeVen 26 Fév 2010 - 14:01

Par le Dragon, ne voulait-elle pas se tenir tranquille ?

Elle se battait avec le vent. Elle avait été sûre qu’elle connecterait, pourtant, même si de manière maladroite. Elle avait cru que sa réaction immédiate surprendrait Ehena, au moins. Mais non, celle-ci avait deviné ce qu’elle allait faire avant même que Shawna ne se mette en action. Elle faillit tomber en avant en ne rencontrant aucune résistance, mais elle se rattrapa d’un jeu de pieds, puis commença à virevolter pour faire de nouveau face à la voyageuse – elle n’en eut jamais le temps. Elle eut beau bouger, frapper dans le vide, essayer de rouler pour échapper à Ehena comme cela marchait parfois avec Keo, griffer, donner coups de pieds et coups de coudes, ses efforts étaient vains. Sans direction, sans entraînement, son énergie ne lui servait à rien et était totalement maîtrisée par la combattante. Une lame se ficha devant son visage, et Shawna arrêta de gigoter. Elle n’était pas assez stupide pour penser que le combat n’était pas terminé. Elle avait mordu la poussière, et en si peu de temps… Elle siffla. Ehena n’était pas seulement combattante, elle était douée.

A moins que ce ne soit elle qui soit aussi faible qu’un ver de terre, c’était tout à fait possible aussi. Elle se releva, lissa un pli sur sa manche, fit semblant de ne pas avoir mal là où la roche lui avait meurtri les genoux et les avant-bras. Ce n’étaient que des égratignures, et la douleur pulsante disparaitrait en quelques minutes ; Ehena n’avait pas essayé de lui faire mal, et elle avait déjà ressenti bien pire, comme la fois où on lui avait cassé le nez. Celui-ci ne s’en était jamais remis, et sa courbe harmonieuse s’était tordue, altérant son visage. Mais elle en était fière, de son nez un peu écrasé… Aux mots d’Ehena, elle explosa d’un rire joyeux.

- Un point pour toi.

Une raclée méritée pour l’une, un moment de défoulement pour l’autre… Oui, elle ne regrettait pas cette rencontre, et elle l’admettait sans aucune arrière-pensée. Même si Ehena était beaucoup trop naïve, trop silencieuse, trop prétentieuse. Elle n’était pas entièrement méprisable, et avait aussi ses bons côtés, même si elle doutait que ce qu’elle admirait chez Ehena soient les aspects que quelqu’un d’autre aurait mis en avant comme des qualités… Mais elle ne pouvait pas être entièrement d’accord avec la vision qu’avait Ehena des rencontres. Au contraire…

- Toutes les rencontres ne sont pas intéressantes. Regarde, tous ses gens que tu croises dans les rues marchandes, en te promenant dans la ville, et que tu ne croiseras plus jamais. Peut-être rates-tu quelques rencontres enthousiasmantes en ne leur adressant pas la parole, mais pour la plupart, tu t’évites un ennui profond et un agacement certain… Et puis, imagine que ce n’ait pas été toi, qui aies entendu ma flûte tout à l’heure. Imagine que tu aies été un brigand, ou que tu n’aies pas eu d’aussi bonnes intentions… Et bien, tu m’aurais clouée au sol de manière un peu plus littérale et je serai sûrement morte à l’heure qu’il est.

Elle hocha les épaules d’un air pragmatique. Ehena pouvait penser ce qu’elle voulait, imaginer quelque chose de bon caché en tous ceux qu’elle croisait, une flamme qui valait le coup d’être connue ; Shawna savait bien que ce n’était pas le cas. Oui, il y avait des gens bien, parmi la foule des inconnus, mais il y en avait d’autres, aussi… d’autres qu’elle ne voulait pas prendre la peine de connaître, et qu’elle méprisait. D’autres qu’elle ne pouvait pas comprendre, leurs priorités étant entièrement différentes des siennes. D’autres aux idéaux illusoires, qui la désespéraient par leur niaiserie. D’autres encore dont elle avait peur, même si elle ne l’aurait jamais avoué… Oui, Ehena aurait pu être un brigand, ou un ivrogne, ou un monstre, même si cela aurait été étonnant si près du Lac Chen… Et c’était pour ça qu’elle voulait savoir combattre, pour pouvoir se défendre dans ce genre de situations. Pour ne plus jamais être impuissante, dépendant des forces des autres pour sa survie, comme un parasite ou un lâche vivant dans l’ombre des forts.

- Apprends-moi à me battre. Pas tout, je sais bien qu’il faut du temps, juste quelques prises basiques.

Il y eut un moment de flottement, comme un malaise qui n’en était pas vraiment un, puis Shawna leva les yeux au ciel avant de lâcher entre ses dents :

- S'il te plait.

Elle se retourna pour ne pas voir le visage de la voyageuse, les yeux fixés sur le lac plat. Elle ne voulait pas qu’Ehena fasse de remarque – quoique c’était peut-être trop tard, Shawna était sûre qu’elle était en train de sourire derrière elle – aussi enchaîna-t-elle immédiatement :

- Cet endroit est comme un autre. Un sol sous nos pieds, un ciel au dessus de nos têtes. Al Chen est relativement en sécurité comparé à d’autres endroits de Gwendalavir, je suppose qu’il est bon d’y vivre… Mais bon, je n’ai jamais vraiment aimé l’eau, la pêche et les navires. Et il y a trop de vent près des étendues d’eau. Je n’aime pas les effluves qu’il porte.

Il faisait trop calme, ici. Aucun scandale, aucun défi. Les gens vivaient leur vie pénarde entre leur barque et leur maison, invitant leurs amis, profitant de la sérénité de la nuit, montrant fièrement leur belle ville aux voyageurs, ou citant les grands Dessinateurs qui étaient sortis de leur Académie. Ils ne s’étaient pas attendus à une tornade, lorsque Shawna était arrivée parmi eux quelques mois auparavant, et elle n’avait pas fait long feu dans leur paysage tranquille… Combien de temps avait-elle tenu, cette fois là, une semaine avant d’être renvoyée ? Son père avait été tellement en colère. Il aurait tellement voulu qu’elle devienne Dessinatrice… Elle préférait de loin les activités d'Al Vor, les méandres de la capitale ou les communautés de petits villages. Non, Al Chen n'était pas pour elle.

- Et puis les gens d’ici ne m’aiment pas trop, tu vois, j’ai un peu bousculé leurs petites habitudes il n’y a pas si longtemps. Je passe, mais je ne reste pas, ça vaut mieux pour tout le monde. Peu importe ; toi aussi, après tout, alors je ne vois pas trop pourquoi tu demandes. Ce n’est pas parce que tu le trouves beau que tu vas rester, non ? Tu remontes vers le nord ou tu descends vers le sud, après ?

Elle avait hésité avant de poser la dernière question, n’aimant habituellement pas se montrer indiscrète ; mais si elle savait qu’elle partirait bientôt, la direction était toujours et encore le brouillard. Elle était incapable de prendre une décision, alors qu’Ehena l’avait bien dit à l’instant – elle était libre et allait où elle le souhaitait. Alors ce serait un jeu de pile ou face ; la direction de la jeune femme lui indiquerait la sienne…


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeMar 16 Mar 2010 - 19:34

[Rp court, désolée pour le retard... J'essaierai de faire mieux la prochaine fois, là je savais pas trop quoi raconter.]

« Toutes les rencontres ne sont pas intéressante »… « Pour la plupart, tu t’évites un ennui profond et un agacement certain » Peut-être que Shawna avait raison. Mais cet ennui justement, n’est-il pas lui-même, d’une certaine manière, intéressant ? Voir comme certaines personnes n’arrivent pas à meubler une conversation avait déjà fait sourire à plusieurs reprises la marchombre mais elle n’avait pas cherché à remplir ce rôle car parler dans le vide ne servait strictement à rien. Et en général, elle prenait vite congé. Pourquoi ? Parce qu’elle trouvait ce genre de personne inintéressantes ? Ou parce que elle avait quelque chose à faire ailleurs ? Ou encore parce qu’elle n’avait rien à dire ? Elle n’en savait trop rien car elle ne s’était jamais posé la question, aussi, elle se promit d’y réfléchir à la prochaine occasion venue.

- Apprends-moi à me battre. Pas tout, je sais bien qu’il faut du temps, juste quelques prises basiques.

Ehena eut du mal à comprendre le sens de ces mots. Enfin, si elle avait comprit mais elle pensait avoir mal entendu, aussi, elle faillit demander à Shawna de répéter quand elle se rendit à l’évidence. La jeune fille lui demandait de lui apprendre à se battre. Pourquoi lui demander ça, à elle ? Parce qu’elle lui avait mi une jolie dérouillée ?

- S'il te plait.

Ehena sourit. Cette simple phrase avait due lui demander un effort colossal. Non, la marchombre exagérait, mais elle savait qu’il n’était pas dans les habitudes de Shawna de dire « s’il te plait ». Mais sous son masque de sérénité, la marchombre réfléchissait très rapidement.

"Apprendre l’art du combat à quelqu’un ? Est-ce que j’en serais au moins capable ?"


Elle en était capable. Seulement elle ne le savait pas. Heureusement qu’elle ne devait lui apprendre que des choses basiques et que donc Shawna ne resterait pas trop longtemps à ses côtés… Ses propres pensées la figèrent. Elle réfléchissait comme si elle avait déjà proféré son accord, alors qu’il n’en était rien. Elle s’apprêtait à parler mais Shawna la devança, lui expliquant pourquoi elle n’aimait pas trop Al-Chen et pourquoi elle n’y resterait pas.

- Je ne suis pas faite pour vivre entre quatre murs, même dans un endroit aussi charmant. Tu as raison : ce n’est pas parce que je le trouves beau que je vais rester, mais c’est pour cette raison que je vais y revenir, plus tard.

Il y eut un silence durant lequel, Ehena se leva et se plaça devant Shawna

-J’avais prévu de remonter vers Al-Poll, mais en prenant mon temps. Et comme tu me l’as demandé gentiment j’accepte que tu m’accompagnes et j’accepte aussi de t’apprendre les bases du combat. Mon cheval est dans cette direction, ajouta-elle en pointant un chemin du doigt, le temps d’aller le chercher et on s’en va quand tu veux

Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeLun 22 Mar 2010 - 21:25

Revenir parce qu’on trouvait un endroit beau, même si on n’y était pas à sa place, qu’on n’y vivrait jamais et qu’on ne resterait pas.

Shawna essaya de saisir cette idée, mais elle n’y arriva pas. Une fois qu’on n’avait déjà vu quelque chose, c’était fini, non ? Autant aller voir quelque chose que nous n’avions pas encore vu, c’était moins ennuyant que de revenir toujours au même paysage, que celui-ci soit beau ou non. Lorsqu’elle retournait quelque part, c’était toujours pour les mêmes raisons ; soit par nécessité, soit parce qu’elle n’avait aucune idée d’où aller et que dans ces cas là un endroit connu est toujours moins effrayant que les affres de l’inconnu, soit parce que l’endroit était important pour elle. Sa maison à Al Jeit. La place centrale de la capitale, où elle avait dansé des années entières. La rivière à trois jours de voyage, où la caravane passait toujours en quittant la cité, et où elle avait tellement de souvenirs avec ses cousins. L’arbre creux qu’elle avait rempli de marrons quand elle avait dix ans, avec Dwelan et Nahemi qui rigolait malgré elle en disant que c’était idiot, qu’il n’y aurait plus rien dans un mois, et les feuilles qui tournaient dans ses cheveux, et les yeux noisette qui dansaient avant de disparaitre, les jeux et les courses entre les troncs… L’Académie d’Al Vor, et la rue marchande où avait eu lieu la foire, aussi. Les égouts aux miasmes émétiques, où elle avait pourtant pataugé à de nombreuses reprises. Et surtout, ce village à mi-chemin de Fériane, où elle avait décidé pour la première fois qu’elle serait Combattante…

Oh, les réminiscences ne servaient à rien, et ressasser le passé n’apportait que des regrets. Ehena retournait dans les endroits qu’elle trouvait beau, Shawna n’en avait que faire et retournait là où sa vie avait soudain pris de l’importance, même si pour peu de temps, avant de retomber dans la banalité qui fait le quotidien de chacun. Là où elle avait cru que ça valait le coût… Encore une divergence, deux conceptions aux miroirs déformés.

La manière dont Ehena lui « autorisa » de venir avec elle l’agaça au plus haut point ; elle la prenait de haut… Simplement parce qu’elle était meilleure, elle se permettait d’agir comme si Shawna était une subordonnée. Et bien, elle n’en était pas une. Ses lèvres formèrent une maigre grimace vers le bas, déformant son visage pour montrer son désaccord. Elle failli répliquer qu’elle n’avait jamais demandé à l’accompagner, simplement à lui apprendre une chose ou deux, ce qu’elle pouvait très bien faire ici aujourd’hui et partir, ou encore qu’Ehena ne pourrait rien faire si Shawna décidait de l’accompagner contre son gré. Elle n’en fit rien, pourtant, d’abord parce qu’elle n’était pas sûre qu’Ehena ne soit pas capable de lui fausser compagnie, ensuite parce qu’elle ne voulait pas détruire ses chances d’apprendre les bases du combat avec un professeur. Depuis le temps qu’elle en rêvait ! Pourtant, un cours ou deux ne méritaient pas qu’elle ravale sa fierté et devienne élève ou esclave pour plusieurs jours ; jamais elle ne laisserait quelqu’un lui marcher sur les pieds ainsi, et Ehena devait le comprendre, si elles devaient actuellement partir ensemble au lieu de se quitter à l’instant. Si elle devrait agir avec respect pour que Ehena accepte de lui apprendre ce qu'elle voulait savoir, cette obligation était réciproque, et elle ne laisserait pas Ehena la brider. Si elle commençait à accepter qu’on lui manque de respect maintenant, qu’est-ce que ce serait plus tard ? Elle n’aurait plus l’occasion de prouver à Ehena qu’elle n’avait pas besoin de son autorisation pour agir. Alors elle s’approcha, son index s’agitant sous le nez de la voyageuse.

- Qu’une chose soit claire entre nous, si l’on doit voyager ensemble. Ce n’est pas parce que tu m’apprends deux ou trois passes que je deviens ton chien. Si tu crois que je vais supporter que tu fasses la prétentieuse qui a réussi à rabaisser une insolente gamine, tu te mets le doigt dans l’œil. Tu veux en connaître plus sur moi, partir sur des bonnes bases, former une « relation » ? Je répondrai à tes questions, et je te fais grâce de quelques jours de ma présence, voir d’un minimum de bonne volonté. En échange, tu m’apprends à me défendre contre plus fort que moi pendant ce court lap de temps. C’est tout. Rien d’autre. Et si tu penses que c’est une faveur que tu me fais, tu découvriras bien vite que non, parce que je n’hésiterai pas à partir si tu me fais perdre mon temps. Je n’ai que faire des orgueilleuses.

Si ce simple point était clair, alors elle était prête à partir. Elle s’était étonnée de la proposition de départ précipité, mais haussa les épaules en se souvenant de ce qu’elle avait vu de derrière les roches, alors qu’Ehena était encore sur la rive. Elle avait fini ce qu’elle avait à faire ici, et Shawna supposait qu’elle n’avait aucune raison de repousser son départ à plus loin. Peut-être, au contraire, voulait-elle partir aussi vite que possible de cet endroit symbole de mort… En tout cas, elle-même n’avait rien à faire ici, et tergiversait sans direction depuis trop longtemps. Al Poll, donc. Entre musique et famille, le hasard avait décidé que ce serait la musique. Bien. Elle fausserait compagnie à Ehena pour se rendre à l’Académie une fois arrivées, alors, et récupérer son bien… Il était plus que temps. Elle fit quelques pas dans la direction qu’avait montrée la jeune femme.

- Allons donc à la rencontre du cheval abandonné. Après, direction Al Chen, je dois acheter deux trois provisions avant de me lancer sur les plateaux.

*Tu vois, je n’ai pas besoin de ta permission pour prendre mes décisions seules, combattante. Tu me suis et point final.*

La mélodie qui encombrait ses pensées se teinta progressivement d’âcres sensations, alors qu’en marchant, il lui sembla qu’un malaise doux amer s’accrochait à chacun de ses pas ; elle ralentit, sans savoir d’où lui venait d’abord cette sensation, puis s’ancra sur sa source. Une anxiété, au milieu de ses mots et bien dissimulée sous l’assurance qu’elle dégageait en permanence. Celle qu’Ehena revienne sur sa décision, d’abord, malgré avoir affirmé qu’elle n’aurait aucun regret à partir à l’instant, à cause de sa personnalité. L’angoisse d’avoir encore tout gâché avant que rien ne commence, que les personnalités têtues des deux femmes ne soient pas compatibles. Elle savait combien un voyage avec des personnes avec qui on ne s’entendait pas pouvait être harassant. Mais les tâches communes, le feu de bois, la cuisine, la protection du camp, tout ça avait habituellement le doux résultat de souder les liens forts des itinéraires partagés. Mais c’était moins pour sa fierté et celle d’Ehena qu’elle s’inquiétait vraiment, sachant qu’elles s’accommoderaient l’une de l’autre ou partiraient chacune de leur côté, ce qui n’avait dans un cas ou dans l’autre pas de véritable incidence, au fond.

Non, paradoxalement, elle avait peur qu’Ehena revienne sur sa décision en apprenant que Shawna n’avait pas de monture. A l'allée, elle avait emprunté l'une des montures en plus de la caravane d'Itinérants à laquelle elle s'était rattachée... C’était risible et pathétique, et la musique monta en volume pour battre sur ses tempes, sauvage et libre, sans aucune canalisation. Elle reprit sa marche rapide, se moquant intérieurement de ses doutes inutiles, raisonnant qu’ils n’avaient pas lieu d’être. Elle monterait derrière elle, ou marcherait tout le long, au pire, elle savait encore se servir de ses deux jambes. Pourquoi ce détail pratique les empêcheraient-elles de voyager sur la même route ? L'angoisse sourde continuait à bourdonner sous les notes auxquelles elle laissait libre cours, et elle n'arrivait pas à la faire taire. Elle avait besoin d’une diversion.


- Comment tu as appris à te battre si bien ? Je suppose que ce n’était pas en observant les soldats de l’empereur…


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeLun 5 Avr 2010 - 17:47

Ehena serra les mâchoires. Elle ne supporterait pas longtemps Shawna. Elles étaient trop… différentes. Cela dit, deux personnes que l’on auraient jamais crû compatibles pouvaient parvenir à s’entendre. Mais pour cela, il faudrait fournir de gros effort… Shawna voulait se défendre contre plus fort qu’elle. Cette envie était floue. Si elle voulait se défendre contre un gros lourdaud, il ne lui restait presque plus rien à apprendre. Si elle voulait battre un type qui se débrouille pas mal au combat, c’était autre chose. Si elle voulait battre un maître d’arme aussi. Les marchombre, les Frontaliers, les Thüls… Beaucoup de personnes étaient nettement plus forte que Shawna. Pareil pour Ehena. Si on prenait cette envie au pied de la lettre, elle était irréalisable. La marchombre aurait très bien put bâcler l’entraînement de Shawna, en lui apprenant une ou deux techniques de base qui n’aurait servi à pas grand-chose contre une personne assez douée pour le combat. Elle aurait put lui apprendre une ou deux choses, ici même, au Lac Chen. Mais Ehena avait plus qu’envie de quitter cet endroit. Elle voulait aller à Al-Poll, ville qu’elle n’avait visitée que très peu de fois. Elle avait envie de partir, et si Shawna voulait apprendre à se battre, elle suivrait. Un point c’est tout.

Mais pour le moment, Ehena était sur les nerfs. Shawna voyait un manque de respect ainsi que de la prétention dans chacune de ses phrases, et ça devenait plus qu’insupportable. Peut-être que la marchombre y avait effectivement mis un ton un peu insolent mais elle ne s’en rendait pas compte. En revanche, elle était presque certaine de n’avoir rien dit de prétentieux. Elle se força à respirer profondément pour ne pas envenimer la conversation, si il était toutefois possible d’en tirer quelque chose de positif à ce stade. Shawna avait fini de lui jeter ses phrases gorgées de mépris à la figure et Ehena tenta une réponse, prenant un ton ou aucune émotion ne passait. Elle fit de même avec ses yeux.

- Si j’ai paru être ce que tu viens de me dire je m’en excuse…

De plates excuses qui furent prononcée d’une voix tendue. Ehena venait de faire un effort surhumain. Elle serra des dents pour ne pas crier, et pendant que Shawna se retournait pour faire quelque pas en direction de Zaley, elle serra les poings pour ne pas se jeter sur elle et lui en coller une. Elle n’aimait pas Shawna qui était le portrait parfait du genre de personne qu’elle détestait et la marchombre se doutait bien que la jeune fille ne l’aimait pas non plus. Et pourtant, elles allaient voyager ensembles. Ehena fut tentée de revenir sur sa décision mais elle se ravisa car cela ne se faisait pas. Shawna ne l’aimait peut-être pas, elle était sûrement satisfaite à l’idée d’apprendre à se battre. Et puis, les choses finiraient peut-être par s’arranger… Qui sait ? Peut-être qu’elles finiraient par se trouver des choses en commun...

- Allons donc à la rencontre du cheval abandonné. Après, direction Al Chen, je dois acheter deux trois provisions avant de me lancer sur les plateaux.

Ehena avait desserré ses poings, pour paraître un peu moins énervée, au moment ou Shawna s’était retournée pour lui parler. Elle voulait aller à Al-Chen et cela tombait bien, vu qu’Ehena était à cours de flèches et de vivres. Elle s’était directement dirigée vers le lac pour faire ce qu’elle avait à y faire et n’avait pas encore pénétrée dans la ville. La marchombre fit savoir à Shawna qu’elle était d’accord et pour quelles raisons. Puis elles se mirent en route pour aller chercher Zaley. Mais Ehena sentit bientôt une sorte de malaise au milieu du silence que les deux jeunes femmes partageaient. Shawna lui posa alors une question, suivit d’une supposition on ne peut plus étrange. La jeune femme fut d’abord tentée de lui demander ce qui la poussait à se mêler de sa vie mais elle y renonça. Ehena avait choisit de faire des efforts et elle devait respecter ce choix. A la place, elle dévoila sa surprise au grand jour.

- Tu regardais les soldats de l’empereur pour apprendre à te battre ? J’en déduis que tu vivais à Al-Jeit…

Shawna lui lança un regard désapprobateur, lui rappelant ainsi qu’elle n’avait pas répondu à sa question.

-C’est mon père qui m’a appris tout ce qu’il savait.

Une phrase qui gardait cachée trois années de sa vie. Ce n’était pas vraiment son père qui lui avait apprit mais son père adoptif. Pour Ehena cela ne faisait pas de différence, sauf que son vrai père, elle ne le connaissait pas…

Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeSam 1 Mai 2010 - 14:07

Les excuses d’Ehena eurent l’effet souhaité ; non seulement Shawna les accepta et raya de ce même fait la prétention qu’elle avait crue entendre dans la voix de la combattante, mais en plus l’Itinérante se sentit un peu plus humble. Prononcer des excuses était déjà tellement dur pour elle, elle ne pouvait qu’admirer Ehena pour les lui avoir offertes avec autant de fluidité. Elle se promit de faire davantage d’efforts en avançant sur le chemin battu à ses côtés. Ses pas foulaient la terre et bientôt, le cheval apparut devant elles, attaché à un tronc d’arbre et broutant calmement les quelques touffes d’herbe qu’il pouvait attraper. Shawna s’approcha de son pas sûr, et la bête leva la tête, les oreilles dressées. L’Itinérante se planta à ses côtés avant de le laisser renifler doigts et vêtements et d’aider sa maitresse à le rééquiper.

- Tu as de la chance.

La phrase avait été lâchée alors qu’elle dénouait la longe, et ne s’adressait absolument pas au cheval, malgré le fait que le nez de Shawna était davantage tourné vers la monture que vers la maîtresse. Elle recula, laissant Ehena le prendre en charge avant de commencer à marcher vers la ville, essayant de sembler aussi assurée que possible pour ne pas que la combattante devine l’angoisse sourde qui lui collait à la peau. Elle continua à parler, pour ne pas y penser et parce qu’elle aimait raconter, quoiqu’elle en dise. C’était écouter pour quoi elle avait du mal, sauf lorsqu’il s’agissait de très bonnes histoires…

- Ne déduis pas trop vite, libellule. Je suis Itinérante, et les Itinérants vivent sur les chemins, au rythme de la rosace des vents. C’est vrai, j’ai passé de longues années à Al Jeit, mais j’aurais très bien pu observer les soldats stationnés dans une autre cité, dans un camp sur la route pendant une mission contre des bandits, ou lors de mes passages dans la capitale, sans jamais y avoir vécu. Al Jeit est un point de la carte très important pour les marchands et ils ne passent pas plus d’une année sans y retourner, aussi restons-nous souvent dans la capitale. Mais oui, c’est là-bas que j’ai grandi, entre les grandes places et les cordes où pendent les décorations des rues. J’allais souvent espionner les guerriers au dessus des murs, l’année dernière. Pour tout ce que ça a servi, de toute façon…

Pas du tout. Oh, elle pouvait se débrouiller contre une personne sans entraînement intensif, contre les bandes de jeunots aussi lorsqu’elle n’était pas seule, mais dès qu’il fallait se battre contre plus d’un homme, elle était fichue… Un cri raisonna dans sa tête, elle aperçut dans son esprit embrumé un éclat enflammé, mais elle chassa l’image comme on chasse un moustique, laissant le flot de ses paroles incessantes emporter les souvenirs dans leur courant rapide – profond, très profond, là où ils ne risquaient pas de remonter à la surface.

- Mais ce n’est pas comme si j’avais le choix si je voulais apprendre quoique ce soit. Mon père m’aurait punie à vie s’il avait appris mes escapades, et il ne me laissera jamais apprendre à me défendre moi-même de son plein gré. Mais ce que tu ne peux pas faire au soleil, fais-le dans l’ombre, n’est-ce pas ?

Elle eut un sourire carnassier, montrant combien l’interdit la laissait de marbre. On ne dicte pas sa conduite aux forts, et on ne peut interdire ce dont on ne connait pas l’existence. Le renard vole au corbeau lorsque le lion n’est pas là pour le voir. Et le lion pouvait bien être père ou empereur, le corbeau pouvait bien aller se plaindre au maître, le renard n’en avait rien à faire, tant qu’il avait le ventre plein… Ses sourcils se froncèrent un instant, un nouveau doute s’infiltrant en elle. Ehena refuserait-elle de lui apprendre simplement parce que son père aurait voulu qu’elle refuse cet enseignement ? Oh, elle aurait mieux fait de se taire, encore une fois. De tourner sa langue sept fois dans sa bouche et de penser aux conséquences avant de se mettre à babiller. Mais peu importait, au fond. Elle se moquait de ce qu’Ehena savait, de ce qu’elle croyait, et des zones d’ombre qu’elle n’imaginait même pas. Si elle la laissait au bord du chemin, Shawna trouverait quelqu’un d’autre, tout simplement. Après tout, elle n’était pas pressée, et les combattants foisonnaient en cette ère. Mais tout de même, pas de raison d’en chercher un autre alors qu’elle en avait une devant son nez, et qui pouvait lui apprendre bien des choses, même…

- J’espère que tu ne vas pas me faire regretter ces paroles. Toi, ton père a compris ce que tu voulais, il t’a appris, au lieu d’essayer de t’obliger à suivre un chemin que tu ne voulais pas suivre. Alors je le répète – tu as de la chance.

Pas que Shawna pense ne pas en avoir. Elle aimait son père, elle aussi. Simplement, elle aurait voulu qu’il puisse l’accepter pour qui elle était, ou que leurs désirs convergent au lieu de s’entrechoquer, tels les bois de deux cerfs au printemps… Shawna plissa le nez à l’odeur de poisson qui maculait les étalages de la rue d’Al Chen dans laquelle elles s’étaient engagées, et elle accéléra le pas, espérant arriver bientôt dans un quartier moins… souillé. Cela ne l’empêcha pas de continuer à parler, se rattrapant une deuxième fois pour des paroles qu’elle regrettait déjà.

- Mais chance ou pas, je ne voudrais pour rien au monde être à ta place. Moi, au moins, j’ai appris à connaître mes désirs et à vivre ma vie, au lieu de suivre aveuglément les idéaux d’un autre en pensant qu’ils sont miens.

Jamais elle ne tomberait dans les filets d’un maître, et jamais elle ne laisserait un autre décider à sa place. Elle détestait le respect dans la voix des apprentis, l’adulation dans leurs yeux, l’obéissance de leurs gestes. Elle ne ferait jamais une bonne légionnaire, elle le savait parfaitement, et si un jour elle devenait une combattante, ce serait en tant que mercenaire qu’elle sillonnerait les routes, jamais comme soldat de l’empereur comme ceux qu’elle avait observé pendant plus d’un an… Ces liens de loyauté ne menaient à rien de bon. Et puis, les gens partaient toujours, à un moment ou à un autre, et elle n’avait qu’à entendre ce ‘savait’ qu’avait prononcé Ehena, ou voir les larmes gicler sur la figure de l’élève qui a perdu son guide pour qu’une grimace de révulsion se dessine sur ses lèvres. Ils étaient tellement dépendants, c’en était pathétique…

Elle hésita un instant à faire remarquer à Ehena qu’elle avait remarqué qu’elle parlait à l’imparfait, puis décida contre. Poser la question ne servait à rien, elle se doutait bien qu’il était mort, à présent, et elle préférait ne pas lâcher de remarque désagréable – pas qu’elle n’en soit pas capable, mais si elle devait voyager les jours suivants avec Ehena, autant ne pas la mettre d’humeur noire maintenant. Question de pratique. Il était tellement plus utile de le passer sous silence…



_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Ehena Keyhöl
Ehena Keyhöl

Marchombre
Messages : 26
Inscription le : 30/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeMar 25 Mai 2010 - 18:33

Ehena se détendit légèrement. Shawna avait apparemment accepté ses excuses qui avaient eut du mal à franchir la barrière de ses lèvres mais la marchombre restait sur ses gardes, se préparant à un quelconque changement d’humeur ou d’avis. L’Itinérante n’était pas aussi prévisible qu’Ehena l’avait d’abord cru, aussi, elle préférait se préparer à n’importe quel comportement de la part de celle qu’il lui faudrait maintenant entraîner… Elle ne pouvait pas revenir sur sa décision mais elle n’y voyait pas uniquement du négatif, bien au contraire. Cela permettrait à la marchombre de voyager avec une autre compagnie que celle que lui procurait Zaley. A quand remontait la dernière fois qu’elle avait voyagé avec un autre être humain, qui n’était pas son maître et durant un trajet considérable ? Celle où elle avait accompagné une caravane à Al-Vor était la plus récente et elle datait de loin. « Le marchombre est un solitaire » lui avait dit Elvon, peu de temps après l’avoir prise sous son aile. Ehena avait déjà remarqué, lors de son enfance, que son père restait distant envers les habitants du village. A présent, elle comprenait combien il avait du être dur de rester sédentaire pendant tout ce temps…

Bref, elle s’était forcée de suivre cette « règle » qui n’en était pas une. Les marchombres n’ont pas de règlement. Il s’agissait plutôt d’une habitude qu’avait la Guilde des marchombres. Si Ehena avait décidé de s’entourer de toute une bande d’hystériques pour le reste de ses jours, personne n’aurait rien eut à dire. Elle était libre. Bien sûr, préférant le silence au bruit, cela n’arriverait jamais. En ce moment, elle avait besoin de présence humaine. Elle avait besoin de parler et avec la même personne. Pas pour ne rien dire, évidement mais pour le plaisir qu’on lui réponde. Zaley avait un peu de mal de ce côté-là, et c’était un des avantages à avoir Shawna avec elle. Il y avait aussi le fait qu’entraîner une personne aux complexes ficelles du combat, la déciderait peut-être à prendre un élève sous son aile. Ehena a avait croisé un ou deux adolescents qui aurait mérité qu’on leur propose un enseignement mais elle n’avait pas vraiment songé à jouer le rôle du professeur.

Se concentrant un peu sur le chemin de terre qu’elle et Shawna, silencieuse depuis les excuses de la marchombre, foulaient, Ehena sortit de sa rêverie. Bientôt, Zaley apparut près d’un arbre. Une fois arrivée près de lui, Shawna se fit facilement acceptée par l’animal qui se remit à brouter l’herbe bien grasse. Avec l’aide de l’Itinérante, elle l’équipa. Bien qu’elle aurait pu se débrouiller seule, elle apprécia ce geste. La marchombre doutait, pour tout dire elle était plus que certaine, que Shawna ait fait cela pour pardonner son irrespect. Il était sûrement dans ses habitudes d’apporter son aide, grâce à son rang d’Itinérante. Si Elvon ne lui aurait pas proposé d’être son apprentie, Ehena aurait sans doute rejoint les caravanes. Beaucoup de voyage, pas le temps de s’ennuyer, une ambiance le plus souvent agréable secondée par un esprit d’entre aide et de respect très grand… Des éléments que la jeune femme appréciait.

- Tu as de la chance.

La marchombre faillit sursauter. Cela faisait dix bonnes minutes qu’elles baignaient au milieu du chant des oiseaux et du roulis des vagues, un monde, que la voix puissante et assurée de Shawna venait de briser. Ehena se demandait si elle parlait de la chance qu’elle avait d’avoir un cheval ou si, continuant la conversation précédente, elle parlait de la chance que lui avait apporté son père en acceptant de lui apprendre le combat. Elle ne répondit donc pas. Qu’y avait-il à répondre d’ailleurs ? Ehena dit avancer le groupe et se mit à marcher en direction de la ville. De son côté, Shawna parlait, remettant en cause l’esprit de déduction de la marchombre. A la fin de la tirade, Ehena eut un sourire. Elle devait bien avouer qu’elle ne devait la vérité de sa phrase passée que par un coup de chance.

-Tu as raison, j’ai parlé trop vite.

Puis l’Itinérante lui livra une information qui laissa la marchombre perplexe. Elle était donc censée lui apprendre une chose que son père n’approuvait pas ? Elle haussa les épaules. Shawna était assez grande pour savoir ce qu’elle voulait et ce n’était pas son problème si elle ne respectait pas les désirs de son père. De plus, elle avait dit qu’elle lui apprendrait à se battre, alors elle le ferait. Shawna sembla réaliser ce qu’impliquait ses paroles, aussi, elle se justifia. La fin de sa phrase laissait supposé qu’elle poursuivait la conversation passée, lorsque Ehena détachait Zaley. Ehena la rassura d’un regard et d’une phrase :

-Je n’ai pas l’intention de revenir sur ma décision.

L’odeur du poisson lui parvint aux narines, chose caractéristique de ces quartiers d’Al-Chen. Elle suivit Shawna, qui venait d’accélérer le pas, du mieux qu’elle pouvait, gênée par son cheval. Soudain, une phrase qui ne lui plaisait pas lui parvint aux oreilles. Et c’était reparti…

-Comme tu l’as dis, mon père a compris ce que je voulais. De plus, c’est moi qui lui aie demandé et il a hésité avant d’accepter car le but qui m’a poussée à apprendre l’art du combat était tout sauf joyeux et aisé… Mon père a simplement joué un rôle très important dans ma vie et mes désirs.

Si Shawna savait qu’en guidant sa fille sur la voie marchombre, Elvon s’était voué à la mort, en en étant conscient, elle aurait sans doute révisé ses paroles. Ehena n’avait cependant ni l’envie ni le temps de lui expliquer cela ainsi que le pourquoi et le comment des choses. Cela revenait à lui raconter une bonne partie de sa vie. Soupirant un bon coup, elle arriva bientôt, suivie de Shawna, dans la partie de la ville qui vendait ce qui intéressait la marchombre. Elle se retourna vers l’Itinérante :

-Retrouvons nous ici quand nous aurons fini nos emplettes si tu le veux bien.

Elle avait maintenant compris qu’il ne fallait pas lui donner d’ordres et lui demander son avis…

Shawna Djee
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitimeLun 31 Mai 2010 - 12:18

Elle ne reviendrait pas sur sa décision.

Shawna savait bien que les mots n’étaient que des mots, et qu’Ehena pourrait bien les rendre synonymes de paroles en l’air, et changer d’avis tout de même. Peut-être pas parce que le père de Shawna refusait qu’elle apprenne l’art du combat, mais parce qu’elle n’avait pas de cheval, par exemple. Ou parce qu’elle n’avait pas un passé noir qui rendrait son apprentissage une décision « ni joyeuse ni aisée. » Ou parce que Shawna était vraiment trop insupportable, tout simplement… Elle plissa donc les yeux, heureuse de la décision de la combattante mais tout de même méfiante ; elle ne voulait pas être l’une de ses fillettes qui, après s’être remplies la tête d’espoirs et de rêves, découvraient quelques temps après qu’ils n’étaient que chimères et fantasmes inassouvis. Shawna n’avait pas d’expectations ; des désirs, mais pas d’expectations. Ce qu’elle pouvait avoir par elle-même, elle savait qu’elle l’aurait, parce qu’elle avait confiance en elle. Mais ajoutez quelqu’un d’autre dans l’équation, et elle s’enfermait dans un pessimisme ancré profondément dans les fibres de son être : elle ne donnerait rien aux étrangers, et les étrangers n’avaient aucune raison de lui donner ce qu’elle voulait. Les échanges existaient, mais elle s’attendait toujours à un piège quelconque… Alors elle ne laissa pas les mots taire son angoisse, et se contenta d’opiner de la tête.

Les mots suivants d’Ehena la troublèrent un peu plus. C’était vrai, elle ne voulait pas de maître et ne comptait jamais suivre une personne en particulier, fusse un membre de sa famille, et préférait entendre les conseils d’un peu tout le monde pour ne suivre que ceux qu’elle choisissait, mais elle pouvait comprendre ce que voulait dire la jeune femme. Si c’était elle qui avait demandé, et qu’elle n’avait pas simplement accepté de le suivre, la situation n’était pas exactement la même. Et même si elle avait choisi de s’enchaîner, elle avait gardé son indépendance le long de son apprentissage. Peut-être son père l’avait-il quelque peu endoctrinée, ce n’était pas possible d’idéaliser quelqu’un comme ça, mais le résultat n’avait pas été si malheureux que ça… Un bon professeur, elle n’en doutait pas. Ehena ne regrettait pas ses choix et vivait sa vie ; Shawna n’aurait pas fait les mêmes choix mais ne pouvait qu’acquiescer.

Les références obscures au malheur qui avait parsemé son passé, par contre, elle avait plus de mal à avaler ; pourquoi est-ce que tout le monde passait toujours son temps à dramatiser ? Tout le monde a sa dose de malheur, pas la peine de se rendre spécial et à hurler au vent que Moi, Moi je suis plus malheureux que le voisin, Moi j’ai davantage vécu, Moi j’ai dû survivre à des moments déchirants et Moi, tu ne me comprendras jamais. Et alors, qu’est-ce que ça peut faire, pauvre chaton ? Mais encore une fois, son agacement ne fut pas prononcé, transperçant seulement par une expression étrange sur le visage, car si elle lançait le sujet, elle ne doutait pas qu’Ehena raconterait ce qui lui était arrivé et Shawna n’avait aucune envie de l’entendre. Ni maintenant, ni jamais. Les souvenirs pathétiques et misérables étaient mieux fourrés dans un coin du grenier, bien dissimulés sous une pile d’objets disparates pour ne plus qu’on les retrouve. Les odeurs alléchantes qui sortaient de la cuisine étaient beaucoup plus intéressantes.

- A tout de suite.

Shawna fit ses emplettes efficacement, discutant avec les marchands en leur donnant les nouvelles du nord pendant qu’eux lui faisaient connaître les derniers ragots du coin. Une nuée d’insecte avait détruit les récoltes à l’est, la Dame souriait aux pêcheurs d’Al Chen qui avaient eu beaucoup de chance cette année, les soldats de l’Empereur remontaient de plus en plus par ici, on avait retrouvé le corps d’un voyageur sur les routes et les gens n’osaient pas partir sans compagnie pour le moment, certains colporteurs d’Al Jeit sifflaient quelque chose sur l’Empereur qui restait visiblement enfermé dans son palais depuis un certain temps, mais il ne fallait pas les écouter, ils inventeraient n’importe quoi pour semer la pagaille… Shawna aimait ces conversations pragmatiques et fit un signe d’adieu à chacun d’un air joyeux.

Ce n’est qu’en retournant vers le lieu du rendez-vous avec la combattante qu’elle fronça les sourcils, semblant à peine venir de remarquer quelque chose de pourtant évident. Une simple idée flottante qui avait éclaté tel un feu d’artifice dans son esprit, et qui n’avait peut-être aucun sens – Ehena essayait de lui plaire. Mais au lieu de disparaître aussi vite qu’elle était venue, l’idée s’ancra plus profondément en elle alors qu’elle repassait leur conversation dans sa tête. Elle ne donnait plus d’ordre depuis que Shawna lui avait fait remarqué qu’elle n’était pas son apprentie, elle s’était excusée, elle lui donnait des explications claires et posées, elle essayait de la connaître, et avait au début répondu dans la foulée à la manière de Shawna, comme pour mieux se faire comprendre d’elle. Non, plus elle y réfléchissait, plus cette idée absurde semblait vraie. Son retour après avoir parsemé de cendres la surface du lac, son combat accepté, son acceptation de lui apprendre quelques mouvements. Mais pourquoi ? Que Shawna s’écrase pour apprendre le combat, c’était compréhensible, elle avait une raison de le faire. Mais Ehena ? Que pouvait-elle bien attendre d’elle ?

Peut-être croyait-elle vraiment en ces idéaux qu’elle avait présenté plus tôt, et que chaque rencontre était vraiment importante pour elle, mais Shawna était sceptique. Elle poserait la question à la jeune femme à son retour ; pourquoi avait-elle accepté de lui enseigner, si elle n’avait rien à y gagner ?

- Shawna !

Malheureusement pour elle, ce n’est pas Ehena qui la retrouva d’abord dans les rues poissonneuses. En entendant la voix, un air de désarroi s’empara de son visage et elle fit quelques pas rapides en avant, comme si elle n’avait pas entendu. Tout mais pas lui. S'il vous plait, tout mais pas lui...

- Shawna, attends !

Il courrait derrière elle, et la voix était bien la sienne, pas de doute. La rencontre ne pouvait pas être empêchée. Shawna se retourna d’un bloc.

- Ah, j’ai cru que tu étais devenue sourde.
- Dans tes rêves, moustique.
- C’est sûr que pour une musicienne, ce serait bien dommage… Je ne pensais pas que tu reviendrais dans le coin après ton.. départ précipité. Mais puisque tu es là, autant te donner des nouvelles.
- Je ne veux pas savoir, merci bien.

Shawna avança dans la rue aussi vite que possible ; Ehena se débrouillerait bien pour la retrouver, ou elle reviendrait ici après avoir semé cet idiot…

- Ah, mais moi, je veux ; sache que mon bras est complètement soigné, maintenant. Tu sais que je fais parti des meilleurs Dessinateurs de l'Académie d'Al Chen, maintenant ?
- Oh, merveilleux, je suis tellement contente pour toi, répondit-elle d’un ton sarcastique.
- Et j’ai un compte à régler avec toi, si tu te souviens bien.
- Tu veux te battre ?
- Tu n’es pas bien ? J’aimerai garder mon bras entier, cette fois, merci bien.
- Alors lâche-moi. Je te rassure, je ne suis que de passage. Plus vite je serais partie d’ici mieux vaudra.
- Oh, je ne crois pas, non…

Shawna se figea. Le Dessinateur étant à sa droite, elle avait aveuglement tourné à gauche, et elle comprenait à présent qu’il l’avait manipulé jusque là, connaissant mieux la cité qu’elle. Impasse. Elle se retourna, la colère déformant ses traits.

- Tricheur !
- Comme toi, ma chère.
- Je m'en vais.
- Pas avant une petite démonstration de ce que j’ai appris depuis ton départ.

Une corde apparut autour de Shawna, lui collant les bras le long du corps, puis le jeune prétentieux s’approcha. Une flamme brillait dans sa main droite.

- Je n’aurais jamais pensé avoir autant de chance. Il faut vraiment être stupide pour revenir dans une ville où l’on a tant d’ennemis. J’ai été tout de suite prévenu par mes amis lorsque l’un d’entre eux t’a vue entrer dans Al Chen, et je peux te dire que je suis venu immédiatement… Moi aussi, je sais brûler les bras, Shawna ; et je peux te dire que tes brûlures ne seront pas soignées aussi facilement que les miennes. Je parie que tu n’as même pas assez d’argent pour faire appel à un Rêveur, ma pauvre…

Une lueur méchante brillait dans ses yeux ; Shawna lui lança un sourire moqueur.

- Dépêche-toi, je n’ai pas que ça à faire, j’attends quelqu’un.
- Toujours une grande bouche, à ce que je vois. Tu feras moins la maligne quand tu hurleras de douleur.
- Mes cris ne seront rien à côté des tiens. Tu te souviens ? "Maman", tu avais crié, non ?

Il s’approcha, visiblement irrité ; Shawna se prépara, prête à envoyer sa jambe en demi-cercle pour le faire trébucher, sachant très bien qu’elle ne pourrait que gagner du temps face à un Dessinateur de haut niveau...

[...J'avoue, je suis partie dans mon trip, s'il y a le moindre problème, j'édite Smile]


_______________
"C'est une brise-burnes, une casse-burettes, un cauchemar diurne une trouble fête" ( 8 )
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]   Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé] Icon_minitime



 
Une ancienne mélopée, et puis une nouvelle histoire.. [Inachevé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Nouvelle histoire de personnage "Charlotte" - A partir du 15/12
» Vers une école nouvelle dans les Nippes
» Fin du rp: Nouvel Orphelinat. Nouvelle façon de vivre {OK}
» Nouvelle choquante
» Nouvelle année 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: L'enceinte de l'Académie et ses alentours :: Les alentours de l'Académie :: Le lac-