Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteShawna Kwen [Guerrière* - ?]
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez
 

 Shawna Kwen [Guerrière* - ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Bois
Messages : 175
Inscription le : 08/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Shawna Kwen [Guerrière* - ?]   Shawna Kwen [Guerrière* - ?] Icon_minitimeMar 8 Déc 2009 - 23:04

Description générale

- Nom : Kwen

- Prénom : Shawna

- Race : Humaine, avec ascendance faëlle

- Age : 17 ans

- Classe (primaire) : Guerrière


- Classe (secondaire) : Dessinatrice

- Enseignement suivi : Combattant


Description physique et mentale

- Description physique :

En voyant de loin la peau naturellement mordorée de Shawna, et qui s’assombrit encore pendant l’été lorsqu’elle est basanée par le soleil, les inconnus se demandent souvent si la jeune fille est Faëlle. Mais si son arrière grand-mère l’était effectivement, il ne lui reste de leurs attributs que sa peau naturellement hâlée… Ses cheveux bouclés, d’un brun sombre eux aussi, restent en permanence coupés en bas des épaules, longueur qu’elle a toujours préférée. Elle les attache parfois d’un ruban ou d’un lacet de cuir pour ne pas les avoir dans les yeux. Ses yeux ne sont d’ailleurs pas noirs, contrairement à ce que croient certains en voyant son apparence foncée en général, mais d’un marron chaleureux où perce parfois un éclat couleur noisette. Elle a aussi un nez, une bouche et deux oreilles, bref, tout va bien. Mais une fois que le curieux aura vu au-delà de sa peau brunie, ce n’est pas son visage ordinaire qui attirera son regard, mais plutôt sa façon de se mouvoir, qui ne laisse aucun doute sur ce qu’elle est : une danseuse. Sa démarche est assurée, énergique et bruyante ; Shawna ne fait pas trop attention où elle marche et compte davantage sur le fait que les autres se pousseront de son chemin. Quelqu’un d’attentif remarquerait aussi sa manière de toujours bouger ses longs doigts au rythme d’une chanson imaginaire… Habituellement, elle porte des vêtements de couleurs joyeuses, rouges, oranges, un peu de jaune, et même si elle devra porter l’uniforme, elle n’hésitera pas à y ajouter une écharpe vive ou un foulard chatoyant. Ses mains sont entourées de bandages blancs, et elle porte aussi une flûte de pan attachée à sa ceinture.

- Description du caractère :
Contredire.

Ce serait sans nul doute le verbe préféré de Shawna. Elle est absolument incapable de suivre une conversation sans argumenter, poser des questions, prendre la position contraire à celle de son interlocuteur ou jouer avec les mots… C’est pour elle comme un jeu, et c’est ainsi qu’elle communique, qu’elle apprend, qu’elle avance. Elle aime se jouer de l’autorité et faire le contraire de ce qu’on lui dit, non par envie de rébellion ou par désaccord, mais simplement pour montrer qu’elle le peut, et que les puissants n’ont pas toujours raison ; en effet, elle ne supporte pas que l’on se croit supérieur aux autres. Elle n’a pas toujours conscience du bien fondée des conseils et ordres donnés, et cela la mène parfois dans de dangereuses situations, mais elle est incapable de refuser un défi et recommencera à chaque fois, malgré les regrets de sa désobéissance précédente… Son sens de la contradiction forme aussi tous ses liens avec les autres ; elle juge les individus sur leurs paroles plus qu’autre chose. Ceux qu’elle juge ennuyant elle ignorera la plupart du temps, ne voulant pas perdre son temps avec eux, alors qu’elle recherchera toujours la présence de ceux qui auront gagné son estime, sans jamais leur dire directement combien elle tient en eux. Elle n’hésitera par contre pas à blesser ceux qu’elle n’aime pas et n’aura strictement rien à faire de leurs états d’âme. Elle est aussi très spontanée, préférant agir que réfléchir, et ne préparant jamais quoi que ce soit à l’avance. Elle préfère improviser, et n’arrive jamais à se concentrer assez longtemps pour préparer un plan, ne voulant pas se torturer l’esprit sur les détails et conséquences possibles. Ce manque total d’organisation et cette témérité peuvent parfois avoir leurs inconvénients, mais Shawna est généralement assez débrouillarde et volontaire pour s’en sortir. Elle est incapable de rester assise sans rien faire ou de regarder les autres se languir dans leur flemme, maladie qu’elle n’attrape jamais ( angel ) ; emplie d’une énergie qui semble parfois sans fin, elle fera tous les efforts nécessaires pour atteindre ses buts. Elle ne supporte pas non plus de ne pas avoir ce qu’elle veut et d’être manipulée. Lorsque cela arrive, elle est d’humeur exécrable et versera sa colère sur la première personne à disposition…

- Principale(s) qualité(s) : sa détermination, sa spontanéité, sa témérité, sa débrouillardise et son intégrité


- Principal(s) défaut(s) : son sens de la contradiction, son entêtement, sa subjectivité, son imprudence et ses sautes d’humeur

- Particularité(s) : /


- Capacités : Shawna est absolument incapable de tendre un arc, ce n’est donc pas du tout son arme de choix ; le fait qu’elle soit légèrement myope lui empêche d’être précise, et elle a vite abandonné. Elle ne s’est jamais battue avec une lame mais aimerait bien pouvoir le faire et a essayé d’apprendre seule à se battre à mains nues, avec des résultats piètres. Elle peut escalader comme n’importe quelle autre personne, est bonne cavalière et très endurante du fait de sa vie de voyages et de ses entraînements de danse. Elle ne sait pas écrire, n’ayant jamais réussi à se concentrer assez longtemps pour apprendre, mais connait bien l’histoire de Gwendalavir, ses légendes et ses chansons, sa mère les lui racontant souvent. Elle n’a pas peur de frapper fort mais manque de concentration. Elle a aussi un faible Don du Dessin mais ne peut Dessiner que le feu. Et elle sait faire la cuisine.


Vécu et histoire sociale

- Situation familiale : Shawna a une sœur ainée et une petite sœur. Enfant, elle a rencontré sa grand-mère paternelle mais n’a connu personne d’autre de ce côté de la famille. Elle ne voit pas souvent son père, vivant avec sa mère ainsi qu’une ribambelle de cousins, cousines, oncles et tantes du côté maternel. Sa mère est noire, tout comme son arrière grand-mère faëlle. Pour plus d’informations, voir situation sociale, et c’est parti pour le gros bordel angel


- Situation sociale : Shawna vit sur les routes avec sa mère Leyah ; toute la famille de sa mère est itinérante, allant de village en village avec leur caravane en échangeant des biens. Le grand-père paternel de Shawna, lui, fait parti de la noble famille des Kil’Wen, et a eu un fils bâtard avec une roturière. Ne voulant pas que l’existence de son fils soit connue, mais tenant pourtant à ce qu’il garde son nom, il demanda à la mère de l’appeler Kael Kwen, faisant croire que son père était un roturier en enlevant la particule noble. Se sentant responsable pour son fils bâtard, et ayant une position privilégiée à Al-Jeit grâce à son Don, il envoie régulièrement de l’argent à Kael, mais refuse tout contact avec le reste de la famille, sa femme n’étant pas au courant de son aventure. Kael est marchand installé à Al-Jeit, et lorsque la caravane revient à la capitale, c’est chez lui que Shawna vit aisément jusqu’au prochain départ.


- Histoire :


C’était un couple bien étrange que celui de ses parents. Sa mère lui avait raconté plusieurs fois l’histoire : tout avait commencé avec un simple accord commercial, comme quoi la caravane qui appartenait à la famille de Leyah ramènerait certains biens à la boutique de la mère de Kael à chacun de leur passage à Al Jeit. Et les deux adolescents étaient tombés amoureux au fil de ces rencontres, malgré leurs nombreuses différences. Les différences physiques ; Leyah noire, Kael blanc. Les différences de vie ; Leyah nomade, Kael sédentaire. Les différences de caractère, aussi ; Kael traditionaliste et assez fermé, Leyah toujours joyeuse et sociale. Ils s’étaient mariés, et Leyah avait dit adieu à la caravane. Ensemble, ils avaient commencé à élever leur première fille, Nahémi à la peau de bronze, puis la deuxième, Shawna la musicienne, et puis la petite dernière, Yeleen, la seule à avoir hérité de la peau de son Papa. Mais les voyages manquèrent vite à Leyah, et elle repartit sur les routes, laissant ses filles aux bonds soins de leur père et de leur grand-mère…

Shawna avait donc grandi avec son père et ses sœurs, voyant sa mère de temps en temps, lorsque celle-ci revenait vers Al-Jeit. Grandma était là, aussi, mais lorsque celle-ci était morte, Shawna était encore trop jeune pour se souvenir d’autre chose que du silence mélancolique qui avait envahi la maison. Elle allait parfois jouer avec les autres enfants de son âge en se promenant dans les rues, mais plus que tout, elle aimait rester dans la boutique et discuter avec son père. Grand traditionaliste opiniâtre et marchand véhément, son père était un amoureux des débats et des questions philosophiques sur la société alavirienne ; il était toujours à se lancer dans de longs sermons moralisateurs et à trouver un moyen ou un autre de convaincre les autres d’acheter ce qui se trouvait sur son étalage. C’est à lui que Shawna posait toutes ses questions sur le monde ; pourquoi Merwyn n’avait pas fait en sorte que les portes d’Al-Jeit changent de couleurs, pourquoi le soleil se couchait, et pourquoi les plantes d’Hulm ne mangeaient pas de racines de niam ? Kael ne lui répondait jamais par une réponse claire, mais la renvoyait à une infinité d’autres questions. Et pourquoi pas ? Tu crois que les couleurs des portes étaient les préférés de Merwyn ? Et s’il les avait faites en forme de champignon, tu aurais posé la même question ? Tu crois que le soleil n’est jamais fatigué ? Et pourquoi toi, tu ne manges pas tes racines de niam quand elles sont dans ton assiette ? Et ils partaient dans un long débat au sujet plus ou moins insolite, sujets qui devinrent plus compliqués lorsque Shawna grandit. Elle aimait ses échanges, même si elle en sortait rarement vainqueur, et les arguments devinrent bientôt un outil naturel sur sa langue…

Le retour de la caravane était toujours une occasion de fête, surtout grâce à sa mère folâtre à la peau d’un marron-noir insondable. Elle était toujours en train de rire, de discuter, de bouger, d’agir, de trouver un nouveau projet incongru à faire, de sauter du coq à l’âne, d’entrer dans le cœur des gens sans qu’ils ne le demandent. Petite à l’extérieur mais grande à l’intérieur. Peu connue dans l’Empire mais attendue de tous les villageois qui attendaient son passage pour faire du troc… Attendue de sa famille, aussi. Shawna adorait voir le sourire béat sur le visage de son père dès que Keyah rentrait. Dans ses moments là, elle ne comprenait pas pourquoi il refusait obstinément de partir lui aussi en voyage, et pourquoi il tenait tant à sa maison… Elle ne savait pas qu’il pouvait ainsi garder contact avec son père, Sir Kil’Wen, et que cette maison où il avait grandi lui était beaucoup trop importante émotionnellement. Kael n’avait pas l’habitude d’avouer ce qu’il avait sur le cœur…

La relation de Shawna avec sa mère était radicalement différente de celle qu’elle avait avec son père, même si elle aimait les deux énormément. Leyah répondait toujours à ses questions d’un ton pragmatiste, ou en lui disant qu’elle ne savait pas et que ça n’avait vraiment aucune importance. A la place, elle lui enseignait les traditions du peuple, lui racontant mille histoires et légendes qu’elle avait apprises au fil de ses voyages. Mais surtout, plus que tout, elle offrit à Shawna son amour pour la musique. Leyah dansait, souvent ; Yeleen et Shawna la suivirent dans cette occupation, apprenant les joyeuses danses des roturiers. La danse et la musique en général devinrent vite une obsession chez Shawna. Elle avait toujours une mélodie en tête, était toujours en train de battre le rythme, ou à se mettre à danser dès qu’elle en avait l’occasion. Sa mère lui offrit une flûte de pan achetée à la foire d’Al Vor pour ses 8 ans et depuis, celle-ci ne quitte pas la ceinture de Shawna, qui y joue quelques notes lorsque l’envie la prend. Elle apprit aussi, plus tard, à jouer de la mandoline, et toucha à tous les instruments qui lui tombaient entre les mains, même si elle ne se perfectionna pas dans les autres.

Elle avait 10 ans lorsque sa mère avait proposé à Nahémi de venir avec elle dans ses voyages. En l’apprenant, Shawna avait fait tout un caprice pour pouvoir venir aussi. Son entêtement avait porté ses fruits, et elle partit à son tour, voyageant aux côtés de sa mère et de toute la famille du côté maternel, cousins, cousines, oncles, tantes, voyageurs éphémères qui s’étaient joints à eux pour un morceau de la route et étaient de suite accepté comme partie intégrale du groupe, Thüls impressionnants qui protégeaient la caravane et qu’elle aimait observer de loin, et même son arrière grand-mère, dont la longévité faëlle faisait qu’elle était toujours parmi eux, malgré son âge avancé. La caravane des Djeek, la famille de Leyah, était connue dans pas mal de villages pour sa joie de vivre, son hospitalité et, bien sûr, ses marchandises. Shawna eut ainsi la chance de voir l’Arche, de se baigner dans le lac Chen, et une fois de se rendre jusqu’à Al-Vor en passant par la Passe de la Goule. Elle prit ainsi goût aux voyages, et pu voir à quoi ressemblaient les merveilles de l’Empire…

Elle trouva lentement sa place au sein de cette famille joyeuse, faisant sa part des travaux du camp, même si elle s’en plaignait souvent et ne comprenait pas pourquoi c’était encore son tour, alors que le monsieur là-bas ne devait jamais aider à préparer le repas, c’est pas juste. Elle se prit à détester les jours de pluie, où les chariots se prenaient toujours dans la boue et où ils finissaient tous trempés… Elle eut aussi un mal fou à apprendre à monter à cheval ; tout le monde lui disait de rester dans le chariot, mais elle se sentait stupide à être la seule à ne pas savoir monter. Alors elle refusa d’écouter et apprit en cours de route, menant à des journées entières de courbatures et de mauvaise humeur. Il y avait les passages dangereux, aussi, pendant lesquels tout le monde était tendu et qu’ils devaient rester silencieux. Ils se firent attaquer plusieurs fois par des bandits, mais les gardes qui les accompagnaient réussirent toujours à les repousser, et Shawna ne vit rien des combats, pelotonnée au fond du chariot avec les autres enfants. Il y eut aussi un bon nombre d’accrochages avec les autres membres de la troupe déjà soudée, et dans laquelle il était parfois difficile pour elle de s’intégrer. Mais Shawna faisait avec les mauvais côtés, et ne regrettait pas de s’être battue pour pouvoir venir. Elle devint beaucoup plus pragmatique et se rapprocha de sa cousine Shëra ainsi que de ses cousins Dwelan, Keo et Mateo. Pendant que les adultes vendaient leurs marchandises, eux allaient se promener dans les villages et faisaient des spectacles pour les passants… Shawna dansait, Shëra l’accompagnant à la mandoline, Nahémi chantait ; Mateo jonglait, Keo faisait le pitre parmi les passants et Dwelan montrait ses talents d’acrobate…

A 15 ans, après l’un de ces petits spectacles, on leur parla d’un tournoi qui avait lieu entre des combattants. Curieuse, elle était allée au lieu dit pour observer… Elle arriva au beau milieu du dernier combat au sabre entre deux Frontaliers. Et fut époustouflée. C’était comme une danse ; une danse dangereuse et mortelle, peut-être, mais une danse quand même. L’un bougeait, l’autre bougeait, l’un s’approchait, l’autre reculait. Assurés, les deux guerriers n’hésitaient pas un instant, parant chacun des coups qui venaient vers eux, essayant d’en porter d’autres, faisant un pas sur le côté et tournoyant l’un autour de l’autre. Elle avait du mal à suivre les armes des yeux, mais c’était le jeu des pieds qui l’intéressait davantage ; elle ne savait pas se battre, mais elle savait danser, et si les pas étaient différents, elle reconnaissait comme une chorégraphie dans les mouvements périlleux des deux Frontaliers. C’était comme ses échanges de paroles mis en actions, aussi ; au lieu de s’écouter, ils se regardaient, et réagissaient en conséquence, prenant ou perdant l’avantage à chaque coup comme elle le faisait à chaque réponse. Elle pouvait presque entendre la mélodie du combat, sentait l’entrechoquement des lames et le bruit de leurs pas sur les pierres… Et puis se fut fini. Shawna resta longtemps sur les lieux, bien après que les combattants soient partis ; et lorsqu’elle retourna enfin au campement, elle était sûre d’une chose : elle serait combattante.

Ce n’était visiblement pas en voyageant qu’elle allait apprendre, aussi décida-t-elle de rester à Al-Jeit au prochain passage. Son père fut heureux de son retour, jusqu’à ce qu’il en apprenne la raison, et son début de rêve fut brisé net par un seul mot : Non. Il était hors de question que sa fille apprenne à se battre. Elle pourrait suivre le chemin de sa mère sur les routes, se marier, voir devenir une personne d’importance si elle se découvrait un Don du Dessin comme son grand-père, mais il était hors de question qu’elle mette sa vie en danger aux côtés d’une bande de brutes. Il avait peut-être raison, et elle ne comprenait pas ce que signifiait vraiment être guerrier, mais elle était au moins aussi têtue que lui et n’allait pas abandonner si facilement. Elle voulait se battre. Voulait protéger les caravanes comme les Thüls qui l’avaient protégée 5 ans durant, voulait devenir forte, être capable de se défendre, de vivre. Elle avait une vision entièrement idéaliste de la discipline, et son père avait raison en disant qu’elle ne savait pas ce qu’elle voulait, mais ça, Shawna était incapable de le comprendre. Ce fut la première fois qu’ils eurent un véritable argument, argument qui n’était plus un jeu entre eux, mais une dispute entre deux personnes aux points de vue contradictoires. Leur relation commença à se détériorer, et Shawna, par esprit de contradiction, se mit à observer les soldats qui s’entraînaient près du palais pour pouvoir apprendre seule- pas besoin de dire qu’elle apprit mal et n’alla pas bien loin, mais il n’y avait personne pour le lui dire.

*

Un an et quelque plus tard, alors qu’elle rentrait un peu plus tard que de coutume et qu’elle coupait par les petites rues pour aller plus vite, elle remarqua avec horreur qu’elle était suivie par une bande d’ivrognes bruyants. Elle s’arrêta pour les attendre sur un coup de tête ; peut-être était-ce le moment de mettre en pratique ce qu’elle avait appris ? Alors sans même attendre qu’ils ne lui adressent la parole, sachant pertinemment ce qu’ils allaient dire, elle attaqua. Celui qui lui faisait face attrapa le poignet qui partait vers lui et arrêta son poing à mi-course. Elle essaya de le déséquilibrer en attaquant ses jambes, et c’est elle qui tomba à la renverse, son tibia pulsant de douleur. C’était tellement différent que de donner des coups en rythme dans le vide…

- Et, ma mignonne, faut pas se battre, voyons, on va pas te faire de mal, au contraire… Et puis ca sert à rien, j’ai travaillé dans l’armée, tu sais, j’suis un fort ! Tu aimes les hommes forts, eh ?

Shawna était dégoutée. Elle pouvait entendre la convoitise dans sa voix, et après plus d’un an à apprendre à se battre, elle n’était même pas capable d’arrêter un ancien soldat à moitié ivre… Elle était bien loin de ce combat idéalisé entre deux Frontaliers ! Elle était pathétique… Même pas capable de se défendre correctement lorsqu’elle était en danger ! Si elle avait réfléchi un instant, elle aurait vu qu’ils étaient beaucoup plus forts qu’elle. Elle aurait pu s’enfuir, ou essayer de s’en sortir par ses boutades qu’elle maniait si bien, au lieu d’essayer de se battre alors qu’elle n’y connaissait rien… Laissant tomber les mouvements observés et mémorisés n’importe comment, elle se débattit, cria des insultes, leur cracha au visage, mais ils étaient trop nombreux, quatre, et cela ne servait à rien… Elle paniquait. Dans sa tête, la mélodie qui l’accompagnait toujours et changeait au gré de son humeur s’affolait, les notes rapides trébuchant les unes sur les autres jusqu’à devenir une simple note, trop aigüe pour être émise par un être humain, assourdissante, noyant tout dans sa dissonance. Elle était forte, montait en crescendo, grinçait sur les tympans… Puis elle devint grondement tapageur, bruit des branchettes qui craquent sous les flammes. Shawna se noya dans ce son, visualisant le brasier, essayant d’oublier où elle était…

Chaleur. Shawna entendit les graves grognements de ceux qui l’entouraient, et les mains qui la tenaient la lâchèrent soudainement. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, ils étaient à plusieurs pas de distance, un regard effaré sur le visage. Le brasier grondait toujours, beaucoup plus vivide que les sons qui lui trottaient habituellement dans la tête. Et lorsqu’elle tourna la tête, elle remarqua qu’il n’était pas imaginaire… L’un des hommes se roulait par terre, son manteau en feu, hurlant en essayant d’éteindre l’incendie. Puis le feu mourut de lui-même, et le silence retomba autour d’eux. Même les notes qui cavalaient d’habitude dans son esprit s’étaient tues, n’y laissant plus qu’un silence qu’elle détestait. Elle aurait pu continuer à croire qu’elle venait d’imaginer ce qui s’était passé, si ce n’était pas pour la voix pâteuse de l’un des hommes :

- Mais t’es malade ! Si j’avais su que t’étais une Dessinatrice folle, moi…

Des grognements d’agrément se firent entendre, et les quatre s’éloignèrent en sens inverse, lui jetant quelques regards méfiants. Dans sa tête, la mélodie reprit au rythme des battements affolés de son cœur, posant une simple question : Dessinatrice?

*

Dès le lendemain, elle fit savoir à son père qu’elle voulait être analysée, prenant bien soin de ne pas mentionner les événements de la veille- elle n’en parlerait jamais à personne. L’Analyste d’Al-Jeit lui apprit que son grand cercle de volonté, qui s’enchevêtraient dans de cercles plus petits de créativité et de pouvoir décentrés tout deux sur la droite, signifiait qu’elle avait bel et bien un faible Don. Son père, bien sûr, fut très heureux d’apprendre ses résultats et s’empressa de la pousser vers l’une des Académies d’Al-Jeit. Il était tellement fier… Shawna fut d’abord heureuse de ce nouvel univers. Mais bientôt les longues séances à rester immobile lui devinrent insupportables. D’abord lorsqu’ on lui demandait de créer des flammes alors qu’elle en était absolument incapable, et non, elle ne voyait pas ce qu’ils voulaient dire et ne ressentait rien du tout en les voyant Dessiner, combien de fois devrait-elle le leur dire ? Et si elle réussit finalement à Dessiner une petite flamme pour la deuxième fois, ‘voir dans sa tête’ était un exercice qui l’ennuyait au plus haut point, et dont elle ne voyait pas l’intérêt. Elle se fit renvoyer pour impertinence et pour avoir frapper un professeur sous le coup de la colère, et décida de ne plus jamais remettre les pieds dans une Académie. De toute manière, elle voulait être combattante, pas Dessinatrice, et allumer des bougies n’allait pas la mener loin.

Son père ne l’entendait pas de cette oreille. Il la força à entrer dans diverses autres Académies de Dessin, mais invariablement, elle se débrouillait pour commettre un tort assez grave pour qu’on la renvoie chez elle. Désespéré de voir Shawna apprendre le Dessin et rêvant qu’avec l’entraînement, elle y trouverait du plaisir, il mit en place son plan : il lui proposerait d’accompagner sa mère à Al-Poll, puisque Shawna n’avait pas encore eu l’occasion de voyager aussi loin et qu’ils étaient incapable de passer un repas ensemble sans que le ton ne hausse. Une fois là-bas, Leyah piquerait la flûte de pan si chère à sa fille, et la remettrait à l’Intendant, qui aurait pour ordre de la rendre à Shawna si elle passait les Défis, prêtait allégeance à l’Académie de Merwyn et passait au moins un an à apprendre. Keyah trouva cette idée tellement absurde qu’elle éclata de rire et accepta de suite- son mari n’avait pas eu d’idée aussi originale depuis des années, et un peu d’expérience loin d’Al-Jeit ne ferait pas de mal à sa fille. Cela lui apprendrait la vie, ne lui ferait pas de mal, lui ferait rencontrer d’autres personnes de son âge et donnerait une raison à Leyah de revenir vers Al-Poll un peu plus souvent… Et puis, l’Académie de Merwyn avait une très bonne réputation, elle serait fière de voir sa fille y entrer.

Shawna partit donc avec la caravane, heureuse, jusqu’à ce qu’elle apprenne la vraie raison de ce voyage. Elle eut beau crier, hurler, tempêter, argumenter, elle ne réussit pas à convaincre sa mère. Elle détestait les intrigues, elle détestait les mensonges, elle détestait les trahisons. Et elle ne pardonnerait jamais à son père pour ce plan de traître. Si quelqu’un n’était pas capable de se battre loyalement, qu’il n’était pas capable de déclarer sa position au grand jour, il n’était qu’un lâche qui méritait la mort. Mais puisque partir ne servirait à rien, et qu’elle n’avait nulle part où aller, autant rester dans l’Académie, puisque celle-ci s’occupait de lui fournir lit et couvert. Mais qu’on ne s’y trompe pas, ce serait malgré elle. Au moins son père avait-il oublié un tout petit détail avant de choisir l’Académie du plus célèbre des Dessinateurs : celle-ci donnait aussi des cours de combat. Elle ferait ce qu’elle souhaitait de son année…


Autres

- Comment avez-vous connu ce site ? C'est une loooongue histoire Smile

- Autre chose à nous dire ? Tu vois Alasa, j’suis pas sa mère Arrow

Et quelqu'un sait aggrandir les avatars?--'

Beitiris Ar' Kriss

Mentaï
Messages : 61
Inscription le : 16/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Shawna Kwen [Guerrière* - ?]   Shawna Kwen [Guerrière* - ?] Icon_minitimeJeu 10 Déc 2009 - 21:00

Je vais faire simple : tu es validée^^

 
Shawna Kwen [Guerrière* - ?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» La guerrière blessée
» Asuki guerrière jusqu'au bout !
» [Terminé] La taverne du Ménestrel [Libre !]
» Orc et ange, étrange combinaison! [ Luyak Salamia]
» Nyfaline Liadi [Guerrière & Ecrivain]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Arrivée à l'Académie :: Présentations - Répartitions :: Présentations terminées :: Anciennes présentations et répartitions validées-