Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteUne nuit sans lune... (RP terminé)
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Une nuit sans lune... (RP terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 84
Inscription le : 29/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Lun 13 Oct 2008 - 22:27

(Ouvert à tous)

Wenn ouvrit doucement les yeux. Il lui semblait que toute force avait quitté son corps. La salle où elle se trouvait, d'une blancheur presque effrayante, était plongée dans un silence pesant. La jeune fille tenta de comprendre ce qu'il s'était passé, mais seuls quelques bribes de souvenirs lui revinrent : une pomme qui roule sur les dalles ensanglantées du halle, une immense douleur qui surgit, une présence qui la porte, puis une grande chaleur qui l'envahit... Mais la douleur qui lui enserrait le crâne, tel un étau, l'empêchait de réfléchir, et elle renonça bien vite.
Elle voulut ensuite se lever, mais ses membres si lourds, ne lui répondaient plus, et elle ne parvint qu'à rouler à tomber sur le carrelage glacial de l'infirmerie en un bruit lourd. Elle ne dut qu'à son drap de ne pas se fracasser la tête. Et là, allongée sur le sol, elle se sentit soudain profondément mal. Mal d'être loin de son sabre, mal de n'être même plus capable de se lever, mal d'être aussi faible...



_______________

Wennie l'ourson, la jeune fille qui floodait plus vite que son ombre. XD
avatar

Messages : 148
Inscription le : 15/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Dim 19 Oct 2008 - 22:02

Loris dans son pays d'origine, soigner des Faels qui étaient blesser, grave a son Don. Certes, elle ne pouvait soigner les plus graves, mais elle étaient efficaces : elle n'était pas rêveuse, tous de même ! Quand elle entra dans la hall, la première chose qu'elle vue fut : Les corps. Une nausée lui pris mais elle arriva a la calmer. Certaines personnes se penchait sur les corps, pour leur adresser leurs derniers adieux, certains pleurait, certains secouait les corps refusant qu'il était parti haut dans le ciel, certains pleurait a ne plus avoir une seule goutte d'eau dans le cœur. Il y avait également les corps qui gisait partout, agonisant attendant que quelqu'un viennent les sauvés de leur tristes sorts. Et d'autre encore comptemplé cet anarchie, ne pouvant croire que leurs chères académies pouvait tourner comme ça, que leurs cher hall pouvait être une marre de sang... Y' avait - t'il un mot plus fort que anarchie ? Si c'était la cas, il correspondait parfaitement a la situation. Loris voulu allez voir l'infirmière pour lui proposer son aide, mais elle vit que l'infirmière était déjà très prise avec tous ces corps. Elle en déduit donc qu'il fallait qu'elle l'aide. Elle se précipita avec hâte dans l'infirmerie, les académiciens qui n'avait pas combattu amèneront les corps a l'infirmerie. Quand elle entra dans la pièce entièrement blanche, elle vu que sur, les lits installé contre les murs en rangé pour faire un maximum de place central, il n'y avait presque personne. La colère envahit Loris, c'est bien beau de pleurer sur les corps, mais il faudrait peut être les soigner ! Visiblement les élèves était déconcerté elle ne pouvait leurs en vouloir. Elle fit disparaitre sa colère, et elle vit une jeune fille rousse, qui essaya de sortir de son lit pour finalement se rattraper a son drap, qui la soutenait pour éviter d'être sur les carreaux. Elle la rattrape et la souleva pour la remettre dans son lit, elle lui dit d'un ton qui se veux réconfortant :

- Tu comptais allez ou comme ca ?

Qaund elle vit la moue de la jeune fille, elle lui dit :

- Tous comme moi tu doit faire partir de ses gens qui reste sans arrêt actif, mais pour l'instant tu va faire exception... Aussi bien pour ton physique que pour ton mental. Car tu sera surement remise sur pied d'ici peut mais la dedans ,* désignant sa tête * ça ne vas pas guérir facilement...

Jamais elle n'avait parlai a quelqu'un comme cela. Elle se surprit a aimer cet sensation de réconfort, et qui effacer sa timidité...
Elle vu que la jeune fille rousse, chercher un objet, regardant a droite puis sa gauche... Alors elle aperçu le sabre de la jeune fille. Elle releva le drap de la jeune fille puis lui posa son sabre sur elle pour qu'elle puisse s'endormir ...

Elle allait s'occuper de la soigner plus tard, car le sommeil est l'un des remèdes les plus efficaces...


_______________
avatar

Messages : 105
Inscription le : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://night-heaven.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Dim 19 Oct 2008 - 23:10

Néo n'avait jamais vu autant de sang. Elle connaissait sa couleur, son odeur, son goût... Elle l'avait déjà entendu couler, se répandre, entraînant son propriétaire dans la mort mais une telle quantité...
Voir une personne mourir, oui, découvrir une telle boucherie, non. C'était la première fois qu'elle rencontrait le vrai visage d'une bataille, la première fois qu'elle voyait la mort tomber sur autant d'êtres. Et ce n'était pas beau. Vraiment pas beau.
Néo rasait les murs, cherchant à aider, mais ne parvenant pas à se faire remarquer. Tous ces corps, partout... Des adultes mais aussi des personnes plus jeunes qu'elle, presque des enfants ! Ses yeux tombèrent sur une jeune fille qui devait avoir son âge., immobile, le visage ensanglanté. Néo faillit rater le petit spasme qui souleva un instant sa jambe. Vivante, elle était vivante ! Sans plus réfléchir, elle se précipita vers elle et s'agenouilla, en faisant rapidement le bilan de son état. Elle était en mauvaise posture... Le ventre ouvert et la figure déchiquetée, c'était à peine si elle respirait. La blessée tourna légèrement la tête et laissa échapper un souffle rauque.

- Hhh... Je...

Néo ouvrit de grands yeux, ne sachant que faire. Fébrile, elle passait ses mains sur le visage de sa protégée, essayant vainement d'essuyer le sang qui le maculait.
Elle ne devait pas mourir, elle ne devait pas !

- Ecoute, je vais te sortir de là, ne t'inquiète pas, tout va bien, je... Je... Je vais te soigner, et...

L'inconnue leva faiblement son bras droit et passa ses doigts sur le front de Néo.

- La.... Laïna ?... C'est... toi ?...

Néo se mit à trembler, ses gestes se firent de plus en plus saccadés, et puis sa vue se brouilla. Elle pleurait, pleurait parce qu'une petite voix au fond d'elle lui criait que c'était fini. Mais elle ne mourrait pas seule, non. Personne ne méritait ça.
Néo jeta un œil au couloir désert et se mordit violemment la lèvre. Ses paroles jaillirent, douces et rassurantes, irréfléchies. Elle ne se contrôlait même plus.

- Oui, c'est moi... Je suis là, tout va bien... Tu peux dormir, je suis là... Je suis là...

Et elle continua de murmurer ces paroles, prenant peu à peu de l'assurance... La jeune fille rendit son dernier soupir.
Néo fondit en larmes.

Elle pleura longtemps, sans se soucier du temps qui passait. De longues minutes plus tard, ses larmes se tarirent et elle releva la tête. Ses yeux se posèrent sur le poignet de la défunte, où trônait un bracelet de métal.

- Repose en paix... Seiko...

Néo se leva et, non sans jeter un dernier regard à cette jeune fille qui avait perdu la vie dans une bataille où elle n'aurait pas dû se trouver, elle quitta les lieux.

Ses pas la menèrent à un autre couloir presque vide. Deux-trois personnes se trouvaient là, certains pleurant, d'autres se tenant juste debout, le regard vide.
Elle se dirigea naturellement vers une pièce éclairée et y entra sans vraiment réfléchir. Dans sa tête, plus rien n'avait de sens. C'était comme dans un mauvais rêve d'enfant... Elle allait se réveiller et pouf ! tout redeviendrait comme avant. Mais non.

Dans la pièce, il y avait deux filles, l'une sur un lit, et l'autre debout, lui parlant. Aucune ne semblait avoir remarqué sa présence.

- Tout comme moi, tu dois faire partie de ses gens qui restent sans arrêt actif, mais pour l'instant tu va faire une exception... Aussi bien pour ton physique que pour ton mental. Car tu seras sûrement remise sur pied d'ici peu, mais la dedans, ça ne vas pas guérir facilement...

Oubliant d'être discrète, Néo s'approcha de la fille et lui prit le bras lorsqu'elle recula.

- Tu ne vas pas... La laisser comme ça ?

Encore sous le choc de la mort de Seiko, Néo ne réfléchissait plus. Ses paroles jaillirent d'elle-même.

- Elle a besoin d'être soignée tout de suite, tu as vu tout ce sang ?

La jeune fille se dirigea vers une armoire en bois, ouvrit des tiroirs au hasard, et maugréa en ne trouvant pas ce qu'elle cherchait. Dans un état second, elle retourna vers la blessée, s'enquit de son état, et ne vit plus qu'une solution.
Les pupilles dilatées sous l'effort, elle se projeta dans l'Imagination. Ses mains se crispèrent, elle faillit faire saigner ses lèvres tellement elle les mordait avec hargne.
Une bassine d'eau et un tas de tissus se matérialisa soudain et toute la tension accumulée s'envola, déstabilisant légèrement Néo. Elle vacilla un instant, mais reprit rapidement ses esprits. Il n'y avait pas de temps à perdre !
Machinalement, elle retira le drap qui couvrait la blessée et passa un morceau de tissu humide sur les blessures. Celle-ci ne mourrait pas !



_______________


"Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui"


[Shakespeare]
avatar

Marchombre
Messages : 462
Inscription le : 09/12/2006
Age IRL : 26


Voir le profil de l'utilisateur http://voleusedencre.skyblog.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Lun 20 Oct 2008 - 19:30

Comment avait elle fait ? elle ne savait pas elle même. Le temps c'était arrêté au moment ou elle entamait un chant profond destiné aux blessés et aux morts, un chant au gout de sang qui lui emplissait la bouche d'une sourde amertume face au carnage mais qui avait réconforter dans sa faible mesure plus de personne qu'elle n'aurait pu le faire physiquement. La tête de Vivyan sur ses genoux était la seule chose dont elle se souvenait. Maintenant elle était la. La femme couchée sur un des lits de l'infirmerie, presque jetée tellement la marchombre n'en pouvait plus de l'avoir porter. Car elle l'avait belle et bien portée, à travers les couloirs et malgré son lambeau de bras, elle avait retrouvé le vague chemin de l'infirmerie et se réveillait maintenant d'un songe au allures de miracle.
Se déplaçant précautionneusement maintenant, elle arrangea la posture de la femme, une angoisse sourde lui montant dans la gorge fac à sa pâleur cadavérique. Anaïel allongea le bras valide, elle tourna la tête de la femme légèrement sur le côté afin qu'elle ne s'étouffe pas, pensait-elle. Elle ne savait pas quoi faire et n'avait jamais pratiqué de secourisme. Instinctivement elle décolla le lambeau de sa tunique qu'elle avait collé à la plaie au flan puis se retourna.
C'est à ce moment la qu'elle les vit. Les trois jeunes filles présentent elles aussi dans l'infirmerie, la regardant curieusement. En une fraction de seconde, elle se retourna vers Vivyan, feignant d'avoir oublier quelque chose, puis remis son capuchon en place. Posant les mains à plat sur le draps du lit, elle inspira à fond. La bataille terminée, la proximité des autres reprenait lentement la place de ses étranges réaction. Non pas qu'elle ai peur des autres, non, enfin c'est se qu'elle espérait, mais une gène était bien la, atténuée, des fois, exacerbé, d'autres fois. Et cette fois ci, après le stress du combats, elle sentait son coeur remonter dans sa gorge et son estomac se révulser en pensant à ses trois filles présentes. Avoir côtoyé l'Académie l'avait forcé à se déplacer, à se mouvoir dans un monde ou sa seule solitude ne comptait pas, mais justement. On l'avait forcé. Partie, chevauchant sa vie comme on chevauche un destrier empli d'une folie libératrice, elle avait peu à peu appris à survivre de petits boulots, et cela impliquait des rapports aux humains. Qu'elle avait accepté de temps en temps. Bien trop souvent. Cette guerre contre les guerriers cochons lui rappelait que trop cruellement la vicissitude des êtres pensants, humains comme guerriers cochons.
Souffler lentement. Exsuder sa peur par la bouche et le nez comme on expire un souffle empoisonné. Elle ouvrit les yeux, refoulant doucement, bien trop doucement cet étrange magma de haine et de peur, d'étrangeté et violence, de gène et de terreur, au fond d'elle, dans un endroit qu'elle pourrait revisiter dans un endroit plus propice.
Elle se retourna de nouveau, ne sachant combien de temps s'était écoulé. Quelques secondes ou quelques minutes ?
Une étrange fille qui semblait avoir pris une blessée en main, une autre qui semblait connaître quelques soins et la blessée qu'Anaïel ne pouvait voir de son angle de vue. En silence elle se dirigea vers la bassine d'eau (chaude) que la jeune fille aux cheveux d'une blancheur éclatante semblait avoir fait apparaître.
Dessins.
Elle jeta au passage son bout de tunique imbibé de sang et entrepris de mouiller un linge propre. Elle leva les yeux, croisa ceux d'un noir d'encre de la fille aux cheveux blanc, puis dans le même mouvement apperçut la blessée.
La rouquine.
Anaïel blanchit au souvenir de se qu'elle avait sacrifié pour sauver sa vie, et comme en écho à ses pensées, la douleur de son bras se réveilla et un spasme mortellement douloureux agita son membre. Elle ferma les yeux une nouvelle fois, serrant les dents à s'en donner des crampes, griffant l'étoffe de la robe souillée de Vivyan en une étreinte de haine contre cette douleur qui lui donnait les envies de meurtre.
Toujours en silence malgré les soubresauts qui la prenait, elle fini de nettoyer la plaie de la femme, et au moment où elle achevait sa tache, elle se tourna à moiter suffocante vers les trois autres et siffla, pour la rouquine, pour les deux "infirmière", pour Vivyan, mais surtout pour elle même. Elle siffla une note de haine pure puis sifflota de sa voix si étrange une phrase douce contrastant avec la dureté de l'arpège qui l'avait précédé :
- Aucune ne doit mourir. Aucune. Plus jamais. À jamais.
Sur ses paroles divagante, le gout métallique du sang empli sa bouche, savoureuse saveur qu'elle apprécia étant sa propre vie à elle qu'elle goutait. Elle s'allongea sur le sol, marchombre jusque dans son évanouissement, et pensa très forts aux deux infirmière. Elle pensa très fort et se laissa emportée une nouvelle fois ce soir par cet oubli bienfaisant que l'on appel coma.

avatar

Messages : 148
Inscription le : 15/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Suite d'une nuit sans lune... ( attaque de rais)   Lun 20 Oct 2008 - 19:34

Loris sentit une main gelée la prendre par le bras pour la reculer... Une jeune fille visiblement très choquée car ses pupilles était dilatée, ces mains tremblait, elle parlai très vite et n'articulait pas... Elle dit a Loris !

- Tu ne vas pas... La laisser comme ça ?

- Elle a besoin d'être soignée tout de suite, tu as vu tout ce sang ?

Elle matérialisa tous un tas d'affaires nécessaires et la soigna. Loris avait envie de s'énerver mais ce n'était pas le moment... Bien qu'elle ne put s'empêcher de ne pas adresser la parole a la jeune fille, elle s'en alla dans la hall pour prendre un corps pour le ramener...

( Elle prit Vyvian, suivie par une deuxième personne. )


_______________
avatar

Messages : 105
Inscription le : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://night-heaven.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Lun 20 Oct 2008 - 20:06

L'entrée d'une jeune faëlle dans la pièce fit sursauter Néo, complètement fermée au monde extérieur. Elle était dans l'infirmerie, elles n'étaient que trois... Maintenant quatre. Cinq, en fait.
La faëlle portait une femme. Néo ouvrit de grands yeux ronds lorsqu'elle reconnut la dame Ril' Lake, appelée Vivyan. Oui, c'était bien elle dans les bras de cette jeune inconnue.
Un spasme agita soudain son bras. Son bras... Blessé, ensanglanté, cassé, de toute évidence ! La faëlle déposa le corps de Vivyan sur un lit et s'approcha de Néo pour mouiller un linge et en laver un autre. Et la jeune dessinatrice qui ne réagissait pas...
Elle retourna vers Vivyan et nettoya ses plaies, à l'instar de Néo, quelques instants auparavant, silencieuse et discrète. Si on ne lisait pas la haine et l'incertitude dans ses yeux, tels deux flammes violentes, on aurait pu la croire sereine. Aurait pu.
Et puis elle s'approcha du groupe de jeunes filles, planta son regard dans chacune d'elle et souffla :

- Aucune ne doit mourir. Aucune. Plus jamais. À jamais.

Néo aperçut le mouvement qui précéda sa chute un instant trop tard, et la faëlle tomba avec un bruit mat sur le sol.

- Non !

La jeune fille abandonna le linge humide qu'elle appliquait sur les blessures de la rouquine et se précipita sur la faëlle pour poser sa main sur son cœur. Il battait, elle vivait !
Ne perdant pas plus de temps, elle porta le corps immobile sur un troisième lit et s'enquit immédiatement de l'état de son bras. Catastrophique. Plus diverses autres blessures plus ou moins larges au ventre et aux jambes... Celle qui pouvait peut-être menacer sa vie était sûrement la plaie profonde située sur son abdomen, mais les connaissances de Néo en matière de médecine n'étaient que très vagues, et, bien qu'elle aie eu des excellents cours sur le sujet, le stress l'empêchait d'établir un diagnostique précis.
Et il y avait encore Vivyan ! Avec un sursaut d'effroi, elle s'aperçut que la fille aux cheveux blonds de tout à l'heure avait disparu. Elle était seule avec trois blessés !

- Oh mon Dieu oh mon Dieu oh mon Dieu...

Néo se força à respirer calmement afin de ne pas céder à la panique et réfléchit à sa situation plus que problématique.
La rouquine était écartée d'un danger de mort, la faëlle devait être rapidement soignée et Vivyan... Qu'avait-elle ? Néo se dirigea d'un pas incertain vers la femme légendaire et nota une blessure au flanc, bien moins grave que celle des, mais qui saignait tout de même abondamment. Elle pris un nouveau linge et lava la plaie, faisant bien attention à ne pas l'ouvrir davantage, puis retourna vers la faëlle et fit de même.
Une fois ceci fait, Néo déchira un morceau de sa tunique et l'appliqua avec soin sur sur son ventre avant de s'occuper du bras. Une grimace déforma sa bouche, le temps d'un instant. Elle avait mal pour elle...
Sans vraiment savoir quoi faire d'autre, elle entoura le bras de bandages trouvés miraculeusement sur une commode et confectionna une atèle sommaire, tout en se disant qu'il fallait absolument qu'un rêveur lui vienne en aide.
Elle chercha la bassine d'eau pour y faire tremper un linge lorsqu'elle se rendit compte que celui-ci avait disparu.
Un dessin... Éphémère...
Ses yeux se posèrent sur chaque blessé, analysant la situation, tentant de trouver une solution, une échappatoire... La seule qui semblait ne pas être évanouie était la première, celles aux cheveux roux.
Néo passa une main froide sur l'épaule épaule
de la faëlle, déclenchant un léger spasme.

- Tu... Tu as besoin de quelque chose ? C'est quoi ton... nom ?

Les minutes s'écoulaient, Néo était toujours seule. Elle croisa très fort les doigts pour que l'inconnue lui réponde.



_______________


"Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui"


[Shakespeare]
avatar

Messages : 148
Inscription le : 15/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Suite d'une nuit sans lune... ( attaque de rais)   Lun 20 Oct 2008 - 21:02

Elle re - rentra dans l'infirmerie avec Mlle.Vyvian dans les bras une autre élève qui avait tenu a la suivre. Elle alla voir la jeune rousse pour voir ou s'en étais. Elle se retourna et vit une jeune fille, tremper son linge dans la bassine d'eau qu'avait créer le jeune fille blonde. Elle eu un rictus de la bouche se tordant de douleur, Loris vit semblant de ne rien voir mais elle était sure que la jeune fille n'allait pas bien. Elle vit qu'elle apporté le linge la la professeur Vyvian, Loris fit impressionner. Quand tous d'un coup elle se mit a courir, quand elle vit la jeune fille s'écrouler, on prononcent d'une dernière force :

- Infirmière...

Loris la porta et l'allongea sur le lit.


_______________
avatar

Marchombre
Messages : 462
Inscription le : 09/12/2006
Age IRL : 26


Voir le profil de l'utilisateur http://voleusedencre.skyblog.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Lun 20 Oct 2008 - 21:16

Les mains carressant sa tête, comme une plume courerat sur le parchemain de son visage, quelques douceurs ? rêve éclaté, la bulle se brisa de nouveau et c'est avec un sursaut de répulsion que la marchombre s'arracha à sa léthargie. Combien de temps était-elle restée évanouie ? elle n'en savait rien.
Tout pulsiat autour d'elle. Tout vibrait. Son bras. Par le ciel qu'elle avait mal...Elle sentait pourtant que la douleur n'était plus signe de perte, des soins avait été prodigués, et même si la douleure sourde lui mntait à la tête comme la lave à un volcan, elle était saine et cela n'entachait plus d'obscurité le fil de ses jours à venir.
Encore un peu de sommeil. Encore un peu...
Elle ouvrit les yeux. fixa le plafond. Attentive à ne pas croiser le regard de la fille aux incroyables cheveux blanc qui l'avait soigné.
Elle voulait lui crier de partir s'occuper d'autres personnes, et en même temps voulait qu'elle reste un peu, juste un peu... elle avait souffert cette soirée, beaucoup souffert et qu'on s'occupe d'elle maintenant la rendait presque... heureuse, presque... humaine.
Toujours cette peur au ventre, ce loup sauvage qui lui mordait la poitrine lorsqu'elle se tenait près d'une autre personne, ce besoin furieux de partir, de s'en aller loin et se coucher sur la roche dure, sentir les trémolos de cristal battre contre son ventre et toujours sa solitude, sa libertée, au creux de son sourir. Elle ne bougea pas, ne cilla pas pendant une longue minute, bouillant interieurement, ne sachant si elle devait ceder à ses pulsions et ravager la salle pour s'enfuire, se ravager elle même de cette haine destructrice, elle ne savait pas, en voulait aux êtres humains, eux bipèdes cochons, aux êtres pensant qui façonnaient le monde à leur façon, tailladé dans se qu'il a de plus precieux dans se que la nature a de plus beau, elle ne savait pas et restait couchée la, le regard voilé d'incertitude.
La jeune fille l'avait soigné alors qu'elle avait d'autres personnes à secourir, elle avait pris le temps de se pencher sur son cas, avait mis de l'attention à penser ses blessures, à atteler son bras. Si seulement... si seulement les Hommes pouvaient être "bon"...
Plus jeunes, à l'académie, elle obéissait plus à ses pulsions qu'a sa raison, elle ne savait pas ou aller, se qu'elle ressentait restait pour le moin flou, et toujours ce sentiment en arrière plan, comme un négatif de son existence, cette haine farouche à la gente humaine.
Et toujours ses yeux noirs resplendissants qui la fixaient d'un air grave, d'un air troublé et triste, d'un air perdu.
Alors pour une fois, pour une fois elle laissa ses sentiment de coté, les rangeant sagement dans sa mémoir, puis, doucmeent, se rappela de la phrase qui avait précédé son reveil :
- Tu... Tu as besoin de quelque chose ? C'est quoi ton... nom ?
Cette angoisse sourde qui suintait, cette petite suplique qui trahissait mieu qu'un hurlement la perdition dans laquelle se trouvait la jeune fille presque albinos, et cet arrière fond de fierté et de lassitude qui la maintenait debout après toutes ses épreuves. Anaïel se concentra, réfléchit intensément à travers le voile de la morphine que lui injectait son cerveau en réponse à la douleur lancinante de son bras, elle pensa et chercha en elle un fragment d'humanité à offrir à la jeune fille qui l'avait soigné, elle parmis tant d'autres. Insignifiante.
Mais comment réagirait-elle si elle la regardait vraiment, avec toute son ame, cette jeune fille, à quoi l'albinos penserait si elle prenait la peine de se rendre compte de sa différece, du monde étrange de ses prunelles et de la malédiction qui les accompagnent ?
La marchombre défia les Hommes. Certains étaient bon, d'autres mauvais, seul importait le sens qu'ils donnaient à leur vie, se qu'ils choisissaient et les actes qu'accompagnaient ses choix.
Elle siffla, mis son ame dans ses deux mots, y inclu tout le défis dont elle était capable dans son état de faiblesse, qu'importe...:
-Je suis Anaïel.
Comme une rennaissance. Les mots qu'elle avait sorti à Vivyan lors de sa première rencontre. Un retour en arrière. Un cadeau empoisonné.
Elle releva la tête, puis le buste, pour se retrouver assise à genoux. Avec effort, grimaçant sous la douleur, elle se retourna et se plaça fac à face avec l'inconnue. Son capuchon tomba et ses yeux entrèrent dans la danse.

Elle planta ses prunelles de feu dans les insondables abysses obscurs de la jeune fille.
Le temps s'arreta.


_______________
Des ailes dans le dos...




Anaïel / Miaelle Campbelle/ [i]Lev Mil' Sha

[/i]


Aucun destin n'est inéluctable.

L'arborescence des possibles nous tisse le sang aux poignets


Spoiler:
 
avatar

Messages : 84
Inscription le : 29/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Lun 20 Oct 2008 - 22:08

[hrp]Désolée pour la réponse assez médiocre. J'ai du mal à suivre votre histoire d'édition. XD[/hrp]


Wenn releva péniblement la tête, pour voir une jeune fille aux traits d'une rare douceur, qui la remit dans son lit, et qui la réconforta de quelques paroles.
Où elle comptait aller ? N'importe où mais ailleurs. Fuir cette douleur écrasante et cette honte d'être si faible...


- Tous comme moi tu doit faire partir de ses gens qui reste sans arrêt actif, mais pour l'instant tu va faire exception... Aussi bien pour ton physique que pour ton mental. Car tu sera surement remise sur pied d'ici peut mais la dedans, ça ne vas pas guérir facilement..

Wenn ne répondit rien. Elle aurait voulu lui adresser un sourire amical, mais c'était au dessus de ses forces. Elle ne voulait pas de ce regard de pitié et de ce réconfort. Elle ne voulait pas admettre qu'elle était faible...
Une autre jeune fille se pencha sur elle et demanda :


- Tu ne vas pas... La laisser comme ça ?

Ne voyaient-elles pas que d'autres bléssés méritaient leur attention ? Wenn voulait qu'elles s'en aillent, sans réellement savoir pourquoi, probablement pour pouvoir pleurer de tout son saoul.

- Elle a besoin d'être soignée tout de suite, tu as vu tout ce sang ?

On la banda sans qu'elle eut la force de protester. Puis elle tourna la tête et vit une jeune femme s'effondrer. Des cris et des larmes jaillissaient de toutes parts. Quand les deux jeunes élèves se furent éloignées, Wenn fut secouée de sanglots silencieux. Les larmes coulaient sur ses joues sans qu'elle puisse les arrêter. Elle ne savait même pas pourquoi elle pleurait. Ses pensées se mêlaient confusément. Elle murmura quelques paroles incompréhensibles, sans doute à cause de la fièvre, puis plongea dans un profond sommeil sans rêves.


_______________

Wennie l'ourson, la jeune fille qui floodait plus vite que son ombre. XD
avatar

Messages : 105
Inscription le : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://night-heaven.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Lun 20 Oct 2008 - 23:06

- Je suis Anaïel.

Un mouvement. Un changement de position. Une capuche qui tombe. Un regard de feu.
Le coeur de Néo rata un battement.

- Tu...

Ses yeux d'un noir profond et mélancolique devant ceux de cette inconnue... Des yeux orange, rouges, du feu, partout ! Un sentiment d'affolement extrême atteint Néo, lui coupant le souffle.
La jeune fille vacilla un instant, sans quitter le regard effrayant d'Anaïel. Elle se rendit compte qu'elle ne parvenait plus à respirer. Ses poumons à présent vides réclamaient de l'oxygène, lui brûlaient la gorge et les voies respiratoires, la vidant à chaque seconde un peu plus de ses forces. Elle n'allait pas tarder à sombrer dans l'inconscience lorsque tout s'arrêta. Néo prit une grande bouffée d'oxygène et sentit vibrer en elle un immense sentiment de frustration, d'origine inconnue. Elle se sentait trahie. Vidée. On avait pénétré dans son territoire, dans sa tête, dans ses souvenirs. Intrusion... Elle n'avait pas le droit... Pas le droit de s'immiscer ainsi dans sa mémoire, pas le droit de violer son esprit !
L'image de son frère s'imposa à elle, à travers les yeux d'Anaïel, plongeant soudain la jeune fille dans un état second.

- C'est... Toi... ?

Tout allait trop vite, bien trop vite.
L'effroi, la peur, l'envie, la peur de nouveau, le doute, l'incompréhension, la peur toujours, la haine, la haine ! Ses yeux s'agrandirent de stupeur, elle eut soudain envie de fuir, très loin.

- Non !

Comment un regard pouvait-il déclencher autant d'émotions ? Pourquoi, dans quel but ? Les questions se suivaient, certaines n'avaient aucun sens, d'autres étaient évidentes... Et si... Si c'était Néo, juste Néo... Si c'était un problème venant d'elle ? Une vague de souvenirs la submergea. Des souvenirs malheureux.
Sa mère, son frère, sa tante, sa solitude, ses crises, sa maladie... Elle fondit en larme, devant Anaïel, devant les autres, sans pouvoir s'arrêter. Cela ne dura que quelques instants. S'arrêtant brusquement, elle sentit une boule de colère intense et concentrée se manifester brusquement. Le coup partit tout seul, sa main frappa violemment la joue de la faëlle, y laissant des marques sanglantes.
Les yeux noirs de Néo s'agrandirent de stupéfaction. Elle l'avait giflée, de toutes ses forces, sans aucune raison apparente. Et le pire, c'était que cet 'esprit' qui prenait contrôle d'elle à chaque accès de colère essayait encore de prendre le dessus !
La jeune fille tomba à genoux, aux pieds d'Anaïel et s'accrocha à son lit avec l'énergie du désespoir. Elle chercha son regard, le croisa. Cette fois-ci, aucun sentiment hostile ne vint la troubler, elle trouva la sérénité dans ses yeux enflammés. Son souffle saccadé se calma, les battements affolés de son cœur ralentirent et elle reprit enfin pleinement le contrôle de ses actes.
Ils avaient frôlé la catastrophe. Un peu plus et Néo serait tombé dans l'état de folie destructrice qui suivaient toutes de ses colères.

- Qu'est-ce que...

La jeune fille fut interrompue net par une quinte de toux violente. Elle posa les mains à terre et toussa à s'en arracher la gorge, incapable de s'arrêter. Le goût âcre du sang envahit sa bouche tandis qu'une flaque écarlate se formait sur le carrelage de l'infirmerie à mesure qu'elle toussait.

* C'est pas vrai... Pas maintenant... *

Le corps fragile de Néo ne supportait pas bien le choc causé par ce regard enflammé. Ses yeux se levèrent lentement vers ceux d'Anaïel, caressèrent sa joue meurtrie... Elle aurait voulu s'excuser, se faire pardonner par tous les moyens... Elle ne pouvait que se vider de son sang en toussant, sans s'arrêter. Son regard se voila, ses paupières commencèrent à se fermer...
Néo ne put que se décaler légèrement pour ne pas s'écrouler dans la flaque de sang. La fraîcheur du carrelage transperça sa tunique pour agresser le flanc sur lequel elle était allongée, tandis que des petits points noirs commençaient à danser devant ses yeux. La toux s'était arrêtée, laissant Néo vidée de ses forces. Anaïel... Elle voulait savoir... Comment...

[ Anaïel, dis-le si j'en fais trop, je me suis laissée emportée par mon texte ]


_______________


"Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui"


[Shakespeare]
avatar

Maître rêveur
Messages : 231
Inscription le : 30/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Mer 22 Oct 2008 - 14:43

Le jeune homme dans se sbras Amarylis peinait à atteindre l'infirmerie. Elle y parvint cependant avec l'aide d'un élève. Le posant délicatement sur un des lits elle repartit de suite à la recherche de nouveaux blessés. Puis elle revint, l'annonce passée. Ce qu'elle vit la surprit au plus haut point. Plusieurs élèves semblaient gravement blessées et une simple jeune fille, aidée d'une autre, essayait de les soigner malgré ses piètres connaissances. De plus une autre, de la maison Lotra apparemment, semblait prendre une crise grave. Elle crachait du sang, s'étouffait! La Maitre guérisseuse eut tout juste le temps de la rattraper alors que celle-ci perdait connaissance. L'allongeant avec toute la douceur possible elle posa une main chaleureuse sur son front. Bouillant! Mauvais signe, très mauvais signe! La lotra devait couver une maladie depuis bien plus longtemps que la bataille et celle-ci n'avait pu que l'aggraver!
La jeune femme prit un linge qu'elle trempa dans une bassine posée sur une table de chevet. Elle vit avec horeur que l'eau y était tiède, voir chaude. Un rictus apparut sur son visage d'ordinaire calme. En voulant faire le bien et soigner les autres les élèves étaient en fait de commettre de graves erreurs! L'eau chaude était ce qu'il y avait de plus mauvais pour quelqu'un venant de tomber au combat, et pire encore quand celle-ci était malade! Elle ne put retenir un cri de colère. Amarylis souffla afin de ne pas parraitre agressive dans ses propos et s'adressa à tous les valides voulant aider:

-Arreter de suite vos soins! Vous êtes complétement dans le faux! L'eau ne doit en aucuns cas être chaude, au contraire elle doit être fraiche afin d'éveiller la sensibilité du blessée! L'eau chaude détends certes mais peut être fatale! Si la personne se laisse aller l'eau chaude ne nous la ramenera pas, au contraire! Je vous suis très reconnaissante de vouloir aider mais vous n'avez pas hélas les compétences acquises! Je suis là à présent et je vous demanderais de me laisser prendre les rennes! Si vous voulez être utiles allez plutôt chercher les autres blessés qui ont du mal à atteindre l'infirmerie. Ou alors n'agissez que sur mes ordres, une erreur telle que l'eau peut être fatale!

Son ton était sec, la rêveuse se surprit même à donner des ordres. La bataille l'avait beaucoup touchée, mais plus encore elle avait un réel devoir à accomplir. Tout en tirant de l'eau fraiche elle désigna une élève de lupus qui semblait ne pas etre blessée et qui devait être là pour aider:

-Vous mademoiselle! Vueillez je vous pris retourner dans la grande salle et vérifier l'état de Dame Til' Lledoryn. Je dois absolument savoir quelle est la ravité de sa blessure, et si elle est en état de se dépalcer jusqu'ici!

Réalisant à quelle point elle devenait dure elle ferma les yeux et poursuivie d'une voix soudainement calme et douce:

-Je vous enserais reconnaissante...Que tous et toutes ne s'inquiète pas, l'eau était une erreur mais je suis arrivée à temps, à présent nous devons nous activer sur les blessures les plus urgentes.

Elle se reconcentra sur la lotra et lui appliqua le linge à présent frais sur le front. Elle tampona celui-ci avec douceur et fit couler l'eau sur le visage pale de la jeune fille.
Elle se souvint alors d'une mélodie apprise pour appaiser les nerfs et pour installer la quiétude dans une salle. De sa voix cristalline, unique et belle à en couper la voix, elle entama ce chant, dans le but de détendre l'atmosphère et de mettre à l'aise les blessés et les autres.
S'approchant du jeune homme elle lui caressa tendrement les cheveux le laissant dormir et ainsi retrouver un repos bien mérité...
Elle s'occupa tout en chantant des diverses victimes, attendant avec soin que l'unes des inconscientes se réveille, prête à l'acueillir avec toute la douceur et la délicatesse qu'il faut dans des moments pareilles.
Malgré cela Amarylis ne cessait de penser à toutes ces personnes qu'elle n'avait pas pu sauver...

[ps: merci de m'indiquer quels sont les blessés urgents, dans votre méli mélo je ne m'y retrouve plus tout à fait^^ Et désolé de mon arrivée tardive mais le lycée me prends pas mal de temps en ce moment, heureusement les vacances arrivent =D]




_______________

            Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?







avatar

Messages : 105
Inscription le : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://night-heaven.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Mer 22 Oct 2008 - 18:15

Le temps s'était arrêté pour Néo. Plus rien ne bougeait, c'était le néant absolu qui occupait les lieux. Les paupières à demi-clauses, elle n'était pas entièrement consciente, mais ne parvenait pas à sombrer totalement dans l'oubli, comme si quelque chose la rattachait à la lumière.
La curiosité ? Peut-être... Dans l'immédiat, deux de ses sens étaient comme endormis : la vue et l'ouïe.
Elle avait 'impression d'être dans un autre monde... Elle se voyait, debout, dans un univers vide. Angoissée, elle appela, n'importe qui... Aucun son ne sortit de sa gorge. Dans un univers infini et vide, les ondes ne pouvaient pas se répercuter, il n'y eut donc que le silence pour lui répondre.
Au moment où elle se dit qu'elle avait peut-être le droit de paniquer, un fort goût de sang se fit sentir dans sa bouche. Néo tomba à genoux et se remit à tousser, évacuant par la même occasion le liquide écarlate et épais qui stagnait depuis un bon moment dans sa gorge. C'était une étrange sensation de se savoir en train de tousser et de ne rien entendre... Peu à peu, elle s'habitua au silence et se mit à marcher, n'importe où, tentant de sortir de cet endroit lugubre. Elle allait perdre son calme quand un deuxième évènement la fit sursauter. Une giclée d'eau rafraîchit brusquement son front, venant de nulle part. Néo sentit le liquide couler sur ses tempes, mais lorsqu'elle y mit sa main pour l'essuyer, il n'y avait rien... Était-ce un rêve ? Sûrement... La jeune fille s'assit dans le vide et attendit de se réveiller, sans vraiment trop y croire.
A présent en phase avec le silence absolu, elle ne pouvait plus s'étonner de rien. Sauf bien sûr du chant qu'elle entendit brusquement. Quelqu'un chantait... Et sublimement bien en plus.
Sous les yeux arrondis de stupeur de Néo, le décor changea à une vitesse folle, les sons habituels de la vie se manifestèrent avec une nouvelle saveur à ses oreilles et bientôt, elle se retrouva dans l'infirmerie, totalement éveillée.
La jeune fille se leva d'un bond, faisant tomber le linge humide posé quelques instants plus tôt sur son front et jeta des coups d'œil affolés dans la pièce. Une nouvelle personne y figurait, une femme.

- Qui... Qui êtes-vous ?


Question simple, évidente. Un brin osée, peut-être. Non. Dans les temps qui couraient, mieux valait savoir à qui on avait à faire.
S'étonnant elle-même de cette réaction, Néo se mit à chercher Anaïel des yeux. Cette fille l'intriguait-elle autant ?

[ Y'a, Vivyan, je sais pas ce qu'elle a, et Anaïel est consciente mais a le bras salement amoché et une plaie dangereuse au ventre. Wenn doit être vite soignée aussi, je ne sais pas vraiment quelles sont ses blessures mais elle a été volontaire pour être blessée gravement donc bon. Autant s'occuper d'elle Wink ]


_______________


"Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui"


[Shakespeare]
avatar

Messages : 148
Inscription le : 15/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Suite d'une nuit sans lune... ( attaque de rais)   Mer 22 Oct 2008 - 18:56

Lori se retourna et la Rêveuse se mit a crier que l'eau était chaude et que cela pouvait causer des maladies ! Loris mit sa main dans la bassine et sentit l'eau chaude. Loris faillait se donné une claque elle - même
, mais ça n'étais pas le moment... Quand la Rêveuse se retourna vers elle et dit d'une vois autoritaire :

-Vous mademoiselle ! Veuillez je vous pris retourner dans la grande salle et vérifier l'état de Dame Til' Lledoryn. Je dois absolument savoir quelle est la gravité de sa blessure, et si elle est en état de se déplacer jusqu'ici!

Se rendant compte, surement, de sa sévérité elle redit donc la phrase :

-Je vous enserrais reconnaissante...Que tous et toutes ne s'inquiète pas, l'eau était une erreur mais je suis arrivée à temps, à présent nous devons nous activer sur les blessures les plus urgentes.

Loris s'activa pour aller suivre les ordres dans le hall .

( Suite Une nuit sans lune ... )


_______________
avatar

Rêveur du Cinquième Cercle
Messages : 132
Inscription le : 15/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Mer 22 Oct 2008 - 21:50

Quand il entra dans l'infirmerie,le réveur croisa une Lupus qui en sortait et eut une brève sensation de déjà vu.Mais son attention se reporta vite sur Julia .
Il déposa son lourd fardeau et resta un moment à regarder Julia...Elle allait s'en sortir...Il ne pouvait plus rien faire maintenant...Seulement la laisser se reposer et attendre qu'elle se reveille...
Il jeta un rapide coup d'œil circulaire pour y voir un certain nombre de jeunes fille,certaines allongés sur des lits,d'autre qui aidait les 2 infirmière et Amarylis...
Il allait proposait son aide à celle ci,quand il aperçut une jeune fille qui saignait abondament au bra et au ventre,à coté d'elle une fille au cheveux blanc était en train de palait à la rèveuse .
Il s'approcha de la blessée et quelque chose le fit sursauter...
Ces pupilles...Elle étaient...rouges...
le reveur se ressaisit vite ,il en avait vu d'autre et ce n'était pas des yeux,quelqueçois leur étrangeté qui allait l'impressionner.
Elle parraissait presque...méfiante ,en tout cas elle sembler souffrir horriblement et Mael s'adressa à elle d'une voix douce.

-Je suis reveur fit t-il simplement
Puis il s'agenouilla près de la jeune fille...
Ces plaies avaient étaient visiblement lavées,mais elle continuaient à saigner abondament .Il chercha des yeux un bac d'eau froide ,il n'y en avait pas à proximité, Il se tourna vers la fille au cheveux blanc.
-Peut -tu m'apporter de l'eau froide s'il te plait,j'en aurais besoin pour soigner...ton amie.


avatar

Messages : 105
Inscription le : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://night-heaven.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Mer 22 Oct 2008 - 22:13

Néo vit Loris partir, sous les ordres de la femme, avec une pointe de regret, mais aussi de soulagement. Il fallait continuer à chercher des survivants, les soigner, sauver des vies... Peu à peu, l'infirmerie se remplissait. Curieusement, Néo se sentait oppressée, écrasée. Un garçon qui devait être plus jeune qu'elle fit son apparition et s'approcha d'Anaïel avant d'examiner son bras, déclenchant chez la faëlle un sentiment de méfiance. Néo bondit hors de son lit et la rejoignit, sans savoir pourquoi.

- Je suis rêveur.

Rêveur... Un faible sourire se dessina sur les lèvres de la jeune fille. Il allait la soigner, son bras serait sauvé et... Mais bon sang, pourquoi portait-elle autant d'attention à cette fille ?!
Le jeune rêveur lui demanda d'apporter de l'eau froide, ce qu'elle fit sans rechigner, avant de guetter si la situation d'Anaïel n'empirait pas.
Malgré elle, Néo croisa son regard et un intense sentiment de tristesse émergea en elle. Une nouvelle fois, elle eut la désagréable sensation d'être sondée, lue, mais résista et quitta les yeux rouges si attirants de la faëlle pour analyser la situation. Trop de gens... Il y avait décidément bien trop de monde dans cette infirmerie. Un regard vers Anaïel la conforta dans son jugement, lui donnant une bouffée de courage. Elle prit la main du rêveur, attirant son attention, et murmura à voix basse :

- Est-ce qu'il n'y aurais pas une autre salle, avec... Moins de monde, pour la soigner ?


Néo se mordit généreusement la lèvre et continua :

- Beaucoup de gens vont encore arriver et je crains que sa situation n'empire si elle est stressée.


Elle ne savait pas pourquoi elle disait cela, elle ne connaissait pas Anaïel. Serait-ce vraiment bon pour elle ? Qu'est-ce qui la poussait à agir ainsi ?
L'interêt qu'elle portait à la faëlle grandissait à chaque instant.


[ Anaïel, si je me trompe ou que ça ne te vas pas, dis-le, j'éditerai - J'ai cru comprendre que ton perso n'aimait pas trop être entourée de trop de monde donc voilà... ^^" ]



_______________


"Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui"


[Shakespeare]
avatar

Maître rêveur
Messages : 231
Inscription le : 30/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Jeu 23 Oct 2008 - 18:14

Le chant mélodieux d'Amarylis fut coupé par une question soudainement sortit de la bouche de la lotra. Celle-ci venait de se lever subitement, faissant tomber le linge par terre. La Maitre guérisseuse le ramassa délicatement et sourit avec tendresse à la jeune fille:

-Je me nomme Amarylis Luinïl, et je suis la Maitre Guérisseuse, ainsi que rêveuse.

Elle caressa le front de la blessée, moins chaud il demeurait tout de même trop élevé à son goût. Avec les mêmes gestes qu'une mère elle lui tendit un verre d'eau, puis se préoccupa de sa santé:

-Comment te sens tu? Ecoutes je vais aller m'occuper des autres, il semblerait que tu ailles mieux, pourtant je tiens à ce que tu reste ici pour aider, s'il te plait, de plus il me semble qu'une amie à besoin de ton aide. Et je souhaiterais te revoir plus tard, lorsque la situation se sera apaisé, tu sembles couver une maladie assez sérieuse...

Elle lui glissa dans son verre quelques ingrédients, dont elle lui expliqua les vertus bienfaitrices pour son corps. Puis elle vit entrer avec joie Mael. Alors qu'il examinait la jeune au bras en sang elle se précipita à ses côtés entendant ainsi la demande de la lotra qui s'était entre temps levé. Elle posa une main affective sur le rêveur et répondit à sa place:

-Il y a une petite salle à l'arrière de l'infirmerie, vous pouvez l'y amener et prendre soin d'elle. Allez y délicatement pour la porter! Tu veux t'en charger Mael?

Elle partait déjà s'occuper de Dame Vivyan lorsqu'elle se retourna soudainement un grand sourire sur le visage:

-Au fait Mael, merci d'être venu aussi vite!

Amarylis se posta alors au chevet de Dame Vivyan et l'examina soigneusement, reprenant de plus belle son chant...


_______________

            Et toi, Invité, veux-tu connaitre mon histoire ?







avatar

Messages : 105
Inscription le : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://night-heaven.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Jeu 23 Oct 2008 - 20:40

Une petite pièce derrière l'infirmerie... Néo remercia la maître guérisseuse d'un signe de tête et se tourna vers Mael avec un regard suppliant. Celui-ci exécuta les ordres d'Amarylis et, avec l'aide de Néo, il porta la faëlle dans la petite pièce. Ils eurent quelques difficultés pour se frayer un chemin entre les blessés mais arrivèrent sans encombres et déposèrent Anaïel dans un lit propre qui ne tarda pas à se teinter de sang.
Légèrement stressée, la jeune dessinatrice se dépêcha d'aller chercher une bassin d'eau froide et des linges pour Mael.

- Qu'est-ce que... Tu peux faire pour elle ? demanda-t-elle, angoissée.

Elle ne se demandait plus pourquoi elle s'occupait autant d'Anaïel. Elle s'était faite à l'idée d'agir illogiquement et suivait son instinct sans plus opposer une quelconque résistance qu'elle savait vaine.
Son regard tomba sur sa protégée qui semblait rester entre la conscience et l'inconscience. Quand sortirait-elle de cet état ? Etrange...


[ Une fois de plus je dirige un peu... Dites-le si ça dérange. Comme tu peux pas répondre trop rapidement, Anaïel, je justifie Smile ]


_______________


"Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui"


[Shakespeare]
avatar

Maître fauconnier
Messages : 112
Inscription le : 01/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.astrae.jeunforum.com/
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Ven 24 Oct 2008 - 19:14

Rurïl vaquait entre conscience et inconscience.
Il était là, sans y être.
Il passait d'une forte fièvre à un refroidissement soudain qui lui glaçait les os.
Il ne savait pas depuis combien de temps il était plongé dans le sommeil, mais il savait que cela faisait longtemps.
Il flottait dans un semi-comma.
Seul.
Au repos.
Pour le peu de consience qu'il avait, il savait au moins qu'il était en vie.
Maintenant, il fallait qu'il se régénère.
Par le repos.


_______________


~¤~
...La vie n'est qu'un enfant qui danse sur un fil d'incertitude
pour rejoindre la Lumière...
Merci a la personne qui m'a enfin créé un bureau! On commence quand les cours? =D
~¤~
avatar

Rêveur du Cinquième Cercle
Messages : 132
Inscription le : 15/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Sam 25 Oct 2008 - 15:44

Mael passa avec douceur le linge frais sur la blessure de la jeune fille,en prenant garde de ne pas lui causer plus de souffrance qu'elle n'en avait déjà. Plusieurs tissus musculaires avaient étaient déchirés,les recoudre exigeait un travail minutieux et compliqué mais réalisable à son niveau.
Alors qu'il analysait la profondeur de la blessure,Mael sentit une main se poser sur la sienne. Il leva les yeux pour voir la fille au cheveux blanc ,qui semblait inquiète de l'état de la blessée.


Est-ce qu'il n'y aurais pas une autre salle, avec... Moins de monde, pour la soigner ?
Beaucoup de gens vont encore arriver et je crains que sa situation n'empire si elle est stressée.

Le rêveur la gratifia de son éternel sourire chaleureux pour la rassurer et Amarilys répondit pour lui.
-Il y a une petite salle à l'arrière de l'infirmerie, vous pouvez l'y amener et prendre soin d'elle. Allez y délicatement pour la porter! Tu veux t'en charger Mael?

Le Lupus,hocha la tête,ce n'était pas vraiment une question. La rêveuse s'éloigna un peu mais au dernier moment se retourna,un sourire illuminant son visage
-Au fait Mael, merci d'être venu aussi vite!

Mael lui rendit son sourire,il était content de travailler avec la rêveuse .Elle avait dans ces geste une douceur et une maîtrise qu'il admirait et qui lui confirmait l'écart qu'il y avait entre elle;le maître,et lui,qui n'avait pas encore finit ces études. Cet écart qui lui donnait l'impression d'être encore un enfant alors qu'elle était déjà une femme.
Il souleva délicatement la jeune fille,et ,slalomant entre les blessés,il alla la déposer dans la petite pièce adjacente à l'infirmerie.

Qu'est-ce que... Tu peux faire pour elle ? demanda-t-elle, angoissée

Décidément ,la Lotra serait éternellement stressée il posa une main tranquillisante sur son épaule et ferma les yeux. Une vague d'apaisement parcouru sa main et il sentit la fille au cheveux blanc se détendre .

-Ne t'inquiète pas ,fit il je vais "recoudre" son bras,je te demanderais juste de l'immobiliser .il ne faut surtout pas qu'elle bouge pendant mon rêve d'accord?

La jeune fille acquiesça et le rêveur posa délicatement ces mains sur la plaie il visualisa mentalement le corps de la jeune fille et lentement,il commença à réparer les tissus,un par un…

avatar

Marchombre
Messages : 462
Inscription le : 09/12/2006
Age IRL : 26


Voir le profil de l'utilisateur http://voleusedencre.skyblog.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Sam 25 Oct 2008 - 17:44

L'air crépitait à présent d'étincelles invisibles, chargé de particules incandescentes de sentiment en fusion, Anaïel continuait à regarder les prunelles noires de la jeune fille et s'aperçut dans le même temps que celle-ci, en ce moment même avait une sorte d'attaque soudaine, des mots hachés sortirent furieusement de ses lèvres pincées, sans qu'elles sache se qu'ils pouvaient bien signifier, une question, une phrase en suspension...
- Tu... C'est... toi ...? Et toujours, cette détresse voilée, cette peur inconditionnelle qui maintenant prenait sa voix comme une araignée sa proie.
La marchombre, envoutée elle aussi sentit un tourbillon insondable prendre possession de son cœur, de son âme, un pouvoir effrayant palpitant dans sa poitrine, le pouvoir de la Nature ! Jamais ça ne lui était arrivé auparavant, si une foie, mais de bien moindre ampleur, la première fois, sa première rencontre...et encore, encore ces visions chaotiques, ce feu brulant qui maintenant lui ravageait les prunelles, ce monstre mouvant de ses flammes ardentes, un feu de forêt d'une rare puissance grippant à l'assaut des arbres, les torches flamboyante de la traque, les enfants et les femmes qui courraient... Tout se mélangeait, de moins en moins consciente, Anaïel sentait ses forces se vider sous l'effort involontaire pour se souvenir, ouvrir sa mémoire ancestrale et laisser cette maudite malédiction prendre possession de sa tête...
Parallèlement le monde tournait, tournait autour d'elle et de la fille aux cheveux blanc, les emprisonnant dans une sorte de bulle intense. Tout défilait, feu, sang, noir, ombre écarlates, sur la mélodie des paroles hachées de la jeune fille qui s'immergeait à présent dans la démence de l'instant sans pouvoir résister au flux qui entrainait Anaïel ... L'impression inimaginable de terreur qui la saisit soudain la fit crier, crier de douleur et de peur, une peur effrayante et insondable. L'esprit partant en milles morceau, elle mis ses dernières forces en un geste purement défensif, et sachant que c'était la sa seule chance de sauver sa conscience de la folie, elle érigea mentalement une barrière entre elle et l'infâme tourbillon ancestral qui cherchait à l'atirer dans les profondeurs de la folie.
Et puis soudain, tout s'arrêta. A travers une sorte de brume compact, stagnant entre sa vision et sa conscience, sa joue s'orna de cinq longues balafres rouges et cuisantes. Perdue, Anaïel ne réagit pas sous la claque magistral que l'inconnue au fabuleux regard noir venait de lui administré. Elle voulait parler, se rebeller aussi, elle sentait au plus profond d'elle même la rage de la malédiction qui la poussait maintenant à détruire ce petit corps blanc, à le déchirer bec et ongle, à tuer ce représentant de la race humaine qui venait de la salir de ses doigts pales. Anaïel abaissa les paupières sur ses yeux de feu, ceux si tournoyaient maintenant, rouges, ors, orange, bleu de temps en temps, ils tournoyaient en réponse au trouble qui agitait le cœur qui les faisaient vivre, il tournoyaient puis s'arrêtèrent quand voilés par la chape de l'inconscience qui les rendit aveugles.

Des ombres tournois doucement, tantôt aux allures de rêves lumineux, tantôt cauchemardesques, mais je n'ai pas peur, j'ai enfin compris, une partie du moins, j'ai compris, tu n'es pas la pour me détruire hein... tu es la, comme souvenir, pour qu'Ils se rappellent tous, mais pourquoi tu ma fait autant de mal ? Pour me ramener à l'ordre parce que je commençait à devenir désagréablement humaine ? Pour cet élan impromptu d'affection que j'ai ressenti pour la fille blafarde, pour cette tristesse incongrue à lui faire du mal involontairement ? tu essaye de me diriger maintenant, tu m'a fait du mal pour quelque chose que tu ne comprenais pas, te rend tu compte que toi aussi tu deviens comme eux ? Tu as cherché à dirigé mes choix, ce soir, tu as cherché à lui faire peur, à la faire souffrir. Nature tu es, dangereuse par excellence, si belle par omniscience... et malgré se que tu fais peser sur mes épaules je ne peux qu'accepter et comprendre ta haine et ta folie, tu étais la toute puissance et te voila dominée par des êtres assoiffés de pouvoir et de luxure, peut-être ton empreinte à l'intérieur de moi influence t-elle aussi mes impressions, je sais cependant que se n'est pas moi par hasard, que je n'ai pas été choisie sur un coup du hasard, je le sentait déjà, ce bouillonnement intense de liberté , et je continue à ne pas me sentir dans mon éléments avec ces êtres humains... Et voila que s'amène cette fille aux yeux noir et à la peau pâle, voila qu'elle fais ressortir avec une puissance peu commune cette folie qui m'habite mais que j'aime au cœur même de mes cellules. Qui est-elle ? Qu'a t-elle de particulier qui me fais cet effet la ? La seule chose que je souhaite maintenant, en dehors de me renseigner sur cette fille c'est partir loin d'ici, loin du carnage, loin de cette folie meurtrière. Ah oui, et savoir se que sont les guerriers cochons. Et partir. Loin, encore. Toujours.

Un crachement, une éclaboussure de sang, des paroles précipités, ses plaies pansées sommairement ou non, et des cris, toujours. les yeux hermétiquement fermés, la vague douçâtre de l'inconscience s'éloigna, comme à regret et lui revinrent unes à unes les sensation pas vraiment agréable de son corps écorché, elle ouvrit les yeux d'un coup et tomba sur un garçon qui semblait vouloir la prendre en charge. Son corps ne réagit pas au mouvement de recul qu'elle imagina, elle essaya de tourner les yeux et vit enfin la fille qui semblait déja aller mieu, si se n'est les coulures de sangs qui tachaient sa bouche et le haut de ses vetements.

-Je suis reveur fit le garçon.

Reveur ? c'était quoi ça ? l'état dans lequel était la marchombre évitat sans doute à sa crise de recommencer lorsque le garçon la regarda dans ses yeux, elle perçu la surprise dans son attitude mais il fit avec.
Des gens, des enfants et des adultes, tout autour, tout autour d'elles qui gravitaient, qui bougeait, la frôlaient de temps en temps... une brusque envie de vomir enflamma la gorge d'Anaïel, et juste avant qu'on ne se penche pour l'emmener, elle cracha une bile amer ainsi que du sang sur le carrelage souillé de l'infirmerie et c'est avec une sorte de consternation qu'elle vit le mince filet écarlate rejoindre la flaque laissée par la fille blanche. Le sang, plus foncé ne se mélangea pas.
On la bougea. Elle sentit plus qu'elle ne vit les yeux noirs posés sur elle, et la décharge de douleur l'incendia une fois de plus, la rendant flasque dans les bras inconnus qui la transportaient.

Noir. Encore.
Puis reveil.

Le picotement dans son bras la ramena brusquement à la réalité, le fait qu'elle avait passé la nuit à s'évanouir puis à se réveiller commençait à l'entrainer, lorsqu'elle ouvrit les yeux la chambre immaculée et plus silencieuse que la précédente ne tourna pas autant que la dernière fois. Se souvenant avec une clarté stupéfiante de ses récents déboire, elle referma bien vite les yeux afin de ne croiser le regard de personne. Le jeune homme qu'elle avait cru se faire entendre Mael était toujours penché sur son bras et achevait le travail avec un air très concentré. C'est à ce moment qu'elle remarqua qu'il ne la touchait pas.
Rêveur, était-ce donc sa ? elle sentait les dernier raccords se faire sous sa peau, les tissus bouger d'eux-même, les os frémir... presque inconsciemment, elle chercha la jeune fille des yeux. Elle la vit, non loin, la couvant d'un regard angoissé. Il ne fallut qu'un dixième de seconde pour que leurs regards se croisent, Anaïel détourna bien vite les siens afin de ne pas la rendre malade, mais le fauve tapis au fond de son ventre grogna et elle sentit aussitôt la jeune fille se tendre, brièvement. Anaïel regarda le plafond de la chambre. Elle était reconnaissante à la personne qu'elle se rappelait avoir suggéré, la jeune fille blanche elle croyait, qu'ils ne fallait pas qu'elle soit entourée de trop de monde, et en effet, la simple présence du jeune rêveur la faisait frémir, lui donnait envie de déguerpir. Étrangement la jeune fille ne lui faisait rien ressentir de mauvais, de gênant. Il faudrait qu'elle lui parle, bientôt, il lui fallait maintenant la connaître pour comprendre une part de se qui venait de lui arriver.

Son bras était guérit. Elle le sentait maintenant. Le jeune rêveur la regarda et elle compris son insistance, il était guérit mais fragile. Elle ferait avec, l'entrainerais de nouveau, se n'était pas un problème, elle avait toute la vie devant elle.
Et, les yeux grand ouvert, elle eu envie de remercier le jeune homme, même si sa présence la dérangeait, elle savait que c'était du au fauve tapis en elle, assumant sa libertée malgré cela, elle pris une grande inspiration et siffla, toujours, avec des mots haché sa reconnaissance :

- je... merci, de m'avoir soigné, il y a bien d'autres blessés, je... enfin, merci.

Ecoeurée de ne pouvoir exprimer plus ses sentiments, elle tourna la tête de coté, attentive à e croiser le regard de personne, puis fit lentement bouger son corps, sentit les muscles jouer avec efficacité.
Elle se leva sous le regard des deux personnes, puis se mis debout, un peu chancelante. Soudain, son équilibre flancha et le rêveur n'eu que le temps de la rattraper. Au contact des doigts sur sa peau, son visage et ses yeux s'enflammèrent, et c'est avec violence qu'elle repoussa son geste, elle tomba brutalement par terre, étreinte d'une fureur incontrolable. Puis, tout aussi soudainement qu'était apparue son sentiment s'hostilité, il fut remplacé par la honte d'avoir agressé celui qui venait sans doute de lui sauver la vie. elle sifflota de nouveau, balbutiements étranges dus à sa voix :

- désolé, je ne supporte pas... je pense que personne ne devrait me toucher.

Elle lança un regard significatif et rapide à la jeune fille aux yeux noir. Elle se releva lentement, étonnée de la fluidité de ses membres perclus, et se dirigea vers la sortie en chancelant. Passant devant la jeune fille, elle lui dit de façon à se qu'elle seule pluisse l'entendre :

-j'aimerais bien connaître ton prénom, je ne peux néanmoins rester ici plus longtemps. Tu comprends je suppose. Je risque de faire du mal aux personnes présentes. Si le coeur t'en dis, rejoint moi dehors, cherche moi et tu me trouveras.
Et encore désolé.

Sans la regardé et avec une grande prudence, elle caressa la peau du menton de la fille, enlevant le sang qui le maculait. Elle se glissa dans le couloir avant de voir le frissonnement qui agita le corps de sa sauveuse.

arf sa fait du bien... bon courage pour la lecture, si quelque chose vous embête prevenez moi ^^)


_______________
Des ailes dans le dos...




Anaïel / Miaelle Campbelle/ [i]Lev Mil' Sha

[/i]


Aucun destin n'est inéluctable.

L'arborescence des possibles nous tisse le sang aux poignets


Spoiler:
 
avatar

Messages : 105
Inscription le : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://night-heaven.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   Lun 27 Oct 2008 - 2:52

La pièce était lumineuse, la scène était tout ce qu'il y avait de plus sombre. Néo se sentait perdue, toute petite... Insignifiante.
Le rêveur lui prit l'épaule. Lui parla. Sourit.
Une chaleur bienfaisante passa à travers sa main et la détendit... Un peu. Mais c'était bien suffisant. Légèrement moins inquiète, Néo s'adossa à un mur et regarda faire Mael avec un certain mélange de gratitude et d'admiration. Comment le jeune homme pouvait-il, en une telle crise, rester aussi calme ? Ignorant la réponse, la jeune fille reporta son attention sur Anaïel qui grimaçait doucement. Le temps d'une fraction de seconde, leurs regards se croisèrent de nouveau. La faëlle comme Néo détournèrent les yeux la même vitesse : il était hors de question de recommencer cette douloureuse expérience... Du moins dans son état actuel.
Bientôt, le bras d'Anaïel fut soigné et elle remercia maladroitement le rêveur. Elle se leva, chancela... Néo et Mael exécutèrent le même mouvement mais le rêveur fut plus rapide et la rattrapa in extrémis. La dessinatrice comprit à l'instant même qu'ils avaient fait une erreur. Anaïel le repoussa violemment et tomba sur le sol de marbre, à quelques mètres de Néo, qui se pinça les lèvres en hésitant à l'aider. Finalement, la faëlle se releva agilement toute seule en s'excusant, et se dirigea vers la sortie, légèrement boîtante. Sans la regarder, elle s'arrêta vers Néo.


-J'aimerais bien connaître ton prénom, je ne peux néanmoins rester ici plus longtemps. Tu comprends je suppose. Je risque de faire du mal aux personnes présentes. Si le cœur t'en dis, rejoint moi dehors, cherche moi et tu me trouveras.
Et encore désolée.


Un geste... La jeune fille sentit sa main sur son visage, le temps d'un instant, et elle sortit.
Le silence s'installa, tandis que les battements affolés du coeur de Néo peinaient à retrouver un rythme normal. Elle se força à respirer calmement, ferma les yeux et se détendit, peu à peu. Elle la comprenait... Peut-être même la comprenait-elle plus qu'elle comprenait n'importe qui d'autre. Et pourtant elle ne la connaissait que depuis une petite demi-heure... C'était incompréhensible, indescriptible... Qu'est-ce qui la rattachait à cette faëlle ? La curiosité se faisait de plus en plus sentir.
Néo se dirigea à grands pas vers Mael lui prit la main, lui transmit toute sa gratitude à travers ses yeux, et sortit à la suite d'Anaïel, insaisissable.
Elle la cherchait.



_______________


"Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui"


[Shakespeare]
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une nuit sans lune... (RP terminé)   



 
Une nuit sans lune... (RP terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Quand l'alcool coule a flot par une nuit sans Lune
» Quel triste paysage pour une nuit sans étoiles ...
» Une douce nuit sous le Balcon [Terminé]
» Sans rêve ni cauchemar [ PV : Petra Traümer ]
» Solitude sous la Lune (PV Miriane Lonira) [ ABANDON ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Partie RP :: 2008-