Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteChaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Jeu 28 Aoû 2008 - 1:44

[Oui bon, titre à la noix Very Happy]

Enfin arrivés ! Vindjiû qu’il faisait froid ! Une fois la porte de ses appartements ouverts, Duncan pria Edward de s’asseoir de prendre ses aises, tandis que le dit-professeur se dirigea instamment vers la cheminée encastrée dans l’un des murs, dans le but le plus logique de faire un bon feu, puisque le dernier s’était éteint. Quelques minutes précipitées plus tard, le sieur Cil’ Eternit alla s’installer dans un fauteuil capitonné en face de celui qu’avait choisi Edward, près de l’âtre, et lui proposa les quelques sucreries qui traînaient sur la table basse d’un geste poli.

- Dites-moi, sir D’Halvick, comment trouvez-vous donc cette Académie ? J’ai moi-même un peu de mal à m’y retrouver pour le moment, mais peut-être avez-vous déjà vu celle d’Al-Jeit, pour comparer ?


Mais soudain, alors qu’il se tortillait mal à l’aise sur son fauteuil, Duncan se releva précipitamment, et enleva ses chaussures fourrées d’un geste empressé, faisant ainsi tomber la neige qui était parvenue à se glisser entre ses orteils malgré la protection de la peau de Siffleur, boudjû ! Farfouillant dans un petit meuble à l’entrée de la pièce principale, l’homme en tira satisfait une paire de pantoufles fourrées, évidemment, dont la couleur ne sera point évoquée dans ce post pour des raisons d’éthique et de secret professionnel, et les enfila sur ses pieds gelés avec un soupir de satisfaction. Revenant auprès de son interlocuteur, il s’excusa :


- Pardonnez cette petite interruption, vous alliez dire ?




_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Jeu 28 Aoû 2008 - 16:52

(Le titre est effectivement assez spécial XD)

Sur le bord de la congélation, on aurait dit que la température était devenu beaucoup plus froide, par chance que l'école n'était pas très loin de la cascade ! Dès que le bout de son gros orteille entra dans l'académie, Edward sentit, bien qu'elle soit petite, une bouffée de chaleur l'envahir. Silencieusement, ou plustôt, curieusement, l'itinérant suivit Cil'Eternit. Il avait trente-et-un ans, et c'était la première fois qu'il mettait les pieds dans une Académie !

Après avoir tourné d'un côté et de l'autre pour se rendre dans les appartement du professeur, L'homme ne se fit pas prier plus de deux seconde pour s'asseoir sur un des fauteuil proposé. *Enfin quelque chose de confortable et de chaleureux ! Hein Edward ?!* Celui-ci ne prit pas la peine de répondre. C'était évident non ? Il enleva la cape que lui avait prêté Duncan et la déposa sur le dos du fauteuil auquel il était assit. Son hôte lui demanda alors ses avis sur l'Académie. Il n'eut pas le temps de répondre que le professeur se leva prestament pour aller chercher des pantoufles, ce qui tira un sourire à Edward. D'un ton enjoué il dit :

- Premièrement, merci encore de me reçevoir dans vos appartement Mr, Cil'Eternit ! C'est la première fois que je met les pieds dans une académie. Sauf de l'extérieur, j'ai juste vu celle d'Al-Chen. Donc ayant jamais vu les autres académie de l'intérieur, je dirais que celle-ci c'est la plus belle et, accueillante !

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Sam 30 Aoû 2008 - 17:34

Une fois confortablement réinstallé dans le fauteuil au coin du feu, Duncan tendit une oreille tranquille en direction de son invité, et écouta ce qu’il avait à dire sur l’Académie. Appréciant les remerciements d’un coin de sourire, le professeur lettré s’étonné que le jeune homme n’ait pénétré l’Académie d’Al-Chen, et n’ait vu que l’extérieur cependant que sa sœur y était inscrite. Etonnant.. mais pas impossible, n’est-ce pas ?
En tout cas, dans l’expression impressionnée d’Edward, l’home de lettres se reconnut dans ses premiers jours à l’Académie, quand il avait étonné du faste des bâtiments pour une institution située dans les contrées Nord de l’Empire. Mais il s’y plaisait vraiment et espérait la pareille de l’Itinérant.
Piochant dans un petit plat d’amuse-gueules, Duncan Cil’ Eternit reprit la parole d’un ton calme et enjoué :

- J’en suis content, sir d’Halvick ! Mais dites-moi.. Vous avez bien une raison pour vous être aventuré dans les environs.. Al-Chen n’est pas la porte à côté. Si cela vous sied, écouter votre histoire me ferait plaisir !

Et s’il ne voulait pas.. et bien il faudrait trouver un sujet de conversation intéressant, ce dont Duncan était plein à craquer. Après tout, on n’était pas professeur sans avoir des répliques dans la manche !

[ Sorry for le retard =/ ]


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Mar 2 Sep 2008 - 23:42

(Encore plus désolé pour le retard !!(Rentrée scolaire...))

L'homme bien assit sur son siège, prit une petite poigner de croustille, en savoura quelques uns et débuta son récit :

- J'avais environ dix ans lorsque mon père est décédé dans une attroce guerre contre les Rais. Donc, j'ai dû prendre la relève des champs, m'empêchant ainsi d'aller étudier comme ma soeur l'Art du Dessin. Callann, de son nom. Vers l'âge de ses onze ans, ma jeune soeur avait montré un talent particulier pour le dessin. Ma mère, au comble, l'envoya presqu'immédiatement à Al-Chen. Ce jour là, je me souviens d'être resté aux champs, travaillant d'arrache-pied.

Il prit une autre bouchée des croustilles qu'il avait encore en main. Observa son Hôte voir s'il n'était pas ennuyé ( j'espère ^^) et enchaîna`de nouveau :

- J'étais bien content pour elle, mais moi aussi j'aurais bien aimé. Mais je possédait pas le Don donc...Un jour, vers mes treize ans, épuisé, je m'étais dirigé vers le Lac afin de me reposer. Et je peux vous affirmé que j'ai dormis des heures et des heures !

Prenant un petit air désespéré, levant les bras verrs le ciel, il lança :

- Mais non ! je me suis réveillé avec une migraine !

Il avait pris soin de ne pas racontré sa rencontre avec Éliot. Disons que ce n'était pas le moment. En fait si... Mais il ne l'avait jamais dit à personne...pourquoi commencer là ? Parce qu'il inspirait la confiance ? *Peut-être...* **Haa, mais pas là !** Avec un petit sourire en coin, il enchaîna :

- Bref, quelques jours plus tard, j'avais découvert que j'avais le Don du dessin ! HOOoooo mais je n'arpente que les plus basses Spires. Ce qui est bien loin de rejoindre ma soeur ! Mais donnant tout L'argent pour ses études, je n'ai tout de même pas pus aller à l'Académie. Quelques année plus tard, ma mère décéda de vieillesse. Bien que cela me fasse un vide profond, c'est alors que j'ai eut l'idée de partir.

Éliot toussota légèrement. C'était lui qui avait eut l'idée en fait.

- Au départ j'avais quelque provision, mais ça n'a pas duré longtemps ! l'argent non plus d'ailleur ! Donc, de bon samaritain on décidé de m'hébergé un jour ou deux. Je voyage ainsi. J'ai eut envis de quitté la ferme familiale, car je ne me voyait pas mourire, sans avoir rien vue de notre monde !

Il prit le reste des amuse-gueule qu'il avait dans sa main et les mageas. Il espérait que son récit n'avait pas été trop long ou plate. Puis, curieusement à son tour, il demanda :

- Et vous ? Comment êtes-vous devenus professeur ? Dans quel but ?

Il était curieux d'entendre son histoire.

(exusez mes fautes !)

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Sam 13 Sep 2008 - 22:51

( Tu es tout pardonné Wink Et désolé pour le retard, le dur métier de lycéen est plus dur que celui de professeur à l’Académie >.< )

Quelques secondes seulement, le silence dura. Duncan attendit tranquillement une réponse, observant son interlocuteur se servir dans les petits bols d’amuse-gueules disposés sur la table basse, ne touchant lui-même à rien, attendant patiemment le repas qu’il espérait ne pas être trop retardé par les autorités (in)compétentes de cette Académie. Et puis, il n’allait pas leur en vouloir, ils avaient déjà tellement de travail..
Bref. Relevant la tête, le professeur écouta l’histoire de l’homme affamé qu’il avait en face de lui. A mesure des mots, il se prit à songer à la vie dure dans les fermes, toutes ces mésaventures auxquelles Edward avait vaillamment fait face.. Il ne pouvait imaginer la plupart d’entre elles, n’ayant jamais travaillé la terre ou dû demander sa nourriture, vivant de la rente que sa famille mettait tranquillement de côté pour les générations à venir. Mais il compatissait à sa situation pathétique, à laquelle il espérait ne jamais devoir faire face. Du moins pas tout de suite.

La question que lui posa l’Itinérant le prit totalement de court. Il avait espéré ne pas avoir à évoquer les raisons profondes et juvéniles qui l’avaient poussé à devenir enseignant. Certes, il avait eu l’idée en tête depuis bien longtemps, mais avait toujours repoussé le moment où il devrait choisir de prendre le métier.
Et puis il y avait eu cette tâche sombre dans sa vie, et il était parti à Al-Chen. Mais..
Le penser ne servait à rien, puisqu’Edward n’en profitait pas. Cependant, il doutait d’avoir envie de parler de certains aspects de sa vie, qui assombrissaient son habituelle gaité.
Tentant un sourire malgré tout, il reprit :


- Oh, vous savez, on a tous des passions de gosse, qu’on souhaite accomplir plus que tout, et enseigner était le mien. Une vie assez banale, je doute qu’elle vous intéresse ; Etudes, puis professeur à Al-Chen, puis je suis venu ici pour tenter de pallier avec tous ces rustres de combattants !

Mais cependant, au regard que lui lança l’Itinérant, il était loin d’être crédible. Finalement, se résignant, son sourire disparut lorsqu’il énonça, d’une voix entremêlée d’amertume :


- Les élèves ont tous besoin d’apprendre les dangers de la vie. Et j’ai toujours voulu leur permettre de vivre, parce qu’aucun ne mérite la mort par manque de savoir.
Ma promise est morte, voilà des années de cela. Nous n’avions pas eu le temps de nous marier, qu’elle était emportée par le N’ Ralaï, alors qu’on nous avait agressés dans le seul but de la contaminer de la bête. Et si le savoir sur le N’ Ralaï avait été plus poussé, elle serait à mon côté à présent..


Perdu dans ses souvenirs et son désespoir, Duncan se rengorgea et changea un peu de ton :

- Mais ne nous étalons pas sur ces évènements plus que lugubres, cela nous attirerait malheur, et cela n’est point à souhaiter, n’est-ce pas ! Je me demandais, quels cours souhaitez-vous suivre ? Dans ce que j’enseigne, les lettres et la civilisation, l’une de ces connaissance vous intéresse-t-elle plus qu’une autre ?


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Dim 14 Sep 2008 - 18:06

C'était effectivement un triste passé. Un passé que personne ne souhaite. Pourquoi avoir agressé des gens innocents ? Inutile de poser la question, car personne ne la sait. C'était des évènements qui rendait l'itinérant, la plus part du temps hors de lui. Comment le monde pouvait apprécier la douleur, la souffrace des autres ? Quel était le plaisir dans tout cela ? D'un ton qu'il se voulait compatisant, Edward lui dit :

- Je suis vraiment désolé de ce qui s'est passé. Ça dû être toute une épreuve...

Pas besoin d'en rajouter plus. Déjà que le professeur semblait encore en souffrire, mieux fallait faire ''oublier'' la chose. Il garda le silence un moment, voulant méditersur la chose. Bien qu'il y eut des moments ''difficile'' ce n'était ps grand chose comparé à d'autre. Duncan reprit alors la parole, d'un ton plus conviviale et lui parla des cours qu'il offrait.
Lettre et cilivisaton...

Edward ne savait pas écrire. Pas du tout. Parcontre, il savait un peu lire. Pas grand chose... mais assez pour savoir où il se trouve. Il avait toujours été intéressé par l'écriture, mais ça avait l'air tellement compliqué ! Cilivisation... c'était quoi ça au juste ? Légèrement gêné par son manque flagrant de connaissance l'itinérant se redressa sur le divan.

- Lettres m'a l'air intérressant, bien que je ne sache point écrire. Je ne sais que très peu lire aussi. Parcontre, pouvez-vous me dire en quoi consiste le cour de Cilivisation ?

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Dim 14 Sep 2008 - 19:22

Souriant à l'Itinérant, qui semblait avoir compris que parler plus longuement de la chose n'était pas utile, pour garder la bonne humeur, Duncan lui en fut intérieurement reconnaissant. Lui-même préférait ne pas en parler, et Edward était d'ailleurs le seul au courant de la chose. Pas besoin de l'étaler à toute l'Académie, d'avoir des files d'hypocrites compatissants sur lui tout le temps, à lui en parler, lui demander si tout allait bien..
Car après tout, une dizaine d'années avaient passé, depuis. Et il voulait tourner la page. Pas oublier, non. Tourner la page.
Et là, il tourna la page, referma le livre, et le rangea dans un coin de sa bibliothèque intérieure, pour reporter sur attention sur Edward, qui semblait réfléchir sur les connaissances qu'il avait des cours. Il était vrai que s'il avait travaillé la terre toute sa jeune vie sans aller à l'école, il allait être illettré.. Ce que Duncan ne blâmait pas, au contraire ! Si tout le monde était lettré, en ce bas-monde, comment gagnerait-il sa croute ?!
Il semblait gêné, le pauvre.. D'un sourire compatissant -à croire que ses zigomatiques étaient surentraînés à sourire tout le temps- il lui répondit tranquillement :

- Ne pas savoir écrire n'est pas une tare, nous sommes justement dans une académie, pour apprendre ! Et si cela vous convient, vous pourrez suivre les cours afin d'apprendre, je n'y vois là aucun problème.

Mais alors qu'il allait entamer son explication sur les cours de civilisation, quelqu'un frappa à la porte de ses appartements. Oh, cela devait être le dîner ! Fabuleux, son ventre était justement en train de lui demander discrètement "cékankonmanj ?" . Allant ouvrir d'un geste fébrile, et après avoir salué le concierge qui s'en alla furibond de jouer les garçons de service, Duncan réapparut avec deux assiettes garnies, d'où exhalaient un fumet et une fumée extatiques, dont l'odeur mettait ses sens à l'épreuve, seulement dans le laps de temps où il dut rapporter les assiettes sur les tables sans y toucher.
Enfin, lorsqu'elles allèrent atterrir sur la table basse avec un léger bruit, il alla chercher les couverts adéquats dans un tiroir, et invita le jeune homme à manger.
La bouche pleine, il reprit :


- Oui donc, les cours de civilisation, je raconte certains légendes qui parcourent Gwendalavir, ou alors le passé de l'Empire.. mais aussi certaines pratiques culturelles, la faune et la flore également, un peu de géographie.. A vrai dire, cela recouvre beaucoup de domaines, et il faut le voir pour me croire !

Après un petit rire, le professeur engloutit une pomme de terre, et dit une dernière fois :


- Vous me ferez bien l'honneur d'assister à mes cours et d'être mon hôte pour quelques jours, n'est-ce pas ?


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Ven 19 Sep 2008 - 15:51

( J'ai prit mon temps, j'espère ne pas l'avoir trop prit ^^)

Edward était tout de même septique. Y avait-il tant de monde que ça qui ne savait pas écrire ? En fait, on pouvait dire qu'il ne savait même pas lire. Car s'était toujours Éliot qui lui traduisait tout. L'homme avait mémorisé quelques mots, sans rien de plus. Grâce en grosse partie à Éliot, qui connaissait Gwendalavir comme le fond de sa poche ! Devrait-il être reconaissant envers lui ? ** Bien sûr !! héhé !!!**

L'itinérant ne put s'empêcher de retenir un saut. Son compatriote lui avait fait une de ces peurs ! Il détestait lorsqu'il faisait ça. Sans rien répondre à Éliot, il remarqua qu'on avait cogné à la porte, ce qui le soulagea légèrement.

L'homme se retourna sur sa chaise juste à temps pour voir le consierge partire à toute vitesse. Une douce odeur prit lentement possession de la pièce. Duncan revient donc avec les assiettes, qui semblait ma foi, très appétissante, et prenant son temps pour bien savourer le repas, écouta les propos du Professeur.
Les cours de cilivisations semblait vraiment intéresser Edward. L'histoire de Gwendalavir, les légendes qui s'en suivent...
Finissant une bouchée qui lui brûlait légèrement la langue, Edward prit à son tour parole :

- Les deux cours -lettes et cilivisations- m'interresse fortement ! Si je peux suivre les deux, je serais l'homme le plus heureux du monde ! Surtout le cour de cilivisation. Juste à vous écouter parler, et je suis sûr qu'il fait partie des cours les plus passionnant de l'Académie !

Apprendre. Enfin. Il pourra apprendre quelque chose d'intéressant dans sa vie ! Pas comme labouré les champs bien au contraire ! Mais écrire, lire, entendre les légendes les plus folles ! Edward était vraiment heureux d'avoir recontré cet homme devant lui !

- Il me ferait donc plaisir de rester ici quelque temps avec vous, ou autre de vos compagnons !

Apprendre...Ce mot sonnait doux à ses oreilles.
Il était vieux jeu, mais il n'était jamais trop tard pour apprendre !
Edward se sentait comme un enfant tellement qu'il était heureux. Avait-il à ce point envie d'apprendre à lire et écrire ?
Il piqua sa fourchette dans l'assiette, prenant ainsi une autre bouchée.

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Sam 27 Sep 2008 - 12:59

Tant de ferveur dans le regard de l’Itinérant ne pouvait que rendre Duncan plus joyeux encore en cette fin de journée. Après tout, n’était-ce pas ce pourquoi il était devenu professeur ? Permettre à ceux qui n’en avaient pas eu la possibilité de s’instruire et de repartir avec le sourire et la satisfaction de savoir quelque chose ? Il s’était toujours estimé chanceux de son existence, n’ayant jamais à se préoccuper de trouver à manger ou un toit, ayant eu des études bien plus que correctes durant toute sa jeunesse.. Alors il se devait de le faire partager aux autres. Même si le salaire d’un professeur n’était pas des plus élevés – ce qui était une honte, révoluçion !- il vivait très bien de la rente bourgeoise de sa famille, ayant ainsi la possibilité d’en verser une part pour les études de ses élèves.
Peut-être prendrait-il des apprentis, des gens avec qui il pouvait partager tout ce qu’il savait des secrets du monde, chose qu’il est bien peu aisé de faire devant toute une classe.. Oui, peut-être plus tard, mais il lui fallait d’abord repérer lesquels seraient susceptibles de recevoir sa science. Non pas qu’il s’estimât aussi inestimable que les légendes vivantes comme Valen Til’ Lleldoryn ou Merwyn Ril’ Avalon, mais c’était tout de même une ambition qu’il espérait pouvoir compléter avant sa mort, afin que quelqu’un de digne reprenne le flambeau.
Mais pour en revenir à la discussion, le sieur Cil’ Eternit rougit légèrement devant les éloges d’Edward, éloges dont il n’avait pas spécialement l’habitude de recevoir ; bien qu’il se savait être suffisamment compétent pour avoir réussi à trouver un poste à cette Académie.
Après avoir trempé quelques croûtes de pain dans le bouillon de sa viande, l’homme sirota tranquillement le jus chaud qui lui coula un peu sur le menton, puis s’essuya dignement avec un coin de serviette. Ca lui rappelait son enfance, tout cela..
Mais bref !

- Vous me flattez beaucoup, sir d’Halvick ! Je n’ai pas la prétention d’être le meilleur enseignant que l’on puisse trouver en Gwendalavir, mais je ne peux qu’être content de vos remarques, elles me donnent encore plus l’envie d’enseigner.. Vous ne vous imaginez pas à quel point il est dur d’arriver à intéresser des élèves à un cours !

Riant un peu au souvenir de certaines têtes d’autruche auxquels il avait fallu remonter les bretelles en classe, le professeur mangea un peu dans son assiette afin que rien de refroidisse avant d’entrer dans l’antre de son estomac, et reprit les yeux rieurs :


- Dans cette Académie, la plupart des jeunes gens sont destinés à un avenir de combattant ou de marchombre accompli, qu’ont-ils à faire des cours de lettres et civilisation, n’est-ce pas ! C’est ce qui est intéressant dans le métier, note, d’arriver à s’adapter à toutes les situations que présentent la classe d’élèves qui se trouve devant nous..


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Jeu 2 Oct 2008 - 22:32

- c'est si dur que ça d'interresser des élèves à un cours !? Pardonnez mon ignorance, mais n'ayant jamais eut d'éducation, il m'est très difficile d'imaginer à quoi ça ressemble ! Bien que ma chère soeur m'en parlait une fois de temps en temps, je n'arrivait jamais à imaginer. Mes questions paraissent un peu enfantine, malgré son âge assez avancée...

Edward ria légèrement. Enfantin ! Comment pouvait-on se sentir en ce moment ? Il avait la chance d'apprendre quelque chose, avec ce qui semblait être un très bon professeur ! Il ne pouvait pas dire enfantin...Heureux serait le mot le plus précis. Prenant un air plus sérieux, il ajouta :

- Vos élèves ne se rendent pas compte à quel point ils sont chanceux d'avoir des cours avec vous ! Que ce soit les lettres ou le combat ! Peu importe bien ! Au moins, ils vont faire quelque chose de bien - je l'espère - dans leur vie, et ne perderont pas le temps de mendier comme moi je le fait depuis déjà si longtemps !

Il prit ensuite quelques autres bouchée de son repas, presque terminer. Il était délicieux, et prenait son temps pour bien savourer le tout ! Ce n'était pas tout les jours qu'il mangait cette qualité de nourriture !

- Non, ils n'ont pas à se plaindre !

Son sourire revint alors. C'est à croire qu'il ne sache que faire ça ! Sourire, Sourire et encore Sourire ! S'était aussi ce qui lui permettait de manger...

- Auriez-vous la grâce de me racontez une de ces légendes qui parcoure ces terres Sir Cil'Eternit ?

Son assiette maintenant finit, il se redressa pour être à l'écoute de ce qui allait suivre.

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Mar 7 Oct 2008 - 20:20

Repoussant à son tour l’assiette qu’il avait essuyée avec voracité et élégance, le sieur Duncan Cil’ Eternit finit de s’essuyer les lèvres d’un coin de serviette brodée que l’on trouvait sur un coin de table, entre un vase de Gobeuses d’Hulm et un petit cadre om il n’y ailleurs plus rien. Mais autant ne pas s’en soucier maintenant, la petite image était en bien meilleure place dans la poche de poitrine de son habit habituel, là où il pouvait la sentir contre lui. Mais peu importait. Duncan se redressa à son tour et s’éclaircit un peu la voix, avant de commencer sur un léger ton de confidence, après avoir réussi à rassembler des bribes de souvenirs sur la masse immense de légendes et autres fables de comptoir qu’il connaissait :

- Et bien, il existe moult mythes et racontars de taverne qu’il faut savoir différencier, car ceux-ci sont plus ou moins bien racontés, ou plus ou moins inspirés de la réalité, que certains en deviennent risibles. Imaginez seulement un ivrogne quelconque vous raconter comment il a défié le grand Dragon et vaincu la Dame ! Non, ce ne sont pas de ce genre d’histoires que je retiens ou que je conte, j’ai tout de même un honneur à conserver et une éducation suffisante pour savoir trier, comme tout homme sain d’esprit !

Prenant une pause dans son petit discours, le professeur se leva de son séant pour écarter la table basse qui séparait les deux hommes l’un de l’autre, et rapprocha son fauteuil de l’âtre. D’un coup d’œil à la fenêtre, il prit connaissance de la nuit qui tombait depuis déjà un moment derrière les vitres. Puis il vint se rasseoir sur le crapaud en tailleur et prit ses aises, puis recommença :

- Ca se passait dans des temps reculés, il est dit que les Ts’liches venaient d’asservir Gwendalavir, l’âge Noir venait de commencer. Il neigeait et gelait, tout comme le soir que nous avons au jour d’aujourd’hui. Tous avaient courbé l’échine et servaient les Mantes avec obéissance et crainte. Seulement, il exista bien une petite faction de puissants desinateurs qui résistèrent et à la longue, finirent par délivrer le peuple du joug Ts’liche. Ces gens-là sont appelés héros de nos jours, comme Merwyn Ril’ Avalon. Seulement, ce n’est pas de ce héros-là que je voudrais parler ce soir, non..
Il exista aussi Rorcha, comme elle fut nommé car son nom resta inconnu de tous. Cette vieille femme n’avait rien de particulier, pourtant. Elle était voûtée, les bras maigres et les yeux défaillants ; indigne d’un grand personnage de l’histoire. Seulement, elle avait autrefois vu Gwendalavir prospère, elle avait vécu bien avant les Ts’liches, bien avant même que tous les craintifs ne fussent dans un berceau. Certes, elle avait peur aussi. Certes, elle ne pouvait pas faire grand-chose de son corps voilé d’un châle rapiécé à la corde. Mais ce qu’elle fit, valait peut-être bien plus que le grand Merwyn, dont le pouvoir et l’orgueil rayonne encore sur l’Empire. Non.. Elle ouvrait sa maigre porte aux traqués, à tous ceux dont la mort était proche, à tous ceux qui avaient besoin d’une paillasse, d’une soupe chaude ou de présence. Tous ceux que les Ts’liches traquaient, en somme, pour désertion.. Il vint un jour que les Mantes trouvèrent le logis de celle dont on disait qu’elle était envoyée par la Dame. Elle tint alors tête aux monstres reptiliens, sans se soucier des lames qui luisaient près d’elle ou de leurs sifflements. Et elle tint tête deux jours durant, menacée, torturée même, et ne dit jamais où se trouvait la remise où se trouvaient les enfants, les femmes, les damoiseaux qu’elle secourait. Au final, les Ts’liches partirent. On trouva Rorcha dans son lit, le visage apaisé, rayonnante au lieu d’être meurtrie par les bleus sur sa face ridée. Ses yeux étaient ouverts, ils regardaient pour l’éternité cette trappe où des centaines de vie, durant dix ans, avaient été sauvés.


Duncan se tut, et s’humecta les lèvres qui n’avaient cessé de s’animer durant les dernières minutes où il avait beaucoup –trop- parlé. L’homme se loua d’avoir réussi à se souvenir de tous les détails de cette légende qu’il avait lui-même eu du mal à reconstituer entièrement. Et il était fier de porter ce témoignage, en effet..


- Bien sûr, ce n’est qu’une légende, il n’y a pas eu qu’une seule personne à s’occuper des démunis durant l’âge Noir… Disons que Rorcha est leur figure emblématique, un simple idéal qui porte la bannière de tous les héros de l’ombre.


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Lun 13 Oct 2008 - 2:41

Edward n'avait pas vraiement vu le temps passé depuis qu'il était rentré dans la ''demeure'' de Cil' Eternit. La fenêtre un peu plus loin montrait la délicate neige qui tombait mollement sur le rebord de la fenêtre. La nuit se levait tranquillement, tandis qu'au loin, on pouvait voir les dernier espoirs du soleil. C'est alors qu'Edward prit conscience à quel point il était bien. La douce chaleur que dégageait la pièce, l'ambiance, l'impression d'être enfin - pour une fois - en sécurité, Bref. Ce sont des soirées, comme Edward les aimes !

Puis, Duncan commença son récit. S'était comme si... on avait ralentit le temps. Pendu à ses lèvres du début à la fin, l'itinérant n'avait plus conscience d'être présent. Comme si, pendant ce temps, il avait cessé de respirer, de vivre. Ce n'était qu'une simple légende, mais des histoires, Edward rafollaient !
La légende d'une gente Dame qui aide les plus démunit durant la période sombre... Il y en avait probablement d'autre dans ce genre, mais tous a son petit cachet différent.

- Il y en a beaucoup d'autre légende qui se passent durant l'âge noire ? Quel question ! Probablement autant que le grand Merwyn !
Mais dites-moi, comment avez-vous connu toute vos légendes ?
En voyagant un peu partout en Gwendalavir ? En étudiant ? ...

La seul légende qu'il connaisse, étant sa rencontre avec Eliot ! Bien qu'elle n'en soit point une ! Son histoire est tellement invraisemblable ! Qui oserait la croire ?
Le croire.
Si moindrement quelqu'un l'apprenait, soit serait-il prit pour un fou ou un schyzophrène. Ce qu'il ne veut point, car Edward à bel et bien toute sa tête.
Si moindrement quelqu'un apprenait son exsistence, Edward se sentirait vidé de tout ses secrets. Non qu'il est égoïste, bien au contraire ! Mais ''partager'' Éliot pour lui était inconcevable. Peut-être un jour, mais pas maintenant...Pas maintenant.
Toujours les yeux rivés sur Duncan, l'itinérant sourit simplement.

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Sam 18 Oct 2008 - 14:17

Le sourire de Duncan s’accentua, à la question à laquelle il s’attendait. Où il avait appris toutes ces légendes dont son esprit foisonnait ? Et bien..

- Oh, je dois avouer que cela dépend des légendes. Les plus connues, bien sûr, je les ai apprises dans les livres ou dans mes études dans les différents instituts où j’ai été. D’autres, de moins connues, j’ai le plus souvent écouté des gens autour de moi en discuter, puis à mon tour demandé des informations ou fait des recherches sur les légendes et les racontars dont il était question. La curiosité entraîne souvent à beaucoup de choses..
Mais les plus belles légendes que j’ai eu l’honneur de connaître, je les tiens d’une personne qui a vécu plus longtemps que nous deux réunis. Il s’agit de quelqu’un de ma famille, plus exactement de l’une de mes grands-mères ; Vous me direz, il est un peu stupide à mon âge de faire encore mention de la mère de sa mère, mais cette ancêtre là connaît tellement de légendes, qu’on la croirait être née en même temps que Gwendalavir. Elle a toujours une légende à raconter qu’on n’a jamais entendu, une histoire fantastique qui nous prendra des heures dans des mondes étranges.. Et je dois dire que, depuis tout petit, je ne me suis jamais lassé de l’entendre me conter des mythes et des légendes inconnues pour la plupart. Peut-être que tout cela n’est que mensonge et imagination fertile d’un esprit âgé, mais n’est-ce pas le fondement de toute légende, après tout ?
Peut-être qu’un jour, je vous la ferais rencontrer, je suis sûre qu’elle vous apprécierait beaucoup, elle a toujours su apprécier les jeunes hommes de notre trempe ! Et puis elle a la mémoire bien plus solide que la mienne. Malgré une bonne part de mon existence passée à l’écouter, je ne peux me vanter d’avoir tout retenu et de tout connaître de ce qu’elle sait !

Duncan se leva alors, et se dirigea vers la fenêtre par laquelle on apercevait quelques flocons qui tombaient dans la pénombre. Le feu dégageait une douce chaleur dans son dos, et il se laissa divaguer dans ses pensées lentement et paresseusement, à la lueur du feu.

- Mais peut-être connaissez-vous aussi des légendes que je ne suis point susceptible de savoir, Monsieur D’Halvick ?


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Mer 22 Oct 2008 - 0:39

S'il connaissait des légendes ? Connaissait-il des légendes ? Celles qu'on raconte aux enfants lorsqu'ils sont jeunes...Justement, elles sont pour les jeunes. De plus, il ne s'en rappelle que par Bribes ! L'itinérant en avait aussi entendu lorsque des Taverniers saouls racontaient comment ils avaient réussit à tuer quatre Ts'liches à mains nues. C'était tout à fait invraisemblable. Que pouvait-il bien raconter ? Devrait-il le faire ?
Jamais l'homme n'avait raconté son histoire à quiconque; Aussi jolie soit la femme ! Souriant en coin, il se rappela rapidement d'Alice. Haaa cette chère Alice...

- Je n'ai pas les même talent Oratoire que Vous, Mais je vais y faire de mon mieux pour que mon histoire reste compréhensible.

Edward ordonna ses idées dans sa tête, prit respira profondément et commença :

- J'ai entendu cette histoire dans une Taverne. J'étais avec de gentils hommes qui m'avaient invités à prendre un repas avec eux -repas d'ailleurs qui ne se refuse pas !- La soirée s'annonçait belle et amusante. Feu crépitant non loin de nous, Tous était en train de raconter des moments bizarres de leur vie. Choses insolites, incroyables. Peut-être même les avaient-ils crée pour se rendre plus intéressant, Bref.
C'est alors qu'un homme barbu et ridés qui était assit en face de moi, fit taire tout le monde. S'était le grand ''racontar'' du groupe de marchand.
De sa voix forte et Rauque il raconta ceci.

Edward prit une courte pause. Quand il pensait qu'il racontait SON histoire à lui...Regard absent par sa concentration à se rappeler des évènements, l'homme continua :

- L'histoire s'est passée au Lac chen, Il y a environ une vingtaine d'années...Soleil radieux, presque sans nuage, un jeune fermier était en train de labourer les terres de la famille. Sale et fatiguer, celui-ci termina son labeur qu'en fin de journée. Ayant quelque temps de libre avant que le souper ne soit prêt, le jeune homme décida d'aller au bord du Lac, comme il le faisait tant de fois ! Cet endroit était pour lui une sorte de refuge. Un endroit où il pouvait enfin avoir la paix. Le calme. Le silence.
Couché sur le sol frais, le jeune laboureur, observait le soleil accrocher ses derniers espoirs de la journée.
C'est alors, que contre toute attente, Un vieil homme apparut à ses côtés.
Visage blafard, ridé, yeux d'un bleu rieur, il avait une énorme blessure au niveau de l'Abdomen. Mortelle.

Le garçon se releva aussi rapidement que le vent passe, et avec des bouts de tissu arrachés de ses propres vêtements, tenta d'arrêter l'Hémorragie du blessé. Main froide, le vieil homme appliqua délicatement sa mains sur celle du jeune homme qui, obnubilé, cessa de bouger. C'est alors qu'il prit la parole :

- Ne t'en fait pas pour moi, jeune homme ! Je me dérouillerais ! Avait-il dit.

Le jeune Garçon n’avait prêté aucune attention à ses paroles, car le reprit son travail pour arrêter le saignement. L'homme avait sourit, touché par l'attention que lui porta celui-ci :

- Ho...déterminé à sauver ma vie ? Va si tu veux, mais sache que c'est inutile...Parfaitement inutile. Car bientôt, on ne fera qu'un !

Le jeune homme avait stoppé ses mouvements. Incrédule. Ouvrant enfin la bouche, pour dire au vieil homme de se taire, seul un gloussement se fit entendre. Paniqué, il baissa la tête pour observer la Dague qui était planté dans son cœur. Le vieillard l'avait poignardé !
Poussant un cris d'horreur plus que de douleur, le jeune garçon tomba dans l'inconscience...

Edward Observait maintenant Duncan. Sa ''légende'' était presque fini...

-Il parait que lorsque le jeune homme repris conscience, Le vieillard qui l'avait poignardé avait disparut...pour s'être transférer l'esprit dans le sien !
Je sais, c'est une histoire totalement invraisemblable, mais je dois dire qu'elle m'a tout de même marquée.

Hum...On pouvait dire que c'était un beau résumé de sa vie jusqu'à présent. S'était la première fois qu'Edward racontait son histoire et, était heureux de l'avoir aussi bien racontée pour une première fois...

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Lun 3 Nov 2008 - 17:42

Les coudes sur les genoux et la tête dans les mains, Duncan écoutait tranquillement la légende qu'avait à raconter le sieur d'Halvick. Au fur et à mesure que l'histoire avançait et que les détails devenaient plus nets, le professeur fouillait dans ses souvenirs pour tenter de savoir s'il avait déjà ouï dire un tel conte, ou même quelque chose de similaire ; en vain. Elle ne devait pas être connu, ou alors le jeune homme qui était en face de lui était plus lié qu'il ne le disait à tout cela.. ce qui expliquerait beaucoup de choses sur le fait qu'il avait une précision étonnante pour une bête histoire de comptoir, ou que le protagoniste lui ressemblait étrangement. Peut-être avait-il trouvé le moyen de raconter quelque chose qu'il avait vu ou vécu sans le dire directement, en transformant son récit en une légende hypothétique. Etonné par cette histoire qui différait certes pas mal des histoires rocambolesques qu'il avait déjà entendues dans les bars et les comptoirs à bière, le professeur se redressa légèrement à la fin du récit, dévisageant Edward avec plus d'investigation qu'il n'aurait voulu.
Se rajustant aussitôt, il reprit sa respiration comme pour parler, mais stoppa. Après tout, qu'avait-il le droit de juger le récit dont on venait de lui soumettre l'existence ?
Il fallait d'abord savoir si Edward avait effectivement un rapport avec cette histoire, avant de pouvoir poster d'autres questions dessus. Après tout, cela concernait un paysan de son âge, et puis la manière avec lequelle il en causait..

- C'est une bien étrange légende que vous me dites là, sir d'Halvick. Je n'en ai pour ma part jamais entendu parler, mais elle ne semble pas très connue, n'est-ce pas ? J'aurais quelques petites questions..

Il s'arrêta, incertain de la procédure à suivre. Devait-il poser ses questions directement et risquer un refus net, ou y aller par questions détournées et grapiller quelques informations mons importantes ? Dilemme..

- Excusez-moi de vous poser cette question de la sorte, mais.. le héros de votre conte vous ressemble étrangement, est-ce un hasard ? J'aimerais en savoir un peu plus, si cela ne vous dérange pas.


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Mer 5 Nov 2008 - 1:45

Yeux rivés sur le sol, Edward les releva pour voir le drôle de regard que lui lançait le professeur. Il savait bien que son ''histoire'' n'avait aucun sens...même si elle a réellement existé, malheureusement ! * Hey ! Ta vie serait des plus plates et monotone sans ma venu Edward !*
Effectivement, c'était vrai. Un sourire en coin apparut sur son visage. Observant qu'il avait toujours le regard rivé sur Cil' Eternit, l'itinérant sortit de ses pensées, juste à temps pour entendre le commentaire de celui-ci.

- Il est vrai que nous avions tous bu un coup ce soir là ! Il est aussi probable que la personne qui l'a raconté l’a inventé du début à la fin ! Pour ma part, c'était la première et la dernière fois que j'ai entendu cette histoire...!

Il se tut soudainement. Peut-être n'aurait-il pas dû la conter finalement ? Qui croirait à cette histoire ? Lui ? Hum...C'était aussi la première fois qu'il racontait réellement cette histoire.
Était-ce un hasard s'il lui ressemblait ? Non, car s'était lui. Comment pouvait-il en dire plus sans se trahir lui-même ?
Silence. Puis :

- Il y a beaucoup de fermier dans la région d'ou je viens...

Hum...Aucune crédibilité. Mais que pouvait-il dire d'autre ! Puis ayant une idée, il reprit avec plus de conviction :

- C'est peut-être une coïncidence ! Ce qui est très probable ! L'homme qui a raconté cette histoire à dû quelque peu s'inspiré de ma situation de fermier.

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Sam 8 Nov 2008 - 16:42

Malgré tout, Duncan restait circonspect. Lui qui connaissait de têtes énormément de légendes circulant en Gwendalavir, il aurait au moins dû en entendre vaguement parler dans les troquets, de cette histoire incroyable. Mais non ! Rien ! Pas une bribe ! Le digne professeur fronça les sourcils devant le silence qui s'ensuivait. Il aurait bien aimé savoir où étaient les secrets das la tête d'Edward, ou pourquoi le regard de son interlocuteur fuyait le sien lorsqu'il relevait le regard de la fenêtre enneigée. C'était étonnant et foncièrement singulier, tout cela.. Cependant, Duncan n'avait pas à mettre le nez dans les connaissances.. Ou le passé, de ce jeune homme. Il pouvait dire la plus stricte des vérités, après tout. Il eut été dommage de briser la confiance et l'amitié naissance entre les deux parleurs pour une simple histoire de bar et d'une légère jalousie ; après tout, Duncan pensait connaître bien mieux les histoires de Gwendalavir.
Après s'être à nouveau éclairci la gorge et avoir écouté les justifications de l'Iitinérant qu'il accueillit d'un sourire malgré ses derniers doutes, le professeur se leva. Puis il rangea un peu la petite table entre les deux hommes, et alla se planter tranquillement devant la fenêtre aux reflets hyalins. Il songeait. Il voulait vraiment être sûr..


- La nuit est là, je pense que votre suite à l'étage supérieur doit être prête, depuis le temps que nous causons. Que diriez-vous d'aller vous reposer un peu ? Vous m'avez l'air de dormir debout !

Il avait dit tout cela d'un ton léger. Il ne voulait pas qu'Edward y voit là une mise à la porte, loin de là ! Le feu pouvait bien brûler encore quelques heures de discussion !


-.. A moins que vous souhaitiez me faire part de certains détails concernant la légende ? Des détails que vous auriez omis, volontairement ou pas, de partager..


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Lun 17 Nov 2008 - 23:04

Il était vrai qu'Edward était fatigué : Ses journées étaient pour la plupart du temps très longue et fatigante. Et puis...Depuis combien de temps n'avait-il pas dormit dans un endroit chaud et probablement des plus confortables ? Lentement, l'homme se leva et s'étira comme un chat le fait en se réveillant d'une longue sieste de plus d'une demi-journée (^^').

- Vous savez, dit-il sur un ton de conversation, Nous avions tous prit un coup lorsque cet histoire eut été raconté ! Si vous le désirez, je pourrais vous en dire un peu plus demain, lorsque nous serons reposés et assit devant un bon café matinal.

Edward fit un sourire remplit de sous-entendu. Maintenant qu'il s'était lancé, autant finir ! Demain, il lui expliquerait encore plus en détail. L'itinérant entendait Éliot rire de sa situation. Mais à ce qu'il avait vu ce soir, Duncan était la personne la plus confiante qu'il avait rencontrée depuis de début de son aventure. *N'oublie pas Alice...* lui susurra Éliot.
** Alice est un autre cas Oublie-là. !! ** La main devant la bouche, Edward Bailla. Effectivement, il était tard.

- Donc si vous désirez toujours, nous pourrons en reparler demain ? À moins que vous teniez absolument à tout savoir ce soir ! Par contre, je ne dirais pas non à un lit en ce moment ! Si seulement vous pouvez m'indiquer où se trouve la suite...

Si ce n'était pas maintenant s'était demain...

[ Désolé du contre-temps :s]

avatar

Maître des légendes et d'animisme et primat d'Aequor
Messages : 250
Inscription le : 13/07/2008
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   Sam 29 Nov 2008 - 14:58

- Ah mais tout à fait ! Je ne vais pas vous retenir alors que vous tombez de fatigue, sir d'Halvick! Si vous voulez bien me suivre..

Se retournant de la fenêtre où il s'était posté, le professeur de lettres et civilisation Duncan Cil' Eternit adressa un sourire bienveillant à l'homme qui avait partagé son dîner, et lui indiqua d'un geste complaisant la porte qui permettait de sortir de ses appartement et d'aller dans le couloir - on ne s'en serait pas douté, voyons, cette porte menait dans le vide, c'est bien connu. Aussi, après avoir pris dans sa chambre une robe de chambre matelassée - aux couleurs de l'Académie, s'il vous plaît, avec blason de professeur et tout- il rejoignit son interlocuteur qui s'était déjà levé, et sortit en même temps que lui de ses appartements, qu'il ferma à clé. Quelques secondes lui suffirent pour se remémorer l'étage où devaient se trouver les appartements des invités. D'un signe de tête, il indiqua la grande cage d'escalier en colimaçon qui partait au bout du couloir et les emmenait aux étages supérieurs. Ils grimpèrent les degrés ainsi, discutant et palabrant sur les quelques tableaux qui couvraient les murs de leurs hautes statures immobiles. Enfin, ils arrivèrent à un palier que le professeur espérait être le bon.


- J'ai beau ne pas être à l'Académie depuis très longtemps, je ne me lasse jamais d'admirer les oeuvres d'art accrochées sur ces murs, lorsque je monte les étages.. Il y a de quoi rester en admiration toute la nuit ! Mais je suppose que vous préférez aller vous reposer..


Et il continua, emprunta un autre couloir, et arriva avec son ami, enfin, devant une porte frappée de l'estampe "Invités". Avec son passe, il ouvrit le battant, et s'arrêta sur le pas de la porte, n'avançant pas plus.

- Et bien bonne nuit, sir d'Halvick ! Je vous retrouve demain dans la grande Salle, pour le petit-déjeuner !


Et il prit congé de son invité, et repartit non sans lever le regard sur les murs, vers ses appartements un étage en dessous.

[Pour le lendemain, tu ouvres un nouveau sujet dans la grande Salle ? Cela me paraît le plus logique. Pas besoin de mettre de PV, on peut l'ouvrir à tout le monde Smile ]


_______________


"“Je manquais de mémoire - plus encore de l'habitude d'une mémoire
qui fut prégnante, à cran et à croc, apte à extravaser dans ma gorge,
pour salive, le sang des moments vécus ensembles."


Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)   



 
Chaussons aux pommes et pantoufles de vair (RP terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Montrez-moi vos... chaussons ou vos pantoufles...
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» MAIGRET DE CANARD AUX POMMES ET MIEL
» Compote de pommes aux amandes
» Aumonieres de Livarot aux pommes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Partie RP :: 2008-