Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteRencontre imprévue (RP terminé)
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Rencontre imprévue (RP terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Rencontre imprévue (RP terminé)   Jeu 3 Juil 2008 - 14:36

[Post inutile fait juste pour mon plaisir Wink ]

Il neigeait ce jour là. Le ciel était d'un blanc virant sur le gris, ressemblant quelque peu au duvet d'un oisillon. Les flocons tombaient, se déposant sur les toits, les rues et les passants, couche foide et tenace qui promettait de rester là encore un bon moment.

Loran se baladait en ville, profitant de son jour de repos pour aller se geler les pieds dans la neige. Cet élément avait beau être détestable par sa température, il n'en restait pas moins merveilleux aux yeux de l'apprentie marchombre. Ces petites étoiles qui descendaient lentement du ciel avaient un aspect féerique et poétique. Leur légèreté, elle leur aurait bien volé. Se poser au sol sans faire de trace, n'être que pureté et harmonie … un rêve incarné dans une si petite chose …
Habillée d'un pantalon beige rentrant dans ses bottes fourrées de siffleur et d'un pull bien chaud de la même couleur, elle oubliait pour quelques heures l'atmosphère de l'académie que seul lui rappelait par instants le blason brillant sur sa cape, dont la capuche était rabattue sur sa tête, la protegant du froid mordant.

Où allait-elle ? Nulle part. Peut-être à l'autre bout de la ville … tout ce qui comptait, c'était prendre l'air, respirer ce froid vivifiant qui vous faisait sentir pleinement que vous viviez. Son regard errait sur les passants pressés de rentrer chez eux, au coin d'un bon feu brûlant. Pourquoi n'arrivaient-ils pas à apprécier la magie de l'hiver ? Prier pour que l'été se dépèche d'arriver les empêchait de vivre pleinement leur présent.
Son pas était souple et elle tentait tant bien que mal d'imiter l'allure d'Ena, toute en douceur. Parfois, sa tête se tournait et elle fixait les empreintes de ses pas dans la neige. Un jour, elle arriverait à poser ses pieds comme s'ils étaient des flocons !


"On ne dit même plus Bonjour jeune apprentie ?"


Surprise, Loran se retourna et fixa l'homme qui venait de l'interpeller. Comme elle, il avait sa capuche rabattue sur son visage, protégeant ainsi son identité. Cependant, l'étudiante n'eut aucun mal à l'identifier. Cette voix, elle ne l'avait entendue qu'une unique fois, un jour de printemps où c'étaient les pétales d'un cerisier qui tombaient avec grâce. Pourtant, elle ne pouvait l'oublier, y repensant bien souvent.
Marchombre.

Loran garda un air sérieux et fit glisser sa dague - cadeau de l'homme qu'elle avait en face d'elle - hors de son fourreau. Elle n'esquissa aucun geste menaçant, se contentant de tracer des mots dans l'air.

Givre glaçant de l'hiver
Cœur réchauffé par des retrouvailles
Bonjour

Enfin, l'étudiante se décida à sourire. Rengainant la dague, elle s'avança vers le marchombre.


"Cela vous va-t-il ?"

L'homme éclata d'un grand rire et tapa un bon coup sur l'épaule de la jeune fille, la faisant à peine vaciller.


"C'est parfait. Tu as toujours les bons mots … et la bonne arme à ce que je vois."

Le regard de Loran glissa sur la dague pendue à sa ceinture et elle répondit :
"M'en séparer serait le signe que j'abandonne cette Voie dont vous m'avez montré le commencement."

"Cette insigne sur ta cape et ce que tu vienx de me dire me prouvent que tu étudie les arts marchombres dans la fameuse académie de Merwyn. J'aurai peut-être du te prendre comme apprentie plutôt que te laisser tomber dans cette à machine à faire des marchombres … un maître ne devrait avoir qu'un élève. Ena a beau être talentueuse, enfreindre cette règle est une tache sur sa Voie…"


"Il n'est pas trop tard pour me prendre avec vous …"


Le regard du marchombre glissa sur le corps de Loran, appréciant les formes et la silhouette dissimulés sous les habits.

"Bof … je plaisantais … à vrai dire je cherche quelqu'un qui aurait autre chose que de la poésie dans les veines … quelqu'un avec qui je n'ai pas besoin d'apprendre ce qu'est la souplesse … ta forme physique est loin d'être au top … en bref quelqu'un qui ne veuille pas devenir marchombre par pur caprice."


Son visage avait perdu toute trace de gentillesse et Loran se sentit piquée à vif par ses paroles. Pourquoi se montrait-il soudain si désagréable ? S'il n'était venu à sa rencontre que pour lui dire des gentillesses pareilles, alors ce n'était pas la peine de s'embêter à lui dire bonjour.


"Et qu'est-ce qui vous dit que je fais ça par pur caprice ?"

"Tout. Tu n'as pas changée depuis que je t'ai rencontrée."

Pas changée … il était aveugle … depuis son retour à l'académie, elle n'était plus la même. Son enfance était loin … très loin derrière elle. Ses progrès étaient lents, mais elle progressait.
Au fond, ce que disait cet homme ne devait rien lui faire. Elle avançait à son rythme, et si ça ne suffisait pas à ce marchombre, alors il n'avait qu'à aller voir ailleurs.
Ca, elle n'arriva pas à le dire. C'était simple pourtant, mais elle ne savait comment le formuler.

"Tu ne dis rien … alors j'en déduis que j'ai touché juste. Je vais te laisser ramper sur la Voie jeune apprentie … tu ne le mérites pas, mais je suis d'une nature généreuse."

Sur ce, il tourna le dos et s'avança dans la ruelle. Cependant, un rire moqueur le fit stopper.

"Vous regretterez votre générosité le jour où je vous montrerai que je ne suis pas qu'un ver de terre rampant. Je peux même vous le montrer maintenant."

La dague fusa. Droit vers le cœur du marchombre. Un acte ridicule. Ridicule s'il reste seul.
L'homme esquiva le coup. Loran avait déjà bondi vers lui, son poing se dirigeant vers la joue adverse. Lui virvolta sur un pied, inclinant légèrement la tête. Elle se pencha, tendit sa jambe pour tenter de le faucher. Il sauta prestement et ratteri sur la cuisse de la miss. Qui l'avait déjà retiré.

"Alors suit moi."


Il abandonna le combat et s'éloigna en courant.
Loran se leva et partit à sa suite, se penchant un instant sur sa course pour ramasser sa dague, laquelle revint dans son fourreau sans un bruit.
Au fond de la ruelle, il y avait un muret. Elle le vit sauter, s'agripper au sommet et se hisser d'un mouvement souple. Un instant, il tourna la tête, un sourire moqueur flottant sur ses lèvres, exactement le même que celui qu'arborait Loran. Déjà elle abordait l'obstacle. Trop petite pour attraper le sommet en un saut, elle sauta contre un mur de côté et se propulsa ainsi assez haut pour pouvoir s'aggriper.
Alors qu'elle se hissait - avec moins de grâce que le marchombre mais tant pis - l'homme sauta sur un toit voisin et recommença sa course.
A son tour, Loran bondit sur le toit. Glissa. Se rattrapa avec peine. Elle avait oublié qu'elle n'était pas en été mais en hiver ! La neige était soudain moins amicale, promettant un calvaire sans fin à l'étudiante. Au moindre faux pas, ce serait une nouvelle glissade ou une entorse.
Prévenue du danger qui rôdait, l'apprentie marchombre reprit ses marques et s'élança, tentant de rendre ses pas souples et légers.
Au loin, le maître progressait avec rapidité, ne semblant pas se préoccuper de l'état des toits.
Ce pari était stupide … elle savait, tout comme lui, qu'elle n'avait strictement aucune chance de lui arriver à la cheville. Et cette distance qui les séparait et s'agrandissait de plus en plus le lui montrait avec effronterie.
A chaque pas, Loran retenait son souffle, tendue comme un arc. Ses pas, malgré l'assurance qu'elle tentait de leur donner, étaient aussi incertains que ceux d'un bébé apprenant à marcher.

Une fois, elle s'étala de tout son long dans la neige ; dix fois, elle glissa, trébucha et se rattrapa en posant sa main au sol, s'en servant pour ré-assurer son équilibre.
La neige qui continuait à tomber troublait sa vue et bien vite, le marchombre ne fut plus rien, même pas une ombre trouble dans le brouillard neigeux.

La course était finie. Cependant, même en sachant cela, Loran continua à courir, tentant de se dire qu'elle allait retrouver son maître. De préférence dans un trou, un bras cassé et implorant son aide.
Lorsqu'enfin, elle commença à comprendre qu'il allait falloir laisser tomber l'affaire, elle le retrouva.


Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (RP terminé)   Jeu 3 Juil 2008 - 14:36

Accoudé à la corde d'une passerelle, il l'attendait, un éternel sourire sur ses lèvres. Cette fois, Loran ne riait plus. Son souffle était court et ses poumons la brulaient, le froid qu'elle respirait n'étant pas très bon pour eux.

"Tenace la gamine … maintenant prouve moi que tu es meilleure que MON apprentie. Vu ton état après si peu d'effort, je doute que tu y arrive, mais l'espoir fait vivre dit-on."

Ne se préoccupant pas du sourire narquois de son interlocuteur, Loran regarda l'apprentie qui se tenait aux côtés du marchombre. C'était une jeune fille à l'air aussi moqueur que son maître, légèrement plus agée que l'étudiante. Cheveux blondes, tressés en une longue natte qui dépassait de sa cape noire. Silhouette de félin. En pleine forme. La partie serait dure. Quoi que … derrière le sourire de l'apprentie, Loran crut deviner une certaine nervosité. Que lui avait raconté son maître qui puisse la stresser ? Elle n'eut pas la réponse : le duo s'élança vers une tour voisine.

La Corbac s'accorda encore un court instant d'un repos qu'elle jugeait mérité et insuffisant avant de prendre la suite des deux autres.
Arrivée au pied de la construction, elle vit qu'ils avaient déjà bien avancés. Cependant, ils n'allaient pas très très vite, la neige gênant leur progressin, le maître surveillant son élève, et attendant peut-être Loran.
Celle-ci, en voyant la grimpette qui l'attendait n'en menait pas large. Il faut dire que contrairement à la blonde, elle n'avait pas de maître pour la rattraper. La moindre glissade serait bien plus fatale qu'une erreur de parcous sur un toit gelé.

Au lieu de se jeter à l'aveuglette, l'étudiante préféra analyser le terrain, cherchant les meilleurs passages. La première partie ne serait pas trop dure, de belles prises dépassaient. Par contre, la deuxième demanderait de l'improvisation : la neige l'empêchait de voir le sommet de la tour.

L'ascension commença, aussi dure que l'avait pensé Loran. Dès la première prise, elle glissa. Si déjà elle n'arrivait pas à s'accrocher … l'enfer lui ouvrait ses portes en la personne de cette tour.
Une étincelle de folie l'empêcha d'abandonner et elle réitéra son essai, avec succès cette fois. Les premiers mètres passèrent sans trop de problèmes, Loran dégageant ses prises de la neige qui les rendait glissantes, avant de s'y aggriper. Elle avançait, bon gré mal gré, la tête tournée vers les prises suivantes.


Bien vite, ses bras commencèrent à lui faire mal et elle se demanda ce qu'elle allait faire si le sommet de la tour n'apparaissait pas beintôt.
Sa main glissa une nouvelle fois, et elle ne fut plus retenue que par son autre main, laquelle menaçait de lacher à son tour.
Le regard de Loran se dirigea malencontreusement vers le sol. Haut. Elle était très haut. Une vague de peur la submergea et elle se raccrocha au mur, s'aggripant de toutes ses forces, plaquée contre les pierres. Tout son corps était crispé, accentuant la douleur venant de ses bras. A chaque instant, de l'énergie la quittait, le moment où elle ne pourrait plus tenir s'approchant rapidement.

"Tenace cette gamine."


Il avait raison … elle était tenace. Elle avait parcouru une distance énorme, et elle allait venir à bout de ce qu'elle avait commencé.
Une grimace de rage mêlé d'opiniâtreté sur son visage, elle lança sa main vers une prise et recommença sa lente ascension.

Le sommet était là. Proche. De joie, Loran s'aggripa au rebord, oubliant les précautions basiques. Elle glissa de nouveau. Sombra dans le vide, volant enfin comme un flocon de neige. Comme eux elle allait finir sa vie sur un toit.
Une main la rattrapa, la hissa de force sur la plate forme et elle se retrouva face au duo.


"Tu sais, les escaliers sont moins dangereux quand on n'est qu'une pseudo-marchombre."


Sur cette phrase pleine d'encouragement, il fit signe à son élève de le suivre, lui tendant un morceau de bois. Il prit le sien et le posa sur une corde qui reliait le toit de la tourelle à un autre toit en contrebas. Sous le regard amorphe de Loran, il s'élança, suivit la blonde qui après un regard apitoyé à la Corbac s'était elle aussi suspendue dans le vide.

Machinalement, l'étudiante se rapprocha du bord et les regarda, glissant sur la corde à une vitesse folle. Elle posa les yeux sur le morceau de bois qui trainait à ses pieds mais plutôt que de l'empoigner et de se jeter à son tour dans les airs, elle se laissa glisser au sol et ferma les yeux, reprenant un peu d'énergie. Ses bras étaient mous, vidés de toute force. Hors de question de jouer à l'acrobate si elle n'arrivait pas à tenir un bâton.

Un temps indéfini passa ainsi. De sa tour, Loran n'entendait qu'un vague murmure montant de la rue, sinon c'était le calme absolu, bienfaisant et reposant.
Le froid s'insinuant dans ses vêtements fini par faire réagir l'étudiante : si elle ne se décidait pas à bouger, elle allait mourir de froid. Elle se leva donc et s'accouda au bord de la plate forme, respirant un grand coup l'air pur des hauteurs. De là la vue était si belle … Al-Poll ressemblait à un écrin de velours blanc … dont elle était la perle. Et dire que les oiseaux pouvaient voir tout cela si souvent et sans trop d'effort … il y avait de quoi les envier.

Mais la lumière diminuait déjà. Ah … l'hiver et ses journées courtes … il était temps de retourner à l'académie.
Agrippant le morceau de bois, Loran imita le marchombre et se suspendit à la corde. Elle s'élança et glissa.
Un pur délice ! Elle n'avait jamais fait de tyrolienne auparavant et comprenait qu'elle avait raté une merveille. Le vent sifflait à ses oreilles et elle filait, plus rapide que jamais.
Mais déjà, ses pieds touchaient le sol … la neige la freina et lui permit une arrivée en douceur.

Elle prit deux secondes avant de bouger, la sensation merveilleuse qu'elle venait de ressentir étant toujours là.
Comme une idiote, elle resta plantée là, un sourire rêveur sur les lèvres. Cette expérience serait à refaire … un jour de beau temps ou en passant par l'escalier pour grimper la tour.

Ce fut à ce moment là que son regard accrocha la fenêtre d'un bar en contre-bas. Assis à un table, le maître marchombre la regardait son sourire inchangé sur les lèvres.
Loran sauta au bas du toit, amortissant sa chute par une roulade. Elle se releva sans mal et se dirigea en s'époussetant vers la porte du bar. Elle entra et vint s'asseoir aux côtés de la blonde apprentie.


"J'ai perdue."
"Nous avions remarqué. Je ne saurais dire le temps qu'il t'a fallu pour quitter cette tour, mais c'était long. As-tu trouvé un joli garçon là haut pour perdre ton temps ainsi ?"
"Non, et d'ailleurs j'aurai préféré trouver un bon lit ou à défaut des coussins …"
"Ils t'attendent à l'académie … encore un point qui me fait penser que ce ne sont que des chochottes qu'on entraine là-bas. Vous ne connaissez pas la vie à la dure."
"Vous n'avez pas bientôt fini de tout critiquer ? Qu'est-ce que vous en savez-vous des gens qui vivent à l'académie ? Il n'y a rien de mal à profiter quelques années d'un bon lit quand toute notre vie s'est passée à marcher ou à travailler durement !"
"Oula ! Ne t'énerve pas ! J'attends juste de voir le résultat de tout ça … c'est vrai qu'une sentinelle qui n'a pas l'air trop mauvaise est sortie de l'académie cette année … mais le dessin nécessite plus un don qu'un exellent physique. On verra bien les marchombres et combattants qui en sortiront … je maintiens que ton cas n'a pas appris grand-chose là-bas."

"Et bien vous verrez ! Dans deux ans, revenez ici et je vous montrerai que des tours enneigées je peux en monter une dizaine en peu de temps !"
"Si peux de temps signifie un an pour toi …"

C'était quasi un murmure et Loran n'en tint pas compte. Elle se leva, manquant de justesse de rentrer dans la serveuse qui venait prendre sa commande.

"A dans deux ans."


Et elle quitta le bar.
La fenêtre passée, elle quitta son air énervé pour se remettre à sourire. Au final, elle avait galéré, mais elle s'était bien amusée.


 
Rencontre imprévue (RP terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Une visite pas si imprévue [Livre 1 - Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Partie RP :: 2008-